Navigation – Plan du site

DE RUDDER Jourdain

DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 17 septembre 1909 à Nieuport (Belgique), mort le 29 septembre 1979 à Paris (VIIIe arr.).
Missionnaire en Syrie mandataire (1939-1946), procureur des missions dominicaines (1947-1967), procureur du Saulchoir d’Étiolles (1967-1969).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 13/01/2020

Texte intégral

Vestition pour la Province de Belgique : 23 septembre 1929 à La Sarte (Belgique)
Profession simple : le 28 septembre 1930 à La Sarte (Belgique)
Sortie de l’Ordre en avril 1934
Nouvelle vestition pour la Province de France : 22 septembre 1934 à Amiens
Profession simple : 23 septembre 1935 à Amiens
Profession solennelle : 12 novembre 1938 au Saulchoir de Kain (Belgique)
Ordination sacerdotale : 17 décembre 1938 à Tournai (Belgique)

Une enfance entre identités flamande et française marquée par un catholicisme fervent

1Francis De Rudder naît en 1909 dans une famille de négociants installée à Nieuport, en Flandre occidentale, depuis deux générations. Du fait du décès en bas âge d’une fille de dix-huit mois plus âgée que lui, il est l’aîné des cinq enfants de Franz De Rudder et de Gabrielle née Gaillot, originaire de Bohain (Aisne) et donc française de nationalité. En partie à cause de la Grande Guerre, en partie à cause de cette origine maternelle, le destin de la famille De Rudder est autant français que belge : c’est à Artres (Nord) que Franz et Gabrielle résident au moment de leur mort, en 1952, quelques semaines après le décès au même lieu d’un de leurs fils, prêtre du diocèse de Cambrai ; et c’est dans le même diocèse qu’un autre de leurs garçons, André, avait fait le choix d’être prêtre à la fin des années 1930. Francis, quant à lui, en raison de ses lieux successifs de résidence (Nieuport jusqu’à l’âge de quatre ans, puis Paris, Bruxelles et Marcq-en-Barœul jusqu’à l’âge adulte), est francophone et n’a qu’une vague familiarité avec le flamand. Si l’identité nationale de la famille est plurielle, il n’en va pas de même de l’identité religieuse. En effet, un catholicisme fervent, voire intransigeant, entretenu surtout par la figure maternelle, qui se nourrit d’une intense dévotion à la Vierge, unit les De Rudder : trois des quatre garçons de Franz et Gabrielle deviendront prêtres (le dernier se marie après avoir envisagé d’entrer à la Trappe), reprenant le flambeau tenu aux générations précédentes par plusieurs de leurs oncles (jésuites) et tantes (religieuses auxiliatrices du purgatoire et religieuses du Sacré-Cœur). Il est plus difficile de qualifier le positionnement politique de la famille, ou même simplement celui de Francis, car il n’en fait pas état. Un témoignage tardif (1973) permet seulement de le situer parmi les jeunes gens séduits par Maurras et l’Action française pour qui la condamnation pontificale de 1926 représente une terrible crise de conscience.

La famille De Rudder, Paris 1915

La famille De Rudder, Paris 1915

Franz et Gabrielle posent devant l’objectif du photographe avec leurs trois enfants : Francis, dont tout dit qu’il est l’aîné, André, debout, et, dans les bras de sa mère, Gabriel.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Francis est inscrit à l’école des Dames de la Sainte-Union, à Nieuport, lorsque la guerre éclate. Fuyant l’invasion allemande, les De Rudder se réfugient à Paris ce qui vaut au petit garçon de poursuivre sa scolarité au collège Stanislas, véritable pépinière de vocations dominicaines. Il est ainsi, entre 1914 et 1917, le condisciple de Paul Thierry d’Argenlieu, Georges Chifflot, Jacques Delalande, Roland de Vaux, André Mennessier, René Motte… Mais ce ne sont pas ces jeunes gens, pour autant que l’on puisse en juger, qui orientent sa vocation et l’on ignore même s’il noue avec aucun d’entre eux des relations (ils le devancent en âge de plusieurs années). Par contre, sa rencontre avec le père Paul Synave, aumônier de l’école, est décisive. C’est lui qui préside à sa communion privée, en avril 1917, chez les dominicaines de la Présentation de Tours, rue de Vaugirard. C’est surtout lui qui suit et encourage l’éveil de sa vocation dominicaine jusqu’à son admission dans l’Ordre, pour la province de Belgique, en 1929. Indice de cet attachement naissant pour les dominicains au cours de cette période parisienne, c’est au collège Lacordaire de la rue Saint-Didier que l’enfant accomplit sa dernière année scolaire. Autre indice : c’est alors que Gabrielle De Rudder s’agrège au tiers-ordre dominicain de la Province de France auquel elle restera toujours attachée, même après son retour outre-Quiévrain.

Une vocation dominicaine et missionnaire dans une Belgique coloniale

Francis De Rudder, seize ans

Francis De Rudder, seize ans

Cette photo témoigne du travail d’inculcation opéré sur le jeune Francis dans les années qui précèdent son entrée dans l’Ordre : vêtu de l’habit blanc des dominicains, posant aux côtés du père Van den Plas, missionnaire au Congo belge, son avenir semble tout tracé.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3La fin des hostilités permet à la famille de regagner la Belgique. Il apparaît vite que les pertes ont été trop graves pour qu’il soit question de reprendre les affaires, à Nieuport ou même ailleurs. Les De Rudder s’installent à Bruxelles où Franz, qui peinera longtemps à apurer ses dettes, obtient un emploi d’inspecteur à la Société nationale des habitations et logements à bon marché. Toute fantaisie est bannie de la vie familiale, tant pour en faire l’économie que par refus de paraître. Francis, enfant au « tempérament brise-tout » (notes personnelles) que seule sa mère canalise et réconforte, poursuit sa scolarité secondaire à l’école Saint-Michel puis à l’institut Saint-Boniface où il accomplit sa communion solennelle en 1922. C’est alors qu’il devient louveteau puis scout, engagement qui lui vaudra des amitiés durables. Il achève ses études secondaires en France, à Marcq-en-Barœul, près de Lille, et obtient la première partie du baccalauréat en juillet 1929. Sa famille n’a cessé, depuis le séjour parisien, d’entretenir des relations avec Paul Synave qui prodigue au jeune homme, lors de retraites au Saulchoir de Kain, des conseils sur sa vocation. S’il incline, un temps, du côté des trappistes dont la vie contemplative l’attire, il tranche finalement en faveur de l’Ordre des frères prêcheurs en raison de son identité apostolique autant que contemplative. C’est depuis le couvent du Saulchoir que le jeune retraitant sollicite, en février 1929, son admission au noviciat de la province belge de Sainte-Rose exprimant son souhait de devenir missionnaire au Congo belge. Le provincial, Hyacinthe-Marie Parys, s’engage à respecter cette requête mais assortit son accord d’une clause non négociable : « Vous vous obligez à apprendre le flamand suffisamment pour entretenir une honnête conversation et entendre les confessions. »

Prise d’habit dominicain pour la province belge de Sainte-Rose, 23 septembre 1929

Prise d’habit dominicain pour la province belge de Sainte-Rose, 23 septembre 1929

À la suite de la cérémonie proprement dite de vestition, le novice Bertrand-Marie De Rudder pose devant l’objectif en compagnie de ses parents et du père Paul Synave à qui le jeune homme doit une partie de sa vocation. Toute sa vie, il a conservé dans ses archives l’image du père Synave que celui-ci lui avait remis le jour de sa première communion.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4La formation des dominicains francophones étant assurée, pour le noviciat simple comme pour les études philosophiques, au couvent Notre-Dame de La Sarte, à Huy (Wallonie), c’est là que Francis De Rudder reçoit l’habit dominicain le 23 septembre 1929 et le prénom religieux de Bertrand-Marie. Un an plus tard, il y prononce des vœux temporaires et s’engage dans les études philosophiques. Ce parcours jusque-là sans histoire se heurte alors à l’hostilité grandissante de certains de ses supérieurs. En 1933, après deux années de frictions, l’incompréhension réciproque est à son comble et l’accès du jeune homme à la profession solennelle, à laquelle il aspire profondément, lui est refusé. Que s’est-il passé ? Une première explication, de nature psychologique, ne peut être écartée, tant elle revient tout au long de la vie du dominicain : De Rudder, comme il le reconnaît lui-même sans trop de peine, est doté d’un caractère difficile qui se traduit par de brusques et violents emportements. Ses colères peuvent d’autant moins être ignorées qu’elles se manifestent par des propos blessants. Formulé par ses supérieurs de diverses manières (« insubordination », « orgueil », « révolte »…), le constat est sans appel : privé du pouvoir de réprimer ses impulsions et incapable de faire prévaloir l’obéissance et l’humilité dans son comportement à l’égard de ses frères, De Rudder n’aurait pas la vocation d’un religieux voué à une vie en communauté. Cette équation personnelle, qui annule les qualités religieuses et intellectuelles qui lui sont reconnues, pèse de tout son poids dans la décision de ses supérieurs de l’écarter de la profession solennelle. Mais elle ne suffit pas à rendre compte de la situation complexe, pour ne pas dire impossible, que le jeune homme a eu à affronter au collège de philosophie depuis la fin de l’année 1930. C’est alors, en effet, que débutent les difficultés du frère De Rudder qui, pour n’être pas généralisables ni transposables à d’autres cas singuliers, n’en projettent pas moins une lumière vive sur la vie conventuelle au cours de ces années.

Au noviciat de La Sarte, juin 1930

Au noviciat de La Sarte, juin 1930

Les novices étudiants ne se mélangent pas avec les religieux qui n’ont pas encore prononcé leurs vœux simples, sauf exceptionnellement, à l’occasion d’une « fusion » comme c’est ici le cas. Le tabac est de rigueur. Le frère De Rudder, qui en est un gros consommateur, est le second en partant de la droite.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Ce qui est en jeu d’abord, ce sont les relations au sein d’une communauté masculine organisée selon des règles hiérarchiques qui soumettent les novices étudiants à l’autorité de leurs maîtres. Entre les recrues en formation, largement tenues à l’écart de la vie extérieure, des liens complexes se tissent. Il est du rôle des formateurs d’orienter les élans affectifs de ces jeunes hommes dans un sens conforme à la vie religieuse. Bertrand De Rudder, dont la personnalité entière ne laisse pas indifférent, attire bientôt à lui plusieurs de ses condisciples en même temps que l’attention de son père-maître. Il lui demande de rompre avec des amitiés marquées d’une « sensibilité » excessive. « Ne crois pas […] que notre amitié soit tombée dans la sensualité, non jamais aucune mauvaise pensée ne m’était venue, ni à eux non plus, écrit-il à sa mère le 28 janvier 1931. Mais c’est pour éviter cela. Car la nature humaine est faible et le mal s’implante très facilement, à votre insu même. […] Ce qui fait notre Croix au couvent, ce n’est pas les grandes épreuves, elles sont très rares, mais ce sont ces mille petits riens, cette guerre à coups d’épingles. » La mise en garde est durement ressentie, mais elle semble sans conséquence et ne vaut d’être signalée que parce que le jeune dominicain y lira rétrospectivement le point de départ d’une méfiance de certains de ses supérieurs à son égard. Deux ans plus tard, en janvier 1933, alors qu’il est en conflit depuis des mois avec un novice et le père-maître qui le défend, il en appelle au provincial. À l’origine de ce différend, un sentiment amoureux non payé de retour du jeune dominicain pour De Rudder. Repoussé et dénoncé, le novice réagit à son tour par des attaques et développe une dépression sévère, s’attirant la sympathie croissante de ses supérieurs. Au cours de l’année 1932, les relations entre les deux novices oscillent entre moments de réconciliation, à l’instigation du père maître, dénonciations et ruptures suivies de menaces de suicide. Tandis que le médecin diagnostique chez le malade une homosexualité refoulée, le père-maître hésite entre réconcilier les deux jeunes gens ou leur interdire tout échange. Ils sont tour à tour renvoyés dans leur famille afin de pacifier l’atmosphère du couvent d’études. Rien n’y fait : dès leur retour, les tensions ressurgissent jusqu’à ce que Francis De Rudder s’en prenne à son père-maître, lui reprochant en termes vifs pêle-mêle son indécision, sa focalisation sur les questions sexuelles et même son obstination à le voir apprendre le flamand. Le 16 avril 1933, excédé, il adresse un nouveau courrier au provincial, renouvelant ses mises en cause et les aggravant même puisque ses propos visent désormais également son correspondant : « Permettez-moi de vous donner mon avis. Il y a beaucoup d’avantages d’avoir un jeune Père-Maître, mais cela offre de terribles inconvénients. On ne dirige pas une âme avec quelques principes de psychologie et quelques notions sur la mystique. » Ç’en est trop pour le provincial qui lui signifie son intention irrévocable de lui barrer l’accès aux vœux solennels dans sa juridiction. Le jeune homme est désespéré, partagé entre un vif sentiment de révolte face à l’injustice qui lui serait faite et la stupeur d’une condamnation qu’il ne semble pas avoir réellement envisagée. Il se tourne vers ses parents, sa mère surtout à qui il confie tout son désarroi dans de longues lettres ou des entretiens, et le père Synave au Saulchoir qui l’assure de son soutien. Gabrielle De Ruddder l’encourage à faire preuve de calme et d’humilité dans la tourmente, mais aussi à persévérer dans sa vocation : « Tu supporteras tout humblement, mais virilement, en âme fortement trempée et chérie de son Dieu. Personne ne pourra t’arracher à cette place choisie par toi puisqu’elle nous a été offerte à tous après saint Jean l’apôtre si tendrement aimé » (lettre du 6 mai 1933). Son père, Franz, quant à lui, laisse éclater sa colère lors d’une visite au provincial à qui il fait état des luttes de clans opposant flamands et francophones au couvent de La Sarte, luttes dont son fils serait la victime collatérale (lettre du 15 mai : « donc en quatre heures de temps on décide d’une vie d’un jeune homme après trois ans et demi de noviciat, après avoir reçu les petits ordres et après avoir eu sur son compte des éloges et des encouragements »). Pour les deux parents, le coup est d’autant plus rude qu’ils s’apprêtaient à conduire au noviciat de La Sarte un autre de leurs fils, André. Par l’entremise du père Synave, c’est au couvent d’Amiens, dans la province de France, qu’il sera admis en septembre 1933.

Service militaire à Bourg-Léopold, 1934

Service militaire à Bourg-Léopold, 1934

Le prieur, Laurent-Marie Perquy, et le père-maître du studentat de Louvain en visite auprès des étudiants dominicains accomplissant leur temps de service. De Rudder est à l’arrière-plan, entre les deux supérieurs religieux.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Si la crise renforce Francis De Rudder dans une prévention ancienne à l’égard du genre humain en général, elle le conforte aussi dans ses convictions religieuses : c’est en Dieu seul qu’il place, plus que jamais, sa confiance face aux petitesses et aux incompréhensions des hommes, même lorsqu’ils sont religieux. Il réitère son intention de devenir dominicain et menace de faire appel de la décision du provincial auprès du maître général. Dans l’attente d’une solution, il demande à devancer sa date d’incorporation au service militaire. Le mois de mai 1933, le dernier passé au couvent de La Sarte, est terrible : mis aux arrêts par le père-maître, accusé devant le chapitre de désobéissance au chef de la province, contraint de manger au milieu du réfectoire et même de constater la fouille répétée en son absence de ses carnets personnels, il subit toutes les peines afin de ménager son avenir dans l’Ordre. Il n’est pas sans secours : en plus de ses parents, qui se démènent auprès des nombreux dominicains belges et français de leur connaissance, il est soutenu par les prières de religieuses, chez les dominicaines du monastère de la Croix, à Kain, au carmel du Saint-Esprit à Istanbul et encore au carmel de Lisieux où il fait dire une neuvaine au moment le plus dur. Sur un plan plus pratique, c’est l’intervention de Paul Synave auprès du maître général, le Français Martin-Stanislas Gillet, qui offre une sortie de crise en deux temps : il obtient, en juin, la transfiliation du jeune homme au noviciat de la congrégation dominicaine enseignante française puis, en septembre, son entrée au couvent d’études de la province de France au Saulchoir. Entretemps, Francis De Rudder passe le mois de juillet à la Trappe de Cîteaux afin de soumettre à l’expérience la question de sa vocation. Le verdict est sans appel, comme il l’écrit à Synave le 28 juillet 1933 : « Ou Dominicain, ou rien. » La partie n’est pas gagnée pour autant car les solutions envisagées sont soumises à l’approbation finale du provincial de Belgique. Or celui-ci se montre inflexible, en dépit des rapports tous favorables qui lui sont adressés au cours des mois de service militaire de l’année 1933-1934. En effet, son affectation militaire – il reçoit une formation d’infirmier-brancardier – ne le coupe pas de l’Ordre : il a obtenu in extremis de renouveler des vœux temporaires pour la durée de son service et est placé sous l’autorité du prieur du couvent de Louvain, le père Laurent-Marie Perquy. De plus, à la caserne de Bourg-Léopold où passent tous les séminaristes et religieux belges, il côtoie d’autres religieux dominicains qui sont chargés, comme l’aumônier militaire du lieu, de rendre compte de sa conduite et même de son apprentissage du flamand. En tout, sa conduite est présentée comme exemplaire et Laurent Perquy suggère au provincial de « lui rendre justice sans devoir [se] déjuger » (lettre du 13 mars 1934) en le laissant partir au Saulchoir. L’opposition irrévocable du provincial interdit le transfert au studium de la province de France, mais elle ne peut s’étendre jusqu’à empêcher un nouvel essai complet de vie dominicaine puisque le jeune homme se trouve alors dans la situation de n’importe quel postulant. C’est ainsi que, une fois son service militaire achevé, relevé de ses vœux pour la province de Belgique, Francis De Rudder fait vestition au couvent d’Amiens, le 22 septembre 1934, avec l’accord du provincial Jourdain Padé qui est allé jusqu’à se rendre à Bruxelles pour plaider sa cause. Il troque le prénom religieux de Bertrand pour celui que porte son bienfaiteur, Jourdain.

Une seconde entrée dans la vie dominicaine, pour la province de France

7Cette affaire, fondatrice ou plutôt refondatrice pour Francis De Rudder, configure définitivement certains traits de sa manière d’être dominicain : en premier lieu, convaincu que la Providence divine a guidé sa vocation dans l’Ordre des frères prêcheurs contre la volonté des hommes, il voue à sa famille religieuse et à ses traditions un attachement sans borne que l’on pourrait même qualifier de jaloux ; en second lieu, recueilli par la province de France, comme il l’avait au fond toujours souhaité intérieurement, il s’identifie à elle autant qu’il l’identifie à sa conception de l’idéal dominicain ; enfin, durement secoué par les épreuves, il se convainc qu’il s’agit là de la manière qu’a choisi Dieu de se manifester dans sa vie et, dès lors, entend affronter toutes celles à venir comme une voie d’accès aux vertus les plus hautes. De façon plus pratique, mais nettement significative, il a développé au cours des mois de crise l’habitude de conserver systématiquement toutes les pièces écrites, sollicitant le retour de ses courriers pour mieux les archiver et en faire circuler des copies à qui bon lui semble : constituer des dossiers de documents n’est-il pas, en définitive, le moyen le plus efficace pour que, un jour, justice soit rendue à celui qui souffre ? C’est la conviction du frère Jourdain De Rudder qui dorénavant collectera, reproduira et classera toute sa vie les papiers susceptibles de faire comprendre et justifier son comportement dans les moments difficiles, tout en laissant à d’autres le soin d’en écrire l’histoire. Archiviste par tempérament, sans jamais en avoir le titre, par crainte des interprétations erronées comme de l’oubli, il s’attribue la mission de conserver de multiples écrits qu’il n’était pas d’usage alors de sauver de la destruction. Quant à sa réputation dans l’Ordre, elle est désormais faite : le frère De Rudder est un homme de « cran » comme le lui écrit, parmi bien d’autres, le régent des études de sa nouvelle province, Marie-Dominique Chenu, en lui annonçant qu’il le dispense de refaire le cursus de philosophie une fois son noviciat accompli. Son allure et sa parole résolument peu cléricales, après lui avoir été sévèrement reprochées, sont dorénavant perçues par beaucoup comme la marque d’une vocation d’autant plus solide qu’elle a dû s’affirmer contre un caractère qui y faisait obstacle.

Le noviciat 1934-1935 de la province de France, à Amiens

Le noviciat 1934-1935 de la province de France, à Amiens

Jourdain De Rudder est le premier à gauche, debout. Au premier rang, assis, le maître des novices (Joseph Périnelle) puis, en allant vers la droite, les pères Bernard-Marie de Chivré (sous-prieur) et Marc Guilluy (sous-maître).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Le 22 septembre 1934, il entame son second noviciat simple à Amiens sous la direction de Joseph Périnelle, maître des novices depuis deux ans, qui ne cessera de l’encourager dans sa vocation. Un an plus tard, après avoir fait profession simple, il rejoint le Saulchoir de Kain afin de reprendre ses études là où elles avaient été interrompues au studium de La Sarte, deux ans plus tôt. Il y retrouve son frère André. Tant la vocation de l’aîné des frères De Rudder paraît solide, tant celle de son cadet est peu assurée. Ce dernier lui confie ses doutes quant à son avenir chez les frères prêcheurs et reçoit en retour soutien et conseils jusqu’à son départ de l’Ordre à l’été 1937. Au cours de ces années de studentat, le novice se lie également d’amitié avec Ceslas Tunmer, père-maître des étudiants, du moins jusqu’à ce qu’il soit nommé supérieur de la mission dominicaine de Mossoul en 1937. Avant son départ pour l’Orient, Tunmer se rend auprès de la famille De Rudder, à Bruxelles, pour l’informer du départ d’André avec l’espoir de prévenir les réactions de Franz que Francis redoute. Il sollicite également son ancien prieur de Louvain, Laurent-Marie Perquy, en qui ses parents ont toute confiance, pour qu’il leur fasse admettre cette décision. En dépit de ces précautions, la nouvelle est trop dure à accepter pour Gabrielle et Franz qui ne conçoivent pour leurs enfants que la vie religieuse. Aussi, la sortie d’André de l’Ordre des frères prêcheurs a-t-elle pour effet un affrontement violent entre Francis, soutien de son frère, et ses parents. Craignant pour son jeune frère obligé de revenir vivre chez eux, à Bruxelles, Francis les somme de l’accueillir sans reproche et de lui permettre d’envisager une nouvelle vie, y compris hors de l’état sacerdotal. Or, leur écrit-il le 31 août 1937, « la conception de la maison est déficiente […] les prêtres et les religieux [étant] les seuls hommes admis à participer à nos repas de famille ». Regrettant pour ses frères comme pour lui-même l’interdiction qui leur a toujours été faite d’inviter des amis au domicile familial, et a fortiori des amies, il critique ouvertement leur attitude dans une longue missive qui vise particulièrement l’autoritarisme paternel et ses effets : « Il est très facile de dire nous ne voulons recevoir personne parce que le monde nous a désillusionnés et que les véritables amis n’existent pas dans le monde. C’est peut-être vrai, mais vos fils ne se plieront que difficilement à cette idée. » Cette révolte tardive du fils aîné, menée au nom du bien de ses jeunes frères, affecte profondément Gabrielle et Franz. La brouille dure des mois et jamais les relations entre Francis et ses parents ne s’en remettront tout à fait. Elle assombrit quelque peu leur joie et leur fierté de le voir accéder, après presque dix ans de préparation, au sacerdoce le 17 décembre 1938, en même temps qu’André Duval, Bernard Foissey et Joseph Robert.

9Il chante sa première messe le lendemain au monastère de la Croix de Kain plutôt qu’à Bruxelles, comme cela avait été envisagé, afin de satisfaire ses parents qui n’ont jamais accepté l’attitude de certains religieux du couvent de cette ville au moment de la crise de 1933-1934.

Missionnaire

Les images de profession du frère De Rudder dans la province de Belgique issues des ateliers Braun à Paris

Les images de profession du frère De Rudder dans la province de Belgique issues des ateliers Braun à Paris

Lorsqu’il fait profession simple le 28 septembre 1930, le choix de Bertrand De Rudder se porte sur une image empreinte de confiance inspirée de l’Évangile selon Matthieu ; trois ans plus tard, c’est le chemin de croix qui lui semble le mieux évoquer son état d’esprit alors qu’il prête des vœux temporaires lui permettant de rester dans la province Sainte-Rose de Belgique quelques mois encore, en attendant une sortie irrémédiable. En septembre 1935, lorsqu’il fait à nouveau profession, cette fois pour la province de France, il opte pour une image reproduisant le portrait de Lacordaire par Théodore Chassériau.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Depuis 1929, Francis De Rudder n’a jamais dévié de sa volonté d’être missionnaire au Congo pour le vicariat dominicain de l’Uélé situé au nord du territoire. Même entré dans la province de France, il croit possible d’arranger auprès des autorités ecclésiastiques et civiles cette affectation dans la colonie belge. Il y est d’ailleurs attendu par l’évêque dominicain du lieu, Mgr Constant-Robert Lagae, avec qui il n’a jamais cessé de correspondre. Mais son admission dans la province de France, et les conditions dans lesquelles elle s’est effectuée, lui créent de nouvelles obligations. C’est à Amiens et au Saulchoir que le novice trouve la réalisation de sa vocation : il y a apprécié, écrit-il fin 1938 à l’un de ses amis dominicains de la province Sainte-Rose, « une large part laissée à l’initiative personnelle, un système de confiance basé sur la franchise, la liberté complète de pensée et de travailler librement ». Ses années de studentat ne furent certes pas aussi libres que le laisse croire ce propos et la profession solennelle ne lui fut accordée que de haute lutte en novembre 1938, mais les soutiens même sur lesquels il put alors compter, des pères Chenu, Michel Bous, Vincent Héris, Antonin-Dalmace Sertillanges et Louis Misserey lui font écarter définitivement toute idée de transfiliation vers la province de Belgique. Partagé entre une admission dans l’Ordre effectuée à condition de partir en mission au Congo et son appartenance à la province de France, De Rudder s’en remet à son provincial, Antonin Motte, qui lui confirme son intention de l’envoyer au Levant, dans la Syrie mandataire, pour renforcer la mission de la Haute-Djézireh fondée en 1935 sous la direction du père François Drapier. C’est le père Tunmer, son ancien maître des étudiants, qui l’a pressenti pour cette aventure lors d’un passage au Saulchoir en décembre 1938. Officialisé en mars 1939, son départ est prévu pour le mois de novembre afin de lui laisser le temps d’accomplir une formation en médecine coloniale à Lille. S’il lui faut renoncer à l’Afrique, cette assignation comble ses rêves d’absolu : « En Europe, écrit-il à ses parents le 6 mars 1939, j’aurai pu faire du bon travail, mais j’avais peur de m’embourgeoiser et de me faire une petite vie pépère. Là-bas je le risque moins. […] Il faut des gens aux avant-postes de la chrétienté [l’expression lui avait été soufflée par Marie-Dominique Chenu], j’en suis, eh bien c’est le plus grand honneur que l’Ordre puisse me faire. »

Départ pour la Syrie

La Haute-Djezireh sous le mandat français

La Haute-Djezireh sous le mandat français

Extrait de la carte au 1/1 000 000 de la Syrie et du Liban établie par le bureau topographique de l’Armée du Levant en 1936. Le territoire de la mission dominicaine s’étend le long de la frontière avec la Turquie, de Kamechlié à Derbessié.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Le futur missionnaire ignore presque tout des enjeux géopolitiques, mais aussi religieux, auxquels il devra faire face en Syrie, aux abords de la région dite du « bec de canard », située entre la Turquie et l’Irak. Ce territoire, dont la ville de Kamechlié (actuelle Kameshli) est le centre et le siège de la mission dominicaine, est peuplé de nombreux réfugiés : Arméniens depuis les massacres turcs de 1915, Kurdes, Chaldéens, Jacobites, Syriens catholiques, Yézidis… et surtout Assyriens (Nestoriens) depuis la répression dont ils ont été l’objet en Irak en août 1933. Leur arrivée massive en Syrie à la suite de ces événements dramatiques offre alors un nouveau terrain d’apostolat pour les dominicains français engagés depuis des décennies à Mossoul (Irak) dans le retour à Rome des Nestoriens. Déjà, en 1933, les autorités britanniques avaient pris contact avec les pères du couvent de Mossoul afin qu’ils établissent des liens avec les réfugiés regroupés dans des camps installés à proximité de la ville irakienne. En 1934, en France, le dominicain Joseph-Thomas Delos, spécialiste reconnu du droit international et de celui des minorités, publie dans la Revue générale du droit international public, une étude documentée et critique sur la manière dont la Société des Nations gère ce drame humanitaire. Pour les dominicains français appelés en 1935 en Haute-Djézireh, il s’agit d’aider le clergé local dans ses entreprises unionistes, sans se substituer à lui, au moyen principalement d’infrastructures éducatives. Leur présence est vivement encouragée par les évêques syriens (Mgr Hebbé, évêque des Syriens catholiques de Djézireh, est un ancien élève des écoles dominicaines de Mossoul, tout comme Mgr Tappouni, le patriarche syrien catholique d’Antioche), comme par les autorités mandataires qui regardent favorablement l’encadrement mis en place par les religieux et tenus par les Sœurs de la Présentation de Tours (dispensaires, écoles, ouvroirs). Les uns et les autres partagent, plus ou moins explicitement, l’espoir de faire de ce territoire stratégique en partie repeuplé dans l’entre-deux-guerres une enclave autonome au sein de la nation syrienne sous mandat français. En ce qui concerne Jourdain De Rudder, son départ pour la Syrie, prévu pour l’été 1939, est ajourné : en effet, la mobilisation de l’armée belge intervient au moment précis où De Rudder s’apprête à partir. Le 2 septembre, il rejoint son unité d’ambulanciers qui prend position dans les locaux du l’hôpital civil de Diest, à proximité du canal Albert. Très vite, l’inaction de cette « drôle de guerre » lui pèse. Il obtient un ordre de démobilisation, en décembre, qui lui permet de quitter la Belgique en tant qu’affecté spécial au théâtre des opérations extérieures.

Jourdain De Rudder et Mgr Hanna Hebbé, février 1940

Jourdain De Rudder et Mgr Hanna Hebbé, février 1940

Avant de rejoindre Derbessié pour s’y installer, le nouveau venu se rend à Kamechlié où il est accueilli par l’ordinaire du lieu, vicaire général du patriarcat syrien catholique, qui lui apportera un soutien constant. Les deux ecclésiastiques posent devant l’église syrienne catholique de Kamechlié.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12En février 1940, Jourdain De Rudder est à Derbessié (actuelle Al-Darbasiyah), avant-poste missionnaire de la Haute-Djézireh situé sur la zone frontalière avec la Turquie. Il y fait équipe quelques mois avec Thomas Bois avant que celui-ci, épuisé, ne gagne le couvent de Tripoli (Liban). À Kamechlié, une trentaine de kilomètres plus à l’est, la mission n’est plus tenue que par son fondateur, François Drapier, du fait des mobilisations de Jérôme Séname et Réginald Savey quelques mois plus tôt. À partir de l’été 1940, la direction de la mission de la Haute-Djézireh repose entièrement sur les épaules de Drapier et De Rudder. Face à cette situation critique, Drapier, épuisé, est prêt à mettre fin à la présence dominicaine dans la région. En février 1941, une visite canonique du vicaire pour le Levant, Vincent de Paul Perret, venu du couvent Saint-Étienne de Jérusalem se solde par le départ immédiat – mais temporaire – de Drapier et la nomination de Jourdain De Rudder à la tête de la Mission. C’est donc le choix du maintien qui l’a emporté, malgré la précarité de l’implantation. Pour seconder De Rudder, un dominicain maltais lui est adjoint en mai 1941, le père Gaetano Xerri, lui-même ancien supérieur de sa province, de retour de mission aux Indes et empêché par la guerre d’atteindre sa destination. Il faut aussi mentionner l’aide d’un prêtre chaldéen (Gabriel Gani) et de deux professeurs laïcs pour assurer la prise en charge des cours du pensionnat de Derbessié. En octobre 1944, cette petite équipe sera renforcée par l’arrivée du père Angelico de Metz.

La mission dominicaine de Haute-Djézireh face aux bouleversements de la guerre et aux aspirations nationales

Le pensionnat Saint-Pierre de Derbessié

Le pensionnat Saint-Pierre de Derbessié

Le père Jourdain De Rudder consacre une grande partie de son temps à animer et développer l’école Saint-Pierre dotée d’un pensionnat. Il n’hésite pas à construire de nouveaux bâtiments, inaugurés en mars 1941, pour accueillir davantage de garçons.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Le déclenchement de la guerre ayant contraint les missionnaires a abandonné la plupart de leurs œuvres apostoliques, l’école et le pensionnat Saint-Pierre occupent toute l’attention de ceux qui restent, ce qui ne ravit pas Jourdain De Rudder qui y voit un « métier de Frères des écoles chrétiennes » (juin 1941) plutôt que de dominicain. C’est pourtant dans ce poste qu’il va révéler ses qualités d’organisateur et trouver une forme de réalisation de sa vocation. En 1941, les effectifs sont de 22 pensionnaires, auxquels il faut ajouter 54 externes, répartis entre Nestoriens (18 des 22 internes), Syriens catholiques, Arméniens catholiques. L’école accueille également une poignée de non-catholiques (orthodoxes, musulmans). Ces chiffres ne cessent d’augmenter par la suite, contraignant son directeur à refuser de nombreux pensionnaires faute de moyens pour construire les locaux nécessaires. En 1943, il parvient cependant à ouvrir une classe pour des enfants issus du rite jacobite et accepte quelques élèves kurdes en raison du prestige de leurs familles. L’année suivante les effectifs de l’école dépassent les 200 élèves. Cet afflux se traduit par de lourdes et multiples charges auxquelles s’ajoutent celles liées à l’activité du dispensaire. Faire face aux besoins est d’autant plus difficile dans ce poste missionnaire éloigné des grandes villes (Alep est à près de 500 kilomètres) que la guerre renchérit le prix des denrées. Homme d’action que rien ne rebute, Jourdain De Rudder trouve là une tâche à sa mesure, se faisant tour à tour instituteur, économe, bâtisseur, infirmier, jardinier, comptable, juge de paix, chroniqueur... et parvient même à mettre sur pied une troupe scoute en 1942, un cercle de jeunes gens en 1943. Pour réunir des finances, il ne cesse de solliciter les administrations civiles et religieuses : la délégation apostolique, le cardinal Tisserant à la Congrégation orientale, les autorités politiques et militaires françaises... Sans lui, la mission ne pourrait tenir et c’est fort de cette conviction qu’il obtient, après maintes démarches auprès des autorités françaises, belges et vaticanes, de ne pas être mobilisé en novembre 1941 en même temps que les autres Belges de Syrie et du Liban : « Je suis prêt à obéir, avec joie, écrit-il à l’un de ses correspondants officiels, à un ordre de mobilisation de mon Pays, mais je serais navré de devoir être obligé de fermer les portes de la mission. » Jusqu’à la fin de la guerre, Jourdain De Rudder voit son affectation djéziriote reconduite à intervalles réguliers grâce à l’intervention des services français et l’accord des autorités belges. Le religieux, il est vrai, au-delà même de son activité éducative, est un précieux auxiliaire des Forces françaises libres (Deuxième bureau et Sûreté générale aux armées) auxquelles il fournit des renseignements glanés depuis son poste, que ce soit sur les allées et venues de propagandistes nazis dans cette zone du Moyen-Orient aussi stratégique que difficile à quadriller ou sur les communautés kurdes et arméniennes de la Haute-Djézireh. Il maintient également des contacts suivis avec les légations belges au Levant et accueille à Derbessié, au printemps 1942, son compatriote le major Louis Legrand, ancien chef de cabinet du ministère de la Défense belge à Londres, en route pour rejoindre les troupes britanniques avec lesquelles il participera à la bataille d’El-Alamein. Les deux hommes sympathisent immédiatement, en dépit du refus de De Rudder de se laisser enrôler par l’agent recruteur qu’est Legrand. C’est quelques semaines après cette rencontre que le chef de la mission dominicaine apprend la mort de son confrère et ancien membre de la mission de Haute-Djézireh, Jacques Savey, à la bataille de Bir-Hakim, le 11 juin 1942. Alors qu’en 1940-1941, il avait jugé avec sévérité la désobéissance que représentait le brusque départ de ce religieux pour les Forces françaises libres, il prend alors très vite la défense de sa mémoire et s’en fait l’un des plus zélés promoteurs en collectant de nombreux témoignages favorables au défunt.

Jourdain De Rudder, Derbessié

Jourdain De Rudder, Derbessié

Cette photo du supérieur de la mission de Syrie, prise dans sa chambre qui fait aussi office de bureau, est sans équivoque : dans son « bled », il est aux commandes.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14La mobilisation de 1939 puis la guerre sur le sol syrien en juin-juillet 1941 ont contraint les missionnaires à se replier sur la gestion du pensionnat Saint-Pierre de Derbessié. Mais ce repli a aussi pour cause les relations complexes, voire franchement mauvaises, entretenues par les dominicains avec les prêtres des églises locales. S’ils sont venus à la demande des chefs de l’église syrienne catholique, le cardinal Tappouni et Mgr Hebbé, et bénéficient de leur soutien inconditionnel, ils peinent à mener leur mission d’aide et de formation au clergé des différents rites, d’une part parce qu’ils ne parlent pas assez bien l’arabe pour prêcher et enseigner (François Drapier fait exception et assure quelques retraites sacerdotales), d’autre part parce qu’ils apparaissent aux yeux de ces clercs comme des « latins » pour ne pas dire des « étrangers » au sens le plus péjoratif du terme : leur appartenance commune au catholicisme n’est, quoi qu’il en soit, pas de nature à assurer des liens réguliers et fraternels avec les religieux venus de France. Les rapports écrits pour ses supérieurs par Jourdain De Rudder fourmillent d’anecdotes illustrant l’échec d’un apostolat auprès du clergé local compensé seulement par les œuvres de bienfaisance des sœurs de la Présentation de Tours, restées à Kamechlié, et le succès du pensionnat Saint-Pierre de Derbessié. Le manque de religieux interdit tout développement, et les appels sans cesse réitérés du supérieur pour en obtenir en provenance de Mossoul, Jérusalem ou même d’Europe restent lettre morte. Outrepassant quelque peu les droits afférents à sa charge, De Rudder finit par obtenir des autorités militaires françaises l’affectation spéciale d’Angelico de Metz à Derbessié, dont il informe après coup son provincial mis ainsi devant le fait accompli en même temps que le prieur du couvent de Corbara, supérieur direct du nouveau venu. Il se sent fort, dans cette opération, de l’appui conjoint du maître général Gillet et du secrétaire de la Congrégation orientale – le cardinal Tisserant – bien en cours dans les milieux gaullistes. En dépit de ce renfort – aussi tardif que temporaire –, le travail apostolique du père De Rudder se révèle harassant, en raison même de son succès. En décembre 1944, alors que les échanges postaux avec la France viennent de reprendre, il détaille quelque peu son quotidien dans une correspondance au provincial : « Je travaille en moyenne 17 heures par jour et mes charges sont multiples, depuis le supériorat, en passant par le professorat, la procure, le dispensaire, les soins matériels de la maison, les achats sans nombre et tout ce qui fait la beauté d’une charge où il y a plus de poids que d’honneurs » ; malgré ces occupations incessantes, « à Derbessié, nous assurons le maximum de vie religieuse possible », à savoir l’office choral (sauf matines et laudes), l’oraison quotidienne, les prières du chapitre… Pour De Rudder, qui espère obtenir du provincial de nouvelles recrues dominicaines, cette précision n’a rien de formelle : depuis son arrivée en 1940, il ne cesse de faire part de ses convictions que seuls des religieux de haute qualité peuvent résister aux difficultés de la vie et de l’apostolat au Levant. Ces qualités ne sont pas celles nécessaires à des intellectuels dévolus à l’étude théologique au Saulchoir, mais relèvent plutôt de l’esprit de sacrifice : « Le boulot que nous avons n’est pas tous les jours très drôle, enseigner l’A.B.C à des moutards manque parfois de charme, […] et surtout ne pas s’attendre à des résultats immédiats, on ne bouleversera pas ciel et terre, on vivra dans l’obscurité, on nous ignorera, on ne parlera pas de nous, on ne prêchera presque pas, on confessera encore moins car nous sommes ici des auxiliaires du clergé oriental […]. Ce qu’il faut, ce sont des religieux dans l’âme. » « Coûte que coûte, j’ai voulu tenir à mon poste », constate-t-il dans des termes qui, comme souvent chez lui, empruntent au langage militaire, pour expliquer que la mission de la Djézireh lui doit d’être toujours active à la sortie de la guerre et qu’elle ne disparaîtra pas de son fait. À la fois conscient de la fragilité de son implantation et soucieux de se conformer aux traditions de l’Ordre, il a également trouvé le temps de préserver les archives de la mission, de les enrichir de multiples documents extérieurs et de mettre en forme un volumineux récit de la mission de Haute-Djézireh (plus de 500 pages dactylographiées). Cet effort de mémoire et de publicité, d’autant plus remarquable qu’il se double d’un travail similaire effectué à Mossoul durant l’été 1944, satisfait certes une demande des supérieurs en métropole. Mais il est aussi l’expression d’une conviction profonde du chef de la mission syrienne. Pour celui qui avait compris, dix ans plus tôt lors de son expulsion du studentat de La Sarte, le caractère stratégique d’une documentation bien maîtrisée pour défendre une cause, l’écriture de l’histoire de la mission dominicaine est bien un contre-feu face au risque de son abandon par les supérieurs.

Une mission au destin lié à la fin de la présence mandataire française

15À force d’insistance, Jourdain De Rudder obtient du provincial, Antonin Motte, qu’il vienne par lui-même se rendre compte du travail accompli au Levant. Le supérieur de la mission attend de cette visite, prévue pour mars-avril 1945, un soutien affirmé qui se traduise par l’envoi de nouveaux missionnaires. À cette date, alors que le processus d’acheminement de la Syrie vers l’indépendance proclamée par le général Catroux en 1941 est assez avancé pour qu’un nombre croissant d’États la reconnaisse (l’URSS en juillet 1944, les États-Unis en septembre 1944, la Grande-Bretagne dès 1942), les dominicains français pensent toujours pouvoir maintenir et même renforcer leur implantation dans la jeune nation. Ne sont-ils pas restés à Mossoul, en Irak, après l’accession de ce pays à l’indépendance en 1932 ? C’est compter sans la brusque dégradation des relations entre la puissance mandataire et le gouvernement nationaliste de Damas au printemps 1945. Dans le contexte de la fin de la guerre, le Moyen-Orient est l’objet de convoitises de la part des grandes puissances, celles en particulier de l’URSS en Iran et dans les détroits, des États-Unis au Levant et dans la péninsule arabique et des Britanniques qui cherchent à tout prix à maintenir leur présence dans la région. Les populations locales, de plus en plus gagnées aux idées nationalistes et au panarabisme, entendent lier sortie de guerre et accession définitive à l’indépendance. Dans ce paysage instable, faute de moyens comme de soutien de la communauté internationale, la France est la plus mal placée parmi les puissances pour préserver ses intérêts, au Liban comme en Syrie. Ses tentatives, souvent brutales comme lorsque les émeutiers sont bombardés à Damas les 29 et 30 mai 1945, accélèrent son discrédit. Les autorités militaires britanniques présentes en Syrie en viennent même à s’opposer aux troupes françaises, les contraignant à se retirer dans leurs casernes. Entre juin 1945 et avril 1946, les reliquats de la présence militaire française en Syrie sont rapatriés, laissant le champ libre au gouvernement de Damas et à une certaine influence britannique. En Djézireh, où les populations non-arabes voient s’effondrer les promesses d’une quelconque autonomie, la situation est particulièrement tendue. En effet, comme l’écrit en 1980 l’historien André Raymond, « la suspicion mutuelle qu’avait contribué à développer la politique du Mandat entre les nationalistes arabes (qui estimaient que les particularismes étaient en grande partie le résultat de la politique de la France) et les minoritaires (qui avaient tendance à considérer le nationalisme comme un mouvement d’hégémonie sunnite et à regarder vers l’Ouest comme vers un monde auquel ils appartenaient) devait rendre difficile leur cohabitation après le départ des Français et compromettre l’émergence d’un État syrien cohérent » (La Syrie d’aujourd’hui, p. 85).

Les événements de Derbessié, juin-juillet 1945

Les événements de Derbessié, juin-juillet 1945

Le père De Rudder parmi les défenseurs du couvent de Derbessié où se sont réfugiés les chrétiens des environs.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Cette tension, Jourdain De Rudder en est l’une des victimes en même temps qu’il a contribué à l’entretenir. Au moment des soulèvements de la fin mai 1945, intervenus juste après la fin de la visite du provincial Antonin Motte, il est à Derbessié où la situation est calme à la différence des grandes villes syriennes. La région est alors encore sous contrôle des militaires français. De Rudder se sent en parfait accord avec la défense des valeurs de la France et ne se prive d’ailleurs pas de le faire savoir lorsqu’un officier s’étonne de la présence d’un ressortissant belge à la tête d’une mission catholique française : n’est-il pas celui qui a gardé les intérêts de la patrie depuis 1939, n’hésitant pas à braver les Britanniques lors de leur arrivée à Derbessié en hissant le drapeau tricolore pour le 14 juillet 1941, à la stupéfaction des habitants ? Au cours de la période 1941-1945, « une collaboration étroite existait […] entre les autorités françaises et la mission dominicaine » (lettre du 10 avril 1945) à telle enseigne que De Rudder contribue à faire traduire en conseil de guerre un sous-officier britannique pour avoir dénigré la présence française en Syrie. Sa franche hostilité à l’égard des Britanniques se manifeste dans le récit des « événements de la Haute-Djézireh » qu’il livre, sous le couvert de l’anonymat, à La Vie intellectuelle de novembre 1945 : ainsi, « le 23 juin, le P. de Rudder est convoqué par l’officier frontalier à Kamechlié. On lui notifie le souhait des Britanniques de voir les familles françaises et les Missions évacuer la Haute-Djézireh. Le Père supérieur répond officiellement qu’il restera à son poste à ses risques et périls ». Dans les jours qui suivent cette convocation, la situation se détériore à mesure que la pression des nationalistes syriens s’intensifie. Des populations chrétiennes viennent se placer sous la protection du supérieur de la mission dominicaine tandis que les menaces de pillages se précisent. Ils sont bientôt 700 entre les murs de la maison religieuse. Selon le témoignage publié par La Vie intellectuelle, « une discipline de fer est établie à la Mission, le P. de Rudder déclare aux hommes qui défendent la Mission qu’il ne reculera pas à abattre de sa propre main tout individu qui abandonnera son poste, ou mettra la panique parmi les femmes et les enfants ». Des attaques, que De Rudder identifie comme étant le fait de nationalistes arabes alliés pour la circonstance à des Kurdes et à des pillards bédouins, ont lieu le 29 juin contre le poste militaire français et la Mission dominicaine, sans que les Britanniques exercent une réelle protection. Des menaces de mort sont proférées contre le supérieur de la mission qui fait figure de chef d’une résistance des chrétiens de Derbessié. Il est pris pour cible par des tireurs au cours des jours suivants (il gardera précieusement dans ses archives les balles qui l’ont visé). À la suite de la reddition du poste militaire français, le 3 juillet, les nationalistes en prennent le contrôle en présence des troupes britanniques. En dépit du départ des dernières troupes françaises, De Rudder rejette toutes les sollicitations britanniques à rejoindre le Liban et, fort du soutien de ses supérieurs, entend maintenir la présence dominicaine dans la nouvelle Syrie au nom de la mission séculaire de protection des chrétiens qu’assure la France. Il achève son article pour La Vie intellectuelle le 19 juillet en brandissant la menace de massacres prévisibles de la part de musulmans « fanatisés » : « C’est la peau des chrétiens qui se joue. » Il adresse des lettres de la même tonalité à toutes les autorités religieuses, militaires et civiles de sa connaissance, dont les doubles parviennent parfois jusqu’aux frères en formation au Saulchoir qui les lisent au réfectoire. La légende du « frère terrible », « une main prête à saisir la mitraillette, l’autre en action sur la machine à écrire », se fixe alors, selon les souvenirs d’un ancien condisciple, le frère André Duval.

La remise de la croix de guerre au père De Rudder par le général Beynet, 10 août 1945

La remise de la croix de guerre au père De Rudder par le général Beynet, 10 août 1945

Cette décoration, après les événements de juin-juillet, hypothèque, s’il le faut encore, la possibilité pour les dominicains de dissocier leur présence en Syrie de celle des autorités militaires françaises.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17L’attitude virile, voire martiale, de De Rudder lui vaut dans l’immédiat un surcroît de reconnaissance et d’autorité : le 10 août 1945, à Beyrouth, il se voit remettre la croix de guerre avec palme par le général Beynet, délégué général de France au Levant. La citation à l’ordre de l’armée précise qu’il a « réussi, malgré un danger certain, à maintenir un calme relatif dans Derbessié où il a pris sous sa protection 700 chrétiens et quelques musulmans » et « n’a reculé devant aucune responsabilité, n’a cédé à aucune pression, à aucune menace, si puissantes fussent-elles ». Le 11 août, au lendemain de la remise de la croix de guerre, il regagne Derbessié avec un nouveau titre, censé protégé la mission, de « représentant officiel du délégué apostolique » du Vatican, et la ferme intention de tenir son poste sur lequel flotte désormais le drapeau jaune et blanc du Saint-Siège. Mettant à profit la reconnaissance par la République de son action, il adresse au ministre des Affaires étrangères à Paris, Georges Bidault, un rapport sur les événements des mois précédents, rapport reçu avec la politesse diplomatique qui convient…

Jourdain De Rudder au couvent de Latour-Maubourg, novembre 1945

Jourdain De Rudder au couvent de Latour-Maubourg, novembre 1945

Le dessinateur anonyme a souligné l’essentiel : l’attitude virile, cigarette à la main, manches retroussées, décoration en vue.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18La situation se dégradant, il part, d’octobre 1945 à janvier 1946, en France afin de faire connaître auprès de l’opinion publique et des responsables politiques (cabinet du général de Gaulle, Quai d’Orsay…) la situation des chrétiens de Haute-Djézireh. Il publie des articles, notamment dans La Vie catholique illustrée et Le Monde, intervient à la radio, multiplie les rencontres informelles auprès des officiels. Il se rend également à Rome, est reçu par le maître de l’Ordre, Mgr Gillet, par Mgr Tisserant, et même par le pape Pie XII. Tous ses efforts sont vains : en France, il se heurte à l’attentisme d’un gouvernement sans moyens avant tout soucieux de ménager les derniers intérêts du pays en Syrie tandis qu’en Haute-Djézireh, désormais isolée, il ne cesse de voir fondre les restes de son influence. À Derbessié, même les responsables locaux des communautés chrétiennes, par crainte des nouvelles autorités, en viennent à se désolidariser publiquement de la mission française et de son supérieur, ce qui indigne les dominicains qui s’estiment trahis par leurs frères catholiques. Les écoles tenues par les dominicains à Derbessié et par les dominicaines à Kamechlié sont empêchées d’ouvrir à la rentrée d’octobre 1945. Une pétition circule dans Derbessié demandant l’expulsion du père De Rudder, pétition que signent, sous la pression ambiante, tous les chefs des communautés chrétiennes de la ville soucieux de se ménager un avenir. Il a beau multiplier les courriers de protestation auprès des nouvelles autorités syriennes, arguant du rattachement de la mission au Saint-Siège plutôt qu’à la France, rien n’entrave le délitement de la mission dominicaine. Lorsque les dernières troupes françaises et britanniques quittent le terrain, en février 1946, il juge la situation intenable. À cette date, il réside à Beyrouth depuis son retour de France, hésitant à rentrer en Syrie où il se sait personnellement menacé. Ses confrères de la mission de Haute-Djézireh (Angelico de Metz, François Drapier) lui écrivent de rester au Liban, craignant que son retour ne déclenche une répression sévère. S’il est dès lors personnellement convaincu qu’il est nécessaire de rapatrier tous les missionnaires dominicains, il lui faut pourtant être prudent dans ses propos car la Congrégation orientale lui donne la consigne de résister aux humiliations et aux agressions, voire aux attaques, au besoin jusqu’à la mort. Le Saint-Siège cherche en effet à ménager les intérêts de l’ensemble des missionnaires catholiques français dans le nouvel État syrien. Au cardinal Tisserant, secrétaire de cette Congrégation, il écrit cependant, le 15 février : « Il m’est indifférent d’être abattu si ma mort peut servir la cause catholique, mais d’après les dires de ceux qui m’entourent, il est plus que probable que cela ne servirait à rien » avant de lui faire connaître qu’il se sait indésirable également à Mossoul tant sa réputation auprès des Irakiens et des Britanniques est détestable depuis les événements de mai-juillet 1945. En bref, sa présence en Orient suscite trop d’oppositions pour être prolongée. Ce ne sont pas seulement ces considérations stratégiques qui suscitent chez De Rudder le souhait de quitter le Moyen-Orient : l’attitude des représentants des minorités catholiques en Haute-Djézireh, qu’il avait le sentiment d’avoir protégées envers et contre tous en juin 1945, et qui se détournent désormais ostensiblement de lui par peur du nouveau pouvoir, le révolte : il vilipende, dans ses courriers, leur lâcheté et leur ingratitude n’évitant pas toujours dans ses argumentaires l’emploi de préjugés alors fréquents chez les partisans de la colonisation. Comme l’écrira André Duval dans sa notice nécrologique, « s’affirmant presque plus Français que les Français, il réalise mal comment il compromet ainsi les chrétiens qu’il veut protéger… »

19À la fin du mois de mars 1946, il obtient du délégué apostolique du Saint-Siège au Levant, Mgr Rémy Leprêtre, de mettre en œuvre le départ des Sœurs de la Présentation de Tours pour l’Irak. Début avril, afin de dissiper une fois pour toutes les équivoques et prouver à la Congrégation orientale qu’il n’est plus possible de rester en Haute-Djézireh, il part pour Derbessié. Il traverse la Syrie sans encombre, malgré plusieurs contrôles, jusqu’à la ville d’Hassetché (Hassaké), située à quelques dizaines de kilomètres de sa destination. C’est alors, le 11 avril, que le gouverneur de la province, après lui avoir signifié que ses papiers n’étaient pas en règle malgré les neuf contrôles de police déjà franchis, le fait expulser. Au retour de cette expédition, aussitôt qualifiée de « raid splendide » ayant permis de démasquer la duplicité des autorités syriennes au moment même où elles négocient leur reconnaissance auprès du Saint-Siège, il envoie aux derniers frères dominicains (Xerri, de Metz, Drapier) l’ordre d’évacuer définitivement la Haute-Djézireh. Le 18 mai, il présente sa démission de vicaire provincial des dominicains au Levant au provincial Antonin Motte et, simultanément, adresse au cardinal Tisserant une lettre lui annonçant son retrait de ses fonctions de représentant officiel du délégué apostolique du Saint-Siège. Les dominicains de la Haute-Djézireh ne sont pas les seuls à devoir quitter la nouvelle Syrie : il en va de même des autres congrégations religieuses françaises installées à la faveur du mandat comme les frères maristes d’Alep et de Damas, les franciscaines de Damas ou encore les carmélites de Lattaquié, parmi d’autres familles missionnaires françaises. Seuls restent, dans les grandes villes d’Alep, Damas et Homs des établissements tenus par des lazaristes, des franciscains et des jésuites.

Bifurcation : de l’action missionnaire dans le « bled » syrien à l’administration de la procure des missions

20En dépit de son désir de quitter au plus vite l’Orient, il faut à Jourdain de Rudder rester dans l’attente de la décision de la Congrégation orientale dont il dépend personnellement depuis août 1945. Or, celle-ci se fait attendre des mois : il les met à profit pour liquider les affaires de la mission syrienne, rédiger des notes et rapports pour la Congrégation orientale et rendre longuement visite à ses frères de l’École biblique de Jérusalem avec qui il se noue d’amitié, en particulier les pères Savignac, Benoit et de Vaux. Au Liban, il réside à l’université jésuite Saint-Joseph de Beyrouth. Une partie des autorités ecclésiastiques locales, en premier lieu le cardinal Tappouni, patriarche de l’Église catholique syriaque, fait pression dans le sens de son maintien au Levant ou, à défaut, comme le lui a demandé la Congrégation orientale, d’une assignation comme supérieur de la mission dominicaine de Mossoul. Il ne peut l’accepter, tant tout apostolat au contact du clergé oriental lui est devenu insupportable (« …. Et le clergé oriental doit enfin assumer quelques responsabilités que diable ! », lettre du 3 juin 1946). Il réitère par contre son souhait jamais entamé d’être missionnaire en Afrique noire ou, à la rigueur en Indochine « où il y aurait du danger, des difficultés et des responsabilités » propres à attirer « le vieux Blédard que je reste » (lettre du 11 septembre 1946). Ce n’est qu’à la fin du mois de septembre que le cardinal Tappouni consent, bien à contrecœur, à le laisser quitter le Liban, non sans lui préciser qu’il garde tous ses droits sur lui et sur les dominicains français pour l’avenir. En guise d’ultime bravade à l’égard des autorités syriennes, De Rudder effectue un dernier séjour d’étude dans la jeune nation arabe (un « dernier raid », selon ses mots), du 11 au 14 octobre 1946, habillé en clergyman pour ne pas être reconnu et tester les réactions des autorités face un vêtement identifié comme celui d’un ministre du culte réformé, dont il ramène un journal de voyage et un rapport sur la situation des écoles religieuses dans le pays. Il y déplore longuement les avantages reçus par les missionnaires protestants anglais et américains prenant les places des prêtres français, de la même manière que l’armée britannique a remplacé les forces militaires françaises.

21Jourdain de Rudder ne résidera plus jamais de manière prolongée en Orient, ni même, à vrai dire hors de France, l’envoi en Indochine ne retenant pas l’attention de ses supérieurs malgré ses demandes répétées. Son départ du Liban, en novembre 1946, quelques jours avant d’avoir reçu la notification officielle de sa démission de supérieur de la mission syrienne par la Congrégation orientale, marque un tournant dans sa vie. Les années syriennes constituent désormais pour lui une « expérience de référence » (André Duval) dont il est particulièrement fier, une sorte de fait d’arme à l’aune duquel il lui arrivera souvent par la suite d’évaluer les situations, de mesurer les qualités humaines – viriles serait le terme peut-être le plus approprié – et religieuses nécessaires. Il garde toute sa vie des liens épistolaires avec les évêques de Djézireh, Mgr Hebbé, puis Mgr Michel Djarwé, à qui il fait bénéficier des subventions de l’œuvre d’Orient. Son aide indéfectible lui vaut une plaque commémorative dans la nouvelle église syrienne catholique de Derbessié construite à la fin des années 1950. Dans l’immédiat, fin 1946, à peine rentré à Paris, et en attente de son départ pour le couvent corse de Corbara où il est assigné, il adresse au provincial Antonin Motte un courrier suggérant, sur le modèle de ce qui existe déjà chez les dominicains belges, d’affecter à temps plein un père de la province à la procure des missions : « Ce père serait un véritable intermédiaire entre la Mission et la Province d’une part et entre la Mission et les autorités civiles et ecclésiastiques d’autre part. […] Les missionnaires ou futurs missionnaires trouveraient auprès du père procureur des missions tous les renseignements, toutes les directives, toutes les facilités, ce qui éviterait une perte de temps considérable. »

Au couvent de Corbara, 1947

Au couvent de Corbara, 1947

De Rudder est au second rang, au centre. Devant lui, assis, Angelico de Metz, , son subordonné en Syrie devenu son supérieur.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

22À Corbara, où il a la joie de retrouver le père Angelico de Metz, sous-prieur, il occupe une place de choix dans les séries de prédication qui encadrent la venue en Corse, au printemps 1947, de la statue de Notre-Dame de Boulogne appelant au « Grand Retour » des âmes à la religion. Il rédige pour ses proches correspondants une longue relation de cet événement où le pittoresque se mêle à l’édifiant dans un style qui, à son image, se fait souvent caustique. Son apostolat corse s’interrompt dès l’été, six mois après son arrivée : le chapitre provincial qui se tient alors, en accédant à son vœu de réorganisation de la procure des missions, lui en confie la charge.

Promoteur des missions dominicaines de la Province de France (1947-1967)

23Cette nomination ne doit rien au hasard puisque, le 20 juin 1947, il avait adressé au provincial sortant, Antonin Motte, un courrier dessinant le portrait idéal d’un procureur des missions apte à endosser cette charge pour laquelle il n’avait cessé de plaider depuis son retour du Levant. Lui-même désigné pour participer au chapitre provincial, il avait pu à nouveau défendre la cause de cette procure dont le fonctionnement antérieur ne donnait pas satisfaction, faute de moyens en hommes et en argent, faute aussi d’une définition claire des attributions de son responsable. L’initiative de Jourdain De Rudder n’était d’ailleurs pas sans précédent puisque, lors du chapitre précédent, en 1943, quelques missionnaires (les pères Béchaux, Dewailly, Séname) avaient adressé une « note sur l’institution d’un procureur provincial des missions » qui n’avait cependant pas été entièrement suivie d’effets. Une formalisation de la fonction se cherche pourtant depuis l’avant-guerre, correspondant à un besoin ressenti par tous les missionnaires et que l’action de Jourdain De Rudder précipite. Sa nomination cumule en réalité deux fonctions distinctes auparavant : celle de promoteur et celle de procureur des missions, le premier chargé de faire connaître la dimension missionnaire de la province de France que beaucoup, y compris dans le monde ecclésiastique, ignorent, le second responsable des aspects économiques et matériels. Or, jusque-là, les deux aspects étaient distincts et si la charge de promoteur des missions était prévue par les constitutions, il n’en allait pas de même de celle de procureur qui était sans existence juridique. Surtout, jamais jusqu’à Jourdain De Rudder un procureur des missions n’avait été entièrement détaché pour remplir cette fonction : pour les pères qui l’assumaient, il s’agissait d’une responsabilité parmi d’autres, tolérée plus que soutenue par les prieurs des couvents dans lesquels ils étaient assignés car elle ne contribuait pas directement aux activités apostoliques du couvent et encore moins à son financement. Les pères Albert Daumont-Tournel, Jean-Dominique Mercier et Paul Lelaidier au XIXe siècle, comme les pères Réginald Monpeurt, Raymond Louis, Sébastien Garcin, Dominique Chauvin, Laurent-Marie Delesalle et Hyacinthe Lelong au siècle suivant se heurtèrent tour à tour, d’une manière ou d’une autre, à la difficulté d’exercer cette charge, souvent mal définie dans son extension et dans ses ressources, en même temps que d’autres responsabilités. D’où de nombreuses tensions et déceptions entre les missionnaires, se sentant peu considérés, voire oubliés, et les frères prêcheurs des couvents français. L’ouverture de nouvelles implantations dans l’entre-deux-guerres (Scandinavie, Alger, Syrie, Le Caire) avait encore avivé cette question que le chapitre provincial de juillet 1947 avait résolue en confiant une large responsabilité et une réelle autonomie au père De Rudder.

24C’est au couvent du Saint-Sacrement à Paris qu’il est assigné pour exercer sa charge qui le place directement sous l’autorité du nouveau provincial, le père Albert-Marie Avril. Son action s’étend à toutes les missions de la province : Norvège (Oslo), Suède (Stockholm, Lund), Irak (Mossoul), et jusqu’au couvent « missionnaire » corse de Corbara. Mais elle va en fait plus loin encore car le couvent d’Alger, qui n’est pas alors considéré comme missionnaire du fait du statut des départements algériens, relève également de ses attributions ; de même, des fondations comme l’École biblique ou le couvent du Caire, bien que placées sous l’autorité du maître de l’Ordre, bénéficient d’une intégration dans la procure des missions. Et, à ces exceptions conventuelles, il faut encore ajouter de nombreux frères d’autres provinces, Canadiens, Belges, Espagnols ou Italiens, qui bénéficient de ses services. De Rudder, fort de cette définition étendue de sa charge, va s’employer, au cours des deux décennies qui suivent, à tisser autour de sa personne un intense réseau transnational, ce qui lui confère un poids incontestable au sein du gouvernement de la province.

Le provincial Ducatillon et son procureur des missions, Douala 1957

Le provincial Ducatillon et son procureur des missions, Douala 1957

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

25En apparence, la tâche est modeste, surtout si on la compare à d’autres charges prestigieuses dans l’Ordre des frères prêcheurs telles celle de régent des études ou de professeur des disciplines théologiques. D’autant que la procure des missions ne dispose d’aucun budget alloué et qu’il faut à son représentant trouver des subsides à l’extérieur de l’Ordre pour financer ses actions. Il s’agit de rendre des services de tous types (transferts et change d’argent, quête d’informations, liens avec les autorités civiles et diplomatiques ou avec d’autres organismes missionnaires, abonnement à des revues, envoi de livres…) de manière à relier les missionnaires au reste de la province, à atténuer aussi le sentiment pénible d’isolement qui est le lot de nombre d’entre eux. Il dispose pour l’aider dans cette tâche d’une secrétaire, Marie-Madeleine Gallet, qui est liée à la procure des missions puis, lorsqu’il quittera cette charge en 1967, continuera à l’assister dans ses fonctions successives. Le procureur accompagne également le provincial (le « patron ») lorsque celui-ci visite les maisons dominicaines établies en terre de mission, chaque voyage – au rythme d’un ou deux par an pendant deux décennies – donnant lieu à un copieux récit destiné à quelques correspondants privilégiés (1949, Algérie et Italie du Nord ; 1950, Scandinavie ; 1951, Afrique du Nord et plus particulièrement Maroc ; 1952, Moyen-Orient – où il se mesure, sur le chantier de fouilles de Nimrod, à l’écrivaine Agatha Christie qui lui promet de faire mourir un dominicain dans l’un de ses prochains romans…). Ces journaux sont à chaque fois pour le père De Rudder l’occasion de faire montre de son sens de l’anecdote, de la dérision, voire de la mise en scène : il s’y dépeint en religieux bougon, gaffeur, l’invective constamment à portée de la bouche, prêt à s’emporter à tout propos face aux faiblesses humaines, naïf dans ses émerveillements, volontiers paternaliste aussi lorsqu’il est, par exemple, en Algérie ou au Maroc. Sur le fond, il se garde bien de livrer la moindre information précise sur les affaires des maisons qu’il visite. L’essentiel est ailleurs, dans la manière dont il entend assurer par ces journaux qu’il polycopie et poste un lien entre missionnaires et dominicains ou même avec de simples amis et relations. Il se constitue ainsi, au fil des années, un réseau impressionnant de correspondants, dans l’Ordre comme auprès d’organismes missionnaires ou caritatifs divers (L’œuvre d’Orient, Misereor, Caritas, Propagation de la foi…), de personnalités du monde diplomatique, des affaires… Faut-il pour autant, comme le fait son confrère André Duval, parler de « clientèle » ? L’emploi de ce terme suggère assez les réticences suscitées dans l’Ordre par les méthodes du père De Rudder, mais il est excessif s’il vise à désigner un pouvoir effectif dans la province de France. Il s’agit avant tout, pour lui, de rendre présente la mission aux autres religieux de la province, comme lorsqu’il confectionne de grands panneaux pour des expositions destinées aux étudiants et aux visiteurs du Saulchoir ou lorsqu’il œuvre pour la défense de la mémoire du « héros de Bir-hakim » Jacques Savey ou encore lorsqu’il demande aux chapitres provinciaux d’attribuer le titre de prédicateur général à François Drapier, ce qu’il obtient en 1951. Sous son impulsion, les missions de la province de France connaissent indéniablement un regain de considération, d’autant que le bulletin de liaison interne, créé en 1951 sous le nom d’Ut sint unum, leur accorde grâce à lui une large place puisqu’il en est le secrétaire de rédaction. Tous les dimanches, au cours des années 1950-1960, il prêche et quête au nom d’organismes missionnaires comme l’œuvre de la Propagation de la foi ou pour les maisons dominicaines outre-mer. Et c’est toujours au titre de promoteur des missions dominicaines françaises qu’il sera décoré de la Légion d’honneur par la République le 9 juin 1958, sur intervention du général Catroux, l’ancien représentant de la France au Levant pendant la guerre.

26Sa position n’est pourtant pas clairement définie dans une administration provinciale dominicaine encore embryonnaire au lendemain de la guerre. La norme veut en effet qu’elle tienne tout entière dans la personne du provincial. Pour l’assister, un secrétaire provincial est également prévu. Mais la gouvernance dominicaine n’a guère encore pris acte de la complexification croissante des tâches que le provincial doit gérer. Puisqu’il n’existe pas, dans les textes constitutionnels, de curie provincialice rassemblant tous les adjoints du provincial, ceux-ci sont assignés dans des couvents et donc placés, en théorie, sous l’autorité du prieur du lieu. Le risque de conflit d’autorité n’est pas mince et, le tempérament de Jourdain De Rudder aidant, il éclate lorsque le prieur du couvent du Saint-Sacrement, Vincent Ducatillon, dénonce son indépendance qui serait telle que le procureur constituerait à lui seul, selon ses mots, un « État dans l’État » : le religieux, assigné au couvent, aurait tous les avantages de cette position (voix au chapitre notamment) sans pour autant contribuer aux charges puisque ses ressources sont affectées à la caisse des missions. L’attaque est portée dès le chapitre provincial de juillet 1951, mais les pères capitulaires reconduisent alors majoritairement De Rudder dans sa charge et l’y confirment même en le nommant officiellement « promoteur » des missions. Lorsqu’elle est réitérée, de manière moins formelle, en janvier 1952, Jourdain De Rudder allume immédiatement des contre-feux en deux temps : d’abord, fidèle à son comportement antérieur, il s’immerge dans les archives des missions afin d’en extraire les éléments lui permettant de retracer, en de longs rapports, la lente mais inexorable genèse d’une procure des missions placée sous la responsabilité unique du provincial ; puis, dans un second temps, fort de cette documentation nourrie de références aux constitutions et aux chapitres passés, il se tourne vers ses supérieurs, le père Avril en France, le père Abella, sous-secrétaire général des missions à la curie généralice de Rome. Dans l’immédiat, il entend ainsi voir le litige avec le père Ducatillon tranché en sa faveur au nom du droit ou, plus précisément, de ce que le droit serait sur le point d’enregistrer, au nom du bien commun. À plus long terme, il souhaite sensibiliser les autorités de l’Ordre quant à la nécessité de se prononcer lors d’un chapitre général sur le statut du responsable des missions, voire sur la création d’une curie provincialice centralisant autour du provincial tous ses officiers. Il n’obtient pas satisfaction et ce n’est qu’en ajoutant à sa charge de promoteur des missions celle de syndic conventuel qu’il satisfait ses supérieurs. Lorsque le père Ducatillon succède au père Avril comme provincial, en 1954, Jourdain De Rudder, craignant peut-être pour sa charge dans le climat tendu qui est alors celui de la province, lui écrit sans tarder en lui rappelant ce qu’il en est de son statut au titre des constitutions et des décisions des chapitres. Sa collaboration avec le nouveau provincial n’en est pas moins des plus confiantes au cours des années suivantes – il lui demande d’être secrétaire du chapitre provincial de 1955 –, les deux hommes étant proches tant sur le plan des conceptions de la vie dominicaine que de celui des idées politiques.

Le provincial Kopf et le procureur des missions, Liban, 1960

Le provincial Kopf et le procureur des missions, Liban, 1960

Cette photo contraste avec la précédente représentant De Rudder en fidèle second du provincial. Ici, lors de ce voyage effectué pour étudier la fondation d’une maison dominicaine dans ce pays, le photographe a saisi deux hommes qui feignent de s’ignorer.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

27Il n’en va pas de même avec les successeurs de Ducatillon à la tête de la province de France, les pères Kopf (1957-1967) et Nicolas Rettenbach (1967-1975) qui le tiennent à l’écart des décisions et même des informations, préférant s’adresser directement aux supérieurs des maisons et couvents relevant des missions dominicaines plutôt que de passer par son entremise. Très vite, Joseph Kopf lui fait comprendre qu’il ne tient pas à ce qu’il l’accompagne lors de ses déplacements auprès des implantations missionnaires. Son influence diminue et la fondation d’une maison dominicaine à Beyrouth en 1962-1963 s’effectue contre sa volonté. Il se sent de plus en plus relégué au versant le plus matériel de sa charge de procureur des missions et en conçoit de l’amertume. Cette moindre confiance est sans doute moins à rapporter au mode de gouvernance de Kopf qu’à des divergences de fond dans le contexte de la guerre d’Algérie. Jourdain De Rudder ne cache pas ses convictions face à ce conflit qui divise profondément la province de France. Les jeunes générations et les religieux assimilés à la mouvance progressiste sont favorables, à des degrés divers, à l’indépendance algérienne tandis que nombre de frères prêcheurs entrés dans l’Ordre dans l’entre-deux-guerres y sont opposés, là aussi avec des nuances. De Rudder prend garde de ne jamais formuler ses positions sur un plan politique, mais il ne cache pas non plus son opposition aux « progressistes », à leur idéalisme et à ce qu’il analyse comme de la naïveté. Il se sent alors tenu de faire connaître au maître général des informations dont il a des raisons de croire qu’elles pourraient lui être cachées. Ainsi, lorsqu’une rencontre sur l’Algérie est organisée par le prêtre-ouvrier Joseph Robert, en présence du provincial, au couvent parisien de Saint-Jacques le 7 novembre 1960, il se scandalise de ce que les points de vue exprimés soient presque uniquement favorables à l’indépendance. Il en informe la curie généralice, à Rome, tenant à tout prix à désolidariser les dominicains des « progressistes » et de leur propension « à donner raison à tous les procédés de terrorisme employés par le FLN [tandis] que les actes répréhensibles ne sont que du côté des forces de l’ordre » (lettre au socius du maître général, 2 février 1961). Au nom de la complexité de la situation algérienne, mais plus encore de la dénonciation du fanatisme musulman et de la subversion communiste à combattre partout dans le monde, il se fait ainsi l’écho auprès des autorités romaines du point de vue de plusieurs de ses confrères et amis de son couvent d’assignation — le couvent parisien de l’Annonciation — souvent eux-mêmes anciens membres du couvent d’Alger (Jacques Le Tilly, Pierre Boulay, Constant Dégeorges). Il profite également de sa fonction de secrétaire du bulletin Ut sint unum pour y diffuser des informations qui lui semblent faire contrepoids aux courants de pensée qu’il réprouve. Ainsi, dans le numéro du 15 avril 1961, une bibliographie dans laquelle figure l’ouvrage du polémiste de droite Pierre Andreu sur les prêtres-ouvriers est publiée, suscitant l’indignation de Joseph Robert. De Rudder lui répond avec virulence dans une longue missive qu’il prend soin, à son habitude, de faire circuler et par laquelle il formalise l’opposition qui traverse la province sur la question algérienne : « Nous sommes un certain nombre dans la Province à en avoir plus qu’assez du blablabla dont nous sommes inondés par vos soins, des prises de position éhontées que nous devons subir sans avoir même la possibilité de réagir […], de l’esprit sectaire qui anime un clan » (lettre du 19 avril 1961). Jourdain De Rudder est, dans la province de France, l’une des figures de proue de l’opposition qui se structure alors, autour du conflit algérien, entre dominicains. Le provincial lui demande d’ailleurs, en 1963, de limiter le nombre des lettres émanant des missions dans Ut sint unum, ce dont il se plaint aussitôt auprès de la curie y voyant, sans doute avec raison, un procès de tendance au moment où les missions traditionnelles sont largement mises en cause dans l’Ordre comme plus généralement dans le catholicisme. De fait, autour de sa personne s’agrègent nombre de pères des missions mais aussi de pères de ministère qui ont en commun de réprouver un courant réformateur dont Joseph Kopf leur semble être l’incarnation.

Procureur du Saulchoir au cœur de la tourmente de 1968

28S’il est un point sur lequel tous, dans la province, s’accordent à propos du père De Rudder, c’est sa capacité à faire preuve de sens pratique. Dans un Ordre religieux intellectuel comme celui des dominicains, ces qualités peuvent être perçues comme des faiblesses et regardées avec condescendance. Le promoteur des missions, à intervalle régulier, tempête contre l’excès d’intellectualisme d’une partie de ses frères revendiquant, avec son habituelle dose de provocation, son absence d’intérêt pour la spéculation. Quoi qu’il en soit de ses compétences et appétences sans doute plus complexes que ce qu’il donne à entendre, c’est au nom de son sens pratique, et aussi de son grand dévouement pour le service de ses frères, qu’il est demandé par le père Tunmer lorsque le poste de procureur du studium du Saulchoir est vacant en 1966. Son ancien maître des étudiants du temps des années de formation, à l’origine en 1939 de son assignation en Syrie, désormais prieur du Saulchoir, fait ainsi une nouvelle fois appel à lui. Cette charge peut-elle être exercée en même temps que celle de promoteur des missions ? Il ne peut en être question pour l’intéressé qui, sans la refuser, fait savoir que la gestion des aspects matériels d’un couvent d’études aussi important que celui du Saulchoir – 150 personnes y résident – ne peut s’effectuer autrement qu’à temps complet. Il espère ainsi détourner la requête vers un autre frère, plus disponible. Le chapitre provincial de juin 1967 en décide autrement le nommant responsable de la procure du studium, nomination qui le met dans une grande colère et qu’il n’accepte qu’au précepte de l’obéissance formelle, persuadé que ses supérieurs cherchent ainsi à saper son influence auprès de nombreux pères et briser son œuvre à la procure des missions. Il pense in extremis échapper à cette charge lorsqu’il est pressenti fin juin 1967 pour devenir provincial de Belgique-sud mais, du fait de l’opposition nette du nouveau provincial, Nicolas Rettenbach, l’opération fait long feu. À cinquante-huit ans, le 1er août 1967, il quitte donc le couvent de l’Annonciation, « la mort dans l’âme et la rage au cœur », pour entamer une nouvelle charge au Saulchoir, à Étiolles, dans un milieu dominicain très différent de celui dans lequel il évoluait auparavant et pour lequel il a peu de sympathie. Le père Raymond-Marie Spitz lui succède à la procure des missions. Au Saulchoir, il dispose d’un adjoint, le frère Gérard-Marie Ketterer.

29Sa présence au Saulchoir pendant les événements de mai-juin 1968 est tout sauf anodine. Il joue alors, face aux religieux les plus engagés dans la contestation et à ceux qui les soutiennent, un rôle d’opposant résolu. Il ne semble pas exagéré de dire qu’il est même l’âme de l’opposition, jetant dans la bataille, au risque de la dramatisation, toute son énergie. Dès les mois qui précèdent, il relève, pour ses correspondants, les innovations en cours au Saulchoir. Ainsi, pendant la Semaine sainte d’avril, déplore-t-il, entre autres, le « chœur truffé de retraitants et de retraitantes » et non des seuls religieux, le silence « très peu observé », l’absence du port de la chape le « Vendredi Saint », les chants qualifiés de « ritournelles ». Le 14 mai, un incident hautement symbolique déclenche une vive réaction de sa part alors que la contestation estudiantine parisienne n’a pas encore gagné le studium : un tissu rouge est hissé à l’initiative de jeunes religieux au sommet du clocher du Saulchoir et y flotte quelques heures. Dès le lendemain, outré, Jourdain De Rudder adresse au provincial une lettre de démission… que celui-ci refuse le 17 mai. Cet incident acquiert très vite une grande publicité – il en fait parvenir des copies notamment au maître de l’Ordre, mais aussi à Paul Philippe, de la Congrégation de la doctrine de la foi et de la Congrégation des religieux, et à Vincent de Couesnongle à la curie généralice – et vaut à son auteur une abondante correspondance de soutien. Le frère De Rudder fait donc immédiatement figure de chef de file de l’opposition aux évolutions qui s’enclenchent.

30Entre le 16 et le 20 mai, la communauté du Saulchoir entre en ébullition autour des frères étudiants et des jeunes religieux, remettant en cause, au rythme des assemblées, la formation dispensée comme le mode de vie communautaire en vigueur, dénoncés comme autoritaires, inadaptés à la mission évangélisatrice et infantilisants humainement. Sans revenir sur le détail des événements qui secouent le Saulchoir pendant plusieurs semaines, relevons le rôle que Jourdain De Rudder y joue. Jusqu’à la fin des événements proprement dits, c’est-à-dire jusqu’à mi-juin, il se tient dans un relatif retrait, refusant de cautionner par sa présence des assemblées que ne prévoient pas les constitutions dominicaines. Son désarroi, profond, le pousse à méditer sur d’autres événements dramatiques, ceux de 1945 en Syrie, jusqu’à regretter ne pas avoir été tué alors. Son désespoir ne l’empêche pas de préparer sa riposte au nom du respect des constitutions, des traditions de l’Ordre et des décisions des chapitres généraux. Le 30 mai, il remet à Nicolas Rettenbach une très longue lettre en réponse à la sienne, dont il assure la diffusion en multipliant les copies, du maître général Anicet Fernandez jusqu’à ses anciens frères du Moyen-Orient. Face à la défaillance des formateurs et des supérieurs dans l’exercice de l’autorité, il en appelle au Chapitre général de l’Ordre, prévu pour septembre 1968 à Chicago, pour trancher la question des réformes nécessaires. Renouant avec une constante dans l’histoire de l’Ordre, il souhaite voir se constituer, dans chaque province, un couvent de « stricte observance » rassemblant les religieux les plus opposés aux innovations n’ayant pas de fondement constitutionnel. Comme à chaque étape de son itinéraire depuis le noviciat en Belgique, il en appelle au respect du cadre légal contre les errances des individus. Dans l’immédiat, il somme le provincial de faire respecter les constitutions au besoin par la « chirurgie » et de recourir à un « observateur » du maître général qui résiderait au Saulchoir suffisamment de temps pour évaluer la situation et renseigner son supérieur. Prenant appui sur sa fonction de procureur, il dénonce longuement les deux traits de mentalité qui lui semblent les plus caractéristiques des contestataires : le manque d’esprit de pauvreté et de pénitence d’une part, l’incapacité à faire respecter le silence claustral d’autre part. Bavards, impatients, exigeants, trop de jeunes frères lui semblent inaptes à la vocation dominicaine. L’ensemble de cette lettre constitue, en creux, un réquisitoire contre la gouvernance du provincial accusé de trahir les idéaux de l’Ordre et ses « Maîtres anciens et vénérés et aimés », pour se conclure par un appel au maître général : « Parlez Père Général, de grâce parlez, c’est le moment… et il est plus que temps. » Nicolas Rettenbach estime son autorité gravement mise en cause et impose au procureur de se maintenir à son poste. Il obéit en faisant la venia, qu’il devra refaire sur ordre du prieur devant toute la communauté réunie au chœur le 8 juin après avoir glissé un tract dénonçant la subversion communiste dans les casiers de tous les religieux du couvent. S’il admet avoir commis une « gaffe », il n’en adresse pas moins ce tract et un nouveau récit des événements à ses fidèles et aux supérieurs à Rome. « Faut-il quitter l’Ordre pour en garder l’esprit ? », s’interroge De Rudder auprès de ses correspondants missionnaires, se gardant bien d’y répondre positivement avant d’avoir épuisé tous les recours à sa portée. Par des courriers contestant systématiquement toutes les décisions du provincial au nom du respect des constitutions, il mène une véritable guerre de tranchée au cours des semaines qui suivent, cherchant par la circulation de ces missives à structurer une opinion dans la province et à provoquer une reprise en main romaine, n’hésitant pas à évoquer auprès de Paul Philippe le précédent de 1954 lorsque les trois provinciaux avaient été démissionnés par le maître de l’Ordre. Si le prieur Pierre-Marie de Contenson le rejoint dans cette volonté de fermeté, tant sur le fond que dans la manière d’opérer, les deux hommes ne s’apprécient pas assez pour constituer durablement un front commun. Quant aux autres religieux assignés au Saulchoir et dont beaucoup, selon lui, sont de son avis, ils se gardent de se dresser publiquement contre l’autorité du provincial. Dans ces conditions, De Rudder mène son combat sans désemparer mais avec le sentiment d’être bien peu soutenu lorsqu’il s’agit de s’opposer ouvertement. Il finit seulement par obtenir du père Héris, maître en théologie, qu’il écrive au maître de l’Ordre pour lui exprimer des positions proches des siennes. Surtout, il ne cesse de demander la nomination d’un visiteur du maître de l’Ordre, voire d’un visiteur apostolique par la Congrégation des religieux. Ses efforts, joints à ceux du prieur, conduisent le provincial à reconnaître, lors d’une assemblée générale du 29 juin, l’absence de consensus quant à la réforme de la vie conventuelle et, en conséquence, à surseoir toute application immédiate des réformes. C’est un soulagement pour De Rudder qui estime que cette décision évite un schisme qu’il était décidé à provoquer. Il se sent aussi conforté par le soutien ouvert de Paul Philippe qui, fort de la documentation envoyée par le procureur, multiplie auprès du provincial comme du maître général les mises en garde. Surtout, il peut se réjouir, le 6 août, puis le 28, de recevoir des lettres d’approbation de ce dernier. Mais ces consolations sont sans effet sur la marche des événements : fort d’une rencontre à Rome, début juillet, avec le maître général, Nicolas Rettenbach lui fait savoir qu’il entend mettre en œuvre des réformes de la vie conventuelle pour l’année 1968-1969 et lui demande de faire preuve d’abnégation au nom du bien commun de la province. Dans les mois qui suivent, si Jourdain De Rudder ne cesse pas de tenir informés les milieux de la curie généralice et le père Paul Philippe des péripéties du Saulchoir, il se tient davantage en retrait, estimant que le chapitre général de septembre 1968 a permis de sauver l’essentiel de l’identité dominicaine et constatant que le maître général maintient sa confiance en Nicolas Rettenbach. Il est moins souvent question pour lui de quitter l’Ordre, même lorsqu’il apprend à la fin 1968 la décision de fermer le couvent d’Étiolles.

31Il n’est pas question non plus pour autant de se taire, comme il l’écrit au père Anawati dans une lettre du 25 novembre 1968, « car si l’Église et l’Ordre sont en contestation à cause d’une multitude de fossoyeurs, il ne faut pas que l’on puisse dire plus tard que tout le monde était d’accord », et encore, quelques mois plus tard, au provincial : « Je ne serai jamais du chenil “de ces chiens muets” dont parle Isaïe (56, 10). » Refusant l’étiquette d’intégriste qu’on lui colle, mais assumant celle de traditionnaliste, il s’oppose donc, au cours des mois qui suivent, à toutes les entreprises de rénovation de la vie religieuse menées par les jeunes générations ou en leur nom, à commencer par le transfert du Saulchoir à Paris – qui rendrait, selon lui, impossible toute formation des frères étudiants dans un cadre de recueillement, de contemplation et de silence –, le changement du contenu des études – qui marginalise l’étude de la pensée de Thomas d’Aquin –, et plus généralement le type de formation à la vie dominicaine – « le dominicain de demain sera un surhomme survolté, une espèce de robot au mécanisme compliqué, un technocrate minuté incapable de penser autrement qu’en groupe, dévoré par de multiples devoirs professionnels, pris dans un tourbillon d’activités où le silence, la méditation, le recueillement n’auront guère de place » (27 mars 1969). Ses prises de position, et tout autant sa manière de saper l’autorité du provincial en faisant circuler dans ses réseaux épistolaires tout ce qui peut lui être défavorable, finissent par lui attirer un sévère coup de semonce : le 1er juin 1969, dans l’éditorial du bulletin provincial, Nicolas Rettenbach le met publiquement en cause, ainsi que le prieur Pierre de Contenson, pour avoir fait diffuser sans son autorisation auprès de tous les couvents une copie d’une lettre que le maître général lui avait adressée le 21 avril précédent, lettre multipliant les mises en garde quant à la réforme de la formation et à l’avenir du Saulchoir. De Rudder se voit doublement désavoué pour son rôle dans l’opération : par le provincial, mais aussi par le maître général Anicet Fernandez dont Rettenbach fait savoir qu’il réprouve la diffusion de sa lettre et lui garde sa confiance. Sans se laisser impressionner, le procureur du Saulchoir écrit au maître général assumer son action et n’hésite pas à lui dresser une liste des noms de ceux qui pourraient succéder au provincial si celui-ci venait à quitter sa charge avant son terme…

La lutte pour un idéal missionnaire

32Au lendemain des Assises provinciales de juillet 1969, qui avalisent la fermeture d’Étiolles et le transfert de la formation à Paris, Jourdain De Rudder fait part au chapitre provincial de sa volonté de quitter la procure du Saulchoir. Les membres du chapitre le lui accordent mais refusent de l’envoyer, selon son souhait, à Corbara ou de lui confier, comme avant 1967, la procure des missions dominicaines. Profitant du statut de l’École biblique de Jérusalem, qui dépend du maître de l’Ordre et non de la province de France, il reste son correspondant en France. Il est même question, à la demande du prieur de Jérusalem, le père Avril, de l’y assigner pour occuper la charge de procureur, suggestion que le provincial rejette craignant que les idées et le tempérament de l’intéressé ne soient incompatibles avec la neutralité politique de l’École biblique. Assigné au couvent de l’Annonciation en décembre 1969, comme avant sa venue à Étiolles, il est plusieurs mois sans affectation (« Depuis quatre mois, on me fait sentir que j’ai perdu, c’est le jeu… » écrit-il, amer, à son ami le père Boilot le 25 novembre). Réactivant ses réseaux missionnaires, il obtient de Mgr Henri Foucart, directeur de l’œuvre pontificale de la Propagation de la foi, d’être nommé délégué régional pour des diocèses de l’est de la France (Reims, Troyes, Chalons, Beauvais, Soissons…). Il y anime des sessions missionnaires, récolte de l’argent, prêche en faveur des missions, prononce des conférences, établit des rapports pour le conseil central de Paris… au prix de nombreux déplacements en voiture qui le tiennent parfois éloigné du couvent de l’Annonciation. Il insiste pourtant pour y rester assigné, plutôt que de résider dans un presbytère plus proche de son terrain d’action. Son zèle dans ses nouvelles fonctions le fait demander par d’autres organismes missionnaires : l’œuvre de la Sainte Enfance et l’œuvre d’Orient qui le consultent régulièrement avant d’allouer des subventions et pour lesquels il prêche occasionnellement. Il occupe ces fonctions au service de la Propagation de la foi jusqu’en décembre 1978 date à laquelle il est remplacé, après neuf années.

Rester dans l’Ordre, défendre ses traditions

La communauté de l’Annonciation

La communauté de l’Annonciation

Jourdain De Rudder est assigné dans ce couvent de 1947 à 1967, puis de 1969 à 1979. Cliché pris dans le réfectoire du couvent de l’Annonciation. De gauche à droite : les pères Bassette (province de Lyon), de Chivré, Ropars, de Menasce, De Rudder, Liégé.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

33Au sein de l’Ordre des frères prêcheurs, s’il conserve de nombreuses amitiés, en particulier parmi les frères de sa génération, il a perdu beaucoup d’audience et ne l’ignore pas. Il continue pourtant, à intervalles réguliers, à écrire à ses supérieurs afin de déplorer, au nom des constitutions (auxquelles il se réfère très fréquemment alors qu’il ne cite que rarement les textes bibliques et jamais les Évangiles), des traditions de l’Ordre ou de l’Église, la politisation à gauche des dominicains et la mise à mal de toutes les structures ecclésiales. Il envoie aussi, de tous côtés (au Canada, en Italie, en Espagne), en prévision du chapitre général de Naples (1974), des informations destinées à prévenir l’opinion de ses membres contre les tenants français des tendances les plus avancées, consolidant, auprès de ceux qui ne partagent pas ses vues, sa réputation d’indicateur. Il participe activement, comme délégué de son couvent, en avril 1975, au chapitre provincial qui élit le père Albert Raulin comme successeur de Nicolas Rettenbach. S’il n’a pas réussi à y imposer son candidat, Augustin Desobry, il a plus de succès quelques semaines plus tard, en contribuant à le faire élire prieur du couvent de l’Annonciation. Mais si ses exclusives sont notoires à l’égard de ceux qu’il nomme les « progressistes », et lui valent d’entretenir une petite correspondance avec l’écrivain traditionnaliste Michel de Saint-Pierre, il ne fait pas le choix de quitter l’Ordre, comme d’autres de ses frères. Il chronique avec soin dans ses correspondances et parfois dans Ut sint unum les décès des dominicains, soucieux de mettre en exergue leur fidélité sans faille à l’Ordre, et assure la confection et la diffusion d’images souvenirs des défunts. Il enregistre aussi, avec une minutie angoissée, les départs de religieux, compile des statistiques en de volumineux dossiers qu’il communique, chaque année, à la curie généralice ne désespérant pas de voir ses supérieurs prendre des décisions allant dans son sens : « Le P. Rettenbach, écrit-il au secrétaire du maître de l’Ordre le 4 janvier 1974, a beau dire que ceux qui nous ont quittés ont à peu près tous gardé la foi, personnellement j’affirme que c’est peut-être vrai, mais tous ont perdu l’espérance, sans quoi ils seraient restés. » Il se reconnaît aisément dans les interventions polémiques du père Hyacinthe Lelong (chroniqueur à L’Aurore) et du père Raymond Bruckberger dont il admire le courage. Plus encore, il reste nostalgique d’un certain idéal dominicain, celui vécu au Saulchoir de Kain, avant le retour en France en 1939 (le « vieux Saulchoir »), celui aussi des provincialats des pères Avril et Ducatillon, celui enfin des figures tutélaires de la province dont il ne cesse d’exalter la mémoire, les pères Ambroise Gardeil, Henri-Dominique Noble, Antoine Lemonnyer, Antonin-Dalmace Sertillanges. Jusqu’à la fin de sa vie, il reste attaché à l’Ordre des frères prêcheurs et à l’Église, se considérant comme un tenant du juste milieu, entre « progressistes » et « intégristes », sans doute plus proche des seconds dans ses conceptions religieuses et politiques mais, plus que tout, fidèle à l’Église catholique romaine et à ses chefs, à commencer par les papes.

34De son départ de Syrie en 1946 jusqu’en 1975, la santé du père De Rudder est aussi bonne que possible. À l’été 1975, toutefois, il lui faut subir deux opérations chirurgicales, qui ne l’empêchent d’ailleurs pas de reprendre rapidement ses activités. À la fin de l’année 1978 cependant, fatigué, il doit abandonner ses fonctions à l’œuvre de la Propagation de la foi. Il redoute l’entrée dans la vieillesse et la dépendance et recule le moment d’annoncer à ses supérieurs qu’il n’a plus de ministère. Il conserve, pour donner le change, les mêmes horaires pour ses allées et venues, quittant le couvent de l’Annonciation tous les matins après avoir dit la messe de 6h 30 à la chapelle du Rosaire. Il craint beaucoup d’être assigné dans un autre couvent et que, à cette occasion, les nombreuses cantines d’archives qu’il entrepose dans sa cellule soient détruites, en raison du coût de leur transport d’une part, parce que, pense-t-il d’autre part, l’histoire des missions est jugée sans intérêt dans sa famille religieuse. De l’École biblique de Jérusalem, à laquelle il continue à rendre de multiples services, vient la proposition, au début de l’année 1979, d’occuper la charge vacante de procureur. Il se récuse malgré l’amicale insistance de Pierre Benoit. Rien ne laisse présager l’ampleur de son affaiblissement. Le 29 septembre 1979, alors qu’il vient d’avoir soixante-dix ans, il est retrouvé mort dans son lit lui qui, quelques années auparavant, disait son attachement à la bonne mort du religieux entouré dans son agonie des prières de ses frères. Lors de l’homélie des funérailles, le 2 octobre 1979, Pierre Raffin, le prieur du couvent de l’Annonciation, commente le décès brutal de ce « lutteur obstiné » à partir d’un passage de l’Évangile de Luc : « C’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de France (fonds De Rudder et fonds Haute-Djézireh). – AGOP XIII 076000 (fonds de la mission de la Haute-Djézireh – Syrie). A.-B. Gaunson, The Anglo-French Clash in Lebanon and Syria, Hong-Kong, Macmillan Press, 1987. — André Raymond (dir.), La Syrie aujourd’hui, Paris, CNRS Eds, 2000. — Nadine Meouchy (dir.), France, Syrie et Liban 1918-1946. Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Damas, Presses de l’Ifpo, Institut français d'études arabes de Damas, 2002, http://books.openedition.org/ifpo/3162. — Jordi Tegel Gorgas, Le mouvement kurde de Turquie en exil. Continuités et discontinuités du nationalisme kurde sous le mandat français en Syrie et au Liban (1925-1946), Berne, Peter Lang, 2007. — Jordi Tejel Gorgas, « Les territoires de marge de la Syrie mandataire : le mouvement autonomiste de la Haute Jazîra, paradoxes et ambiguïtés d’une intégration “nationale” inachevée (1936-1939) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126, novembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012. URL : http://remmm.revues.org/6481. — Michael Provence, The Great Syrian Revolt and the Rise of Arab Nationalism, Austin, University of Texas Press, 2009. — Seda Altuğ, Thomas White Benjamin, « Frontières et pouvoir d'État. La frontière turco-syrienne dans les années 1920 et 1930 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 3, 2009, p. 91-104. https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-3-page-91.htm. — Jordi Tejel Gorgas, « Un territoire de marge en Haute-Djézireh syrienne (1921-1940) », Études rurales, 186, juillet-décembre 2010, p. 61-76. — Benjamin Thomas White, The Emergence of Minorities in the Middle East : the Politics of Community in French Mandate Syria, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2011. — Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « Feu la chrétienté d’Algérie : les prêtres français de la Mission de France et du couvent dominicain d’Alger au sortir de la guerre », dans Vincent Joly, Patrick Harismendy (dir.), Algérie : sortie(s) de guerre (1962-1965), Rennes, PUR, 2014. — Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation. La politisation des dominicains de la province de France (années 1940-1970), Paris, Belin, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La famille De Rudder, Paris 1915
Légende Franz et Gabrielle posent devant l’objectif du photographe avec leurs trois enfants : Francis, dont tout dit qu’il est l’aîné, André, debout, et, dans les bras de sa mère, Gabriel.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Francis De Rudder, seize ans
Légende Cette photo témoigne du travail d’inculcation opéré sur le jeune Francis dans les années qui précèdent son entrée dans l’Ordre : vêtu de l’habit blanc des dominicains, posant aux côtés du père Van den Plas, missionnaire au Congo belge, son avenir semble tout tracé.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Prise d’habit dominicain pour la province belge de Sainte-Rose, 23 septembre 1929
Légende À la suite de la cérémonie proprement dite de vestition, le novice Bertrand-Marie De Rudder pose devant l’objectif en compagnie de ses parents et du père Paul Synave à qui le jeune homme doit une partie de sa vocation. Toute sa vie, il a conservé dans ses archives l’image du père Synave que celui-ci lui avait remis le jour de sa première communion.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Au noviciat de La Sarte, juin 1930
Légende Les novices étudiants ne se mélangent pas avec les religieux qui n’ont pas encore prononcé leurs vœux simples, sauf exceptionnellement, à l’occasion d’une « fusion » comme c’est ici le cas. Le tabac est de rigueur. Le frère De Rudder, qui en est un gros consommateur, est le second en partant de la droite.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Service militaire à Bourg-Léopold, 1934
Légende Le prieur, Laurent-Marie Perquy, et le père-maître du studentat de Louvain en visite auprès des étudiants dominicains accomplissant leur temps de service. De Rudder est à l’arrière-plan, entre les deux supérieurs religieux.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Le noviciat 1934-1935 de la province de France, à Amiens
Légende Jourdain De Rudder est le premier à gauche, debout. Au premier rang, assis, le maître des novices (Joseph Périnelle) puis, en allant vers la droite, les pères Bernard-Marie de Chivré (sous-prieur) et Marc Guilluy (sous-maître).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Les images de profession du frère De Rudder dans la province de Belgique issues des ateliers Braun à Paris
Légende Lorsqu’il fait profession simple le 28 septembre 1930, le choix de Bertrand De Rudder se porte sur une image empreinte de confiance inspirée de l’Évangile selon Matthieu ; trois ans plus tard, c’est le chemin de croix qui lui semble le mieux évoquer son état d’esprit alors qu’il prête des vœux temporaires lui permettant de rester dans la province Sainte-Rose de Belgique quelques mois encore, en attendant une sortie irrémédiable. En septembre 1935, lorsqu’il fait à nouveau profession, cette fois pour la province de France, il opte pour une image reproduisant le portrait de Lacordaire par Théodore Chassériau.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre La Haute-Djezireh sous le mandat français
Légende Extrait de la carte au 1/1 000 000 de la Syrie et du Liban établie par le bureau topographique de l’Armée du Levant en 1936. Le territoire de la mission dominicaine s’étend le long de la frontière avec la Turquie, de Kamechlié à Derbessié.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Jourdain De Rudder et Mgr Hanna Hebbé, février 1940
Légende Avant de rejoindre Derbessié pour s’y installer, le nouveau venu se rend à Kamechlié où il est accueilli par l’ordinaire du lieu, vicaire général du patriarcat syrien catholique, qui lui apportera un soutien constant. Les deux ecclésiastiques posent devant l’église syrienne catholique de Kamechlié.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Le pensionnat Saint-Pierre de Derbessié
Légende Le père Jourdain De Rudder consacre une grande partie de son temps à animer et développer l’école Saint-Pierre dotée d’un pensionnat. Il n’hésite pas à construire de nouveaux bâtiments, inaugurés en mars 1941, pour accueillir davantage de garçons.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Jourdain De Rudder, Derbessié
Légende Cette photo du supérieur de la mission de Syrie, prise dans sa chambre qui fait aussi office de bureau, est sans équivoque : dans son « bled », il est aux commandes.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Les événements de Derbessié, juin-juillet 1945
Légende Le père De Rudder parmi les défenseurs du couvent de Derbessié où se sont réfugiés les chrétiens des environs.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre La remise de la croix de guerre au père De Rudder par le général Beynet, 10 août 1945
Légende Cette décoration, après les événements de juin-juillet, hypothèque, s’il le faut encore, la possibilité pour les dominicains de dissocier leur présence en Syrie de celle des autorités militaires françaises.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Jourdain De Rudder au couvent de Latour-Maubourg, novembre 1945
Légende Le dessinateur anonyme a souligné l’essentiel : l’attitude virile, cigarette à la main, manches retroussées, décoration en vue.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Au couvent de Corbara, 1947
Légende De Rudder est au second rang, au centre. Devant lui, assis, Angelico de Metz, , son subordonné en Syrie devenu son supérieur.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Le provincial Ducatillon et son procureur des missions, Douala 1957
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Le provincial Kopf et le procureur des missions, Liban, 1960
Légende Cette photo contraste avec la précédente représentant De Rudder en fidèle second du provincial. Ici, lors de ce voyage effectué pour étudier la fondation d’une maison dominicaine dans ce pays, le photographe a saisi deux hommes qui feignent de s’ignorer.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre La communauté de l’Annonciation
Légende Jourdain De Rudder est assigné dans ce couvent de 1947 à 1967, puis de 1969 à 1979. Cliché pris dans le réfectoire du couvent de l’Annonciation. De gauche à droite : les pères Bassette (province de Lyon), de Chivré, Ropars, de Menasce, De Rudder, Liégé.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5571/img-18.png
Fichier image/png, 640k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « DE RUDDER Jourdain », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/5571

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals