Navigation – Plan du site
Lectures et mises en contextes

Donneau de Visé, amateur d’estampes et visionnaire. Le Mercure galant en 1686

Barbara Selmeci Castioni

Texte intégral

  • 1 Mercure galant, Avis de janvier 1686, n.p.
  • 2 Je me permets de renvoyer ici à mon article « L’actualité gravée au temple de mémoire. La mise en p (...)
  • 3 Mercure galant, Avis de décembre 1677, n.p.

1Cet article est le récit d’un rêve, pour mieux dire d’une vision. Si elle avait pu être réalisée, cette vision aurait pu avoir des répercussions culturelles, voire politiques, importantes. Peut-être aurait-elle marquée d’une pierre blanche l’histoire des moyens de diffusion de l’information. Cette vision trouve sa formulation la plus achevée dans un Avis au lecteur qui ouvre le Mercure galant du mois de janvier 1686 : à l’instar des gazetiers de son temps, le rédacteur de l’Avis s’y donne pour mission d’orchestrer la diffusion universelle d’une information choisie ; il se distingue toutefois de ses confrères en étendant cette ambition aux « peuples reculez » auxquels « toutes les Langues de l’Europe sont inconnuës »1. Cette ambition s’énonce cependant avec la retenue de celui qui a conscience qu’un tel projet dépasse les capacités d’un périodique tel que le Mercure galant, dont la diffusion pourtant généreuse en France et à l’étranger demeure malgré tout limitée aux pays ayant en partage la langue française. Or qui rêve d’une diffusion véritablement universelle de l’information, doit envisager aussi un langage universel : ce sera celui de l’estampe. L’estampe constitue en effet, depuis 1678 déjà, une pièce maîtresse de la stratégie de publication du périodique mondain2. Envisagée certes comme « ornement »3, mais aussi et avant tout comme outil de visualisation des discours relatifs à l’actualité, l’illustration se révèle non seulement un geste fort qui vise à pérenniser les informations les plus saillantes destinées à faire Histoire, mais encore, elle devait permettre d’en diffuser la connaissance à l’échelle d’un monde nouveau, un monde global. Le nôtre.

  • 4 On aura reconnu dans les lignes qui précèdent la référence à quelques-uns des travaux élaborés dans (...)

2Présenter l’usage (rêvé) de l’estampe dans le Mercure galant comme un élément de la stratégie de publication de Donneau de Visé, au sein d’un collectif faisant retour sur les vingt ans du GRIHL, constitue à titre personnel un moment fort, qui marque un cheminement à travers la littérature de l’âge classique commencé peu après la naissance du groupe. Ma contribution peut cependant paraître à double titre marginale : d’une part elle se concentre sur un objet situé aux marges du texte, l’estampe ; d’autre part, mon parcours académique s’est effectué à distance variable du GRIHL. Et pourtant, ces lignes, et plus généralement mon rapport à la littérature, sont à bien des égards imprégnés des réflexions du GRIHL. L’approche sociopoétique, qui réalise l’alliance d’une sensibilité vive aux formes littéraires avec une conscience aiguë des enjeux contextuels et matériels de leur création et diffusion, s’est imposée à moi dès le seuil de mes études, comme une basse continue qui soutient la saisie du littéraire, tout en permettant à de multiples instruments critiques de former autour d’elle des harmonies sans cesse renouvelées. Au moment de commencer une thèse de doctorat consacrée à la littérarisation des vies de saints au xviie siècle, les travaux du GRIHL m’ont aidée à penser l’hybridité formelle de discours religieux, modifiés sous l’effet de poétiques profanes, qui se situaient dans ce fameux « lieu par défaut » où circulaient « hors des espaces coutumiers de leur réception » « des œuvres issues de lieux de savoir constitués ». Au même moment, les travaux de Sophie Houdard et de Jean-Pierre Cavaillé éclairaient, hors de toute dichotomie réductrice, la complexité des actions scripturaires d’auteurs qui cherchaient à « satisfaire tout ensemble les dévots et les gens du monde ». Cette interrogation sur la (dé)figuration du saint par le littéraire m’a conduite à m’intéresser de plus près à la pensée de l’image à la Contre-Réforme, ainsi qu’à l’illustration du texte littéraire en général. Mon vif intérêt pour le « livre à figures », religieux mais aussi galant, m’a alors fait sillonner des voies critiques parallèles à l’analyse sociopoétique des textes, qui nécessitaient un séjour prolongé dans les territoires de l’histoire des images et des cultures visuelles, mais également de l’histoire du livre, qui me ramenait à celle de la publication, et donc aux travaux du GRIHL. Bien que n’étant pas partie prenante des séminaires du GRIHL, il m’a toujours été possible de rencontrer, voire de collaborer avec des personnalités du groupe ; Christian Jouhaud, qui m’a fait l’honneur d’être dans mon jury de thèse, Sophie Houdard, qui m’a offert le privilège d’intervenir dans une journée d’études consacrée à la fabrique des Vies de saints, et Alain Viala, dont la curiosité pour la recherche que je consacre aujourd’hui à l’illustration du Mercure galant est une distinction que je n’aurais pas osé envisager au moment où étudiante, je naissais en quelque sorte à la critique littéraire à travers les pages de La Naissance de l’écrivain. Car au-delà de la puissance de conceptualisation des travaux du GRIHL, dont les membres élaborent sans relâche et dans un constant mouvement de réflexivité critique des outils heuristiques féconds pour penser et goûter pleinement le littéraire, dans ce qu’il a à nous dire des actions d’hier autant que de la société dans laquelle nous évoluons, l’immense générosité humaine et intellectuelle de ses membres n’est pas la moindre des qualités du groupe. Les pages qui suivent, en conséquence, se voudraient bien entendu et avant toute chose une marque, depuis les marges du groupe – et de l’écrit, de mon admiration et de ma reconnaissance pour des réflexions qui continuent de me guider, et qui soutiennent aujourd’hui les études littéraires de manière particulièrement féconde4. J’espère que ces pages pourront apparaître aussi, dans le concert de ce volume, comme une modeste variation qui envisage, à la lumière de certains concepts pensés au sein du GRIHL (stratégie, publication, action, adhésion), l’écriture du Mercure galant dans le prolongement que constitue le geste de la gravure. Car Donneau de Visé le dit lui-même : « le Burin en plusieurs endroits m’a servy de plume ».

  • 5 Marion Brétéché et Dinah Ribard, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », xviie(...)

3Au préalable, il convient de préciser que la possibilité même d’envisager le Mercure galant comme un objet littéraire complexe issu des formes de création et de sociabilité galantes est largement redevable aux réflexions du GRIHL. Les travaux de Marion Brétéché et Dinah Ribard sur « la formule Mercure », de Sara Harvey sur les stratégies de publication de Donneau de Visé, ou encore de Christophe Schuwey sur l’ethos entrepreneurial de Donneau de Visé puisent en partie leur vitalité critique dans les réflexions du GRIHL pour ouvrir des voies de recherches extrêmement stimulantes5. Le Mercure galant, « Livre » tentaculaire composé de près de 500 volumes, apparaît ainsi comme un continent critique en voie d’émergence. Ma contribution se propose de défricher une très modeste parcelle de ce continent, en analysant le projet, formulé dans l’Avis de janvier 1686, d’un catalogue d’estampes mensuel qui devait être publié avec le périodique. à l’échelle de l’ensemble des stratégies de publication de Donneau de Visé, l’échec de ce projet le définit toutefois rétrospectivement comme une tactique défectueuse : pour autant, l’examen des actions qui sous-tendent la tentative de sa mise en œuvre (« des mesures […] assez justes » selon Donneau de Visé) est susceptible je crois d’apporter sur les stratégies de publication générales de « l’Autheur du Mercure galant », ainsi que sur les marques textuelles de son adhésion politique, un éclairage original.

L’illustration du Mercure galant comme collection

  • 6 Une étude précise de la question reste à mener. Avant le Mercure galant, on peut remarquer que le p (...)
  • 7 Sur l’amateur d’estampes, voir Marianne Grivel, « L’amateur d’estampes en France aux xvie et xviie  (...)
  • 8 Je remercie vivement Christophe Schuwey d’avoir porté ce document à ma connaissance. Le milieu d’or (...)
  • 9 Marianne Grivel avance avec prudence, à la lumière des inventaires après décès parisiens, que moins (...)
  • 10 « AMATEUR. Qui aime quelque chose. Il ne se dit point de l’amitié, ni des personnes. Il est amateur(...)
  • 11 « CURIEUX, se dit aussi de celuy qui a ramassé les choses les plus rares, les plus belles et les pl (...)
  • 12 « CONNOISSEUR. Qui est pleinement instruit des bonnes qualitez d’une chose qu’on luy presente pour (...)
  • 13 Véronique Meyer établit une typologie relative au contenu des collections et distingue ainsi « thos (...)

4De l’attention portée par l’écrivain à l’illustration de ses publications6 aux nombreux articles à travers le Mercure galant qui signalent des ouvrages illustrés ou des estampes réalisées d’après des tableaux de maîtres, un faisceau d’indices convergents esquisse en effet un portrait de Donneau de Visé en amateur d’estampes7. L’importance quantitative des estampes dans l’inventaire après décès de sa première épouse, Anne Picou, daté du 11 juin 1681, confirme cet intérêt8 : Donneau de Visé appartient ainsi au petit quart de Parisiens détenteurs d’estampes9. L’usage du terme « amateur » mérite néanmoins quelques rapides précisions, notamment à propos des relations sémantiques qu’il entretient avec « curieux » et « connoisseur ». Dans les dictionnaires de l’époque, le terme marque quelque chose comme le degré zéro de la libido qui pousse un être vers une chose10. « Curieux » ajoute à cet élan un désir de possession, qui sera d’autant plus fort que l’objet sera considéré comme rare11 : lorsqu’il peut être assouvi, ce désir de possession s’actualise à travers la constitution d’une collection. Le « connoisseur » dote quant à lui la figure de l’amateur et/ou du curieux de connaissances spécifiques, institutionnalisées, relatives aux qualités de l’objet apprécié et convoité12. Amateur au sens large d’estampes, Donneau de visé fut-il aussi un connaisseur ? J’aurais tendance à le penser, mais des études détaillées du choix des estampes et de la composition des discours relatifs à cet art qui sont publiés dans le périodique sont encore nécessaires. On peut en tous les cas le considérer comme un « curieux d’estampes », à condition d’admettre que son désir de possession, au-delà de ce qui s’apparente à une collection personnelle, se réalise principalement à travers l’action d’illustrer les écrits qu’il publie. En ce sens, on fera ici l’hypothèse que les estampes rassemblées mois après mois et année après année, dans le Mercure galant, tiennent lieu d’une collection particulière, constituée par un collectionneur éclectique13, qui cherche également à conquérir, à la faveur du projet de catalogue, une position nouvelle sur le marché de l’estampe.

  • 14 Voir Adrien Paschoud et Barbara Selmeci Castioni, « Le Mercure galant (1672-1710) : un jalon signif (...)
  • 15 Les dictionnaires de l’époque (Richelet, Furetière) associent systématiquement gravure et mémoire.
  • 16 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

5Donneau de Visé veille en effet dès janvier 1678 et pendant trois décennies à pourvoir régulièrement le périodique de deux à quatre estampes par volume en moyenne. Originales ou issues de cuivres réemployés, ces gravures d’illustration répondent par leur variété thématique et formelle (mode, architecture, littérature, affaires militaires et scientifiques, etc.) à l’idéal de diversité générique galante. à travers le large spectre des connaissances humaines qu’elles illustrent, notamment dans le domaine des arts mécaniques, ces figures préparent aussi à leur manière la grande aventure encyclopédique des Lumières14. Au sein du Mercure galant, outre une fonction supposée d’authentification (le lecteur pourrait vérifier par la présence des illustrations s’il tient un Mercure original ou contrefait), elles assureraient selon Donneau de Visé un rôle dans la cohésion interne des volumes qui, sans elles, ne seraient que des « Livres defigurez ». Par ailleurs, comme pour la matière textuelle du périodique, Donneau de Visé fait appel au lecteur pour l’élaboration des estampes : il demande des dessins qu’il se dit prêt à faire graver s’ils en valent la peine. Enfin, sur le plan du rapport au temps que l’illustration rend visible, on peut évoquer un régime d’historicité singulier : en vertu de l’association imaginaire entre le geste de la gravure et l’idée de pérennité, les estampes du Mercure galant sont appelées à capter des événements d’actualité pour les fixer « au temple de mémoire »15, autrement dit, elles illustrent un régime d’historicité mixte16, héritier du régime héroïque par la célébration d’événements destinés à faire Histoire, mais qui tend cependant déjà vers un régime présentiste par l’accumulation d’informations d’actualité, dont l’enchevêtrement, volume après volume et malgré les sommaires, menace d’obstruer le passage à la postérité. L’estampe, dans ce contexte, opère une sélection des informations en leur conférant une visibilité inédite.

  • 17 Christophe Schuwey, « Le Mercure galant : un recueil interactif », art. cit., p. 60.
  • 18 Donneau de Visé’s inn embodies a new ideal of society in wich nobles and commoners of diverse back (...)
  • 19 Antoine Schnapper, op. cit., p. 247-255.

6Par les choix d’écriture, mais aussi par la sélection d’estampes qui l’accompagne, le Mercure galant apparaît au sens plein comme un « immense salon de papier »17, qui médiatise un espace social mondain dont il transcende cependant les catégories sociales traditionnelles18. L’ensemble des estampes que le périodique rassemble et diffuse pendant trente-deux ans constitue, dans un mouvement similaire, l’imprimé en espace d’exposition des images, mais aussi en collection virtuelle et modulable : par la possibilité de détacher les illustrations (ou de ne pas les relier avec le texte), le périodique permet en effet à chaque lecteur de constituer ou d’accroître une collection individuelle d’estampes. Des collections sans nul doute sans comparaison, en termes de qualité et de quantité, avec celles d’un Marolles ou d’un Beringhen qui misaient sur « l’état et la rareté des pièces »19 pour accroître le prix (symbolique et financier) de leur collection, mais des collections qui permettaient néanmoins à des particuliers plus modestes, de catégories sociales et de provenance géographiques variées, d’accéder également à une pratique onéreuse essentiellement réservée aux puissants.

7Aussi, cette libéralisation de l’estampe par le Mercure galant s’accompagne-t-elle d’un déplacement des valeurs qui fondent la collection. En amont de la publication, ce n’est pas uniquement le goût individuel du collectionneur, en l’occurrence celui du directeur du Mercure galant, qui détermine le choix des estampes. Dans le cadre d’une publication périodique consacrée à l’information et soumise à des contraintes de production temporelles, les valeurs de disponibilité (matérielle et financière) et d’actualité de l’estampe passent au premier plan, avant la qualité esthétique et l’impératif de rareté. Par sa variété et son rapport à l’actualité, la collection d’estampes que forme l’illustration du Mercure galant relève de la seconde catégorie définie par Marolles, à côté des collections consacrées à la gravure d’interprétation des grands maîtres en peinture. Le second type de collection représente en effet :

  • 20 Marolles, Catalogue (1666), cité par Antoine Schnapper, op. cit., p. 248.

des Cérémonies, des Entrées de Villes, des Devises, des Emblesmes, des Bastiments, des Statues antiques & modernes, des Médailles, des Tournois & des machines de guerre ou des Arts mécaniques […] des Combats de terre et de mer, des Animaux et des Plantes de toutes sortes d’espèces, & des portraits des Hommes illustres, aussi bien que des Habits des Nations, les Arbres généalogiques, les Carthes géographiques, & les suites historiques des choses saintes et profanes.20

8Cette liste livre presque exhaustivement le contenu des estampes du Mercure galant, où l’on reconnaît également la marque du « goût galant », tel que le définit Alain Viala, dont

  • 21 Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008, p. 259.

[l]es formes sont tributaires des lieux, des moments, des populations et des situations même dans les domaines où il règne le mieux.21

  • 22 L’importance que le privilège du Mercure galant du 5 janvier 1678 accorde à l’estampe en témoigne.

9En dernier lieu, la diffusion par le Mercure galant de cette collection d’estampes pose la question du rapport entre l’amateur et le professionnel : si le collectionneur peut également tirer des bénéfices financiers de la vente de sa collection (Marolles est à cet égard emblématique), Donneau de Visé fait aussi, à la faveur de l’illustration de son périodique, commerce d’estampes22. Le catalogue d’estampes qu’il imagine en 1686 aurait dû marquer, dans la professionnalisation de son rapport à l’estampe, une étape décisive. Devenant un intermédiaire privilégié entre les producteurs de gravure, les marchands et les acquéreurs, Donneau de Visé serait devenu un maillon essentiel d’une « chaîne de distribution » de l’estampe envisagée à l’échelle mondiale.

De l’illustration au catalogue : vers une professionnalisation de l’usage de l’estampe

10L’année 1686 marque en effet un nouveau tournant dans le rapport du périodique à l’estampe, par la tentative de Donneau de Visé de publier, avec le Mercure galant, un catalogue mensuel de gravures qui, pour répondre à la demande supposée de nombreux lecteurs, devait prendre la forme

  • 23 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

[d’] une Liste des belles Estampes qui se gravent, & des Tableaux sur lesquels on les tire, avec les Noms des Graveurs, & du Marchand qui les débite, le prix des mesmes Estampes, & plusieurs autres choses qui concernent cet article.23

  • 24 Elle s’inscrit néanmoins dans un ensemble de stratégies de fidélisation éprouvées, voir notamment S (...)
  • 25 Voir à ce propos les travaux d’Anne Piéjus, notamment Anne Piéjus, « Du miroir de la réalité à la c (...)
  • 26 La Brillante journee ou Le Carrousel des galans Maures, entrepris par Monseigneur le Dauphin avec l (...)

à l’instar de l’illustration du périodique, la publication du catalogue « donne[ée] le premier jour de chaque mois » était envisagée pour être régulière et pérenne. Ce catalogue aurait été vendu « séparément », mais présenté potentiellement comme « une partie » du Mercure galant avec lequel il aurait pu être relié ou non. L’idée était ingénieuse : publier chaque mois un catalogue d’estampes au même format que le Mercure galant de façon à donner au lecteur le choix de l’acquérir séparément (il devait être vendu 5 sols), ou de le faire relier avec son périodique favori. Cette initiative est originale, car elle se place matériellement en marge du périodique24. Prolongement potentiellement autonome du Mercure galant, ce projet offrait un nouveau témoignage des ambitions de diversification des activités de Donneau de Visé, envisagées dans une perspective qu’il faut bien appeler multimédiale : outre ses activités théâtrales, ainsi que l’intérêt constant du périodique pour la musique25, on peut rappeler l’Almanach de la Devineresse diffusé par Blageart pour accompagner le succès de la pièce du même nom relative à l’Affaire des poisons, ou la Relation du Carrousel de 1685 finalement publiée indépendamment du périodique26.

11Pour légitimer son projet, « l’Autheur du Mercure galant » invoque dans l’Avis de janvier 1686 une « utilité » de l’estampe qu’il estime méconnue :

  • 27 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

[ ...] les Estampes sont d’une utilité à laquelle on n’a peut-estre jamais assez fait de reflexion. Elles apprenent l’Histoire, & les actions qu’elles representent parlent aux yeux, de mesme que les pensées dans l’Impression.27

  • 28 Par exemple le dispositif épistolaire emprunté à La Muse historique de Loret.
  • 29 La fonction didactique de la peinture religieuse notamment, bien établie dès le Moyen Âge, sera con (...)
  • 30 Voir les ouvrages de références sur la question : Jean-Marie Apostolidès, Le Roi-machine. Spectacle (...)

Comme souvent, Donneau de Visé n’innove pas, mais perfectionne des idées ou des pratiques qui lui préexistent dans d’autres domaines28. En l’occurrence, rien de moins novateur que la vocation didactique de l’image29. Moins original encore sous Louis XIV, l’usage de l’image comme support d’historiographie et de propagande royale30. La tenture de l’Histoire du roi tissée aux Gobelins d’après les dessins de Charles Le Brun, de même que le programme iconographique de la Galerie des Glaces à Versailles, en offrent certainement les réalisations les plus éclatantes au moment où Donneau de Visé rédige ces lignes. La promotion de l’estampe via le Mercure galant se présente néanmoins comme une action au service de l’expansion de la gloire française, dans un geste qui affiche en même temps l’adhésion de Donneau de Visé au modèle culturel de la France de Louis XIV :

  • 31 Mercure galant, janvier 1686, n.p.

[…] rien ne sera plus glorieux à la France qui est aujourd’huy l’Etat le plus florissant de l’Univers. Ses merveilles penetrent par les Estampes jusque dans les Climats les plus reculez. On y voit ce que la France a de beau ; ses Festes, ses somptueux Edifices, ses Jardins delicieux, ses Conquestes, ses Modes, ses Paysages, les Portraits de ses grands Hommes, & tout ce que le Burin peut representer.31

  • 32 On notera que l’illustration du Mercure galant débute en 1678, soit précisément au moment où Colber (...)

12N’est-ce pas là, plus précisément encore, inscrire virtuellement le projet du catalogue mercurien dans le prolongement du Cabinet du roi, entreprise éditoriale dont le Mercure galant du mois d’août 1679 faisait déjà la promotion32 ? Cette série de planches luxueusement gravées, représentant les merveilles du règne de Louis XIV, était d’abord destinée à être reliée et offerte en cadeau aux dignitaires étrangers, avant d’être proposée à l’achat pour le public. En quoi, dès lors, le Mercure galant pouvait-il renouveler la vocation didactique de l’estampe, et son usage au service de la France ? Pourquoi suggérer qu’il s’agit « d’une utilité à laquelle on n’a peut-estre jamais assez fait de reflexion » ?

  • 33 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.
  • 34 Le Libraire au lecteur, Mercure galant, tome I, janvier-avril 1672, n.p. Au-delà des « Curieux de N (...)
  • 35 Antoine Schnapper, op. cit., p. 247-282.
  • 36 Marolles, Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille douce avec un dénombrement des piè (...)
  • 37 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.
  • 38 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p. Sur la part prépondérante des sujets religieux dans la p (...)
  • 39 Voir Alison Stedman, op. cit., supra, note 18.

13On cherchera une réponse dans la capacité de l’estampe à toucher un public toujours plus vaste, un public susceptible de présenter, du point de vue social, mais encore international, une mixité inédite. Sus le temps où la gravure n’intéressait que les « Curieux d’Estampes »33. De même que dans l’Avis au lecteur du premier numéro du Mercure galant en 1672, Donneau de Visé se refusait à limiter la diffusion de l’information aux « Curieux de nouvelles »34, il décide en 1686 de l’étendre, par le biais de l’image, à un public bien plus large que le cercle restreint des « Curieux de papiers »35, amateurs et collectionneurs d’estampes. Il s’agit donc bien d’un nouvel aspect de la stratégie de publication du Mercure galant, une stratégie offensive dont l’un des nouveaux outils doit être le catalogue d’estampes. En soi, à nouveau, rien d’original : Marolles avait publié dès 1666 un modèle du genre36. En revanche, la manière dont Donneau de Visé envisage la diffusion du catalogue mérite une attention particulière : le directeur du Mercure galant effectue un pas supplémentaire dans l’élargissement des catégories sociales potentiellement concernées par le périodique. Par le biais du catalogue, il cherche à s’adresser désormais aussi aux connaisseurs « qui préfèrent une Estampe correcte, tirée sur un beau Tableau qu’ils ne peuvent avoir, à un Tableau estropié, & mal peint »37 (catégorie sociale qui ne trouvait certainement pas son compte dans la facture souvent hâtive des estampes qui illustraient le périodique), mais également aux « personnes devotes, & les Religieux, & Religieuses », étant donné la part prépondérante que représente la gravure religieuse au xviie siècle38. Or – et c’est là un geste tout à fait original et audacieux en termes de transgression des catégories sociales supposées des destinataires39 – le catalogue s’adresse également aux représentants des corps de métiers concernés par la gravure :

  • 40 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

les Peintres, Sculpteurs, Graveurs, Architectes, Cizeleurs, Brodeurs, Menuisiers, Serruriers, Jardiniers, & generalement presque sur tous ceux qui professent quelque Art.40

14Les artisans devaient avoir en effet pour la gravure un intérêt tout particulier, soit qu’elle leur permette de s’informer des techniques et des réalisations récentes dans leur domaine (perspective de réception), soit qu’elle leur offre la possibilité de diffuser les fruits de leurs propres travaux (perspective de production). On devine alors de quelle manière ce projet présenté comme le support d’un vaste éloge de la France de Louis XIV déborde vers un projet encyclopédique : par le texte et par l’image, le Mercure galant, fort de la caution historiographique, serait devenu également un instrument de diffusion de connaissances d’actualité, dans la perspective d’une promotion universelle, et pas seulement française, de l’ensemble des arts modernes, ce que l’annonce du catalogue souligne également :

Rien ne sera plus avantageux aux Etats qui font graver ce qu’il y a de plus remarquable chez eux, que l’Avis qu’on en donnera.

Un même langage des yeux ? Donneau de Visé visionnaire

  • 41 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

15La conception de l’estampe comme moyen de communication universel permet à Donneau de Visé d’aller plus loin encore dans la diversification des catégories de lecteurs traditionnels, en imaginant, paradoxalement, que le Mercure galant puisse conquérir, à la faveur de l’image, des destinataires rétifs à la lecture. Au-delà des connaisseurs, des dévots et des artisans, le catalogue d’estampes s’adresse en effet aussi à « ceux qui ne veulent pas s’occuper à une longue lecture d’Histoires », mais qui « voyent d’un coup d’œil par le moyen des Estampes, ce que l’Impression ne sçauroit representer, & qu’on ne pourroit faire entendre que par de fort longs discours »41.

  • 42 Diderot, Prospectus de l’Encyclopédie, 1750, p. 4 [en ligne] : encyclopedie.uchicago.edu.
  • 43 L’entreprise n’est pas exempte de paradoxes : si l’estampe a le pouvoir, théoriquement, de toucher (...)

Diderot ne procèdera pas différemment au moment de vanter dans le « Prospectus » de 1750 la publication des planches de l’Encyclopédie qui doivent permettre une diffusion inédite de la connaissance des arts techniques, et auxquelles il confère momentanément une valeur cognitive supérieure à celle du discours : « Un coup d’œil sur l’objet ou sur sa représentation en dit plus qu’une page de discours »42. L’estampe est ainsi envisagée par Donneau de Visé comme le moyen de toucher un nouveau public : son périodique vise à coup sûr un lectorat mondain supposé oisif, ainsi qu’un lecteur «  honnête homme » engagé dans des occupations qui lui laissent peu de temps pour la lecture d’agrément, mais la gravure d’illustration cible encore un autre public, plus inattendu : « Ceux qui ne sçavent pas lire ». La manœuvre est habile : cette catégorie surprenante de lecteurs illettrés ouvre en réalité une brèche dans le lectorat de langue française et permet à Donneau de Visé d’envisager un public universel. Le directeur du Mercure galant cherche en effet à atteindre les « Peuples [qui] sortent rarement de chez eux » et à qui « toutes les Langues de l’Europe […] sont inconnuës », voire des gens qui « dans leur Païs mesme […] ne sçavent pas lire la Langue qu’ils parlent ». Donneau de Visé ne convoite donc pas moins que la communauté universelle d’un public lettré et non lettré, maîtrisant ou non la langue française43.

  • 44 Littératures classiques. « Les langages au xviie siècle », Delphine Denis et Anne Spica (dir.), 50, (...)

16On comprend que le projet viséen, à l’âge de « l’inquiétude des signes »44, s’inscrit au cœur de l’élan universaliste qui caractérise la culture française à l’orée des Lumières, mais en le débordant par l’image. Si le monde n’est plus immédiatement lisible, et si les rapports sémiologiques sont contingents, il s’agit d’ériger une langue particulière en langue universelle. Le français, comme langue de culture et de diplomatie, occupera, on le sait, une position dominante en Europe jusqu’au Traité de Versailles. Le projet viséen s’inscrit donc bien dans cet élan universaliste, mais de façon paradoxale ; il ne soumet plus la diffusion de l’Histoire de France à la connaissance de la seule langue française, mais érige l’image gravée en support universel et potentiellement autonome de cette Histoire :

  • 45 Avis du Mercure galant, janvier 1686.

Ainsi il seroit bien difficile à ces peuples d’apprendre nostre Langue pour sçavoir nôtre Histoire ; mais comme chez toutes les Nations du Monde les yeux ont le mesme langage, & qu’on n’a qu’à les ouvrir pour voir également dans tous les Pays les objets qui sont presentez à la veuë, on peut dire que ce n’est que par les Estampes seules qu’on peut voir par toute la Terre ce que l’on veut representer. Elles parlent également par tout aux yeux, & tous les yeux voyent également ce qu’elles représentent. Ainsi rien n’est plus agreable, rien n’est plus utile, & rien n’instruit en moins de temps, sans qu’il soit besoin d’aucune étude pour apprendre à voir ce qu’elles contiennent.45

  • 46 Jean Sgard, Dictionnaires des journalistes (1600-1789) [en ligne] dictionnaire-journalistes.gazette (...)
  • 47 Voir notamment les récits des ambassades du Maroc (1682) et du Siam (1686)
  • 48 Maurice Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, p. 17. Le parallèle s’arr (...)

17Il faudrait commenter la curiosité de Donneau de Visé envers les peuples étrangers : sa charge de « garde-meubles de la maison du Roi, des princes étrangers et ambassadeurs extraordinaires »46 l’aura certainement conduit à rencontrer régulièrement des émissaires de pays éloignés, de même que sa correspondance relative à la rédaction des nombreux articles du Mercure galant tournés vers l’étranger aura pu alimenter cette curiosité47. On pourrait également discuter la conception sémiologiquement naïve affichée par Donneau de Visé : le directeur du périodique semble ici peu enclin à penser l’arbitraire du signe et, en conséquence, la relativité des codes visuels qui sous-tendent l’appréhension des images au sein des différentes cultures. Au moment d’annoncer le catalogue d’estampes, il importe avant toute chose de présenter la gravure comme un outil de communication sans précédent, susceptible de porter sur les ailes de la Renommée la gloire de la France à travers le monde. Sans doute serait-il toutefois injuste de cantonner « l’Autheur du Mercure galant » dans une vision naïve ou purement utilitariste de l’estampe : il y a, transposée à l’image gravée, dans cette affirmation selon laquelle « chez toutes les Nations du Monde les yeux ont le mesme langage », ou « tous les yeux voyent également », une forme d’évidence perceptive qui fait écho à l’incipit de Merleau-Ponty : « Nous voyons les choses mêmes, le monde est cela que nous voyons »48.

18Mais on devine aussi de quelle manière, le catalogue d’estampes envisagé comme une tactique inscrite plus généralement dans la stratégie de publication du Mercure galant, devait contribuer à sa « privatisation » : Donneau de Visé devenait le maître-d’œuvre et, théoriquement, le principal bénéficiaire, d’une entreprise d’information par le texte mais aussi par l’image, qui devait fédérer un nombre de collaborateurs en croissance constante, en vue de toucher un public le plus vaste possible. Comme on l’a vu, il entend en effet étendre davantage encore le principe de collaboration qui permet au Mercure galant d’offrir chaque mois au public de la capitale, de la province et de l’étranger une abondante moisson d’informations, présentées au prisme de la diversité et de l’enjouement galants :

  • 49 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

On recevra les Avis de ceux qui manderont leurs sentiments pour en [des estampes] faire de nouvelles qu’ils croiront se devoir débiter, & les Desseins de celles qu’ils seront persuadez qui se pourront vendre en leur Pays, comme aussi de celles qui y auront este gravées & qui s’y vendront49

Mais aussi :

  • 50 Idem.

Les Etrangers pourront aussi envoyer des Memoires de ce qui se grave chez eux, & on les traitera comme les François mesmes.50

  • 51 Sara Harvey montre que le Mercure galant, au moment de la campagne victorieuse de Hollande, soutien (...)

Appel ouvert au-delà des frontières de la France, cette dernière précision dévoile la valeur relative de l’argument de la gloire française : si Donneau de Visé cherche à étendre le champ de diffusion de son périodique, ce n’est plus pour imposer le seul modèle culturel français51, mais aussi pour promouvoir, par le biais de l’estampe, un commerce et une communication universels.

Heurs et malheurs d’une tactique audacieuse

  • 52 « Discours touchant l’Histoire des Estampes », Mercure galant, juin 1686, p. 259-263.

19à ce point de la réflexion, une question s’impose avec force : comment et pourquoi cet ambitieux projet a-t-il échoué ? L’offensive informative et publicitaire que constitue l’annonce du catalogue est en tous points conforme au geste par lequel Donneau de Visé avait préparé le lecteur, dans l’Avis du volume de décembre 1677, à accueillir favorablement l’illustration du périodique qui allait débuter le mois suivant. Or, avec la livraison de mai 1686, point de catalogue. Ni avec celle du mois suivant. Le couperet tombe dans un discours inscrit au cœur du volume du mois de juin 1686, dans lequel point la déception de Donneau de Visé52 :

  • 53 Mercure galant, juin 1686, p. 260-262.

[…] les mesures que l’on avoit prises pour le [catalogue] faire étoient assez justes, mais il s’y est trouvé divers obstacles qui ne viennent pas de ma part. La Politique n’est pas seulement pour les Souverains, & ceux qui gouvernent les Etats ; elle regne aussi parmy les Arts, dans les Communautez, dans les Familles, & souvent un seul Particulier a sa Politique à part. Les Graveurs & les Imagers, ou du moins une si grande partie qu’elle peut estre prise pour le tout, ayant eu la leur en cette occasion, n’ont pas jugé à propos que le Public sçeut le prix de leurs Estampes. Je ne veux ny penetrer ny combattre leurs raisons, quoy qu’il me fust aisé de le faire. D’autres ont esté chagrins de ce dessein, parce qu’ayant de moins belles Estampes que leurs Confreres, & en moins grand nombre, ils ont apprehendé qu’on ne marquast la difference qu’il y a entre eux, & d’autres ont cru qu’ils devoient eux-mesmes faire des Catalogues de ce qui les regarde pour en profiter.53

  • 54 Sur la législation ambiguë de la production et de la vente d’estampes au xviie siècle, voir Mariann (...)
  • 55 Christophe Schuwey, art. cit.

20En cause, donc, la « Politique à part » des « Graveurs et [d]es Imagers », et non les actions (« mesures […] assez justes ») déployées par Donneau de Visé pour faire aboutir son projet. Ces « divers obstacles », émanant des professionnels de l’estampe, ne doivent cependant pas surprendre. L’on sait la virulence des graveurs à résister à toute tentative de restriction de leur liberté d’exercer. En ce sens, l’on peut supposer que l’initiative de Donneau de Visé a pu être perçue, par les professionnels de l’estampe, comme une nouvelle tentative, après celles de Palevoisin en 1644, de Mansart en 1651 et de Lavenage en 166054, pour organiser à son profit la communauté des graveurs et tirer lui aussi des bénéfices de la vente de leur production. Non pas toutefois en essayant de créer une maîtrise ou une nouvelle règlementation des estampes. Mais plus subtilement par la publication, potentiellement séduisante, d’un catalogue qui serait devenu de facto une vitrine internationale pour les graveurs et marchands d’estampes. Au-delà de son goût pour l’estampe et de sa foi en ce moyen de communication privilégié, Donneau de Visé espérait assurément tirer profit de la vente de ce catalogue. S’il estimait les graveurs et marchands suffisamment payés en retour par la publicité que le Mercure galant devait leur apporter, il a sans doute sous-estimé les risques, pour le milieu de l’estampe, de cette nouvelle « plateforme de publication »55, qui rendaient les professionnels de l’estampe étroitement dépendants de ses décisions. Non seulement ce catalogue aurait rendu visible et donc augmenté la concurrence entre les professionnels, mais encore il aurait rendu invisibles aux yeux des acquéreurs potentiels les graveurs et marchands qui, pour diverses raisons, auraient été écartés de cette publication, avec les conséquences néfastes que l’on devine pour leur commerce. On comprend que les graveurs fussent restés extrêmement jaloux du libre exercice de leur profession, qu’ils avaient acquis à la faveur de l’édit de Saint-Jean-de-Luz du 26 mai 1660.

  • 56 Voir à ce propos Christian Michel, « Les graveurs à l’Académie royale de peinture et de sculpture a (...)

Cet édit leur permettait par ailleurs de conserver aussi une certaine indépendance vis-à-vis de l’Académie royale de peinture et de sculpture56.

  • 57 Au court de l’année 1681, Donneau de Visé publie plusieurs estampes de ou d’après Antoine Coypel, q (...)
  • 58 Ibid., p. 491.

21On peut dès lors se demander si l’appel de Donneau de Visé s’adressait également aux graveurs entrés à l’Académie, où ils jouissaient sous la protection de Colbert d’une position privilégiée57. Or ces derniers faisaient cette même année 1686 l’objet d’une attaque. Dénonçant leurs privilèges, Van der Meulen demande au mois de juin la révision de leur statut à l’Académie. La demande est diplomatiquement rejetée dans une résolution qui sera prise le 26 octobre de la même année, mais le mal, en quelque sorte, est fait : la place fragilement gagnée de la gravure d’interprétation au sein des beaux-arts était remise en question58. En amont des controverses internes à l’Académie dont il était bien placé pour être informé, Donneau de Visé a-t-il cherché à tirer profit d’une situation d’instabilité pour essayer d’attirer parmi ses collaborateurs les graveurs de l’Académie ? Il pourrait en effet s’agir d’une tactique, au moment où les appuis politiques de Donneau de Visé semblent faiblir. En effet, ses rapports avec Louvois, ministre d’état qui avait également remplacé en 1683 Colbert à la Surintendance des Bâtiments, ne semblent pas optimaux, comme le suggère une lettre du mois de mars 1684 dans laquelle ce dernier lui sait gré de ne pas publier dans le Mercure galant de devises à son nom :

  • 59 Lettre de Louvois à Donneau de Visé, 6 mars 1684, dans Architecture et Beaux-Arts à l’apogée du règ (...)

Vous m’avez fait plaisir de ne les [des devises] point mettre dans le Mercure et je vous prie de continuer à en uzer de mesme de tout ce qui me regardera59

  • 60 Mercure galant, janvier 1686, p. 191-192. Sur la valeur du poème comme « manifeste » en faveur de l (...)
  • 61 Christian Michel, art. cit., p. 491.

En 1686, Donneau de Visé soutient du reste Perrault, qui avait été écarté par Louvois : le Mercure galant publie en effet une critique élogieuse du Saint-Paulin de Perrault, poème héroïque chrétien qui devait permettre à l’ancien commis de Colbert de revenir en grâce60. Dès lors, les « divers obstacles » opposés par les graveurs et marchands au projet de catalogue d’estampes du Mercure galant pourraient aussi trouver une explication sur le plan institutionnel : rétifs en général à se soumettre à un contrôle potentiel de leur activité, les graveurs, et ceux de l’Académie en particulier, auraient pris un risque supplémentaire en affichant une collaboration trop étroite avec le Mercure galant au moment des remaniements institutionnels qui ont accompagné l’avènement de Louvois (c’est également le temps de la disgrâce de Le Brun, favorable aux graveurs61).

22Ce n’est pas tout. L’initiative de Donneau de Visé souffre aussi d’un autre contretemps, plus significatif encore : « les Souverains & ceux qui gouvernent les Estats » – au premier chef Louis XIV évidemment, qui en d’autres temps aurait pu trouver de l’intérêt à ce projet de libéralisation de l’estampe inscrit dans le prolongement du Cabinet du roi – sont occupés à tout autre chose : tâcher de sauvegarder l’unité du royaume profondément ébranlée après la révocation de l’édit de Nantes. Tandis que la propagande religieuse bat son plein, le roi diminue drastiquement, dès septembre 1685, ses dépenses somptuaires pour financer les moyens de conversions des huguenots restés en France, à travers, notamment, la publication et la diffusion de nombreux livres de piétés. Comme le note Fabrice Preyat,

  • 62 Preyat, Fabrice, op. cit., p. 243. Un autre témoignage de la mainmise du pouvoir sur le monde de l’ (...)

[…] les commandes de la caisse des conversions furent particulièrement lucratives pour les libraires de la capitale et contribuèrent sans nul doute à la concentration du monde de l’édition parisienne à la fin du xviie siècle, soulignant combien il était important pour un libraire de disposer des faveurs du pouvoir.62

Ce l’était assurément aussi pour le directeur d’un périodique. On peut dès lors s’étonner que cette initiative de Donneau de Visé s’inscrive à l’orée de l’an 1686, quelques mois à peine après un décret qui bouleverse l’équilibre politique du royaume, sans chercher à en tirer explicitement profit. Que n’a-t-il proposé un moyen de diffuser en priorité la gravure religieuse ? La perspective religieuse dans l’Avis de janvier 1686 reste en effet très (trop) minoritaire, pour ne pas dire inexistante. Les dévots sont portion congrue d’un public envisagé pour être beaucoup plus vaste et, surtout, sans appartenance confessionnelle, voire religieuse, déterminée. Aussi, ce projet de catalogue d’estampes est-il beaucoup plus en phase avec la politique d’une Europe en voie de devenir cosmopolite, qui renonce à la persécution confessionnelle, qu’avec le tropisme religieux et national de la France de 1685.

23La faible adhésion religieuse affichée par l’Avis relatif aux estampes est d’autant plus surprenante que les gages d’orthodoxie politique, dans le Mercure galant, ne manquent pas. Ainsi, l’adresse à la marquise, dans la partie II du mois février 1686, s’ouvre par la célébration de « ce que le Roy vient de faire en faveur de la Religion Catholique », en soulignant que :

  • 63 Mercure galant, février 1686, partie II, p. 2-3.

l’Histoire est l’ouvrage d’un homme seul qui peut déguiser la verité, au lieu que ce que je vous envoye estant l’ouvrage de quantité d’Autheurs differens, est comme un Acte signé de tous les sujets de sa Majesté, pour confirmer à ceux qui viendront aprés, des choses si éloignées de toute apparence de verité, que pour estre crues elles ont besoin d'un nombre infiny de témoignages, & que ceux mesmes qui en parles ayent vécu du Regne du Roy, sans quoy la Posterité auroit peine à croire les étonnantes merveilles qui font aujourd’huy l’entretien & l’admiration de tout l’Univers.63

  • 64 Cette année 1686 est également celle d’un édit de règlement, plus restrictif, concernant la librair (...)

24La menace imminente du morcèlement du Royaume consécutive à la révocation de l’édit de Nantes est conjurée ici par l’affirmation que « tous les sujets » de sa Majesté célèbrent l’Histoire de Louis le Grand en joignant leur voix, dont le Mercure galant se veut le support privilégié. Recueillant la diversité des témoignages qui « confirme[nt] » une même vérité, soit le bien-fondé de la révocation de l’édit de Nantes, le périodique ne laisse en théorie nulle place aux voix dissidentes. On sent néanmoins poindre une inquiétude, un malaise : l’événement de la révocation de l’édit de Nantes, ses conséquences en termes de politique de conversion forcée et d’exil des huguenots, constituent une vérité qui se dérobe à un régime de croyance univoque. La violence symbolique et réelle des événements est telle que lui assigner une interprétation orthodoxe revient à proclamer « des choses si éloignées de toute apparence de vérité », si bien que les événements donnent nécessairement lieu à « un nombre infiny de témoignages », potentiellement discordants, voire séditieux. Le Mercure galant a beau tenter de se présenter comme le support d’une « vérité » unique, celle-ci demeure politiquement fragile et sa diffusion en 1686 nécessite un contrôle idéologique ferme qui passe par une surveillance accrue de l’imprimé64. Cette prétention d’orthodoxie et d’univocité est d’ailleurs symboliquement contredite par la forme même de la livraison de février 1686, divisée en deux volumes. Le périodique opère en effet une distribution des espaces discursifs selon les matières : la matière mondaine occupe la première partie, la religieuse la seconde. La première partie s’ouvre ainsi sur l’Avis concernant le catalogue d’estampes, suivi d’un incipit pour le moins curieux :

  • 65 Mercure galant, février 1686, p. 2.

Ne soyez point surprise, Madame, si vous ne trouvez point d’Eloges du Roy au commencement des Nouvelles dont j’ay à vous faire part ce Mois-cy.65

L’explication en est pourtant simple : Donneau de Visé a reçu tant de textes relatifs aux événements religieux que, ne sachant lesquels choisir, il décide de les réunir en un second volume. Fallait-il pour autant souligner la relégation en seconde partie des éloges du roi ? Certes, le bénéfice de cette publication en deux parties est double : ce choix permet de consacrer un espace entier à afficher son adhésion avec la politique religieuse du roi, mais il permet également de réserver un autre espace, autonome, aux affaires du monde :

  • 66 Ibid., p. 2-3.

Ce me donnera lieu de mettre dans cette premiere partie divers Ouvrages d’une autre nature, que je n’ay pù employer depuis long-temps dans mes Lettres, à cause des matieres de Religion, qui en ont presque toûjours remply la moitié.66

On ne peut donc manquer d’être frappé par la scission symbolique qui s’incarne dans la division matérielle du volume de février 1686 : elle rejoue en quelque sorte la division confessionnelle du pays, et entérine, à rebours de la politique officielle, la séparation des intérêts du monde et du ciel. La promotion du catalogue d’estampes, en tête de la première partie renforce la scission symbolique : la diffusion de l’image, telle que la conçoit Donneau de Visé, soustraite à tout contrôle institutionnel autre que celui du privilège dont jouit le Mercure galant et visant une audience universelle, est tout sauf le lieu d’expression d’une vérité univoque.

  • 67 Mercure galant, juin 1686, p. 264-295 ; Mercure galant, juillet 1686, p. 40-72.
  • 68 Mercure galant, septembre 1686, p. 203-210.
  • 69 Mercure galant, novembre 1686, p. 91-145.
  • 70 La surintendance de Louvois est en effet caractérisée selon Jean-Claude Boyer par un double retour (...)
  • 71 W. McAllister Johnso, Morceaux de réception gravés de l’Académie royale de peinture et de sculpture(...)
  • 72 Thomas Corneille, et Jean Donneau de Visé, La Pierre philosophale. Comédie mêlée de spectacles, Par (...)
  • 73 Camusat, Histoire critique des journaux, Amsterdam, J. F. Bernard, 1734, p. 213.

25Si le visionnaire échoue donc à promouvoir de nouveaux modes de diffusion scripto-visuelle de l’information en 1686, l’amateur d’estampes ne s’avoue pas vaincu. Donneau de Visé n’abandonne pas complètement son projet, mais il le reconfigure selon des possibilités réduites. Il publie en 1686 plusieurs textes relatifs aux estampes, pour écouler peut-être le matériau déjà réuni lors de la préparation du catalogue. Il propose ainsi une ébauche « d’Histoire des Estampes » qui est « quasi une manière de Catalogue » dans le numéro du mois de juin 1686, ainsi qu’une « Suite de l’Histoire des Estampes » le mois suivant67. Une troisième liste est donnée en septembre 1686, il s’agit des estampes du défunt Le Pautre commercialisées par sa veuve68. En novembre 1686, il consacre un long développement aux estampes gravées d’après Charles Le Brun, suivi d’une réclame pour celles qui sont faites d’après Van der Meulen69. Le format de ces « Histoires des estampes » est variable. Tandis que la « Suite » de juillet 1686 constitue une liste d’estampes architecturales vendue chez les sieurs Marot, père et fils, énoncée à l’appui d’un vocabulaire technique précis qui laisse penser que Donneau publie un document lui ayant été directement transmis par les principaux intéressés, l’ « Histoire » du mois de juin 1686 est plus circonstanciée : la première moitié constitue un catalogue du fond d’estampes du sieur Pérou, concierge de l’Académie royale de peinture et de sculpture, la seconde rend compte d’estampes vendues en différents lieux. Les estampes sont commentées selon un ordre que n’eût alors pas réprouvé Louvois70 : les Italiens d’abord, puis les Français ; la peinture d’Histoire puis les portraits (ces derniers, accompagnés d’un développement sur l’idéal de ressemblance). La critique d’art de « l’Autheur du Mercure galant » s’apparente à celle d’un connaisseur, au fait des discussions de l’Académie, qui s’exprime cependant en honnête homme, à l’aide d’un vocabulaire simplifié : il commente principalement l’action, l’expression, les drapés. Quant à son goût personnel ? il affleure par exemple dans le commentaire détaillé d’une estampe d’Etienne Baudet d’après René-Antoine Houasse, identifié aujourd’hui comme Darius ouvrant la tombe de Nitocris71 : l’estampe présente l’intérêt de susciter des émotions fortes par son sujet lugubre (l’ouverture d’un tombeau) qui donne lieu à la peinture d’expressions de terreur, soutenues par un traitement habile des clair-obscur. Une esthétique qui n’est pas sans rappeler celle de La Devineresse, dont l’Almanach de 1681 transpose dans le domaine visuel les effets destinés à susciter l’effroi, ou de la comédie « mêlée de spectacles », La Pierre philosophale, qui convoque effectivement au sein d’une joyeuse comédie, entre château en ruines, caverne et tombeau, des sylphes, ondins, gnomes et salamandres72. Mais aussitôt après ce qui s’apparente à une confession de goût pour des spectacles plus soucieux de produire des émotions fortes que d’amener le spectateur sur les voies de la dévotion, Donneau de Visé commente une autre estampe figurant un groupe de protestants qualifiés « d’hérétiques ». Le commentaire de cette estampe, contrastant avec le précédent, offre un gage bienvenu, dans le contexte brûlant de la révocation de l’édit de Nantes, de l’adhésion politique de Donneau de Visé qui, comme le dira Camusat, « ne pouvoit écrire autrement sous le règne de Louis XIV »73.

*

  • 74 Alison Stedman, op. cit., p. 102-107.

26Le projet de catalogue d’estampes qui devait être publié mensuellement avec le Mercure galant révèle que Donneau de Visé était sur le point de donner en 1686 au principe collaboratif et multimédial qui sous-tend la publication du périodique une extension nouvelle : par une série d’accords passés avec les amateurs et les professionnels de l’estampe, en France et à l’étranger, le Mercure galant devait devenir le cœur d’une constellation de publications écrites et gravées qui allaient diffuser l’excellence de la culture et de l’Histoire françaises à travers le monde, mais aussi promouvoir une culture universelle, susceptible de toucher les peuples les plus éloignés et les moins lettrés. On peut donc effectivement considérer, avec Alison Stedman, que la stratégie de publication de Donneau de Visé s’emploie à transcender les catégories sociales mondaines traditionnelles, et que ce geste d’ouverture constitue une réponse radicale, en symétrie inverse, à la politique de centralisation mise en œuvre par Louis XIV74, et peut-être plus encore au lendemain de la révocation de l’édit de Nantes que durant les premières années de publication du périodique. Si Donneau de Visé a quelque chose d’un visionnaire, sa posture est donc à mi-chemin entre l’entrepreneur moderne et l’extravagant du Grand Siècle ! Car la confrontation des actions (scripturaires et commerciales) de Donneau de Visé, que l’on peut qualifier de centrifuges, avec la politique religieuse de Louis XIV quant à elle centripète, fait apparaître un point de rupture, et la stratégie de publication de Donneau de Visé éprouve alors certaines de ses limites, faute d’une juste évaluation des aspirations du milieu des graveurs ; faute également d’un timing politique adéquat. Les « mesures » qu’il prend (large appel à collaboration via le périodique, mais aussi sans doute démarchage direct auprès des graveurs et des marchands) se heurtent en effet à l’hostilité des professionnels de l’estampe face à ce qui se présente comme une entreprise de privatisation de la communication à l’échelle internationale, à un moment de grande instabilité politique, tant sur le plan des institutions, que sur le plan religieux. Aussi, pour imparfait et inachevé qu’il soit, le projet de catalogue d’estampes, envisagé comme une tactique particulière, inscrite dans une stratégie de publication plus vaste, nous invite en définitive à considérer de plus près les marques d’adhésion politique affichées dans le périodique, selon leurs espaces de distribution, et selon la variété de leurs modes d’expression, qui se meut habillement le long du sillon qui relie symboliquement le tracé de la plume au trait du burin. L’Avis de janvier 1686 s’ouvrait ainsi sur ce constat, qui est aussi un éloge bien paradoxal du « Siècle de Louis » :

  • 75 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

Il y a long-temps que non seulement on ne trouve plus rien pour perfectionner les Arts, & les Sciences, mais encore pour faciliter aux hommes les moyens de s’instruire à peu de frais de tout ce qui arrive de jour en jour touchant ces Arts, & d’apprendre ce qui se passe dans toute la Terre parmy le Monde Politique & Galant.75

Il s’agit assurément du constat d’un Moderne, mais d’un Moderne inassouvi.

Haut de page

Notes

1 Mercure galant, Avis de janvier 1686, n.p.

2 Je me permets de renvoyer ici à mon article « L’actualité gravée au temple de mémoire. La mise en place du programme d’illustration du Mercure galant au tournant de l’année 1678 », Nouvelles de l’estampe, 252, 2015, p. 54-68.

3 Mercure galant, Avis de décembre 1677, n.p.

4 On aura reconnu dans les lignes qui précèdent la référence à quelques-uns des travaux élaborés dans l’orbite du GRIHL, auxquels je suis particulièrement redevable : Jean-Pierre Cavaillé (dir.), « Stratégie de l’équivoque », Cahiers du Centre de Recherches Historiques Avril 2004, n° 33, [En ligne] https://ccrh.revues.org/230 ; Jean-Pierre Cavaillé, Jean-Pierre Dis/simulations. Religion, morale et politique au XVIIe siècle. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto, Paris, Champion, 2002 ; Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures (France, 1623-1660), Paris, Les Belles Lettres, 2008, mais aussi Les Sciences du diable. Quatre discours sur les démons et les sorciers (xve-xviie siècles), Paris, Cerf, 1992 ; Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d'un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 ; Christian Jouhaud et Alain Viala (dir.), De la publication. Entre Renaissance et Lumière, Paris, Fayard, 2002 ; Dinah Ribard et Nicolas Shapira (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales, Paris, PUF, 2013 ; Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008 et bien entendu Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985, ainsi que Racine ou la stratégie du caméléon, Paris, Seghers, 1990.

5 Marion Brétéché et Dinah Ribard, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », xviie siècle, 1/2016, n° 270), p. 9-22 ; Sara Harvey, notamment « ‘Qu’y a-t-il de nouveau aujourd’hui’ ? : la présence des nouvellistes dans les premières œuvres de Donneau de Visé », L’Évangile du jour. Actualité et inédit sous l’Ancien Régime, éd. K. Abiven et L. Depretto, Littératures Classiques 78, 2012, p. 49-64 et Sara Harvey, « Le Paris galant de Donneau de Visé : modèle urbain et politique louis-quatorzienne dans le Mercure galant (1672-1678) », Les Histoires de Paris, Actes colloque Québec 22-25 sept. 2010, éd. Th. Belleguic et L. Turcot, Paris, Hermann, 2012, p. 317-329 ; Christophe Schuwey, « Le Mercure galant : un recueil interactif », Cahiers du xviie siècle, XVI/1, 2015, [En ligne] http://www.academia.edu/15282233/Le_Mercure_galant_un_recueil_interactif, ainsi que sa thèse, « Jean Donneau de Visé, “Fripier du Parnasse”. Pratiques et stratégies d’un entrepreneur des lettres », sous la direction de C. Bourqui et G. Forestier, thèse Paris-Sorbonne, soutenue le 7 juillet 2016.

6 Une étude précise de la question reste à mener. Avant le Mercure galant, on peut remarquer que le premier ouvrage publié par Donneau de Visé, Les Nouvelles nouvelles, est pourvu dès 1663 d’un frontispice et de cinq gravures d’illustration. Voir l’édition en ligne, C. Bourqui et Ch. Schuwey (dir.), www.nouvellesnouvelles.org. Si les pièces de théâtre paraissent sans frontispice, on peut notamment souligner que Le Sujet des Amours de Vénus. Tragédie en machines représentée sur le théâtre royal du Marais en février 1671, Paris, Promé, s’accompagne (du moins dans l’exemplaire de la BnF [Rés.-Yf-1237]) d’une estampe qui la relie à une forme d’actualité (il s’agit d’une vue de la porte de Saint Denis « nouvellement achevée de bâtir »). L’impressionnant Almanach consacré à la Devineresse pour l’année 1680, dont le Mercure galant annonce la publication en novembre 1679, constitue une autre manifestation originale du rapport de Donneau de Visé à l’estampe. Si l’on ignore la part active de Donneau de Visé dans la création de cette imposante affiche, les informations qu’il donne dans la notice nécrologique consacrée dans le Mercure galant à Thomas Corneille laissent penser qu’il a dû travailler en collaboration étroite avec les dessinateurs et les graveurs : on peut en effet déceler des similitudes entre ce qu’il dit de sa participation à l’écriture de la pièce et la composition des médaillons de l’Almanach.

7 Sur l’amateur d’estampes, voir Marianne Grivel, « L’amateur d’estampes en France aux xvie et xviie siècles », in Frédéric Barbier et alii, Le Livre et l’historien, Genève, Droz, 1997, p. 215-229, ainsi que Véronique Meyer, « Collectors and Collecting Prints », in A Kingdom of Images. French prints in the age of Louis XIV, 1660-1715, P. Fuhring, L. Marchesano, Rémi Mathis et V. Selbach (eds), Los Angeles, Getty Publications, 2015, et Antoine Schnapper, Curieux du Grand Siècle. Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, Paris, Flammarion, 2005 [1994], p. 56.

8 Je remercie vivement Christophe Schuwey d’avoir porté ce document à ma connaissance. Le milieu d’origine de l’épouse de Donneau de Visé a pu soutenir son intérêt pour l’estampe, Anne Picou était fille de Robert Picou, peintre et valet de chambre du roi, garde des tableaux de ses cabinets. Le logement que Donneau de Visé occupait aux galeries du Louvre, où il côtoyait notamment Antoine Coypel et Jean Berain, a également pu jouer un rôle en ce sens.

9 Marianne Grivel avance avec prudence, à la lumière des inventaires après décès parisiens, que moins d’un quart des habitants de la capitale possédait des estampes, art. cit., p. 215.

10 « AMATEUR. Qui aime quelque chose. Il ne se dit point de l’amitié, ni des personnes. Il est amateur de l’estude, des curiosités, des tableaux, des coquilles. Amateur de la Musique, des beaux Arts. Le peuple est amateur de nouveautez » (Furetière, 1690) ; « Qui aime. Il ne se dit que pour marquer l’affection qu’on a pour les choses, et non celle qu’on a pour les personnes. Amateur de la vertu, de la gloire des lettres, des arts. Amateur des bons livres, des tableaux. amateur des nouveautez » (Académie, 1694).

11 « CURIEUX, se dit aussi de celuy qui a ramassé les choses les plus rares, les plus belles et les plus extraordinaires qu’il a pû trouver, tant dans les arts que dans la nature. C’est un curieux de Livres, de medailles, d’estampes, de tableaux, de fleurs, de coquilles, d’antiquitez, de choses naturelles » (Furetière, 1690).

12 « CONNOISSEUR. Qui est pleinement instruit des bonnes qualitez d’une chose qu’on luy presente pour en juger. Monstrez vos tableaux à ce curieux, c’est un fort bon connoisseur.J me rapporte fort à vous du jugement de cette Comedie, car vous estes bon connoisseur (Furetière, 1690). Antoine Schnapper identifie l’émergence de la figure du connaisseur au milieu du xviie siècle à la faveur de deux phénomènes liés : la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture et l’apparition d’un discours sur les arts, op. cit., p. 56.

13 Véronique Meyer établit une typologie relative au contenu des collections et distingue ainsi « those interested in history or geography, those who prioritized the fine arts, and the eclectics », p. 37.

14 Voir Adrien Paschoud et Barbara Selmeci Castioni, « Le Mercure galant (1672-1710) : un jalon significatif sur la voie de l’encyclopédisme des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 51, octobre 2016, p. 143-167. Le Mercure galant présente en effet, sur le plan épistémologique, des parentés intéressantes avec les caractéristiques de l’Encyclopédie : entreprise collaborative, raisonnée et critique, qui accorde aux arts mécaniques une place privilégiée à la faveur d’un usage novateur des planches gravées.

15 Les dictionnaires de l’époque (Richelet, Furetière) associent systématiquement gravure et mémoire.

16 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

17 Christophe Schuwey, « Le Mercure galant : un recueil interactif », art. cit., p. 60.

18 Donneau de Visé’s inn embodies a new ideal of society in wich nobles and commoners of diverse backgrounds can forgot traditional social categories in favor of more individually determined ones, a process that gives the spatialy mediated social field an unprecedented possibility for expansion by permitting individuals of varying ages, ranks, religions, and nationality to eat together and socialize with another in a liberal social environment committed to novelty, diversity, and peaceful coexistence, Allison Stedman, Rococo Fiction in France, 1600-1715: Seditious Frivolity, Lewisburg, Bucknell University Press, 2013, p. 96-97.

19 Antoine Schnapper, op. cit., p. 247-255.

20 Marolles, Catalogue (1666), cité par Antoine Schnapper, op. cit., p. 248.

21 Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008, p. 259.

22 L’importance que le privilège du Mercure galant du 5 janvier 1678 accorde à l’estampe en témoigne.

23 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

24 Elle s’inscrit néanmoins dans un ensemble de stratégies de fidélisation éprouvées, voir notamment Sara Harvey, « Les fins de l’obscurité dans les énigmes du Mercure galant », L’Obscurité : langage et herméneutique sous l’Ancien Régime, éd. D. Denis, Louvain-La-Neuve, Éd. Academia Bruylant, 2007, p. 171-182 et « Récit de publication, récit de publiciste : de quelques discours préfaciels dans le Mercure galant », Pré(-)textes. Les préfaces d’éditeurs scientifiques de 1650 à 1800, Actes colloque Lorient 7-9 nov. 2005, éd. I. Galleron, Rennes, PUR, 2007, p. 133-143. On peut la rapprocher en particulier de la collaboration que Donneau de Visé mettra en place avec le libraire Guéroult à partir d’avril 1687 en vue de distribuer en province, avec le Mercure galant, les « Livres nouveaux » dont les lecteurs auront passé commande. Voir Stedman, op. cit., p. 103-107.

25 Voir à ce propos les travaux d’Anne Piéjus, notamment Anne Piéjus, « Du miroir de la réalité à la construction d’une représentation sociale. L’information musicale dans le Mercure galant », Noter, anoter, éditer la musique. Mélanges offerts à Catherine Massip, éd. C. Reynaud et H. Schneider, Paris, E.P.H.E., Genève, Droz, 2012, p. 177-190. Anne Piéjus, « Le Mercure galant éditeur de musique. Trente ans d’air nouveaux » dans Le Mercure galant, témoin et acteur de la vie musicale, éd. A. Piéjus, Paris, IRPMF, 2010, p. 53-70.

26 La Brillante journee ou Le Carrousel des galans Maures, entrepris par Monseigneur le Dauphin avec la comparse, les courses, et des Madrigaux sur les Devises. Lyon, Amaulry, 1685. L’Avis au Lecteur du mois de juin 1685, annonce et justifie la publication séparée de la relation qui devait s’effectuer d’abord dans le Mercure galant.

27 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

28 Par exemple le dispositif épistolaire emprunté à La Muse historique de Loret.

29 La fonction didactique de la peinture religieuse notamment, bien établie dès le Moyen Âge, sera confirmée par le Concile de Trente en 1563.

30 Voir les ouvrages de références sur la question : Jean-Marie Apostolidès, Le Roi-machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Minuit, 1981 ; Peter Burke, Louis XIV, les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995 ; Chantal Grell et Christian Michel, L’École des Princes ou Alexandre disgracié. Essai sur la mythologie monarchique de la France absolutiste, Paris, Les Belles Lettres, 1988 ; Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981 ; Maxime Préaud, Les Effets du Soleil. Almanachs du règne de Louis XIV, Paris, réunion des musées nationaux, 1995 ; Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999.

31 Mercure galant, janvier 1686, n.p.

32 On notera que l’illustration du Mercure galant débute en 1678, soit précisément au moment où Colbert prend conscience du caractère déficitaire de l’entreprise éditoriale du Cabinet du roi. Charles Perrault est alors chargé de dresser un mémoire permettant de choisir le meilleur moyen de faire entrer une partie des planches du Cabinet du roi dans le circuit commercial. Quel profit Donneau de Visé pensait-il tirer de cette libéralisation des planches du roi ? Le « catalogue de Livres d’estampes & autre ouvrages de Taille-douce gravez pour le Roy » publié dans le périodique en août 1679 (p. 88-134) montre en effet que le Mercure galant participe activement à la vente, auprès du public, des planches du Cabinet du Roi, et ce, moins d’un mois après que Colbert en eût fixé le prix, le 10 juillet 1679. Sur le Cabinet du roi, voir en particulier Marianne Grivel, Le Commerce de l’estampe, Genève, Droz, 1986, p. 181-190, ainsi que Maxime Préaud, “Printmaking under Louis XIV”, in A Kingdom of Images, op. cit., p. 11. Des études supplémentaires sont en revanche nécessaires pour identifier des liens éventuels entre les graveurs du Cabinet du roi et les collaborateurs du Mercure galant. Le rôle probable de Perrault, collaborateur occasionnel du périodique, qui assiste Colbert dans la gestion du Cabinet du roi, serait également à évaluer plus précisément.

33 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

34 Le Libraire au lecteur, Mercure galant, tome I, janvier-avril 1672, n.p. Au-delà des « Curieux de Nouvelles », le périodique doit « plaire à tout le monde » : « Ceux qui n’aiment que les Romans », ainsi que « les Provinciaux & les Etrangers ».

35 Antoine Schnapper, op. cit., p. 247-282.

36 Marolles, Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille douce avec un dénombrement des pièces qui y sont contenues, Paris, 1666. « Marolles donne donc déjà une notice avec appréciation du talent du graveur, les maîtres d’après lesquels il a gravé, et souvent les sujets gravés», Adhémar, Jean, « L’inventaire du fonds français du Cabinet des estampes », Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 6, 1960. La collection sera acquise l’année suivante par le roi.

37 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

38 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p. Sur la part prépondérante des sujets religieux dans la production d’estampes au xviie siècle, voir Marianne Grivel, op. cit., p. 138-141.

39 Voir Alison Stedman, op. cit., supra, note 18.

40 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

41 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

42 Diderot, Prospectus de l’Encyclopédie, 1750, p. 4 [en ligne] : encyclopedie.uchicago.edu.

43 L’entreprise n’est pas exempte de paradoxes : si l’estampe a le pouvoir, théoriquement, de toucher un public universel, le catalogue ne fait que médiatiser et différer la présence de l’image ; il reste un document écrit, rédigé de surcroît en français. La possibilité qu’il atteigne les différentes catégories de lecteurs esquissées par Donneau de Visé reste donc soumise à la présence d’un lecteur lettré comprenant le français.

44 Littératures classiques. « Les langages au xviie siècle », Delphine Denis et Anne Spica (dir.), 50, 2004, p. 5.

45 Avis du Mercure galant, janvier 1686.

46 Jean Sgard, Dictionnaires des journalistes (1600-1789) [en ligne] dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr

47 Voir notamment les récits des ambassades du Maroc (1682) et du Siam (1686)

48 Maurice Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, p. 17. Le parallèle s’arrête cependant là, Merleau-Ponty n’introduisant cette « formul[e] » que pour en déconstruire aussitôt les présupposés : « Il est vrai à la fois que le monde est ce que nous voyons et que, pourtant, il nous faut apprendre à le voir », ibid., p. 18.

49 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

50 Idem.

51 Sara Harvey montre que le Mercure galant, au moment de la campagne victorieuse de Hollande, soutient l’expansion du modèle culturel français et parisien en particulier. Si les marques d’adhésion vont de pair avec une foi en ce modèle, il se pourrait toutefois que cette foi vacille après la mort de Colbert et, plus particulièrement, après la révocation de l’édit de Nantes, soit à l’orée du durcissement du règne. Le projet de catalogue d’estampes me semble soutenir cette hypothèse, mais des analyses textuelles supplémentaires sont toutefois nécessaires. Voir Sara Harvey, « Le Paris galant de Donneau de Visé : modèle urbain et politique louis-quatorzienne dans le Mercure galant (1672-1678) », Les Histoires de Paris, Actes colloque Québec 22-25 sept. 2010, éd. Th. Belleguic et L. Turcot, Paris, Hermann, 2012, p. 317-329.

52 « Discours touchant l’Histoire des Estampes », Mercure galant, juin 1686, p. 259-263.

53 Mercure galant, juin 1686, p. 260-262.

54 Sur la législation ambiguë de la production et de la vente d’estampes au xviie siècle, voir Marianne Grivel, Le Commerce de l’estampe, Genève, Droz, 1986, p. 83-96. Voir également la récente identification par Rémi Mathis du sieur de Lavenage qui signe le 7 février 1660 le dernier projet pour la création d’une maîtrise : membre de la Garde écossaise du roi, en faveur auprès de Mazarin, il est contraint de céder la moitié de sa charge en 1656 lors de la réorganisation de l’armée ; le projet de création d’une maîtrise des graveurs, sans doute soutenu en haut lieu, apparaît ainsi comme une possibilité de compenser de ses pertes. Rémi Mathis, « Le ‘Sr de Lavenage’. L’homme à l’origine de l’ultime tentative d’ériger les graveurs en corps de métier (1660) », Nouvelles de l’estampe, 252, 2015, p. 31-35.

55 Christophe Schuwey, art. cit.

56 Voir à ce propos Christian Michel, « Les graveurs à l’Académie royale de peinture et de sculpture au xviie siècle », dans L’Estampe au Grand Siècle. études offertes à Maxime Préaud, P. Fuhring et alii (dir.), Paris, école nationale des Chartes et Bibliothèque nationale de France, 2010, p. 483-492. Christian Michel montre qu’entre l’arrêt du conseil de Saint-Jean-de-Luz, daté du 26 mai 1660, qui octroie aux graveurs la liberté de graver et jusqu’à l’obtention en 1714, par l’Académie royale de peinture et de sculpture, d’un privilège lui permettant d’éditer des estampes sans que chaque graveur fût contraint de demander des privilèges particuliers, les graveurs n’avaient pas d’intérêt particulier à demander leur admission à la royale institution. Malgré la bienveillance de Colbert, « c’est plutôt l’Académie qui eut besoin des graveurs que le contraire », art. cit. p. 492, et peu de graveurs demandèrent leur admission au xviie siècle.

57 Au court de l’année 1681, Donneau de Visé publie plusieurs estampes de ou d’après Antoine Coypel, qui devait être admis l’année suivante à l’Académie royale de peinture et de sculpture, avant de devenir un peu plus tard, premier peintre du roi. Les relations entre les graveurs de l’Académie et le Mercure galant doivent en revanche encore être approfondies.

58 Ibid., p. 491.

59 Lettre de Louvois à Donneau de Visé, 6 mars 1684, dans Architecture et Beaux-Arts à l’apogée du règne de Louis XIV. Edition critique de la correspondance du marquis de Louvois, surintendant des Bâtiments du roi, arts et manufactures de France (1683-1691), t. I, Thierry Sarmant et Raphaël Masson (dir.), Paris, CTHS, 2007, p. 109.

60 Mercure galant, janvier 1686, p. 191-192. Sur la valeur du poème comme « manifeste » en faveur de la christianisation des arts, voir Fabrice Preyat, Le Petit Concile de Bossuet et la christianisation des mœurs et des pratiques littéraires sous Louis XIV, Berlin, LitVerlag, 2007, p. 361 sq.

61 Christian Michel, art. cit., p. 491.

62 Preyat, Fabrice, op. cit., p. 243. Un autre témoignage de la mainmise du pouvoir sur le monde de l’édition transparaît dans un règlement de 1686 qui réduit le nombre de colporteurs à vingt-quatre, voir Pascale Cugy et Philippe Cornuaille, « Le triomphe du libraire ambulant, entre estampes et écrans », Nouvelles de l’estampe, 252, 2015, p. 77.

63 Mercure galant, février 1686, partie II, p. 2-3.

64 Cette année 1686 est également celle d’un édit de règlement, plus restrictif, concernant la librairie.

65 Mercure galant, février 1686, p. 2.

66 Ibid., p. 2-3.

67 Mercure galant, juin 1686, p. 264-295 ; Mercure galant, juillet 1686, p. 40-72.

68 Mercure galant, septembre 1686, p. 203-210.

69 Mercure galant, novembre 1686, p. 91-145.

70 La surintendance de Louvois est en effet caractérisée selon Jean-Claude Boyer par un double retour en arrière : sur le plan ministériel, Louvois renoue avec le modèle plus autoritaire de Richelieu ou Mazarin ; sur le plan esthétique, il réintroduit la prééminence de l’Italie comme modèle à imiter. Jean-Claude Boyer, « Louvois surintendant des bâtiments : quelques réflexions », Histoire, économie et société, 1996, p. 21-35.

71 W. McAllister Johnso, Morceaux de réception gravés de l’Académie royale de peinture et de sculpture, 1982, Fig. 18, p. 26, légende p. 205 ; voir la notice n°A4718, par Stéphane Lojkine, www.univ-provence.fr.

72 Thomas Corneille, et Jean Donneau de Visé, La Pierre philosophale. Comédie mêlée de spectacles, Paris, Blageart, 1681.

73 Camusat, Histoire critique des journaux, Amsterdam, J. F. Bernard, 1734, p. 213.

74 Alison Stedman, op. cit., p. 102-107.

75 Avis du Mercure galant, janvier 1686, n.p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Selmeci Castioni, « Donneau de Visé, amateur d’estampes et visionnaire. Le Mercure galant en 1686 », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-02 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6781 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6781

Haut de page

Auteur

Barbara Selmeci Castioni

Fonds national suisse de la recherche scientifique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals