Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesBBONDUELLE André Marie Joseph

BONDUELLE André Marie Joseph

BONDUELLE André Marie Madeleine en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 20 avril 1901 à Marquette-lez-Lille (Nord), mort le 15 janvier 1980 à Levallois (Hauts-de-Seine).
Prieur des couvents d’Amiens puis de Nancy, vicaire de la maison d’Helsinki (Finlande).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 31/03/2023.

Texte intégral

• Ordination sacerdotale pour le diocèse de Lille : 8 juillet 1928 à Lille
• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1929 à Amiens
• Profession simple : 22 septembre 1930 à Amiens
• Profession solennelle : 23 septembre 1933 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Premier fils d’une fratrie de quatorze enfants, André Bonduelle naît au début du XXe siècle dans une famille d’industriels du Nord. Son père, André Bonduelle, dirige la distillerie d’alcool de grains à Renescure, sa mère, née Marie Madeleine Dehau, est l’une des sœurs du dominicain Thomas Dehau. André Bonduelle est scolarisé chez les jésuites, d’abord au collège Notre-Dame du Tuquet à Mouscron en Belgique, puis au collège Saint-Joseph à Lille dont il sort bachelier (latin-sciences et mathématiques). En 1920, il entre au grand séminaire d’Annappes non loin de Lille et, à partir de 1923, partage son temps entre Douai pour faire deux périodes militaires (novembre 1923-mai 1924 et novembre 1924-mai 1925) et Paris pour achever une licence de mathématiques. Il s’inscrit ensuite à la Faculté de théologie de l’Université catholique de Lille où il suit des cours pendant deux ans (1925-1927), puis termine ses études au séminaire français de Rome (1927-1928) avec une licence de théologie qu’il obtient à la Grégorienne. Ordonné prêtre le 8 juillet 1928 par Mgr Jansoone, évêque auxiliaire de Lille, il dit sa première messe à Bouvines, dans l’église que ses grands-parents Dehau avaient fait reconstruire, assisté par son oncle, Louis Bonduelle, provincial de la Compagnie de Jésus. Il est alors nommé vicaire à Saint-Louis, une paroisse ouvrière lilloise, où il ne reste qu’un an.

Un novice dominicain sympathisant de l’Action française et délateur de ses enseignants

2En effet, ayant fait le choix d’être un religieux, il intègre le noviciat des frères prêcheurs à Amiens en septembre 1929 en même temps qu’un de ses cousins germains, Évrard Philippe (Réginald en religion). Il verra deux ans plus tard, un de ses frères, Félix Bonduelle, faire le même choix sous le nom de frère Jourdain. Chez les Bonduelle, c’est donc la voie ouverte par l’oncle dominicain Dehau plus que celle de l’oncle jésuite Bonduelle qui fait école.

3Après ses premiers vœux, il rejoint le studium à Kain en Belgique pour poursuivre le cursus des études dominicaines. C’est au Saulchoir que, faisant partie des frères séduits par l’Action française avant 1926, il se lie avec le frère Dalmace Besançon qui, comme lui, est un ancien du Séminaire français de Rome. Alors qu’ils sont l’un en deuxième année et l’autre en troisième de théologie, ils adressent au pape en mai 1932 deux textes qui, selon eux, indiquent des erreurs dans les enseignements des pères du studium, Marie-Dominique Chenu, Antonin-Dalmace Sertillanges, Paul Synave et Ceslas Spicq qu’ils accusent de modernisme. L’historien Étienne Fouilloux a analysé ce dossier de dénonciation dans un article de la Revue des sciences philosophiques et théologiques (2012), démontrant que s’il avait déclenché l’ouverture d’une enquête du Saint-Office, il n’avait pas donné lieu à une condamnation. Néanmoins, ce procédé, lorsque certains des mis en cause en avaient été informés, avait créé un malaise au sein du studium d’autant plus que la visite canonique de Jourdain Padé en avril 1932 avait déjà enregistré des griefs de frères contre l’enseignement d’une partie de leurs professeurs. Quoi qu’il en ait été, il ne semble pas qu’André Bonduelle ait eu à en subir des conséquences, à la différence de Dalmace Besançon qui dut renoncer à faire sa profession solennelle « en raison de difficultés d’ordre doctrinal ». André Bonduelle fut seulement obligé d’assurer à son père-maître, Ceslas Tunmer, le 19 septembre 1933, que s’il s’était permis de critiquer le cadre de la vie religieuse, c’est qu’il ne correspondait pas tout à fait à l’idéal qu’il avait espéré et que « cela tient certes bien plus aux circonstances, aux difficultés du temps, au petit nombre de religieux, à leur besogne écrasante qu’aux inévitables défaillances des personnes ». Il ajoutait, dans sa lettre, que sa « joie » et son « enthousiasme » à faire partie de l’Ordre montraient combien il y était attaché.

Premiers apostolats à Amiens

4En septembre 1933, André Bonduelle quitte le Saulchoir de Kain pour le couvent d’Amiens où il vient d’être assigné. Le prieur lui confie la responsabilité du Rosaire de quatre diocèses avec des prédications à Beauvais, Reims et Soissons : « Le Rosaire a l’avantage de faire affronter les auditoires les plus divers, depuis les plus humbles hameaux jusqu’aux paroisses les plus bourgeoises (dans le bon sens du mot). » En plus de ses prédications, André Bonduelle donne un cours d’instruction religieuse dans un pensionnat de sœurs dominicaines, anime des réunions mensuelles de sœurs du tiers ordre à Saint-Quentin et celles de deux cercles, l’un d’institutrices libres de Laon, l’autre de professeurs du lycée de jeunes filles de Reims. Devenu sous-prieur le 23 janvier 1937, lorsque Constant Dorange est élu prieur, il poursuit son ministère auprès des frères et sœurs tertiaires jusqu’au moment où il doit ajouter à ses fonctions, celle de gérer la fermeture du couvent. En effet, le chapitre provincial du 8 octobre 1938 décide, à la suite du déménagement du studium de Kain à Étiolles de faire du couvent Saint-Jacques à Paris le lieu de son noviciat. Les locaux s’y prêtent, ils sont aptes à recevoir une grande communauté et sont situés à proximité des milieux parisiens scolaires.

Comment est envisagée cette fermeture ? Cette décision soulève chez les chrétiens amiénois familiers du couvent, déception, requêtes pour que la fermeture soit annulée et regrets comme en témoignent de nombreuses lettres qui tendent d’infléchir la décision dominicaine.

Vos pères rendaient tant de services et à la ville et au diocèse. La chapelle est un centre de vie chrétienne (offices, sermons et surtout confessions). Il y a un groupe de tertiaires bien vivant. L’Archiconfrérie du Rosaire prenait une grande extension […] depuis que la nouvelle s’est répandue, les Picards se sont émus et les délégations se succèdent à l’évêché, déclarant que c’est un malheur, que c’est inadmissible.

5Les frères du couvent eux-mêmes contestent la décision, tentent d’imposer l’idée de constituer une maison filiale du couvent de Lille, mais il apparaît préférable de renforcer le nombre de frères dans la capitale du Nord. Finalement, dans ce contexte d’avant-guerre, la province fait le choix d’avoir des grands couvents plutôt que des petits.

Au point de vue apostolique, le « grand » couvent est automatiquement assuré d’un rendement, de haute qualité, qui enveloppe, soutient et dépasse les efforts individuels. Enfin, le difficile problème posé par la spécialisation des apostolats dans l’Action catholique, dont la nouveauté s’insère mal dans le cadre traditionnel de notre vie, trouve là la condition préalable à toute solution : le « grand » couvent présente une opportune souplesse que la plate-forme étroite du petit couvent ne permet pas, sinon au détriment de la discipline traditionnelle de l’Ordre.

6Cette amputation aussi pénible soit-elle doit se comprendre dans une logique d’institution qui met en jeu les éléments essentiels de la vie dominicaine « en régime intérieur, en apostolat et en recrutement ». André Bonduelle, nommé sous-prieur in capite lorsque Constantin Dorange est élu prieur du Havre le 29 janvier 1939, s’attache à régler au mieux cette fermeture : le couvent est vendu à l’évêché d’Amiens, qui y installera sa Centrale d’œuvres. La province garde, néanmoins, quelques pièces pour faciliter le ministère des frères à Amiens et dans la région. Sa mission accomplie, André Bonduelle gagne le couvent Saint-Jacques à Paris où il est officiellement assigné le 6 juillet 1939.

L’épreuve de la captivité

André Bonduelle pendant la guerre

André Bonduelle pendant la guerre

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Il n’y demeure pas longtemps. Mobilisé dès le début de la Seconde Guerre mondiale en tant que lieutenant de réserve au 145e régiment d’artillerie, il est fait prisonnier en Lorraine en juin 1940. D’abord interné à Nancy, il arrive à Soest en Wesphalie le 1er août 1940 (Oflag VI A destiné aux officiers). Sa captivité va durer jusqu’en octobre 1944, date à laquelle il sera envoyé à Lübeck (Oflag X C) où il sera incarcéré jusqu’en mai 1945. Il y retrouve quelques confrères dominicains comme Yves Congar, Paul Dreyfus et Marie-Humbert Vicaire. Dès septembre 1940, des prisonniers catholiques font en sorte que l’Oflag ait une chapelle pour célébrer la messe. Ils obtiennent, selon la Convention de Genève, une petite pièce, située sous les combles, qu’ils décident d’aménager et de décorer grâce à la volonté d’un prêtre, le capitaine René Veilliard, et à la présence de deux architectes, Guillaume Gillet et René Coulon, diplômés de l’École des Beaux-Arts de Paris. Ceux-ci peignent les parois : au sud, « le Christ prisonnier » ; à l’ouest, « les corps de métier français » ; au nord « la Vierge Marie » et à l’est, « une carte de la France et ses divers saints régionaux » ; la porte d’entrée est l’œuvre d’André Bonduelle.

8La chapelle est consacrée le 25 décembre 1940 à sainte Marie et saint Pierre-aux-Liens et devient un lieu non seulement de spiritualité, mais aussi d’identification fraternelle dans des conditions de vie difficiles. André Bonduelle et René Vieilliard ont montré son importance en recueillant des textes qu’ils ont réussi à faire publier en 1943 sous le titre Une paroisse derrière les barbelés. Premiers mois de captivité. Plus tard, cette chapelle, considérée comme un lieu de mémoire à sauvegarder, sera inscrite en 1992 sur la liste des Monuments historiques grâce à l’association Mémoire et Avenir.

Chapelle de Soest en Westphalie

Chapelle de Soest en Westphalie

Intérieur de la chapelle décoré par deux architectes, Guillaume Gillet et René Coulon. Cette chapelle, considérée comme une œuvre patrimoniale, est ouverte au public (info@franzkapellesoest.de).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Des témoignages d’anciens prisonniers de l’Oflag VI A signalent l’importante activité qu’a eue André Bonduelle au camp de Soest, mais aussi sa forte personnalité qui a marqué ses compagnons. Certains, qui l’ont côtoyé comme Louis Jacob, le citent dans son Journal de captivité à plusieurs reprises, mentionnant ses sermons et ses conférences :

Il a une élocution extraordinairement facile, la parole claire et forte. Ses sujets sont souvent des sujets de philosophie religieuse : d’un mot extrait une foule d’idées qu’il décortique, qu’il épluche, qu’il fait rebondir avec un brio extraordinaire. Il fait toujours salle comble. […]

Aujourd’hui, solennité de Jeanne d’Arc, très belle cérémonie religieuse dirigée par Bonduelle qui a demandé à l’orchestre et à la chorale leur concours. On a joué un sanctus de la messe de Beethoven, un Agnus de Mozart (requiem), le chant à l’étendard de Jeanne d’Arc (de Gounod, je crois). […] Sermon de circonstance par Bonduelle.

10Ou encore le futur directeur de l’Alliance française, Marc Blancpain, un autre prisonnier qui l’évoque dans la brochure de Louis Jacob :

Ce n’est pas un conférencier, mais un prédicateur ; il a la conviction, l’argumentation, la chaleur, le geste, l’autorité sereine – une sérénité qui vient de la Foi – du prédicateur. Si bel officier qu’il soit, et il est bel officier, il n’est certainement lui-même que dans l’ample robe de son ordre.

11D’autres lui ont rendu hommage, à l’occasion de son décès en 1980, tel le vice-président de l’association des anciens prisonniers de l’Oflag VI A, Robert Desvernois, qui dans une lettre adressée à sa famille, le décrit ainsi :

Immédiatement, on a vu émerger de la foule la haute silhouette si nette de ce lieutenant d’artillerie toujours impeccable malgré les circonstances. Simultanément, on l’a vu apparaître dans le groupe important des prêtres prisonniers. Peu le connaissaient alors. Mais très vite on a entendu sa parole les dimanches et aux grandes fêtes. Tout de suite, tout le monde a compris que nous avions avec nous un prêtre exceptionnel par sa culture, la hauteur de ses vues, son savoir théologique, ses connaissances humaines. On l’a vu dans des cercles, on l’a vu dans des conférences, chez les officiers et les hommes de troupe – partout […] Toujours ouvert à tous […] Qui dira jamais ce qu’il a fait dans certains cœurs ? […]

12Ou encore le père Reboullet tenant à rappeler « son élégance sans prétention », sa manière d’être « simple, étonnamment disponible, accueillant à chacun », ajoute :

De la tenue, il en avait dans son éloquence, et nous étions suspendus à ses lèvres, afin d’y puiser, avec la science théologique, des directives capables de nous aider à faire de notre captivité une ascension spirituelle. […] Nos camarades de l’X l’avaient choisi comme aumônier pour sa culture mathématique. Il fréquentait aussi la chorale où se côtoyaient croyants et incroyants.

13Son comportement, qui ne pouvait que déplaire aux responsables de l’Oflag, et la défiance que les Allemands avaient vis-à-vis de tout ecclésiastique, ont vraisemblablement été une des raisons pour l’envoyer au camp de représailles de Lübeck avec cinquante-six autres prisonniers dont onze prêtres.

Fondation missionnaire dominicaine en Finlande

14De retour en France, André Bonduelle, une fois regagné le couvent Saint-Jacques, est assigné à Nancy où, à partir du 14 septembre 1945, il devient prieur à la suite de Réginald Héret. Le couvent, traversé par les péripéties de la guerre, peine à trouver un nouvel essor. Deux frères sont malades (Ambroise Roussel et Augustin Souillard), les relations avec l’évêque, Mgr Marcel Fleury, qui réclame davantage d’apostolat de la part des frères, sont difficiles et les nouvelles assignations font défaut. André Bonduelle cherche à tout prix à garder Pierre Philippe (un de ses cousins germains) dont le ministère est apprécié, mais en vain. Lorsque de nouveaux frères arrivent, ils ne demeurent que peu de temps, donnant au couvent une image d’instabilité : « Quel ennui et quelle gêne de ne savoir encore sur qui compter », écrit André Bonduelle au provincial. Il achève son priorat dans une grande déception, celle de n’avoir pu « remonter cet infortuné couvent ».

15En septembre 1949, André Bonduelle est envoyé en Finlande, chargé de fonder un centre d’études catholiques qui prendra le nom de Studium catholicum. L’idée d’une fondation dominicaine à Helsinki remonte à 1934 lorsqu’un jeune converti finlandais demeurant à Cracovie, Kejio Jasskeleinen, désire entrer dans l’Ordre des frères prêcheurs. Avertis par le prieur provincial de Pologne, les pères du conseil de la Province de France avaient estimé alors qu’il était risqué de faire venir des jeunes Finlandais au noviciat. Mais l’idée d’une mission en Finlande, demandée par le Saint-Siège, avait suivi son cours et il en était question depuis 1943. Les circonstances l’avaient rendue impossible à réaliser. Resurgie en 1945, rejetée par le chapitre provincial du 22 juillet 1947 à la suite d’une rencontre d’Antonin Motte et de Mgr Cobben, délégué apostolique de Finlande, elle est acceptée par le conseil de la Province le 4 juillet 1949. C’est renouer avec une tradition puisque les premiers dominicains en Finlande avaient fondé à 1249 un couvent à Turku et, plus tard, un autre à Viipuri, puis la présence dominicaine avait disparu au cours des siècles.

16Rejoint par les frères Antonin Paillard et Louis Deltombe fin mai 1949, André Bonduelle, tente, en accord avec le vicaire général de Finlande, d’organiser le centre culturel dans le but de développer à la fois des relations culturelles et scientifiques et de resserrer les liens intellectuels et spirituels entre le pays et l’Europe. En janvier 1950, il dispose d’un vaste appartement, baptisé Maison Saint-Olaf, adapté aux projets d’un centre culturel : grande salle d’accueil et de réunion, bibliothèque, petite chapelle… Ce centre – la domus Helsinki – reconnu en février 1950 par la République finlandaise, est inauguré le 15 novembre 1950 sous la présidence du ministre de l’Instruction publique et du recteur de l’Université en présence de représentants de la vie intellectuelle (artistes, universitaires, diplomates, journalistes…). André Bonduelle, comme ses deux frères dominicains, a le double souci de se familiariser avec l’histoire du pays, sa situation culturelle, intellectuelle, religieuse – notamment celle créée par la rupture de la Réforme luthérienne – et de maîtriser les deux langues nationales puisque la Finlande est alors bilingue (apprentissage du suédois, relativement facile, et du finnois, très difficile).

André Bonduelle à son bureau en 1949

André Bonduelle à son bureau en 1949

Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17Très vite, ils mettent sur pied des conférences et une bibliothèque. André Bonduelle ouvre un cycle de conférences à l’Université sur des écrivains (Graham Greene, Henry de Montherlant, Saint-Exupéry, Gabriel Marcel, François Mauriac, Georges Bernanos…), Antonin Paillard, qui est chargé de la bibliothèque destinée à tous ceux qui veulent se familiariser avec la culture religieuse française, mais aussi avec la littérature, commence à donner des conférences en suédois et à participer à des causeries. Louis Deltombe, dont l’adaptation en Finlande est difficile, est assigné à Lund en Suède et remplacé quelques mois par Jean-Marie Saint-Estehen en attendant Albert-Marie Lemaire. Ce dernier arrive en juillet 1952 et va, progressivement, jouer un rôle important. Lorsqu’en octobre 1953, André Bonduelle dresse le bilan du Studium catholicum, il peut affirmer que sa fondation est positive bien que les conditions financières restent précaires : une bibliothèque riche de plus de 10 000 ouvrages en diverses langues et cinquante-deux revues et périodiques, des cours dispensés à l’université qui rassemblent une centaine d’auditeurs, des causeries, de nombreux contacts personnels, la production d’articles dans des revues ou journaux et la création d’une revue Documenta dont Albert Lemaire est le rédacteur en chef. Ce bilan doit être entendu à la mesure de son insertion, délibérément choisie, dans la société d’Helsinki :

Notre intention, explicitement manifestée dès le premier jour, était de n’apporter aucun trouble à ce qui fonctionnait déjà, en particulier de ne nous immiscer d’aucune manière dans la vie de la paroisse et des groupes catholiques existants. […] Nous nous efforçons de ne travailler qu’en milieu luthérien afin de ne porter ombrage à personne. Nous nous sommes même abstenus, malgré certaines avances, de nous mêler en quoi que ce fût au gouvernement ni à l’aumônerie du groupement « Academicum catholicum » composé d’étudiants et d’intellectuels catholiques […]. La paroisse et notre institut doivent être des institutions distinctes et parallèles, et ne peuvent être que cela. Mais autre chose est la paroisse, autre chose doit être le Vicariat. Nous avons souhaité et souhaitons être considérés comme faisant partie intégrante du Vicariat et nous souhaitons que cette intégration soit patente aux yeux de tous […].

Embarquement des pélerins pour l’île Henri

Embarquement des pélerins pour l’île Henri

Embarquement du congrès des intellectuels pour l’île de Saint-Henri (aujourd’hui île de Kirkkotari) au milieu du lac Kôliönjärvi. C’est sur cette île que saint Henri d’Uppsala, martyr, avait trouvé la mort en 1156.

AGOP XIII/Archives de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Messe célébrée sur l’île de Saint-Henri

Messe célébrée sur l’île de Saint-Henri

André Bonduelle célèbre la messe, le 4 août 1951, au milieu des pélerins.

AGOP/Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18À partir de l’été 1952, André Bonduelle entrevoit une possibilité d’hériter de fonds pour donner un plus grand essor à l’implantation dominicaine en Finlande. Jusqu’en 1956, il va espérer trouver l’argent nécessaire afin d’acquérir un terrain pour construire un bâtiment suffisamment vaste afin de développer les activités du Studium catholicum en bénéficiant de la manne de la Société des Fondations Félix Dehau, son grand-père maternel. Il évoque cette perspective dans une correspondance avec son frère Jourdain, depuis qu’ils sont confrontés à la conduite qu’ils jugent très grave de leur cousin germain, Thomas Philippe. Ce dernier, fondateur de L’Eau vive – que les deux frères Bonduelle appellent entre eux Thélème en référence à la célèbre abbaye imaginée par Rabelais – a été contraint de partir à Rome à cause d’actes délictueux commis envers des femmes. Il laisse derrière lui la difficile succession de l’Eau vive au moment où la liquidation de la Société Félix Dehau se pose. C’est à cette occasion qu’André Bonduelle comprend qu’il peut réclamer, lui aussi, quelques subsides : « Si les Fondations Félix Dehau s’inquiètent, on pourrait les aiguiller, par exemple, sur la Bibliothèque des dominicains d’Helsinki dont les besoins sont illimités et les ressources ultra-maigres… » Il va dès lors réitérer, au nom de l’équité entre membres de la famille, l’attribution de fonds pour le studium finlandais non sans se heurter aux aspirations de la prieure du monastère de Bouvines, Cécile Philippe qui a besoin d’entreprendre des travaux d’aménagement, et à celles du prieur du couvent de Lille, Michel Bous à qui la Fondation Dehau avait promis de contribuer à sa construction. Après des échanges assez vifs conduisant à un véritable litige, la répartition des fonds est arrêtée par une décision du maître de l’Ordre, que son socius, Nicolas Gobert, est chargé de transmettre : « 1/3 de l’ensemble à Helsinki, un 1/3 à Lille, 1/3 à Bouvines ». André Bonduelle ne peut donc mener à bien son projet. Il avouera, plus tard, sa déception lors des visites en Finlande des prieurs provinciaux, Albert Avril puis Joseph Kopf, persuadé que les gestionnaires de la Fondation Dehau ont préféré financer les monastères de Bouvines et de Clairefontaine plutôt que le Studium catholicum d’Helsinki.

Bibliothèque du Studium catholicum

Bibliothèque du Studium catholicum

« Ma bibliothèque » et son bibliothécaire, Martii Voutilainen.

Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Le 29 janvier 1960, au bout de dix ans de présence, André Bonduelle, vicaire de la maison, grâce aux trois frères dominicains, Antonin Paillard, Albert-Marie Lemaire et Augustin-Marie Béthune, peut rendre compte de l’activité du centre qui, si elle repose essentiellement sur la bibliothèque et la revue Documenta, est aussi pour chaque frère la recherche des contacts variés dans les milieux protestants, contacts personnels et publics (conférences, radio), animation d’un cercle d’étude, projection de films, articles, aumôneries… Bilan qui lui vaut des éloges – notamment d’avoir reçu la Légion d’honneur en 1958 –, mais dont il déplore la fragilité due à la grande précarité de la situation financière que les ressources locales n’arrivent pas à combler. Même si leur implantation ne peut qu’être modeste, les frères font un travail sérieux dans un esprit œcuménique, menant chez eux une vie aussi régulière que possible dans leur petite chapelle privée, leur ministère étant volontairement limité à quelques confessions et accompagnements spirituels. La diplomatie comme la patience d’André Bonduelle aboutissent à sa nomination au conseil épiscopal, qui avait été institué en 1955 lorsque Pie XII avait fait du vicariat de la Finlande un diocèse à part entière. En 1961, un événement de taille justifie encore davantage la présence en Finlande de l’équipe du Studium catholicum : le Finlandais Martin Voutilainen est ordonné prêtre, le 3 septembre, à Helsinki. Il est le premier dominicain finlandais à être ordonné depuis la Réforme et destiné à rejoindre l’équipe à l’issue de ses études à Paris. L’arrivée concomitante, en 1964, de Mgr Paul Verschuren, évêque coadjuteur d’Helsinki, puis évêque en 1967, connu pour son ouverture, impulse un nouvel élan dans la communauté dominicaine aux lendemains du concile en lui donnant l’occasion de faire connaître les textes conciliaires par des conférences et des articles.

20Mais l’essor du Studium – notamment celui de la bibliothèque – nécessite des locaux plus vastes. En 1966, après maintes recherches, André Bonduelle trouve deux étages superposés dans un immeuble proche de l’université, ce qui permet de répondre aux objectifs qui avaient été fixés dès l’origine et favoriser leur rayonnement. Les frères bénéficient dès lors d’une chapelle qu’il est possible de transformer en salle de conférences et d’une grande bibliothèque, riche de 20 000 volumes et d’une centaine de revues, ce qui exige à la fois des bibliothécaires et un budget important. Et, contrecoup de cette expansion, ils se rendent compte peu à peu qu’il est déraisonnable de continuer leurs essais de publications comme la parution de leur revue (elle cessera en 1972).

21Jusqu’en 1975 André Bonduelle ne cesse de donner des conférences ainsi que des cours à l’Université des lettres d’Helsinki et de développer son réseau de connaissances et d’amis. Sa capacité à faire vivre le Studium catholicum avait déjà été reconnue : la Finlande lui avait attribué l’une des plus hautes distinctions du pays en le faisant chevalier de l’ordre de la Rose Blanche. Ce sont des problèmes de santé qui l’obligent à rentrer définitivement en France. Il accepte cependant l’invitation qui lui est faite de conduire la délégation du Saint-Siège au symposium européen sur les « stratégies de recherche et de développement dans l’enseignement supérieur », organisé à Göteborg sous les auspices du Conseil pour la coopération culturelle européenne du 7 au 12 septembre 1975. C’est au nom de la fondation du Studium catholicum et de sa direction, mais aussi de son enseignement à l’Université des Lettres d’Helsinki qu’il est sollicité :

[…] la tache du Saint-Siège avec une telle présence n’est pas de discuter des questions techniques et moins encore de choix politiques dans le domaine éducatif, mais de mettre en relief et de défendre, si le cours des travaux le rend nécessaire et avec la discrétion qui s’impose, les aspects moraux et religieux qui s’insèrent dans les questions en discussion.

André Bonduelle au couvent de l’Annonciation

André Bonduelle au couvent de l’Annonciation

Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

22Après avoir remis un rapport sur l’intérêt du symposium et pris ses dispositions pour quitter Helsinki, il est assigné au couvent de l’Annonciation à Paris. Il meurt cinq ans plus tard à l’hôpital Notre-Dame à Levallois, laissant toutefois, pour ceux qui l’avaient connu – et davantage peut-être – les traces d’une présence dominicaine, d’un apostolat catholique dans un pays majoritairement protestant. Il n’avait eu de cesse de faire avec ses frères le choix de l’œcuménisme, via des échanges intellectuels et des relations personnelles, pour assurer à la maison Saint-Olaf un rayonnement culturel.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives générale de l’Ordre des prêcheurs (AGOP). — Archives diocésaines de Lille. — Oflag VI A. Raconté par Marc Blancpain, vu par Morel Fatio, J.H. Born & aux dépens des O.P.G., 1941. — La Croix, 8 juillet 1945. — Ministère des Armées, service historiques de la Défense, AC-40R-1948. — André Lemaire, « Les dominicains en Finlande 1249-1949, et jusqu'à nos jours », Mémoire dominicaine, 6, 1995, p. 17-32. — Étienne Fouilloux, « Première alerte sur le Saulchoir (1932) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 2012/1 (tome 96), p. 93-105. https://www.cairn.info/revue-des-sciences-philosophiques-et-theologiques-2012-1-page-93.htm. —Tangi Cavalin, L’affaire. Les dominicains face au scandale des frères Philippe, Paris, Les Éditions du Cerf, 2023.

Haut de page

Œuvre

Une paroisse derrière les barbelés, premiers mois de captivité. Textes recueillis par André Bonduelle et René Vielliard (préfaces du cardinal Suhard, du général Mortemart de Boisse, du colonel Corniquet), Paris, Les Éditions du Cerf, 1943. — Avec O. Rousseau, A. Motte, et al., Le discernement des vocations de religieuses, Paris, Les Éditions du Cerf, 1950. — « Essai sur la situation religieuse en Finlande », La Revue nouvelle, 15 janvier 1956. — « Réflexions sur la théologie de la vocation », Vocations sacerdotales et religieuses, 221, janvier 1963.

Haut de page

Table des illustrations

Titre André Bonduelle pendant la guerre
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Chapelle de Soest en Westphalie
Légende Intérieur de la chapelle décoré par deux architectes, Guillaume Gillet et René Coulon. Cette chapelle, considérée comme une œuvre patrimoniale, est ouverte au public (info@franzkapellesoest.de).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre André Bonduelle à son bureau en 1949
Crédits Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Embarquement des pélerins pour l’île Henri
Légende Embarquement du congrès des intellectuels pour l’île de Saint-Henri (aujourd’hui île de Kirkkotari) au milieu du lac Kôliönjärvi. C’est sur cette île que saint Henri d’Uppsala, martyr, avait trouvé la mort en 1156.
Crédits AGOP XIII/Archives de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Messe célébrée sur l’île de Saint-Henri
Légende André Bonduelle célèbre la messe, le 4 août 1951, au milieu des pélerins.
Crédits AGOP/Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Bibliothèque du Studium catholicum
Légende « Ma bibliothèque » et son bibliothécaire, Martii Voutilainen.
Crédits Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre André Bonduelle au couvent de l’Annonciation
Crédits Archives de la Province de France, Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3947/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « BONDUELLE André Marie Joseph », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 31 mars 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/3947

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search