Navigation – Plan du site

Le rôle de la politique de Blaise Pascal dans la réflexion de Louis Marin

Giuseppe Vizzini

Résumé

Le présent article est consacré au rôle que la politique de Blaise Pascal joue dans l’œuvre de Louis Marin. Les analyses que ce dernier a consacré à la politique pascalienne s’inscrivent dans le cadre plus large des relations que le pouvoir politique entretient avec la représentation. Dans le cadre de son approche, nous avons cherché d’envisager la pensée pascalienne comme la tentative de déconstruire l’idée d’un état civil pacifié. La démarche marinienne, à ce propos, chercherait à montrer que Pascal conçoit tout ordre politique comme essentiellement tyrannique, car cet ordre se légitimerait grâce à la mise en réserve de la force dans les signes. La réflexion de Louis Marin, alors, ne se borne pas à une simple interprétation du texte, mais fait découler d’une sémiologie des objets singuliers, une analyse qui envisage les limites de l’ordre juridique et de sa prétendue légitimité.

Haut de page

Texte intégral

1Le présent article est consacré au rôle que la politique de Blaise Pascal joue dans l’œuvre de Louis Marin. Dans le cadre de son approche, nous essayerons d’envisager la pensée pascalienne dans les termes d’une démarche qui vise à déconstruire l’idée d’un état civil pacifié : au fond de la politique de Pascal, alors, on pourrait repérer une réflexion sur la tyrannie comme opérateur de tout pouvoir politique. Ceci dit, notre hypothèse de travail visera à montrer que Marin, tout en produisant une interprétation du texte, développe, en même temps, une réflexion politique sur la légitimité du pouvoir d’État. Dans cette perspective, il aurait élaboré une analyse transdisciplinaire qui a comme objet la violence extra-juridique en tant que fondement du pouvoir d’État. En d’autres termes, dans l’adéquation qui se veut parfaite entre le pouvoir et la représentation il subsisterait toujours un écart qui laisse voir au fond du domaine du droit et comme sa condition de possibilité un dispositif tyrannique qui excède constamment les contraintes juridiques. Tout au long de ce travail, alors, notre approche consistera entre autre à mettre en lumière ce qui constitue, d’après nous, le double aspect de la méthodologie marinienne : si, d’un côté, Marin développe une sémiologie des objets singuliers, à savoir une analyse centrée sur des objets qui sont historiquement situés, d’un autre, il repère des dynamiques communes à des époques historiques et contextes politiques très différents.

  • 1 Blaise Pascal, Pensées, texte établi par Philippe Sellier, Le livre de poche, Paris 2000, fragment (...)
  • 2 Sellier, fragment 135.

2Nous envisagerons, tout d’abord, les notions pascaliennes de force et justice en tant qu’elles illustrent la dynamique par laquelle le pouvoir politique se légitime grâce à l’action des dispositifs représentatifs. À ce propos, la problématique de la légitimation de la force chez Pascal constituera le fil rouge de ce travail : cette problématique, loin d’être une prérogative exclusive du xviiᵉ siècle, concerne l’ordre juridique en tous lieux et en tous temps. Ensuite, en suivant le double aspect de la méthodologie marinienne, nous voudrons nous pencher sur la notion de tyrannie en montrant, tout à la fois, sa place dans la réflexion politique de Pascal et son statut de dispositif transcendantal, à savoir d’un dispositif anomique qui hante la totalité de l’ordre juridique. Enfin, nous allons envisager la question de la genèse de l’état civil chez Pascal. À ce sujet, Louis Marin développe une étude du fragment 6681 qui s’inscrit dans une continuité théorique avec celle consacrée au fragment « Justice et force »2 : la démarche marinienne, alors, viserait à montrer que la politique pascalienne se constitue en tant qu’une critique de la théorie du contrat social ainsi que de l’idée d’un état de nature qui aurait précédé ce contrat.

Force et Justice

3Dans la réflexion de Louis Marin, les dynamiques par lesquelles le pouvoir politique s’institue en se donnant une légitimation de droit sont illustrées par les notions pascaliennes de force et justice qu’on retrouve dans le fragment 135 de l’édition Sellier des Pensées :

  • 3 Ibid.

Il est juste que ce qui est juste soit suivi. Il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi.
La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.
La justice sans force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.
La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice, et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste.
Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste.3

  • 4 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 23-41.
  • 5 Louis Marin, « Discours du pouvoir / pouvoir du discours : commentaires pascaliens » dans Pascal et (...)

4La première section de l’«ouverture» du Portrait du roi intitulée « La force et la justice »4 et l’article « Discours du pouvoir/pouvoir du discours : commentaires pascaliens »5 développent une analyse de ce fragment qui s’inscrit dans le contexte des relations que le pouvoir politique entretient avec la représentation. Dans le cadre analytique ouvert par Marin, la notion pascalienne de justice constitue une anticipation de l’impératif catégorique kantien : elle ne prescrit pas son commandement par d’autres titres qu’elle-même. Pour le dire autrement, une prescription juste, en tant qu’obligation contraignante catégoriquement, doit être respectée pour soi-même et non pas comme un moyen pour accomplir quelque chose d’autre :

  • 6 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 23-24.

« Il est juste que ce qui est juste soit suivi » : impératif catégorique, la justice ne prescrit pas son commandement par d’autre titre qu’elle-même. La prescription juste n’est pas déduite de l’Être, du Bien, d’une proposition spéculative ou théorique. La prescription juste est juste par elle-même sans argument d’utilité ou d’agrément. Justitia jussus sui. Et il n’est point de degré dans le juste. Il n’y a pas de plus ou moins juste : c’est tout ou rien.6

  • 7 Id., p. 24.

5La justice représente, donc, le point zéro de la force puisqu’elle n’a pas les moyens pour sanctionner les violations à ses prescriptions. Il s’agit de l’utopie d’une loi dont la seule force d’application est celle de ne pas avoir de force : « la justice est impuissante par essence »7. Les actions justes, par conséquent, doivent être accomplies en elles-mêmes en dehors de toute forme de coercition physique. Marin, en suivant l’argumentation du fragment pascalien, affirme que la nature tautologique de l’impératif catégorique (c’est-à-dire il faut accomplir le juste parce qu’il est juste) fait en sorte que la justice soit toujours liée à une interrogation sur la nature du juste :

  • 8 Id., p. 28.

La nature même du prescriptif du juste comme «tautologie» déontique paraît devoir impliquer une interrogation sur la détermination ontologique de la justice et cette interrogation renvoie, semble-t-il, nécessairement à une déduction du prescriptif juste à partir d'une proposition constative, théorique, posant l'être de la justice comme le Bien, la Nature, Dieu. Discours philosophiques, guerre et confusion des discours, disputes interminables quant à la détermination ontologique dont l'impératif du juste dépendrait pour avoir sa pleine validité d’impératif.8

Ainsi conçue, la notion de justice renvoie à une dimension discursive puisque sa « détermination ontologique» est l’objet d’argumentations et débats philosophiques. Il s’ensuit par là même, que le « prescriptif juste » est tiré d’une proposition constative sur l’être de la justice qui lui fournit sa prétendue légitimité.

6Si la justice se constitue en tant que discours, la force, en revanche, a le caractère de la nécessité matérielle. Elle ne renvoie pas à une obligation impérativement catégorique, mais à une instance mécanique qui se réalise par une violence qui ne répond à aucune contrainte. Le fort, donc, pour s’instituer en tant que tel doit exhiber sa force, la montrer dans une lutte à mort qui aboutit dans l’anéantissement des autres forces :

  • 9 Id., p. 24.

Le plus fort n’est tel qu’au terme de la guerre des forces, qu’au terme d’un conflit de forces lorsqu’il reste seule force, après avoir réduit les autres forces à rien. Le plus fort n’est tel qu’au moment pur de la manifestation de sa force, qu’au moment abstrait de la destruction des autres forces.9

  • 10 Sellier, 91.
  • 11 Sellier, 92.

7La force, alors, en tant qu’incarnation de la nécessité d’une violence sans phrases, renvoie au domaine de la tyrannie. Marin donc lie ensemble la notion pascalienne de force avec celle de tyrannie (qu’on retrouve dans les fragments 9110 et 9211), en dessinant la deuxième comme une conséquence nécessaire de la première. Le caractère tyrannique de la force résiderait dans un désir d’englober toute extériorité, désir d’homogène:

  • 12 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 25.

Deux définitions de la tyrannie [les fragments 91 et 92], c’est-à-dire de la force sans justice qui est la force même : violence absolue. Le fort dans son désir infini d’être le degré absolu de la force – paradoxe infini à la mesure de son désir – est désir de l’homogène, soit le désir de destruction de toute hétérogénéité.12

  • 13 Louis Marin, « Discours du pouvoir / pouvoir du discours : commentaires pascaliens » dans Pascal et (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 29.

8À la suite de ces réflexions, on pourrait donc penser que force et justice sont unies ensemble par un rapport de complémentarité : si, d’un côté, la justice devrait s’appuyer sur la force pour prescrire des actions justes, d’un autre, la force aurait besoin de la justice pour ne pas devenir tyrannie. Pascal affirme, en effet, qu’« il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste ». Cependant, cette complémentarité n’est que le produit d'un dispositif représentatif qui cherche à légitimer la force en la déguisant en loi. À cet égard, Marin décrit la conjonction de force et justice dans les termes d’un « procès dynamique »13 étant donné que la force comme attribut de la justice ne s’identifie pas avec la justice en tant qu’attribut de la force : « l’opposition initiale de l’impératif catégorique du juste et de la nécessité mécanique du plus fort réapparaît. Elle réapparaît sous la forme de deux propositions mutuellement disjonctives du procès d’identification de la force et de la justice »14. L’union de force et justice, donc, loin de produire une justice qui possède les moyens pour sanctionner l’infraction à ses prescriptions, engendre une force qui se légitime comme juste. En d’autres termes, la force s’empare du domaine discursif en se donnant, par-là, une légitimité de droit : « la violence muette s’est d’un coup mutée en sens sans perdre son caractère thanatocratique »15. L’idéologie de la représentation, alors, loin de s’épuiser dans la correspondance parfaite entre une série de signifiants et une série de signifiés, devient un véritable dispositif de pouvoir qui produit des effets de domination. La force, devenue maîtresse du langage, ne s’exerce pas au moyen de disputes interminables sur la nature du juste, mais contredit la justice en affirmant que cette dernière est injuste, que le juste n’est pas égal à soi-même. Il s’agit d’une affirmation paradoxale qui ne trouve pas sa source dans un procès argumentatif, mais dans la menace de la mort :

  • 16 Id., p. 30.

La force contredit la justice en énonçant la contradiction pure: A est non-A, le juste est non juste, la justice est injuste. Mais la contradiction, le contre-dire de la contradiction, se résout sans médiation, sans dialectique, immédiatement, car lorsque la force dit que la justice est injuste, elle dit en même temps que c'est elle qui est juste. En énonçant la contradiction du juste non juste, la force s'empare de la justice, s'approprie le juste, le fort est proprement le juste.16

  • 17 Ibid.

9La force, par le discours de la contradiction, se légitime dans l’ordre de la loi ; et cette légitimation trouve son fondement dans un acte performatif qui réalise, en dehors de toute médiation mimétique, ce qu’il énonce : « Point zéro où s’annule la violence muette de la force, le pouvoir, discours de la force est la force du discours qui, en disant, fait, qui, en disant qu’il est juste, se fait juste »17. Dans la perspective marinienne, alors, le but du fragment 135 est de mettre en lumière un mécanisme performatif par lequel une proposition constative est transformée dans une proposition prescriptive, c’est-à-dire un mécanisme qui, en transgressant la frontière entre un jugement assertif et un jugement de valeur, donne à la force légitimité de droit :

  • 18 Id., p. 31.

Le constatif initial de la nécessité de suivre le plus fort est transformé, dans et par le discours de la force, dans et par le pouvoir (discours du pouvoir, pouvoir du discours), en ce prescriptif final : il est juste que ce qui est le plus fort soit suivi parce que le plus fort s’est dit lui-même juste et qu’il est juste que le juste soit suivi. « On a fait que ce qui est fort fût juste » : ce « faire » final est un performatif de langage, un acte de discours dont la pensée de Pascal toute entière a établi les conditions de succès et de validité pragmatique.18

*

10Pascal possède un rôle décisif dans l’économie du discours marinien en tant qu’il dévoile les dynamiques cachées du pouvoir d’État et, notamment, le dispositif performatif qui permet à ce pouvoir de s’exercer. Pour le dire autrement, dans la perspective marinienne tout se passe comme si le texte nommé Pascal constituait une critique de la théorie du contrat social et de la fiction d’un état de nature qui aurait précédé ce contrat :

  • 19 Ibid.

Et cependant Pascal tient discours, il a parlé le silence violent de la force, il a dit le discours de la force s’appropriant la justice. Discours, métadiscours, qui tient ce langage, qui, que nous nommons du nom propre Pascal ? Quel est son pouvoir ? Politique ? Et de quel pouvoir est-il le langage ?19

11Cette lecture du fragment 135 montre que la violence, prise en charge par les signes, constitue le fondement de l’ordre juridique. Ainsi conçue, la représentation n’est pas un simple instrument qui est librement utilisé par le sujet, mais le champ où se déploient une multiplicité de rapports de force. L’analyse marinienne, alors, tout en se constituant comme un commentaire du fragment 135, dévoile derrière et au-delà du mythe du contrat social, la violence comme fondement de la Loi.

La question de la tyrannie

12D’après l’analyse marinienne, la réflexion de Pascal conçoit tout ordre politique comme essentiellement tyrannique, en tant que cet ordre se légitimerait grâce à la mise en réserve de la force dans les signes. Il s’ensuit par-là, que Louis Marin relie dans un même cadre analytique le fragment « Justice et force » avec les fragments 91 et 92 consacrés à la tyrannie :

Tyrannie

  • 20 Sellier, 91.

La tyrannie est de vouloir avoir par une voie ce qu’on ne peut avoir que par une autre. On rend différents devoirs aux différents mérites : devoir d’amour à l’agrément, devoir de crainte à la force, devoir de créance à la science.
On doit rendre ces devoirs-là, on est injuste de les refuser, et injuste d’en demander d’autres.
Ainsi ces discours sont faux et tyranniques : « je suis beau, donc on doit me craindre. Je suis fort, donc on doit m’aimer, Je suis... » Et c’est de même être faux et tyranniques de dire : « Il n’est pas fort, donc je ne l’estimerai pas. Il n’est pas habile, donc je ne le craindrai pas. »20

La tyrannie consiste
au désir de domination
universel et hors de
son ordre.

  • 21 Sellier, 92.

13Diverses chambres, de forts, de beaux, de bons esprits, de pieux, dont chacun règne chez soi, non ailleurs, et quelquefois ils se rencontrent. Et le fort et le beau se battent sottement à qui sera le maître l’un de l’autre, car leur maîtrise est de divers genre. Ils ne s’entendent pas. Et leur faute est de vouloir régner partout. Rien ne le peut, non pas même la force. Elle n’est maîtresse que des actions extérieures.21

  • 22 Christian Lazzeri, Force et justice dans la politique de Pascal, P.U.F., Paris 1993.
  • 23 Blaise Pascal, « Trois discours sur la condition des grands » dans Pensées sur la justice, GF Flamm (...)
  • 24 Gérald Sfez, « Pascal et la diversité de la justice » dans Dix-septième siècle, 2004/2 n°223, p. 30 (...)
  • 25 Id., p. 305.

14Christian Lazzeri, dans le livre Force et justice dans la politique de Pascal22, repère dans les deux fragments cités ci-dessus ainsi que dans les Trois discours sur la condition des grands23 (texte de douteuse attribution pascalienne) une théorie qu’il nomme « des devoirs de justice ». De plus, dans l’article « Pascal et la diversité de la justice »24, Gérald Sfez, à la suite de Christian Lazzeri, envisage une « théorie dite des devoirs de justice »25. D’après les deux auteurs, la justice s’identifierait avec le devoir de rendre à chaque grandeur le mérite qui lui correspond en respectant son ordre spécifique et la tyrannie, en revanche, consisterait à ne pas respecter cet ordre spécifique et donc, comme le dit Pascal lui-même, « dans un désir de domination universel et hors de son ordre ». À partir de la théorie des devoirs de justice, Gérald Sfez adresse une critique à la lecture marinienne de la politique de Pascal. De ce point de vue, Marin n’envisagerait pas la diversité des « devoirs de justice », en tant qu’il utiliserait les fragments 91 et 92 pour comprendre la corrélation entre force et justice élaborée dans le fragment 135 :

  • 26 Id., p. 306.

En enclavant la théorie des devoirs de justice dans l’économie d’ensemble et en l’encastrant dans la compréhension de la corrélation justice/force, l’interprétation de Marin ne reconnaît pas cette théorie des devoirs de justice dans toute son extension, fait dépendre toute la pensée pascalienne du paradigme de la force et sous-estime l’importance d’une réelle diversité de la justice (humaine) : celle, à proprement parler, nommée comme telle, des divers genres de devoirs de justice, et celle qui oppose de façon duelle cette théorie précisément de la diversité des devoirs de justice, ordonnée à une pensée de l’égalité, à celle mobilisée dans les relations justice/force jusqu’à cette jointure qui en produit l’ordre légal, c’est-à-dire celle de la justice ordonnée à une pensée de la légalité.26

  • 27 Id., p. 307.
  • 28 Alain Cantillon et Éric Tourette Pascal. Pensée, Éditions Atlande, Paris 2015, p. 163.

15Marin, donc, ne reconnaîtrait pas la multiplicité des devoirs de justice et, par -là, « [rabattrait] la diversité des ordres de justice à un seul mode ou à un seul monde, celui de la force »27. En effet, d’après le fragment 91, la tyrannie n’est pas l’action exclusive de la force, mais elle peut être attribuée aussi à d’autres ordres. Dans cette perspective, l’analyse de Marin reconduirait toute action tyrannique à la force, ne tenant pas compte du fait que cette action peut être exercée aussi à l’intérieur de différents ordres. Toutefois, Pascal, dans le fragment 92, affirme très clairement que « [la force] n’est maîtresse que des actions extérieures » puisqu’elle s’inscrit dans le cadre d’une nécessité physique qui n’a rien à voir avec la légitimité de droit, comme le dit Alain Cantillon, dans le livre consacré aux Pensées de Pascal, « préciser en effet, comme c’est ici le cas, que la force n’est maîtresse que des actions extérieures, c’est dégager deux niveaux de justice, l’un de droit et l’autre de fait »28. Bien que Pascal déclare qu’il faut rendre « le devoir de créance à la science », la force, en tant que maîtresse des actions extérieures, s’impose sur l’agir des savants et non pas sur leurs pensées. Cette précision, donc, montre que la force occupe un rôle privilégié dans la politique pascalienne en tant que tout ordre juridique pour s’exercer doit nécessairement s’appuyer sur elle. Marin, alors, en liant les fragments 91 et 92 au fragment 135, veut montrer que la force peut constituer un possible opérateur de la tyrannie et, notamment, un opérateur dans le contexte de la coercition physique exercée par le pouvoir politique. En d’autres termes, il envisage la notion pascalienne de tyrannie seulement dans le contexte du pouvoir politique pour montrer que l’ordre juridique trouve son fondement dans une force qui fonde et efface, toute à la fois, cet ordre, ce qui constitue manifestement l’enjeu du fragment 135. À ce propos, il ne faut pas oublier que c’est Pascal lui-même qui relie ensemble force et tyrannie à partir du moment où il affirme que « la force sans la justice est tyrannique ».

16Comme nous avons essayé de le montrer, Louis Marin ne se borne pas seulement à une analyse des fragments pascaliens, mais construit une réflexion sur les rapports que le pouvoir politique entretient avec les dispositifs représentatifs. La continuité qu’il instaure entre les fragments 91 et 92, d’une part, et le fragment 135, de l’autre, n’a pas comme seul but une interprétation du texte pascalien, mais de développer une réflexion de philosophie politique sur le fonctionnement du pouvoir d’État. À ce propos, ses réflexions sur la question de la tyrannie chez Pascal montrent qu’au fond du pouvoir d’État qui se veut légitimement institué, il y aurait des dispositifs qui ne sont pas soumis aux contraintes juridiques. De la lecture marinienne du fragment 135 il s’ensuit que la tyrannie ne dessine pas des régimes politiques effectives mais un dispositif qui hante tout pouvoir. Marin, en superposant sa perspective à celle de Pascal, montre que la tyrannie de la force s’institue à partir du moment où cette dernière s’empare des signes, à partir du moment où elle trouve un accomplissement imaginaire : au fond du domaine pacifié du droit, la politique instaure l’absolu de la force par l’action de la représentation. La réflexion marinienne, alors, ne se borne pas à une simple interprétation du texte, mais fait découler d’une herméneutique littéraire une analyse qui envisage les limites de l’ordre juridique et de sa prétendue légitimité.

La constitution de l’état civil chez Blaise Pascal

17Dans la perspective marinienne, le fragment 668 poursuit la théorisation du fragment 135, en proposant une fiction théorique de la genèse de l’état civil :

  • 29 Sellier, 668.

Les cordes qui attachent le respect des uns envers les autres, en général, sont cordes de nécessité. Car il faut qu’il y ait différents degrés, tous les hommes voulant dominer, et tous ne le pouvant pas, mais quelques-uns le pouvant.
Figurons nous donc que nous les voyons commencer à se former. Il est sans doute qu’ils se battront jusqu’à ce que la plus forte partie opprime la plus faible et qu’enfin il y ait un parti dominant. Mais quand cela est une fois déterminé, alors les maîtres, qui ne veulent pas que la guerre continue, ordonnent que la force qui est entre leurs mains succédera comme il leur plaît : les uns le remettent à l’élection des peuples, les autres à la succession de naissance, etc.
Et c’est là où l’imagination commence à jouer son rôle. Jusque-là la pure force l’a fait. Ici c’est la force qui se tient par l’imagination en un certain parti : en France, des gentilshommes ; en Suisse, des roturiers ; etc.
Or ces cordes qui attachent donc le respect à tel et à tel en particulier, sont des cordes d’imagination.29

  • 30 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 41-46.
  • 31 Id., p. 42.
  • 32 Id., p. 43.
  • 33 Id., p. 11.
  • 34 Alain Cantillon et Éric Tourette Pascal. Pensée, Éditions Atlande, Paris 2015, p. 159-160.

18Dans la partie de l’« Ouverture » de Le Portrait du roi intitulée « “Genèse” de l’institution »30, Marin se penche sur le procès de formation de l’état civil décrit par Pascal dans ce fragment, en mettant en lumière un mouvement de transformation qui a comme point de départ « la force dans sa généralité et sa nécessité » et comme point d’arrivée « la représentation dans sa particularité imaginaire »31. Ces deux termes du procès génétique du pouvoir renvoient respectivement à la phrase initiale du fragment 668 (« les cordes qui attachent le respect des uns envers les autres, en général, sont cordes de nécessité ») et à la phrase finale de ce même fragment (« Or ces cordes qui attachent donc le respect à tel et à tel en particulier, sont des cordes d’imagination »). Cette mécanique du respect décrite dans le fragment 668, alors, renvoie à la notion de tyrannie conçue comme l’accomplissement imaginaire du désir de l’absolu de la force : « L’axiome sur lequel est fondée cette physique sociale du respect en général est celui de la tyrannie »32. Pascal, dans la perspective marinienne, met en lumière les dynamiques représentatives qui permettent à la force de se légitimer en tant que justice : l’ordre juridique n’est que la force qui s’exerce dans le discours de la loi. Le fragment 668, en d’autres termes, retracerait le procès de constitution du pouvoir politique qui consiste dans « la substitution à l’acte extérieur où une force se manifeste pour annihiler une autre force dans une lutte à mort, des signes de la force qui n’ont besoin que d’être vus pour que la force soit crue »33. La fiction théorique élaborée par Pascal montrerait que l’instauration de la société humaine ne substitue pas à la force qu’on voit se déployer dans la guerre un ordre juridique pacifié puisque l’état civil, loin d’avoir comme but la sécurité de chaque individu (comme c’est le cas dans la théorie du contrat social chez Thomas Hobbes), représente au contraire une forme de domination. Dans la perspective de Pascal, alors, la fin du conflit armé signe une transformation dans la manière d’exercer la force et non pas son exclusion de la sphère politique, comme le dit Alain Cantillon dans son livre consacré aux Pensées, « le moment de la transformation de la force, où la “pure force” devient “force qui se tient par l’imagination” n’est pas celui de l’arrêt de la guerre mais celui où, la guerre continuant, un parti domine cependant si clairement qu’il peut imposer à tous de passer à de nouveaux rapports de force »34. Dans cette perspective, les « cordes de l’imagination », dont parle Pascal, sont des véritables dispositifs de pouvoir par lesquels la force est prise en charge par les signes : le conflit se transforme sans pour cela s’arrêter. Autrement dit, à partir du moment où la guerre termine, la force n’est pas reliée aux frontières extérieures de l’État, mais transformée de « pure force » en « force qui se tient par l’imagination en un certain parti ». La genèse de tout pouvoir politique, alors, conserve un caractère tyrannique en tant qu’elle dissimule ses effets de domination par l’imaginaire de la nécessité de sécurité.

  • 35 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 43.

19Cependant, le mythe de l’origine de la société humaine offert par le fragment pascalien est lui aussi une simple fiction ; il s’agit, comme le dit Marin lui-même, d’un « modèle expérimental » qui a comme but de « révéler et expliquer la physique du socius en général »35. Ce mythe, alors, viserait à montrer qu’il n’existe pas un contrat social qui aurait été précédé par un état de nature originaire où la dimension politique n’existait pas :

  • 36 Id., p. 43-44.

Cependant, cette figure, par ses implications « théoriques », signifie qu’il n’y a pas un état de nature, puis un état civil, mais qu’il y a toujours eu société et par conséquent pouvoir, et la fiction théorique d’une genèse de l’état social à partir de l’état de nature n’a d’autre fonction que de révéler, non pas une origine du pouvoir en général et du pouvoir politique en particulier, mais la condition transcendantale du pouvoir et de l’institution en général.36

20Dans le cadre analytique marinien, la genèse de l’institution décrite par Pascal, loin d’avoir comme but la description d’un procès réel, vise à l’inverse à mettre en lumière la « condition transcendantale » de tout pouvoir politique. Néanmoins, cette condition du « pouvoir et de l’institution en général », ne répond pas à des contraintes juridiques, mais se constitue en tant qu’effacement des Lois qui régissent ce pouvoir et cette institution. Bref, tout ordre politique trouverait son fondement dans la violence et la guerre, à savoir dans l’anomie conçue comme pratique de gouvernement :

  • 37 Id., p. 44.

Et la condition que présuppose théoriquement toute institution est celle d’une violence, d’une lutte, d’une guerre entre les hommes. Tout discours institutionnel, instituant ou institué, n’est fait que de marquer les traces d’une violence, d’une violence qui n’est jamais que trace, qui n’apparaît comme violence que d’être marquée, répétée, et que le discours de l’habile dans sa fonction théorique re-marque.37

21L’un des enjeux de cette analyse de la politique de Pascal serait, semble-t-il, de montrer que l’ordre politique a existé depuis toujours et qu’il se fonde sur une sémiotisation de la violence, comme le dit Marin lui-même, « tout discours institutionnel […] ne fait que de marquer les traces d’une violence, qui n’est jamais que trace ». La violence n’est pas une dimension sauvage écartée au moment de l’instauration du contrat social, mais elle est constamment soumise à une politisation. Le passage fictionnel de la guerre à l’instauration du parti dominant renvoie donc à la prise en charge de la force par la représentation et, par-là, à l’instauration du pouvoir politique : les maîtres, ceux qui ont gagné la lutte à mort, redoutent la continuation du conflit et fixent leur domination au moyen des « cordes de l’imagination ». Ces cordes, donc, sont les instruments par lesquels le parti dominant déguise une décision arbitraire en un procès nécessaire :

  • 38 Id., p. 45.

L’arbitraire de la décision qui règle la succession de la force réfléchit la force des maîtres, mais non point comme force, ce qui nécessiterait la répétition de sa manifestation dans la lutte à mort. L’arbitraire de la décision prescriptive de la règle réfléchit la force dans des signes qui en sont les délégués et les tenant-lieu, où elle est convertie en une représentation dont la fonction est à la fois de l’indiquer et de la réserver.38

  • 39 Ibid.
  • 40 Carl Schmitt, Théologie politique, Éditions Gallimard, Paris 1988.
  • 41 Id., p. 15.
  • 42 Id., p. 16.
  • 43 Sur ce point voir Carl Schmitt, Théologie politique, Éditions Gallimard, Paris 1988, p. 15, note ; (...)
  • 44 Jacques Derrida, Force de loi, Éditions Galilée, Paris 1994.
  • 45 Walter Benjamin, Critique de la violence, Petite bibliothèque Payot, Paris 2012.
  • 46 Jacques Derrida, Force de loi, Éditions Galilée, Paris 1994, p. 19.
  • 47 Id., p. 32.

22La décision qui permet aux maîtres de fixer leur domination dans un ordre juridique légitimement institué est arbitraire, en tant que cet ordre n’est que le reflet de la force mise en réserve dans les signes. Mais avec la force, c’est l’arbitraire qui se trouve placé dans le milieu institutionnel et juridique, comme le dit Marin lui-même « [le] discours d’ordre [des maîtres] – de prescription et de commandement – qui institue la succession de la force ne peut être qu’une décision arbitraire, puisqu’elle n’a pas d’autre fondement que leur force présente »39. Pour comprendre la notion de décision dans l’économie du discours marinien, il faut, nous semble-t-il, envisager son occurrence dans le célèbre texte de Carl Schmitt Théologie politique40 où le souverain est défini comme « celui qui décide de la situation exceptionnelle »41. Cette expression fonde la doctrine schmittienne du décisionnisme selon laquelle la condition de possibilité de l’ordre juridique réside dans la décision souveraine qui peut trancher sur la situation exceptionnelle. En d’autres termes, Carl Schmitt, en ouverte opposition avec le normativisme de Hans Kelsen, repère dans l’arbitraire de la décision souveraine qui déclare l’état d’exception une puissance qui, tout en étant le fondement du système juridique, peut suspendre la validité de ce même système. Dans la perspective du juriste allemand, alors, le souverain serait « celui qui décide en cas de conflit, en quoi consistent l’intérêt public et celui de l’État, la sûreté et l’ordre public, le salut public »42. Cependant, la décision souveraine n’est pas le résultat d’une simple constatation, mais un véritable acte performatif qui produit l’exception tout en la déclarant. Il faut relever, à ce sujet, que dans l’expression schmittienne « Souverän ist, wer über den Ausnahmezustand entscheidet », la préposition « über » possède une double acception: elle signifie à la fois de et dans43. Cette ambiguïté sémantique met en lumière le caractère performatif de la décision qui ne tranche pas seulement sur les mesures à prendre face à l’état d’urgence, mais engendre ce dernier par sa simple énonciation. À cet égard, il nous semble pertinent d’évoquer très brièvement certaines réflexions développées par Jacques Derrida dans le livre Force de loi44. Cet ouvrage relie dans un même cadre analytique des textes très différents les uns des autres, tels que le célèbre article de Walter Benjamin Zur Kritik der Gewalt (Critique de la violence)45 et le fragment pascalien 135 intitulé « Justice et force » : si, d’un coté, le philosophe français se penche sur l’article de Benjamin en montrant la polyvalence sémantique du mot allemand « Gewalt » qui signifie tout à la fois violence extra-juridique et « pouvoir légitime, autorité, force publique »46, d’un autre, il voit dans le fragment pascalien 135 « les prémisses d’une philosophie critique moderne, voire une critique de l’idéologie juridique »47. Dans cette perspective, alors, ces deux textes partageraient la même démarche : une déconstruction de la légitimité du pouvoir qui repère dans la violence extra-juridique la condition de possibilité du droit. Mais ces analyses sont d’autant plus importantes pour notre étude sur la lecture marinienne de la politique de Pascal qu’elles établissent un lien entre la décision extra-juridique qui fonde la Loi et le caractère performatif du langage :

  • 48 Id., p. 32-33.

Or l’opération qui revient à fonder, à inaugurer, à justifier le droit, à faire la loi, consisterait en un coup de force, en une violence performative et donc interprétative qui en elle-même n’est ni juste ni injuste et qu’aucune justice, aucun droit préalable et antérieurement fondateur, aucune fondation préexistante, par définition, ne pourrait ni garantir ni contredire ou invalider.48

  • 49 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 45.
  • 50 Louis Marin, « L'acteur politique baroque » dans Politiques de la représentation, Kimé. Paris, 2005 (...)
  • 51 Id., p. 291-292.
  • 52 Id., p. 292.

23Pour notre part, nous voudrions montrer que la notion de décision que Marin utilise dans sa lecture du fragment 668 relève elle aussi d’un caractère performatif. En effet, la succession de la force dont parle Pascal se légitime au moyen de son énonciation : « Il faut donc, pour que la force continue à s’exercer sans se risquer, que soit énoncée une règle de succession de la force comme juste règle, loi équitable, quelle que soit cette règle, quelle que soit cette loi »49. La décision arbitraire réalise, donc, la succession de la force en tant que « juste règle » par le fait même de son énonciation. Le rapport que le décisionnisme schmittien entretient avec le langage performatif est envisagé explicitement par Louis Marin dans l’article « L’acteur politique baroque »50 : « Lorsque C. Schmitt écrit que “le coup d'État est requis dans la situation d'exception”, il faut ajouter comme l'inéluctable corollaire de la formule que la définition du caractère exceptionnel de la situation est donnée par la décision même, par le coup d'État lui-même »51. À la suite de cet extrait, il nous semble légitime d’affirmer que la déclaration de l’état d’exception se constitue en tant qu’un énoncé performatif qui engendre la situation exceptionnelle à laquelle il faut faire face. Comme le dit Marin lui-même, « la sacralité du coup d’État du Prince est ici définie […] par la circularité ‘essentielle’ (définitionnelle) des circonstances de la décision et de la décision »52. Dans ce cadre analytique, alors, le coup de force qui fonde l’ordre juridique trouverait une légitimation au moyen d’un procès qui réalise ce qu’il énonce : tout discours du pouvoir, tout pouvoir du discours résiderait dans un acte performatif par lequel la déclaration de la justice de la force instituerait toute forme de domination comme « loi équitable ».

Haut de page

Notes

1 Blaise Pascal, Pensées, texte établi par Philippe Sellier, Le livre de poche, Paris 2000, fragment 668, p. 443.

2 Sellier, fragment 135.

3 Ibid.

4 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 23-41.

5 Louis Marin, « Discours du pouvoir / pouvoir du discours : commentaires pascaliens » dans Pascal et Port-Royal, P.U.F., Paris 1997, p. 116-144.

6 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 23-24.

7 Id., p. 24.

8 Id., p. 28.

9 Id., p. 24.

10 Sellier, 91.

11 Sellier, 92.

12 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 25.

13 Louis Marin, « Discours du pouvoir / pouvoir du discours : commentaires pascaliens » dans Pascal et Port-Royal, P.U.F., Paris 1997, p. 122.

14 Ibid.

15 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 29.

16 Id., p. 30.

17 Ibid.

18 Id., p. 31.

19 Ibid.

20 Sellier, 91.

21 Sellier, 92.

22 Christian Lazzeri, Force et justice dans la politique de Pascal, P.U.F., Paris 1993.

23 Blaise Pascal, « Trois discours sur la condition des grands » dans Pensées sur la justice, GF Flammarion, Paris 2011.

24 Gérald Sfez, « Pascal et la diversité de la justice » dans Dix-septième siècle, 2004/2 n°223, p. 303-315.

25 Id., p. 305.

26 Id., p. 306.

27 Id., p. 307.

28 Alain Cantillon et Éric Tourette Pascal. Pensée, Éditions Atlande, Paris 2015, p. 163.

29 Sellier, 668.

30 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 41-46.

31 Id., p. 42.

32 Id., p. 43.

33 Id., p. 11.

34 Alain Cantillon et Éric Tourette Pascal. Pensée, Éditions Atlande, Paris 2015, p. 159-160.

35 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 43.

36 Id., p. 43-44.

37 Id., p. 44.

38 Id., p. 45.

39 Ibid.

40 Carl Schmitt, Théologie politique, Éditions Gallimard, Paris 1988.

41 Id., p. 15.

42 Id., p. 16.

43 Sur ce point voir Carl Schmitt, Théologie politique, Éditions Gallimard, Paris 1988, p. 15, note ; Emmanuel Tuchscerer, « Le Décisionnisme de Carl Schmitt : théorie et rhétorique de la guerre », dans Mots. Les langages du politique, 2003, n° 73, p. 25-42.

44 Jacques Derrida, Force de loi, Éditions Galilée, Paris 1994.

45 Walter Benjamin, Critique de la violence, Petite bibliothèque Payot, Paris 2012.

46 Jacques Derrida, Force de loi, Éditions Galilée, Paris 1994, p. 19.

47 Id., p. 32.

48 Id., p. 32-33.

49 Louis Marin, Le Portrait du roi, Les Éditions de Minuit, Paris 1981, p. 45.

50 Louis Marin, « L'acteur politique baroque » dans Politiques de la représentation, Kimé. Paris, 2005 p. 287-295.

51 Id., p. 291-292.

52 Id., p. 292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppe Vizzini, « Le rôle de la politique de Blaise Pascal dans la réflexion de Louis Marin », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2018-01 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6924 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6924

Haut de page

Auteur

Giuseppe Vizzini

Diplômé en Philosophie à l’Université de Rome « La Sapienza », mène actuellement une recherche sur la question du pouvoir chez Louis Marin dans le cadre d’un doctorat à La Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sous la direction d’Alain Cantillon et Pierre Antoine Fabre (thèse en codirection avec l’EHESS). Il est l’auteur de l’article « Teatralità e politica nella riflessione di Louis Marin » (Laboratorio critico 2015, 3 [5], p. 1-5) et il a travaillé à la traduction en italien de la thèse de doctorat de Marc Bloch intitulée Rois et serfs. Un chapitre d’histoire capétienne (Marc Bloch, Re e Servi. Un capitolo di storia capetingia traduzione Giuseppe Vizzini e Giovanni Campailla, a cura di Giuseppe Vizzini e Giovanni Campailla, Edizioni Immanenza, Napoli 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals