Navigation – Plan du site

Lettres négligées, lettres retrouvées

Christophe Blanquie

Plan

Haut de page

Texte intégral

Lettres retrouvées

1643-s.d., à Mme de Toulonjon1

  • 1 A. de Charmasse, « Alonne, aujourd’hui Toulonjon », Mémoires de la Société éduenne, 1927, p. 69-104 (...)
  • 2 Françoise de Rabutin, veuve d’Antoine de Toulonjon. Fille de Jeanne de Chantal et mère de Gabrielle (...)
  • 3 Les conditions de son mariage avec Gabrielle de Toulonjon.

Madame ma très chère Cousine2,
Il faut que je vous entretienne le plus longtemps que je pourrai et que je vous réitère les assurances que je vous ai données que je suis à vous. Je pars dans cette résolution si forte que rien ne peut la changer. Je tenterai l’impossible pour que les choses succèdent selon mon désir, et quand je serais assez malheureux pour ne pouvoir faire condescendre mes parents à ce que je souhaite3, je romprai avant que de ne vous pas témoigner que je veux être à quelque prix que ce soit, Madame ma très chère cousine, votre très humble et très affectionné serviteur.

Roger de Rabutin

1643-12/08, à Mme de Toulonjon4

  • 4 A. de Charmasse, « Alonne, aujourd’hui Toulonjon », Mémoires de la Société éduenne, 1927, p. 69-104 (...)
  • 5 Bussy avait épousé Gabrielle de Toulonjon le 28 avril 1643.
  • 6 L’éditeur indique « Roger Bussy de Rabutin », la signature du jeune Bussy étant plutôt Roger de Rab (...)

A Chaseu, ce 19 août.
Madame ma bonne maman5,
J’arrivai hier harassé de la chaleur. Sitôt que je serai remis de ma fatigue, j’irai vous assurer de mes très humbles services. Pour ce qui est du coquin qui vous a fait de la peine, souffrez qu’il en soit puni, quand ce ne serait qu’à cause de la bienséance.
Adieu, Madame ma bonne maman, je ne serai jamais content que je ne vous aie prouvé combien je vous aime et vous estime.
Roger de Rabutin Bussy6

1649-08/11, aux échevins de Nevers7

  • 7 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits : Bussy-Rabutin lieutenant de roi de Nivernais (164 (...)
  • 8 Nièvre, arr. Cosne, canton de Pouilly-sur-Loire.
  • 9 Son oncle paternel, Guy de Rabutin, abbé du Val-des-Choux, possédait le prieuré de Cessy, paroisse (...)

De Paris, ce 8 novembre 1649
Messieurs, Les garnisons étant sur le point de s’établir dans les provinces je m’en viens en Nivernais faire exécuter les ordres du Roi. S’il arrive des lettres pour moi à Nevers auparavant que j’y sois, je vous prie de les envoyer à Cessy8 et de les adresser à mon oncle l’abbé9, cependant je suis,

Messieurs,

Votre attentionné serviteur,

Bussy

et sur la suscription est écrit à Messieurs les échevins de Nevers

1649-08/12, aux échevins de Nevers10

  • 10 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits…», op. cit., p. 162 (Arch. mun. Nevers, BB24, f° 33 (...)

De Bussy ce 8 décembre 1649
Messieurs, Je viens de recevoir les ordres du roi pour l’établissement des troupes en garnison et les passages dans le Nivernais. Je serai le 14e de ce mois sans faillir à Cessy où je tiendrai la main à tout ce qui me sera possible au soulagement du peuple et en votre particulier vous me trouverez très disposé à vous témoigner que je suis votre très affectionné serviteur,

Bussy

Messieurs

Vous pouvez en donner avis à la plupart des villes de la province qui passent à Cessy afin qu’elles me viennent trouver si elles ont besoin de moi
A Messieurs Messieurs les échevins de la ville de Nevers

1649-29/12, à Le Tellier11

  • 11 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 689 (ex A1 116), f° 512.
  • 12 Les revues.
  • 13 Au f° 514 de cette liasse, se trouve en effet une lettre des échevins de Nevers décrivant la misère (...)
  • 14 L’adresse figure au verso.

Monsieur,
Je me trouve bien embarrassé en cette province. Je n’y rencontre personne qui ait ordre de distribuer les montres12 portées par le règlement du Roi, ni le pain de munition ; et d’ailleurs les villes me représentent l’impuissance où elles sont de faire les avances aux troupes pour les faire subsister13. Je vous en ai écrit trois fois sans réponse. Je vous supplie très humblement, Monsieur, de me mander ce que vous trouvez bon que je fasse en ce rencontre. Car comme les choses ne sont point aux termes où peut-être vous les pensez, je serai bien aise de ne rien innover de mon mouvement, et de suivre l’intention de S.M. que vous pouvez me faire la grâce de m’expliquer. Je vous en conjure et de me croire,

Monsieur,

Cessy en Nivernais ce 29me
Décembre 1649

Votre très humble et très obéissant serviteur,

Bussy Rabutin

A Monsieur
Monsieur Le Tellier
Secrétaire d’Etat14

1650-27/06, à la princesse de Condé15

  • 15 Mémoires de Lenet, éd. Michaud Poujoulat, p. 306
  • 16 Claire Clémence de Maillé-Brézé (1628-1694), épouse de Louis II de Condé en 1641.
  • 17 François de Vaudetar marquis de Persan ; il retrouvera le gouvernement de Montrond après 1660.
  • 18 Guillaume de Peichpeyrou de Comminges, comte de Guitaut. M. le Prince avait demandé à Bussy de lui (...)
  • 19 De nommer quelqu’un pour la remplir.

Madame16, je suis arrivé ici le 22 de ce mois suivant l’ordre que j’en avais reçu de Votre Altesse. J’ay ai trouvé deux commissions pour moi, l’une pour un régiment de cavalerie, l’autre pour un régiment d’infanterie. J’ai pris la dernière, et pour l’autre, je l’ai laissée entre les mains de M. de Persan17, jusques à ce que je susse de Votre Altesse si elle trouverait bon que je misse sur pied la compagnie de chevau-légers de monseigneur le prince, que je vois que le sieur Guitaut18 a négligée jusques à présent. En ce cas, je remettrais ladite compagnie pour la moitié de ce que coûterait le régiment de cavalerie ; mais comme le brevet de maréchal de camp, que Votre Altesse m’a fait l’honneur de m’envoyer et dont je lui rends très-humbles grâces, m’empêchera de prendre tout le soin qu’il serait nécessaire d’avoir de la compagnie de chevau-légers, je supplie très-humblement Votre Altesse de commander au sieur de Guitaut de venir servir à sa charge ou d’y commettre quelqu’un19, le maréchal des logis que j’ai ici avec moi ne pouvant lui seul fournir aux soins qu’il faut avoir pour une troupe comme celle-là ; j’attendrai sur cela les ordres de Votre Altesse, et cependant je n’oublierai rien de ce que je croirai être utile au service de monseigneur le prince, et ce que pourra persuader à Votre Altesse que je suis,

Madame,

Son très-humble, très-obéissant et très-fidèle serviteur,

Bussy-Rabutin

1650-27/06, à Pierre Lenet20

  • 20 Mémoires de Lenet, éd. Michaud Poujoulat, p. 306
  • 21 Procureur général au parlement de Bourgogne, organise la Fronde des Princes en 1650 pour obtenir la (...)
  • 22 Pierre Lenet était procureur général au parlement de Dijon.
  • 23 Jacques de Saulx de Tavannes (1620-1683). Cet ami de Bussy apparaît à plusieurs reprises dans sa co (...)

Mon très-cher21, il y a six jours que je suis arrivé ici ; je ne vous remercie pas des bons offices que vous me rendez à votre cour22, parce que vous n’aimez pas la cérémonie avec vos amis, ni moi aussi ; mais je ne laisse pas d’avoir toute la reconnaissance que je vous dois. J’écris à madame la princesse que puisque M. de Guitaut ne veut pas faire la compagnie de S.A., je la supplie de trouver bon que je la remette sur pied au lieu du régiment de cavalerie qu’elle m’a fait l’honneur de m’envoyer ; elle ne coûtera que la moitié dudit régiment à lever ; je ferai le régiment d’infanterie ; je m’assure de mes amis. Au reste, l’on a envoyé à M. de Tavannes23 un brevet de lieutenant général qui ne lui sert de rien, puisqu’il ne commande pas alternativement dans Montrond avec M. de Persan ; cela peut mettre ici de la jalousie qui nuirait aux affaires ; mettez-y ordre, mon cher, et me croyez tout à vous. J’oubliais à vous dire que nous sommes ici quatre à cinq qui avons quelques amis ; mais que sans argent nous ne pouvons faire de troupes réglées, pourvoyez-y promptement, je vous en prie, car cela est tout à fait d’importance de ne pas laisser refroidir nos amis, outre l’avantage de faire un corps considérable le plus tôt que nous pourrons. Adieu
Bussy-Rabutin
De Montrond, ce 27 juin1650.

1652-/02, au cardinal Mazarin24

  • 24 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 42.
  • 25 La Charité.
  • 26 Le bailliage présidial royal est installé à Saint-Pierrre-le-Moûtier (arr. Nevers).
  • 27 Antoine de Brouilly, marquis de Piennes, gouverneur de Pignerol (†1676).
  • 28 En 1649. Bussy était du côté de Condé, lequel servait encore la cour.
  • 29 Philippe Andrault seigneur et, en 1656, comte de Langeron, gouverneur de La Charité, premier gentil (...)
  • 30 Gaston d’Orléans, l’oncle ce Louis XIV.
  • 31 Ch. l arr. Nièvre.
  • 32 Pouilly-sur-Loire, Nièvre, arr. Cosne.
  • 33 Les Mémoires parlent de la route de Cosne à Bony (I, 264).
  • 34 Loiret, arr. Montargis, c. Montargis.
  • 35 Abrégé en rgt dans toutes les lettres écrites par Bussy à Mazarin durant cette période et conservée (...)
  • 36 F° 43 v° : M. de Bussy fev. 1652.

Monseigneur,
Je supplie très humblement Votre Eminence de me faire justice du lieutenant général de cette ville25 et du procureur du Roy de Saint-Pierre Le Moustier26. Le premier est un homme séditieux, haranguant les peuples et les exhortant à la liberté. Mr le marquis de Pienne27, qui l’a connu pendant le siège de Paris28, sait combien il est dangereux ; le second vient présentement de me refuser de faire publier l’arrêt du Conseil d’Etat qui casse celui que le Parlement a donné contre V.E. me disant toutes les sottises que vos (/v°) ennemis peuvent dire. Je l’ai fait arrêter, et lui ai donné la ville pour prison, jusques à ce qu’il ait plu à V.E. d’y pourvoir autrement. Je la supplie très humblement de me donner moyen de maintenir l’autorité du Roi et l’intérêt de V.E. avec la vigueur qu’il est nécessaire d’avoir en ce temps et, pour cet effet, Monseigneur, de m’envoyer une lettre de cachet pour le lieutenant général qui lui ordonne d’aller en quelque lieu où le Roi soit plus absolu et les peuples moins brouillons qu’en cette province, et une autre lettre pareille pour le procureur du Roi, ou bien une interdiction de sa charge. Ce sont des chefs de sédition dont le châtiment est facile et nécessaire, et tout fait d’exemple. J’espère, Monseigneur, que V.E. me donnera moyen de lui faire rendre le respect que l’on lui doit, sans cela je vous proteste que j’aurais vengé sur l’heure le mépris que l’on fait des choses qui vous regardent.
Je viens de faire arrêter un bateau où j’ai trouvé trois cents mousquets que l’on menait au sr de Langeron29 à La Charité. J’ai reçu plusieurs avis (f° 43) que S.A.R30. fait venir de Forez quantité d’armes et qu’elles doivent passer par ici. Je les arrêterai pareillement. Ledit sr de Langeron lève en diligence l’infanterie pour laquelle le Roi lui avait donné un fonds à Bourges et a déjà mis quatre cent hommes dans sa place, et sur l’appréhension qu’il a eue que mr de Palluau ne s’en saisît avec des troupes qu’il avait dans le voisinage, il a fait rompre son pont de bois de la largeur de quatre toises. Les troupes de mr le duc d’Orléans sont sorties depuis quatre jours de Cosne31, de Pouilly32 et de Bony33 et sont allées du côté de Château-Renard34, les régiments35 de cavalerie sont en ces quartiers-là. Mr de Palluau a fait partir le régiment de la Reine qui restait dans cette province, de sorte que me voyant sans troupes j’ai levé deux compagnies de cavalerie de mon argent. Je supplie très humblement V.E. de m’envoyer les commissions et des ordres de garnison. Si j’étais en état de faire l’avance pour davantage, je la ferais, mais V.E. aura la bonté, s’il lui plaît, de m’assister et de ne laisser pas inutile le zèle que j’ai de lui témoigner toute ma vie que je suis,
Monseigneur,

Son très humble, très obéissant et très fidèle serviteur

Bussy Rabutin36

1652-05/02, à M. de Sainte-Maure37

  • 37 Revue d’histoire littéraire de la France, 1931, p. 160.
  • 38 Montrond.

Nevers, 5 février 1652. Il le supplie de donner un guide et une escorte à un cavalier qu’il envoie à Mouron38 chez le comte de Palluau. Pièce entièrement autographe et bien signée. Cachet armorié Catalogue Cornuau, 179.

1652-10/02, aux échevins de La Charité39

  • 39 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits…», op. cit., p. 162 (Arch. mun. La Charité, BB2, f° (...)

Messieurs, J’ai été surpris de ce que vous ne m’avez point fait réponse à celle que je vous ay envoyée sur la proposition que vous m’aviez faite et pour l’exécution de laquelle j’ai toutes mes troupes prêtes, et monsieur de Palluau les siennes. Faites-moi donc promptement réponses et suivant que vous agirez pour le service du Roi, je lui en donnerai avis. Je suis Messieurs,

Votre très humble et très affectionné serviteur,

Bussy-Rabutin

De Nevers ce dixième février 1652

La suscription de laquelle porte A Messieurs, Messieurs les Échevins de la Charité à la Charité

1652-11/02, aux échevins de La Charité40

  • 40 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits… », op. cit., p. 162-163 (Arch. mun. La Charité, BB (...)
  • 41 Roussignol, lieutenant criminel en l’élection et Triboudet.

Messieurs, J’ai dit à ceux de vos habitants qui m’ont rendu votre lettre ce que le sieur Raguays me vint dire l’autre jour ; ils vous en rendront compte. Monsieur Sennelier et les deux autres échevins41 vous diront aussi ce que je leur ai conseillé de faire pour le service du Roy, tenez-y la main, je vous en prie et de me croire,
Messieurs, Votre très humble serviteur,

Bussy-Rabutin

Nevers ce 11e février 1652

1652-(01)/03, au cardinal Mazarin42

  • 42 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 62.
  • 43 Yonne, c.-l. arr.
  • 44 Un écu.
  • 45 V°: « M de Bussy-Rabustin, mars ».

Monseigneur,
Sur l’ordre du Roi que j’ai reçu d’aller recevoir les troupes de Bourgogne à Avallon43, je m’y suis rendu depuis deux jours. Ce voyage a donné de l’appréhension aux habitants de La Charité, et les a obligés de faire un dernier effort pour chasser leur garnison qu’ils ont trouvée assez disposée à sortir. Une partie s’est retirée du côté de Montargis, et l’autre a pris parti au nombre de cent avec de mes amis que j’avais chargés de faire offrir sous-main (/v°) une piastre44 à chaque soldat, et qui se sont trouvés à la sortie de cette garnison.
Aussitôt, Monseigneur, que j’ai reçu cette nouvelle, j’ai fait partir ce gentilhomme pour en donner avis à V.E. et l’assurer que je vois plus rien en cette province qui ne soit entièrement dans l’obéissance du Roi. Je ne laisse pas de faire marcher les troupes aux environs de La Charité où S.M. me mande que je trouverai ordre de ce que j’aurai à faire. J’y viens d’envoyer le sr de Bauvoir pour y commander jusques à ce que V.E. y ait pourvu. L’artillerie que l’on a voulu faire sortir de Decize est à Nevers avec tout l’attirail. S’il vous plait de me faire donner des commissions pour douze compagnies d’infanterie avec des lieux d’assemblée, je ferai un fort bon corps qui pourra servir en Berrry et mr de Palluau peut faire fond pour le siège de Montrond de mon bien, mon crédit et mes amis. Enfin, Monseigneur, je tiendrai tout ce que j’ai au monde bien employé, si en le (f° 63) dépensant à votre service, il me peut acquérir l’honneur de vos bonnes grâces, et s’il peut faire que vous me croyiez comme je le suis,
Monseigneur,

De V.E.,

Le très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Bussy-Rabutin45

1652-01/03, à Le Tellier46

  • 46 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 705 (ex A1 133), 105e pièce. Signature autographe.

Monsieur,
Suivant les ordres du Roi que vous m’aviez envoyés, je me suis rendu à Avallon où je n’ai pas plutôt été arrivé que les habitants de la Charité craignant que l’orage ne tombât sur eux ont chassé leur garnison, qui a été bien aise de sortir et de se tirer d’une si méchante affaire. J’avais résolu de débaucher les soldats de cette garnison en leur faisant offrir sous-main une piastre chacun pour me venir trouver, et comme ceux que j’avais commis à ce dessin ont appris ladite sortie, ils s’y sont trouvés, et ont pris cent de leurs soldats qui sont résolus de servir le Roi et sont en état de le bien faire. J’écris ceci à S.E. et que si elle me veut faire l’honneur de m’envoyer des commissions pour douze compagnies d’infanterie et des lieux d’assemblée dans le Nivernais, je lui ferai un fort bon régiment. J’ai outre les cent hommes ci-dessus, quatre-vingts soldats qui reviennent de Catalogne que j’ai mieux aimé arrêter sous l’espérance de leur donner parti de que de leur en laisser aller peut-être prendre un contre le service du Roi. J’ai trois cents mousquets que je fis arrêter au sieur de Langeron/ il y a un mois qui en faisait aller à La Charité. Enfin, avec un peu d’aide, voilà un régiment en état de servir. Je vous supplie monsieur très humblement de m’aider à faire connaître à S.E. l’affection que j’ai à son service et de croire que je répondrai à son attente quand elle fera fondement sur ma fidélité. Pour vous, Monsieur, je tâcherai à mériter l’amitié que vous me témoignez et à vous faire voir que je suis,

Monsieur,

Votre très humble et très obéissant serviteur

Bussy-Rabutin

D’Avallon, ce premier mars 1652

1652-12/03, au cardinal Mazarin47

  • 47 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 44.
  • 48 César de Choiseul, comte du Plessis-Praslin (1598-1675), maréchal de France en 1645.
  • 49 Beauvoir, « mon parent et mon ami », a déjà été témoin de ses amours avec la comtesse de Busset en (...)
  • 50 Gilbert de Chabannes, comte de Pionsat.
  • 51 Louis Chalon du Blé, marquis d'Huxelles (1619-1658).

Monseigneur
Depuis que la garnison du sr de Langeron fut sortie de La Charité, j’y arrivai avec le régiment de mr le maréchal du Plessis-Praslin48 auquel les habitants refusèrent passage quoiqu’ils eussent ordre de moi de leur donner. Ils prirent les armes et sans quelques habitants qui se trouvèrent plus obéissants la sédition était venue à un point qu’il n’y avait plus de sûreté pour moi si je ne fusse sorti de la ville. Après deux jours de siège et sur le bruit que (/v°) le reste des troupes arrivait de Bourgogne, ils se rendirent à discrétion, et faisant arrêter les principaux mutins et m’offrant de les faire pendre, je ne l’ai point fait en attendant les ordres de V.E. et j’ai cru que la douceur les gagnerait davantage que la violence à laquelle ils s’attendaient après cette rébellion. J’y ai laissé seulement deux cents hommes de mon régiment d’infanterie en garnison, tant à cause de cette révolte que par un ordre que j’ai reçu de mr de Paluau de maintenir ce poste nécessaire au siège de Montrond et empêcher que les blés qui y sont n’en sortent qui peuvent servir à faire le pain de munition de l’infanterie. Ces deux cents hommes sont commandés par le sieur de Bauvoir49, pour lequel je supplie très humblement V.E. de faire expédier une lettre de cachet pour y commander, afin qu’il le fasse avec plus d’autorité.
Mr de Paluau me vient d’envoyer présentement un ordre du Roi de remettre les troupes de Bourgogne entre les mains du comte de Pionsat50. Je le ferai si tôt qu’elles seront arrivées. Il reste encore à venir le régiment d’Huxelles51 et douze compagnies du (f° 45) du régiment de ville, après quoi, elles iront joindre en diligence mr de Paluau.
Je travaille incessamment aux levées de mes régiments. Je réponds à V.E. qu’il n’y a personne en France qui emploie mieux que moi les moyens qu’elle me donne de lui faire des troupes. Il est vrai que je me sens si fort obligé à me rendre digne de l’honneur de votre amitié que vous me témoignez avec tant de bonté que je ne croirai jamais quoi que je fasse avoir assez fait connaître à V.E. combien je suis,
Monseigneur,

Son très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Bussy-Rabutin

La Charité ce 12e mars 1652

1652-17/03, au cardinal Mazarin52

  • 52 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 46.
  • 53 Ouvrage fortifié jouant le même rôle qu’un donjon dans un château. Bussy le fait dresser derrière l (...)
  • 54 De tous les officiers du siège présidial de Saint-Pierre Le Moustier.
  • 55 La mention du lieu est prise dans la reliure, mais a été reportée par un secrétaire de Mazarin en t (...)

