Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesSSAVEY Jean-Marie

SAVEY Jean-Marie

SAVEY Jean-Marie, Alphonse à l’état civil ; SAVEY Dominique en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 26 avril 1923 à Paris (XVe arr.), mort 30 janvier 2010 à Paris (XIVe arr.).
Prêtre-ouvrier agricole membre de la mission rurale dans la plaine de Meaux, puis prêtre-ouvrier dans l’industrie.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 02/12/2019.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 11 novembre 1942 au couvent Saint-Jacques à Paris
• Profession simple : 12 novembre 1943 au couvent Saint-Jacques à Paris
• Profession solennelle : 14 décembre 1947 au Saulchoir d’Étiolles
• Ordination sacerdotale : 17 juillet 1949 au Saulchoir d’Étiolles.

1La réussite industrielle de sa famille n’a pas eu raison de Jean-Marie Savey. Depuis 1887, l’entreprise « Moisant-Laurent-Savey », fondée par son arrière-grand-père, Armand Moisant (1838-1906), et son grand-père, Jean-Marie Alphonse Savey (1853-1929), qui s’étaient associés en 1887 avec Edmond Laurent, construisait des charpentes métalliques (magasins du Printemps, du Bon Marché, des Magasins réunis, grande verrière du Grand Palais avec son escalier central en fer forgé, gare de Lyon à Paris, à Limoges, à Nice, une partie des ponts de chemin de fer sur la Loire, viaducs, barrages, musée d’Orsay, etc.) dans ses ateliers rue de Vaugirard à Paris puis, à partir de 1905, à Ivry-sur-Seine. Son père, Jean Savey (1897-1988), ingénieur centralien, doublement héritier pour avoir été à la fois le fils de Jean-Marie Alphonse Savey et avoir épousé la petite-fille d’Armand Moisant, Marie-Thérèse Garnier (1898-2001), n’a pu que vouloir perpétuer l’essor de l’entreprise en devenant son président-directeur général.

2Aîné de neuf enfants, Jean-Marie Savey fait ses études à partir de 1929 au collège Stanislas à Paris, puis deux ans de classes préparatoires (« Maths sup », « Maths spé ») dans la perspective d’intégrer l’École navale ou Centrale comme l’incite la tradition familiale (son père lui avait d’ailleurs donné les prénoms de son grand-père, le premier centralien de la « dynastie » Savey). Finalement, il fait un choix radicalement différent en 1942 en décidant d’entrer dans l’Ordre des frères prêcheurs. « Je voulais être moine sans perspective apostolique », dira-t-il. Bien qu’il n’ait pas laissé de trace pour expliquer ses aspirations à la vie religieuse si ce n’est l’affirmation d’un désir de vie contemplative, il est très probable que le milieu familial ait été porteur et ait bien accueilli sa vocation. En effet, trois autres membres de la fratrie opteront pour la vie religieuse : un frère choisira l’Ordre des frères mineurs (missionnaire au Togo) dont il sortira au bout de plusieurs années, une de ses sœurs s’engagera dans la congrégation des franciscaines missionnaires de Marie (supérieure dans plusieurs couvents), une autre dans l’Ordre des clarisses (abbesse pendant quinze ans à Nantes) tandis que trois de ses frères s’orienteront vers l’industrie (direction de Peugeot, d’IBM) et qu’un quatrième sera médecin.

Noviciat 1942-1943

Noviciat 1942-1943

Au dernier rang, au milieu, Jean-Marie Savey que sa grande taille permet d’identifier. Devant, au premier rang, on distingue le prieur du couvent Saint-Jacques, Augustin Desobry (le troisième en partant de la gauche), puis le prieur provincial Antonin Motte et le père-maître Bernard-Marie Chevignard.

Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3C’est dans une France occupée que Jean-Marie Savey se présente au couvent Saint-Jacques à Paris, où se trouve le noviciat, pour rencontrer le père-maître, Bernard Chevignard. Au moment où les Allemands envahissent la zone libre, il revêt l’habit dominicain le 11 novembre 1942 et reçoit le prénom de Dominique. Au bout d’un an, à l’issue de ses vœux simples, il est envoyé au studium d’Étiolles – dont Nicolas Rettenbach est alors le père-maître – pour suivre les cursus de philosophie et de théologie au cours desquels il est appelé sous les drapeaux. Incorporé aux troupes françaises d’occupation comme éclaireur-skieur dans les Chasseurs alpins (7e division alpine), il est affecté en Autriche dans le Vorarlberg, à l’est du Rhin et au sud du lac de Constance. C’est de son cantonnement qu’il répond à l’enquête préparatoire aux journées d’étude d’avril 1944, qui auront lieu au Saulchoir d’Étiolles, dont le thème est « Vie dominicaine et travail intellectuel ». Lorsqu’Aimon-Marie Roguet en rend compte, il cite Jean-Marie Savey :

Eu égard au drame au sein duquel nous sommes tous plongés et que mon genre d’existence me permet de saisir avec acuité et une intensité exceptionnelle, je dois dire que je vis depuis quelques années sous l’impression d’une révélation humaine, à la fois formidable et brutale, à laquelle ma vie et ma formation dominicaine ne m’avaient pas préparé.

4Il ajoute combien le livre des abbés jocistes, Godin et Daniel, a été important, voire déterminant, au regard de son engagement futur :

J’ai été bouleversé par la lecture de France pays de mission ? J’y ai retrouvé quelques-unes de mes expériences personnelles, pas toutes d’ailleurs. Alors bien souvent, je me suis senti seul, intellectuellement et moralement devant une tâche d’une urgence tragique, cependant que j’avais l’impression attristée que nos activités dominicaines traditionnelles (purement intellectuelles ou apostoliques) s’avéraient peu capables d’en venir à bout, à supposer même qu’elles se rendissent compte de son existence. […] Nous de la diaspora, nous avons beaucoup besoin d’être fraternellement aidés. Mais nous avons aussi notre mot à dire, notre témoignage à apporter, irremplaçable et inédit.

À Pontigny, au cours d’une sortie entre novices étudiants

À Pontigny, au cours d’une sortie entre novices étudiants

Jean-Marie Savey, reconnaissable à sa silhouette longiligne, est entouré des frères Philippe Harlé et Jean-Philippe Lachèse, qui font face au frère Albert-Marie Lemaire.

Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Libéré à l’été 1947, de retour au Saulchoir, il suit le cycle de théologie et est ordonné prêtre le 17 juillet 1949. Ayant terminé ses études en 1951, il est assigné au couvent Saint-Jacques pour faire partie de la mission rurale qui, depuis la sortie de l’Ordre de Michel Épagneul pour fonder les frères missionnaires des campagnes – une nouvelle famille religieuse à La Houssaye-en-Brie – est menée par Jean Maurice et Dominique Desobry dans la plaine de Meaux. Tous deux forment une équipe missionnaire in situ dans la perspective de partager intégralement la vie rurale détachée de la pratique religieuse. Jean-Marie Savey connaissait déjà la vie de la mission rurale pour avoir participé, avec le frère Vincent Lecomte, aux travaux de la moisson pendant un été, ce qui avait donné l’occasion à Jean Maurice de réitérer sa demande d’envoyer des frères pour renforcer l’équipe et d’avancer son nom auprès du prieur provincial, Albert-Marie Avril. Lorsqu’il arrive à Trocy-en-Multien, il s’insère dans une ferme communautaire que Jean Maurice tente de gérer selon les principes d’Économie et Humanisme notamment en mettant en œuvre la répartition des responsabilités, la redistribution des revenus, les décisions discutées et prises avec les ouvriers agricoles, comme les emblavements ou l’achat de matériel. Il fait partie pendant un an du personnel, participant à tous les travaux. Il dira en 1998, lors d’un entretien réalisé par l’oratorien Robert Dumont, que le fonctionnement de cette ferme « était un petit paradis », mais que « c’était un monde clos », loin de la réalité agricole, ce qui l’a incité à s’embaucher dans une ferme de grande culture située à quelques kilomètres. Ce choix était-il une forme de désaveu du modèle communautaire qui ne correspondait pas à sa volonté d’enfouissement tel qu’il l’avait souhaité à la lecture de La France pays de mission ou encore qui n’était pas conforme à la démarche dont se réclamaient d’autres prêtres-ouvriers ?

6Quelles qu’aient été ses raisons, mais convaincu que son engagement en tant que dominicain-ouvrier pouvait avoir valeur d’évangélisation, Jean-Marie Savey devient alors chauffeur de tracteur et saisonnier pour le binage des betteraves. Il habite dans une vieille roulotte, que Jean Maurice a achetée, dans laquelle il est possible de célébrer la messe et de tenir des réunions. Il assiste régulièrement, le plus souvent avec les membres de son équipe, aux rencontres des prêtres « en milieu rural » appartenant à différentes familles religieuses. Son ancrage au travail en Seine-et-Marne l’amène à dire au cours d’une de ces rencontres, en 1952, que « les gens du pays n’ont plus la foi », qu’il faut beaucoup de temps pour « parler leur langue », mais que ce travail est « exaltant, un peu comme saint François possédait la terre ». Dans l’entretien de 1998, il rappelle les découvertes qui l’ont marqué et qui ont déterminé sa vie apostolique faite au contact des ouvriers et du partage de leurs conditions de travail :

Quand j’ai travaillé, j’ai découvert, ce qui m’a d’ailleurs emballé, ce qu’était l’épaisseur de la vie humaine que j’ignorais jusque-là. J’étais d’un milieu très privilégié, du moins bourgeois de l’époque c’est-à-dire on était scout, c’était tout ce que nous connaissions de la vie en dehors des études. J’ai été emballé par la solidarité que j’ai rencontrée, la simplicité des gens, la vérité matérielle de leur vie, un tas de choses que je ne trouvais pas dans mon milieu d’origine. […] J’ai eu de la chance d’être plongé en pleine pâte humaine.

Scout de France

Scout de France

Jean-Marie Savey en chef de patrouille comme l’indiquent la cordelière qu’il porte autour du cou et le staff (bâton) qu’il tient de la main droite.

Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Lorsque la hiérarchie ecclésiale décide de supprimer le sacerdoce des prêtres-ouvriers et suspecte les théologiens dominicains (Marie-Dominique Chenu, Yves Congar, Henri Féret) et les prieurs provinciaux (Albert-Marie Avril, Marie-Joseph Nicolas et Pierre-Damase Belaud) de les soutenir, il est convoqué, comme ses autres frères dominicains-ouvriers, par le Maître de l’Ordre, Emmanuel Suarez. Le 8 février 1954, il se rend à Paris, au couvent de l’Annonciation, et selon François Leprieur (Quand Rome condamne, p. 86), il est reçu avec les autres prêtres-ouvriers des communautés dominicaines après le conseil extraordinaire, en fin d’après-midi. Il a sans doute eu l’occasion d’un petit aparté avec le Maître de l’Ordre, car il aimait raconter les quelques mots qu’ils avaient échangés : « Il m’a demandé où je travaillais, je lui ai dit que j’étais ouvrier agricole. Il m’a dit : Ça change tout, la campagne, ça rapproche du Bon Dieu. »

8N’étant pas – de facto – concerné par l’ultimatum du 1er mars 1954 interdisant aux prêtres travaillant en usine de poursuivre leur mission, il regagne la plaine de Meaux, retrouve son poste de travail et s’occupe du syndicat départemental CFTC qu’il a introduit avec d’autres ouvriers agricoles. Il s’était, au départ, adressé à la CGT qui, à cause de l’ignorance du monde paysan des responsables envoyés de Paris, avait été écartée. Il réussit à obtenir une convention collective et, au cas par cas, à faire valoir des droits face aux abus de certains patrons.

9Au printemps 1956, le départ de Jean Maurice, épuisé par son apostolat, laisse la mission aux mains d’Henri-Dominique Desobry et de Jean-Marie Savey qui doivent faire face non seulement aux nombreuses sollicitations des paroisses de leur secteur, mais aussi aux militants de l’Action catholique ouvrière qui ne comprennent pas que les prêtres au travail s’occupent de l’apostolat ouvrier, encore moins qu’un des prêtres (Jean-Marie Savey) soit délégué syndical. C’est à cette période que Jean-Marie Savey est victime d’un accident à la colonne vertébrale et qu’il doit envisager de trouver un autre emploi. Après une session d’initiation à l’économie humaine du 10 au 15 juillet 1956, dirigée par le frère Pierre Viau au couvent de l’Arbresle, il quitte la ferme de grande culture pour embaucher dans une usine de déshydratation de luzerne à Forfry. Il fait alors des journées de douze heures sur un tracteur.

10Lorsqu’à son tour, Henri-Dominique Desobry quitte la plaine de Meaux en 1958, Jean-Marie Savey, à l’invitation de la mère supérieure des dominicaines missionnaires des campagnes, abandonne la roulotte et va habiter dans une petite maison à May-en-Multien. En effet, Jean Maurice qui, depuis les journées missionnaires de la Tourette en 1947, partageait la même conception de la mission rurale que la mère supérieure (Besse, p. 79), avait obtenu depuis 1950 que la congrégation de Flavigny s’ouvre au travail missionnaire parmi les ouvriers agricoles. Deux, puis quatre sœurs avaient été saisonnières avant qu’une maison soit établie à May en 1956 leur permettant une réelle implantation et aussi la possibilité de diversifier leurs activités apostoliques. À partir de 1958, Jean-Marie Savey fait équipe avec leur petite communauté, célèbre la messe tôt le matin et anime l’action apostolique qu’ils mènent ensemble. Il y nouera de profondes relations qui perdureront longtemps puisqu’il retournera – « pour rendre des services » – à May très régulièrement à partir de 1971, date de son retour au couvent Saint-Jacques.

11En 1959, ses supérieurs, s’inquiétant de son isolement, envisagent son assignation à Nancy, ce qui est pour lui inconcevable (lettre du 11 février 1959 au TRP provincial) :

J’ai reçu il y a quelques jours une lettre du père Chauvat me demandant mon avis sur une possibilité d’assignation à Nancy. J’avoue que j’ai été bien étonné car je n’ai jamais songé à quitter la Seine-et-Marne, même quand le père Desobry l’a quittée. Et à l’heure actuelle, depuis un an, ça me paraît encore moins raisonnable que jamais. [...] La pénétration sur les villages de la plaine de Meaux, où la roulotte travaille depuis dix ans, est sérieusement amorcée [...] et aussi le fruit de ma présence au travail. Car gagner sa croûte et partager leur vie de travail c’est, je crois, de plus en plus une condition indispensable d’un travail missionnaire qui morde vraiment, qui vise à faire naître des militants de la pleine masse. [...] C’est maintenant que commencent à déboucher dix années d’efforts, à déboucher tout à la fois au plan de la naissance de groupes, de communautés, d’embryons de militants et ne même temps au plan de l’insertion vivante de notre travail dans l’Église constituée, visible, qui a ses droits au grand soleil. Alors quitter cela quand ça commence à déboucher pour repartir presque à zéro ailleurs, ça ne me paraît pas très sérieux du point de vue du monde des hommes et de l’évangélisation et même pas sérieux du tout.

12Néanmoins, il quitte le monde du travail rural pour des raisons physiques en 1960 pour travailler dans des petites entreprises industrielles, n’abandonnant pas pour autant l’apostolat rural qu’il continue à animer à May. Avec l’accord de l’évêque alors qu’en principe les prêtres ne sont pas autorisés à travailler à plein temps et encore moins à se syndiquer, il entre d’abord comme magasinier puis comme soudeur à la Serem à Saint-Soupplets, une entreprise qui fabrique des postes de transformateurs mobiles pour les chantiers du bâtiment. Avec quelques ouvriers, il introduit une section syndicale CGT et est, bien vite, obligé d’accepter d’être candidat aux élections de délégués du personnel, ce qui déplaît à la direction qui riposte en demandant à son directeur commercial de créer une section CFTC. Aux élections professionnelles de 1963, il obtient un bon score dans les ateliers, mais est battu d’une voix par le collège des employés de bureau, ce qui lui vaut d’être licencié « sous prétexte d’entrave à la bonne marche de l’entreprise ». Défendu en vain par la CGT et le maire de Saint-Soupplets, il est obligé de chercher ailleurs de l’embauche.

13Il décide alors d’acquérir une véritable qualification professionnelle et fait une formation professionnelle à Meaux en mécanique agricole à l’issue de laquelle il obtient un CAP de tourneur. Mais, connu aux alentours de May pour son activité syndicale, il trouve avec difficulté une place dans une entreprise de cloisons de plâtre préfabriquées à Claye-Souilly. Seul Français, au milieu d’une quarantaine d’immigrés, il réussit au moment des événements de 68 à faire en sorte que l’entreprise se mette en grève et dépose un cahier de revendications – ce qui le conduira, encore une fois, à être licencié. Pendant ses quatre ans de travail à Claye-Souilly, il participe aux réunions d’équipes sacerdotales du secteur et est chargé avec un prêtre diocésain de groupes d’ouvriers ruraux. Occasionnellement, il remplace un curé absent pour la messe dominicale dans les paroisses voisines. Il partage aussi, en 1966, son lieu d’habitation avec François Oliver qui, cherchant sa place au sein de la mission ouvrière, travaille dans une ferme. Jean-Pierre Voreux qui passe deux jours avec eux, dira à Jacques Scrépel, promoteur de la mission ouvrière dominicaine, qu’il « a été frappé par la qualité de leur vie évangélique » (lettre de Scrépel à Joseph Kopf, prieur provincial du 22 septembre 1966). En dehors de son insertion locale, Jean-Marie Savey fait partie du Groupe de la mission en monde ouvrier qui rassemble les dominicains qui y consacrent leur apostolat, des frères de la Maison Saint-Dominique et des frères engagés dans Économie et Humanisme dont l’objectif est « d’introduire dans l’organisme provincial une capacité missionnaire dont nous regrettons la carence », renchérira Bernard Gardey (lettre du 28 janvier 1964). La première réunion, consacrée à la mise en commun des expériences, a lieu le 1er décembre 1963 avec les frères Philippe Bernoux, Serge Bonnet, Bernard Gardey, Daniel Gobert, Nicolas Houlmann, Pierre Jacques, Pierre Lacoste, Charles Queneau, Jean-Marie Savey, Jacques Scrépel, Joseph Robert, Jean-Pierre Voreux, ceux de la Maison Saint-Dominique Ambroise-Marie Carré, Pierre Boisselot, René Chartier, Antonin Henry, Réginald Peuchmaurd et Jacques de Williencourt (en raison de la proximité du couvent de Lille avec une mission ouvrière). Le compte rendu, rédigé par Philippe Bernoux, reprend en résumant certains propos de Jean-Marie Savey :

L’Évangile ? Il s’agit d’abord d’une présence d’Église dans le monde, donc d’abord d’exister dans le monde tout court. Pas de position dans le monde ecclésiastique, sinon par des contacts avec les militants, mais ceux-ci ne doivent pas tout accaparer, sinon on est coupé d’avec la masse.

La difficulté est celle de la mission ouvrière au sens large. Le mot recouvre une confusion. Il faut une existence dans le monde ouvrier tout court, ce qui englobe le travail et exige peu d’engagement dans le monde ecclésiastique. Pour le monde ouvrier, l’Église est en dehors de la course.

14Il assiste à la seconde réunion, le 12 avril 1964 sur la conception du sacerdoce : « Dans les conditions où vous êtes, estimez-vous que le sacerdoce que vous avez reçu trouve son plein épanouissement ? » Jean-Marie Savey, selon le compte rendu, précise :

En entrant dans l’Ordre, la notion de sacerdoce n’avait pas de consistance pour moi. J’y suis entré pour la vie chorale. La vie apostolique, c’était une abstraction. Aujourd’hui, quel est mon équilibre au point de vue sacerdotal ? Jamais de questions sur le sacerdoce. Il s’agit d’être en communion avec les gens, puis être parmi eux « le premier né » ; on travaille, on prie, et c’est tout. Le sacerdoce comme tel, son lien avec l’institutionnel, ne se pose pas.

15Les rencontres se succèdent, chacune avec un thème, cherchant à dire le sens de la « présence au monde » et de la « valeur du monde ouvrier », avec divers invités comme Marie-Dominique Chenu ou Nicolas Rettenbach. Elles s’élargissent à la fin des années soixante en faisant appel aux frères des autres provinces.

16À la suite de son dernier licenciement, Jean-Marie Savey s’embauche comme tourneur à Lagny chez Frankel, une filiale de La Compagnie française des convoyeurs. Il travaille la nuit, mais il est rapidement obligé de démissionner, n’arrivant pas à tenir les cadences. Après trois mois de dépression, il entre à la Continentale d’équipement électrique à Meaux où il fait vivre le syndicat, ce qui le conduit à ne pas pouvoir refuser de se présenter comme candidat aux élections de délégués du personnel et de se retrouver en butte à la position de l’évêque de Meaux, Mgr Jacques Ménager (note manuscrite, 15 décembre 1970) :

Le père Claude Quillet, aumônier diocésain d’ACO qui suit de près mes affaires depuis que je travaille à Meaux, a pris avec moi la décision, en pensant que je ne pouvais pas me récuser. La direction diocésaine laïque de l’ACO mise au courant par lui le pense également et est d'accord pour que je laisse faire les choses. L’évêque que je pensais voir il y a huit jours […] s’est mis dans une grande colère, me refuse la permission de me présenter demain aux élections et parle même de me demander de quitter l’usine.

Ce n’est pas qu’il soit en principe opposé au fait que je me présente comme délégué (encore qu’il ne soit sûrement pas chaud du tout). Mais ce qu’il ne peut supporter, c’est que je lui demande la permission l’avant-veille des élections, autrement dit que je le mette devant le fait accompli comme je l’ai déjà fait une première fois quand je me suis présenté il y a sept ans aux élections de délégués à la SEREM (cette fois-là avec l’ACO contre moi et non pas pour moi comme cette fois-ci).

17On ignore l’issue de l’affaire, s’il a été ou non élu, mais on sait que le prieur provincial, Nicolas Rettenbach, a immédiatement répondu en soutenant Jean-Marie-Savey (lettre du 15 décembre 1970) :

Je reçois un mot du père Savey m’expliquant la situation dans laquelle le met à votre égard la proposition qui lui a été faite de se présenter aux élections des délégués du personnel. Je regrette beaucoup que le père Savey n’ait pu vous rencontrer il y a une dizaine de jours dans une réunion où vous deviez venir et que vous n’ayez pu vous-même vous faire un jugement au-delà de celui du père Quillet et de la direction diocésaine laïque de l’ACO. C’est en passant à Paris aujourd’hui que j'ai eu la lettre du père Savey […] ; j'ai demandé au père Pierre Jacques, qui a été désigné par nos chapitres provinciaux français pour être le lien des frères au travail ouvrier avec les provinciaux et les évêques, de prendre contact avec vous, en attendant que je puisse moi-même vous rencontrer. Je trouverais regrettable qu’un manque de coordination entre vous et les supérieurs de l’Ordre mette en cause l’action du père Savey qui se dévoue dans cette région depuis vingt ans, au moment où les conditions de son travail lui rendent plus facile la coopération avec la mission ouvrière diocésaine.

18Quoi qu’il en soit, Jean-Marie Savey, réellement « éreinté » selon son expression, décide peu après de quitter la Continentale et de reprendre la vie conventuelle à Saint-Jacques (1971). Alors qu’il vient de quitter la Seine-et-Marne, Pierre Keller, prêtre de la Mission de France, lui propose de lui succéder comme chauffeur à l’administration centrale de INRA, rue de Grenelle, à Paris : « Je trouvais qu’être chauffeur c’était un peu insuffisant comme intégration dans la vie ouvrière, mais étant donné mon état de santé, je l’ai pris. J’ai travaillé là dix ans et milité à la CGT. »

19À partir de 1971 et jusqu’en 1983 – date de sa retraite –, il vit donc à Saint-Jacques, partant travailler tous les matins. À l’invitation de Joseph Robert en mars 1974, sans doute parce que les réunions des dominicains en mission ouvrière s’étaient espacées, il est convié à une rencontre de « frères divers que la vie a dispersés » dans le cadre des journées provinciales à Draveil.

20Une fois à la retraite, Jean-Marie Savey partage son temps entre le couvent, le domicile de ses parents, malades et âgés à Sceaux (son père meurt en 1988), et un week-end à May tous les quinze jours, disant : « Tous mes amis sont là-bas. C’est là que j’ai mon réseau de relations les plus fortes, les plus durables et chaleureuses. » Dans l’entretien de 1998, dressant un peu le bilan de sa vie professionnelle, il insiste sur la satisfaction qu’il a eue d’être ouvrier agricole et sa déception, voire son amertume, de son travail en usine dont il avoue qu’il l’a « démoli » tout en défendant, au nom de son engagement religieux, sa vie parmi des ouvriers.

Jean-Marie Savey dans les années 2000.

Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Après le décès de sa mère, en 2001, il est très présent au couvent, aimant raconter ses engagements syndicaux et les liens qu’il garde avec ses camarades. Il rend aussi volontiers service en conduisant des frères en voiture. Mais, progressivement, son état de santé s’affaiblit et, ne pouvant plus demeurer au couvent, il est admis en juillet 2008 à la maison Marie-Thérèse, la maison de retraite du diocèse de Paris pour prêtres dépendants. Il y meurt dix-huit mois plus tard.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de la Mission de France. — Notre travail intellectuel, journées d’étude 1944, Le Saulchoir 19-21 avril 1944. — Ut sint unum, 1er mai 1962, 146, p. 2 ; 1er octobre 1970, 326, p. 13-15. — 517, août-septembre 1988, p. 3 ; 528, novembre 1989, p. 15. — L’Écho de Stan (Bulletin de liaison des anciens élèves du collège Stanislas), 2e trimestre 1962, publié dans Ut sint unum, 1er août 1962, p. 140. — Ut sint unum, 528, novembre 1989, p. 15. — François Leprieur, Quand Rome condamne, Paris, Plon/Les Éditions du Cerf, 1989. — Entretien réalisé par Robert Dumont (oratorien et ancien prêtre-ouvrier), 20 avril et 5 mai 1998. — Prêcheurs, 21, septembre 1999, p. 3 ; 129, mars 2010, p. 29-31. — Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité à l’épreuve 1944-1969, Paris, Karthala, 2004. —Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « En mission dans la plaine de Meaux ou deux types de mission rurale dominicaine », Histoire & missions chrétiennes, 9, mars 2009, p. 75-96. — Maxime Besse, Une congrégation féminine face au travail ouvrier. Les dominicaines des campagnes (1945-1982), mémoire de master, Institut d’études poliques de Paris, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Noviciat 1942-1943
Légende Au dernier rang, au milieu, Jean-Marie Savey que sa grande taille permet d’identifier. Devant, au premier rang, on distingue le prieur du couvent Saint-Jacques, Augustin Desobry (le troisième en partant de la gauche), puis le prieur provincial Antonin Motte et le père-maître Bernard-Marie Chevignard.
Crédits Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4993/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre À Pontigny, au cours d’une sortie entre novices étudiants
Légende Jean-Marie Savey, reconnaissable à sa silhouette longiligne, est entouré des frères Philippe Harlé et Jean-Philippe Lachèse, qui font face au frère Albert-Marie Lemaire.
Crédits Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4993/img-2.png
Fichier image/png, 659k
Titre Scout de France
Légende Jean-Marie Savey en chef de patrouille comme l’indiquent la cordelière qu’il porte autour du cou et le staff (bâton) qu’il tient de la main droite.
Crédits Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4993/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Jean-Marie Savey dans les années 2000.
Crédits Archives de la Province de France, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/4993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « SAVEY Jean-Marie », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, S, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/4993

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

  • TAPIN Réginald [Texte intégral]
    TAPIN François Arsène Joseph à l’état civil ; TAPIN Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • BART Max [Texte intégral]
    BART Jacques à l’état civil ; BART Maximin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • PRUNEAU Jean [Texte intégral]
    PRUNEAU Daniel Michel à l’état civil ; PRUNEAU Jean en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P
  • GAIDE Antoine [Texte intégral]
    GAIDE-CHEVRONNAY Séverin à l’état civil ; GAIDE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • TOURNAY Raymond-Jacques [Texte intégral]
    TOURNAY Jacques Marie Charles à l’état civil, TOURNAY Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search