Navigation – Plan du site

Texte intégral

Lettres à l’œuvre, lettres hors œuvre

1S’il est un signe de la réussite d’une écriture, n’est-ce pas sa résistance aux transformations que ses éditeurs lui ont imposées ? Alors que la Suite des Mémoires a eu de rares lecteurs, les lettres ont connu un succès durable, certaines d’entre elles bénéficiant même d’une diffusion séparée ou de reprises car, même pendant ses éclipses, Bussy a continué à figurer dans les anthologies : d’abord loué pour son esprit, c’est-à-dire pour ses « tours », il a réussi l’exploit de devenir un témoin privilégié du règne de Louis XIV, lequel l’a toujours tenu à distance…

2L’homme qui s’exprime dans ses lettres, l’écrivain qui fait de celles-ci le matériau d’une œuvre, continuent d’étonner, d’agacer et de séduire. Reste que l’histoire éditoriale complexe des lettres est inextricablement liée à l’histoire personnelle de son auteur et qu’elle a été cristallisée par la remarquable édition de Ludovic Lalanne. C’est donc de celle-ci qu’il convient de partir. Nous verrons ensuite comment compléter ce corpus pour établir l’inventaire le plus complet possible de la correspondance active.

Une belle recherche documentaire

3Pour redécouvrir Bussy à travers ses lettres, il est nécessaire de considérer comment Ludovic Lalanne avait conçu son édition et comment celle-ci, en raison de sa réussite, a pu brouiller la notion même de correspondance.

Retour aux manuscrits

4Diplômé de l’École des chartes en 1841, Lalanne était une figure marquante du monde des lettres et de la connaissance historique. Il dirigea successivement L’Athæneum français (1852-1856) puis, pendant neuf ans, la Correspondance littéraire. Fin connaisseur des collections publiques, il a donné en 1851 avec Henri Bordier un Dictionnaire de pièces autographes volées aux bibliothèques publiques. Bibliothécaire de l’Institut en 1893, il a également soigneusement servi Brantôme et Malherbe. Plus qu’homme de son temps, cet esprit curieux était à même de donner à lire Bussy dans une édition de qualité.

  • 1 Bibl. nat. Fr, Ms Fr. 10 334-10 336. Après la lettre du fils du Grand Condé datée du 24 décembre 16 (...)
  • 2 Bibl. Institut, Ms 700 (réserve).
  • 3 Bibl. nat. Fr., Ms Fr 24 422 (MF 8340).

5En digne érudit et en grand bibliothécaire, Lalanne a recherché dans les sources authentiques les textes qu’il voulait offrir au public. Constatant la médiocrité des éditions antérieures, Lalanne a travaillé à partir des manuscrits disponibles. Il a d’abord utilisé trois volumes autographes de la correspondance active et passive, restant de la Suite des Mémoires du comte de Bussy-Rabutin1 ; il s’est également appuyé sur un choix, établi par Bussy à l’intention du roi couvrant la période du 6 janvier 1673 au 7 octobre16762 ; il a encore utilisé le manuscrit Brottier, qui reproduit en particulier les lettres aux Pères Rapin et Bouhours, ses amis jésuites, ainsi qu’un Recueil de Lettres au roi, d’ailleurs non exhaustif3.

6L’ensemble dont provient la Suite des Mémoires comprenait dix volumes : les Mémoires occupaient les deux premiers ainsi qu’une partie du troisième, qui se poursuivait avec les années 1666 à 1669 de la Suite, laquelle se développait dans les sept derniers tomes.

  • 4 Correspondance, t. I, p. XI.

7Pour Lalanne, point d’hésitation : dès lors que les premières éditions avaient été établies à partir du manuscrit autographe dont les trois volumes de la Suite des Mémoires restaient la seule partie conservée dans les collections publiques, il convenait de s’appuyer sur ceux-ci, puisqu’ils lui donnaient « pour cette période de dix années un texte complet bien authentique »4. Il a ensuite repris les textes imprimés, qu’il a complétés, datés dans la mesure du possible, tout en insérant d’autres lettres qu’il avait retrouvées. Lalanne put ainsi se flatter d’avoir porté à la connaissance du public « une foule de lettres inédites et quant aux lettres déjà imprimées un texte complet et parfois entièrement nouveau » pour quatorze des vingt-six années de l’exil de Bussy et, pour les douze autres, « un nombre assez considérable de pièces nouvelles » (le monument qu’il élève à Bussy en comprend mille !). Il aurait pu ajouter qu’il avait rétabli un classement chronologique des lettres, plus conforme aux souhaits de Bussy que le découpage retenu dans les premières éditions. Ce travail est resté insurpassé.

8Lalanne a élevé à Bussy un monument bien représentatif de la belle érudition de la seconde moitié du xixe siècle. Cependant, il a dans ce but repris des manuscrits, témoins d’un projet littéraire, y associant des éléments épars, dont certains sont arrachés à d’autres ensembles conçus comme des œuvres séparées, ainsi du Recueil des lettres au Roi. Cette mosaïque de remplois apporte une masse inestimable d’informations, mais forme au bout du compte un texte dans lequel l’auteur ne se serait pas reconnu. Il ne reste plus grand-chose de la Suite des Mémoires, et le lecteur n’est même pas assuré qu’à l’intérieur des sections continues de la Suite, Lalanne n’ait pas choisi des variantes empruntées à d’autres versions des mêmes lettres ; Bussy les avait copiées en les corrigeant, en les adaptant, puis ses premiers éditeurs ont poursuivi ce travail, de sorte qu’il est pratiquement impossible d’affirmer que telle mouture est la version authentique.

Des ajouts successifs

  • 5 Roger Duchêne édit., op. cit.
  • 6 Bussy-Rabutin, Lettres inédites, Daniel-Henri Vincent édit, Éditions universitaires de Dijon, Dijon (...)

9En donnant la Correspondance de Mme de Sévigné5, Roger Duchêne a fourni la première édition diplomatique des lettres entre les deux cousins. Dans sa recherche des manuscrits, il s’est appuyé sur une source que Lalanne n’avait pas connue. Il a utilisé le manuscrit Capmas, six volumes découverts par un professeur de droit de Dijon et reproduisant des lettres de Mme de Sévigné, recopiées entre 1715 et 1719 par Amé-Nicolas, le fils aîné de notre mémorialiste. Duchêne a également eu accès aux manuscrits conservés par le marquis de Laguiche, une copie des dix volumes de la main du petit-fils de Bussy. À son tour, C. Rouben, s’attachant à la correspondance des Pères Rapin et Bouhours a donné deux éditions de 109 et 99 pièces, apportant de nouveaux inédits et repérant des pièces disparues… Une édition du recueil des Lettres au roi a en outre paru en 2000, ainsi que des lettres écrites par Bussy pendant la Fronde dans l’exercice de ses fonctions de lieutenant de roi de Nivernais. Enfin, Daniel-Henri Vincent, ayant eu accès à une copie du troisième volume des Mémoires, y a repéré une douzaine de lettres de Bussy, toutes datées de 16736.

10Sans remettre en cause le travail de Lalanne, ces éditions partielles en marquent des limites : insuffisance de l’appareil critique (les notes y sont rares), absence de l’indication des sources et des variantes… Elles laissent surtout pressentir des lacunes.

11Certaines sont évidentes, car, comme ceux de tous les hommes célèbres, les autographes de Bussy ont attiré les collectionneurs puis les éditeurs d’inédits, les premières publications intervenant dans le prolongement de l’édition Lalanne. D’une manière tout à fait révélatrice, Tamizey de Larroque compte parmi ces pionniers : ce grand savant, qui avait commencé à s’illustrer aux côtés de Lalanne dans la Correspondance, a également préparé une édition de la traduction par Bussy d’un conte de Théophile de Viau, Larissa. Les érudits locaux ont également fait connaître des lettres qui, quoique d’apparence plus modeste, révèlent un autre Bussy. Les plus originales ont été publiées par Anatole de Charmassé, président de la Société éduenne, dans les Mémoires de celle-ci. Conformément à la vocation de cette société savante, qui a son siège à l’hôtel Rolin, à Autun, il s’agit de lettres liées à l’histoire d’Autun et de sa région. Un premier lot est composé de lettres de Bussy à Mme de Toulongeon à l’époque de son premier mariage : elles sont doublement précieuses, par leur date et par leur caractère intime. Elles nous révèlent un jeune homme s’adressant à sa belle-mère, à l’époque où ayant renoncé à sa première carrière militaire, il mène une vie provinciale. Une autre lettre date de 1690 ; comme les autres, elle nous présente Bussy dans la société locale. Elles témoignent encore de l’existence d’autres copies de la correspondance du seigneur de Chaseu. Il est d’ailleurs tout à fait remarquable que l’incontestable proximité de la source ne garantisse pas la qualité de tels recueils. Dans sa remarquable Épigraphie autunoise Harold de Fontenay a publié une version de la Description du séminaire d’Autun plus complète que celle de Lalanne ; curieusement, la lettre au R.P. Bouhours qui la précède est moins fiable que celle qu’en a procurée C. Rouben. Comme il est invraisemblable qu’un savant aussi consciencieux que Fontenay ait abrègé la pièce voisine de celle qu’il se flattait de donner entièrement, il faut en conclure qu’il disposait d’une copie incomplète – ou retouchée pour prendre place dans un recueil dont nous ignorons la nature.

  • 7 Bussy a supprimé celle qu’il avait insérée dans ses Mémoires pour commenter le duel dans lequel le (...)

12Il est encore arrivé que d’autres mémorialistes insèrent dans leur récit des lettres de notre auteur ou que leurs éditeurs les donnent en annexe, pour éclairer les documents qu’ils présentaient. Certaines de ces lettres étaient nécessairement connues de Lalanne. Cela vaut pour l’ami Tavannes et, sans doute, pour l’autre ami des débuts qu’était Pierre Lenet, puisque les lettres de Bussy apparaissent seulement dans l’édition Michaud Poujoulat, sur laquelle Lalanne n’a pas manqué de travailler7.

13Dans ces conditions, il devenait indispensable de dresser un état de la correspondance de Bussy aussi complet que possible. Un tel outil de travail a en outre le mérite de ne pas rendre impossible une édition de l’œuvre originale, des Mémoires aussi bien que de leur Suite. L’entreprise se heurte néanmoins à un obstacle de taille : dès lors que la plupart de celles que nous a données Lalanne étaient tissées dans le cours d’une œuvre littéraire, quel est le statut de ces lettres ?

Extension du domaine de la lettre

14Les premiers éditeurs de Bussy ont été fidèles à son intention sur un point au moins : ils ont présenté des éléments de correspondance et non des lettres, mais cette option n’apparaît pas la plus adaptée à un projet d’inventaire.

Le choix de la correspondance active

15Le choix de présenter ensemble correspondances active et passive est bien celui de Bussy : c’est ainsi que la Suite des Mémoires peut associer lettres journaux rendant compte des principaux événements du règne comme de la vie de la cour et les réflexions de l’exilé. Par conséquent, dès lors que l’on ne dispose pas de la totalité des textes nécessaires à l’option « littéraire », rien n’oblige à conserver la correspondance passive.

16Surtout, il est très tôt apparu irréaliste d’essayer de rassembler toutes les lettres adressées à Bussy : c’eût été se condamner à rester tributaire des copies déjà connues, en y ajoutant seulement quelques lettres officielles, des ordres ou des réponses ministérielles, sans certitude en ce qui concerne des lettres circulaires qu’il avait reçues en qualité de lieutenant de roi de Nivernais ou les ordres adressés au mestre de camp général de la cavalerie légère. Quant aux lettres non directement liées à ses fonctions, il aurait fallu qu’il ait compté parmi ses correspondants les plus actifs des personnalités tenant des minutiers de leurs lettres. Il s’agira donc ici des Lettres de Roger de Bussy-Rabutin, de sa correspondance active. Au demeurant, élargir l’enquête aux lettres reçues aurait complexifié les questions de méthode, déjà redoutables pour la correspondance active.

  • 8 Telle est l’expérience à laquelle s’est livré Jacques Delon, lorsqu’il a entrepris de faire des dis (...)

17En effet, l’opération qui consiste à analyser des extraits de textes littéraires ne va pas sans inconvénient8. On l’a vu pour la Suite des Mémoires ; cela pourrait également valoir pour les Mémoires eux-mêmes. Toutefois, Bussy en ayant soumis plusieurs volumes à Louis XIV, dont il cite des lettres, l’on peut admettre la réalité de celles qu’il y a insérées. Ce qui vaut pour les Mémoires serait difficilement contestable pour d’autres textes de Bussy, à commencer par la célèbre lettre apologétique au duc de Saint-Aignan traditionnellement présentée dans les éditions de l’Histoire amoureuse des Gaules, un texte dont il existe plusieurs copies manuscrites. En revanche, l’Histoire amoureuse des Gaules, en dépit de son inspiration autobiographique, demeure un roman : la lettre à Mme de Cheneville ne peut pas être assimilée à une lettre à Mme de Sévigné, même si cette dernière a été blessée du portrait que Bussy a tracé d’elle sous ce nom.

  • 9 Correspondance, t. II, p. 232. Il s’agit du manuscrit de l’Institut.

18Reste que Bussy a pu retoucher certains textes afin de les insérer plus habilement dans le récit. Lalanne a bien eu conscience de cette difficulté, puisqu’il note à propos d’une missive à Fléchier : « le texte de cette lettre diffère un peu du texte du manuscrit, nous croyons que Bussy l’a retouchée en la recopiant »9. C’est là l’une des difficultés de l’édition d’une œuvre de Bussy : l’on dispose souvent de plusieurs états d’une lettre ou d’ensembles épistolaires. Les versions établies à l’intention de Louis XIV sont-elles plus fiables que les autographes corrigés par le R.P. Bouhours ou que les copies colligées par son petit-fils, le comte de Langheac ? Quel crédit accorder aux premières éditions, composées à partir des manuscrits de Bussy, qui recèlent pourtant encore des pièces que l’on ne retrouve pas ailleurs ? On l’a dit, Roger Duchêne a ainsi écarté de son édition deux lettres de 1685 au motif qu’elles avaient pu être composées après coup dans le but d’introduire quelques vers, pour le plaisir du lecteur. L’hypothèse est très vraisemblable, mais n’aurait-elle pas valu pour d’autres missives jointes aux lettres à Mme de Sévigné ou à Corbinelli ? Après tout, c’est par ce moyen que nous connaissons la traduction par Bussy des lettres d’Héloïse et d’Abélard… Car, Bussy, en écrivain, n’oubliait jamais le plaisir de ses lecteurs.

19Une chose est sûre, les premiers éditeurs ont eu entre les mains des textes authentiques, même s’ils en ont fait de « belles infidèles ».

20L’adjonction de pièces d’archives ne supprime nullement les interrogations liées à la littérarité de l’œuvre épistolaire de Bussy. Au contraire, elle est susceptible de la souligner par un effet de contraste avec les pièces retouchées.

  • 10 Cf. par exemple la série des « Correspondants de Peiresc », procurée par Tamizey de Larroque, le co (...)
  • 11 Tel est le choix opéré par Régis Chantelauze pour ses Œuvres du cardinal de Retz, (Paris, Grands Éc (...)

21L’on a beau les assortir de notes de bas de page, collecter les lettres d’un personnage historique n’est pas une opération neutre. Leur rassemblement devient nécessairement une composition. Il incite à des choix. Certains sont tellement évidents qu’ils restent implicites, tel le choix entre une présentation chronologique, par destinataires10 ou encore thématique11. Or, réunir la correspondance avec une personne est une chose, et c’en est une autre bien différente que de rechercher toutes les lettres d’un épistolier, ainsi que l’explique C. Rouben à propos du R.P. Bouhours :

  • 12 C. Rouben, Correspondance avec le Père Bouhours, Paris, Nizet, 1986, p. 10.

Intercalées sans continuité parmi des centaines de missives qui étaient sans rapport avec elles, voire parfois sans valeur, les lettres de Bussy et de Bouhours étaient loin de recevoir l’attention qu’elles méritaient. À ce commerce prolongé entre un grand seigneur homme du monde et un Père Jésuite docte et bel esprit, il était bon de reconnaître sa spécificité propre….12

  • 13 Mme de Scudéry et Bussy-Rabutin, Correspondance, Christophe Blanquie édit., Paris, Classiques Garni (...)

22Pour l’historien de la littérature, la correspondance entre les deux hommes souffre de la place qu’elle a reçue dans la Suite des Mémoires, c’est-à-dire du sort que Bussy lui avait réservé en fonction de ses vues littéraires. Dans ces conditions, systématiser ce mode d’édition par correspondants, confèrerait aux textes de Bussy une structure bien différente de celle qu’il avait recherchée. Certes, la méthode, parce qu’elle a l’avantage de mettre en évidence le talent de certains de ses correspondants, restitue à une Mme de Scudéry sa dignité littéraire, trop longtemps éclipsée par la renommée de son mari, Georges, et de sa belle-sœur, Madeleine13. Certes, Bussy n’a pas hésité à rassembler lui-même sa correspondance avec sa cousine, mais le cousin de Mme de Sévigné adopte un ton bien plus familier que le sujet du roi, par exemple. Si l’épistolier a alterné les interlocuteurs de la sorte, n’était-ce pas pour produire un effet de variété et montrer la diversité de ses centres d’intérêt ainsi que l’empan de ses relations ? Surtout, à systématiser les publications individuelles, l’on prendrait le risque de déprécier systématiquement l’écriture de Bussy, puisque cette variété est un effet de style qu’il a recherché et qui met parfois en valeur ses pointes.

23La troisième difficulté méthodologique tient aux habitudes épistolaires du temps. Bussy envoyait souvent non des lettres mais des paquets de lettres, dont certaines n’étaient destinées qu’à prier le correspondant ostensible de remettre une missive à une autre personne. Les lettres au roi ont toutes été d’abord envoyées au duc de Saint-Aignan, à Pomponne ou à quelque puissant sur lequel il comptait pour plaider sa cause auprès du souverain. En ce cas le premier correspondant mettait son crédit au service de Bussy. Celui-ci n’a pas procédé autrement dans ses négociations avec le P. de La Chaise, quand il entremit d’autres jésuites ou qu’il chargea Corbinelli de ses intérêts. Il lui arrivait également de faire circuler des lettres. Tel est le cas de bien de celles qu’il a adressées au roi, mais aussi de quelques-unes de celles qu’il écrivait à sa fille ou composait pour une belle correspondante. Simplement, il conservait alors la minute, le recopiait à la suite de son propre texte, démarquant la pratique des apostilles ou des lettres à plusieurs mains : beaucoup des lettres de Mme de Sévigné à Bussy comportent des passages du fidèle Corbinelli ; la comtesse de Coligny joignait ses compliments à ceux que son père adressait au P. Bouhours, etc. Si de telles interventions ne posent aucune difficulté, les lettres recopiées sont d’une autre nature. Faut-il les restituer à leur date initiale, si elle est connue, ou bien les maintenir dans le texte de la lettre qu’elles complètent ? Dans la première hypothèse, l’on accorde une confiance totale à la copie de Bussy ; dans le second cas, l’on tient la lettre miroir pour l’original.

24Il est deux façons de résoudre ce dilemme. Tout d’abord, il est difficile de ne pas tenir compte de la tradition éditoriale lorsqu’elle a été établie par des savants tels que Roger Duchêne. Monmerqué, dans la première grande édition de Mme de Sévigné, signale que la lettre du 11 mai 1687 était suivie par trois autres pièces :

  • 14 Monmerqué éditeur, Lettres de Mme de Sévigné, Paris, Hachette, 1862-1868, 14 vol., t. VIII, p. 52, (...)

La lettre ne se termine pas ainsi dans notre manuscrit ; Bussy continue : « J’écrivois l’autre jour à ma fille de Coligny, etc., » et il envoie à sa cousine la copie de trois lettres, dont la première est adressée à Mme de Coligny, la seconde à Mme de Toulongeon ; la troisième est la réponse de celle-ci. Ces lettres, qui contiennent quatre petites poésies, ont été très-probablement ajoutées après-coup par Bussy…14

  • 15 Ibid., p. 50.

25Monmerqué récuse l’authenticité de ces lettres ou, en tout cas, des poésies qui y auraient été insérées après coup. Il ne les donne donc pas et au xxe siècle, Duchêne adoptera la même position pour des raisons identiques. L’on conçoit aisément l’embarras d’un éditeur de Mme de Sévigné confronté à la réponse de Mme de Toulongeon à une lettre de Bussy. Toutefois, Monmerqué est plus fidèle au manuscrit lorsqu’il insère des phrases introductives de Bussy. Dans son édition, cette lettre est précédée par la phrase « Trois semaines après que j’eus reçu cette lettre, j’y fis cette réponse. »15. Il est vrai que dans ce cas, la transition marque une forme de causalité entre la lettre de Mme de Sévigné et celle de Bussy, elle souligne la dynamique de leur commerce et rend leur relation épistolaire plus vivante. Elle n’en constitue pas moins un artifice de composition.

26Lalanne, qui s’intéresse aux lettres de Bussy pour elles-mêmes a retenu une solution apparemment intermédiaire : il a donné la lettre à Mme de Toulongeon et sa réponse, parce qu’elles avaient été inclues dans l’édition de 1697. Et il l’a restituée à sa date et non à la suite de celle à Mme de Sévigné. Cette solution a l’avantage de rendre plus fidèlement compte du rythme d’écriture de Bussy. Elle est à ce titre tout à fait justifiée dans une édition des lettres – elle ne le serait évidemment pas dans une édition de la Suite des Mémoires (ou du choix opéré par Bussy de sa correspondance avec Mme de Sévigné). Elle a d’autant plus de force que l’édition Lalanne reste l’édition de référence des lettres de Bussy : retenir un autre choix accroîtrait la confusion que nous nous efforçons de dissiper. Enfin, elle est plus adaptée dès lors que nous possédons le document d’archive, comme c’est le cas pour la lettre apologétique au duc de Saint-Aignan, insérée dans les Mémoires puis reprise dans les éditions successives de l’Histoire amoureuse des Gaules. Il convient par conséquent de restituer ces lettres à leur date.

27Cette solution vaut également pour des textes voisins de la correspondance, mais qui ne constituent pas des lettres-missives. Bussy a beaucoup écrit au roi, des lettres, des placets. Ceux-ci sont des requêtes présentées suivant des normes différentes de celles de l’épistolaire. L’appareil courtois des lettres y disparaît, parce que le solliciteur peut y parler de lui à la troisième personne, comme dans une requête judiciaire. S’ils avaient leur place dans la Suite des Mémoires, ils n’ont pas vocation à figurer dans la correspondance. Sauf quand Bussy lui-même a choisi de les transformer en lettres.

Redécouvertes épistolaires

  • 16 Arch. nat., AB XIX 3951 dossier 11, n° 31, Bussy-Lameth à M. de Feuquières, Trêves le 28 juillet 16 (...)
  • 17 Archives d’État de Turin (Lettere di Particolari, Mazzo 134, Lettera B Bussy de Rabutin fasc.). Jea (...)

28Entre l’édition Lalanne et les éditions partielles qui l’ont suivie, il devenait difficile de se repérer. L’érudition moderne risquait de brouiller une image que le travail de Lalanne avait rétablie. En apparence, rien de plus simple que de compléter le travail de Lalanne : quelques dizaines de lettres de Bussy ayant été publiées depuis son édition et l’autographe de quelques autres étant dûment répertorié, il suffisait de compléter notre état des lettres. Pas tout à fait : il importait de vérifier que les grands dépôts (Bibliothèque nationale de France, archives diplomatiques, Service historique de la Défense) ne recelaient pas des lettres autographes ou non, en particulier antérieures à 1665. Nous avons eu la chance d’en repérer plus de vingt, bien que certaines, attribuées à Roger de Bussy-Rabutin, se soient révélées d’une autre main, sans doute celle de son père, Léonor ; une autre étant de la main de Bussy-Lameth16. Quant aux lettres conservées à Turin, elles émanent de Jean-Louis de Rabutin, parti chercher fortune au service de l’Autriche après une violente altercation avec un valet survenue dans la chambre de la princesse de Condé17.

  • 18 Bibl. nat. Fr., Fr 4984, f° 193.

29Il importait également sinon de comprendre les choix de Lalanne, du moins de s’assurer qu’il n’avait pas omis de lettres quand il travaillait à partir de sources imprimées. Or les lettres de Bussy ont été éditées en deux temps : Les Lettres de Messire Roger de Rabutin comte de Bussy…, parues chez Delaulne, à Paris, en 1697, puis les Nouvelles lettres de Messire Roger de Rabutin comte de Bussy…, parues chez le même libraire en 1709 ; immédiatement réédité et plagié, le premier ensemble comporte 959 lettres ; le second 840. Les deux éditions sont refondues et mises dans l’ordre chronologique, toujours par Delaulne, en 1721 ; dès lors, le public dispose de 1817 lettres, missives de Bussy et réponses comprises. L’éditeur organise d’ailleurs le dialogue, certaines lettres étant présentées comme les réponses du comte de Bussy. L’ensemble sera encore complété vers 1746 par un Supplément aux Mémoires et Lettres de Mr le comte de Bussy-Rabutin…, dont la source est un manuscrit autographe distinct de la Suite des Mémoires18.

30Or plusieurs lettres éditées au xviiie siècle, ne figurent pas dans le Lalanne. Une fois vérifié qu’il ne s’agit pas d’une confusion de dates ou de destinataires, l’on se trouve confronté à deux cas de figures. Premièrement, le destinataire reçoit une autre lettre, dont certaines formules se retrouvent dans le premier texte imprimé. Tel est le cas de la lettre écrite à Hocquincourt, évêque de Verdun le 9 septembre 1676.

Source : Lettres, Amsterdam, 1731, t. V, p. 314

Source : Lalanne, t. III, p. 179

Hâtez-vous aussi de profiter de la grâce que le Roi m’a faite, Monsieur, si c’est un plaisir pour vous de me voir ; car elle ne va pas loin, et les hirondelles seront le signal de mon départ. Pour moi je meurs d’impatience de vous voir. Calvo a bien fait son devoir à Mastricht, il a aussi été bien récompensé. Le Roi lui a donné le gouvernement d’Aire, vingt mille francs de pension, et l’a fait lieutenant général. Je ne désespère pas de la levée du siège de Philipsbourg. Il me semble que les assiégeants se relâchent, et Le Fay va toujours son même train. D’ailleurs, Monsieur de Luxembourg étant delà le Rhin, s’il peut combattre le prince de Lorraine, il n’y manquera pas. Roquelaure a le gouvernement de Guyenne par la mort du maréchal d’Albret. Je n’ai garde de vous soulager de mon absence par mes lettres, prenez vos mesures là-dessus pour partir promptement ; car je ne vous dirai pas un mot d’ici à ce que je vous embrasse, et ce sera assurément de tout mon cœur.

Vous me mandez que le roi est heureux, comme si cela devait surprendre ; vous voulez bien, monsieur, que je vous dise que ce n’est pas parler juste. Pour qu’on eût raison de s’en étonner, il faudrait que Sa Majesté manquât à quelque chose et que la fortune rectifiât ses fautes. Pour moi, je dis que le roi est hardi et sage, et qu’après cela, il ne saurait manquer d’avoir d’heureux succès, et si, malgré ses soins, il ne réussissait pas, je pourrais dire alors : il est bien malheureux.

Le prince d’Orange n’a que l’honneur de l’entreprise de Maëstricht.

In magnis et voluisse sat est.

Et c’est toujours beaucoup à un jeune prince qui n’était pas en trop bonne réputation.

Je ne désespère pas de la levée du siège de Philipsbourg. Il me semble que les assiégeants se relâchent, et le Fay va toujours son même train ; d’ailleurs M. de Luxembourg étant delà le Rhin, il peut combattre le prince de Lorraine qui n’est pas si bien retranché qu’il était à Germesheim.

À propos de M. de Luxembourg, madame de Grignan…

  • 19 Revue des sociétés savantes, 1878, p. 369.

31La première phrase de l’imprimé ne figure pas dans le texte utilisé par Lalanne et, si l’on n’y retrouve pas non plus les deux suivantes, c’est qu’elles se lisent déjà dans une lettre du 31 août au duc de Saint-Aignan. D’un côté Lalanne est parti d’une version plus complète, de l’autre, l’édition d’Amsterdam constituait un santon et la phrase initiale tranche sur l’écriture épistolaire de Bussy, de même que la pointe finale apparaît contradictoire avec les nouvelles qui forment le corps de la lettre. Dans ces conditions, le choix de Lalanne apparaît justifié. Il s’explique par une combinaison de critères : voilà pourquoi quand l’archiviste du Jura présenta au Comité des travaux historiques et scientifiques l’analyse d’un manuscrit de la bibliothèque de Lons-le-Saulnier, où il avait cru repérer des lettres de Mmes de Scudéry et de Mme de Sévigné ainsi que des fragments de la correspondance de Bussy, le Comité constata en 1878 qu’il s’agissait de variantes des textes connus19. Une grande familiarité avec les lettres de Bussy n’exclut pas semblables erreurs.

32La lettre du 14 avril 1682 à la comtesse de T. présente un cas de figure inverse : tout le texte en est sûr. Il s’agit du récit de sa réception par le roi à son retour à la cour. Bussy en a fait un intertexte dans la Suite des Mémoires ! La forme épistolaire, cependant, confère au détail de cette journée un prix supplémentaire. Notons que, comme dans l’exemple précédent, nous ne possédons pas la certitude que ce récit avait d’abord pris sous la plume de Bussy la forme d’une lettre autonome.

33Si le premier objectif était qu’aucun texte de Bussy ne demeure inconnu et que la valeur informative en soit complète, il est pleinement atteint par Lalanne, dont le choix repose le plus souvent sur la comparaison avec une source manuscrite. L’on peut certes regretter la disparition de quelques phrases, mais outre que plusieurs sont indiquées en note, il ne s’agit que du renoncement à une variante. Dès que l’on rentre dans la discussion précise des pièces, l’on se range aux choix de Lalanne. Il était par exemple plus que tentant d’admettre dans le corpus cette lettre à Lauzun :

À Bussy, ce 12 Août 1669

  • 20 Lauzun est à deux reprises allé beaucoup plus loin que Bussy dans la faveur comme dans la disgrâce, (...)

J’ai appris avec bien de la joie, Monsieur, l’agrément avec lequel vous êtes entré dans la charge de capitaine des gardes. Ce n’est pas seulement comme d’un grand établissement que je vous fais compliment, c’est encore comme d’un passage à une grande fortune, car assurément vous n’en demeurerez pas là. Une chose qui me réjouit encore extrêmement, c’est de voir la bonté et la justice du Roi, et que ce même maître qui châtie en un temps, récompense en un autre ; moi qui aime à espérer, je tire des conséquences pour moi à l’avenir en me réjouissant du présent pour vous20, Monsieur, à qui il ne saurait arriver tant de bonheur que je ne vous en souhaite encore davantage.

  • 21 Certaines attributions sont dues à Lalanne, dont les hypothèses apparaissent très vraisemblables.

34Toutefois la troisième phrase réapparaît dans une lettre du 26 novembre 1670 au marquis de (Thianges)21. Certes, le répertoire des compliments n’est pas inépuisable, mais un Bussy se flatte de la variété des tours qu’il emploie alors même qu’il nomme rarement la faveur dont son correspondant a fait l’objet. En outre, l’attachement de l’épistolier à la Grande Mademoiselle et l’appartenance de sa femme à la maison de Madame rendent suspect le rappel d’une faveur qui n’a pas résisté au projet de mariage du cadet de Gascogne et de la petite fille d’Henri IV : il n’aurait guère été habile de la part de Bussy d’espérer obtenir son rappel en marquant ses liens avec un autre disgracié. Enfin, si Lauzun remercie Bussy de ses félicitations, c’est seulement le 13 janvier 1671. Par conséquent, et bien que ces remerciements précèdent les félicitations que Bussy lui adresse le 11 avril de la même année, il semble que les circonstances de la lettre comme certaines formulations justifient la décision de Lalanne de ne pas la retenir dans son édition.

  • 22 Lettre du 2 novembre 1671.

35Nous avons cependant repéré une lettre qui ne semble pas figurer dans l’édition de la Correspondance. Nous l’avons inclue dans l’inventaire au risque de n’avoir pas vu qu’elle doublonnait d’autres pièces ; notre propos étant d’apporter un complément au travail de Lalanne, nous présenterions du moins des variantes assez significatives. Ce motif nous a conduit à reproduire également une autre lettre au comte de Limoges évoquant l’arrestation de Lauzun22, mais comme Lalanne en avait reproduit l’essentiel du texte à une autre date, nous n’avons évidemment pas intégré la nôtre dans nos dénombrements.

36Enfin, et parce que C. Rouben l’avait déjà fait, nous avons mentionné des autographes disparus.

Nouveau retour aux manuscrits

  • 23 Bussy-Rabutin, Mémoires, Ludovic Lalanne édit., Paris, Charpentier, 1857, 2 vol., t. I, p. 263.

37Si le choix de Lalanne a contribué à maintenir l’homogénéité de la correspondance, cette logique éditoriale a néanmoins eu pour effet de laisser dans l’ombre toute une série de faits. L’historien n’y trouve guère son compte quand il songe aux documents d’archives, aux lettres authentiques de Bussy qui ne figurent pas dans cette grande édition. Or, à y regarder de plus près, le Bussy des documents authentiques ne manque pas de consistance. Il est même possible que ses Mémoires ne rendent pas pleinement justice à son action pendant la Fronde, tout simplement parce qu’il est malaisé de relater avec précision tant d’événements d’intérêt très variable et qu’une guerre civile est tissée d’une multitude de petits conflits, d’accrochages qui requièrent une attention permanente sans mériter pour autant de passer à la postérité : tous ne conviennent pas à ce genre très particulier d’histoire que sont les Mémoires. Ils apparaissent pourtant en bonne place dans les lettres de cette époque, parce qu’ils témoignent de l’application avec laquelle Bussy sert le roi et le cardinal. Celles-ci peuvent ainsi révéler un Bussy quelque peu différent du héros de son roman. Un homme qui peut se montrer brutal, châtier durement ses ennemis, mais également un politique prompt à pardonner pour s’acquérir des fidélités. Deux lettres du 30 mars 1652 illustrent cet écart. La première figure dans les Mémoires ; elle est écrite de La Charité-sur-Loire ; également adressée au cardinal de Mazarin, la seconde est écrite de La Maisonforte, château d’un partisan de Condé. Il assure dans la seconde : « Je retourne promptement à La Charité où je ne me fie nullement aux habitants. Sans cette considération, j’irais moi-même assurer Votre Éminence de mes très humbles obéissances », mais les Mémoires racontent une autre histoire : « Mais comme je pensois me reposer un peu, il me vint nouvelle de la Charité qu’un courrier du cardinal m’y attendoit avec une de ses lettres. Je m’y en retournai donc promptement… » (I, 263)23. Deux vérités ? Pas nécessairement : deux explications compatibles de sa promptitude. Bussy peut fort bien avoir exagéré sa bonne volonté en annonçant son intention de retourner aussi vite que possible à La Charité, parce qu’il avait appris qu’une lettre de Mazarin l’y attendait. Avec le cardinal, il était à bonne école.

38Tout aussi intéressant est l’éclairage que le document d’archive jette sur la fabrication de la source littéraire. Le développement sur l’attaque des soldats de son régiment vient dans les Mémoires juste après la lettre à Mazarin du 30 mars. « Dans ce temps-là, ayant eu avis qu’on avoit chargé une brigade de mon régiment de cavalerie du côté de Saint-Fargeau… ». Bien que nourris de sa correspondance, les Mémoires infléchissent la chronologie. Le « dans ce temps-là » de Bussy se situe avant la lettre à Mazarin qu’il vient de retranscrire, comme le prouve la missive écrite de Maisonforte qu’il n’a pas recopiée. Pour le reste, les événements signalés par le mémorialiste sont largement confirmés par le récit de l’épistolier. Le « dans ce temps-là » signale un fait en marge du point le plus important, c’est-à-dire du maintien de La Charité dans l’obéissance au roi. Tout en construisant délibérément une relation privilégiée avec le ministre, qui réagit promptement à ses demandes, Bussy se ménage une capacité de manœuvre pour faire face aux impondérables de la guerre : il lui arrive souvent de faire valider ses initiatives a posteriori.

39On le voit, le temps des lettres n’est pas celui des Mémoires. Le Bussy rendant compte aux ministres, parfois plusieurs fois par jour, n’a pas les mêmes hiérarchies que le mémorialiste, valorisant ses services pour d’autres yeux, après la disparition du cardinal. Loin d’infirmer les lettres insérées dans les Mémoires, semblables décalages soulignent l’habileté avec laquelle l’auteur se sert du matériau épistolaire pour composer son histoire. Cette composition impose une structure, hiérarchise les événements, élimine les détails. Elle ne rend pas compte des flottements, des hésitations de l’histoire. Elle les refuse même expressément, comme lorsque Bussy conteste la version par La Rochefoucauld du passage de M. le Prince aux portes de La Charité, lors de son équipée de Bordeaux à Paris.

40Constat identique sur la période postérieure à l’exil. Parmi les interlocuteurs de Bussy, figure un Jalon, correspondant du corps de ville de Strasbourg. Le soin avec lequel cet informateur rendait compte des lettres de Bussy témoigne que pour lui, la valeur de ses lettres n’était pas littéraire :

  • 24 E. de Bouteiller et Eugène Hepp édit., Correspondance politique adressée au magistrat de Strasbourg (...)

J’ai receu lettres de Mr le comte de Bussy-Rabutin qui me mande de Paris du 7 de ce mois, que le Roy et toute la maison royale se portent bien, Dieu mercy, et que madame la Dauphine promet une heureuse couche pour sa bonne santé, et qu’elle en est tantost sur le point. Que le Roy a séparé l’assemblée du clergé, que les affaires de Rome s’accommoderont, qu’on avait ces jours passés exilé quelques docteurs de Sorbonne….24

Un Supplément à la Correspondance

  • 25 Jusqu’ici, la lettre la plus tardive était celle du 3 mars 1693 au R.P. Bouhours. Jacqueline Duchên (...)

41Même si l’apport de Lalanne reste essentiel, les pièces qui ont été retrouvées depuis modifient sensiblement notre perception de l’homme. Elles en font en effet un personnage historique, ancré dans le réel, et non plus un personnage de papier, retravaillant sa vie à l’intention du roi ou de la postérité. L’empan chronologique s’accroît nettement : les premières lettres connues datent désormais de 1643, et la dernière du 6 avril 1693, quelques jours à peine avant sa mort25. Du même coup, il est plus facile d’appréhender certaines amitiés, dont l’on découvre toute la durée. Il n’est pas non plus indifférent que l’identité bourguignonne de Bussy soit plus marquée – elle n’est pas seulement une conséquence de l’exil !

  • 26 Paris, 1829, 3 vol.

42L’intérêt de ces pièces justifiait de les réunir. Quel plus bel hommage aux éditeurs de Bussy et aux érudits qui ont contribué à sa connaissance ? Pour une raison identique, et parce que les originaux ne sont pas identifiés par les catalogues des grandes bibliothèques, nous avons choisi d’y inclure les lettres apparaissant des ouvrages historiques comme l’Histoire de la détention des philosophes et des gens de lettres à la Bastille et à Vincennes, par Joseph Delort26, reprenant deux lettres de Bussy à Colbert. Il est d’ailleurs permis de se demander pourquoi Lalanne, qui avait une culture infinie, avait renoncé à faire son miel d’ouvrages qu’il connaissait. Le respect pour certaines institutions peut expliquer son choix. Il peut aussi s’être incliné devant le travail de grands érudits. La césure entre Mémoires et Correspondance fournit une explication plus convaincante, mais celle-ci ne vaut pas pour la lettre de 1667 au comte de Coligny, annexée aux Mémoires de Coligny-Saligny. Monmerqué souligne que cette lettre qu’il édite en 1841 est tirée des manuscrits de Langheac – c’est d’ailleurs ce savant académicien qui en a égaré le volume opérant la jonction entre les Mémoires et la Correspondance.

43La juxtaposition de documents d’archives et d’extraits de textes littéraires ou d’ouvrages historiques ne nie pas la cohérence du projet littéraire de l’auteur. Elle contribue seulement à donner une vision complète de l’activité épistolaire de Bussy. Les pièces que nous proposons n’auraient pas leur place dans une édition des œuvres complètes, ne serait-ce que parce que cela conduirait à des doublons, une partie des lettres figurant dans des œuvres autonomes, comme les Mémoires, la plupart formant la Suite des Mémoires.

44Et, afin de rendre ce travail le plus complet possible, on y a annexé les lettres dédicatoires de plusieurs ouvrages de Bussy, un placet à Mme de Maintenon, ainsi qu’un trop bref complément aux Mémoires, établi au xixe siècle sur le manuscrit disparu depuis Monmerqué. Bref, il s’agit ici de proposer une double mise à jour de l’œuvre de Lalanne, d’une part en offrant des lettres inconnues ou oubliées, d’autre part en établissant un inventaire de la correspondance active de Bussy-Rabutin, qui constitue à la fois un outil de travail et une introduction commode à l’œuvre du maître épistolier.

Les lettres et l’homme

45« L’homme et l’œuvre ». Combien d’études litttéraires n’accolaient-elles pas jadis cette expression au nom d’un auteur ? Dans le cas de Bussy, l’œuvre existe bel et bien, mais celle par laquelle on espère rencontrer véritablement l’homme, sa correspondance, n’est pas celle que le maître épistolier avait conçue. Travailler à partir d’une perte, avec la conscience d’un manque pour longtemps irrémédiable oblige à répudier les images associées aux éditions passées. Il s’agira alors de quantifier, de manière à identifier des groupes sociaux ainsi que des pratiques sociales, des procédés qui peuvent traduire une façon d’être, une manière de vivre les rapports d’autorité ou d’amitié, d’exprimer les sentiments et les passions.

46Cette méthode présente la vertu d’éviter de substituer une subjectivité de lecteur à une individualité d’auteur. Notre ambition est moins de parvenir à retrouver la personnalité d’un écrivain que de percevoir ce qu’il a donné à voir de lui. Il s’agira donc ici de prendre la mesure d’une forme d’écriture chez un auteur, d’appréhender les milieux qu’il fréquente, en prêtant une attention toute particulière aux liens que l’exil n’a pas coupés, à ceux qu’il n’a pas empêché de nouer, bref, d’accepter sa singularité sans admettre son isolement. Certes, le fait que la plupart des lettres nous aient été conservées par des œuvres littéraires, pourrait introduire un biais, si, précisément, il ne s’agissait pas de lettres d’un auteur reprises dans des écrits autobiographiques. En outre, chez Bussy, la technique d’écriture et de réécriture repose sur la composition, partant sur les omissions plutôt que sur les retouches.

47En réunissant les missives écrites avant et après l’exil de 1666, nous retrouvons le correspondant que Bussy a été, non plus l’auteur épistolaire, mais le scripteur de lettres. Par conséquent, il est nécessaire avant toute chose de prendre la mesure de cette activité et de la place qu’elle tenait dans la vie de Bussy. Nous nous intéresserons ensuite à l’identité de ses correspondants – dis-moi à qui tu écris, et je te dirai comment tu vis. Nous tracerons ainsi un portrait de groupe et laisserons Bussy présenter les sociétés dans lesquelles il vit.

L’affirmation de l’épistolier

Un constat chiffré

  • 27 Christophe Blanquie, Les Masques épistolaires de Saint-Simon, Paris, Champion, 2009.
  • 28 Jacqueline Duchêne, « Un académicien français des plus surprenants », Actes de la rencontre académi (...)

48Nous connaissons quelque 1 700 lettres de Bussy. C’est mille de moins que dans l’édition Lalanne ? Mais celle-ci donnait toute la correspondance passive ! À titre de comparaison, l’on ne connaît pas 400 lettres de Saint-Simon27 et la Correspondance de Mme de Sévigné totalise 1 372 pièces ! Sans se substituer à une édition, leur inventaire apportera déjà une utile contribution à notre connaissance de Bussy. Il facilitera en effet des études thématiques, comme celle que Jacqueline Duchêne avait menée sur ses rapports avec ses confrères de l’Académie française28. À cet égard, la lettre est bien l’avenir du mémorialiste. Elle complète et, à l’occasion, rectifie les Mémoires. Elle donne à voir le réseau de relations de Bussy, son étendue, sa diversité, sa solidité, son renouvellement.

49La première leçon de la correspondance active réside en effet dans son volume et dans l’importance de ses variations. Bien évidemment, les pertes sont nombreuses, mais la conservation d’un tel nombre de lettres n’en est pas moins significative. Or la correspondance évolue sensiblement au fil des ans, reflétant ainsi les rythmes de vie ou d’écriture de Bussy.

50Le graphique n° 1 présente le nombre de lettres par périodes quinquennales de 1643 à 1692. Ce tableau est d’autant plus aisé à établir qu’à trois exceptions près, nous possédons les dates exactes des lettres ou pouvons les reconstituer avec un assez grand degré de précision, parce qu’elles s’insèrent dans un commerce plus large, soit qu’elles fassent partie d’un paquet, soit qu’une autre lettre fasse référence à son contenu. Car s’il arrive à Bussy de tricher sur le lieu d’où il écrit, il est exact sur les dates. Lorsqu’il les omet, il s’agit de billets destinés à informer ou rassurer un ami, retrouvés dans des recueils d’autographes.

51Si le graphique montre à quel point, en dépit des recherches documentaires, nous restons tributaires de l’œuvre de Bussy, il met surtout en évidence un usage très contrasté de la lettre. Bussy écrit beaucoup pendant la Fronde et ensuite, presque seulement pour solliciter. La période pendant laquelle il compose l’Histoire amoureuse et les Maximes d’amour (fin des années 1650-début des années 1660) est aussi celle de l’installation de la disgrâce sourde ; la correspondance se renouvelle avec la prison, puis l’exil, pour culminer au moment du rappel à la cour.

Une correspondance utile

52L’affirmation de l’épistolier est très progressive. Il faut une dizaine d’années pour que la lettre devienne un moyen d’expression privilégié, avec une dizaine de lettres par mois, dont certaines sont accompagnées de pièces jointes, chansons, bouts-rimés ou traductions. Les lettres partagées, qu’elles aient plusieurs destinataires ou qu’elles comportent des apostilles restent peu nombreuses. L’on n’en trouve que quarante-six. À deux exceptions près, elles concernent le clan Sévigné, Corbinelli en réunissant vingt-huit à lui seul.

53L’augmentation du nombre de lettres composées s’explique pour partie par la nécessité de pourvoir aux nécessités de l’éducation de ses enfants puis de leur établissement, d’où la mobilisation de toutes les relations utiles. Après le séjour à Paris de 1676, l’année 1677 est celle des premières grâces aux aînés, de l’espoir d’un retour en faveur. Bussy ne néglige aucune démarche pour l’obtenir et profite de ce qu’il a pu renouer avec ses anciens amis de la cour et de la ville. Le rappel d’anciens exilés comme Lauzun le conforte dans sa détermination. Pour autant, il ne relâche pas ses activités littéraires ou de critique littéraire, de sorte que la Suite des Mémoires gagne en intensité comme en diversité. Voilà aussi l’époque où, en dépit de ses protestations de soumission, il ne comprend pas la prolongation de son exil : il estime avoir bien payé, bien trop payé le succès de scandale de son roman.

54Cet élan se brise néanmoins à l’époque du procès La Rivière. Malgré l’opération qu’il subit en 1683, Bussy se mobilise totalement de 1682 à 1684 pour faire annuler le mariage contracté par sa fille Louise-Françoise avec celui qu’il traite désormais de paysan. La perte de ce procès le surprend cruellement et la correspondance chute. Une fois sa déception surmontée, il reprend sa correspondance à un rythme presqu’aussi soutenu qu’au début des années 1670. C’est l’époque où il espère adoucir le roi en composant les Discours à sa famille. Puis, ayant obtenu l’essentiel de ce qu’il pouvait espérer – il ne lui reste plus alors qu’une ambition, devenir élu de la noblesse aux états de Bourgogne –, il paraît se dispenser de solliciter. Sa dernière lettre connue à Louis XIV est de 1691 ; il n’écrit plus aux ministres, non plus qu’à Mme de Maintenon ou au P. de La Chaise. L’âge peut accentuer ce phénomène, mais la liaison épistolaire avec Mme de Maisons prend place entre 1689 et 1691 et Bussy continue à en prendre copie…

55Bussy tient sa correspondance à jour aussi consciencieusement qu’un Dangeau son Journal. La comparaison n’est pas innocente, qui signale la régularité du labeur grâce auquel Bussy établit son statut de maître épistolier. En dépit de ses aspects ludiques, une correspondance aussi soutenue constitue un véritable travail. De ce point de vue, le rythme de la correspondance active de Bussy révèle des projets qui n’ont pas grand-chose de littéraire et qui ont plus à voir avec ses intérêts familiaux et patrimoniaux – comme souvent, chez l’exilé, il y a une instrumentalisation de l’œuvre.

La correspondance d’un exilé ?

56Les lettres de Bussy forment un ensemble disparate, juxtaposant billets d’affaires, lettres de consolation, de compliment… Au nombre de 231, les destinataires sont tout aussi divers, de Louis XIV à un curé de village, de Jacques II d’Angleterre à un fermier, de Mme de Sévigné à des compagnons d’armes. Les lettres hors Mémoires rendent une place à sa famille dans les années 1640, confirment son zèle de lieutenant de roi en 1652, puis ses espoirs de récompense. L’on sait que cette variété est délibérée dans la Suite des Mémoires ; elle contribue au plaisir de la lecture tout en donnant une image des sociétés dans lesquelles Bussy s’insère. Précisément, comment ces correspondants forment-ils société ? Dans la constellation épistolaire qui s’organise autour du Bourguignon malgré lui, tous les satellites ne sont pas égaux et tous ne vivent pas au même endroit. Bien que nombre de ses correspondants aient des attaches bourguignonnes, à commencer par Mme de Sévigné, peu résident durablement en Bourgogne et la plupart font des séjours prolongés à Paris ou à la cour, à l’instar du marquis de Trichateau, gouverneur de Semur, du premier président Brulart ou encore de Roquette, l’évêque d’Autun. Mme de La Roche, qu’il rencontre à Autun, et Mme Bossuet, dont il fait la connaissance à Dijon, quittent bientôt après la province.

57Le cercle provincial se concentre autour de familles proches (les Toulongeon), apparentées ou amies (les Ragny, Mme de Senneville), également connues de Tavannes ou de Jeannin de Castille. Peut-on pour autant affirmer que ces lettres constituent une correspondance d’exil ? Bussy effectue plusieurs séjours à Paris et, quand il obtiendra la liberté de se présenter à la cour, finira par reprendre le chemin de la province. Plus qu’une correspondance d’exil, il s’agit de la correspondance d’un noble dépourvu de fonction à la cour où il cherche longtemps à reprendre place.

58Il convient en outre de remarquer que le Bourguignon est loin de rester sédentaire. Au contraire, il circule entre ses maisons de Bussy et de Chaseu, séjourne à Dijon pour suivre un procès, visite Tavannes au Pailly, se risque jusqu’à Fontevraud, dont l’abbesse est la sœur de Mmes de Thianges et de Montespan, accompagne sa fille Louise-Françoise en Franche-Comté et en Auvergne ; à la fin de sa vie, il passera les hivers à Autun. La correspondance rend ainsi compte de l’activité d’un homme combinant les plaisirs de la société et le soin de ses affaires. Elle montre surtout comment il s’accoutume à l’exil, qu’il apprivoise d’abord à Bussy ; sa première lettre datée de Chaseu est de juin 1667, soit après neuf mois de séjour en Bourgogne. Il y séjourne jusqu’au début 1668, puis repart pour neuf mois à Bussy. L’état de ce château, dans lequel il avait réalisé d’importants travaux en 1659, se prêtait mieux que celui de Chaseu à un séjour prolongé.

59Néanmoins, Bussy est un constructeur impénitent et, à défaut de disposer des moyens pour mener de coûteuses campagnes de rénovation, il s’entoure d’ouvriers et de peintres, afin de décorer ses châteaux à sa convenance. Les programmes iconographiques qu’il compose comportent des portraits qu’il demande à ses correspondants. De même que décoration de sa maison de Bussy fait écho à ses lettres, de même celles-ci méritent d’être visitées autant que son château.

Les destinataires

60L’inventaire révèle une étonnante hiérarchisation des correspondants, à la fois dans l’intensité du commerce épistolaire et dans le temps.

L’ouverture de la correspondance active

61Divers par leur origine, les correspondants de Bussy reçoivent des traitements très contrastés. Les uns n’apparaissent que pour une missive, d’autres en reçoivent plusieurs dizaines, voire plus de cent, ainsi que l’illustre le graphique n° 2.

62La troupe la plus nombreuse est celle des figurants : ils sont 100 à ne recevoir qu’une lettre. Le graphique n° 3 montre à quel point leur répartition dans le temps est contrastée :

63Si la forme générale de ce graphique résulte pour une large part de notre dépendance aux correspondances conservées par Bussy lui-même, il n’en est pas moins remarquable que la moitié de ces correspondants prennent date dans la décennie 1671-1680, et les deux tiers entre 1671 et 1690. L’installation dans l’exil correspond ainsi à une plus grande ouverture de l’épistolier, dont le réseau de correspondants s’élargit et se renouvelle. Il convient toutefois de prendre garde qu’une part non négligeable de ces correspondants sont inscrits dans la société rabutine : l’on y trouve en effet des enfants de Bussy, mais aussi le mari et le fils de Mme de Sévigné ! Cela vaut aussi de Mme Corbinelli, sœur du familier de Mme de Sévigné, de Mme de La Trousse, de la comtesse de Guiche ou du premier président de Lamoignon. De tels correspondants ne sont pas isolés. Leur présence témoigne du soin avec lequel l’exilé vaque à ses affaires et se soucie de ses amis.

  • 29 Roger Duchêne, Comme une lettre à la poste, Paris, Fayard, 2006, p. 189-190.

64À l’opposé de l’échelle, deux correspondantes reçoivent plus de cent lettres : Mme de Scudéry (cent cinquante-sept) et Mme de Sévigné (cent soixante-treize, plus deux épîtres dédicatoires). Roger Duchêne avait déjà noté que leur commerce dépassait les 250 lettres : 308 pour Mme de Scudéry, 283 pour Mme de Sévigné29. Le rythme de ces correspondances reflète deux relations fort différentes. L’empan chronologique des lettres à la cousine couvre un demi-siècle ; les lettres à Mme de Scudéry couvrent seulement les années 1670-1691 ; l’écart entre les deux femmes tient presqu’exactement aux lettres adressées des années 40 à la fin des années 50. Voilà d’ailleurs l’un des mystères de cette correspondance ; pourquoi des personnes connues depuis longtemps semblent-elles n’entrer en scène que tardivement ? Parce que les efforts des collectionneurs et des chercheurs pour en retrouver des pièces n’ont guère modifié les masses. La correspondance reste sélective, parce qu’elle a été sélectionnée. Par quel effet, le Grand Condé, que Bussy a servi, n’apparaît-il ici que pour deux lettres ? Parce que Bussy a choisi de ne pas conserver la trace de bien des billets échangés au temps de la faveur. L’on arrive ainsi à ce paradoxe qu’avec seulement deux lettres, Louis II de Condé compte parmi les correspondants auxquels Bussy a écrit sur plus de vingt ans : la première missive intervient quatre ans après que Bussy s’est placé sous les ordres du prince, la seconde se situe presque vingt ans avant la mort de ce dernier…

65Reste que si la durée ne mesure pas l’intensité des relations, elle signale, surtout dans une correspondance active, la continuité d’une situation sociale. Dix-huit correspondants reçoivent des lettres étalées sur plus de vingt ans. Première surprise, malgré le rang que tiennent Mme de Scudéry et de Sévigné, cette société est masculine (douze hommes et six femmes). Mlle Dupré est la seule femme dans le groupe des destinataires de vingt-et-une à cinquante lettres, Mme de Montmorency la seule dans le groupe des cinquante-et-une à cent lettres. Au demeurant Louis XIV, qui apparaît dans ce groupe, fait presque aussi bien que Mme de Sévigné (respectivement trente-neuf et quarante-six ans), tandis que l’ami Tavannes arrive troisième avec trente-cinq années. Cette cohorte forme le cœur de la correspondance active de Bussy : elle ne totalise pas moins de 831 des quelques dix-sept cents lettres. Dix-huit personnes pour la moitié de la correspondance active ! Cette stabilité atténue efficacement l’effet de la disgrâce, puisqu’elle montre Bussy en correspondance avec Le Tellier de 1649 à 1677. Sept correspondants sont encore présents dans la décennie 1690. En se présentant aussi solidement installé dans le monde qui était le sien avant son exil, Bussy suggère que sa carrière a pu être brisée mais que son être social n’a pas été affecté.

66L’on en oublierait presque la force des ruptures et les limites du renouvellement. Celui-ci s’exprime d’abord dans la tranche des dix-vingt lettres. L’on n’y trouve que trois correspondants d’avant la disgrâce : Tavannes est le plus ancien (1648) ; viennent ensuite Le Tellier (1649) et Mazarin (1652). Y figurent en revanche quatorze femmes et onze hommes. Voilà plutôt les intercesseurs, ceux par lesquels il passe pour soumettre des requêtes au roi (Noailles, Pomponne, Mme de Thianges), ainsi que de belles amies d’avant la disgrâce (Mme de Gouville) ou d’après (Mmes de La Roche, Bossuet, de Maisons).

67Le graphique n° 4 précise l’apparition de correspondants recevant plus de dix lettres. Sa position, sa réputation, ses qualités personnelles attirent à Bussy de nouveaux correspondants. Le renouvellement de ses interlocuteurs est particulièrement marqué pendant la décennie 1670 et, même si le mouvement se ralentit par la suite, de nouvelles amitiés se dessinent. Les nouveaux venus prennent la place laissée libre par la défection ou la disparition d’amis plus anciens, de sorte que le vivier des correspondants reste à un étiage flatteur. Les années 1690, toutefois, ne sont marquées par l’entrée d’aucun correspondant significatif car ceux qui font leur apparition n’ont guère le temps d’échanger des lettres avec Bussy.

68L’on comprend mieux ce mouvement en évaluant les disparitions parmi les correspondants (graphique n° 5). Le pic observé dans la décennie 1681 correspond, avec un décalage, à la montée en puissance de la correspondance dans les années 1670. Plus importants sont les vides que la mort commence à creuser parmi les correspondants les plus fidèles : Brûlart, le R.P. Rapin, le duc de Saint-Aignan : voilà une partie de la société qui gravite autour de Bussy depuis la Régence qui s’en va. Par conséquent, les nouvelles relations épistolaires sont d’une autre nature. L’exemple le plus révélateur est le début en 1680 d’une correspondance badine avec Mmes de Toulongeon, sa belle-sœur, et Mme de Montjeu, bru du premier président Brûlart. Elles occupent la place laissée vacante par de belles amies qui se sont éloignées, mais ce jeu de rôle ne se prolonge pas au-delà de 1690. Une part non négligeable de la correspondance active est faite de compliments un peu appuyés et de plaisanteries galantes. Bussy continue à se plaire à déployer son esprit pour de beaux esprits, à condition de pouvoir en célébrer d’autres charmes. Aussi l’intensité de sa correspondance dépend-elle nettement du sexe des correspondants, ainsi que l’illustre le graphique n° 6.

69De tels écarts renvoient bien sûr au rôle respectif de chacun. Certes, Mmes de Thianges, de Montespan et de Maintenon sont successivement associées aux sollicitations de Bussy ; certes, ce dernier écrit à la présidente d’Ons-en-Bray pour les procès qui viennent dans la chambre que son mari préside aux requêtes du parlement de Paris, il traite cependant la plupart de ses affaires avec des hommes, que ceux-ci soient ses interlocuteurs directs ou qu’ils appuient ses démarches, comme Saint-Aignan ne manque jamais de le faire.

70En revanche, la place des femmes croît en fonction de la durée du commerce épistolaire. Au total, sur les 831 lettres adressées aux correspondants en relation avec Bussy sur plus de vingt ans, 466 sont écrites à des femmes, dont 404 à Mmes de Montmorency, de Scudéry et de Sévigné.

71Cela ressort indiscutablement du graphique n° 7, Mme de Scudéry est la correspondante de référence durant pratiquement toute la décennie 1670. Bussy lui écrit un peu plus d’une fois par mois, la moyenne étant d’une lettre tous les deux mois pour Mme de Sévigné au plus fort de leur commerce, durant les années 1671-1680. Le phénomène est d’autant plus significatif que Bussy n’avait pas écrit une lettre à sa cousine pendant les années 1658-1665 : la brouille est antérieure à l’affaire du portrait de Mme de Sévigné dans L’Histoire amoureuse des Gaules, qui se greffe sur le refus par Mme de Sévigné de prêter à son cousin de quoi constituer son équipage pour partir en campagne. Un tel rythme se présente comme une forme de rabutinade, que rien ne dissimule dans la Suite des Mémoires.

72La tonalité des deux séries de lettres est sensiblement différente. Les considérations familiales justifient bien des lettres à Mme de Sévigné, alors que les lettres à Mme de Scudéry adoptent vite une tonalité plus intime ; Bussy y emploie souvent le ton de la confidence et cherche moins à pousser sa pointe en rivalisant d’esprit avec sa cousine, de sorte que l’écriture en est à la fois plus libre et plus sensible – une manière que l’on retrouve dans les lettres à Mme de Montmorency.

73Ce schéma est cohérent avec celui des amitiés ou des amours de Bussy, avec leur rapide montée en intensité, bientôt suivie d’une décrue voire d’une rupture. Il n’en est pas moins surprenant en ce qu’il montre que le rôle de la confidente et de l’amie est tenu par Mme de Scudéry et non par Mme de Sévigné.

Correspondants en groupes : les sociétés de Bussy

  • 30 Bussy-Rabutin, Correspondance avec le Père René Rapin, C. Rouben édit., Paris, Nizet, p. 183.

74Pas plus que sur les dates, Bussy ne trichait sur l’identité des destinataires. Cependant, comme les premières éditions des Lettres de Bussy omettent le nom des correspondants, nous ignorons le destinataire de plusieurs pièces. L’on dénombre seulement huit lettres adressées à « M. de … » et dix lettres adressées à une dame non dénommée, dont trois à l’inconnue de la Bastille en 1666. Dix-huit lettres sur 1700 (1 %), la proportion est très faible. Malgré les pudeurs des éditeurs d’avant la Révolution, nous connaissons l’identité de la quasi-totalité des destinataires. Nous savons en outre que quatre d’entre eux appartenaient au premier ordre, le bénéficiaire de l’ultime lettre de remerciements et la religieuse de la Bastille. Encore cette dame mystérieuse qui s’était proposé d’obtenir sa libération a-t-elle été rendue à l’anonymat sur sa demande, relayée par le P. Rapin30.

75Nous n’avons pas autant de chance pour la famille. Hélas ! suivant l’usage du temps, les lettres intimes n’ont guère été conservées. Celles de Bussy ont pu connaître le sort que Mme de Grignan a réservé à bien des lettres de Mme de Sévigné. Si les archives conservent quelques lettres de et à sa fille Louise-Françoise, Bussy a tenu à introduire dans la Suite des Mémoires des lettres de son épouse, de son fils Amé-Nicolas ainsi que de ses filles Louise-Françoise et Marie-Thérèse.

76Bien que ses proches participent à ses Mémoires polyphoniques, ils sont moins représentés dans la correspondance active que la famille élargie, parce que Bussy sait, à l’occasion, rappeler leur parenté à des personnes en situation de favoriser ses projets pour lui ou pour ses enfants. Ce sont tous ceux dont on demande la signature pour les contrats de mariage ou le soutien dans les affaires judiciaires, comme Bussy le fait pour le procès contre La Rivière. Ils semblent toutefois moins intimes que certains amis ou que celles des belles amies qui lui restent fidèles dans l’épreuve. Si la duchesse de Montausier n’a droit qu’à une lettre en 1667, la comtesse de Guiche à deux et Mme du Plessis à trois, les autres correspondantes parisiennes des débuts de l’exil entretiennent avec lui un commerce épistolaire sur des années. Aussi retrouve-t-on le portrait de plusieurs d’entre elles au château de Bussy.

77Quant au groupe des amis, il comporte à la fois des compagnons de guerre, comme Tavannes, un haut magistrat comme le premier président Brûlart, et un important financier bourguignon qui figure dans l’Histoire amoureuse des Gaules, Jeannin de Castille. Avec une seule lettre, le comte de Guiche est bien moins traité que le comte de Gramont, qui en reçoit douze – il est vrai qu’il a le bon goût de solliciter le jugement de Bussy sur des compositions littéraires, ce qui confère à leur relation une dimension supplémentaire. Celle-ci constitue d’ailleurs le principal aliment des lettres à l’abbé de Choisy, lequel se substitue à Bussy dans les bonnes grâces de Mme Bossuet. La littérature n’est pas tout à fait absente des lettres au duc de Saint-Aignan puisque cet autre académicien ne manque pas de soumettre ses compositions au roi, voire de suggérer d’accompagner ses requêtes d’un poème. Mieux, il apporte sa caution à la Suite des Mémoires :

  • 31 Saint-Aignan à Bussy, Paris le 24 décembre 1676, Correspondance, t. III, p. 194. Connaissance ident (...)

Je vous renvoie le tome de vos Mémoires que vous m’avez prêté, monsieur. Je n’ai rien lu de mieux écrit ni de plus divertissant. J’ai été bien fâché d’y voir des lettres à vous de mille gens qui ne vous aiment pas tant que je fais et d’y voir fort peu des miennes. Mais il ne m’en faut prendre qu’à moi ; car si j’avais été plus soigneux à vous écrire, je ne pense pas que vous eussiez supprimé mes lettres.31

  • 32 Il y renonce en raison de trop faibles garanties financières.

78Le Paladin, ainsi que Bussy le surnomme, tranche dans le groupe des amis de l’exilé. Il est si bien en cour… L’on ne peut en dire autant des Bourguignons qu’il fréquente : Tavannes ne parvient pas à reprendre sa carrière militaire, Jeannin de Castille a été écarté et le premier président du parlement de Bourgogne souffre de son opposition à l’intendant Bouchu. Mgr de Roquette lui-même, qu’il avait connu à la cour du prince de Conti, ne bénéficie pas de la confiance du roi. Encore plus spectaculaire de ce point de vue, le cas du comte de Limoges, fils malheureux d’un autre exilé célèbre, Chandenier, et auquel Bussy hésite à donner la main de sa fille Louise-Françoise32.

79En dépit de l’exil, Bussy réserve aux ministres une part importante de sa correspondance ; trois lettres à Séguier, quatre à Châteauneuf, quatre à Colbert, dix à Louvois, treize à Mazarin, dix-sept à Le Tellier et dix-huit à Pomponne. L’exil ne réduit pas cette correspondance, au contraire. La présence en si bon rang d’un Pomponne, réputé pour ses liens avec Port-Royal, pourrait même étonner si Bussy ne cultivait pas des amitiés dans tous les milieux, ainsi avec le premier président de Lamoignon, peu suspect de sympathie pour les libertins. Tout aussi remarquable, le fait que Bussy n’hésite pas à revendiquer ses liens avec les ministres : « l’honneur que nous avons de vous appartenir, monsieur, du côté de monsieur de Bouville… », écrit-il à Colbert.

80La famille royale tient une place importante dans l’écriture épistolaire de Bussy (quatre-vingt-huit lettres). Louis XIV se taille la part du lion, avec soixante-deux lettres, la Grande Mademoiselle en recevant dix. Aux neuf personnes de ce groupe, il est possible d’associer les maîtresses du roi, Mme de Thianges, à laquelle Bussy est apparenté par les Damas (douze lettres), Mme de Montespan (deux lettres) et Mme de Maintenon (quatre lettres).

81Le Bourguignon ne manque pas d’insérer dans la Suite des Mémoires les deux lettres qu’il adresse dans les années 1680 à Jacques II d’Angleterre. Ce roi a certes perdu son trône, mais il tient sa cour à Saint-Germain en espérant la fin de son exil et Bussy l’avait connu à la guerre dans les années 1650. Il est moins heureux avec le roi de Pologne, qui vient le visiter dans son château tandis qu’il prend les eaux à Sainte-Reine ; bien qu’il se flatte à plusieurs reprises de cet honneur, Bussy ne donne aucune lettre à Jean Casimir, qui avait abdiqué en 1669 et meurt en 1672 à Nevers.

  • 33 Il n’est guère mieux traité au château de Bussy car, dans l’antichambre des hommes de guerre, son p (...)

82Sans importuner les maréchaux de France de ses missives, Bussy ne laisse pas de leur écrire. Il leur adresse des félicitations lors de leur promotion, prend part à leurs difficultés. L’on trouve dix maréchaux de France parmi ses correspondants. Tandis que Turenne est condamné à faire de la figuration (une lettre)33, Estrées, Humières, Navailles et Vivonne bénéficient d’un commerce suivi sur plusieurs années. Au total, voilà quelque vingt-huit lettres adressées à des personnes pourvues de la dignité à laquelle il n’a cessé d’aspirer, au point de se considérer comme le doyen des maréchaux. Comme la plupart sont également ducs et pairs, une autre dignité à laquelle Bussy avait vainement aspiré, ses lettres renforcent l’image de récompenses réservées à une frange limitée de la noblesse, à cette partie supérieure de la noblesse seconde dans laquelle se rangent les Rabutin ou les Tavannes. Toutes ces lettres sont écrites dans la décennie 1670, à l’exception des dernières reçues par Estrées et Vivonne, en 1681. Ces résultats doivent être complétés par les lettres envoyées à la famille des maréchaux car si Villeroy reçoit une lettre, Bussy en écrit quatorze autres à sa famille. Il ne saurait mieux affirmer son appartenance à un groupe auquel Louis XIV a refusé de lui donner part.

83La magistrature est dignement représentée, avec Lamoignon et Brulart, les premiers présidents des parlements de Paris et de Dijon, avec Lamoignon fils, président au parlement de Paris, Bauquemare d’Ons-en-Bray et Bernard de Rézé, ainsi que Berbisey, La Toison, Mucie, et le président Vantoux pour Dijon. Bussy, qui a toujours été obligé de suivre ses affaires de très près, sollicite par lettre ses juges parisiens qu’il fait en outre visiter par ses amis. Il n’hésite d’ailleurs pas à donner à lire les mises en garde qu’il reçoit parce qu’il néglige certains correspondants quand il n’a pas besoin d’eux. Appartenant aux mêmes familles, les maîtres des requêtes ne reçoivent pas un meilleur sort. Bussy se défend en particulier de tout rapport avec Bouchu, l’intendant de Bourgogne de 1654 à 1683. Il intervient en revanche auprès de l’intendant en faveur de villages dont Mme de Coligny est le seigneur.

84Le clergé occupe une place de choix dans la correspondance du libertin. Parmi les vingt-cinq religieux auxquels il écrit, deux cardinaux (Retz et Estrées), cinq évêques (dom Côme, La Rivière, Harlay, Hocquincourt, Roquette) et les abbesses de Merreton et de Saint-Andoche totalisent cinquante-cinq lettres. Ses liens personnels avec plusieurs prélats sont avérés ; il écrit à Estrées en raison de leur parenté, tandis que Retz est d’abord l’ami de Mme de Sévigné et le parrain de Mme de Grignan ; dom Côme a été le confesseur de Mme de Montglat au temps de ses amours avec l’épistolier. De même, celui-ci est en termes d’amitié avec Hocquincourt et Roquette, qui est en outre son diocésain pour Chaseu.

85Le deuxième groupe de religieux est le plus révélateur : sept sont des jésuites. Confesseur du roi, le P. Annat est sollicité en 1665, comme l’est le P. de La Chaise entre 1677 et 1689. Confesseur du duc d’Orléans – un correspondant de Bussy –, le R.P. Zoccoli est aussi destinataire d’une lettre. Il serait impossible de ne pas mentionner ici les Pères Rapin et Bouhours, sur lesquels Bussy compte pour influencer La Chaise en sa faveur. Au total, les jésuites sont destinataires de 161 lettres, soit 59,79 % des deux cent-quatre-vingt-une que Bussy envoie à des membres du premier ordre (67,08 % si l’on n’inclut pas les lettres à l’abbé de Choisy dans ce groupe). L’intérêt a incontestablement sa part dans ce résultat. Cependant, cette explication, quoique cohérente avec l’influence du confesseur du roi, n’apparaît pas suffisante. En premier lieu, Bussy, qui a étudié chez les jésuites à Autun puis à Paris, choisit à son tour de faire étudier ses fils au collège Saint-Louis. En second lieu, son amitié pour Rapin et Bouhours doit au moins autant à sa pratique d’écriture qu’à l’ambition.

  • 34 Cf. Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle(...)

86Car le monde littéraire apparaît de bien des manières en cette correspondance. Il est aisé de repérer les académiciens, dont plusieurs comptent parmi les grands correspondants de l’exil : l’abbé de Choisy (quarante-et-une lettres) et Benserade (dix-neuf). Il faudrait encore citer le duc de Saint-Aignan, qui appartient au cercle des amis de Bussy, mais aussi Boileau, Conrart, Furetière, Harlay ou Charpentier. Les nouveaux académiciens lui présentent leurs respects lors de leur élection et quand il revient à la cour, il revendique son appartenance à leur corps. D’autres auteurs se retrouvent dans la Suite des Mémoires, tel Saint-Évremond, les RR.P. Rapin (soixante-quatre lettres) et Bouhours (soixante-seize lettres). Ancien domestique de Bussy, resté proche de Mme de Sévigné, Corbinelli aime à faire part à l’exilé de ses lectures et des réflexions qu’elle lui inspire ; il est en particulier celui avec lequel Bussy s’entretient des auteurs latins, des difficultés et des plaisirs de les traduire. Leurs missives sont enjouées, mais le plaisir de l’appropriation d’œuvres de l’Antiquité s’y exprime par les nombreuses citations qu’introduit Corbinelli et que reprend Bussy, Corbinelli donnant à son tour des vers de Bussy dans son anthologie. Et, bien que la littérature ne forme pas le fond de leurs échanges, Mlle Dupré peut également être comptée parmi les auteurs34.

87La société des écrivains est extrêmement présente dans la correspondance active. Les hommages des nouveaux académiciens comme les réponses aux demandes de conseil de ses amis jésuites construisent l’image d’un arbitre des élégances littéraires, mais aussi d’un auteur soucieux de parfaire son style et de l’adapter à ses projets littéraires comme à ses ambitions sociales.

88Ce constat invite à reprendre la question de la place de la poésie dans l’épistolaire rabutin, qui est de nature à éclairer d’un jour nouveau le portrait de l’épistolier.

Correspondances poétiques

  • 35 Antoinette Servient, la première duchesse de Saint-Aignan était la sœur d’Élisabeth, épouse de Char (...)

89Mmes de Sévigné et de Scudéry sont loin d’être les seules à recevoir des vers de Bussy. Celui-ci déploie également son esprit galant pour Mme d’Ons-en-Bray, à laquelle il adresse douze lettres entre 1676 et 1689. La jugeant assez connue par elle-même, Bussy se dispense de la présenter à ses lecteurs, comme il l’a fait pour Mme de La Roche. Il n’est pourtant pas inutile de rappeler que Catherine de Voisins est née en 1632 et a épousé en 1654 Nicolas de Bauquemare, par laquelle elle est alliée au duc de Saint-Aignan35, le fidèle soutien de Bussy. Celui-ci fait sa connaissance durant son séjour parisien de 1676-1677. Elle a alors dépassé les quarante ans, lui en a 58. Il est indispensable d’avoir cette donnée à l’esprit au moment d’aborder leur correspondance, car celle-ci, toute galante, semblerait l’expression d’une passion mal contenue. Sa sincérité s’accommode néanmoins d’une habile mise en scène, à commencer par le choix de nommer la présidente de Bauquemare Mme d’Ons-en-Bray, du nom d’une seigneurie appartenant à son mari. Cette correspondance mêle vers et sollicitations, comme il sied envers l’épouse d’un haut magistrat de la plus haute cour du royaume. Elle est donc particulièrement révélatrice des vertus de la variété recherchée par Bussy et des discrets avantages de son travail de composition.

De l’intérêt d’un commerce galant

90La première missive date du 26 octobre 1676. « J’avais quelque dessein de vous aimer… », Bussy compose une lettre galante ; l’ambiguïté est délicieuse :

  • 36 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Paris, le 26 octobre 1676, Correspondance, t. III, p. 188.

Je vous déclare, quelque aimable que vous soyez, que j’ai passé l’âge et que j’ai perdu le goût de filer le parfait amour : ce serait tout ce que je pourrais faire de le filer de moitié avec vous.36

91En réalité, Bussy a pris garde d’expliquer que Mme d’Ons-en-Bray feignait de vouloir le prendre pour amant et la lettre paraphrase le rondeau qui l’accompagnait et dont le premier vers est :

De vous aimer j’ai quasi le dessein ;

La deuxième strophe du rondeau explique la prudence du billet :

Vous avez l’air, quand je serais en train
De me laisser à moitié du chemin ;
Et d’aimer seul, cela me décourage
De vous aimer.

92Le charme de la pièce tient précisément dans le contraste entre la prudence des couplets et le refrain en forme de déclaration : « de vous aimer ». Ici, les vers sont donnés avant la lettre dont ils sont difficilement séparables. Voilà un véritable exercice de style. Bussy s’adonne à un genre auquel Benserade, explique-t-il, a donné un regain d’actualité ; il s’agit de vers de circonstances dont la missive amplifie résolument l’ambiguïté. La destinataire répond avec autant d’esprit. Le rondeau qu’elle envoie à son tour aurait été composé par Mlle de Comminges, qui était avec elle lorsqu’elle avait reçu le billet de Bussy. Celle-ci ordonne : « Soyez ami, ne soyez point amant », mais Mme d’Ons-en-Bray, plus prudente ou plus moqueuse demande : « Ne savez-vous pas qu’il faut prendre d’un méchant payeur ce que l’on peut ? » – autrement dit : soyez assez ami pour être un peu amant...

  • 37 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Paris le 2 mai 1677, Correspondance, t. III, p. 250.
  • 38 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Chaseu le 12 juillet 1677, Correspondance, t. III, p. 302.

93La belle voit son statut confirmé le 2 mai 1677 avec le billet par lequel le disgrâcié prend congé d’elle avant de retourner en exil. D’une extrême courtoisie (« comme je ne veux dire adieu qu’à vous »), ce court message joue des lieux de l’épistolaire avec une discrète mélancolie: « je vous l’écrirai quelquefois, car l’amitié sans les lettres languit dans l’absence »37. Cette amitié apparemment exclusive s’avoue avec tant d’élégance et de délicatesse que l’on pourrait être surpris que les effets ne suivent pas la déclaration. Mme de Scudéry s’en étonne le 8 juillet et fait écho aux plaintes de la spirituelle magistrate. Bussy rassure son amie le 12 et écrit le même jour à Mme d’Ons-en-Bray. Il glisse dans sa défense un léger reproche ; elle n’a pas répondu à son billet du 2 mai, qui lui « paraissait être d’un bon ami »38. Il s’empresse de lui signaler un procès qui va être jugé dans la chambre de son mari « je vous permets de me faire gagner mon procès ». Voilà les amants-amis passés de la galanterie aux procédures judiciaires !

  • 39 La présidente d’Ons-en-Bray à Bussy, Paris le 31 juillet 1677, Correspondance, t. III, p. 315.

94Il serait aisé d’en conclure que Bussy met à profit la belle amitié de l’épouse de son juge pour avancer ses affaires, mais il convient de ne pas conclure trop vite car si le procès a déjà été distribué, Mme d’Ons-en-Bray en a été informée et Bussy eût manqué aux usages en ne la sollicitant pas. Le ton de la réponse ne laisse à cet égard aucune place au doute : « vous avez un tour dans les propos que vous tenez qui fait craindre par plusieurs raisons d’y répondre ». L’on ne saurait revenir plus clairement sur le terrain de la galanterie. Suit une déclaration des plus nettes : « je suis intéressée pour toute ma vie à tout ce qui vous peut jamais arriver ». Et, après avoir semblé oublier sa judiciaire, la magistrate revient à la procédure : « Je vous offre toujours mes soins ; ils ne peuvent passer le désir que j’ai de vous servir, monsieur »39.

  • 40 Elle se sert des mêmes mots que Mme de Scudéry (Correspondance, t. III, p. 300, 342).

95De nouveau, la structure de la Suite des Mémoires accentue la dimension galante de ce commerce. D’une part, ni Bussy ni Mme d’Ons-en-Bray n’en donnent les clefs, d’où un extraordinaire effet de décontextualisation par rapport aux entretiens et aux jeux de l’hiver 1676 et du printemps 1677. D’autre part, Bussy prend soin d’isoler les éléments de leur correspondance, ce qui en fait ressortir les accents de vive amitié. En faut-il une preuve ? Bien qu’il écrive le même jour à Mmes de Scudéry et d’Ons-en-Bray, il insère entre leurs lettres une du Père Rapin, datée du 12 juillet mais de Paris, et une autre, toujours du 12 juillet à Mme de La Basinière. Le procédé est extrêmement efficace, car il anihile le soupçon d’intérêt. Sa fille, qui sollicite pour lui, regrette qu’il ait trop tôt interrompu sa correspondance avec Mme d’Ons-en-Bray40 ? C’est Mme de Rabutin qui exprime le point de vue du plaideur. Peu importe que Bussy défère à son avis comme il avait suivi le conseil de Mme de Scudéry, puisque cette correspondance prend son origine dans une mutuelle attirance et un goût partagé pour les jeux de l’esprit.

  • 41 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Chaseu le 5 septembre 1677, Correspondance, t. III, p. 347. Ce (...)

[…] si l’on a mille raisons de se retenir sur les sentiments que vous inspirez, on en a deux mille de s’y abandonner. En arrive ce qui pourra, quelque dangereux que soit votre commerce, je ne le romprai jamais…41

96C’est promis, leur correspondance restera galante, même si cette galanterie doit s’accommoder de quelques considérations de procédure.

Patiences

  • 42 Bussy au président d’Ons-en-Bray, Autun le 24 avril 1678, Correspondance, t. IV, p. 95.

97La procédure suit lentement son cours ; le rapporteur, c’est-à-dire le magistrat chargé d’instruire ses confrères et d’éclairer leur opinion, laisse entendre à plusieurs reprises qu’il ne croit pas au bon droit de Bussy. Celui-ci reprend la plume le 24 avril et consacre trois lettres à cette affaire, la première à Gaignières, la deuxième à la présidente d’Ons-en-Bray et la troisième à son époux. C’est ce dernier qui a alors droit à un morceau de bravoure : l’exilé lui soumet un factum42, ce qui explique la formule conclusive de la lettre à la présidente qui vient juste avant : « je ne paraîtrai pour cette fois que comme solliciteur devant vous ». Cela ne suffit pas ; Mme de Rabutin recommande une transaction ou, à défaut, une nouvelle lettre à la bienveillante présidente. Cependant, celle-ci prend l’initiative d’une conférence avec Mme de Bussy. L’exilé l’en remercie bientôt et précise sa position sur la procédure.

  • 43 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Bussy le 6 juin 1678, Correspondance, t. IV, p. 119.

Au reste, madame, je ne croyais pas que notre commerce se passerait en sollicitations de procès. Nous ne sommes pas faits pour cela ni l’un ni l’autre ; cependant la destinée est capricieuse : […] elle ne saurait pourtant m’empêcher de vous aimer, de vous honorer et d’être plus assurément votre serviteur que de personne du monde.43

  • 44 Bussy au président Bauquemare et à la présidente d’Ons-en-Bray, Dijon le 15 août 1678, Correspondan (...)

98La poursuite de ce procès devient un signe du destin. Quoiqu’épouse de magistrat, Mme d’Ons-en-Bray reste une dame destinée à être honorée, servie et aimée. Sans la priver des remerciements auxquels elle a amplement droit, Bussy maintient leur relation dans le registre courtois et s’y emploie de nouveau quand la cour lui donne raison. Il écrit alors simultanément au magistrat et à l’amie. Le premier mérite la reconnaissance de Bussy pour avoir défendu avec honneur les privilèges de la Bourgogne, la seconde… pour son silence, car elle a employé pour sa cause le temps qu’elle aurait pu consacrer à lui écrire44.

  • 45 Mme d’Ons-en-Bray à Bussy, Paris le 30 septembre 1678, Correspondance, t. IV, p. 203.

99À la fin de l’été, le ton change ou, plutôt, sa correspondante affecte de le solliciter. S’il s’efforçait de revenir à Paris, elle se flatterait d’être pour quelque chose dans ce désir. « Dites à madame votre fille que je la supplie de vous ramener dans un lieu où vous êtes souhaité de tous les honnêtes gens »45. Cette phrase touche à l’un des enjeux de l’œuvre épistolaire. Il faut en effet mesurer l’extraordinaire décalage entre la formulation du vœu et la réalité de la situation de Bussy. Non, celui-ci n’a pas choisi la retraite pour jouir plus à son aise de la compagnie de sa fille, il reste bel et bien un exilé, dont le retour continue de dépendre d’une grâce royale – mais comment le monarque ferait-il attendre une faveur désirée par « tous les honnêtes gens » ? Car le roi, qui est le premier destinataire de la Suite des Mémoires sait qu’il n’en est pas le seul lecteur, que plusieurs correspondants en ont connaissance : en même temps qu’il lui rappelle la bonne opinion que ses sujets ont désormais de lui, Bussy invite Louis XIV à ne pas les décevoir. Sous prétexte de distraire le souverain, il plaide sa propre cause en s’adressant autant à l’auditoire qu’à son maître. Et, afin que le message soit bien clair, Bussy le précise, officiellement à l’intention de Mme de Scudéry :

  • 46 Bussy à Mme de Scudéry, Chaseu le 8 octobre 1678, Correspondance, t. IV, p. 204.

Je n’écrirai jamais rien pour le roi (hors ce que je puis dire de lui dans des lettres), à moins que Sa Majesté ne me fasse témoigner qu’elle le souhaite ; et pour lui en faire venir l’envie, j’en laisserai les soins à mes amis ou à la fortune.46

  • 47 Bussy à Bouhours, Bussy le 22 octobre 1689 Bussy-Rabutin, Correspondance avec le Père Bouhours, op. (...)
  • 48 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Chaseu le 9 octobre 1678, Correspondance, t. IV, p. 210.

100Il est aisé d’appliquer ce principe à la déclaration de Mme d’Ons-en-Bray. Si tous les honnêtes gens souhaitent le retour de Bussy, le roi qui est un honnête homme partage ce désir ; il ne tient qu’à lui de le satisfaire. Le syllogisme est impeccable, car si le roi ne le rappelle pas, est-il honnête homme ? Aux autres lecteurs d’en juger… Ainsi, l’offre de services s’accompagne-t-elle d’un discret appel au public. L’épistolier reprend ce terme à plusieurs reprises. Il y revient on ne peut plus nettement une vingtaine d’années plus tard. « J’aurais peur que si mes services, mes sentiments et mes louanges n’étaient pas récompensés, tout cela ne devînt une satire entre les mains de la postérité »47. Il ne reste plus à Bussy qu’à prendre la pose de la patience, à rappeler à Mme d’Ons-en-Bray que la décision appartient à Louis XIV et qu’il n’a pas manqué de le faire solliciter par le duc de Saint-Aignan, qu’en attendant, Mme de Coligny l’aide « à supporter avec patience la longueur de [s]on exil »48. La formule est ici exactement calibrée, puisqu’elle ne conteste pas l’exil, mais sa durée, sa prolongation au-delà de ce qu’aurait justifié la faute qu’on lui a imputée. Le roi, qui a eu raison de le punir, aurait tort de maintenir la punition.

101À défaut de se laisser convaincre, Louis XIV se laisse fléchir et accorde à l’exilé l’autorisation de venir à Paris suivre ses affaires. Il bat de nouveau le pavé de la capitale à compter de décembre 1679, sollicite et se donne à voir sollicitant dans la Suite des Mémoires. Parce que son séjour constitue une nouvelle épreuve de patience, la galanterie y a moins de part, du moins en apparence, car Bussy fréquente l’hôtel du président de Bauquemare et y revoit Mme d’Ons-en-Bray. Longue patience, huit mois où Bussy reste interdit de cour. Ne pouvant se présenter devant le roi, il s’abstient de paraître devant ses représentants et manque, par exemple, les séances de l’Académie dont le souverain est le protecteur depuis la disparition du chancelier Séguier.

  • 49 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Bussy le 27 juillet 1680, Correspondance, t. V, p. 145.

102Les choses évoluent pourtant. Cette fois, il ne se présente pas chez Mme d’Ons-en-Bray avant de rejoindre l’exil. Il a cela sur le cœur, explique-t-il à la dame, à laquelle il écrit par la première poste, le 27 juillet 1680, en lui promettant de revenir dans le mois49. Des affaires familiales semblent le détourner de ce projet auquel le roi, de toute façon, ne donne pas la main. C’est que leur commerce roule alors sur la Suite des Mémoires. Le roi voudrait voir l’année 1674 et Bussy hésite sur l’insertion d’une lettre de Saint-Aignan. Redevenu modeste, il ne songe plus à demander l’autorisation de revenir à Paris que pour deux mois, au printemps 1681, puis à l’été. Il quitte Paris le 1er octobre 1681 après avoir marié la première fille de son second lit avec le marquis de Montataire. L’heure approche de se présenter, enfin, de nouveau devant le roi. La rencontre se produit en mai 1682. En dépit des compliments des courtisans, elle laisse Bussy insatisfait, d’autant qu’il s’emploie à activer les procédures devant le parlement de Paris pour obtenir l’annulation du mariage de Mme de Coligny et de La Rivière.

  • 50 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Bussy le 23 octobre 1682, Correspondance, t. V, p. 322.

103L’on ne trouve dans la Suite des Mémoires aucune lettre à Mme d’Ons-en-Bray entre le retour de 1680 et celui de 168250. Les excuses se suivent et, pour cette raison, préjugent du pardon : « vous m’avez si souvent excusé en de pareilles rencontres que je n’ai point en celle-ci désespéré de votre retour à la miséricorde ». Étrange lettre, en vérité, tant elle imite celle d’un cœur volage assuré de son pardon :

Vous connaissez mon cœur incapable de vous manquer dans le fond ; car pour les irrégularités, elles ne peuvent faire soupçonner que les nouvelles amitiés, et j’ai fait mes preuves de fidélité pour vous.

104Pour reprendre la formule de sa correspondante, le tour de ce billet « fait craindre par plusieurs raisons d’y répondre ». Il est en effet galant à force de sembler compromettant, car l’on ne peut rien conclure avec certitude de cette demande de retour à la miséricorde, sinon que Bussy a fréquenté la présidente aussi assidûment que ses affaires le lui permettaient (ou le justifiaient), et qu’ils se parlaient dans ces occasions comme des connaissances de plus de six ans. Autrement dit, le billet vient surtout revendiquer une familiarité cultivée avec attention. À la destinataire comme aux lecteurs d’apprécier l’habileté de la variation, l’esprit du billet. Bussy feint en effet de se répéter pour mieux surprendre, en réaffirmant sa fidélité. Et l’on en vient à oublier que cette relation ne dit plus son objet comme elle le faisait au début, lorsque l’épistolier écrivait en poète. Où sont ses vers, de quoi cette relation se nourrit-elle si Bussy, qui paie de mots l’amitié de Mme d’Ons-en-Bray ne compose pas pour elle ces poèmes à la mode, ces chansons qui circulent dans les salons avant d’être reprises dans des recueils ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité que Bussy ne revient vers sa correspondante que pour solliciter, sept ans plus tard. Il se tient de nouveau aux marges de la galanterie :

  • 51 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Chaseu le 11 novembre 1689, Correspondance, t. VI, p. 284.

[…] cela me donne lieu de vous dire toujours que vous êtes la personne du monde que j’estime et que j’aime autant, et que j’aimerais encore davantage, si je me sentais digne d’être aimé.51

  • 52 Alain Viala parle de « connivence entre ceux qui ont l’art des belles manières » (La France galante(...)

105Formule remarquable, qui mesure l’amitié à l’estime et excuse le silence par la modestie ! Bussy, modeste ? Pour la lettre, peut-être, car pour l’ouvrage épistolaire, il est pleinement conscient des qualités de son travail comme des vertus littéraires des conventions. « Il faut donc que j’achève comme j’ai commencé », explique-t-il. Ce constat désabusé exprime une résignation que Bussy n’a pas toujours ressentie et qu’accentue le fait que cette lettre est la dernière à Mme d’Ons-en-Bray que nous connaissons. Il serait cependant hasardeux de la comprendre comme une forme de renonciation, ne serait-ce que parce que les procès de Bussy continuent et que Mme d’Ons-en-Bray appartient à une société dans laquelle il évolue lors de ses séjours parisiens52. L’explication est donc d’un autre ordre, c’est-à-dire littéraire.

Poésies

106La correspondance avec Mme d’Ons-en-Bray s’ouvre sur une note poétique et, en dépit de toutes les sollicitations, Bussy et la présidente s’entendent pour lui conserver un tour plaisant, séduisant même. Or les lettres ne s’accompagnent jamais plus de pièces de vers, comme en reçoivent Mmes de Sévigné, de Scudéry, Mlle Dupré…

107Il en résulte que le lecteur d’aujourd’hui est confronté à des lettres presqu’amoureuses, qui ne traitent guère que de procès, mais en accompagnent les diligences de protestations de tendre amitié. Comme celle-ci est le principe de leur commerce, lequel dure plus de vingt ans, il en résulte que nous n’en avons qu’une partie soigneusement sélectionnée.

  • 53 Bibl. nat. Fr., Ms Fr 20862, f° 56 sqq.

108Il existe en effet, à côté des lettres, un ensemble de vers dont le rondeau composé par Bussy pour Mme d’Ons-en-Bray, avec des réponses53. Deux correspondances, donc, celle de la Suite des Mémoires et, plus poétique mais tout aussi réelle, celle d’un recueil qui prolonge le rondeau inaugural. L’authenticité du second ensemble est assurée car, à défaut d’être autographe, le manuscrit figure dans les papiers de Gaignières, lequel apparaît fréquemment dans la Suite des Mémoires. Cet ami de Bussy lui donnait volontiers des nouvelles de la ville et de la cour, de même qu’il le fournissait en copies de pièces pour son Histoire généalogique. Également lié à la société de Mme d’Ons-en-Bray, il était bien placé pour réunir ces pièces ou en copier le recueil.

  • 54 On lit au verso la « Réponse de Mme d’Osembray ».

109Comme dans la Suite des Mémoires, le jeu commence par le rondeau : « De vous aimer, j’ai quasi le dessein » ; mais, cette fois, la réponse est directement imputée à Mme d’Ons-en-Bray54. Le folio suivant donne un « Avis à M. de Bussy sur Mme d’Osembray » :

Vous voulez être un ami seulement
Vous changerez bientôt de sentiment
Avec Iris plus avant l’on s’engage.
Amis, amants, chacun y fait naufrage.
Évitez donc ce commerce charmant
Il n’est pas sûr.

  • 55 Bibl. nat. Fr., Ms Fr 20862, f° 57. Les vers sont repris dans la lettre d’une inconnue à Bussy non (...)

110Un tiers s’est-il chargé de faire voler en éclats la convention de l’amitié ? Est-ce le fait de Bussy lui-même ? Le résultat n’en est pas moins acquis : les charmes de la présidente sont trop puissants pour que la fréquenter ne conduise pas à l’amour. La suite est tout aussi surprenante, puisqu’il s’agit d’un rondeau « Pour Made de Bussy chanoinesse sur le rondeau de Mr son père »55, la chanoinesse étant Louise-Marie-Thèrèse de Rabutin, la future marquise de Montataire, alors chanoinesse de Remiremont :

On voit encore un ouvrage plus beau,
Qu’a fait Bussy, non pas de son cerveau,
Aussy croit-on qu’il ne fut à le faire
Tout seul.

111Également adressés à Iris, ces vers sont suivis d’un dernier rondeau, pour Mme d’Ons-en-Bray par M. de Sillery. De la sorte, le rondeau de Bussy devient le prétexte d’un jeu auquel participent d’autres membres de la société de Mme d’Ons-en-Bray. L’on en trouve un indice très sûr dans le dénombrement des lettres. La chanoinesse se trouve en effet être celle de ses enfants à qui Bussy écrit le plus. Or, pour l’essentiel, ces échanges interviennent au moment des rondeaux. Le graphique n° 8 rend compte de ce jeu.

112Mme de Rabutin accompagne Mme d’Ons-en-Bray dans les rondeaux, exactement comme dans la Suite des Mémoires, elle suggère à son père d’écrire à l’épouse du magistrat. Que l’on ne s’y trompe pas, ce ne sont pas les conseils de Mme de Rabutin que son père reconnaît ici, mais leur succès conjoint auprès de leur correspondante : celle-ci contribue à l’exercice, au point que Gaignières lui attribue le deuxième rondeau. La poésie rend ici manifeste les vertus de l’entreprise épistolaire de Bussy et l’on comprend alors le parti que celui-ci tire de l’insertion de lettres de connaissances et amis et la distinction que ceux-ci y gagnent, d’autant que leur caution modifie l’image de l’exilé. Car, les rondeaux y insistent, tout est affaire de réputation : « La médisance avec son noir chagrin/ À votre honneur n’a fait aucun dommage », souligne le premier et « Pour notre sexe, on vous croit un peu traître./ Moi-même, avant que de vous bien connaître/De cet avis j’étais… », continue le second. Le recueil poétique comme la Suite des Mémoires pressent le lecteur de découvrir le vrai Bussy et de s’abandonner à ses qualités, telle Mme d’Ons-en-Bray :

Vous pouvez donc faire partout connaître
Une amitié que je veux reconnaître.

Portrait de l’épistolier

113L’inventaire des lettres dessine un portrait inattendu. Le Bussy qu’il nous livre reste incontestablement un Grand, ainsi que l’affirment orgueilleusement les lettres à Louis XIV, ou encore la présence parmi les destinataires de ducs, de maréchaux de France, d’un roi en exil. Cependant, ce Grand ne jouit d’aucun des autres signes de sa grandeur. Sa charge de lieutenant de roi de Nivernais apparaît tardivement et brièvement : il en est pourvu à la mort de son père et en démissionne lorsqu’il devient mestre de camp général de la cavalerie légère, mais l’on n’en a de trace qu’à l’occasion de la Fronde, et, pour la quasi-totalité, en 1652. Faut-il en conclure qu’il ne s’est intéressé à ses fonctions que pendant des circonstances exceptionnelles ? Ce serait une erreur, puisqu’il avait pris la peine de se faire recevoir en sa charge à Saint-Pierre-le-Moûtier comme à Nevers. De même, la charge de mestre de camp donne surtout lieu à des échanges rétrospectifs, qu’il s’agisse d’en obtenir les gages ou de complimenter ses successeurs. Autant les Mémoires sont diserts sur ses hauts faits militaires, autant sa correspondance active est lacunaire à cet égard. S’il apparaît ainsi en exécutant fidèle des ordres royaux, son zèle ne lui assure pas la place qu’il ambitionne. Cela vaut encore pour la période finale, quand il choisit de s’affirmer sur la scène bourguignonne en briguant la charge d’élu de la noblesse : l’on ne trouve que quelques allusions à son rang dans son ordre.

  • 56 Par exemple dans la lettre à Mme de Sévigné du 20 mars 1675 : « Il y a cinq ou six jours que Mme de (...)

114La deuxième surprise de cet inventaire tient à la faible part qu’y occupe la famille. Comme il avait mis sa correspondance en œuvre dans la Suite des Mémoires, une telle situation résulte d’abord de son choix. Aucune lettre à Gabrielle, la première épouse, aucune non plus à Louise, la seconde. Certes, Bussy ne témoigne pas une passion débordante pour celle-ci en dépit de la loyauté dont elle fait preuve lorsqu’il traverse l’épreuve de la prison. Elle sollicite alors pour lui et endosse plusieurs lettres qu’il prépare pour elle, avant de le rejoindre dans son exil. Si les soins de leurs affaires l’appellent ensuite à Paris, elle le rejoint à plusieurs reprises et ils s’accordent pour assurer l’établissement de leurs enfants. De son côté, il accroche son portrait dans sa chambre et la fait représenter au plafond du cabinet de la Tour dorée. Les époux sont bien évidemment en commerce de lettres comme en attestent les mentions de Mme de Bussy dans les lettres de l’exilé56.

115Si ses enfants des deux lits lui écrivent, il donne peu des lettres qu’il leur adresse, de sorte qu’il apparaît bien plus solitaire qu’il ne l’est en réalité. Une lettre au marquis de Bussy, et en 1691 ! Louise-Françoise, qui vit la plupart du temps auprès de son père, en reçoit sept, tardivement (entre 1687 et 1691, bien après l’épisode du mariage avec La Rivière) et Louise Marie Thérèse huit, dont sept entre 1675 et 1679. Surtout, il n’écrit pas (ou ne conserve pas de lettres) à tous ses enfants. Deux seulement pour son aînée, religieuse à la Visitation, dont il célèbre pourtant les vertus pour Mme de Sévigné ; l’on ne connaît aucune lettre à la cadette Charlotte et l’on n’en conserve pas plus à l’abbé de Bussy, sur l’éducation duquel il veille pourtant soigneusement et qui continue à faire des séjours à Bussy. Leur père fait volontiers état de leur présence auprès de lui quand il ne sollicite pas une commission d’officier pour Amé Nicolas, un bénéfice pour Michel-Celse, une abbaye pour ses filles religieuses – sa dernière lettre connue est un remerciement pour Michel-Celse.

116Les Toulongeon sont à peine mieux traités. Mme de Toulongeon, la douairière, n’apparaît que pour deux lettres en 1643, avant le mariage avec sa fille Gabrielle. Or, malgré les différends liés à la succession de cette dernière, c’est à elle que Bussy confie sa fille Louise-Françoise quand il épouse Mlle de Rouville et la correspondance atteste de ses visites à Chaseu. Or c’est sa bru qui reçoit le meilleur de l’attention de Bussy. Celui-ci se flatte de l’avoir formée. Ce rôle d’éducateur suppose une présence attentive et de fréquentes rencontres entre le châtelain de Chaseu et ceux d’Alonne.

117Pour les générations futures, ce tableau contribue pourtant à l’image du libertin. Il apparaît comme un homme délié des liens du mariage et éloigné de sa famille, abandonné à ses passions, poursuivant des amours illégitimes en Bourgogne comme il le faisait à Paris au temps de sa passion pour Mme de Montglat. C’est oublier que Louise de Rouville n’a cessé de le rejoindre en ses maisons bourguignonnes et qu’il s’est montré un père attentif. C’est surtout oublier que les lettres qu’ils échangeaient n’étaient pas de nature à entrer dans son œuvre, tout simplement parce que les nouvelles et les avis qu’ils échangeaient ne créaient pas le tour singulier qui faisait à ses yeux le prix de la Suite de ses Mémoires.

118L’inventaire convie à dépasser les apparences et les réputations pour découvrir chez Bussy trois qualités qui ne sont peut-être pas celles qu’il avait songé vanter : il est fidèle, cordial et assidu – travailleur même.

Le fidèle

119Fidèle, il l’est pourtant. L’obsédante Mme de Montglat peut bien n’avoir droit qu’à une lettre (mais à combien de poèmes et de devises ?), il ne manque jamais à ses amis. En dépit de leurs disputes, Mme de Sévigné le sait bien. Lorsque son nom est prononcé après l’arrestation de Fouquet, auquel elle aurait écrit des lettres compromettantes, il passe par-dessus leurs différends et lui apporte hautement son soutien ; elle agit de même lorsqu’il est jeté à la Bastille en 1665. Leur entente change peut-être de nature mais, il faut y insister, si Mme de Sévigné ne partage pas ses vues et semble parfois prendre ses distances avec lui, par exemple lorsqu’il lui adresse son Histoire généalogique de la maison de Rabutin, jamais il n’agit de même à son égard. Quoique ses lettres ne retrouvent pas la joyeuse exubérance des années quarante et cinquante, elle reste sa première correspondante. Au-delà des liens familiaux et des affinités individuelles, ce résultat tient aussi à la modification de la règle du jeu de leurs échanges. Celle-ci intervient par le fait de Bussy, quand celui-ci soumet à Louis XIV un manuscrit comportant des missives de Mme de Sévigné et qu’il en informe celle-ci. L’histoire littéraire retient que l’exilé a été le premier éditeur de sa cousine.

120Nous savons quand Bussy a adressé son manuscrit au roi parce qu’il en a informé sa cousine. Elle proteste, presque pour la forme ; il la rassure d’un compliment, et l’affaire est entendue. Dès lors, quand Mme de Sévigné écrit à son cousin, elle sait que le roi pourra lire par-dessus son épaule. Elle ne s’en défend pas et ne protestera pas quand Bussy renouvellera son initiative. Cela brouille la distinction entre correspondant et auteur épistolaire ? Notons plutôt que Mme de Sévigné est la première à reconnaître cette dimension à Bussy.

121Retenons également que si l’exilé est fidèle, c’est aussi parce qu’il suscite de belles amitiés. Sa proximité avec Tavannes se nourrit d’expériences voisines : carrière militaire, déception à l’égard du Grand Condé, retour forcé en province, écriture mémorielle... Rien, en revanche, ne le prédestinait à bénéficier de l’amitié constante du duc de Saint-Aignan, lequel ne l’abandonne jamais. D’une manière identique, ni le premier président Brulart, ni Jeannin de Castille, pourtant brocardé dans l’Histoire amoureuse des Gaules, ne marquent une quelconque distance avec lui – ce qui n’empêche pas Brulart, tout en goûtant ses manuscrits, de lui suggérer de les expurger avant de les montrer au roi. Quant à Corbinelli, il continue à s’employer pour lui bien après qu’il n’est plus à son service.

  • 57 Roger Duchêne édit., t. III, p. 250, Mme de Sévigné à Bussy, Paris le 6 avril 1686.

122Ce Bussy s’exprime surtout avec ses belles amies. La douceur des lettres à Mme de Scudéry, si elle révèle un Bussy attentif et généreux, n’empêche pas de regretter l’absence des billets aux maîtresses : quelles folies n’avait-il pas écrites à Mme de Montglat ? De cela, nous ne saurons sans doute jamais que le peu qu’il a confié dans son roman. Mme de Scudéry jouit d’un rang privilégié, mais il sait encore parer son amitié de la tendresse la plus attentive pour Mme de Montmorency ou pour Mme de Villeroy, à un point tel que cette dernière, « Mon Cœur », semble plutôt être une ancienne maîtresse. Il trouve pour elles des formules attentives, des compliments nouveaux où la sincérité inspire la recherche de l’effet littéraire. Les lettres qu’il leur adresse le montrent égal à la définition qu’il donne de lui-même dans les devises qu’il a fait peindre aux murs de son château de Bussy – il fait notamment peindre une ruche avec pour légende « Spont favos ægre spicula » (volontiers son miel, à regret son dard). Mme de Sévigné s’émerveille en 1686 d’une lettre dans laquelle elle retrouve « des traits de cette aimable humeur qui vous rendait si charmant et si délicieux, et si distingué des autres »57.

123L’inventaire de la correspondance révèle un Bussy se livrant tout entier au plaisir de l’amitié. Le schéma se renouvelle à de multiples reprises : il noue une nouvelle relation, et s’y adonne sans réserve. Les lettres se succèdent, parfois jusqu’à la déception. C’est ce qu’il fait avec le marquis de Trichateau ou encore avec La Rivière, qui en vient à épouser Mme de Coligny ; c’est ce qu’il fait avec Mme de Maisons.

124Ce rythme imite celui d’une correspondance amoureuse. Bussy reste fidèle à la recommandation des Maximes d’amour :

  • 58 Bussy-Rabutin, Mémoires, t. II, p. 175.

Écrivez la nuit et le jour,
Les lettres font vivre l’amour.58

125Un tel épanchement épistolaire apparaît parfois avec des personnes qui rentrent en contact avec lui par lettre (Mlle Dupré en propose une bonne illustration). Il se retrouve également avec des voisins (le marquis de Trichateau est gouverneur de Semur, ville voisine du château de Bussy ; presque à la fin de sa vie, Bussy entre en commerce épistolaire avec Mme de Maisons, religieuse à Autun). Cela signifie que les lettres les plus intimes ne sont pas une conversation en l’absence mais, au contraire, l’expression du plaisir de la présence. à considérer le rythme des lettres à Trichateau, l’on ne peut que s’interroger sur la raison de tels messages. Leur liberté de ton confirme la confiance entre les deux hommes. Dès lors, n’est-il pas possible qu’ils se confient ce qu’ils ne peuvent dire devant la petite société semuroise ? La lettre devient alors une conversation en l’absence... des autres. Voilà qui, autant que l’exil, expliquerait l’importance de la société bourguignonne dans la Suite des Mémoires.

Le laborieux

  • 59 Jean-Pierre Collinet, « Un triumvirat critique : Rapin, Bouhours, Bussy », Critique et création lit (...)

126Écrire la nuit et le jour, certes : Bussy réécrit plus qu’il n’écrit. La correspondance prouve le soin avec lequel il travaille et retravaille ses écrits. L’on en trouvera de nombreuses preuves positives dans les lettres adressées aux Pères Rapin et Bouhours entre 1671 et 1693. Leur fréquence reste soutenue ; simplement, Bussy partage ses lettres entre les deux savants jésuites – une lettre leur est même commune. C’est qu’ici, exceptionnellement, la relation repose sur l’écriture des trois hommes – Jean-Pierre Collinet a pu parler d’un « triumvirat critique »…59 Bussy commence en effet par relire le Père Rapin et finit en soumettant une partie de ses travaux au Père Bouhours. Favorisée par des relations communes, notamment avec le premier président de Lamoignon, la confiance se développe progressivement, l’amitié intellectuelle s’accentuant au fil du temps. Amorcée avec le Père Rapin, elle est partagée avec le Père Bouhours, puis celui-ci prend le relais à la mort du premier jésuite, comme le graphique n° 10 le montre bien. Sous l’effet de la composition des Discours, leur commerce s’intensifie même au moment où la correspondance générale s’espace, de sorte que Bouhours ne reçoit pas moins de 22% des missives écrites par Bussy en 1691.

  • 60 Bussy-Rabutin, Discours à sa famille, op. cit., p. 94.

127Se comporter en auteur impose de fastidieuses tâches matérielles. Il faut recopier, mettre au propre, relire encore, vérifier les manuscrits, les faire relier ; il faut, pour les lettres, disposer de celles que l’on a reçues, respecter le rythme de la poste ou profiter d’un courrier, regrouper, faire des paquets… Bussy livre quelques indications à cet égard. Il conserve dans des cassettes les lettres qu’il a reçues, parce qu’elles témoignent de ses services, qu’elles comportent des promesses… « Je receus vint lettres du Cardinal Masarin (que vous trouverés dans une de mes cassettes) », explique-t-il à ses enfants60. Même en faisant la part de l’exagération, il est loin de reproduire dans ses Mémoires toutes les missives du cardinal – la volonté de faire œuvre peut en outre le conduire à exclure des pièces qui suspendraient le mouvement qu’il s’efforce d’introduire dans son récit ou l’effet qu’il cherche à créer. De la même manière, il conserve des minutes des lettres qu’il envoie, et auxquelles il se reporte lorsque la réponse de ses correspondants le surprend ou qu’il éprouve le besoin de se défendre. Bien entendu, nous ignorons à quel moment il avait pris cette habitude ; nous savons seulement par les Mémoires qu’il devait déjà procéder de la sorte dès les années 1650, puisqu’il se justifie de ne pas donner le texte de certaines lettres par le fait qu’il n’avait pas eu le temps d’en prendre copie. Il était d’ailleurs accompagné par un secrétaire car, un certain nombre de ces lettres ayant un caractère officiel, qu’elles relèvent de ses fonctions de lieutenant de roi de Nivernais ou, par la suite, de celles de mestre de camp général de la cavalerie légère, il était indispensable de conserver des doubles. Cette pratique, assez précoce dans la carrière de Bussy, a sans doute facilité le passage de la compilation, déjà établie, à l’assemblage, qui requérait un travail de composition.

128Bussy travaillait-il sur deux matériaux différents : originaux dans des cassettes d’une part, minutes enliassées d’autre part, ou bien avait-il déjà commencé à copier ou faire recopier une partie de la correspondance passive ? Autrement-dit, un premier travail de sélection avait-il déjà été opéré et comment Bussy pouvait-il avancer sa rédaction malgré ses fréquents déplacements entre ses châteaux de Bussy et de Chaseu ? Liasses et cassettes représentaient en effet une masse documentaire considérable, à laquelle s’ajoutaient les liasses de la Suite des Mémoires dont il prêtait des exemplaires à Bussy (par exemple à Trichateau) comme à Chaseu (par exemple au premier président Brulart). Et comme la rédaction s’est étalée sur deux décennies, le projet n’a-t-il pas changé en cours de route et, en ce cas, Bussy n’a-t-il pas retouché son œuvre, ce qui aurait entraîné des variantes entre manuscrits ? Il est en tout cas clair que la rédaction en a été coupée par de nombreux autres travaux littéraires (Histoire généalogique, traductions de poètes latins, Lettres d’Héloïse et d’Abélard…).

*

129Éminemment sociable l’épistolier se plaît aux jeux de l’esprit, y associant aisément la galanterie. Il se sent aimable et recherche l’approbation de ses correspondants, auxquels il n’hésite pas à soumettre ses compositions. Il sait pourtant plaisanter à ses dépens, jouant avec coquetterie de son âge – la lettre facilite la mise en scène de l’esprit aux dépens de l’apparence physique. Le ton presque gaillard de nombreuses lettres à des correspondantes tranche avec les protestations de soumission adressées à Louis XIV. Leur juxtaposition aggrave l’effet des commentaires sur l’actualité ou des chansons : il est un libertin impénitent. Cependant, est-ce seulement par complaisance qu’il adresse des traductions de Martial à Mme de Sévigné, ou bien est-il sensible aux appréciations de sa cousine, surtout quand le savant Corbinelli y ajoute les siennes ? Trop souvent indifférent aux avis et mises en garde, Bussy accepte en revanche sans rechigner les conseils d’écriture que peuvent lui prodiguer les RR.P. Rapin et Bouhours, corrigeant ses textes suivant leurs indications de même que ceux-ci reprennent les leurs en fonction de ses critiques, cette exigence s’instaurant dès le début de leur liaison et se maintenant jusqu’à la mort de l’épistolier.

  • 61 Roger Duchêne édit., t. III, p. 256, Bussy à Mme de Sévigné, Chaseu le 17 mai 1686.

130En attendant une édition critique de la partie conservée de la Suite des Mémoires, qui rendrait compte de l’œuvre conçue par Bussy, la brassée de lettres réunies ici commence à retoucher un portrait que l’inventaire de la correspondance active continue à affiner. S’il fallait en retenir deux traits, ce seraient la sensibilité et la fidélité d’une part, l’exigence de l’écrivain d’autre part. Le libertin imbu de lui-même, l’ambitieux déçu disparaissent derrière l’ancien amant resté tendre, l’ami attentionné et l’épistolier assidu. Allant vers les autres avec passion, Bussy sait se faire pardonner tous ses défauts. Mises en évidence par l’inventaire des lettres, la durée et l’intensité de son commerce avec ses principaux correspondants prouve que malgré sa réputation d’avoir employé sa vie à dire du mal de ses contemporains, il a, passé le temps des passions, suscité d’étonnantes tendresses. « Voilà ce qui m’est resté du temps passé. Ce qui était autrefois dans mon cœur n’est plus que dans mon esprit, et j’en suis de meilleure compagnie »61. Et ce Bussy-là demeure en ses lettres plus qu’en la Suite des Mémoires

Haut de page

Notes

1 Bibl. nat. Fr, Ms Fr. 10 334-10 336. Après la lettre du fils du Grand Condé datée du 24 décembre 1686 et un sonnet à la gloire de ce dernier, Lalanne note : « Ici finit le troisième et dernier volume du manuscrit de la correspondance de Bussy. Pour les années suivantes, à part un certain nombre de lettres que je tirerai du manuscrit Brottier, j’en serai réduit à reproduire le texte des anciennes éditions » (Correspondance, t. VI, p. 17).

2 Bibl. Institut, Ms 700 (réserve).

3 Bibl. nat. Fr., Ms Fr 24 422 (MF 8340).

4 Correspondance, t. I, p. XI.

5 Roger Duchêne édit., op. cit.

6 Bussy-Rabutin, Lettres inédites, Daniel-Henri Vincent édit, Éditions universitaires de Dijon, Dijon, 2018. Je remercie Daniel-Henri Vincent de m’avoir fait part de ces missives avant la publication de son ouvrage.

7 Bussy a supprimé celle qu’il avait insérée dans ses Mémoires pour commenter le duel dans lequel le chevalier d’Isigny avait trouvé la mort fin juillet 1646 (Correspondance, op. cit., t. IV, p. 36, 41).

8 Telle est l’expérience à laquelle s’est livré Jacques Delon, lorsqu’il a entrepris de faire des discours du cardinal de Retz une part d’œuvres complètes : il a édité deux fois des discours empruntés aux Mémoires, ainsi de la Harangue au Parlement du 12 juillet 1651 (Cardinal de Retz, Œuvres complètes, Jacques Delon édit., Paris, Honoré Champion, 2005-2015, 9 vol., t. I, p. 270-272 et t. IX, vol. II, p. 237-240).

9 Correspondance, t. II, p. 232. Il s’agit du manuscrit de l’Institut.

10 Cf. par exemple la série des « Correspondants de Peiresc », procurée par Tamizey de Larroque, le collaborateur de Lalanne, parallèlement à l’édition de la correspondance active du grand magistrat aixois.

11 Tel est le choix opéré par Régis Chantelauze pour ses Œuvres du cardinal de Retz, (Paris, Grands Écrivains de la France, 1870-1896, 10 vol.), et démarqué par Jacques Delon (Œuvres complètes, op. cit.).

12 C. Rouben, Correspondance avec le Père Bouhours, Paris, Nizet, 1986, p. 10.

13 Mme de Scudéry et Bussy-Rabutin, Correspondance, Christophe Blanquie édit., Paris, Classiques Garnier, à paraître.

14 Monmerqué éditeur, Lettres de Mme de Sévigné, Paris, Hachette, 1862-1868, 14 vol., t. VIII, p. 52, ne 3.

15 Ibid., p. 50.

16 Arch. nat., AB XIX 3951 dossier 11, n° 31, Bussy-Lameth à M. de Feuquières, Trêves le 28 juillet 1634.

17 Archives d’État de Turin (Lettere di Particolari, Mazzo 134, Lettera B Bussy de Rabutin fasc.). Jean-Louis de Rabutin accèdera à la dignité de maréchal ; son épouse sera une correspondante de Bussy.

18 Bibl. nat. Fr., Fr 4984, f° 193.

19 Revue des sociétés savantes, 1878, p. 369.

20 Lauzun est à deux reprises allé beaucoup plus loin que Bussy dans la faveur comme dans la disgrâce, ce qui ne l’empêcha pas d’accéder à la pairie.

21 Certaines attributions sont dues à Lalanne, dont les hypothèses apparaissent très vraisemblables.

22 Lettre du 2 novembre 1671.

23 Bussy-Rabutin, Mémoires, Ludovic Lalanne édit., Paris, Charpentier, 1857, 2 vol., t. I, p. 263.

24 E. de Bouteiller et Eugène Hepp édit., Correspondance politique adressée au magistrat de Strasbourg par ses agents à Metz (1594-1683) tirée des archives municipales de Strasbourg, Paris, Berger-Levrault, 1882, p. 324.

25 Jusqu’ici, la lettre la plus tardive était celle du 3 mars 1693 au R.P. Bouhours. Jacqueline Duchêne avait signalé cette ultime missive.

26 Paris, 1829, 3 vol.

27 Christophe Blanquie, Les Masques épistolaires de Saint-Simon, Paris, Champion, 2009.

28 Jacqueline Duchêne, « Un académicien français des plus surprenants », Actes de la rencontre académique Bussy-Rabutin, Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 143, 2010, p. 85-95.

29 Roger Duchêne, Comme une lettre à la poste, Paris, Fayard, 2006, p. 189-190.

30 Bussy-Rabutin, Correspondance avec le Père René Rapin, C. Rouben édit., Paris, Nizet, p. 183.

31 Saint-Aignan à Bussy, Paris le 24 décembre 1676, Correspondance, t. III, p. 194. Connaissance identique chez la fidèle Mme de Scudéry (Bussy à Mme de Scudéry, Chaseu le 30 novembre 1680, t. V, p. 187).

32 Il y renonce en raison de trop faibles garanties financières.

33 Il n’est guère mieux traité au château de Bussy car, dans l’antichambre des hommes de guerre, son portrait, coincé contre un angle, est le seul à ne pas avoir un encadrement complet.

34 Cf. Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle, Paris, Champion, 2008 (2e édit.), p. 677-678.

35 Antoinette Servient, la première duchesse de Saint-Aignan était la sœur d’Élisabeth, épouse de Charles de Bauquemare, président aux requêtes du Palais à Paris (cf. Tallemant des Réaux, Historiettes, Antoine Adam édit., Paris, Pléiade, 1961, 2 vol., t. II, p. 1465). Charles de Bauquemare étant décédé en 1672, la présidente d’Ons-en-Bray est l’épouse de son fils, Nicolas, qui meurt en 1697 à l’âge de 65 ans, comme son frère jumeau.

36 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Paris, le 26 octobre 1676, Correspondance, t. III, p. 188.

37 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Paris le 2 mai 1677, Correspondance, t. III, p. 250.

38 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Chaseu le 12 juillet 1677, Correspondance, t. III, p. 302.

39 La présidente d’Ons-en-Bray à Bussy, Paris le 31 juillet 1677, Correspondance, t. III, p. 315.

40 Elle se sert des mêmes mots que Mme de Scudéry (Correspondance, t. III, p. 300, 342).

41 Bussy à la présidente d’Ons-en-Bray, Chaseu le 5 septembre 1677, Correspondance, t. III, p. 347. Cette lettre est remise par Mme de Rabutin, sur les conseils de qui elle avait été envoyée (id., p. 362).

42 Bussy au président d’Ons-en-Bray, Autun le 24 avril 1678, Correspondance, t. IV, p. 95.

43 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Bussy le 6 juin 1678, Correspondance, t. IV, p. 119.

44 Bussy au président Bauquemare et à la présidente d’Ons-en-Bray, Dijon le 15 août 1678, Correspondance, t. IV, p. 174. Bussy a pris soin d’annoncer le gain de ce procès la veille à un autre correspondant.

45 Mme d’Ons-en-Bray à Bussy, Paris le 30 septembre 1678, Correspondance, t. IV, p. 203.

46 Bussy à Mme de Scudéry, Chaseu le 8 octobre 1678, Correspondance, t. IV, p. 204.

47 Bussy à Bouhours, Bussy le 22 octobre 1689 Bussy-Rabutin, Correspondance avec le Père Bouhours, op. cit., p. 106.

48 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Chaseu le 9 octobre 1678, Correspondance, t. IV, p. 210.

49 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Bussy le 27 juillet 1680, Correspondance, t. V, p. 145.

50 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Bussy le 23 octobre 1682, Correspondance, t. V, p. 322.

51 Bussy à Mme d’Ons-en-Bray, Chaseu le 11 novembre 1689, Correspondance, t. VI, p. 284.

52 Alain Viala parle de « connivence entre ceux qui ont l’art des belles manières » (La France galante, Paris, Puf, 2008, p. 197).

53 Bibl. nat. Fr., Ms Fr 20862, f° 56 sqq.

54 On lit au verso la « Réponse de Mme d’Osembray ».

55 Bibl. nat. Fr., Ms Fr 20862, f° 57. Les vers sont repris dans la lettre d’une inconnue à Bussy non insérée au manuscrit de la Suite des Mémoires (Correspondance, op. cit., t. III, p. 211).

56 Par exemple dans la lettre à Mme de Sévigné du 20 mars 1675 : « Il y a cinq ou six jours que Mme de Bussy m’envoya un billet que vous lui écriviez… » (Correspondance, op. cit., t. I, p. 706). Cf. Christophe Blanquie, « Louise de Rouville, plus qu’une épouse », Sur et par Bussy-Rabutin, Myriam Tsimbidy et Christophe Blanquie édit., Bussy, Société des amis de Bussy-Rabutin, sous presse.

57 Roger Duchêne édit., t. III, p. 250, Mme de Sévigné à Bussy, Paris le 6 avril 1686.

58 Bussy-Rabutin, Mémoires, t. II, p. 175.

59 Jean-Pierre Collinet, « Un triumvirat critique : Rapin, Bouhours, Bussy », Critique et création littéraire en France au xviie siècle, Marc Fumaroli dir., Paris, éd. CNRS, 1977, p. 261-272.

60 Bussy-Rabutin, Discours à sa famille, op. cit., p. 94.

61 Roger Duchêne édit., t. III, p. 256, Bussy à Mme de Sévigné, Chaseu le 17 mai 1686.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Blanquie, « Reflets d’un écrivain », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2018 - 03 | 2018, mis en ligne le , consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7266 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.7266

Haut de page

Auteur

Christophe Blanquie

Depuis son habilitation à diriger des recherches (Les Présidiaux de Richelieu, 2000), Christophe Blanquie s’est affirmé comme un spécialiste de l’histoire des institutions (Les institutions de la France des Bourbons (1589-1789), 2003), des officiers moyens (Un magistrat à l’âge baroque. Scipion Dupleix (1569-1661), 2008) et de la vénalité des offices (Justice et finance sous l’Ancien Régime. La vénalité présidiale, 2001 ; Une enquête de Colbert en 1665, 2012). Chercheur associé au Centre de Recherches historiques, et membre du Grihl depuis sa fondation, il s’est parallèlement consacré aux mémorialistes et à leur correspondance. Auteur des Masques épistolaires de Saint-Simon (2009) et de Saint-Simon ou la politique des Mémoires (2014), il a également publié en 2011 avec Myriam Tsimbidy Les portraits épistolaires du cardinal de Retz. De Bussy-Rabutin, il a édité le Bon usage des prospérités et les Lettres au roi (2000), ainsi que les Épigrammes (2016) et les Maximes d’amour (2018). Président de la Société des amis de Bussy-Rabutin, il a donné en 2016 La faute à Hippocrate ! Autoportrait de Bussy-Rabutin en malade, et coécrit en 2018 l’ouvrage Le château de Bussy-Rabutin. Histoires, portraits légendes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals