Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesLLE GUERN Louis-Gabriel

LE GUERN Louis-Gabriel

LE GUERN Lucien à l’état civil, LE GUERN Louis-Gabriel en religion.
Xavier Loppinet

Résumé

Né le 14 novembre 1914 au Mans (Sarthe), mort le 27 janvier 1981 à Éveux (Rhône).
Convers. Artiste peintre.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 12/04/2021.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 23 juin 1953 à Saint-Alban-Leysse
• Profession simple : 4 juillet 1954 à Saint-Alban-Leysse
• Profession solennelle : 9 juin 1961 au couvent de la Tourette à Éveux

1Né le 14 novembre 1914 au Mans, Lucien Le Guern est le fils unique de Louis Le Guern et de Gabrielle Renard. Son père est officier de l’armée coloniale, affecté en Annam, au Tonkin, en Cochinchine et au Liban-Syrie. Il ira deux fois au Maroc (Casablanca puis Fès) avec son épouse et Lucien. Sa mère, atteinte de paludisme, rentre avec lui du Maroc en France. Sa famille s’installe alors au Mans (35 bis rue Lenoir).

2Lucien est devenu sourd à l’âge de dix-huit mois à la suite d’une méningite, mais c’est seulement à l’âge de trois ans que sa famille s’en rend compte. Son père l’inscrit d’abord à l’Institut national des sourds-muets de Paris puis, de dix à vingt et un ans, à l’Institut régional des sourds-muets à Saint-Jean-de-la-Ruelle, près d’Orléans, où il apprend à communiquer par gestes, puis en oralisant mais avec des résultats modestes. Il maîtrise cependant le français écrit.

3Il suit des cours de dessin où son talent est remarqué. Il a pour modèle M. Guignard, son professeur, sourd lui-même, religieux et artiste peintre. En 1935, il entre dans l’atelier Tessier de décoration de faïence à Malicorne, près du Mans. Un certificat de travail et un certificat de recensement de cette année-là le mentionnent en qualité d’« artiste-peintre » (comme la lettre de recommandation pour ses démarches religieuses de l’abbé Charles Froment, du Mans, datée du 18 octobre 1950). Il suit des cours à l’école Albert-Maignan (qui deviendra les Beaux-Arts du Mans), puis à Paris. Avec les encouragements de son père, il organise des expositions et commence à vendre ses tableaux.

Départ au STO en gare du Mans

4

Musée du Mans/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Dans les années 1940, il peint une série de tableaux consacrés à la vie quotidienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Appartenant au courant de la peinture dite « naïve », il participe à deux Salons d’automne (en 1941, exposant un tableau intitulé L’exode, puis en 1943, avec L’épouvante du calvaire) et au Salon des indépendants, remportant des prix. Au Salon parisien de l’Art sacré de 1950, son Chemin de croix est remarqué. Celui-ci est alors exposé dans la chapelle Notre-Dame de la Couture, près du Mans. Après la mort de son père (1948), il échoue à une troisième et décisive candidature au Salon d’Automne : son tableau Les carottes crues, choisi par sa mère contre l’avis de Lucien, est refusé par le jury. Il passe par une sorte de dépression. Sa famille cherche à le marier (il gardera toujours un attrait pour l’une de ses cousines), mais sans succès. Sa mère lui fait rencontrer un dominicain de Lyon, parent de leurs voisins au Mans (il s’agit peut-être du frère Bartholomé (Pierre) Gueppe qui lui adresse un mot d’encouragement en 1950 d’après une lettre conservée aux archives). Elle l’incite à essayer la vie religieuse. Il refuse d’abord, puis finit par accepter en entrant au noviciat en 1953.

6Le dossier des archives provinciales à son propos contient une note du maître des novices, rappelant son parcours : « On s’est posé la question de la validité (empêchement) avant la prise d’habit : lettre du P. Belaud » et pose la question de son admission dans l’Ordre, en quatre points : 1) Possibilité d’engagement ; 2) Mais pourra-t-il tenir ? ; 3) Grandes qualités ; 4) Défauts. La note se termine par : « Me paraît bon sujet. » On y trouve aussi une correspondance de 1960 entre les diverses instances de l’Ordre montrant que sa vocation de sourd au milieu des frères prêcheurs ne va pas de soi. Lucien Le Guern avait conscience de ses difficultés d’adaptation. Il écrivait dans sa demande à faire profession : « Maintenant, j’ai bien compris, après de longues épreuves nécessaires, sur la volonté de Dieu et non sur ma volonté propre » (1er juin 1960). Il y a également l’avis de deux psychologues, attestant de son équilibre et de la possibilité d’une vie religieuse.

Louis-Gabriel Le Guern

Louis-Gabriel Le Guern

À gauche, en habit de frère coopérateur dominicain, à droite en peintre (autoportrait).

Archives de la Province de France/musée de Laval/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Après deux ans de postulat en tant que convers, il entre au noviciat que le couvent d’études de Saint-Alban-Leysse (près de Chambéry) abrite. Il reçoit l’habit en juin 1953 avec le nom de Louis-Gabriel (en souvenir de ses parents) et prononce ses premiers vœux un an et demi plus tard. Il est assigné en 1955 au couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon sous la direction du père-maître, Abel Marillier où il demeure jusqu’en 1960 puis est envoyé au couvent de La Tourette à Éveux dont le prieur est Jacques-Dominique Verrier. Affecté aux cuisines et au réfectoire, il fait alors partie, du groupe des convers composé d’Aimon Roosen, Gérard Schrynemakers, Joseph Wolfs et Antoine Vial. Il fait sa profession solennelle le 9 juin 1961.

Le Christ aux outrages

Collection particulière/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8C’est surtout à partir de 1970 qu’il déploie dans le cadre du couvent de La Tourette, dépourvu de toute iconographie, une intense activité de création artistique, de style naïf avec une palette richement colorée. La maison du gardien, qui se trouve à l’entrée du domaine du couvent, maison qu’il appelle le « Musée de Dieu », lui sert d’atelier. Il peint principalement des scènes d’Évangile et des scènes de la vie de saint Martin de Porrès (1579-1639), figure emblématique des frères convers dominicains, canonisé en 1962, auquel il s’identifie manifestement. Ces tableaux sont aussi destinés aux réunions de prière avec les sourds. Il expose, en 1970, ses œuvres à la Galerie d’Art sacré à Lyon. En 1973, on lui achète cinq tableaux importants, mais, sans doute suite à une escroquerie, l’argent n’est pas versé. Ces tableaux seraient partis aux États-Unis.

Chemin de Croix

Couvent de La Tourette/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Sa mère, qui s’est rapprochée de lui en s’installant à Éveux, meurt en 1973. Il est membre du conseil conventuel en 1974, ce qui montre une assez bonne intégration dans la vie communautaire. « Les dernières années de sa vie sont animées par la conviction qu’il est détenteur d’une révélation : annoncer une fin du monde prochaine si les hommes ne réalisent pas qu’ils sont en état de péché. C’est l’objet de nombreux tableaux (Jugement dernier, Apocalypse, Résurrection des morts) et de quelques fresques de grandes dimensions (10 x 2 m) qui représentent la fin du monde » (M. Ameil, À la découverte de Louis-Gabriel Le Guern, p. 16).

10Dans la vie commune, il connaît un certain isolement, du fait de sa surdité, mais sait gagner l’estime de ses frères, notamment celle de Régis Morelon, qui raconte que, bouleversé par la crise conventuelle consécutive aux « moments 68 », il lui avait expliqué qu’il avait peint un « Jugement dernier », mettant certains frères en enfer et d’autres au paradis. À Lyon, il a eu un rayonnement auprès de la communauté chrétienne des sourds. Il meurt le 27 janvier 1981, âgé de soixante-six ans, dont vingt-six ans de profession religieuse. Le frère Louis-Gabriel Le Guern est enterré au cimetière de La Tourette (première rangée du haut, à gauche).

Apocalypse (détail)

Apocalypse (détail)

Musée de Laval/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Quelques jours avant sa mort, Louis-Gabriel Le Guern rencontre Charles Schaettel, conservateur du Musée d’art naïf de Laval, mis en relation avec lui par Claire de Closmadeuc-Miginiac, alors en mission à La Tourette pour le compte de la fondation La Corbusier. Cette reconnaissance in extremis donnera lieu à la première exposition de ses œuvres religieuses, cinq ans plus tard, en 1986, à Laval.

12En 1991, une association est créée à Lyon sous le nom de « Louis-Gabriel Le Guern » pour promouvoir son œuvre. Il devient une figure reconnue du monde sourd. L’Association « Sauvegarde du patrimoine sourd » (Maison des sourds du Loiret) possède dans ses archives trois dossiers sur le frère Louis-Gabriel Le Guern dont le deuxième, le plus riche, contient une copie d’une biographie manuscrite détaillée, rédigée par Andrée Renard, cousine du frère Louis-Gabriel (chemise LG 1). S’y trouve également une correspondance entre cette dernière et M. Marc Ameil, qui a connu Louis-Gabriel Le Guern de 1972 à 1981. Eux deux ont cherché à promouvoir son œuvre avec des projets de vente et à la faire connaître avec l’organisation d’expositions à Laval (1986), Le Mans, Lyon (Agora Tête d’Or, Gare centrale). Les archives contiennent également diverses lettres entre le prieur provincial Dominique Motte, Marc Ameil (dominicain de 1971 à 1978) et les conservateurs des musées de Laval et du Mans pour l’acquisition de ses tableaux sous la forme de don et de ventes « à des prix sous évalués parce que nous savions que les musées nationaux disposent de lignes budgétaires réduites et parce que nous [la Province et moi] étions persuadés que seule l’entrée dans les musées permettrait à Louis Gabriel, certes de manière posthume, d’être connu et reconnu » (lettre de Marc Ameil d’avril 1988). Serge Nikitine, conservateur des Musées du Mans, préparait une biographie de Louis-Gabriel Le Guern, mais celle-ci n’a pas été achevée. Un numéro spécial de la revue Écho Magazine, destinée aux sourds, lui est consacré en avril 2009 avec une biographie illustrée de photos et de ses peintures.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de l’Association de « Sauvegarde du Patrimoine Sourd » (Maison des Sourds du Loiret, Orléans). — Le Messager de l’Abbé de l’Épée, 601 (décembre 1941-janvier 1942) et passim, octobre-novembre 1945-novembre 1950. Ut diligatis, mars-avril 1981, p. 47-48, Homélie à la messe de funérailles (30 janvier 1981), prononcée par François Genuyt. — Exposition : Laval, Musée du Vieux-Château, « 1re exposition rétrospective Louis-Gabriel Le Guern, œuvres d’inspiration religieuse, 20 juin-10 septembre 1986 ». — Exposition au Mans, peinture profane au musée de Tessé et œuvres religieuses à Saint-Pierre-La-Cour (novembre 1987) [Le musée du Mans possède un dossier de documents divers]. — Exposition de 140 posters à Poncé-sur-Loir en 2001. — Exposition au Palais des Congrès et de la Culture du Mans, pour le centenaire de la revue Écho-Magazine [revue mensuelle pour les Sourds] : imprimé à part « Exposition du centenaire, « Un Écho de 100 ans », 24-25 avril 2009, 15 pages avec de nombreuses photographies. En quatrième de couverture : « Texte de Bernard Truffaut qui doit beaucoup à la biographie (restée manuscrite) de Lucien Le Guern par sa cousine Andrée Renard et à la documentation de Marc Ameil. » — Michelle Bonot, 1914-1981 Lucien Le Guern, brochure éditée par l’Écho Magazine, 2009.

Haut de page

Œuvre

La plupart de ses tableaux se trouvent au couvent de la Tourette (près de 200 tableaux) : fleurs, paysages, scènes d’Évangile, chemin de Croix, scènes de la vie de Martin de Porrès, grands rouleaux sur l’Apocalypse ; musée du Mans : Allemands prisonniers, Autoportrait (1921), Apocalypse par l’eau, Ange qui roule la pierre, Mise au tombeau, Chiens de chasse, Portrait de Monsieur Le Guern en uniforme, Portrait de Monsieur Le Guern en civil, Portrait des grands-parents Le Guern, Autoportrait en pastel, Les restrictions (tabac), Descente aux abris, Ville arabe, Ange de la résurrection, Cène, Disciple d’Emmaüs, Apparition au Cénacle, Adoration des mages (bois), Adoration des mages (toile) ; musée d’art naïf de Laval : Autoportrait en peintre, La résurrection des morts, Christ-Roi et Résurrection des morts (grand format) ; musée international d’art naïf de Vicq, dans les Yvelines : La ville sous l’Occupation, La Libération de Mans, La Libération de Paris, Les rois mages ; Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation de Lyon : Portrait du général de Gaulle, chef de la France libre ; et dans les couvents de La Tourette, de Lyon (Scène d’exode), de Rennes (Vierge à l’enfant, Fuite en Égypte).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Musée du Mans/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6768/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Louis-Gabriel Le Guern
Légende À gauche, en habit de frère coopérateur dominicain, à droite en peintre (autoportrait).
Crédits Archives de la Province de France/musée de Laval/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6768/img-2.png
Fichier image/png, 3,8M
Crédits Collection particulière/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6768/img-3.png
Fichier image/png, 2,6M
Crédits Couvent de La Tourette/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15M
Titre Apocalypse (détail)
Crédits Musée de Laval/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Xavier Loppinet, « LE GUERN Louis-Gabriel », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, L, mis en ligne le 12 avril 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/6768

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search