Navigation – Plan du site
Un parcours académique et le Grihl : vu d'Allemagne

Vu d’Allemagne : Mon parcours académique et le GRIHL

Harmut Stenzel

Texte intégral

1Depuis la fondation du GRIHL, j’en ai été une sorte de compagnon de route. Loin des cercles universitaires français comme du milieu parisien, je l’ai pourtant côtoyé maintes fois à l’occasion d’exposés dans le séminaire, de colloques, de publications collectives, donc de rencontres de toutes sortes. Formé dans et par la tradition de la romanistique comme par les contraintes disciplinaires et institutionnelles de l’université allemande, ces rencontres ont été pour moi autant d’expériences stimulantes et enrichissantes, des confrontations parfois déroutantes, pour moi au moins, mais toujours fructueuses de différentes traditions disciplinaires et idéologiques.

2Afin de réfléchir, de mon point de vue et après vingt ans d’expériences, sur ce que représente le GRIHL dans le champ scientifique français et dans les échanges entre la France et l’Allemagne, il n’est peut-être pas inutile de retracer quelques éléments de cette confrontation à travers le prisme de mon parcours académique. C’est du moins ce que je tente de faire dans ces quelques pages. Afin d’aborder l’expérience qui a été la mienne, il est nécessaire de commencer par certains éléments de ce parcours. Toute nostalgie biographique mise à part – si cela se peut – je le considère comme significatif pour les divergences entre les traditions scientifiques en Allemagne et en France comme aussi entre le fonctionnement des institutions universitaires dans ces deux pays. Du moins mon parcours dans le champ scientifique et dans l’institution universitaire allemands est-il le préalable nécessaire pour évoquer le contexte de ma rencontre avec les orientations dont est né le GRIHL, mais qui se sont développées bien avant sa fondation.

3Ce parcours, je l’ai commencé dans les années 1970 comme dix-neuviémiste si l’on veut utiliser la catégorisation française. Or celle-ci ne rend pas compte des exigences qui régissent en Allemagne le champ des recherches en romanistique, dont le domaine du français fait partie. Là, la spécialisation qu’exprime la catégorisation française n’est pas possible tant à cause des traditions disciplinaires qu’à cause du nombre restreint de postes dans les universités. Afin de postuler à un tel poste, ce qui était mon but concret en ce temps, il était de rigueur à l’époque (actuellement, c’est un peu différent avec l’émergence du nouveau paradigme de la « culture ») de présenter des recherches dans plusieurs époques de la littérature française et encore dans une autre littérature romane.

4Comme le domaine français était alors largement dominant dans la recherche comme dans l’enseignement de la romanistique (ce qui a bien changé depuis avec l’essor de l’espagnol), et peut-être aussi à cause d’une francophilie nourrie par Sartre et Mai 68, j’ai négligé d’abord cette dernière exigence (ce qui a failli mettre un terme prématuré à ma carrière universitaire). Après avoir passé ma première thèse de dix-neuviémiste je suis devenu, afin de changer au moins de « siècle », dix-septiémiste selon les catégories françaises pour ma deuxième thèse (car en Allemagne, il en faut toujours deux pour pouvoir accéder à un poste de professeur).

5Or, ces contraintes disciplinaires posent un problème dans les échanges scientifiques avec la France. Elles ont presque nécessairement pour conséquence qu’un chercheur romaniste allemand comme moi, forcé de se spécialiser dans plusieurs champs très différents, ne dispose pas, dans la plupart des cas, d’une connaissance factuelle aussi étendue que celle de ses collègues français qu’il rencontre ou avec lesquels il collabore. Par contre, du moins à l’époque où j’ai fait ces expériences, beaucoup de chercheurs français, sûrs de leur compétence factuelle dans le champ où ils travaillaient, étaient moins intéressés par les questions théoriques ou méthodologiques que peut soulever leur travail sur les textes ou sur la contextualisation de ceux-ci. Comme ces questions étaient alors fort en vogue dans les cercles gauchistes, mais aussi dans nombre de débats universitaires en Allemagne, il existait pour moi, qui étais influencé par ces débats, un décalage parfois sensible, dans les rencontres avec des chercheurs français, entre les interrogations concrètes et les perspectives théoriques sur les différents champs textuels qui se développaient des deux côtés.

6Mon premier champ de recherches, la poésie romantique et plus spécialement celle de Baudelaire, je l’avais donc choisi avec une orientation théorique autant esthétique qu’historique, influencée par le marxisme répandu alors dans les milieux de gauche à l’université comme dans la politique estudiantine, à une certaine distance de l’orthodoxie surtout « lukacsienne » qui dominait alors en RDA, bien que j’aie rencontré celle-ci aussi dans certains cercles de la germanistique qui était ma deuxième matière d’études. Mon propos consistait surtout en une interprétation de la poésie par sa contextualisation avec les mutations sociales et politiques du xixe siècle, nourri surtout de Walter Benjamin (dont le Livre des Passages n’était malheureusement pas encore publié) et d’Adorno, mais aussi de terminologie marxiste, de bourgeoisie et de prolétariat, de luttes de classes et de révolutions.

7J’ai eu la chance de trouver un directeur de thèse, Erich Köhler, qui était un des fondateurs de la sociologie de la littérature en Allemagne et qui, partant, n’avait pas les préjugés assez courants, répandus à l’époque dans la recherche dominante sur la littérature comme plus généralement dans les sciences humaines en Allemagne, envers le marxisme ambiant. Il encourageait et soutenait au contraire les approches historiques et sociologiques qui s’en inspiraient. En plus, cette orientation était en vogue alors dans le milieu universitaire gauchiste dont faisais alors partie. Elle reliait nécessairement interrogations esthétiques et historiques afin de saisir la poésie elle-même et son évolution comme un objet historique. Dans un certain sens, mon affinité avec le GRIHL prolonge cette interdisciplinarité que j’avais adoptée avant même de connaître cette notion elle-même.

8Dans le milieu dix-neuviémiste français que j’ai tout d’abord découvert à l’occasion de colloques ou d’invitations, des orientations théoriques, même plus ou moins marxistes ou au moins ‘marxisantes’ trouvaient, malgré ce que j’ai dit plus haut, un certain écho (par exemple dans le sillage de l’Histoire de la littérature française parue dans les années 1970 aux éditions sociales). Avec quelques collègues dix-neuviémistes j’ai ainsi pu collaborer et même préparer des publications communes (voir surtout le no 39/1983 de la revue Romantisme sur « Poésie et société »). Dans mon ignorance des clivages et des traditions propres à la recherche sur les différents « siècles », j’ai ainsi pu, grâce à ces expériences, trouver la confirmation encourageante que mes positions théoriques avaient une certaine légitimité y compris dans la recherche française.

9Mais, passant au xviie siècle, j’ai dû assez vite me rendre compte de ce que, dans ce champ de la recherche, tout ce qui avait une odeur de marxisme ou même simplement de sociologie de la littérature était, il y a seulement quelque trente ans, mal vu par une bonne partie des chercheurs. Du moins ai-je rencontré de nombreux collègues qui, méfiants envers toute velléité d’abstractions et de reconstructions théoriques des objets textuels, travaillaient surtout à la défense et illustration de ce lieu de mémoire de l’identité française qu’était et continue d’être le dix-septième siècle (ce n’est qu’en 1990 qu’a paru le bien nommé Dictionnaire du Grand Siècle). Dans mes premiers contacts avec des dix-septiémistes français, ce décalage entre la défense et illustration d’un haut lieu de la culture nationale d’un côté et l’importance que j’avais accordée à des perspectives théoriques de l’autre, mais également les différences idéologiques liées à ce décalage, n’ont pas facilité les échanges.

10Cette spécificité de la recherche sur le dix-septième siècle, je l’ai apprise un peu à mes dépens dans différents colloques, tout spécialement dans celui que le CMR 17 (disparu depuis) a organisé sur la Fronde. J’y avais présenté tout naïvement une contribution qui mettait en relation la Fronde avec ce qu’il est convenu d’appeler, dans ces cercles surtout, le "classicisme", considérant les failles et finalement l’échec de l’écriture politique dans le contexte de la Fronde comme une sorte de pathogenèse de celui-ci. Malgré quelques exemples, c’était une mise en perspective assez générale, essayant surtout d’explorer les possibilités d’une telle approche théorique. à mes yeux, c’était une hypothèse qui aurait permis de soumettre à la discussion du colloque la question du lieu historique de ce classicisme encore largement considéré comme idéal immuable et qu’il n’était pas permis d’interroger de façon critique. Très ingénument, j’avais cru rencontrer dans cette discussion le même intérêt théorique que dans mes échanges avec certains dix-neuviémistes. Or, cette communication provoqua une série de critiques indignées, surtout celles du président de séance, le vénérable futur académicien Marc Fumaroli qui s’en indignait visiblement et tirait lui-même les conclusions (toutes négatives) du débat sans me donner la possibilité d’y répondre (on peut consulter le texte et des extraits de la discussion ainsi que la conclusion péremptoire de Fumaroli dans les actes du colloque, La Fronde en questions, p. p. R. Duchêne et P. Ronzeaud, Aix en Provence 1989).

11Si je me réfère à cette vieille histoire, ce n’est pas par une rancune aujourd’hui bien datée, mais parce que d’après mon expérience elle est significative d’une situation disciplinaire alors en vigueur en France dans laquelle je situerais la naissance de la conception du GRIHL et la signification qu’il a acquis pour moi. Cette expérience comme d’autres que j’avais pu avoir dans d’autres rencontres ou colloques dix-septiémistes m’ont fait – un peu tard – comprendre les spécificités politiques et identitaires de la recherche sur la littérature nationale en France et les clivages idéologiques qui en sont la conséquence. J’ai appris aussi qu’il y a des différences politiques notables entre les « siècles », les uns étant dans une certaine mesure le domaine de collègues situés plutôt à gauche (le xviiie et le xixe), les autres plutôt celui de chercheurs plus conservateurs (le xviie, mais aussi le xvie ou le Moyen Âge).

12Par ces remarques, je ne veux pas m’aventurer à évaluer les orientations actuellement en vigueur dans la recherche dix-septiémiste. Certainement, ces clivages, évoqués de manière très sommaire ici, se sont réduits notablement depuis la fin du dernier siècle (mais voir ma note sur les notions de « libertin » et « libertinage » dans les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, http://dossiersgrihl.revues.org/​4494). Dans les années 1980 de toute façon, la valeur idéalisée, littéraire comme mémorielle, attribuée aux « grands » auteurs du xviie siècle discréditait largement, et surtout chez beaucoup de ténors de ce champ de recherche, des approches théoriques considérées comme incapables de rendre compte de la richesse esthétique et aussi philosophique du siècle et à plus forte raison une perspective critique comme celle à laquelle j’étais accoutumé et que je voulais, avec tous les problèmes que cela comporte, développer aussi dans mes recherches dix-septiémistes. Je me voyais ainsi marginalisé, un peu dans la position d’un étranger fâcheux qui méconnaît le génie du siècle ou qui du moins tente de le réduire de façon incongrue et idéologiquement suspecte.

13Or, dans le contexte de ce colloque sur la Fronde, j’ai eu non seulement l’occasion d’apprendre la dimension conservatrice de la recherche dix-septiémiste, mais aussi la chance de faire la connaissance de quelques collègues qui ne partageaient pas cette préoccupation répandue de sauvegarder dans la littérature du dix-septième siècle un lieu de mémoire national. Parmi eux se trouvaient aussi les futurs initiateurs du GRIHL, Christian Jouhaud et Alain Viala, peu satisfaits eux aussi, me paraissait-il, de la dimension mémorielle et admirative de ce colloque comme de l’esprit dominant des débats dix-septiémistes en général. Avec eux, bien que venant d’orientations théoriques différentes ou même divergentes, il était en tout cas possible de discuter sur des approches critiques de ce passé, de le libérer du poids mémoriel dont il a été investi, par des approches nourries de questionnements historiques et sociologiques. Ce n’était pas encore le GRIHL, bien sûr, mais dans mes souvenirs, c’était déjà l’esprit du GRIHL, un esprit d’ouverture sans interdits ni vénérations de commande. De toute façon, ces rencontres ont été pour moi comme une planche de salut m’encourageant à poursuivre quelque peu mes recherches dix-septiémistes bien que, pour satisfaire à la tradition de la romanistique mentionnée plus haut, je me sois vu forcé de me tourner aussi vers la littérature espagnole.

14De ce premier échange s’en ensuivie, avant comme après la fondation du GRIHL, toute une série de rencontres, de colloques, de séminaires et d’autres débats jusqu’à ma retraite et même au-delà. Je ne veux ni ne peux les passer en revue ici, bien que leur variété comme leur valeur soit grande et importante pour mon évolution scientifique. J’y ai pu confronter mon orientation théorique, nourri d’un marxisme quelque peu ingénu, avec les théories ‘françaises’ que je connaissais peu au début, et j’en ai beaucoup profité dans la différenciation et dans la révision de mes présupposés théoriques comme des analyses des champs historiques autant que textuels du xviie siècle.

15Ainsi pour moi ce milieu dont est né le GRIHL a représenté et continue de représenter une possibilité d’échanges satisfaisants que, autrement, je ne trouvais que difficilement dans les rencontres dix-septiémistes comme dans le milieu universitaire français en général. Il est vrai que le GRIHL, bien que composé aussi d’un bon nombre de dix-septiémistes, ne travaille pas seulement sur le xviie siècle. Il n’en est pas moins vrai que dans les rencontres auxquelles j’ai assisté, j’ai présenté presque exclusivement des travaux sur des aspects et des auteurs très variés de ce siècle (de Naudé ou de Sorel jusqu’à Desmarets ou Molière, etc.). Par exemple, malgré les conflits et les revers qu’il a connus, le volume sur les Classicismes de l’Histoire de la France littéraire, conçu depuis le milieu des années 1990 et sorti, après beaucoup d’hésitations et de tergiversations, en 2006 aux P.U.F., et auquel j’ai pu participer grâce aux encouragements d’Alain Viala, témoigne de l’esprit d’ouverture et de renouvellement dont est sorti ensuite le GRIHL, mais aussi des résistances que cet esprit rencontrait et rencontre toujours. Déjà avant le GRIHL lui-même, il existait surtout cet esprit d’ouverture qui sortait des ornières de la tradition et de la routine disciplinaires, et cet esprit dont il est né, il l’a maintenu et pour ainsi dire institutionnalisé.

16De toute façon, le projet interdisciplinaire du GRIHL visant à considérer « le ‘littéraire’ comme réalité sociale ou socio-politique » s’est avéré stimulant pour un renouvellement de la recherche en littérature qui, en France peut-être encore plus qu’en Allemagne, reste toujours en bonne partie cloisonnée par les disciplines traditionnelles. Je ne sais pas trop comment il a pu s’implanter dans le champ scientifique français, mais vu d’Allemagne, le GRIHL a toujours été pour moi un lieu extrêmement productif dans la réflexion tant sur les enjeux théoriques d’approches interdisciplinaires que sur les conséquences pratiques d’une ouverture des frontières traditionnelles entre histoire et littérature. Ouvrant un champ de recherches qui, selon son programme, permet de « poser à la littérature des questions qui paraissaient, il y a peu, relever de l’histoire sociale de la culture, de l’histoire politique, de l’histoire dite des idées, voire de l’anthropologie historique », le GRIHL intègre également ce nouveau paradigme de la « culture » qui, en Allemagne du moins, permet de surmonter depuis le début du siècle les apories théoriques et pratiques de la séparation entre « littérature » et « histoire ». Cette orientation se prête ainsi particulièrement à un dialogue franco-allemand, comme nous avons pu conjointement en faire l’expérience, il y a quelques années, à l’occasion d’un colloque de doctorants des deux pays.

Ainsi, à l’occasion de ce vingtième anniversaire, je ne peux que me féliciter personnellement comme en raison de ce dialogue interdisciplinaire et transnational, des relations et des rencontres que j’ai pu avoir avec le GRIHL. Je lui souhaite donc de tout cœur non seulement un joyeux anniversaire mais aussi une bonne continuation de la route qu’il a tracée : ad multos annos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harmut Stenzel, « Vu d’Allemagne : Mon parcours académique et le GRIHL », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-02 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6783 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6783

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals