Navigation – Plan du site

DE RUDDER André

DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 1er mars 1913 à Nieuport (Belgique), mort le 8 novembre 1974 à Artres (Nord).
Novice puis prêtre diocésain.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 13/01/2020

Texte intégral

• Vestition : 22 septembre 1933 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1934 à Amiens
• Sortie de l’Ordre : septembre 1937

La fratrie De Rudder en 1939

La fratrie De Rudder en 1939

Tout semble distinguer les deux frères aînés, Francis, devenu frère Jourdain chez les dominicains, et André, séminariste du diocèse de Cambrai, étudiant en théologie : opposition des tempéraments qu’accentue la pose photographique, opposition des vocations.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1André De Rudder, deuxième fils de Franz De Rudder et de Gabrielle, son épouse née Gaillot, est le frère cadet de Francis, devenu le frère Jourdain De Rudder lors de son entrée dans la province de France en 1934. À la différence de son aîné, il ne persévère pas dans l’Ordre des dominicains qu’il quitte en septembre 1937, à l’expiration de ses vœux simples, pour rejoindre le clergé diocésain.

Novice dominicain

Le noviciat 1933-1934 de la province de France

Le noviciat 1933-1934 de la province de France

Ceslas De Rudder est le second, premier rang, à partir de la gauche, de ce noviciat aux effectifs conséquents.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Avant son entrée dans l’Ordre, il connaît un parcours scolaire similaire à celui de Francis, si ce n’est que, du fait des quatre années qui les séparent, André n’est à aucun moment scolarisé en France pendant la Grande Guerre. De 1924 à 1928, en même temps que son frère, il est envoyé à l’institut Saint-Boniface de Bruxelles puis, en 1928-1929, dans la même ville, au collège Saint-Jean-Berchmans. De 1929 à 1933, il met à nouveau ses pas dans ceux de Francis en étant inscrit au collège de Marcq-en-Barœul près de Lille. À l’issue de ses études secondaires, sans avoir obtenu le baccalauréat, il fait vestition pour la province de France au couvent d’Amiens. Il reçoit le prénom religieux de Ceslas. Ce sont les déboires de Francis dans la province dominicaine belge, au cours de l’année de studentat 1933-1934, qui expliquent son entrée dans la province de France plus qu’un choix personnel du jeune homme. Sa vocation dominicaine elle-même semble relever davantage d’une option parentale, voire familiale, que d’une décision mûrie intérieurement. Dès l’année du noviciat amiénois, il éprouve des doutes sur son engagement, dont il fait part à son maître des novices, le père Joseph Périnelle. Il est tout de même admis à la profession simple le 23 septembre 1934, à la suite d’une visite à Amiens de Franz, le chef de famille. Il rejoint alors le couvent d’études du Saulchoir installé à Kain, en Belgique. Mais ses questions quant à sa vocation ne le quittent pas tout en étant difficiles à exprimer auprès de ses parents tant, pour eux, l’Ordre des frères prêcheurs représente la voie de l’accomplissement. L’arrivée de Jourdain au studentat, un an plus tard, modifie la donne : il devient le confident de son jeune frère et, bientôt, son porte-parole auprès de ses maîtres des étudiants successifs, Ceslas Tunmer puis Michel Bous. Dans un courrier du 20 mai 1937, Jourdain explique au père maître en quoi André n’a pas la vocation dominicaine : « Office, messe chantée, chapitre, observances religieuses sont autant de fardeaux pour lui. » De plus, tel que le décrit Jourdain dans ses correspondances, André peine à vivre selon la règle dominicaine, du fait d’une propension au scrupule qui le fragilise lorsqu’il faut prendre des décisions ou subir la correction fraternelle. Il se sent aussi attiré par une vie moins contemplative et moins studieuse que celle des dominicains et songe à trouver chez les Pères blancs une voie pour réaliser son idéal sacerdotal et missionnaire. Outre les pères maîtres, son directeur spirituel et son frère de sang, il consulte deux jeunes lecteurs en qui il a confiance, les pères Jacques Scrépel et Ambroise-Marie Carré. Tous deux lui confirment qu’il n’est pas fait pour mener la vie dominicaine. L’avis de religieux expérimentés est alors sollicité : tour à tour, les pères Héris, Chenu et Deman, après s’être entretenus avec le novice, se rangent au même avis. Les Pères blancs lui conviennent-ils mieux ? Un séjour chez eux, à Héverlé (Heverlee, à Louvain), durant les vacances de l’été 1937, préparé avec ses supérieurs dominicains, modifie sa perception : désormais, sa vocation lui apparaît être celle d’un prêtre diocésain. Son frère Jourdain, également convaincu que la solution réside dans une entrée au grand séminaire, obtient que Ceslas Tunmer, en qui ses parents ont toute confiance, se rende auprès d’eux, à Bruxelles, pour leur faire admettre cette décision. Le coup est, pour eux, extrêmement rude et de multiples démarches sont nécessaires pour leur faire admettre la sortie de leur fils de l’Ordre des prêcheurs sans qu’ils aient leur mot à dire.

Prêtre du diocèse de Cambrai

André De Rudder, prêtre du diocèse de Cambrai, 1945.

André De Rudder, prêtre du diocèse de Cambrai, 1945.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3À la fin de l’été 1937, à vingt-quatre ans, il débute son service militaire dans l’armée belge à la caserne de Bourg-Léopold où sont affectés tous les séminaristes. Relevant toujours des dominicains jusqu’à l’expiration de ses vœux simples, le 23 septembre, il est placé sous l’autorité religieuse de l’aumônier du camp à qui est délégué le pouvoir du père maître des étudiants. Au-delà de cette date, il est libéré de tout lien avec l’Ordre des dominicains. À la fin de son année de service, après bien des hésitations, il opte pour le séminaire du diocèse de Cambrai. Il y entre en deuxième année de théologie du fait de son parcours chez les dominicains qui lui évite de refaire un cursus complet puis, lors de la troisième année, il est envoyé à l’Université jésuite de Louvain. Rentré dans le diocèse de Cambrai, il est ordonné prêtre le 29 juin 1942. Il est d’abord nommé vicaire de la paroisse Saint-Géry de Valenciennes (Nord) où il mène un apostolat, classique pour un jeune prêtre, auprès des enfants, des jeunes et des malades. Le curé, Auguste Ruffin, un tertiaire dominicain, se félicite de sa docilité à son égard, de son zèle dans le ministère et de sa piété, regrettant seulement chez le jeune prêtre une sensibilité extrême qui le retient d’aller même vers ses confrères et un faible goût pour l’étude. Mgr Guerry, l’archevêque, le nomme curé d’Artres (Nord), au sud de Valenciennes, en 1949. Son frère Louis, lui aussi prêtre du diocèse de Cambrai, vient y terminer sa vie, atteint par la maladie, en 1951. Franz et Gabrielle De Rudder s’installent également auprès de leur fils, à Artres, où ils décèdent en 1952. En 1956, André est transféré dans une autre commune rurale, la cure de Vieux-Reng (Nord), à la frontière belge, où il officie quatorze ans. Il est nommé par Mgr Jenny, curé titulaire de la petite paroisse de Beauvois-en-Cambrésis (Pas-de-Calais), le 28 octobre 1973, alors qu’il est déjà atteint par le cancer qui l’emporte un an plus tard, le 8 novembre 1974, à soixante et un ans.

Haut de page

Sources

ADPF, fonds De Rudder. — Archives de l’archidiocèse de Cambrai.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La fratrie De Rudder en 1939
Légende Tout semble distinguer les deux frères aînés, Francis, devenu frère Jourdain chez les dominicains, et André, séminariste du diocèse de Cambrai, étudiant en théologie : opposition des tempéraments qu’accentue la pose photographique, opposition des vocations.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Le noviciat 1933-1934 de la province de France
Légende Ceslas De Rudder est le second, premier rang, à partir de la gauche, de ce noviciat aux effectifs conséquents.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre André De Rudder, prêtre du diocèse de Cambrai, 1945.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « DE RUDDER André », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/5521

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals