Navigation – Plan du site

BESNARD Albert-Marie

BESNARD Albert Louis à l’état civil ; BESNARD Albert-Marie en religion
Yann Raison du Cleuziou

Résumé

Né le 27 mars 1926 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 6 février 1978 à Paris (VIIarr.).
Prieur du couvent de Strasbourg (1957), maître des novices (1959-1964), père-maître des frères étudiants (1964-1968), directeur de La Vie spirituelle (1968), assistant national des Équipes Saint-Dominique, directeur des Cahiers Saint-Dominique, prieur du couvent Saint-Dominique à Paris (1973).

Haut de page

Historique

Notice validée le 03/02/2015, mise en ligne le 17/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1949 au couvent Saint-Jacques à Paris
• Profession simple : 23 septembre 1950
• Profession solennelle : 23 septembre 1953 au Saulchoir d’Étiolles
• Ordination sacerdotale : 4 juillet 1954 au Saulchoir d’Étiolles

Albert-Marie Besn...Albert-Marie Besnard au collège du Caousou à Toulouse

Albert-Marie Besnard au collège du Caousou à Toulouse

Besnard est le premier à gauche au premier rang.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1Albert Besnard est le quatrième d’une famille de cinq enfants. Son père est polytechnicien et ingénieur dans l’industrie chimique. Il fait toutes ses études au collège du Caousou des jésuites de Toulouse. Ses études ne le satisfont pas et il mène parallèlement une vie intellectuelle très riche par de nombreuses lectures et par une intense activité d’écriture poétique, philosophique et littéraire dont témoignent ses cahiers de jeunesse. À dix-huit ans, il écrit un roman non publié Cœurs d’homme. Il écrit également un bref ouvrage en souvenir d’un ses amis jécistes mort durant la guerre, Paul de Gauléjac. Il entre à Polytechnique en 1945, plus par conformisme familial que par goût personnel, puis à l’École nationale de météorologie. Il fréquente les routiers-scouts de France de l’École polytechnique, « Les rois mages », et les accompagne sur la route de Chartres à plusieurs reprises. C’est dans ce contexte qu’il rencontre le dominicain Pierre-André Liégé alors aumônier du clan. Il noue avec lui une très forte amitié.

Albert-Marie Besn...Albert-Marie Besnard au pèlerinage de Chartres en 1949

Albert-Marie Besnard au pèlerinage de Chartres en 1949

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Durant ses études, Albert Besnard est très attiré par la spiritualité diffuse, d’orientation panthéiste, qu’il trouve chez les romantiques allemands. Il lit abondement Nietzsche. Rainer-Maria Rilke est son poète préféré. Il trouve dans son œuvre une aspiration identique à la sienne pour la rupture avec le monde et l’introspection à la recherche de son identité profonde. Car Albert Besnard fait ses études en éprouvant un profond sentiment de dualité, sa vie scolaire et sociale lui semblant une comédie superficielle et mondaine qui le rend étranger à son être vrai et authentique. En 1949, il achève un essai sur Rainer-Maria Rilke en forme de pastiche des Cahiers de Malte Laurids Brigge. Considérant qu’il a trop projeté sa propre psychologie dans celle de Rilke, il ne le publie pas. D’ailleurs, cet essai témoigne d’un tournant dans sa vie intérieure, c’est une sorte d’adieu à l’univers littéraire de sa jeunesse. Comme on le trouve écrit dans un document à dimension autobiographique qui se trouve dans ses archives, la voie empruntée par Rilke vers le réel lui semblait incomplète en comparaison avec la voie chrétienne : « Dieu n’y était pas et pourtant le divin y était, il me fascinait, il m’imprimait – selon le mot même du poète – une direction à mon cœur. Direction hésitante, enveloppée de brumes et de murmures, jusqu’à l’heure où lui Dieu, le vrai Dieu, apparut dans l’embrasure béante, survenu il savait d’où mais je ne savais pas, et il savait pourquoi mais je ne m’en doutais pas ».

3À partir de 1948, Albert Besnard développe un goût profond pour la lecture et la méditation de la Bible. Il y trouve de nouveaux repères pour structurer sa pensée et orienter son désir d’une vie en vérité, le moi libéré des conventions sociales, des rôles et des routines. Il est attiré par l’Ordre dominicain, tout autant en raison de sa rencontre avec Pierre-André Liégé que par un attachement à la figure de saint Dominique dont la mémoire est restée présente à Toulouse et dont Georges Bernanos a écrit un portrait qui le marque. Il est également attiré par le caractère régulier de la vie religieuse dominicaine (psaumes chantés aux offices) et par la vocation à la prédication, c’est-à-dire à l’annonce de l’Évangile par l’instrument du langage, ce qui rejoint son goût de l’expression de la vie intérieure. Il confie à Pierre-André Liégé qu’il serait devenu écrivain s’il n’était pas devenu dominicain. Son choix de la vie religieuse répond à sa volonté de subordonner son esthétisme à la recherche de la vérité et à la connaissance de Dieu.

Albert-Marie Besn...Albert-Marie Besnard au noviciat

Albert-Marie Besnard au noviciat

Noviciat du couvent Saint-Jacques à Paris (1949-1950). Au premier rang, de gauche à droite, les pères Bernard-Marie Chevignard, Augustin Desobry, Michel Évrard.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4En 1949, il reçoit l’habit dominicain à Saint-Jacques de Bernard Chevignard, alors maître des novices, puis il poursuit ses études au Saulchoir d’Étiolles avec Nicolas Rettenbach comme père-maître. Besnard se trouve en phase avec ces formateurs qui partagent son goût pour la Bible. Ces derniers seront écartés de leurs charges en 1955 en raison de leur initiation à la vie religieuse fondée sur la praxis évangélique de Jésus au détriment des constitutions de l’Ordre.

Caricature d’Albe...Caricature d’Albert-Marie Besnard

Caricature d’Albert-Marie Besnard

Albert-Marie Besnard, étudiant au Saulchoir d’Étiolles, caricaturé par le frère Ceslas Leclère.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Pendant ses années d’étude au Saulchoir, Albert-Marie Besnard se trouve en porte-à-faux avec l’enseignement dominant. Sa sensibilité le porte à la défiance à l’égard du rationalisme thomiste qui fait de la foi une activité trop mentale selon lui. Son champ d’investigation intellectuelle reste finalement très personnel et n’a que peu d’interférences avec sa formation. Il poursuit sa quête introspective d’une expérience existentielle de Dieu et cherche à la traduire en écriture. Il privilégie l’étude de la Bible et l’écriture dramatique et poétique. Il écrit toujours pour lui-même de nombreux poèmes et des essais spirituels ou philosophiques très esthétisants. Il fera jouer une pièce de théâtre par les frères étudiants en 1956. Il publiera une méditation sur sainte Jeanne d’Arc.

Ordination sacerd...Ordination sacerdotale

Ordination sacerdotale

Albert-Marie Besnard auprès de ses parents le jour de son ordination sacerdotale, 4 juillet 1954 au Saulchoir d’Étiolles.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Il est ordonné en 1954 puis fait une thèse de lectorat titrée « Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ». Essai de théologie biblique : « Par l’investigation analytique des réalités et du langage bibliques, c’est en fin de compte quelque moment, sinon l’unité même, quelque intention, sinon l’intention même, de la volonté de Dieu à l’égard de son peuple et de toute l’humanité, que l’on s’efforce de saisir et de mieux comprendre ». Elle sera publiée sous le titre Le mystère du nom en 1962. Une fois son lectorat obtenu, il est assigné au couvent de Strasbourg en 1956. Il publie des articles de réflexion sur la Bible et la spiritualité dans La Vie spirituelle, Lumen vitae, Bible et terre sainte. Sa réflexion porte plus spécialement sur les conditions de la spiritualité dans la civilisation « technicienne ». Il considère que la domination de la technique contribue à façonner un nouveau type d’homme, le « technicien » qui, en raison de sa socialisation, « souffre d’une incapacité » à recevoir Dieu.

7Albert-Marie Besnard est élu prieur du couvent de Strasbourg en 1957. Il est alors si jeune (trente-et-un ans) que le maître de l’Ordre doit accorder une dispense pour autoriser son élection. Il se trouve dans une position de médiation entre sa génération et les générations dominicaines plus âgées en raison de ses responsabilités et sa sensibilité à la fois régulière et biblique. Par son âge, il appartient à une génération de dominicains attirés par l’avant-gardisme missionnaire et le rayonnement intellectuel de la Province dominicaine de France : les prêtres-ouvriers, Les Éditions du Cerf, la revue L’Art Sacré, les théologiens Yves Congar et Marie-Dominique Chenu, etc. Ils subissent d’autant plus durement l’arrêt de l’expérience des prêtres-ouvriers en 1954 et la politique de retour à l’orthopraxie conventuelle et contemplative dictée par le maître de l’Ordre et le provincial Vincent Ducattillon. Un type de sensibilité et de carrière qui les attirait chez les dominicains est donc marginalisé et ces jeunes religieux se retrouvent en porte-à-faux, parce que leurs dispositions ne sont plus en pleine adéquation à la vie dominicaine autorisée. Une fois leurs études achevées, la plupart de ces jeunes pères s’engagent comme aumôniers dans l’Action catholique, pour échapper à la vie intensément régulée d’une bonne partie des couvents. Ils développent une capacité à s’auto-censurer pour ne pas attirer l’attention de leurs supérieurs et conserver ainsi la liberté nécessaire à leurs pratiques. Alors qu’à la fin des années 1950 de nombreux prieurs tentent de ramener à une vie plus régulière ces jeunes pères, Albert-Marie Besnard prend leur défense à Strasbourg. Il défend le choix de minimiser la vie conventuelle pour atteindre un plus large public lors de prédications en paroisses.

8En décembre 1959, alors que le noviciat est agité par des contestations de la vie monastique qui y est imposée, il est nommé maître des novices par le provincial Joseph Kopf. Sa jeunesse, sa spécialisation dans la spiritualité et ses responsabilités de supérieur lui donnent un profil opportun à la fois pour bénéficier de la confiance du provincial et pour avoir autorité sur les novices. Auprès des novices, il sera confronté à des demandes nouvelles : liturgie en français, objection de conscience.

9Analysant qu’une civilisation nouvelle est en train de naître, il est très attentif à ces demandes qui témoignent selon lui des formes nouvelles du désir de Dieu dans le monde. Il constate que les jeunes générations ont une sensibilité « technicienne » qui leur rend la tradition religieuse hermétique. Le discernement des vocations ne peut plus s’exercer sur les critères habituels. Albert-Marie Besnard décide de faire confiance à l’appel que les jeunes religieux perçoivent plus qu’à son propre scepticisme sur leur capacité à la vie religieuse.

10Albert-Marie Besnard parvient d’ailleurs à rétablir l’autorité au noviciat en jouant de sa proximité à l’égard des jeunes et de l’autorité de sa vie spirituelle. Il multiplie l’offre de méthodes spirituelles à l’égard des novices. Il les initie à la vie régulière bien sûr, leur transmet son goût de la Bible et des psaumes, mais il leur parle également des techniques d’oraison que le père Caffarel tente de diffuser auprès des laïcs, et à la suite du bénédictin Jean-Marie Déchanet, il les initie à une technique adaptée du yoga. Reste que sa vie intérieure personnelle est le cœur de sa pédagogie. Lors d’une conférence spirituelle quotidienne il témoigne d’une manière très personnelle de l’expérience de Dieu dans sa vie intérieure.

11Les revendications des novices entrainent Albert-Marie Besnard dans des combats nouveaux pour lui. En décembre 1965, il rencontrera le premier ministre George Pompidou avec les pasteurs Westphal et Roser afin d’obtenir l’élargissement des objecteurs de conscience qui refusent d’être intégrés à la sécurité civile et demandent un service totalement hors de l’armée. Deux dominicains sont parmi eux. Cette médiation aboutira.

12De son expérience auprès des novices, il tire une réflexion plus générale sur les nouvelles tendances du désir de Dieu. En 1964, il publie Visage spirituel des temps nouveaux, un essai important dans lequel il développe cette analyse. Selon lui, l’époque est caractérisée par une redécouverte de la Bible : « C’est de plus en plus la Parole de Dieu qui capte la confiance et qui constitue la référence spontanée de toute recherche. On s’avise, d’une façon très concrète et très imagée, qu’il y a dans l’évangile, dans la parabole de la brebis perdue ou du Bon Samaritain, dans l’accueil fait par Jésus aux pécheurs […], autant de principes de vie que notre existence en exige. » Il note également que l’aspiration spirituelle des générations montantes a une autre singularité : « Ils portent la certitude que le devoir-être-avec-les-hommes fait partie intégrante de la vocation chrétienne. » De cette préoccupation de « vivre pleinement » et de l’exemple christique découle un désir d’une « spiritualité intégrée ». Il s’agit pour les chrétiens de vivre la foi en vérité dans le monde, par la recherche d’une transformation parallèle de soi et du monde, au fil de la vie ordinaire et des engagements conjugaux, professionnels ou politiques : « L’homme moderne qui a l’expérience immédiate d’être, comme il dit “dans la vie” […], cet homme prend conscience que son Dieu aussi est dans la vie. Au lieu d’avoir l’impression de traîner son Dieu derrière lui, comme un fardeau d’obligations ou un bagage de vieux livres vénérables, il redécouvre Dieu comme celui qui est plus actuel que l’actualité, qui ouvre déjà les portes de l’avenir et qui précède son peuple à la façon du berger son troupeau. » Le nouvel horizon des chrétiens, c’est devenir « sauveurs avec Jésus », selon le mot de Charles de Foucauld. En conséquence la spiritualité catholique se trouve déplacée. La praxis évangélique devient la référence exclusive de la vie des laïcs chrétiens et la vie ordinaire est requalifiée en espace privilégié de conversion, en lieu d’une nouvelle forme d’ascèse. C’est désormais non hors du monde mais dans la vie, que retentit l’appel à la sainteté. Albert-Marie Besnard constate que cette nouvelle forme de spiritualité a été très largement diffusée par l’Action catholique. Alors que Louis Bouyer s’inquiète des dérives possibles de cette spiritualité laïque qui s’affirme, Albert-Marie Besnard est confiant. Il voit même dans « l’évangélisme de l’époque » une grande ressource pour refonder les formes du témoignage de l’Église dans la civilisation nouvelle qui est en train de naître : « À plusieurs reprises, selon les temps et les cultures, l’Église a dû inventer sa liturgie : nous sommes certainement à l’époque où l’inépuisable génie liturgique du christianisme doit se remettre à produire des formes en consonance avec le type nouveau d’humanité qui s’élabore. » À ce titre, Albert-Marie Besnard estime que les ordres contemplatifs ne doivent pas se tenir à l’écart de ces nécessaires révisions : « Les monastères ne peuvent être exclusivement considérés comme le refuge de ceux qui ne se sentent pas du siècle, voire d’aucun siècle, et qui, ne pouvant vivre leur christianisme avec leurs contemporains, essaieraient de patienter jusqu’à leur éternité sur une orbite d’attente spirituellement climatisée. » Selon lui, les ordres religieux doivent plutôt être le laboratoire de la recherche de nouvelles formes de vie et de témoignage de la foi.

Albert-Marie Besn...Albert-Marie Besnard, maître des étudiants

Albert-Marie Besnard, maître des étudiants

Albert-Marie Besnard, maître des étudiants au Saulchoir à Étiolles entre 1964 et 1968.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13En 1964, le provincial souhaite qu’Albert-Marie Besnard reprenne le studentat, qui est également en proie à la contestation. Il prend la charge de père-maître au mois de septembre. Il retrouve une partie des novices qu’il a formés et constate que leurs difficultés d’intégration à la vie religieuse dominicaine perdurent. En 1965, à la demande des frères étudiants du studentat, Albert-Marie Besnard va écrire un rapport pour les définiteurs du chapitre général de Bogota dans lequel il demande une réforme de l’office choral. À cette fin, il mobilisera un certain nombre d’autres pères-maîtres afin de donner du poids à sa pétition. Les frères étudiants étant juridiquement mineurs dans l’Ordre, leurs requêtes ne sont légitimes et possibles qu’assumées par des pères ayant tous leurs droits. Besnard demande que l’office puisse être dit en français et non plus en latin afin qu’il corresponde de nouveau au « vrai de la vie » que la structure et la forme de la prière leur permette de nouveau « de porter dans leur cœur ce que profèrent leurs lèvres ». Sans réforme de l’Office, c’est pour Besnard, la persévérance dans la vie religieuse des novices qui risque d’être compromise : « La plupart avouent que l’office, tel qu’il leur est actuellement imposé, représente un fardeau stérile et non pas cette louange divine et cette nourriture de l’âme vers lesquelles réellement ils aspirent. »

14Par ailleurs, sommé de rendre compte des pratiques des frères étudiants par un nombre croissant de pères qui s’en inquiètent et par les supérieurs d’autres congrégations qui rencontrent un phénomène générationnel analogue, Besnard va, au fil de correspondances et de conférences, développer une analyse du conflit de génération en termes spirituels. Comme il l’écrit à Anicet Fernandez en mai 1965, les aspirations des jeunes ne sont pas selon lui un « prurit de réformes irréfléchies, goût du changement, perte du sens de l’ascèse de l’office, recul de la vie de prière » mais au contraire des « requêtes majeures et légitimes. » Le père-maître va se faire leur interprète et défenseur au sein de la Province de France. En octobre 1966, il prend leur défense auprès du provincial Joseph Kopf : « Vous verrez pourquoi j’estime ne pas devoir faire chorus avec ceux qui croient que les jeunes générations sont décidées à détruire les valeurs essentielles de notre vie dominicaine ; pour être honnête, je crois même qu’elles ont déjà plus fait pour leur donner leur sens que la génération de laquelle je suis moi-même, sans vouloir parler de celles que je connais moins. Seulement il a fallu deux ans pour en venir là, et l’aventure n’est pas finie. » Par ailleurs, Besnard fait de plus en plus de conférences sur les attitudes des jeunes et conseille d’autres éducateurs religieux sur les attitudes à adopter. Il diffuse ses analyses dans Le Supplément de La Vie spirituelle et par ses ouvrages, comme Vie et combats de la foi (1965) qui approfondit le diagnostic de Visage spirituel des temps nouveaux.

Albert-Marie Besn...Albert-Marie Besnard au couvent des Jacobins à Toulouse

Albert-Marie Besnard au couvent des Jacobins à Toulouse

Albert-Marie Besnard (troisième de la première rangée) au couvent des Jacobins à Toulouse, le 11 octobre 1970, pour le 8e centenaire de la naissance de saint Dominique.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Pour Albert-Marie Besnard, l’Ordre doit se laisser transformer par les vocations qui lui sont envoyées parce que l’examen critique du caractère peu évangélique des institutions qu’elles suscitent manifeste leur caractère providentiel. Selon lui, les contestations des étudiants sont un appel évangélique parce qu’elles soulignent en quoi l’institution dominicaine a perdu ses charismes ; en quoi elle ne permet plus d’atteindre les finalités qu’elle revendique. Pour Besnard, la Province est devant une alternative : laisser les jeunes exprimer leurs charismes pour s’y redynamiser ou prendre le risque d’une fossilisation en des formes surannées. Car si l’Ordre refuse d’écouter les requêtes des jeunes religieux, il se condamne à devenir lui-même inaudible à leurs contemporains. L’expérience du changement qu’Albert-Marie Besnard acquiert auprès des novices profès, est aussi une des inspirations de la posture de réformateur qu’il adopte publiquement par ses livres. En 1967, dans Ces chrétiens que nous devenons, il affirme que l’effondrement de la pratique de la piété catholique est une chance pour renouer avec des formes de spiritualité plus authentiquement enracinée dans l’Évangile.

16Au Saulchoir, la requalification des aspirations des jeunes générations en désir légitime d’authenticité spirituelle va conduire Albert-Marie Besnard à développer une pédagogie spécifique. Alors que les novices profès ont un statut de mineur et ne devraient presque rien faire sans autorisation, le père-maître leur octroie de fait un statut de majeur. La confiance qui leur est faite doit les engager à devenir responsables de leur croissance dans la vie religieuse et donc à accroître leurs efforts personnels plutôt qu’attendre des stimuli disciplinaires comme le feraient des « enfants ». En définitive, Albert-Marie Besnard réinvente le rôle de père-maître. Il délaisse l’aspect hiérarchique et formel de sa fonction et investit un rôle de « yogi », témoin privilégié des réalités spirituelles à la disposition de ses disciples. Albert-Marie Besnard bénéficie d’ailleurs d’une reconnaissance en tant que maître spirituel et il prêche de très nombreuses retraites d’introduction à la vie intérieure et à la prière, à des moniales, des laïcs ou des religieux. En 1969, il tirera de ce ministère son livre Propos intempestifs sur la prière, ouvrage qui rencontrera le succès et sera réédité plusieurs fois.

17Soucieux de la volonté des frères-étudiants de vivre leur foi dans la vérité, il propose des exercices spirituels et ascétiques qui n’ont plus une règle formelle comme référent. C’est à la lumière des évangiles que les frères doivent examiner la manière dont ils vivent leur vie fraternelle, dont ils accomplissent les services communs, dont ils assument leurs responsabilités, dont ils se conduisent en vacances ou pendant leurs loisirs, au chœur ou en cours. C’est là une innovation majeure. C’est à partir de la praxis évangélique que les frères étudiants doivent s’examiner et conformément à elles qu’ils doivent se transformer.

18En légitimant la refondation de la vie religieuse à partir d’une référence quasi exclusive à la vie de Jésus, Albert-Marie Besnard donne des arguments aux frères étudiants pour dénoncer les formes de la vie religieuse dominicaine. En mai 1968, les frères étudiants se réunissent en assemblée générale et dénoncent le caractère désuet de ces formes « aliénantes » qui retirent toute vitalité à leur foi. Pour un certain nombre de dominicains, Albert-Marie Besnard porte une lourde responsabilité dans la crise du studentat. Le provincial Nicolas Rettenbach nomme Pierre Raffin père-maître. Albert-Marie Besnard est nommé directeur de La Vie spirituelle et assigné au couvent parisien de Saint-Dominique qui est composé par l’équipe des Éditions du Cerf. Avant de prendre ses fonctions, il prend un temps sabbatique, en partie passé à l’École biblique de Jérusalem.

Albert-Marie Besn...Albert-Marie Besnard célébrant l’eucharistie

Albert-Marie Besnard célébrant l’eucharistie

Célébration de l’eucharistie en plein air, pratique fréquente dans les années 1970

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19De retour en France, Albert-Marie Besnard poursuit sa quête de nouvelles voies spirituelles praticables pour les « hommes modernes ». Il oriente La Vie spirituelle vers des questions nouvelles : les vacances, les médias, les loisirs, le présent. La direction de La Vie spirituelle lui donne à la fois un observatoire de la recomposition du croire et une tribune pour témoigner de ses expérimentations. Convaincu que les formes spirituelles héritées perdent leur autorité, il cherche la voie d’une refondation de la spiritualité dans l’exploration individuelle du désir profond où Dieu se manifesterait. Il accorde une place toute particulière au corps qu’il considère médiateur de l’Esprit-Saint. À ce titre, il va chercher à le réhabiliter en développant de nouvelles techniques ascétiques de maîtrise et de connaissance de soi. En 1970, il participe à une session d’introduction au zen organisée par le père Marcel Ferry à l’abbaye d’Acey. Il s’engage alors à expérimenter cette méthode spirituelle orientale pour l’acculturer dans le catholicisme. Il poursuivra cette recherche en s’initiant à l’éveil corporel et sensoriel auprès de Andrée Schlemmer et à la méditation transcendantale auprès de Karlfried von Dürkheim puis de Jacques Castermane. Cette démarche soulève un certain scepticisme de la part d’autres dominicains et Albert-Marie Besnard doit se justifier et défendre son intérêt. Il diffuse les résultats de ses expérimentations en animant des sessions, à Sainte-Marie de la Tourette à Éveux par exemple, mais aussi par ses articles dans La Vie spirituelle ou dans La Maison-Dieu. Il publie également plusieurs ouvrages de méditations poétiques et spirituelles aux Éditions du Cerf. À partir de 1976, il lutte contre le cancer dont il meurt le 6 février 1978.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — La Vie spirituelle, 627-628, juillet-octobre 1978. — Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), thèse de Science politique de l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2008.

Haut de page

Œuvre

Ouvrages
Paul de Gauléjac. Lisière de la joie, Textes présentés par Albert Besnard, Paris, Didier, 1945. — Le pèlerinage chrétien, Paris, Les Éditions du Cerf, 1959. — Le mystère du nom, Paris, Les Éditions du Cerf, 1962. — Visage spirituel des temps nouveaux, Paris, Les Éditions du Cerf, 1964. — Prier Dieu avec les psaumes par saint Augustin, Introduction et choix de textes par Albert-Marie Besnard, Paris, Les Éditions du Cerf, 1964. — Vie et combats de la foi, Paris, Les Éditions du Cerf, 1965. — Ces chrétiens que nous devenons. Vrai et faux départ dans la vie spirituelle, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967. — Un certain Jésus, Paris, Les Éditions du Cerf, 1968. — Propos intempestifs sur la prière, Paris, Les Éditions du Cerf, 1969. — Chemins et demeures, Paris, Les Éditions du Cerf, 1972. — Pour Dieu il n’est jamais trop tard, Paris, Les Éditions du Cerf, 1974. — Laisse-moi me retourner et te voir. Correspondance entre G. Mathey et A.-M. Besnard, Paris, Les Éditions du Cerf, 1976. — Quand les vieux parlent, Paris, Les Éditions du Cerf, 1976. — Il faut que j’aille demeurer chez Toi, Paris, Les Éditions du Cerf, 1978. — Il vient toujours, Paris, Éditions du Cerf, 1979. — Vers Toi, j’ai crié. Réflexions sur la prière, Paris, Les Éditions du Cerf, 1979. — Du neuf et de l’ancien, Paris, Les Éditions du Cerf, 1979. — C’est ta face, Seigneur, que je cherche, Paris, Les Éditions du Cerf, 1979.

Collaboration à des ouvrages collectifs
L’éducation de l’espérance, 1959. Cerveau, homme et cosmos, Faculté libre des Sciences de Lille, 1963. — Les religions, Paris, Marabout, 1974. — Le Maitre spirituel, Paris, Les Éditions du Cerf, 1980.

Collaboration à des revues
La Vie spirituelleLe SupplémentLumière et vie Assemblées du SeigneurDer Christliche SonntagInformations catholiques internationalesConciliumLes Cahiers Saint-DominiqueCours du Centre Jean BartLa Maison-DieuBible et terre sainte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert-Marie Besnard au collège du Caousou à Toulouse
Légende Besnard est le premier à gauche au premier rang.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Albert-Marie Besnard au pèlerinage de Chartres en 1949
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Albert-Marie Besnard au noviciat
Légende Noviciat du couvent Saint-Jacques à Paris (1949-1950). Au premier rang, de gauche à droite, les pères Bernard-Marie Chevignard, Augustin Desobry, Michel Évrard.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Caricature d’Albert-Marie Besnard
Légende Albert-Marie Besnard, étudiant au Saulchoir d’Étiolles, caricaturé par le frère Ceslas Leclère.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Ordination sacerdotale
Légende Albert-Marie Besnard auprès de ses parents le jour de son ordination sacerdotale, 4 juillet 1954 au Saulchoir d’Étiolles.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Albert-Marie Besnard, maître des étudiants
Légende Albert-Marie Besnard, maître des étudiants au Saulchoir à Étiolles entre 1964 et 1968.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Albert-Marie Besnard au couvent des Jacobins à Toulouse
Légende Albert-Marie Besnard (troisième de la première rangée) au couvent des Jacobins à Toulouse, le 11 octobre 1970, pour le 8e centenaire de la naissance de saint Dominique.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Albert-Marie Besnard célébrant l’eucharistie
Légende Célébration de l’eucharistie en plein air, pratique fréquente dans les années 1970
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/94/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yann Raison du Cleuziou, « BESNARD Albert-Marie », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/94

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals