Navigation – Plan du site

GONNET Paul

GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 21 janvier 1920 à Pomponne (Seine-et-Marne), mort le 15 juin 1950 à Levallois-Perret (Seine puis Hauts-de-Seine).
Missionnaire en Algérie.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 19/01/2020.

Texte intégral

Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1941 au couvent Saint-Jacques à Paris
Profession simple : 23 septembre 1942 au couvent Saint-Jacques à Paris
Profession solennelle : 23 septembre 1945 au Saulchoir d’Étiolles
Ordination sacerdotale : 21 juillet 1946 au Saulchoir d’Étiolles

1Pierre, fils de Lucien Gonnet et de Jeanne, son épouse, née Bellier, naît dans le diocèse de Meaux, à Pomponne, le 21 janvier 1920. Il est baptisé le 30 septembre de la même année, sans que l’on puisse affirmer que ce délai particulièrement long témoigne d’un faible attachement à la religion catholique de ses parents. On sait seulement, grâce à un témoignage tardif de Pierre que, en dépit du fait que son père soit déclaré comme catholique sur la fiche d’entrée au noviciat, il est en réalité incroyant, à la différence de sa mère. Tous les deux Parisiens, les parents de Pierre, mariés en 1913, se sont installés dans cette commune de Seine-et-Marne au moment de sa naissance. Lucien Gonnet, alors âgé de trente-neuf ans, travaille comme chimiste au laboratoire des maladies contagieuses des services de la ville de Paris. C’est un ancien combattant de la Grande Guerre mobilisé d’août 1914 à mars 1919 comme infirmier dans l’infanterie. Outre sa mère, qui ne déclare aucune profession, le petit garçon bénéficie au domicile familial de la présence de sa grand-mère paternelle, Louise. Il est l’aîné d’une petite fratrie de deux enfants, une sœur naissant quelques années après l’installation à Pomponne.

L’entrée au noviciat sous le signe de la défaite et de l’Occupation

Pierre Gonnet en 1941

Pierre Gonnet en 1941

Entre la mobilisation militaire et l’entrée dans la vie religieuse, le dernier cliché du jeune Pierre Gonnet en civil.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2En 1938, à l’issue de sa scolarité, achevée au lycée Charlemagne à Paris, et muni du baccalauréat, il met ses pas dans ceux de son père en s’inscrivant à la faculté des sciences. Il obtient un certificat d’études de physique, chimie et biologie mais refuse d’engager sa vie dans cette voie. Il entre, l’année suivante, en philosophie au séminaire de Sens, sans que l’on puisse expliquer pourquoi il n’opte pas pour son diocèse d’origine, celui de Meaux, où résident toujours ses parents. Relevant de la classe 1940, il accomplit son service militaire sans sursis et se trouve alors, en 1941, libéré de ses obligations dans une France défaite et partiellement occupée pour laquelle il n’a pas pu se battre. Comment entre-t-il en contact avec l’Ordre des dominicains ? Là encore, les sources manquent et il faut se contenter, sans pouvoir mesurer à quel point cet épisode s’est avéré décisif dans sa vocation, d’une évocation de la figure du père Dominique Dubarle venu prêcher à l’église paroissiale de Pomponne et qui impressionne le jeune homme. La manière dont celui-ci concilie dans sa personne la vie religieuse et l’étude des sciences modernes a pu également orienter le choix de Pierre Gonnet. Passant outre la désapprobation de son père, il décide de frapper à la porte du noviciat des dominicains de la province de France situé au couvent parisien de Saint-Jacques, pour y prendre l’habit le 22 septembre 1941. Il reçoit, au cours de cette cérémonie, le prénom religieux de Paul. Ils sont, cette année-là, une vingtaine à rejoindre l’Ordre dont, parmi ceux qui sont vêtus le même jour que lui, Marie-Joseph Le Guillou, Pierre-Marie Gy, Albert-Marie Parasote, François Turner, Augustin-Marie Housset, Antonin Chaumeny, Michel Écrement et Henri-Marie Lamothe. D’autres, comme Irénée Dalmais, Jean Legendre ou Bernard Gardey, intègrent le noviciat dans les semaines suivantes.

Le noviciat 1941-1942 au couvent de Saint-Jacques à Paris

Le noviciat 1941-1942 au couvent de Saint-Jacques à Paris

Au dernier rang, de gauche à droite, debout, les frères Turner, Fontaine, Gardey, Gy, Gonnet, Lagae, Simonin (frère convers), Le Guillou, Papillon. Au deuxième rang : les frères Chaumeny, Housset, Auvray, le maître des novices Chevignard, le prieur Desobry, Houyvet, Ledoux, Brunet. Au premier rang, assis, les frères Masselis, Legendre, Poulle (frère convers), Beirnaert, Ecrement, Lamothe, Parasote.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3À Saint-Jacques, Paul Gonnet est témoin, avec les autres novices et religieux, de l’arrestation brutale par la Gestapo, le 25 novembre, des pères Chenault et Guihaire, deux dominicains du couvent, pour faits de Résistance. Les deux hommes ne reviendront pas de leur déportation en Allemagne. Après un an de formation à la vie religieuse dominicaine sous la direction du nouveau maître des novices, le père Bernard-Marie Chevignard, il rejoint le couvent du Saulchoir d’Étiolles pour les études de philosophie et de théologie. Comme plusieurs autres frères de son noviciat, il est marqué par l’effervescence missionnaire de l’Église de France au cours de ces années, illustrée par la création à Lisieux du séminaire de la Mission de France en 1941 ou la publication en 1943, aux éditions dominicaines de l’Abeille, de France, pays de mission ?, le livre des aumôniers jocistes Henri Godin et Yvan Daniel. Le couvent d’études du Saulchoir n’est pas à l’écart de ces initiatives puisqu’y sont organisées, en janvier 1941, des « Journées d’études missionnaires », prolongées dans le Bassin parisien par des « missions rurales » d’un nouveau genre auxquelles participent régulièrement les étudiants du studium. Le frère Louis Lefèvre, dans la nécrologie qu’il lui consacre à sa mort, en fait le digne représentant de sa génération : « Comme tous ceux de sa génération, à l’âme ardente, marqués profondément par les épreuves douloureuses de la défaite et de l’Occupation, bouleversés par la déchristianisation des masses, par le formalisme des “bien-pensants”, inquiets de la faible pénétration du message chrétien dans le monde, et du succès des idéologies matérialistes, dans sa générosité et sa loyauté parfaite, il cherchait. »

Une victime collatérale du procès du Saulchoir

Paul Gonnet en compagnie de sa sœur et de son père, 1942

Paul Gonnet en compagnie de sa sœur et de son père, 1942

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4À l’issue de ses études et après qu’il a été ordonné prêtre en juillet 1946, il est envoyé à Rome afin d’y soutenir sa thèse de lectorat. L’enseignement de la théologie est la voie que ses supérieurs lui préparent. En juin 1948, les membres de son jury de l’Angelicum en décident autrement en le recalant. Le candidat, selon le père Delos qui assiste à la soutenance, se serait mal défendu face à ses examinateurs. Mais le même témoin fait état d’un jury composé de gardiens de l’orthodoxie thomiste (les pères Gagnebet, Browne et Garrigou-Lagrange) bien décidé à faire barrage à ceux qu’il suspecte de compromission intellectuelle. Le directeur de thèse de Gonnet, le père Louis-Bertrand Gillon, pourtant peu connu pour son laxisme, aurait protesté comme un tel « jury d’inquisition » (lettre d’André Duval à Henri Féret, 7 juillet 1948) et refusé d’y siéger. Quoi qu’il en soit de cette interprétation, formulée dans le contexte où règne à Rome une grande suspicion à l’égard des innovations de la théologie française, l’épisode est lu au studium du Saulchoir comme un rappel à l’ordre qui prolonge la reprise en main du studium et l’éviction de Marie-Dominique Chenu, son régent, en 1942. Le frère Paul Gonnet serait la victime collatérale d’un affrontement qui le dépasse. Pour sa part, n’ayant jamais été convaincu de la valeur missionnaire de son orientation vers l’enseignement, et profondément déçu par celui reçu à l’Angelicum, le jeune dominicain se console de cet échec en y voyant l’opportunité de s’orienter vers l’apostolat. Il se détourne par la même occasion, à la grande déception d’Henri Féret, l’un de ses anciens maîtres au Saulchoir, de la thèse de droit canonique que celui-ci aurait aimé le voir mener à bien, si ce n’est à Rome, à Paris, Strasbourg ou Louvain.

Devenir missionnaire dans l’Algérie coloniale

5Le provincial, Albert-Marie Avril, enregistre son peu d’aptitude et d’appétit pour la poursuite des études. Il l’assigne, dès la fin de l’été 1948, à Alger où les membres de la communauté lui réclament de jeunes recrues pour donner un nouveau souffle à l’apostolat dominicain en Afrique du Nord. Derrière leur demande unanime se cachent en réalité plusieurs stratégies missionnaires : celle de Yves-Dominique Mesnard, aumônier de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et de la Jeunesse maritime chrétienne (JMC), partisan d’une mission ouvrière inspirée des initiatives métropolitaines de travail en usine, s’oppose à celle du prieur du couvent, Louis Lefèvre, tenant des missions de prédications traditionnelles auprès des colons, comme à celle de François Drapier, ancien missionnaire en Syrie (Haute-Djézireh : Derbessié, Kamechlié), qui cherche à associer à des visées de reconquête religieuse les méthodes novatrices du mouvement Économie et Humanisme. Se gardant de prendre parti, Albert-Marie Avril fait le pari que la venue d’un jeune dominicain fera évoluer le couvent dans le sens de l’ouverture aux réalités d’une société coloniale en pleine mutation. Paul Gonnet reçoit ainsi mission de seconder le père Mesnard, tout en ayant toute liberté pour redessiner les contours de sa présence à Alger après une période d’essai.

6L’insertion du jeune dominicain dans une équipe divisée n’est pas simple. Les divergences apostoliques recouvrent l’opposition des conceptions sociales qui, en contexte colonial, ne peuvent manquer d’avoir des traductions politiques. Ne parlant pas la langue arabe et n’ayant pas de proximité avec les travailleurs manuels faute d’avoir obtenu l’autorisation du provincial de créer avec le père Mesnard une communauté de vie en quartier ouvrier, il est soumis à l’influence de ses confrères plus âgés du couvent liés uniquement aux milieux de la colonisation française (pieds-noirs et militaires). Or, ces religieux opposent à ses conceptions anticoloniales leur propre connaissance d’un terrain algérien qu’ils lui présentent comme trop complexe pour être compris par un jeune métropolitain sans expérience. Le père Mesnard peine à cacher son amertume face à la manière dont le prieur, Louis Lefèvre, obtient vite du provincial l’abandon du projet de détachement en milieu ouvrier. Intégré par la force des choses au dispositif apostolique du couvent, Paul Gonnet se heurte à certains de ses confrères au cours des premiers mois de sa présence. Le prieur en fait état au provincial dans une lettre du 10 janvier 1949 : « Nous lui paraissons très vieux de mentalité, pas à la page du tout, satisfaits de vieilles formules apostoliques, et déformés sur le plan de nos relations possibles et souhaitables avec la communauté musulmane. » Isolé au sein de son propre couvent, Paul Gonnet place ses espoirs du côté d’un petit groupe anticolonialiste réuni dans un « Centre d’action des intellectuels algériens pour la démocratie, la liberté et la paix » que préside André Mandouze, professeur à l’université d’Alger et figure de proue de l’Union des chrétiens progressistes (UCP). Ce rassemblement de personnalités chrétiennes et musulmanes, mais aussi d’autres sans appartenance confessionnelle, lui apparaît comme un « vrai centre vivant de l’intelligence » que l’Ordre de Saint-Dominique ne peut ignorer : « Saint Dominique n’a-t-il pas fait œuvre de novateur, de révolutionnaire, en envoyant ses fils dans les universités naissantes, véritables foyers de l’intelligence poussant alors en dehors des vieilles écoles abbatiales féodales ? » (lettre de Gonnet à Avril du 18 janvier 1949). Le provincial, alerté contre ce groupe par le prieur Louis Lefèvre, oppose une fin de non-recevoir aux demandes simultanées de Paul Gonnet et d’André Mandouze, jugeant le jeune religieux incapable de faire face intellectuellement et doctrinalement à sa mission de prêtre dans un comité identifié comme anticolonialiste et marxiste. Il prévient également Gonnet contre Mandouze : « Gardez-vous de porter des jugements sommaires et de vous laisser influencer d’une façon exclusive par une personnalité séduisante et brillante comme celle de Mandouze » (lettre d’Avril à Gonnet du 29 janvier 1949).

L’équipe d’Alger regroupée autour du provincial Albert-Marie Avril à l’occasion de l’inauguration de la crypte du couvent, juin 1949

L’équipe d’Alger regroupée autour du provincial Albert-Marie Avril à l’occasion de l’inauguration de la crypte du couvent, juin 1949

Paul Gonnet est à la droite de la photo, sur la première marche, face à l’objectif. On reconnaît également sur ce cliché, en allant vers la gauche, de biais, Jourdain de Rudder, procureur des missions ; devant lui, de face, Joseph Cadart, puis, avec la barbe, Jacques Le Tilly ; plus loin encore, Louis Lefèvre et, à ses côtés, le provincial ; le dernier dominicain de la rangée est Thomas Boulay.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Ce rappel à l’ordre contraint Paul Gonnet à se couler dans les activités de prédication auprès des colons qui constituent l’essentiel de l’apostolat des pères du couvent d’Alger. Cette orientation lui est d’ailleurs confirmée de vive voix par le provincial, lors de son passage à Alger en juin 1949 pour l’inauguration de la crypte du couvent. Avec ou sans arrière-pensées, il fait désormais preuve d’une extrême prudence et même, selon son prieur qui loue sa métamorphose, d’une « grande bonne volonté et docilité » (lettre de Lefèvre à Avril du 28 décembre 1949). Il se consacre presque exclusivement aux prédications à Alger et dans le « bled » où les prêtres diocésains font appel à lui fréquemment au cours de l’année 1949-1950.

La mort édifiante du père Paul Gonnet

8Début juin 1950, Paul Gonnet rentre en France pour les vacances d’été qu’il entend passer auprès de ses parents, à Pomponne, après avoir rendu visite à ses frères de noviciat et à ses anciens maîtres du Saulchoir. Souffre-t-il déjà du mal qui va l’emporter en quelques jours ? Il est opéré d’urgence de l’appendicite à l’hôpital de Levallois-Perret le 6 juin puis une seconde fois le 12 juin, en raison de complications. Il décède le 15 juin, après plusieurs jours de déclin. Il n’existe pas, à cette date, de publication interne à la province de France car ce n’est qu’à la fin de l’année 1950 qu’est créé le bulletin Ut sint unum rendant compte des décès des religieux et de leurs proches. Mais la longue agonie du malade et, surtout, sa jeunesse, frappent les esprits. Au cours de ses derniers jours, il est visité par des religieux de son noviciat, comme le père Gy, par le père Dominique Dubarle, et par ses anciens pères maîtres, Bernard-Marie Chevignard et Nicolas Rettenbach qui vont mettre en récit le dernier passage de leur ancien novice. Ils utilisent pour le faire un type d’écriture alors en voie de désuétude dans les provinces dominicaines françaises, après avoir été incontournable depuis des siècles, celui de la « bonne mort », c’est-à-dire de la mort attendue en pleine conscience, entouré de ses frères. Les considérations médicales (opérations, piqures, interventions diverses) passent à l’arrière-plan au profit de l’évocation précise d’une fin adoucie par la présence des proches se succédant au chevet, des dernières paroles, des prières, des chants, du sacrement de l’extrême-onction et de la dernière communion (viatique). Le respect dû aux mourants lui permet d’annoncer la proximité de sa mort à ses parents en disant à son père qu’il offre sa vie pour qu’il retrouve la foi et à sa mère pour qu’elle « pratique mieux ». Il formule des dernières volontés : la première, qui restera dans les mémoires, que l’on boive du champagne pour fêter son entrée au ciel ; la seconde, d’être enterré dans le cimetière d’Étiolles, au milieu de ses frères du Saulchoir. Nicolas Rettenbach fait de son long récit un moyen de méditation et d’édification à destination des novices étudiants dont il a toujours, en 1950, la charge : « Où j’ai compris qu’il fallait aider les mourants ! », conclut-il après avoir rapporté un moment de crainte du malade, crainte aussitôt apaisée par une parole du maître des étudiants. Le frère Paul Gonnet est l’un des derniers religieux de la province à voir sa fin de vie décrite en ces termes et si longuement. Comme il l’avait demandé afin de bénéficier des prières de ses frères, il est inhumé dans le cimetière du couvent d’études du Saulchoir. En mai 1972, en raison de la fermeture du couvent et de sa vente, les restes des religieux enterrés sont exhumés et transférés dans le caveau acheté au cimetière municipal d’Étiolles.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de France. — Louis Lefèvre, « Consignes... », L’Afrique dominicaine, juillet-septembre 1950, p. 377-378. — Bernard Gardey, La foi hors les murs. Grappillage de la Saint-Martin, 1912-1999, Paris, Karthala, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pierre Gonnet en 1941
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Le noviciat 1941-1942 au couvent de Saint-Jacques à Paris
Légende Au dernier rang, de gauche à droite, debout, les frères Turner, Fontaine, Gardey, Gy, Gonnet, Lagae, Simonin (frère convers), Le Guillou, Papillon. Au deuxième rang : les frères Chaumeny, Housset, Auvray, le maître des novices Chevignard, le prieur Desobry, Houyvet, Ledoux, Brunet. Au premier rang, assis, les frères Masselis, Legendre, Poulle (frère convers), Beirnaert, Ecrement, Lamothe, Parasote.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Paul Gonnet en compagnie de sa sœur et de son père, 1942
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre L’équipe d’Alger regroupée autour du provincial Albert-Marie Avril à l’occasion de l’inauguration de la crypte du couvent, juin 1949
Légende Paul Gonnet est à la droite de la photo, sur la première marche, face à l’objectif. On reconnaît également sur ce cliché, en allant vers la gauche, de biais, Jourdain de Rudder, procureur des missions ; devant lui, de face, Joseph Cadart, puis, avec la barbe, Jacques Le Tilly ; plus loin encore, Louis Lefèvre et, à ses côtés, le provincial ; le dernier dominicain de la rangée est Thomas Boulay.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/5786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « GONNET Paul », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, G, mis en ligne le 19 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/5786

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals