Navigation – Plan du site
Terrains et figures

écriture et action dans les vies d’Antoine Arnauld et Blaise Pascal (1696) : pour un pont historiographique

Oded Rabinovitch

Texte intégral

  • 1 French Historical Studies 38, n. 4 (2015) ; Histoire, économie & société 30, n. 2, 2011, surtout Mi (...)

1Depuis les années 1960, l’histoire de la France moderne profite d’un dialogue intense et productif entre l’histoire anglophone américaine et l’histoire française écrite dans l’hexagone. Mais ce dialogue, toujours fructueux, semble perdre en intensité ces dernières années. Des historiens soucieux de le faire vivre essaient de le revigorer par la publication de traductions dans des numéros spéciaux des revues, ce qui offre autant d’occasions de réfléchir aux rapports historiens outre-Atlantique1. Une véritable étude des échanges scientifiques entre les deux traditions académiques éclairerait sans aucun doute les raisons du changement d’atmosphère dans le monde savant, mais serait évidemment hors propos ici. Mon but est beaucoup plus modeste : fêter le vingtième anniversaire du GRIHL par une brève étude de cas qui indiquera comment le programme de recherche soutenu par ce groupe où se rencontrent littéraires et historiens me semble particulièrement apte à renouer les échanges entre historiens français et américains.

  • 2 Toutes les citations de ce texte sont tirées de Charles Perrault, Les Hommes illustres, avec leurs (...)
  • 3 Cela est évident même dans les titres des ouvrages : par exemples, William Beik choisit “the cultur (...)

2Je présenterai une analyse succincte du discours biographique dans les Vies de deux jansénistes célèbres, le théologien Antoine Arnauld et le savant Blaise Pascal, rédigées par Charles Perrault vers la fin du xviie siècle dans son Hommes illustres, qui ont paru en France pendant ce siècle2. Je soutiendrai l’hypothèse selon laquelle l’étude des formes d’action décrites par les Vies, ainsi que l’histoire de l’édition de cet ouvrage, montrent l’enchevêtrement des aspects sociaux et des aspects culturels dans l’histoire de ces deux auteurs jansénistes. Il me paraît indiscutable que les deux traditions historiographiques, américaine et française, se divisent aujourd’hui par l’accent mis sur l’histoire culturelle aux états-Unis, tandis que l’histoire en France conserve une approche qui souligne l’importance de l’histoire sociale et politique3. Or les études entreprises au sein du GRIHL affichent un grand intérêt envers les faits sociaux ou socio-politiques, sans évidemment négliger les questions d’ordre sémiotique (chose impossible dans une démarche qui met le fait littéraire au centre de son interrogation). C’est un modèle qui doit être pris au sérieux par tous ceux qui tiennent aux échanges intellectuels comme pierre de touche du progrès scientifique.

  • 4 William H. Sewell, Jr. “The Concept(s) of Cultureˮ, Beyond the Cultural Turn: New Directions in the (...)

3Un chapitre inspirant de William Sewell me servira pour définir ce qu’est la « culture » dans l’histoire culturelle et pour pouvoir de là la rapprocher du social4. Pour W. Sewell, l’usage du terme « culture » en sciences humaines est ambigu. D’abord, l’adjectif « culturel » différencie une échelle d’analyse qui traite du sens ou de la signification, contrairement aux autres échelles d’analyse, tel le social, l’économique ou le politique. Ensuite le mot « culture » définit un ensemble concret de croyances et de pratiques, d’habitude attribué à une société ou à un groupe social particulier. En outre, W. Sewell suggère des distinctions raisonnables entre quatre manières de conceptualiser la culture comme dimension de la vie sociale : la culture comme la sphère des institutions qui produisent le sens (surtout la « haute culture ») ; la culture comme forme de créativité sociale, qui permet d’agir contre les structures rigides (l’approche commune à certains historiens marxisants anglais, tel que E. P. Thompson, mais qui est impensable pour l’ethnologie) ; la culture comme système des symboles (c’est l’usage qu’en font Clifford Geertz ou Claude Lévi-Strauss) ; et la culture comme pratique, c’est à dire une sphère d’activité dans laquelle la production du sens voit se mêler les luttes, les rapports de force, les contradictions et les changements (en contradiction avec la conception de la culture comme système plus ou moins cohérent, qui caractérise l’approche précédente).

4Tandis que W. Sewell penche vers la dernière définition, j’aimerais suggérer ici qu’il vaut mieux n’en écarter d’emblée aucune. Pourquoi se forcer à renoncer à des manières d’approcher l’objet « culture » qui pourraient être fructueuses et qui sont aussi utiles pour comprendre les rapports entre le culturel et le social ? Le défi que je me lance dans le propos que j’entreprends ici serait de montrer le rôle de ces approches de la « culture » et l’utilité de les mettre en rapport avec l’action. Pour reprendre la formule de R. Queneau, je présente un « exercice de conjugaison » de ces définitions afin de démontrer comment l’action peut établir des rapports entre le social et le culturel, et comment une étude en termes d’écriture et d’action peut servir de pont entre l’historiographie américaine et l’historiographie française.

5Pour étudier le discours dans les Vies d’Arnauld et de Pascal, j’en ai tiré toutes les phrases dont le sujet est le personnage principal de la biographie. Puis, j’ai regroupé les verbes selon les actions qu’ils décrivent, pour comprendre de quels types d’action il s’agit dans le discours, et pour replacer l’action dans son contexte social et culturel. De manière peu surprenante, les verbes conjugués dans les Vies de ces deux hommes des lettres se regroupent sous trois rubriques principales : évènements du cycle de vie (naissance, mort) ; états d’esprit ou traits de caractères (y compris les choix opérés) ; et les publications ou inventions.

6Comme attendu dans ce type de texte, le cycle de vie structure les textes, mais pas de manière absolue. Ainsi la vie d’Arnauld commence par la mention que « le public a été partagé sur quelque sentiment que Monsieur Arnauld a soutenus, mais il ne l’a jamais été sur son mérite » et passe ensuite à la description de la gloire du père d’Arnauld comme avocat. C’est la renommée d’Arnauld comme janséniste, à laquelle la première phrase fait allusion, qui sert comme fondement de sa vie. Les traits de caractère introduits par les verbes cherchent à persuader les lecteurs de la vertu et du talent des auteurs : Arnauld « commença dès son enfance à donner des marques de cette étendue de génie pour les lettres et pour les sciences » ; Pascal « eut encore deux autres qualités non moins singulières dans un esprit comme le sien, la patience et le renoncement général à toutes sortes de plaisir ». Les verbes qui signalent les publications servent à attribuer les textes à leurs auteurs, à souligner leur importance, ou à rendre raison du parcours de leurs auteurs. Ainsi Arnauld « écrivit deux lettres à un duc et pair, sur ce qu’on avait averti un seigneur de la Cour qu’on ne le recevrait pas au sacrement de pénitence tant qu’il aurait chez lui un abbé qu’on voulait qu’il congédiât… Il se trouva dans la seconde de ces lettres deux propositions qui furent condamnées par la Sorbonne ». Quant aux Lettres provinciales de Pascal, « Il passe pour constant parmi toutes les personnes qui ont quelque goût, que peu de choses en approchent parmi les écrits des anciens en fait de dialogue… Quelques-uns ont prétendu que ceux qui lui fournissaient des mémoires pour cette ouvrage, ne l’ont pas toujours servi avec la dernière exactitude ».

7Les autres sujets, les compléments d’objet ou les allocutions adverbiales de ces verbes d’action mettent Arnauld et Pascal en rapport avec d’autres acteurs, opinions, ou lieux. D’abord, il s’agit de liens de parenté : les deux Vies soulignent l’importance des pères pour l’éducation et les choix de leurs enfants. Antoine Arnauld père était un avocat d’une renommée éclatante, une profession de prime abord lointaine de celui de son fils, docteur de Sorbonne. Cependant, le texte opère un rapprochement : « lorsqu’il fut docteur, il résolut, à l’exemple de son père, de demeurer toute sa vie dans l’état où la Providence l’avait appelé ». Dans le cas de Pascal, « son père, qui n’avait que ce fils, ne put se résoudre à confier son éducation qu’à lui-même ». Mais le texte met aussi en relief d’autres acteurs du monde intellectuel, comme les collaborateurs divers, les destinataires des textes, ou les interlocuteurs philosophiques. Ainsi la vie d’Arnauld explique que « quoique l’on ait fait imprimer la Défense de la perpétuité de la foi sous son nom, pour lui donner plus d’autorité, l’ouvrage néanmoins n’est pas tout de lui, et M. Nicole y a beaucoup de part ». Parfois, ces collaborateurs sont incriminés : la construction de la machine de calcul de Pascal requiert deux ans, comme « la difficulté qu’il trouva à les [les mouvements] faire comprendre aux ouvriers ». Et c’est le dialogue intellectuel qui peut ériger une renommée monumentale, comme nous le montre Arnauld, qui « fit dans sa jeunesse plusieurs objections à M. Descartes sur ses Méditations Métaphysiques, qui ont été regardées par ce grand philosophe comme les plus solides et les plus difficiles à résoudre de toutes celles qui lui ont été faites ».

8Les lieux de l’action paraissent aussi comme des endroits qui à la fois forment les rapports sociaux et donnent du sens à l’action. Après la « Paix de l’église », conclue par Louis XIV et le pape Clément IX en 1668, « M. Arnauld alla à Versailles où il fut reçu du roi et de toute la Cour avec des marques d’estime très singulières ». Cependant, Arnauld suscite des soupçons à cause de sa sociabilité domestique. Malgré ses déménagements fréquents, « il fut accablé de visites », ce qui donne à ses ennemis « le sujet de lui reprocher qu’il faisait des cabales ». Or Arnauld s’exile de France, « se tenant tellement caché que ses amis et ses plus proches parents n’ont presque jamais su le lieu où il était ». C’est aussi un lieu, la Sorbonne, où se déroulent les disputes sur le jansénisme : la Sorbonne condamne deux propositions dans les écrits d’Arnauld, et la Vie de Pascal utilise le nom de la Sorbonne pour faire allusion à ses Lettres provinciales sans mentionner leur titre : « un certain ouvrage qu’il fit à l’occasion d’une dispute arrivée en Sorbonne ». Le lieu indexe donc le sens et la signification de l’action, et ceci est extrêmement clair dans le cas de Port-Royal, haut-lieu du jansénisme à l’époque. Arnauld « souhaite que son cœur fût porté à Port-Royal, qu’il aima toujours, parce que sa mère, six de ses sœurs, et cinq de ses nièces y ont été religieuses, toutes d’une piété exemplaire et pleine de l’esprit et de la vertu de leur famille ».

Les actions décrites dans les vies sont inscrites à la fois dans le sens et dans les rapports sociaux, et aucune dimension ne se réduit à l’autre. Les valeurs culturellement attribuées par les acteurs au jansénisme rendent compte du fait que la sociabilité domestique d’Arnauld était lue comme politiquement suspecte. Similairement l’idéal stoïque sert comme référence requise pour la compréhension du rapport entre Pascal et ses docteurs : « Il ne pouvait avaler ce qui était liquide que chaud et goutte à goutte ; il en était en même temps obligé par l’ordonnance des médecins de prendre médecine de deux jours l’un ; il les a toujours prises de cette sorte sans jamais s’en être plaint, et sans avoir donné la moindre marque d’impatience ». En même temps, attribuer du sens commun aux actions ne rend pas compte des différences produites par des positions distinctes dans l’espace social, bien qu’elles soient enracinées dans une culture commune. La hiérarchie qui place la cour au sommet de la société, par exemple, produisait une gamme d’effets sociaux, de l’inégalité entre les « insiders » et les « outsiders » qui explique pourquoi Arnauld pouvait désirer être introduit à la cour, jusqu’aux rapports de patronage qui tissent des liens entre la cour et la société parisienne.

  • 5 Pour la description de cet épisode dans les paragraphes qui s’ensuivent, je m’appuie sur Yvonne Béz (...)

9L’histoire de la production de ces deux vies récapitule certains éléments des textes même en ce qui concerne les rapports entre le culturel et le social. Les deux tomes des Hommes illustres sont nés de la collaboration entre Charles Perrault et Michel Bégon, intendant de Rochefort, grand amateur de curiosités et collectionneur distingué de livres, de médailles et d’estampes. De fait, Michel Bégon projetait une édition des gravures des personnages célèbres du xviie siècle français, et se mit en relation avec deux graveurs parisiens grâce à la médiation d’Esprit Cabart de Villermont, ancien lieutenant général de Cayenne. Cabart de Villermont est aussi celui qui met en relation M. Bégon et Ch. Perrault, lequel rédige les notices accompagnant les gravures. Ici aussi donc la médiation entre les acteurs du monde du livre, conçu comme sphère spécialisée de la production du sens, est d’une importance capitale5.

10L’inclusion des portraits d’Arnauld et de Pascal paraît tout à fait naturelle pour les deux collaborateurs. Nicolas, le frère de Charles Perrault, était théologien janséniste, et M. Bégon admirait Pascal. Ces raisons d’ordre personnel n’ont pu que contribuer à la décision d’inclure ces deux portraits, étant donné la grande admiration du public pour Arnauld et Pascal, ainsi que leur réputation dans le monde des lettres. Ch. Perrault prit maintes précautions dans ses Vies : il minimise les mentions du jansénisme, et l’interprète comme un phénomène ne présentant aucun risque pour le corps social et politique du royaume. Il décrit même Arnauld comme un fidèle sujet, « son zèle pour le roi était extrême, et plusieurs fois il s’exposa dans l’exil où il s’était condamné lui-même, à de mauvais traitements pour n’avoir pu souffrir que des personnes qui ne connaissaient pas comme lui toutes les qualités héroïques de ce monarque, en parlassent selon leurs passions et leurs intérêts ».

11Néanmoins, l’éventuelle consécration de leurs ennemis était hors de question pour les jésuites. Malgré l’approbation formelle du Chancelier Boucherat pour l’édition du livre, les jésuites demandent l’intervention personnelle de Louis XIV afin que les éloges des deux jansénistes soient supprimés. M. Bégon et Ch. Perrault, soucieux de satisfaire le monarque, renoncent à la publication de ces deux Vies risquées, et se mettent à chercher d’autres personnages dignes d’être inclus dans le premier volume. Cabart de Villermont s’amuse à considérer que les deux Vies pourraient voir le jour dans le second tome. Il faut un autre acteur qui cherche à profiter d’un scandale, pour que les deux Vies ne soient pas exclues du livre : Dezallier, le libraire qui se charge de l’impression du livre. Pour lui, l’affaire et les bruits qui y sont associés pourraient produire des grosses ventes. Ainsi il demande l’intervention de Cabart de Villermont auprès de son ancienne amie, Françoise d’Aubigné, devenue Mme de Maintenon. Dezallier se rend à Versailles en personne pour discuter l’affaire avec Mme de Maintenon, mais on ne sait pas clairement comment elle a utilisé son influence afin de permettre l’inclusion de ces Vies interdites. Ch. Perrault, de son côté, essaie d’intervenir auprès du Chancelier par l’intermédiaire de l’Abbé de Choisy. En fait, Louis XIV insiste sur son interdit et Dezallier a recours à la clandestinité : il imprime un certain nombre d’exemplaires qui incluent les deux portraits et les distribue sans les mettre en vente ouvertement. Rapidement des éditions contrefaites qui contiennent les Vies d’Arnauld et de Pascal voient le jour en Hollande. Toujours, les rapports entre le monde de l’édition et la politique de la cour sont mis en jeu par des intermédiaires, et ces dynamiques amènent à la création du sens.

12Le déroulement de l’affaire, ajouté à l’analyse du discours dans les Vies, permet de voir comment les quatre définitions de la culture recensées par W. Sewell mettent différemment en lumière les rapports entre le culturel et le social. Les manières d’agir et de construire des rapports dans le monde social offerts par l’écriture concernent à la fois l’usage des symboles et la création du sens du côté « culturel » d’une part et les éléments proprement sociaux d’autre part. Cela est particulièrement évident pour la première définition, qui prend pour objet les institutions spécialisées dans la production culturelle. Les Vies d’Arnauld et de Pascal suggèrent maintes fois l’importance des institutions telles que la Sorbonne ou la Cour, tout comme celle d’une gamme d’agents de la vie culturelle : collaborateurs, lecteurs, destinataires, ou encore les ouvriers qui doivent construire la machine de calcul imaginée par Pascal. Le rôle prépondérant du libraire dans l’inclusion de ces deux Vies ajoute une dimension presque ironique : sans son action effrontée, motivée par le gain commercial, ces deux Vies seraient restées inédites.

13D’un point de vue conceptuel, comme le souligne W. Sewell, la définition de la culture comme forme d’activité culturelle à distinguer des « structures », est faible. Cependant, dans nos exemples, il est possible de repérer des cas qui l’illustrent : à partir du libraire Dezallier qui défie une décision louis quatorzienne et qui se lance contre l’avis de ses propres collaborateurs dans la production de l’œuvre, jusqu’aux choix opérés par Arnauld et Pascal. Ces deux auteurs publient des écrits contre l’orthodoxie religieuse du xviie siècle, interviennent dans de vives disputes, et choisissent même des formes d’exil : une vie de reclus pour Pascal, l’exil pour Arnauld. Sans aucun doute, ces formes d’action renvoient à l’exercice de l’agency (ou capacité d’agir) et font partie de leurs carrières d’hommes de lettres.

14La culture comme système symbolique – troisième définition de W. Sewell – est évidente dans l’influence de deux manières de classer les actions d’Arnauld et de Pascal selon des critères d’une certaine cohérence : l’orthodoxie religieuse en ce qui concerne le jansénisme, et des critères esthétiques en ce qui concerne la littérature. Le jansénisme fait partie d’un système de classification d’ordre religieux, qui permet d’attribuer du sens à des actions apparemment banales, comme la sociabilité domestique d’Arnauld, jugée politiquement suspecte. D’ailleurs, on a vu comment Ch. Perrault devait prudemment négocier la rédaction de ses textes afin d’éviter la censure royale produite par la pression de Jésuites. L’émergence de la littérature comme champ d’action dans la France du xviie siècle produit également des critères d’ordre esthétique qui permettent de classer des textes dont le but principal était religieux, ce qui indique un système de classement qui attribue du sens de manière relativement cohérente. Il suffit d’examiner les termes employés par Ch. Perrault dans sa description des Lettres provinciales : « tout y est pureté dans le langage, noblesse dans les pensées, solidité dans les raisonnements, finesse dans les railleries, et partout un agrément que l’on ne trouve presque point ailleurs ». Mais ces exemples peuvent servir aussi bien pour montrer des aspects clés de la quatrième définition de W. Sewell, la culture comme ensemble de pratiques. De fait, ces systèmes de classement, religieux et esthétique, sont le produit incomplet des luttes entre jansénistes, jésuites, théologiens de la Sorbonne, prédicateurs et confesseurs pour le cas religieux ; « anciens » et « modernes », « pédants » et « nouveaux doctes », partisans de valeurs de « classicisme » ou « honnêtes hommes » qui consacrent la galanterie pour le cas littéraire. C’est l’articulation de ces valeurs dans l’action qui forme, déforme et reforme les systèmes de signification du xviie siècle français.

15Cela nous ramène à notre point de départ : une compréhension historique riche requiert une analyse des aspects sociaux aussi bien que culturels. Si tel est le cas pour deux textes brefs, il va de soi que des sujets plus complexes nécessitent une analyse pluridimensionnelle. Et les Vies d’Arnauld et de Pascal, comme l’histoire de leur édition, montrent que l’étude des séries d’actions propose un moyen particulièrement efficace pour mettre au jour les rapports entre le culturel et le social, même si nos définitions de ce qu’est la culture peuvent varier énormément. Vu de mon université au bord de la méditerranée, la situation historiographique actuelle, où l’idéal de l’histoire culturelle domine l’écriture nord-américaine sur la France moderne, les approches soutenues au sein du GRIHL me semblent particulièrement propices pour renouer et approfondir le dialogue entre historiens français et américains. Dans un monde universitaire globalisé mais qui reste aux abois face aux contraintes administratives et financières, c’est une contribution à fêter.

Haut de page

Notes

1 French Historical Studies 38, n. 4 (2015) ; Histoire, économie & société 30, n. 2, 2011, surtout Michael P. Breen, « Vu d’Amérique : les historien(ne)s et l’histoire de la France Moderne en Amérique du Nord », p. 3-13.

2 Toutes les citations de ce texte sont tirées de Charles Perrault, Les Hommes illustres, avec leurs portraits au naturel, ed. D. J. Culpin, Tübingen, Gunter Narr, 2003, p. 51-54, 171-173. Pour une discussion plus générale des textes biographiques de cette époque, je me permets de renvoyer au chap. 1 de mon livre, The Perraults: A Family of Letters in Early Modern France, à paraître, Cornell University Press, 2018.

3 Cela est évident même dans les titres des ouvrages : par exemples, William Beik choisit “the culture of retributionˮ pour le sous-titre de son ouvrage qui traite les révoltes urbaines au xviie siècle. Ce choix est symptomatique. En revanche, la tradition historiographie anglaise maintient un grand intérêt pour l’histoire socio-politique de la monarchie française. Il serait hors de propos de la discuter ici.

4 William H. Sewell, Jr. “The Concept(s) of Cultureˮ, Beyond the Cultural Turn: New Directions in the Study of Society and Culture, ed. Victoria E. Bonnell et Lynn Hunt, Berkeley, University of California Press, 1999, p. 35-61.

5 Pour la description de cet épisode dans les paragraphes qui s’ensuivent, je m’appuie sur Yvonne Bézard, « Autour d’un éloge de Pascal : une affaire de censure tranchée par Louis XIV en 1696 », Revue d’histoire littéraire de la France 33, 1926, p. 215-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oded Rabinovitch, « écriture et action dans les vies d’Antoine Arnauld et Blaise Pascal (1696) : pour un pont historiographique », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-02 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6885 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6885

Haut de page

Auteur

Oded Rabinovitch

Université de Tel Aviv

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals