Navigation – Plan du site

DESOBRY Henri-Dominique

Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 1er octobre 1919 à Mouvaux (Nord), mort le 8 avril 2006 à Texcoco (État de Mexico, Mexique). Prêtre missionnaire dans les plaines du bassin parisien (1947-1958), aumônier général des étudiants africains en France (1958-1964) puis missionnaire au Mexique parmi les populations indiennes (1967-1981).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/09/2019.

Texte intégral

Vestition pour la Province de France : 23 février 1938 à Amiens
Profession simple : 24 février 1939 à Amiens
Profession solennelle : 1er novembre 1942 au Saulchoir d’Étiolles
Ordination sacerdotale : 3 juin 1944 au Saulchoir d’Étiolles

1André Desobry naît peu après la fin de la Grande Guerre à Mouvaux dans l’agglomération lilloise. L’invasion allemande de 1914 ayant contraint sa mère, Fernande née Castelain, à fuir la maison familiale de Roubaix pour se réfugier dans la région de Limoges le temps de la guerre, c’est à Mouvaux qu’elle trouve à se loger à la fin des hostilités. Elle y accueille bientôt son mari, René Desobry, définitivement démobilisé en mars 1919 après cinq années sous les drapeaux. De l’ancien domicile de Roubaix à celui de Mouvaux, il n’y a guère que quelques centaines de mètres, mais ce déplacement n’est pas anodin : il entérine la situation sociale fragilisée des Desobry, qui ont perdu l’essentiel de leurs biens au cours de l’occupation allemande. Négociant en fromages à Roubaix, René Desobry n’est pas pour autant sans ressource : il peut compter sur le soutien de sa famille pour s’équiper d’un cheval et d’une voiture et reprendre son commerce avec une clientèle d’épiciers qui lui accordent leur confiance, comme ils l’accordaient à son père avant lui. À force de travail, il assure des revenus modestes à la famille, mais suffisants pour que Raoul, l’aîné des garçons, né en 1911, puisse s’inscrire dans le réputé collège privé de Marcq-en-Barœul. Les succès scolaires de cet aîné, ses qualités intellectuelles et sa maturité font l’admiration des parents et l’érigent en modèle pour le jeune André. D’une piété discrète mais profonde, Raoul se destine à la vie religieuse et, en 1930, gagne le noviciat des dominicains de la province de France à Amiens où il reçoit le prénom d’Augustin. À sa suite, son jeune frère, André, ainsi qu’une sœur, née en 1924, le suivront dans l’Ordre des frères prêcheurs. René et Fernande Desobry voient ainsi, non sans un certain désarroi, leurs trois enfants quitter le giron familial pour entrer successivement dans la famille dominicaine.

La fratrie Desobry, une fratrie dominicaine

La fratrie Desobry, une fratrie dominicaine

De gauche à droite : Raoul/Augustin, Geneviève, André/Henri-Dominique. L’entrée dans l’Ordre des frères prêcheurs de plusieurs membres d’une même fratrie n’est pas exceptionnelle. Chez les Desobry toutefois, ce sont les trois enfants qui entrent successivement dans la famille dominicaine. Pour leurs parents, la situation est complexe : heureux d’avoir su si bien transmettre les valeurs catholiques, il leur faut en même temps voir leurs enfants s’éloigner définitivement et renoncer à jouir d’une descendance. Dans le cas de la famille Desobry, cette ambivalence est accentuée par le fait que ce ne sont pas eux, mais leur aîné, Raoul, qui suscite à sa suite les vocations de ses cadets.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Le noviciat fondateur du Saulchoir d’Étiolles

2André Desobry entre au noviciat d’Amiens en février 1938, quelques mois après la cérémonie d’ordination sacerdotale d’Augustin. Il a dix-huit ans et est titulaire d’un baccalauréat de philosophie obtenu au terme de ses études suivies à l’Institution Saint-Louis de Roubaix puis au collège du Sacré-Cœur de Tourcoing. Par l’entremise de son frère Augustin, qu’il visite fréquemment au couvent d’études du Saulchoir de Kain, il se familiarise à la vie dominicaine et rencontre quelques-unes des figures tutélaires de la province de France, comme Pierre Mandonnet et Antonin-Dalmace Sertillanges. D’abord réticent à l’égard de cette forme de vie, André finit par confier à son aîné vouloir marcher sur ses pas et entrer à son tour dans l’Ordre des frères prêcheurs. Lors de son admission au noviciat, c’est sur la suggestion d’Augustin que le maître des novices lui attribue le prénom d’Henri-Dominique, en souvenir de Lacordaire, le restaurateur des frères prêcheurs au siècle précédent. Tout au long de leur vie dominicaine, en dépit d’engagements apostoliques très différents, les frères Desobry vont entretenir une relation où la fraternité religieuse prolonge et renforce les liens du sang, Augustin conservant un ascendant bienveillant sur son cadet.

Du Saulchoir de Kain au Saulchoir d’Étiolles : le premier noviciat français

Du Saulchoir de Kain au Saulchoir d’Étiolles : le premier noviciat français

C’est durant le printemps et l’été 1939 que le rapatriement en France du couvent d’études de la province, en Belgique depuis 1903, est effectué. Les novices prêtent main-forte aux frères convers et aux ouvriers qui chargent et déchargent les caisses convoyées par des péniches (à droite). On devine aisément le soin qu’il convient d’apporter au transfert de la statue de Thomas d’Aquin enseignant. La perplexité nécessitée par une telle opération, que l’on lit dans l’expression du frère Henri-Dominique, méritait bien de retenir l’attention du photographe.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3À la différence du frère Augustin, Henri-Dominique Desobry ne vécut jamais au couvent d’études du Saulchoir de Kain. En effet, celui-ci est rapatrié dans la région parisienne, au cours de l’année 1939, mettant fin à trente-cinq ans d’exil belge. En septembre 1938, son noviciat est le premier à investir les nouveaux locaux, inachevés, d’Étiolles, ce qui lui vaut de participer aux travaux d’installation, sous la direction du régent des études, Marie-Dominique Chenu. Ce retour en France du studium, deux ans après l’obtention d’un statut pontifical pour les facultés de philosophie et de théologie, est une forme de consécration pour l’école de pensée du Saulchoir qu’incarne Chenu.

Un studentat bousculé par le contexte de la guerre

4L’installation s’achève au moment même du déclenchement de la guerre, en septembre 1939. Henri-Dominique Desobry vit l’offensive allemande du 10 mai 1940 au Saulchoir tout d’abord, avant d’être mobilisé le 4 juin dans la DCA. À son retour, quelques semaines plus tard, c’est un couvent en partie occupé par des soldats allemands et sur lequel flotte le drapeau à croix gammée qu’il découvre. Il n’y reste pas, étant envoyé dans les Baronnies au titre des Chantiers de jeunesse jusqu’au 9 février 1941. Au cours de cette absence, le Saulchoir s’ouvre à de nouvelles perspectives missionnaires : le 27 octobre 1940, en effet, selon la chronique conventuelle, débute une « action apostolique plus intense autour du couvent » avec la mission que prêchent les pères Épagneul, Houyvet et Demeester. Le succès de l’opération les encourage à élargir leur rayon d’action aux paroisses voisines. En janvier 1941, le Saulchoir accueille une vingtaine de participants dominicains pour des « journées d’études missionnaires » : tous ressentent le « besoin de collaboration [...] pour l’invention des formules nouvelles nécessaires au rayonnement apostolique dans la France bouleversée de 1941 » (chronique). À cette date, ce sont surtout les missions d’une dizaine de jours qui ont la préférence. Le père Épagneul s’en fait une spécialité. Au couvent lui-même, des retraites d’étudiants de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC) ou d’ouvriers de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) ont lieu de manière régulière. Augustin Desobry, nouveau prieur du couvent Saint-Jacques à Paris, qui visite fréquemment le Saulchoir, prend part à cet élan apostolique en inaugurant une « école supérieure d’enseignement religieux » (« cours Saint-Jacques ») ouverte à tous. Il choisit ses conférenciers parmi le corps des lecteurs du studium. C’est donc un couvent résolument tourné vers l’extérieur, autant que le permettent les traditions de l’Ordre, que découvre à son retour des camps de jeunesse Henri-Dominique Desobry.

L’émoi tranquille du frère Henri-Dominique Desobry

L’émoi tranquille du frère Henri-Dominique Desobry

Tandis que ses confrères se déportent avec prudence vers le bâtiment situé sur leur droite (de gauche à droite, les frères Ferry, Bochin et Paillard) et que d’autres restent en retrait (Henri Hardouin-Duparc et, derrière lui, Nicolas Rettenbach), Henri-Dominique Desobry, un invariable sourire aux lèvres, refuse de se laisser intimider par le cavalier dressé sur sa monture qui avance vers lui. Il oppose, par jeu, sa haute et mince silhouette au frère Louis Deltombe, Saint-Cyrien et capitaine de cavalerie de réserve, en visite au Saulchoir.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Dans l’immédiat, il lui faut reprendre ses études et mettre les bouchées doubles pour mener à bien sa deuxième année de philosophie. Comme les autres étudiants du Saulchoir, il est durement affecté par la nouvelle qu’apporte le provincial Antonin Motte le 25 février : la mise à l’Index de la brochure du père Chenu Le Saulchoir. Une école de théologie (1937). Quelques mois plus tard, l’alerte se confirme avec le remplacement à la tête du studium de Chenu par le père Thomas Philippe qui commente la sanction devant les étudiants convoqués le 8 juin 1942. C’est donc dans un contexte très spécifique, marqué à la fois par les effets de la défaite, l’élan missionnaire et les sanctions venues de Rome contre les orientations théologiques impulsées par Chenu, qu’Henri-Dominique Desobry poursuit ses études. Il prononce ses vœux solennels à la Toussaint 1942, au cours d’une messe chantée par son frère, présent comme à toutes les étapes qui jalonnent son accès au sacerdoce. Henri-Dominique Desobry est ordonné diacre le 19 mars suivant, lors d’une cérémonie dont la date a été avancée en raison du départ redouté de plusieurs religieux en âge d’être requis pour le STO. Lorsque cette menace se précise, il fait le choix, en même temps que plusieurs autres jeunes religieux menacés de partir en Allemagne, d’intégrer l’organisation d’un centre pour jeunes délinquants qui voit le jour à Laxou, près de Nancy. Le maître des étudiants, Nicolas Rettenbach, est à l’origine de cette initiative, visant à soustraire les jeunes dominicains au STO tout en les mettant en contact avec une population défavorisée de jeunes mineurs. À l’issue d’un accord avec un psychiatre, le docteur Meignant, les religieux volontaires prennent en charge, à la fin de l’été 1943, le Centre d’accueil et de triage des mineurs d’Hardeval. Desobry participe à ses activités comme moniteur chargé plus spécialement du rôle d’instituteur des plus jeunes enfants. Avec lui, une dizaine d’autres jeunes dominicains s’activent dont Jacques Dubois, Bernard Gardey, Dominique Barthélémy, Philippe Maillard, Jean Paillard, Laurent Ferry, Nicolas Dunas. Desobry rentre au Saulchoir en janvier 1944 pour y avancer sa formation et être ordonné prêtre le 3 juin par Mgr Beaussart, archevêque auxiliaire de Paris et tertiaire dominicain, en même temps que cinq autres fils de saint Dominique : Dominique Jacquemin, Antonin Barth, Thomas Patfoort, André-Pierre Liégé et Gabriel Näsmark. Du fait des interruptions dues à la guerre, il manque une année de théologie dans son cursus, qu’il accomplit en 1944-1945. Bien noté par ses supérieurs, plus d’ailleurs pour sa conformité à l’idéal de vie dominicaine que pour ses performances intellectuelles, il n’est pas incité à poursuivre des études complémentaires. Par contre, il s’investit avec d’autres frères étudiants dans les missions rurales en Seine-et-Marne qui, le père Épagneul ayant quitté l’Ordre dominicain pour fonder les Frères missionnaires des campagnes en septembre 1943, ont été reprises par Jean Maurice. Ces stages, effectués dans le contexte d’un catholicisme français traversé par un élan missionnaire, confortent l’orientation résolument apostolique de sa vie religieuse. Dans une lettre du 8 octobre 1944, il écrit à l’un de ses supérieurs, alors qu’il rentre d’un village de Seine-et-Marne où il a participé à la moisson : « Si un jour, vous aviez l’intention de créer une équipe missionnaire des campagnes déchristianisées, ce serait pour moi un grand honneur si vous m’y incorporiez. »

Aumônier de la Marine nationale, à Toulon en 1945.

Aumônier de la Marine nationale, à Toulon en 1945.

Mobilisé pour la seconde fois en 1945, Henri-Dominique Desobry est affecté à la base de Toulon, mais circule également dans d’autres ports méditerranéens comme celui d’Alger. C’est à l’amiral Pierre-Jean Ronac’h, qui commande les forces françaises en Méditerranée, qu’il est ici présenté.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

En mission dans la plaine de Meaux

6En août 1945, Desobry est à nouveau mobilisé pour compléter son temps de service : d’abord matelot, il est très vite affecté à Alger comme aumônier de la Marine nationale. À son retour, en septembre 1946, il est assigné au Saulchoir. Jean Maurice requiert de ses supérieurs que le jeune religieux soit affecté de manière permanente à l’équipe rurale qu’il s’efforce de reconstituer, mettant en avant les liens de confiance et même d’amitié qui le lient à lui. Le chapitre provincial de 1947 lui donne satisfaction. Le duo entame son action missionnaire en lien avec l’évêque de Meaux qui lui assure un traitement en échange de la prise en charge, d’accord avec les curés, d’un ensemble de trente paroisses déchristianisées du Multien. Très vite, les deux hommes se partagent la tâche, en fonction de leurs affinités : au père Maurice revient la dimension doctrinale et organisationnelle de la mission, tandis que le père Desobry, allergique à une approche empruntant trop aux méthodes d’Économie et humanisme, privilégie le contact direct avec les ruraux, principalement par la prédication et la catéchèse. Très vite, les méthodes évoluent, en fonction des découvertes effectuées sur le terrain : missions paroissiales (en hiver), retraites, réunions, animation de camps de jeunes, encadrement et soutien des militants patronaux et ouvriers d’Action catholique (Mouvement familial rural, JAC/F) dispersés dans cette plaine de Meaux caractérisée par la présence des grandes exploitations agricoles. En revanche, les projets initiaux de rechristianisation du milieu rural par une transformation de ses structures professionnelles avec les équipes du mouvement Économie et Humanisme sont progressivement abandonnés. De même, l’idée de faire du couvent d’études du Saulchoir auquel l’équipe est rattachée un lieu d’élaboration doctrinale au service de la mission s’avère impossible à mettre en œuvre.

7Un glissement s’opère donc, entre 1947 et le début des années 1950, quant à la définition de la mission rurale : la dimension économique et sociale, très présente chez Jean Maurice, s’estompe au profit de la démarche évangélique qui a davantage les faveurs de Desobry ; pour celui-ci, il ne s’agit pas tant de transformer les structures que de partager la vie des ruraux et plus spécifiquement des ouvriers agricoles. L’achat d’une roulotte par Jean Maurice permet de donner corps à ces évolutions : elle est un lieu de vie communautaire pour les deux religieux qui y célèbrent parfois la messe et en font en même temps un lieu d’accueil et de réunion pour les populations alentour ; elle est également la marque d’un ancrage dans le paysage de la plaine et de la dimension résolument régionale de la mission. Les deux dominicains, par ailleurs, décident de s’embaucher dans les grosses exploitations du Multien, au moment des récoltes, afin de partager les conditions de vie des ouvriers et être davantage en prise avec les réalités professionnelles. Ils encouragent et même sollicitent, au nom des mêmes conceptions missionnaires, la venue de religieuses dominicaines missionnaires des campagnes et leur entrée au travail à Trocy-en-Multien. Elles y occupent, de 1951 à 1955, un logement ouvrier mis à leur disposition par les deux frères prêcheurs pendant les travaux saisonniers puis s’installent définitivement à May-en-Multien.

8En 1951, à l’occasion du chapitre provincial, Jean Maurice fait état des progrès de la mission de Meaux et sollicite un nouvel équipier afin d’étendre l’expérience en direction de la plaine de Melun, initialement délaissée en raison du taux d’encadrement paroissial encore plus faible qu’autour de Meaux. Il y voit également l’occasion de mieux relier l’équipe au couvent du Saulchoir, ne renonçant pas à sa conception d’une expérience missionnaire, ferment de réflexion pour les théologiens du studium. Les membres du chapitre n’accèdent qu’à la première de ses demandes. En effet, si un troisième dominicain, Jean-Marie Savey, rejoint bientôt Maurice et Desobry, l’équipe est désormais rattachée au couvent parisien de Saint-Jacques, l’extension de la mission à la plaine de Melun ayant été refusée par les pères capitulaires. La spécialisation des tâches missionnaires s’accentue encore : Maurice assure l’encadrement de l’équipe et occupe une part croissante de son temps à maintenir, grâce à sa moto, la liaison entre les groupes de militants d’Action catholique ou à répondre aux sollicitations du clergé diocésain pour des réunions de formation ; Desobry, doté également d’une moto, est moins mobile car il privilégie, depuis la roulotte, un travail d’éducation populaire et de catéchèse avec les ouvriers agricoles, mettant sur pied avec eux à deux reprises des pèlerinages à Rome ; Savey, qui loge dans une seconde roulotte achetée en 1954, travaille dans une ferme de grande culture et œuvre à la constitution d’un syndicat départemental affilié à la CFTC. Les trois hommes s’efforcent de maintenir une vie communautaire faite d’étude, de réflexion et de prière en dépit de la dispersion et des sollicitations multiples. Ils gagnent régulièrement, depuis la Seine-et-Marne, le couvent parisien de Saint-Jacques où ils restent assignés. Mais les sollicitations de Jean Maurice pour que la mission rurale occupe une place plus importante dans les préoccupations provinciales, par des contacts avec des lecteurs conventuels, la formation de jeunes dominicains ou le renforcement de l’équipe, ne seront jamais entendues. Comme responsable de la mission en roulotte, Maurice s’en rend partiellement responsable. Mais il regrette aussi de ne pas trouver dans ses équipiers la vigueur intellectuelle suffisante pour porter cette revendication. Henri-Dominique Desobry, dont il souligne par ailleurs le rayonnement, s’avère incapable de toute réflexion collective comme de toute activité d’encadrement dans la ligne des mouvements d’Action catholique. Son charisme personnel est jugé alternativement « évangélique » ou « poète » et « bohème » et il excelle dans la prédication au point d’être envoyé, à plusieurs reprises, prêcher au loin, en Guadeloupe et aux États-Unis (1953), en Algérie (1953), au Cameroun (1958). Il n’est, quoi qu’il en soit, en rien celui d’un organisateur ni d’un chef. Par contre, sa passion pour l’étude de la Bible, et plus particulièrement pour les Évangiles, est si manifeste qu’il obtient, en 1951, l’autorisation d’effectuer un séjour de plusieurs mois à l’École biblique de Jérusalem pour découvrir le « pays du Christ ».

Au coude à coude avec les travailleurs agricoles de la Plaine de Meaux

Au coude à coude avec les travailleurs agricoles de la Plaine de Meaux

Le frère Henri-Dominique Desobry a toujours mis en avant la dimension apostolique de sa vocation. Il a le sentiment de la réaliser en vivant parmi les ouvriers agricoles des grandes exploitations, par le travail manuel occasionnel comme par le partage de moments de convivialité. À la différence des prêtres-ouvriers de sa génération, il ne cherche pas à se confondre avec les travailleurs : il prend un verre après s’être faufilé entre deux convives et conserve son habit blanc dès qu’il ne travaille pas. La photographie réalisée pour un reportage a les défauts de ses qualités : sa maîtrise accuse son manque de spontanéité.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9La mission rurale repose donc essentiellement sur les épaules de Jean Maurice. Henri-Dominique Desobry est davantage attaché à la dimension missionnaire de l’entreprise qu’à son enracinement rural. Aussi est-il, à plusieurs reprises, pressenti pour d’autres terrains apostoliques. Au printemps 1953, en route pour une tournée de prédications dans le continent américain, il s’arrête quelques jours à Alger à la demande du provincial, le père Albert-Marie Avril, qui lui demande d’étudier la possibilité de prendre en charge l’aumônerie régionale de la JOC. Ce nouvel ancrage n’aboutit pas : ni les dominicains du couvent d’Alger, de sensibilité conservatrice, voire réactionnaire, ni le clergé local, méfiant à l’égard des dominicains de la métropole perçus comme trop proches des prêtres-ouvriers, ne voient d’un bon œil le parachutage d’un religieux sans expérience de la JOC ou de l’Algérie. Quant à l’intéressé, s’il est séduit par la sollicitation, c’est à condition de conférer une tonalité nettement missionnaire à son aumônerie en s’installant dans le quartier populaire de Bab-el-Oued. L’isolement du dominicain s’avérant insurmontable, l’implantation algérienne fait long feu. Elle n’en est pas moins révélatrice de la fragilité de son rattachement à la mission rurale de Seine-et-Marne.

10En 1956, Jean Maurice, ébranlé psychologiquement par ses années d’implication incessante dans un apostolat mené selon un rythme très différent de celui de la vie régulière, doit brusquement quitter la plaine de Meaux pour être hospitalisé puis entamer une longue convalescence en Corse, au couvent de Corbara. Henri-Dominique Desobry et Jean-Marie Savey sont désormais seuls à faire face aux demandes toujours croissantes que leurs succès missionnaires suscitent sans relâche. Ils peinent à y faire face. D’autant que le Centre pastoral des missions de l’intérieur (CPMI), alors en plein essor, sollicite Desobry pour des missions régionales dans l’Oise. C’est le père Jean Villeneuve, alors membre du comité directeur du CPMI, qui requiert cette collaboration de son confrère dominicain, reconnaissant à la fois la pertinence de la « mission en roulotte » tout en entérinant l’éclatement de fait des membres de son équipe. Le retour de Jean Maurice au printemps 1957 ne permet pas de pallier les difficultés, d’autant que celui-ci doit désormais se ménager et ne joue donc plus qu’un rôle secondaire. S’il poursuit son activité missionnaire jusqu’à l’été 1958, Henri-Dominique Desobry fait le constat d’un certain épuisement de la « mission en roulotte », d’autant que ses relations personnelles avec le clergé local, qui le juge trop indépendant, se détériorent.

L’aumônerie des étudiants d’outre-mer (1958-1964)

11Le retrait de Seine-et-Marne de Desobry le rend disponible pour d’autres apostolats au service de l’Ordre. Il coïncide avec le souhait du provincial, Joseph Kopf, de voir attribuer aux dominicains l’aumônerie générale des étudiants africains et antillais en France. En effet, dans le contexte, imposé par la décolonisation de l’Afrique, de l’émergence de nouvelles élites en provenance du tiers-monde, il s’agit d’assurer leur formation chrétienne avant qu’elles prennent les commandes de leur pays. Or, depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion du père Augustin Desobry, la province de France s’efforce de mettre sur pied un vaste projet d’apostolat intellectuel sur Paris autour du couvent Saint-Jacques : le Centre culturel international catholique (CCIC). Initialement conçu comme un moyen de rayonnement de l’Ordre dans la capitale culturelle qu’est Paris, le projet s’est précisé au fil des années en privilégiant une double orientation : vers un public issu du monde universitaire (professeurs et surtout étudiants) d’une part, vers les ressortissants des nouvelles nations indépendantes d’autre part. En septembre 1958, au chapitre général de l’Ordre tenu à Calaruega, ce projet est recommandé aux faveurs de l’ensemble des provinces du monde dominicain. Par ailleurs, la province de Lyon ouvre en 1957 une maison à Dakar tandis que celle de France s’emploie à en édifier une autre à Douala, toutes deux s’orientant en priorité vers l’évangélisation des élites locales. À Lille, début 1959, c’est un foyer pour étudiants africains qui voit le jour sous la houlette du couvent des prêcheurs. « L’Afrique est à l’ordre du jour », déclare sans ambages le provincial Kopf dans son éditorial du bulletin interne Ut sint unum du 15 avril 1959. Cette ouverture vers l’Afrique subsaharienne des provinces dominicaines françaises ne peut que se voir confortée par l’attribution à l’un de ses membres de l’aumônerie générale des étudiants africains et antillais. Le chapitre de la province de France de l’été 1959 n’allait-il pas jusqu’à demander l’intégration de cette aumônerie dans le Centre culturel international adossé au couvent Saint-Jacques ?

12Le premier titulaire de cette aumônerie créée en 1950 sous l’égide de Mgr Marcel Lefebvre, archevêque de Dakar et délégué apostolique pour l’Afrique noire française, était le spiritain Joseph Michel. Ses positions favorables à la décolonisation, qui l’avaient conduit en 1956 à polémiquer contre celles du prédécesseur de Joseph Kopf à la tête de la province de France, Vincent Ducatillon, avaient échaudé Mgr Lefebvre. Lorsque Joseph Michel quitte l’aumônerie en 1958, « démissionné », c’est du côté des dominicains que l’archevêque de Dakar se tourne pour lui trouver un successeur à la doctrine plus affirmée, semblant ignorer que les positions de Ducatillon étaient loin de faire l’unanimité parmi les frères prêcheurs. À cette première équivoque s’en ajoute une autre quant à la personnalité pressentie par Mgr Lefebvre : il souhaite en effet la confier au père Augustin Desobry, dont les talents d’organisateur sur la place parisienne comme à l’étranger ne sont plus à démontrer, mais à la condition qu’il s’y consacre exclusivement. Il n’est pas question pour l’intéressé de renoncer à cette aumônerie, pas plus qu’il ne peut envisager l’abandon du Centre international de Saint-Jacques : pour lui, les deux instances doivent s’articuler. Les religieux en poste à Douala, Louis d’Agier de Rufosse et Jean-Dominique Merlo en particulier, les seuls pressentis à avoir une réelle expérience des enjeux du continent africain, déclinent tour à tour la fonction qui finit par échoir à Henri-Dominique Desobry. Celui-ci a-t-il accepté uniquement par esprit d’obéissance à la volonté du provincial et, plus encore, de son propre frère ? Une lettre du 21 août offre les seules indications disponibles : « Il est certain que j’appréhende ce changement de vie si radical. Mais il est aussi certain que dans la plaine, je ne pouvais plus donner toute ma mesure. Que d’autre part, cette aumônerie semble être très importante, étant donné les nombreux engagements de l’Ordre dans l’apostolat africain, et l’évolution rapide du continent africain qui a besoin au plus tôt de chrétiens agissant dans le sens de leur foi. » Le 25 août 1958, après avoir rencontré Desobry, Mgr Lefebvre formule au provincial le souhait de le voir nommé à la direction de l’aumônerie, faisant fi de son inexpérience des milieux étudiants comme de l’Afrique. Celui-ci, malgré ses propres inquiétudes quant aux capacités du père Desobry à gérer une aumônerie confrontée à la politisation de ses étudiants, valide cette demande, se contentant de le faire seconder par le jeune père Merlo plus averti des réalités africaines. Les deux hommes prennent à l’automne 1958 leurs quartiers au siège de l’aumônerie nationale, 6 rue Thibaud (XIVe arr.), tout en restant assignés au couvent Saint-Jacques et dans l’attente d’une ratification par l’Assemblée des cardinaux et archevêques de leur nomination.

13Pour le nouvel aumônier général, exercer cette fonction relève de la gageure : d’un côté, toute une partie des étudiants catholiques africains défend, voire milite, pour une indépendance rapide des territoires encore sous domination française ; de l’autre côté, Mgr Marcel Lefebvre est un tenant d’une colonisation qu’il défend comme un rempart de la civilisation chrétienne face aux assauts conjugués des forces musulmanes et communistes ; à l’égard de son aumônier général, ses consignes restent cependant vagues et se résument à un rappel des distinctions à observer entre le spirituel, domaine dans lequel doit se tenir Desobry, et le temporel dont il doit se tenir à distance et œuvrer afin que les étudiants restent également à l’écart de toute politisation. Le nouvel aumônier, pour sa part, envisage cette responsabilité dans une visée missionnaire : très vite, il oriente le père Merlo en direction des étudiants incroyants ou non-catholiques et réclame à ses supérieurs dominicains comme à Mgr Lefebvre des prêtres originaires d’Afrique pour constituer une équipe missionnaire à même d’évangéliser non seulement les étudiants catholiques, mais l’ensemble des étudiants issus de l’Afrique et des Antilles. Dans une lettre du 11 février 1959, écrite quelques mois après son entrée en fonction, il argumente en faveur de son projet, espérant l’affectation à l’aumônerie du père Étienne Kangé, jeune dominicain camerounais promis à la maison de Douala : rappelant que « l’Église a perdu la presque totalité de ses baptisés africains en France », il se dit néanmoins persuadé de pouvoir redresser cette situation à condition de recevoir, prioritairement à l’implantation de Douala s’il le faut, des renforts : « Cette première équipe dominicaine travaillant à l’apostolat des étudiants africains ne serait-elle pas le noyau du centre missionnaire envisagé par mon frère [Augustin], et particulièrement bien placée : l’imprégnation marxiste répandue parmi les étudiants risque de se propager dans toute l’Afrique parmi les masses. Il est probable que tous les problèmes apostoliques auxquels ils auront à s’affronter à Paris se poseront dans dix ans en Afrique. Notre équipe serait donc bien placée pour se livrer à un approfondissement doctrinal des problèmes missionnaires. » Si plusieurs jeunes frères (Étienne Kangé, René Luneau, Henri-Dominique Duval-Arnould…) seront effectivement, dans les années suivantes, attirés, à titre officiel ou non, auprès de l’aumônerie, l’équipe dominicaine à laquelle aspire Desobry ne verra jamais le jour. Son action en est d’autant plus limitée que l’aumônerie générale elle-même possède une autorité relative face au bouillonnement d’initiatives apostoliques auprès des étudiants africains en France. En dépit de ses plaidoyers auprès de l’Assemblée des cardinaux et archevêques de France pour une organisation plus centralisée, il lui faut faire avec cette dispersion. C’est donc sans le soutien espéré, ni du côté de l’Ordre, ni du côté des évêques africains, ni enfin de l’épiscopat métropolitain qu’il mène sa mission, s’efforçant de regrouper les étudiants de l’Union des étudiants catholiques africains (UECA) dans les villes de province comme à Paris et de former des aumôniers diocésains. Même s’il est reconduit pour un second mandat, en 1961, fort du développement réussi de l’aumônerie de la rue Thibaud et des groupes de province, c’est par devoir plus que par enthousiasme personnel qu’il accomplit sa tâche, se sentant souvent décalé par rapport aux aspirations des étudiants et impuissant à contenir les divisions entre eux comme entre leurs aumôniers. En juillet 1963, son amertume le pousse à s’adresser à son provincial : l’UECA « est plus un syndicat qu’un groupe de catholiques. L’ambiance [est] telle que la formation chrétienne [est très réduite]… et que je me demande ce que je [fais] là. Pur rôle de conseiller ecclésiastique auquel je suis mal préparé. Même à Paris où je suis seul patron, mon ministère sacerdotal proprement dit a été très limité pendant plusieurs années : les étudiants attendaient peu du prêtre… ou je ne savais pas deviner leurs attentes. » À la demande de son supérieur, il poursuit ses efforts une année supplémentaire mais, dès le début de l’année 1964, insiste pour que sa démission soit acceptée, se disant « usé » par des années de luttes incessantes à son poste. Il formule une dernière requête auprès de Mgr Veuillot, responsable de la commission épiscopale en charge de cette aumônerie : qu’elle soit désormais assumée par un Africain. En août 1964, l’archevêque coadjuteur de Paris l’informe de la nomination de son successeur en la personne du prêtre camerounais Louis Ngongo. Desobry quitte aussitôt Paris pour le couvent de Lille, son nouveau lieu d’assignation.

Premier départ pour l’Amérique latine (1966-1967)

14En renouant avec une vie conventuelle qu’il n’avait pu véritablement réaliser au cours des années précédentes du fait de ses fonctions très prenantes à l’aumônerie de la rue Thibaud, Henri-Dominique Desobry espère vivre l’idéal dominicain d’un équilibre entre contemplation et prédication. Pour ce qui concerne l’apostolat, ses fonctions antérieures le désignent pour animer des groupes à la Paroisse étudiante. Dans ce cadre, restant fidèle à ses aspirations de jeunesse, il prépare un pèlerinage en Terre sainte qui rencontre un succès tel qu’il renouvelle l’opération l’année suivante, à l’été 1966. Entre « initiation à l’Orient et découverte spirituelle de la Terre de l’Évangile », comme le présente le programme destiné aux étudiants, l’organisation et la direction de ces voyages l’enchantent. Il n’en va pas de même pour ce qui concerne le versant contemplatif de sa vie religieuse. Au bout de quelques mois de présence, il fait le constat de sa difficulté à s’intégrer à la vie communautaire. Désespéré, selon ses termes, de ne pouvoir trouver dans la vie conventuelle la contemplation à laquelle il aspire, il ne voit comme solution à cette crise personnelle que dans un nouvel envoi missionnaire. Plusieurs options s’offrent à lui : d’une part, Jean-Marie Savey, toujours implanté en Seine-et-Marne, lui propose de le rejoindre pour relancer la mission rurale ; d’autre part, le provincial, Joseph Kopf, souhaite le voir partir à Yaoundé, pour préparer la fondation d’une seconde implantation de la province de France au Cameroun. Desobry, sans rejeter ces sollicitations, ne tarde pas à formuler un autre souhait, celui de gagner l’Amérique latine. La présence de son frère au Mexique depuis 1961 a-t-elle joué dans la formulation de ce choix ? La documentation ne permet pas de trancher. Toujours est-il que ce continent, mieux que l’Afrique ou la plaine de Meaux, lui apparaît alors comme la terre de mission la plus conforme à sa vocation, constamment rappelée au cours de mois de discussions, de partir évangéliser les pauvres. Sa ténacité l’emporte : il entame en octobre 1966 un long voyage de prospection dans le sous-continent afin d’envisager une implantation durable. Durant sept mois, il se rend successivement au Venezuela (il avait voyagé à bord d’un pétrolier effectuant la liaison entre l’étang de Berre et Maracaïbo), à Mexico, Bogota, puis au Pérou, au Chili, en Argentine, à Montevideo et au Brésil avant de regagner la France en mai 1967. Partout, il établit des contacts grâce à des recommandations, s’informe des réalités sociales et ecclésiales, signale des implantations possibles. Mexico, visité dès décembre 1966, où il retrouve son frère devenu responsable de la Paroisse universitaire et curé du quartier de Copilco, a de toute évidence sa préférence. Il y bénéficie des relations et du prestige de son aîné et se sent accueilli par les dominicains de la jeune province mexicaine de Santiago, restaurée sous la houlette de la province d’Espagne après 1954.

15En juin 1967, Desobry obtient du nouveau provincial de France, Nicolas Rettenbach, l’autorisation d’effectuer un séjour prolongé lui permettant de définir une implantation missionnaire. Il regagne Mexico durant l’été, en même temps qu’un autre dominicain français, Alexandre Morelli, affilié à la province de Toulouse, et qui s’installera dans les bidonvilles de Nezahualcóyotl. Afin de ménager l’avenir et permettre à Desobry de conserver une grande liberté de manœuvre par rapport au provincial du Mexique, il n’est pas assigné à un couvent dominicain, mais simplement « déposé » auprès de la province. C’est son frère, Augustin, craignant qu’un lien plus formel ne soit mis à profit par les supérieurs locaux pour l’utiliser dans des apostolats existants, qui soutient cette demande auprès du provincial de France et du maître général. Ses courriers témoignent en effet d’une certaine méfiance, à l’égard du provincial Mariano Antía en particulier et des dominicains de la province en général : « Le provincial lui a promis de le laisser libre pour son travail […]. Il est possible qu’il accomplisse sa promesse, mais ce n’est pas sûr. Ces Espagnols ne comprennent vraiment rien à la pastorale moderne. Certains ont déjà plaisanté lourdement sur l’enquête que fait mon frère actuellement. De fait, en trois semaines, il a appris beaucoup plus de choses sur la situation sociale du Mexique qu’eux tous en vingt ans. Si on ne lui laissait pas suivre sa voie, il serait mieux qu’il aille dans un autre pays. » (lettre du 15 octobre 1967 au provincial de France)

Du centre aux marges, des paysans mexicains aux Indiens mixtèques

L’église de San Ildefonse et la place du village de Cieneguilla

L’église de San Ildefonse et la place du village de Cieneguilla

La communauté rurale de Cieneguilla, dans la Sierra Rotonda, est peuplée par des Otomies qui conjuguent, selon le père Desobry, « pauvreté matérielle et richesse spirituelle ». Il est immédiatement fasciné par le caractère festif et religieux de leur culture. Encouragé par le sociologue Henri Desroche rencontré au Centre Thomas More, il cherche à en comprendre l’originalité au moyen d’une enquête ethnographique guidée par la problématique des « rapports de la religion vécue à Cieneguilla et [du] sous-développement ». Il décrit une société en transition : entre économie de subsistance et société de consommation dans le domaine social ; entre religion coutumière, religion des prêtres et sécularisation dans le domaine culturel. Cette photographie de la place du village, prise par Desobry, figure dans le mémoire universitaire qu’il rédige pour le Centre de recherches coopératives de l’École pratique des hautes études.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16L’apostolat au Mexique de Dominique Desobry connaît, au fil des années, une série d’infléchissements : des villes vers les campagnes, des structures catholiques de niveau national vers des insertions de plus en plus locales et solitaires, des populations espagnoles et métissées aux regroupements indiens.

17À l’automne 1967, en lien avec le Secrétariat social du Mexique, il entame un trimestre d’enquête dans l’esprit des méthodes du père Lebret et de formation à la pastorale sociale du clergé de la région pétrolifère de Tampico tout en réfléchissant à des collaborations avec la Jeunesse agricole catholique (JAC) mexicaine ou l’Union mexicaine d’aide épiscopale (UMAE) où le chanoine Fernand Boulard l’a introduit. Il lui faut en parallèle, à plus de quarante-cinq ans, parfaire sa maîtrise de la langue espagnole. Après quelques mois, en février 1968, persuadé que le terrain mexicain justifie une présence prolongée et pressé par son nouveau provincial de régulariser son assignation, il en fait la demande à Rettenbach. Comment celui-ci réagit-il à ce qui pourrait être perçu comme la perte prolongée, voire définitive, d’un de ses religieux ? Sa lettre d’acceptation, datée du 8 mars 1968, manifeste un état d’esprit qui n’a rien d’original dans l’Église de France postconciliaire : « J’envoie votre assignation au provincial de Mexico : ainsi, comme vous l’avez souhaité, vous voici plus inséré au Mexique. Croyez que cela signifie pour nous que l’un de nous est au service des pauvres en ce pays. Votre assignation ne vous coupe donc pas de nous, mais nous lie à vous en votre service. »

18De 1968 à 1970, il collabore avec le père Carlos Salgado, curé de campagne du diocèse de Morelia dans le Michoacán, et aussi aumônier national de la JAC, fondateur de la première caisse d’épargne rurale et animateur de tout un réseau de coopératives agricoles. Détaché auprès de lui par le Secrétariat social, il exerce un rôle d’expert selon l’esprit et les méthodes d’Économie et humanisme dans les paroisses placées sous sa juridiction. Il diffuse également les techniques d’enquête sociologique en animant une session de militants jacistes. Même si cette activité l’éloigne d’une prédication directe, elle n’en a pas moins, pour lui, une réelle valeur religieuse : « Cela paraît assez profane ce genre de travail, cependant, je l’accepte volontiers parce qu’il me paraît la voie d’une prédication incarnée de la Parole de Dieu, en même temps qu’un témoignage de l’amour de Dieu pour les pauvres », écrit-il en décembre 1968 dans une lettre-circulaire adressée à ses proches en France, selon un rituel qu’il renouvellera désormais une fois par an afin de maintenir un contact et de collecter de l’argent. Il est également aumônier des étudiants de l’École nationale d’agriculture à Texcoco, près de Mexico.

19L’enthousiasme des débuts se heurte rapidement aux réalités : certains prêtres sur lesquelles il entendait s’appuyer sont mutés à commencer par le père Carlos Salgado accusé de fomenter la révolte des paysans pauvres, tandis que des personnalités officielles qui lui avaient promis leur concours sont limogées. Un certain découragement l’atteint : « Le successeur du P. Carlos a pris le contre-pied de tout ce qui s’était fait et a donné dans la liturgie et la Bible ; mais, qu’est-ce que la liturgie qui ne s’enracine pas dans une communauté humaine et ne se prolonge pas dans le service fraternel ? Conséquence : le presbytère, jadis peuplé des chants et des rires […], s’est vidé ; les dimanches soir sont revenus à l’ennui et au silence. Le “cacique” ou petit tyran du lieu, par ailleurs député, envoie en prison ses opposants, s’empare des parcelles des ejidatarios [paysans bénéficiaires des terres collectives] sans une voix courageuse pour protester. »

20Desobry, que tous appellent désormais « padre Domingo », est contraint d’explorer une autre voie. À la demande des prêtres d’un immense doyenné du nord de Mexico, dans l’État de Guanajuato, il conduit une ambitieuse enquête sociologique, économique et anthropologique auprès des populations, d’une manière qui se veut novatrice puisque les ruraux y sont associés afin de définir leurs propres besoins humains et religieux. Matériellement, l’entreprise est difficile à mener en raison de la pauvreté des habitants, des distances et de l’impossibilité de se déplacer dans certaines zones autrement qu’à cheval. Pour être au plus près du terrain, Desobry s’installe dans une communauté d’Indiens Otomies, à Cieneguilla dans le municipe de Tierra Blanca, dont il découvre les conditions de vie misérables mais aussi les richesses culturelles. Profondément troublé par les manifestations religieuses, essentiellement festives, de ces populations, il s’efforce de ne pas les juger en fonction de ses habitudes : « Je ne me hasarderai pas à condamner le christianisme des Otomies avec qui je vis. Célébrer la messe au milieu d’eux est une joie pour l’intense participation de cette foule. […] pour une évangélisation en profondeur, il importe de connaître leur système de pensée et le sens de leurs coutumes pour christianiser toute leur vie. » Son insertion dans cette communauté indigène installée dans une vallée montagnarde de la Sierra Madre orientale va durer trois ans : tout en développant, de concert avec les habitants, de modestes réalisations sociales (enseignement agricole, plantation d’arbres fruitiers, développement de l’élevage, achat de ruches et de machines à tricoter, ébauche de coopératives…), il étudie leur christianisme dont la dimension populaire, fervente et spirituelle à la fois, le séduit fortement même s’il déplore l’absence de toute dévotion eucharistique. Une des manifestations les plus originales à ses yeux des croyances indiennes est le culte des images des saints. Il en consigne les traits les plus concrets, mettant la démarche ethnographique au service d’une réflexion sur l’inculturation du catholicisme.

21Sur le terrain des engagements, il se reconnaît pleinement dans les résolutions de la conférence de l’épiscopat latino-américain de Medellín (Colombie, 1968) en faveur de la « libération » des populations opprimées du continent, sans pourtant faire allégeance à une idéologie politique ni même faire référence à la théologie de la libération. Quoi qu’il en soit de ses convictions politiques, il apparaît comme un homme qui a choisi son camp, ce qui le place quelque peu en porte-à-faux avec l’épiscopat mexicain, le prive de son soutien dans ses projets de développement rural en lien avec le Secrétariat social et, finalement, le contraint à redéfinir sa mission en fonction de sa seule présence parmi les Indiens. Il critique de plus en plus ouvertement le « colonialisme culturel » des prêtres qui cherchent à extirper les traditions religieuses des Otomies au profit d’une religion « d’importation », sans pour autant renoncer à sa mission d’évangélisation. Attentif aux instruments de compréhension de la culture indienne, il participe, en 1970, alors qu’il est de passage en France pour quelques semaines, à un séminaire du Centre Thomas More tenu au couvent de l’Arbresle sous la direction d’Henri Desroche et de Roger Bastide, séminaire qui le conforte dans la nécessité de soumettre ses observations de terrain et ses catégories de pensée au filtre des sciences humaines. Dans cette optique, il multiplie les lectures savantes et sollicite des échanges avec des spécialistes du Mexique et des cultures hispaniques ou indiennes comme Georgette Soustelle, au Musée de l’Homme, Marcel Bataillon, au Collège de France, ou encore Robert Ricard, ancien directeur de l’Institut d’études hispaniques, et Guy Stresser-Péan à Mexico. Son travail de sociologue et d’ethnologue conforte ses mises en cause antérieures des habitudes mentales liées à une approche européocentrée du catholicisme. Pour en faire reconnaître la valeur, il soutient, en 1974, un mémoire auprès du Centre de recherches coopératives de la sixième section de l’École pratique des hautes études sous le titre : Cieneguilla. Approche socio-religieuse d’une communauté indienne du Mexique. Il y décrit, à la lumière des questionnements du poète mexicain Octavio Paz et de l’universitaire Nathan Wachtel, une culture indigène en pleine évolution, victime d’« une société moderne déshumanisante » que l’Église du Mexique dénonce de manière trop prudente selon lui alors qu’elle devrait se situer résolument du côté des Indiens.

Le dimanche des Rameaux à San Pedro Cuitlapa dans la Sierra Madre del Sur

Le dimanche des Rameaux à San Pedro Cuitlapa dans la Sierra Madre del Sur

Vivant dans une région beaucoup plus isolée du Mexique que les Otomies, les Mixtèques sont moins concernés par les processus d’acculturation, du moins est-ce le constat effectué par Desobry lors de son arrivée en 1973. Parmi ces populations indiennes, le dominicain, désormais Mixtèque parmi les Mixtèques, bientôt surnommé « el padre de la miel » en raison du développement d’une coopérative apicole qu’il impulse, a le sentiment d’accomplir sa vocation de missionnaire. Cette photographie, comme la suivante, est extraite du récit de son insertion missionnaire, publié au Mexique en 1994.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

22Au début de l’année 1973, tout en conservant des liens avec les Otomies de Cieneguilla, Desobry se lance dans une nouvelle expérience missionnaire, avec l’intention de vivre auprès d’une population indienne plus reculée encore, afin de « remonter aussi près qu’il est possible de la source des valeurs mexicaines » (lettre du 18 mars 1973) qu’il n’aura cessé de rechercher depuis ses premiers pas dans ce pays, lorsqu’il croyait faire la découverte de « l’âme mexicaine » (lettre du 5 décembre 1968). La vie parmi les Otomies au cours des trois années précédentes lui a permis de réaliser qu’à sa manière cette communauté très religieuse (il compare sa pratique à celle des Savoyards) n’en est déjà plus tout à fait au stade de la mission telle qu’il la conçoit, c’est-à-dire comme la rencontre entre un peuple non évangélisé et un prêtre. Le village de San Pedro Cuitlapa, situé dans la Sierra Madre del Sur au-dessus du Pacifique, répond à ses attentes de vie communautaire et pauvre au milieu de populations indiennes. Il a le sentiment de pouvoir vivre là une vie évangélique. Il s’y rend avec l’autorisation de l’évêque d’Acapulco, l’un des rares à soutenir sa démarche missionnaire et son ouverture aux questions du développement. D’accès difficile, car relié seulement à la route par une piste en terre de 60 kilomètres, ce territoire des confins qui se parcourt à pied ou à cheval est celui des Indiens mixtèques, une population restée largement à l’écart des évolutions du reste de la société mexicaine. Son installation dans cette terre de mission s’effectue avec l’assentiment de la communauté venue assistée à sa première messe. C’est elle qui lui fournit le nécessaire pour son installation. « J’ai choisi d’y vivre comme un ami, à peine comme un prêtre », dira-t-il au micro de Jacques Chancel en 1979, au cours de l’émission « Radioscopie ». Il s’habille comme n’importe quel villageois, habite dans une case de terre battue et s’assied par terre dans les assemblées municipales. Surtout, il se lance dans l’apprentissage d’une des langues qu’utilisent les Mixtèques afin de communiquer et de prêcher autrement qu’en espagnol, la langue des colonisateurs devenue celle de toutes les oppressions subies par cette population indienne. Si les Indiens sont tous baptisés, ils ne connaissent pas le contenu de la doctrine catholique, ignorant pour certains jusqu’au nom de Jésus-Christ. En 1976, après trois années de cette vie parmi les Indiens, il rappelle son ambition : « lutte contre la faim et le sous-développement et annonce de l’Évangile, dans le respect de la culture et des coutumes des indigènes. » En vertu de quoi, il introduit dans le village, comme il l’avait fait à Cieneguilla, des innovations, mais de manière beaucoup plus modeste faute de moyens et de formation chez les paysans : « les petits services que je rends ne partent pas d’une planification ; les besoins de la population commandent mes activités : les rats envahissent cases et greniers ; je distribue des attrapes, du poison ; nous sommes infestés de vermine, de puces, de cafards : je tiens des insecticides à la disposition de tous. Les poules sont malades : j’apporte des médicaments. La région est couverte de fleurs : mettons-y des ruches. À mon niveau, pas besoin d’enquêtes ni de bureau d’études. » Partant des coutumes mixtèques, il s’efforce d’annoncer l’Évangile « à doses homéopathiques, le soir, à la messe, quand je suis en forme pour parler, ou occasionnellement en conversation », mais ne se fait guère d’illusions sur les raisons pour lesquelles tous sont d’une extrême sollicitude à son égard : « Ils font tout pour me garder afin que, de concert avec leurs devins, j’obtienne de S. Marcos la pluie, que je jette de l’eau bénite dans les lieux où passent les âmes, que je fasse ce qui convient pour écarter les maladies […]. Mais de là à une attitude de conversion, il y a loin. » Desobry n’en a cure, estimant que le temps n’est pas venu pour « un plan d’action apostolique et de promotion humaine ». Il s’efforce plus que tout de gagner la confiance des membres de la communauté, « d’être l’un d’eux », refusant de se comporter comme nombre de prêtres mexicains qu’il juge sévèrement pour leur ignorance et leur mépris des cultures indigènes. Malgré les difficultés (la cassure d’un bras qui l’oblige à plusieurs opérations et à un rapatriement ; l’indifférence de ses confrères du clergé et de l’Ordre qu’il déplore souvent ; les divergences avec les représentants de l’État ; les accusations que lui font certains clercs de relativisme doctrinal et qu’il balaie au nom de l’Évangile…), Dominique Desobry maintient ses options et même les approfondit, pensant avoir trouvé dans ces populations mixtèques les fondements d’un véritable humanisme : « Pour moi, je continue à défendre, tant que subsiste quelque espoir, un humanisme, des valeurs spirituelles, de vraies joies humaines, celles du dévouement à la communauté et du partage, celle de la fête et de la communion avec Dieu (ou les dieux) et avec les défunts. Je continue à défendre cette culture, même mutilée, privée depuis des siècles de ses centres intellectuels, parce qu'elle est aussi celle des plus faibles » (lettre du 15 décembre 1978).

Le séminaire des vocations tardives de Coatlinchán, une fondation des frères Desobry

23En 1980 cependant, il lui faut renoncer à cette insertion missionnaire. Son frère Augustin, rentré en France en 1975 puis de retour au Mexique en 1978, lui demande de le seconder dans la création d’un séminaire de vocations tardives. C’est la hantise du manque de prêtres, en France comme au Mexique, qui justifie ce projet permettant la réunion des deux frères, Dominique ne croyant pas pouvoir refuser d’aider son aîné. Tous deux, d’ailleurs, s’accordent à considérer que le prêtre, plus que jamais, est au cœur de l’Église et de sa mission évangélisatrice et portent un regard critique sur les analyses anti-institutionnelles et anticléricales qu’Ivan Illitch avait développées quelques années plus tôt au sein du Centre international de documentation de Cuernavaca, au sud de Mexico.

La Semana santa à San Pedro Cuitlapa

La Semana santa à San Pedro Cuitlapa

Jusqu’à l’arrivée de Desobry chez les Mixtèques de San Pedro, ceux-ci concevaient la Semaine sainte comme une fête que les moins pauvres vivaient en s’enivrant à la ville d’Ometepec. Le dominicain introduit progressivement une Semaine sainte vécue au village, qu’il prêche dans la langue parlée par les populations, avec chemin de croix et jeûne du vendredi saint. Il a alors le sentiment d’accomplir les paroles de l’Évangile : « Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir ». Ses efforts se heurtent toutefois à des entreprises d’acculturation concurrentes, celle des instituteurs d’une part, celle de la migration vers la ville d’autre part.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

24Rapidement, Augustin Desobry obtient le soutien de l’épiscopat mexicain et l’accord de l’évêque de Texcoco pour implanter ce séminaire à vocation interdiocésaine dans son diocèse, à Coatlinchán. La première rentrée a lieu en janvier 1981. Dominique abandonne la juridiction de San Pedro alors qu’il se consacrait à la rédaction d’un dictionnaire mixtèque-espagnol qu’il destinait avant tout aux futurs missionnaires. En dépit de ses nouvelles fonctions auprès de son frère, il séjourne toujours parmi les Mixtèques à intervalles réguliers, veille au développement de l’apiculture et de la coopérative agricole mais se décourage parfois lorsque l’argent du miel sert à payer la consommation d’alcool pendant les fêtes ou lorsque les maîtres d’école envoyés par le pouvoir central conçoivent l’enseignement comme une entreprise de déculturation des Indiens. Afin qu’ils puissent se gouverner de manière plus autonome, il souhaite que les Indiens disposent de davantage de droits politiques face au « colonialisme » social et culturel entretenu par la République mexicaine. Cette aspiration se révèle très vite être utopique et d’abord parce que son départ des communautés de San Pedro, au début des années 1980, coïncide avec le début d’un mouvement d’émigration des Indiens qui prend une telle ampleur qu’en une décennie le village se vide de la plupart des hommes en âge de travailler et que les premières réalisations coopératives perdent leur raison d’être faute de participants. En 1994, alors que son vieillissement lui rend impossible les déplacements en pays mixtèque, il livre, sous le titre Un pueblo mixteco y su sacerdote, une relation de sa rencontre heureuse avec les populations de San Pedro Cuitlapa, relation empreinte de nostalgie face à l’effritement rapide de la civilisation agraire et communautaire mixtèque.

25Au sein du séminaire des vocations tardives que dirige Augustin Desobry, Dominique assure les cours dans ses disciplines de prédilection : l’exégèse, la patrologie et le grec. L’institution connaît un réel succès avec cinquante séminaristes en 1984, quatre-vingt l’année suivante. Ils se destinent aux diocèses les plus pauvres en prêtres du Mexique. À la mort d’Augustin, en 1988, Dominique prend sa suite avec l’accord de la hiérarchie. En 1996, il se réjouit de compter quatre-vingt-cinq prêtres ordonnés à l’issue d’études à Coatlinchán. La révolte des Indiens du Chiapas, au milieu des années 1990, lui semble apporter la confirmation de ses analyses effectuées deux décennies plus tôt sur le mépris de l’État mexicain à l’égard des populations autochtones. C’est dans ce contexte, après dix années à la tête du séminaire des vocations tardives, alors qu’il a soixante-dix-huit ans, qu’il renonce à sa fonction en août 1998. Atteint d’une maladie neurologique, il ne rentre pourtant pas en France, si ce n’est pour de brefs séjours, et fait le choix de vivre parmi les séminaristes de Coatlinchán. C’est là qu’il décède, le 8 avril 2006. Ses funérailles, présidées par l’évêque de Texcoco, ont lieu quatre jours plus tard, en présence de sa sœur de sang et de religion, venue de France. Il est enterré dans le jardin du séminaire, près de son frère.

Haut de page

Sources

Cieneguilla. Approche socio-religieuse d’une communauté indienne du Mexique. Centre de recherches coopératives. École pratique des hautes études (VIe section), 1974. — Un pueblo mixteco y su sacerdote, Texcoco, Centro de estudios filosoficos Tlaloc, 1994.

Archives dominicaines de la Province de France. — Ut sint unum (bulletin interne de la province de France dans lequel est reproduit tout ou partie des lettres du Mexique d’Henri-Dominique Desobry). — B. Boutier, « Dominicains en roulotte », La Vie catholique illustrée, 236, 22 janvier 1950, p. 9-11. — « Radioscopie : Jacques Chancel s’entretient avec André Desobry, dominicain », France Inter, 12 avril 1979, https://www.ina.fr/audio/PHD97014727. — Bernard Tissier de Mallerais, Marcel Lefebvre. Une vie, Suresnes, Clovis, 2002. — Equipo formador promoción vocacional del seminario, 25 años. Seminario de Cristo rey y Santa María de Guadalupe, [1981-2006], Texcoco, 2006. – Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « En mission dans la plaine de Meaux ou deux types de mission rurale dominicaine », Histoire & missions chrétiennes, 9, mars 2009, p. 75-96. — Michel Legrain, « La querelle du Devoir de décolonisation autour du père Joseph Michel et de l'aumônerie des étudiants d'outre-mer (1954) », Histoire & missions chrétiennes, 10, 2009, p. 95-117, https://www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses1-2009-2-page-95.htm. — Philippe Béguerie, Vers Écône. Mgr Lefebvre et les Pères du Saint-Esprit, postface de Florian Michel, Paris, Desclée de Brouwer, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La fratrie Desobry, une fratrie dominicaine
Légende De gauche à droite : Raoul/Augustin, Geneviève, André/Henri-Dominique. L’entrée dans l’Ordre des frères prêcheurs de plusieurs membres d’une même fratrie n’est pas exceptionnelle. Chez les Desobry toutefois, ce sont les trois enfants qui entrent successivement dans la famille dominicaine. Pour leurs parents, la situation est complexe : heureux d’avoir su si bien transmettre les valeurs catholiques, il leur faut en même temps voir leurs enfants s’éloigner définitivement et renoncer à jouir d’une descendance. Dans le cas de la famille Desobry, cette ambivalence est accentuée par le fait que ce ne sont pas eux, mais leur aîné, Raoul, qui suscite à sa suite les vocations de ses cadets.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Du Saulchoir de Kain au Saulchoir d’Étiolles : le premier noviciat français
Légende C’est durant le printemps et l’été 1939 que le rapatriement en France du couvent d’études de la province, en Belgique depuis 1903, est effectué. Les novices prêtent main-forte aux frères convers et aux ouvriers qui chargent et déchargent les caisses convoyées par des péniches (à droite). On devine aisément le soin qu’il convient d’apporter au transfert de la statue de Thomas d’Aquin enseignant. La perplexité nécessitée par une telle opération, que l’on lit dans l’expression du frère Henri-Dominique, méritait bien de retenir l’attention du photographe.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre L’émoi tranquille du frère Henri-Dominique Desobry
Légende Tandis que ses confrères se déportent avec prudence vers le bâtiment situé sur leur droite (de gauche à droite, les frères Ferry, Bochin et Paillard) et que d’autres restent en retrait (Henri Hardouin-Duparc et, derrière lui, Nicolas Rettenbach), Henri-Dominique Desobry, un invariable sourire aux lèvres, refuse de se laisser intimider par le cavalier dressé sur sa monture qui avance vers lui. Il oppose, par jeu, sa haute et mince silhouette au frère Louis Deltombe, Saint-Cyrien et capitaine de cavalerie de réserve, en visite au Saulchoir.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Aumônier de la Marine nationale, à Toulon en 1945.
Légende Mobilisé pour la seconde fois en 1945, Henri-Dominique Desobry est affecté à la base de Toulon, mais circule également dans d’autres ports méditerranéens comme celui d’Alger. C’est à l’amiral Pierre-Jean Ronac’h, qui commande les forces françaises en Méditerranée, qu’il est ici présenté.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Au coude à coude avec les travailleurs agricoles de la Plaine de Meaux
Légende Le frère Henri-Dominique Desobry a toujours mis en avant la dimension apostolique de sa vocation. Il a le sentiment de la réaliser en vivant parmi les ouvriers agricoles des grandes exploitations, par le travail manuel occasionnel comme par le partage de moments de convivialité. À la différence des prêtres-ouvriers de sa génération, il ne cherche pas à se confondre avec les travailleurs : il prend un verre après s’être faufilé entre deux convives et conserve son habit blanc dès qu’il ne travaille pas. La photographie réalisée pour un reportage a les défauts de ses qualités : sa maîtrise accuse son manque de spontanéité.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre L’église de San Ildefonse et la place du village de Cieneguilla
Légende La communauté rurale de Cieneguilla, dans la Sierra Rotonda, est peuplée par des Otomies qui conjuguent, selon le père Desobry, « pauvreté matérielle et richesse spirituelle ». Il est immédiatement fasciné par le caractère festif et religieux de leur culture. Encouragé par le sociologue Henri Desroche rencontré au Centre Thomas More, il cherche à en comprendre l’originalité au moyen d’une enquête ethnographique guidée par la problématique des « rapports de la religion vécue à Cieneguilla et [du] sous-développement ». Il décrit une société en transition : entre économie de subsistance et société de consommation dans le domaine social ; entre religion coutumière, religion des prêtres et sécularisation dans le domaine culturel. Cette photographie de la place du village, prise par Desobry, figure dans le mémoire universitaire qu’il rédige pour le Centre de recherches coopératives de l’École pratique des hautes études.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Le dimanche des Rameaux à San Pedro Cuitlapa dans la Sierra Madre del Sur
Légende Vivant dans une région beaucoup plus isolée du Mexique que les Otomies, les Mixtèques sont moins concernés par les processus d’acculturation, du moins est-ce le constat effectué par Desobry lors de son arrivée en 1973. Parmi ces populations indiennes, le dominicain, désormais Mixtèque parmi les Mixtèques, bientôt surnommé « el padre de la miel » en raison du développement d’une coopérative apicole qu’il impulse, a le sentiment d’accomplir sa vocation de missionnaire. Cette photographie, comme la suivante, est extraite du récit de son insertion missionnaire, publié au Mexique en 1994.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre La Semana santa à San Pedro Cuitlapa
Légende Jusqu’à l’arrivée de Desobry chez les Mixtèques de San Pedro, ceux-ci concevaient la Semaine sainte comme une fête que les moins pauvres vivaient en s’enivrant à la ville d’Ometepec. Le dominicain introduit progressivement une Semaine sainte vécue au village, qu’il prêche dans la langue parlée par les populations, avec chemin de croix et jeûne du vendredi saint. Il a alors le sentiment d’accomplir les paroles de l’Évangile : « Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir ». Ses efforts se heurtent toutefois à des entreprises d’acculturation concurrentes, celle des instituteurs d’une part, celle de la migration vers la ville d’autre part.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4149/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « DESOBRY Henri-Dominique », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 27 septembre 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/4149

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals