Navigation – Plan du site

VEREL Michel

VEREL Robert Jacques Louis à l’état civil ; VEREL Michel en religion
Jean-Michel Potin

Résumé

Né le 21 août 1887 à Caen (Calvados), mort le 13 février 1936 à Levallois-Perret (Seine).
Soldat au front puis infirmier ; prieur du couvent de Nancy.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/06/2019.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 23 août 1911 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Profession simple : 24 août 1912 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Profession solennelle : 22 mai 1920 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 31 juillet 1921 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Nous n’avons de la vie du frère Michel Verel dans les Archives provinciales que très peu d’informations mais une chose très précieuse : ses lettres adressées de 1915 à 1918 à la province alors qu’il était au front ou dans les tranchées. Ces lettres, comme celles de ses frères dominicains d’infortune, ont été retranscrites et publiées par la province dans un bulletin intitulé Trait d’Union, qui paraît à partir d’octobre 1915, quand les supérieurs dominicains comprennent, comme tout le pays, que la guerre ne serait pas brève, mais qu’elle s’installait durablement. La mort au front des dix premiers frères entre août 1914 et septembre 1915 (les frères Ignace Soudé, André Dirberger, Hyacinthe Delavalle, Hugues-Marie Burfin, Sébastien Masson, Laurent-Marie Verlynde, Ambroise-Marie Poulpiquet, Raphaël Baudrat, Michel de Boissieu et Dominique Thévenin) a convaincu la province d’établir un lien – un « trait d’union » – entre les frères dominicains mobilisés.

Frontispice du Tr...Frontispice du Trait d’Union

Frontispice du Trait d’Union

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Ce bulletin permet à la fois d’obtenir des nouvelles des frères qui sont partis à la guerre mais également, comme le titre le suggère, de garder un lien fraternel qui, entre l’exil et la guerre, est doublement mis à mal. Sa réalisation revient au frère Jean Destrez. Combattant blessé gravement en septembre 1914 et ayant perdu l’ouïe lors d’un bombardement, il est démobilisé et envoyé en repos, à Bellevue en Seine-et-Oise, auprès de Pierre Mandonnet (25 rue du Château, l’adresse du Trait d’Union) qui, ayant terminé son enseignement à Fribourg, avait besoin d’une adresse extra conventum. Répondant sans doute à une demande du prieur provincial, Réginald Monpeurt, Destrez fait paraître, le 13 octobre 1915, une simple feuille ronéotypée, recto verso, composée de nouvelles des frères au front. Les premières livraisons à l’écriture manuscrite peu lisible, faites avec des stencils, laisse place le 19 novembre 1915 à un bulletin lithographié de quatre pages confié à un imprimeur. Hebdomadaire pendant un an puis bimensuelle, la parution est confiée, après son départ pour Fribourg où il va se spécialiser en codicologie médiévale, au frère Ceslas Lavergne jusqu’au printemps 1917 puis au frère Paul Synave jusqu’au 25 décembre 1918 (dernier numéro). C’est L’Année dominicaine qui, « en temps de paix », prend le relais.

Au Saulchoir

3Robert Verel est né à Caen le 21 août 1887. Fils de Louis Maurice Verel, négociant, et de Berthe Marie, née Hommey, il est baptisé le jour même dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Il est scolarisé dans sa ville natale à l’institution Sainte-Marie jusqu’en seconde puis est pensionnaire pendant deux ans au collège des Frères des Écoles chrétiennes de Passy-Froyennes, qui vient d’ouvrir à la frontière belge à la suite des lois anticléricales françaises. Il y suit des cours qui lui permettent d’intégrer l’Institut industriel du Nord, à Lille, qu’il quitte pour faire son service militaire. Il passe ensuite une année de rhétorique classique au collège Stanislas à Paris, envisageant peut-être déjà son entrée dans l’Ordre des frères prêcheurs.

4Nous ignorons tout de sa vocation si ce n’est qu’il entre en 1911 au noviciat dominicain, qui est encore en exil, au Saulchoir de Kain. La Congrégation intermédiaire de juillet 1903 avait demandé la création d’un noviciat et d’un studentat en exil pour ne pas interrompre la formation dominicaine dès que la République française avait obligé les établissements scolaires congréganistes à fermer. Pendant dix-huit ans, les novices et les étudiants partageront le même couvent avant que le noviciat ne rentre en France, en 1921, et s’installe à Amiens.

5Robert Verel, prend l’habit dominicain et le prénom religieux de Michel le 23 août 1911 et vit au noviciat avec une petite dizaine de frères dont André Dirberger, Rogatien Bernard, Marc Guihaire et Henri-Jean Omez. Il fait profession simple le 24 août 1912 et commence ses études de philosophie dans le même lieu mais a à peine le temps de recevoir les ordres mineurs, qu’il est mobilisé le 4 août 1914 et envoyé au front comme infirmier et soldat de deuxième classe au 304e régiment d’Infanterie.

Le soldat Michel ...Le soldat Michel Verel

Le soldat Michel Verel

Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

À la guerre

6Il a vingt-sept ans quand il est mobilisé et nous pouvons le suivre grâce à ses lettres qui courent du 25 novembre 1915 au 28 octobre 1918, voire plus largement, puisqu’il est question de lui dans Trait d’Union d’octobre 1915 à novembre 1918. Il est l’un des correspondants les plus prolixes : quatre-vingt-deux occurrences entre ces deux dates dont trente-sept lettres citées. Seuls les pères Marie-Bernard Guénin et Antonin Roussot écrivent davantage parmi les cent quatre-vingt-huit correspondants de la Province de France que le père André Duval a recensés dans l’ensemble des numéros du Trait d’Union auxquels on peut ajouter les vingt-neuf frères d’autres provinces dominicaines.

7Grâce à ses nombreuses lettres, nous avons des renseignements sur la vie d’un soldat mais également les sentiments d’un dominicain profès au front. Depuis plusieurs années déjà – que la célébration du centenaire de la guerre a encore accentué –, nous connaissons des témoignages de poilus même si, de l’aveu du poilu Verel, le mot « bonhomme » est davantage utilisé que celui de poilu pour parler des soldats, écrira-t-il le 13 août 1916.

8Le 7 septembre 1914, le frère Verel est blessé à Rembercourt-aux-Pots, lors de la bataille de la Marne où les trois-quarts des effectifs du 304e RI disparaissent, en soignant des blessés au combat, ce qui lui vaudra en avril 1916 une citation à l’ordre du jour et la croix de guerre aux motifs suivants : « D’un dévouement remarquable. A été blessé grièvement le 7 septembre 1914 en allant soigner les blessés sur la ligne de combat. N’a cessé depuis le début de la campagne, de donner des preuves de la plus grande bravoure et du moral le plus élevé. » Il retourne au front comme infirmier du régiment le 14 décembre 1914.

9Nous pouvons voir à travers Trait d’Union comment un frère parle à ses frères et de ses frères. Le frère Verel envoie de nombreuses photographies (non reproduites, hélas, dans le bulletin) de lui et d’autres frères dominicains qui sont dans le même secteur que lui (jamais nommé dans les lettres tout comme ne sont pas nommés les lieux pour des raisons de sécurité et de censure militaires). Il semble, en octobre 1915, être en première ligne (il porte le casque obligatoire de cette position !) mais en tant qu’infirmier. C’est le père Henri-Dominique Béchaux qu’il côtoie le plus et à qui il demande de pallier le manque de prêtres pour dire la messe et confesser les soldats.

10Le religieux-soldat-infirmier donne des détails d’une vie quotidienne qu’il décrit toujours du bon côté des choses : « Nous sommes installés dans une petite maison ; nous avons eu la joie de trouver de la paille que d’importuns locataires n’habitaient pas et un plafond autre que le toit » (25 novembre 1915) ; « Je viens de passer trois jours dans un poste de secours de première ligne. Vous ne pouvez pas vous faire une idée de ce qu’est la lutte de ce côté. Pourtant, pendant ces trois jours nous n’avons eu que sept blessés, c’est vous dire que cela n’est pas toujours la fournaise… Ces trois jours ont été très bons : on médite bien plus facilement là-bas qu’en l’arrière où l’on a mille soucis » (juin 1916) ; « Dieu merci, l’église admirable est encore debout et grâce aux travaux qui, j’espère, ne tarderont pas (car les Beaux-Arts se sont annoncés et ont déjà envoyé du bois), les voûtes vont être protégées » (octobre 1916). La censure militaire pousse à cet optimisme de bon aloi, mais on comprend qu’il fait aussi partie de la charge qu’il se donne : ne pas ajouter à la situation de la guerre la démoralisation des esprits.

11Cet esprit « positif » n’est jamais pris en défaut, sauf, peut-être une fois à propos de la boue qui, plus encore que la perspective de la mort ou de la blessure, est l’objet de son découragement : « Si la pluie cessait, ce serait moins mauvais ; nous voyions défiler un régiment ce matin, des tas de boue ambulants… La boue ! La boue ! On ne s’en sort pas !... C’est une impression à laquelle on ne s’habitue pas et qui devient un vrai cauchemar : tout ce qu’on touche est couvert de boue !... » (juin 1916).

Messe au frontMesse au front

Messe au front

Michel Verel, étudiant dominicain devenu infirmier pendant la guerre, sert la messe dans un wagon de marchandises faisant office de chapelle.

Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12Parfois, cet optimisme devient méditation en une période particulièrement désastreuse du moral militaire : « Le soir, en ligne ou en repos, je puis goûter le charme des nuits étoilées ou du clair de lune, tandis que, à droite et à gauche, dans des secteurs tour à tour agités, le canon fait rage. On prie pour tous les camarades qui souffrent, mais on remercie Dieu de ce calme. Et plutôt que de se répandre en vaines considérations sur les malheurs du jour, il me semble plus réconfortant de contempler la beauté du ciel. Quand j’étais jeune, il me semblait bizarre de célébrer la Sainte Vierge en chantant pulchra ut luna (« belle comme la lune » – verset 10 du chapitre VI du Cantique des cantiques attribué par la tradition catholique à la Vierge Marie). C’est que j’étais profondément ignorant de la beauté d’une belle nuit, même dans nos régions » (6 septembre 1917). On imagine bien à quel point la censure militaire, peut-être même l’autocensure inconsciente ecclésiastique, trouvait réconfortant de faire paraître un tel message. Mais cela n’entame pas la vérité de celui qui l’a écrit : tout au long de la guerre, on le voit s’étonner, s’émerveiller comme un enfant heureux de se satisfaire de ce qu’il a, sans se soucier de ce qu’il pourrait avoir.

13Les nouvelles les plus nombreuses dont il fait part à ses frères sont celles de la pratique religieuse et de la piété de ses compagnons d’infortune où l’on retrouve l’une des obsessions de l’Église de l’époque : le nombre de communions chez les hommes : « Nous avons eu la messe de minuit dans notre cave. Elle était remplie de soldats. Malheureusement peu ont communié, ils sont si occupés, il leur faut refaire constamment les ouvrages que l’eau et les bombardements démolissent » (2 janvier 1916) ; « Cent cinquante hommes environ se sont approchés de la Sainte Table et il y a eu un grand nombre de retours… sept, dix ans !! » (Pâques 1916, le major avait autorisé l’emploi de l’acétylène pour éclairer la messe). Il lui arrive même parfois, en l’absence de prêtre de « s’autoriser quelques mots » de prédication lors d’une prière improvisée (2 décembre 1915 ; 21 janvier 1916).

14Il propose dès qu’il rencontre des séminaristes ou des soldats, qui veulent prier, de chanter des cantiques et de réciter le chapelet. Par une facétie, il est capable de dire qu’il est à un endroit qu’il ne peut pas nommer mais qu’il est allé se recueillir sur la tombe du frère André Dirberger à Saint-Nicolas-de-Port, ce qui permet sans mal à ses frères de savoir où est sa division (mai 1916). C’est d’ailleurs ce mois-là qu’il change de régiment d’Infanterie, passant du 304e au 341e et où il participe à la campagne de Mort-Homme qui va durer jusqu’en janvier 1917.

15En février 1916, il lance de sa propre initiative un Rosaire vivant recrutant parmi les soldats des rosaristes qui s’engagent à réciter le chapelet à tour de rôle. Tous les premiers jeudis de chaque mois, il réunit les soldats-rosaristes qui restent au village à poste fixe pour organiser le tour. Dès le mois de mars, un homme, dans chaque compagnie, un « zélé », est chargé de recruter un chapelet. Cent rosaristes récitent ainsi chacun une dizaine dès ce mois-là. Peu à peu les bataillons, puis sa division tout entière, sont le siège de zélés rosaristes (récit du père Béchaux en mai 1916). Ils seront deux cents en octobre 1916.

16Il ajoute à la pratique du chapelet, en avril 1916, une récollection sacerdotale que le père Béchaux prêche chaque dernier mercredi du mois à tous les prêtres et les séminaristes de leur division. À la suite d’une première récollection, qui a pour thème « le devoir du prêtre » et « le devoir envers l’Eucharistie », entrecoupée d’agapes, il est décidé de constituer un rosaire sacerdotal qu’il prie pour les prêtres de la division ainsi qu’une « vie commune intellectuelle » avec une sorte de bibliothèque mobile, chacun ressentant le besoin de lire autre chose que les journaux. Le frère Verel, qui avait déjà commencé à faire circuler la Revue des jeunes, établit des règles strictes : interdiction de garder le livre plus de huit jours et conserver une couverture propre et une reliure intacte dans les conditions du front. Ses excellents rapports avec l’aumônier divisionnaire, le jésuite Cléret de Lagavant qui apprécie beaucoup le jeune dominicain, facilitent les tractations. Le frère Verel distribue également le bulletin Frères d’armes dans la foi pour la Patrie, revue bimensuelle destinée aux soldats chrétiens fondée par les jésuites en juillet 1916.

17Il fait part, à partir d’août 1916, d’un durcissement anticlérical dans le règlement militaire : « On ne peut plus prendre d’office la musique [militaire] pour une cérémonie religieuse ; il y eut un sermon ou plutôt une conférence après l’Évangile et les hommes […] se sont déclarés enchantés d’entendre ce à quoi ils disent souvent ne pas croire » (13 août 1916) ; « Le 15 juin, nous devions avoir messe solennelle, et puis, vous avez su, sans doute, qu’une circulaire était venue tout remettre en question. Mais à y regarder de près, l’on pouvait tirer ce qu’on voulait d’un document incohérent qui confond manifestation avec cérémonie et actes de propagande cultuelle. Donc on n’a pas sonné la messe. N’étant pas prévenus qu’il fallait supprimer les chants nous avons chanté le Kyrie » (27 juin 1917).

18Il semble, à la lecture du Trait d’Union, que la fin de la guerre affaiblisse l’élan apostolique des débuts : « En ce moment toute réunion de culte est impossible ; nous sommes des hommes de terre et si le contact avec notre milieu doit nous régénérer, je ne doute pas de notre grandeur après la guerre ; si toutefois nous en sortons (avril 1918). » Même le Rosaire est en sommeil : « Ce que nous avons fait en dernier lieu pour le Rosaire vivant, c’est de recommander leurs parents morts aux rosaristes » (20 avril 1918).

19À la fin de l’année 1916, il travaille dans une infirmerie régimentaire où il relève le nombre impressionnant de blessés puis, début 1917, revient dans une infirmerie de sa compagnie (la 14e) où il pointe le désordre : « Il est si difficile d’appliquer le règlement et on est toujours si porté à demander aux brancardiers des petits services supplémentaires ! Mais peu importe ! Cela me fait plaisir d’être agréable aux soldats ! Actuellement nous leur faisons du thé et nous le portons tout chaud aux sentinelles. Le secteur est si tranquille qu’on n’a même pas d’émotion à circuler en première ligne à quelque trente mètres des boches ! » (13 mars 1917).

20En novembre 1917, son régiment d’Infanterie est muté sur le front italien : « Pour les soldats, souci de n’avoir pas de lettre mais indifférence de se battre ici ou là, et surtout bonheur de passer du temps hors des tranchées et d’avoir un beau soleil » (25 novembre 1917). Là, il découvre la polenta et est surpris qu’une habitante lui dise en italien qu’il ne comprend pas : « Ordre dominicain : bien administré, non réformé », il se demande même s’il a bien compris.

21Il revient sur le front français en avril 1918 où il participe à la bataille du Bois-de-la-Gaune dans la Somme et regrette toujours de ne pas être prêtre quand il soigne certains blessés, surtout les plus jeunes (19 juillet 1918). Le 21 août 1918, son régiment, le 70e, est dissous et les solidarités qu’il y avait nouées défaites, ce qui le désole ; il passe à la 157e division comme brancardier puis au 333 RI en novembre 1918 puis au 304 RI le 25 décembre 1918. Il se plaint d’être du « matériel humain ».

22Il est démobilisé le 25 mars 1919.

Retour à Kain

23Sitôt démobilisé, il retourne au studentat du Saulchoir. Profès simple durant deux années à Kain avant la guerre, il lui reste une année à faire pour la profession solennelle qui aura lieu le 22 mai 1920. Avec la démobilisation des jeunes frères qui de nouveau remplissent l’église et le réfectoire, le couvent reprend vie, car les quelques frères présents n’occupaient plus que le domus debilium (petit réfectoire pour les frères malades ou les hôtes de l’hôtellerie) pour manger et l’oratoire de la salle de théologie pour prier.

24Ce retour à la vie religieuse prend, selon la chronique du studentat, un tour tout d’abord joyeux, presque potache : on voit les démobilisés garder l’ambiance de la camaraderie militaire. Le frère Verel se fait remarquer par ses chansons normandes (Ma grand-mère), ses repas concoctés pour les sorties du studentat, faites, en général au sanctuaire de Notre-Dame de Bonsecours, tout près du couvent. Ses talents d’échanson et de maître-cuisinier sont notés, à côté des talents des autres démobilisés. L’ambiance ressemble davantage à celle d’une caserne (les grivoiseries en moins) qu’à celle d’un couvent de formation. On y note la joie des retrouvailles, le fait d’être vivant, ce qui dépasse quelque peu les pères-maîtres et les prieurs.

25Le 31 juillet 1921, Michel Verel est ordonné prêtre au Saulchoir par Mgr de Tournai en même temps que Raymond Tonneau, Ceslas Lavergne et Jourdain Wébert. Il ne quitte pas pour autant Kain puisqu’il se consacre à une thèse de lectorat qu’il soutient, avec succès, le 4 juillet 1923. Au cours de cette longue présence en Belgique, il s’essaye aussi à la prédication, auprès des dominicaines du Sacré-Cœur en exil à Casteau en Wallonie et des jeunes gens en retraite au Saulchoir.

Au couvent de Dijon, sur les traces de Lacordaire

26En septembre 1923, il est assigné au couvent d’Amiens où il ne reste qu’un an avant de rejoindre celui de Dijon, où il renforce une petite communauté de moins de dix religieux. Il va y exercer, pendant huit années, un apostolat à première vue classique (prédication) mais qui laisse de la place à la novation par son orientation en direction de certains groupes (étudiants, scouts, guides, infirmières). En ce qui concerne la prédication, il est fréquemment sollicité, à la suite de ses succès en 1923-1924 à Amiens, Beauvais et, surtout, à la cathédrale de Bayeux dans le pays de son enfance. À partir de Dijon, son activité de prédicateur l’entraîne dans toute la Bourgogne, auprès d’auditoires paroissiaux comme de communautés de religieuses dominicaines et de groupes spécifiques (infirmières, étudiants, scouts).il revie

Jamboree scout du...Jamboree scout du 9 novembre 1932

Jamboree scout du 9 novembre 1932

Photographie offerte par la première compagnie de Dijon à leur aumônier, Michel Verel, responsable de divers groupes scouts.

Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

27Dès 1925, il prêche à la cathédrale de Dijon à l’occasion de l’anniversaire de l’armistice de 1918. Sous les voûtes du même édifice, sa voix résonne encore les deux années suivantes, tandis qu’en 1929 c’est à la cathédrale de Châlons-sur-Marne [Châlons-en-Champagne] qu’il prononce un panégyrique de sainte Jeanne d’Arc. Prédicateur apprécié, sans pour autant atteindre la renommée des plus célèbres de son temps comme les pères Henri-Dominique Noble et surtout Albert-Marie Janvier qui se succèdent à Dijon à son invitation pour prêcher sur Lacordaire, Michel Verel exerce d’autres apostolats tournés vers la jeunesse. Il est aumônier d’un cercle d’étudiants catholiques, le Cercle Saint-Bernard, fondé en 1912 et fort d’une centaine de jeunes hommes, ce qui lui vaut de recevoir, en 1925, le poète Paul Claudel. Il accompagne surtout l’essor du scoutisme à Dijon et en France, étant l’un des maîtres d’ouvrage du premier congrès des chefs des scouts de France tenu dans la capitale de la Bourgogne à l’initiative du général Arthur de Salins, un tertiaire dominicain. Il y prend la parole aux côtés du jésuite Paul Doncœur et du chanoine Paul Richaud, à un moment où le jeune mouvement se heurte à des réticences d’une partie des évêques quant au rôle respectif à tous les échelons du prêtre et du laïc. Verel prend position fortement, comme ses confrères, pour que l’aumônier ne soit pas un simple animateur spirituel mais également un éducateur et un directeur. Cette activité apostolique le conduit à accompagner ses troupes dans des excursions qui mettent sa condition physique à rude épreuve : après une sciatique dont il peine à venir à bout en 1927, il est victime, lors d’un camp en Corse, en 1931, d’une entorse et d’une fracture qui restreignent désormais son activité physique. Michel Verel vit ses apostolats auprès des jeunes gens dans la continuité de son engagement dominicain : Lacordaire lui-même, le restaurateur de l’Ordre en France, n’a-t-il pas fait la démonstration constante d’un vif attachement à l’apostolat des jeunes hommes ? Aussi lorsque l’historiographe de Lacordaire, le père Henri-Dominique Noble, en 1928, prend l’initiative d’une cérémonie à sa mémoire à Bussières (Haute-Marne), c’est le père Vérel, en compagnie de Marc Guihaire, autre grand artisan du maintien de la mémoire du restaurateur de l’Ordre, qui représente le couvent de Dijon.

Prieur du couvent de Nancy

28Le 21 avril 1932, le frère Michel, qui a alors quarante-cinq ans, est élu prieur du couvent de Nancy, installé 4 rue Crevaux. Son élection décidée rapidement fait suite au départ du père Firmin Lambert, prieur conventuel depuis 1929, mais qui est assigné à Alger pour former la nouvelle communauté dominicaine du département français. Le couvent qui accueille le frère Verel est composé d’une petite dizaine de frères très absents du fait de leurs prédications très attendues dans les diocèses lorrains encore largement catholiques. La chronique, tenue quasi quotidiennement par le très disert frère Marcolin Fortuit, donne un bon aperçu de la vie quotidienne de ce couvent très important dans la province, le premier de la restauration lacordairienne. C’est l’année où le grand professeur de droit nancéen, Georges Renard, prend l’habit des prêcheurs.

29Le père Verel fut le seul nom proposé par le sous-prieur in capite, le frère Fortuit, pour remplacer le père Lambert ; il est élu au premier tour à l’unanimité des votants avec des éloges de tous et confirmé par le prieur provincial, le père Jourdain Padé, qui félicite la communauté pour ce bon choix. Il met du temps à s’installer à demeure. De nombreux engagements apostoliques, essentiellement des prédications et des retraites, ainsi que le décès de sa mère dans un accident de voiture en juin 1932 à Caen l’empêchent d’arriver avant l’été. Il trouve alors un couvent observant et modeste mais également fragile où il est fréquent qu’il ne reste qu’un seul père qui ne peut pas dire l’office et récite, à la place, le chapelet avec quelques fidèles qui font l’objet de toute l’attention des frères. L’indult romain qui avait dispensé la communauté du maigre perpétuel n’est pas renouvelé en 1932, astreignant ses membres à des privations qui affaiblissent sinon la santé du moins le moral des frères.

Au couvent de NancyAu couvent de Nancy

Au couvent de Nancy

Michel Verel, prieur, est assis au premier rang à gauche en 1933 à l’occasion de la fête de la canonisation d’Albert le Grand. On distingue au second rang, tout à fait à droite, Ambroise Cuny, au troisième rang, de gauche à droite, les frères Vincent Mézière, Marcolin Fortuit, Raymond Tonneau (qui porte des lunettes) et, légèrement devant lui, Thomas Mahieu puis, complètement à droite, Augustin Souillard.

Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

30Michel Verel commence son priorat par faire faire divers travaux : installation de téléphones dans toutes les cellules, réfection de la cellule dévolue au prieur provincial. Mais ses absences se multiplient, notamment pour des raisons de santé : cure de trois semaines tous les ans à Bourbonne-les-Bains, à titre militaire pour des douleurs persistantes, mais également pour ses prédications du Rosaire aux institutrices de l’enseignement libre, aux étudiants, etc. C’est un prédicateur qui ne ménage ni sa peine ni sa santé. Il avait choisi le père Vincent Mézière comme sous-prieur qui se retrouve donc souvent aux avant-postes mais ses mauvaises relations avec le procureur créent des tensions communautaires dans l’organisation conventuelle dont la cuisine et la lingerie sont le théâtre permanent de psychodrames.

31Dès la fin de 1933, la fatigue extrême du père Verel due à une artériosclérose l’oblige à s’absenter encore longuement laissant la communauté sans véritable direction. L’évidence de sa démission est alors évoquée publiquement, qu’il présente en septembre 1934.

32Il quitte la communauté et s’installe au monastère des moniales dominicaines de Châtenay-Malabry, laissant à Nancy le souvenir d’un bon prieur très apostolique et très aimé dans le diocèse mais dont la santé a rendu incapable de poursuivre sa mission. Au cours des premiers mois de sa présence à Châtenay, il rassemble, annote et introduit les lettres de Mathilde Godot, une élève-infirmière dont il était l’aumônier à Dijon, décédée en juillet 1934 de la tuberculose. Il achève cette publication, la seule de son existence, publiée chez Spes dans une collection d’ouvrages de méditation sur la souffrance, exactement un an avant sa propre mort.

Dernières années

33Il reste un an à Châtenay mais, sa santé déclinant, il est hospitalisé à l’hôpital du Perpétuel-Secours des sœurs dominicaines à Levallois-Perret où il décède le 23 février 1936. Il n’a pas cinquante ans. Il est enterré au cimetière du Montparnasse. Son décès est annoncé dans L’Année dominicaine de mars 1936. À la suite de ce faire-part, il est écrit : « Nous publierons, dans le prochain numéro, une notice nécrologique. » Celle-ci ne fut jamais écrite.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon, de la Province de France. — La preuve du sang. Le livre d’or du Clergé et des congrégations 1914-1922, Paris, Bonne presse, 1925. — Trait d’Union. — L’Année dominicaine, mars 1936. — Bulletin du Cercle Saint-Bernard, Dijon, avril 1936, p. 1-3.

Haut de page

Œuvre

Marc Guihaire, Michel Vérel, « L’église Saint-Vincent-Ferrier à Dijon », L’Année dominicaine, septembre 1930, p. 258-264. — L’Alleluia d’une âme crucifiée, Mathilde Godot, élève-infirmière, 1906-1934. Lettres et notes présentées par le RP Vérel, des Frères prêcheurs, Lettre-préface de Mgr Petit de Julleville, Paris, Imprimerie Ramlot, 1936.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Frontispice du Trait d’Union
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Le soldat Michel Verel
Crédits Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4733/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Messe au front
Légende Michel Verel, étudiant dominicain devenu infirmier pendant la guerre, sert la messe dans un wagon de marchandises faisant office de chapelle.
Crédits Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4733/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Jamboree scout du 9 novembre 1932
Légende Photographie offerte par la première compagnie de Dijon à leur aumônier, Michel Verel, responsable de divers groupes scouts.
Crédits Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4733/img-4.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Au couvent de Nancy
Légende Michel Verel, prieur, est assis au premier rang à gauche en 1933 à l’occasion de la fête de la canonisation d’Albert le Grand. On distingue au second rang, tout à fait à droite, Ambroise Cuny, au troisième rang, de gauche à droite, les frères Vincent Mézière, Marcolin Fortuit, Raymond Tonneau (qui porte des lunettes) et, légèrement devant lui, Thomas Mahieu puis, complètement à droite, Augustin Souillard.
Crédits Archives de la Province dominicaine de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4733/img-5.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Michel Potin, « VEREL Michel », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, V, mis en ligne le 27 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/4733

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Potin

Notices du même auteur

  • DESBLÉS Yves [Texte intégral]
    DESBLÉS Louis Marie Martin à l’état civil ; DESBLÉS Yves en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • NICOLAS Justin [Texte intégral]
    NICOLAS Louis Marie Paul à l’état civil ; NICOLAS Justin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • MUSARD Hyacinthe [Texte intégral]
    MUSARD Gabriel Albert Joseph à l’état civil ; MUSARD Hyacinthe en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals