Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesMMONTUCLARD Maurice

MONTUCLARD Maurice

MONTUCLARD Pierre Marie Maurice à l’état civil ; MONTUCLARD Marie-Ignace en religion
Thierry Keck

Résumé

Né le 21 octobre 1904 à Saint-Étienne (Loire), mort le 22 décembre 1988 à Nyons (Drôme).
Fondateur et animateur de la revue et du mouvement Jeunesse de l’Église (1942-1953).

Haut de page

Historique

Notice validée le 30/01/2015, mise en ligne le 07/02/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 2 octobre 1927 à Angers
• Profession simple : 6 octobre 1928 à Angers
• Profession solennelle : 6 octobre 1931 Ryckholt (Pays-Bas)
• Ordination sacerdotale : 20 décembre 1931 à Ryckholt (Pays-Bas)
• Sortie de l’Ordre : 8 mai 1953

1Cadet d’une fratrie de quatre garçons, Maurice Montuclard est issu d’une famille de la petite bourgeoisie stéphanoise qui a prospéré dans l’industrie textile. Son père, Jacques Montuclard, possède une entreprise de lisage de dessins. Sa mère, née Marie-Thérèse Brouillet, se consacre à l’éducation de ses fils. Elle joue un rôle déterminant dans la vocation du jeune Maurice et de son plus jeune frère Paul qui entrera chez les maristes. Profondément croyante, elle fait partie du tiers-ordre de Saint-François et témoigne d’une religiosité quasi mystique. La formation du jeune Maurice se ressent des influences antinomiques de ses deux parents, qui se traduisent par une alternance entre études techniques et religieuses. Le père qui se revendique très pragmatique exige que son fils éprouve sa vocation et, après avoir fréquenté le pensionnat Saint-Louis à Saint-Étienne, le garçon est placé dans une école professionnelle. Il entre ensuite au petit séminaire d’Oullins, puis au grand séminaire de Lyon, mais se sentant moins sûr, il travaille pendant deux ans dans une fabrique de rubans. Finalement, il opte pour la vie religieuse, non pas comme prêtre séculier comme il l’envisageait initialement, mais choisit l’Ordre dominicain, parce qu’il recherche un cadre plus strict.

Maurice Montuclard à Ryckholt à la fin des années 1920

Maurice Montuclard à Ryckholt à la fin des années 1920

Maurice Montuclard à Ryckholt (5e rang, premier debout à gauche) au studentat avec Charles Chéry (avant-dernier sur le même rang) et Paul Froidevaux (dernier sur le même rang).

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Maurice Montuclard a vingt-trois ans lorsqu’il prend l’habit et devient frère Marie-Ignace en religion. Du noviciat de la Province de Lyon à Angers, il rejoint le couvent d’études de Ryckholt dont il apprécie l’atmosphère stimulante. Il se lie d’amitié avec l’un de ses maîtres, Antonin-Dalmace Sertillanges et certains de ses condisciples comme Alain-Zacharie Serrand ou Pierre-Damase Belaud. Il y découvre aussi la musique, malgré une surdité congénitale qui ne cessera de s’aggraver toute sa vie durant. Lecteur en théologie, il est envoyé au collège de l’Angelicum pour y préparer sa thèse de doctorat intitulée Le don du conseil et la certitude pratique qu’il soutient en 1933 sous la direction de Réginald Garrigou-Lagrange. Armé d’un solide bagage théologique, il est remarqué de ses maîtres qui lui prédisent un brillant avenir au sein de l’Ordre.

Maurice Montuclard à Ryckholt en 1931

Maurice Montuclard à Ryckholt en 1931

Maurice Montuclard à Ryckholt (en second) à côté d’Augustin Grail (premier sur la photo).

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3À son retour en France, le père Montuclard réside quelques mois au couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon. Il anime le groupe lyonnais des amis de Sept et la section Science, Beaux-Arts et Conservatoire de la Jeunesse étudiante chrétienne féminine, mais il est rapidement envoyé au studium de Saint-Alban-Leysse pour y enseigner la théologie morale fondamentale. Ce déplacement est la source des premiers différends avec ses supérieurs : il supporte mal les contraintes de la vie conventuelle et se lance lors de son court séjour à Lyon dans un projet de communauté avec un jeune avocat, Louis Dominjon, qui périra dans les combats de mai 1940 et deux étudiantes, Jehanne Allemand-Martin et Marie Aubertin.

4La « Communauté », qui compte rapidement une quarantaine de membres divisés en trois branches – ménages, laïcs célibataires et clercs – se veut une alternative à la spécialisation des mouvements d’Action catholique qui bénéficie alors des faveurs de la hiérarchie. En effet, Montuclard et ses amis reprochent aux mouvements spécialisés un prosélytisme qui ignore les valeurs intrinsèques du monde moderne et surtout un cloisonnement qui discrédite la paroisse comme unité de base de l’Église. Elle se veut donc une structure de rénovation chrétienne au sein de laquelle les membres approfondissent la vie en Église tout en s’engageant dans la vie sociale. Sans aller jusqu’à la cohabitation, les membres prononcent des engagements, partagent leur superflu, s’astreignent à des réunions régulières et des journées d’étude. Mais l’expérience rencontre les réticences de l’épiscopat et la condamnation de l’Ordre dominicain qui voit d’un fort mauvais œil cette structure qui ne relève d’aucun contrôle.

5La guerre bouleverse complètement le contexte dans lequel évoluait jusqu’alors Maurice Montuclard. D’une part, il est beaucoup plus libre de ses mouvements et de ses initiatives dans le chaos général et il en profite pour transférer en septembre 1939 le siège de la communauté à Montverdun dans la Loire où, avec Emmanuel Mounier alors réfugié, il rédige le « carnet de route », sorte de règle de la communauté. D’autre part, la défaite et l’Occupation font de Lyon le centre intellectuel de la France. En septembre 1940, Montuclard rentre à Lyon et par l’entremise de Mounier, rencontre de nombreux membres de l’intelligentsia parisienne repliés dans la capitale des Gaules. Il leur présente le fruit de ses réflexions et les réalisations communautaires d’avant-guerre. C’est le moment où Montuclard est nommé directeur des Éditions de l’Abeille, nom donné aux Éditions du Cerf repliées en zone sud. Il est ainsi amené à y publier le livre-événement La France pays de mission ? des abbés Godin et Daniel, mais ce poste lui offre également la possibilité de se lancer dans l’aventure éditoriale en faisant paraître le premier numéro d’une revue au contenu exigeant et aux signatures prestigieuses, les Cahiers de Jeunesse de l’Église, qui rencontre très vite un public avide d’écrits théoriques sur les défis auxquels l’Église est confrontée. Entre autres thématiques, Montuclard affirme son opposition à l’analyse de Godin et Daniel : non, la déchristianisation du monde ouvrier n’est pas imputable à un vide spirituel, mais s’explique au contraire par la richesse de l’idéologie marxiste qui lui fournit à la fois une lecture de l’histoire, la reconnaissance de sa dignité et un outil d’émancipation.

6À la Libération, impatient de plonger dans le bouillonnement intellectuel de la capitale, Montuclard rejoint Paris. Il installe le centre du mouvement de Jeunesse de l’Église à Clairbois, vaste domaine proche du rond-point du Petit-Clamart et voisin des Murs blancs où vivent Emmanuel Mounier et certains membres d’Esprit. De l’équipe originelle, il ne reste que Marie Aubertin, mais des jeunes gens issus notamment d’Uriage et des rangs de la Résistance ont rejoint le père Montuclard, séduits par ses écrits. Si la publication des Cahiers de Jeunesse de l’Église occupe la majeure partie du temps, les permanents de Jeunesse de l’Église ont aussi pour tâche de faire vivre le mouvement Jeunesse de l’Église qui se met alors en place. L’assemblée chrétienne hebdomadaire consiste en une lecture biblique, de préférence vétérotestamentaire, puis en une « lecture » des événements, « ces maîtres que Dieu nous donne ». Le troisième dimanche de chaque mois, une assemblée attire de nombreuses personnalités : on y voit souvent Emmanuel Mounier, Jean Baboulène l’abbé Glasberg, des prêtres-ouvriers, parfois Henri-Irénée Marrou ou l’abbé Pierre. Un jeune agrégatif, Louis Althusser, commence à y paraître. On y débat de l’esprit de renoncement, de la prière, de la légitimité des initiatives dans l’Église, etc. Il s’agit aussi de visiter les équipes qui se créent un peu partout en France et de rédiger le bulletin circulaire qui assure la liaison entre le siège parisien et les groupes de province. Tous se retrouvent annuellement à Clairbois pour l’assemblée de Pentecôte.

7L’Ordre suit tout cela de manière assez distante. Détaché de la Province de Lyon et théoriquement rattaché au couvent Saint-Jacques à Paris, Maurice Montuclard entretient en vérité des relations très distendues avec ses supérieurs. Nimbée de la caution de Mgr Suhard, Jeunesse de l’Église fait partie de ces expériences avant-gardistes, comme Économie et Humanisme, que la famille dominicaine se flatte d’avoir produites.

8Pourtant, dès 1945 et avant même l’installation à Paris, la réflexion du mouvement est marquée par une profonde inflexion. Certes, les interrogations du départ sont toujours au cœur de la pensée de Montuclard : pourquoi l’homme d’aujourd’hui refuse-il le message chrétien ? Comment l’Église peut-elle être présente dans le monde moderne ? Mais désormais le questionnement se centre sur la question ouvrière et la réflexion de Jeunesse de l’Église est de plus en plus empreinte d’ouvriérisme. Le groupe, séduit par la dynamique du mouvement ouvrier incarné alors par un parti communiste au faîte de sa puissance veut partager ses préoccupations et ses espoirs d’une révolution politique et sociale. Jeunesse de l’Église s’inscrit dans la galaxie progressiste, aux côtés de Témoignage chrétien, de l’Union des chrétiens progressistes, de la Quinzaine, de l’aile la plus radicale des mouvements d’Action catholique, de quelques prêtres-ouvriers… Toutefois, le mouvement maintient sa spécificité d’un profond ancrage religieux et d’une préoccupation missionnaire ardente. La hantise de Montuclard, c’est la confusion du spirituel et du temporel, le délitement du message évangélique dans une politique tirée des Écritures (« Pas de soutanes sur les estrades » se plaisent à répéter les membres de Jeunesse de l’Église qui voient la dérive possible dans la stratégie du parti communiste qui cherche à recruter des religieux et des militants pour séduire l’électorat catholique). C’est bien plutôt dans le choix de l’enfouissement et dans le partage des combats menés que Jeunesse de l’Église concrétise sa conception de la présence : Jeunesse de l’Église qui avait déménagé fin 1949 rue de l’Odéon pour être au cœur du Paris intellectuel s’installe en 1951 dans la partie populaire du XVIIe arrondissement, à quelques pas de la porte de Clichy dans une habitation vétuste du quartier des Épinettes au milieu des travailleurs pauvres de la capitale. Montuclard tente une expérience de prêtre au travail comme ouvrier électricien sur le chantier de l’hôpital Beaujon, mais son état de santé ne lui permet pas de tenir plus de quelques mois.

Couverture et dos du livre Les événements et la foi, paru en 1951.

9Parallèlement, ses écrits se radicalisent : Dieu, pour quoi faire ? (qui devient Dieu, pourquoi faire ? à la suite d’une erreur d’édition) proclame l’inutilité de Dieu et sa radicale altérité, mais il dénonce aussi la contamination du christianisme par la civilisation occidentale et bourgeoise et de fait, sa confiscation par l’idéologie libérale. Dans Les événements et la foi, Montuclard, non seulement affirme la fameuse liaison organique entre le communisme et le monde ouvrier, mais le consacre comme « l’agent le plus dynamique et le plus représentatif d’une conception active de la vie du monde et de la société » (op. cit., p. 49).

10Dès 1949, date du décret du Saint-Office condamnant l’adhésion ou la collaboration des catholiques avec les partis communistes, le torchon brûle entre Jeunesse de l’Église et la hiérarchie de l’Église de France, alertée notamment par les aumôniers de l’Action catholique ouvrière. Au cours des années qui suivent, les relations avec l’épiscopat ne cessent de se dégrader : le progressisme de Jeunesse de l’Église est dénoncé, assorti des pires accusations : contamination des prêtres-ouvriers, sabordage de l’Action catholique, imprégnation marxiste de l’Église…

11L’Ordre dominicain est sommé de prendre position et de ramener à la raison et à l’obéissance ce religieux devenu incontrôlable, déclaré persona non grata dans un nombre croissant de diocèses. Les provinciaux de Paris et Lyon (les pères Albert-Marie Avril et Pierre-Damase Belaud) tentent à la fois de défendre Maurice Montuclard et de prendre des mesures qui montrent qu’ils agissent : assignation à résidence dans des maisons de l’Ordre, contrôle des publications, mais aucune décision ne semble apaiser les craintes des évêques… L’affaire se traite désormais à Rome, entre la Curie et le maître général. On évoque un exil temporaire au Japon ou en Amérique du sud, que Maurice Montuclard refuse. Finalement, celui-ci se résout à solliciter sa réduction à l’état laïc, qui est prononcée le 8 mai 1953. Le 16 octobre, l’Assemblée des cardinaux et archevêques français condamne Jeunesse de l’Église.

12Montuclard cherche un temps à poursuivre le travail de Jeunesse de l’Église dans un éphémère Centre de liaison et de recherche mais, hors de l’Église, la mission n’a plus de sens. Bientôt commence une deuxième vie pour Maurice Montuclard. À cinquante ans, il entame une carrière universitaire, d’abord comme chargé de recherches au CNRS, puis, après avoir soutenu une thèse dirigée par Raymond Aron et consacrée au mouvement démocrate chrétien en France de 1891 à 1902, comme professeur à l’Université de Provence. Il fonde avec François Sellier le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) en 1973, qu’il dirige jusqu’à sa retraite.

13Il revient dans ses vieux jours aux préoccupations religieuses qui ne l’ont pas quitté de toute son existence. Dans des écrits personnels, il se livre à une analyse rétrospective et réfléchit à la fameuse « liaison organique ». Il se passionne pour les notions de mythe et de symbole, y voyant des garde-fous contre la contamination du sentiment religieux par l’idéologie. En 1977, il publie un ultime ouvrage qui se présente un peu comme son testament spirituel : Orthodoxies. Esquisses sur le discours idéologique et le croire chrétien. Il y analyse le processus qui transforme un système de pensée novateur et fécond en une orthodoxie dogmatique et affirme la valeur du croire intérieur contre les injonctions de l’institution. Ses dernières années sont marquées par la souffrance : à partir de 1980, aphasique et presqu’entièrement paralysé, il n’écrit plus et meurt en 1988 à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Il repose à Nyons aux côtés de Marie Aubertin qui était devenue son épouse après son retour à l’état laïc.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon. — Archives du diocèse de Lyon. — Archives du fonds Montuclard déposées sous forme numérisée à l’Université de Lyon II : cédérom « Archives Montuclard ». — Étienne Fouilloux, Les chrétiens français entre crise et libération, 1937-1947, Éditions du Seuil, 1997. — Nicole Ramognino (dir), L’instituant, les savoirs et les orthodoxies. En souvenir de Maurice Montuclard, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1991. — Thierry Keck, Jeunesse de l’Église, 1936-1955, Aux sources de la crise progressiste, Paris, Karthala, 2004.

Haut de page

Œuvre

Articles principaux dans les douze volumes publiés des Cahiers de Jeunesse de l’Église, 1942-1952), diverses publications internes. — Lettre aux impatients, Petit-Clamart, Jeunesse de l’Église, Le Plessis-Robinson, Impr. artisanale, 1947. — Rebâtir le Temple, Petit-Clamart, Jeunesse de l’Église, Le Plessis-Robinson, Impr. artisanale, 1948. — Dieu, pourquoi faire ?, Paris, Éditions du Seuil, 1951. — Les événements et la foi, Paris, Éditions du Seuil, 1951. — Conscience religieuse et démocratie, la deuxième démocratie chrétienne en France de 1891 à 1902, Paris, Éditions du Seuil, 1965. — Orthodoxies. Esquisses sur le discours idéologique et le croire chrétien, Les Éditions du Cerf, 1977.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Maurice Montuclard à Ryckholt à la fin des années 1920
Légende Maurice Montuclard à Ryckholt (5e rang, premier debout à gauche) au studentat avec Charles Chéry (avant-dernier sur le même rang) et Paul Froidevaux (dernier sur le même rang).
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Maurice Montuclard à Ryckholt en 1931
Légende Maurice Montuclard à Ryckholt (en second) à côté d’Augustin Grail (premier sur la photo).
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Couverture et dos du livre Les événements et la foi, paru en 1951.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Thierry Keck, « MONTUCLARD Maurice », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 07 février 2015, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/613

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search