Monseigneur,
J’ai donné avis à V.E. de la rébellion de La Charité et comme ayant refusé le passage aux troupes que j’amenais de Bourgogne en Berry, je les avais assiégés et les obligé enfin à ouvrir leurs portes et mêmes à recevoir garnison. Je mandais encor à V.E. que j’y avais mis deux cents hommes de mon régiment d’infanterie. Depuis, connaissant de plus en plus ce peuple mal intentionné, et que (/v°) pour le tenir en son devoir, il fallait de la force, j’ai résolu si V.E. le trouvait bon, d’y faire un réduit53 qui ne coûtera rien au Roi et conservera ce poste qui est tout à fait nécessaire au siège de Montrond et à la sûreté de la province.
Pour les deux lettres de cachet, Monseigneur, que V.E. m’a fait la grâce de m’envoyer, je me suis servi de l’une et ai gardé l’autre, le procureur du Roi de St-Pierre Le Moustier témoigna tant de soumission et de respect aux ordres de S.M. que je crus qu’il serait à propos de porter les choses à la douceur, et d’acquérir un serviteur à V.E. Je vous puis répondre de lui, Monseigneur, et de tout le siège54 de St-Pierre. Pour le lieutenant général de Nevers, il se cacha tout un jour pour ne point recevoir la lettre pendant lequel il essaya de soulever le peuple, et gagna mêmes quelques sergents de la ville qui commandèrent dans leurs quartiers qu’on se tînt prêt à prendre les armes. J’en eu avis, et ayant (f° 47) ordonné aux magistrats de dissiper ce commencement de sédition, ils le firent, et le lieutenant général se voyant abandonné, s’enfuit en Auvergne plutôt qu’il n’obéit aux volontés du Roi. Je fais informer de tout ce que dessus. Je puis à présent assurer V.E. que le Roi n’a point de province où il soit si absolument le maitre qu’en celle-ci.
Je n’oublie rien de ce qui peut avancer la levée de mes deux régiments. C’est à présent toute mon occupation, comme ma plus grande passion est de plaire à V.E. et de lui témoigner en toutes mes actions que je suis,
Monseigneur,

Son très humble, très obéissant et très fidèle serviteur

Bussy Rabustin

(Nevers55) ce 17e mars 1652

1652-30/03, au cardinal Mazarin56

  • 56 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 60. Les Mémoires donnent une lettre du même jour adress (...)
  • 57 Sans doute François de Prie, baron de Planes et de Thesmillon dont un frère est tué au siège de Sai (...)
  • 58 Mestre ou maître : soldat d’un régiment de cavalerie.
  • 59 Bussy avait gardé la compagnie de Saux auprès de lui.
  • 60 Gédéon du Bois des Cours, seigneur de Favières, baron de la Maisonfort « gentilhomme de la Puisaye  (...)
  • 61 Maisonfort.
  • 62 Jean de Corbinelli (1622-1716). Célèbre pour son amitié avec la marquise de Sévigné et le cardinal (...)

Monseigneur,
Sur l’avis que je reçus avant-hier que le marquis de Prix57 levait une compagnie de cavalerie dans le régiment du comte de Maré pour le service de de monsieur le duc d’Orléans, et qu’il voulait prendre son lieu d’assemblée dans un bourg de ce gouvernement (comme je le connus par l’ordre de S.A.R. dont il envoya copie aux habitants, et que j’envoie à présent à Votre (/v°) Eminence), je fis partir le sr de Bauvoir avec trente mestres58 de mon régiment et huit officiers qui se trouvèrent lors avec moi. Il trouva cette compagnie dans une terre du marquis de Prix où il la chargea, et la défit. Il y eut cinq hommes de tués, le reste prisonnier, le marquis de Prix se sauva, l’on prit son frère qui ne fit aucune résistance parce qu’il est dans le service du Roi ; néanmoins, comme cela n’était pas bien certain et que l’on l’avait trouvé avec les ennemis, on me l’amena. Je supplie très humblement Votre Eminence de me mander ce que j’en ferai. Lors de cette expédition, j’appris qu’un gentilhomme de cette province assisté de deux cents paysans avait défait une brigade de la compagnie du sr de Saux59 (qui m’a prié de souffrir qu’il prît la queue de mon régiment de cavalerie). Je marchai incontinent avec cent mousquetaires et les trente mestres qui venaient d’enlever la compagnie du marquis de Prix, et obligeai le sr de St-Maurice60, qui avait chargé cette brigade et s’était retiré dans une fort bonne (f° 61) maison61 qu’il a de me la remettre entre les mains après vingt-quatre heures. Votre Eminence m’ordonnera encor s’il lui plaît, ce qu’elle veut que je fasse sur cette affaire, si je garderai cette maison ou si je la ferai raser, car elle est de conséquence. Je retourne promptement à La Charité où je ne me fie nullement aux habitants. Sans cette considération, j’irais moi-même assurer Votre Eminence de mes très humbles obéissances et lui parler de beaucoup de choses que je la supplie très humblement de vouloir entendre du sr de Corbinelli62, et de croire que je suis avec toute la reconnaissance et tout le respect imaginable,
Monseigneur,

De Votre Eminence

Le très humble, très obéissant et très fidèle serviteur

Bussy-Rabutin

La Maisonfort, ce 30e (mars 1652)

1652-01/04, au cardinal Mazarin63

  • 63 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 64.
  • 64 Envoyé par Mazarin, La Bachellerie était retourné auprès du cardinal pour le prévenir du prochain p (...)
  • 65 Bussy y fait néanmoins travailler.
  • 66 Le pain que l’on donne aux soldats.
  • 67 Louvat avait porté à Bussy la lettre que Mazarin lui avait écrite de Blois le 20 mars.
  • 68 J’ai encore cent-vingt mousquets et cent piques.

Monseigneur,
Arrivant à La Charité, j’ay trouvé deux lettres de créance de Votre Eminence, l’une pour le sieur d’Archambault et l’autre pour le sr de La Bachellerie64, qui m’ont dit que vous désiriez que l’on fît refaire le pont de La Charité, que cette ville et celle de Nevers donnassent chacune vingt mille rations de pain, et que j’envoyasse à V.E. toutes les armes que je pourrais rencontrer. (/v°)
Pour le premier point, il n’est pas possible de six mois de refaire le pont65, mais je fais descendre des bateaux depuis Decize jusques ici pour pouvoir faire un pont en six jours sur le bras de la rivière où il est rompu, en cas que l’on en ait besoin.
Pour du pain de munition66, je ne pense pas que les habitants de La Charité soient en pouvoir d’en fournir, mais je viens de faire arrêter les bateaux chargés de blé qui sont dans le port et j’en ferai le prix avec les facteurs des marchands en m’obligeant à les faire rembourser par le Roi. Je viens d’envoyer les ordres pour les échevins de Nevers, qui feront assurément ce que l’on leur demande.
Pour des armes, j’envoie deux cents mousquets à V.E., y compris cent-seize que le sr de Louvat67 a achetés à Moulins. J’en ay encore six-vingts68 et cent piques qui sont les seules armes qui me restent pour garder La Charité, dans laquelle j’ai près de trois cents hommes. Si V.E. croit qu’il soit plus (f° 65) nécessaire à son service que je lui envoie ce reste d’armes que d’être maître de La Charité, je les lui enverrai, car je n’ai point d’autre considération que celle de témoigner en tout à V.E. que je suis,
Monseigneur,

Son très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Bussy Rabutin

De la Charité, ce premier avril 1652

1652-07/04, au cardinal Mazarin69

  • 69 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 68.
  • 70 F° 69 v° : « M. de Bussy Rabutin, 7e avril 1652 ».

Monseigneur,
Les échevins de Nevers vont assurer le Roy de leur fidélité et Votre Eminence de leur très humble service. Ils ont désiré de moi que je vous suppliasse très humblement de les prendre en votre protection, ce que je fais d’autant plus volontiers que je les ai toujours connus tous pleins d’affection pour V.E. et je suis bien caution pour (/v°) eux qu’ils feront tout leur pouvoir pour la satisfaire sur tout ce qu’elle leur demandera. Je tâcherai de faire prendre ces mêmes sentiments à tous ceux sur qui j’aurai du pouvoir. Car je suis autant qu’on le peut être,
Monseigneur,

Votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Bussy-Rabutin70

1652-16/04, à Le Tellier71

  • 71 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 705 (ex A1 133), 220e pièce. LAS.
  • 72 Pierrre de Baradat, ancien chanoine de Notre-Dame de Paris, nommé lieutenant général peu après le s (...)
  • 73 Cher, arr. Saint-Amand Montrond, c. Dun-sur-Auron.
  • 74 Claude Maximilien de La Guiche, comte de La Palice, seigneur de Saint-Géran (1603-1659), gouverneur (...)

Monsieur,
Il y a sept ou huit jours qu’ayant reçu lettre de mr de Baradas72 par laquelle il me priait que nous nous abouchassions pour quelque chose importante au service du Roi, nous nous trouvâmes à Sancoins73 où il me fit voir une lettre de vous par laquelle vous lui donniez ordre de charger les troupes de mr de St-Géran74 en cas qu’elles n’eussent point encore marché pour obéir au Roi et que pour cet effet, il me demandât assistance de mes troupes. Je lui avais mené cent maîtres que j’ai déjà dans mon régiment de cavalerie, mais ayant appris que les troupes de mr de St-Géran étaient toutes au-delà de la rivière d’Allier, nous ne trouvâmes pas à propos que la cavalerie de mr de Baradas quittât de si loin Montrond, et résolûmes qu’au premier avis que nous aurions que lesdites troupes passeraient la /rivière, nous marcherions incontinent à elles pour les combattre.
Je ne puis pas donner d’infanterie à mr de Baradas parce que je n’en ai que ce qu’il faut pour garder La Charité, mais j’espère de lui faire dans trois semaines un autres corps qui pourra servir au siège de Montrond si vous me faîtes la faveur de m’envoyer neuf commissions de capitaines et celle de lieutenant colonel. Je ne vous demande ni argent ni lieu d’assemblée pourvu qu’en servant bien vous m’honoriez de vos bonnes grâces et me croyiez,
Monsieur,

Votre très humble et très obéissant serviteur

Bussy-Rabutin

Je vous envoie la revue que le sr de Salligny vient de faire de mon régiment d’infanterie. Il serait mieux armé si je n’avais envoyé à S.E. toutes les armes dont j’ay peu me passer.
De La Charité ce 16me avril 1652.

A Monsieur
Monsieur Le Tellier
Conseiller et Secrétaire d’Etat

1652-01/05, aux échevins de Saint-Pierre-le-Moûtier75

  • 75 Arch. dép. Nièvre, 1B43/1. Le texte de cette lettre autographe avait été donné en 1891 dans le prem (...)

De Nevers ce premier de may 1652

Messieurs,

Je viens d’apprendre que vous avez arrêté quelques cavaliers des troupes de mr de St-Geran qui desertaient. Je vous en suis très obligé, c’est un service considérable que vous rendez au Roy. Je vous prie de me les envoyer ici sûrement, et promptement, et de croire que je suis,

Messieurs,

Votre très affectionné serviteur

Bussy Rabutin

Verso :

A Messieurs

Messieurs les maires et Echevins de St-Pierre le Moûtier (cachet de cire rouge aux armes des Rabutin)

1652-25/05, à Le Tellier76

  • 76 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 705 (ex A1 133), 357e pièce. LAS.
  • 77 Rayé : du Roi.

Monsieur,
J’écris à S.E. que mon régiment de cavalerie est en état de marcher, et que je le vais envoyer à Saint-Amand suivant l’ordre que j’en ai reçu du Roi. Je lui offre de plus quatre cents hommes de pied de mon régiment d’infanterie pour le siège de Montrond, en ayant encor près de deux cents avec lesquels je puis garder La Charité, à cause du réduit que j’y ai fait faire. Je n’attends pour cet effet qu’un ordre du Roi. J’ai reçu la lettre de Sa Majesté77 par laquelle elle me commandait de remettre la Maisonfort entre les mains du sr de Favières ; le sr de Corbinelli qui vous rendra celle-ci vous dira les inconvénients qui sont arrivés de m’avoir envoyé ladite lettre sans avoir su de moi les raisons qu’il y avait de prendre cette maison et de la garder, lesquels inconvénients sont tels que je serai peut-être contraint de la reprendre si l’on continue à me faire des plaintes des violences de ce gentilhomme. Car enfin j’ai si bien conservé jusques ici dans cette province le respect que l’on doit au Roy que je ne veux pas endurer à l’avenir entre mes mains son autorité méprisée. Je crois, Monsieur, que vous serez de mon sentiment si vous prenez la peine de faire réflexion sur tout ce qui s’est passé en cette affaire. Je vous en supplie et de me croire,
Monsieur,

Votre très humble et très obéissant serviteur

Bussy-Rabutin

De La Charité ce 25me mai
1652

1652-22/08, à Le Tellier78

  • 78 Gabriel-Jules de Cosnac, Souvenirs du règne de Louis XIV, t. IV, p. 82-83 (Archives de la Guerre, A (...)
  • 79 L’édition omet l’apostrophe initiale.

Monsieur,79
Les avis que j’ai de tous côtés des préparatifs que M. le prince fait pour secourir Montrond m’ont obligé de mander toute la noblesse de cette province pour, avec trois compagnies que j’ai de mon régiment de cavalerie auprès de moi, aller aux ennemis ou joindre M. de Palluau, suivant l’état où je saurai qu’ils marchent. Je crois que vous serez bien aise d’apprendre que si l’on tente un secours, l’on ne nous surprendra pas ; pour moi, je n’oublierai rien de ce qui pourra faire connaître mon affection au service du roi et me donner votre estime. Cependant, faites-moi l’honneur de me croire,

Monsieur,

Votre très-humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

de la Charité, ce 22e août 1652

1652-31/08, à Le Tellier80

  • 80 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 706 (ex A1 133), 297e pièce. LS
  • 81 Le jeudi 29 août 1652.

Monsieur
Je vous écrivis il y a dix jours que j’avais donné ordre à la noblesse de cette province de me venir joindre à La Charité pour avec trois compagnies de mon régiment de cavalerie venir auprès de mr le comte de Paluau lui aider à défendre son camp contre le secours des princes. J’y arrivé heureusement un jour devant les ennemis qui firent une attaque jeudi dernier81 ou ils furent repoussés, en suite de laquelle ils se retirèrent le même jour en diligence. Je verrai demain matin mr de Paluau prendre possession de la place après quoi, je m’irai porter la nouvelle au Roi et vous assurer moi-même que je suis véritablement,

Monsieur

Votre très humble et très obéissant serviteur

Bussy Rabutin

Au camp devant Montrond ce dernier août 1652.

1652-11/12, à M. de Villiers82

  • 82 Vente Pierre Bergé et associés, 25 juin 2015, lot n° 86.

De Paris, ce 12e novembre 1652
Monsieur,
Le Roy m’ayant commandé de vous témoigner le ressentiment que Sa Majesté avoir du service que vous lui avez rendu lors du secours de Montrond, je vous envoie la copie de la lettre qu’il m’en a écrite, et je vous supplie de croire qu’en mon particulier, je ne manquerai jamais l’occasion de vous obliger que ne vous fasse connaître que je suis véritablement,
Monsieur,

Votre très humble serviteur,

Bussy-Rabutin

[1653-01 ?83], au cardinal Mazarin84

  • 83 Trois circonstances pourraient convenir à cette lettre : le retour en France du cardinal début 1652 (...)
  • 84 Iconographie française depuis le règne de Charles VII jusqu’à la fin de celui de Louis XVI, Mme Del (...)
  • 85 Charles Asselineau, Mélanges curieux et anecdotiques tirés d’une collection de lettres autographes (...)

Monseigneur,
Je supplie très humblement V.E. de garder cette lettre ci pour faire voir à tout le monde que je suis un coquin si en cas que vous ayez jamais besoin de vos serviteurs, vous ne me trouvez avec tous mes amis en état de vous témoigner que je suis envers et contre tous,

de V.E.,

Monseigneur,

le très humble, très obéissant, et
très fidèle serviteur.

Bussy

1653-09/02, à ?85

Il envoie, pour affaires importantes et pressées, un cavalier à M. de Palluau, commandant de Saucoing (Cachet).

1654-19/07, à Le Tellier86

  • 86 E. de Barthélémy, « Trois lettres inédites de Bussy-Rabutin », Bulletin du bouquiniste, 1869, p. 32 (...)
  • 87 Son Éminence : le cardinal Mazarin.
  • 88 Son Altesse : le prince de Conti.

Monsieur, le sieur de Barou, lieutenant-colonel des galères, allant à la cour pour les intérêts de ce régiment, vous apprendra la prise de Villefranche, et moi je vous dirai l’état de la cavalerie, qui est le meilleur du monde. Nous avons déjà ici 2 000 chevaux effectifs, et nous en attendons encore davantage de Bigorre et de Foix. Il y a quelques compagnies détachées qui feraient mieux le service si on les incorporait. Je vous supplie très humblement, Monsieur, d’y mettre ordre ; il y a Pézenas, La Serre, Roquebrune et de Visé ; de cela l’on ferait un fort bon régiment si vous le donniez à quelque galant homme qui en prît soin. M. le prince de Conti en écrit à S.E87. en faveur de M. de Villars, et je crois pour moi qu’on ne saurait mieux faire. Au reste, Monsieur, S.A.88 n’ayant que M. de Mérinville de lieutenants généraux après d’elle, après m’avoir fait prendre mon jour, m’en a fait continuer la fonction dans ce siège, et je ne sais si je me flatte, mais l’on dit ici que je n’y ai pas été tout à fait inutile. J’aurais bien de la joie si vous étiez persuadé, et si vous me croyez votre très-humble, Monsieur, et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

19 juillet 1654.

1654-25/12, à Le Tellier89

  • 89 E. de Barthélémy, « Trois lettres inédites de Bussy-Rabutin », op. cit., p. 329 (Arch. Guerre, A1 1 (...)

Monsieur, je m’en vais coucher aujourd’hui à Amiens, quoique j’apprenne par tous les courriers qui en viennent que Mardick ni Saint-Venant ne soient point assiégés, et que m. de Turenne soit sur le point de s’en retourner.

J’ai ici avec moi trois capitaines du Mestre de camp, le chevalier d’Orsan, les sieurs de l’Espine et de Briord ; voilà le premier et le dernier que je renvoie pour leurs intérêts, n’y ayant rien affaire ici pour eux ; quand ils auront fait du mieux qu’ils auront pu, quoique il leur arrive, ils n’auront rien à se reprocher ; s’il arrive quelques autres nouvelles de la guerre, je vous en manderai le détail. Cependant je vous supplie de me croire, Monsieur, etc.

Bussy-Rabutin

De Breteuil, le 25 décembre 1654.

1657-31/07, au duc d’Épernon90

  • 90 Philippe Tamizey de Larroque, « Une lettre inédite de Bussy-Rabutin », Bulletin du Bouquiniste, 15 (...)
  • 91 Jean V d’Allamont ; il meurt de ses blessures le 4 août 1657.

Monseigneur,
En vous assurant de mes très-humbles services, j’ai cru que vous seriez bien aise de savoir des nouvelles des armées de Flandres.
Le siège de Montmédy continue toujours, néanmoins il est sur ses fins. L’on est attaché au corps de la place, et l’on ne pense pas que le gouverneur91 attende que son bastion soit ouvert. Le Roy est toujours à Stenay et va de temps en temps au siège : la reine est à Sedan. L’armée de Mr de Turenne est près de Rocroi, c’est-à-dire entre Montmédy et les places de Picardie, à portée de l’un et de l’autre. Mr le Prince et dom Juan sont avec l’armée d’Espagne campés à l’abbaye d’Origny, entre Saint-Quentin et Guise. S’ils marchent encore un jour en France, nous allons marcher à eux. Ils ont détaché Marsin avec deux mille chevaux et dix-huit cents hommes de pied pour aller en Luxembourg. Il a jeté quelque infanterie dans Arlon. Après la prise de Montmédy, s’il y a lieu de faire un grand siège, nous l’entreprendrons. Sinon, les deux armées étant assemblées, nous pousserons les ennemis bien avant dans leur pays, où nous les engagerons à un combat. Voilà, Monseigneur, ce que l’on peut dire de notre campagne. S’il se passait quelque chose de considérable, je vous en manderais le détail et serais ravi de trouver tous les jours moyen de vous assurer que je suis véritablement,

Monseigneur,

Votre très-humble et très-obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

Du camp de Rumigny, ce dernier de juillet 1657.

s.d. (1658 ?)92, au cardinal Mazarin

  • 92 Bibl. nat. Fr., Baluze 324, f° 122.
  • 93 Pendant les guerres de la Fronde.
  • 94 Si Bussy prend parti pour Mazarin en 1652, lorsque le cardinal rentre d’exil, il semble bien que ce (...)

Monseigneur,
Si je n’avais pas été serviteur de Votre Eminence dans les plus fâcheux temps93, et que je ne le fusse pas encore, je ne dirais rien quand je verrais faire des chevaliers de l’ordre sans moi bien que j’aie toutes les raisons essentielles d’espérer de l’être et que j’aie servi le roi toute ma vie sans avoir jamais eu la moindre récompense, Mais Monseigneur, V.E. sait bien que je ne suis pas plus assurément gentilhomme qu’elle (/v°) sait que je suis à elle depuis neuf ans94. Cependant, il semble que pour me donner l’exclusion de la grâce que je vous demande, on se veuille servir d’une calomnie d’un an, c’est-à-dire me déshonorer parce que j’ai été malheureux ; quoi, Monseigneur, souffrirez-vous qu’on accable de honte un homme de qualité qui donnerait mille fois sa vie pour votre service. Ah, Monseigneur, je me jette à vos pieds non plus pour vous demander des récompenses, mais pour vous supplier très humblement de me sauver l’honneur sans lequel il faut que je meure, et de ne me pas donner lieu de croire que mon maître me veut abandonner sans lui en avoir donné sujet. Je suis

De V.E.,

Monseigneur, Le très humble, très obéissant et très fidèle serviteur

Bussy-Rabutin

1658-17/06, au cardinal Mazarin95

  • 95 Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, t. III, p. 494. La lettre avait été citée dans L’Amate (...)

M. de Castelnaut vient d’estre fort blessé, Dieu veuille qu’il en rechappe ; mais si par malheur il venait à mourir et que V.E. mît en sa place quelque lieutenant general de mes anciens, je n’aurais rien à luy dire. Autrement, je ne pense pas qu’elle me voulût faire l’injustice de ne me pas mettre en ce poste-là. V.E. considèrera, s’il lui plaît, qu’il n’y a que moi seul en France d’anciens lieutenant généraux qui ait servi après l’établissement des lieutenants généraux en chef, tous les autres se sont retirés. Mais outre les raison que j’ai de prétendre à cet emploi, c’est que V.E. sait fort bien qu’elle ne le saurait donner à personne qui soit plus que moi,

Monseigneur,

Votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Bussy-Rabutin

Du camp de Dunkerque, ce 17 juin 1658.

1658-15/0896, au cardinal Mazarin

  • 96 Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, t. III, p. 496.
  • 97 À cette fin, Bussy avait entrepris de vendre sa terre de Chaseu à Jeannin de Castille (Mémoires, t. (...)

Monseigneur,
Je viens d’apprendre la mort de Mr de Moret, et comme je savais que V.E. lui avait fait avoir du Roi des assurances du gouvernement de Gravelines, je la supplie très humblement de se souvenir qu’elle me fit la grâce, l’autre jour à Bergues, de me promettre que lorsqu’elle pourrait faire quelque chose pour moi, elle me donnerait des marques de son amitié. Voici, Monseigneur, une rencontre où vous le pouvez, et d’autant plutôt pour moi que pour un autre, qu’outre qu’il n’y en a guère qui ait tant servi que moi et que de soit dévoué à V.E., c’est que je m’aiderai en donnant cinquante mille écus97 à qui il lui plaira. V.E. se souviendra s’il lui plait que de fut la proposition que je lui fis dernièrement en général, et considèrera qu’en m’établissement, elle récompensera deux personnes à la fois. Je suis,

Monseigneur,

de V.E.

Le très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Bussy-Rabutin

De Paris, ce 15 aoust 1658.

1663-08, à Colbert98

  • 98 Ludovic Lalanne et Henri Bordier, Dictionnaire des pièces autographes volées aux bibliothèques publ (...)

Une lettre écrite par Bussy à Colbert au mois d’août 1663 a figuré, sous le n° 228, dans la première vente de Trémont (1852). C’est une pièce enlevée à la correspondance de Colbert (Bibl. nat.).

1665-08 /12, à Colbert99

  • 99 Joseph Delort, Histoire de la détention des philosophes et des gens de lettres à la Bastille et à V (...)
  • 100 Bussy a été arrêté le 17 avril 1665.

Monsieur,
Si j’avais pu vous demander plutôt votre assistance après du Roi, je l’aurais fait de tout mon cœur ; mais il n’y a que trois jours que j’ai la permission de voir ma femme, de laquelle j’ai appris les manières honnêtes et obligeantes dont vous l’avez toujours reçue ; cela me fait croire encore, Monsieur, que vous aurez la bonté de vous employer pour moi auprès de Sa Majesté, de qui les châtiments que j’ai reçus ne m’empêchent pas d’espérer qu’il aura la bonté de récompenser un jour mes services ; l’honneur que nous avons de vous appartenir, monsieur, du côté de monsieur de Bouville, me fait prendre la liberté de vous demander votre protection avec plus de confiance, et de supplier très humblement le Roi de se contenter de huit mois de prison étroite100 et de la démission de ma charge que j’ai envoyée à Sa Majesté avec toute la résignation imaginable ; je vous en serai infiniment obligé, et toute ma vie

Votre très humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

1666-03/06, au chancelier Séguier101

  • 101 Philippe Tamizey de Larroque, « Deux lettres inédites de Bussy-Rabutin », Bulletin du bouquiniste, (...)

Monseigneur,
Quelques malheurs qui me soient arrivés depuis que je n’ai eu l’honneur de vous voir, je m’en suis consolé quand j’ai appris que vous me faisiez toujours l’honneur de m’aimer. Vos bonnes grâces, Monseigneur, sont le remède à tous mes maux. Je vous en demande très-humblement la continuation, et je vous conjure de croire que personne au monde ne s’intéresse plus que moi à votre santé, et n’a plus d’estime, plus de respect et de vénération pour vous que,
Monseigneur,

Votre très-humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Bussy-Rabutin

Ce jeudi au soir, 3me juin 1666.

1666-14/07, à Séguier102

  • 102 Bibl. nat. Fr., NAF 4820 f° 31. Copie.
  • 103 Le ton de la missive contraste avec la situation de Bussy, de sorte que malgré la fidélité des autr (...)
  • 104 Les arrêts du Conseil étaient souvent dressés sur les mémoires des requérants.

A Monseigneur le chancelier

à Paris ce 14e Juillet 1666103

Monseigneur,
Je ne vous romprai point la tête des raisons qui m’obligent à vous demander un arrêt du Conseil, celui qu’on vous présentera de ma part les dit toutes104, mais je vous dirai seulement Monseigneur que vous m’avez fait l’honneur de me promettre votre amitié et votre protection, que j’ai pour vous toute l’estime, le respect et la tendresse imaginables, et que je suis de tout mon cœur,

Votre très humble, très obéissant
et très obligé serviteur

Bussy Rabutin

1666-08, à Colbert105

  • 105 Joseph Delort, op. cit., p. 107-108.
  • 106 La date ne figure pas sur l’original (Bibl. nat Fr., Mélanges Colbert 176 bis (MF 14412), f° 381). (...)

À Monsieur Colbert, Ministre d’Etat

Aout 1666106

Monsieur,
Vous avez toujours écouté si favorablement madame de Bussy, et vous avez l’âme si belle, et vous m’avez témoigné tant de bonté, que je ne doute point que vous n’ayez contribué de vos bons offices à la liberté que je viens de recevoir de Sa Majesté, laquelle j’emploierai toute ma vie si je suis assez heureux pour en trouver les occasions pour son service ; je m’estimerais fort si vous me faites l’honneur de croire que personne au monde n’est avec plus de fidélité et de passion que moi, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

1667-30/01, au chancelier Séguier107

  • 107 Lalanne a donné une version très incomplète de cette lettre. Tamizey observe un silence respectueux (...)

Monseigneur,
J’espérais avoir l’honneur de vous revoir plutôt, mais mes affaires m’en ont empêché. Cependant, trouvez bon que je vous demande trois choses, la continuation de vos bonnes grâces, votre portrait que je veux mettre dans une galerie que je fais des hommes illustres, et le renouvellement de mon commitimus ; j’ai trouvé toujours en vous tant de bonté pour moi, que je me saurais lasser de vous demander. Au reste, Monseigneur, je crois que vous savez que le Roi m’a fait la grâce de confirmer par des lettres d’État l’arrêt que vous m’avez donné, mais ce que vous savez encore mieux et que je ne me lasserai pourtant jamais de vous redire, c’est que personne n’a plus d’amitié pour vous, de respect et de vénération que moi, et n’est avec plus de reconnaissance,

Monseigneur,

Votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Bussy-Rabutin

1667-18/05, au comte de Coligny108

  • 108 Mémoires du comte de Coligny-Saligny, Monmerqué édit., Paris, Renouard, 1841, p. 126-127. Cette let (...)
  • 109 Dans l’imprimé : « à qui ».

Vous avez raison de croire que vous n’avez pas besoin de grands soins pour entretenir notre amitié ; depuis que l’estime l’a une fois établie, elle subsiste toute seule, et quand on se revoit après une longue absence pendant laquelle on ne s’est point écrit, on est ensemble comme si on s’était écrit tous les jours. Il n’y a que des maîtresses de qui il faut exiger ces sortes de régularité, parce que la fragilité du sexe est si grande qu’on ne peut prendre trop de précautions avec lui.
Au reste je n’ai rien à répondre aux louanges que vous me donnez, sinon que vous autres courtisans vous êtes de grands flatteurs ; mais comme dit l’italien quoiqu’on le voie bien, vous ne laissez pas de plaire.
Il est certain, pour répondre à vos nouvelles, que le mariage de M. de Guise fait enrager bien des gens. Chacun a ses mortifications, et je vous assure que quand je vois les plus grands princes avaler mille couleuvres, cela me raccommode bien la Fortune avec moi, de laquelle autrement j’aurais grand sujet de me plaindre.
Je comprends fort bien que le baiser du Roi, à ce que109 vous me mandez, n’a été qu’un baiser de piété, car je tiens le goût de notre maître trop délicat pour prendre plaisir à baiser La Baume.
Adieu, mon cher cousin, soyez bien persuadé, je vous prie, que personne ne vous aime et ne vous estime plus que je ne fais.

1668-09/09, au prince de Condé110

  • 110 Gustave Macon, « Une lettre inédite de Bussy-Rabutin », Bulletin du bibliophile et du bibliothécair (...)
  • 111 Allusion à L’Histoire amoureuse des Gaules.
  • 112 Suivant un vœu fait pendant les dernières couches de la reine.
  • 113 Dans les Mémoires, Biscaras signale seulement à Bussy que le roi lui a ordonné de demander le manus (...)
  • 114 Autre version dans les Mémoires : Biscaras lui assure que « l’ayant lue, avant que de rejoindre Sa (...)
  • 115 Pour Macon, Bussy désigne ainsi Pierre Lenet, le mémorialiste, dont Gourville allait bientôt mettre (...)
  • 116 Datée du 12 novembre 1665, la lettre apologétique au duc de Saint-Aignan a été largement diffusée. (...)
  • 117 En Bourgogne, en ses maisons, conformément à l’ordre d’exil.
  • 118 L’accusation mensongère.
  • 119 Bussy reprendra son projet à la mort du Grand Condé ; il soumet à son fils la préface d’une Histoir (...)

Monseigneur, il y a longtemps que je suis dans la plus grande impatience de me justifier auprès de Votre Altesse des choses que mes ennemis ont mises sous mon nom contre Elle et contre la vérité111. J’avais prié quelques personnes de me rendre ce bon office, qui assurément ont fait leur devoir ; mais comme les intéressés disent toujours leurs raisons plus exactement eux-mêmes que le plus habile et le plus zélé de leurs amis, et que cela marque encor plus de soin de leur justification, et plus de respect à ceux à qui ils en doivent, j’ai cru, Monseigneur, vous devoir écrire, et j’ai pensé que vous ne le trouveriez pas mauvais, puisque le Roi me fait la grâce de recevoir et de lire mes lettres.
Je ne me contenterai pas, Monseigneur, de désavouer en général les impostures qu’on m’a fait écrire contre vous ; il n’y a personne qui ne désavouât un crime comme celui-là, quand même il l’aurait commis ; mais je prétends faire voir clairement à V.A. que je n’en suis point coupable.
Le jour que le Roi alla à Chartres en 1665112, on donna avis à Sa Majesté qu’une personne de la cour avait un manuscrit que j’avais fait, dans lequel on lui dit que je déchirais tout le monde. Il me l’envoya demander par Biscaras, qui n’ayant rejoint Sa Majesté qu’à la dînée, eut le loisir de le lire par les chemins113 ; comme il était de mes amis, il me témoigna le déplaisir qu’il avait de la commission que le Roi lui avait donnée, parce (me dit-il) que Sa Majesté avait vu dans le manuscrit qu’il lui avait apporté que j’épargnais peu de gens, et que je parlais même de V.A. d’une étrange manière114.
Comme il n’y avait qu’une seule personne à qui j’eusse prêté ce manuscrit, avec laquelle je m’étais fort brouillé peu de temps après, je n’hésitai pas un moment à voir d’où me venait ce coupe-gorge ; toute la France la connaissant, je ne doute pas, Monseigneur, qu’elle ne vous soit aussi connue. Mais ce que V.A. ne sait peut-être pas, c’est que j’avais lu ce manuscrit à quatre autres de mes amis, parmi lesquels il y en avait un tellement attaché à V.A. que pour rien au monde il ne lui cacherait la vérité115, et celui-là vous a pu dire que je faisais de vous un éloge digne d’un héros, et si juste que l’envie même ne vous le saurait refuser.
Le Roi séjourna un jour à Chartres. Vous le savez, Monseigneur, car vous y étiez, et S.M. en repartit le lendemain, et fut en un jour à Paris ; pour moi, je n’y arrivai que le jour d’après. Je vous dis ce détail, Monseigneur, parce qu’il est nécessaire à ma justification.
En arrivant à Paris, je pris dans mon cabinet l’original, écrit de ma main, relié comme un livre de l’histoire qu’on avait fait voir au Roi, et je le portai au Louvre pour le donner à S.M. et la supplier très humblement de me remarquer la différence qu’il y avait entre celle-là et celle qu’il avait vue ; le Roi ne faisant que d’entrer au Conseil, je priai M. le duc de St-Aignan de présenter de ma part ce manuscrit à S.M. quand Elle en sortirait, ce qu’il fit.
Trois jours après, étant averti que mes ennemis essayaient d’échauffer V.A. contre moi, je le dis au Roi en suppliant très humblement S.M. de me rendre mon original pour vous le faire voir. Le Roi eut la bonté de le faire en me disant qu’il y avait bien de la différence entre celui qu’il avait vu à Chartres et celui que je lui avais donné ; et comme je répondis à S.M. qu’on ne pouvait pas douter que ce ne fût celui que j’avais fait, parce qu’en descendant de carrosse, je l’avais pris dans mon cabinet pour le lui apporter, qu’il était écrit de ma main, et qu’il était relié, Elle me témoigna qu’elle n’en doutait pas aussi.
Au sortir du Louvre, je l’allai porter à madame la comtesse de Fiesque pour le faire voir à V.A. Vous étiez lors à Chantilly, Monseigneur ; cela fut cause qu’elle ne me rendit réponse que trois ou quatre jours après, qui fut que vous l’aviez pas voulu voir, disant que le temps vous en apprendrait la vérité.
J’eus là-dessus toute la douleur que peut avoir un gentilhomme qu’on ne veut point entendre après avoir été faussement accusé d’avoir manqué de respect à l’un des plus grands princes du monde et pour lequel il a toujours eu le plus d’estime et de vénération.
Peu de jours après, je fus arrêté. Sitôt que j’eus la liberté d’écrire de la Bastille, mon premier soin fut d’apprendre au public, dans une lettre que j’écrivis au duc de St-Aignan116, l’assassinat qu’on m’avait fait en me faisant offenser premièrement V.A. et tous ceux de qui la haine me pouvait faire des ennemis considérables.
Si dans la satisfaction que je voulais faire j’eusse osé vous nommer, Monseigneur, je l’aurais fait avec la plus grande joie du monde, mais je ne savais si vous le trouveriez bon, et j’étais déjà si chagrin de voir qu’on m’avait fait vous nommer malgré moi en rendant ce manuscrit public, que je ne pus me résoudre à recommencer ; je me contentai donc pour lors, Monseigneur, de vous comprendre dans ma satisfaction générale, et mille raisons doivent vous persuader que vous y aviez la meilleure part.
Cependant, je n’en serais pas demeuré là117 depuis ma sortie de la Bastille si j’avais été en pleine liberté ; j’aurais plutôt été de province en province comme un chevalier errant (si je n’avais pu le faire d’autre manière) apprendre à tout le monde la supposition118 qu’on m’avait faite, et le respect que j’ai eu et que j’aurai toute ma vie pour vous.
Mais puisque je crois, Monseigneur, que vous ne trouverez pas mauvais que je vous écrive, je vous dirai que je n’ai jamais hasardé ma vie plus volontiers que je ferais pour soutenir, non pas l’honneur qui vous est dû (car cela n’est pas en conteste), mais que qui que ce soit n’a jamais eu pour votre personne et pour votre vertu plus de respect ni plus d’admiration que moi. Si le Roi trouvait bon qu’on rendît public le manuscrit que j’ai mis entre les mains de S.M., tout le monde verrait la différence qu’il y a entre les sentiments que j’ai toujours eus pour V.A. et ceux que mes ennemis m’ont supposés pour m’attirer son indignation.
Ce n’est pas, Monseigneur, que je ne vous demande mille pardons d’avoir parlé de vous en des matières qui ne sont que les amusements et les relâchements d’esprit des grands hommes ; V.A. sait comment j’ai été surpris en ce rencontre. Si j’avais voulu faire voir au public quelque chose sur votre sujet, je me serais honoré en écrivant ces campagnes, si utiles au service du Roi et si belles pour votre gloire, dont j’ai été témoin comme un des principaux officiers des troupes de votre maison, et j’ose me vanter que personne ne le pourrait faire plus fidèlement que moi, ni peut-être de meilleure grâce119.
J’espère, monseigneur, que vous regarderez mon intention plus que ma faute, et que vous aurez la bonté de me tenir compte de tout ce que j’ai souffert depuis trois ans ; il y a bien de la justice à cela, Monseigneur, car vous savez que le Roi (qui, outre les considérations particulières qu’il a pour votre vertu, a pour vous encor les égards que mérite l’honneur d’être le premier prince de son sang) ne m’a puni de prisons, de démissions de charge et d’exils que pour avoir donné lieu à mes ennemis de mettre sous mon nom des faussetés contre V.A. véritablement si ridicules qu’on peut voir par là que leur haine les aveuglait, et qu’il songeaient plus à nuire qu’à persuader.
Quelques grands que soient ces châtiments, Monseigneur, ils seraient trop doux pour expier un manque de respect de guet-apens à V.A., mais ils sont considérables quand ils sont faits à une personne qui vous déplu malgré lui et que rien au monde ne peut jamais obliger de n’être pas, avec toutes les soumissions imaginables,

Monseigneur,

de Votre Altesse,

Le très humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

1669-28/05, à Passerat, notaire à Semur120

  • 120 Victor Flour de Saint-Genis, « Une lettre inédite de Bussy de Rabutin », La Nouvelle Revue, 1896, p (...)

Pour M. Passerat, notaire royal à Semur

à Bussy, ce 28 mai 1669

Monsieur,
Il faudra chercher ailleurs de l’argent ; cependant, je vous suis obligé de la peine que vous avez prise pour cela.
Je savais la vente de Menétreux, mais je ne savais pas l’acheteur.
Le peintre qui est céans ira jeudi à Semur faire ce que nos messieurs les magistrats souhaitent de faire, quoique ce ne soit pas un homme à écriteaux. Mais il ne me dédira pas et je serai bien aise de leur faire ce plaisir et à vous à qui je suis, monsieur, très affectionné serviteur.

Bussy-Rabutin

[1671-02/09], au comte de Limoges121

  • 121 Bibl. nat. Fr., NAF 4984, p. 240. Lalanne a publié (t. II, p. 52) une version non datée de cette le (...)
  • 122 Antonin Nompar de Caumont, duc de Lauzun en 1692 (1633-1723). Ce correspondant de Bussy fut ensuite (...)
  • 123 Il semble s’agir d’une pudeur de Bussy plutôt que d’une difficulté de lecture du copiste.
  • 124 En réalité, c’est à Pignerol que Lauzun est emprisonné.
  • 125 Il aurait épousé la Grande Mademoiselle en dépit de l’interdiction royale.

Vous ne saviez pas l’affaire de mr de Lausun122 quand vous m’avez écrit ; elle m’a presque autant surpris que son mariage avec Mademoiselle, ce n’est pas qu’on ne me mandât depuis 6 mois que sa faveur diminuait, mais je pensais tout au plus qu’il mourait d’ambition, et non pas de mort violente ; je n’ai jamais ouï parler d’une fortune qui ait eu en si peu de temps de si grands hauts et bas que la sienne.
Il entre dans le monde en 1655, avec une compagnie de chevau-légers, et pas un quart d’écu de bien, il gagne les bonnes grâces du cardinal, et puis celles du roi par des rapports et des…123 on le fait mestre de camp du régiment de dragons du roi avec de grands appointements. Quelque temps après S.M. le voulant envoyer à sa garnison, il se figure que c’est pour (p. 241) l’éloigner de sa maîtresse dont il croit le roi amoureux. La jalousie le fait parler insolemment à S. M. qui l’envoie à la Bastille en 1665. Trois mois après le roi l’envoya querir pour le voir avec une barbe de capucin qu’il s’était laissé croître dans la prison, et en rit avec lui. Ensuite il se remet si bien aux bonnes grâces de S.M. qu’elle crée en sa faveur une charge de colonel général des dragons de France, exprès pour la lui faire vendre bientôt après et du prix, avec quelqu’autre secours qu’elle lui donne, lui faire acheter une charge de capitaine des gardes du corps en 1669. Il commande l’armée royale en Flandres. Mademoiselle, qui par sa naissance et par ses grands biens, est un parti pour des têtes couronnées et qui même en a refusé, qui jusque-là a paru le cœur du monde le plus rude et le plus malpropre à l’amour, devient amoureuse de lui, et le veut épouser ; le roi y consent, et se rétracte 4 heures après par le grand bruit que fait toute la maison royale. Il n’en est pas plus mal auprès du roi. Au contraire, S.M. lui remplace cette fortune (p. 242) manquée par mille autres douceurs, jusqu’en 1671 qu’elle le fait arrêter, et conduire par 100 mousquetaires à Pierre-Ancise124.
Nous avons des conjectures du sujet de sa prison, mais on ne le dit pas encor ouvertement125.

Je vous le répète, monsieur, je n’ay jamais vu ni ouï parler de si grands et de si prompts revers de fortune, et les réflexions que je fais sur elle m’occupent tellement que vous trouverez bon que je ne vous parle aujourd’hui d’autre chose.

[1672]-16/01, au R.P. Rapin, Chaseu le 16 janvier126

  • 126 Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, t. III, p.497. Feuillet de Conches propose de dater la (...)
  • 127 Nicolas Potier de Novion, cousin de Mme de de Bussy-Rabutin, comme Guillaume de Lamoignon, auquel i (...)
  • 128 Mme de Scudéry, qui avait mis en relation les deux hommes l’année précédente.

Je ne fais que de recevoir votre lettre Mon Révérend Père, et celle de Mr le P. P.127. Notre amie128 me mande que sa maladie l’a empêchée de m’envoyer plutôt votre paquet. Je vous rends mille grâces de la peine que vous avez bien voulu prendre de donner ma lettre et d’en retirer réponse.
Je ne vous ai point encore parlé de mon fils, parce que lorsque je l’envoyai à Paris, je vous croyais toujours à Bâville ; mais c’était mon intention de vous le recommander, et c’est ce que je fais aujourd’hui, Mon Révérend Père, en vous conjurant de lui dire ses vérités. Il donna votre livre à un gentilhomme de mes amis pour me le faire tenir sans lui dire qui lui avait donné. L’Épître au fils de Mr le P. P. et le sujet du livre me firent douter que vous l’aviez fait. Je crus qu’il n’appartenait qu’à vous à faire des réflexions sur l’éloquence, et la lettre à Mr de Lamoignon me fit songer à l’amitié que vous aviez pour Mr. son père. Mais je n’eus pas lu la première partie que je vous y reconnus tout à fait, et je vous admirai jusques à la fin du livre. Il est vrai, Mon Révérend Père, que vous y êtes partout admirable. Vous n’êtes pas comme ces gens dont vous parlez qui ne font rien de toutes les bonnes choses qu’ils enseignent ; dans le même temps que vous donnez les préceptes de l’Eloquence, vous les exécutez. Ou la matière est belle d’elle-même, vous vous contentez d’une expression aisée et naturelle, où le sujet n’est pas si heureux, vous l’embellissez d’un tour fin et délicat, et partout vous avez cette justesse de sens que vous dites si bien que le peuple sent, mais que les habiles gens sont seuls capables de remarquer.
Je ne sais, Mon révérend Père, s’il n’y a pas un peu de vanité à moi de vous dire qu’on ne peut trouver tout ce que vous écrivez aussi beau que je le trouve sans être en quelque façon capable de faire ce que vous enseignez ; mais je suis sincère avec mes bons amis. Comme je vous dis du bien de moi, je vous en dirais du mal, s’il s’en présentait occasion. Par exemple, je vous avoue que j’ai trouvé jusques ici la théologie sèche, sévère, et obscure entre les mains de tout le monde, mais aujourd’hui elle me paraît douce, agréable, et intelligible entre les vôtres.
Pour mes Mémoires, Mon révérend Père, je vous ai déjà mandé que je vous les voulais donner à lire moi-même parce que ce n’étaient pas des choses que je puisse mettre au hasard d’être perdues par les voies des messagers, outre qu’ils sont font amples ; mais je ne désespère pas de vous les porter bientôt, car le roi est bon et juste. Voilà cependant que je viens encore de lui écrire, dont je vous prie de me mander votre sentiment, et de me croire plus que personne au monde,

Bussy-Rabutin

Montrez, si vous voulez, ma lettre au Roi à ceux de nos amis que vous jugerez capables de s’y connaitre, mais je vous prie de ne la donner à personne, parce que je ne voudrais pas qu’elle courût par le monde.

[1672]/12/06, au R.P. Rapin, Bussy, 12 juin, 2 p. ½129

  • 129 Catalogue Anisson ; Amateur d’autographes, 1863, p. 216.Arch. nat., AB XXXVIII/10, catalogue vente (...)

Belle lettre où il l’entretient de son voyage à Fontevrault, du père de Verville, prédicateur, de son fils et de sa fille (plus tard marquise de Coligny) :

Il faut rendre honneur à qui il est dû ; le père Verville est honnête de son chef, « et quand je serois capable de polir quelqu’un par mon commerce, j’an ai eu si peu avec celui-ci qu’il n’aurait rien pu apprendre avec moi ; je n’ai eu que trois ou quatre conversations avec lui, et je l’ai ouï prêcher deux fois. Il a de l’esprit partout, mais il réussit mieux dans la chaire ».
« Mlle de Bussy lui est bien obligée de l’estime qu’il a pour elle ». « Il faut que je vous parle comme à mon ami, M. R.P. C’est une fille qui a du mérite, je ne suis pas embarrassé de vous parler ainsi, et je trouve que quand on est bien assuré que l’amitié paternelle n’aveugle pas, c’est une faiblesse de ne pas convenir de bonne foi avec ses bons amis du mérite de ses enfants. Celle-ci a de l’esprit dont elle ne se fait nullement de fête ; les religieuses de la Visitation lui ont appris à craindre Dieu, et moi à vivre ; quand elle entrera dans le grand monde, je ne pense pas qu’elle y soit embarrassée. »

1673-25/07, au marquis de Dangeau130

  • 130 Antoine Du Prat, Glanes et regains récoltés dans les archives de la maison Du Prat, Versailles, 186 (...)
  • 131 Philippe Courcillon, marquis de Dangeau (1638-1720). Il est l’auteur du Journal célèbre à la fois p (...)
  • 132 Louis XIV prend Maastricht le 29 juin 1673.
  • 133 Charles Paris d’Orléans, fils des amours de la sœur du Grand Condé et du duc de La Rochefoucauld.
  • 134 François du Prat, qui deviendra comte de Barbançon et marquis de Nantouillet par la mort de ses tro (...)

25 juillet 1673

Je dois vous rendre compte, Monsieur131, de ce qui s’est passé à l’armée, puisque vous m’en témoignez le désir. Déjà, je vous ai parlé du siège de Maestricht132 ; je veux vous dire aujourd’hui ceux qui ont été blessés au passage du Rhin, où Monsieur le duc de Longueville a perdu la vie133.
Messieurs d’Aubeterre, de Beaumont, de Saint-Arnoul, de Beaufort, de Montreau et de Beauveau y ont tous combattu avec beaucoup de valeur, et leurs blessures en sont d’assurés témoignages. Monsieur le Marquis de Thermes, de la maison de Gondrin, très-bien fait de sa personne, y a été blessé au visage dans le troisième combat de ce grand jour, ainsi que Monsieur du Prat, de la maison du fameux Chancelier de ce nom, et qui est sous-lieutenant au régiment du Roi. Déjà ce dernier avait été blessé dans une autre rencontre. On dit que le Roi a écrit à sa famille une lettre pleine d’affection.
Monsieur de la Salle, fils du lieutenant des gendarmes, a reçu cinq coups dans le même combat où Messieurs de Thermes et du Prat ont été blessés.
Monsieur de Soubise, Monsieur le Comte de Lyonne, Monsieur de Marquis de Chavigny ; Monsieur le Marquis d’Ambre, Monsieur de Chevalier de Nantouillet134, Monsieur de Cavoys et Monsieur de Barbezières, sont au nombre des braves qui se sont le plus signalés dans cette affaire.
On dit que Monsieur de Turenne avait couché près du canon sur une botte de foin, n’ayant pas voulu accepter un carrosse qu’on lui avait offert pour se coucher ; et Monsieur de Chamilly lui ayant fait donner avis que Masseic, ville sur la Meuse à trois lieues au-dessous de Maestricht, qui prétend être neutre ne voulait point recevoir de troupe de France il lui avait envoyé l’ordre de la battre avec le canon, ce qui ayant été fait, elle se rendit aussitôt, n’étant demeuré que deux soldats et un aide major du régiment d’Alsace qui furent tués.
Voilà, Monsieur, ce que je sais des nouvelles de la guerre. Je suis bien sincèrement votre-très-affectionné,

Bussy-Rabutin

Donnez-moi des nouvelles de la Cour.

1674-/06, à l’abbé de Brosse135

  • 135 Bibl. Mun. Salins-les-Bains, Ms 36, f° 35. Extrait d’une réponse à une lettre de l’abbé de Brosse d (...)
  • 136 Charlotte d’Étampes de Valençay (1597-1677) avait épousé en 1615 Pierre Brûlart de Sillery, vicomte (...)
  • 137 L’abbé de Brosse avait narré à Bussy comment Mme de Puisieux s’était éveillée au milieu de l’évocat (...)

Mme de Puisieux136 savait fort bien pourquoi elle vous disait qu’il ne se trouvait plus de maris comme ce comte d’Allemagne137, et assurément feu M. de Puisieux n’eût pas eu la même raison de demander au Pape permission d’épouser une seconde femme.

1675-12/02, à Colbert138

  • 138 Joseph Delort, op. cit., p. 108-109.

A Monsieur Colbert
Chaseu, ce 12 février 1675.
Monsieur,
Je viens d’apprendre le mariage de monsieur votre fils avec mademoiselle d’Alègre, dont j’ai la plus grande joie du monde ; cela redouble l’alliance que j’ai déjà l’honneur d’avoir avec vous du côté de ma femme, parce que monsieur de Monperroux et moi sommes fort proches parents ; ainsi je me sens plus engagé que jamais d’être dans les intérêts de votre maison ; je ne sais monsieur, si cela vous est considérable, car je suis dans la mauvaise fortune ; cependant vous savez que j’ai de la qualité et que je ne suis pas tout à fait sans mérite ; mais ce que je suis plus que toute chose, c’est, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

1675-09/04, au R.P. Bouhours139

  • 139 Hagley Libray (Wilmington, Delaware, États-Unis), « Acquisitions of Pierre S. du Pont », Longwood M (...)
  • 140 Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay (1651-1690), fils du contrôleur général avait épousé Ma (...)
  • 141 Bussy a écrit de « de la rente ».
  • 142 Depuis « C’est un homme de très grande qualité… », Bussy reproduit le texte de sa lettre du même jo (...)

A Autun, ce 9me avril 1675.
J’ai reçu votre lettre du premier avril, Mon Révérend Père. Je vous rends mille grâces du soin que vous avez eu de faire rendre la mienne à Mr de Seignelay140. Il ne m’a point fait de réponse, et en cela il n’a pas voulu déplaire à la qualité de fils de Mr Colbert, duquel je n’en ai jamais reçu une. Ces Mrs-là ne connaissent de mérite que celui qui est heureux, et ils ont bien la mine même d’en trouver où il n’y en a point quand il y a de la bonne fortune. Je vous assure, M. R.P. que le leur ne m’aveugle plus, et que je pense d’eux ce qu’il faut en penser.
Je me suis hâté de vous écrire pour vous donner avis que j’allais marier mademoiselle de Bussy au marquis de Coligny d’Auvergne. C’est un homme de grande qualité, qui a vingt-et-cinq mille livres de rente141, et de la raison. Vous savez, M.R.P. que sans cette dernière qualité, je ne ferais pas grand cas des autres avantages. Je sais que cette nouvelle ne vous déplaira pas car la demoiselle est fort de vos amies et votre très humble servante142. Pour moi, je vous aime toujours de tout mon cœur.

1676-05/01, à la comtesse douairière de Dalet143

  • 143 Lettres avec les réponses, Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1738, t. III, p. 329.
  • 144 Gilberte d’Estaing avait épousé en 1645 Gilbert Allire de Langheac, veuf de Barbe de Coligny de Cre (...)
  • 145 La remarque explique sans doute le malentendu avec la comtesse de Dalet puis l’omission de la lettr (...)
  • 146 Ce commerce épistolaire ne se développera pas (cf. Correspondance, t. III, p. 145, 149).

Du comte de Bussy à la comtesse de Dalet la Douairière.

A Bussy, ce 5 janvier 1676.

Je suis bien honteux, Madame, que vous me fassiez un compliment le premier sur le mariage de ma fille avec Monsieur votre beau-fils144. Je vous avoue que ne savais que dire à la belle-mère de mon gendre ; car les belles-mères ne voient pas volontiers marier les enfants de leurs maris145. Mais quand j’ai vu que vous mandiez à Monsieur de Coligny que vous ne lui auriez jamais pardonné s’il s’était marié à toute autre qu’à Mademoiselle de Bussy, je me suis rassuré sur la crainte où j’étais d’avoir fait quelque chose qui vous eût déplu. Je suis donc ravi, Madame, que vous soyez contente : je sais d’ailleurs votre mérite, presque toutes vos amies sont les miennes, et j’ai souhaité sur leur parole d’être votre ami, bien longtemps avant que je songeasse à vous être quelque autre chose. Vous croyez bien, Madame, que ceci ne me fera pas changer ; au contraire, comme j’aurai plus de commerce avec vous146, j’aurai plus d’occasion de me ménager l’amitié que je vous demande, et pour laquelle je vous offre la plus tendre et la plus sincère, etc.

1677-21/05, à Mme de Rabutin147

  • 147 Lettres avec les réponses, Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1738, t. IV, p. 36.
  • 148 Louise Marie Thérèse, alors chanoinesse de Remiremont et qui épousera le marquis de Montataire en 1 (...)

Du comte de Bussy à Mme de Rabutin148.

A Bussy, ce 21 mai 1677.

C’est bien la faute des grands princes, quand ils ne se font pas aimer de tout le monde. Un de leurs regards, un souris, une parole gracieuse, tout cela leur gagne les cœurs. Pour nous autres particuliers, il faut bien d’autres choses pour nous faire aimer, et souvent après beaucoup de peines, nous n’avons rien gagné. Le mérite même, qui fait admirer les princes quand ils en ont, nous attire la haine et l’envie. Je suis ravi que Monsieur soit content ce que le marquis de Bussy fit à la bataille de Cassel. Je voudrais bien que S.A.R. dît au Roi sur cela ce qu’il a dit à votre mère ; il est assez bienfaisant pour le dire, s’il en trouve l’occasion. Le marquis de Montrevel mérite bien sa bonne fortune, et La Cardonnière la méritera. Mademoiselle de la Basinière a raison. Ce n’est point aux demoiselles à écrire les premières aux cavaliers. La façon qu’elle en fait avec moi m’est fort honorable, mais je me trouve offensé qu’elle veuille bien me répondre.

1679-10-12149, [à André Blanchard de Saint-Martin150]

  • 149 Bibl. mun. Nantes, Ms 830/666-167.
  • 150 Deux personnes jouent alors un rôle prépondérant dans l’admission des vieux soldats aux Invalides, (...)
  • 151 Présent porteur : porteur de la présente, qui présente la recommandation au destinataire.

À Paris ce 20me decembre 79.

En arrivant hier soir ici, Monsieur, suivant la permission que le Roi m’en a donnée, j’appris du cavalier present porteur151 la direction que vous aviez dans les Invalides. Si je l’avais su plutôt, je me serais d’abord adressé à vous pour la réception de ce valier. Cependant, j’arrive encore assez à temps pour vous avoir cette obligation. Je vous en supplie donc, Monsieur, et de me croire votre très humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

1683-06/09152

  • 152 Supplément aux Mémoires et Lettres de Mr le comte de Bussy-Rabutin, s.l. (Au monde) n.d. (7539417) (...)

Un pape ayant appris qu’un nommé Altera avait fait des vers contre un honnête homme, il s’en plaignit, et Altera lui ayant répondu que par malheur son nom était venu au bout du vers ; si bien, lui répliqua le pape, que vous ne vous offenserez pas quand quelqu’un dira :

Signor Altera
Merita la Galera

1684-03/07, à Harlay, archevêque de Paris153

  • 153 J.-Henri Pignot, La marquise de Coligny fille de Bussy-Rabutin, sa vie et ses lettres avec document (...)
  • 154 Abbaye de bénédictines fondée en 1638 par la comtesse de Soissons.
  • 155 Henri-François de La Rivière, qui avait épousé secrètement Françoise-Louise.
  • 156 Françoise-Louise était venue accoucher incognito à Paris. L’enfant a été conduit chez une nourrice (...)
  • 157 Par leur influence sur l’inscription des affaires au rôle du tribunal.
  • 158 Bussy oublie le rapporteur, qui a « visité » les pièces rangées dans le sac à procès.
  • 159 Denis Talon (1628-1698). Il succède en 1652 en cette charge à son père, Omer.
  • 160 Mme d’Assigny (cf. lettre de Rivière du 5 février 1682).
  • 161 Exagérée pour les besoins de la cause, la bassesse des origines de La Rivière est une des causes de (...)
  • 162 Qu’ils renouvelleraient leur témoignage devant le parlement.
  • 163 Sans mention du destinataire.
  • 164 Une partie : un des protagonistes du procès.
  • 165 Les juges subalternes doivent en effet juger selon la rigueur des ordonnances. Ils ne peuvent pas, (...)
  • 166 Semur-en-Auxois et Montbard sont deux sous-préfectures de Côte-d’Or ; Laferté-sur-Aube (Haute-Marne (...)

De Bussy, du 3 juillet 1684.

Lorsque j’eus l’honneur de vous demander votre permission, Monseigneur, (315) pour faire recevoir à l’abbaye de Liesse154 la marquise de Coligny, ma fille, en suite de l’arrêt qui, sans aucunes preuves de mariage établies par les ordonnances et sans possession publique ni clandestine, la déclarait femme du nommé Rivier155 et mère d’un enfant supposé156, je vous suppliai de trouver bon, que, quelques jours après, je pusse vous instruire du détail de cette affaire. Vous me promîtes de m’entendre volontiers. Cependant, je fus obligé de partir, bientôt après, pour des affaires pressées et de m’en revenir chez moi, d’où je vous supplie d’agréer que je vous entretienne par cette lettre du sujet de la conversation que je voulais avoir avec vous. Il serait inutile, Monseigneur, de vous dire le dé/tail (316) de la question ; le factum que je vous envoie vous en instruira pleinement si vous prenez la peine de le lire. Quand je n’aurais pas l’honneur, que j’ai, d’être votre parent et votre ami, l’affaire est si extraordinaire qu’elle vous devrait donner de la curiosité de l’apprendre. On a jugé les deux plus grands faits du monde, un mariage et un accouchement, sur de fortes préventions et sur des présomptions légères, contre des preuves incontestables du contraire. Il est surprenant, qu’ayant sujet de me plaindre d’un arrêt, je ne me plaigne pas des juges qui l’ont rendu ; c’est qu’ils n’ont pu faire autrement. Vous savez, Monseigneur, qu’en matière d’audience, MM. les avocats généraux sont assez les maîtres des affaires, non seulement par le tour qu’ils peuvent donner157, mais encore par d’autres moyens moins honnêtes, s’ils étaient capables de s’en vouloir servir. De sorte, (317) que les juges les plus gens de bien et les plus éclairés, sont presque toujours nécessités de juger sur ce que leur a dit un homme qui, seul, a vu les pièces158. Mes juges étaient d’autant plus disposés à croire M. Talon159 en cette rencontre que, sachant qu’il n’avait jamais confirmé ni établi aucun mariage contesté, ils crurent que c’était la force de la vérité qui le forçait de parler ainsi. Cependant, voici les véritables motifs des conclusions si extraordinaires qu’il a prises contre moi.
Il y a quatre ans, qu’écrivant à Rivier (que j’affectionnais alors) je lui mandai, entre autres nouvelles, quelque chose de plaisant qui s’était dit dans le monde sur le sujet de M. Talon et d’une dame de ses bonnes amies160. Rivier, qui avait gardé ma lettre, trouva moyen de la faire voir à cette amie de M. Talon, au commencement de mon procès. Ce (318) magistrat, au lieu de s’en prendre à Rivier d’un conte que j’avais mis comme en dépôt chez un ami, s’en prit à moi. Je lui parus un ennemi plus digne de sa haine qu’un homme de néant. Passe encore de me haïr, mais il n’était pas juste que, pour se venger de moi, il fît du mal à ma fille de Coligny qui ne l’avait jamais offensé.
Ce sont là les véritables preuves du mariage et de l’accouchement de ma fille ; et cela est si vrai que, l’année passée, cette amie de M. Talon, ne pouvant souffrir l’injustice qu’elle voyait que ce magistrat nous préparait, dit à un homme de qualité de ses amis et des miens, que M. Talon était outré contre moi pour une de mes lettres que Rivier lui avait fait voir, et qu’il fallait que je fisse en sorte de le récuser parce que, ajoutait-elle, que, quoiqu’il fût homme de bien, elle ne répondait pas que ses conclusions (319) ne se ressentissent de son ressentiment. Je tâchai donc de ne l’avoir pas pour juge, mais inutilement ; et vous allez voir, Monseigneur, par la manière avec laquelle il parla contre nous, combien j’avais raison de me défier de ses conclusions. Il commença par me taxer d’impudence et de mauvaise conduite de m’être opposé au mariage de Rivier.
Il est vrai que j’avais grand tort de vouloir empêcher le petit-fils d’un vigneron161, sans mérite et sans bien, d’épouser ma fille de Coligny.
Il l’accusa d’une superstition odieuse, dit-il, d’avoir mêlé, dans des prétendues lettres, des sentiments de vertu avec des sentiments de tendresse.
Il est vrai que cela est bien malhonnête de mêler de la vertu avec de la tendresse dans ce qu’on écrit à un homme qu’on veut épouser.
Il lut la déposition des témoins ouïs au (320) Châtelet, quoiqu’elle eût été cassée par l’arrêt, du 24 juin 1682, qui ordonnait que ces témoins seraient répétés au parlement162, et il ne lut pas cette répétition sur laquelle, seule, on devait juger cette affaire. C’est une surprise faite aux juges qui croyaient qu’on ne lisait que ce qu’on devait lire.
Il accepta, pour un témoignage valable, la déposition d’un cocher qui n’avait pas été entendu au Châtelet, autre surprise faite aux juges qui croyaient que cette déposition était bonne, puisque M. l’avocat général la lisait.
Il lut la lettre fausse ou véritable d’un homme qui, après avoir déposé deux fois en justice différemment l’une de l’autre, ne devait plus être regardé que comme un faux témoins qui se produit de lui-même, autre surprise faite aux juges qui croyaient que c’était une bonne déposition, puisque M. Talon la lisait. (321)
Il compta pour des preuves à faire foi, dans un mariage, des lettres non datées et non suscriptes163, sur lesquelles, en bonne justice, on ne pouvait pas faire payer un quart d’écu, et des lettres niées par ma fille de Coligny, vérifiées sur une procédure faite contre l’ordonnance et suspectes de fausseté quand la procédure aurait été légitime.
M. Talon dit, sur cela, que des juges souverains peuvent bien, de leur autorité, nommer d’abord des experts d’office et refuser à une partie164 des pièces de comparaison, qui étaient les deux contraventions à l’ordonnance qu’on avait faites dans la vérification des prétendues lettres de ma fille de Coligny.
Suivant M. Talon, l’ordonnance n’est faite que pour les bailliages et pour les présidiaux165. Je ne pense pas que MM. ses collègues demeurassent d’accord de cela avec lui, et lui-même, assurément, ne (322) voudrait pas établir cet usage contre des gens qu’il ne haïrait pas. Il compta pour fausses quatre lettres reconnues par Rivier, après s’être longuement défendu de les reconnaître, et il ajouta plus de foi au rapport de trois experts, gens décriés sur la réputation et qui même n’ont pas été chargés d’examiner les quatre lettres, qu’à la reconnaissance d’un homme qui doit mieux connaître son écriture que les plus habiles experts du monde.
Enfin, ces lettres que ma fille de Coligny a niées, et qui ont été vérifiées sur une procédure faite contre l’ordonnance, ont passé pour véritables au jugement de M. Talon, et, selon lui, les lettres que M. Rivier a reconnues ont passé pour fausses.
Vous m’avouerez, Monseigneur, qu’il serait fort difficile à M. Talon de persuader cela aux personnes de bon sens, à (323) moins de le leur dire aussi confusément qu’il fit à l’audience.
Mais ce qui parut le plus injuste dans ses conclusions, ce fut quand il dit que les actes authentiques par lesquels nous voulions prouver l’alibi de ma fille de Coligny, avaient été passés par des notaires de village qui avaient pu être gagnés.
Premièrement ce sont des notaires des villes de Semur, d’Epoisses et de la Ferté-sur-Aube166 ; mais quand ils seraient notaires de village, étant réservés par S.M. et leurs actes légalisés par les juges royaux, ces actes devaient faire foi en justice, à moins qu’on ne s’inscrivît en faux contre les notaires et qu’on les fît pendre.
Il ajouta qu’il n’y avait personne, dans l’assemblée, qui doutât de l’accouchement de ma fille de Coligny, et que cela se disait tout haut dans les galeries du (324) Palais. Cela n’est pas vrai ; mais quand les présomptions auraient été assez générales pour que tout le monde le crût, est-ce là une preuve d’un fait aussi important que celui d’un accouchement, et doit-elle être alléguée par un aussi grand magistrat que M. Talon ?
Il dit encore que, depuis deux ans, je pouvais bien avoir fait venir madame Dupuy pour désabuser le monde que ce fût madame de Coligny. A cela je réponds que je ne suis pas le maître de madame Dupuy pour la produire en justice quand j’en ai besoin, et que je ne l’ai jamais vue qu’au mois de mars 1682, et que je ne sais ce qu’elle est devenue. Mais, en bonne foi, un juge d’aussi bon sens que M. Talon peut-il opposer ces fausses conjectures à des actes authentiques ? Non, assurément, et il ne l’aurait aussi jamais entrepris s’il n’avait cru avoir pour lui la voix publique : il ha/sarda (325) sa vengeance à la faveur des préventions.

Au reste, Monseigneur, vous remarquez que depuis le commencement du carême dernier, M. Talon est tombé malade trois fois, que lorsqu’on a proposé deux fois M. le Procureur général pour prendre sa place parce qu’on craignait que la maladie ne fût longue, il est revenu à l’audience, quoiqu’il ne fût qu’à demi guéri, et il s’est mis au hasard d’une rechute pour ne pas manquer de donner les conclusions qu’il avait prises.
Je prie Dieu, de tout mon cœur, qu’il lui pardonne, parce que je ne veux pas m’attirer la colère du ciel par une haine, quoique peut-être plus juste que celle qu’il a contre moi. Ma résignation aux volontés de Dieu m’attirera des grâces et surtout celle de la révision de mon procès. Je ne lui demande que cela et je l’espère, car il peut quelquefois permettre (326) des injustices, mais quand celui qui les souffre le fait avec patience, il en est tôt ou tard récompensé.
Cependant, Monseigneur, faites s’il vous plaît un moment de réflexion sur l’état où est la marquise de Coligny, ma fille. Elle atteste Dieu et tous les hommes qu’elle n’est point mariée et, en effet, comme j’ai dit, il n’y a aucunes preuves d’un mariage établies par les ordonnances, aucune possession ni publique ni clandestine ; et le parlement lui ordonne de reconnaître Rivier pour son mari, c’est-à-dire lui ordonne de commettre un crime. Elle sait le respect qu’elle doit avoir pour les lois humaines, mais elle sait bien aussi que les lois divines demandent les premiers devoirs. Que fera-t-elle, Monseigneur ? Vous qu’elle a aujourd’hui l’honneur d’avoir pour son pasteur, prenez la peine de l’assister de vos conseils, de vos suffrages, de votre au/torité (327) et de votre crédit. C’est l’intérêt de Dieu qu’elle vous met entre les mains, protégez-la, dirigez-là. Cette affaire est si singulière qu’on n’en a jamais vu une pareille. C’est que l’on n’a jamais déclaré un mariage sans en avoir aucunes preuves et seulement des conjectures. Ceci est de plus grande conséquence que n’a cru M. Talon et fera plus de bruit qu’il n’a pensé. Le roi est trop juste pour ne pas faire examiner à fond une affaire aussi importante que celle-ci. Il ne souffrira pas, assurément que, de son règne, tout plein de merveilles et d’équité, une femme, et une femme de qualité, soit mariée sur un arrêt seulement, laquelle ne l’est ni devant Dieu ni devant les hommes. Il paraîtra même à S.M. d’une extrême conséquence de connaître si des juges au mépris des lois et des ordonnances, ne se donnent point la liberté de juger des faits si importants sur ce qu’ils (328) s’imaginent. Pour moi, Monseigneur, je m’attends à toutes les grâces que vous pouvez faire en justice à un père affligé et à un parent qui est, avec tous les respects qu’on vous doit, votre, etc.

1684-13/07, à Gaignières167

  • 167 Pignot, op. cit, p. 329, d’après Bibl. nat. Fr., Gaignières 24 785, p. 494.
  • 168 Ce généalogiste a notamment continué l’Histoire généalogique et chronologique de la maison royale d (...)
  • 169 Louis XI rattache la Bourgogne à la couronne de France en 1477.
  • 170 Issy.

A Bussy, le 13 juillet 1684.

J’ai reçu les lettres que je vous avais données à lire, Monsieur ; mais je ne (330) sais si vous m’écrivîtes en me les renvoyant, car je n’ai point reçu de réponse de vous. L’injustice de M. Talon a fort troublé nos desseins. Nous devions avoir des conversations avec M. Du Fourny168 ; Dieu en a disposé autrement ; ce sera pour une autre fois. Cependant, je lui serais bien obligé, s’il voulait bien quelquefois songer à moi et chercher à la chambre des comptes ce qui s’est fait et dit des Rabutins depuis le commencement du règne de Louis XI169 jusqu’à la mort de Henri IV. C’est à vous, Monsieur, à qui je devrai d’abord les marques de son amitié, mais j’espère bien les mériter un jour par moi-même. Cependant, Monsieur, croyez bien que personne ne vous aime et vous estime plus que je fais et n’est du meilleur cœur à vous que moi.

Bussy Rabutin

Envoyez à ma fille de Coligny au couvent de Notre-Dame de Liesse, les réponses que vous me ferez. Cette abbaye est au bout de la rue de Sèvre, hors des barrières, sur le chemin d’Icy170. J’oubliais de vous dire que j’ai écrit une lettre à M. l’archevêque sur l’arrêt de la Grand’chambre. On m’a mandé qu’elle courait dans Paris ; tâchez d’en avoir une copie, je serai bien aise que vous la voyiez. Cette affaire fait du bruit et ne sera pas comme les autres que le temps assoupit ; au moins la travaillerai-je avec chaleur.
A M. de Gaignières, écuyer de Mme de Guise

1685-10/11, à Corbinelli171

  • 171 Bibl. nat. Fr., Fr 24422 f° 271.

Je vous envoie des copies de lettres au Roi et au RP de La Chaise, et la réponse de celui-ci, Monsieur, par lesquelles vous saurez l’état de mes affaires de la cour. Je m’adresse à vous en cette rencontre comme au plus fidèle et au plus habile ami que j’aie au monde, et je vous supplie de conférer avec le RP de mes affaires en lui donnant ce que je lui écris aujourd’hui. Tout ce que je vous envoie, Monsieur vous apprendra ce que vous avez à lui dire. Mais voici encore quelque chose que vous y pourriez ajouter.
Vous verrez qu’il me mande que tous ceux qui se sont ruinés dans le service à qui le roi ne fait pas du bien ne se croient pas pour cela dans la disgrâce de S.M.
Le RP veut dire que le Roy ne hait pas les gens ruinés en le servant encore qu’il ne leur fasse pas du bien.
Je ne demeure pas d’accord de cela, Monsieur. Le Roi peut faire attendre à ceux qui l’ont servi les récompenses qu’ils méritent, mais il ne peut en conscience et sans leur témoigner quelque haine les voir ruinés/ sans leur donner de quoi vivre en attendait ces récompenses.
Me voilà, Monsieur, mais je suis encore en de bien plus fort termes que ces gens-là. Car je ne suis pas seulement un officier d’armée à qui le Roi donne sa solde comme à cent mille gens qu’il a sur pied. Je suis encore une espèce de domestique qui ai acheté une grande charge de guerre avec des gages attachés à cette charge. Il m’en est dû quatre-vingt mille livres. Ce sont mes salaires que le Roi devrait donner en conscience à ma famille quand pour un crime d’Etat il m’aurait fait couper la tête. Cela est incontestable. Jugez donc de ce que SM doit faire pour moi ruiné après l’avoir servi trente et un ans et après avoir été châtié rudement pour des bagatelles, et si je n’ai pas raison d’espérer qu’il me donnera au moins de quoi vivre.
Vous pourrez dire ceci au RP de La Chaise mieux que je ne vous le mande, Monsieur, mais en tout cas vous le lui pourrez faire lire.
Adieu, monsieur, cette lettre-ci ne vous apprendra rien que mes affaires de la cour, pour lesquelles je vous demande le soin dont votre amitié et votre habileté vous rendent capable.

Bussy-Rabutin

1685-14/11, à Corbinelli172

  • 172 Bibl. nat. Fr., Fr 24422 f° 267.
  • 173 Le chancelier Le Tellier est mort le 30 octobre1685.

Je vous écrivis il y a quatre jours une grande lettre, monsieur, avec une autre lettre pour le père de La Chaise, avec qui je vous suppliais d’avoir une conférence sur mes affaires de la cour. Je vous envoie les copies de ma dernière lettre au Roi, de celle que j’écrivis au P. de La Chaise en juin dernier, et sa réponse pour vous bien instruire de l’état de mes affaires. Je vous supplie encore par celle-ci de travailler à cela comme à mon repos et au salut de ma maison. Il n’y a que vous, ma fille de Coligny et moi qui sachions cette négociation, Monsieur. Vous savez que c’est le secret qui contribue au bon succès des affaires. Je/ ne vous ai pas mandé que le P. de La Chaise est dans votre voisinage, car je ne doute pas que vous ne le sachiez.
De peur que les lettres que vous m’écrivez ne soient vues par madame de Bussy si vous les envoyez au logis pour me les faire tenir, envoyez les tout droit à la grand poste rue des Bourbonnais, et faites-en ainsi l’adresse :
Pour mr le Comte de Bussy
A Autun
J’ai reçu une réponse de vous sans date où vous ne parlez que de l’affaire de ma fille et de la mort du chancelier173. Venez ici après que vous m’aurez assisté auprès de P. de La Chaise, et nous ferons le plus beau [f° 268] factum qu’on fit jamais pour le chancelier Le Tellier, je l’aime bien où il est, et mr Boucherat à sa place. C’est mon parent et mon bon ami. Adieu, monsieur, je suis assurément le plus fidèle ami que vous ayez au monde.
Pour Monsieur de Corbinelli rue royale dans le pavillon de la place
A Paris

1685-9/12, à Corbinelli174

  • 174 Bibl. nat. Fr., Fr 24422 f° 269.
  • 175 Les dates sont en blanc dans le manuscrit.
  • 176 « Et les violents s’en emparent » (Mathieu, XI, 12). Bussy cite ce verset dans une lettre au RP Rap (...)
  • 177 « Voilà l’épreuve, voilà la difficulté » (Virgile, Enéide VI, 129).
  • 178 La marquise de Sévigné.

A Chaseu, ce 9 dec. 1685
Pour répondre à vos lettres du 2( ) et 2 () novembre175, Monsieur, je vous dirais que si vos soins m’avaient fait obtenir du Roy ce que je priais le P. de La Chaise de lui demander pour moi, je ne vous serais pas plus obligé que je vous le suis, car je savais le coeur dont vous vous y employeriez et je l’ai vu par vos lettres. Au reste, les craintes du P. de La Chaise ne me rebutent pas. Il a de bonnes intentions, mes prétentions sont justes et les difficultés irritent mes désirs. Je crois qu’il faut dire de l’argent des Rois comme du ciel. Et violenti rapiunt illud176. J’écris donc au P. Rapin. Je lui en/voie la lettre que j’ai écrite au P. de La Chaise, montrez-lui (s’il vous plaît) tout le reste afin qu’il entretienne le P. de La Chaise sut tout cela et qu’il l’encourage de m’assister en intéressant la conscience du maître. Patience, monsieur, tout vient à point qui peut attendre, mais
Hoc opus hic labor est177
Adieu, monsieur, je suis ma foi bien à vous. La marquise178 vous assure de la même chose pour ce qui la regarde.
Pour Monsieur de Corbinelli

1686, à M. de Vertron179

  • 179 Claude Charles Guyonnet de Vertron, La nouvelle pandore ou les femmes illustres su siècle de Louis (...)
  • 180 André Baudry, prieur de Saint-Thibault en Auxois, membre de l’Académie royale de Nîmes, participe (...)

Il y a plus d’un mois que Monsieur Baudry180 m’avait fait voir votre Parallèle du Roy avec des Grands Princes, monsieur ; et je lui avais témoigné que j’estimais extrêmement cet ouvrage, parce qu’il était bien écrit, et qu’il était un original, car on a bien vue des Parallèles d’un Prince avec un autre, mais non pas encor d’un Prince avec tous ceux qu’on a appelés Grands.
Je ne doute pas que le Roi n’ait reçu cet éloge avec la reconnaissance qu’il mérite, je le souhaite au moins, Monsieur, et que vous me croyiez véritablement votre très humble serviteur,

Bussy-Rabutin

1687-11/05, à Mme de Coligny181

  • 181 Bibl. nat. Fr., NAF 4746, p. 437. Cette lettre venait à la suite de celle à Mme de Sévigné du 18 ma (...)
  • 182 Henriette-Marie de Saulx-Tavannes, épouse de Louis de Montsaulnin, marquis du Montal.
  • 183 Dans la marge droite, Monmerqué qui a colligé le manuscrit a noté : « mot douteux », et à gauche : (...)

[J’écrivis l’autre jour à ma fille de Colligny et après lui avoir parlé d’affaires, je finissois ma lettre ainsi :]

Je ne sais, ma chère enfant, si je vous ai mandé quelque chose de la jeune Montal182, mais j’ai mille choses à vous en dire. Vous savez que l’année passée c’étoit une espèce (p. 438) d’Artémise, qui ne vouloit pas survivre à son mari.

En arrivant je m’informé
Si la douleur étoit toujours aigue,
J’appris et j’en fus fort affligé
Qu’Artémise étoit devenue
La matrone de Vencrue183.

[Le même jour que j’écrivis à ma fille, j’écrivis cette lettre à ma belle-sœur de Toulonjon.]

1689-21/06, à Trébuchet, bailli184 de Chaseu185

  • 184 Le seigneur de Chaseu avait droit de justice et nommait un bailli pour la rendre.
  • 185 Arch. dép. Saône et Loire, 3 E 9728.
  • 186 Procureur du seigneur dans une justice seigneuriale.
  • 187 Amodier : affermer.

A Chaseu ce 21e juin 89
Je vous écrivis hier, monsieur ; vous me ferez plaisir de me faire réponse, et de voir un notaire nommé Taupenot qui a les notes de feu Laguille mon procureur d’office186 qui avait passé l’amodiation187 à Boutinet mon vigneron de Saint-Cerny. J’ai besoin de cette amodiation, et c’est ce que je vous prie de mander à Taupenot pour m’en envoyer une copie. Il y a huit, neuf ans. Vous me ferez plaisir,

Bussy

Pour
Monsieur Trebuchet, Bailli de Chaseu

1690-28/09, à Coulon, curé de Laizy188

  • 188 Anatole de Charmasse, « Annales historiques du prieuré de Mesvres en Bourgogne et de ses dépendance (...)
  • 189 La rivière, qui coule à Autun et aux portes du château de Chaseu, se jette dans la Loire vers Digoi (...)
  • 190 Ma fille désigne évidemment Louise-Françoise, mais la mention de Mme la comtesse signifie-t-elle qu (...)

Pour monsieur Coulon, curé de Laizy
A Chaseu, ce 28 septembre 1690
Mes pêcheurs d’Arroux189 m’étant venus payer dernièrement le prix de leur amodiation, me dirent qu’ils avaient une plainte à me faire de ce que vous pêchiez fort souvent, Monsieur, et même au filet. Je leur répondis que je ne croyais pas que vous abusassiez de la permission que je vous avais donnée de pêcher quelques fois à la trouble, que vous étiez un honnête homme qu’ils devaient être bien aises d’obliger. Ils me répondirent qu’ils seraient bien aises de vous faire plaisir si cela n’allait pas trop loin, que quand ils vous en avaient parlé vous leur aviez répondu qu’ils vous fissent appeler en justice. Je leur dis que je vous en parlerais. Madame la comtesse et ma fille190 l’ont fait, Monsieur, et vous avez été surpris des plaintes de mes pêcheurs, disant qu’ils ne vous en ont pas témoigné en être mal satisfaits, et parlant sur ce qui me regarde avec beaucoup d’honnêteté. Sur cela, je vous dirai, Monsieur, que non seulement la pêche, mais tout ce qui dépend de moi est à votre service, parce que je vous estime et vous aime infiniment.

Bussy-Rabutin

1691-12/01, au R.P. Bouhours191

  • 191 Bibl. nat. Fr. 17359, f° 6. Il ne s’agit que de l’apostille par Bussy à une lettre de sa fille Loui (...)
  • 192 Mon Révérend Père.

Je ne saurais m’empêcher de vous dire, MRP192, que je suis le plus tendre et le plus fidèle ami que vous aurez jamais.

1691- 23/03, au R.P. de La Chaise193

  • 193 Arch. Institut, 1 G 15, L.A.S. En haut à gauche de la pièce, a été écrit « Cette lettre paraît avoi (...)
  • 194 Il s’agit du Discours sur le bon usage des adversités, qui connaîtra quatre éditions entre 1694 et (...)
  • 195 Le désir de profiter de cette conjoncture le conduit à présenter un texte encore perfectible : « La (...)

A Chaseu ce 23me mars 1691

Ma solitude et mes réflexions sur mon salut, Mon Révérend Père, m’ont fait imaginer que je ne pouvais rien faire de plus agréable à Dieu que de donner à ma famille quelques instructions sur le néant des choses du monde, et comme je serais bien aise d’avoir fait une chose qui m’attirât votre estime, Mon Révérend Père, je vous envoie ce discours194.
J’ai trouvé après l’avoir fait, et l’avoir relu, qu’il pourrait ne pas déplaire au Roi. Je vous serais sensiblement obligé, Mon Révérend Père, si vous vouliez bien prendre la peine de le présenter à S.M. C’est une lecture de Carême195. Je serais ravi que le Roy reçût ce discours de votre main plutôt que de toute autre. Je vous en conjure de tout mon cœur, et de me croire votre très humble, et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

1693-06/04, à ?196

  • 196 Bibl. nat. Fr., NAF 14823, f° 13. Selon L’Amateur d’autographes, ce billet serait destiné à Huet, é (...)
  • 197 L’archevêque de Rouen est alors Jacques Nicolas de Colbert, abbé de La Charité-sur-Loire depuis 166 (...)

À Autun ce 3me avril 1693.

J’ai appris de l’abbé de Bussy, Monsieur197, que vous lui aviez bien voulu accorder votre voix pour la députation du clergé de Normandie à la prochaine assemblée. Je ne sais pas par quelle raison il a mérité cette grâce de vous, mais je ne saurais m’empêcher de la mettre sur mon compte, car je suis il y a longtemps avec tous les sentiments d’estime et de vénération votre très humble et très obéissant serviteur,

Bussy-Rabutin

Annexe 1 : Épîtres dédicatoires

1684-/07, à la duchesse de Holstein, comtesse de Rabutin198

  • 198 Histoire généalogique de la maison de Rabutin, Henri Beaune édit., Dijon, Rabutot, 1866, p. 34-35. (...)
  • 199 Dorothée Elisabeth de Holstein, « de la maison royale de Danemark, mais plus considérable encor par (...)
  • 200 Il en est le chef mais Mme de Sévigné est l’héritière de la branche aînée.
  • 201 Alors page, Jean-Louis de Rabutin avait été trouvé en situation compromettante avec la princesse de (...)
  • 202 Que vous ne mourriez pas sans avoir laissé une descendance…

Vous faites un si grand honneur à la maison de Rabutin, Madame199, et particulièrement à la branche où vous êtes entrée, que nous.ne saurions jamais assez vous en témoigner notre reconnaissance. Pour moi qui suis aujourd’hui le chef de cette famille200, j’ai une joie infinie de la grâce que vous lui avez faite, et il n’y a que mon cousin votre mari qui en soit plus aise que moi.

Je me souviens, Madame, que la première fois que vous me fîtes l’honneur de me mander votre mariage, vous m’écrivîtes que mon cousin avait bien du mérite ; j’en demeurai d’accord avec vous, et j’en conviens encor aujourd’hui, mais vous m’avouerez aussi qu’il est bien heureux, car enfin, Madame, vous savez que ce ne sont [35] pas les mépris ni les rigueurs de votre sexe qui l’ont fait sortir de France201, et qu’il n’a pas été longtemps en Allemagne sans qu’une des plus belles princesses de l’empire l’ai jugé digne de l’épouser. Nous voyons dans ce royaume de grandes et surprenantes fortunes, mais nous n’en voyons point de si complètes que celle de mon cousin. Il n’a rien à souhaiter du côté du plaisir et de la gloire, il n’a qu’à demander à Dieu que cela dure longtemps et que vous ne vous quittiez qu’après avoir laissé des restes de vous deux202 qui perpétuent cette branche jusqu’à la fin du monde.

Ce sont mes souhaits, Madame, et que vous me croyiez avec toute l’estime, l’amitié et le respect imaginables pour vous, votre très humble et très obéissant serviteur.

s.d., à Mme de Sévigné203

  • 203 Péquignot, op. cit., p. 348, d’après Bibl. mun. Dijon, Ms 105.

Il y a longtemps, Madame, que M. Gabriel de Roquette, évêque d’Autun, me prie d’écrire la vie de Madame de Chantal, et enfin, il a pris cette bonne œuvre si fort à cœur que je l’ai entreprise pour lui plaire. Il est vrai que voulant connaître celle de qui j’avais à parler par la vie qu’on nous en a laissée, j’ai été si peu content de la manière dont elle est écrite que j’ai cru devoir, à la mémoire de notre grande mère et à notre proximité, (aussi bien qu’au zèle de mon ami) le soin de la montrer sous une autre forme. La matière en est si sainte qu’il m’a semblé (349) aussi, qu’en la mettant en œuvre, je ne pouvais mieux réparer les folies de ma jeunesse. Je me suis même flatté que Madame de Chantal qui, comme vous savez, Madame, a prédit en me voyant enfant, que je serais un homme de bien, m’en obtiendrait la grâce encore plus volontiers par reconnaissance que pour l’honneur de la prophétie. Voilà, Madame, les raisons qui m’ont obligé à écrire la vie de Madame de Chantal. Pour celles que j’ai vous l’offrir, elles sont si naturelles que ce serait de ne l’avoir pas fait que j’aurais à rendre raison. Il serait aussi, dans les règles, de faire ici votre éloge, Madame ; mais outre que ne suis pas adonné au style d’épître dédicatoire, c’est que j’aurais peur de suspendre l’admiration que l’on doit à madame de Chantal si je disais ici de vous tout ce que vous méritez qu’on en dise. La postérité en prenant (350) un jour ce soin, Madame, fera honneur à notre siècle, pourvu qu’elle n’oublie rien des grâces de votre personne et des charmes de votre esprit, et surtout, qu’elle sache bien parler de la solide vertu qui vous a fait soutenir le veuvage, à vingt ans, avec une réputation digne de la petite fille d’une sainte. Pour moi, Madame, je me contenterai aujourd’hui d’aimer et d’estimer en silence tant de bonnes et de grandes qualités. Je ne vous parlerai pas même de tout l’honneur qui vous revient du mérite de madame de Grignan et d’en avoir fait la plus jolie fille de France, une des femmes du royaume les plus accomplies, et je me contenterai de vous assurer de mon extrême tendresse et du respect avec lequel je suis, etc.

s.d., à Mme de Coligny204

  • 204 . Cette épître a été donnée dans l’édition Monmerqué de 1818 des Lettres de Mme de Sévigné (t. I, p (...)
  • 205 Mais cette aisance est très ardue.

À la marquise de Coligny, ma fille
Vous avez souhaité, ma chère fille, que je vous donnasse un recueil de ce que nous nous sommes écrit votre tante de Sévigné et moi. J’approuve votre désir et je loue votre bon goût. Rien n’est plus beau que les lettres de Mme de Sévigné, l’agréable, le badin et le sérieux y sont admirables. On dirait qu’elle est née pour chacun de ces caractères ; elle est naturelle, elle a une noble facilité dans ses expressions et quelquefois une négligence hardie préférable à la justesse des Académiciens. Rien ne languit dans son syle, rien n’y est forcé ; il n’y a personne qui ne croirait qu’il en ferait bien autant

Ma questo facile e quanto difficile.205

Pour ce qui me regarde dans ce recueil, ma chère fille, je n’en parle point. Je hais les airs de vanité, et encore plus ceux d’une fausse modestie. Mme de Sévigné dit que je suis le fagot de son esprit, et moi je dis que c’est elle qui m’allume, et ce qui me le persuade, c’est que je n’ai pas tant d’esprit avec les autres qu’avec elle. Mais enfin ce recueil est curieux est digne d’être dans le cabinet d’un Roi honnête homme, c’est-à-dire dans celui de Louis le Grand. Tous les gens délicats auraient du plaisir à le lire si on le voyait de notre temps, mais quel sera son prix à la postérité, car vous savez ma chère fille, qu’en matière d’esprit,

On aime mieux cent morts au-dessus de sa tête
Qu’un seul vivant à ses côtés.

Vous trouverez encore dans ce recueil quelques lettres de Mme de Grignan et de notre ami Corbinelli, mais outre qu’elles sont presque toutes dans celles de Mme de Sévigné, c’est qu’elles ont encore leurs agréments et qu’elles embellissement les endroits où elles se trouvent.

Bussy-Rabutin

Annexe 2 : Placet

1690-08/05, à Mme de Maintenon206

  • 206 Bibl. mun. Nevers, Ms 128/50. Quoique non autographe, cette pièce a été copiée sur le grand format (...)

A Madame de Maintenon

La confiance que j’ai en votre vertu, Madame, encore plus qu’en votre crédit m’oblige de m’adresser à vous en l’extrémité où je suis.

Ma naissance et mes longs services à la guerre dans de grands emplois m’avaient fait croire que je méritais des honneurs et des établissements, mais la justice du Roi, dont je suis encore plus persuadé que de tout ce que je puis avoir de bon, m’a fait prendre ma disgrâce en patience et m’a réduit à ne demander plus à Sa M. que de quoi vivre.

Il y a quinze jours que je me donnai l’honneur de présenter au Roi un mémoire par lequel je suppliais très humblement S. M de dire une parole pleine d’équité qui me fît avoir quelque subsistance. Au nom de Dieu, Madame, assistez-moi en cette/ rencontre : deux choses vous parlent pour moi qui sont seules dans votre cœur : la Charité et la gloire du Roi.

Je passe le reste de ma vie, Madame, à rendre grâces à Dieu de mes adversités, à tâcher d’en profiter, et à donner au Roy des marques de l’estime infinie et de l’admiration que j’ay pour S.M. qui serviront peut-être un jour à sa gloire plus que les services que j’aurais pu lui rendre. Ce n’est pas, Madame que je n’eusse mieux aimé le servir dans ma profession, et le Roi sait bien qu’il n’a pas tenu à moi, et qu’il ne s’est point passé de campagnes depuis 20 ans où je n’aie offert mes très humbles services à S.M. et c’est encore la première chose que j’ai faite ces jours passés en arrivant à la Cour.

Je suppliai très humblement le Roi l’année passée, Madame, de n’avoir aucun/ égard à mon rang de plus ancien Lieutenant général de ses armées, sans excepter même les officiers de la couronne. Mais si l’honnêteté dont S.M. est toute remplie l’obligeait de ne pas vouloir me faire obéir à ceux que j’ai commandés, il y a bien quelque coin dans le Royaume où elle me pourrait mettre et où j’ose dire que je la servirais avec autant de talent et de courage que pas un de ses généraux.

Cependant si le Roi ne jugeait pas à propos de se servir de moi, je vous supplie très humblement, Madame, de vous employer auprès de S.M. à me faire obtenir la grâce que je lui demande aujourd’hui qui est ma seule ressource. Quelque malheureux que je sois, je ne saurais croire que je le sois assez pour n’être pas compris dans tant de bonnes œuvres que vous faites tous les jours.

Le Roi a fait des grâces à mes enfants depuis deux années, Madame, et j’ai pris/ à ces grâces la part que j’y devais prendre. L’aîné a son petit mérite et ses services à la guerre, mais assurément le Roi a eu la bonté de rendre son bienfait plus fort à ma considération. Pour le cadet, c’est pour l’amour de moi seulement que S.M. lui a fait du bien, cependant cela ne m’en a point fait : je ne donnais rien à l’un ni à l’autre, ne leur pouvant rien donner, et moi-même ne subsistant que par la complaisance de quelques-uns de mes créanciers qui ne me pressent pas pour leurs intérêts.

Je vous dis la vérité, Madame, comme si j’étais devant Dieu ; je ne vous parle pas seulement comme étant mal dans mes affaires et comme ne pouvant soutenir le rang que je tiens dans le monde. C’est au pied de la lettre que je vous dis que je n’ai pas de quoi vivre. On ne sait que trop cela dans ma province, et même en ce pays-ci, et c’est que qui fait que je ne puis établir le Marquis de Bussy à trente-deux ans qu’il a passés.

Assistez-moi donc, Madame, je vous en supplie encore une fois au nom de Dieu ; et croyez que j’ai dans le cœur pour vous une vénération et des respects infinis, et que personne au monde ne serait plus aise que moi de vous en pouvoir encore témoigner davantage.

Bussy-Rabutin

A Versailles, ce 8. May 1690.

Annexe 3 : Pages retrouvées des Mémoires207

I - Après les mots « … lui fut préjudiciable », Lalanne, II, 208

  • 208 Anne-Marie Louise d’Orléans (1627-1693), fille de Gaston d’Orléans, son engagement dans la Fronde l (...)
  • 209 François de Beauvillier (1607-1687), duc de Saint-Aignan en 1663, pourvu du gouvernement du Havre e (...)
  • 210 Jeanne-Olympe Hurault de l’Hospital (v. 1604-1669), épouse de Jean de Choisy, chancelier de Gaston (...)
  • 211 Françoise de France épouse le 4 mars 1663 Charles-Emmanuel II, duc de Savoie ; elle meurt le 14 jan (...)
  • 212 Le palais du Luxembourg était échu en 1642 à Gaston d’Orléans. Sa veuve puis ses filles en conserva (...)
  • 213 Eugène-Marie de Savoie Carignan (1633-1673), père du prince Eugène.
  • 214 Marguerite Louise d’Orléans (1645-1721), mariée en 1661 à Cosme de Médicis, grand-duc de Toscane.
  • 215 Forges-les-Eaux, Seine-Maritime, arr. Dieppe. La Grande Mademoiselle y prend les eaux de 1656 à 168 (...)
  • 216 Ch.-l. arr. Seine-Maritime. La Grande mademoiselle y achève la construction du château actuel.

Dans ce tems-là, je reçus cette lettre de Mademoiselle208.

« A Saint-Fargeau, ce 1er août 1664 (1662 ?)
Je ne savois si l’on faisoit compliment à M. de Saint-Aignan sur son gouvernement209. Si vous trouvès à propos de lui donner la lettre ci-jointe, vous le ferès, je m’en rapporte à vous, et d’ajouter tout ce qui manquera à la lettre.
Quoi que madame de Choisy210 dise, elle agit pour le mariage de ma sœur211, et l’on me mande de Paris qu’il est très avancé, et que l’on dit à Luxembourg212, et je le crois, car le Roy avoit témoigné tant d’empressement pour cette affaire que si elle est en l’état que vous dit M. le comte de Soissons213, il seroit difficile qu’elle ne réussit pas. Le Roy s’en trouvera bien ; il y a apparence qu’elle pourra gouverner en Savoie comme fait madame de Toscane214 à Florence. Enfin, sur la garantie de madame de Choisy, tout doit bien aller et le Roy ne peut tirer qu’honneur et profit pour son service.
Je suis bien aise que vos affaires aillent bien ; je finis là, car les eaux et une médecine ne souffrent pas de plus longues écritures. »
Il est aisé de voir de quel air Mademoiselle m’écrivoit sur le mariage de Madame de Savoie, sa sœur. Elle la regardoit comme sa rivalle et je ne comprends pas comment le duc de Savoie ne préféra point l’aînée à la cadette, car elle étoit préférable en toutes choses. J’avois fort envie que ce mariage réussit pour elle et le compte de Soissons, à qui j’en avoirs parlé, y faisoit de son mieux. Enfin, il me dit un jour que l’on disoit à la cour de Savoie pour un sujet d’exclusion pour Mademoiselle qu’on ne croioit pas qu’elle put avoir d’enfants, et que les eaux de Forges qu’elle prenoit régulièrement, étoient une marque d’un tempérament altéré. Je le mandoi à Mademoiselle et sur cela je reçus d’elle cette réponse :

« A Forges215, ce 12 août 1664 (1662 ?)
La raison qui m’a amenée à Forges depuis quelques années est pour des maux de gorge à quoi je suis sujette. Ces sortes d’incommodités ne marquent pas un mauvais tempérament, je me porte fort bien, Dieu merci, et j’espère vivre mille ans. C’est tout ce que je puis répondre à votre lettre dont je vous remercie. »

Quinze jours après je reçus encore cette lettre de Mademoiselle :

A Forges, ce 27 août 1664 (1662 ?)
Je n’ai pu répondre plus tost à votre lettre du 12. Je vous remercie du soin que vous avez de me mander des nouvelles. Je vous prie de continuer. Vous croiès bien que celle de mon arrivée en poste à Paris est fausse. Je m’en retourne à Eu216 me baigner. Si j’étois bonne à quelque chose, on sçait bien où me trouver. Si je ne leur suis bonne à rien, je m’en console ; c’est pourquoi je demeurerai chès moi en repos encore quelques temps. »

II - Après les mots : « … pour cent cinquante mille livres », Lalanne, II, 209

  • 217 Philippe de Montaut de Bénac, duc de Navailles (1619-1684). Louis XIV lui retire le gouvernement du (...)

Navailles217 ne méritoit point cette disgrâce, car c’étoit un brave gentilhomme, bon officier d’armée et digne des derniers honneurs de la guerre. Mais sa femme qui avoit de l’esprit, avoit aussi de la vertu et s’en étoit un petit peu trop fait de feste aux despends des plasirs du Roy. Sachant que S. M. avoit quelques intentions pour La Motte Houdancour, fille d’honneur de la Reine, elle avoit fait griller les fenêtres de la chambre des filles au château neuf de Saint-Germain ; et ces contrariétés extraordinaires dans un temps où les plus prudes de la cour avoient de la complaisance pour les amours du Roy, avoient fort aigri S. M. contre elle, de sorte que cela joint au soupçon qu’on avoit donné au Roy qu’elle avoit averti la Reine de son amour pour mademoiselle de La Vallière attira le malheur de Navailles qui le soutint en galant homme, c’est-à-dire sans faiblesse et sans ostentation, et se retira chez lui.

III - Avant les mots : « Le 20 décembre… », Lalanne, II, 214

  • 218 Catherine de Bonne, épouse de Roger d’Hostun de Gadagne, marquis de La Baume. C’est elle qui a répa (...)

Dans ce temps-là, madame de Monglas m’aiant envoié prié de l’aller trouver, elle me montra une lettre sans datte, sans seing et d’une écriture inconnue que son mari venoit de recevoir, par laquelle on lui donnoit avis qu’il y avoit longtems qiue j’étois bien avec sa femme, qu’il étoit honteux à lui de le souffrir, qu’il ne devoit pas s’étonner s’il ne faisoit rien à la cour, quoique le Roy eust naturellement assès d’inclination pour lui, que S.M. aiant sçu avec combien de faiblesse il souffroit la vie que sa femme menoit avec moi, elle avoit conçu un tel mépris pour lui, qu’elle le jugeoit indigne de ses grâces, et mille autres choses de cette nature capables d’émouvoir le mari le mois jaloux.
Après avoir lu cette lettre, hé bien, madame, lui dis-je, est-ce que vous voulès rompre avec moi pour satisfaire M. de Monglas ? A Dieu ne plaise, me répondit-elle, il n’y a rien que je ne veuille faire plustost que cela, mais donnès-vous patience ; et ensuite, m’aiant dit que son mari lui avoit témoigné ne rien croire de cet avis, mais que cependant il falloit qu’elle donnât moins de prise sur elle à ses ennemis qu’elle n’avoit fait jusques là ; qu’elle lui avoit répondu qu’elle ne me verroit plus s’il vouloit et qu’il en étoit le maître ; qu’il lui avoit répliqué que cela feroit encor parler le monde et qu’il suffiroit que je n’allasse plus si souvent chez elle, comme de quinze jours en quinze jours. Nous en convînmes elle et moi d’autant plus aisément que nous avions d’autres moiens de nous voir qu’en visite publique ; et le lendemain, aiant tiré à part son mari dans la chambre du Roy, je lui dis que je venois me plaindre à lui de ce qu’il ne m’avoit même pas parlé franchement des choses qu’il avoit chargé sa femme de me dire, que je n’eusse pas trouvé son silence extraordinaire si c’eust été un caprice qui lui eust pris, mais que cet avis lui étant venu d’une façon dont il connoissait bien la malice, il ne devoit faire aucune difficulté de me le dire lui-même ; qu’il me connoissoit assès raisonnable pour que j’en eusse fait plus qu’il ne souhaitoit, et qu’en effet, je m’intéressois si fort à son honneur que je n’irois point du tout chès lui s’il le jugeoit à propos, quelque plaisir dont je me privasse par là, lui promettant de vivre de manière qu’on ne diroit point qu’il fust jaloux. Il me remercia de toutes les marques d’amitié que je lui donnois, me dit autant de choses obligeantes que sa rusticité le lui put permettre et me pria de ne pas cesser d’aller chès lui.
Si l’intérêt de madame de Monglas ne m’avoit retenu alors, je me fusse emporté à quelque violence contre madame de La Baume218, car je ne doutois pas que cette lettre ne vînt d’elle. Il y avoit lontems que j’allois chès madame de Monglas sans qu’on en eust jamais donné d’avis à son mari ; et à point nommé, un peu après que je m’étois brouillé avec madame de La Baume, il recevoit une lettre comme celle-là ; d’ailleurs elle avoir eu si peu de jugement qu’elle avoit mis une particularité dans la lettre qu’il n’y avoit qu’elle Monglas, sa femme et moi qui la sçussions, de sorte qu’à notre égard c’étoit comme si elle l’eust écrite et signée de sa main.

IV - Avant les mots : « Au commencement de mars…. », Lalanne, II, 215

  • 219 François René Crespin du Bec, marquis de Vardes (1621-1688). Il est embastillé fin 1664.
  • 220 Olympe Mancini (1640-1708). Cette nièce de Mazarin a épousé le comte de Soissons en 1657.
  • 221 Vardes est emprisonné à la citadelle de Montpellier en mars 1665.
  • 222 Rappelé en 1665, Navailles reçoit le gouvernement d’Aunis.
  • 223 Jean Corbinelli (1615-1716). L’ami de Mme de Sévigné et de Retz s’était lié très tôt à Bussy-Rabuti (...)

Les premiers jours de 1665, Vardes219, capitaine des cent suisses et gouverneur d’Aigues Mortes, aiant donné quelque sujet à la duchesse d’Orléans, Henriette d’Angleterre, de n’être pas contente de lui, supplia le Roy de trouver bon qu’il s’allast mettre à la Bastille pour satisfaire au ressentiment de la princesse. S.M. y consentit ; mais Madame, n’étant pas encor contente de cette satisfaction, le Roy envoia Vardes dans son gouvernement
Quelque temps après qu’il y fut, on dit à S.M. que la comtesse de Soissons220 et lui avoient l’année d’auparavant fait écrire une lettre en espagnol par le comte de Guiche leur ami, par laquelle on donnoit avis à la Reine régnante que le Roy étoit amoureux de La Vallière, prétendant par là que le Roy, fatigué de la jalousie de la Reine quitteroit sa maîtresse qu’ils n’aimoient pas et qu’il s’attachoit à La Motte Houdancour, fille de la Reine pour laquelle le Roy témoignoit quelque inclination et qui étoit leur amie.
Ce qui fâchoit le Roy encor davantage étoit que cette lettre lui aiant été mise entre les mains par la signora Molina, femme de chambre de la Reine à laquelle elle ne l’avoit pas voulu rendre, le Roy l’avoit montrée à a comtesse de Soissons et à Vardes, et les avoit chargés, comme ceux à qui il se confioit le plus, d’essaier à découvrir d’où elle venoit, ne doutant pas que ce fust un françois qui l’eust faitte.
Après que la comtesse de Soissons et Vardes eurent donné des soupçons à S.M. tantost de mademoiselle, tantost du prince de Condé, ils auroient enfin assuré le Roy que c’étoit la duchesse de Navailles, qu’ils haïssaient fort et que le Roy n’aimoit pas, qui avoit fait écrire cette lettre.
Sur cela le Roy avoit obligé Navailles et sa femme à se défaire de leurs charges, et les avoit chassé de la cour. Quand S.M. fut donc persuadée que Vardes et la comtesse l’avoient voulu brouiller avec la Reine et obligé de traiter des innocens comme des coupables, il exila la comtesse de Soissons et fit arrêter Vardes dans son gouvernement et conduire dans la citadelle de Montpellier221. Cependant il ne fit pas encor revenir Navailles à la cour parce que cela auroit trop marqué la surprise qu’on lui avoit faitte, dont les rois n’aiment pas qu’on les croie capables222. Le pauvre Corbinelli223, qui étoit allé se promener en Languedoc avec Vardes dont il étoit ami, fut arrêté en même tems que lui sans avoir eu aucune part à ses intrigues.

Haut de page

Notes

1 A. de Charmasse, « Alonne, aujourd’hui Toulonjon », Mémoires de la Société éduenne, 1927, p. 69-104, 159-176, 294-325, 403-418, p. 92.

2 Françoise de Rabutin, veuve d’Antoine de Toulonjon. Fille de Jeanne de Chantal et mère de Gabrielle, la première épouse de Bussy.

3 Les conditions de son mariage avec Gabrielle de Toulonjon.

4 A. de Charmasse, « Alonne, aujourd’hui Toulonjon », Mémoires de la Société éduenne, 1927, p. 69-104, 159-176, 294-325, 403-418, p. 93.

5 Bussy avait épousé Gabrielle de Toulonjon le 28 avril 1643.

6 L’éditeur indique « Roger Bussy de Rabutin », la signature du jeune Bussy étant plutôt Roger de Rabutin et Bussy en dessous.

7 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits : Bussy-Rabutin lieutenant de roi de Nivernais (1645-1653) », Annales de Bourgogne, vol. 326, t. 82, janvier-juin 2010, p. 147-164, p. 162 (Arch. mun. Nevers, BB 24, f° 318 v°).

8 Nièvre, arr. Cosne, canton de Pouilly-sur-Loire.

9 Son oncle paternel, Guy de Rabutin, abbé du Val-des-Choux, possédait le prieuré de Cessy, paroisse dont Bussy était seigneur.

10 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits…», op. cit., p. 162 (Arch. mun. Nevers, BB24, f° 336).

11 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 689 (ex A1 116), f° 512.

12 Les revues.

13 Au f° 514 de cette liasse, se trouve en effet une lettre des échevins de Nevers décrivant la misère de la ville.

14 L’adresse figure au verso.

15 Mémoires de Lenet, éd. Michaud Poujoulat, p. 306

16 Claire Clémence de Maillé-Brézé (1628-1694), épouse de Louis II de Condé en 1641.

17 François de Vaudetar marquis de Persan ; il retrouvera le gouvernement de Montrond après 1660.

18 Guillaume de Peichpeyrou de Comminges, comte de Guitaut. M. le Prince avait demandé à Bussy de lui céder sa charge de capitaine de ses chevau-légers.

19 De nommer quelqu’un pour la remplir.

20 Mémoires de Lenet, éd. Michaud Poujoulat, p. 306

21 Procureur général au parlement de Bourgogne, organise la Fronde des Princes en 1650 pour obtenir la libération de Condé. Ami de Bussy-Rabutin, il écrit notamment avec lui une lettre à Mme de Sévigné.

22 Pierre Lenet était procureur général au parlement de Dijon.

23 Jacques de Saulx de Tavannes (1620-1683). Cet ami de Bussy apparaît à plusieurs reprises dans sa correspondance.

24 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 42.

25 La Charité.

26 Le bailliage présidial royal est installé à Saint-Pierrre-le-Moûtier (arr. Nevers).

27 Antoine de Brouilly, marquis de Piennes, gouverneur de Pignerol (†1676).

28 En 1649. Bussy était du côté de Condé, lequel servait encore la cour.

29 Philippe Andrault seigneur et, en 1656, comte de Langeron, gouverneur de La Charité, premier gentilhomme de Monsieur, puis du duc d’Enghien, (†1675).

30 Gaston d’Orléans, l’oncle ce Louis XIV.

31 Ch. l arr. Nièvre.

32 Pouilly-sur-Loire, Nièvre, arr. Cosne.

33 Les Mémoires parlent de la route de Cosne à Bony (I, 264).

34 Loiret, arr. Montargis, c. Montargis.

35 Abrégé en rgt dans toutes les lettres écrites par Bussy à Mazarin durant cette période et conservées aux Affaires étrangères.

36 F° 43 v° : M. de Bussy fev. 1652.

37 Revue d’histoire littéraire de la France, 1931, p. 160.

38 Montrond.

39 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits…», op. cit., p. 162 (Arch. mun. La Charité, BB2, f° 188).

40 Christophe Blanquie, « Des Mémoires aux inédits… », op. cit., p. 162-163 (Arch. mun. La Charité, BB2, f° 189 v°).

41 Roussignol, lieutenant criminel en l’élection et Triboudet.

42 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 62.

43 Yonne, c.-l. arr.

44 Un écu.

45 V°: « M de Bussy-Rabustin, mars ».

46 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 705 (ex A1 133), 105e pièce. Signature autographe.

47 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 44.

48 César de Choiseul, comte du Plessis-Praslin (1598-1675), maréchal de France en 1645.

49 Beauvoir, « mon parent et mon ami », a déjà été témoin de ses amours avec la comtesse de Busset en 1640 (Mémoires, I, 67).

50 Gilbert de Chabannes, comte de Pionsat.

51 Louis Chalon du Blé, marquis d'Huxelles (1619-1658).

52 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 46.

53 Ouvrage fortifié jouant le même rôle qu’un donjon dans un château. Bussy le fait dresser derrière la maison du prieur (Mémoires, I, 262).

54 De tous les officiers du siège présidial de Saint-Pierre Le Moustier.

55 La mention du lieu est prise dans la reliure, mais a été reportée par un secrétaire de Mazarin en tête de la missive.

56 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 60. Les Mémoires donnent une lettre du même jour adressée par Bussy à Mazarin à son retour à La Charité (cf. introduction).

57 Sans doute François de Prie, baron de Planes et de Thesmillon dont un frère est tué au siège de Sainte-Ménéhould.

58 Mestre ou maître : soldat d’un régiment de cavalerie.

59 Bussy avait gardé la compagnie de Saux auprès de lui.

60 Gédéon du Bois des Cours, seigneur de Favières, baron de la Maisonfort « gentilhomme de la Puisaye ». Corbinelli, qui informe Le Tellier des désordres causés par Saint-Maurice, lequel s’autorise du nom de Bussy pour ses levées d’argent et d’hommes (Mémoires, I, 304-305).

61 Maisonfort.

62 Jean de Corbinelli (1622-1716). Célèbre pour son amitié avec la marquise de Sévigné et le cardinal de Retz, Corbinelli a commencé sa carrière auprès de Bussy.

63 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 64.

64 Envoyé par Mazarin, La Bachellerie était retourné auprès du cardinal pour le prévenir du prochain passage du prince de Condé.

65 Bussy y fait néanmoins travailler.

66 Le pain que l’on donne aux soldats.

67 Louvat avait porté à Bussy la lettre que Mazarin lui avait écrite de Blois le 20 mars.

68 J’ai encore cent-vingt mousquets et cent piques.

69 Arch. aff. étr., MD France 1489 (P5558), f° 68.

70 F° 69 v° : « M. de Bussy Rabutin, 7e avril 1652 ».

71 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 705 (ex A1 133), 220e pièce. LAS.

72 Pierrre de Baradat, ancien chanoine de Notre-Dame de Paris, nommé lieutenant général peu après le siège de Montrond, mort en 1682. Il apparaît dans les Historiettes de Tallemant.

73 Cher, arr. Saint-Amand Montrond, c. Dun-sur-Auron.

74 Claude Maximilien de La Guiche, comte de La Palice, seigneur de Saint-Géran (1603-1659), gouverneur de Bourbonnais en 1633.

75 Arch. dép. Nièvre, 1B43/1. Le texte de cette lettre autographe avait été donné en 1891 dans le premier volume de l’inventaire de la série B (p. 108).

76 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 705 (ex A1 133), 357e pièce. LAS.

77 Rayé : du Roi.

78 Gabriel-Jules de Cosnac, Souvenirs du règne de Louis XIV, t. IV, p. 82-83 (Archives de la Guerre, A 134, 259e pièce). Bulletin du bouquiniste, 1869, p. 329-330.

79 L’édition omet l’apostrophe initiale.

80 Service historique de la Défense, DE 2014 SA 706 (ex A1 133), 297e pièce. LS

81 Le jeudi 29 août 1652.

82 Vente Pierre Bergé et associés, 25 juin 2015, lot n° 86.

83 Trois circonstances pourraient convenir à cette lettre : le retour en France du cardinal début 1652 lorsque Bussy le retrouve à Vierzon ; le voyage de Bussy à sa rencontre, vers Rethel, en janvier 1653 ; puis la maladie du roi en juillet 1658. La mention des amis à mobiliser renvoie plutôt à la période où Bussy était lieutenant de roi de Nivernais. Le ton renvoie plutôt au mauvais accueil que lui réserve le cardinal en 1653.

84 Iconographie française depuis le règne de Charles VII jusqu’à la fin de celui de Louis XVI, Mme Delpech, Paris 1840, f° 10. La lettre est tirée de la collection de Félix Feuillet de Conches.

85 Charles Asselineau, Mélanges curieux et anecdotiques tirés d’une collection de lettres autographes et de documents historiques ayant appartenu à M. Fossé-Darcosse, Paris, Téchener, 1861, p. 372.

86 E. de Barthélémy, « Trois lettres inédites de Bussy-Rabutin », Bulletin du bouquiniste, 1869, p. 328-330, p. 328-329 (Arch. Guerre, A1 134).

87 Son Éminence : le cardinal Mazarin.

88 Son Altesse : le prince de Conti.

89 E. de Barthélémy, « Trois lettres inédites de Bussy-Rabutin », op. cit., p. 329 (Arch. Guerre, A1 157).

90 Philippe Tamizey de Larroque, « Une lettre inédite de Bussy-Rabutin », Bulletin du Bouquiniste, 15 juillet 1875, p. 359-360, p. 360 (Bibl. nat. Fr., Fr 20478, p. 183) ; Charles Desmaze, « Une lettre inédite de Bussy-Rabutin à M. le duc d’Epernon », Travaux de la Société académique de Saint-Quentin, 1875, p. 370-371.

91 Jean V d’Allamont ; il meurt de ses blessures le 4 août 1657.

92 Bibl. nat. Fr., Baluze 324, f° 122.

93 Pendant les guerres de la Fronde.

94 Si Bussy prend parti pour Mazarin en 1652, lorsque le cardinal rentre d’exil, il semble bien que ce ne soit pas à cet épisode que Bussy se réfère, puisqu’il est en 1661 candidat à l’ordre du roi. Cela conduit à situer le billet en 1658, au moment où Bussy sollicite un gouvernement en récompense de sa conduite à la bataille des Dunes et durant le siège de Dunkerque. Il en résulterait que Bussy avait recherché la protection de Mazarin pendant la première guerre de la Fronde, alors que Condé s’éloignait de lui.

95 Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, t. III, p. 494. La lettre avait été citée dans L’Amateur d’autographes, 1863, p. 205, d’après un catalogue Charavay (pièce 135, 1847).

96 Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, t. III, p. 496.

97 À cette fin, Bussy avait entrepris de vendre sa terre de Chaseu à Jeannin de Castille (Mémoires, t. II, p. 81).

98 Ludovic Lalanne et Henri Bordier, Dictionnaire des pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de France, Paris, Panckoucke, 1851, p. 276. Il pourrait s’agir d’un doublon avec la lettre d’août 1666.

99 Joseph Delort, Histoire de la détention des philosophes et des gens de lettres à la Bastille et à Vincennes, Paris, 1829, 3 vol., t. III, p. 102-103.

100 Bussy a été arrêté le 17 avril 1665.

101 Philippe Tamizey de Larroque, « Deux lettres inédites de Bussy-Rabutin », Bulletin du bouquiniste, 15 décembre 1867, p. 616-617, p. 616. Archives de la Bastille, t. VII, p. 199. L’original figure au Cabinet des manuscrits (Bibl. nat. Fr., Ms Fr 17407, f° 11).

102 Bibl. nat. Fr., NAF 4820 f° 31. Copie.

103 Le ton de la missive contraste avec la situation de Bussy, de sorte que malgré la fidélité des autres lettres (les lettres au roi et à Mme de Maintenon d’octobre 1691), une erreur de copie n’est pas exclue, mais l’on se rappellera que Bussy demandera son portrait au chancelier en même temps qu’il prie ses belles amies de lui envoyer le leur.

104 Les arrêts du Conseil étaient souvent dressés sur les mémoires des requérants.

105 Joseph Delort, op. cit., p. 107-108.

106 La date ne figure pas sur l’original (Bibl. nat Fr., Mélanges Colbert 176 bis (MF 14412), f° 381). L’adresse est inscrite au verso du f° 382.

107 Lalanne a donné une version très incomplète de cette lettre. Tamizey observe un silence respectueux sur la faiblesse de son maître et ami, se bornant à dire que la missive est inconnue (Philippe Tamizey de Larroque, « Deux lettres inédites de Bussy-Rabutin », Bulletin du bouquiniste, 15 décembre 1867, p. 616-617, p. 617).

108 Mémoires du comte de Coligny-Saligny, Monmerqué édit., Paris, Renouard, 1841, p. 126-127. Cette lettre figurait dans le manuscrit Langheac auquel Monmerqué a eu accès pour son édition de Mme de Sévigné.

109 Dans l’imprimé : « à qui ».

110 Gustave Macon, « Une lettre inédite de Bussy-Rabutin », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1903, p. 1-7, p. 3-6. La lettre est datée de « Chasans » ; il faut sans doute lire Chaseu. Elle avait déjà paru dans l’Athéneum français en 1856 (p. 219).

111 Allusion à L’Histoire amoureuse des Gaules.

112 Suivant un vœu fait pendant les dernières couches de la reine.

113 Dans les Mémoires, Biscaras signale seulement à Bussy que le roi lui a ordonné de demander le manuscrit à Mme de Lionne et qu’il l’avait lu avec plaisir en chemin.

114 Autre version dans les Mémoires : Biscaras lui assure que « l’ayant lue, avant que de rejoindre Sa Majesté, il l’avoit trouvée très-jolie et qu’il ne doutait pas qu’elle ne réjouit fort le roi » (Lalanne édit., t. II, p. 218).

115 Pour Macon, Bussy désigne ainsi Pierre Lenet, le mémorialiste, dont Gourville allait bientôt mettre en cause l’honnêteté.

116 Datée du 12 novembre 1665, la lettre apologétique au duc de Saint-Aignan a été largement diffusée. Elle sert parfois de préface au roman.

117 En Bourgogne, en ses maisons, conformément à l’ordre d’exil.

118 L’accusation mensongère.

119 Bussy reprendra son projet à la mort du Grand Condé ; il soumet à son fils la préface d’une Histoire de Louis de Bourbon, duc d’Enghien puis prince de Condé, premier prince du sang, restée à l’état d’ébauche.

120 Victor Flour de Saint-Genis, « Une lettre inédite de Bussy de Rabutin », La Nouvelle Revue, 1896, p. 592-600, p. 592-593 (Bibl. municipale Semur-en-Auxois, Ms. 116/20).

121 Bibl. nat. Fr., NAF 4984, p. 240. Lalanne a publié (t. II, p. 52) une version non datée de cette lettre d’après le Supplément, où elle est datée du 27 septembre. Comme l’arrestation de Lauzun intervient le 25 novembre, Lalanne en a déduit qu’il s’agissait d’un fragment. Nous la donnons ici telle qu’elle apparaît dans le manuscrit autographe, sans rectifier la date du 2 novembre. Si la confusion entre septembre et novembre provient de l’abréviation de novembre (9bre), la rectification du Supplément apparaît admissible.

122 Antonin Nompar de Caumont, duc de Lauzun en 1692 (1633-1723). Ce correspondant de Bussy fut ensuite le beau-frère de Saint-Simon. L’on a attribué à Bussy une Histoire des amours de Mlle de Montpensier avecq Mr de Piguilin, comte de Lauzun.

123 Il semble s’agir d’une pudeur de Bussy plutôt que d’une difficulté de lecture du copiste.

124 En réalité, c’est à Pignerol que Lauzun est emprisonné.

125 Il aurait épousé la Grande Mademoiselle en dépit de l’interdiction royale.

126 Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, t. III, p.497. Feuillet de Conches propose de dater la lettre de 1671 et d’en rendre le P. Bouhours destinataire, mais elle reproduit le corps de celle du 6 janvier 1672 au R.P. Rapin. C. Rouben la publie d’après Lalanne sous la date du 6 janvier (Rouben n° 7) dans une version incomplète du début et du post-scriptum. Le texte recoupe celui de la lettre du 16 janvier (Rouben, n° 80), que le recueil Monmerqué-Rochebillière datait de 1679, laquelle doit, par conséquent être retirée de l’inventaire.

127 Nicolas Potier de Novion, cousin de Mme de de Bussy-Rabutin, comme Guillaume de Lamoignon, auquel il avait succédé en 1679 à la première présidence du parlement de Paris.

128 Mme de Scudéry, qui avait mis en relation les deux hommes l’année précédente.

129 Catalogue Anisson ; Amateur d’autographes, 1863, p. 216.Arch. nat., AB XXXVIII/10, catalogue vente du 9 mai 1889. La lettre est adressée à un R.P., et, d’après sa tonalité et la mention de Fontevrault, ce ne peut être que le Père Rapin.

130 Antoine Du Prat, Glanes et regains récoltés dans les archives de la maison Du Prat, Versailles, 1865, p. 196.

131 Philippe Courcillon, marquis de Dangeau (1638-1720). Il est l’auteur du Journal célèbre à la fois par sa précision et par les Additions de Saint-Simon.

132 Louis XIV prend Maastricht le 29 juin 1673.

133 Charles Paris d’Orléans, fils des amours de la sœur du Grand Condé et du duc de La Rochefoucauld.

134 François du Prat, qui deviendra comte de Barbançon et marquis de Nantouillet par la mort de ses trois frères aînés (note Du Prat).

135 Bibl. Mun. Salins-les-Bains, Ms 36, f° 35. Extrait d’une réponse à une lettre de l’abbé de Brosse du 12 juin 1674. La comparaison avec les réponses aux autres lettres venues de Paris, suggère que la réponse a été composée le 19 ou le 20 juin.

136 Charlotte d’Étampes de Valençay (1597-1677) avait épousé en 1615 Pierre Brûlart de Sillery, vicomte de Puisieux (1583-1640).

137 L’abbé de Brosse avait narré à Bussy comment Mme de Puisieux s’était éveillée au milieu de l’évocation d’un comte allemand au tempérament si riche qu’il avait dû demander l’autorisation d’avoir deux épouses.

138 Joseph Delort, op. cit., p. 108-109.

139 Hagley Libray (Wilmington, Delaware, États-Unis), « Acquisitions of Pierre S. du Pont », Longwood Manuscripts, Group 8, Box 9. Je remercie vivement Mr Lucas R. Clawson d’avoir eu l’extrême obligeance de me révéler cette pièce, autographe mais non signée (peut-être une minute).

140 Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay (1651-1690), fils du contrôleur général avait épousé Marie-Marguerite d’Alègre le 8 février 1675. Bussy qui en avait fait compliment au ministre, avait chargé, le 16 février, le P. Bouhours de remettre au jeune marié une lettre de félicitations.

141 Bussy a écrit de « de la rente ».

142 Depuis « C’est un homme de très grande qualité… », Bussy reproduit le texte de sa lettre du même jour au R.P. Rapin.

143 Lettres avec les réponses, Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1738, t. III, p. 329.

144 Gilberte d’Estaing avait épousé en 1645 Gilbert Allire de Langheac, veuf de Barbe de Coligny de Cressia, qu’il avait épousée en premières noces en 1634.

145 La remarque explique sans doute le malentendu avec la comtesse de Dalet puis l’omission de la lettre.

146 Ce commerce épistolaire ne se développera pas (cf. Correspondance, t. III, p. 145, 149).

147 Lettres avec les réponses, Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1738, t. IV, p. 36.

148 Louise Marie Thérèse, alors chanoinesse de Remiremont et qui épousera le marquis de Montataire en 1682.

149 Bibl. mun. Nantes, Ms 830/666-167.

150 Deux personnes jouent alors un rôle prépondérant dans l’admission des vieux soldats aux Invalides, Louvois et le gouverneur des Invalides. Comme Louvois était en charge des Invalides depuis leur création et que Bussy lui annonce son arrivée par une autre missive, ce billet doit s’adresser à Blanchard de Saint-Martin, récemment nommé au gouvernement des Invalides, et maréchal général de la cavalerie.

151 Présent porteur : porteur de la présente, qui présente la recommandation au destinataire.

152 Supplément aux Mémoires et Lettres de Mr le comte de Bussy-Rabutin, s.l. (Au monde) n.d. (7539417) t. II, p. 195. Il s’agit d’un extrait, conservé pour l’esprit de l’anecdote. La lettre ne figure pas dans la Suite des Mémoires.

153 J.-Henri Pignot, La marquise de Coligny fille de Bussy-Rabutin, sa vie et ses lettres avec documents, Paris, 2 vol., 1888, t. II, p. 314, d’après un manuscrit de la Bibliothèque de Troyes, p. 399 et un recueil manuscrit n° 278, bibl. Autun, p. 314. Pignot donne à la suit la réponse de Harlay. Datée de Paris, le 16 juillet 1684, elle lui apporte un soutien mesuré : « si vous ne vous flattez point dans les sujets que vous prétendez avoir de revenir contre votre arrêt… ».

154 Abbaye de bénédictines fondée en 1638 par la comtesse de Soissons.

155 Henri-François de La Rivière, qui avait épousé secrètement Françoise-Louise.

156 Françoise-Louise était venue accoucher incognito à Paris. L’enfant a été conduit chez une nourrice immédiatement après l’accouchement.

157 Par leur influence sur l’inscription des affaires au rôle du tribunal.

158 Bussy oublie le rapporteur, qui a « visité » les pièces rangées dans le sac à procès.

159 Denis Talon (1628-1698). Il succède en 1652 en cette charge à son père, Omer.

160 Mme d’Assigny (cf. lettre de Rivière du 5 février 1682).

161 Exagérée pour les besoins de la cause, la bassesse des origines de La Rivière est une des causes de la violence du refus de Bussy d’accepter le mariage.

162 Qu’ils renouvelleraient leur témoignage devant le parlement.

163 Sans mention du destinataire.

164 Une partie : un des protagonistes du procès.

165 Les juges subalternes doivent en effet juger selon la rigueur des ordonnances. Ils ne peuvent pas, contrairement aux membres des cours souveraines, moduler le quantum des peines.

166 Semur-en-Auxois et Montbard sont deux sous-préfectures de Côte-d’Or ; Laferté-sur-Aube (Haute-Marne, arr. Chaumont, c. Châteauvillain) et Epoisses (arr. et c. de Semur) peuvent difficilement passer pour des villes.

167 Pignot, op. cit, p. 329, d’après Bibl. nat. Fr., Gaignières 24 785, p. 494.

168 Ce généalogiste a notamment continué l’Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France… du P. Anselme.

169 Louis XI rattache la Bourgogne à la couronne de France en 1477.

170 Issy.

171 Bibl. nat. Fr., Fr 24422 f° 271.

172 Bibl. nat. Fr., Fr 24422 f° 267.

173 Le chancelier Le Tellier est mort le 30 octobre1685.

174 Bibl. nat. Fr., Fr 24422 f° 269.

175 Les dates sont en blanc dans le manuscrit.

176 « Et les violents s’en emparent » (Mathieu, XI, 12). Bussy cite ce verset dans une lettre au RP Rapin du 2 juillet 1677 (Ra, 143).

177 « Voilà l’épreuve, voilà la difficulté » (Virgile, Enéide VI, 129).

178 La marquise de Sévigné.

179 Claude Charles Guyonnet de Vertron, La nouvelle pandore ou les femmes illustres su siècle de Louis le Grand dédié au beau sexe, Paris, Nicolas Le Clerc, 1703 (2e édit. ; 1ère édit. en 1698), 2 vol. t. II, p. 288-289. Vertron (1645-1715), historiographe du roi, élu à l’Académie française en 1685.

180 André Baudry, prieur de Saint-Thibault en Auxois, membre de l’Académie royale de Nîmes, participe à La nouvelle Pandore, comme il avait contribué au Parallèle poétique de Louis le Grand avec les princes surnommés grands, publié en 1686 au Havre, chez Gruchet, sous les auspices du duc de Saint-Aignan.

181 Bibl. nat. Fr., NAF 4746, p. 437. Cette lettre venait à la suite de celle à Mme de Sévigné du 18 mai 1687.

182 Henriette-Marie de Saulx-Tavannes, épouse de Louis de Montsaulnin, marquis du Montal.

183 Dans la marge droite, Monmerqué qui a colligé le manuscrit a noté : « mot douteux », et à gauche : « c’est sûrement Ventrue pour exprimer qu’elle étoit grosse. Inutile à publier »).

184 Le seigneur de Chaseu avait droit de justice et nommait un bailli pour la rendre.

185 Arch. dép. Saône et Loire, 3 E 9728.

186 Procureur du seigneur dans une justice seigneuriale.

187 Amodier : affermer.

188 Anatole de Charmasse, « Annales historiques du prieuré de Mesvres en Bourgogne et de ses dépendances », Mémoires de la Société éduenne, 1875, p. 1-105. p. 67. Revue des sociétés savantes, 1876, p. 55, ne 1.

189 La rivière, qui coule à Autun et aux portes du château de Chaseu, se jette dans la Loire vers Digoin.

190 Ma fille désigne évidemment Louise-Françoise, mais la mention de Mme la comtesse signifie-t-elle que Louise de Rouville avait récemment séjourné à Chaseu ?

191 Bibl. nat. Fr. 17359, f° 6. Il ne s’agit que de l’apostille par Bussy à une lettre de sa fille Louise-Françoise (Mme de Coligny) au R.P. Bouhours, publiée dans C. Rouben, « Correspondance de Mme de Coligny, fille de Bussy-Rabutin : deux lettres inédites adressées au Père Bouhours », Revue d’histoire littéraire de la France, 1994, p. 241-245, p. 244.

192 Mon Révérend Père.

193 Arch. Institut, 1 G 15, L.A.S. En haut à gauche de la pièce, a été écrit « Cette lettre paraît avoir été écrite au R.P. de la Chaize ». Bussy lui avait déjà soumis sa description du séminaire d’Autun en 1689.

194 Il s’agit du Discours sur le bon usage des adversités, qui connaîtra quatre éditions entre 1694 et 1730 (cf. l’édition procurée par Daniel-Henri Vincent in Discours à sa famille, éditions de l’Armançon, 2000, p. 15-119).

195 Le désir de profiter de cette conjoncture le conduit à présenter un texte encore perfectible : « La semaine sainte me pressoit si fort, pendant laquelle je voulois que le Roy le vist, que je le croqué (comme on dit en peinture)…. (Bussy au RP Bouhours, Chaseu le 28 avril 1691, C. Rouben édit., p. 122). C’est une version corrigée que le P. de la Chaise fera remettre au roi par Mme de Maintenon quelques mois plus tard.

196 Bibl. nat. Fr., NAF 14823, f° 13. Selon L’Amateur d’autographes, ce billet serait destiné à Huet, évêque d’Avranches (1863, p. 205).

197 L’archevêque de Rouen est alors Jacques Nicolas de Colbert, abbé de La Charité-sur-Loire depuis 1665. Le fils du contrôleur général est membre de l’Académie française depuis 1678.

198 Histoire généalogique de la maison de Rabutin, Henri Beaune édit., Dijon, Rabutot, 1866, p. 34-35. La version adressée à Mme de Sévigné comprend cette lettre.

199 Dorothée Elisabeth de Holstein, « de la maison royale de Danemark, mais plus considérable encor par sa beauté, par son mérite et par sa vertu que par la grandeur de sa naissance » (Histoire généalogique, p. 40).

200 Il en est le chef mais Mme de Sévigné est l’héritière de la branche aînée.

201 Alors page, Jean-Louis de Rabutin avait été trouvé en situation compromettante avec la princesse de Condé. Son mari en avait profité pour la reléguer et le page était passé à l’étranger.

202 Que vous ne mourriez pas sans avoir laissé une descendance…

203 Péquignot, op. cit., p. 348, d’après Bibl. mun. Dijon, Ms 105.

204 . Cette épître a été donnée dans l’édition Monmerqué de 1818 des Lettres de Mme de Sévigné (t. I, p. XXj). Elle figure en tête d’un recueil autographe en deux volumes composé par Bussy et a été reproduite au t. II de cette édition. Elle figure également en tête d’un tome de la Suite des Mémoires (Bibl. nat. Fr., Ms Fr 10334, f° 1).

205 Mais cette aisance est très ardue.

206 Bibl. mun. Nevers, Ms 128/50. Quoique non autographe, cette pièce a été copiée sur le grand format de mise pour les placets.

207 Jules Couët, « Découverte d’un important manuscrit des Mémoires de Bussy-Rabutin et publication des passages inédits de ces Mémoires », L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, n° 25, 10 septembre 1892, col. 50-55.

208 Anne-Marie Louise d’Orléans (1627-1693), fille de Gaston d’Orléans, son engagement dans la Fronde lui a valu trois ans d’exil dans son château de Saint-Fargeau.

209 François de Beauvillier (1607-1687), duc de Saint-Aignan en 1663, pourvu du gouvernement du Havre en 1664.

210 Jeanne-Olympe Hurault de l’Hospital (v. 1604-1669), épouse de Jean de Choisy, chancelier de Gaston d’Orléans, mère de l’abbé de Choisy.

211 Françoise de France épouse le 4 mars 1663 Charles-Emmanuel II, duc de Savoie ; elle meurt le 14 janvier suivant.

212 Le palais du Luxembourg était échu en 1642 à Gaston d’Orléans. Sa veuve puis ses filles en conservaient alors la jouissance.

213 Eugène-Marie de Savoie Carignan (1633-1673), père du prince Eugène.

214 Marguerite Louise d’Orléans (1645-1721), mariée en 1661 à Cosme de Médicis, grand-duc de Toscane.

215 Forges-les-Eaux, Seine-Maritime, arr. Dieppe. La Grande Mademoiselle y prend les eaux de 1656 à 1681.

216 Ch.-l. arr. Seine-Maritime. La Grande mademoiselle y achève la construction du château actuel.

217 Philippe de Montaut de Bénac, duc de Navailles (1619-1684). Louis XIV lui retire le gouvernement du Havre en 1664.

218 Catherine de Bonne, épouse de Roger d’Hostun de Gadagne, marquis de La Baume. C’est elle qui a répandu le manuscrit de l’Histoire amoureuse des Gaules.

219 François René Crespin du Bec, marquis de Vardes (1621-1688). Il est embastillé fin 1664.

220 Olympe Mancini (1640-1708). Cette nièce de Mazarin a épousé le comte de Soissons en 1657.

221 Vardes est emprisonné à la citadelle de Montpellier en mars 1665.

222 Rappelé en 1665, Navailles reçoit le gouvernement d’Aunis.

223 Jean Corbinelli (1615-1716). L’ami de Mme de Sévigné et de Retz s’était lié très tôt à Bussy-Rabutin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Blanquie, « Lettres négligées, lettres retrouvées », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2018 - 03 | 2018, mis en ligne le , consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7273 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.7273

Haut de page

Auteur

Christophe Blanquie

Depuis son habilitation à diriger des recherches (Les Présidiaux de Richelieu, 2000), Christophe Blanquie s’est affirmé comme un spécialiste de l’histoire des institutions (Les institutions de la France des Bourbons (1589-1789), 2003), des officiers moyens (Un magistrat à l’âge baroque. Scipion Dupleix (1569-1661), 2008) et de la vénalité des offices (Justice et finance sous l’Ancien Régime. La vénalité présidiale, 2001 ; Une enquête de Colbert en 1665, 2012). Chercheur associé au Centre de Recherches historiques, et membre du Grihl depuis sa fondation, il s’est parallèlement consacré aux mémorialistes et à leur correspondance. Auteur des Masques épistolaires de Saint-Simon (2009) et de Saint-Simon ou la politique des Mémoires (2014), il a également publié en 2011 avec Myriam Tsimbidy Les portraits épistolaires du cardinal de Retz. De Bussy-Rabutin, il a édité le Bon usage des prospérités et les Lettres au roi (2000), ainsi que les Épigrammes (2016) et les Maximes d’amour (2018). Président de la Société des amis de Bussy-Rabutin, il a donné en 2016 La faute à Hippocrate ! Autoportrait de Bussy-Rabutin en malade, et coécrit en 2018 l’ouvrage Le château de Bussy-Rabutin. Histoires, portraits légendes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals