Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesBBESANÇON Gérard

BESANÇON Gérard

BESANÇON Louis, Léon, Marie, Gérard à l’état civil ; BESANÇON Dalmace en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 7 avril 1902 à Provenchères-sur-Meuse (Haute-Marne), mort le 23 février 1958 à Villemaur-sur-Vanne (Aube).
Novice dominicain dans la Province de France (1928-1932) puis de Toulouse (1950).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 29/08/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 11 novembre 1928 à Amiens
• Profession simple : 12 novembre 1929 à Amiens
• Ordination sacerdotale : 11 juin 1925 à Langres
• Sortie de l’Ordre : 1932
• Vestition pour la Province de Toulouse : 2 avril 1950
• Sortie de l’Ordre : juillet 1950

1Né en 1902 dans le village de Provenchères (Provenchères-sur-Meuse puis en 1972 Val-de-Meuse), Gérard Besançon est l’aîné d’une fratrie de quatre enfants (il précède Jacques, né en 1903, Antoinette en 1904, Marie-Bernadette en 1914). Le chef de famille, Marie-Joseph Besançon, se présente, dans les actes de l’état civil, tantôt comme industriel tantôt comme négociant. La famille Besançon joue un rôle central dans la vie de cette bourgade rurale à laquelle elle fournit plusieurs maires entre la Révolution et la Seconde Guerre mondiale et au moins l’un de ses curés au XIXe siècle. L’influence des Besançon tient à l’exploitation, sur des générations, de carrières d’un grès dont la résistance a permis le développement d’une industrie de fabrique de meules à aiguiser exportées jusqu’en Amérique. L’apogée de cette activité qui assure la plus grande partie de l’emploi non agricole de la commune se situe à la veille de la Première Guerre mondiale. Elle permet aux Besançon, entrepreneurs dont l’activité s’étend sur d’autres carrières du plateau de Langres, d’adopter un mode de vie bourgeois qui les distingue nettement de celui des autres habitants. À l’industrie de la meule est progressivement substituée, à partir de la guerre, celle de la vannerie. Sous le nom de Société Besançon-Berthel, qui associe les noms des deux parents du jeune Gérard, l’entreprise familiale prospère en se spécialisant après la guerre dans les articles de voyage.

2C’est Jacques, le second fils, qui prend la succession des affaires familiales que Gérard ne semble pas avoir voulu diriger. Dans cette famille de tradition catholique, sa vocation religieuse est vivement encouragée. Sa mère, guérie à la suite d’un pèlerinage à Lourdes en 1910, inculque à ses enfants une religion fortement centrée sur la dévotion à la Vierge et à Notre-Dame de Lourdes. Toute sa formation cléricale est effectuée en dehors de son diocèse d’origine. Adolescent, il est envoyé au collège jésuite de Mongré à Villefranche-sur-Saône dans le Rhône pour ses études secondaires. L’aisance économique des parents permet de financer l’intégralité de ses études ecclésiastiques à Rome, de 1919 à 1925, au Séminaire français de la via Santa-Chiara, jusqu’à l’ordination sacerdotale reçue le 11 juin 1925 à Langres. Sujet brillant, il revient de son séjour romain doté d’un double doctorat de l’Université grégorienne, en théologie et en philosophie. Il n’est pas possible de dater précisément, au cours de ses années romaines, le moment de son adhésion aux thèses de Charles Maurras, ni de mesurer avec précision leur intensité, mais elle est avérée par de multiples traces, à commencer par son abonnement au journal monarchiste. Cette sympathie pour les thèses du nationalisme intégral le rapproche d’autres séminaristes comme Victor-Alain Berto, Luc Lefèvre, Alphonse Roul, Raymond Dulac, Georges Finet, Pierre de la Chanonie avec qui il restera en lien bien après son retour en France. On ne saurait toutefois résumer la position du séminariste romain à ses options politiques. Elles prennent sens dans ce « creuset » (comme l’écrit Paul Airiau dans sa thèse) qu’est le Séminaire français de Rome dirigé par le spiritain Henri Le Floch selon une ligne résolument intransigeante et ultramontaine au surplus très marquée en ce début des années 1920 par l’obsession de la dénonciation des erreurs modernistes. La pensée de saint Thomas d’Aquin, interprétée plus que jamais comme un rempart contre les erreurs de la modernité intellectuelle, constitue dans ce lieu de formation un socle sur lequel l’abbé Gérard Besançon prend appui de façon définitive.

3De manière plus marquée que nombre de ses confrères qui rentrent dans leur diocèse une fois leur formation romaine achevée, il envisage sa vie de prêtre dans le cadre de la vie religieuse. Aussi, lorsque se profile la perspective de son ordination sacerdotale, il demande à son évêque la permission d’entrer dans l’Ordre des dominicains auquel il est déjà affilié comme tertiaire. Mgr Théophile Louvard, surtout soucieux de reconstituer les rangs clairsemés de son clergé, ne donne pas suite à sa requête. En septembre 1925, il est nommé par le nouvel évêque, Mgr Jean-Baptiste Thomas, vicaire à la paroisse Notre-Dame de Saint-Dizier où il s’emploie aussitôt à susciter un tiers-ordre dominicain qui fait concurrence au tiers-ordre franciscain promu par le curé. L’abbé Besançon ne renonce pas à sa vocation religieuse fort de ses résolutions prises au Séminaire français de Rome : « […] devenir un saint – et […] rester un “intégriste”. Ces résolutions, que la formation du séminaire m’avait montrées comme nécessaires, m’apparaissent aujourd’hui, avec évidence, comme indispensables ! » (lettre à Le Floch du 1er décembre 1925, citée dans Paul Airiau, 2003). En février 1928, après une retraite au Saulchoir de Kain obtenue de haute lutte auprès de l’évêché, il formule aux responsables de la province dominicaine de France une demande d’admission motivée par un désir de perfection religieuse qu’il ressent comme incompatible avec son ministère paroissial. Cette requête ouvre une période de négociation tendue entre Mgr Thomas, qui refuse de laisser partir son jeune vicaire, et la province de France, qui se montre très empressée à le recevoir. Au motif classique de la pénurie sacerdotale s’ajoute, dans la décision de l’évêque, sa volonté de ne pas épargner un prêtre qui, à l’occasion de la condamnation pontificale des thèses de l’Action française, aurait fait montre d’un esprit d’insoumission (il passe « pour avoir conseillé et absous des insoumis d’AF », écrit Mgr Thomas dans une lettre au provincial du 14 décembre 1927). L’abbé Besançon se défend en contestant l’accusation de « scandale » que lui fait son supérieur : il n’aurait manifesté publiquement aucun dissentiment et seulement fait part à son évêque, en août 1927, de sa conviction que les thèses maurassiennes étaient sur le fond, sinon dans leurs formulations, parfaitement orthodoxes. Mais que signifie la réserve publique de l’abbé Gérard Besançon si elle est démentie par des paroles prononcées dans le cadre de la direction spirituelle ou de simples conversations privées ? Les dénonciations, quelles qu’elles fussent, affluent sur le bureau de Mgr Thomas qui entend obtenir une obéissance sans faille de son vicaire et en faire un exemple pour tout son diocèse : « Mon cher ami, lui écrit l’évêque début 1928, la question première est que vous vous soumettiez très sincèrement et filialement aux directives du Saint-Siège. Pour savoir qu’il en est ainsi, j’ai besoin d’expérimenter encore ». Convaincu – et cherchant à convaincre ses interlocuteurs – que l’affaire de l’Action française ne peut être qu’un prétexte à son maintien dans le diocèse de Langres, l’abbé Besançon en appelle au provincial des dominicains, Martin-Stanislas Gillet, avec le soutien du maître des novices, Réginald Berger, pour obtenir de Mgr Thomas qu’il accepte son départ pour l’Ordre des frères prêcheurs. Les démarches répétées des supérieurs dominicains au cours du printemps 1928 et les menaces de l’abbé Besançon d’intenter à son évêque un procès canonique, viennent finalement à bout de la résistance de l’évêque de Langres qui cède à temps pour permettre au jeune prêtre de démissionner de son diocèse, le 31 août 1928, et d’effectuer son admission au noviciat d’Amiens pour l’année 1928-1929 où il devient le frère Dalmace Besançon. Il reçoit l’habit dominicain le 11 novembre 1928 en même temps que quatre autres recrues. Son entrée dans l’Ordre intervient une semaine après que les trois supérieurs des provinces dominicaines françaises, réunis à Paris par le maître général de l’Ordre, ont protesté de leur fidélité aux directives du Saint-Siège concernant l’Action française. Leur déclaration précise en particulier que les supérieurs et les formateurs dominicains « n’admettent aucun postulant soupçonné d’appartenir de près ou de loin à l’Action française » (4 novembre 1928).

Noviciat 1928-1929 au couvent d’Amiens

Noviciat 1928-1929 au couvent d’Amiens

Assis au premier rang, Dalmace Besançon (le troisième en partant de la droite) fait partie des dix-huit novices entrés dans l’Ordre des frères prêcheurs la même année que lui.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4À vingt-six ans, fort de ses doctorats obtenus à Rome et de son ordination sacerdotale, Dalmace Besançon est l’une des figures marquantes d’un noviciat de dix-sept recrues qui, il est vrai, n’en manque pas : Nicolas Rettenbach, Pie-Raymond Régamey, Marie-Humbert Vicaire, Aimon-Marie Roguet, Dominique Salman, en particulier, occuperont un rôle éminent dans l’histoire de l’Ordre, voire dans l’histoire de l’Église de France. La province dominicaine de France, à la fin des années 1920, accueille nombre de jeunes gens ayant manifesté, jusqu’en 1926, leur attachement pour l’Action française. Le maître des novices, Réginald Berger, sympathisant sans prosélytisme du mouvement de Charles Maurras (Laudouze, p. 65), n’y est pas pour rien. Au sein du noviciat de Besançon, Damien Demongeot illustre parfaitement cet héritage maurassien. L’entrée dans l’Ordre a généralement pour effet, selon des rythmes propres à chacun de ces jeunes dominicains, de relativiser, voire de les amener à dénoncer les idées de Charles Maurras. Le cadre contemplatif et studieux du couvent d’études du Saulchoir, en particulier, achève souvent de reconvertir les ardeurs politiques de la prime jeunesse en un projet religieux. Il ne semble pas que cette mue ait opéré sur le frère Dalmace Besançon dont l’intransigeantisme à forte connotation politique forgé lors de sa formation initiale au Séminaire français de Rome résiste à l’ambiance du studium de Kain. C’est du moins le souvenir qu’il laisse à ses confrères et professeurs : celui d’un novice pieux et austère dans les observances, mais absolu dans ses positions et dénué de sens psychologique. En 1950, Bernard-Marie Chevignard, ancien confrère du studentat de Besançon, écrira de lui : « Il connaît saint Thomas pour l’avoir étudié longuement. Je n’oserais pas dire qu’il le connaît dans sa puissance d’éclairement, mais plutôt dans son système » (lettre du 4 janvier [1950]). Le père Périnelle, son maître des étudiants au Saulchoir entre 1929 et 1932, pourtant peu favorable aux idées de l’Action française, se montrera plus nuancé à l’égard de son ancien novice, rappelant, en 1949, qu’il n’avait jamais eu de difficultés avec lui malgré son comportement « un peu tranchant parfois » (lettre du 27 décembre 1949). De fait, ses professeurs font confiance, au moins jusqu’à un certain point, au frère Besançon comme l’illustre le fait qu’à la mort du cardinal et théologien Louis Billot (1876-1931), figure de proue d’un néo-thomisme intransigeant, ils lui confient la rédaction pour le Bulletin thomiste de sa notice nécrologique. Celle-ci offre une présentation élogieuse de Billot (« à certains points de vue, le plus grand des théologiens des temps modernes »), le créditant, dans son enseignement à la Grégorienne, d’avoir su mener « une lutte ardente pour le triomphe du thomisme » y compris contre les grands commentateurs jésuites Luis de Molina et Francisco Suárez, adoptant une position intermédiaire entre le thomisme qualifié de « pur » et le molinisme, position que Besançon désigne du terme de « billotisme ». La présentation de la pensée du cardinal Billot comporte également quelques marques de l’influence de l’enseignement reçu au Saulchoir qui suggèrent que sa propre compréhension de saint Thomas d’Aquin a évolué depuis la période romaine : il souligne ainsi les « déficiences » d’une méthode de lecture qui n’a pas su comprendre l’intérêt de replacer les textes de saint Thomas dans un ordre chronologique ni de prendre la mesure des évolutions de sa pensée entre l’écriture du Commentaire sur les sentences et celle la Somme théologique.

5Au Saulchoir, Besançon se lie avec le frère André-Marie Bonduelle, comme lui ordonné prêtre avant d’entrer dans l’Ordre (1928), comme lui ancien du Séminaire français de Rome (1927-1928), comme lui, enfin, proche des idées de l’Action française. Étienne Fouilloux a exhumé et présenté le dossier de dénonciation conservé aux archives du Saint-Office que les deux étudiants adressent en mai 1932 au pape alors qu’ils sont respectivement en deuxième et troisième année de théologie. Dalmace Besançon, « principal instigateur de la démarche » (Fouilloux, p. 94), signe un document de trente pages critiquant « L’esprit général du Saulchoir » tandis qu’un autre texte, de près de cent pages, pointe les erreurs contenues dans les enseignements des pères Marie-Dominique Chenu, Antonin-Dalmace Sertillanges, Paul Synave et Ceslas Spicq. Selon les deux jeunes dominicains, les uns et les autres seraient coupables de « modernisme » au sens que ce mot recouvre dans l’encyclique Pascendi de Pie X. Leur dénonciation entraîne immédiatement l’ouverture d’une enquête du Saint-Office qui s’achève en septembre 1932 sans donner lieu à aucune condamnation, mais non sans fournir des pièces à charge pour le dossier ultérieur de Chenu. L’affaire, classée sans suite, « appartient aux séquelles de la crise moderniste » (Fouilloux, p. 103) en même temps qu’elle annonce les raidissements doctrinaux du pontificat de Pie XII.

6Cet acte de dénonciation ne passe pas totalement inaperçu. Il intervient dans un climat tendu au Saulchoir. Le journal intime de l’un des lecteurs du couvent, Thomas Deman, s’en fait l’écho en faisant remonter l’origine directe des tensions à la visite canonique menée par le provincial Jourdain Padé, du 12 au 16 avril 1932. À la faveur de cette visite, plusieurs étudiants auraient fait part au provincial de leurs griefs contre l’enseignement d’une partie de leurs professeurs, en particulier Paul Synave et Ceslas Spicq. Les archives du studium conservent le brouillon d’une lettre (non datée) du régent, Vincent Héris, au maître général de l’Ordre prenant avec vigueur la défense de ces deux professeurs. Il n’est pas certain que ce courrier ait été envoyé, mais le journal de Thomas Deman confirme que les enseignants du Saulchoir sont au courant de la dénonciation et en attribuent la responsabilité principale au père Besançon. Alors qu’en janvier 1932, plusieurs courriers des responsables de la formation attestent qu’ils le destinent à l’enseignement de la théologie au séminaire de Mossoul, ce qui peut être aussi interprété comme une manière de ne pas lui confier un poste de lecteur au Saulchoir en dépit de la qualité de ses titres universitaires, il n’est plus question de lui conserver une place dans l’Ordre dominicain. À la date du 29 mai, Thomas Deman confie à son journal :

Situation toujours tendue entre étudiants et certains lecteurs […] Le malaise persiste. Il règne au noviciat un esprit critique démesuré et inquiétant ; et j’apprenais l’autre jour du père régent, qui me le dit à mots couverts, que nous avions été l’objet d’une dénonciation à Rome. Le P. Synave m’avait dit de son côté : « C’est bien simple, ils ne pouvaient pas aller plus loin. » Nous avons couvé des serpents. Une des causes de cet état d’esprit : l’absence d’autorité dans le collège depuis quatre ans [...] ; un recrutement qui nous a donné un lot d’anciens AF ou d’anciens élèves de la Grégorienne : nous sommes des libéraux pour ces gens-là. On pense bien que l’affaire n’aura pas de suite contre nous. Mais voyez quel esprit ! Le régent ignorait d’ailleurs par quelles voies la plainte était parvenue en haut lieu.

7Le 19 juin, lors d’un conseil des lecteurs tenu sous la présidence du provincial, un vif débat intervient au cours duquel le père Chenu fait état de l’affaire en s’indignant du déficit de réaction de l’autorité provinciale face aux mœurs scandaleuses d’étudiants dénonçant leurs professeurs. Le cas de Dalmace Besançon est mis en avant pour illustrer cette intervention. Le 28 juin, lors d’un conseil des lecteurs de théologie, un vote de moribus attribue une note très faible au père Dalmace Besançon, scellant son sort, malgré les tentatives ultérieures du père Héris et même de Chenu pour le retenir dans un emploi autre que celui de lecteur. Le 16 juillet 1932, au moment où le jeune prêtre quitte le Saulchoir après que le provincial lui a fait comprendre qu’il pourrait être refusé à la profession solennelle, Thomas Deman commente le vote du 28 juin : « Question d’esprit : on a jugé que le sien ne s’accorderait jamais au nôtre. » Pour la communauté des étudiants du Saulchoir, ce départ est source de stupéfaction. La chronique du studentat, au ton habituellement parfaitement irénique, en fournit un écho :

C’est le RP Besançon qui dit « notre messe » à 6 heures et demie, à la place du TRP Maître. Après la fin de l’oraison qui suit, le P. Maître nous annonce que « en raison de certaines difficultés d’ordre surtout doctrinal, le Père renonce à faire profession solennelle et va rentrer dans son diocèse » et qu’il nous quittera tout à l’heure. L’émotion générale est visible et se traduit de façon frappante, par le silence qui se prolonge pendant les travaux de nettoyage qui suivent : on croirait la maison en retraite.

8Relisant la chronique, un autre religieux précise en marge :

« pour des difficultés d’attitude doctrinale et de tempérament principalement, le P. Besançon renonce à faire profession solennelle… » ; cela a été exactement, je crois, l’expression du P. Maître.

9En 1950, Bernard-Marie Chevignard, qui appartenait au même studentat que Besançon, confirmant tardivement l’hostilité entre l’étudiant et le père Synave, se souvient « que son départ avait produit un gros émoi parmi nous ». Le coup est rude pour Dalmace Besançon (« gros chagrin » commente Deman dans son journal après l’avoir croisé le jour de son départ) qui subit une double humiliation : à celle de devoir quitter l’Ordre désavoué par le corps professoral s’ajoute le fait de devoir rentrer dans un diocèse dont il a tout fait pour sortir quatre ans auparavant.

10On sait bien peu de choses sur son itinéraire dans le diocèse de Langres au cours des années qui suivent : il est d’abord nommé curé d’un ensemble de villages de Haute-Marne (Condes, Brethenay, Darmannes, Treix) du 30 juillet 1932 au 18 juillet 1936, date à laquelle il est placé à la tête de la paroisse de Colombey-les-Deux-Églises. En 1943, le 29 août, nouvelle affectation à Bussières-les-Belmond (où Henri-Dominique Lacordaire a grandi…) avant, le 22 août 1948, celle qui fait de lui le curé doyen d’Auberive. Derrière cette liste de cures paroissiales qui ont pour point commun de le tenir éloigné de toute responsabilité dans le diocèse et de tout centre urbain malgré ses compétences théologiques, c’est la réputation d’un prêtre « d’une sainteté un peu austère » (Chevignard, 4 janvier [1950]) qui caractérise ceux qui veulent le présenter de manière positive, tout en devant reconnaître que sa dévotion semble « peu attirante ». Cette succession de cures paroissiales aurait seulement été interrompue pendant la guerre : lui qui, dans sa jeunesse, avait été exempté du service militaire, est aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, sans que l’on puisse préciser dans quelles conditions. Ce qui, par contre, est avéré est son attachement à l’Ordre des frères prêcheurs malgré les conditions de sa sortie : il en reste tertiaire et s’efforce même de maintenir une partie des observances dominicaines dans sa vie de curé de paroisse. Avec l’accord de Mgr Lamy, l’évêque de Langres en 1938-1939, il tente de regrouper quelques prêtres diocésains prêts à vivre en communauté selon certains principes de la vie religieuse. Cette quête correspond à une période difficile pour lui, marquée par le décès de sa mère en février 1939. Le projet de vie communautaire, cependant, tourne court du fait du déclenchement de la guerre et de la mort de l’évêque, son successeur, Mgr Chiron, se montrant moins favorable au projet de l’abbé Besançon en dépit de ses appels réitérés. Il finit par mettre en avant son intention de reprendre la vie religieuse dans une congrégation, faute de pouvoir la mener dans une communauté sacerdotale. Est-ce pour répondre partiellement aux attentes de son prêtre qu’il est alors nommé curé d’Auberive, paroisse accueillant une communauté religieuse bénédictine filiale de l’abbaye de Sainte-Marie de la Source à Paris ? Toujours est-il que cette nomination, loin de stabiliser le curé, lui rend plus insupportable encore de ne pouvoir vivre selon la totalité des observances monastiques. Il obtient de son évêque, en juillet 1949, l’autorisation de rejoindre cette abbaye, la vie bénédictine lui semblant la plus proche de son idéal de vie religieuse après la vie dominicaine. Mais dès son arrivée à l’hôtellerie de l’abbaye de la Source, le 17 décembre, il est pris d’une crise d’angoisse, la vie des bénédictins ne correspondant pas à ses représentations. Au bout de quelques jours, il rend visite au père Périnelle, son ancien père-maître du Saulchoir, alors assigné au couvent parisien du Saint-Sacrement, et lui confie son profond désarroi ainsi que son désir jamais surmonté de rejoindre la vie dominicaine. Périnelle, puis Chevignard, acceptent de transmettre et même de soutenir la candidature de Gérard Besançon auprès de la province de Toulouse, tout retour dans la province de France leur paraissant toutefois exclu. Paul Philippe, qui avait été admis comme collégial au Saulchoir en juin 1932 au moment même où Dalmace Besançon était exclu du studium, apporte également sa recommandation. La lettre par laquelle Besançon se présente aux responsables de la province de Toulouse lui offre la possibilité de revenir sur les conditions de sa sortie de l’Ordre, en 1932. Il reconnaît avoir « souvent souffert intérieurement des tendances de certains pères lecteurs » du couvent d’études tout en ne faisant part de ses doutes qu’au père Raymond Louis, provincial, mais passe sous silence l’envoi d’un dossier de dénonciation à Rome. Il attribue ensuite au nouveau provincial Padé (élu en 1931) et au père Synave de très fortes préventions contre sa formation romaine qui l’aurait « teinté d’intégrisme », préventions suffisantes pour que, se sentant comme un « suspect », il ait préféré partir (lettre du 29 décembre 1949). Il faut rappeler, pour bien comprendre la nature de ces aveux, que le père Raymond Louis n’a jamais été le provincial de Dalmace Besançon puisque, lors de son entrée dans la province de France en 1928, c’est Martin-Stanislas Gillet qui exerce cette charge depuis un an. Par contre, en 1932, au moment de l’affaire Besançon, Raymond Louis vient d’être nommé socius du maître général à Rome où il arrive le 10 mai, pour ainsi dire en même temps que le dossier de dénonciation de Besançon et Bonduelle. C’est donc sur la base d’une large reconstruction de son passage dans la province de France qu’il s’adresse à la province de Toulouse pour solliciter son admission.

11La réponse intervient rapidement : dès le mois de janvier 1950, Gérard Besançon est invité à passer quelques jours à Saint-Maximin, couvent d’études et noviciat de la province de Toulouse. Il y fait le constat que les observances ne lui sont pas trop dures à supporter, et même moins que du temps du Saulchoir, « puisque désormais le lever de nuit n’a plus lieu qu’une fois par semaine ». Alors qu’il a regagné la maison familiale de Provenchères-sur-Meuse, début février, il reçoit avec une immense joie la nouvelle de son admission au noviciat de la province de Toulouse : il y voit l’expression de « la volonté du Bon Dieu » et, dans des termes très proches de ceux qu’il employait en 1928, formule l’axe central de sa vocation : « Je demande de toute mon âme au bon Dieu, par la Sainte-Vierge, qu’il me donne de trouver dans cette vie religieuse le chemin de la sainteté » (lettre du 3 février 1950). La conception qu’il se fait de l’apostolat est très caractéristique de la place qu’occupe pour lui la Vierge dans l’économie du salut : l’Action catholique spécialisée par milieux de vie, qui est au cœur de la pastorale de l’Église de France au cours de ces années, le rebute fortement ; elle est une expression dévoyée de la pensée des papes, le seul mouvement réalisant le « vrai idéal » de l’Action catholique selon les encycliques étant la Légion de Marie qu’il s’est employé à développer dans le diocèse de Langres au cours des années d’après-guerre. Il est vrai que s’y ajoute pour lui la conviction d’interventions directes de la Vierge tout au long de sa vie personnelle : en premier lieu, sa mère « grande miraculée de Lourdes », lorsqu’il avait huit ans, ou plus récemment, l’accord de son évêque à son entrée dans la vie dominicaine reçu lors d’un autre pèlerinage dans la petite ville des Pyrénées. Lui-même, lorsqu’il était étudiant au Séminaire français de Rome avait été frappé par la maladie et seule, confie-t-il au maître des novices de la province de Toulouse, Ceslas Rzewuski, la Vierge Marie, priée jours et nuits par les autres étudiants, avait pu le sauver d’une mort probable (lettre du 13 février 1950).

12Cette entrée dans la province de Toulouse, qui a lieu le 2 avril 1950, n’a pas que des avantages pour l’abbé Besançon. Elle le contraint à renoncer à une collaboration avec la revue La pensée catholique qui voit le jour en 1946 et avec laquelle il se sent en affinité. Tenue par des anciens du séminaire français de Rome (Luc Lefèvre, Victor-Alain Berto, Henri Lusseau…), tous anciens élèves de l’abbé Henri Le Floch, elle se veut un organe de défense de la pensée catholique romaine la plus intransigeantiste. Or, dès sa fondation, Henri Le Floch sollicite la collaboration de Gérard Besançon. Son nom figure d’ailleurs parmi les contributeurs des premières livraisons, bien qu’il ne signe aucun article (pas plus que dans d’autres revues aux tendances idéologiques similaires). Son admission dans la province de Toulouse suspend provisoirement toute collaboration à cette revue dont la ligne éditoriale paraît incompatible avec la vie strictement religieuse d’un novice. Il ne parvient cependant pas à surmonter le régime de vie du noviciat et, dès juillet 1950, quitte Saint-Maximin pour se réfugier chez un ancien du Séminaire français de Rome, le chanoine Pierre de la Chanonie, curé de Saint-Maixent-l’École. Il se sent en effet, comme il le confie dans une lettre du 6 juillet 1950, indésirable dans son diocèse après ce nouvel échec de vie religieuse. De fait, il ne regagnera jamais celui-ci. À partir de l’automne 1950, il passe au service du diocèse de Troyes, voisin de celui de Langres, et encore plus démuni que celui-ci en prêtre, que dirige depuis 1943 Mgr Le Couëdic, un autre ancien du Séminaire français de Rome où il a étudié quelques années avant Besançon. Le Couëdic, à qui l’on attribue des sensibilités maurassiennes, sera membre, lors du concile Vatican II, aux côtés de Mgr Lefebvre, du Coetus internationalis Patrum (minorité conservatrice). Besançon est donc nommé, dans ce nouveau diocèse, curé de Villemaur-sur-Vanne, où il reste en poste jusqu’à son décès, en février 1958, à cinquante-six ans. Il n’existe aucune trace de sa collaboration à La pensée catholique, son évêque s’y étant peut-être opposé. Il faut néanmoins relever, selon des liens qui ne s’expliquent guère hors de la fréquentation par ces hommes des réseaux intransigeants catholiques, que son successeur dans la paroisse de Villemaur, lui aussi nommé par Mgr Le Couëdic, est l’abbé Georges de Nantes, prêtre originaire du diocèse de Grenoble, et figure de l’intégrisme catholique.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives dominicaines de la Province de Toulouse. — André Laudouze, Dominicains français et Action française, 1899-1940 : Maurras au couvent, Paris, Éditions ouvrières, 1989. — Paul Airiau, Le Séminaire français de Rome du P. Le Floch, 1904-1927, Paris, thèse de l’Institut d’études politiques de Paris sous la direction de Jean-Marie Mayeur, 2003. — Étienne Fouilloux, « Première alerte sur le Saulchoir (1932) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 96/1, 2012, p. 93-105. — Philippe Rocher, Un collège de la compagnie de Jésus au XIXe-XXe siècle : Notre-Dame de Mongré à Villefranche-sur-Saône (1851-1951), thèse d’histoire sous la direction de Dominique Avon, Université du Maine, 2015. — Informations fournies par Étienne Fouilloux et Paul Airiau.

Haut de page

Œuvre

Dalmace Besançon, op, « Le RP Louis Billot », Bulletin thomiste, IXe année, janvier-mars 1932.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Noviciat 1928-1929 au couvent d’Amiens
Légende Assis au premier rang, Dalmace Besançon (le troisième en partant de la droite) fait partie des dix-huit novices entrés dans l’Ordre des frères prêcheurs la même année que lui.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « BESANÇON Gérard », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 29 août 2020, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/6578

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • CORTADE Jacques [Texte intégral]
    CORTADE Jacques Félix Jean-Marie à l’état civil ; CORTADE Callixte en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search