Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesGGAFFRE Louis-Albert

GAFFRE Louis-Albert

GAFFRE Louis Jean Baptiste à l’état civil ; GAFFRE Louis-Albert en religion
Laurent Ducerf

Résumé

Né le 22 juin 1862 à Périers (Manche), mort le 5 juillet 1914 aux Mayens-de-Sion (Suisse).
Prédicateur à Fall River (États-Unis) et à Ottawa (Canada).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 01/05/2021.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 14 novembre 1882 à Belmonte (Espagne)
• Profession simple : 22 février 1885 à Belmonte (Espagne)
• Profession solennelle : 1888 à Corbara
• Ordination sacerdotale : 24 février 1889
• Sortie de l’Ordre : 27 avril 1903

Formation et parcours

1Résumer le parcours de Louis-Albert Gaffre n’est pas chose aisée, d’autant que les archives n’ont conservé de dossier personnel ni chez les dominicains, ni aux archives de l’archevêché de Paris, ni à celles de l’évêché de Coutances. Dominicain d’abord puis sécularisé en 1903, il fit briller sa verve religieuse de l’Amérique du Sud à la Russie, au Canada comme dans de nombreuses villes françaises.

2Il naît dans une famille normande modeste de Périers, dans la Manche, son père et son grand-père étant bourreliers-selliers. Il commence ses études chez les oratoriens de Saint-Lô avant d’entrer dès l’âge de dix-sept ans au grand séminaire de Coutances.

Jeune dominicain

Jeune dominicain

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Ayant choisi de rejoindre les frères prêcheurs, il quitte la France à partir de 1882 pour faire son noviciat en Espagne à Belmonte à cause des décrets d’expulsion du 29 mars 1880. Il prononce sa profession simple en 1885 puis se rend au couvent d’études de la province à Corbara en Corse dont le prieur est alors Constant Adam, qui sera lui aussi très vite envoyé à Lewiston, où il fait sa profession solennelle en 1888. Il est ordonné prêtre l’année suivante, le 24 février 1889.

À Corbara

À Corbara

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Sa grande qualité oratoire éclate très vite puisque l’Ordre l’envoie dès 1889 en Amérique du Nord, d’abord à Lewiston (Maine) en 1889 où les dominicains de la province de France avaient fondé une maison (Saints-Pierre-et-Paul) en 1881, puis Fall River (Massachusetts, maison Sainte-Anne, fondée en 1888) en 1890 et Ottawa (Canada, maison Saint-Jean-Baptise, fondée en 1884) en 1891. C’est alors qu’il supplée le père Albert Fissot, malade, pour la prédication de Carême à Notre-Dame de Montréal en 1892. Il rencontre un grand succès dans ses conférences quadragésimales. Son éloquence se met également au service de sujets plus profanes dans lesquels il trouve et met en valeur une signification religieuse implicite. Il est ainsi invité dans de nombreuses villes des États-Unis à discourir sur Christophe Colomb lors de l’année du quadricentenaire de la découverte de l’Amérique. Il loue la mission providentielle de l’amiral de la mer Océane, qu’il voit comme un apôtre, contre la vision des « savants modernes sortis myopes du sein de l’université leur mère et [...] éborgnés par l’éducation impie qui leur cache le monde surnaturel. » 

5Mais Louis-Albert Gaffre compromet sa situation en s’enferrant dans une affaire scabreuse. Il est victime de rumeurs malveillantes, accusé d’avoir eu des relations intimes avec une ouaille qui l’hébergeait pendant une maladie et d’avoir été mis à la porte par l’époux soupçonneux de celle-ci. Il décide d’aller se confronter à ses accusateurs qui sont par ailleurs employés au greffe du tribunal de Montréal. Le religieux exige qu’ils mettent par écrit leurs racontars afin de poursuivre en diffamation. Après un spectacle qui ébahit tout le greffe, le protonotaire obtient le départ du père Gaffre qui lâche assez malheureusement cette apostrophe :

« Moi, je ne suis pas pétri de la pâte de l’abbé Colin, ni des autres sulpiciens pour me laisser dépouiller de ma réputation sans protester. »

6Il met donc directement en cause la stratégie de discrétion choisie par Mgr Fabre pour d’autres affaires. Comme l’écrit malicieusement un journal anticlérical de Montréal :

« La bagatelle que l’on reprochait au P. Gaffre pouvait prendre une envergure impossible à mesurer. Il a tué l’oiseau dans l’œuf. Il a un peu cassé les vitres, aussi, c’est vrai, mais il a cassé l’œuf. »

7Le résultat de l’esclandre ne se fit pas attendre : il dut repartir au plus vite pour la France. Il se trouve à Dijon de 1894 à 1897 puis à Nancy avant de rejoindre le couvent de la rue Saint-Jacques à Paris. Il déploie alors tout son talent oratoire et écume les tribunes parisiennes de Saint-Thomas d’Aquin, La Madeleine, La Trinité et surtout Sainte-Clotilde mais aussi des églises des grandes villes de province, prononçant maints discours pour l’inauguration d’un orgue ou une fête de Jeanne d’Arc avec un zèle apostolique infatigable.

8Cette nécessité qu’il ressent de galvaniser les foules le pousse à abandonner l’habit dominicain en avril 1903, à « porter le deuil de sa liberté » comme il le dit lui-même, afin d’échapper à l’expulsion qui découle de la politique très dure de refuser d’autoriser les congrégations du gouvernement Combes. Prêtre, il peut ainsi rester en France et continuer son activité faite de sermons, discours, conférences, publications mais aussi d’engagements. Il est aussi appelé à l’étranger, à Londres comme à Saint-Pétersbourg mais se fait particulièrement remarquer en allant au Brésil en janvier et février 1911 pour allumer un contre-feu à la tournée anticléricale effectuée par Clemenceau quelques mois auparavant.

Des zones d’ombre

9Sa mort le 5 juillet 1914 passe inaperçue en partie à cause de l’attentat de Sarajevo, mais en partie seulement. En effet, l’abbé Gaffre meurt sous un autre nom en Suisse. Il avait l’habitude de passer plusieurs mois par an dans un chalet du Valais, aux Mayens-de-Sion. C’est pourquoi il reçoit les derniers sacrements du prêtre de Veysonnaz. Il vit lors de sa retraite helvète sous le nom de M. de Prémartin, tait son état ecclésiastique et s’habille comme un laïc. D’après le journaliste Julien de Narfon, qui le connaît bien, c’est assisté de ses deux nièces que le père Gaffre alias M. de Prémartin séjourne en Suisse. C’est du reste pour s’occuper de sa famille qu’il obtient de l’archevêque de Paris le privilège de l’autel portatif chez lui, rue Vaneau, où il héberge nièces et neveux dont il a la charge.

10Un autre élément ne laisse pas d’étonner : le statut canonique du dominicain une fois sorti de l’Ordre. Il se dit vicaire de Saint-Augustin à Paris, ce qui est une affabulation. Il aurait dû être incardiné dans son diocèse coutançais d’origine mais il n’en est rien. Une entrevue avec l’évêque de la cité normande se passe du reste fort mal. Il laisse croire à Paris qu’il est incardiné à Coutances et vice-versa. Il peut faire état de son titre d’archimandrite de Jérusalem et de chanoine de Nazareth pour en imposer. Sa popularité le protège également et il réussit ainsi à faire publier ses ouvrages après 1903 sans l’imprimatur de l’ordinaire.

11Une dernière zone d’ombre mérite d’être évoquée à défaut d’être élucidée. D’après L. Violette Méjan, qui dispose évidemment d’information de première main, l’abbé Gaffre aurait collaboré à France catholique, la revue de l’abbé Toinon financée en 1907 par Clemenceau pour conduire les catholiques à accepter les cultuelles. Rien ne permet d’identifier l’abbé Gaffre puisque les articles sont tous signés par le même pseudonyme. On peut deviner éventuellement son style dans une tragédie ayant pour sujet Jeanne d’Arc que feuilletonne la revue. Cette collaboration semble à rebours de tout son engagement et on ne peut qu’hésiter entre l’erreur de Violette Méjan ou l’intérêt pécuniaire de Louis-Albert Gaffre.

Une figure de combat

12La figure de l’abbé Gaffre a conquis une puissante notoriété par son audace à descendre dans l’arène des affrontements de la Belle Époque pour y faire entendre la voix d’un catholicisme profondément intransigeant. Grand orateur, il participe en juillet 1902 à l’inauguration de la statue du père Didon dans les jardins du collège Albert-le-Grand à Arcueil où il a été prieur dont il se sentit proche par tempérament (et non par affinités politiques), quitte à devoir être en marge dans son Ordre même.

Le prêcheur

Le prêcheur

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Après avoir été un bien tiède rallié, il désapprouve les tentatives des dominicains pour passer sous les fourches caudines de la loi de 1901 sur les associations, estimant que l’Ordre risque d’y perdre sa dignité et surtout d’apparaître comme égoïste face au désarroi des autres congrégations. La suite lui donne raison : les blocards se refusent à toute main tendue et au moment où le RP Gaffre doit devenir l’abbé Gaffre, il semble triompher. Il est ainsi mis en exergue par Paul de Cassagnac comme un héros des adversaires de « la gueuse ».

14Il se lance alors à corps perdu dans une entreprise polémique contre la préparation de la Séparation, « apostasie officielle sous le gouvernement des francs-maçons », dans une France où « il n’y a plus que deux sortes de Français, les Persécuteurs et les Persécutés » (conférence donnée à Dijon le 12 juillet 1903). Il qualifie la Chambre des députés d’« annexe du jardin zoologique ».

15Son plus grand succès oratoire correspond à un retentissant prêche qui fit crépiter les applaudissements sous les voûtes de La Trinité le 13 avril 1903 – soit quelques jours avant sa sécularisation. Le père Déon s’enthousiasma pour ce « splendide et courageux discours, bien digne d’un fils de Lacordaire. » Il dépeint la Passion du Christ en insistant sur trois funestes personnages, Judas le renégat, Ponce Pilate le politicien lâche et populassier et Hérode le chef d’État inconscient dont il dresse un portrait si vivant que les fidèles y voient une allusion transparente aux responsables républicains du moment. Judas a pu certes s’élever « d’un matérialisme grossier à un certain spiritualisme » mais chuta vite à cause de sa cupidité. Il s’agit de Combes. Hérode qui « sanctionnait de son autorité complaisante les lois mauvaises qu’il désapprouvait dans le fond de son cœur » est le trop faible président Loubet. « Son malheur, c’est qu’il avait une âme trop en-dessous de sa haute situation. » Au mieux, « Il aurait fait un bon avocat de province ou un honorable commerçant. » Enfin, le père Gaffre reconnaît à Ponce Pilate « du talent, certes, mais pas de caractère ». Il se révèle « incapable de refréner les passions populaires qu’il a imprudemment déchaînées parce qu’il croyait en être toujours le maître ». Et là, on lit un portrait de Waldeck Rousseau. Ce sermon fit grand bruit – et pas seulement à cause des applaudissements dans l’église – et Louis-Albert Gaffre ne put prêcher le lendemain, ce qui conduisit la foule des fidèles déçus de La Trinité au couvent de la rue la Chaise pour acclamer ce religieux qui semble ranimer la Sainte Ligue.

16Parmi les soutiens fidèles qu’il engrange se trouve Édouard Drumont et son journal La Libre parole. L’antisémitisme constitue un autre versant de l’abbé Gaffre. Ce fut même cause de tension avec l’archevêché qui lui demande de retirer seize pages d’un volume de sermons où il développait des thèses antisémites avancées. Mais complaisamment La Libre parole s’en fait l’écho à l’issue d’une visite de son directeur à l’abbé Gaffre. Ce dernier joue les étonnés, estimant ne pas s’être départi d’un simple point de vue théologique et historique. Sa thèse peut se résumer simplement : les juifs forment un peuple élu déchu au profit de la France.

« Ce peuple fini dont je viens de parler, qui garde la blessure de sa mission trahie, s’est pris d’une haine envieuse contre le peuple chrétien qui l’a recueilli. »

17Le peuple juif a juré la perte de la France, en y instillant l’« antipatriotisme » c’est-à-dire la République selon l’ordre du discours de Louis-Albert Gaffre. Il développe ainsi les thèses d’un complot judéo-maçonniques contre la vocation catholique de la patrie.

18Il écrit deux livres sur les relations entre l’Église et l’État en 1905 et 1906 en collaboration avec un certain A-C. Desjardins. Il s’agit en fait d’Alfred Collomb (1868-1940), dominicain suisse sécularisé, passé par les couvents de Graz, Vienne, Paris et Rome, qui écrit aussi sous le pseudonyme de Vindex. Derrière un ton très polémique, l’abbé Gaffre peut aussi avancer des positions plus modérées. Il estime légitime la séparation du fait du discordat mais refuse les conditions imposées de cette répudiation. Il souligne les avantages de la liberté recouvrée, notamment pour les évêques qui pourront se réunir. Il juge les cultuelles intéressantes même s’il dénonce le piège schismatique tendu par Clemenceau. On note du reste une radicalisation des propos après le vote de la loi.

Démocratie chrétienne et catholicisme social

19S’il est un contempteur sans nuance de la République, l’abbé Gaffre peut se montrer aussi un fervent défenseur de la démocratie. Mais il lui donne un sens bien particulier. Elle n’a de sens que chrétienne et se définit par l’effort individuel pour donner le meilleur de soi-même dans le respect des hiérarchies sociales nécessaires. Elle est « la fille de l’ambition, de la noble et sainte ambition » et n’a pas de modèle plus élevé que le Christ « qui nous invite à la perfection ». Cette démocratie « jaillie d’une vertu » est en fait selon lui l’antithèse du socialisme qui « suinte d’un vice ». Il le définit ainsi : « Le socialisme, c’est l’organisation des pires instincts qui somnolent dans le bas-fonds de la nature humaine. » Licence et sentimentalisme égalitaire menacent l’ordre social car la France s’est montrée trop enthousiaste envers la liberté et l’égalité, oubliant l’autorité et la subordination.

20Travaillé par la question de l’éloignement des couches populaires de l’autel, l’abbé Gaffre fonde en 1908 la Croisade sociale. Il s’agit avant tout d’organiser des conférences qui doivent toucher le peuple et lui montrer quels sont ses vrais amis. Il sollicite plusieurs conférenciers mais doit faire face au refus cinglant de Léon Bloy qui épingle ainsi dans Le vieux de la montagne le croisé des beaux quartiers parisiens :

« Un abbé ou père Gaffre a imaginé une Croisade sociale aussi ridicule que son nom – à lui. On me propose de collaborer à cette croisade. Réponse : Impossible : 1° parce que je manque de goût pour les mascarades ; 2° parce que je suis très persuadé que toutes les œuvres de ce genre sont inutiles ; après soixante ans de désobéissance formelle et vraiment diabolique à la Sainte Vierge, tout ce que les chrétiens entreprennent est, d’avance, frappé de stérilité. »

21L’œuvre du père Gaffre vise à pouvoir parler aux classes populaires de questions temporelles qui se situent en dehors du magistère pour mettre en garde le peuple parisien contre les républicains. Le prêtre est trop à l’étroit dans son église selon un entretien que Louis-Albert Gaffre accorde au Figaro le 20 août 1908, se souvenant des conséquences de son prêche d’avril 1903 :

« Comment un prêtre pourrait-il du haut de la chaire traiter d’une manière complète cette question de la liberté ou du monopole de l’enseignement qui exige que l’on nomme des personnages publics et que l’on cite des lois, ou projets de loi, ou même des articles de journaux sans qu’on l’accuse aussitôt de faire de la politique où la politique n’a que faire ? »

22C’est pourquoi il accorde une grande importance aux laïcs en qui ils voient des orateurs plus à même de porter une parole véhémente. Son engagement se complète par une œuvre concrète qu’il installe rue de Châteaudun : l’Institut central des gardes-malades religieuses permet de trouver un emploi aux religieuses sécularisées et d’assurer une présence chrétienne auprès des malades.

Images du Christ et art chrétien

23Homme de paroles et d’action, l’abbé Gaffre ne délaisse aucun front. Il écrit sur tout et semble ne refuser aucun discours commémoratif ou inaugural. L’inauguration de la statue de l’apostat Renan à Tréguier lui permet de prononcer un discours sur « l’apothéose du déserteur ». Contempteur de l’esprit « Fin de siècle », il y participe par son sens esthétique et son intérêt pour l’occultisme. C’est ainsi qu’il fut un collaborateur régulier à la revue L’Écho du merveilleux, dirigée par le catholique et pamphlétaire Gaston Méry qui fut également rédacteur en chef de La Libre parole. Il y défend notamment les dons médiumniques de la Genevoise Hélène Smith. Il estime possible de distinguer un spiritisme véritablement surnaturel d’une pseudo-religion frelatée en passant ces phénomènes hors du commun au crible de la foi. Il est ainsi frappé par la Transfiguration peinte sous influence par la spirite genevoise. Cela rencontre une préoccupation profonde, à la fois esthétique et religieuse, de Louis-Albert Gaffre, sur la représentation du visage du Christ. Il consacre ainsi un ouvrage sur le sujet. Il ne croit pas au suaire de Turin comme image directe du Christ tout en louant la profondeur de la foi qui y est attachée. Le tenir pour une image miraculeuse du Christ fait courir le risque de s’engager dans une compétition dangereuse avec les scientistes, et surtout de se tromper. Cet anti-moderniste ne dédaigne donc pas une certaine rigueur historique. Il attache plus d’importance au Mandylion tout en concluant à l’impossibilité historique d’une représentation concrète du Christ dans l’image d’Edesse et en soulignant une nouvelle fois le caractère profondément religieux de cette relique disparue.

24Une nouvelle fois, la vie de l’abbé Gaffre prend sur ce sujet un tour mystérieux, voire mystificateur. Il prétend qu’en 1908 des Coptes qui l’auraient accueilli en Haute Égypte lui auraient confié un document rare : un rouleau de cinq mètres de long sur neuf centimètres de large illustrant la vie du Christ, qui recèlerait l’image la plus proche du Mandylion. Il le date du VIe ou VIIe siècle et le confie à un artiste, Auguste-Jean Boyer d’Agen (1857-1945), pour qu’il s’en inspire. On retrouve le rouleau dans les mains de Léon Gruel (1840-1923), fameux relieur, qui le vend en 1912 au banquier Morgan et c’est ainsi qu’il se trouve depuis à la Morgan Library de New York. La mystification vient de l’invention du rouleau. Le voyage en Égypte a tout d’une supercherie car ce rouleau se révèle être une amulette confectionnée à Trébizonde au XIVe siècle. Il est impossible de savoir comment elle est arrivée dans les mains de Louis-Albert Gaffre. Il cherchait dans cet art tardo-antique un modèle pour vivifier un art chrétien qui le déçoit. Il n’a aucun goût pour les Nabis et Maurice Denis. Son tempérament infatigable le pousse donc à participer lui-même à la renaissance des arts catholiques en soumettant cet artefact à un peintre contemporain.

25En musique, il applaudit le retour du plain-chant qui seul correspond pour lui à une musique liturgique. Mais il sait apprécier le versant religieux de Mozart ou Haydn – particulièrement les Sept dernières paroles du Christ – qui peuvent élever l’âme de l’auditeur. C’est pourquoi il se risque à écrire un livret d’opéra pour sacraliser un genre qui en a bien besoin. Son David naît alors qu’il se trouve à Dijon. Il a ainsi pu y rencontrer le compositeur alsacien Adolphe Dietrich (1843-1916) qui fit carrière dans la capitale bourguignonne à la fois comme professeur de piano, organiste à Saint-Michel et directeur du conservatoire. L’abbé Gaffre ne récidiva pas.

26Il penche en fait bien plus vers la sculpture où il réussit à acquérir une petite réputation qui parvient jusqu’au Saint-Père. Reçu en audience en juin 1910, il est accueilli par Pie X avec ces mots : « Ah voici donc cet abbé Gaffre qui fait de la sculpture. » Il prépare alors un grand monument pour Buenos Aires qui ne verra pas le jour ; il offre au pape un Christ Docteur qui serre l’Évangile de saint Jean avec, à ses pieds, la devise Iota unum non praeterebit. « J’ai voulu faire et j’espère avoir fait un Christ antimoderniste » dit-il, faisant naître un sourire sur le visage papal.

27Il ne reste actuellement de l’œuvre sculptée de l’abbé Gaffre qu’une faible relique d’un projet grandiose qui l’occupa longtemps. Il s’agit d’un monument à Jeanne d’Arc qui devait être édifié à Rouen place du Vieux-Marché. Il connut de nombreuses vicissitudes et l’érection prévue en 1912 n’eut jamais lieu mais Louis-Albert Gaffre réalisa deux modèles pour la statue qui devait être placée en son centre, sous le nom de A. de Prémartin. Une Jeanne d’Arc expirante fut refusée et remisée à l’archevêché. En 1910, il soumet avec succès une Jeanne au bûcher de trois mètres de haut qui est exposée au Salon des Artistes français l’année suivante. L’abandon du projet conduit à mettre la statue en dépôt dans la chapelle provisoire du Vieux-Marché qui disparaît en 1941. L’abbé Gaffre en a fait imprimer une reproduction sur son papier à lettres. Ne subsiste qu’une maquette en plâtre d’1,32 m que le peintre Paul Borel, lié à Gaffre, a déposée dans l’église du village où se trouve son château, Saint-Jean de Villemoirieu (Isère). Le destin du sculpteur de Prémartin représente bien celui de l’abbé Gaffre dans son ensemble, lui qui est mort sous ce pseudonyme : une activité débordante, engagée dans son siècle et contre lui, au service d’une foi intégrale et anti-moderne, mais dont les traces sont maintenant des plus ténues.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives diocésaines de Paris. — Archives départementales de la Manche, 1 R 3/30-1 R 3/33, recrutement militaire de la circonscription de Saint-Lô, p. 204. — Archives de la ville de Montréal, fonds-Aegidius-Fauteux, Pièces BM001-05-P0745 à 747 (iconographie). — La presse [de Montréal] 25 octobre 1892, p. 4 et 27 octobre 1892, p. 4. — « Le Père Gaffre (entrevue avec M. Fréchette), Canada-Revue, 5 novembre 1892, p. 306-307. — « M. le Chanoine Gaffre, prédicateur », Figures contemporaines, t. 12, 1910, n.p. — Julien de Narfon, « Mort du RP Gaffre », Le Figaro, 7 juillet 1914, p. 3. — R. F., « Mort du RP Gaffre », L’Écho du merveilleux, 15 juillet 1914, p. 215. — « Le Père Gaffre », Les Échos de Coutances et de Coutainville, 10, novembre 1916. — Armand Yon, « Les Canadiens français jugés par les Français de France,1830-1939 (suite) », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol XIX, 4, p. 566-584. — Roger Aubert, « Gaffre », Dictionnaire de géographie ecclésiastique, t. XIX, 1984, p. 643-645. — Dorothy Crispino, « A Unique Manuscript on the Image of Edessa », Shroud Spectrum, décembre 1991, p. 21-36. — Louis Fréchette, Satires et polémiques, édition critique par Jacques Blais, Luc Bouvier et Guy Champagne, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1993. — Glenn Peers, « Art and Identity in an Amulet Roll from Fourteenth-Century Trebizond », in Bas ter Haar Romeny (édition), Religious Origins of Nations ? The Christian Communities of the Middle East, Leiden, Brill, 2010, p. 153-178 [sur le pseudo-rouleau copte]. — Bernard Mugnier, La statuaire johannique, t. 2, Vesoul, chez l’auteur, 2011 [sur A. de Prémartin, avec riche iconographie : p. 84-90].

Haut de page

Œuvre

Œuvres principales de l’abbé Gaffre

Avec A. Desjardins : Inquisition et inquisitions, conférences données à l’Athénée Saint-Germain, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1905. — Coup d’œil sur les rapports de l’Église et de l’État, Paris, Vaton, 1905. — Le divorce entre l’Église et la République. De Clovis à Loubet, d’Anastase à Pie X, Paris, Charles Douniol, 1906. — L’inviolée : Jeanne d’Arc. De Cauchon à Thalamas, Paris, Librairie des Publications Modernes, 1909.

Conférences et prêches :

En Corse au pays de la vendetta, Montréal, C. O. Beauchemin et fils, 1892. — Christophe Colomb (1492-1892). Sa mission, son caractère, Montréal, Granger frères, 1893. — La musique de l’âme. Discours prononcé dans la cathédrale d’Ottawa à l’occasion de la bénédiction des orgues électriques, 1er avril 1894, Paris, A. Quelquejeu, 1894. — Jeanne d’Arc, discours patriotique prononcé à l’hippodrome de Lille le 29 avril 1894, Lille, B. Bergès, 1894. — Justice et miséricorde sur le champ de bataille (discours prononcé à Nancy, février 1897), Dijon, Imprimerie de l’Évêché, 1897. — Saint Hyacinthe, de l’Ordre de saint Dominique, patron de la Pologne, Lille, Desclée de Brouwer et Cie, 1897. — Le sens des pèlerinages à Notre-Dame de Lourdes, discours prononcé dans la basilique de Lourdes le 2 septembre 1897 à l’occasion du jubilé des pèlerinages de Franche-Comté et de Bourgogne, Dijon, Imprimerie de l’Évêché, 1897. — Vive l’armée, discours prononcé pour le départ de la classe de 1897 à la primatiale de Rouen, Rouen, imp. de P. Leprêtre, 1898. — Panégyrique de saint Philippe de Néri, prononcé dans la chapelle du collège de Saint-Lô, le 26 mai 1898, Dijon, Union typographique, 1898. — Le renouveau chrétien dans le monde des idées, conférence donnée dans la chapelle de l’École Saint-Elme, le 20 janvier 1899, Arcachon, Impr. Talon, 1899. — Huitième centenaire de l’entrée de Godefroi de Bouillon à Jérusalem, Lille, Victor Ducoulombier, 1899. — La mer, discours prononcé le 15 août 1899, dans l’église Saint-Jacques de Dieppe, en faveur des petits mousses orphelins de Notre-Dame-des-Flots, Dieppe, impr. de la Vigie de Dieppe, 1899. — Les mauvais livres, sermon prononcé le 21 janvier 1900, en l’église Saint-Augustin, en faveur de l’Œuvre des bons livres, Paris, P. Téqui, 1900. — Panégyriques des bienheureux martyrs de la Société des missions étrangères et de leurs compagnons, prononcés les 11, 12 et 13 juin 1900 en l’église Saint-François-Xavier à Paris, Paris, impr. Tequi, 1900. — La France, chevalier de la Vierge Marie, discours prononcé le 28 octobre 1900 à Notre-Dame des Victoires, Paris, imp. de L. de Soye et fils, 1900. — Les noces du pauvre et de la charité, discours prononcé dans la collégiale de Saint-Vulfran d’Abbeville, Abbeville, impr. de C. Paillart, 1901. — Le P. Didon, inauguration de sa statue, Arcueil, 10 juillet 1902, Paris, Impr. des Orphelins-apprentis, 1902. — L’apothéose du déserteur, inauguration de la statue de Renan à Tréguier par M. Combes, Dijon, impr. de Jobard, 1903. — « Le féminisme poétique au Moyen Âge », dans La femme contemporaine, 1904. — Le Christ et l’Église dans la question sociale, conférences données au Brésil, Paris, Bloud, 1912. — Visions du Brésil, Paris, Aillaud, 1912. — Le bûcher de Rouen, sa splendeur catholique et française, Rouen : impr. de la Vicomté, 1912. — Le dernier jour de Jeanne d’Arc, Paris, impr. de Kugelmann, 1913. — Le patriotisme, son incarnation nationale : Paul Déroulède, Nice, Fougeret, 1914.

Ouvrages (souvent des recueils de conférences) :

Les portraits du Christ, étude d’iconographie religieuse, Paris, Lecoffre, 1903. — La contrefaçon du Christ, étude critique de la Vie de Jésus de Renan ; la méthode, les procédés de l’auteur ; les origines de Jésus ; la mentalité de Jésus ; la moralité de Jésus ; les moyens d’action de Jésus, Paris, V. Lecoffre , 1904. — Paroles de foi et de patriotisme, Paris, V. Lecoffre, 1904. — La loi d’amour, 6 volumes, Paris, Lecoffre puis Tralin, 1906-1912. — L’âme. I. Sa constitution, Paris, Bloud, 1913.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune dominicain
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre À Corbara
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Le prêcheur
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/6928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Ducerf, « GAFFRE Louis-Albert  », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, G, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/6928

Haut de page

Auteur

Laurent Ducerf

Notices du même auteur

  • CARRIÈRE Bertrand [Texte intégral]
    CARRIÈRE Anselme Henri Joseph à l’état civil ; CARRIÈRE Bertrand en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search