Navigation – Plan du site
Terrains et figures

L’image de feu Saint-Cyran. Un autre regard sur la bibliographie littéraire

Yasushi Noro

Notes de l’auteur

Okayama, 21 september 2016
This work was supported by JSPS KAKENHI Grant Numbers 15K0238107.

Texte intégral

  • 1 Albert de Meyer, Les premières controverses jansénistes en France (1640-1649), Louvain, Veuve Josep (...)

1Aujourd’hui, dans le milieu des études de Lettres et d’histoire, le nom de Saint-Cyran évoque d’emblée l’image d’un patriarche janséniste. Dans l’unique étude (ou presque) consacrée aux polémiques des jansénistes, intitulée Les premières controverses jansénistes en France (1640-1649), Albert de Meyer précise dès le début que « Jansénius et Saint-Cyran, on le sait, doivent être considérés au même titre comme les pères du jansénisme en France »1. Sous la plume de Meyer, Saint-Cyran reçoit le même titre que Jansénius, auteur de l’Augustinus, duquel dérive le nom du mouvement « jansénisme ». On peut donc considérer Saint-Cyran comme un des pères spirituels du jansénisme.

Notre étude ne visera pas à modifier cette image de Saint-Cyran mais à savoir comment et depuis quand elle lui a été attribuée.

La bibliographie traditionnelle de Saint-Cyran

  • 2 Jean Lesaulnier et Antony McKenna dir., Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004 (d (...)

2Pour commencer, consultons un dictionnaire de référence pour les études jansénistes, le Dictionnaire de Port-Royal, sous la direction de J. Lesaulnier et A. McKenna2.

3La plupart des rubriques en ont été établies par des dix-septiémistes littéraires. La notice « Duvergier de Hauranne, Jean-Ambroise (Bayonne, 1581-Paris, 11 octobre 1643) Abbé de Saint-Cyran » commence par la naissance de ce dernier et s’achève avec la mention sur sa mort. De concert avec la biographie, une bibliographie de ses « Œuvres » : la première publication mentionnée est la Question royalle et sa décision, parue en 1609, et les autres livres suivent par ordre chronologique. Avant son incarcération en 1638, Saint-Cyran publie ainsi une œuvre concernant l’affaire du Chapelet Secret du Saint Sacrement, puis la Théologie familière paraît en 1642, ce qui correspond au moment où il était emprisonné, enfin ses Lettres chrétiennes et spirituelles (2 volumes) sont imprimées entre 1645 et 1647, après sa mort. La bibliographie continue et cite encore deux autres ouvrages : « Lettres inédites, éd. A. Barnes, Paris, 1962 ; Correspondance complète, éd. D. Donetzkoff, 2002 (et travaux en cours) ». Rien ne serait plus exemplaire d’une écriture biographique et bibliographique concernant un homme très respecté. Sans ignorer les avantages et raisons d’être de cette sorte d’écriture bio-bibliographique, nous essayerons d’apporter un autre regard sur l’établissement d’une bibliographie.

4Saint-Cyran est incarcéré en 1638 et n’est libéré qu’après la mort de Richelieu. Comme l’indique sa bibliographie, la Théologie familière avait été imprimée d’abord sans l’accord de l’auteur alors emprisonné, puis à son instigation à la fin de 1642, alors qu’il était toujours en prison. Saint-Cyran quitte Vincennes le 6 février 1643 et meurt le 11 octobre de la même année. L’œuvre suivante relevée dans sa bibliographie, Lettres chrétiennes et spirituelles, sortie entre 1645 et 1647, est donc un livre posthume. La bibliographie traditionnelle et chronologique a pour but d’énumérer tout l’œuvre d’un auteur, y compris les ouvrages publiés après sa mort et les éditions modernes placées à la fin de la liste.

5Cette pratique courante dans la recherche littéraire peut toutefois devenir un objet d’études et de réflexion. Pourquoi ces œuvres ont-elles été publiées quelques années après sa mort ? Cette question surgit à l’examen de la bibliographie mais n’est pas traitée au moment de l’établissement de la liste des publications.

De la fréquente communion et la polémique autour de l’image de feu Saint-Cyran

Que s’est-il passé au moment de la publication posthume de ses Lettres chrétiennes et spirituelles ?

La parution de De la fréquente communion

6Deux ans auparavant était parue De la fréquente communion de son disciple Antoine Arnauld. Meyer explique ainsi le sens de cette publication :

  • 3 Meyer, op. cit., p. 222. C’est nous qui soulignons.

L’histoire du livre De la fréquente communion nous reporte vers l’année 1643. Son apparition marque le point de départ des luttes ouvertes entre le parti janséniste et ses adversaires. Il constitue en effet le premier manifeste du Port-Royal de Saint-Cyran et divulgue les théories de cet abbé sur le renouvellement intérieur, théories qui étaient restées jusque là dans l’ombre et dans une sorte de mystère.3

7De la fréquente communion est le premier livre d’Antoine Arnauld et son attribution n’a jamais été mise en doute. Pourtant Meyer y voit, même si ce n’était que par métaphore, l’écriture de Saint-Cyran. Il ne distingue pas les idées propres de l’auteur, des « théories » de son maître toujours vivant à l’époque. Dans une bibliographie moderne, cette sorte d’assimilation ou d’allusion serait non seulement refusée, mais également réfutée. Mais ce que l’on peut qualifier d’opération de l’historien pourrait s’expliquer dans un autre contexte : celui de la polémique.

Le nom de Saint-Cyran dans la polémique

8Lorsque l’Augustinus de Jansénius a été réimprimé en 1641 en France, Saint-Cyran était en prison. De la fréquente communion est sorti en août 1643, deux mois avant sa mort. La carrière de Saint-Cyran a ainsi très peu de rapport avec la polémique provoquée par la réimpression de l’Augustinus et par la publication de De la fréquente communion. Le nom de ce personnage occupe pourtant la première place dans les premières controverses jansénistes.

  • 4 DPR.
  • 5 Jean-Luc Solère, « Antoine Arnauld ou la controverse dans les règles », in Alain Le Boulluec éd., L (...)

9Antoine Arnauld, né en 1612, est le dernier enfant de sa fratrie. Il s’inscrit à la Faculté de théologie et présente sa thèse de bachelier en 1635. Il soutient sa première thèse en 1638 et la dernière à la fin de 1641. La même année, il est ordonné prêtre. Il publie De la fréquente communion en 1643 et il prend « le parti de la retraite » dès mars 1644. Il quitte la France en 1679 et meurt à Bruxelles le 8 août 16944. « Toute sa carrière », écrit un chercheur, « a consisté en combats, toute son œuvre en polémiques »5. Arnauld commence ainsi sa carrière de théologien par des écrits contre les jésuites.

  • 6 Citée par Meyer, op. cit., p. 142.

10Le 1er février 1643, Saint-Cyran adresse à Arnauld une lettre de tonalité belliqueuse : « Le temps de parler est arrivé ; ce serait un crime de se taire… Nous ne devons plus laisser ces sermons sans répondre à tous les chefs en particulier »6. Ce propos de Saint-Cyran incite-t-il Arnauld à réaliser son premier livre six mois plus tard ? Pour Meyer, c’est évident. Il y voit l’initiative du maître et appelle ainsi De la fréquente communion « le manifeste du Port-Royal de Saint-Cyran ». La plupart des historiens, comme lui, ne font pas de différence entre ceux qui défendent Jansénius et les disciples de Saint-Cyran.

11Pourtant, Godefroy Hermant, leur contemporain, a une autre analyse :

  • 7 Godefroy Hermant, Mémoires sur l’histoire ecclésiastique du xviie siècle, A. Gazier éd., Paris, Plo (...)

À la sollicitation et à la prière d’une personne de très grande condition, la princesse de Guéméné, qui […] reçut des mains d’une autre dame de ses amies un écrit [… ], M. Arnauld s’y voyant engagé par des occasions aussi pressantes que le sont celles de la vérité et de la charité l’entreprit [… ] »7.

  • 8 « Je[Arnauld] découvrirai la première cause qui les[jésuites] a animés contre ce livre[De la fréque (...)

12Certainement, Arnauld devait recevoir le conseil du maître. Mais d’après Hermant, c’est Arnauld lui-même qui réagit à la doctrine de Sesmaisons8. Il faudrait chercher les idées et « théories » de Saint-Cyran dans le livre d’Arnauld. Ce dernier avait déjà participé aux polémiques provoquées par l’Augustinus et par le décret In Eminenti. S’il en est ainsi, avec la publication de De la fréquente communion, Arnauld déplace exprès les polémiques déjà existantes.

  • 9 Meyer, op. cit., p. 243.
  • 10 « Dans une lettre adressée à d’Aquin, O. P., et datée du 1er février 1644, Fabio Chigi, le futur pa (...)
  • 11 Cité in Meyer, op. cit., p. 422.

13De la fréquente communion est imprimé par Antoine Vitré, « imprimeur ordinaire du Roy, de la Reyne Regente, et du Clergé de France », et publié avec de nombreuses approbations : quatre archevêques, quinze évêques, vingt-et-un docteurs et deux chanoines. À la suite des approbations est inséré l’Extrait du privilège du Roy daté du 29 mai 1643, signé par Le Coq et scellé. Approbations, privilège du roi et le nom d’un des plus grands imprimeurs de l’époque, rien n’y manque. Pouvait-on faire imprimé plus officiel ? Ce livre se vend bien : « En quelques jours la première édition fut enlevée et après six mois il en fallut une quatrième »9. Même Fabio Chigi, le futur pape Alexandre VII, défend le livre d’Arnauld10. Le livre est entièrement investi dans la polémique anti-jésuite. De Rome, le 18 février 1644, le cardinal Barberini écrivait au nonce Grimaldi : « Dans le livre De la fréquente communion on ne voit qu’une manifestation d’inimité contre les pères jésuites et une tendance à la discussion »11. Pour l’instant, personne ne parle de Saint-Cyran à la parution du livre.

14Or, bien curieusement, le nom de Saint-Cyran apparaît au cours de la polémique provoquée par ce livre. C’est d’abord un jésuite, Jérôme Séguin (1607-1655), qui déplace la polémique. En publiant son Sommaire de la théologie du sieur Arnauld extraict du livre De la fréquente communion et des maximes de l’abbé de Sainct-Cyran, il essaye de rapprocher la doctrine d’Arnauld des idées de Saint-Cyran.

15Ensuite, un autre controversiste jésuite, Charles François Abra de Raconis (?-1646), évêque de Lavaur, développe une nouvelle idée dans son écrit Examen et jugement du livre De la fréquente communion. Il met en doute l’authorship de De la fréquente communion :

  • 12 Charles François d’Abra de Raconis, Examen et jugement du livre De la fréquente communion fait cont (...)

Si je dis icy franchement ce que je tiens de personnes dignes de foy, et dont mesme je pense avoir des preuves suffisantes, et assez vray-semblables, si elles ne convainquent pas tout à fait, que le principal Autheur de cet ouvrage de la Frequente Communion, n’est pas celuy, dont le nom paroist au frontispice du Livre, mais un autre plus legitime, quoy qu’il ne se nomme point, et qu’en effet il ne vive plus que dans ses ouvrages, comme un pere dans ses enfans, et dans l’esprit de ses disciples, ausquels il a versé le sien, et qui l’ayant singulierement respecté durant sa vie, n’ont rien obligé pour honorer sa memoire et ses cendres apres sa mort.
Il ne sera point besoin de commentaire, pour faire concevoir que j’entends parler du feu sieur Abbé de Saint-Cyran, lequel dans l’estime particuliere que je me persuade, qu’il a faite du sieur Arnauld Docteur de Sorbonne, …12

16Abra de Raconis prétend seulement que le vrai auteur de De la fréquente communion n’est pas Arnauld, mais Saint-Cyran. Cela reste à prouver. Il ne s’agit plus d’un rapprochement d’idées, mais d’une attribution contestable. Ainsi le fantôme de Saint-Cyran commence à flâner parmi les controversistes.

  • 13 Il publie beaucoup de textes anti-jansénistes entre 1644 et 1656, dont le recueil de dossiers conce (...)

17Un troisième polémiste, toujours jésuite, François Pinthereau (1605-1664)13, sort la même année 1644 son Extrait de quelques propositions du livre De la fréquente communion qu’on sait avoir été composé par M. de Saint-Cyran. Il reprend l’hypothèse douteuse de son collègue. L’année suivante, Abra de Raconis se relance encore dans la dispute autour de l’image de Saint-Cyran avec sa Continuation des examens de la doctrine du feu abbé de Saint-Cyran et de sa cabale : pour servir de response au livre de la Tradition de l’Église, publié sous le nom du sieur Arnauld, docteur de Sorbonne. Il voit la main de Saint-Cyran même dans la Tradition de l’Église, recueil des textes des Pères de l’Église traduits par Arnauld.

  • 14 Saint-Cyran, Lettres chrestiennes et spirituelles de messire Jean du Verger de Hauranne abbé de St (...)
  • 15 François Pinthereau, Les Reliques de messire Jean du Verger [sic.] de Hauranne, abbé de Saint-Cyran (...)

18C’est à ce moment-là qu’on imprime l’édition citée dans le Dictionnaire de Port-Royal des Lettres chrétiennes et spirituelles de Saint-Cyran avec la dédicace écrite par Arnauld d’Andilly, en 164514. Pinthereau y répond en 1646 avec Les Reliques de messire Jean du Verger [sic] de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, extraites des ouvrages qu’il a composez et donnez au public, divisées en trois parties15 :

  • 16 Ibid., « au lecteur », p. III-IV.

Après les images que le sieur d’Andilly a publiquement érigées à la mémoire de l’abbé de Saint-Cyran : après les magnifiques épitaphes que son cher neveu a gravez sur son tombeau : après les éloges incomparables dont ses disciples canonisent dans leurs livres sa science mystérieuse, et ses vertus nompareilles [sic] : vous ne pouviez, Lecteur, plus rien attendre, sinon que quelqu’un vous présentât ses reliques. C’est ce que je fais maintenant pour satisfaire à votre attente, et pour contenter votre dévotion, aussi bien que pour contribuer quelque chose à l’estime qu’on doit avoir de ce fameux personnage ; de qui l’emprisonnement public, et le supplice commencé par les Ordres du plus pieux et du plus juste de nos rois, n’a pas encore achevé de persuader tous les esprits de ce qu’ils en doivent croire.
Et afin qu’on ne doute point que ses reliques ne soient aussi véritables, que ses images sont trompeuses, ses épitaphes mensongers, et ses louanges fabuleuses ; je ne les tirerai point de ses os, ni de ses cendres […] mais bien des monuments de son esprit, de la doctrine qu’il a publiée, et des livres qu’il nous a laissés.16

19Pinthereau vise à nuire à l’image répandue de Saint-Cyran. Ainsi est exercée une double opération par une série de polémistes jésuites. Ils visent d’abord à dégrader l’image positive de Saint-Cyran qu’on érige alors comme un saint. Le livre d’Arnauld est ensuite lié à cette image négative de Saint-Cyran. Ils essaient de dévaloriser le livre d’Arnauld en détournant la discussion vers l’image de feu Saint-Cyran.

Faisceaux, réseaux et engrenages : ce que je dois au travail du GRIHL

Essayons à présent d’établir les contextes existants autour de De la fréquente communion en tirant parti du vocabulaire du GRIHL.

  • 17 Martin de Barcos, neveu de Saint-Cyran, développe une doctrine nommée « deux chefs de l’Église qui (...)
  • 18 Christian Jouhaud, « Les écrits polémiques », in Histoire de la France littéraire, M. Prigent éd., (...)
  • 19 Christian Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots, Paris, Aubier, 2009 (édition revue et corrigée (...)
  • 20 Id., p. 220.

20D’abord, au début des années 1640, la réimpression de l’Augustinus a provoqué un mouvement anti-jésuite. Cette publication a fait promulguer un décret In Eminenti, dont l’authenticité a été mise en doute par les théologiens français, y compris le jeune Arnauld, et causé une autre polémique. Dans ces deux contextes polémiques, l’ouvrage De la fréquente communion est impliqué. Le livre d’Arnauld étend les polémiques précédentes et suscite une nouvelle polémique. Les polémistes visent moins la doctrine de la communion ou celle17 que traite la préface du livre, que l’image de feu Saint-Cyran. « Il faut saisir », écrit Christian Jouhaud à propos des mazarinades, « les événements évoqués, reconnaître les personnages mentionnés, éclairer les allusions à une actualité »18. En attaquant le livre d’Arnauld, les jésuites déplacent le sujet initial et apparent. Les Lettres chrétiennes et spirituelles de Saint-Cyran sont éditées sans doute pour créer une image sainte de feu Saint-Cyran. La Tradition de l’Église, dont le privilège a été demandé au même moment que celui de De la fréquente communion, vient renforcer le parti anti-jésuite. Finalement, Abra de Raconis et Pintereau essaient de dégrader l’image de Saint-Cyran en inventant et en attaquant cette tendance « janséniste » qui paraît dangereuse à leurs yeux. Des « faisceaux » de textes sont petit à petit « rassemblés autour d’un événement [publication du livre] ou d’un homme [Saint-Cyran]. Dès qu’il y a dialogue, interpellation, échanges, mises en cause, réponses, le faisceau devient réseau »19. Le réseau est bien visible dans cette affaire de De la fréquente communion. Le réseau anti-jésuite est vaste et puissant au début de l’affaire, puisque l’on relève comme garants du livre hommes d’Église, docteurs et l’imprimeur-libraire ordinaire du roi et du Clergé de France. Les textes polémiques « s’y prétendent presque toujours des paroles solitaires, alors qu’ils ne sont que des porte-paroles »20.

  • 21 Id., p. 229.
  • 22 Id., p. 233.
  • 23 Christian Jouhaud, « Les écrits polémiques», art. cit., p. 753.

21De la fréquente communion n’est qu’un prétexte. Je dois beaucoup au travail du GRIHL, en particulier à celui de Christian Jouhaud : « Derrière la polémique [théologique], se profilent en effet d’autres luttes, menées à l’échelle [d’un autre sujet outrepassant le titre initial]. Les réseaux étaient en place et fonctionnaient bien avant [la publication du livre d’Arnauld] »21. Dans son analyse des mazarinades bordelaises, Ch. Jouhaud dévoile les réseaux de polémique qui existaient avant la Fronde depuis longtemps. Dans le chapitre VIII de son livre intitulé « Engrenages », il montre d’abord deux séries différentes de faisceaux de textes. Chacune constitue un réseau. Finalement, les deux réseaux différents sont liés avec la virtuosité de l’historien pour rendre visible un autre contexte qui est caché sous le « bon style » : « Ceci a pour fonction d’empêcher l’attention de se porter sur un autre sujet, celui de l’action à laquelle participe la mazarinade : le camp, le parti, le réseau »22. Dans la seconde série de faisceaux, quelques mazarinades sont rassemblées autour de l’image du feu curé de la paroisse Sainte-Eulalie : Louis Bonnet. Ce frondeur meurt le 19 décembre 1650. Tout de suite paraît une mazarinade intitulée Éloge funèbre, suivie par la réponse Le curé bordelois, et ainsi de suite. « Une parution entraîne une réponse qui, elle-même, va en susciter une autre. D’un texte à l’autre, le ton monte, la violence polémique s’affirme et déstabilise les arguments »23. Ainsi, le personnage principal, qui, mis en scène, ne joue que le rôle d’introduction, est déjà défunt. Autour de ce personnage, le faisceau est constitué et le réseau se rend visible avec un autre réseau.

22Il n’y a pas de secret. On voit bien que notre analyse de l’image de feu Saint-Cyran est inspirée de cette éminente analyse des mazarinades concentrées sur un curé bordelais. Ce que nous voulons montrer avec le cas de Saint-Cyran, en remplaçant le rôle de Louis Bonnet par le patriarche du jansénisme, c’est l’opération historiographique qui fonctionnait et fonctionne encore fortement dans les études consacrées au jansénisme. Elle est inventée par les polémistes de l’époque, reçue et transmise aux chercheurs de notre temps. Certes, le rôle de Saint-Cyran n’est jamais négligeable dans l’histoire du mouvement janséniste. Mais le jansénisme n’est que le « fantôme d’une hérésie » (Arnauld). Saint-Cyran n’était pas le chef d’un parti, puisque ce parti n’existait pas encore. Ce sont les adversaires qui lient son nom aux ouvrages de l’Augustinus et de De la fréquente communion. Le cas de feu Saint-Cyran est un bon exemple d’engrenage polémique. Le « parti janséniste » est inventé et progressivement développé par l’effet de l’engrenage polémique.

23Revenons à la pratique de la bibliographie pour conclure. La bibliographie littéraire vise à répertorier toutes les œuvres d’un auteur et va ainsi de concert avec sa biographie. Elle dépend d’un seul contexte fourni par l’écriture de la vie. Pourtant, elle efface d’autres contextes et empêche les lecteurs de visualiser l’histoire autrement. Le résultat de cette opération est étonnant. En occurrence, de la rubrique « Saint-Cyran » sont enlevées toutes les traces de la polémique et celui-ci est toujours considéré sans réserve comme le père d’un « jansénisme » qui n’existait pourtant pas encore. Par ailleurs, nous nous demandons si c’est par hasard qu’aucune rubrique « anti-janséniste » ne figure dans le Dictionnaire de Port-Royal. Comment peut-on situer De la fréquente communion dans l’histoire sans connaître les polémistes anti-jansénistes qui l’ont attaqué en amplifiant et détournant le sujet apparent du livre ? Pour définir le « jansénisme » et ainsi contribuer à l’histoire du jansénisme, l’étude des polémiques, l’observation des échanges relatifs aux textes et l’analyse du discours de leurs adversaires sont une alternative importante. Moi qui étais plus habitué à l’étude universitaire de la littérature, c’est ce que j’ai appris à la rencontre des recherches historico-littéraires, voire interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire.

Haut de page

Notes

1 Albert de Meyer, Les premières controverses jansénistes en France (1640-1649), Louvain, Veuve Joseph Van Linthout, 1919, p. 1.

2 Jean Lesaulnier et Antony McKenna dir., Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004 (désormais abrégé : DPR).

3 Meyer, op. cit., p. 222. C’est nous qui soulignons.

4 DPR.

5 Jean-Luc Solère, « Antoine Arnauld ou la controverse dans les règles », in Alain Le Boulluec éd., La Controverse religieuse et ses formes, Paris, Éditions du Cerf, col. « Patrimoines religions du livres », 1995, p. 319-372.

6 Citée par Meyer, op. cit., p. 142.

7 Godefroy Hermant, Mémoires sur l’histoire ecclésiastique du xviie siècle, A. Gazier éd., Paris, Plon, 1905-1910, 6 vol., t. I, p. 211-213.

8 « Je[Arnauld] découvrirai la première cause qui les[jésuites] a animés contre ce livre[De la fréquente communion], qui est que l'Ecrit que j'y réfute, et dont nous avons l'original entre les mains a été composé par un jésuite, que je ne veux pas nommer... » (Avertissement, p. 1 dans De la fréquente communion). Comme nous le lisons, il est certain qu'Arnauld avait entre ses mains cet « Ecrit » de Sesmaisons, qui ne nous parvient pas. Par ailleurs, Hermant confirme l'auteur et l'existance de l'écrit : « Quoiqu'il [Arnauld] connût l'auteur de l'écrit, il l'épargna tellement qu'il ne le voulut pas faire remarquer, ni par son nom de P. de Sesmaisons qu'il savait, ni par sa qualité de jésuite. »(Hermant, op. cit., p. 213).

9 Meyer, op. cit., p. 243.

10 « Dans une lettre adressée à d’Aquin, O. P., et datée du 1er février 1644, Fabio Chigi, le futur pape Alexandre VII, défendait le livre d’Arnauld contre les accusations de ses ennemis. […] Les jansénistes s’empressèrent de publier cette lettre, ce dont Chigi fut très mécontent. » (Meyer, op. cit., p. 243, n. 2).

11 Cité in Meyer, op. cit., p. 422.

12 Charles François d’Abra de Raconis, Examen et jugement du livre De la fréquente communion fait contre la fréquente communion et publié sous le nom du sieur Arnauld, docteur de Sorbonne. Où est adjoûté un traitté très important du directeur solide et apostolique pour opposer au directeur visionnaire de nos nouveaux prophètes. Par messire Charles François d’Abra de Raconis, docteur en théologie, conseiller du roy en ses conseils, prédicateur ordinaire de la reyne, évêque de Lavaur, Paris, Sébastien Cramoisy, imprimeur ordinaire du roy et de la reyne et Gabriel Cramoisy, 1644, Avec permission. In-4. Meyer, p. 316, n. 2. ; Léopold Willaert, Bibliotheca Janseniana Belgica, Paris-Namur, Bibliothèque de la Faculté de philosophie et Lettres de Namur et J. Vrin, 1949, t. I, no. 2273.

13 Il publie beaucoup de textes anti-jansénistes entre 1644 et 1656, dont le recueil de dossiers concernant Saint-Cyran intitulé:Le progrez du jansenisme descouvert à Mgr le chancelier par le sieur de Préville, Avignon, Pierre Thomas, 1655.

14 Saint-Cyran, Lettres chrestiennes et spirituelles de messire Jean du Verger de Hauranne abbé de St Cyran. Dediées à Messeigneurs les illustrissimes et reverendissimes archevesques et evesques de France, Paris, veuve Martin Durand, Sébastien Huré, Jean Le Mire, Rolet Le Duc, 1645, avec approbation et permission. Une autre série de lettres est publiée en 1647.

15 François Pinthereau, Les Reliques de messire Jean du Verger [sic.] de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, extraites des ouvrages qu’il a composez et donnez au public, divisées en trois parties, Louvain, veuve Jacques Gravius, 1646.

16 Ibid., « au lecteur », p. III-IV.

17 Martin de Barcos, neveu de Saint-Cyran, développe une doctrine nommée « deux chefs de l’Église qui n’en font qu’un ».

18 Christian Jouhaud, « Les écrits polémiques », in Histoire de la France littéraire, M. Prigent éd., t. 2, Paris, P.U.F., 2006, p. 734.

19 Christian Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots, Paris, Aubier, 2009 (édition revue et corrigée), p. 219. C’est nous qui soulignons. C’est nous qui ajoutons et insérons quelques mots et expressions.

20 Id., p. 220.

21 Id., p. 229.

22 Id., p. 233.

23 Christian Jouhaud, « Les écrits polémiques», art. cit., p. 753.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yasushi Noro, « L’image de feu Saint-Cyran. Un autre regard sur la bibliographie littéraire », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-02 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6776 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6776

Haut de page

Auteur

Yasushi Noro

Maître de conférences à l’Université d’Okayama, Japon. Correspondant du GRIHL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals