Navigation – Plan du site

BOUCHE Jean

BOUCHE Rémy Achille à l’état civil ; BOUCHE Jean en religion
Éric Belouet

Résumé

Né le 16 octobre 1869 à Bellegem (commune devenue section de la ville de Courtrai, Belgique, en 1977), mort le 9 décembre 1943 à Paris (XIIIe arr.).
Frère convers, missionnaire au Proche-Orient : Mossoul (Empire ottoman puis Irak, 1900-1904 puis 1925-1927), Siirt (Empire ottoman, 1904-1910), Mar-Yacoub (Empire ottoman, 1910-1915).

Haut de page

Historique

Notice validée le 13/01/2015, mise en ligne le 15/01/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 4 avril 1889 à Corbara
• Profession simple : 20 mai 1893 à Corbara
• Profession solennelle : 20 mai 1896 à Saint-Jacques à Paris

1Fils de Charles Louis Bouche et de Nathalie Lefebvre, Rémy Bouche voit le jour près de Courtai, ville des Flandres orientales, dans un milieu ouvrier. Il conservera toute sa vie la nationalité belge, tandis qu’une partie de sa famille, née de l’autre côté de la frontière – à l’image de son neveu Albert Bouche, né à Wattrelos (Nord) –, est française. Après avoir fréquenté les écoles industrielles de Roubaix (Nord), Rémy Bouche entre à l’âge de dix-neuf ans comme tertiaire au couvent de Corbara (Corse) où il reçoit l’habit sous le nom de frère Jean, le 4 avril 1889. Assigné au couvent de Dijon (Côte-d’Or) en 1892, il revient à Corbara où il fait profession simple en 1893 et s’engage comme frère convers. Exempté de service militaire belge, il prononce ses vœux solennels au couvent Saint-Jacques à Paris le 20 mai 1896 et rejoint le couvent de Flavigny-sur-Ozerain où il est assigné.

Jean Bouche, jeune convers

Jean Bouche, jeune convers

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Après un court passage à Amiens (1898) puis à Paris, Jean Bouche part en 1900 pour la mission dominicaine du Proche-Orient. Il passe quatre ans à Mossoul, huit à Siirt puis cinq à Mar-Yacoub. Au cours de ces quinze années au Proche-Orient, Jean Bouche est « aussi bien cuisinier que jardinier et relieur à l’occasion ». Peu après son arrivée en 1900, son supérieur, Gonzalve Galland, écrit de lui : « Le frère Jean s’est mis de bon cœur à son travail à l’imprimerie et à quelques petits offices dans la maison. » Deux ans plus tard, il écrit que Jean Bouche, seul frère convers à Mossoul, en dépit de sa « bonne volonté » et de « quelques aptitudes », « aurait grand besoin de la compagnie et de l’exemple d’un frère plus calme et plus pénétré de l’esprit religieux ». À Siirt, Jean Bouche s’initie au tissage pendant un an puis, de 1904 à 1912, s’occupe principalement de l’atelier de tissage et y dispense des cours aux jeunes habitants de la ville. Réginald Bonte, son supérieur, écrit qu’« il pourra former des élèves capables de travailler des tissus, comme on n’en fait pas à Seert [Siirt], mais que l’on fait venir de Constantinople ou d’Europe ». Gonzalve Galland songe même à lui confier une « œuvre de frères convers indigènes », mais la mission n’y est pas favorable et ce projet est abandonné. « En Orient, les convers ont une position plus humiliée qu’en Europe ; c’est une épreuve que très peu peuvent porter et qui crée des ennuis à la mission », écrira plus tard Jacques Rhétoré à ce sujet.

3Un an après le début de la Première Guerre mondiale, Jean Bouche regagne l’Europe et se voit assigné au couvent du Sauchoir, à Kain (Belgique). Il y passe dix ans avant que, contre toute attente, Étienne Hugueny, nommé supérieur de la mission, ne le renvoie à Mossoul. Jean Bouche retrouve ainsi le Proche-Orient de mars 1925 à septembre 1927, date à laquelle, après un total de dix-sept années de mission, il est de nouveau assigné au couvent du Saulchoir, à Kain. Malgré ses cinquante-huit ans, il prend la lourde charge de cuisinier de cette communauté numériquement importante. Ce retour en Belgique coïncide également avec le moment où son neveu Albert Bouche revêt l’habit dominicain, un choix dans lequel Jean Bouche semble avoir pesé de tout son poids. L’ordination du fils de son frère en 1934 lui procure joie et fierté. Dans un courrier d’avril 1936, Albert Bouche écrit : « J’avais rêvé d’être missionnaire autrefois », laissant entendre que la figure de l’oncle missionnaire avait pu constituer un modèle pour l’enfant qu’il était alors.

4En 1928, Jean Bouche est assigné à Corbara, où il est toujours cuisinier, mais ce ne sera qu’une parenthèse de courte durée puisqu’il revient à Kain en février 1929 et ne connaîtra plus désormais d’autre lieu d’assignation, lui qui en aura connu neuf – et une quinzaine de déménagements – au cours des cinquante-quatre années séparant son entrée comme tertiaire à Corbara de sa mort à Paris. Décrit comme curieux de tout et ayant constamment l’esprit en éveil, Jean Bouche lit beaucoup et publie quelques articles, notamment dans le revue du « Cercle Saint-Paul » de Courtrai. Il entretient aussi une abondante correspondance dans laquelle il est beaucoup question – trop parfois aux yeux de sa hiérarchie – de sa collection de timbres qu’il cherche à enrichir auprès de frères et de pères missionnaires, dont certains qu’il n’a jamais rencontrés, tel Simon Martel, assigné à Fall River en septembre 1927 et qui l’approvisionne en timbres d’Amérique du Nord. Nombreux sont en effet ceux qui, ayant eu vent de la grande passion du frère Bouche pour la philatélie, lui envoient, parfois en quantité importante, de nouveaux spécimens glanés à la faveur de leurs déplacements.

Jean Bouche au Saulchoir de Kain en 1935

Jean Bouche au Saulchoir de Kain en 1935

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5L’âge venant, l’une des jambes de Jean Bouche est progressivement gagnée par la paralysie, ce qui l’oblige à renoncer à toute vie active. Il devient alors « frère bricoleur », « terme vague [qui] peut recouvrir n’importe quoi, mais [qui] évoque bien les multiples petits travaux, réparations, etc., pour lesquels il invent[e] sans cesse de nouveaux “trucs”, des techniques qui lui permett[ent] d’utiliser à meilleur compte le matériel de fortune dont il [peut] disposer ». À la fin de sa vie, son immobilité, presque totale, l’amène à développer encore sa curiosité intellectuelle dans des domaines très divers (histoire, géographie, philosophie…), même si les questions missionnaires demeurent son principal centre d’intérêt. Si l’itinéraire de Jean Bouche peut être restitué dans ses grandes lignes, ses relations sociales, en particulier au Proche-Orient, demeurent, faute de sources, largement méconnues. Une lettre reçue en novembre 1937 du frère Louis-Marie Moquet, journaliste à Paris-Orient – (« journal d’informations politiques, économiques, littéraires, artistiques et touristiques »), dont le siège est sis au 59 de la rue de Rivoli, à Paris Ier arrondissement – permet toutefois de lever un minuscule coin de voile. Il écrit à Jean Bouche, « le bon vieux frère à longue barbe que j’ai connu jadis », pour lui demander ses souvenirs sur Ignace Gabriel Ier Tappouni, patriarche de l’Église catholique syriaque : « Je sais que vous avez été son ami intime et que vous avez suivi l’activité de ce patriarche de Constantinople. »

6Alors que le Saulchoir a déménagé à Étiolles en 1938-1939, le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale puis l’exode conduisent Jean Bouche, ainsi que le frère Bernard Alzard, chez les sœurs de la Présentation à Cancon (Lot-et-Garonne) où il est extra provinciam. Alors qu’il est en chemin pour regagner Étiolles, il arrive au couvent Saint-Jacques, à Paris, le jeudi 9 décembre 1943. Quelques heures plus tard, il meurt de congestion cérébrale. Son corps est alors transporté à Étiolles où il est inhumé au cimetière du Saulchoir.

7Dans la notice biographique qu’il consacre à Jean Bouche en 1950, Jean-Marie Hum, alors chargé des missions au Saulchoir, écrit :

Le souvenir le plus marquant que gardent ceux qui l’ont connu est celui de son attachement à l’Ordre dominicain, à la vie religieuse que Dieu avait voulue pour lui dans cet Ordre. C’est ce qui lui fit accepter avec empressement de nombreux changements de couvent, imposés par ses supérieurs pour utiliser au mieux ses dons naturels. C’est surtout ce qui le fit demeurer avec beaucoup d’humilité dans une obéissance souvent lourde à son tempérament expansif et plein de vigueur ; comme tous les hommes qui ont un peu de personnalité, il avait un caractère un peu brusque, d’autant plus peut-être que sa capacité humaine devait souvent se sentir mal à l’aise dans les besognes matérielles qui étaient sa part. Mais son humilité et son esprit de foi l’aidèrent à assouplir ce caractère, et l’on conserve de ses dernières années la vision d’un religieux très fraternel, ouvert aux jeunes, ne se plaignant jamais malgré l’inaction à laquelle le condamnait l’infirmité.

Haut de page

Sources

Sorry! Internal error. Please contact the webmaster and try reloading the page. 
Haut de page

Œuvre

Articles dans la revue du « Cercle Saint-Paul » de Courtrai.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean Bouche, jeune convers
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Jean Bouche au Saulchoir de Kain en 1935
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Belouet, « BOUCHE Jean », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/404

Haut de page

Auteur

Éric Belouet

Notices du même auteur

  • BOUCHE Albert [Texte intégral]
    BOUCHE Albert à l’état civil ; BOUCHE Martin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals