Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesMMADRE Thomas

MADRE Thomas

MADRE Clément Louis Henri à l’état civil, MADRE Thomas en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 10 novembre 1879 à Orléans (Loiret), mort le 10 décembre 1929 à Tournai (Belgique). Frère convers au couvent d’études du Saulchoir de Kain.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 18/06/2023.

Texte intégral

Vestition pour la province de France : 30 avril 1929 au Saulchoir de Kain (Belgique)
Profession simple : 10 décembre 1929 à Tournai (à l’article de la mort)

1Entré à un âge avancé dans l’Ordre des dominicains, en tant que frère convers, décédé subitement quelques mois plus tard, le frère Thomas Madre n’a laissé aucune trace dans la mémoire de la province de France. Son itinéraire, jusqu’à l’éveil de sa vocation et au-delà, éclaire néanmoins de manière précieuse l’identité de l’Ordre en France dans l’entre-deux-guerres. En effet, si Thomas Madre occupe une place marginale dans l’histoire dominicaine, il ne lui en a pas moins fallu surmonter bien des obstacles pour y prendre rang. Ce faisant, il offre matière à réflexion quant aux conditions requises pour être admis dans cette famille religieuse qui a pour caractéristique d’associer, aux côtés des clercs, des frères non-prêtres.

2Lorsqu’il frappe à la porte de la province de France, le novice a cinquante ans. Né dans une famille d’origine rurale attirée à Orléans à la fin du Second Empire par les perspectives offertes grâce à l’essor rapide du chemin de fer, il est l’un des rares hommes de la famille à ne pas lier son sort à celui du développement de cette industrie : son père, Louis Désiré, son oncle, Jules, son frère, Georges, son neveu, Armand, sont tous embauchés par la Compagnie du chemin de fer d’Orléans, comme mécanicien ou comme employé. Sa mère, Clarisse, née Coulmeau dans le même village de Chillers-aux-Bois que son père, s’occupe des enfants. Henri est le dernier né d’une fratrie de sept dont quatre sont morts à la naissance ou dans l’année qui suit. Il vient au monde à deux pas de la cathédrale où il est baptisé trois jours plus tard et où il fait sa communion en 1891, tandis qu’il effectue sa scolarité à l’école laïque jusqu’à l’obtention de son certificat d’études.

3Si le jeune Henri ne poursuit pas plus loin son instruction, c’est en raison de son origine sociale. C’est aussi parce qu’un handicap lui interdit tout accès à des études supérieures : il souffre en effet d’une surdité avancée qu’un traitement suivi à Paris pendant plusieurs mois en 1893 ne parvient pas à guérir. Toute sa vie en est affectée : il lui est impossible de postuler à la plupart des emplois. Il obtient tout d’abord de travailler chez un mercier puis, après trois années, il entreprend une formation pour devenir relieur chez un petit éditeur du centre-ville, Richard Menard. Il persévère un an et demi dans cet emploi. Plus tard, et jusqu’à son entrée au noviciat du Saulchoir de Kain, il exercera la profession d’employé de bureau, comme comptable, tout en demeurant au domicile de sa mère et de son père, qui décèdent respectivement en 1915 et 1920. Il s’y maintient ensuite avec sa sœur, son aînée de quatorze ans, qui y élève sa fille.

4Son emploi ne satisfait pas ses aspirations qui sont avant tout religieuses. Fervent catholique, Henri Madre participe à la vie paroissiale, s’engage dans le tiers ordre franciscain et fréquente la maison des œuvres diocésaines ainsi que l’Œuvre ouvrière catholique que dirige son directeur de conscience, Mgr Philibert de Poterat. Il aime particulièrement servir la messe à défaut de pouvoir lui-même la dire. À la suite d’une retraite donnée à Orléans par l’abbé Edmond Thiriet, prédicateur des Oblats de Marie immaculée (OMI), il gagne Angers où un noviciat de cette congrégation missionnaire a ouvert ses portes en 1895. Il y réside un mois avant d’être envoyé au noviciat de Notre-Dame de Sion, en Lorraine, le 10 août 1900 pour se préparer à devenir frère convers. Il revêt l’habit des OMI le 23 mai 1901, mais est brusquement « chassé » du noviciat par ses supérieurs le 9 février 1902, après avoir été mis en cause pour vol par d’autres frères en formation. Bien qu’il se présente comme victime d’une vengeance, il ne parvient pas à convaincre et doit regagner la maison familiale d’Orléans. Ce renvoi met à l’épreuve sa foi, temporairement, sans toutefois mettre fin à son souhait d’une vie religieuse. La réputation qui lui a été faite lui ôte tout espoir, dans l’immédiat, d’être reçu dans une autre congrégation et il lui faut se résoudre à reprendre un emploi.

5De retour dans sa ville natale, il réinvestit sa ferveur au service du combat de l’Action française pour le rétablissement de la monarchie. Il devient Camelot du roi dès la formation du mouvement à Orléans et participe, à ce titre, aux ventes, parfois houleuses et même violentes, de L’Action française dans le Loiret. Lorsque la guerre survient en 1914, il est maintenu dans l’exemption militaire en raison de sa surdité. Faute d’être mobilisé, il devient correspondant du mouvement de Charles Maurras auprès des blessés pour la ville d’Orléans tout au long des quatre années du conflit. Son attachement à la cause de l’Action française est indéfectible et, lorsque Pie XI, en 1926, condamne les thèses défendues par Charles Maurras, Henri Madre fait partie de ceux qui refusent d’obéir à Rome au point de cesser de servir la messe et de se retirer du tiers ordre franciscain plutôt que de se conformer aux directives hiérarchiques.

Le couvent du Saulchoir à Kain (Belgique)

Le couvent du Saulchoir à Kain (Belgique)

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6C’est dans ce contexte de crise qu’il se tourne à nouveau vers la vie religieuse. Par l’intermédiaire des dominicaines gardes-malades d’Orléans, dont le couvent est installé depuis 1866 dans la maison où Jeanne d’Arc aurait séjourné en 1429, il entre en contact avec la province de France dont il ignorait tout jusque-là. Par ce biais, il rencontre, au cours de l’été 1928, un frère convers natif d’Orléans de passage dans sa famille, Réginald Ratisseau. L’idée que Thomas Madre se fait de sa vocation est fortement imprégnée du drame personnel qu’il traverse : il s’agit de se retirer de la cité des hommes jugée avec sévérité (« ce qui se passe dans l’actuelle société est épouvantable » écrit-il le 12 juillet 1928) pour adopter un mode de vie monastique seul à même d’offrir en ce monde la paix, l’unité et la fraternité. Lorsqu’il écrit pour la première fois au Saulchoir de Kain, le 5 juin 1928, sans rien savoir du régime de vie des frères convers, il exprime le souhait de conserver quelques livres significatifs de cette conception monastique de la vie dominicaine, tout particulièrement L’Année liturgique de dom Prosper Guéranger et L’Imitation de Jésus-Christ. C’est une vie de silence, de prière et de travail qu’il appelle de ses vœux. Il ne dit rien, par contre, de ses déboires antérieurs chez les Oblats de Marie immaculée et de son attitude lors de la condamnation de l’Action française. C’est seulement une fois assuré de l’accord des responsables dominicains, et tout particulièrement du père Paul Synave, maître des frères convers, qu’il l’informe, sous le sceau de la discrétion, de son premier essai de vie religieuse et des circonstances qui lui ont valu d’être renvoyé des Oblats de Marie immaculée. Il garde par contre le silence quant à ses engagements politiques et à ses amitiés maintenues parmi les Camelots du roi. Divers indices, dont une lettre d’un prêtre d’Orléans qui l’a bien connu, permettent au maître des frères convers d’en être informé. La question de l’admission d’un sympathisant – et a fortiori d’un militant – de l’Action française est extrêmement délicate. Officiellement, les provinciaux dominicains français refusent de les admettre. En réalité, des accommodements sont possibles, au cas par cas, comme le montre, au même moment, l’admission parmi les frères de chœur de l’abbé Gérard Besançon. Les raisons qui président à ces tolérances sont difficiles à saisir puisqu’elles sont déniées et vont à l’encontre des consignes affichées. Dans le cas particulier d’Henri Madre, qui arrive au Saulchoir comme postulant le 20 septembre 1928, il semble que l’accord s’est fait sur l’idée que la vie de frère convers offre la possibilité à un homme tiraillé entre sa double fidélité, à l’Église et à la cause maurrassienne, de trouver entre les murs du couvent une solution à son combat intérieur. Comme l’écrit au maître des frères convers son correspondant de l’évêché d’Orléans, sans doute pas mécontent d’être libéré d’un cas embarrassant : « Comme je le crois incapable de réformer son jugement, il me semble que sa démarche aurait plutôt pour heureux résultat de le mettre à l’écart des influences qui l’avaient retenu à l’A[ction] f[rançaise] ». Le maître des frères convers du Saulchoir, pour sa part, maintient sa vigilance en surveillant son courrier et impose au postulant de cesser toute relation avec ses anciens compagnons.

À Kain, en 1929

À Kain, en 1929

Thomas Madre au premier rang, à droite de son père-maître, Paul Synave, parmi les convers du couvent d’études. On reconnait, derrière lui, avec une longue barbe, le frère Jean Bouche et, au dernier rang, derrière ce dernier, Réginald Ratisseau.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Le 30 avril 1929, en compagnie d’un autre postulant, Bonaventure Weber, Henri Madre prend l’habit de frère convers et reçoit le prénom religieux de Thomas. Il appartient à une communauté d’une quinzaine d’individus — dont Réginald Ratisseau, Noël Wantellet, Mannès Caldani, Jean Bouche, Marie-Dominique Chavel — nettement distincte du reste des dominicains du couvent. À la différence de la plupart des religieux non-prêtres du Saulchoir qui sont affectés à des tâches matérielles (emploi de la ferme, buanderie, cuisine, etc.), il est chargé, comme il en avait formulé la demande au moment de son entrée dans l’Ordre, de la sacristie. Son goût pour la liturgie, ses années de service lors des offices à Orléans, son sens aigu de l’ordonnancement, ses manières empruntes d’une certaine distinction font de lui un religieux apprécié par ses supérieurs et qui s’adapte sans peine, en dépit de son âge, aux contraintes de la vie conventuelle. Les craintes liées à son premier essai de vie religieuse et, plus encore, à son engagement jamais renié aux côtés de l’Action française sont rapidement dissipées.

La communauté des frères convers au Saulchoir de Kain en 1929

La communauté des frères convers au Saulchoir de Kain en 1929

La tête penchée sur le côté, à l’avant dernier rang, Thomas Madre parmi les frères convers qui entourent les pères Paul Synave (au milieu), père maître des convers, et Rogatien Bernard (à droite), son prédécesseur dans la charge.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Le 4 décembre 1929, il est saisi d’un abcès qui se révèle, les jours suivants, beaucoup moins anodin qu’au premier abord. Pris par une forte fièvre, il est hospitalisé à la clinique Saint-Georges de Tournai. L’opération qui s’ensuit échoue à enrayer la maladie. Le 10 décembre, le décès ayant été considéré comme certain par le chirurgien, le maître des frères convers, Paul Synave, assisté du sous-prieur du couvent, Vincent Héris, reçoivent sa profession in articulo mortis devant huit autres religieux, tant frères convers que frères de chœur. Il décède le même jour. Quelques heures plus tard, un jeune religieux prêtre, Raymond Jordan, meurt également de manière subite dans la même clinique. Les obsèques qui ont lieu, trois jours plus tard, unissent les deux dominicains dont les dépouilles sont amenées ensemble au cimetière.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de France. — L’Année dominicaine, janvier 1930, p. 15-16. — L’Action française (collection du journal accessible en ligne sur Gallica).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le couvent du Saulchoir à Kain (Belgique)
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/7850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre À Kain, en 1929
Légende Thomas Madre au premier rang, à droite de son père-maître, Paul Synave, parmi les convers du couvent d’études. On reconnait, derrière lui, avec une longue barbe, le frère Jean Bouche et, au dernier rang, derrière ce dernier, Réginald Ratisseau.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/7850/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre La communauté des frères convers au Saulchoir de Kain en 1929
Légende La tête penchée sur le côté, à l’avant dernier rang, Thomas Madre parmi les frères convers qui entourent les pères Paul Synave (au milieu), père maître des convers, et Rogatien Bernard (à droite), son prédécesseur dans la charge.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/7850/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « MADRE Thomas », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 18 juin 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/7850

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • BESANÇON Gérard [Texte intégral]
    BESANÇON Louis, Léon, Marie, Gérard à l’état civil ; BESANÇON Dalmace en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • CORTADE Jacques [Texte intégral]
    CORTADE Jacques Félix Jean-Marie à l’état civil ; CORTADE Callixte en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search