Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série n°7Nature, sang et noblesse : les dé...

Nature, sang et noblesse : les débats relatifs à la transmission de la vertu et du statut social dans les traités nobiliaires parus en Europe de l’Ouest au xviie siècle

Nature, blood and nobility: debates about the transmission of virtue and social status in nobiliary treatises published in the 17th century Western Europe
Camille Pollet

Résumés

Dans l’espoir de le résoudre, peut-être, cet article part du constat de la persistance d’un problème historiographique : la noblesse et sa transmission étaient-elles considérées comme des faits strictement juridiques et sociaux, ou bien impliquaient-elles dans les représentations une dimension physiologique ? Cette contribution propose une vue d’ensemble des écrits théoriques portant sur cette question parmi les traités nobiliaires publiés en Europe de l’Ouest au dix-septième siècle. Il en ressort des controverses permanentes. Après avoir présenté quelques traités qui réfutent explicitement toute dimension physiologique ou naturelle à la définition de la noblesse et de sa transmission, l’article présente des écrits qui affirment au contraire le rôle décisif du sang et de la nature. Il montre cependant que ces affirmations sont systématiquement nuancées par le rappel de l’importance de l’éducation ou du rôle juridique du prince, distributeur des honneurs. Il apparaît également que les mots « sang » et « nature » (et leurs équivalents dans les langues étrangères), revêtaient une dimension religieuse, qui éloignait leur signification de toute conception biologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : historiographie, sources et méthode

  • 1 Élie Haddad, « Le terme de race en contexte nobiliaire : une histoire sociale (France, xvie siècle) (...)
  • 2 André Devyver, Le Sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régi (...)
  • 3 Jean-Frédéric Schaub, Silvia Sébastiani, Race et histoire dans les sociétés occidentales (xve-xviii(...)

1Les historiens ne sont à ce jour pas en mesure de s’accorder sur le sens que les acteurs sociaux conféraient à la noblesse et à sa transmission en Europe de l’Ouest à l’époque moderne. Étaient-elles considérées comme des phénomènes strictement juridiques et sociaux, ou bien intégraient-elles dans les représentations une dimension biologique ou, du moins, physiologique ? Deux publications récentes en langue française ayant précisément pour objet la question de la race et de la noblesse témoignent de ces désaccords persistants parmi les chercheurs, et elles divergent en particulier sur le problème du sens que donnaient les littérateurs de l’époque moderne au « sang », vecteur de noblesse entre les générations. Au sein d’un dossier de la Revue d’histoire moderne et contemporaine consacré à la race, Élie Haddad démontre que dans le cadre de la France du seizième siècle au moins, « une naturalisation du groupe nobiliaire fondée sur une conception biologique du sang, liée à l’hérédité des caractères acquis » relève d’une interprétation « anachronique1 ». De leur côté, dans un livre consacré à la race dans le monde occidental, et plus précisément dans le premier chapitre portant sur la noblesse, Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani, dont les analyses prennent appui sur les travaux d’André Devyver et d’Arlette Jouanna2, accordent aux usages du mot « sang » à l’époque moderne une toute autre dimension : s’ils reconnaissent l’existence d’une interprétation « métaphorique » du sang, ils insistent sur « le fluide qui court dans les veines des hommes et qui exerce la fonction bien réelle de viatique à des qualités spécifiques3 ».

  • 4 Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la (...)
  • 5 Adolfo Carrasco Martínez, Sangre, honor, privilegio. La nobleza española bajo los Austrias, Barcelo (...)
  • 6 Christine Orobitg, Le Sang en Espagne. Trésor de vie, vecteur de l’être. xve-xviiie siècles, Aix-en (...)

2Le débat historiographique n’est pas neuf. L’Idée de race d’Arlette Jouanna, étude dont bien des apports sont aussi précieux qu’incontestés, était déjà discutée sur certains points et en ces termes par Robert Descimon en 1999 : « La “race” n’est rien d’autre jusqu’au xviiie siècle que le patrilignage et l’hérédité qu’un terme juridique qui caractérise la transmission des biens, non la transmission des caractères naturels4 ». Les questionnements de la recherche relatifs au sens de la noblesse, de la race et du sang portent également sur d’autres cadres monarchiques, et notamment sur l’Espagne, espace pour les sources écrites duquel bien des chercheurs proposent une interprétation physiologique du « sang » et de la transmission des qualités propres à la noblesse : pour ne mentionner que deux exemples, après qu’Adolfo Carrasco Martínez a évoqué l’existence d’un « racisme nobiliaire5 », Christine Orobitg considère que les discours espagnols sur la noblesse étaient sous-tendus par des « conceptions essentialistes et racistes », et que cette nobleza était définie par des caractères « relevant du biologique plus que du sociologique6 ».

  • 7 Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat : Camille Pollet, Définir la noblesse : écriture e (...)
  • 8 Sur ces éléments de contexte, sans exhaustivité, on peut mentionner : Richard Cust, Charles I and t (...)

3Les sources ne manquent pas, et c’est plutôt l’interprétation des mêmes sources qui entretient les divergences et la permanence du débat historiographique. Cet article entend prendre position dans ce débat en analysant une pluralité de sources écrites qui définissent la noblesse : les traités nobiliaires, ensemble de livres savants ayant la noblesse pour objet principal, qui englobe des ouvrages tels que les traités de noblesse de nature juridique ou historique et des livres relevant de la littérature de conduite aristocratique. À titre secondaire sont aussi analysées des définitions inscrites dans des dictionnaires. Il s’agit donc d’accorder à la signification de certains discours et de certains mots-clés la plus grande attention, en contextualisant les usages de ces termes à la fois dans l’époque, mais aussi dans le cadre des écrits relatifs à la noblesse. Je retiens ici des ouvrages qui théorisent, qui définissent, et je ne mentionnerai parmi eux que des imprimés, déjà très nombreux. Les traités nobiliaires se caractérisent en effet par une forte présence parmi l’offre des libraires dans les sociétés européennes de l’époque moderne. Les tirages sont généralement difficiles à documenter, mais les éditions et les republications (nouvelles émissions, rééditions et traductions) se comptent par centaines, et ces ouvrages ont très largement circulé, y compris à une échelle internationale. Précisons que les auteurs de ces livres présentent des profils sociologiques relativement variés, avec une majorité de laïcs, des hommes qui revendiquent leur appartenance à une noblesse ancienne, des anoblis ou des enfants d’anoblis, mais aussi des roturiers, et parmi tous ces laïcs une très bonne représentation des serviteurs de l’État, dans les Parlements et dans d’autres institutions judiciaires ou dans différentes localités. Parmi ces littérateurs qui ont écrit sur la noblesse se trouvent également des professionnels de l’éducation et bien sûr des religieux7. Le dix-septième siècle représente la période au cours de laquelle le plus grand nombre de ces traités nobiliaires furent écrits et publiés, dans des sociétés monarchiques qui travaillaient leur noblesse : pensons par exemple aux anoblissements, aux créations de titres et aux ventes d’offices qui ont suscité bien des controverses écrites, aux guerres civiles anglaises qui divisèrent aussi bien les Lords que la gentry sur la question des pouvoirs respectifs du roi et du Parlement, aux querelles de préséance effectives en France, en Lorraine, en Savoie et dans bien des espaces curiaux, aux enquêtes de noblesse menées sous le règne de Louis XIV, ou encore aux projets de réforme des statuts de pureté de sang en Espagne8.

  • 9 Concernant la capacité des représentations à prendre part à la construction des réalités sociales, (...)

4La démarche n’a pas la prétention de rendre compte de ce qu’était la noblesse dans les pratiques sociales ou dans les institutions de la monarchie. Les traités nobiliaires, les définitions écrites, ne rendent compte que d’eux-mêmes et des actions qui ont consisté à les produire et à les publier. Cet article propose plus humblement de comprendre la signification de la noblesse et des modalités de sa transmission telles qu’elles étaient définies par ces écrits théoriques et imprimés, en s’appuyant sur quelques exemples. Cela n’exclut pas que ces écrits, qui constituaient les représentations les plus complètes et les plus précises sur la question de la noblesse et de sa définition, aient pu prendre une part au façonnement du monde social9. Comment les traités nobiliaires définissent-ils la transmission de la noblesse ? Que signifient les concepts de « nature », de « sang » ou de « semence » employés par les théoriciens de l’ordre social ? Cette contribution souligne surtout que, tout au long de l’époque moderne, ces livres ont produit des théories contradictoires : la définition de la noblesse et des modalités de sa transmission ont fait l’objet de controverses écrites et savantes permanentes.

Des traités qui réfutent toute dimension naturelle à la supériorité des nobles

  • 10 Robert Descimon, « Les paradoxes d’un juge seigneurial. Charles Loyseau (1564-1627) », Les Cahiers (...)

5Nombreux sont les traités qui réfutent très explicitement la croyance en une hérédité naturelle d’aptitudes meilleures ou de prédispositions innées à la vertu au sein des lignages nobles. On peut ici proposer un bref parcours parmi quelques-uns de ces ouvrages en relevant plusieurs extraits significatifs de l’expression de ce positionnement dans la controverse. Parmi les ouvrages juridiques ayant théorisé l’ordre social en France, ceux de Charles Loyseau, avocat au Parlement de Paris et bailli de Châteaudun, ont été maintes fois republiés, commentés et cités à l’époque10. Dans le Traité des ordres, paru pour la première fois en 1610, est rejetée la théorie classique de l’hérédité selon laquelle la perpétuation de l’ordre social fonctionnerait selon un modèle analogue aux mécanismes de la reproduction animale ou végétale :

  • 11 Charles Loyseau, Traité des ordres et simples dignitez, « Chasteaudun » [Paris], Abel L’Angelier, 1 (...)

« Parmy quelques unes des plantes & des bestes, nature a fait d’elle mesme cette distinction, que d’une mesme espece aucunes sont franches & domestiques, autres & sauvages : qualitez, qu’elles retiennent infailliblement de leur generation : si que les sauvages n’engendrent point les domestiques, ni au contraire. Aussi est-ce naturellement, que les plantes & les bestes retiennent la qualité de leur semence [...]. Mais l’ame raisonable des hommes, venant immediatement de Dieu, qui la crée expres lors qu’il l’envoye au corps humain, n’ha point de participation naturelle aux qualitez de la semence generative du corps, où elle est colloquée. [...] aussi veoit-on assez souvent, que les enfans des gens de bien ne valent gueres, & que ceux des hommes doctes sont ignorans11. »

  • 12 Ibid.

6En réfutant l’analogie de la reproduction humaine avec les phénomènes végétaux et animaux, la critique de Loyseau vise aussi bien Socrate, Aristote et Homère que des théoriciens modernes. Selon le juriste, seule l’éducation peut garantir une identité morale entre les parents et leurs enfants12.

  • 13 John Horden, « Peacham, Henry (b. 1578, d. in or after 1644) », Oxford Dictionary of National Biogr (...)

7De l’autre côté de la Manche, Henry Peacham, un membre de la gentry proche de la cour et des Stuarts, et auteur de The Compleat Gentleman paru à Londres en 1622, énonce dans ce livre une position assez proche de celle de Loyseau13. Comme souvent, c’est dans les premières pages que l’on trouve les éléments de définition les plus généraux et les plus essentiels relatifs à la noblesse :

  • 14 Henry Peacham, The Compleat Gentleman, London, [John Legat] for Francis Constable, 1622, p. 2 : « S (...)

« Une chose est sûre : croire que la Nature (ou plutôt le Dieu de nature) produit parmi nous des êtres inégaux, c’est faire preuve d’une rare ignorance et de la plus grande partialité, et nous dégrader plus bas encore que les bêtes. Nobility (dans un sens général) n’est en fait rien d’autre qu’une certaine éminence, ou une attention portée sur un individu au-dessus des autres, pour une action remarquable, qu’elle soit bonne ou mauvaise14. »

  • 15 Vicente Navarro, « Bernabé Moreno de Vargas. Historiador de Mérida », Revista de Estudios Extremeño (...)
  • 16 Bernabé Moreno de Vargas, Discursos de la nobleza de España, Madrid, viuda de Alonso Martin, 1622, (...)
  • 17 Augustin Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au siècle d’Or », in Au (...)
  • 18 Bernabé Moreno de Vargas, op. cit., f. 12r°, f. 20r°.

8La même année (1622), au début du règne de Philippe IV, Moreno de Vargas, agent de la monarchie espagnole en tant que regidor de la ville de Mérida, fit paraître à Madrid ses Discursos de la nobleza de España15. Contre les théoriciens d’une noblesse fermée, il écrit : « [La noblesse] n’est ni naturelle, ni [issue] du sang, ni propagée dans la génération des lignages. Elle est une qualité positive, abstraite et séparée d’eux, donnée par le prince16 ». Ce traité prend ainsi le contre-pied d’un très fort attachement à l’ancienneté parmi la noblesse espagnole qu’exprimaient aussi bien de nombreux autres traités nobiliaires que les pratiques généalogiques. À la suite de la famille royale elle-même, les grandes, les títulos, les caballeros et même bien des hijosdalgo s’adonnaient en effet à une course à l’ancienneté de leur noblesse, qui basculait souvent dans la surenchère17, une surenchère que Moreno de Vargas critiqua vertement18. En se fondant sur la morale chrétienne, sur le droit et sur l’histoire, il lui opposa un discours justifiant la mobilité sociale :

  • 19 Ibid., f. 5r° : « Quantos hombres aura en España del estado llano, y comun, que desciendan de los n (...)

Combien d’hommes en Espagne relèvent d’un état modeste et commun alors qu’ils descendent des nobles Goths qui dans leur déroute se sont retirés dans les montagnes, et en sont sortis depuis, eux et leurs descendants, pour conquérir et peupler toute la Terre ? Combien viendront de ces nombreux infanzones, ricos hombres, infantes et grands caballeros de cette époque, étant donné qu’on ne sait pas aujourd’hui avec certitude qui en sont les descendants ? Et au contraire, combien tenons-nous pour nobles alors que leurs ancêtres ne l’auraient pas envisagé ? Car le temps cause tout cela : la pauvreté et la richesse, la vertu et le vice, font que certains s’obscurcissent et que les autres s’illuminent19.

  • 20 Mon interprétation du positionnement de Moreno de Vargas dans les débats sur la noblesse diverge de (...)

9À celui de l’ancienneté des lignages, Moreno de Vargas préfère le critère de noblesse que constitue la vertu, une vertu mise au service de la monarchie et récompensée par des honneurs conférés par le roi20.

  • 21 Henri Estienne, La Noblesse civile et chrestienne, Paris, Toussainct Quinet, 1645, p. 7-9.

10Bien d’autres traités nobiliaires, publiés par la suite, réfutent également la thèse d’une supériorité naturelle des nobles, et rejettent ainsi implicitement l’idée d’une supériorité qui ne devait rien au pouvoir royal. Ainsi, en 1645, dans La Noblesse civile et chrestienne, Henri Estienne affirme : « la Noblesse n’a rien d’éminent ny de magnifique par la nature ». Il soutient que la noblesse « n’est ny plus forte de corps, ny plus viste à la course, ny plus robuste contre les maladies, au contraire estant eslevée avec plus de delicatesse, elle est plus debile, & supporte avec plus de peine les douleurs qui luy arivent21 ».

  • 22 Valérie Pietri, art. cit.
  • 23 Par exemple : « Déclaration du roi, portant Réglement contre ceux qui ont usurpé les qualités de No (...)
  • 24 Valérie Pietri, « Être noble par-delà les lois du roi. Des anoblissements taisibles en Provence apr (...)
  • 25 Alexandre Belleguise, Traité de la noblesse suivant les préjugez rendus par les Commissaires depute (...)
  • 26 Ibid., p. 1, 5.

11En 1669, Alexandre Belleguise, qui avait pris part aux enquêtes de noblesse en Provence, publia son Traité de la noblesse. Rappelons que ces enquêtes, étendues à l’ensemble du royaume dans les années 1660 après de premières vérifications menées à l’échelle de certaines provinces telles que la Normandie, exigeaient que les nobles « fassent leurs preuves », qu’ils justifient leur statut22. Il s’agissait pour la monarchie de condamner les usurpateurs et de dénoncer des cas de fraude fiscale, les nobles étant exemptés de la taille23. La démarche épargna les familles les plus puissantes et celles dont la noblesse pouvait être prouvée, celles qui détenaient des lettres d’anoblissement notamment. Des condamnations furent prononcées : armoiries détruites, titres rayés dans les actes, amendes24… Dès lors, plus que jamais, le pouvoir royal avait globalement la main sur la distribution des honneurs. Adressée « Aux nobles de Provence », l’épître dédicatoire de son traité est pour Belleguise l’occasion de se présenter comme un agent du pouvoir royal et de ces enquêtes, et ainsi d’annoncer sa proximité avec la politique nobiliaire de Louis XIV : « Vostre tres-humble, & tres-obeyssant serviteur A. Belleguise, chargé par sa Majesté de la poursuite de la verification des titres de Noblesse en Provence25 ». C’est donc sans surprise que le lecteur, dès les premières lignes du traité, découvre la position prise par l’auteur parmi les controverses de définition : « La Nature ne fait pas les nobles, ny les Roturiers ». Inspiré de Bartole, il affirme au contraire que la distinction est purement juridique, et qu’il n’appartient qu’à « sa Majesté seule [...] d’annoblir26 ». L’exposé des exemples pourrait se poursuivre longuement.

12La plupart de ces auteurs – Loyseau, Peacham, Moreno de Vargas, Belleguise, etc. – ont ainsi en commun de prendre part au débat politique écrit relatif à l’ordre social. Loin de décrire la société, ils agissent en promouvant par le livre, par la théorie et par des arguments juridiques, historiques et parfois religieux une conception de la noblesse à la fois ouverte et dépendante du prince. Ce faisant, ces hommes de lettres publiaient leur proximité avec la politique nobiliaire des rois. Rédigés à la fin de son règne, les Discursos de Moreno de Vargas sont d’ailleurs dédiés à Philippe III.

13Toutefois, l’existence et le nombre de ces réfutations de la capacité des nobles à transmettre « naturellement » une certaine prédisposition aux enfants impliquait qu’il y avait quelque chose à réfuter, que cette croyance en une supériorité intrinsèque des nobles transmise « naturellement » était également exprimée.

Le liquide sanguin et ses dérivés : facteurs de noblesse et de vertu innés et naturels ?

  • 27 Plusieurs travaux ont démontré de manière convaincante que l’on aurait tort de voir en la naissance (...)

14La croyance selon laquelle le sang, ou des parents nobles et vertueux, constitueraient des éléments suffisants pour produire à eux seuls, par un mécanisme biologique, des enfants disposant des mêmes vertus, qui seraient dotés des mêmes aptitudes et des mêmes qualités morales que leurs aïeux, ne s’observe pas dans les traités nobiliaires27. À la suite des penseurs humanistes, et peut-être à l’appui de leurs propres observations, plusieurs théoriciens soulignent d’ailleurs que dans les faits, la vertu des parents ne se retrouve pas toujours dans leur progéniture.

  • 28 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, o española, Madrid, Luis Sanchez, 1611, v (...)
  • 29 Antoine FuretiereDictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnout & Reinier Leers, t. III, p. (...)
  • 30 Pierre Corneille, Cinna, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard, 2005, p. 51 (I, 3, v. 237-238).
  • 31 Ibid., p. 105 (V, 1, v. 1444).
  • 32 Le mot « sang » n’est généralement pas employé dans le même sens selon que les sources traitent de (...)

15Un certain nombre de traités insistent néanmoins sur le critère du « sang » qui relie les nobles à leurs ancêtres, mais le mot est alors le plus souvent employé dans un autre sens que celui qui renvoie au liquide vital. Cette polysémie est d’ailleurs explicitée par les dictionnaires. L’humeur, ou le liquide coulant dans les veines, y correspond certes à la définition énoncée dans un premier temps, mais le « sang » est ensuite également défini au sens de « lignage », de « parenté ». En 1611, dans le Tesoro de la lengua Castellana, Covarrubias écrit : « Sang signifie parfois lignage28. » En 1690, Furetière ne dit pas autre chose : « SANG, se dit aussi de la parenté29 » ; L’Encyclopédie reproduira cette polysémie. Et c’est essentiellement dans ce sens de « parenté » que le mot « sang » et ses équivalents sont employés dans les traités de noblesse. Faire reposer la noblesse sur le sang, c’était défendre une conception fermée de la noblesse, fondée sur l’ancienneté, cela revenait à s’opposer aux anoblissements ou, plus souvent, à relativiser ou à minimiser la noblesse des anoblis. Que les dictionnaires ainsi que les écrits médicaux emploient principalement le mot « sang » dans le sens de l’humeur, du liquide physiologique, ne doit donc pas générer de contresens concernant les écrits traitant de la noblesse. Le constat est valable pour les traités comme pour la fiction et notamment le théâtre lorsqu’il fait la part belle au thème nobiliaire, par exemple dans Cinna (1640), une pièce dans laquelle Corneille projette le thème de la noblesse sur les conflits civils à Rome. Non sans jouer sur la polysémie, c’est en référence à son aïeul, Pompée, ennemi de César, que Cinna emploie le mot « sang » pour exprimer sa volonté d’assassiner Auguste, fils adoptif du vainqueur d’Alésia : « Ainsi d’un coup mortel la victime frappée / Fera voir si je suis du sang du grand Pompée30 ». Le personnage d’Auguste recourt également au mot « sang » pour désigner l’aïeul de Cinna et le conflit qui oppose les deux familles depuis plusieurs générations : « Ce sang qui t’avait fait du contraire parti31 ». En contexte nobiliaire, le « sang » renvoie ainsi la plupart du temps au lignage, à la parenté32.

  • 33 María Isabel Lorca Martín de Villodres, La Nobleza en los comienzos del Estado Moderno. El pensamie (...)

16Il serait toutefois tentant de voir une exception dans l’un des traités qui défendent une conception fermée de la noblesse, à savoir l’ouvrage de Juan Arce de Otálora, qui fut oídor (magistrat judiciaire) de la chancellerie de Grenade puis de celle de Valladolid33. Écrit en latin, après une première parution à Grenade en 1553 et deux republications en 1559 et 1570, il fut de nouveau réédité à Madrid en 1613. Plusieurs fois mentionné et discuté par Moreno de Vargas, ce traité de noblesse écrit au milieu du seizième, bénéficiait donc encore d’une vive actualité dans la première moitié du dix-septième siècle. On y lit notamment :

  • 34 Juan Arce de Otalora, Summa nobilitatis hispanicae, Madrid, Ludovicus Sanchez, 1613, p. 360 : « sub (...)

« En effet, le sang illustre et délicat, duquel les nobles sont abondamment pourvus pour la majorité d’entre eux, rend leur esprit plus fin, comme l’ont dit les philosophes, et à l’inverse le sang obscur et grossier engendre des esprits engourdis et stupides pour le plus grand nombre chez les paysans et les hommes du peuple34 ».

  • 35 Sur les usages métaphoriques du sang, je soutiens donc ici l’interprétation inverse de celle que dé (...)
  • 36 Juan Arce de Otalora, Summa nobilitatis..., op. cit., p. 210 : « Respondeo, aut loquimur in nobilit (...)
  • 37 Ibid. : « sed per sentiam mediante iure sanguinis, seu generis ».

17Contrairement aux apparences, peut-être, c’est bien par métaphore qu’Otálora « matérialise » la parenté en jouant lui aussi sur la polysémie du mot sanguis lorsqu’il oppose « le sang illustre et délicat » au « sang obscur et grossier ». S’il est tentant pour nous de lire le mot « sang », ou ses équivalents latins, italiens, castillans ou anglais, comme une métaphore lorsqu’il est entendu dans le sens de lignage ou de parenté, il faut ici comprendre qu’Otálora opère la démarche inverse : en sachant que le lignage représentait la principale signification du mot « sang » (« sanguis ») en contexte nobiliaire, c’est bien le sang comme fluide vital s’écoulant dans les veines, auquel Otálora associe des adjectifs relevant d’abord du domaine physiologique tels que « délicat », « obscur » et « grossier », qui constitue ici la métaphore, et qui renvoie en réalité à une signification morale et sociale, c’est-à-dire à la délicatesse ou à l’obscurité des aïeux sur l’échelle de l’honneur35. D’autres passages du traité indiquent sans équivoque que le mot « sang » est employé par ce jurisconsulte dans le sens de lignage ou de famille, lorsqu’il opère la distinction entre noblesse ancienne et récente : « soit nous parlons de la noblesse du sang, à savoir de la famille, soit de la noblesse de privilège36 ». Plus loin, l’auteur répète : « grâce à la loi du sang, c’est-à-dire de la famille37 ». Les expressions vel generis (« à savoir de la famille ») et seu generis (« c’est-à-dire la famille ») confirment que sanguinis (« sang ») renvoie à une définition strictement lignagère de la noblesse, qui ne doit pas être confondue avec une naturalisation de la supériorité nobiliaire que le liquide sanguin véhiculerait physiologiquement entre les générations. Selon Otálora, c’est la naissance et l’ancienneté du lignage qui font la noblesse, qui ne peut donc s’acquérir.

18L’idée selon laquelle la nature transmettrait de meilleures prédispositions entre les générations reliées par « le sang » noble (dans l’un ou l’autre sens du terme) n’est cependant pas totalement absente des traités. À chaque fois qu’elle est exprimée, néanmoins, cette affirmation est nuancée et ce critère « naturel » est complété par d’autres facteurs tels que l’éducation et la grâce royale. Une telle théorie est formulée par un membre du Sénat de Savoie, Guillaume d’Oncieu, dans La Precedence de la noblesse, un traité paru à Lyon en 1592 puis émis de nouveau l’année suivante. Selon lui, dès l’enfance s’observent des facultés inégales selon les individus, et cette inégalité ne pourrait pas être totalement compensée par l’éducation :

  • 38 « Même si tu chasses la nature à coup de fourche, elle reviendra toujours ».
  • 39 Guillaume d’Oncieu, La Precedence de la noblesse, Lyon, Jean Baptiste Buisson, 1593, p. 37-38.

« La nature ne s’est jamais astraincte d’esgaler ses enfans [...]. L’inegalité de leurs esprits se voyoit sus les autres dés leur enfance, en choses pueriles & de leur aage. D’une ceinture mal portee par Cesar, quoy que encor enfant, Sylla presagea son excellente inclination entre tous les Romains. En cecy donc consiste l’honneur deu de l’un à l’autre : c’est à dire une qualité plus excellente en l’un qu’en l’autre, laquelle nous honnorons du tiltre de Noblesse. Et quant à ce l’on pourroit la soustenir naturelle : car puis que la nature produit les plus forts & plus foibles, soit de force, soit de conseil & jugement, que nous disons naturel, & qui jamais ne se peut entierement couvrir par art, si nous en croyons Horace : Naturam expellas firca tamen usque recurret38. Il s’ensuit que la nature donne necessairement ceux cy aux autres : & que le Prince ne peut faillir lors qu’à l’imitation de nature recognoissant les plus suffisants à commander, semble plustost confirmer & approuver le don de nature qui leur est faict par elle de leur noblesse & honneur sus les autres, que la donner nouvellement39. »

19Ici, donc, l’existence de prédispositions innées chez certains individus est affirmée, tandis que le poids de l’éducation, s’il est rappelé, est minimisé. L’auteur fait surtout de la noblesse le résultat de la décision royale : le roi confère les honneurs à ceux qui ont bénéficié du « don de nature ». Selon ce livre, c’est le prince qui « approuve », qui confirme juridiquement la noblesse de ceux qui, par nature, depuis l’enfance et grâce à leurs ancêtres seraient intrinsèquement supérieurs. Oncieu, comme d’autres théoriciens, nourrit ainsi la querelle de rang entre noblesse ancienne et anoblis, et soutient la cause de la première au détriment des seconds.

  • 40 Florentin de Thierriat, Trois traictez, Paris, Lucas Bruneau, 1606, p. 254-257 ; Id., Discours de l (...)

20L’idée selon laquelle au sein des lignages nobles se transmettent de meilleures prédispositions, des prédispositions innées, qui doivent être complétées par l’éducation, est présente dans d’autres traités nobiliaires tels que ceux du Lorrain Florentin de Thierriat, dans l’Oráculo manual de Baltasar Gracián, dans The Gentile Sinner du clerc anglican Clement Ellis, ainsi que chez des théoriciens français tels que François de Grenaille ou le jésuite Claude-François Ménestrier40 :

  • 41 Claude-François Menestrier, Les Diverses Espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preuv (...)

« La Noblesse est un avantage de la Naissance que l’on a toûjours beaucoup consideré dans le monde, parce qu’elle semble transmettre avec le Sang des inclinations meilleures que ne sont celles des personnes nées dans une fortune mediocre. L’éducation que l’on prend soin de donner aux personnes dont la naissance est plus illustre, & la condition plus avantageuse, contribuë beaucoup à ces sentimens genereux qui élevent leur esprit au dessus de ceux du commun41. »

21Notons que l’emploi prudent par Ménestrier du verbe « sembler » (« elle semble transmettre avec le Sang ») est certainement révélateur de son incertitude, de son hésitation, face à un phénomène qu’il ne peut expliquer. Sur ce point précis, le traité exprime ainsi une croyance plutôt qu’un savoir.

La nature, le sang et le roi : des sources de noblesse souvent associées à Dieu

  • 42 Nicolas Caussin, La Cour saincte ou Institution chrestienne des Grands, Paris, Claude Morlot, Claud (...)
  • 43 Obadiah Walker, Of Education. Especially of Young Gentlemen. In Two Parts, Oxford, at the Theater, (...)

22La croyance en une origine divine de la noblesse et de l’inégale distribution de la vertu s’avère fréquemment exprimée dans les sources, et cet aspect n’a été qu’assez peu commenté par les historiens. De nombreux théoriciens des seizième et dix-septième siècles ont sans ambiguïté affirmé qu’un rôle était joué par Dieu, par la providence, ou du moins par une entité transcendante dans l’attribution des qualités parmi les hommes et dans l’établissement d’un ordre social fondamentalement inégal : on relève ces théories, entre autres exemples, dans les ouvrages français du jésuite Nicolas Caussin ou du prince de Conti, Armand de Bourbon42, ainsi que dans le livre anglais d’Obadiah Walker. Selon ce dernier, les corps humains, inégaux, seraient plus ou moins bien disposés à recevoir de Dieu les qualités de l’âme : « Dieu Tout-Puissant distribuant ces dons de nature à chacun dans la mesure qu’il pense la plus appropriée », écrit-il au début de son traité d’éducation des gentlemen43. Les mots de Walker sont en outre révélateurs de la relative indistinction de Dieu et de la nature.

  • 44 Les imbrications du théologique et du physique ou du naturel au dix-septième siècle ont pourtant ét (...)
  • 45 Sebastián de Covarrubias, Tesoro..., op. cit., vol. I, f. 561r° : « Natura, Latine natura, dicta es (...)

23Or cette indistinction est fréquente44. Dans le Tesoro de la lengua castellana, Covarrubias s’en remet à Isidore de Séville selon qui la « nature » est « ce que l’ordre divin de toutes choses fait naître45 ». Furetière confère également au terme une signification religieuse, qui fait écho au mythe de la Création :

  • 46 Antoine Furetière, op. cit, t. II, p. 711.

« L’Autheur de la nature a disposé toutes choses en un ordre merveilleux. Il n’y a rien en toute la nature qui ne soit admirable, où on ne reconnaisse le doit de Dieu. [...] NATURE, se dit aussi de l’action de la Providence qui agit en tous les corps, & qui leur donne certaines proprietez46 ».

24C’est en ce sens qui implique la providence ou l’action divine qu’il faut souvent comprendre bien des développements des traités nobiliaires relatifs à l’origine des inégalités entre les hommes ou à la transmission intergénérationnelle de la vertu. Dans la traduction en langue française du célèbre Cortegiano de Castiglione par Gabriel Chappuis, on peut lire en effet ces mots attribués à Ludovico, comte de Canossa :

  • 47 Gabriel Chappuis, Le Parfait Courtisan du comte Baltasar Castillonnois, Lyon, Jean Huguetan, 1585, (...)

« les hommes plus signalez sont nobles, pource que nature en toute chose a mis & caché celle occulte semence qui donne une certaine force & proprieté de son commancement, à tout ce qui en descend, & le fait semblable à elle. Comme non seulement nous voyons és haraz de chevaux & autres animaux, mais aussi és arbres, desquels les sions, greffes & rameaux ressemblent quasi tousjours au tronc ou tyge, & si quelquefois ils degenerent c’est la faute du mauvais jardinier47 ».

  • 48 Thomas Hoby, The Courtier of Counte Baldessar Castillo, London, Thomas Creede, 1603 (1593), « The f (...)
  • 49 Nicolas Pasquier, Le Gentilhomme, Paris, Jean Petit-Pas, 1611, p. 1-5. Sur cet auteur et son traité (...)

25La signification religieuse du mot « nature », qui renvoie à l’action divine, est ici d’autant plus évidente que le terme est employé de manière allégorique. Cette origine « naturelle », là encore, appelle le complément éducatif évoqué par l’analogie végétale et le « jardinier ». Signalons en outre l’usage de l’expression « occulte semence », traduction de l’original italien occulto seme, qui a par ailleurs été traduit par l’expression privee seede dans la version anglaise du Courtisan, The Courtier, issue de la plume de Thomas Hoby48. Notons également que cet extrait, écrit par Chappuis, fut repris et approprié au mot près ou presque par Nicolas Pasquier, auteur du Gentilhomme paru en 1611, ce qui nous renseigne aussi sur certaines des pratiques d’écriture à l’œuvre à l’époque49.

  • 50 Dinah Ribard, « Travail intellectuel et violence politique : théoriser la noblesse en France à la f (...)

26Le mot « semence » et le champ lexical du « secret » sont employés par d’autres théoriciens de la noblesse, notamment par Gilles-André de La Roque. Lui aussi confère en effet une dimension religieuse à la théorie de la noblesse et de sa transmission intergénérationnelle. Après avoir produit des travaux généalogiques et pris part aux enquêtes de noblesse en tant qu’agent de la monarchie dans la généralité de Rouen, La Roque publia un Traité de la noblesse, en 1678. Ce livre prolonge par l’écriture et par la théorie le façonnement d’une noblesse à la fois fermée et conforme à la volonté politique de Colbert et de Louis XIV50. La préface du livre débute par ces mots :

  • 51 Gilles André de La Roque, Traité de la noblesse, de ses differentes especes, Paris, chez Estienne M (...)

« LA Noblesse est une qualité qui rend genereux celuy qui la possede, & qui dispose secretement l’ame à l’amour des choses honestes. La vertu des ancestres donne cette excellente impression de Noblesse. Il y a dans les semences je ne sçay quelle force, & je ne sçay quel principe qui transmet, & qui continuë les inclinations des Peres à leurs descendans : Et tout homme issu de Grands & Illustres personnages, ressent incessamment au fond de son cœur un certain mouvement qui le presse de les imiter : & leur memoire le sollicite à la gloire & aux belles actions51. »

  • 52 Antoine Furetière, op. cit., t. III, p. 508.
  • 53 Aimar de Rançonnet, Jean Nicot, Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, D (...)
  • 54 Jacques Guillemeau, Les Œuvres de chirurgie, Rouen, Jean Viret, François Vaultier, Clément Malassis (...)
  • 55 Richard Scholar, Le Je-ne-sais-quoi. Enquête sur une énigme, trad. Th. Constantinesco, Paris, Press (...)

27La dimension religieuse du propos de La Roque est induite par les mots « secretement », « âme » et « semence », ainsi que par l’expression « je ne sais quoi », des termes dont le sens mérite d’être précisé et contextualisé. Furetière, dans la première acception qu’il présente pour l’adjectif « secret », l’associe à « la Providence ». Au sens figuré, il affirme aussi que le secret désigne des « choses spirituelles & morales52 ». Rappelons ensuite que la « semence » (celle des hommes), mot employé aussi bien par La Roque que par Chappuis, désigne généralement le sperme, comme l’indiquent les dictionnaires tels que par exemple le Thresor de la langue française de Jean Nicot, selon lequel les équivalents latins des « semences d’homme ou de beste » sont en effet urina genitalis et semen53. Or cette « semence », considérée par bon nombre de médecins comme un dérivé du sang, était également impliquée dans l’action divine d’après bien des textes : dans les Œuvres de chirurgie de Jacques Guillemeau par exemple, la « semence » – ou le « sperme » – est définie comme « une racine, fondement & principe de vie, que Dieu a attaché à toutes choses qu’il a creées54 ». Notons d’ailleurs que le propos de La Roque conforte ainsi par la théorie la transmission patrilinéaire de la noblesse puisqu’en plus du premier indice que constitue la mention de cette « semence », le choix des mots participe d’une conception masculine de la filiation : l’archétype du descendant est désigné par l’expression « tout homme » tandis que les ascendants mentionnés ici ne sont que des « Peres ». La dimension religieuse du propos de La Roque, dans l’extrait cité, est enfin impliquée par l’expression « je ne sais quoi » formulée à deux reprises (« je ne sçay quelle force, & je ne sçay quel principe »). Étudié par Richard Scholar, le « je-ne-sais-quoi » désigne, selon un héritage aristotélicien et scolastique, ce que l’on ne peut « exprimer » ou « expliquer », en particulier parmi les principes généraux des phénomènes dits « naturels », qui présentent tous les traits de la providence divine. L’expression « je-ne-sais-quoi » renvoie en effet à la « nature » en tant qu’« agent secret qui planifie et met en œuvre toutes les opérations qui se déroulent dans le monde matériel », et qui obéit à des lois telles que celle d’après laquelle « la nature ne fait rien en vain55 ».

  • 56 Gilles André de La Roque, loc. cit.

28Comme bien des théoriciens, La Roque ne fait pas de la transmission de la vertu un phénomène systématique et admet que des descendants de nobles vertueux puissent décevoir et tomber dans la « honte » et le « mépris56 ». Lorsqu’elle est effectivement transmise, l’auteur indique cependant d’autres facteurs que le « je-ne-sais-quoi » des « semences » pour expliquer la vertu des descendants des lignages nobles, tels que la « mémoire » des glorieux ancêtres, ainsi qu’une certaine pression sociale qui incite à « les imiter », ce qui, là encore, appelle une solide éducation.

  • 57 Alexandre de Pontaymerie, Livre de la parfaicte vaillance, op. cit., p. 17 ; sur cet auteur, voir B (...)
  • 58 Robert Descimon, « Les paradoxes d’un juge seigneurial... », art. cit.
  • 59 Charles Loyseau, op. cit., p. 44.

29Enfin, cette interprétation, que l’on pourrait qualifier de religieuse ou de providentielle, de la distribution de l’ordre social, de l’inégalité fondamentale entre les hommes, ne s’observe pas seulement chez les théoriciens qui traitent de la transmission de la noblesse des parents aux enfants par le biais de l’occulte semence ou de « je ne sais quel » procédé « naturel ». On la trouve également chez ceux qui, comme Alexandre de Pontaymerie ou Charles Loyseau, articulent leur théorisation de l’ordre social avec la distribution des honneurs par le prince, avec la monarchie de droit divin. Gentilhomme dauphinois et protestant attaché au parti d’Henri IV, Pontaymerie affirme ainsi que la noblesse « fut cree de Dieu par les Roys » pour combattre les vices57. Robert Descimon démontre que les développements juridiques de Loyseau se fondent quant à eux sur le socle de la foi58. Loyseau, dans le Traité des ordres, présente en effet le prince comme le « distributeur ordonné de Dieu de l’honneur59 » : c’est Dieu qui, au travers du prince, dispense les honneurs nobiliaires et organise l’ordre social, ce qui permettait à Loyseau, au lendemain des guerres de Religion qui avaient occasionné le régicide ainsi que de vives critiques contre la noblesse, de légitimer à la fois la monarchie de droit divin et la noblesse, dans un royaume dont la pacification serait favorisée par une juste distribution des honneurs nobiliaires.

Conclusion

  • 60 Camille Pollet, « Le lait et la vertu : définir la « nourriture » de la petite enfance dans les tra (...)

30D’autres aspects et d’autres exemples permettraient de compléter le traitement de la question, tels que l’étude des recommandations concernant le choix de la future épouse (et donc de la future mère) dans les traités adressés aux jeunes hommes (le critère moral est généralement privilégié) ou l’analyse des développements concernant l’alimentation, et parmi eux ceux qui traitent de l’allaitement, dont la capacité à véhiculer la vertu et les modalités de cette transmission furent également débattues parmi les écrits des médecins, des moralistes et des théoriciens de la noblesse60.

  • 61 Sur ce point de méthode, je renvoie aux travaux du Grihl, notamment : Grihl, De la publication. Ent (...)

31À la différence d’une histoire des idées qui chercherait à dégager des tendances et des évolutions, en postulant de manière plus ou moins explicite une identité entre des écrits et la pensée de leurs auteurs voire les mentalités collectives, et faisant fi de tous les biais induits par une opération d’écriture61, et notamment de ceux qu’implique le contrôle des imprimés par les autorités, le parti pris méthodologique retenu ici consiste à observer les représentations écrites et théoriques de la noblesse au prisme des controverses. Cette étude des débats ne constitue pas un choix opéré a priori mais relève assez vite de l’évidence lorsque les traités nobiliaires du dix-septième siècle sont observés dans leur pluralité. Ces débats de définition de la noblesse et des modalités de sa transmission étaient animés par divers enjeux politiques, institutionnels et sociaux à l’échelle des États, et les acteurs qui y prenaient part menaient aussi des stratégies qui concernaient des individus tels que les auteurs eux-mêmes ainsi que parfois les libraires et les dédicataires. En outre, au risque de décevoir certaines attentes peut-être, la permanence des débats de définition produits par les traités nobiliaires empêche de dégager véritablement un archétype noble théorique propre à chacun des espaces étatiques d’Europe de l’Ouest à l’époque moderne. Il existe certes des aspects sociaux et statutaires caractéristiques de chacun des espaces monarchiques et qui sont bien connus de l’historiographie, mais sur le plan théorique, ce sont surtout les controverses qui partout prédominent, en particulier autour du dilemme de l’ouverture ou de la fermeture de la noblesse, même si certaines particularités nationales ressortent souvent des traités telles que la dualité de la noblesse anglaise, partagée entre les Lords et la gentry, ou les liens entre noblesse et limpieza de sangre en Espagne. On admettra ici tout au plus que les débats pouvaient être rythmés et orientés de manière différente selon les États, en fonction des politiques qui y étaient menées en matière de noblesse, comme on l’a vu au travers du moment que constituent les enquêtes sous le règne de Louis XIV.

  • 62 Bien des éléments contenus dans cet article ont été présentés et soumis à la discussion à l’occasio (...)

32Enfin, si dans certaines de ces représentations écrites produites à l’époque moderne, il est dit que la « nature » ou le « sang » ont pu jouer un rôle dans la transmission de qualités propres aux nobles entre les générations, plusieurs précisions s’imposent. Tout d’abord, ce phénomène supposé est explicitement réfuté par bon nombre de théoriciens, attachés à une noblesse ouverte, fondée sur la vertu ou le mérite, le service de la monarchie et la grâce royale. Ensuite, en contexte nobiliaire, le mot « sang », le plus souvent, ne désigne pas autre chose que le lignage, la parenté, les aïeux. Quand l’idée d’une transmission « naturelle » par le sang ou la semence des qualités de la noblesse entre les générations est exprimée, elle est systématiquement relativisée, en particulier par rapport au poids de l’éducation. Elle est surtout à distinguer de tout mécanisme biologique, et bien plutôt à rapprocher dans bien des cas d’une croyance religieuse. Il ne s’agit pas de réfuter la pertinence d’une inscription de la noblesse et de ses représentations à l’époque moderne dans ce que serait une histoire longue de la construction des catégories raciales. Il s’agit plutôt de souligner la complexité et les spécificités des phénomènes nobiliaires européens, ceux du dix-septième siècle au moins, et de redire que leurs ressemblances avec des représentations et des pratiques plus récentes sont certainement plus ténues que ce que suggère une part encore importante de l’historiographie62.

Haut de page

Notes

1 Élie Haddad, « Le terme de race en contexte nobiliaire : une histoire sociale (France, xvie siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°68-2, 2021, p. 131-158, p. 135-136. Mon travail sur cette question est très redevable au séminaire « Pouvoirs et société » qu’Élie Haddad anime à l’EHESS avec Fanny Cosandey et Robert Descimon.

2 André Devyver, Le Sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime (1560-1720), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1973 ; Arlette Jouanna, L’Idée de race en France au xvie siècle et au début du xviie siècle (1498-1614), Paris, Honoré Champion, 1976

3 Jean-Frédéric Schaub, Silvia Sébastiani, Race et histoire dans les sociétés occidentales (xve-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 2021, p. 32. L’ensemble du premier chapitre de cet ouvrage est consacré à la question de la noblesse. Voir également Jean-Frédéric Schaub, « La formation des catégories raciales », Politika, 2017, p. 1-35, https://politika.io/fr/notice/formation-categories-raciales. Id., « Le sang, notion politique et régulateur social sous l’Ancien Régime : pour une histoire longue de la race », in Clio Themis. Revue électronique d’histoire du droit, 16, 2019 [doi : 10.35562/cliothemis.525]. Je profite de cette note pour remercier Jean-Frédéric Schaub pour sa franche ouverture à la discussion, ainsi que pour m’avoir permis de présenter mon travail dans le cadre du séminaire « la race à l’âge moderne » qu’il anime à l’EHESS avec Anne Lafont et Silvia Sebastiani. Je signale également cette importante contribution à l’histoire culturelle du sang : David Biale, Le Sang et la Foi. Circulation d’un symbole entre juifs et chrétiens, trad. S. Courtine-Denamy, Montrouge, Bayard, 2009 (1re éd. en anglais en 2007).

4 Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, “essence” ou rapport social ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°46-1, 1999, p. 5-21, p. 12-13. La critique de « l’idée de race » telle qu’Arlette Jouanna la définit au début de son ouvrage est partagée par Élie Haddad dans l’article précédemment cité.

5 Adolfo Carrasco Martínez, Sangre, honor, privilegio. La nobleza española bajo los Austrias, Barcelona, Ariel, 2000, p. 31.

6 Christine Orobitg, Le Sang en Espagne. Trésor de vie, vecteur de l’être. xve-xviiie siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2018, p. 236.

7 Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat : Camille Pollet, Définir la noblesse : écriture et publication des traités nobiliaires en Angleterre, en France et en Espagne au xviie siècle, thèse de l’Université de Nantes, 2019. Une version remaniée et retravaillée est à paraître. Sur l’histoire de l’idée d’honneur en Espagne écrite à partir de ces traités, voir José Antonio Guillén Berrendero, La Idea de nobleza en Castilla durante el reinado de Felipe II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2007.

8 Sur ces éléments de contexte, sans exhaustivité, on peut mentionner : Richard Cust, Charles I and the Aristocracy, 1625-1642, Cambridge, Cambridge University Press, 2013 ; Stéphane Jettot, François-Joseph Ruggiu, L’Angleterre à l’époque moderne. Des Tudors aux derniers Stuarts, Paris, A. Colin, 2017 ; François-Joseph Ruggiu, « La gentry anglaise : un essai de définition au tournant des xviie et xviiie siècles », Dix-septième siècle, n°197-4, 1997, p. 775-795 ; Fanny Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 284 ; Valérie Pietri, « Bonne renommée ou actes authentiques : la noblesse doit faire ses preuves (Provence, xviie-xviiie siècles) », Genèses, n°74-1, 2009, p. 5-24. Sur les mobilités sociales à l’époque moderne, voir également Anna Bellavitis, Laurence Croq, Monica Martinat (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009 ; Richard Flamein, La Société fluide. Une histoire des mobilités sociales. xviie-xixe siècle, Rennes, PUR, 2018. Les derniers travaux cités discutent des recherches importantes mais plus anciennes, notamment : Roland Mousnier, Les Hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF, 1969 ; Daniel Roche, Ernest Labrousse (dir.), Ordres et classes. Colloque d’histoire sociale. Saint-Cloud, 24-25 mai 1967, Paris-La Haye, Mouton, 1973. Voir également : Roland Mousnier, La Vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, PUF, 1971 (1947). Sur l’espace ibérique : Enrique Soria Mesa, La Nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid, Marcial Pons, 2007 ; Irving A. A. Thompson, « The Nobility in Spain, 1600-1800 », in Hamish M. Scott (dir.), The European Nobilities in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Volume I. Western Europe, London, New York, Longman, 1995, p. 174-236 ; Sur la question de la pureté de sang en Espagne, voir notamment Albert Sicroff, Les Controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du xve au xviie siècle, Paris, Didier, 1960 ; Raphaël Carrasco, Annie Molinié, Béatrice Perez (dir.), La Pureté de sang en Espagne. Du lignage à la « race », Paris, PUPS, 2011. Pour une mise au point récente sur l’historiographie de la noblesse à l’époque moderne : Élie Haddad, « L’histoire de la noblesse. Quelques perspectives récentes », in Nicolas Le Roux (dir.), Faire de l’histoire moderne, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 65-94.

9 Concernant la capacité des représentations à prendre part à la construction des réalités sociales, voir Roger Chartier, « Défense et illustration de la notion de représentation », Working Papers des Sonderforschungsbereiches, n°640-2, 2011, p. 5-12 ; Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, p. 536-564. Voir également Judith Butler, Troubles dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité (trad. C. Kraus), Paris, La Découverte, 2006 (1re éd. en anglais en 1990).

10 Robert Descimon, « Les paradoxes d’un juge seigneurial. Charles Loyseau (1564-1627) », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n°27, 2001, mis en ligne le 23 novembre 2008, [doi : 10.4000/ccrh.1333] ; Brigitte Basdevant-Gaudemet, « Puissance publique et fonction publique chez Charles Loyseau », Revue historique de droit français et étranger, n° 80-3, 2002, p. 281-296.

11 Charles Loyseau, Traité des ordres et simples dignitez, « Chasteaudun » [Paris], Abel L’Angelier, 1610, p. 37.

12 Ibid.

13 John Horden, « Peacham, Henry (b. 1578, d. in or after 1644) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Online edition, 2004, [https://doi.org/10.1093/ref:odnb/21667]

14 Henry Peacham, The Compleat Gentleman, London, [John Legat] for Francis Constable, 1622, p. 2 : « Surely, to beleeve that Nature (rather the God of Nature) produceth not the same among our selves, is to question the rarest Worke-mistris of Ignorance or Partialitie, and to abase our selves beneath the Beast. Nobilitie then (taken in the generall sence) is nothing else then a certaine eminency, or notice taken of some one above the rest, for some notable act performed, bee it good or ill; ».

15 Vicente Navarro, « Bernabé Moreno de Vargas. Historiador de Mérida », Revista de Estudios Extremeños, n°XIX-III, 1963, p. 605-628 ; Manuel Nieto Cumplido, Joaquín Moreno Manzano, « Bernabé Moreno de Vargas, oriundo de Don Benito », Boletín de la Real Academia de Córdoba de Ciencias, Bellas Lettras y Artes, n° 61-118, 1990, p. 163-173.

16 Bernabé Moreno de Vargas, Discursos de la nobleza de España, Madrid, viuda de Alonso Martin, 1622, f. 36v° : « no es cosa natural, ni de sangre, ni propagada en la generacion de los linages, sino una calidad positiva, abstracta, y separada dellos, dada por el Principe ».

17 Augustin Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au siècle d’Or », in Augustin Redondo (dir.), Les Parentés fictives en Espagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 15-36 ; Roberto Bizzocchi, Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, trad. L. de Los Santos et L. Fournier-Finoccharo, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2010 ; Hélène Tropé, « Généalogies légendaires et parentés inventées. L’exaltation du sang divin de Lerma et de sa parenté avec Philippe III dans Prosapia de Christo (1614) de Diego Matute de Peñafiel Contreras », in Teresa Rodríguez, Florence Raynié, Monica Güell (dir.), Dire, taire, masquer les origines dans la péninsule ibérique du Moyen Âge au Siècle d’Or, Toulouse, FRAMESPA – Université Toulouse-Le Mirail, 2013, p. 131-149.

18 Bernabé Moreno de Vargas, op. cit., f. 12r°, f. 20r°.

19 Ibid., f. 5r° : « Quantos hombres aura en España del estado llano, y comun, que desciendan de los nobles Godos que en su perdicion se retiraron a las Montañas, y de alli salieron despues ellos, y sus descendientes a conquistar, y poblar toda la tierra? Quantos vendran de los muchos Infanzones, ricos hombres, Infantes, y grandes Cavalleros de aquellos tiempos, pues de los mas dellos no sabemos oy con certeza quienes desciendan? y por el contrario, quantos aura tenidos por nobles, que sus passados no lo ayan sido? porque todo esto causa el tiempo, la pobreza, y la riqueza, la virtud, y el vicio, con que los unos se escurecieron, y los otros se aclararon ».

20 Mon interprétation du positionnement de Moreno de Vargas dans les débats sur la noblesse diverge de celle exprimée dans un passage de cet ouvrage, qui range le regidor de Mérida parmi les auteurs selon lesquels le noble serait « doté d’un penchant inné pour la vertu ainsi que d’une naturelle generositas » : Christine Orobitg, op. cit., p. 237.

21 Henri Estienne, La Noblesse civile et chrestienne, Paris, Toussainct Quinet, 1645, p. 7-9.

22 Valérie Pietri, art. cit.

23 Par exemple : « Déclaration du roi, portant Réglement contre ceux qui ont usurpé les qualités de Noble-homme, d’Ecuyer, de Messire & de Chevalier. Donnée à Versailles le 4 Septembre 1696. Registrée au Parlement de Tournay le 16 Octobre suivant », in Recueil des édits, déclarations, lettres-patentes, &c. enregistrés au Parlement de Flandres ; des arrêts du Conseil d’État particuliers à son ressort ; ensemble des arrêts de réglemens rendus par cette cour, depuis son érection en Conseil souverain à Tournay, t. II, Douay, Derbaix, 1785, p. 530-533.

24 Valérie Pietri, « Être noble par-delà les lois du roi. Des anoblissements taisibles en Provence après les enquêtes de vérification de noblesse (1716-1789) », in Héloïse Hermant (dir.), Le Pouvoir contourné. Infléchir et subvertir l’autorité à l’âge moderne, Paris, Garnier, 2016, p. 347-374.

25 Alexandre Belleguise, Traité de la noblesse suivant les préjugez rendus par les Commissaires deputez pour la verification des titres de Noblesse en Provence, 1669, « Aux nobles de Provence ».

26 Ibid., p. 1, 5.

27 Plusieurs travaux ont démontré de manière convaincante que l’on aurait tort de voir en la naissance et la vertu deux critères de noblesse opposés. Quand il est défendu, le critère de la naissance, du « sang », est considéré comme une source de vertu. Voir notamment Claude-Olivier Doron, L’Homme altéré. Race et dégénérescence (xviie-xixe siècles), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016, Chap. 2, « Race oblige : la noblesse et la vertu », p. 88-126, p. 104 : « Il y a, de ce point de vue, une stabilité d’un ordre discursif qui articule noblesse, vertu et race » ; Michel Nassiet, « Pedigree and valor. Le problème de la représentation de la noblesse en France au xvie siècle », in Josette Pontet, Michel Figeac, Marie Boisson, La Noblesse de la fin du xvie au début du xxe siècle. Un modèle social ?, t. I, Anglet, Atlantica, 2002, p. 251-269.

28 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, o española, Madrid, Luis Sanchez, 1611, vol. II, f. 21v° : « SANGRE [...]. Propiamente la sangre es aquella que està dentro de las venas, esto es segun los Latinos, pero nosotros no hazemos diferencia inter sanguinem, & cruorem. Sangre, algunas vezes sinifica parentesco. »

29 Antoine FuretiereDictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnout & Reinier Leers, t. III, p. 476-477.

30 Pierre Corneille, Cinna, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard, 2005, p. 51 (I, 3, v. 237-238).

31 Ibid., p. 105 (V, 1, v. 1444).

32 Le mot « sang » n’est généralement pas employé dans le même sens selon que les sources traitent de noblesse ou de médecine. Cette analyse et son résultat diffèrent donc des choix de méthode et des interprétations que proposent Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani : « On peut ventiler les livres et traités composés entre le xvie et le xviiie siècle en genres identifiables, tels que cours de théologie, gloses juridiques, traités de médecine, dissertations sur l’art de gouverne, plaidoyers pour un groupe social […]. Mais si cette répartition aide à identifier les différents registres, l’interprétation des textes demande qu’on prenne en compte le fait que ces genres communiquent et se contaminent mutuellement, depuis les bancs des universités jusqu’au comptoir des librairies » (Jean-Frédéric Schaub, Silvia Sebastiani, op. cit., p. 29).

33 María Isabel Lorca Martín de Villodres, La Nobleza en los comienzos del Estado Moderno. El pensamiento del jurista Juan Arce de Otálora, situado en la encrucijada del Medievo y la Modernidad, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2004.

34 Juan Arce de Otalora, Summa nobilitatis hispanicae, Madrid, Ludovicus Sanchez, 1613, p. 360 : « subtilis enim & clarus sanguis, quo nobiles ad plurimum abundant, subtiliores procreat in eis spiritus, ut dicunt philosophi. Et per contrarium obscurus et pingui sanguis hebetes et crassos creat spiritus ut ad plurimum in rusticis, et plebeis ».

35 Sur les usages métaphoriques du sang, je soutiens donc ici l’interprétation inverse de celle que défend cet article : Jean-Frédéric Schaub, « Le sang, notion politique et régulateur social... », art. cit.

36 Juan Arce de Otalora, Summa nobilitatis..., op. cit., p. 210 : « Respondeo, aut loquimur in nobilitate sanguinis, vel generis, vel in nobilitate privilegi[s] ».

37 Ibid. : « sed per sentiam mediante iure sanguinis, seu generis ».

38 « Même si tu chasses la nature à coup de fourche, elle reviendra toujours ».

39 Guillaume d’Oncieu, La Precedence de la noblesse, Lyon, Jean Baptiste Buisson, 1593, p. 37-38.

40 Florentin de Thierriat, Trois traictez, Paris, Lucas Bruneau, 1606, p. 254-257 ; Id., Discours de la préférence de la noblesse aux officiers, [s. l], [s. n], 1607, p. 21 ; Baltasar Gracián, Oráculo manual y arte de prudencia, Amsterdam, Juan Blaeu, 1659, p. 45 ; Clement Ellis, The Gentile Sinner, or England’s Brave Gentleman Characterized in a Letter to a Friend as He is and as He Should Be, Oxford, Henry Hall for Edward and John Forrest, 1660, p. 51 ; François de Grenaille, L’Honneste Garçon, Paris, Toussainct Quinet, 1642, p. 61-80.

41 Claude-François Menestrier, Les Diverses Espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preuves, Paris, R. J. B. de la Caille, 1684, préface.

42 Nicolas Caussin, La Cour saincte ou Institution chrestienne des Grands, Paris, Claude Morlot, Claude Preudhomme, 1642, p. 6-7 ; Armand de Bourbon, prince de Conti, Les Devoirs des grands, Paris, Denys Thierry, 1666, p. 1-2.

43 Obadiah Walker, Of Education. Especially of Young Gentlemen. In Two Parts, Oxford, at the Theater, 1673, p. 1 : « For granting what some Philosphers say, that they are originally equall in all men, as being the soul it self; yet in reality, because every soul comes into a body endued with various dispositions; and the Organs, which the soul employeth, and are necessary to the producing its operations as the soul it self, are not in all equally wel-disposed, these ariseth great variety of capacities, and abilities: God Almighty distributing these his Gifts of Nature to every one in what measure himself thinks fittest. »

44 Les imbrications du théologique et du physique ou du naturel au dix-septième siècle ont pourtant été soulignées et analysées par plusieurs travaux : Jean-Robert Armogathe, La Nature du monde. Science nouvelle et exégèse au xviie siècle, Paris, PUF, 2007 ; Lorraine Daston, Michael Stolleis (dir.), Natural Law and Laws of Nature in Early Modern Europe. Jurisprudence, theology, moral and natural philosophy, Farnham, Ashgate, 2008 ; John R. Milton, « Laws of nature », in Daniel Garber, Michael Ayers, The Cambridge History of Seventeenth Century Philosophy, vol. I, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 680-701.

45 Sebastián de Covarrubias, Tesoro..., op. cit., vol. I, f. 561r° : « Natura, Latine natura, dicta est ab eo, quod aliquid nasci faciat, diuinus omnium rerum ordo, quo omnia mouentur, oriuntur & occidunt. »

46 Antoine Furetière, op. cit, t. II, p. 711.

47 Gabriel Chappuis, Le Parfait Courtisan du comte Baltasar Castillonnois, Lyon, Jean Huguetan, 1585, p. 36-37.

48 Thomas Hoby, The Courtier of Counte Baldessar Castillo, London, Thomas Creede, 1603 (1593), « The first Booke of the Courtier », non paginé.

49 Nicolas Pasquier, Le Gentilhomme, Paris, Jean Petit-Pas, 1611, p. 1-5. Sur cet auteur et son traité, voir Denise Carabin, « Introduction », in Nicolas Pasquier, Le Gentilhomme (éd. Denise Carabin), Paris, Honoré Champion, 2003 (1611), p. 11-138.

50 Dinah Ribard, « Travail intellectuel et violence politique : théoriser la noblesse en France à la fin du xviisiècle », in Vincent Azoulay et Patrick Boucheron (dir.), Le Mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 353-368 ; Id., « Livres, pouvoir et théorie. Comptabilité et noblesse en France à la fin du xviie siècle », Revue de synthèse, t. 128, 6e série, n°3-4, 2007, p. 395-417.

51 Gilles André de La Roque, Traité de la noblesse, de ses differentes especes, Paris, chez Estienne Michallet, 1678, Préface.

52 Antoine Furetière, op. cit., t. III, p. 508.

53 Aimar de Rançonnet, Jean Nicot, Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606, p. 589.

54 Jacques Guillemeau, Les Œuvres de chirurgie, Rouen, Jean Viret, François Vaultier, Clément Malassis, Jacques Besongne, 1699, p. 201.

55 Richard Scholar, Le Je-ne-sais-quoi. Enquête sur une énigme, trad. Th. Constantinesco, Paris, Presses universitaires de France, 2010 (1re éd. en anglais en 2005), p. 35, 88, 93-94.

56 Gilles André de La Roque, loc. cit.

57 Alexandre de Pontaymerie, Livre de la parfaicte vaillance, op. cit., p. 17 ; sur cet auteur, voir Bruno Méniel, « Écrire noblement au xvie siècle : les choix formels d’Alexandre de Pontaymeri », Travaux de littérature, n°20, 2007, p. 247-268.

58 Robert Descimon, « Les paradoxes d’un juge seigneurial... », art. cit.

59 Charles Loyseau, op. cit., p. 44.

60 Camille Pollet, « Le lait et la vertu : définir la « nourriture » de la petite enfance dans les traités français et anglais sur la noblesse au xviie siècle », Histoire culturelle de l’Europe, n°2, 2017 : [http://www.unicaen.fr/mrsh/hce/index.php?id=508].

61 Sur ce point de méthode, je renvoie aux travaux du Grihl, notamment : Grihl, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002 ; Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire, littérature, témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009 ; Grihl, Écriture et Action. xviie-xixe, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016.

62 Bien des éléments contenus dans cet article ont été présentés et soumis à la discussion à l’occasion de deux manifestations scientifiques non-mentionnées plus haut : le colloque « L’eugénisme en question : généalogie, transmission et savoirs de l’hérédité du Moyen Âge à nos jours » organisé par Jérôme Luther Viret et Christophe Blanchard à l’Université de Lorraine les 7 et 8 septembre 2020 ; la séance du séminaire du CRHIA (Universités de Nantes et de La Rochelle) « La race et les races : perspectives historiques de longue durée » organisée par Antonio de Almeida Mendes et Éric Schnakenbourg à la MSH Ange Guépin à Nantes les 11 et 12 octobre 2021. Je remercie les organisateurs et les participants pour leurs questions et leurs remarques qui m’ont permis d’apporter à l’exposé quelques corrections et des clarifications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Pollet, « Nature, sang et noblesse : les débats relatifs à la transmission de la vertu et du statut social dans les traités nobiliaires parus en Europe de l’Ouest au xviie siècle »Les Dossiers du Grihl [En ligne], Hors-série n°7 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 04 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/10337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.10337

Haut de page

Auteur

Camille Pollet

Membre associé du CRHIA (Université de Nantes), Camille Pollet a soutenu en 2019 une thèse de doctorat en histoire intitulée « Définir la noblesse : écriture et publication des traités nobiliaires en Angleterre, en France et en Espagne au XVIIe siècle ». Mené sous la codirection de Dinah Ribard et de Yann Lignereux ; ce travail est à paraître aux Presses universitaires de Rennes. Il poursuit depuis d’autres recherches relatives aux controverses de noblesse et aux interactions entre pratiques d’écriture, livres et ordre social en Europe, entre la fin du XVIe et le début du XVIIIe siècle. Professeur d’histoire-géographie en banlieue parisienne, il a également enseigné à l’Université de Nantes ainsi qu’à l’Université de Bretagne Occidentale.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search