Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesTTOURNAY Raymond-Jacques

TOURNAY Raymond-Jacques

TOURNAY Jacques Marie Charles à l’état civil, TOURNAY Raymond en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 28 mars 1912 à Paris (XVIe arr.), mort le 25 novembre 1999 à Jérusalem (Israël).
Assyriologue, exégète biblique, directeur de l’École biblique et archéologique de Jésusalem (1972-1981).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 25/11/2019.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1930 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1931 à Amiens
• Profession solennelle : 8 février 1935 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 14 juillet 1936 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Raymond-Jacques Tournay, hiérosolymitain de 1938 à sa mort en 1999 (sauf pendant la Seconde Guerre mondiale), s’inscrit parmi les figures de savants qui, à la suite de Marie-Joseph Lagrange, ont fait la renommée de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Il a laissé de nombreux papiers personnels – notamment de la correspondance et des mémoires inédits – qui, grâce à leur récolement, constituent à l’École biblique un fonds d’archives précieux permettant de retracer son parcours avec les diverses activités et fonctions qu’il a exercées.

2Les pièces des différents cartons qui lui sont consacrées laissent entrevoir une enfance puis une vocation religieuse n’autorisant ni à prévoir son intérêt pour le Moyen-Orient ni ses compétences en exégèse vétérotestamentaire et sa connaissance des langues assyro-babylonienne et sumérienne. Parisien, domicilié place Saint-Sulpice, scolarisé d’abord chez les Frères des Écoles chrétiennes de la rue de Grenelle puis au collège Stanislas (4e et 3e) avant de terminer ses études au collège Albert-de-Mun à Nogent-sur-Marne où ses parents avaient déménagé en 1927, Jacques Tournay grandit et évolue dans un milieu chrétien. Sa mère et son père – joaillier-orfèvre dans une entreprise familiale – élèvent leurs quatre enfants (dont il est l’aîné) dans les valeurs chrétiennes nourries des idées sillonnistes, que son oncle maternel, le père Joseph Périnelle partage au point de s’être lié avec Marc Sangnier. S’il est difficile de douter que Joseph Périnelle ait représenté un modèle de vie religieuse pour son neveu, il faut aussi attribuer à sa convalescence à La Giettaz en Savoie, à la suite d’une pleurésie, le moment où, loin du foyer familial, il songe à la vie religieuse et rencontre dans un chalet situé à proximité les dominicains André-Marie Festugière et Michel de Suremain, eux-mêmes contraints au repos.

Dominicain

3C’est immédiatement après avoir obtenu les deux baccalauréats avec mention qu’il entre au noviciat de l’Ordre des frères prêcheurs à Amiens où il fait profession simple, au bout d’un an, le 23 septembre 1931.

En 1932 au Saulchoir de Kain

En 1932 au Saulchoir de Kain

Raymond-Jacques Tournay en première année du cycle de philosophie au studium de Kain en Belgique.

Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Envoyé ensuite au Saulchoir de Kain, en Belgique, il poursuit ses études de philosophie et de théologie avec pour père-maître son oncle et des professeurs dont, des années plus tard, il évoquera le nom dans ses « mémoires » tels Yves Congar dont il avait été quelque temps le secrétaire, Marie-Dominique Chenu, régent des études, Henri Féret, Augustin Barrois et Antonin-Dalmace Sertillanges. Deux mois avant son ordination sacerdotale le 14 juillet 1936, alors qu’il rédigeait un mémoire sur le livre du prophète Osée, Raymond-Jacques Tournay est désigné pour rejoindre l’École biblique à Jérusalem, à la demande de Marie-Joseph Lagrange qui souhaitait trouver un successeur à Édouard Dhorme qui avait quitté l’Ordre en 1931. Quelque peu étonné, mais décidé au nom de l’obéissance à devenir exégète et assyriologue, il soutient son lectorat en théologie et commence, à Louvain, l’étude de l’assyro-babylonien avec le chanoine Georges Ryckmans – auteur en français de la première grammaire d’assyro-babylonien – et, à Paris, celle de l’akkadien avec Vincent Scheil qui l’introduit dans le cercle des orientalistes avec lequel il entretiendra des relations amicales.

Étudiant à Jérusalem

5Assigné à Jérusalem le 4 août 1938 par le Maître général Martin-Stanislas Gillet, il s’embarque à bord du paquebot Mariette Pacha en septembre pour la Palestine. Arrivé à Jaffa, il gagne Jérusalem où il est accueilli au couvent Saint-Étienne par le prieur Vincent de Paul Perret. Il découvre à la fois la ville en butte aux oppositions entre la population et les autorités britanniques et les activités de l’École biblique. C’est ainsi qu’il suit les cours préparatoires de la licence d’Écriture sainte, s’initie, en même temps, à l’arabe et à l’hébreu, visite l’Égypte en février 1939 sous la houlette de Bernard Couroyer et le sud de la Palestine et la Transjordanie avec Roland de Vaux. En octobre 1939, il est témoin, durant cette première intifada, de massacres d’Arabes et voit du couvent Saint-Étienne la fosse commune se remplir de cadavres tués au combat, spectacle exécrable qui le marque profondément et va le déterminer à vouloir atténuer les haines qui divisent le pays – ce qu’il tentera, sa vie durant.

Professeur, étudiant et résistant à Paris

6À la déclaration de guerre, ne pouvant être mobilisé à cause d’une insuffisance mitrale, il décide de se rendre à Rome pour passer la licence d’Écriture sainte devant la Commission biblique. Mais, à peine accueilli à l’Angelicum, il apprend par Réginald Omez, recteur de l’église Saints-Dominique et Sixte à Rome, que Mussolini veut s’engager aux côtés de l’Allemagne nazie. Obligé de fuir l’Italie pour ne pas être interné, il revient en France. Il se rend directement au couvent de l’Annonciation et fait le constat qu’il n’est occupé que par un seul père, son oncle Joseph Périnelle, alors vicaire provincial. Ce dernier le charge sur-le-champ de se rendre au domicile de ses parents pour cacher une sacoche contenant les avoirs de la Province de France qui seront restitués – sans dommage – à l’issue de la guerre. Quand les Allemands occupent Paris, Raymond-Jacques Tournay passe en zone libre. Du couvent de Bordeaux où il entend l’appel du 18 juin lancé par le général de Gaulle, il rejoint les sœurs dominicaines de l’Institut Sainte-Foy de Neuilly repliées à Castets-en-Dhorte où il remplace le curé mobilisé. Las de cette situation au bout de quelque temps, il regagne Paris accompagné des sœurs, leur sert d’aumônier et prend contact avec Louis-Hugues Vincent, professeur à l’École biblique, qui tente de maintenir la Revue biblique à laquelle il a donné, pour passer inaperçue, le nom énigmatique de Vivre et penser. Ils conviennent alors de collaborer, ce qui leur permettra de publier en 1944 l’encyclique Divino afflante spiritu qui encourage les exégètes à appliquer la méthode historico-critique. Il retrouve également Vincent Scheil qui lui confie les plaques de cuivre qui avaient servi en 1902 à la première publication du code d’Hammurabi dont il était le traducteur, plaques qu’il est possible de voir aujourd’hui exposées dans la grande galerie de l’École biblique.

7Ayant croisé inopinément, en septembre 1940, Marie-Dominique Chenu, ce dernier lui demande de rejoindre le Saulchoir qui avait déménagé de Kain à Étiolles pour enseigner l’exégèse et l’hébreu. Reçu par le prieur, Albert-Marie Avril, il va demeurer au couvent d’études jusqu’en 1945 partageant son temps entre les cours qu’il donne au Saulchoir, ceux qu’il suit à l’École des hautes études des assyriologues René Labat, qui s’intéresse aux légendes de Gilgamesh, et de Jean Nougayrol avec lequel il publiera une tablette de la collection de Vincent Scheil, sa fréquentation du Centre des droits cunéiformes au Collège de France et le cours d’assyro-babylonien qu’il dispense à l’Institut catholique en remplacement de Louis Delaporte, hittitologue et assyriologue, arrêté pour fait de résistance. Il a également l’occasion d’écrire un article « Le psaume 68 » dans Vivre et penser (2e série, p. 227-245) à partir de la traduction inédite des psaumes du dominicain Paul Synave – dont il avait suivi les cours avant sa mort en 1937 – que Chenu lui a transmis. À toutes ces activités, il faut ajouter son engagement dans la Résistance. Dans un premier temps, c’est par l’intermédiaire d’Edmond Faral, médiéviste et administrateur du Collège de France, qu’il entre dans la Résistance en participant à la recherche de caches pour les collègues juifs puis, dans un second temps, c’est l’arrestation le 21 novembre 1941 de quatre pères du couvent Saint-Jacques, le prieur Augustin Desobry, Bernard-Marie Chevignard, Marc Guihaire et Denys Chenault (ces deux derniers mourront en déportation) puis un convoi de jeunes juifs passant à Juvisy qui le déterminent à devenir agent de liaison. Il diffuse alors dans Paris des disques annonçant « la bonne nouvelle » qui n’était autre que des émissions clandestines. En 1944, après avoir rencontré Bertrand Carrière au couvent de l’Annonciation, il tente de rejoindre la France libre en proposant d’être aumônier à la deuxième Division blindée, mais en vain, car il est jugé de constitution trop fragile. C’est à ce moment-là que, poursuivant la publication de la Revue biblique avec Louis-Hugues Vincent, Thomas Chifflot leur propose de traduire la Bible pour remplacer celle d’Augustin Crampon, projet dont il sera question dès leur retour à Jérusalem.

Retour à Jérusalem

8En octobre 1945, Raymond-Jacques Tournay obtient un visa de l’ambassade britannique pour retourner en Palestine. Il fait le voyage en novembre accompagné du frère Henri-Dominique Laxague et retrouve à Jérusalem en décembre les pères Roland de Vaux, Pierre Benoit, Bernard Couroyer, Augustin Marmardji, Félix Abel et Chrysostome Larcher. Il reprend son enseignement en janvier 1946 et participe l’été, avec les autres jeunes professeurs, aux fouilles archéologiques à Tell-el Far’ah, à quelques kilomètres de Naplouse, que dirige le père Roland de Vaux et qui seront appelées à durer plusieurs années. En 1947, il se rend à Mossoul où il est accueilli par son ancien père-maître du noviciat, Ceslas Tunmer et, de là, visite de nombreux sites témoins de la civilisation assyrienne dont son savoir et sa maîtrise vont faire de lui un expert. Lorsque la découverte des manuscrits de la mer Morte (Qumrân) est connue à l’École, il fait immédiatement partie du chantier de fouilles. Descendant encordé dans une grotte, il découvre et identifie des fragments de rouleaux, notamment des fragments du Lévitique écrits en hébreu archaïque.

En 1947 à l’École biblique et archéologique française à Jérusalem

En 1947 à l’École biblique et archéologique française à Jérusalem

Dans une pose convenue représentant au mieux le dominicain savant de l’École biblique, s’étant laissé pousser la barbe comme il est d’usage chez les religieux missionnaire.

Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Cependant, à Jérusalem, si le fonctionnement institutionnel de l’École semble poursuivre son cours, il se déroule dans un climat de guerre civile qui règne à la fin du mandat britannique où des groupes juifs extrémistes s’opposent aux troupes armées. C’est dans ce contexte et à la veille de la déclaration de la création de l’État d’Israël que Raymond-Jacques Tournay accompagne l’émissaire de John Bagot Glubb (général commandant la Légion arabe), Louis Massignon, porteur du message souhaitant déclarer Jérusalem « ville ouverte » afin de la préserver des combats. Cette ambassade n’a aucun effet et la guerre israélo-arabe – dite d’indépendance – éclate aussitôt. La Légion arabe occupe alors le quartier où est situé le couvent Saint-Étienne qui, de mai à décembre, fait office de ligne de démarcation avec un de ses murs percé de meurtrières, ce qui lui doit d’être souvent touché par des obus et des bombes de mortier.

Assyriologue, exégète, philologue

10À l’issue du conflit en mars 1949 et pendant les cinquante années suivantes qu’il va vivre à Jérusalem, Raymond-Jacques Tournay va mener de front son activité de professeur d’exégèse biblique et de langues assyro-babylonienne et sumérienne, ses travaux personnels mais aussi, au rythme des aléas politiques, son apostolat avec ses tentatives de pacification des relations entre les Juifs et les Arabes.

En 1951, au congrès des orientalistes

En 1951, au congrès des orientalistes

Raymond-Jacques Tournay (reconnaissable à sa barbe au second rang) lors de la séance inaugurale du XXIIe congrès international des orientalistes à Istanbul, le 15 septembre 1951.

Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Parmi ses travaux et publications dont de nombreuses recensions (une bibliographie établie en 1993, riche de plus 145 titres), il est possible de sérier, au fil des années, trois recherches dominantes qui ont toutes donné des livres et des articles qu’il signe seul ou avec d’autres spécialistes. Tout d’abord, à partir des années cinquante, il s’engage dans des travaux de retraduction des psaumes (La Sainte Bible : les psaumes, 1951 ; seconde édition revue avec le poète Raymond Schwab en 1955) qu’il poursuit dans le cadre de la Bible dite « de Jérusalem » avec la volonté de rendre en français les cadences du texte hébreu, car écrit-il dans ses « mémoires » : « ces deux langues ont perdu des désinences anciennes et ont un rythme ascendant anacroustique : l’accent tonique de l’hébreu affecte de préférence la fin du mot » (Revue biblique, 53, 1946). Cette inflexion musicale l’amène à travailler avec le jésuite Joseph Gélineau, compositeur et liturgiste. Ils produisent ensemble un microsillon, le premier où sont gravés quelques psaumes, issus du Psautier de la Bible de Jérusalem (vingt-quatre psaumes et un cantique), 1953, qui obtient le prix Charles Cros en 1954. La Maison-Dieu dans son numéro 33 (1er trimestre 1953) avait déjà attiré l’attention sur leur travail en publiant « Prière de l’assemblée chrétienne. Vingt-quatre psaumes traduits pour le chant ».

12Après quelques années consacrées aux psaumes qui aboutissent et aboutiront à de nombreuses rééditions – notamment sa contribution à la « TOB » (traduction œcuménique de la Bible) et Voir et entendre Dieu avec les psaumes ou la liturgie prophétique du second temple à Jérusalem (1982) – Raymond-Jacques Tournay, frappé depuis longtemps par la place qu’occupe l’allégorie nuptiale dans la Bible, se consacre non seulement à la traduction, mais aussi à l’interprétation du Cantique des cantiques. Il commence par compléter le manuscrit inachevé du commentaire du Cantique des cantiques d’André Robert, exégète de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice mort en 1955, que le père André Feuillet, également exégète sulpicien, lui avait remis à des fins de publication. Tout porte à penser qu’il ait accepté de le publier, car il se reconnaissait dans la manière de donner à ce livre de la Bible sa forme allégorique originelle qui allait à l’encontre de la thèse mystico-cultuelle et arguait de la nécessité d’établir des rapprochements avec d’autres textes bibliques. Il appréciait sa version parue aux Éditions du Cerf en 1951 que La Bible de Jérusalem avait reprise.

13En 1963, Raymond Tournay publie Le cantique des cantiques. Traduction et commentaire (A. Robert et R. Tournay avec le concours d’A. Feuillet chez Gabalda) avec d’importants compléments : préface, bibliographie, notes et additions, proposition de traductions, ajout d’un dossier « Les parallèles non bibliques » comme des chants d’amour égyptiens, des textes sumériens, babyloniens, ougaritiques, poésies grecques, chants nuptiaux appartenant à la tradition juive ou à la littérature arabe, voulant « montrer les différences radicales qui existent entre Le Cantique et les textes qui présentent des affinités plus ou moins grandes […]. La présentation de ces textes est faite de telle sorte que l’on a, en passant des uns aux autres, un examen des principales thèses qui ont été soutenues touchant la nature du Cantique » (A. Guillaumont). Quatre ans plus tard, assisté de Myriam Nicolaÿ, il publie une version abrégée du commentaire d’A. Robert aux Éditions du Cerf (1967) avec une traduction révisée. Finalement, en 1982, il signe une traduction entièrement nouvelle du Cantique des cantiques (Quand Dieu parle aux hommes le langage de l’amour. Études sur le Cantique des cantiques) dont Claire Placial, dans sa thèse de littérature comparée à propos des différentes traductions du Cantique, constate qu’« il reproduit la tournure hébraïque sans chercher à juguler le possible double sens érotique, qui, du reste était peut-être à l’œuvre dans le texte hébreu. […] pour Tournay le sens messianique du Cantique n’invalide pas la célébration de l’amour humain qui est le sens le plus immédiat du texte. […] Rappelons qu’il traduit le Cantique à la fin de sa carrière d’exégète et de philologue, après avoir édité le commentaire de Robert : la publication de 1982 est le fruit de la méditation de toute une vie » (thèse, p. 410-411). Ce livre, dont l’édition sera revue et augmentée, sera réédité en 1995.

14Enfin, troisième pan de ses recherches, L’épopée de Gilgamesh, objet des cours de René Labat qu’il avait suivis à l’École des hautes études pendant la guerre et avait éveillé sa curiosité. Depuis de nouveaux textes avaient été découverts par des archéologues venant compléter le dossier cunéiforme de l’épopée. Fruit d’un long travail, Raymond-Jacques Tournay publie en 1977 avec Aaron Shaffer, professeur d’akkadien et de sumérien à l’Université hébraïque, une nouvelle traduction de cette œuvre poétique sur la condition humaine et ses limites, issue de plusieurs récits sumériens écrits sur un certain nombre de tablettes d’argile. Dans ses « mémoires », Raymond Tournay dit qu’« il s’est efforcé de conserver en vers les textes cunéiformes, en respectant autant que possible le rythme d’accent tonique et le parallélisme fréquent en poésie sémitique. » Rééditée en 1994, cette traduction – qualifiée à la mort de Tournay de chef-d’œuvre par Jean Bottéro pour avoir su lui donner un souffle épique – « moins déroutante que beaucoup d’autres […] introduit réellement le lecteur dans cet univers des premières cités orientales » (Jean-Claude Margueron), permettant ainsi une meilleure compréhension de la civilisation et de la pensée du monde syro-mésopotamien.

15On peut retrouver les traces de l’ensemble de son travail dans la Revue biblique que Raymond-Jacques Tournay a dirigée de 1968 à 1991 à la suite de Pierre Benoit. Cette revue, « organe de l’École biblique et archéologique de Jérusalem », fondée par Marie-Joseph Lagrange en 1892, a rendu et rend encore compte des travaux d’exégèse biblique, de sciences religieuses, d’archéologie et de philologie non seulement des membres de l’École mais, à travers des nombreuses recensions, d’autres chercheurs.

Religieux à Jérusalem

Dans sa cellule à l’École biblique

Dans sa cellule à l’École biblique

Raymond-Jacques Tournay tenant de la main gauche une tablette provenant de la bibliothèque d’Assurbanipal, l’un des souverains de l’Assyrie antique (668-626 avant Jésus-Christ), qu’il est en train de déchiffrer. Photographie non datée, probablement à la fin des années 1940 car, très vite, il renonce à la rasure.

Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Professeur, chercheur, directeur de la Revue biblique, Raymond-Jacques Tournay mène ces tâches dans le cadre de l’École biblique en y assumant des responsabilités à la fois institutionnelles, spirituelles et apostoliques. C’est ainsi qu’il succède à Pierre Benoit à la direction de l’École de 1972 à 1981 tout en étant régent des études. Convoqué à Rome par le Maître général, Anicet Fernandez, pour être nommé maître en théologie, il administre l’École, préparant le programme annuel des cours et des séminaires, accueillant les étudiants, recrutant les professeurs, recevant des chercheurs étrangers et assurant la direction des missions archéologiques, telle celle des fouilles de Tell Keisan en Galilée dont Jean Prignaud est chef de chantier. Il continue également à enseigner l’exégèse de l’Ancien Testament spécialement les livres poétiques et didactiques (Job, Proverbes, Ecclésiaste), laissant à Marcel Sigrist l’enseignement de l’assyro-babylonien en 1976. Sous sa direction et grâce au travail du bibliothécaire, Jourdain-Marie Rousée, le catalogage de la bibliothèque (une douzaine de volumes) et son déménagement au sous-sol ont pu être réalisés.

17Cependant, on ne peut pas dire que la vie de Raymond-Jacques Tournay se réduise à une vie d’étude strictement monacale. À la suite de la guerre des Six-Jours en 1967, après avoir avec vécu avec ses frères repliés dans le couvent, il devient délégué – il le sera pendant plus de trente ans – pour Jérusalem de l’organisation humanitaire Caritas qui venait d’être créée pour répondre aux besoins des réfugiés palestiniens. Il est chargé de rendre visite aux prisonniers palestiniens et d’aider leurs familles, ce que rappellera Jean-Luc Vesco dans son homélie pour ses funérailles : « On le voyait souvent dans les rues de la vieille ville, chargé d’un sac rempli de provisions, de vêtements et de médicaments. » En 1987, il représente Caritas-Jérusalem à l’assemblée générale de Caritas internationalis à Rome qui avait choisi pour thème « Pour construire la paix, construisons des communautés de justice et de charité ». Il en profite pour évoquer les nombreux problèmes soulevés par des milliers de prisonniers palestiniens politiques internés en Israël, sa collaboration avec la Croix-Rouge internationale qui l’avait conduit plusieurs fois à Genève dans le but de rencontrer des membres du comité central afin de réclamer que les Conventions de Genève soient appliquées au peuple palestinien.

Avec le prince Hassan bin Talal

Avec le prince Hassan bin Talal

Raymond-Jacques Tournay et le prince Hassan bin Talal, le 5 avril 1982, au symposium du Comitié international de la Croix-Rouge dont la perspective est de mettre en œuvre le droit international humanitaire et d’apporter protection et assistance aux victimes de la guerre.

Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18La paix au Proche-Orient a certainement été l’une de ses grandes préoccupations apostoliques qui s’est traduite, chaque fois que l’occasion s’est présentée, par sa volonté de jouer un rôle de « médiateur ». C’est ainsi que son article « Terre promise, hier et aujourd’hui » dénonçant « l’équivoque si fréquente qui consiste à identifier purement et simplement l’Israël moderne du XXe à celui des temps bibliques », l’autorise à préconiser le partage de la terre et un compromis avec les Palestiniens, du moins, à défaut de créer un État, leur reconnaître une véritable identité. Le fait d’avoir été longtemps précepteur du Prince Hassan bin Talal, frère du roi Hussein de Jordanie, lui permet, discrètement, de promouvoir diplomatiquement la réconciliation entre Israëliens et Palestiniens.

19À sa mort, en 1999, tous les témoignages s’accordent pour le décrire comme un homme timide, modeste, attachant. Décoré de l’Ordre national du Mérite (1972), de la Légion d’honneur (31 mai 1981), devenu docteur honoris causa de l’Université de Fribourg (15 novembre 1994), Raymond-Jacques Tournay, en disciple du père Lagrange, a certainement contribué par ses études notamment sur les psaumes, le Cantique des cantiques et L’épopée de Gilgamesh à la renommée de l’École et de sa tradition historico-critique, mais il a su aussi incarner une manière d’être dominicain, à l’écoute de l’extrême complexité hiérosolymitaine avec le profond désir d’y faire advenir la paix.

Haut de page

Sources

Archives de l’École biblique et archéologique de Jérusalem, fonds Raymond-Jacques Tournay (inventaire). — A. Guillaumont, « A. Robert et R. Tournay. Le Cantique des cantiques. Traduction et commentaire », compte rendu dans Revue de l’histoire des religions, 167, 2, 1965, p. 197-203. — Jean-Luc Vesco, « Livres poétiques et sapientiaux », dans L’Ancien Testament. Cent ans d’exégèse à l’École biblique, Paris, Gabalda, 1990, p. 159-181. — Francolino Gonçalves, « Les prophètes » dans L’Ancien Testament. Cent ans d’exégèse à l’École biblique, Paris, Gabalda, 1990, p. 128-140. — Jean-Claude Margueron, « Raymond-Jacques Tournay (coll. Aaron Shaffer), L’épopée de Gilgamesh », compte rendu, dans Syria. Archéologie, art et histoire, 76, 1999, p. 297-298. — Jerry Murphy O’Connor, « In memoriam : P. Raymond-Jacques Tournay », Nouvelles de Jérusalem, 76, janvier 2000. — Claire Placial, Pour une histoire rapprochée des traductions. Étude bibliographique, historique et linguistique des traductions en langue française du Cantique des cantiques publiées depuis la Renaissance, thèse de littérature comparée sous la direction de Jean-Yves Masson, Université Paris-Sorbonne, 2011. — Martine Sevegrand, Israël vu par les catholiques français 1945-1991, Paris, Karthala, 2014.

Haut de page

Œuvre

Parmi ses publications, notamment très nombreuses occurrences du catalogue de la bibliothèque de l’École biblique et archéologique de Jérusalem (https://biblio.ebaf.edu), nous ne citerons que quelques titres qui ont, pour la plupart, fait l’objet de recensions :

Psautier de la Bible de Jérusalem (vingt-quatre psaumes et un cantique), Paris, Les Éditions du Cerf, 1953. — Avec A. Robert et le concours d’A. Feuillet, Le cantique des cantiques. Traduction et commentaire, Paris, Gabalda, 1963. — Avec Myriam Nicolaÿ, Le cantique des cantiques. Traduction et commentaire, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967. — Avec Aaron Shaffer, L’épopée de Gilgamesh. Introduction, traduction et notes, Paris, Les Éditions du Cerf, 1977 ; édition revue et augmentée, 1994 ; traduction : Word of God, Song of love : A Commentary on the Song of Songs, traduit en anglais par J. E. Crowley, New York, Paulist press, 1988. — Voir et entendre Dieu avec les psaumes ou la liturgie prophétique du second Temple à Jérusalem, Paris, Gabalda, 1982, réédité en 1988. — Quand Dieu parle aux hommes le langage de l’amour. Étude sur le Cantique des cantiques, Paris, Gabalda, 1982, réédité en 1995. — « La terre promise, hier et aujourd’hui », Proche-Orient chrétien, 39, 1989. — Traduction et préface du livre d’El Hassan bin Talal (prince héritier du Royaume hachémite de Jordanie), Islam et christianisme, Paris, Brepols, 1997.

Haut de page

Table des illustrations

Titre En 1932 au Saulchoir de Kain
Légende Raymond-Jacques Tournay en première année du cycle de philosophie au studium de Kain en Belgique.
Crédits Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4209/img-1.png
Fichier image/png, 519k
Titre En 1947 à l’École biblique et archéologique française à Jérusalem
Légende Dans une pose convenue représentant au mieux le dominicain savant de l’École biblique, s’étant laissé pousser la barbe comme il est d’usage chez les religieux missionnaire.
Crédits Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre En 1951, au congrès des orientalistes
Légende Raymond-Jacques Tournay (reconnaissable à sa barbe au second rang) lors de la séance inaugurale du XXIIe congrès international des orientalistes à Istanbul, le 15 septembre 1951.
Crédits Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Dans sa cellule à l’École biblique
Légende Raymond-Jacques Tournay tenant de la main gauche une tablette provenant de la bibliothèque d’Assurbanipal, l’un des souverains de l’Assyrie antique (668-626 avant Jésus-Christ), qu’il est en train de déchiffrer. Photographie non datée, probablement à la fin des années 1940 car, très vite, il renonce à la rasure.
Crédits Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Avec le prince Hassan bin Talal
Légende Raymond-Jacques Tournay et le prince Hassan bin Talal, le 5 avril 1982, au symposium du Comitié international de la Croix-Rouge dont la perspective est de mettre en œuvre le droit international humanitaire et d’apporter protection et assistance aux victimes de la guerre.
Crédits Archives dominicaines de l’École biblique et archéologique française/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4209/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « TOURNAY Raymond-Jacques », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, T, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/4209

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

  • TAPIN Réginald [Texte intégral]
    TAPIN François Arsène Joseph à l’état civil ; TAPIN Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • BART Max [Texte intégral]
    BART Jacques à l’état civil ; BART Maximin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • PRUNEAU Jean [Texte intégral]
    PRUNEAU Daniel Michel à l’état civil ; PRUNEAU Jean en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P
  • GAIDE Antoine [Texte intégral]
    GAIDE-CHEVRONNAY Séverin à l’état civil ; GAIDE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • SAVEY Jean-Marie [Texte intégral]
    SAVEY Jean-Marie, Alphonse à l’état civil ; SAVEY Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search