Navigation – Plan du site

DÉGEORGES Constant

DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 23 septembre 1897 à Chambéry (Savoie), mort le 22 mars 1965 à Levallois-Perret (Seine puis Hauts-de-Seine).
Missionnaire à Mossoul (1927-1933) puis en Algérie (1933-1936 ; 1937-1946), secrétaire de la Province de France (1946-1964).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/01/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1920 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Profession simple : 23 septembre 1921 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Profession solennelle : 23 septembre 1924 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 30 juillet 1925 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Pierre Dégeorges naît à Chambéry, au domicile familial, le 23 septembre 1897, un an et demi après un autre garçon, Henri. Leur père, Antoine, exerce la profession de géomètre des Eaux et forêts et fait vivre le foyer que tient Anna née Cuidet, son épouse de douze ans plus jeune que lui. Celle-ci, alors que ses enfants n’ont encore que quelques années, subit l’épreuve du veuvage lorsqu’Antoine est retrouvé mort, en août 1899, à l’âge de quarante ans. Grâce à une rente que l’on suppose modeste, elle parvient à conserver son logement du 1 rue Doppet et à ne pas travailler pour continuer à élever ses deux garçons, aidée par le regroupement au domicile familial de sa belle-mère et de sa sœur. Dotée de solides convictions religieuses encore avivées par la crise politico-religieuse des années 1904-1906, particulièrement aiguë en Savoie, et bien décidée à inculquer ses valeurs à ses enfants, elle inscrit Henri et Pierre à l’externat Saint-François-de-Sales, puis au petit séminaire de Saint-Pierre-d’Albigny. Sa fermeture définitive, en 1911, après plusieurs années de tensions avec les autorités républicaines, conduit Anna à confier ses garçons au collège Notre-Dame de La Villette situé à proximité de Chambéry. Enfant timide et replié sur lui-même, Pierre manifeste sur le plan scolaire des dispositions réelles. À l’issue de ses études secondaires, en 1915, il obtient le baccalauréat en sciences et en philosophie.

L’épreuve de la Grande Guerre

2Quelques mois plus tard, en janvier 1916, il est incorporé dans l’armée de manière anticipée, comme toute la classe 1917. Il est affecté au 3e régiment bis des zouaves, obtient le grade de caporal en septembre 1916, puis de sergent un mois plus tard. Engagé avec son régiment sur le front de Champagne, lors de la bataille du chemin des Dames, il est blessé le 18 avril 1917 : les pieds gelés, il est évacué plusieurs mois et conservera une raideur invalidante. Il repart cependant au front à l’été 1917 et est blessé une seconde fois, plus gravement, le 30 mai 1918, près de Reims, ce qui lui vaut d’être cité à l’ordre du régiment pour son courage face à l’ennemi. Il est, à la suite de ce fait d’armes, également décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire. La guerre, qu’il achève dans un régiment d’artillerie car, à cause de ses blessures, il est reconnu incapable d’effectuer de longues marches, le marque profondément. Sur le versant positif de cette expérience guerrière, comme nombre des « poilus », il a connu l’expérience de la fraternité des tranchées, des amitiés nées des épreuves partagées et de la camaraderie ; mais, sur un versant plus sombre, il quitte les armes avec de graves blessures aux membres inférieurs, qui l’handicaperont toute sa vie, et une fragilisation de son état psychique.

Une vocation à la vie monastique

Le noviciat 1920-1921 du Saulchoir de Kain

Le noviciat 1920-1921 du Saulchoir de Kain

Les noviciats de l’après-guerre attirent de nombreux candidats à la vie religieuse comme Constant Dégeorges : entrées différées par la mobilisation et choc du conflit conjuguent leurs effets. Dégeorges se situe au deuxième rang, le troisième à partir de la droite. À sa gauche, Vincent Ducatillon, futur provincial. Au premier rang, troisième à partir de la gauche, le maître des novices, Réginald Berger. Il est entouré, à sa droite, par Marie-Alain Fauvarque, à sa gauche, par Albert Lorand.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Rendu à la vie civile en septembre 1919, il se sent appelé à une vocation religieuse et contemplative. Attiré par la vie régulière la plus stricte et par la liturgie, il part pour l’abbaye de Hautecombe, sur la rive du lac du Bourget, qu’occupent alors les cisterciens. Son goût pour la vie monastique est immédiat et définitif. Ses supérieurs retardent cependant son entrée, peut-être parce que l’avenir de la communauté de Hautecombe est alors incertain. Pierre Dégeorges est envoyé à Rome, en novembre 1919, pour une année d’étude philosophique complémentaire qu’il accomplit à l’Université Grégorienne où l’enseignement est dispensé par les jésuites. Il n’est pas question pour lui de prolonger ces études supérieures qui le tiennent éloigné de la vie conventuelle. L’un de ses amis les plus proches, Louis Courtois, a sans doute réorienté sa vocation. Comme lui ancien combattant de la Grande Guerre, Courtois était entré, après sa démobilisation, au noviciat des dominicains de la Province de France installé au Saulchoir de Kain, en Belgique. L’année qui suit la prise d’habit est dévolue à l’apprentissage de la vie dominicaine et, plus spécifiquement, de la vie régulière et liturgique. C’est cette dimension, que Louis Courtois met en avant dans ses échanges, qui décide Pierre Dégeorges à prendre l’habit, en septembre 1920 à Kain. À la veille de son admission, lorsqu’il lui est demandé pourquoi il souhaite rentrer dans l’Ordre, il répond : « Pour sauver mon âme », ce qui ne saurait étonner pour un religieux cherchant une vie sanctifiante, mais laisse dans l’ombre le rapport à la vie apostolique du postulant. Il reçoit le prénom religieux de Constant. Son noviciat est placé sous la direction du père Réginald Berger connu pour son austérité. À la suite de sa profession simple, il entame, toujours au Saulchoir, le cycle des études philosophiques et théologiques. C’est le père Étienne Hugueny, dont la réputation de mystique est restée dans les mémoires de ses protégés, qui est le maître des étudiants profès. Il admire, chez le jeune frère Constant Dégeorges, son goût pour la vie monastique. Mais celui-ci, contre l’avis de ses supérieurs et faisant preuve de scrupules qu’ils ne partagent pas, doute de son avenir dans l’Ordre comme prédicateur : à l’approche de la profession solennelle, il demande à être admis comme frère convers ; un an plus tard, avant d’être ordonné prêtre, il exprime à nouveau ses doutes et son souhait d’être frère convers, ce qui lui permettrait de rester vivre au couvent, au service de la communauté. Ses supérieurs en jugent autrement, mettant ces doutes sur le compte d’un tempérament « sauvage » et d’accès mélancoliques.

Missionnaire à Mossoul (1927-1933)

Au couvent de Mossoul, avril 1929

Au couvent de Mossoul, avril 1929

C’est la mort de Mgr Marie-Dominique Berré, archevêque de Bagdad et longtemps supérieur de la mission dominicaine de Mossoul, qui est l’occasion de cette photo où les pères du couvent entourent leur provincial, Stanislas Gillet. Au premier rang, assis, de gauche à droite, Constant Dégeorges, François Drapier, Thomas Bois, Marie-Joseph Omez, Dominique Labbé. Deuxième rang : Louis Sayegh, le supérieur des carmes de Bagdad, le provincial Gillet, le supérieur de la mission Étienne Hugueny, Hyacinthe Bondjukian. Troisième rang, debout, le frère convers Ishaq Chammas, Pie Roussel, Antonin Drapier, Aimon-Marie Rabaux, Raymond Tonneau, le frère Gabriel Dupont.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Alors qu’il achève ses études théologiques, en 1926-1927, il est demandé par son ancien père maître des étudiants, Étienne Hugueny, devenu entretemps supérieur de la mission de Mossoul en Mésopotamie. « Dévoué, sérieux, pratique, désintéressé » (lettre au provincial du 26 septembre 1926), il remplit, selon Hugueny, les qualités requises pour être envoyé dans l’avant-poste missionnaire de Mar-Yacoub au Kurdistan irakien. Son goût pour la solitude est même présenté par l’ancien maître des étudiants comme un atout puisqu’il lui faudra rester seul de longs mois pendant l’hiver. Le provincial, Raymond Louis, accède à la demande du supérieur de Mossoul et y assigne Constant Dégeorges en octobre 1927. Il devient le plus jeune membre d’une équipe composée des pères Hugueny, François Drapier, Dominique Labbé, Raymond Tonneau, Aimon-Marie Rabaux. Une décennie après la fin des hostilités, dans le nouvel État irakien sous influence britannique, l’implantation dominicaine peine à retrouver son rayonnement d’avant-guerre. À l’arrivée de Constant Dégeorges, ce n’est pas à Mar-Yacoub que sa présence est jugée la plus utile, mais à Mossoul même, dans l’enseignement secondaire, au collège et au séminaire syro-chaldéen que dirigent les dominicains et où il enseigne, de 1927 à 1933, les disciplines scientifiques (mathématiques, sciences naturelles, physique, chimie). Une subvention du gouvernement français lui permet bientôt de créer un petit laboratoire de physique au service de son enseignement. Musicien, il anime également la fanfare de l’école avec François Drapier, s’exerçant au bugle, au clairon et au saxhorn. Il livre plusieurs chroniques de la vie dominicaine à Mossoul que publie, en France, L’Année dominicaine. Il y régale ses lecteurs de descriptions pittoresques de la vie mossouliote ou des récits de ses expéditions dans les ruines proches de Khorsabad et Nemrod ou encore des descriptions de la vie dans les montagnes kurdes, à Mar-Yacoub, où se réfugient les dominicains l’été pour y chercher la fraîcheur des montagnes. Derrière le ton léger de ces articles se cachent un désarroi croissant de Constant Dégeorges, de plus en plus convaincu qu’il n’est pas à sa place dans le ministère apostolique. Ne pouvant ou ne souhaitant parler l’arabe, il ne peut prêcher et, dans son enseignement, peine à se mettre à la portée de ses élèves. Dès l’été 1932, son état de santé le rend inapte au travail missionnaire et son supérieur, le père Dominique Labbé, demande son retour en France. De son voyage de Mossoul à Jérusalem, via Damas, Constant Dégeorges laisse une longue relation pour les lecteurs de L’Année dominicaine qui ne laisse rien paraître de son état dépressif.

Apostolat dominicain en Algérie ou vocation monastique (1933-1946) ?

Constant Dégeorges, un ancien combattant

Constant Dégeorges, un ancien combattant

Le père Dégeorges, mobilisé entre la 18e et 22e année de son âge, garde des séquelles de ses blessures. Elles lui valent d’être pensionné pendant plusieurs années après la guerre.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5À peine arrivé à Chambéry, pour se reposer auprès de sa mère, il reçoit la nouvelle de son assignation à Alger où la Province de France a ouvert, rue Édith-Cavell, une maison dont Jacques Le Tilly est le supérieur. Les deux religieux qui accompagnaient ce dernier lors de la fondation, en 1932, ayant déclaré forfait et regagné la métropole, le retour d’Orient du père Constant Dégeorges intervient au moment opportun pour combler les vides. Arrivé en Algérie, il lui est demandé de se livrer à la prédication auprès des populations chrétiennes d’Alger. Cette activité, où tous lui disent qu’il réussit fort bien, lui est très vite insupportable, l’amenant à douter même de sa vocation dominicaine (« cette vie de prédication […] est pour moi une violence de chaque instant, une vie surfaite, artificielle, mensongère », écrit-il le 6 mars 1934). Il s’en ouvre à son supérieur puis, faute de pouvoir apaiser ses angoisses, au provincial, Jourdain Padé. Aucun conseil ne parvient à entamer sa conviction qu’il lui est impossible de mener une activité apostolique et il ne voit son salut que dans un autre ordre, plus monastique. Il entame des démarches auprès de la trappe du Mont des Cats (Nord) et de la chartreuse de La Valsainte (Suisse, canton de Fribourg). Il lui faut pourtant y renoncer sur l’instance du provincial et de son conseil. Ayant échoué à faire entendre dans les termes de la vocation religieuse sa souffrance, il la traduit dans le langage de la maladie, se présentant comme psychologiquement inapte et victime de « neurasthénie » ou de « psychasténie ». Ce recours aux catégories médicales n’infléchit pas la décision de son provincial qui refuse de le laisser partir, mais il lui vaut des aménagements significatifs de son régime de vie : il prêche moins, en accord avec Jacques Le Tilly, de nouveaux religieux comme Louis Lefèvre et Antonin Guibert venant prendre sa place dans cet apostolat. Cette solution s’avère toutefois insuffisante et, en 1936, il entre chez les trappistes quelque temps, avant, une fois encore, d’être désavoué par le père Padé qui l’assigne, en novembre 1936, à Amiens, au couvent du noviciat. Loin de s’améliorer, son état s’aggrave encore car, déchargé de tout emploi, il se sent inutile à la communauté. En août 1937, il repart donc à Alger où Jacques Le Tilly lui propose de développer l’apostolat du Rosaire dans les paroisses du diocèse, lui promettant des prédications moins exigeantes. Durant trois ans, il cherche ainsi à développer des équipes du Rosaire, sans grand succès semble-t-il, et sans y trouver la réalisation de sa vocation. Il tient également les comptes du couvent et aide au développement du groupe Saint-Dominique des scouts et des routiers.

6En avril 1940, Constant Dégeorges est mobilisé dans le 19e corps d’armée basé en Algérie. Démobilisé le 19 juillet, il reprend sa place au couvent. Durant deux années, il donne des cours de mathématiques aux jeunes filles du pensionnat Milly, retrouvant dans l’enseignement scientifique une forme de sérénité : « Enseigner n’implique qu’une action passagère, écrit-il le 31 juillet 1945 au provincial, et où la personnalité du professeur est peu en cause, spécialement s’il s’agit de l’enseignement des sciences. » Mais la fermeture des classes du collège en 1942 le renvoie à ses difficultés personnelles, son aversion à l’égard de la prédication comme de toute responsabilité étant plus forte que jamais. Le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord en novembre 1942 accroît encore son malaise, car les pères du couvent, dont Louis Lefèvre est désormais le supérieur, ne se positionnent pas de la même manière face à la question de la libération du territoire français. Faut-il rejoindre, comme le fait alors Jacques Le Tilly, l’armée française en reconstruction ou au contraire s’en abstenir au nom du respect du pouvoir établi à Vichy et de la fidélité à la personne du maréchal ? Les tensions sont vives entre les religieux algérois pris dans des conflits de fidélité. Avec l’autorisation de ses supérieurs, Constant Dégeorges se retire de toute activité de prédication pour être « aumônier du couvent » : pour l’essentiel, il assure les confessions, visite les malades, assiste les mourants.

Secrétaire de la province (1946-1965)

L’équipe du couvent d’Alger en 1945

L’équipe du couvent d’Alger en 1945

Ce cliché, pris à l’occasion de la visite du provincial Antonin Motte à Alger en 1945, précède de quelques mois le retour en métropole de Constant Dégeorges. À côté de lui (premier à droite, assis), en allant vers la gauche : René Théry, Antonin Motte, le prieur Louis Lefèvre, Marie-Joseph Bliguet.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Au sortir de la guerre, alors qu’il n’aspire plus qu’à être maintenu dans des tâches sans responsabilité et à vivre au plus près des observances de son Ordre, une solution se profile : le provincial Antonin Motte fait appel à lui pour occuper le poste de secrétaire provincial. Cette fonction, qui le tient à distance de toute responsabilité apostolique, correspond à son goût pour l’organisation, le classement, la disponibilité, le travail effectué dans la discrétion. Il quitte définitivement l’Algérie pour la France au printemps 1946, quelques jours après réception de la proposition. Assigné le 30 mai au couvent parisien du Saint-Sacrement, où le provincial réside, il s’y installe pour pratiquement le restant de ses jours. Ce couvent, où la vie régulière est particulièrement suivie, répond mieux qu’aucun autre à son désir d’une vie plus monastique. Signe d’une piété mariale affirmée, il obtient en 1947 du provincial l’autorisation de joindre à son prénom religieux celui de Marie conformément, argumente-t-il, à son état-civil… ce que ne confirme pas ce dernier : sur les fiches de renseignement qu’il complète désormais, il substitue à son troisième prénom, Marius, celui de Marie.

Le frère Constant Dégeorges, secrétaire de la Province de France

Le frère Constant Dégeorges, secrétaire de la Province de France

Cette photo, utilisée pour l’image-souvenir du religieux, est prise alors qu’il a une soixantaine d’années.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Au couvent du Saint-Sacrement, le père Constant-Marie Dégeorges développe des amitiés, par exemple avec le père Jourdain de Rudder, secrétaire des missions, dont il fait son exécuteur testamentaire en cas d’absence du prieur. Satisfait de son emploi autant qu’il donne satisfaction, il y est maintenu, après le départ d’Antonin Motte en 1947, par les pères Albert-Marie Avril, Vincent Ducatillon et Joseph Kopf, provinciaux aux personnalités pourtant sensiblement différentes. Outre les tâches quotidiennes inhérentes à ce type d’activité, où la correspondance occupe une part importante, Constant Dégeorges entreprend, comme Antonin Motte le souhaitait dès son arrivée à Paris, de préserver et de classer les archives du secrétariat. Il assure également la confection, chaque année, de l’annuaire des religieux de la province (le « catalogus »), y apportant au fil des années de plus en plus de renseignements sur les apostolats des uns et des autres. Il élabore des fiches de renseignements à remplir par chaque religieux à son entrée dans l’Ordre et, selon le même objectif d’homogénéisation, différents formulaires administratifs. Il ne quitte plus guère son couvent, sauf lors des vacances d’été où il retrouve sa famille en Savoie, en particulier sa mère, devenue tertiaire dominicaine, qui décède en juillet 1956. Lui-même sent ses forces s’affaiblir. S’il est reconduit dans ses fonctions de secrétaire au chapitre provincial de 1963, un adjoint lui est donné en la personne du frère Pascal Vennin, ancien trappiste devenu convers dominicain. L’année suivante, tout en restant assigné au couvent de la rue du faubourg Saint-Honoré, il rejoint la résidence Sertillanges, à Antony, édifiée pour les religieux âgés nécessitant une prise en charge médicale. C’est lors d’un de ses séjours au couvent du Saint-Sacrement où il aime venir reprendre sa place au chœur, en mars 1965, qu’il est pris d’un malaise. Hospitalisé à Levallois-Perret, il y décède le 23 mars. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse dans le caveau de son ordre.

Haut de page

Sources

Archives de la province de France. — Collection de L’Afrique dominicaine (listes de ses prédications, quelques articles). — Louis J. Lefèvre, « Le père Constant-Pierre Dégeorges (23 septembre 1897-23 mars 1965) », Ut sint unum, 218, 15 mai 1965, p. 110-113. — Christian Sorrel, Les catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry (1890-1940), Aubenas, La Fontaine de Siloé-Savoisiennes, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le noviciat 1920-1921 du Saulchoir de Kain
Légende Les noviciats de l’après-guerre attirent de nombreux candidats à la vie religieuse comme Constant Dégeorges : entrées différées par la mobilisation et choc du conflit conjuguent leurs effets. Dégeorges se situe au deuxième rang, le troisième à partir de la droite. À sa gauche, Vincent Ducatillon, futur provincial. Au premier rang, troisième à partir de la gauche, le maître des novices, Réginald Berger. Il est entouré, à sa droite, par Marie-Alain Fauvarque, à sa gauche, par Albert Lorand.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Au couvent de Mossoul, avril 1929
Légende C’est la mort de Mgr Marie-Dominique Berré, archevêque de Bagdad et longtemps supérieur de la mission dominicaine de Mossoul, qui est l’occasion de cette photo où les pères du couvent entourent leur provincial, Stanislas Gillet. Au premier rang, assis, de gauche à droite, Constant Dégeorges, François Drapier, Thomas Bois, Marie-Joseph Omez, Dominique Labbé. Deuxième rang : Louis Sayegh, le supérieur des carmes de Bagdad, le provincial Gillet, le supérieur de la mission Étienne Hugueny, Hyacinthe Bondjukian. Troisième rang, debout, le frère convers Ishaq Chammas, Pie Roussel, Antonin Drapier, Aimon-Marie Rabaux, Raymond Tonneau, le frère Gabriel Dupont.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Constant Dégeorges, un ancien combattant
Légende Le père Dégeorges, mobilisé entre la 18e et 22e année de son âge, garde des séquelles de ses blessures. Elles lui valent d’être pensionné pendant plusieurs années après la guerre.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre L’équipe du couvent d’Alger en 1945
Légende Ce cliché, pris à l’occasion de la visite du provincial Antonin Motte à Alger en 1945, précède de quelques mois le retour en métropole de Constant Dégeorges. À côté de lui (premier à droite, assis), en allant vers la gauche : René Théry, Antonin Motte, le prieur Louis Lefèvre, Marie-Joseph Bliguet.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Le frère Constant Dégeorges, secrétaire de la Province de France
Légende Cette photo, utilisée pour l’image-souvenir du religieux, est prise alors qu’il a une soixantaine d’années.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « DÉGEORGES Constant », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/5569

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals