Navigation – Plan du site

Michel de Marillac et le Carmel de Pontoise

Donald A. Bailey et Caroline Maillet-Rao

Notes de l’auteur

Quelques mois avant son décès, M. le professeur Donald Bailey m’a demandé de réviser et de mettre à jour la conférence qu’il avait présentée lors d’un colloque célébrant le 4e centenaire du Carmel de Pontoise, le 19 novembre 2004. J’avais bien évidemment accepté sans hésitation. Ce texte est le fruit de cette collaboration et l’hommage posthume que je lui rends pour son soutien et sa sincère amitié. C. M-R.

Texte intégral

  • 1 Nicolas Lefèvre de Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des sceaux de France sou (...)
  • 2 Si les Histoires de l’ordre des Carmélites déchaussées parues aux xixe et xxe siècles décrivent Mar (...)
  • 3 Dora De Lima dans son article, « La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée de (...)
  • 4 Gilles Chazal (dir.), L’Art du xviie siècle dans les Carmels de France, catalogue d’exposition, mus (...)

1La biographie de Michel de Marillac rédigée par Nicolas Lefèvre, sieur de Lezeau (1581-1680)1, son ancien collègue et ami, est une source conséquente nous permettant de reconstituer l’histoire de la relation entre Michel de Marillac et les Carmélites plus en détail2. La question de la valeur historique du manuscrit de Lezeau a été discutée par le groupe des chercheurs du Grihl préparant une édition critique électronique du manuscrit de Lezeau3. Ce dernier était aussi un ami du Carmel de Pontoise, auquel il légua un tableau de Simon Vouet représentant la mère Marguerite du Saint-Sacrement, propre fille de Mme Acarie et l’une des plus proches confidentes de Marillac4.

2Cet article vient compléter deux sources essentielles pour l’histoire de l’établissement du Carmel réformé en France, à savoir les deux premiers tomes des Chroniques de l’Ordre des Carmélites de la Réforme de Sainte-Thérèse depuis leur introduction en France, publiées à Troyes, en 1846, et le premier tome des ouvrages de Jean-Dominique Mellot consacrés à l’Histoire du Carmel de Pontoise, publié à Paris en 1994.

Un aperçu de la vie et de l’œuvre de Marillac

  • 5 Plusieurs sources anciennes datent de 1563 la naissance de Marillac, alors que d’autres tel Édouard (...)
  • 6 Les trois religieux évoqués ici sont : ses oncles, Charles de Marillac (Riom, 1510-Melun, 2 ou 12 d (...)

3Né à Paris en 1560, Marillac descendait d’une famille nombreuse dont les membres étaient depuis longtemps établis dans des offices à la fois en province et au service de la Couronne, dans les affaires politiques, religieuses ou militaires5. Deux de ses oncles furent évêques et une tante religieuse ; d’autres oncles furent membres du Parlement de Paris, au service de maisons nobles ou de la famille royale. Certains de ses ancêtres furent gouverneurs de châteaux ou de villes en Auvergne. Son oncle le plus renommé, Charles de Marillac, était à la fois archevêque et conseiller du roi, et son père, Guillaume de Marillac, est mort contrôleur général et intendant des finances de Charles IX6.

  • 7 Christian Jouhaud, Richelieu et l’écriture du pouvoir. Autour de la journée des Dupes, Paris, Gall (...)
  • 8 Voir les récentes publications sur la vie et l’œuvre de Michel de Marillac : l’ouvrage de Caroline (...)

4À un siècle d’écart, la vie de Marillac ressemble étonnamment à celle du saint anglais Thomas More. Tous deux réprimèrent leur désir de jeunesse d’entrer en religion pour suivre une carrière juridique, veillèrent à la formation spirituelle et mondaine de leurs filles comme de leurs fils, exercèrent des fonctions supérieures au service du roi, avant d’être brutalement congédiés par leurs souverains respectifs. Marillac pour sa part, après avoir été brièvement Surintendant des finances, devint Garde des sceaux en 1626 et, de fait sinon en titre, Chancelier jusqu’à son brusque licenciement après la journée des Dupes le 11 novembre 16307. Il mourut presque deux ans plus tard, emprisonné à Châteaudun8.

  • 9 Pour une définition du cercle/parti dévot, consulter : Caroline Maillet-Rao, La Pensée politique de (...)
  • 10 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)
  • 11 Lezeau rapporte que de 1602 à 1614, date où elle entra au Carmel, Marillac et Mme Acarie partagèren (...)

5Marillac prit part au mouvement de la Réforme catholique en participant aux activités du cercle des dévots9 qui aboutirent à l’établissement à Paris en 1602-1604 de l’ordre des Carmélites déchaussées de sainte Thérèse d’Avila, en 1610 des Ursulines10 et en 1611 des Oratoriens. Marillac passait environ une heure chaque jour en prières et dévotions ou en conversations pieuses avec Mme Acarie ou avec d’autres personnes dans de semblables dispositions. Lezeau souligne que, pendant douze ans, Marillac « n'a point passé de deux jours l'un sans avoir esté plus d'une heure et demie avec elle »11.

  • 12 Jean-Baptiste Eriau, L’ancien Carmel du Faubourg Saint-Jacques (1604-1792), Paris, J. de Gigord & A (...)
  • 13 « […] et cela continuellement, sans interruption, en sorte qu'il les voyoit, ou sembloient proches (...)
  • 14 J.-B.-A. Boucher, Histoire de la bienheureuse Marie de l’Incarnation dite dans le monde Madame Acar (...)

6Selon Jean-Baptiste Eriau, « Michel de Marillac n’était encore qu’un novice dans la spiritualité, lorsque le premier monastère se fonda. À l’école des carmélites espagnoles et françaises, il s’initia rapidement à tous les secrets de la vie intérieure »12. Il accueille avec joie des apparitions divines au fur et à mesure que sa spiritualité s’approfondit. Au début de son chapitre 23, intitulé « Des graces qu’il a receu de Dieu », Lezeau souligne que Marillac confia à Magdelaine de Saint-Joseph, une de ses proches confidentes Carmélites, que parmi toutes ses grâces « une fort grande et fort particulliere [...] estoit que cinq ans durant, lorsqu’il estoit conseiller d’Estat, Nostre-Seigneur Jesus-Christ et la vierge Marie sa saincte mere l’avoient honnoré de leur presence […] »13. Marillac continua à recevoir la communion plusieurs fois par semaine, même pendant les six ans où il exerça ses hautes responsabilités politiques14.

  • 15 Les Carmélites de le descendance de Marillac sont : sa fille, Valence de Marillac (1599-1642), Carm (...)
  • 16 Octavien de Marillac (1597-1631) prit en religion le nom de son père Michel, et fut nommé à l’évêch (...)

7Jusqu’en 1613, il fut le tuteur de sa nièce, devenue plus tard sainte Louise de Marillac, cofondatrice avec saint Vincent de Paul de l’ordre des Filles de la charité en 1633. La propre fille de Marillac, sa belle-fille, ses trois petites-filles, une arrière-petite-fille, et encore une nièce devinrent Carmélites15. Deux d’entre elles furent Carmélites à Pontoise. Son second fils, Octavien de Marillac, quant à lui, devint prêtre16. Et même Marguerite de Veny d’Arbouze, fondatrice du Val de Grâce à Paris, était la petite-fille d’une cousine germaine de Marillac. En dépit de sa propre carrière séculière, Marillac passa sa vie entière entouré de parents et d’amis pieux et il servit de mentor spirituel à plusieurs d’entre eux.

  • 17 Caroline Maillet-Rao, « La réforme de la justice sous le garde des Sceaux Michel de Marillac (1626- (...)
  • 18 IV livres de l’Imitation de Jesus Christ que d’aucuns attribuent à Gessen, d’autres à Gerson, et d’ (...)

8Au cours de sa vie, Marillac se distingua également par la publication de plusieurs ouvrages. Parmi ses œuvres les plus importantes figurent l’Ordonnance de 1629 ou « Code Michau », dernier code intégral de l’Ancien Régime17. On trouve également une traduction de L’Imitation de Jésus Christ de Thomas à Kempis, jugée comme l’une des trois meilleures réalisées au cours du xviie siècle et l’une des plus souvent réimprimées, jusqu’à deux fois au xixe siècle18.

9Sans les efforts du cardinal de Richelieu pour effacer sa mémoire et son influence au Conseil du roi, Marillac serait reconnu comme un des plus importants personnages français du premier xviie siècle.

  • 19 Parce que Thérèse d’Avila avait une dévotion profonde pour Saint Joseph, jusqu’à donner le nom du s (...)

10Il fut aussi « le père du Carmel de Pontoise ». Ce qu’il a fait pour l’établissement du premier monastère de Paris, puis du second de Pontoise fut essentiel19. Dans les deux cas, il fournit un soutien moral et financier, donna généreusement de son temps et de ses forces, et assuma une large part de la direction juridique, administrative et financière.

Le rôle de Michel de Marillac et de Mme Acarie dans l’établissement du Carmel de Pontoise

  • 20 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 4-20.

11Depuis 1582, M. de Brétigny cherchait à établir l’ordre des Carmélites réformées en France20. Après plusieurs tentatives avortées, il entreprit de traduire quelques ouvrages de sainte Thérèse d’Avila. C’est finalement par ce moyen que l’entreprise prit le chemin du succès. C’est à Mme Acarie que revint la mission de mener l’implantation.

  • 21 Selon les Chroniques, Mme Acarie en entreprit peu après sa publication en français, I, p. 21. Maril (...)
  • 22 Mme Acarie regretta toute sa vie sa première réaction de dégoût à l’égard des expériences spirituel (...)
  • 23 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 21.

12Mme Acarie et Michel de Marillac entreprirent la lecture de La Vie de Sainte Thérèse, chacun de leur côté, peu après la publication de la traduction en français menée par Dom de Cheur en 160121. Se connaissant à peine l’un l’autre, Marillac et Acarie furent tous deux tout d’abord déconcertés en lisant cette autobiographie spirituelle : pour elle, admiration pour l’héroïsme et la piété de sainte Thérèse, mais aussi presque un dégoût pour ses manifestations extrêmes de dévotion et une incrédulité envers ses nombreuses apparitions ; pour lui, pareille admiration, mais le projet lui semblait manquer de réalisme22. Cependant, tous deux reprirent plusieurs fois le livre et se sentirent appelés par Dieu à s’engager dans l’établissement du Carmel réformé en France, selon le souhait de sainte Thérèse elle-même. Mme Acarie de façon plus vive puisqu’elle fut témoin de trois apparitions de sainte Thérèse elle-même, dont la première quelques jours après la lecture de La Vie de Sainte Thérèse, pendant son oraison et qui l’avertissait « que Dieu voulait qu’elle travaillât à l’établissement de sa réforme »23.

  • 24 Docteur en théologie à la Sorbonne.
  • 25 Stéphane-Marie Morgain, Pierre de Bérulle et les Carmélites de France, Paris, Cerf, 1995, 590 p. 
  • 26 Docteur en théologie à la Sorbonne, il fut aussi l’auteur de la première biographie de Mme Acarie.
  • 27 Pierre de Bérulle (1575-1629), André Duval (1564-1638) et Jacques Gallemant (1559-1631) furent les (...)

13Mme Acarie commença à la fin de juillet 1601 à travailler à son avancée avec l’appui d’un certain nombre de personnalités : M. de Brétigny, Jacques Gallemant24, Pierre de Bérulle25, André Duval26, Dom Beaucousin, auxquels s’ajoutèrent quelques mois plus tard François de Salles et la princesse de Longueville. Gallemant, Bérulle et Duval furent d’ailleurs les trois premiers supérieurs désignés par la Bulle du 13 novembre 1603 établissant l’ordre des Carmélites réformées en France27.

  • 28 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 27. Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (156 (...)
  • 29 Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Scea (...)

14Après s’être croisés à leur paroisse, Marillac et Mme Acarie firent connaissance le 15 ou 16 juillet 160228, soit trois jours avant l’arrivée des lettres-patentes d’Henri IV, donnant approbation de l’établissement de l’ordre nouveau. C’est Marillac qui les apporta au Chancelier Bellièvre pour être scellées29. Marillac s’engagea donc dans le projet environ un an après Mme Acarie.

  • 30 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 33.
  • 31 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)
  • 32 Ibid., p. 100.

15Après l’obtention de la Bulle d’érection de l’Ordre, le premier couvent fut installé au prieuré de Notre-Dame-des-champs, près du faubourg Saint-Jacques, sur lequel il fallut construire un nouveau monastère. Plusieurs personnalités se distinguèrent par leur libéralité, mais le plus généreux fut M. de Marillac qui avança à plusieurs reprises des sommes considérables, en plus de superviser les travaux. En avril 1603, les premières pierres des édifices furent posées lors d’une célébration. MM. de Bérulle et de Marillac posèrent celle du chœur. La pierre posée, Mme Acarie s’adressa à Bérulle en lui disant « Vous serez le fondement de cet édifice pour le spirituel », et à Marillac : « Vous, pour le temporel »30. Cette parole reflétait l’apport considérable en temps et en argent que Marillac accorda au premier Carmel parisien, puis à celui de Pontoise. Dans son chapitre De la sainte conversation qu’il a eu avec la bienheureuse sœur Marie de l’Incarnation, Lezeau décrit l’engagement de Marillac de la façon la plus détaillée que l’on puisse trouver dans les ouvrages relatant l’établissement de l’ordre des Carmélites réformées31. Il souligne également que la contribution financière de Marillac fut bien supérieure à celles de Mme de Longueville, de MM. Gaultier et de Brétigny32.

  • 33 En raison de l’emplacement du prieuré, on fit souvent référence à ce couvent comme celui de « Notre (...)
  • 34 Il y eut trois raisons principales qui motivèrent la fondation du second Carmel réformé à Pontoise  (...)
  • 35 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., p. 39.

16Le Couvent de l’Incarnation33 grandit si vite que ses membres et leurs amis commencèrent à penser à fonder une deuxième maison avant la fin de l’année 160434. Marillac, Bérulle et d’autres voulaient une structure hiérarchique pour les Carmélites françaises, avec Notre-Dame-des-Champs comme maison mère, mais finalement c’est le modèle espagnol qui fut adopté35. Ainsi, le Carmel de Pontoise fut fondé comme une maison sœur, non comme une maison fille.

  • 36 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)

17Marillac s’installa à Pontoise le 10 janvier 1605 et reprit comme à son habitude la direction de toutes les choses matérielles. Les maçons furent sur-le-champ mis au travail pour la restauration et la construction nouvelle. En cinq jours, la maison devint un monastère susceptible d’accueillir ses premières résidentes. Dès le 16 janvier, la proclamation officielle de la fondation, la nomination de la première prieure et la réception des quatre premières novices sont faites36.

  • 37 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 355. E (...)
  • 38 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, p. 122 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Aca (...)
  • 39 La citation de Lezeau commence ainsi : « Les Carmelites s'estoient establies pauvrement à Ponthoise (...)

18Naturellement, Marillac apporta une généreuse contribution financière au nouveau couvent qui, malgré la dot importante attribuée par Mme de Bréauté37, ne put s’acquitter de tous les frais. Selon les Chroniques, alors que le Carmel de Pontoise n’était encore qu’un projet, Marillac demanda expressément à Mme Acarie, « Croyez-vous que [...] la volonté de Dieu pour cette fondation soit manifeste? », à quoi elle répondit, « Je le crois ». Marillac aurait aussitôt répliqué : « N’en parlons plus; c’est moi qui m’en charge »38. Selon les termes de Lezeau, Marillac, « reconnoissant par ses parolles que c'estoit la volonté de Dieu [...], il fit les desseins et les marchés et fit commencer à achever l'ouvrage avec une entiere liberté et confiance et avec grande diligence, sans que jamais l'argent y ait manqué »39.

  • 40 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 50, citant l’Histoire des Ca (...)
  • 41 Ce « procureur » était un certain M. Langlois; la dernière propriété ne fut pas acquise avant le 19 (...)
  • 42 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)
  • 43 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 59, citant Histoire ... de P (...)
  • 44 Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)

19Jean-Dominique Mellot estime qu’en permettant au monastère de s’installer dans  « ses batiments définitifs, [...] le rôle de Michel de Marillac semble [...] avoir été essentiel »40. L’emplacement devait se trouver près d’une source d’eau fraîche par exemple et dans un quartier assez calme. Le monastère définitif fut constitué entre 1607 et 1610 par l’accumulation progressive de plusieurs petits terrains, chacun négocié patiemment avec son propriétaire et chacun nécessitant le travail conjoint de Marillac et d’un avocat du pays41. Durant ses fréquentes visites, Marillac supervisait également la fourniture de produits essentiels tels que le bois, du blé, du vin et de l’huile. De temps en temps, il pourvoit aux dots pour l’entrée des novices aux ressources modestes42. Au total, ses donations s’élèvent à 43,000 livres, et il apporte cent francs par mois au soutien de l’entreprise. À trois occasions au moins, il se porte garant de dettes pouvant s’élever jusqu’à 39,000 francs43. Lezeau en donne un exemple : « Une fois on tira une lettre d'eschange de cette nature, sur monsieur de Marillac, qui estoit de trente mille livres payables à huict jours de veue. Et quand on la luy presenta pour l'accepter, il n'avoit pas un ecu, et ne voyoit aucun lieu où il en peut [pût] recevoir. Neantmoins il l'accepta en confiance [...] et au terme de la sepmaine il acquitta la somme »44.

  • 45 Sainte Thérèse accordait de l’importance à sa loyauté et son bon sens. Elle lui demanda souvent de (...)
  • 46 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 355-56 (...)
  • 47 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 125-126, 376 et 392. Il fallut appeler le Pèr (...)
  • 48 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, 392.

20Encore une fois, l’équipe Acarie-Marillac s’engage bien au-delà du matériel et même au-delà du temporel. Elle sembla même être un peu importune et indiscrète à la première prieure, Anne de Saint-Barthélemy (1549-1626). Celle-ci, née en Vieille Castille, entra au monastère de Saint-Joseph à Avila en 1572 comme sœur converse. Illettrée, elle prit humblement le voile blanc et elle entreprit avec joie toutes sortes de lourdes tâches45. Son humilité et sa simplicité furent remarquées tout de suite par Pierre de Bérulle pendant son voyage en Espagne pour recruter des sœurs carmélites. Elle se trouva ainsi parmi les six religieuses qui revinrent à Paris avec lui en 160446. Il fallut convaincre cette modeste religieuse d’entrer dans le chœur et de prendre le voile noir, en faisant valoir que l’ordre avait besoin d’elle pour devenir la première prieure du nouveau Carmel de Pontoise47. Elle partit de Paris le 14 janvier 1605. La prieure de Notre-Dame-des-Champs de 1610-1614, Anne de Jésus, son alliée de longue date depuis Avila, avait en effet soutenu la répugnance persistante d’Anne de Saint-Barthélemy à cette prise de voile noir. Anne de Jésus la considérait bien comme un modèle exemplaire de piété et d’humilité, mais croyait cependant que, avec sa grande simplicité, elle révélerait peut-être, en assumant de plus hautes responsabilités, son ambition latente48.

21On peut se demander si cette ambition cachée, enfin libérée, peut expliquer les critiques modérées formulées par Anne de Saint-Barthélemy à propos de Marillac et d’Acarie, ou si ces derniers, dans leur zèle, dépassaient leur rôle de protecteurs laïcs. En tout cas, il semble juste de dire que ces deux personnages participaient de près à la vie du couvent. Marillac, par sa maîtrise de l’espagnol, fut un intermédiaire salutaire entre la prieure espagnole et les sœurs françaises.

  • 49 Lettres de la Bienheureuse Mère Anne de Saint-Barthélemy [Archives du Carmel de Clamart], cité par (...)
  • 50 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 354, 3 (...)
  • 51 Agnès de Jésus (Des Lions de Theuville, 1580-1632). Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., (...)
  • 52 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 377.
  • 53 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 379-80 (...)
  • 54 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 369, 3 (...)

22Le Père Bruno de Jésus-Marie écrit que Marillac et Mme Acarie « eurent un très grand soin tant de sa personne [celle de la prieure] que du monastère ». « Dom Miguel », ainsi que la prieure l’appelait, visitait « toute la maison pour voir ce qu’il pouvoit y avoir à changer ». Lui et Acarie « allaient souvent à Pontoise tous deux, pour voir de quoi le monastère pouvoit avoir besoin, ayant soin de la maison comme de leur propre famille »49. En raison de l’incapacité de la prieure à comprendre la langue française, Mme Acarie se montra au début d’un grand secours en conseillant les novices50. Alors qu’Agnès de Jésus, appréciait beaucoup les lettres hebdomadaires et les visites de Marillac, plaçait en lui son « entière confiance », lui parlait « à cœur ouvert », et trouvait en lui un grand secours51. Anne de Saint-Barthélemy ne les accueilli pas de la même façon. Mme Acarie sortit alors « de sa reserve » initiale et, avec Marillac, prit un « rôle plus actif ». Anne de Saint-Barthélemy écrit de Marillac qu’« il allait dans les monastères à la manière d’un visiteur »52. « La Acarie et le Marillac » interrogeaient séparément chaque novice, en rendaient compte à la prieure, et lui donnaient sur chacune leurs propres appréciations. La prieure alla plus tard jusqu’à dire que Mme Acarie « nous fit la guerre ». Dans son Autobiographie, elle se plaint qu’« une femme et un homme, séculiers et mariés, gouvernaient plus le couvent que moi »53. La bonne mère croyait, à tort ou à raison, qu’ils suivaient les supérieurs de l’ordre, Bérulle, Duval et Jacques Gallemant. Obéir ainsi aux supérieurs, comme s’ils étaient l’autorité à suivre pour faire évoluer l’ordre, augmenta l’irritation de la prieure, car elle aimait mieux rester fidèle (comme elle le faisait en Espagne) aux constitutions originelles de sainte Thérèse d’Avila. Elle offrit toujours une forte résistance aux tentatives de changement54.

  • 55 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 132. Comme première prieure de Pontoise, Anne d (...)

23Malgré sa préférence pour la pieuse tranquillité de ce couvent provincial, Anne de Saint-Barthélemy fut rappelée, en moins de dix mois, au couvent de Paris comme deuxième prieure. Pour éviter que les sœurs et les habitants de Pontoise s’opposent à son départ, elle sortit furtivement du monastère au milieu de la nuit du 5 octobre 1605. Marillac s’empressa alors de venir à Pontoise pour « consoler les religieuses »55.

  • 56 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 134 ; Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel (...)
  • 57 Marillac arriva de bonne heure, la veille du dimanche des Rameaux, le 7 avril 1610, et passa la sem (...)
  • 58 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 386. (...)
  • 59 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 141.

24Marillac et Acarie continuèrent à soutenir le monastère. La première pierre du nouveau bâtiment fut posée le 20 mai 1607, et la plus grande partie de la construction fut achevée avant 1610, très largement grâce à leurs soins constants56. Tous deux vinrent de Paris pour assister à la consécration de l’église et pour l’entrée solennelle des religieuses dans le nouveau monastère57. De toute évidence, Mme Acarie « mit bon ordre à tout », et les Marillac, c’est-à-dire Michel et sa femme, offrirent le dîner servi en cette occasion58. Plus tard dans cette même année 1610, Marillac rassura la nouvelle prieure Agnès de Jésus, élue le 13 octobre : l’argent nécessaire sera trouvé malgré la situation difficile qu’elle doit affronter59.

  • 60 Citation complète : « Il eust desir et devotion d’avoir un sainct suaire semblable et figuré sur ce (...)

25Une nouvelle preuve de la sollicitude que Marillac accorde au monastère de Pontoise, est donnée par le don d’une copie du célèbre suaire de Turin. Lezeau écrit que Marillac l’a commandé auparavant en Italie, « afin [...] qu’il y fust conservé avec plus de reverence et devotion, et que les marques des playes causées par les espines, les cordes et les fouets qui y sont représentés sans nombre en touttes les parties du corps y fussent mieux considerées et estimées »60.

26Mariée à Pierre Acarie, Mme Acarie porta le désir d’entrer en religion plusieurs années. Après le décès de son époux, elle devint Carmélite le 7 avril 1614 sous le nom de Marie de l’Incarnation et partit pour le couvent établi à Amiens.

Le rôle de Michel de Marillac après le départ de Mme Acarie

  • 61 Sur son séjour à Pontoise, voir Lezeau, p. 105-106. Au début de son mariage, Mme Acarie fit une chu (...)
  • 62 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 583-85 (...)
  • 63 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 146 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie (...)

27En raison de l’état avancé de sa maladie, elle fut bientôt transférée du Carmel d’Amiens à celui de Pontoise, dans lequel elle mourut le 18 avril 161861. La fille de Marillac, Valence, devenue Marie du Saint-Sacrement, l’accompagna au couvent de Pontoise et y demeura le reste de sa vie, à peu près vingt-cinq ans. À son arrivée au Carmel de Pontoise le 7 décembre 1616, dans un carrosse fourni par Marillac, Marie de l’Incarnation fut consternée par l’extrême pauvreté et l’état du monastère. Deux jours après l’arrivée de son amie, Marillac avança encore quatre mille livres62. Cette somme fut affectée à la réparation des murs du cloître et, en février 1617, servit à jeter les fondations de l’infirmerie63.

  • 64 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)
  • 65 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de (...)

28Dans son témoignage au procès pour la béatification de Marie de l’Incarnation quelques années après sa mort, Marillac dit que, lors de son départ pour entrer en religion à Amiens, « Marie de l’Incarnation luy recommanda sur toutes choses la continuation de la charité, et que jamais la crainte de la dépense ne fut cause qu’il y manquast »64. Ainsi, le mauvais état du monastère trouvé par Marie de l’Incarnation l’embarrassa. La présence à Pontoise de Marie de l’Incarnation suscita immédiatement un accroissement des dons, dont les quatre mille livres des Marillac forment la moitié. Après la mort de son amie, Marillac augmenta encore son soutien financier au monastère de Pontoise. Et c’est lui qui fournit les vitres du cloître65.

  • 66 « la grille ouverte par la permission de la prieure », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1 (...)
  • 67 « Michel de Marillac et sœur Marie de l’Incarnation au parloir » est attribué à Pierre de Delestres (...)
  • 68 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)

29Entre février 1618 et sa mort deux mois plus tard, Marillac rendit visite plusieurs fois à Marie de l’Incarnation. Il fut l’un des rares laïcs qu’elle autorisa à venir. Pour lui, la prieure permit exceptionnellement que la grille du parloir soit ouverte66. Pendant la Semaine Sainte du 7 au 14 avril 1618, il fut présent lorsqu’elle fut frappée par l’apparition de la Madone, scène représentée dans un célèbre tableau qui se trouve toujours au parloir du couvent à Pontoise67. Lezeau écrit que Marie de l’Incarnation dit à Marillac « qu’elle voyoit la Vierge Marie avec son enfant, à costé de luy : Mon Dieu, dit-elle, qu’elle est belle ! Ne la voyez-vous pas ? Sur ces mots, il eust en pensée de tourner la teste, mais en cet instant il fust retenu, pensant qu’il ne falloit estre curieux en ces choses-là, et que si Dieu vouloit qu’il la vist, il n’auroit pas besoin de tourner la teste, de sorte qu’il ne bougea »68.

  • 69 « Sitost qu’il fut adverty de son deceds [de Marie de l’Incarnation] à Paris, où il estoit, il envo (...)
  • 70 La version de Lezeau est que Marillac refusa pour lui-même un don substantiel de la part de Marie d (...)

30Après la mort de Marie de l’Incarnation, les efforts de Marillac permirent que son masque mortuaire soit exécuté par Germain Jacquet69, et que son tombeau soit plus tard sculpté par l’italien Francesco Bordoni70. Provenant de ce tombeau, une des deux statues connues la représentant est encore visible dans la chapelle du couvent de Saint-Joseph. La seconde se trouvant au couvent de Créteil.

  • 71 À Pontoise, à Paris comme à d’autres endroits, Marillac sentit plusieurs fois sa présence, spéciale (...)
  • 72 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de (...)
  • 73 Ibid., p. 107.

31Sans doute à cause de la mort à Pontoise de Marie de l’Incarnation, Marillac prit un soin encore plus attentif à ce Carmel. Selon Lezeau, Pontoise est parmi les endroits dans lesquels il sentait « des odeurs très suaves », qui lui rappellent intensément son amie disparue71. Alors qu’il exerce des fonctions de plus en plus importantes au sein du gouvernement du Royaume de France, Marillac continua d’assister financièrement le monastère avec discrétion. Il n’utilisa jamais son influence pour lui-même ou pour les siens72. Pour la célébration de la canonisation de Thérèse d’Avila en 1622, c’est Marillac assisté d’André Duval qui sollicita l’archevêque de Rouen afin qu’il représente le pape pendant les cérémonies à Pontoise73.

  • 74 Ibid., p. 106.
  • 75 Les cœurs de son fils, de son frère et de sa seconde épouse furent déposés au carmel de Pontoise. L (...)
  • 76 « Et d’autant que le deffunct avoit autrefois promis aux Carmelites de Ponthoise de leur donner son (...)
  • 77 Cité dans Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 221.

32C’est à ce couvent-même que la famille entière de Marillac semble s’être réunie pour la dernière fois, en novembre 1620, moins d’un an avant la mort inopinée de René, le fils aîné (1588-1621), auprès de Montauban74. D’après Lezeau, Marillac avait autrefois promis que son cœur soit donné après sa mort au Carmel de Pontoise75, mais il changea d’avis pendant son séjour à Châteaudun (1630-1632). Sa belle-fille dut dédommager le couvent pour cette promesse non tenue, en envoyant à Pontoise une partie de ses entrailles76. Dans son testament du 19 mars 1631 (daté bien sûr de la fête de Saint-Joseph), Marillac écrivit d’ailleurs : « Je suis obligé à tout l’ordre des Carmelites pour la grande charité dont leurs monastères ont usé à mon endroit et pour les miens; je prie tous mes enfants, chacun en sa condition, de le servir en toutes les manières qu’ils pourront »77.

  • 78 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de (...)
  • 79 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de (...)

33À la fidélité de Marillac répond bien sûr celle des Carmélites à son égard. Lorsque les nouvelles de sa démission et de l’arrestation de son frère arrivèrent au monastère, « Le saint sacrement, disent Les Chroniques des Carmélites, fut exposé à l’oratoire pres six semaines [...] outre les autres devotions [...] pour flechir la divine misericorde78 ». Et seul, deux ans plus tard, le cardinal de Richelieu, ayant défendu au cortège funèbre d’entrer à Paris, s’opposera également, par ordonnance, à son entrée à Pontoise79.

  • 80 De plus, Marillac s’est également déplacé à Amiens afin d’aider à l’établissement du quatrième couv (...)

34Malgré les charges devenues de plus en plus absorbantes au cours de sa carrière, Marillac se déplaça à de nombreuses reprises de Paris à Pontoise, montrant ainsi l’ampleur de son dévouement au Carmel. Sur place, non seulement, il supervisa les travaux matériels effectués sur les terres et les constructions, mais il suivit également le cours des événements religieux quotidiens et exceptionnels et offrit tout simplement un soutien moral à toutes les religieuses80.

*
* *

  • 81 Ses capacités et son dévouement sont parfaitement illustrés dans la lettre que le père Guillaume Gi (...)
  • 82 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, trans (...)
  • 83 Donald A. Bailey, « Introduction », in Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des (...)

35En dépit de l’importance de l’assistance qu’il procura au couvent de Paris, Marillac ne fut qu’un laïc parmi d’autres à contribuer à l’établissement du Carmel81. En revanche, ses contributions à l’établissement du Carmel de Pontoise furent plus manifestes. Selon Lezeau, alors qu’un jour, une personne de piété affirmait que l’ordre des Carmélites avait bien de l'obligation envers Marillac, Marie de l’Incarnation avait riposté : « Et moy je crois qu'il a grande obligation à l'ordre d'estre parvenu [...] à une si grande perfection »82. Si Michel de Marillac reçut des Carmélites autant qu’il le leur a donné, sa générosité en argent, en temps et en énergie, sa prévoyance et son optimisme, son dévouement, sa piété, et sa présence constante lui ont gagné avec justesse le titre vénérable de « père du Carmel de Pontoise »83 et le témoignage de Lezeau en est le reflet.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Lefèvre de Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2007, 653 p.

2 Si les Histoires de l’ordre des Carmélites déchaussées parues aux xixe et xxe siècles décrivent Marillac comme un laïc ayant fait preuve d’une grande dévotion, l’article plus récent de René Pillorget, « L’Ordre des Carmes et la France du xiie siècle à 1787 », Bulletin de la Société historique de Compiègne, t. 34 (1995), p. 19-30, ne fait pas mention du rôle joué par Michel de Marillac dans l’établissement du Carmel de la réforme thérésienne introduite à Paris sous l’impulsion de Mme Acarie. Du reste, la postérité a plutôt retenu l’échec politique du garde des Sceaux face à Richelieu.

3 Dora De Lima dans son article, « La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée des sources utilisées par Nicolas Lefèvre de Lezeau dans la Vie de Marillac et la Vie de Morvillier », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 28 août 2015. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5009 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5009, n° 37.

4 Gilles Chazal (dir.), L’Art du xviie siècle dans les Carmels de France, catalogue d’exposition, musée du Petit Palais, Paris, Presses Artistiques, 1982, p. 23, 97.

5 Plusieurs sources anciennes datent de 1563 la naissance de Marillac, alors que d’autres tel Édouard Éverat la fixe à 1560. Donald Bailey a pour sa part démontré que Marillac était bien né en 1560 : Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p. 509.

6 Les trois religieux évoqués ici sont : ses oncles, Charles de Marillac (Riom, 1510-Melun, 2 ou 12 décembre 1560), abbé de Saint-Père-lès-Melun (?7 décembre 1547, où il fut enterré), évêque de Vannes (juin ou octobre 1550), archevêque et comte de Vienne (1556/57) ; Bertrand de Marillac (1506-mai 1573), Cordelier, abbé de l’abbaye bénédictine de Thiers, coadjuteur de Charles de Marillac à l’évêché de Vannes, évêque de Rennes (nommé le 27 décembre 1565) ; et sa tante, Louise de Marillac, moniale dominicaine à Poissy (a traduit les Psaumes pénitentiels en 1621). Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 9-44. Lezeau ne mentionne pas les plus jeunes descendants, notamment sainte Louise de Marillac, et le frère du garde des Sceaux, Pierre de Marillac, religieux qui a immigré à Genève et est devenu protestant.

Son père, Guillaume II de Marillac, seigneur de Ferrières (1500-1573) fut valet de chambre du roi en 1551, général des monnaies en 1553 ou 1557, maître des requêtes en 1555 et/ou maître des comptes à Paris (1555-janvier 1569), conseiller d’État et contrôleur général et intendant des finances en 1567 ou 1569.

7 Christian Jouhaud, Richelieu et l’écriture du pouvoir. Autour de la journée des Dupes, Paris, Gallimard, 2015, 341 p. 

8 Voir les récentes publications sur la vie et l’œuvre de Michel de Marillac : l’ouvrage de Caroline Maillet-Rao, La Pensée politique des dévots Mathieu de Morgues et Michel de Marillac. Une opposition au ministériat du cardinal de Richelieu, Paris, Honoré Champion, 2015, 405 p. et les articles du Grihl : Cécile  Soudan, « Introduction », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Faire une édition numérique savante et critique en TEI de manuscrits du xviie siècle, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 28 août 2015. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5411 ; Dora De Lima, « La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée des sources utilisées par Nicolas Lefèvre de Lezeau dans la Vie de Marillac et la Vie de Morvillier », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 28 août 2015. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5009 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5009 ; Nicolas Schapira, « Les lecteurs de La Vie de Michel de Marillac. Censure, témoignage, écriture au xviie siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], La Vie de Michel de Marillac et les expériences politiques du garde des Sceaux, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 28 août 2015. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5415 ; François-Xavier Petit, « Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau (1581-1680) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 28 août 2015. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4852 ; Anne-Valérie Solignat, « Les généalogies imaginaires des Marillac ou comment faire des siens des gentilshommes de noblesse immémoriale », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 28 août 2015. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4838.

9 Pour une définition du cercle/parti dévot, consulter : Caroline Maillet-Rao, La Pensée politique des dévots Mathieu de Morgues et Michel de Marillac. Une opposition au ministériat du cardinal de Richelieu, op. cit, p. 39-46.

10 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 96-99.

11 Lezeau rapporte que de 1602 à 1614, date où elle entra au Carmel, Marillac et Mme Acarie partagèrent « une conversation si frequente et ordinaire que, pendant ces années-là, compensant un temps avec l'autre, il n'a point passé de deux jours l'un sans avoir esté plus d'une heure et demie avec elle », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 92. Voir aussi J.-B.-A. Boucher, Histoire de la bienheureuse Marie de l’Incarnation dite dans le monde Madame Acarie, Nouvelle édition, Paris, Jacques Legoffre, 1854, I, p. 214 : « La Bienheureuse le rencontrait quelquefois à l’église ou en différentes maisons, et croyait voir en lui de la disposition à acquérir une vertu sublime ».

12 Jean-Baptiste Eriau, L’ancien Carmel du Faubourg Saint-Jacques (1604-1792), Paris, J. de Gigord & A. Picard, 1929, p. 464.

13 « […] et cela continuellement, sans interruption, en sorte qu'il les voyoit, ou sembloient proches de luy ou dans le mesme lieu auquel il estoit », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 411.

14 J.-B.-A. Boucher, Histoire de la bienheureuse Marie de l’Incarnation dite dans le monde Madame Acarie, op. cit., I, p. 222.

15 Les Carmélites de le descendance de Marillac sont : sa fille, Valence de Marillac (1599-1642), Carmélite, Pontoise, Marie du Saint-Sacrement ; ses petites-filles, Adrienne de Marillac, décédée le 9 décembre 1639 à 27 ans, entrée au couvent à l’âge de 13 ans, Carmélite, Notre-Dame-des-Champs, Paris, Marie de Saint-Michel ; Marie de Marillac, décédée le jour des Rameaux 1665, à l’âge de 49 ans, entrée au couvent à l’âge de 14 ans, juste avant la mort de son grand-père, Carmélite, Pontoise, Marie-Madeleine de l’Incarnation ; Marguerite de Marillac, décédée en 1667, Carmélite, Notre-Dame-des-Champs, Paris, Marguerite-Thérèse de Jésus ; et son arrière-petite-fille, Marie-Gabrielle de Marillac, Carmélite, Paris, dans le second couvent, rue Chapon. Sa belle-fille est aussi devenue Carmélite, Marie de Creil décédée le 16 juillet 1667, à l’âge de 75 ans, entrée dans le second Carmel de Paris le 25 décembre 1640, Marie-Gabrielle de la Nativité ; comme l’une de ses nièces, Henriette Doni, Angélique de Jésus, Carmélite au second couvent de Paris, fille de Valence de Marillac, décédée en 1617 et de Octavien Doni, décédé en 1614, seigneur d’Attichy, surintendant des finances de Marie de Médicis en 1588.

16 Octavien de Marillac (1597-1631) prit en religion le nom de son père Michel, et fut nommé à l’évêché de Saint-Malo juste avant sa mort.

17 Caroline Maillet-Rao, « La réforme de la justice sous le garde des Sceaux Michel de Marillac (1626-1630) », dans Marie Houllemare et Diane Roussel (dir.), Les Justices locales et les justiciables. La proximité judiciaire en France du Moyen-Âge à l’époque moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 229-238 ; Idem, La Pensée politique des dévots Mathieu de Morgues et Michel de Marillac. Une opposition au ministériat du cardinal de Richelieu, op. cit., p. 226-238.

18 IV livres de l’Imitation de Jesus Christ que d’aucuns attribuent à Gessen, d’autres à Gerson, et d’autres encore à Thomas à Kempis ; traduits en françois du latin de l’autheur pris sur le manuscrit original, et corrigez de plusieurs fautes des éditions précédentes, M.P.P. [Paris: Rollin Thierry, 1621.] In-12o; 569-[3] p. Il a également traduit les Psaumes en français : Les CL Pseaumes de David et les X Cantiques, inserés en l’office de l’Eglise. Traduits en vers françois par Michel de Marillac, Conseiller du Roy en son conseil d’Estat et Surintendant des finances. Paris : Edme Martin, M.DC.XXV. Deux éditions légèrement différentes furent publiées à cinq ans d’intervalle, l’une en 1625 et l’autre en 1630. Sur L’Imitation, voir Martine Delaveau et Yann Sordet (dir.), Édition et diffusion de « l'Imitation de Jésus-Christ », 1470-1800, [Paris] : Bibliothèque nationale de France : Bibliothèque Mazarine : Bibliothèque Sainte-Geneviève, 2011, 514 p. De plus, Marillac écrivit deux travaux substantiels de théologie et d’histoire, respectivement : Examen du livre intitulé : « Remonstrance et conclusions des gens du Roi, et arrêt de la cour de Parlement du vingt-sixième novembre 1610 », attribué faussement à M. Servin, conseiller du Roi en son conseil, et avocat en la cour de Parlement de Paris, comme ayant été faite en ladite cour sur le livre du cardinal Bellarmin, pour montrer les ignorances, impertinences, faussetés et prévarications qui se trouvent presque en touttes les pages (1611) et De l’érection et institution de l’Ordre des Religieuses de Nostre-Dame du Mont-Carmel ; selon la Réformation de saincte Térèse en France : des troubles & differends excitez en cét Ordre: & du jugement rendu par nostre sainct Père le Pape sur iceux. A Messeigneurs les illustrissimes & reverendissimes Cardinaux de La Rochefoucauld & de Retz. Par messire Michel de Marillac, conseiller du Roy en son Conseil d’Estat, Paris, Edme Martin, 1622.

19 Parce que Thérèse d’Avila avait une dévotion profonde pour Saint Joseph, jusqu’à donner le nom du saint au couvent d’Avila, ce fut une grande déception pour le cercle de Mme Acarie quand le premier couvent situé à Paris ne se vit pas attribué ce nom. Bérulle décida plutôt de le consacrer « au mystère de l’Incarnation, le plus tendre objet de son occupation intérieure », Chroniques de l’Ordre des Carmélites de la Réforme de Sainte-Thérèse depuis leur introduction en France, Troyes, Imprimerie d’Anner-André, 1846, II. p. 121. La fondation du Carmel Saint-Joseph de Pontoise offrit au cercle la possibilité de surmonter cette déception. Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, tome I (1605-1792), Paris, Desclée de Brouwer, 1994, p. 53.

20 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 4-20.

21 Selon les Chroniques, Mme Acarie en entreprit peu après sa publication en français, I, p. 21. Marillac, pour sa part, aurait trouvé l’autobiographie « au commencement de l’été 1602 », Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 27. Lezeau écrit : « [...] sur la fin de l'esté de l'année 1602, monsieur de Marillac ayant trouvé, comme par cas fortuit chez un libraire à Paris, Le Livre et la vie de la bienheureuse mere Therese, [...] nouvellement tourné en françois », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 87.

22 Mme Acarie regretta toute sa vie sa première réaction de dégoût à l’égard des expériences spirituelles de sainte Thérèse. Cette réaction peut partiellement s’expliquer par la transformation de l’expression de la piété en France après des décennies de rivalités avec les calvinistes. Le chanoine Henri Peltier souligne que la piété espagnole, spécialement envers les statues et les images, semblaient quelque peu enfantine aux français, qui furent inconsciemment influencés par l’iconoclasme des huguenots. Histoire du Carmel ; la vigne du Carmel, Paris, Seuil, 1958, p. 182. Pour Marillac, voir Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 87-89.

23 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 21.

24 Docteur en théologie à la Sorbonne.

25 Stéphane-Marie Morgain, Pierre de Bérulle et les Carmélites de France, Paris, Cerf, 1995, 590 p. 

26 Docteur en théologie à la Sorbonne, il fut aussi l’auteur de la première biographie de Mme Acarie.

27 Pierre de Bérulle (1575-1629), André Duval (1564-1638) et Jacques Gallemant (1559-1631) furent les premiers supérieurs des Carmélites réformées, de 1604 à 1629.

28 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 27. Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 91, fait référence à une veuve qui les auraient présentés l’un à l’autre, certainement la cousine de Barbe Acarie, Madeleine Luillier (Mme de Sainte-Beuve).

29 Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 94. Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, Paris, Desclée de Brouwer, 1942, p. 280. Il est à noter que les références tirées de l’ouvrage de Fr. Bruno de Jésus-Marie n’ont pas le caractère scientifique d’un ouvrage universitaire puisqu’il est avant tout un hagiographe.

30 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 33.

31 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 95-100.

32 Ibid., p. 100.

33 En raison de l’emplacement du prieuré, on fit souvent référence à ce couvent comme celui de « Notre-Dame-des-Champs » ou même comme celui du « Faubourg Saint-Jacques ».

34 Il y eut trois raisons principales qui motivèrent la fondation du second Carmel réformé à Pontoise : sa proximité de Paris, la piété renommée de ses habitants et l’offre par André Duval de son propre terrain pour y bâtir une maison.

35 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., p. 39.

36 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 100-101 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 356-357 ; Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 394, et II, p. 123.

37 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 355. En novembre de l’année précédente (1604), quand le projet de bâtir un second couvent démarra sérieusement, Mme Acarie approcha Mme de Bréauté lui demandant 10,000 livres comme premier apport financier (Bruno, 355). Cette membre de la première heure du très pieux cercle de Mme Acarie devint novice carmélite à Paris le 8 décembre 1604 et apporta une dot considérable qui fut employée pour la fondation du Carmel de Pontoise, Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 337. Comme son beau-frère, M. d’Alincourt, était gouverneur de Pontoise, les progrès avancèrent plus rapidement grâce à son appui. Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 355.

38 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, p. 122 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 584 (« ... que cette fondation se fasse ? »).

39 La citation de Lezeau commence ainsi : « Les Carmelites s'estoient establies pauvrement à Ponthoise, en une petite maison sur le penchant de laditte ville, bien incommodées parce que le nombre estoit creu depuis leur introduction. On avoit acheté une place au bas de la ville, où il y avoit plus d'estandue et place unie, et l'on pressoit fort d'y faire bastir. Mais il n'y avoit pas un teston ni le premier denier pour commencer. Cette damoiselle et luy parlerent ensemblement de cette affaire. Elle luy tesmoigna desirer que l'on entreprist le bastiment, et luy, reconnoissant par ses parolles que [...] », Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p. 100-101.

40 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 50, citant l’Histoire des Carmelites de Pontoise, en deux volumes, manuscrits restés inédits.

41 Ce « procureur » était un certain M. Langlois; la dernière propriété ne fut pas acquise avant le 19 mars 1607, Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, p. 132-33; Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., p. 52-53, citant Histoire ... de Pontoise, I, p. 172, 181. Une pieuse veuve, Mme Jean Cornu, sachant depuis longtemps, selon une révélation, qu’une église serait un jour construite dans son jardin offrit sa propriété pour y fonder le monastère. Anne de Jésus (prieure de Notre-Dame-des-Champs à Paris) se rendit à la cérémonie du 15 septembre 1605 célébrant la fondation du couvent sur ce site. Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 134.

42 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, en relève deux exemples, p. 119.

43 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 59, citant Histoire ... de Pontoise, I, p. 229-231. Pour les autres contributions mentionnées, voir Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 50-54, 83, 107, citant ici Histoire ... de Pontoise, I, p. 323.

44 Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit,, p. 100.

45 Sainte Thérèse accordait de l’importance à sa loyauté et son bon sens. Elle lui demanda souvent de l’accompagner quand elle allait visiter les autres monastères. Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, 353, 367 & 375.

46 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 355-56; et Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 390.

47 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 125-126, 376 et 392. Il fallut appeler le Père Pierre Coton, S.J., afin de la persuader.

48 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, 392.

49 Lettres de la Bienheureuse Mère Anne de Saint-Barthélemy [Archives du Carmel de Clamart], cité par Bruno (359-60, plus note  1).

50 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 354, 377.

51 Agnès de Jésus (Des Lions de Theuville, 1580-1632). Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, p. 142 et Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., p. 59-60, citant Histoire ... de Pontoise, I, p. 229-231.

52 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 377.

53 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 379-80 ; voir aussi la dernière citation dans I, 75-76. En fait, chacun visitait le couvent « à la manière des visiteurs ».

54 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 369, 377-79. Anne de Saint-Barthélemy vint pour être la prieure fondatrice du Carmel de Tours en 1608, et plus tard, elle se rendit aux Pays-Bas espagnols, ou elle mourut. Elle fut béatifiée en 1917 (Chroniques, I, 395 ; Bruno, 383 ; et A.R. Salmon-Malebranche, Madame Acarie (1987), consulté par Donald Bailey le 16 janvier 2004 à l’adresse suivante : <http://www.carmel.asso.fr/famille/moniale/pontoise/95300.shtml>).

55 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 132. Comme première prieure de Pontoise, Anne de Saint-Barthélemy exerça en fait « un jugement parfait » ; les Chroniques néanmoins rapportent qu’elle était « un peu timide dans le gouvernement », ce qui s’explique par le fait qu’elle avait l’habitude de vivre dans une « obéissance aveugle » ; une « extrème simplicité ». S’ajoute à cela « sa profonde humilité et son éducation champêtre ». (I, 127-128).

56 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 134 ; Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit.,, I, p. 53 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 385.

57 Marillac arriva de bonne heure, la veille du dimanche des Rameaux, le 7 avril 1610, et passa la semaine à surveiller les derniers préparatifs. La cérémonie elle-même se déroula le mardi 16 avril. Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 137-138.

58 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 386. Les Chroniques relatent que « Mme de Marillac » (i.e., la seconde épouse, Marie de Saint-Germain, veuve de Jean Amelot) paya le dîner. Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 139, donc « les Marillac », dans Bruno, désigne le couple, plutôt que Michel de Marillac et l’un de ses frères, par exemple le maréchal, Louis de Marillac, qui s’impliqua dans les nombreuses œuvres charitables des Marillac. Mme de Marillac continua de pourvoir annuellement « tant en blé qu’en vin ».

59 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 141.

60 Citation complète : « Il eust desir et devotion d’avoir un sainct suaire semblable et figuré sur celuy de Thurin, et fit qu’il l’obtint par le moyen du reverend pere Dom Sans, general des Feuillans, qui le luy apporta à son retour d’Italie. Et peu de temps aprez, il en fit don au convent des Carmelites de Ponthoise, afin [...] qu’il y fust conservé avec plus de reverence et devotion, et que les marques des playes causées par les espines, les cordes et les fouets qui y sont representés sans nombre en touttes les parties du corps y fussent mieux considerées et estimées », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p.184.

61 Sur son séjour à Pontoise, voir Lezeau, p. 105-106. Au début de son mariage, Mme Acarie fit une chute de cheval dont elle ne se remit jamais complètement et qui la fit souffrir toute sa vie. Elle boitait légèrement et paraissait fragile de manière générale. Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 174-75.

Sur son entrée au Carmel et son séjour à Amiens, voir Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 102-106 ; et Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., 497. Marillac visita Marie de l’Incarnation à Amiens, et il se réjouit de son transfert à Pontoise qui la rapprochait de lui. « Il [...] ne se peut dire la joye qu’il eust de l’avoir plus proche, qui fust aussy pour elle une grande consolation », Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p. 103-106. Marillac fut « l’exécuteur testamentaire de cette mort au Monde », Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p. 102-104.

62 Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 583-85. Il cite les « Témoins au Procès de Marie du Saint-Sacrement (de Saint Leu) », édités par Charles Labitte, Paris, Charpentier, 1848. Quelques jours seulement après son transfert Pontoise, elle fit faire à Marillac une visite du site, en lui montrant tout ce qui devait être fait. Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 485; et Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., p. 79, citant Histoire ... de Pontoise, I, p. 247-248.

63 Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 146 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 587. La santé précaire de Marie de l’Incarnation explique la décision de faire construire une infirmerie.

64 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 103-104 ; et Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 585, note.

65 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de Pontoise, I, p. 253-254 ; Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., II, 142. Presque toutes les études évoquent un soutien financier général. Seul Mellot spécifie les fenêtres.

66 « la grille ouverte par la permission de la prieure », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 39). Voir aussi Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de Pontoise, I, p. 83 ; Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie : Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 696.

67 « Michel de Marillac et sœur Marie de l’Incarnation au parloir » est attribué à Pierre de Delestres, École Française, xviie siècle.

68 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 106. Cette apparition eut lieu 8 à 9 jours avant la mort de la bienheureuse. Voir aussi Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 696-98.

69 « Sitost qu’il fut adverty de son deceds [de Marie de l’Incarnation] à Paris, où il estoit, il envoya un sculpteur nommé Grenoble [Germain Jacquet, dit Grenoble {le jeune}, 1574-1638] à Ponthoise, en dilligence, pour prendre le moulle de son visage », Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 106-107. Germain Jacquet était sculpteur de la maison du roi.

70 La version de Lezeau est que Marillac refusa pour lui-même un don substantiel de la part de Marie de Médicis, mais l’inclina plutôt à ériger un tombeau en marbre pour Marie de l’Incarnation à Pontoise ; Louis XIII fournit le marbre. Marillac s’assura que l’inscription sur le tombeau reconnut la participation de la Reine mère, sans que son propre nom à lui ne soit mentionné. Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 120-122. J.-B.-A. Boucher modifie quelque peu ce récit en soulignant que le roi et la reine mère, ensemble, firent don du tombeau « pour le récompenser d’un service important qu’il avait rendu à l’État ». Boucher, Vie de la bienheureuse Marie de l’Incarnation dite dans le monde Mademoiselle Acarie, op. cit., p. 456.

À propos du tombeau lui-même, voir Pierre Chaleix, « Madame Acarie fondatrice des Carmélites réformées de France. Son tombeau à Pontoise par Francesco Bordoni », Mémoires de la société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, tome LXVI, 1976, p. 62-76, surtout Figs. 1 & 3, p. 67, p. 70 et 72. L’article de Chaleix ne mentionne pas que le patronage de Marie de Médicis provint du désintéressement de Marillac, mais corrige l’information procurée par Bruno (p. xiii-xiv, note 1) qui attribue tout à Jacquet.

71 À Pontoise, à Paris comme à d’autres endroits, Marillac sentit plusieurs fois sa présence, spécialement alors qu’il priait, à travers une odeur suave qui la lui rappelait. Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p. 107-108. « Incontinent aprez son decès, il sentit, comme plusieurs autres à Paris, Ponthoise et ailleurs, des odeurs tres suaves à diverses fois, lesquelles luy porterent aussytost en l’esprit la souvenance de cette bonne ame que la suavité à l’odorat, et luy sembloit avoir asseurance en l’esprit que c’estoit soeur Marie de l’Incarnation ».

72 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de Pontoise, I, p. 106.

73 Ibid., p. 107.

74 Ibid., p. 106.

75 Les cœurs de son fils, de son frère et de sa seconde épouse furent déposés au carmel de Pontoise. Lezeau : pour Marie de Saint-Germain, 15vo ; pour René de Marillac, 166 ; pour le maréchal Louis de Marillac, 327. À leurs côtés, le corps de Marillac reposa dans la chapelle du Carmel principal de Paris jusqu’à la Révolution française. Son cœur fut déposé dans le second couvent de Paris (rue Chapon), tandis qu’une autre partie de ses entrailles fut conservée par les Récollets à Châteaudun. Lezeau, 354-354vo. Voir aussi Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de Pontoise, I, p. 116, note 28. Une Histoire du Château de Châteaudun souligne qu’en 1792, les Récollets de Châteaudun possédaient encore « une boîte renfermant le cœur du malheureux de Marillac » p. 143.

Les Marillacs furent enterrés dans la « cinquième [chapelle], dite tantôt de Saint-Joseph, tantôt de Sainte-Thérèse » dans le Carmel de l’Incarnation. Cf. Paul et Marie-Louise BiverAbbayes, monastères et couvents de Paris, Paris, Éditions d'histoire et d'art (Nouvelles éditions latines), 1970, p. 265. L’épitaphe sur la tombe de Marillac n’est, curieusement, pas reproduite dans la Vie de Lezeau, mais se trouve dans les Chroniques, I, 221-222.

76 « Et d’autant que le deffunct avoit autrefois promis aux Carmelites de Ponthoise de leur donner son coeur à ensepulturer, ce qui avoit esté par luy changé, cette dame [sa belle-fille, Marie de Creil] pour aucunement adoucir leur plainte et leur regret trouva à propos qu’elles eussent le surplus et la plus grande partie de sesdittes entrailles qu’elle leur envoya », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 418-419.

77 Cité dans Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, p. 221.

78 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de Pontoise, I, p. 114 (citant Histoire ... de Pontoise, I, p.321 bis).

79 Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 83, citant l’Histoire ... de Pontoise, I, p. 116, citant Edouard Everat, Michel de Marillac, sa vie, ses œuvres: Étude historique, juridique et littéraire, Riom, Ulysse Jouvet, 1894, p. 181-184. Quelque peu avant, Richelieu acquit « le domaine »de Pontoise. Ironiquement, parce qu’il en était le propriétaire, Richelieu incarcéra quelques mois le maréchal Louis de Marillac à Pontoise, tout en sachant que la défunte épouse du maréchal était morte au couvent. Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, op. cit., I, p. 117 et Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit, p. 419.

80 De plus, Marillac s’est également déplacé à Amiens afin d’aider à l’établissement du quatrième couvent réformé de France (fondé officiellement le 19 may 1606), Fr. Bruno de Jésus-Marie, La belle Acarie: Bienheureuse Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 573, note 1, citant Témoins au Procès pour la béatification de Mme. Acarie ; Marillac indique qu’Amiens fut établi sur « l’ordre » de Mme Acarie. « Monsieur de Marillac alla en la ville d’Amiens voir les places propres à bastir, // faire les desseins du monastere et arrester les marchez. Le seul advis de cette damoiselle [Mme Acarie] suffisoit pour luy donner asseurance à l’engager à tout, et à acheter et entreprendre. Et [il] disoit que, quand il eust veu l’argent en un coffre, il y eust eu moins de repos qu’en sa parole », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 98-100.

81 Ses capacités et son dévouement sont parfaitement illustrés dans la lettre que le père Guillaume Gibieuf, écrivit à Lezeau en 1643 : « Premierement, un esprit capable de tout, non seulement des grandes affaires, mais encores des petites, non seulement des sciences et des belles-lettres, mais aussy des arts mechaniques, de la peinture, de l'architecture, de la massonnerie, charpenterie, et aultres. Mais ce qui m'a toujours rendu cette grande capacité plus recommandable est que je l'ay veue remplye de charité et de zele et qu’estant naturellement capable de tout, par une grande estendue d'esprit, la charité et le desir de servir le public et particulierement d'ayder aux oeuvres de pieté, aux maisons religieuses et aux hospitaux et lieux de refuge, la faict appliquer à tout. C'estoit là ses divertissemens et ses recreations et, au lieu de passer son temps en quelques sortes de jeux convenables à sa condition pour se delasser des affaires, il apprenoit toutes ces choses qu'il voyoit utiles au service de Dieu et en traictoit avec les experts et maistres ouvriers, et les personnes, qui avoient quelque cognoissance de sa haute vertu et de ses intentions, ressentoient une consolation et joye indicible voyans une personne de sa qualité que sa charité rendoit humble, apprentif de ces artisans. Car il ne se desdaignoit de rien et se rendoit gayement à tout pour gaigner tout à Jesus-Christ », Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, op. cit., p. 432-434. La majorité de cette lettre est citée dans les Chroniques de l’Ordre des Carmélites, op. cit., I, 206-07, ou elle est datée de 1640.

82 Lezeau, La Vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. 101.

83 Donald A. Bailey, « Introduction », in Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632). Garde des Sceaux de France sous Louis XIII, transcribed et edited by Donald A. Bailey, op. cit., p. L.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Donald A. Bailey et Caroline Maillet-Rao, « Michel de Marillac et le Carmel de Pontoise », Les Dossiers du Grihl [En ligne], La Vie de Michel de Marillac et les expériences politiques du garde des sceaux, , mis en ligne le 16 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7216

Haut de page

Auteurs

Donald A. Bailey

Professeur émérite, University of Winnipeg
Décédé le 8 septembre 2015

Caroline Maillet-Rao

Professeure associée au Campus Saint-Jean, University of Alberta
Doctorante en théologie, Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals