Navigation – Plan du site

CHÉRY Charles

CHÉRY Henri Alphonse Marie à l’état civil ; CHÉRY Charles en religion
Jean-Pierre Chantin

Résumé

Né le 12 décembre 1902 à Lyon (VIe arrondissement), mort le 12 juillet 1977 à Paris (XVe arr.).
Membre du Centre de pastorale liturgique ; fondateur du Centre de documentation sur les Églises et les sectes.

Haut de page

Historique

Notice validée le 06/02/2015 et mise en ligne le 27/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 24 octobre 1923 à Angers
• Profession simple : 25 octobre 1924 à Angers
• Profession solennelle : 19 avril 1928 à Ryckholt (Pays-Bas)
• Ordination sacerdotale : 18 novembre 1928 à Liège (Belgique)

1Charles Chéry naît en 1902 d’un père, Marie Louis Henri Joseph, voyageur de commerce, et de Jeanne Marie Lucie Loubière, sans profession. Il est fils unique et se préoccupera longtemps des moyens de subsistance de sa mère qui, devenue veuve, est employée quelques années par la Librairie générale catholique et classique, maison d’édition fondée en 1882 par Emmanuel Vitte à Lyon, puis à partir de 1936 aux Éditions du Cerf à Paris, jusqu’au départ de cette maison pour Ligugé en 1940. Elle décède en 1946. Charles Chéry ne passe pas inaperçu par sa haute taille (1,85 m), avec sa chevelure blonde puis vite blanche, ses yeux bleus, son « visage émacié ». C’est par ailleurs un impulsif « volcanique » qui sait s’adoucir avec l’âge, non sans qu’on lui reproche parfois d’avoir un style hautain, des « manières », de « se donner un genre ».

2Il fait ses premières classes au petit séminaire d’Oullins, puis chez les jésuites du petit séminaire Saint-Joseph de Lyon, et sa rhétorique au petit séminaire Saint-Gildas à Charlieu (Loire). Il sort enfin du grand séminaire de Sainte-Foy-lès-Lyon sans diplôme.

Charles Chéry, no...Charles Chéry, novice au couvent de Ryckholt en 1926

Charles Chéry, novice au couvent de Ryckholt en 1926

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Après sa vestition dominicaine pour la Province de Lyon, en 1923, puis sa profession simple, il fait sa profession solennelle aux Pays-Bas où il est doyen des étudiants, avant de recevoir l’ordination en Belgique en 1928. Il avait été marqué par la condamnation de l’Action française de décembre 1926 et s’était soumis finalement en prenant pour modèle Dalmace Sertillanges, professeur à Ryckholt. C’est aussi l’époque de ses premiers projets éditoriaux puisqu’il envisage en novembre 1927 de publier avec Maximin Crozier pour 1929 à la maison de la Bonne Presse (puis chez Desclée de Brouwer) un « Almanach dominicain », sans y donner suite. Il s’agit pour lui de « montrer l’ordre dominicain en acte de vie ». En 1930, Chéry est chargé de la bibliothèque à Angers, puis devient professeur d’Histoire ecclésiastique et de l’Ordre à Ryckholt, ainsi que sous-bibliothécaire en 1931. L’année suivante il enseigne l’Histoire ecclésiastique au studium de la Province de Lyon à Saint-Alban-Leysse (Savoie), ainsi que l’éloquence et la liturgie, en restant bibliothécaire ; il y aurait fait fonction de prieur neuf mois. Il est aussi promoteur du Rosaire et directeur à Lyon de La Couronne de Marie. En octobre 1932, il intervient lors de la messe de l’Action catholique dans le quartier de Charpennes, à Villeurbanne.

4Son itinéraire explique qu’il s’investisse alors dans l’aventure de l’hebdomadaire Sept à partir de mars 1934, envoyant au journal divers avis. Il anime plusieurs groupes des Amis de Sept dans la région lyonnaise, dans l’esprit des groupes régionaux qui gravitent autour de la Chronique sociale de Marius Gonin puis Joseph Folliet, d’ailleurs secrétaire général de Sept. Chéry ajoute alors à ses conférences sur l’Histoire de l’Église ou celle de l’Ordre dominicain, ainsi que d’autres consacrées à de grands écrivains chrétiens, des rencontres qui abordent nettement les domaines politiques et sociaux. Le 2 juin 1935 par exemple, alors que s’agitent depuis février 1934 les ligues et les forces antifascistes, son intervention a pour thème « Les catholiques en face du désordre actuel ». Pour lui, les catholiques ont fauté sur plusieurs points : ils ont misé en politique sur un « sauveur » qui n’est pas venu (la monarchie) ; ont été indifférents sur le plan social aux « justes revendications ouvrières » pourtant soutenues par les papes, ce qui a conduit à les confondre avec « le monde capitaliste » ; ils n’ont pas cherché à se mettre en relation avec leurs « adversaires » et se sont divisés sur de nombreuses questions politiques, l’école par exemple. Chéry en appelle à la constitution d’une « forte opinion politique », qui ne se restreindrait pas à un parti, et voit dans Sept le moyen de constitution d’un « jugement chrétien » sur ces affaires. Il complète cette analyse dans une « Lettre de Lorraine » écrite en réponse à un prêtre qui reproche à Sept sa neutralité : il s’agit d’instaurer un « régime capitaliste corrigé de ses abus » ou « un régime social différent », mais sans faire appel à un « despote » du type Hitler tout en veillant à l’évangélisation contre le communisme, ce qu’il reconnaît être « un dilemme ». Alors qu’il s’apprête à rejoindre l’équipe de Juvisy, Chéry réaffirme dans sa conférence d’adieu à Chambéry le 3 décembre 1935 ce qu’est sa ligne de pensée : pour un christianisme de conquête dans l’esprit de saint Paul, de la cité de Dieu dès cette terre chère à Augustin, en dégageant enfin l’Église catholique « des amitiés sclérosées qui l’empêchent de s’épanouir » pour l’accomplissement d’une « formidable expérience sociale », derrière Lacordaire. Il n’ignore pas que ce « christianisme pur et libre de toute compromission aux ambitions immenses » peut être vu comme une dissidence et taxé de socialisme, l’organisation qu’il rejoint étant parfois selon lui qualifiée de « soviet de Juvisy » ; mais il réfute ces accusations : « non pas socialistes mais sociaux ».

Charles Chéry ave...Charles Chéry avec sa mère à sa droite et sa tante à Ryckholt à la fin des années 1920

Charles Chéry avec sa mère à sa droite et sa tante à Ryckholt à la fin des années 1920

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Chéry est aux Éditions du Cerf à Paris en 1936, avec sa mère employée, et participe à toutes les activités de la maison, revues, conférences et débats (il est considéré comme « un des meilleurs orateurs de la jeune équipe de La Tour-Maubourg » où il est chantre), voyant dans ce nouvel engagement l’Histoire de l’Église « se faisant ». Le 9 octobre, il écrit ainsi dans Sept : « Nous croyons […] avec une immense majorité de Français (et de Français de droite tels ceux du Courrier Royal), que notre pays de liberté n’appelle pas de despote. » En réaction à la suppression de Sept à l’été 1937, il écrit aux journaux de province dès octobre, alors que la parution de Temps présent est annoncée sans la participation de clercs, et leur propose de continuer à écrire des articles sur les événements de la semaine « du point de vue chrétien », en premier lieu sur la non-intervention en Espagne. Dans ces « propos chrétiens », publiés jusqu’en 1939 sous le pseudonyme de « H. Charlenry » (Salut Public, Mémorial de la Loire, Journal des Ardennes…), il continue à penser que le « cas de conscience » que constitue la guerre d’Espagne (pas de victoire des marxistes, mais contre une dictature « trop peu étrangère à l’idéologie et aux méthodes hitlériennes ») est « l’assassinat de la liberté d’un peuple ». Il s’élève aussi, après l’exécution d’un secrétaire de l’ambassade d’Allemagne par Grynszpan, contre la persécution des juifs en Allemagne (« pour un œil »), et honore toujours les « apôtres de la question sociale », au premier rang desquels il place l’abbé Lemire. Il est d’ailleurs en contact avec les « chrétiens sociaux » de Genève.

6Revenu à Lyon en 1938, au couvent du Saint-Nom, il est promoteur provincial pour le tiers-ordre et directeur de publication du Courrier dominicain. Il poursuit son engagement en participant notamment avec Joseph Folliet de janvier à mars 1939 aux réunions des militants de Temps présent, dans les locaux de la Chronique sociale, dont le thème est « L’antisémitisme et le racisme ». Ce partage de ses activités entre Lyon et Paris est la source de tiraillements avec Vincent Bernadot qui lui reproche de ne pas le voir suffisamment dans la capitale pour les publications. Chéry répond en janvier 1940 en rappelant ses multiples activités : cours, messes de Notre-Dame, journées des groupes Chrétienté et activités radiophoniques. Le soutien dont il bénéficie de la part de François Louvel est, selon lui, à l’origine du mécontentement de l’initiateur des Éditions du Cerf. Quoi qu’il en soit, après sa courte mobilisation d’avril à juin 1940, Chéry revient à Paris où il prend seul la suite de Louvel, créateur des « messes de Notre-Dame » avec Augustin Maydieu, une expérience novatrice de messe dialoguée. Il n’oublie cependant pas le diocèse de Lyon, où il donne une conférence à Charlieu (Loire) en mai 1941, « Qui sauvera la France ? », dans laquelle il annonce qu’il faut accepter loyalement l’autorité alors que les 3/5e du territoire sont occupés, avec comme objectif de « refaire notre pays ». Il avait déjà évoqué devant le groupe Chrétienté de Lyon en août 1940 l’effort de redressement qui était nécessaire et auquel il fallait participer. Il ne se montre pas moins opposé à l’occupant : d’après Pie Duployé, très critique envers Bernadot, Chéry, adepte de la résistance spirituelle active, aurait « eu en chaire des protestations qui auraient pu ou dû le faire arrêter ». On le trouve en tout cas le 20 juin 1941 aux côtés du professeur de philosophie André Mandouze (animateur des Amis de Temps présent) et ses collègues du lycée Lalande à Bourg-en-Bresse dans la manifestation qu’ils organisent avec leurs élèves contre la projection du film antisémite Le juif Süss, aux cris de « À bas Hitler ! », un mois après une action similaire des étudiants catholiques de Lyon. Mais les relations de Charles Chéry avec le provincial de Lyon, Emmanuel Cathelineau, sont tendues. Celui-ci lui a reproché en avril 1941 « son esprit religieux peu adapté aux exigences de l’obéissance et du renoncement dominicain d’après nos constitutions », ce que Chéry traduit par « une fidélité religieuse à l’office du matin physiquement pénible », au fait qu’il porte un béret plutôt que le chapeau ecclésiastique. Pour lui, qui évoque son « départ », l’idéal dominicain que prône ainsi son supérieur n’est rien en regard de « la probité au travail apostolique » (16 mai 1941).

7Quoi qu’il en soit, Chéry est envoyé à Angers dès cette année 1941, mais il continue à intervenir à Paris. Sa première publication l’année suivante, Poèmes de Noël. De la Renaissance au XVIIIe siècle, paraît dans la collection catholique de la NRF chez Gallimard sous le nom de Henri-Charles Chéry, désormais son nom de plume. Fort de son expérience à Notre-Dame de Paris, il poursuit en 1943 avec Qu’est-ce que la messe ? Plans d’étude suivis d’une enquête : pourquoi les baptisés n’assistent pas à la messe. Il s’en remet d’abord au texte de Paul Claudel, La messe là-bas (1919), où l’auteur avoue s’ennuyer quand il « regarde vaguement le prêtre qui trafique on ne sait trop quoi ». Chéry voit dans ce hiatus entre l’autel et la nef la raison de son projet qu’il destine aux « catholiques fervents » pour qu’ils passent à l’action. Après un rappel doctrinal, puis historique et liturgique, il présente ce que peut être « la participation active du peuple chrétien à une messe redevenue vivante », et met en regard dans une multitude de témoignages les reproches adressés à l’Église catholique qui sont sources d’abandon de la pratique. Sa conclusion est claire : la solution est à rechercher du côté des expériences déjà menées d’« apostolat par la messe » pour vivifier ce moment, et il publie en annexe des extraits de l’Instruction pastorale de l’évêque de Limoges en 1940, Louis Rastouil, sur la messe dialoguée.

8C’est donc tout naturellement que Charles Chéry participe dès sa création au Centre de pastorale liturgique (CPL) dont l’initiative revient en 1943 aux pères Duployé et Roguet. Après le premier congrès d’août 1945 à Saint-Flour, il assure des prédictions dans les églises, et participe à de nombreuses « semaines de la messe » et aux publications, dans un esprit de ce qu’il qualifie lui-même de « magnifique renouveau liturgique ». L’époque de la Libération est aussi pour lui l’occasion de dernières prises de position politiques. En novembre 1944, à Angers puis Nantes, dans sa conférence « Les chrétiens et la Résistance. Présence du chrétien dans la France libre », après avoir cité entre autres le général De Gaulle, le Lyonnais Gilbert Dru et son ami Mandouze, il voit des points de rencontre « sur un certain nombre de moyens » entre les chrétiens sociaux et les communistes, les uns et les autres préoccupés par le sort de la classe ouvrière. Il lance aussi un appel aux catholiques angevins à s’opposer aux attaques que subit le Mouvement républicain populaire et se prononce en faveur de ce dernier, qui s’est constitué en novembre 1944, pour les prochaines élections. Mais Chéry se montre opposé en juin 1945 à la « réponse aux anticommunistes » qu’a publié le 25 mai Temps présent, tout en renouvelant sa sympathie au journal. Dans une lettre à Stanislas Fumet, il distingue le noble engagement des communistes « pour le bien de la classe ouvrière » et la tactique dangereuse de leur parti qui, s’il l’emportait, pourrait mener à la guerre civile. L’année suivante enfin paraît à Angers le texte de l’une de ses conférences : Notre patrie et notre peuple.

Charles Chéry en ...Charles Chéry en 1948

Charles Chéry en 1948

Le dominicain sort alors d'une collaboration, pour le compte des Éditions du Cerf, avec Georges Michonneau et Laurent Rémillieux.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9À partir de 1945, Charles Chéry poursuit une intense activité éditoriale dont le point commun est son engagement auprès du CPL. Après le texte de sa conférence Participons à la messe, paru en 1945 à Limoges (tiré de Qu’est-ce que la messe ?), puis celui de Pour un dynamisme chrétien, L’art de se confesser (réédité en 1947 et 1954) est en 1946 l’occasion pour lui de fournir une méthode qui évite la « routine avant l’abandon par dégoût ». C’est à cette date qu’à l’invitation d’Augustin Maydieu il entre en contact avec Georges Michonneau et son équipe sacerdotale du Sacré-Cœur de Colombes dont il met en forme et préface les deux éditions de son livre à succès Paroisse, communauté missionnaire, conclusions de cinq ans d’expérience en milieu populaire (Les Éditions du Cerf, coll. Rencontres). Pour les Éditions du Cerf, il s’agit de compléter La France pays de mission ? des abbés Henri Godin et Yvan Daniel (1943) et les Problèmes missionnaires de la France rurale du chanoine Fernand Boulard (1945). C’est aussi à la demande du CPL qu’il est envoyé à Lyon pour étudier l’expérience paroissiale de Laurent Rémillieux. Dans Communauté paroissiale et liturgie. Notre-Dame Saint-Alban (Les Éditions du Cerf, coll. Rencontres, 1947, édité en allemand en 1949 et réédité en 1959), il juge qu’il s’agit davantage de présenter un esprit « valable partout » à adapter qu’un modèle. À l’inverse de l’expérience de Colombes, il pense cependant, même si la paroisse a su s’écarter de ce que sont ces assemblées « où les fidèles ne comprennent rien et ne se sentent pas concernés », qu’il ne s’agit pas d’une expérience missionnaire mais davantage d’une famille spirituelle appelée ensuite à s’élargir par l’exemple. Il surenchérit la même année en faisant paraître ses conférences Pour bien dialoguer la messe, puis La préface de la messe, et en 1948 Les attitudes des fidèles pendant la messe, sans compter la réédition de son Qu’est-ce que la messe ? qui connaît un certain succès et qui parait cinq fois en anglais entre 1952 et 1960 (ainsi qu’en espagnol, italien et néerlandais), et quatre pour L’art de se confesser de 1954 à 1961. Dans les trois années suivantes enfin, Chéry propose des Poèmes du foyer, « expressions du plus beau sentiment de l’amour » pour chacun des moments de la vie de famille (du « cœur en attente » au foyer), que le Petit écho de la mode qualifie en février 1950 d’« anthologie de l’amour conjugal et familial ». Mais c’est avec Georges Michonneau qu’il signe L’esprit missionnaire (Les Éditions du Cerf, coll. Rencontres, 1950, édité en italien en 1951) dans lequel ils écrivent : « Les laïcs demandent aussi des prêtres aux yeux ouverts sur les vrais problèmes qui se posent dans leur paroisse et plus largement dans le monde. Ennemis de routines, par conséquent non pas certes révolutionnaire a priori, ni brouillons, mais qui se donnent la peine de découvrir les tâches réelles qu’il faut entreprendre au-delà de ce qu’on a toujours fait. »

10Chéry est assigné au couvent de Poitiers à partir de 1950. Il se charge d’organiser méticuleusement les voyages annuels du tiers-ordre à l’étranger (Espagne, Suisse, Portugal), et affirme plus volontiers son goût pour la musique en agençant un récital de piano à Angers en 1953 accompagné d’une causerie « Musique et vie spirituelle », ou en accompagnant au Mans sa prédication de carême du commentaire du Chemin de la croix de Marcel Dupré ; il est d’ailleurs membre du Club français du disque et de la Guilde internationale du disque dès la création en 1954, premier club de disques par correspondance. Il s’intéresse aussi au cinéma et élève Journal d’un curé de campagne de Robert Bresson, lorsqu’il sort en 1951, au rang d’« œuvre d’art », comme Les Anges du péché sorti en 1943. Il n’en poursuit pas moins son engagement auprès du CPL. Dans Le Français langue liturgique ?, il exploite une enquête que Témoignage chrétien a faite auprès de ses lecteurs, et, à la demande du journal, en présente les résultats qu’il regroupe en quatre questions : le latin est-il nécessaire en tant que langue universelle (question de la catholicité), pour garder l’unité dans le temps et la tradition doctrinale, comme langue sacrée gardienne du mystère divin (question de sa sainteté), ou est-il un obstacle à l’entreprise missionnaire (question d’apostolicité). Sans apporter sa propre réponse, Chéry entend apporter sa contribution à « une question à l’ordre du jour dans nos paroisses » dans laquelle la voix du peuple chrétien doit être entendue, sans remise en cause de l’autorité de l’Église, Église qu’il présente cependant comme « un être vivant, qui s’adapte sans se modifier essentiellement ». Il affirme d’ailleurs plus tard que cette étude lui a fait changer d’avis sur le sujet car il était plutôt favorable au latin avant de la commencer, une question que les autorités lui demandent de ne plus aborder. Enfin parait en 1952 La communion solennelle en France qui est aussi l’exploitation d’une enquête, mais du CPL, auprès d’un clergé français qui se passionne selon lui pour ce sujet car il pose la question de l’éducation chrétienne et de la pastorale de l’enfance, moyen premier de faire du communiant un « héraut du Christ » : il s’agit de proposer à la réflexion un état de la communion solennelle en France, le nom retenu, l’âge à laquelle elle a lieu, le sens qui lui est donné, etc. Son activité de terrain, qu’il poursuit sans relâche par ses conférences et « semaines », confirme ses écrits ; il reçoit d’ailleurs en février 1952 de l’archevêque de Bordeaux Paul Richaud, après la participation de celui-ci à une semaine liturgique que Chéry a animé, le constat que « les esprits entrent dans le mouvement liturgique petit à petit ».

11Charles Chéry est élu le 18 juin 1952 prieur à Clermont-Ferrand. Il poursuit néanmoins ses conférences, ce qui lui vaut en 1953 un signalement au ministère des Affaires étrangères par le Consul général de Genève, Xavier De Gaulle, qui dénonce dans son rapport sur la conférence « La misère du monde » (organisée par Caritas) le danger que cela constitue comme pouvant « porter atteinte au prestige de la France à l’étranger » car les faits présentés concernent surtout l’hexagone. Charles Chéry reçoit néanmoins le soutien en mai du secrétaire d’État, Maurice Schumann, qui le qualifie de « révérend père et cher ami » et qui ne voit là que l’action d’un fonctionnaire « dont j’ai eu l’occasion d’apprécier les mérites et les limites ». Chéry s’engage aussi à partir de 1954 (et pour dix ans) dans les Semaines bibliques de la Ligue catholique de l’Évangile, dont il est un des principaux collaborateurs et très apprécié lors des conférences, projection de films ou expositions. Il s’agit désormais pour lui d’atteindre « l’autre », hors des églises, que l’on touche difficilement, dans la ligne de ses préoccupations missionnaires à destination des plus tièdes des croyants ou anciens croyants. Mais ses prises de position lui valent quelques soucis dans le contexte des mesures prises contre les tenants de la « nouvelle théologie ». L’évêque de Limoges Louis Rastouil lui avoue qu’il lui a fait peur en 1953 quand il a défendu « certains de vos pères et leurs positions » ; le prélat conclut dans sa lettre de décembre 1955 : « Il y a tant de nuances de l’intégrisme au progressisme ! » Chéry a aussi réagi vivement à un article de La Liberté paru à Clermont en février 1954 (« La vérité sur la démission des provinciaux dominicains ») en dénonçant la campagne de calomnie qui a court depuis quelques mois en France contre les dominicains et en précisant que, dans la question des prêtres-ouvriers, il s’agit de « sauver un apostolat missionnaire », position qui n’a pas été condamnée et qu’il approuve. Le père Chenu, dans un échange de courrier à la même époque, apprécie dans cette affaire « la fermeté de votre position sur « l’Église de la mission », sur les exigences internes de l’apostolat missionnaire, sur l’implantation d’une Église dans le monde, dans ce monde en gestation », ce qui, fort d’une expérience de terrain, est un soutien, écrit-il, « à ma réflexion théologique » (13 mars 1954). C’est dans ce contexte que l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, François Charrière, désapprouve à partir d’octobre son projet de Semaine de la messe au Sacré-Cœur de Genève pour le carême suivant et lui demande d’y renoncer par crainte des innovations « en raison des déviations fréquentes dont il a connaissance ». Mgr Charrière reproche aussi à Chéry en décembre sa « désinvolture sous prétexte de nouveauté liturgique qui bouscule un certain nombre de traditions », et le problème, au-delà de son cas, de « l’attitude frondeuse » qui règne ; il ajoute en février 1955 qu’il est au courant de « certaines choses » par Mgr Journet. C’est enfin sa façon de faire elle-même qui lui est reproché, telle que celle tenue lors de la conférence au profit de Caritas où l’objectif de Chéry était d’inquiéter les chrétiens. Le dominicain lui répond en janvier 1955 en rappelant le succès depuis longtemps de ses prédications et de Qu’est-ce que la messe ? écrit dans le cadre du CPL ; il justifie par ailleurs sa manière de faire en décembre de la même année auprès de l’évêque de Limoges : « Mon métier est de secouer, de « réveiller » les endormis, d’inquiéter les pas-inquiets ».

12Cette « affaire de Lausanne » est sans doute l’un des facteurs qui expliquent que Charles Chéry n’ait pas été réélu prieur en janvier 1955 ; c’est du moins l’analyse que fait l’un de ses correspondants de Clermont (un confrère ?), l’évêque ayant « emboîté le pas sur certains évêques de France », et qui conclue : « J’ai peur que maintenant ici ce soit le règne des vieux ». Mais un autre lui reproche un « problème de grandeur et de style ». Il devient néanmoins prieur de Poitiers le 23 juin et y applique son programme de rénovation : chaire de l’église supprimée (« elle ne servait jamais et était un spectacle affligeant à l’œil »), et « messe redevenue vraiment conventuelle » avec des religieux qui y participent vocalement et y observent « les attitudes liturgiques », une messe célébrée par tous ces religieux simultanément ; il applique le principe de la « messe synchronisée » qui se répand depuis la fin de la guerre. Mais le maître général qui effectue une visite canonique dès février 1956 ne l’admet pas, et l’initiative de Chéry de s’adresser au maître général afin « d’obtenir une solution à nos problèmes liturgiques », en juin, ne semble pas avoir eu d’effet. Cette question de la « synchronisation » devient même un obstacle : Chéry rapporte ainsi en juin les propos de Maurice Corvez, provincial de Lyon, « Votre nom – il faut bien le savoir – ne facilitera pas les choses. Je l’ai bien senti à Rome, à cause probablement de la synchronisation. Je n’y puis pas grand-chose ». C’est d’ailleurs ce qui le retient d’accepter la proposition du collaborateur de Témoignage chrétien Georges Suffert, qui déplore qu’il n’y ait plus de plume dominicaine depuis l’affaire Congar : lui envoyer des questions de lecteurs sur des sujets moraux ou religieux auxquelles il répondrait. Mais le provincial, à qui il soumet cette demande (en regrettant le « sectarisme » et l’arbitraire de Vincent Ducattillon), lui oppose aussi les réticences qui existent à l’égard du journal de la part du maître général. Il doit se défendre auprès de l’évêque de Limoges en décembre 1955 en déclarant « Le genre de mon ministère ne touche en rien au « progressisme », car il a été qualifié d’hérétique, « comme tous les dominicains », par des membres du clergé (dont un vicaire général) devant des élèves d’instruction religieuse et des Dames de la Ligue, après l’une des conférences dans le diocèse de Limoges. Mais aucun interdit n’est prononcé contre Chéry, ce que relève en novembre 1957 le directeur des Œuvres de cette ville qui l’invite à intervenir en janvier suivant. Le dominicain a cependant franchi une nouvelle limite en avril 1957 en participant à Poitiers à une réunion du Comité de résistance spirituelle à propos des « opérations en Algérie ». Il y lance « un cri d’alarme comme chrétien et comme Français » mais, s’appuyant sur « le dossier Jean Muller » publié l’année précédente par Témoignage chrétien sur la torture qui y est pratiquée, relève que la majorité des soldats a « les mains propres » et qu’ils « ont le cœur douloureux de ce qu’ils ont constaté et n’ont pu empêcher ». Cette intervention lui est reprochée lors des élections au priorat de juin 1958. Outre les critiques sur sa personnalité (et un « climat passionné autour de sa personne »), des frères lui reprochent son « fanatisme liturgique qui a rebuté des fidèles mal traités », sa recherche du « tape à l’œil, de la mise en scène », et enfin ses « opinions politiques trop affichées » qui font passer la communauté pour de « l’extrême gauche » et des « révolutionnaires ». Il n’est pas réélu en juin.

Couvertures de L’...Couvertures de L’offensive des sectes

Couvertures de L’offensive des sectes

L’offensive des sectes est publié en 1954 aux Éditions du Cerf dans la collection Rencontres. Dès 1954, l’ouvrage est réédité. Une troisième édition, augmentée, voit le jour en 1959 (couverture de droite). Il est également traduit en espagnol, italien, néerlandais et anglais.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Chéry a cependant enfourché depuis 1952 un autre cheval de bataille, tout en restant dans la logique de sa mission. C’est alors qu’Augustin Grail lui a demandé pour le numéro d’octobre de Lumière et Vie un article qui reprenne les résultats d’une enquête de la Ligue catholique de l’Évangile publié par le dominicain sous le titre « L’interprétation biblique dans les sectes et dans l’Église catholique ». Ainsi parait « L’Église et la Bible, les sectes », numéro de 128 pages. Chéry reprend ensuite une ébauche d’étude de Gilles Gourbillon sur l’activité de ces groupes et lance en novembre par l’intermédiaire de La Croix un appel à envoyer des renseignements sur les sectes dans les régions. C’est ainsi que se constituent des petites équipes locales qui vont lui envoyer régulièrement des articles de presse ou des prospectus. Fort de ce matériau, Henri-Charles Chéry fait paraître L’offensive des sectes en 1954, qui connaît un succès tel qu’il doit être aussitôt réédité, un livre qu’il promeut comme toujours dans ses tournées de conférences. Il explique à l’évêque de Limoges en décembre 1955 que sa démarche a un double objectif. Il s’agit d’abord, et bien sûr, de montrer « l’inanité des sectes ». Mais il faut ensuite « faire sentir aux catholiques leurs responsabilités dans cette désertion », ce qui implique qu’il faille rapidement que tous, prêtres compris, mettent en place ce qu’il appelle « le renouveau » afin de ramener les déçus « de l’absence de l’enseignement biblique et évangélique, et d’une « communauté » ». Il y voit d’ailleurs un prolongement de ces écrits antérieurs sur les paroisses comme communautés missionnaires et les moyens d’évangélisation. Il se distingue donc de l’initiative concomitante de son confrère Marie-Benoît Lavaud (Sectes modernes et foi catholique, Aubier) qui n’est animé que d’un esprit critique. Chéry ne retient que les groupes qui ont un rapport avec le christianisme, et les aborde « dans le respect de la vérité et des hommes qui s’en écartent ». La première partie est un ensemble de « fiches signalétiques » où il donne pour chaque groupe l’origine, le fondateur, l’objectif, la diffusion, les succès sociaux, l’idéologie, les moyens, les publications et les activités dans l’hexagone, ainsi qu’une bibliographie. Puis dans un deuxième temps, il présente un peu plus quelques groupes principaux, au besoin en relatant quelques-unes de ses propres visites. Dans la dernière partie, après un bilan (dont les chiffres ont été contestés par Jean Séguy en 1956), Chéry livre ce qui est en fait au cœur de sa démarche : « La leçon, pour nous catholiques », ce qui lui paraît « essentiel » et qu’il résume ainsi : « pourquoi nous ne mordons pas là où semblent réussir les sectes ». Il nie que le principal argument soit une adhésion doctrinale aux sectes, mais y voit plutôt l’attrait pour des communautés « chaudes et fraternelles », l’usage du français, « une prédication vivante », « la participation des laïcs à l’évangélisation » et « un désintéressement total et évident », ce qui constitue en fait un programme de renouvellement voire, comme il l’écrit, de « réforme ». De manière significative, il abandonne ce qui devait être la suite de son travail : une étude doctrinale en réfutation des interprétations données de la Bible dans ces groupes. Quoi qu’il en soit, il reçoit l’expression de la satisfaction de la Sacré congrégation du concile le 31 janvier 1955.

Charles Chéry dan...Charles Chéry dans les années 1960

Charles Chéry dans les années 1960

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14Charles Chéry rompt sa collaboration avec Lumière et Vie lorsque la revue change d’orientation : « Vous ne tenez pas outre mesure à ma collaboration et n’êtes pas fâché que j’y renonce en fait » écrit-il à Yves Jolif en août 1958, comprenant que l’équipe rédactionnelle soit renouvelée. Il est alors suspendu à la décision sur son assignation à Paris qui semble connaître quelques difficultés pratiques. Arrivé finalement en novembre (mais son assignation n’est annoncée qu’en octobre 1959), il doit travailler à la Ligue catholique de l’Évangile et organiser, en collaboration avec Gilles Gourbillon, un apostolat relatif aux sectes, une collaboration qu’il juge illusoire. Quoi qu’il en soit, c’est seul que Chéry reçoit mandat de l’épiscopat pour fonder l’année suivante un Centre de documentation sur les Églises et les sectes (puis Secrétariat des sectes et des mouvements religieux), qu’il dirige jusqu’à sa mort. L’offensive des sectes est d’ailleurs traduite en espagnol, italien, néerlandais et anglais, puis réédité (édition revue et augmentée) une troisième fois. Il envoie aussi un rapport pour le concile au Secrétariat de l’épiscopat sur les sectes et l’œcuménisme, mais, outre une publication en 1963 (« Que penser des sectes ? », Albums Fêtes et saisons, hors-série), ce sont surtout les textes de ses conférences qui sont diffusées, le plus souvent sous forme de brochure comme en 1973 Les enfants de Dieu (réédité) et en 1976 (Ces sectes qui nous viennent d’Orient). On remarque d’ailleurs, qu’après Vatican II, seule la partie descriptive des groupes subsiste.

15En parallèle à cette activité principale, les activités de Charles Chéry sont multiples. Il collabore à partir de 1958 à La Vie spirituelle, où il tient pendant un an une rubrique sur les enregistrements religieux, et participe aussi aux « Disques Jéricho ». Après un Sainte Catherine de Sienne, il projette l’année suivante d’intégrer dans la collection dirigée par Gabriel Le Bras sur les ordres religieux chez Flammarion Dominicains, huit siècles d’histoire. Il est par ailleurs chargé de vérifier l’iconographie et les annexes des tomes IX à XI de l’Histoire de l’Église par Daniel Rops, et participe aussi à l’analyse d’une dernière enquête pour les éditions Planètes, en 1966 : lui sont confiés pour ces Catholiques d’aujourd’hui les chapitres « La foi mise à l’épreuve » (foi et pratique, une foi plus éclairée ?, les controverses dogmatiques, l’enfer éternel) et « Au lendemain du concile : l’Église en évolution ». Deux projets, davantage dans sa traditionnelle volonté de mission, l’accompagnent aussi pour la fin de sa vie. Chéry participe à partir de 1963 par ses conférences au groupe spiritualiste « Les Amis spirituels » qui, d’inspiration chrétienne, entend réunir les « hommes de bonne volonté » pour « réfléchir aux problèmes de la vie intérieure ». Cette expérience est prolongée par la création des « Conférences des foyers de culture » en 1970, après une rupture de Chéry avec les Amitiés. C’est aussi en 1963 que Thomas Chifflot lui demande de reprendre son « vieux projet de revue biblique populaire », dans la lignée des Semaines bibliques et destiné au « tout-venant », et d’en faire un hebdomadaire sous le nom de Journal de la Bible. Une petite équipe se réunit pendant trois ans et lance en 1966 La Bible et son message, dont Chéry, secrétaire de rédaction, assure les éditoriaux, la page d’Évangile, « le sens des mots » et les informations.

16Son biographe et ami, Dalmace Bassette, le montre enthousiaste de l’aggiornamento survenu dans l’Église et l’Ordre : l’une de ses conférences porte d’ailleurs en 1969 sur la liberté religieuse depuis Vatican II. On le dit « ouvert et jeune d’esprit » dans son couvent parisien de l’Annonciation, à l’inverse des mentalités traditionalistes ou intégristes de certains. En 1967, il rédige un rapport qu’il destine à François Nielly sur le projet de constituer un établissement qui réunisse les trois provinciaux dominicains à Paris. Chéry est en revanche inquiet de l’application qui est faite du concile : il ne tolère pas par exemple que l’on cache sa qualité de prêtre « quand on écrit, parle ou enseigne ». Dans le climat de ces années 1970, il juge d’ailleurs « délicat » de faire paraître son ancien projet d’histoire dominicaine. Mais dans la polémique sur les innovations liturgiques survenues au couvent parisien en 1975, il est aux côtés de ceux qui jugent que le procédé de l’accusation contre la « messe au diapo » n’est pas conforme aux procédures normales de la communauté.

17Souffrant d’un cancer depuis deux ans, Charles Chéry meurt à l’hôpital Saint-Jacques de Paris le 12 juillet 1977 ; il est inhumé le 19 au cimetière Montparnasse.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France, fonds Charles Chéry. — « Un conférencier au fil du temps », Ut sint unum, 1er août 1971, p. 161-164. — Dalmace Bassette, notice nécrologique dans Ut diligatis, 9 octobre 1977, p. 95-100 ; François Louvel, « Le frère Henri-Charles Chéry (1902-1977) », Ut sint unum, 406, octobre 1977, p. 137-139. — Léon Werth, Déposition. Journal de guerre (1940-1944), Éd. Viviane Hamy 1946. — Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), thèse, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2008.

Haut de page

Œuvre

Poèmes de Noël, de la Renaissance au xviie siècle, Paris, Gallimard, NRF, coll. catholique, 1942. — Qu’est-ce que la messe ? Plans d’étude suivis d’une enquête : pourquoi les baptisés n’assistent-ils pas à la messe ?, Paris, Revue des jeunes, 1943. — Participons à la messe, Limoges, Droguet et Armand, 1945. — Pour un dynamisme chrétien, Angers, Richer, 1945. — L’art de se confesser, Paris, Revue des jeunes, 1946. — Notre patrie et notre peuple, Angers, imprimerie moderne, 1946. — Communauté paroissiale et liturgie, Notre-Dame Saint-Alban, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Rencontres, 1947. — Pour bien dialoguer la messe, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. du CPL, 1947. — La préface de la messe, Paris, Cerf, 1947. — Les attitudes des fidèles pendant la messe, Limoges, Droguet et Ardant, 1948. — Poèmes du foyer, Paris, Édition du feu nouveau, 1949. — Le Français, langue liturgique ?, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Rencontres, 1951. — La communion solennelle en France, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Rencontres, 1952. — L’offensive des sectes, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. rencontres, 1954. — Sainte Catherine de Sienne, Tours, Mame, coll. Votre nom, votre saint, 1962. — Collaboration à Catholiques d’aujourd’hui, mille lettres commentées à la suite d’une enquête dans la revue Planète. Qu’est-ce qu’un catholique ? Croyants et incroyants s’expliquent, Éd. Planète, 1966. — Les Enfants de Dieu, Paris, imp. François Dominique, 1973. — Les sectes qui nous viennent d’Orient, Paris, Centre de documentation sur les Églises et les sectes, 1975. — Saints et bienheureux de la famille dominicaine, Lyon, Fraternité dominicaine Lacordaire, 1991.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Charles Chéry, novice au couvent de Ryckholt en 1926
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Charles Chéry avec sa mère à sa droite et sa tante à Ryckholt à la fin des années 1920
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Charles Chéry en 1948
Légende Le dominicain sort alors d'une collaboration, pour le compte des Éditions du Cerf, avec Georges Michonneau et Laurent Rémillieux.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Couvertures de L’offensive des sectes
Légende L’offensive des sectes est publié en 1954 aux Éditions du Cerf dans la collection Rencontres. Dès 1954, l’ouvrage est réédité. Une troisième édition, augmentée, voit le jour en 1959 (couverture de droite). Il est également traduit en espagnol, italien, néerlandais et anglais.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Charles Chéry dans les années 1960
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Chantin, « CHÉRY Charles », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 27 avril 2015, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/654

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals