Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesPPLÉ Albert

PLÉ Albert

PLÉ Robert René Maurice à l’état civil ; PLÉ Albert en religion
Laurent Lemoine

Résumé

Né le 23 mars 1909 à Paris (IIIe arr.), mort le 20 février 1988 à Villejuif (Val-de-Marne).
Théologien ; directeur avec Antonin-Marie Henry de La Vie spirituelle (1943-1960) ; fondateur et directeur du Supplément (1947-1974) ; un des principaux fondateurs de l’AMAR, de l’ATEM, d’ATC.

Haut de page

Historique

Notice validée le 03/03/2015 et mise en ligne le 17/03/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la province de France : 5 janvier 1936 à Amiens
• Profession simple : 6 janvier 1937 à Amiens
• Profession solennelle : 6 janvier 1940 à l’hôpital militaire de Melun
• Ordination presbytérale : 21 janvier 1940 à Versailles

Paris, 1930. Une vocation entrepreneuriale ?

Paris, 1930. Une vocation entrepreneuriale ?

Une fois ses études secondaires achevées, Robert Plé entre aux Hautes études commerciales selon une tradition familiale solidement établie. Ses parents sont alors à la tête de l’entreprise Rougier et Plé, spécialisée dans la vente d’outils et de fournitures destinés aux artisans.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1Fils de Maurice Étienne Plé et de Gabrielle Marie Françoise Rougier, directeurs de l’entreprise familiale « Rougier et Plé », située dans le Marais qui conçoit, fabrique et vend des outils et des fournitures destinés aux artisans, Robert Plé naît à Paris le 23 mars 1909. Après ses études secondaires, il choisit les Hautes études commerciales (HEC) puis commence des études de philosophie à l’Institut catholique de Paris où il obtient en 1935 un doctorat en philosophie scolastique.

Au noviciat d’Amiens

Au noviciat d’Amiens

Après HEC, Robert Plé obtient un doctorat en philosophie scolastique à l’Institut catholique de Paris puis entre en janvier 1936 dans l’Ordre des frères prêcheurs. Premier au second rang à gauche de la photo, il fait partie du noviciat dont le père-maître est Joseph Périnelle (2e au second rang en partant de la gauche). Parmi ses confrères, à sa droite, Thomas Camelot puis Dominique Epagneul.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Le 5 janvier 1936, il reçoit l’habit dominicain au couvent de noviciat d’Amiens et fait sa première profession un an plus tard le 6 janvier 1937. Devenu en religion le frère Albert Plé, il est ordonné prêtre le 21 janvier 1940 et, après un passage au couvent de Saint-Jacques (octobre 1941-juin 1942), poursuit ses études au Saulchoir d’Étiolles en région parisienne jusqu’au grade de lecteur avec une thèse qu’il soutient en juin 1943 sur le thème de « la gloire de Dieu dans l’Ancien Testament ».

Mobilisé en 1939-1940

Mobilisé en 1939-1940

Sergent chef dans la 2e division cuirassée pendant la Seconde Guerre mondiale, il prend part aux combats du 13 mai au 25 juin 1940.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3De juillet 1943 à septembre 1984, il participe et contribue au travail des Éditions du Cerf dirigées alors directement par les dominicains et installées 29, boulevard La Tour-Maubourg dans le VIIe arrondissement de la capitale. De juillet 1943 à décembre 1944 dans l’exil lyonnais, puis jusqu’en 1960 à Paris avec le père Antonin-Marie Henry, il dirige la revue La Vie spirituelle qui sera plus tard prise en mains par les frères Jean-Pierre Jossua, Nicolas-Jean Séd et Éric de Clermont-Tonnerre.

4En mai 1947, il fonde une nouvelle revue dont les feuillets faisaient jusque-là partie de La Vie spirituelle et qu’il appelle Le Supplément, revue qui sera à partir de 1995 dénommée Revue d’éthique et de théologie morale dirigée par le frère Jean-Paul Durand puis par le frère Laurent Lemoine. À partir de mai 1946, il anime des journées d’études pour les religieuses à Vanves qui aboutissent à la publication au Cerf du premier volume de la collection « Problèmes de la vie religieuse aujourd’hui ».

Rénover la vie religieuse

Rénover la vie religieuse

Rome, avec les dominicaines de Mortefontaine. Fort de ses investissements dans le domaine de la théologie morale et de la psychologie, Albert Plé soutient de ses conseils les évolutions internes de congrégations religieuses dans les années de l’aggiornamento de Vatican II.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5En 1961, il est un des principaux fondateurs avec le jésuite Louis Beirnaert de l’Association médico-psychologique d’aide aux religieux (AMAR), association dirigée ensuite par le père Tony Anatrella et désormais dissoute. En octobre de la même année, il crée avec les père Bouchaud et Simon l’Association de théologiens pour l’étude de la morale (ATEM) sise encore aujourd’hui à la Bibliothèque du Saulchoir. À partir de 1962, il est membre du Conseil de l’entraide sacerdotale. Il cofonde, puis préside dès 1981 l’association Aide au travail des cloîtres (ATC). Enfin, de 1981 à 1983, il est maître des frères étudiants résidant à Paris.

6À partir de 1984, le frère Plé réside à nouveau au couvent de Saint-Jacques pour poursuivre ses recherches. Mais, au terme de huit longs mois où les progrès de la paralysie lui retirent peu à peu sa conscience et ses forces, Albert Plé meurt à l’hôpital en février 1988. Le père Ambroise-Marie Carré, qui donna l’homélie de la messe de funérailles, déclara : « Le père Plé fut de ceux qui mirent en rapport les sciences humaines et la théologie. Sa manière de lire saint Thomas d’Aquin, qu’il citait constamment, lui permit de s’ouvrir à ses sciences humaines sans jamais en être esclave. Il accompagna spirituellement des hommes et des femmes qui recouraient aux méthodes d’investigation de l’inconscient, mais il ne mélangeait jamais les genres. »

L’intelligence croyante au défi de la psychanalyse

L’intelligence croyante au défi de la psychanalyse

Paru en 1968 aux Éditions du Cerf.

7Albert Plé a beaucoup publié. On peut citer Vie affective et chasteté (1964), Freud et la religion (1968), Freud et la morale (1969), Par devoir ou par plaisir ? (1980) et devait paraître au Cerf, Comment écoutes-tu ? Le frère Plé est un théologien adepte et promoteur de la « théologie pastorale » introduite en France par un autre dominicain, le frère Pierre-André Liégé. Elle se caractérise notamment par une approche non exclusivement savante ou érudite de la démarche théologique, mais désireuse surtout de prendre appui sur l’agir historique concret du chrétien, cet agir représentant un « lieu théologique » majeur pour renouveler la réflexion théologique sous l’impulsion de Vatican II.

8Dans cet esprit, Albert Plé voisine avec d’autres théologiens dominicains soucieux de rafraîchir la lecture et l’usage en contexte de saint Thomas d’Aquin, tels Christian Duquoc ou Jacques Pohier. Les sciences humaines, alors en pleine efflorescence, fournissent un matériau riche et nouveau à disposition du théologien qui accepte de les rencontrer sans trop de précompréhensions négatives.

Avec Louis Beirnaert

Avec Louis Beirnaert

Avec son confrère, Louis Beirnaert, jésuite et psychanalyste, tous deux en tenue propre à leur famille religieuse.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Albert Plé est de ceux qui s’intéressent plus spécifiquement à la psychanalyse au même titre que d’autres ecclésiastiques ou laïcs : Louis Beirnaert, déjà mentionné, Maurice Bellet, le Dr Charles-Henri Nodet, Françoise Dolto bien sûr, ou, plus près de nous, le jésuite Denis Vasse. C’est surtout Freud plus que Lacan qu’Albert Plé lit et travaille attentivement. Il ose confronter directement doctrine thomasienne et doctrine freudienne dans la perspective de la reviviscence d’une théologie morale totalement essoufflée à la veille du dernier concile. La structuration de la vie morale du sujet dans la dynamique de la connexion vertueuse est son principal enjeu. Cela ne va pas du tout de soi vu les méfiances romaines concernant la psychanalyse, méfiances sans condamnation explicite des thèses freudiennes. Il suffit de mentionner le Monitum romain de 1961 qui interdit à un clerc l’exercice de la psychanalyse.

10L’AMAR est la grande réalisation pratique d’Albert Plé à la faveur de la constitution Sedes Sapientiae du 3 mai 1956 qui demande l’expertise psychiatrique des candidats au sacerdoce. Créée avec Louis Beirnaert, l’AMAR a pour but de « procéder à l’examen des aptitudes psychologiques à la vocation ». À partir de 1963, elle se dote d’un cycle complet de formation. Discerner les aptitudes pour éviter les échecs est le souhait le plus vif du père Plé. Pour cela, le candidat doit passer devant un jury composé d’un prêtre, d’un psychiatre-psychanalyste et d’un psychologue clinicien puis rapport est fait à l’institution accueillante par ledit jury. Le recours à la psychanalyse pour un tel discernement n’est évidemment pas sans risque d’instrumentalisation.

11Du point de vue de son œuvre théologique, Albert Plé use de la psychanalyse en se concentrant, peut-être trop exclusivement, sur certains aspects de la théorie freudienne afin de redonner au moi, comme instance psychique, une place dans la vie morale du sujet que les perturbations névrotiques dues aux conflits avec le çà et le surmoi dégradent. Pour y parvenir, Albert Plé construit une analogie entre l’itinéraire vertueux proposé par Thomas d’Aquin et le sujet freudien tentant de devenir un peu plus « maître en sa maison » par la mise au jour de ses déterminations inconscientes. Ce projet théologique est audacieux et courageux compte tenu de l’hétérogénéité des mondes thomasien et freudien. Il repose sur une lecture sérieuse des textes à laquelle le psychanalyste Paul-Laurent Assoun rend hommage encore aujourd’hui. Il repose aussi sur la volonté exprimée par un Marie-Dominique Chenu de « baptiser » les sciences humaines comme autrefois saint Thomas avait baptisé Aristote.

12Comme pour le projet concret de l’AMAR, l’œuvre intellectuelle du père Plé peut être soumise à une certaine critique autour de l’idée d’annexion des thèses et méthodes de la psychanalyse au service d’un projet moral étranger à Freud, et même à Lacan, en tout cas en ces termes. De plus, Albert Plé ne porte guère intérêt à l’expérience de la cure analytique pourtant centrale et décisive. Il n’en reste pas moins que le geste théologique et pastoral dans le même temps d’Albert Plé est un geste pionnier : il ne craint pas d’aller au-devant d’une discipline nouvelle sans appréhension. Ce faisant, il reproduit le geste de son illustre ancêtre, Thomas d’Aquin, considéré en son temps comme un « moderne ». Il permet aussi de penser à nouveaux frais le travail théologique bouleversé par les souffrances morales de la personne humaine et cherchant alors à lui porter secours. La psychanalyse lui semble le meilleur outil pour y parvenir sans jamais négliger l’enracinement dans l’anthropologie thomasienne.

Albert Plé en 1983

Albert Plé en 1983

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Comme exemple des jonctions analogiques établies par Albert Plé entre saint Thomas et Freud, on citera volontiers la notion la plus souvent invoquée par le père Plé lui-même, celle de plaisir : delectatio du côté thomasien et plaisir purifié par l’investissement dans la réalité du côté freudien. C’est même cette notion que l’on retrouve dans le titre de son ouvrage Par devoir ou par plaisir ? qui laisse la trace la plus vive dans la mémoire collective des frères dominicains, mais aussi des nombreux amis ou connaissances qu’il a aidés et accompagnés tout au long de sa trajectoire religieuse.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Ut sint unum, janvier 1968, p. 5 ; juin 1988, p. 17-18. — Prêcheurs, 58, septembre 2003. — Laurent Lemoine, Psychanalyse et relation pastorale. Études de théologie morale autour du frère Albert Plé, op, de 1950 à 1980, Paris, Les Éditions du Cerf (coll. « Recherches Morales »), 2010. — Agnès Desmazières, L’inconscient au paradis. Comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, Paris, Payot, 2011.

Haut de page

Œuvre

Vie affective et chasteté, Paris, Les Éditions du Cerf, 1964. — Problèmes de psychanalyse, Paris, Desclée de Brouwer, 1973. — Par devoir ou par plaisir ?, Paris, Les Éditions du Cerf, 1980. — Freud et la religion, Paris, Les Éditions du Cerf, 1969. — Freud et la morale, Les Éditions du Cerf, 1969. — Très nombreux articles dans le Supplément.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris, 1930. Une vocation entrepreneuriale ?
Légende Une fois ses études secondaires achevées, Robert Plé entre aux Hautes études commerciales selon une tradition familiale solidement établie. Ses parents sont alors à la tête de l’entreprise Rougier et Plé, spécialisée dans la vente d’outils et de fournitures destinés aux artisans.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Au noviciat d’Amiens
Légende Après HEC, Robert Plé obtient un doctorat en philosophie scolastique à l’Institut catholique de Paris puis entre en janvier 1936 dans l’Ordre des frères prêcheurs. Premier au second rang à gauche de la photo, il fait partie du noviciat dont le père-maître est Joseph Périnelle (2e au second rang en partant de la gauche). Parmi ses confrères, à sa droite, Thomas Camelot puis Dominique Epagneul.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Mobilisé en 1939-1940
Légende Sergent chef dans la 2e division cuirassée pendant la Seconde Guerre mondiale, il prend part aux combats du 13 mai au 25 juin 1940.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Rénover la vie religieuse
Légende Rome, avec les dominicaines de Mortefontaine. Fort de ses investissements dans le domaine de la théologie morale et de la psychologie, Albert Plé soutient de ses conseils les évolutions internes de congrégations religieuses dans les années de l’aggiornamento de Vatican II.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre L’intelligence croyante au défi de la psychanalyse
Légende Paru en 1968 aux Éditions du Cerf.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Avec Louis Beirnaert
Légende Avec son confrère, Louis Beirnaert, jésuite et psychanalyste, tous deux en tenue propre à leur famille religieuse.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Albert Plé en 1983
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/911/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Lemoine, « PLÉ Albert », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, P, mis en ligne le 17 mars 2015, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/911

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search