Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Bernard Bray, « Premier lecteur, premier admirateur, le cousin Rabutin », Revue d’histoire littérai (...)

1Paradoxal Bussy-Rabutin ! Son Histoire amoureuse des Gaules bénéficie de rééditions régulières ; les historiens ne se lassent pas de citer ses Mémoires, à la fois précis et élégants ; il a enfin associé son nom à la marquise de Sévigné1 dont il reste le correspondant le plus important, et ses propres lettres soigneusement rassemblées par Ludovic Lalanne, représentent l’un des sommets de l’art épistolaire. Un seul de ces livres aurait suffi à sa gloire, et pourtant Roger de Rabutin, comte de Bussy reste mal connu. Un petit auteur du Grand Siècle ? Non assurément : trop glorieux pour disparaître derrière ses œuvres, le gentilhomme bourguignon souffre d’abord de sa forte personnalité. Son entêtement à dire « je » en plein siècle de Louis XIV, sa sempiternelle quête des grâces royales en dépit d’un refus obstiné de battre sincèrement sa coulpe, ont contribué à sa légende noire aussi sûrement que le scandale qui a accompagné le succès de son roman.

  • 2 Sur la diversité de cette œuvre, voir Christophe Blanquie, « L’œuvre en mouvement », Horizons litté (...)
  • 3 E. Meaume, « Boileau et Bussy-Rabutin », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1877, p. 151 (...)
  • 4 Elle a signé l’épître dédicatoire des éditions françaises. Celle de Bussy (Bruxelles, François Fopp (...)
  • 5 Le manuscrit a réapparu en 2015 dans une vente publique. Il compte 132 folios copiés de la main du (...)

2Difficile de nier l’importance de l’œuvre de Bussy2. Tout aussi difficile d’en donner un état satisfaisant. Il n’est que de songer qu’il n’a cessé d’accuser Mme de La Baume, à laquelle il avait confié le manuscrit de l’Histoire amoureuse, d’y avoir inséré les passages qui ont suscité la colère de la famille royale. Autre texte scandaleux, la Carte du pays de Braquerie à laquelle le prince de Conti a collaboré, est-elle véritablement de lui ? Scandaleux, également, le fameux Livre d’heures, recueil manuscrit de portraits de cocus, dont Boileau nous aurait gardé le souvenir3. Quant à l’Abrégé de la vie de bienheureuse Jeanne de Chantal dont il avait signé l’épître dédicatoire, on l’attribue le plus souvent à sa fille, Louise-Françoise4. Et si l’on prend les textes canoniques, l’on n’a jamais possédé une édition complète de ses Mémoires, l’un des volumes manuscrits ayant disparu parmi les papiers d’un éditeur distrait5.

3Heureusement, nous conservons la Correspondance, peut-être la part la plus célébrée de son œuvre ! Voire…

  • 6 Bussy-Rabutin, Histoire généalogique de la maison de Rabutin, Henri Beaune édit., Dijon, Rabuton, 1 (...)

4Nous disposons en effet de la remarquable édition de Lalanne. L’on ne saura jamais assez louer le grand érudit d’avoir rendu à Bussy sa place dans l’histoire littéraire. En 1857, il a donné les deux volumes des Mémoires complétés par l’Histoire amoureuse des Gaules et, dès 1858-1859, il a tenu la gageure de publier six volumes dans lesquels il a rassemblé quelque deux mille huit cents pièces de correspondance. Cette réussite a déterminé toute une série de travaux sur Bussy et d’éditions annexes telles que la curieuse Histoire généalogique de la maison de Rabutin parue en 18666 : en proposant la première édition scientifique de Bussy, Lalanne a puissamment contribué à l’arracher à la légende pour en faire un objet d’étude. Bien sûr, le thème et le style de l’Histoire amoureuse justifient encore des éditions pour collectionneurs, au moins autant attirés par les gravures suggestives que par le texte, mais, incontestablement, l’auteur a alors accédé à une nouvelle dignité.

  • 7 Émile Gérard-Gailly, Un académicien grand seigneur et libertin au xviie siècle, Bussy-Rabutin, sa v (...)
  • 8 Jean Orieux, Bussy-Rabutin, le libertin galant homme, Flammarion, 1958 ; François-Antoine Mertens, (...)

5Cependant, les fastes de cette littérature à la première personne ont longtemps continué à détourner les vrais biographes. Bussy a d’abord fait l’objet de communications et d’articles, point de biographie en forme. Ce n’est qu’au tournant du xxe siècle, que Gérard-Gailly lui consacre sa première grande biographie7. Il a fallu attendre un demi-siècle pour qu’il ait de nouveau les honneurs d’une étude de qualité. Encore la brillante Vie de Jean Orieux, dont la première édition date de 1958, sera-t-elle un peu remisée au profit du Bussy-Rabutin bien informé de Jacqueline Duchêne, qui continue à faire référence, bien que de nouveaux biographes, tel Daniel-Henri Vincent, aient mis en lumière d’autres aspects de cette personnalité complexe8.

  • 9 Sur les lettres, l’étude de référence est celle de C. Rouben, Bussy-Rabutin épistolier, Paris, Nize (...)
  • 10 Cf. Christophe Blanquie, « Bussy au carrefour des genres autobiographiques » Actes de la rencontre (...)

6Pas de biographie pendant longtemps, mais des images, des représentations qui guident encore notre lecture des œuvres. Cela vaut tout particulièrement pour la forme dans laquelle l’homme se met le plus en scène, les lettres9. Qui lit-on ? L’homme pris dans son intimité – mais alors, que viennent faire les nombreuses lettres au roi ? L’ami, attentif à maintenir les liens avec sa société parisienne – pourquoi donc trouver ici tous ces correspondants provinciaux dont seul Bussy nous conserve le nom ? L’exilé, désireux de conjurer l’éloignement par une longue déploration ? Ou bien l’écrivain à l’œuvre ? La double nature sociale et littéraire de la correspondance entretient nécessairement l’ambiguïté. Nous parlons en effet d’un auteur qui se flatte de son statut de grand seigneur et qui n’hésite pas marquer avec brutalité toute la différence qu’il y a de lui à un écrivain qu’il peut faire bastonner si ses écrits lui manquent de respect. Quoique particulièrement attaché à construire sa prééminence dans les milieux littéraires, Bussy n’abdique jamais son identité sociale, elle est même constitutive de son écriture10. Précisément, quel projet littéraire a-t-il poursuivi en constituant les volumineux recueils de correspondance dans lesquels Lalanne a puisé les plus précieux éléments de son édition ?

L’œuvre démembrée

  • 11 Suivant la formule que sa fille fait graver sur sa plaque funéraire.

7Quand l’histoire littéraire se plaît à classer les œuvres par genres, un Bussy recherche « une façon d’écrire inconnue avant lui »11 en se jouant des catégories afin de mieux surprendre ses lecteurs. Aussi les lettres rythment-elles son roman comme ses Mémoires. Mais l’histoire a pris sa revanche, et la littérarité de l’œuvre est devenue Correspondance.

Apologies

  • 12 Bussy à Mme de Sévigné, Chaseu le 23 février 1671, Mme de Sévigné, Correspondance, Roger Duchêne éd (...)
  • 13 Bussy à Mme de Sévigné, Autun le 28 décembre 1680, Mme de Sévigné, op. cit., t. III, p. 58.

8Bussy a amorcé la rédaction de ses Mémoires à la Bastille, en 1665-1666, afin de se justifier et de ressaisir sa vie. Son propos était de rappeler ou d’apprendre au roi tous les services qu’il lui avait rendus ; d’une manière significative, il a rédigé simultanément une première version de l’Histoire du roi. Il a repris son autobiographie après deux ans d’exil, vers 1668. Le projet n’a pas varié : « … en l’amusant, je lui apprendrai à n’en pouvoir douter, ce que j’ai fait pour son service, et c’est là mon principal dessein »12. Le roi ne le rappelant pas, il a commencé à écrire la vie de son père, puis celle de ses ancêtres. Les années passant, il a mis en scène sa disgrâce en poursuivant l’histoire du roi, cette fois à partir des lettres qu’il recevait et des réponses qu’il y apportait. Et il nomma cet ouvrage : Suite des Mémoires. Comme l’indique son titre, ce manuscrit constitue non pas une correspondance, mais des Mémoires : c’est le mot que Bussy utilise en décembre 1680 pour annoncer à Mme de Sévigné que Louis XIV va prendre connaissance de leurs lettres de 1676 à 167513. Les détails qu’il n’a pas manqué de fournir nous assurent que les volumes conservés de la Suite traduisent très bien son projet :

  • 14 Bussy au roi, Chaseu le 30 avril 1679, « Lettres au roi », Christophe Blanquie édit., in Bussy-Rabu (...)

[…] j’écris des mémoires de ma vie, dans lesquels je parle de ce que j’ai vu de Votre Majesté jusques à mon exil, et depuis recevant de toutes parts des lettres de mes amis dont les nouvelles les plus considérables sont les actions de Votre Majesté dans sa cour et ses armées, je leur réponds deux mots sur cette matière, qui étant non seulement véritables, mais qui ayant encore un grand air de vérité, rendront à jamais la gloire de Votre Majesté indubitable.14

  • 15 « …je vous feray voir les reflections que j’ay faittes pendant sept ans d’exil sur toutes les nouve (...)
  • 16 Roger Duchêne édit., t. I, p. 929.

9Les lettres forment le cœur d’un recueil à la composition savante15. Bussy y inclut des transitions, des commentaires parfois plus longs que certaines lettres. Il juge, montre, « amuse ». Certaines lettres auraient pu être composées après coup ; Roger Duchêne n’excluait pas qu’il en soit ainsi de telle ou telle lettre à Mme de Sévigné : « il est fort possible aussi que Bussy n’ait effectivement pas répondu, et qu’il ait rédigé cette lettre seulement en préparant le manuscrit de sa correspondance avec Mme de Sévigné ; le récit de la lettre 82 [du 29 juillet 1668] rend cette hypothèse vraisemblable »16.

  • 17 Anne Boiron, « ‘Assurément nos deux filles sont hors du pair’ : expression et construction de l’ami (...)

10Les manuscrits attestent la volonté de varier ; ils reproduisent parfois le protocole épistolaire, respectant par exemple les nombreux sauts de ligne entre l’adresse au roi et le corps de texte, ou encore reproduisant la signature de certains correspondants : Roquette signe Gabriel, év. d’Autun. Tantôt la formule de politesse est donnée en son entier, tantôt son absence est signalée par une esperluette ou une fermesse. Aucune présentation n’est systématique et l’accent est mis ici sur la logique épistolaire, la réponse venant immédiatement après la lettre, là sur la logique calendaire, les correspondants alternant au gré de la poste. Cette recherche dissimule les sources des échos qu’il éveille entre les lettres. C’est ainsi que Bussy et Mme de Sévigné dansent la même pavane sociale avant le mariage de leurs filles, mais que la répétition du schéma épistolaire disparaît derrière la multiplicité des intervenants17.

11Des Mémoires encore, mais une autre écriture. La césure est nette, délibérée. Elle est stylistique. De même qu’il prétendait « amuser » Louis XIV par ses Mémoires, de même, il espérait obtenir son rappel grâce à leur Suite, en laissant parler pour lui ceux avec lesquels il entretenait un commerce épistolaire.

  • 18 Jean-Michel Adam, « Les genres du discours épistolaire », in La lettre entre réel et fiction, Jürge (...)
  • 19 « Il y a un Bussy qui s’obstine à s’adresser au roi et un autre qui sait bien que son véritable int (...)

12Comme les Mémoires, leur Suite a fait l’objet d’un travail d’écriture très soutenu. L’on est en effet bien au-delà du « degré d’élaboration du genre épistolaire dans la société cultivée de l’époque »18. Aussi Bussy était-il très attaché au manuscrit commun de ces deux œuvres jumelles, dont il dressait des extraits pour le roi, et qu’il ne communiquait qu’à quelques privilégiés. Aucune de ses réalisations ultérieures ne le détourna de son grand projet biographique. C’est qu’il entendait en tirer un double bénéfice : convaincre le souverain de lui accorder sinon sa faveur, du moins quelque grâce ; en appeler par avance à la postérité19. Or ses héritiers firent un autre choix.

Un héritage littéraire

13Bussy meurt en 1693. Dès 1694, parut une version du Discours du comte de Bussy-Rabutin à ses enfants sur le bon usage des adversités et les divers événements de sa vie que lesdits enfants n’avaient pas jugée conforme à la gloire familiale. Afin d’entretenir (et de corriger) la réputation paternelle, ils entreprirent alors d’assurer l’édition de plusieurs des œuvres de Bussy, mais en s’attachant désormais à procurer des versions plus convenables. Les Mémoires, d’abord, virent le jour, en 1696, grâce aux conseils du Père Bouhours. Ce père jésuite veilla à l’impression des Lettres de messire Roger de Rabutin, comte de Bussy en 1697. Vint enfin, en 1699, l’Histoire en abrégé de Louis le Grand, quatorzième du nom, roi de France, par le comte de Bussy, adressée à ses enfants. Pas une seule de ces éditions n’était véritablement conforme aux intentions littéraires de leur auteur. Les Mémoires avaient été allégés de passages où le rabutinage s’accordait mal à l’esprit de la fin du règne de Louis XIV ; l’Histoire en abrégé de Louis le Grand n’était qu’un extrait retouché du Discours sur le bon usage des prospérités. Quant aux lettres, les manuscrits conservés portent les ratures consciencieuses du Père Bouhours, et la première édition brisa la composition de la Suite pour consacrer les deux premiers tomes aux échanges avec Mme de Sévigné…

14L’intérêt persistant pour l’auteur de l’Histoire amoureuse des Gaules a pourtant suscité des éditions plus complètes, puis un Supplément aux Mémoires et à la correspondance a paru à Dijon en 1746. Autant de publications pouvaient largement satisfaire une curiosité qui commença à décliner. L’œuvre ne demeurait pas moins voilée, presque sous le boisseau. Au vrai, l’essentiel de la biographie était connu : ne manquaient que quelques épisodes, quelques réflexions. Cela valut pour les Mémoires et pour la correspondance, car, les éditeurs, pour mieux faire apprécier à quel point Bussy maîtrisait le genre épistolaire, l’avait isolée du cours de la Suite des Mémoires. Dès cette époque, les manuscrits comprenant des Lettres de Bussy proposent un choix plus ou moins étendu de lettres ou d’extraits.

15En proposant à un large public des lettres ou des morceaux choisis, le procédé des héritiers de Bussy a contribué à maintenir vivace l’esprit du rabutinage, où une liberté maîtrisée d’écriture suscite le plaisir de la lecture. Aussi Lalanne ne pouvait-il guère que confirmer un choix conforté par les éditions successives des lettres de Mme de Sévigné, parmi lesquelles celles de son cousin.

16Voilà comment une œuvre authentique disparut derrière une Correspondance, élaborée par des éditeurs successifs.

  • 20 Bibl. nat. Fr., Ms Fr. 10334, f 35 v°.
  • 21 L’on trouve un exemple significatif de cette continuité en 1683, lorsque Bussy évoque l’opération q (...)

17Pour prix de la reconnaissance de son talent épistolaire, Bussy a donc subi le démembrement de la Suite des Mémoires, et l’oubli d’une large part des pièces, traductions ou poésies, qui enrichissaient son commerce épistolaire et qui formaient le riche arrière-plan de son autoportrait – une lettre à Mme de Senneville n’est mentionnée que pour expliquer que la correspondante réagit à un couplet que le galant lui avait adressé20. Ce désœuvrement de l’épistolier a déséquilibré son écriture à la première personne, puisque les Mémoires ont perdu leur Suite21, ce qui a en outre occulté la visée historique de son témoignage. Telle a été la rançon de la gloire ambiguë du romancier de l’Histoire amoureuse des Gaules.

  • 22 Christophe Blanquie, Marie Chaufour et Myriam Tsimbidy, Le Château de Bussy-Rabutin. Histoires, por (...)

18La perte est peut-être plus profonde. Car la correspondance restituée ne livre plus l’autoportrait que Bussy avait désiré. Certes, il s’était peint au milieu d’un groupe, mais afin de se présenter sous son meilleur jour au roi et au public. La Suite des Mémoires formait ainsi comme le pendant de la décoration de son château : parallèlement, dans le salon de la Tour dorée, Bussy s’était placé au milieu de toute une société féminine, dans la gloire de son lignage et le raffinement de sa culture22. Le genre mémoriel avait été transcendé pour accéder à l’équivalent de ces Conversations familières à la peinture flamande.

19Comment remédier à un tel état de fait ? La solution la plus ambitieuse consisterait à proposer une édition scientifique des parties conservées de la Suite des Mémoires. Elle n’est pas exclusive d’une autre, qui s’inscrit dans le renouveau des études sur l’épistolaire. Après tout, n’a-t-on pas payé assez cher l’édition des Lettres pour négliger la correspondance ? Puisque les missives sont nombreuses, il est possible de s’en servir pour tracer de Bussy un autre portrait, différent de celui qu’il avait cherché à imposer, sinon plus fidèle, du moins plus conforme à la réalité de son activité épistolaire.

Haut de page

Notes

1 Bernard Bray, « Premier lecteur, premier admirateur, le cousin Rabutin », Revue d’histoire littéraire de la France, 1996, no 3, p. 366-377, p. 367-368.

2 Sur la diversité de cette œuvre, voir Christophe Blanquie, « L’œuvre en mouvement », Horizons littéraires, Rabutinages, n° 26, 2016, p. 5-16.

3 E. Meaume, « Boileau et Bussy-Rabutin », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1877, p. 151-168 ; Christophe Blanquie, « Le livre d’heures de Bussy », Horizons religieux, Rabutinages n° 27, 2017, p. 47-58.

4 Elle a signé l’épître dédicatoire des éditions françaises. Celle de Bussy (Bruxelles, François Foppens, 1698) est complétée par les lettres de Saint-Cyran.

5 Le manuscrit a réapparu en 2015 dans une vente publique. Il compte 132 folios copiés de la main du petit-fils de Bussy (Guillaumot-Richard, 50e catalogue, vente du samedi 11 avril 2015, p. 4, n° 1). Voir aussi Bussy-Rabutin, Lettres inédites, Daniel-Henri Vincent édit, Éditions universitaires de Dijon, Dijon, 2018.

6 Bussy-Rabutin, Histoire généalogique de la maison de Rabutin, Henri Beaune édit., Dijon, Rabuton, 1866.

7 Émile Gérard-Gailly, Un académicien grand seigneur et libertin au xviie siècle, Bussy-Rabutin, sa vie, ses œuvres et ses amies, Paris, Champion, 1908.

8 Jean Orieux, Bussy-Rabutin, le libertin galant homme, Flammarion, 1958 ; François-Antoine Mertens, Bussy-Rabutin, mémorialiste et épistolier. Louvain-la-Neuve, Cabay, 1984 ; Jacqueline Duchêne, Bussy-Rabutin, Paris, Fayard, 1992 ; Daniel-Henri Vincent, Bussy-Rabutin, Le Libertin puni, Paris, Perrin, 2011 ; Daniel des Brosses, Bussy-Rabutin le Flamboyant, Versailles, Via Romana, 2011.

9 Sur les lettres, l’étude de référence est celle de C. Rouben, Bussy-Rabutin épistolier, Paris, Nizet, 1974.

10 Cf. Christophe Blanquie, « Bussy au carrefour des genres autobiographiques » Actes de la rencontre académique Bussy-Rabutin, Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 143, 2010, p. 45-61.

11 Suivant la formule que sa fille fait graver sur sa plaque funéraire.

12 Bussy à Mme de Sévigné, Chaseu le 23 février 1671, Mme de Sévigné, Correspondance, Roger Duchêne édit., Paris, Bibl. Pléiade, 3 vol., 1972-1978, t. I, p. 167.

13 Bussy à Mme de Sévigné, Autun le 28 décembre 1680, Mme de Sévigné, op. cit., t. III, p. 58.

14 Bussy au roi, Chaseu le 30 avril 1679, « Lettres au roi », Christophe Blanquie édit., in Bussy-Rabutin, Discours à sa famille, p. 255-301, p. 284.

15 « …je vous feray voir les reflections que j’ay faittes pendant sept ans d’exil sur toutes les nouvelles que l’on m’a mandées. La variété des matières et des tours dont je les ay traittés vous divertiront assurément » (Bussy au P. Bouhours, Paris, le 8 octobre 1673, (Correspondance avec le Père Bouhours, C. Rouben édit., Paris, Nizet, 1986, p. 30). Sur de telles constructions, cf. Katrien Horemans et Helena Agarez Medeiros, « De la diplomatie de se dire : le discours personnel dans les Mémoires de l’Ancien Régime », Le Sens du passé. Pour une nouvelle approche des Mémoires, Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone édit., Presses universitaires de Rennes, La Licorne, n° 104, 2013, p. 322-335, p. 325.

16 Roger Duchêne édit., t. I, p. 929.

17 Anne Boiron, « ‘Assurément nos deux filles sont hors du pair’ : expression et construction de l’amitié dans la correspondance de deux parents aimants », in Sur et par Bussy-Rabutin, Myriam Tsimbidy et Christophe Blanquie édit., Bussy, Société des amis de Bussy-Rabutin, sous presse.

18 Jean-Michel Adam, « Les genres du discours épistolaire », in La lettre entre réel et fiction, Jürgen Siess dir., Paris, Sedes, 1998, p. 37-53, p. 52.

19 « Il y a un Bussy qui s’obstine à s’adresser au roi et un autre qui sait bien que son véritable interlocuteur est ailleurs » (Nathalie Freidel, La Conquête de l’intime. Public et privé dans la Correspondance de Mme de Sévigné, Paris, Honoré Champion, 2009, p. 37).

20 Bibl. nat. Fr., Ms Fr. 10334, f 35 v°.

21 L’on trouve un exemple significatif de cette continuité en 1683, lorsque Bussy évoque l’opération qu’il vient de subir. Renvoyant à sa sortie de la Bastille, il écrit : « au commencement de 1666, Mme de Bussy exposant au roi la grandeur de mon incommodité, comme j’ai dit au commencement de ces mémoires…. » (Correspondance, opcit., t. V, p. 359).

22 Christophe Blanquie, Marie Chaufour et Myriam Tsimbidy, Le Château de Bussy-Rabutin. Histoires, portraits légendes, Paris, Léa, 2018, p. 137-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Blanquie, « De l’œuvre aux lettres », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2018 - 03 | 2018, mis en ligne le , consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7261 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.7261

Haut de page

Auteur

Christophe Blanquie

Depuis son habilitation à diriger des recherches (Les Présidiaux de Richelieu, 2000), Christophe Blanquie s’est affirmé comme un spécialiste de l’histoire des institutions (Les institutions de la France des Bourbons (1589-1789), 2003), des officiers moyens (Un magistrat à l’âge baroque. Scipion Dupleix (1569-1661), 2008) et de la vénalité des offices (Justice et finance sous l’Ancien Régime. La vénalité présidiale, 2001 ; Une enquête de Colbert en 1665, 2012). Chercheur associé au Centre de Recherches historiques, et membre du Grihl depuis sa fondation, il s’est parallèlement consacré aux mémorialistes et à leur correspondance. Auteur des Masques épistolaires de Saint-Simon (2009) et de Saint-Simon ou la politique des Mémoires (2014), il a également publié en 2011 avec Myriam Tsimbidy Les portraits épistolaires du cardinal de Retz. De Bussy-Rabutin, il a édité le Bon usage des prospérités et les Lettres au roi (2000), ainsi que les Épigrammes (2016) et les Maximes d’amour (2018). Président de la Société des amis de Bussy-Rabutin, il a donné en 2016 La faute à Hippocrate ! Autoportrait de Bussy-Rabutin en malade, et coécrit en 2018 l’ouvrage Le château de Bussy-Rabutin. Histoires, portraits légendes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals