Navigation – Plan du site

Notes éditoriales (Dossier C)

Alain Viala

Notes de l’auteur

Ces notes sont classées selon l’ordre des chapitres dans l’ouvrage imprimé.

Texte intégral

Notes de l’Avis au lectrices et lecteurs

p. 10*. Il s’agit donc aussi de traquer non l’histoire lexicale d’un mot, mais l’histoire de ses implications, en suivant un principe qu’on peut résumer ainsi : « Ceux qui se proposent de codifier le sens des mots luttent pour une cause perdue, car les mots, comme les idées et les choses qu’ils désignent ont leur histoire » (Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, XXXVII, 1, 1988, p. 125).

p. 10**. La qualification suppose l’emploi d’adjectifs mais se fait aussi et souvent avec plus d’emprise encore par application d’un substantif (comme dans les qualifications professionnelles), y compris lorsque, souvent, celui-ci prétend ériger un concept.

p. 13*. Sur ce point, consulter les travaux produits par le Programme de Recherche AGON : www.agon.paris-sorbonne.fr

Notes du Préambule

p. 16*. Cette diversité des données rend le recours inopérant le recours à une quelconque forme de Big Data en leur état actuel, inopérant (et même pour le seul domaine textuel, Frantext reste trop limité pour être efficace).

p. 19*. Interprétation que le titre impose et que conforte l’existence d’un autre tableau de la même année, sur le même sujet : Le Duel après un bal masqué, de Thomas Couture (Wallace Collection de Londres). La comparaison des deux éclaire deux caractéristiques du tableau de Gérôme. Une même base : les costumes de Pierrot et d’Arlequin peuvent être vus comme des allusions à la mode théâtrale des pantomimes autour des Deburau qui jouaient les Pierrot. Mais le moment diffère (Couture choisit celui qui précède le duel et Gérôme la fin), comme aussi la perspective (Couture cadre le décor forestier de façon resserrée, sur une ravine, et Gérôme fait voir une allée, la canopée et le ciel).

p.20*. Voir Annexe B, Pierrot. Exclusion à regret, d’autant qu’elle entraînait celle du film Les enfants du paradis

p. 21*. Sur la contemporanéité comme alliage de temporalités, Voir Lionel. Ruffel, Brouhaha, Lagrasse, Verdier, 2016,

Notes du chapitre 1

p. 27*. La Porte de Madrid donnait accès au Bois de Boulogne, près d’un château construit par François Ier et appelé Madrid en écho de sa captivité en Espagne. Il s’y trouvait des buvettes dispensées, puisque situées hors les murs, des droits d’octroi : les guinguettes.

p. 28*. Les Gardes Françaises fraternisèrent avec le peuple le 14 juillet 1789 (et le régiment fut dissous en septembre) : le choix de tels costumes, peut-être dû à la commodité (on en trouvait sans peine au milieu du xixe siècle encore) peut avoir des connotations politiques.

p. 28**. Les deux premiers sont des journalistes, le troisième un peintre qui s’est fait une spécialité de l’Histoire, notamment du régiment des Gardes, ce qui va de pair avec le choix des costumes (il en avait sans doute dans son atelier) mais n’exclut pas les possibles connotations politiques.

p. 32*. Pour plus de détails sur l’analyse des dictionnaires comme lieux et moyens de conflits, v. A. Viala, « Une nouvelle institution littéraire : les dictionnaires du français vivant. Polémiques autour de la naissance d’un genre et significations sociales », in De la mort de Colbert à la Révocation de l’édit de Nantes. Un monde nouveau ? Colloque du CMR 17, Louise Godard de Donville éd., Marseille, Archives municipales / CMR 17, 1985, p. 86-96.

p. 36*. P. Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 15 : « C’est dans la relation avec un marché que s’opère la détermination de la signification du discours », et p. 75 sur l’efficience du discours (le fait d’être accepté et cru) comme « effet de l’habitus linguistique, produit d’un rapport primordial et prolongé aux lois de ce marché ».

p. 37*. Pour le détail des références dans les pages qui suivent, je me permets de renvoyer à. A. Viala, La France galante. Histoire d’une catégorie culturelle, des origines à la Révolution, Paris, Puf, 2008.

Notes du Chapitre 2

p. 53*. Lafrensen (ou Lawreince) alimentait les graveurs les plus actifs, comme De Launay (qui grava L’escarpolette de Fragonard), Pierron, Bora, voire Baudoin ; ils réorientent ensuite leur production : voir J. Adhémar, 1963. Pour de ses miniatures, voir www.wallacecollection.org/

p. 55*. Ce témoignage est rapporté par J. Cousin, Le Tombeau de Watteau, Paris, Renouard, 1865, (pour plus de détails, voir chapitre 10). L’intervalle de temps permet de penser que le récit de Bergeret a pu être recueilli par l’auteur. Le passage mérite d’être cité un peu au long : « On ne se fait pas idée du mépris dans lequel étaient tombés à cette époque [au temps de David] les ouvrages de Watteau. M. Bergeret, qui donna le dessein de l’immense bas-relief de la colonne Vendôme, raconte que, de son temps, le Départ pour Cythère n’ayant pas été digne de figurer au Musée nouvellement créé, était accroché dans une des salles d’étude de l’école, où il servait de cible aux boulettes de pain des dessinateurs et aux boulette de terre des sculpteurs. Un zélé l’apostropha, un jour, d’un coup de poing qui le fit sauter de son clou, si bien que le professeur, par pitié, le relégua dans un grenier où il est resté jusqu’à la Restauration. L’unique Watteau du Louvre, en effet, n’est pas recensé sur les catalogues du Musée Impérial et reparaît pour la première fois sous le numéro 233 dans le Catalogue du Musée Royal en 1816 ». (p. 8-9 ; souligné par l’auteur.

p. 56*. Germaine de Staël, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, Paris, Maradan, 1800, pp. 251-252. Elle évoque les exemples de Dorat et Crébillon, « maniérés » mais aussi et surtout « le plus beau génie du monde, Racine », qui fait Achille et Titus galants et galantise dans la peinture de l’amour. De même, elle opère une distinction marquée entre la politesse comme « lien que la société a établi entre les hommes » et « les formes de galanterie du siècle de Louis XIV [qu’]on appelle politesse » (p. 271-72).

p. 57*. Il a débuté comme acteur (il a joué notamment Le Misanthrope) et comme auteur avec un opéra-comique de style galant Laure et Pétrarque (1780) ; on en a conservé la ritournelle Il pleut, il pleut bergère, pastorale galante — qu’on a pu appliquer par ironie à Marie-Antoinette et ses divertissements pastoraux du Petit Trianon. II aurait aussi écrit, selon des libelles des années 1780 des galanteries libertines.

p. 57**. E. de Jouy (L’Ermite de la Chaussée d’Antin, ou Observatoire des mœurs et usages de parisiens, Paris, Pillet, 1809) souligne aussi que le fait que la galanterie appartienne au passé permet constater que « la politesse et la galanterie sont sujettes à variations » et d’en esquisser une histoire.

p. 58*. Maradan a été ensuite l’un des éditeurs de Mme de Staël, ainsi que de Mme de Genlis lorsqu’elle est rentrée d’émigration. On peut penser qu’il était lié à l’Orléanisme.

p. 59*. Guyot du Vigneul, Les Mœurs du jour ou la galanterie expérimentale réduite en système, Paris, Thibaut, 1810, 2 vol de 143 p. in-16. Le Journal des Dames du 25 avril 1810 lui consacre une notice brève et assassine. Elle l’accuse de ne pas savoir le français et de « divaguer en sornettes qui dénigrent des personnes vivantes », alors qu’il n’est qu’un « auteur imberbe ». Paradoxe, tout de même, qu’un journal censément féminin signale ce livre, fût-ce pour en proscrire la lecture.

p. 59**. Autre affleurement du style galant d’Ancien Régime, qui avait persisté avec les survivants de ce dernier : Pierre Laujon avait été, au milieu du xviiie siècle, un membre de la société du Caveau (un auteur de goguettes, de chansons pour les repas entre amis), il avait servi le prince de Condé et composé des pastorales pour la Cour. Sous la Révolution il continue à écrire pour le théâtre, fait une histoire de la Société du Caveau et compose aussi des « chansons galantes » ; mais il ne les édite pas : signe de refoulement. à sa mort en 1811, ses amis lui font l’hommage posthume d’une édition de ses Œuvres et cette fois ces chansons sont publiées. Ce sont des gauloiseries plutôt bon enfant.

p. 57***. Giovanni Batista Casti, Novele Galanti, Milano, Zona, 1793 [1803 ; 1813 : Nouvelles galantes, Paris, L’auteur]. Connu comme librettiste et satiriste, les avait publiées en 1793 à Milan. Il s’installe à Paris en 1800. Ce sont des récits en vers, dans la lignée de Boccace, avec des sujets parfois mythologiques (« Prométhée et Pandore ») et le plus souvent dans la veine de la satire du clergé (« La bolla di Alessandro VI ») et des femmes.

p. 60*. Mme de Genlis, Maison rustique pour servir à l’éducation de la jeunesse ou Retour en France d’une famille émigrée. Ouvrage où l’on trouve toutes les Instructions nécessaires pour bâtir une Maison de champagne, pour la meubler, pour y établir une Chapelle, une Bibliothèque, un Laboratoire, un Cabinet d’Histoire naturelle, un Jardin de plantes usuelles, etc., et tous les détails relatifs à la bâtisse d’une ferme, à l’Economie domestique et à tous les genres de cultures. Paris, Maradan, 1810, 3 vol. in-8 (Genlis avait émigré avec les Orléans ; Maradan apparaît décidément comme le libraire des Orléanistes). Le titre vaut programme : à la fois apologie du retour et livre éducatif. L’ouvrage trace l’histoire d’une famille qui revient et trouve ses propriétés dans un état où tout est à refaire. Le Journal de l’Empire du 25 avril 1810 l’approuva et en recommanda la lecture « à toutes les jeunes personnes d’un bon esprit, à toutes les mères de familles et à toutes les maîtresses de maison » : lectorat supposé féminin et animé de soucis bien éloignés de toute galanterie.

p. 60**. Ce qui semble aller de pair avec la stratégie des maisons d’édition associées dans cette publication : Nicolle et Mame. Ils étaient aussi les éditeurs de Mme de Staël, donc affichaient un intérêt pour l’écriture féminine, mais sur ce sujet comme sur les options politiques, ils se tenaient dans une position très tempérée. Ainsi la dynastie Mame s’était organisée, depuis 1796, de façon à avoir une librairie à Paris et une librairie-imprimerie à Tours : à Paris, elle soutenait un républicanisme modéré à Paris, et à Tours mettait ses presses au service de l’état mais aussi de l’église.

Notes du Chapitre 3

p. 63*. Tout le demi-siècle qui suit 1789 est tendu entre peur et désir de la Révolution, y compris dans les répliques sismiques de 1830 et 1848 ; pour reprendre le mot de Marx, le spectre de la révolution hante alors la France et l’Europe. Les habitudes scolaires, obnubilées par le découpage du temps selon le comptage des siècles, associent la Révolution au Siècle des Lumières, mais il faut de toute évidence modifier ce regard. Car on sait bien que le comptage par siècles est arbitraire et qu’il suffit d’en modifier le point de départ pour que les supposées unités s’éboulent, et on sait aussi que, politiquement parlant, les hommes et femmes des Lumières étaient peu révolutionnaires. Je me permets de renvoyer à A. Viala, De la Révolution à la Belle époque, Paris, Puf, 2017.

p. 64*. Genty, marchand d’estampes Rue St. Jacques N° 14, est le promoteur de cette mode avec La galanterie russe (gravure à l'eau-forte et au pointillé, coloriée ; date de sortie inconnue mais à coup sûr après 1814), la Galenterie [sic] à la Brunswickoise (gravure à l'eau-forte, coloriée, janvier 1816), La Galanterie Prussienne (idem ; cette fois le soldat est un hussard de la mort) et, en contraste, La Galanterie française ou l’aimable anglaise.

p. 64**. Genty vendait foule d’images à contenus et destination populaire, notamment toute une série sur les « cris de Paris », les petits métiers du commerce des rues. Il avait, tout jeune, tenté une carrière de peintre sous l’égide de David, l’artiste de la Révolution puis de l’Empire ; faute d’y réussir, il s’est tourné vers l’estampe.

p. 65*. Voir Annexe A. Gravures coloriées d’Adrien Godefroy. Les premier pas d’un officier cosaque au Palais-Royal montre un grand cosaque entraîné là par deux autres soldats d’occupation, l’un raide et l’autre gros et paillard. Elle date de 1814, de la première débâcle et occupation. Les adieux au Palais Royal est de 1815.

p. 66*. Je rappelle à toutes fins que la qualification d’« œuvre galante » a d’abord désigné des ouvrages qui relevaient d’une esthétique mondaine, élégante et enjouée, qui « adoucit même les sujets graves et sérieux » (Cantenac, Œuvres galantes, 1665, Préface) ; l’amour n’y était qu’un sujet parmi d’autres et traité d’une façon telle que « même la vertu la plus farouche peut les lire sans scrupule » (Idem, p. vi). Puis le mot a commencé à qualifier des ouvrages libertins et érotiques, ceux qui mettent en jeu des « femmes galantes ».

p. 68*. Cet avant–propos est signé par les initiales C. B. : je n’ai pu établir qui ce peut être ; Cuisin lui-même, le cas échéant ? à noter que le livre a eu du succès et plusieurs éditions dans la même année 1815 (dont peut-être une — mais que je n’ai pas trouvée — sans cet avant-propos ?).

p. 69*. Outre que Clélie ne compte — je le rappelle au cas où — que 10 volumes.

p. 69**. L’Urne royale ou le Cyprès du trône, offert à la mémoire de S.M. Louis XVIII, par M. P.C., Paris, Marion, 1825, in-12, 302 p. Le roi est mort en septembre, Cuisin publie en janvier : rapidité remarquable vu l’ampleur du volume ; mais Cuisin le préparait sans doute depuis quelques temps. à noter que depuis 1821, il se dit « Pensionnaire du roi » : il accomplit ici une obligation de ce statut.

p. 70*. La famille Glinet ou les premiers temps de la Ligue, comédie en 5 actes et en vers, créée au Théâtre Favart le 18 juillet 1818, publiée en 1824 ( Paris, Vve Dabo) sous le nom d’auteur de Merville (pseudonyme de l’acteur Pierre-François Camus); elle montre une famille déchirée au moment de la Ligue, entre loyalisme et rébellion, sujet qui s’applique aisément à la situation de la Révolution ( bien entendu, le loyalisme l’emporte par leffet d’un amour d’élection).

p. 71*. Paraissent ainsi : Petite Chronique de Paris, recueil d’anecdotes galantes, Paris, Emery, 1818 et 1819 ; La Tactique de la galanterie, Paris, Lécrivain, 1820 ; et (de Cuisin), Les Duels du Bois de Boulogne, aventures galantes, Paris, Les Principaux Libraires du Palais Royal, 1821, La Volupté prise sur le fait, ou les Nuits de Paris, folie érotique mêlée d'anecdotes et aventures galantes du Palais-Royal, Paris, Roux, Libraire au Palais Royal, 1815. In-12, XII-126 p.

p. 71**. C’est le titre que prend la réédition ( annoncée comme « édition complète ») de 1823 : La Vie de garçon dans les hôtels garnis de la capitale ou L'amour à la minute. Petite galerie galante, pittoresque, sentimentale et philosophique... par un parasite logé à pouf au grenier. Paris, Chez les principaux libraires du Palais-Royal, 1820.

p. 71***. Les Perfidies assassines, crimes et escroqueries d'un bambocheur du grand ton, ou l'Amour et l'hymen qui la gobent, par un écouteur aux portes [P. Cuisin] :Paris : tous les libraires du Palais-Royal, an des fourberies du monde 1820 ; rééd. : Paris, chez les libraires du Palais-Royal, 1821. 2 vol. in-16, pl.

p. 71****. Le Torrent des passions, ou les Dangers de la galanterie, aventures du général-major comte de G***, dans les diverses contrées de l'Europe, mémoires récents d'un général allemand (Paris, Barba, Au Palais Royal, 1818, 2 vol. in-12) . Ce récit n’a rien de très scabreux dans le langage (quand la duchesse qu’il désire se donne enfin à lui, le héros le retranscrit par « nous ne quittâmes pas le désert sans nous être donné les dernières preuves de notre amour » ; t. 2, p. 217), ni dans l’histoire : ils ont un enfant en secret, elle meurt, il s’enferme à la Trappe…

p. 71*****. Les Matinées du Palais-Royal, ou Amours secrètes de Mademoiselle Julie B***, devenue comtesse de l'Empire, racontées par elle-même : Paris : chez les marchands de nouveautés, 1815 : In-12, 144 p. Le livre est dit « par Lallemant », mais Barbier l’attribue à Cuisin.

p. 71******. Mémoires d’une contemporaine ou souvenirs d’une femme sur les principaux personnages de la Révolution, du Consulat et de l’Empire, Paris, Ladvocat, 1828 (au moins trois éditions). Ce récit galant bon marché entasse les épisodes romanesques : voyages, déguisements, méprises, rencontre de Marie-Joseph Chénier et liaison avec Shelley, jusques et y compris présence à Waterloo… ; à tel point que l’auteur a jugé utile de les nantir d’un index alphabétique.

p. 73*. Mme de Genlis, Dictionnaire critique des étiquettes, Paris, Mongie. t. I, p 239 : « Lorsqu’on voit dans les salon les hommes laissant les femmes en cercle, s’éloigner d’elles pour parler tout bas des affaires de l’état, lorsqu’on sait que ces hommes trouvent un plaisir extrême à aller dîner entre eux chez des restaurateurs, que l’on soit à Londres ou à Paris, on peut être assuré qu’il n’y a point de galanterie dans les mœurs de ces villes-là. »

p. 73**. Id, p. 189, dans le très long article étiqueter, elle souligne que les aristocrates cèdent le pas aux dames dans les lieux publics mais pas dans le domicile conjugal et note : « Chez les princes, le respect conjugal l’a toujours emporté sur la galanterie » ; autrement dit : la femme est désormais entièrement soumise au mari dans l’espace domestique. Ailleurs, dans l’article Marâtre, elle signale que se répand l’usage bourgeois d’appeler celle-ci « belle-maman », plutôt que « bonne » ou « chère », par « la délicatesse de choisir une épithète de galanterie plutôt que de sentiment » : galanterie comédie.

p. 73***. Pierre-Simon Ballanche, Essai sur les institutions [1818] ? éd. par G. Navet, Paris, Fayard, Corpus des œuvres de philosophie en lange française, 1991, p. 90. Je remercie Roger Pearson pour la discussion de ce passage.

p. 74*. Il ne surgit qu’une fois, en un hapax qui confirme la règle, pour édicter qu’avec les dames il ne faut pas « leur prendre quelque ruban pour s’en faire une faveur, et se l’attacher pour faire le galant ou le passionné » (p. 52).

p. 74**. Il est frappant que le Code de la galanterie française (1826) de Cartier-Vinchon affiche très ostensiblement le mot dans son titre. De fait, il rend aux mêmes comportements que décrivent Genlis, l’Usage et le Miroir et leur nom et leur brillant, et qui plus est le sourire. De l’amour, partant, de la joie : il veut redonner à la France une jeunesse heureuse. Mais c’est que l’auteur est un ancien officier de Napoléon mis en demi-solde, et que son traité de civilité vaut propagande bonapartiste : il associe le galant à la France en général et non à la monarchie, qui l’a trahie. Ainsi la différence dans le sort fait au mot « galant » signale un clivage politique.

p. 76*. Balzac, Physiologie du mariage, ou Méditations de philosophie éclectique sur le bonheur et le malheur conjugal, [Paris, 1829 ; je cite d’après l’éd. p. M. Bouterin, Paris, Gallimard, Pléiade, p. 593.

p. 86*. La meilleure amie de la veuve a l’idée de faire courir le bruit que la celle-ci est ruinée : le sincère offre sa bourse, le fat se désiste. On s’embrasse, on chante.

p. 87*. Lille avait une très ancienne tradition de fête municipale au premier dimanche après la Trinité (on a trace de 72 Mystères commandés à cette occasion, et Watteau de Lille — le neveu du grand Watteau — a peint un tableau de cette fête). Elle incluait un défilé chantant, où les édiles tâchaient de trouver des biais pour contenter la population.

Notes du chapitre 4

p. 90*. Le chevalier de Grammont était une figure de galant homme du temps de Louis XIV, célébré en Angleterre comme modèle de la galanterie française (Hamilton a écrit sa Vie).

p. 92*. L’œil-de-bœuf était la fenêtre de l’antichambre du roi à Versailles.

p. 94*. Il est édité par le libraire Lebailly. Celui-ci publiait une « Bibliothèque sentimentale, joyeuse, grivoise et amusante » à destination populaire ; le volume de 1842 s’en intitule Le Chansonnier galant, par MM. Béranger, Désaugiers… Il comporte aussi des textes de Gouffé et de Cabanel. Il recueille des couplets à boire, des éloges du tabac, des satires misogynes, une chanson vraiment grivoise (Le Mistigri) ; il s’ouvre par L’an 2000 de Béranger, utopie sur le temps où la République règnera. La présence de Béranger en tête du volume est destinée à faire vendre : il avait une grande notoriété, due surtout à ses chansons d’opposant à la Restauration, qui lui avaient valu la prison. Le choix de la qualification de galant dans le titre signale donc à la fois la persistance de la tradition populaire de l’esprit de gauloiserie et une prise de position politique.

p. 95*. Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l'hygiène publique, de la morale et de l'administration : ouvrage appuyé de documents statistiques puisés dans les archives de la Préfecture de police : Paris : J.-B. Baillière, 1836, 2 volumes, 624 et 580 p. Cet ouvrage a été bien utilisé comme source par les historiens (voir A. Corbin, ouvr. cit., qui en fait un support de son idée de la « règlementation »)) ; je l’envisage ici surtout pour ce qui concerne la catégories des « femmes galantes ».

p. 95**. Celles qui ont été interpellées par la police et celles qui sont passées dans les service de l’hôpital.

p. 95***. Intitulé complet : Les filles publiques de Paris et la police qui les régit, par F.F.A. Béraud, ex-commissaire de police de Paris, chargé spécialement du service actif de l’attribution des mœurs, Paris et Leipzig, Desforges et compagnie, 1839. 327 pages précédées de 4 pages de dédicace, 4 pages de préface des éditeurs et 108 pages de « Précis Historique sur la Prostitution dans les différents pays ».

p. 95****. Voir l’historique placé en tête de l’ouvrage de l’ouvrage de Béraud, « la prostitution dans tous les âges et dans tous les pays » atteste : éternité et universalité valent justification comme d’un mal nécessaire.

p. 96*. Alphonse Esquiros, Les Vierges folles, Paris, Auguste Le Gallois, 1840. Les deux autres volumes sont Les Vierges sages et Les Vierges martyres (1842). Dans Les Vierges martyres il s’attache au sort des ouvrières surexploitées. Il propose trois moyens d’améliorer la condition féminine : affranchir les femmes de la nécessité du travail, créer des institutions d’aide aux femmes en difficulté, et instaurer une « constitution libre du mariage » pour établir une égalité entre époux que le Code Napoléon de 1804 rend impossible.

p. 97*. Parent-Duchâtelet (p. 175) « les évalue à 3 ou 400 » : le chiffre paraît modeste regard des 25 000 prostituées parisiennes mais, rapporté aux 23 théâtres alors en activité dans Paris, il signifie une moyenne de 12 ou 15, soit la totalité des membres féminins de chaque troupe. Le nombre courant d’actrices par troupe n’atteignait d’ailleurs souvent pas la douzaine, mais l’Opéra, avec son corps de ballet, ses figurantes et ses choristes fait évidemment monter la moyenne. à noter que les Actrices galantes (voir note 9) font le même constat : cet ouvrage inventorie en effet tous les théâtres, des Funambules et Bobino à la Comédie Française et l’Opéra, et tous les grades, des petits « rats » à la « sociétaire » et même les « ingénues de cinquante ans » et les « actrices mariées » (p. 8).

p. 99*. Les Mystères galants des théâtres de Paris : Actrices galantes, Paris, Cazel éditeur – en fait Le Gallois —, Galerie de l’Odéon, 1844. Un autre ouvrage se voue au cas spécifique de l’Opéra : Georges Touchard-Lafosse, Chroniques secrètes et galantes de l’Opéra, Paris, Ledoyen, 1845. Affirmée en 1928 par J. Crépet, la participation de Baudelaire est désormais établie : voir l’édition Pléiade (t. II) des Œuvres complètes (Paris, Gallimard, 2013). Parmi les autres collaborateurs figuraient Privat d’Anglemont, A.-L. Constant et F. Fortuné.

p. 99**. Pour le moins, perçu comme diffamatoire : « Il est question de publier un livre ayant pour titre Les Actrices galantes ; une jeune tragédienne s’insurge. Les Actrices galantes dit-elle ? Mais c’est de moi dont on veut parler ! C’est moi qu’on veut calomnier […] Et la voilà usant du papier timbré, assignant M. Legallois, éditeur, et les gérants du Constitutionnel et du Courrier Français, parce que l’un avait eu l’audace de faire annoncer ce livre dans les journaux de ces messieurs. (p. vii ; on notera qu’il s’agit d’une « tragédienne », ce qui implique un « grand » théâtre, et non pas d’une danseuse ou d’une actrice comique).

p. 99***. L’emploi du mot « Mystères » va de pair avec la vogue des Mystères en ce temps, dont Les Mystères de Paris de Sue en 1842, Les mystères Londres de Féval en 1843, etc ; mais ne peut-on peut peut-être y entendre aussi un écho du Mystère des ruelles, autrement dit La Prétieuse de l’abbé de Pure, en un retour aux origines de la littérature galante.

p. 101*. Du nom du quartier de Notre Dame de Lorette où elles étaient nombreuses : un ou deux « amis » réguliers, plus quelques occasionnels si un besoin d’argent se fait pressant, mais une vie très comme il faut en apparence. Esquiros précise que la plupart de ces femmes galantes sont entretenues par un homme aisé mais pas assez riche pour subvenir à tous leurs besoins et que donc elles draguent des clients de complément (p. 31) ; il s’attarde sur le cas des Lorettes qui font volontiers des simagrées de dévotion (p. 34). Mais sa conclusion est différente de celle du policier et du médecin ; pour lui « le sort de ces femmes galantes est généralement misérable » (idem).

p. 103*. Voir notamment Les nouvelles amours et intrigues des marchandes de mode et des grisettes, Paris, Lerosey, 1830, ou encore Les Amours et intrigues des grisettes de Paris, Paris, Roy-Terry, 1830 : ces textes mettent en jeu des petites employées de boutiques ainsi que des provinciales venus tenter leur chance à Paris.

p. 103**. Pour ce qui concerne Paris et les villes importantes ; dans les maisons closes des bourgades, les paysannes étaient nombreuses.

Notes du chapitre 5

p. 105*. En feuilleton dans Le Constitutionnel.

p. 107*. Faudrait-il y voir une erreur historique du Balzac ? Non, sans doute : on verra dans un instant que l’époque était parfaitement informée sur la biographie de Watteau. Une erreur attribuée au personnage de Pons ? Peu crédible. Il s’agit bien d’un cas, un de plus, où une lecture guidée par la logique du reflet montrerait ses lacunes : Balzac construit une image selon le prisme de la création littéraire, donc de l’intérêt de plaisir à jouer avec les images, et non comme un procès-verbal enregistrant des faits authentiques.

p. 109*. Dumolay-Bacon, Trouvailles et bibelots, Paris, Dentu, 1880, p. 22. Dumolay écrit après sa retraite de la vie publique, et retourne vers Paris tel qu’il l’a vécu en 1835. Il affirme d’emblée que le « bibelotier » ( néologisme pour lui) est un « glaneur », que les financiers de l’Ancien Régime, Crozat, Paris-Duvernay, Samuel Bernard, ces « Turcaret qui voulaient avoir du beau » ont fait naître des chefs-d’œuvre et que le bibelotier glaneur vient après eux, dans un rôle utile ; il écrit alors qu’« employer les connaissances que l’on possède à tirer de la poussière des œuvres intéressantes et belles, n’est-ce pas leur donner une seconde vie, les créer une seconde fois ? » (p. 6) : cette phrase contient à peu près tout ce qu’on essaye de mettre en lumière ici et elle aurait pu être l’exergue de ce chapitre si elle n’avait été écrite en 1880. Voir aussi Tom Stammzers, « Trouvailles, bibelots and counter-revolution », Rococo echo, p. 78.

p. 110*. Y compris des œuvres majeures. Ainsi une œuvre majeure comme la « fête galante » de Watteau Les Champs-Elysées qui appartenait avant la Révolution au duc de Rohan-Chabot n’a pas laissé de trace jusqu’à son achat par le duc de Morny en 1845, lequel la revend ensuite à Seymour. Idem pour Les Plaisirs pastoraux de Lancret, propriété du duc de Choiseul-Praslin jusqu’en 1793, pris ensuite dans la confiscation de ses biens en 1793, et qui ne réapparaissent qu’en 1844 ; ainsi encore Le Concert de Fragonard….

p. 111*. Lors de la vente de sa collection, le montant des ventes de chaque jour est noté à la main dans les marges de l’exemplaire du Catalogue conservé à la BNF, face au titre de chaque œuvre (voir Annexe B, Itinéraires…). Pour certaines, rien n’est indiqué, ce qui implique qu’elles n’ont pas trouvé preneur… On en sait ce qu’elles sont devenues ensuite : piste à explorer.

p. 114*. cette date Lamartine est installé à l’Académie (depuis 1829), Sainte-Beuve fait campagne pour s’y placer, Hugo vient d’y entrer en 1841 et mène campagne, lui, pour être fait pair du royaume (il le sera en avril 1845).

p. 115*. 1837 voit la publication d’une série de Cours d’archéologie de Désiré Raoul-Rochette, Conservateur du Cabinet des Médailles à la Bibliothèque Royale, protégé de Guizot et candidat à l’académie des Inscriptions (élu en 1838).

p. 116*. Léon Gozlan « Antoine Watteau », L’Artiste, 1839, série 2, t. 1, p. 156-162. On a appelé Gozlan « le secrétaire de Balzac » parce qu’il en était l’ami et qu’il lui a succédé à la tête de la Société des Gens de Lettres.

p. 116**. Ce qu’on appelle les « bibles wattesques », les sept notices biographiques parues peu après la mort du peintre : voir Viala, 2013.

p. 116***. Ces « ultima verba » sont en fait reprises de la Vie de Verrochio dans les Vies de Vasari.

p. 116****. Charles Blanc (Castrais, frère du politicien Louis Blanc) est une voix de l’institution : il a dirigé les Beaux-Arts de 1848 à 1852 et il deviendra ensuite le premier titulaire de la chaire d’histoire de l’art au Collège de France.

p. 119*. Baudelaire, Baschet, Champfleury, Monselet et André Thomas envisageaient de lancer Le Hibou philosophe avec un article-manifeste : « Faire à nous cinq un grand article : « La vente aux enchères des vieux mots de l’école classique, de l’école classique galante, de l’école romantique, de l’école satanique, de l’école lame de Tolède, de l’école olympienne (V. Hugo), de l’école plastique (Th. Gautier), de l’école païenne (Banville), de l’école poitrinaire, de l’école du bon sens, de l’école mélancolico-farceuse » Baudelaire, L’Art romantique [éd. p. Banville et Asselineau, Paris, Lévy 1869], éd. L. Lay et J. Austin, Paris, GF, 1968, p. 99 ; note de 1853.

p. 122*. Figurés notamment par un personnage de brocanteur auvergnat : alors que les récits de découvertes de trésors artistiques chez des brocanteurs ignorants de leur valeur sont passés en mythe, Balzac inverse le processus : c’est la revanche des récupérateurs. En cela, il s’écarte de la reproduction des faits sociaux et passe dans un ordre proprement symbolique.

p. 122**. Faut-il rappeler que le mot ‘facture’ est en français celui qui désigne à la fois l’enregistrement de la valeur marchande et la qualité esthétique (le poïen) ?

p. 124*. Sorte de cas extrême de cette proscription de la qualification galante : lorsque Roederer publie son Mémoire pour servir à l’histoire de la société polie (1835), voué au xviie siècle, il fait l’éloge de l’Hôtel de Rambouillet (p. 6) et de Pélisson (sic , p. 10) qu’il pose en modèles du bon goût, du bon esprit et de la belle langue, mais n’emploie jamais le mot « galant », en une sorte de figure maximale du complexe vu au chap. 3.

Notes du chapitre 6

p. 125*. La date de 1830 est parfois attribuée à ce tableau, mais la notice consacrée à C. Roqueplan dans la Galerie de la presse, de la littérature et des beaux-arts, Première série (L. Huart et Ch. Philippon (dir.), Paris, Aubert) en 1839 dit qu’il est en train d’y travailler et que c’est une partie d’une commande qu’il a reçue pour représenter les quatre saisons.

p. 126*. L’Artiste, 1840, t. IX, p. 101. Il existe une première version en aquarelle, qui date semble-t-il, de 1836 (au Musée d’Orsay).

p. 127*. Ainsi la mode des bottes à revers s’était répandue dans les années 1640-1650, comme en attestent Les Loix de la galanterie de Charles Sorel (Voyez La France galante).

p. 127**. L’anecdote qui sert de sujet circule depuis les Historiettes de Tallemant des Réaux : Le marquis de La Châtre exigea de Ninon qu’elle lui signe une promesse de lui rester fidèle pendant qu’il serait à la guerre ; elle le fit, mais qualifiait elle-même avec ironie, ce papier de « bon billet ». L’explicitation est donnée dès l’exposition du tableau dans l’Explication des ouvrages de peinture exposés au Musée Royal le 4 nov. 1827, Paris, Ballard, 1827, p. 166, et reprise dans Ch. Gabet, Dictionnaire des artistes de l’école française du xixe siècle, Paris, Vergne, 1831. Une telle anecdote, évidemment, scandalisait les bien-pensants : voir par ex. M. Capefigue, Ninon de Lenclos et les précieuses de la Place Royale, Paris, Amyot, 1862, p. 133, n. 2.

p. 128*. Je cite suivant l’éd. Lévy, Paris, 1868, p. 143. à noter que le Watteau de Wattier avait été acquis par Nerval ; celui-ci se faisait lui aussi collectionneur, à la mesure des moyens que lui avait procurés l’héritage de son oncle, et que Baudelaire a fait de même peu après.

p. 128**. T. Gautier, « Camille Roqueplan », L’Artiste, oct. 1855 [je cite le texte repris dans Histoire du Romantisme, Paris, Charpentier, 1874, pp. 192- 193].

p. 128***. Je rappelle que Roqueplan venait d’une famille provinciale d’un rang modeste mais qui misait sur l’instruction : le père, d’abord instituteur, est monté à Paris pour un emploi de bureaucrate de ministère. Il a fait étudier ses enfants. L’un d’eux, Nestor, devient journaliste et participe à la fondation du Figaro en 1826. Camille est doué pour le dessin ; il hésite entre la Médecine ou les Beaux-Arts. Il passe même par un emploi de commis de bureau, puis fait ses Beaux-Arts ; sans flamboyer (il n’obtient pas le Prix de Rome) mais en bon élève de Pujol et de Gros (un des peintres de Napoléon). Formation « classique » donc, et donc ses choix galants se situent en décalage de celle-ci.

p. 129*. Petrus Borel, Roccoco, in : Champavert, Paris, Renduel, 1833. Je rappelle que cet étrange recueil de sept contes ou nouvelles se présente comme si l’auteur — Champavert — venait de mourir de misère : figure de la bohème sombre. Je rappelle aussi que Borel a envisagé un moment de se tourner vers l’architecture ou la peinture avant de se vouer au journalisme et à l’écriture. à noter que Th. Gautier reprend le terme pour qualifier une de ses nouvelles, Omphale (1834), rééditée en 1839 avec comme titre Omphale, histoire rococo. Chez lui, le salon rococo devient l’objet du désir du protagoniste, et une véritable actant du récit. Mais il s’agit d’une de ces situations limites indiquées dans la Note pratique : j’ai retenu Borel parce qu’il est antérieur et parce qu’il contient explicitement le programme de la réhabilitation du style galant ; je signale simplement la nouvelle de Gautier comme exemple de l’élargissement qu’appellent les occurrences du galant à la vision de tout un pan du passé du xviiie siècle.

p. 129**. Un préfet et un procureur, deux représentants de l’appareil d’état que Borel, républicain actif en 1830, détestait, ourdissent un complot contre une jeune fille. Le préfet a entrepris de se l’accaparer. Il est nommé en province, il envisage qu’elle l’y rejoigne un peu plus tard et charge le procureur de mener la manœuvre ; on pressent, à la fin suspendue du récit, que l’autre va la corrompre pour son compte.

p. 130*. à noter au passage encore qu’à l’époque ici envisagée, la bibliophilie, pratique curieuse et savante, a sans doute été l’usage premier de la collection Elle a été singulièrement active avec des chercheurs comme Barbier et Quérard, et qu’elle est restée intense tout au long du siècle et qu’elle s’est particulièrement occupée de redécouvrir le xviiie ; mais elle n’a jamais atteint le prestige des Wallace et La Caze. C’est que les prix des originaux (manuscrits ou éditions princeps) sont bien moindres que ceux des œuvres d’arts plastiques.

p. 131*. Dès le récit fantastique d’Albertus, son premier grand poème, publié en 1831, où un jeune artiste est séduit par une belle qui n’est qu’une sorcière capable de prendre toutes les apparences,

Quel que fut son habit, galant, riche ou bizarre
Disinvoltura, esprit mutin, grâce câline
Tour à tour Camargo, Manon Lescaut, Philine (section xxxiv).

Encore est-ce à propos d’une séductrice dangereuse…. Itinéraire… Il recourt aussi plus largement à des références au xviiie siècle et au Rococo, comme le montre notamment sa nouvelle Omphale déjà mentionnée.

p. 131**. Le poème débute par : « C’était un parc dans le goût de Watteau ». La description surprend dans l’interprétation de ce « goût de Watteau » : « Ormes fluets, ifs noirs, vertes charmilles / Sentiers peignés et tirés au cordeau ». On est loin des feuillages flous et des trouées de lumière des décors des fêtes galantes. Signe que Watteau valait comme indice plus que comme référence exacte, comme symbole d’un désir perdu et ouverture à la rêverie : « J’étais près de rêves de ma vie / Mon bonheur était enfermé là ». Watteau sert à suggérer le désenchantement du présent et la nostalgie d’un monde souhaité mais inaccessible, la rêverie qui hante.

p. 131***. Elles ont été jouées plusieurs fois à Paris dans les années 1840 (ce furent des interprétations posthumes, Paganini était mort en 1840) et Gautier en a fait des comptes rendus élogieux.

p. 131****. Dans La Bohême galante, Nerval égratigne au passage ( p. 151) « un faiseur italien qui vole un air populaire qui court les rues de Naples ou de Venise » pour en faire son thème : c’est très semblable mais bien moins gentil ; Nerval protège le populaire – mais cette notation n’est ici que comme pierre d’attente, on verra plus un peu plus loin.

p. 131*****. Il est saisissant — même si l’absence de preuve matérielle réduit à l’hypothétique — de voir combien ce texte s’organise comme une ekphrasis du tableau L’amour au théâtre italien. Sans détailler — il y faudrait un chapitre entier, sinon un livre — il apparaît que les personnages que mentionne Gautier sont ceux de l’œuvre de Watteau (sauf Mezzetin) : si ce n’est ekphrasis, c’est au moins évocation. Le tableau, acquis par Frédéric II, est à Berlin. Mais sa gravure par Cochin est à la BNF et, aussi, divers indices montrent que le Recueil Julienne des gravures de Watteau était connu dans la bande de L’Artiste (voir le chapitre Baudelaire et Watteau de : Les beautés noires de Baudelaire d’Elvire Maurouard, Paris, Karthala, 2005).

p. 132*. Le poème Watteau dessine « une plaine sans bornes » où s’étire un chemin. Nul relief, des champs sans végétation, réduits à une vie plate, « sévère et morne ». Dans cet espace de rude labeur, sous un ciel sans vraie lumière, aucune couleur. Même pas pour le « parc dans le goût de Watteau », où les ifs sont noirs et les charmilles portent une seule tache de couleur verte. C’est un tableau en gris majeur. Or le relief, absent du paysage, l’est aussi de la rythmique : les quatrains de décasyllabes font alterner vers coupés en 4 et 6 et les vers enchaînés, avec des répétitions de mots (parc, vert, regarder) qui scandent ces alternances en un effet de mélopée. L’instance du paysage état d’âme se fait dans le dessin plus que dans le sujet, et dans la mélodie plus encore que dans le dessin.

p. 132**. Avec, pure fantaisie, une image qui met ensemble l’éclosion des perce-neige et la maturité des fraises des bois : c’est bien qu’il s’agit de combiner des touches de couleurs et des notations musicales.

p. 133*. Discoureuses aussi, et non moins moralisatrices au fond, les vaticinations des « mages » romantiques (Bénichou, 1988). Gautier romantique de cœur, sans doute, mais pas de buts ni de manière.

p. 133**. Houssaye a repris plus tard le même épisode dans ses Confessions, souvenirs d’un demi-siècle, Paris, Dentu, 1880.

p. 135*. Faute de place pour en donner les textes intégraux et les analyser à loisir, j’escompte que le lecteur les connaît ; si besoin est, ils seront sur simple demande ajoutés à l’Annexe B.

p. 137*. On comparera bien sûr avec l’éventail de Watteau selon Balzac, tel que nous l’avons observé plus haut, et ses aristocrates déguisés en bergers : le sens de la pastorale est ici celui d’un retour à un paradis perdu.

p. 138*. Qui connaissait une certaine vogue : outre la référence à Nodier, Bouchardy avait donné en 1842 un drame (créé à La Porte Saint-Martin le 18 avril 1842, publié dans Le Magasin théâtral la même année), Pâris le Bohémien, histoire d’un aventurier du passé et d’origines mystérieuses, qui se fait appeler Paris.)

p. 141*.  « Schize », et non pas schizophrénie : si la situation engendre l’usage de deux types de discours, les contenus n’en sont pas pour autant disjoints, encore moins contradictoires. Le lexique de la socioanalyse ne peut se calquer sur celui de la psychiatrie. La remarque vaut aussi pour l’emploi, un peu plus loin, du terme de « bipolaire ».

p. 142*. Sur les diverses actions qui ont précédé la restauration générale lancée en 1844, voir Lassus et Viollet-Leduc, Projet de Restauration de Notre Dame de Paris : rapport adressé à M. le ministre de la Justice et des Cultes, Paris, Lacombe, 1843, not. pp. 26 et 27.

Notes du chapitre 7

p. 146*. Les uns voient Cydalise comme un diminutif d’Elizabeth et les autres selon un radical grec signifiant : la superbe. C’est que le nom est plastique, comme le sont les images qu’il suscite.

p. 146**. Houssaye, Confessions…, éd. cit., t. 1, p. 340.

p. 146***. Palissot, Les Philosophes (1760) acte 1 scène 1 (c’est sa servante qui parle — connaissance de cause) :

Coquette s’il en fut, en sauvant le scandale,
Prude à nous étourdir de son aigre morale,
Courant le bal la nuit, et le jour les sermons.
C’était là le bon temps. Mais aujourd’hui que l’âge
Fait place à d’autres mœurs et veut un ton plus sage,
Madame a depuis peu réformé sa maison :
Nous n’extravaguons plus qu’à force de raison.

p. 147*. Emaux et camées, éd. cit., p. 124. Selon Houssaye (ouvr. cit.), Gautier devint amoureux de la Cydalise maîtresse de Rogier. L’anecdote est de peu d’intérêt, sauf en ce qu’elle conforte la figure de l’inspiratrice.

p. 147**. Les Cariatides sont de 1842, les Odes funambulesques de 1857 et les Nouvelles Odes de 1869. Au total la poésie de Banville compte 41 pièces « galantes » de cette sorte. Voir : G. Zayed, « La tradition des fêtes galantes et le lyrisme verlainien », CAIEF, vol. 43, 1, 1991, pp.281-199.

p. 148*. D’abord dans la Revue de Paris, juillet 1844, p. 29-47, puis en petit volume distinct, puis il le reprend dans sa Galerie de portraits du xviiie siècle, Paris, Charpentier, 1844-1848.

p. 148**.  « Il eût fallu que le roi nommât un historiographe pour raconter toutes les passions de la danseuse. Il fut un temps où tout le monde était amoureux d’elle. On ne jurait que par la Camargo, on ne chantait que la Camargo, on ne rêvait qu’à la Camargo. On n’a pas oublié les madrigaux de Voltaire et des poètes galants de cette époque galante. » (Je cite d’après la Galerie…, éd. cit., p. 16.).

p. 148***. Auteur, je le rappelle, de petites comédies et de récits galants parus dans Les Amusements du cœur et de l’esprit de 1736.

p. 148****.  « Un salon d’un ameublement original et grotesque. Les boiseries étaient couvertes de pastels représentant Melle Camargo dans tous ses rôles et toutes ses grâces. Cependant elle n’ornait point à elle seule le salon : on y voyait un Christ aux Oliviers, une Madeleine au Tombeau, une Vierge au Voile, une Vénus à Cythère, les trois Grâces, des Amours a-demi cachés sous les chapelets et les buis bénits, des madones couvertes de trophées d’opéra. » (p. 16).

p. 150*. Il date probablement de 1730. Une version (avec partenaire) à la National Gallery of Art, Washington, USA. Une autre version (sans partenaire et avec musicien au Musée des Beaux-Arts de Nantes. On a pu un temps, le croire de Watteau, quand celui-ci redevint prestigieux, mais évidemment impossibilité matérielle : Watteau était mort quand Camargo dansa.

p. 150**. Le Bret, « Eloge de Mademoiselle Camargo », Nécrologue, Paris, 1770 : « Elle ne fit jamais la gargouillade, qu’elle avait jugé peu décente pour son sexe, et qu’elle remplaçait par le saut de basque, dont elle et le sieur Dumoulin ont fait l’usage le plus heureux. Avec le principe de prendre tous ses pas sous elle-même, elle s’est toujours dispensée de cette précaution, connue chez les danseuses, pour ne pas blesser la décence, malgré la grande élévation de ses cabrioles, du port du caleçon. » Dans la gargouillade, une série de petits pas est suivie d'un lancer très haut de la jambe qui se trouve en avant dans ces pas, et retombe sur la même (si on retombait sur l’autre, ce serait un entrechat). Tandis que dans le saut de basque, on tourne sur soi en l’air en passant un pied derrière le genou de la jambe d’appel : le saut de basque garde donc les jambes serrées sous le corps (« prendre ses pas sous soi-même »). La gargouillade, en lançant la jambe très haut soulève nettement la jupe.

p. 151***. On peut lire le célèbre tableau de Lancret comme représentant la retombée d’une telle gargouillade.

p. 151*. Grimm, Correspondance littéraire, rééd. Paris, Furne, 1829-1831, t. 7, p. 376. (on voit que la Correspondance littéraire venait d’être rééditée depuis peu) : « Mademoiselle Camargo ne faisait jamais la gargouillade pare qu’elle ne la trouvait pas décente. Mais quand l’auteur prétend qu’elle dansait si parfaitement sous elle (expression de l’art sans doute) qu’on ne voyait jamais que le bas de sa jambe et qu’elle n’avait pas besoin de porter des caleçons, je nie ce fait des caleçons. On avait parié sur ce point important peu de temps avant sa mort ; on s’adressa à elle pour savoir la vérité du fait ; je fus témoin du pari ; elle attesta que non seulement elle avait toujours porté des caleçons mais que leur établissement au théâtre tient à l’époque de ses plus brillants succès. Elle rendait cet hommage à la vérité dans in temps où elle ne pouvait plus avoir aucun intérêt à la cacher et nous devons la conserver dans sa pureté. »

p. 151**. Le Capitaine Pamphile est un récit gigogne : l’histoire d’un aventurier part chercher fortune aux colonies, où il voit les effets de l’esclavage (on sait les origines de Dumas), dont la narration prend place, au carnaval de 1831, dans une réunion entre amis qui sont artistes, bohèmes — on songe à la bohême de Nerval — et amateurs d’animaux familiers. Dont un singe (ce qui fait le lien avec les voyages de Pamphile), mais aussi une grenouille. Sur laquelle ils décident de tenter une expérience pour vérifier si, comme on le dit, les grenouilles peuvent rester six mois sans manger. Pour cela, ils installent une petite échelle dans son bocal : quand le temps ira à la pluie, elle y grimpera, signe qu’elle ne se sera pas mise en état d’hibernation. Puis ils ferment le bocal, assez hermétiquement pour qu’aucune nourriture n’y puisse pénétrer, mais pas au point qu’elle manque d’air. La batracienne « se mit incontinent à faire, avec toute la souplesse joyeuse dont ses membres étaient capables, deux ou trois fois le tour de son bocal. » (A. Dumas, Le Capitaine Pamphile, Paris, Lévy, 1839 [ici : éd. BEQ, p. 34]. La rédaction date de 1832.)

p. 151***. Dans L’Artiste, 1844, V, il insiste sur le fait que Voltaire était croyant en dépit de son anticléricalisme, que tous les grands auteurs sont en fait la voix de leur temps et «je ne suis pas de ceux qui souscrivent à la philosophie du xviiie siècle [mais] le mot qui résumerait le mieux le génie de Voltaire serait le bon sens ». Le bon sens comme moyen de rechristianiser Voltaire. Bon. Pour rechristianiser Diderot, l’argumentation est un peu plus difficile, mais il en arrive à écrire que « Diderot n’a jamais nié Dieu car il l’a vu partout ; tout au plus, il a douté : or, on l’a dit, douter c’est croire encore » (p. 3). Le panthéisme fait plus d’inquiétude, donc un peu moins de bon sens, mais la générosité enthousiaste compense (p. 150).

p. 153*. Sans se laisser tenter par la similitude des noms de Camargo et Marguerite, ni même par le fait que dans les épigrammes contre Camargo il est dit qu’elle ne danse pas aussi bien que « Margot » (Voir Annexe B). Sans non plus essayer de vérifier si Dumas a pu prendre l‘idée du « Vive le mélodrame où Margot a pleuré » de Musset (Après une lecture, 1842). Ni même songer que Marguerite est la victime que Méphistophélès livre à Faust. Ce sont là des intertextes mais seulement à réception, qui ne disent rien de la production et en revanche en disent beaucoup sur la biographie psycho-institutionnelle des critiques qui les produisent : ce seront des documents utiles pour, un jour qui sait ?, une étude de ce que furent certains usages académiques des années 1980.

p. 154*. Parmi les travaux sur la fantaisie à cette époque, outre le recueil dir. p. J.-L. Cabanès et J .-P. Saïdah, La Fantaisie post-romantique (Toulouse, PUM, 2003), l’étude de Michèle Benoist, La Fantaisie dans le champ littéraire et artistique en France de 1820 à 1900 (Lille, ANRT, 2001) est de tout premier ordre. Elle est notamment utile pour situer les auteurs qui participent du regain galant, en ce qu’ils sont aussi, bien souvent, des « fantaisistes ».

p. 154**. Et on pourrait voir dans la Sylvie de Nerval comme dans la Philine d’Albertus de Gautier, qui vient du Wilhelm Meister de Goethe, des figures d’amour épuré plus récentes et moins connues, surtout à cette date où les institutions littéraires françaises tiennent la littérature allemande à l’écart : donc des allusions élitistes.

Notes du chapitre 8

p. 157*. Voir le site de l’Académie Française : http://academie-francaise.fr (Saint-Marc Girardin)

p. 158*. Charles-Augustin de Sainte-Beuve, « Le Chevalier de Méré ou de l’honnête homme au xviie siècle », Revue des deux mondes, 1848, t. 21, p. 5-35. Son opération a été historiquement réussie, car depuis la figure de l’honnête homme a été vue à travers le binocle qu’il avait chaussé, y compris parfois en citant Méré non pas à partir de ses textes mêmes, mais d’après les citations qu’en donne Sainte-Beuve : on verra ci-dessous qu’il y a du risque à cela, et on verra ces usages en leur temps, au chapitre 18.

p. 158**. « Honnête homme, au xviie siècle, ne signifiait pas la chose toute simple et toute grave que le mot exprime aujourd’hui. Ce mot a eu bien des sens en français, un peu comme celui de sage en grec. Aux époques de loisir, on y mêlait beaucoup de superflu ; nous l’avons réduit au strict nécessaire. » (p. 6)

p. 158***. « L’honnête homme alors n’était pas seulement, en effet, celui qui savait les agréments et les bienséances, mais il y entrait aussi un fonds de mérite sérieux, d’honnêteté réelle, qui, sans être la grosse probité bourgeoise toute pure, avait pourtant sa part essentielle jusque sous l’agrément ; le tout était de bien prendre ses mesures et de combiner les doses. » (p. 7)

p. 159*. Sainte-Beuve prend évidemment et à juste titre son appui principal sur les deux Discours de Méré consacrés à l’Honnêteté. Il déclare par ailleurs qu’il ne tient pas en haute estime les Conversations de Méré. Mais ici, il réécrit celles-ci, sans le dire.

p. 160*. Non sans mélancolie d’ailleurs, comme l’avouent ses derniers mots : « Et puis, en relisant tout ceci, une pensée dernière me vient, qui remet chacun à sa place. Qu’est-ce que prétendre tirer de l’oubli ? Nous ressemblons tous à une suite de naufragés qui essaient de se sauver les uns les autres, pour périr eux-mêmes l’instant d’après. » (p. 35) Cette remarque (que trop vraie au plan général, notons-le en passant) avoue qu’au moment même où il empoigne l’épave Méré pour faire flotter sa propre vision de l’honnêteté, Sainte-Beuve ne croit pas à l’éternité de celle-ci ; mais il s’agit bien de sauver le présent. Et ce présent est bourgeois.

p. 160**. Et il lance le projet d’une nouvelle édition des Pensées : voir A. Cantillon, Le Pari-de-Pascal, étude littéraire d’une série d’énonciations, Paris, Vrin / EHESS, coll. « Contextes », 2014. [N.B. : plusieurs chapitres de ce livre, provenant de plusieurs de ses parties, ne sont accessibles que sur Internet, dans Les Dossiers du GRIHL, à ces adresses : chapitre I https://journals.openedition.org/​dossiersgrihl/​5478 (et chap. II 5479, chap. III 5475, chap. IV 5480, chap. V 5476, chap. VI 5477)].

p. 160***. V. Cousin, La société française du xviie siècle selon le « Grand Cyrus » de Melle de Scudéry, Paris, Didier, 1857 [l’avant-propos date l’entreprise de 1852], p. i.

p. 162*. V. Cousin, Du Vrai, du Beau, du Bien, Paris, Didier, 1853, Avant-propos, p. iii. Les références citées là sont : Socrate, Platon, L’Evangile, Descartes et le xviie siècle français, Royer-Collard, Chateaubriand, Staël, Quatremère de Quincy. Je rappelle que l’ouvrage est une reprise, retravaillée, des cours donnés en Sorbonne en 1817-1818, et dont une partie avait paru sous forme de Fragments (voir chapitre 4). Ses Fragments ont connu plusieurs éditions et la première occurrence du titre nouveau apparaît dès 1840 dans l’édition Hautman, à Bruxelles, des Œuvres de Cousin, qui inclut un Cours de philosophie sur les idées absolues du vrai, du beau et du bien. C’est après diverses éditions des Œuvres que le traité Du vrai, du beau, du bien, se stabilise en 1853.

p. 163*. Baudelaire, L’art romantique [éd. p. Banville et Asselineau, Paris, Lévy 1869], éd. L. Lay et J. Austin, Paris, GF, 1968, p. 99 ; note de 1853. Je rappelle qu’il lançait le projet du Hibou philosophe avec Baschet, Monselet, Champfleury et Adrien Thomas.

p. 163**. http://academie-francaise.fr. On peut y lire entre autres son éloge funèbre, avec notamment l’insistance sur ses succès qui « l’avaient fait adopter par les esprits sérieux et par le public intelligent » et ce passage : « D’honnêtes parents l’avaient élevé. La solitude bien employée, la nature bien étudiée, lui avaient révélé sa vocation. Il avait eu pour premiers maîtres Homère, Virgile, Tite-Live, l’inspirateur de sa Lucrèce, Horace, qu’il avait mis sur la scène française. C’est la muse latine qui l’avait nourri, sans cesse invoquée par le jeune poète au milieu des monuments de cette ancienne Gaule romaine où il était né. ».

p. 163***. Ainsi, Ponsard est né en 1814, Emile Augier en 1820, Alexandre Dumas fils en 1824 ; Reybaud — l’auteur de Jérôme Patureau —, né en 1799, Planche, né en 1808, Nisard, né 1806, et Sandeau, né en 1811, libéraux devenus de plus en plus conservateurs, sont des contemporains des romantiques et font transition entre les classiques et le bon sens.

p. 163****. Voir les options politiques de Hugo ou Lamartine — fût-ce au prix d’un ralliement à la monarchie de Juillet —, Vigny, et plus encore de ceux qui gravitent autour de Pierre Leroux et de George Sand.

p. 163*****. On peut, mutatis mutandis, observer les mêmes logiques dans le domaine pictural, avec des artistes comme Paul Delaroche, Alexandre Descamps et Thomas Couture. Paul Delaroche, Alexandre Descamps et Thomas Couture sont passés par les ateliers d’Antoine Gros et Abel de Pujol, sous influence néo-classique, et on voit que Delaroche, qui se spécialise dans le genre de l’anecdote historique est très vite admis à l’Institut, que Thomas Couture, acharné à obtenir un Prix de Rome ( il s’y présente six fois) se spécialise lui aussi en peinture d’histoire et fait carrière, tandis que Descamps a cherché une voie hors de l’académisme (il se fait un temps une spécialité des sujets incluant des singes) obtient la reconnaissance quand il revient à l’Histoire avec un Marius vainqueur des Cimbres.

p. 164*. Baudelaire, L’Art romantique, éd. cit., p. 295. Il y expose aussi comment Le Corsaire Satan, journal de la « fantaisie », a fait de cette appellation (« honnête ») une injure contre ceux qui attaquaient, entre autres, les romantiques.

p. 164**. Notamment avec, depuis le début du siècle, les rééditions des classiques en beaux volumes qu’assurait la maison Didot ; elles sont relayées, dans les années 1860, par la collection des Grands Ecrivains de la France chez Hachette ; nous aurons à revenir sur l’usage de plus en plus ample des rééditions.

p. 164***. La censure régnait notamment sur la presse et sur le théâtre et que si 1830 avait promis une libéralisation, le contrôle a été rétabli en 1835, puis renforcé et, après une détente en 1848, durci après le coup d’état du 2 décembre 1851. On sait que dans ces années-là, elle a fait la guerre au roman-feuilleton accusé de corrompre les esprits : voir chapitre 6.

p. 167*. Le mode de vente était l’abonnement mensuel mais avec livraisons par fascicules hebdomadaires. Le Musée a attiré toutes sortes de collaborateurs, y compris des écrivains en vogue (Balzac, Dumas) et des illustrateurs connus (Gavarni).

p. 167**. Comme la lecture était familiale, on peut estimer le nombre de lecteurs effectifs au double, au moins. Soit l’équivalent de 100 représentations dans un bon théâtre. à comparer aussi avec les recueils de poésie (on en verra des exemples plus loin) tirés à 200 exemplaires… Le Musée a connu son plus grand succès dans les années 1860 et duré jusqu’en 1900.

Notes du chapitre 9

p. 172*. Adèle d’Affry, Les Centaures d’aujourd’hui [1859], in : « Marcello », Œuvres de fiction, Fribourg, Presses littéraires de Fribourg, 2014. D’Affry, comtesse de Castiglione Colonna, issue d’une vieille famille Fribourgeoise de longue date au service du pouvoir français quand il s’exerçait là, vint s’installer à Paris en 1858. Reçue à la Cour et dans les salons, elle produit des œuvres d’art plastique et des textes de littérature.

p. 172**. Jusques et y compris, chez les plus snobs, en soulignant discrètement la distance, quand une jeune femme lance : « Vous donnez dans le style rocaille, je vous avertis que c’est passé de mode » (p. 77).

p. 172***. Th. Gautier, L’Exposition de 1859, éd. W. Drost et H. Henninger, Heidelberg, Carl Winter Univ. Verlag, 1992, p. 111. (Série de 26 articles publiés du 18 août au 10 octobre 1859 dans Le moniteur universel).

p. 173*. F. Reiset, Tableaux légués au Musée National du Louvre par le docteur Louis La Caze, Paris, Musée du Louvre, Imp. De Mourgues, 1870.

p. 173**. Elle calque l’obituaire paru le 18 octobre 1869 dans le Journal des Débat.

p. 174*. 275 ont été mises au Louvre et les autres réparties dans des musées de province, conformément à une disposition de son testament.

p. 174**. J’utilise ici les termes ‘orientation, élection et action’ et ensuite ‘transposition’ selon la théorie de la rhétorique du lecteur ( voir A. Viala, Approches de la réception, éd. cit., loc. cit.) en les transférant sur une ‘rhétorique du collectionneur’.

p. 174***.  « Le goût de M. La Caze s’est formé à une époque où l’école de David régentait l’art. Loin de subir son influence, il avait discerné ce qu’il y avait de théâtral et de convenu dans les secs imitateurs du maître, et il fut l’un des premiers parmi les amateurs à donner le signal de la réhabilitation de la nature et de la couleur, et d’un juste retour vers les charmants artistes du xviiie siècle, dont les règles et les conventions n’arrêtaient pas la verve. C’est à cette heureuse inspiration que nous devons la moisson que M. La Caze a faite des productions, maintenant sans prix, des maîtres de l’école française du siècle dernier. » (p. 77-78)

p. 175*. Ph. Burty, Catalogue de tableaux et dessins de l’école française, principalement du xviiie siècle, tirés de collection d’amateurs et exposés au profit de la Caisse de secours des artistes, Paris, Cloyes, 1860. La Caze prête 50 toiles.

p. 176*. Lord Seymour et Sir Wallace vivent alors à Paris ; au décès de Lord Seymour, en 1870, la collection passe à Sir Wallace, son fils naturel. Elle sera donnée au Royaume-Uni en 1897, par sa veuve.

p. 178*. J. Cousin, Le Tombeau de Watteau, Nogent-Paris, Renouard (L’ouvrage est financé par la municipalité de Nogent et imprimé dans cette ville par Evecque, et diffusé par Renouard), 1865. In 8°, 68 p., tirage : 500 ex. Dédicace à la Princesse Mathilde. Jules Cousin est alors un jeune bibliothécaire à l’Arsenal par la suite, il aura en charge la création de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris). Il donne une notice biographique sur la vie de Watteau, puis sur l’œuvre, puis le récit de la cérémonie d’inauguration, la liste des articles qui en ont rendu compte dans toute la presse, et la liste des souscripteurs. Dans sa biographie, il relate l’épisode où Le Pèlerinage à Cythère fut remisé au grenier pour le sauver des étudiants qui le maltraitaient (voir chapitre 1).

p. 178**. Il est passé un temps à la direction de la Comédie Française, puis a eu le poste d’Inspecteur des Musées Nationaux de province : l’arrivée au pouvoir de la fraction sociale dont L’Artiste était une revue de référence a servi les auteurs qui portaient la revue. Le régime impérial avait le souci de les attirer ; le salon de la Princesse Mathilde a joué un rôle-clef à cet égard (v. Bourdieu, 1992).

p. 178***. Le discours d’Arsène Houssaye se construit pour sa part, au nom de l’esprit français, sur un parallèle entre Watteau et Molière ; Watteau panthéonisé c’est aussi Watteau classicisé. Au passage, outre qu’il prend soin de dédouaner Watteau de toute immoralité (« Jamais une œuvre immorale ou même équivoque ne souilla son pinceau ». (p. 19 : pas de galanterie libertine), il revendique le mérite d’avoir été le premier à reconnaître les mérites : chacun tire toujours un peu à soi le drap mortuaire (la redécouverte de Watteau a été, on l’a vu, plus précoce, plus longue et plus complexe), et puisque Watteau se trouve désormais placé au pinacle, se l’approprier c’est s’y jucher aussi.

p. 178****. Son efficace en la matière repose sur le fait qu’elle égrène la longue liste des souscripteurs, où les représentants des institutions chaperonnent les notables, et la liste impressionnante des journaux et revues qui ont célébré cette inauguration, notamment les périodiques de la plus large diffusion (La Presse, Le temps, L’Illustration…).

p. 179*. Catalogue du Musée Impérial du Louvre en 1855, Paris, De Mourgues. Villot avait été l’ami de Delacroix. Il prend soin de signaler que cette pièce de réception vient du Musée Napoléon (Ier) sans indiquer qu’auparavant elle était conservée par l’Académie, et a rejoint le Musée à la suite de la suspension de celle-ci. Comme s’il s’agissait d’oublier les effets de la Révolution (du coup, un autre historiographe éprouve peu après le besoin de rétablir ce détail en faisant l’histoire de l’Académie : Louis Vitet, L’Académie royale de peinture et de sculpture, étude historique, Paris, Lévy, 1861.

p. 179**. La notice de Lancret dit, à propos de ses Quatre Saisons, qu’elles sont « dans la façon de Watteau » (p. 193), et qu’on a pu parfois confondre les deux peintres, et Pater est défini, plus directement encore, comme disciple de Watteau (p. 255).

p. 179***. F. Villot, Notices des peintures, sculptures et dessins exposés dans les galeries du Musée Impérial du Luxembourg, Paris, De Mourgues, 1864. Il reproduit notamment une note adressée par M. de Chennevières, administrateur des Musées Nationaux en charge du Luxembourg, au ministre des Beaux-Arts, et approuvée par lui, où les fonctions du Musée sont définies comme celles de faire connaître les œuvres au public et surtout de permettre à des artistes de se former en imitant les peintures présentées là.

p. 181*. A. Trichon, « Les fêtes du centenaire de Rameau », L’Univers illustré, 1864 (gravure).

p. 181**. Ch. Poirot, Notice biographique sur Jean-Philippe Rameau, Dijon, Decailly, 1864. Th. Nisard, Rameau, Paris, E. Reps, 1867.

p. 181***. L’Académie de peinture a longtemps été travaillée par un conflit entre les « brevetés » et les « maîtres ». Sans en refaire ici l’historique, j’emploie par commodité — le soin de l’endogène n’étant pas un enjeu à cet échelon du propos — sans les rattacher sens à leur sens institutionnel de jadis, « brevet » et « maître ou maîtrise » en leur sens moderne, pour désigner l’usage expert des procédés de l’art,

Notes du chapitre 10

p. 185*. Sa première rédaction remonte à 1837 ; il a paru en revue, par fascicules en 1850 ; il est édité en volume en 1866 chez Lévy. Il aura dans les années suivantes quatre rééditions, signe qu’il se vendait bien.

p. 185**. Préface d’Edouard Thierry, qui était alors administrateur de la Comédie Française, poste dans lequel il avait succédé à Arsène Houssaye.

p. 185***. Houssaye a écrit l’Histoire du 41e fauteuil de l’Académie Française (1855, rééd. 1864) en imaginant ce qu’aurait pu dire à leur réception tous les grands écrivains qui n’y ont pas été reçus.

p. 187*. Elle regroupe alors, en de gros et grands volumes savants, Corneille puis Racine, Molière, La Fontaine, La Rochefoucauld, ensuite Mme de Sévigné et Pascal (édition Brunschvicg).

p. 187**. Pseudo-roman de cape et d’épée situé sous Louis XV et assez innocent ; l’époque Louis XV était en alors vogue non seulement dans les milieux snobs, pour son rococo, on l’a vu, mais plus largement pour son libertinage, on le verra. Montépin est alors avec Paul De Kock le romancier le plus prolixe et le plus vendu.

p. 188*. Baudelaire, L’art romantique [Ed. p. Th. De Banville et Ch. Asselineau, Paris, Lévy, 1859], Paris, G.-F, 1968, p. 258. p. 255. Il prend appui sur une comparaison avec J. Chalon, « le peintre des fêtes d’après-midi dans les parcs, galant comme Watteau ».

p. 189*. Mélancolie qui peut générer l’ironie : chez Baudelaire comme chez Nerval, la référence galante est souvent liée à la déception, qui à son tour engendre le mode ironique, notamment à propos de CythèreNerval, dans son Voyage en Orient, ne trouve qu’un gentleman qui tire des bécasses, et Baudelaire ne voit qu’un gibet.

p. 193*. J. Gay, Iconographie des estampes à sujets galants et des portraits de femmes célèbres par leur beauté, indiquant les sujets, les peintres et les graveurs de ces estampes, leur valeur et leur prix dans les ventes, les condamnations et prohibitions dont certaines d’entre elles ont fait l‘objet, etc., par M. le Comte d’I*** [Jules Gay], Genève, Jules Gay et fils, 1868, in-8°, VIII-729 p. L’« Avertissement » précise que le livre s’adresse aux « curieux ».

p. 193**. Chaque pièce est identifiée avec, au besoin, une description, et les dates de réalisation ou, pour les plus anciennes, leurs traces dans les catalogues de vente.

p. 193***. Le volume suit un ordre alphabétique qui se fonde aussi bien sur les titres d’œuvres que les noms de personnages et les noms d’artistes. De sorte que, par exemple, Adam et Eve voisinent avec — effet du prénom — Agnès Sorel.

p. 193****. Foule de gravures sont aussi tirées des pièces de la vente de la collection Vèze que nous avons vue au chapitre 5.

p. 194*. Si le titre La Partie carrée avait été adopté, le caractère de fête galante affiché, c’eût été, mettre en avant l’imitation, plutôt que la proposition de faire du nouveau à partir des données acquises auprès des artistes du passé. Alors que l’opération consiste bien à faire entrer les données de l’art galant dans le spectre de l’œuvre. Ainsi présentes mais non déclarées, elles la hantent. Elles sont mises au service d’une scène de genre qui donne à saisir un instant présent. Pour autant il ne s’agit pas tant d’un réalisme, ni non plus de l’impression d’un instant (Manet n’est pas « impressionniste » même s’il a soutenu les jeunes peintres qui seront, plus tard, rangés sous ce nom), que de la conjonction d’un état de l’art et d’un état de société — où la baignade s’est répandue.

p. 195*. E. Pelletan, La Nouvelle Babylone. Lettres d’un provincial en tournée à Paris, Paris, Pagnerre, 1862, p. 359. Le provincial est un notaire, et la brochure un réquisitoire contre les aménagements haussmaniens.

p. 195**. E. Pelletan, La Décadence de la monarchie, Paris, Dubuisson, 1860, p. 73.

p. 195***. Pelletan, La Famille. La mère, Paris, Librairie internationale, 1865. Le Prologue met en scène un dialogue entre lui et une jeune femme mariée progressiste. Il estime que les femmes ont des droits, est prêt à leur accorder le suffrage, mais estime que leur raison est plus « molle » que celle des hommes.

p. 196*. A. Glatigny, Les Flèches d’or, Paris, Henry, 1864. Le recueil connut deux éditions autres éditions, toutes deux chez Lemerre, l’une en 1870, l’autre, posthume, en 1879, qui incorpore des Distiques galants.

p. 196**. Benserade était le poète fournisseur attitré pour les ballets de Cour de Louis XIV, un auteur-vedette de la première génération galante. Un autre vers, Vous reviendrez, Ô nobles Dorimènes ! », fait entendre, à côté de Benserade, un écho de « la marquise qui se nomme Dorimène » du Bourgeois gentilhomme, pour qui M. Jourdain tient à se faire galant (voyez La France galante).

p. 196***. Selon la notice d’Anatole France en tête de l’édition Lemerre, son père était un ouvrier (qui s’était fait gendarme) et il a été apprenti, puis comédien, et ses idées politiques restaient attachées à ses origines populaires. Glatigny s’est dit — et a été considéré comme — romantique ; on voit qu’ici il ne s’inscrit pas dans cette perspective.

p. 198*. Hippolyte Fortoul, séide de Louis-Napoléon, nommé en 1852. Pour complaire aux catholiques, que le régime voulait se concilier, et renforcer l’ordre moral, il avait supprimé les agrégations d’histoire et de philosophie, matières trop propices à nourrir des débats et avait révoqué Cousin, Michelet et Quinet, l’un trop orléaniste, les autres trop libéraux (c’est alors que Cousin tomba malade et se mit à lire le Cyrus, de la façon qu’on a vue). Il avait aussi créé dans les lycées une filière scientifique.

p. 198**. En même temps, pour répondre aux besoins de l’économie, il crée un enseignement secondaire « spécial », sans latin, tourné vers les disciplines techniques et de gestion, et pour répondre à un besoin social, il ouvre cette filière spéciale aux jeunes filles, qui accèdent ainsi au niveau secondaire.

p. 199*. Par son usage constant du modèle galant, Banville a un apport déterminant ; il en montre à lui seul les variations. Le beau Léandre, comédie en un acte et en vers. Création au Théâtre du Vaudeville le 27 septembre 1856, éd. Paris, Lévy, 1856, rééd. 1868).

p. 199**. Dont le plus frappant réside sans doute dans le duo des deux sœurs Ninon et Ninette d’à quoi rêvent les jeunes filles, écho de Clarisse et Hortense dans La Méprise.

p. 200*. Cette précocité tient sans doute au capital culturel familial, légué par un père féru de xviiie siècle, on l’a vu (et son grand père féru de Carmontelle). Aussi, à capital scolaire égal, il pouvait être plus vite que ses collègues versé dans les références galantes.

p. 201*. Créée le 1er décembre 1830 — soit dix jours avant les 20 ans de l’auteur, précocité remarquable, même si la pièce était programmée comme un simple lever de rideau — elle a fait un four ; comme la seconde représentation du lendemain, qui fut vraiment seconde puisqu’il n’y en eut point d’autre.

p. 201**. Sur les catégories du lecteur/spectateur potentiel, supposé et effectif, voir ici encore : A. Viala, « La rhétorique du lecteur », in G. Molinié et A. Viala, Approches de la réception, Paris, PUF, 1993, pp. 199-202. Ces catégories sont indispensables à une analyse d’ordre sociopoétique ; elle transforment l’idée d’« horizon d’attente » en réalités actives : ici, il est patent que les œuvres concernées, par les genres dont elles relèvent et par les supports de leurs publications, participent d’un marché à domination masculine, ce qui a évidemment un effet déterminant sur les images féminines qui y sont tenues pour « normales ».

p. 201***. Certes la notoriété acquise par Musset, son ralliement à l’Empire qui le case enfin, et sn décès contribuent à expliquer que ses pièces viennent enfin sur scène ; mais on doit relever que ce n’est pas le cas pour toutes : Lorenzaccio attendra encore longtemps. Le Musset qui accède alors à la représentation est celui qu’on peut appeler « Musset galant » ; c’est pourquoi il était méthodologiquement utile de placer ces analyses dans cette période-ci après avoir mentionnées ces pièces à leurs dates de création.

p. 202*. Ce sont les termes d’un compte rendu du très sérieux, très moral et très influent critique Jules Lemaître à l’occasion d’une reprise en 1886 (Le temps, 11 oct. 1886). à noter que Lemaître a été ensuite collègue de Halévy et Meilhac à l’Académie française, où ils sont entrés en 1886 et 88 ; signe qu’on les prenait assez au sérieux comme auteurs pour les y élire, et qu’au-delà de la caricature, ils rejoignaient le Bon Sens. Mais, comme dit Ménélas dans un air célèbre de La Belle Hélène « n’anticipons pas… »

p. 202**. Au Théâtre du Gymnase, 30 octobre 1869, éd. Paris, Lévy, 1870.

p. 202***. On mesure la différence entre une Gilberte-Froufrou et une Emma Bovary. Chez Flaubert, pas une once de galant, même chez les séducteurs. Même le bal, qui réécrit Balzac et pas La Fayette.

p. 203*. Il faudrait toute une étude sur les styles d’ameublement et de décoration, très mêlés au xixe siècle, et où des imitations d’un style Louis XV supposé chic ne signifient pas que l’héritage culturel du xviiie soit assumé comme tel : dans des milieux de moyenne bourgeoisie, si une mode de décoration existe, elle ne signifie pas une adhésion aux valeurs qu’elle portait jadis.

p. 203**. Un cas significatif est fourni par l’énorme succès de La Belle Hélène. La salle du Théâtre des Variétés jaugeait un peu moins d’un millier de places : on peut donc estimer que la pièce a fait près de 150 000 entrées, succès considérable. Mais il faut considérer que la pièce a drainé des provinciaux et que certains spectateurs sont venus plusieurs fois. Aussi, si l’on rapporte ce chiffre à la population de Paris à cette date, soit environ un million et demi d’habitants, cet énorme succès ne concerne qu’une petite minorité. Ces proportions brutes ne rendent certes pas compte du rôle de faiseurs d’opinions que pouvaient détenir ces spectateurs et les journaux dont ils constituaient la clientèle ; du moins rappellent-elles le besoin de relativiser.

Notes du chapitre 11

p. 205*. Lemerre s’était lancé en 1865, à petite échelle, et publiait d’abord de la poésie dont le Parnasse contemporain. Il avait entrepris en 1868 une série de rééditions de classiques pour toucher un public plus large, mais en février 1869, évidemment, l’opération n’a pas encore porté ses fruits.

p. 205**. On verra dans un instant les réactions des critiques. En ce qui concerne les lecteurs effectifs autres que ces professionnels, on ne sait guère : l’ouvrage a été envoyé, selon l’usage, à des confrères mais seul Victor Hugo a répondu, un mot de civilité, et parmi les acheteurs en librairie, qui furent rarissimes, on sait seulement qu’il y eut Rimbaud, qui en fait état dans une lettre.

p. 206*. Je rappelle que j’utilise ici les modes d’analyse de la « rhétorique du lecteur » tels qu’ils sont exposés dans Approches de la réception (éd. cit., II, 1) ; je distingue donc l’ « élection » - le fait de décider de lire un texte, l’ « orientation» de la lecture — ses buts, ses escomptes : se documenter, se distraire, etc., la « transposition » — les modalités mentales et verbales de le lecture, l’ « action » — les actions concrètes de la lecture : lire d’un trait ou par fragments, à partir du début ou par consultation, etc., et enfin la mémoire — les suites, réinvestissements : prendre des notes, citer, etc.

p. 206**. Il suffit de comparer, par exemple, aux 7 f. le volume de L’Homme qui rit.

p. 206***. Je rappelle que l’ensemble compte 412 vers en tout, en 22 poèmes, soit une moyenne de moins de 20 vers pour chacun.

p. 207*. De journal d’opposition à sa création, quarante ans plus tôt, Le Figaro était devenu à cette date le quotidien de la bonne bourgeoisie.

p. 207**. 20 en 412 vers, y compris le noir et le blanc et même simplement le ciel supposé bleu et les pâleurs supposées blêmes. Et 8 poèmes (sur 22 ne comportant aucune indiction de couleur.

p. 207***. 8 poèmes sur 22 encore, qui d’ailleurs ne coïncident pas avec les 8 incolores.

p. 208*. Il est arrivé à des commentateurs plus modernes de s’y hasarder, ils ne convainquent nullement : H. Bornecque, Lumières sur les Fêtes galantes de Paul Verlaine, Paris, Nizet, 1959. Même Cortège, que les comptes rendus d’époque citent volontiers et qui semble échapper à l’effet d’esquisse puisqu’il exhibe une touche de couleur éclatante, une des deux plus vives du recueil, avec « un négrillon tout rouge » et qu’il localise les positions (« devant elle », etc.) : l’œuvre de Watteau comprend certes des enfants noirs et des singes, mais pas cette composition-là. La référence à Watteau n’est donc bien que suggestion.

p. 208**. Il la qualifie de « fort bizarre » (Lettre du 25 août 1870 à son professeur Georges Izambard).

p. 209*. D’autant que viennent ensuite les oiseaux qui « rêvent », ce qui implique pépiements ou chants, et des jets d’eau qui sanglotent.

p. 211*. La recherche de l’effet musical n’est évidemment pas la seule quête du recueil : il offre aussi, en particulier, un travail sur les correspondances. Celui-ci se lit dans la thématique mais aussi dans un traitement légèrement décalé du lexique et de la syntaxe, qui rapproche, voire fond ensemble, des données usuellement séparées. Il rejoint l’effet de flou (les ordres sensoriels se confondent : dans l’exemple de Clymène, la voix devient une vision) mais aussi l’effet musical en ce qu’il abrège l’énoncé, donc en augmente la vitesse et participe ainsi au déroulé de la mélodie.

p. 212*. Rappel, juste au cas où : si le poétique réside dans les images, la poésie, elle, tient avant tout au travail de la langue et de ses sons (sans revenir sur Jakobson et la « fonction poétique »).

p. 214*. Verlaine l’atteste, puisque le deuxième vers de Clymène, « Romances sans paroles », est devenu les titres de son recueil de 1874 (avec, dans l’intervalle La Bonne Chanson ; mais dans ce titre, l’adjectif renvoie à un sujet, le mariage, et donc la référence musicale reste limitée). On peut dire qu’il a radicalisé là un mouvement qu’il avait engagé avec ses Fêtes galantes. On peut aussi citer Jadis et naguère, en 1884 (où le personnel des fêtes galantes est présent, notamment dans Les uns et les autres) pour son Art poétique où Verlaine revendique « de la musique avant toute chose » : tout cela est déjà, patent, dans les Fêtes galantes, y compris « l’impair » et « la chanson grise / Où l’Indécis au Précis se joint ». Mais au fond nul besoin d’introduire de l’anachronisme, si court soit-il, pour voir ici le rôle de la musique.

p. 214**. La critique et la théorie littéraires se sont assez peu intéressées aux modes et registres, et pourtant elles en feraient profit. Rappelons qu’il s’agit d’alliages de sujets et de manière en vue de certaines émotions ( l’épique et l’admiration pour les exploits guerriers, le polémique et l’indignation, l’élégiaque et la tristesse, etc.). Il y a eu quelques bons livres là-dessus, dont une série chez Gallimard dans les années 2000.

p. 215*. Notons ici qu’il est possible — mais on ne sait au juste — que Verlaine ait vu des tableaux de la collection La Caze, lors d’un de leurs prêts ou dans une visite ( mais non au Louvre, pour d’évidentes raisons de chronologie) ; nous savons que circulaient aussi alors nombre de gravures. Si l’on (s’en) tient à la référence picturale, on sait Watteau travaillait vite et, pour hâter sa touche, allongeait ses couleurs de beaucoup d’huile siccative : la rançon en a été que la matière de ses toiles se craquèle et ternit vite. Les restaurations qui en ont pu être menées à bien redonnent à voir aujourd’hui (on les verra) des notes vives, des nuances riches, des moirés diaprés. Peut-être que ces touches fendillées et ces teintes éteintes, dans leur impression d’affadi, ont suscité la faiblesse de coloris des Fêtes galantes.

Notes du chapitre 12

p. 222*. Myrtil, Mezzetin, Aminte, Chloris etc., entourés de Bergers et de Masques, jouent dans « un parc de Watteau, vers une fin d’après-midi d’été ». Ils jouent aux chaises musicales entre les couples amoureux. Au final, ils célèbrent en chœur l’amour vainqueur et la vie opportune comme aurait dit Clair de lune, « les vers et la joie de friper les jupes de soie » comme ils disent, et « la morale la meilleure [qui] est d’oublier l’heure ».

p. 222**. Ce recueil inclut d’ailleurs les textes saphiques d’abord publiés, en parallèle des Fêtes galantes, dans Les Amies (voir chapitre précédent).

p. 222***. Entreprise longue et complexe qui est menée pour l’éditeur Charpentier et qui aboutit, pour ce qui concerne la poésie, à une publication en 2 volumes et 1875 et 1876, reprise dès 1877.

p. 222****. Poésies de Th. Gautier qui ne figureront pas dans ses œuvres : Impr. particulière [Poulet-Malassis], 1873, In-16, VI-84 p., 1 portrait.

p. 223*. Certains ont paru dès 1864 dans le Parnasse satyrique édité clandestinement par Poulet-Malassis.

p. 223**. à partir des « nymphes et courtisanes » du Titien, il fait l’éloge de la « tache fauve » des poils pubiens.

p. 223***. écrit en 1852 à l’occasion des obsèques du Maréchal Gérard, un soldat de Napoléon rallié ensuite et qui devint maréchal pour avoir conduit l’expédition qui aida à l’indépendance de la Belgique. On lui fit de funérailles nationales, sur une musique épique commandée à Reyer, que Gautier s’empresse de détourner. J’en rappelle les paroles – au mois le début :

Cent mille poux de forte taille
Sur la motte ont livré bataille
A un nombre égal de morpions
Portant écus et morions.

Transpercé, malgré sa cuirasse
Faite d'une écaille de crasse,
Le capitaine Morpion
Est tombé mort au bord du con.

Etc. On cherche son cadavre, on ne voit que son fantôme (tiens) ; on lui dresse un cénotaphe…

Un vit sur la place Vendôme,
Gamahuché par l’aquilon,
Décalotte son large dôme
Ayant pour gland Napoléon.
Veuve de son fouteur, la Gloire,
La nuit dans son con souverain,
Enfonce — tirage illusoire ! —
Ce grand godemichet d’airain.

Dieu fit le con, ogive énorme,
Pour les chrétiens,
Et le cul, plein-cintre difforme,
Pour les païens ;
Pour les sétons et les cautères,
Il fit les poix,
Et pour les pines solitaires,
Il fit les doigts.

p. 223****. 

Que les chiens sont heureux !
Dans leur humeur badine,
Ils se sucent la pine,
Et s’enculent entr’eux ;
Que les chiens sont heureux !

p. 223*****. 

Rêveur, Scapin
Gratte un lapin
Sous sa capote

Colombina,
Que l’on pina !–
Do, mi – tapote

L’œil du lapin
Qui tôt, tapin,
Est en ribote.

p. 224*. Il compose ces poèmes quand il se fixe à Paris au début des années 1880 : signe qu’il sent la tendance du moment.

p. 224**. Qui vient du galant Poème en habit zinzolin de Banville [1842], Poésies, Paris, Lemerre, 1873.

p. 225*. Dans les interprétations récentes de ce morceau, et quoique le rythme me semble un peu enlevé, la version de Ian Anderson / Jethro Tull / Neu Harmonia Frankfurt (2005) propose un remarquable travail de la flûte en une adaptation qui fait vivre la mélodie.

p. 226*. Montesquiou fut, comme on sait, un des modèles du Charlus de La Recherche du Temps perdu), comme la comtesse (un modèle d’Oriane de Guermantes.

p. 228*. Elles ont été composées entre 1834 et 1838, publiées en 1841, et modifiées progressivement ensuite jusqu’en 1856. Dans leur version initiale, elles étaient conçues pour une voix (mezzo-soprano) accompagnée au piano ; par la suite, Berlioz ajouta des éléments d’orchestration et différencia les voix.

p. 228**. Sagesse a été publié par un éditeur qui ne se définit pas comme purement littéraire, la Société générale de librairie catholique : signe que le courant catholique pouvait trouver intérêt au ralliement d’un poète connu comme sulfureux.

p. 228***. Verlaine, Les Poètes maudits, Paris,Vanier, 1884, avec 3 gravures à l’eau-forte (vendu 1f.) ; rééd. augmentée la même année, et rééd. augmentée d’un second volume, en 1888. Je rappelle que le premier volume traite de Mallarmé, Corbière et Rimbaud, et le second leur ajoute Villiers de l’Isle Adam, Marceline Desbordes-Valmore et Verlaine lui-même.

p. 228****. En France, au xixe siècle, chaque génération en produit un texte emblématique, du Chatterton de Vigny au Crapaud de Corbière et passant par L’Albatros de Baudelaire.

p. 228*****. Paris, Vanier, 1886. La réédition en elle-même montre qu’il existait une audience ; son tirage à 600 exemplaires, s’il constitue un progrès en regard des 350 de l’édition initiale, montre qu’elle était étroite.

p. 228******. Les Illuminations. Notice par Paul Verlaine, Paris, Publications de La Vogue, 1886. Il donne ensuite Illuminations et Une saison en enfer en 1892, chez Vanier.

p. 229*. à cet égard, la similitude de sa situation avec celle Fauré éclaire peut-être leur rôle pionnier. Celui-ci vient de la toute petite bourgeoisie et a eu une formation non pas par la voie du Conservatoire mais dans une école tournée vers les applications pratiques de la musique – lorsqu’il a été ensuite nommé professeur au Conservatoire, il s’y est comporté en tyran dit-on, et on pourrait se demander si se jouait là pour lui une forme de compensation….

p. 229**. Merci à Nicolas Donin pour sa relecture.

p. 230*. On peut noter à cet égard les différences entre Debussy et Fauré : outre leurs débuts l’un par la Pavane l’autre par des compositions sur des poèmes de Verlaine, leur choix des recueils sources d’inspiration a du sens puisque Fauré s’inspira de La Bonne Chanson, et que Debussy privilégie les Fêtes galantes et les Ariettes oubliées.

p. 231*. Cas particulièrement typique de brevet de maîtrise artistique puisqu’il donne les Chansons grises en 1893 (Paris, Heugel), recueil de sept mélodies sur des poèmes de Verlaine (de divers recueils, mais avec En sourdine) alors qu’il est âgé de dix-sept ans seulement.

p. 231**. Qui est donné en 1888 à La Madeleine lors d’une messe de funérailles. Le public pouvait en être mondain – La Madeleine, c’est une église des riches –, les circonstances et tonalités sont entièrement différentes, l’audience d’une messe de funérailles est, dans son principe, plus ouverte que celle d’un concert de salon — on peut y trouver des prêtres et des vieilles dévotes que ne salonnent pas. Cette influence catholique éclaire le choix de Fauré quand il adapte le Verlaine de La Bonne Chanson.

Notes du chapitre 13

p. 237*. Exogène, inventé après-coup, et sans substrat scientifique, le nom de Belle époque donne parfois lieu à des discussions de délimitation : faut-il la faire commencer en 1896, en 1876 ?... Ici, l’intérêt est, plutôt que de tracer une périodisation positiviste, de déconstruire ce que cette appellation engage comme visions : aussi j’envisage les décennies comprises entre les guerres de 1870 et de 1914, selon que s’impose le constat que nombre de questions sont permanentes durant ce temps.

p. 237**. Je reprends l’expression « Paris capitale du xixe siècle » à Walter Benjamin, Paris capitale du xixe siècle. Le livre des passages [1924-1939] (Paris, Ed. du Cerf, 1997). Benjamin ne participe pas du mythe de la Belle époque

p. 238*. A. Esquiros, Les Vierges folles, rééd. Le Dentu, 1873, Avertissement, (s.n., daté du 03-01-1873). Esquiros est alors député d’extrême-gauche ; l’Avertissement peut être de lui-même aussi bien que de l’éditeur), p. 3. Sur les Vierges d’Esquiros, voir chapitre 4.

p. 238**. O. Uzanne, Les Parisiennes de ce temps en leurs divers milieux, états et conditions : études pour servir à l’histoire des femmes, de la société, de la galanterie française, des mœurs contemporaines et de l’égoïsme masculin, Paris, Mercure de France, 1910 [une première version en 1894 : La Femme à Paris, nos contemporaines : les Parisiennes de ce temps dans leurs divers milieux, états et conditions, Paris, May et Motteroz, p. 429. On note bien sût son emploi de « galanterie française ». On note aussi que le mot « femme galante » tend à désigner alors aussi bien les cocottes qui ne se cachent pas de l’être. il signale que « la plupart [des femmes galantes] sont issues du peuple » ( il fait référence à Nana, p. 418).

p. 238***. Dr Charles Mauriac, Les Maladies vénériennes dans la ville de Paris, Paris, Delahaye, 1875. Selon ses statistiques, 733 de ces vénériens ont été contaminés par des « filles en carte » et 2364 par des prostituées clandestines : ravages sanitaires de la prostitution, surtout non-déclarée ; ravage qui s’étend au-delà des clients puisque plus d’un quart des cas (5008-3099) ne peuvent provenir que la contamination diffusée par les mâles vérolés.

p. 238****. François Carlier, Les deux prostitutions, Paris, Dent, 1887. Commissaire, il a été chef de la brigade des mœurs sous Napoléon III. Il inclut dans son analyse la prostitution masculine : voir aussi Régis Revenin, Homosexualité et prostitution masculines à Paris, 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005.

p. 238*****. La Fédération abolitionniste internationale contre la prostitution règlementée, est fondée en 1875. En 1884, l’ouvrage de l’abolitionniste Léo Taxil, La Prostitution contemporaine. étude d'une question sociale, Paris, Librairie populaire (664 pages vendues bon marché : 5f.) est poursuivi en justice et condamné, au prétexte que les gravures qui ornent le livre sont jugées obscènes.

p. 238******. Voir notamment Alain Corbin (Les Filles de noce, éd. cit., en particulier sa caractérisation de la période 1870-1914 par un renfort de médicalisation, de répression et de moralisation). Les mêmes pratiques ont lieu en province, mais Paris, par son rôle de capitale politique et culturelle internationale, concentre une activité plus intense. Sur la continuité de cette situation parisienne, voir chapitres 3 et 4.

p. 239*. Pour les arts, voir notamment le catalogue de l'exposition Splendeurs et misères :la prostitution à Paris, 1850-1910, Paris, Musée d’Orsay-Flammarion, 2015.

p. 239**. Je rappelle que le Littré (1872-1877), en inventoriant la gamme des sens du mot « galant », place, aussitôt après l’agrément dans les manières, la « femme galante », qui « a des commerces de galanterie ». L’expression reste de bon ton, mais le sens est clair. Je rappelle aussi que Littré, avec ses boîtes à fiches qui mobilisent toute la famille (voir E. Littré, Comment j’ai fait mon dictionnaire, 1ère éd. dans Études et glanes, Paris, Didier, 1880) représente l’état de la langue telle que l’employait alors la bourgeoisie instruite.

p. 239***. Ainsi Uzanne (Les Parisiennes de notre temps, 1910) inventorie (p. 418-429) la basse prostitution des rôdeuses, pierreuses et gigolettes, la prostitution moyenne des actrices et femmes entretenues, et, tout en haut, les courtisanes de luxe, « les « Phrynées actuelles, les hétaïres, les grandes cocottes » (autant dire, même s’il n’en cite pas les noms, Liane de Pougy ou la Belle Otero ou encore Laure Hayman — qui, pour les férus de Proust, a peut-être inspiré le personnage d’Odette…). Il garde l’idée des « femmes galantes » ; cependant, variante qui vaut signe de crise, il relève qu’elles ne se dissimulent plus.

p. 240*. Chose bien établie notamment dans : A. Franklin, La Civilité, l’étiquette, la mode, le bon ton, Paris, Emile-Paul, 1898.

p. 241*. Paris, Éditions Didot, 1903. Par sa généalogie éditoriale, l’ouvrage s’inscrit dans la lignée de l’Almanach du Commerce de Paris créé en 1796 par l’abbé (constitutionnel) Bottin, sorte de Pages Jaunes ou de Kompass de l’époque, poursuivi par l’Almanach puis, à partir de 1853 l’Annuaire du Commerce de Didot : celui-ci disait avec qui il était possible de commercer dans l’économie marchande, le Bottin mondain, imitation française du Who’s who, dit avec qui il est bon d’entretenir commerce dans l’économie symbolique.

p. 241**. Le débit des manuels par dizaines de milliers d’exemplaires indique bien qu’il ne s’agit pas de l’élite restreinte, et leur insistance sur les codes épistolaires (voir notamment A. Montandon et alii., Pour une histoire…, éd. cit., p. 329-330) suggère un degré d’instruction moyen, assez élevé pour nourrir la pratique sociale de l’écriture mais pas assez pour en maîtriser les nuances. Outre les travaux d’Alain Montandon déjà cités, politesse et savoir-vivre ont donné matière à foule d’ouvrages historiques et théoriques. Parmi les théoriques, citons notamment Denis Duclos, De la civilité : comment les société apprivoisent la puissance, (Paris, La Découverte, 1993) qui voit dans les rituels un « liant caché », « une façon d’apprivoiser la Parenté, l’état, la Règle » (mais ne pourrait-on envisager aussi l’inverse ?), et Camille Perrot, La Politesse et sa philosophie (Paris, PUF, 1996) pour qui la politesse n’est pas la version humanisée de l’instinct, ni un produit purement historique, mais une façon de considérer l’existence humaine et une une façon de penser. Parmi les historiques, citons notamment : Robert Muchembled, La Société policée, Paris, Le Seuil, 1998, Frédéric Rouvillois, Histoire de la politesse de 1789 à nos jours, Paris Flammarion, 2006, Didier Manseau, Une histoire du bon goût, Paris, Perrin, 2014 (pour le xixe siècle, il distingue une phase 1830-1870 et une autre de 1870 à 1914, « apothéose de la théâtralité mondaine ».

p. 241***. Ainsi notamment, outre la baronne Staffe et la baronne d’Orval (voir ci-dessous), la comtesse Dash (pseudonyme de la vicomtesse de Saint-Mars) et son Comment on fait son chemin dans le monde, code du savoir-vivre en 1868, Mme de Watteville, Le Monde et ses usages, Paris, Hennuyer, 1887 et la comtesse de Magallon, Le Guide mondain, Paris, Larousse, 1910. Voir Annexe A, et Annexe B, ditto.

p. 241****. L’une imitant l’autre, ou plutôt la reprenant, comme l’avouent les titres (Usages du monde pour l’une Usages mondains pour l’autre) qui se ressemblent autant que les tables des matières. Après le mariage suivent, dans les deux : les visites, la conversation, les dîners, bals et soirées, la jeune femme, la jeune fille, le « véritable gentleman », les domestiques, puis les autres grandes étapes de la vie (naissance et baptême, communion, décès). Staffe est un peu plus théoricienne, d’Orval plus attachée aux détails pratiques. La différence se fait sentir dans leurs plans à propos de la correspondance, placée sitôt après les rapports avec les domestiques chez Staffe, et en fin de volume chez d’Orval. Sur le détail de leurs ancrages sociaux (Staffe est liée au bonapartisme et au boulangisme, D’Orval au royalisme), v. Annexe B, Civilité….

p. 242*. En témoigne la traduction du Socialisme de l’abbé Nicatre (Le Socialisme, trad. de l’italien par l’abbé J.-J. Leleu, Bruxelles-Paris_Genève, Société Belge de Librairie-Palmié-Tremblay, 1890), diatribe contre Marx, Proudhon, Rousseau pour « réfuter les utopies socialistes » (p. XXIV), en particulier celle de l’égalité, au nom du principe que « l’injustice des conditions est une loi universelle » (p. 179) ; elle atteste de la crainte que la loi sur le divorce ne contamine toute l’Europe, et affirme que si les femmes, désormais, font des livres, lisent des romans, réclament de faire des études et revendiquent même l’égalité politique, bref, si la femme « cherche à devenir l’égale de l’homme, par une tendance à imiter jusqu’au ridicule le sexe masculin » (p. 175) cela ne peut conduire qu’à des « extravagances et immoralités « (p. 176).

p. 242**. Lambert, ouvr. cit., p. 264 ; Staffe, p. 264-265 ; D’Orval, p. 249 : « Les bustes des danseurs en doivent en aucun cas se trouver en contact ».

p. 243*. Naquet siège alors à l’extrême gauche ; il y a voisiné avec Esquiros et Pelletan. Il tournera ensuite boulangiste.

p. 244*. Révélateur à cet égard, l’ouvrage de Ludovic Cellier sur La Galanterie au théâtre (Paris, Rouveyre, 1875) : il passe en revue les pièces des 50 années écoulées qui traitent de l’amour et des femmes en les classant selon les figures féminines de : la papillonne (coquette), la maîtresse, la femme adultère, la courtisane ( y compris sa version « crampon »). Corrélée au titre, cette galerie dit assez quel sens banal et généralisé à tout comportement hors de la norme bourgeoise pouvait avoir pris le mot de galanterie.

p. 246*. Le xviiie siècle galant et littéraire, Bruxelles, Kistemaekers, 1887 (-1891). La revue refuse la vente par fascicules séparés. Elle mêle des rééditions de romans libertins (tel Mes Fredaines de Nerciat) et des articles divers pour, sous l’égide des « légères mascarades des Longhi, des Watteau, des Pater et des Lancret et Fragonard » (vol. I, p. 2), faire voir « le xviiie siècle littéraire et galant, où sont écloses les fleurs les plus exquises de notre herbier national » (p. 5).

p. 246**. Le Musée Galant du dix-huitième siècle, chefs-d'œuvre de Beaudouin, Boilly, Boucher, Debucourt, Fragonard, Greuze, Lancret, Lawreince, Moreau, Régnault, Les St Aubin, Shall, Watteau, etc., etc., Paris, G. Charpentier & E. Fasquelle, 1896. Facsimilés d'estampes originales en noir et en couleurs 9 albums luxe, in-4 oblong.

p. 247*. Ce qu’on pourrait appeler le Montépin seconde manière, dont venait de paraître Les Enfers de Paris (Paris, Benoist, 1874) avec une figure d’entremetteur en « Protée parisien ayant fait des études de galanterie transcendante » (p. 327). Dans les années suivantes, même veine chez Georges Ohnet, avec Lise Fleuron, histoire d’actrices.

p. 248*. L’Évolution de l’amour. Galante enquête, par Austin De Croze et Charles Bauchery, Paris, Flammarion, 1894, p. xii. (De Croze a fait de la critique gastronomique et des inventaires de chansons populaires, ainsi qu’un essai sur le « péril jaune » ; je n’ai pas trouvé d’autre trace de Bauchery). Leur Galante enquête pastiche l’Enquête sur L’évolution littéraire publiée en 1891 par Jules Huret (Rappel : Huret, journaliste à L’Écho de Paris, avait adopté la formule de l’interview auprès de 64 écrivains (dont Zola, Maupassant, Mallarmé, Verlaine, Margueritte, Descaves, etc.) pour dessiner un panorama du champ littéraire. Voir Annexe B, Galante enquête.

p. 248**. La Galante enquête critique aussi, outre les bordels à spécialités, les actrices galantes et constate à cette occasion l’inégalité doxique des sexes : « Nos codes mondains permettent [à l’homme] des maîtresses, tandis que la femme est déshonorée si elle prend des amants » (p. 44 ; c’est le personnage d’Alexandre Dumas qui parle).

p. 251*. Voir chap. 3. L’écho est au moins suggéré par la généalogie de Tramar-D’orval et ses attaches royalistes : voir Annexe B, Civilité et galanterie.

p. 252*. Zed, Inconvenances sociales : fragments du journal d’un vieux garçon, Paris, Kolb, 1891. Le pseudonyme dissimule en fait le très mondain comte Albert de Maugny. Il a été officier puis chargé d’affaires de France à Rome. Proust l’a fréquenté : Maugny l’a aidé dans sa recherche d’un éditeur. Il est de la famille qui a fourni le modèle du Saint-Loup de La Recherche. On le rapprochera avec Mme de Greffulhe (/Guermantes) du chapitre précédent.

p. 255*. Préface des Nouvelles leçons d’amour dans un parc, Paris, Editions Le Livre, 1924, p. 10. Ce sont quatre petits récits sur le mariage et la vie de jeune épouse de Jacquette (la partie la plus intéressante

p. 255**. 4000 exemplaires en premier tirage, écoulés en peu de temps, et réédition immédiate, plusieurs ensuite du vivant e l’auteur.

p. 255***.  « La Leçon est celui de mes livres qui m’a fait le plus de tort » (p. 9 de la Boylesve était académicien et réputé bien-pensant.

p. 256*. Spécialiste des diverses visions de la galanterie (v. son, Cupidoniana ou Diversités galante sur les femmes et l’amour, in : Le Bric-à-brac de l’amour, Paris, Rouveyre, 1879 ; il bénéficie d’une préface de Barbey d’Aurevilly), Uzanne parlait en connaisseur de toutes les facettes historiques de celle-ci, y compris l’originelle puisqu’il a débuté par l’édition de la Guirlande de Julie et des Poésies de Sarasin : v. Annexe A, 1875.

p. 258*. Les voix féminines n’utilisent pas la référence historique galante, à part ce que l’on en a vu. Même celles qui, comme Rachilde, donnent place aux revendication des femmes. Un tel tabou vaut comme signe et confirmation de la misogynie ambiante ( et il serait intéressant de regarder plus en détail comment l’Eglise, alors raidie dans le dogmatisme induit par les conflits de la séparation d’avec l’Etat, a pu y contribuer).

Notes du chapitre 14

p. 262*. évidemment, les imageries amoureuses antérieures s’y prolongent sur leur lancée, y compris par nostalgie. Ainsi, au plus fort de la « Grande » guerre », Ce que chantent les pavés (1916, musique d’Henri Piccolini, paroles de Deligny : ils « chantent aux midinettes [que] c’est le temps de l’amour » quand elles ont « fleurettes au corsage » fait écho au « galant troubadour » de la Sérénade du pavé (1894) de l’auteur de Fanfan, Jean Varney.

p. 262**. Au début de la guerre suivante, Georges Emer (alors soldat) en reprend le motif de la fille de joie brisée par la guerre, dans L’accordéoniste, qui fera un des grands succès de Piaf dès 1940 : mais cette fois, c’est sur le mode du désespoir.

p. 263*. Signe complémentaire, l’adjectif « moderne » qui avait été en vogue dans les titres au cours des décennies précédentes se raréfie. Il figure cependant dans les titres du Manuel des usages mondains : la tradition, la vie moderne, d’Anne Quallec et Pierre de Trévières, Paris, Stock, 1927, mais aussi de deux ouvrages de visée populaire, La jeune fille moderne de Germaine Charpentier, Strasbourg, Le Roux, 1930, et Le Conseiller du foyer, manuel illustré de la vie moderne, s.n., Strasbourg, Argentor, 1932. Cette apparition en Alsace de manuels à visée populaire vaut signe de souci patriotique. à noter que la stagnation d’ensemble tient notamment à l’évolution de l’enseignement. Les effectifs en restent stables mais la proportion des filles progresse nettement, surtout dans les classes du « Primaire Supérieur ». Or à bien des égards, l’école joue un rôle d’inculcation des codes de savoir-vivre. Et ce Primaire Supérieur qui forme la toute petite bourgeoisie d’employé(e)s de commerce et de bureau qui constituait une clientèle nombreuse pour de tels guides.

p. 263**. Cité par Dan Franck, Le Temps des bohèmes, Paris, Grasset, 1996, p. 110.

p. 263***. Une première édition a paru s. n. à Bruxelles en 1919. Nouvelle édition en 1926, anonyme et sous l’adresse « En Allemagne ». Cet in-4° de 133 p. semble être en fait de Paris.

p. 264*. Les héros sont de tout jeunes gens : Meaulnes a 17 ans, et François, le narrateur, 15, et tout le récit repose sur la mélancolie de Frantz de Galais qui reste « plus enfant que jamais […] ; quinze ans, il avait encore et tout de même quinze ans ! » (p. 268-269). Je rappelle aussi que le roman offre une large gamme de positions sociales, des nobles De Galais à Valentine, simple ouvrière, en passant par Meaulnes, fils d’une veuve argentée, et François le narrateur, fils d’instituteur puis instituteur lui-même, et enfin la vieille paysanne Moinel.

p. 265*. L’expression date des années 1950 : autre cas de re-fabrication du passé, comme nous l’avons vu avec celui de « la Belle époque ».

p. 267*. La référence galante est peu présente en peinture, sauf, mais à un degré de référentialité très éloigné, via les Pierrot et Arlequin de Derain et de Picasso.

p. 267**. Il eut, tout jeune, la charge de dactylographier Le Bal du comte d’Orgel, à la demande de Cocteau (lié, comme on sait, avec Radiguet).

p. 267***. Cité par Pierre Bernac, Francis Poulenc et ses mélodies, Paris, Buchet-Chastel, 2014, p. 24.

p. 268*. Pierné est une institution à lui seul : compositeur prolixe, notamment de mélodies et chef d’orchestre des Concerts Colonne où il joue notamment Debussy et Ravel. Flers et Caillavet (mort en 1915) sont des auteurs de théâtre de Boulevard alors célèbres.

p. 268**. 61 représentations d’affilée au théâtre de La Cigale, dont la salle jaugeait mille sièges.

p. 268***. Octave Crémieux est un compositeur connu de valses et d’opérettes alors en vogue.Dollfus est directeur du Cri de Paris, revue satirique complémentaire de la Revue Blanche, et à laquelle collaboraient nombre d’auteurs en vogue. Roland Catenoy est le pseudonyme journalistique de Roland Dorgelès qui, je le rappelle, avait reçu le Prix Fémina en 1919 pour son roman de guerre Les Croix de Bois – qui avait été battu pour le Prix Goncourt par à l’ombre des jeunes filles en fleurs de Proust.

p. 269*. Le plus grand succès de Joséphine Baker dans la chanson a été, en 1930, J’ai deux amours (« mon pays et Paris »), œuvre de V. Scotto (encore lui, dans le patriotisme satisfait).

p. 269**. La curiosité pour les livres rares et plus ou moins interdits avait poussé Apollinaire à exhumer, avec l’aide de Louis Perceau et Ferdinand Fleuret, les textes enfouis dans L’Enfer de la Bibliothèque Nationale (1913). Perceau et Fleuret continuent ensuite avec des recueils de Satires des xvie et xviie siècles (1923), avant que Fleuret ne donne Raton (voir plus loin). Paraissent aussi des rééditions de La France galante et de l’Histoire amoureuse des Gaules (1923). Ces auteurs connaissaient toutes les facettes de la galanterie, la loyale comme la libertine : en témoigne la méditation que Fleuret consacre en 1933 aux Nymphes de Vaux.

p. 269***. Georges Mongrédien, Le xviie siècle galant : libertins et amoureuses, Paris, Perrin, 1928. Cas intéressant d’érudit titré (après des études de Droit, il a fait un doctorat ès-Lettres) mais non professionnel (il n’est pas universitaire mais administrateur à la Mairie de Paris), amateur des choses mondaines du passé ( et que des universitaires ont considéré avec suspicion lorsqu’il a été président de la Société d’études du xviie Siècle).

p. 270*. Adaptation en un prologue et quatre actes en six tableaux. Albert Flamant est alors un journaliste et romancier connu, et Henry Bataille un dramaturge très connu et reconnu. Elle est créée à l’occasion de l’inauguration du nouveau Théâtre de La Madeleine. Elle a fait d’autant plus de bruit qu’Henri Bataille l’avait entreprise dès 1913 mais qu’un conflit avec la direction du Théâtre l’avait bloquée : sa création vaut comme hommage posthume à Bataille (mort en 1922).

p. 270**. Gallimard, 1925. Réédition en collection grand public (appelée « Succès »), Gallimard, 1933 et en collection de luxe ornée de 17 planches en couleurs et limitée à 317 exemplaires, Paris, Mornay, 1931.

p. 270***. Celui-ci montre l’oreille dans la Correspondance de Madame Gourdan, dite la Comtesse, s.n., à Londres, « chez le fameux Jean Nourse », 1784, p. 37 : il y est un « être amphibie » qui chante sur sa guitare au Palais-Royal…

p. 271*. F. Gaiffe, L’Envers du Grand Siècle, étude historique et anecdotique, Paris, A. Michel, 1924. Il s’intéresse notamment aux libertins du côté de leur érudition et de leur incrédulité. Sur la lignée dans laquelle il s’inscrit, voir J.-P. Cavaillé, « Les libertins. L’envers du ‘Grand Siècle’, Cahiers du Centre de Recherche Historique, n°28-29, « Quelques xviie siècles : fabrications, usages, réemplois », Paris, Ehess, 2002. La version en ligne est consultable à l'url : https://journals.openedition.org/​ccrh/​812

p. 271**. On notera en passant le cas de Marcel Braunsvicg, agrégé de grammaire, docteur ès-Lettres et auteur dans la lignée de Lanson d’une Littérature étudiée dans les textes (1920, plusieurs rééditions) : il lance La Femme et la beauté, une anthologie commentée « à l’usage des jeunes filles ». L’érudition et la vocation éducative le conduisent à traiter aussi, dans la littérature latine, de la coquetterie et de la galanterie : tout en restant de bon ton, il transgresse ainsi le tabou sur la galanterie dans l’éducation féminine.

p. 272*. Réalisation de René Leprince, Productions Pathé. Pendant les guerres de la Ligue, Henri IV joue ses intrigues amoureuses tout en déjouant les intrigues politiques de ses ennemis, on ne peu plus fourbes. Cocorico bien sûr.

p. 272**. Après avoir publié sous le nom de Jean Gravigny des récits sur les Abbés galants et libertins des xviie et xviiie siècles, Fernand Aubier se fait romancier licencieux prolifique avec entre autres, Le Galant gynécologue (1925) puis réinvestit ses profits en fondant une maison d’édition à son nom qui publie les classiques étrangers.

p. 272***. Y compris par des « galantes » insertions dans des petites comédies musicales en un acte comme La Danse pendant le festin, farcie de chansons comme La Dame noire et le nègre galant, Marius-François Gaillard (musique) et Germaine Guesnier, La Danse pendant le festin, Paris, Choudens, 1925. La « chanson baroque » La Dame noire et le nègre galant a été publiée séparément l’année suivante, par le même éditeur (1 fasc. de 6 p.). On sait peu des choses de G. Guesnier : elle a tenu un petit rôle dans les représentations de L’Arlésienne à Orléans en 1919. Ainsi encore, à l’extrême fin de la période, du réinvestissement de ce patrimoine leste chez Tristan Bernard, dans un genre neuf : le théâtre radiophonique. Le 10 avril 1940, à 20h45, la radio Paris PTT diffuse son Galant assureur (Le texte est conservé à la BNF, il tient en 20 feuillets). Il s’agit d’un sketch librement adapté de Boccace, une histoire d’un malfaisant qui se sert de son statut pour tromper son monde (chez Bernard, l’assureur est en fait un assassin). La date est frappante : on est dans la guerre, Bernard est juif et l’assureur menteur est l’ennemi qui menace. Comme est frappant aussi le support utilisé, la radio, média en plein essor (à cette date, la France compte déjà cinq millions de récepteurs). Elle est devenue un vecteur culturel usuel : il existe alors deux chaînes publiques nationales, Radio Tour Eiffel et Paris PTT ; en face d’elles, la première chaîne privée commerciale, Radio Paris. Radio PTT n’est pas alors la plus écoutée, mais elle a une réputation de qualité culturelle. Tristan Bernard allie ainsi une diffusion élargie et des références lettrées savantes quoiqu’un peu sulfureuses.

p. 273*. À noter que les deux auteurs ont navigué dans les mêmes cercles, notamment autour de Cocteau. (comme tant d’autres).

p. 274*. Les Plaisirs rhénans ont fait l’objet d’une édition séparée et Le Musée Rogatkine a été sur-le-champ traduit en russe.

Notes du chapitre 15

p. 282*. Fêtes galantes, in : Poésie 41, numéro 4, mai-juin 1941, Ed. par P. Seghers, Villeneuve-les-Avignon. Ce bimestriel, d’abord intitulé Les Poètes casqués, est le support de la poésie résistante. Aragon a voyagé dans le midi, séjourné chez Seghers et a été un des premiers abonnés et contributeurs de la revue.

p. 283*. Francis Poulenc en a fait sa version musicale en 1943, en convertissant ainsi le genre de la mélodie galante selon un geste de résistance ; il disait avoir voulu un « côté Prix Unique » à sa musique : « C’est une musique de mouïse pour un temps de mouïse ». Il souligne aussi le lien avec le monde des salons survivants : la pièce a été créée dans celui de Louis de Vilmorin et dédiée aux Polignac (des Singer-Polignac déjà vus).v. Mélodies et chants de Francis Poulenc, http://aypeyret.free.fr/​melpoul.html.

p. 283**. Par-delà le temps et leur rupture, Aragon n’est pas ici à rebours du mot d’ordre de Breton, « La galanterie, on l’emmerde ! » : celui-ci visait la politesse bourgeoise et la défaite sonne comme le constat de la déconfiture de la France bourgeoise.

p. 283***. En particulier les poètes, avec en référence l’Anthologie des poètes prisonniers que Seghers venait de publier.

p. 286*. D’autant que dans la sphère restreinte du champ artistique, cette période n’offre pas de productions picturale, musicale ou poétique qualifiées comme galantes. Aragon n’a guère été suivi. Si Benjamin Péret publie en 1949, puis réédite en 1959 (Paris, Le Terrain vague) La Brebis galante, il s’agit d’une œuvre écrite en 1924. Dans ce récit de rêve de fantaisie, l’adjectif, peut-être suscité par des images de statues en dentelles Louis XIV, est surtout appelé par des associations de mots. Il est évidemment à rebours de la doxa.

p. 287*. Je cite d’après le texte du recueil Les Indes galandes (et non d’après la version initiale NRF : voir Annexe A) tel qu’il a été constitué, selon un projet et sous un titre pris dans les notes manuscrites laissées par Nimier (on note la graphie « galandes » : voir ci-dessous, en note, le même choix chez Jouhandeau). Je rappelle que chez Diderot, la question se situe dans le domaine éthique (celui qui rend un service, est-il généreux ou manipulateur ?). Nimier la fait passer, en se jouant, sur un plan plus général : que peut-on escompter de l’homme ?

p. 287**. Le discours sur l’amour et le discours sur le colonialisme se conjoignent en effet chez lui comme ils le faisaient chez Diderot à propos des voyages aux îles lointaines : voir Kate Tunstall, « Sexe, mensonges et colonies : les discours de l'amour dans le Supplément au Voyage de Bougainville », Littérature classiques, n°69, 2009, p. 15 à 34.

p. 287***. Pour un état des analyses de sa position, voir Ralph Schoolcraft,« Roger Nimier et la Gaullisme d’après Les épées », Roman 20-50, n° 42, 2006, p. 83-90.

p. 287****. On sait que Nimier est devenu la figure de proue du groupe appelé « Les Hussards ». On peut rapprocher son recours au galant de celui de Marcel Jouhandeau, très lié avec lui, et qui publie en 1953 un récit de sa convalescence dans un village qu’il choisit de nommer « Galande » (Galande ou la convalescence au village, Paris, Grasset, 1953) : il y dessine, en une série de croquis qui se veulent humoristiques et attendris, une mythologie de la France profonde : le choix de ce nom prend du sens comme indice d’attachement à la terre de la patrie.

p. 287*****. Je dois ici signaler que si cette appellation est commode, on ne peut y ranger tout le peuple, en particulier la classe ouvrière et la petite paysannerie. Ne serait-ce que parce qu’il y faut des compétences (un savoir-lire) et des moyens (pour acheter des livres, des billets de cinéma ou posséder un poste de radio ; voire simplement avoir un accès géographiquement possible à un marchand de livres ou à une salle de cinéma) qui, en ce temps où la population était encore, je le rappelle aussi, largement paysanne était loin d’être disponibles pour tous (la culture populaire au sens propre serait tout autant en ce temps celle des foires et marchés, des rituels religieux et des gros travaux qui se faisaient en groupes, comme les battages et les vendanges).

p. 288*. Guitry a enchaîné ensuite avec un Napoléon en 1955 et Si Paris m’était conté en 1956.

p. 288**. René Clair, Les Fêtes galantes, Production Gaumont, Paris-Bucarest, 1965. En vedettes, deux acteurs alors célèbres : Jean-Pierre Cassel et Marie Dubois.

p. 289*. Dans l’album Je m’suis fait tout p’tit, qui, avec la chanson éponyme et La Légende de la nonne de Victor Hugo mais aussi Les croquants est sans doute celui où il offre le plus de variations sur les images galantes, y compris avec bonne part de misogynie.

p. 290*. Je m’en tiens à ces deux dates, sans ignorer les processus complexes qui font que le suffrage féminin a été inscrit plus tôt au programme du Conseil National de la Résistance et que la loi dit « Marthe Richard » du 29 avril 1946, qui abolit le Fichier National des Prostituées et condamne le proxénétisme est issue d’un processus en plusieurs étapes. Je rappelle simplement deux données : les premiers votes n’ont donné que 3% d’élues ; la fermeture des bordels a frappé 1400 établissements.

p. 290**. Je dois ici signaler que si cette appellation est commode, on ne peut y ranger tout le peuple, en particulier la classe ouvrière et la petite paysannerie. Ne serait-ce que parce qu’il y faut des compétences (un savoir-lire) et des moyens ( pour acheter des livres, des billets de cinéma ou posséder un poste de radio ; voire simplement avoir un accès géographiquement possible à un marchand de livres ou à une salle de cinéma) qui, en ce temps où la population était encore, je le rappelle, largement paysanne était loin d’être disponibles pour tous (la culture populaire au sens propre serait tout autant en ce temps celle des foires et marchés, des rituels religieux et des gros travaux qui se faisaient en groupes, comme les battages et les vendanges).

p. 290***. Le nom des Éditions de l’Arabesque a été repris en 1991 à Tunis ; il s’agit d’une maison différente, qui diffuse la littérature d’auteurs tunisiens — de langue française ou de langue arabe.

p. 291*. Paris, Nouvelles Presses Mondiales, 1954. Le livre semble avoir été conçu initialement pour les « Vies galantes » puis recasé là.

p. 291**. Aux Éditions de l’Arabesque, la collection « La vie galante » voisine avec d’autres, à visée commerciale tout aussi évidente : « Arabesque espionnage », « Arabesque crime parfait », « Baroud » — celle-ci vouée, dans les années 1960, à des récits de guerre. La série « Arabesque parme » — on y retrouve Georges Marty sous le pseudonyme de Géo Max — exhibe une couleur de couverture censée suggérer des teintes de lingerie fine (elle s’est un moment appelée « Collection légère ») associées à des récits pornographiques (La Chair est faible, Fureurs sensuelles, Vacances libertines…). Plusieurs de ces volumes ont été frappés par des arrêts d’interdiction censoriale.

p. 293*. Dans les mêmes années, Roland Barthes fait ses Mythologies (chroniques de 1955-56, publiées en volume au Seuil en 1957). Le galant ne fait pas partie de sa liste de mythes, mais il consacre un chapitre à La Dame au camélias : il retient donc le cas typique de dissymétrie entre hommes et femmes.

p. 295*. Et avec le soutien des ouvriers, que le film montre en train de discuter de la procréation artificielle, donc comme un peuple éclairé, politisé ; avec le soutien aussi des paysans — la famille de Nénette — et celui, hautement symbolique, du berger dont la flûte réveille les désirs amoureux.

p. 295**. Cette différence de traitement esthétique — ici, au sens strict : s’agissant d’un art de l’image, je l’envisage dans la facture même des images — m’a conduit à ne pas intégrer les deux premiers à la « longue liste » de mon corpus endogène ; mais j’ai longuement hésité, et je reste sur l’idée que les intégrer ne changerait pas les données de fond. Voir Annexe B, Renoir, Jean.

Notes du chapitre 16

p. 298*. Gisèle Halimi, La Cause des femmes, Paris, Grasset, 1973 ; nombreuses rééditions, dont celles augmentées que je viens de mentionner ; je cite l’éd. Folio, 1992, p. 215 pour la phrase mise en tête de chapitre, p. XII du Temps des malentendus pour cette citation-ci.

p. 299*. François Truffaut, 1977. Les films de Truffaut tels que Baisers volés et Un homme, une femme pourraient se lire comme des variations sur les chemins de l’amour (plus ou moins) galant.

p. 299**. Simple rappel : La Cause du peuple — sans remonter au Journal fondée par George Sand — a été créée en 1968 par des dissidents de l’Union des étudiants Communistes, partisans du Maoïsme. Au sein de la dissidence communiste hostile au stalinisme de Moscou et pro-chinoise s’opposaient des intellectuels partisans de l’agit-prop immédiate et les tenants de la construction d’un parti ouvrier révolutionnaire structure. L’usage s’était établi dans les milieux de gauche de désigner les premiers comme « spontanéistes », abrégé par dérision en « spontex », nom d’une célèbre marque d’éponge à vaisselle. Jean-Paul Sartre a été directeur de La Cause du peuple. Le quotidien Libération en est issu en 1973.

p. 300*. M. Yaguello, Les Mots et les femmes, Paris, Payot, 1978, p. 100 (v. l’anthologie de Claire Lambiez, The Condition of Women in France from 1945 to the Present, London-New York, Routledge, 1990.

p. 300**. Elle eût pu ajouter, en renfort de sa remarque, que « galante femme est sorti de l’usage, comme aussi, sauf en usage historique, « femme galante »

p. 300***. Colette Guillaumin, « Pratiques de pouvoir et idée de nature », Questions féministes, n° 2, 1978, p. 6 (l’article se poursuit dans le n° suivant).

p. 301*. Dès les années 60, l’augmentation du nombre d’étudiants, et surtout d’étudiantes, a constitué un mouvement social de fond : dans certaines filières, les Lettres en particulier, les femmes devenaient majoritaires. Et dans des concours prestigieux, comme l’Agrégation, devenus mixtes, et les candidates obtenaient usuellement les premières places.

p. 302*. M. Cuénin, Roman et société sous Louis XIV : Mme de Villedieu, Lille, ANRT, 1979. Le chapitre 7 est consacré à l’influence de la galanterie sur l’œuvre. Galanterie y est entendu au sens de « belles manières » ; l’influence de l’amour est soulignée davantage dans l’ensemble, mais d’un amour envisagé comme égal entre les deux sexes.

p. 302**. J.-M. Pelous, Amour précieux, amour galant (1750-1675). Essai sur la représentation de l’amour dans la littérature et la société mondaine. L’ouvrage a été édité en 1980 (Paris Klincksieck).

p. 302***. Le livre de Roger Lathuillière, La Préciosité, étude historique et linguistique, Genève, Droz, 1966, en est resté à son tome premier (Position du problème : les origines).

p. 302****. Pelous distingue cependant galanterie et libertinage en ce que le galant s’en tient à la parole séductrice tandis que le libertin en vient au faire, à l’acte sexuel consommé.

p. 303*. S. de Beauvoir, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949, t. 1, p. 174-175, et p. 180 : « L’Astrée et toute une littérature galante célèbrent leurs mérites [des femmes] ».

p. 305*. Rappel : en 1972, une mineure, victime de viol et qui avait ensuite avorté avec l’aide de sa mère était poursuivie à ce titre. Foule, manifs’, des personnalités se mobilisent, et Halimi obtient la relaxe. La loi de 1920 contre l’avortement a été ensuite abrogée et l’IVG légalisée.

p. 308*. Créée en 1960 aux Éditions du Seuil, cette revue a compté parmi ses collaborateurs, autour de ses deux fondateurs Jean-Edern Hallier et Philippe Sollers, entre autres Michel Deguy, Umberto Eco, Derrida, Ponge, Godard, Foucault, Barthes…

p. 308**. En 1974, une délégation de la revue comprenant notamment Sollers, Kristeva et Barthes, se rend en Chine, alors bouleversée par la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne. Kristeva publie Des Chinoises à l’automne 74. Le premier fragment de Paradis était paru dans la livraison de printemps.

p. 308***. Ph. Sollers, Paradis, Paris, Le Seuil, 1. 1. 1981. Paradis II a suivi en 1986 (chez Gallimard cette fois).

p. 310*. Faut-il rappeler que si la contraception et l’interruption de grossesse se désignent en langage courant comme la pilule et l’avortement, cela rappelle qu’elles agissent sur les hormones et les organes du corps féminin.

p. 310**. Une bonne synthèse sur ce point dans L. Ruffel, Brouhaha, Lagrasse, Verdier, 2016, p. 12-13.

Notes du chapitre 17

p. 311*. La Délégation (1974), puis Haut Comité (1998), aux Célébrations (puis Commémorations) Nationales relève de la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la Culture, qui a en charge leur conservation (Archives, Monuments Historiques, Musées, Bibliothèques). Ce rattachement — et nombre d’autres pays ont fait de même — érige celle-ci, pour une part majeure, en gestion du passé. Le changement de nom nuance celle-ci. « Célébrations » impliquait fierté, et il existe foule de choses pour le moins ambivalentes dans le passé ; passer à « Commémorations » émousse cette tension : on peut commémorer un événement douloureux comme la Shoah et célébrer le 14 juillet en jour de liesse. Le Comité suppose un groupe de compétences, de savoirs, qui conseille le ministre. C’est ici un cas exemplaire des processus par lesquels un usage doté d’une valeur collective (ce qui est le sens premier du mot « institution ») fait l’objet de lois écrites (deuxième sens du terme) qui engendrent des organismes appropriés (troisième sens).

p. 311**. Encore ai-je esquivé le domaine religieux, où les commémorations sont tant cruciales : on peut lui appliquer les mêmes analyses.

p. 311***. Et à qui ? Sur ce marché, le ministère de la Culture a deux grands clients : l’éducation et le Tourisme. Deux grands ministères, dont l’un est le plus important de l’état français par son budget et ses personnels, et l’autre supervise le secteur économique devenu aujourd’hui vedette du pays. Deux grands secteurs de la consommation d’images.

p. 312*. Elle a associé la Réunion des Musées Nationaux en France, aux états-Unis, la National Gallery of Art de Washington et, en Allemagne, le château-Musée de Charlottenburg. Chacune de ces institutions l’accueillit à son tour trois mois durant : l’été à Washington, l’hiver à Paris (aux Galeries Nationales du Grand Palais) et le printemps à Berlin. Commencé le 17 juin 1984, ce Grand Tour s’acheva le 28 mai 1985. Je n’ai pu savoir pourquoi la Wallace Collection de Londres, qui détient un ensemble hors du commun de peintures de Watteau ne s’est pas trouvée associée au projet.

p. 312**. Watteau, 1684-1721, Catalogue de l’Exposition (sous la dir. de P. Rosenberg, et M. Morgan-Grosselli), Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1984. Ce Catalogue existe aussi en versions allemande et américaine. Les deux commissaires ont donné l’un l’inventaire des tableaux (73 notices), l’autre celui des gravures (8 notices), complétés par celui des dessins (143) par N. Parmentier.

p. 315*. De longue haleine (1980-2013), elle a rendu Sade canonique, en le tirant de l’ombre où l’avait plongé la censure (son édition par J.-J. Pauvert avait subi un procès retentissant en 1956-58 et il est resté « interdit de vente aux mineurs » jusqu’en 1970).

p. 315**. Notamment celles des Liaisons dangereuses par Stephen Frears (1988) et Josée Dayan (2003), ou des Casanova (après celui de Fellini, 1974, celui de Hallström, 2005) ou encore (liste non exhaustive), des films tels que, après Que la fête commence de B. Tavernier (1975), Ridicule (P. Leconte, 1996).

p. 315***. Dans un enregistrement de William Christie et les Arts Florissants, puis une remise sur scène en 2000 et 2003, à l’Opéra Garnier.

p. 316*. F. Wald-Lasowski, L’Ardeur et la galanterie, Paris, Gallimard, 1986. L’ouvrage s’organise autour du peintre La Tour et de sa passion pour l’instantané, de sa virtuosité à saisir le mouvement (en particulier celui de la Camargo, p. 15), de la passion aussi aussi pour les montgolfières, symboles de la légèreté ; et des conséquences classiques de celle-ci en amour, les maladies vénériennes.

p. 316**. Roman Wald-Lasowski, Crébillon fils et le libertinage galant, Nimègue, U. de Nimègue, 1984. Pour un abrégé, voir R. Wald-Lasowski, « Crébillon fils et le libertinage galant », Littérature, n° 47, 1982, p. 83-99.

p. 316***. P. Violette et Ph. Sollers (pour les textes), Watteau et les femmes (dessins et textes), Paris, Arts et Métiers-Herscher-Flammarion-Skira, 1984, In-4°, 142 p., pl. couleurs, hors commerce : c’est un ouvrage de luxe pour un public d’amateurs.

p. 316****. « Il est établi que Watteau a toujours été défendu par des réactionnaires. C’est Théophile Gautier et ses exécrables Variations sur le carnaval de Venise, ce sont les frères Goncourt, ces antisémites forcenés, ces misogynes tristement célèbres » (La fête à Venise, Paris, Gallimard, 1991, p. 118).

p. 317*. Ph. Sollers, La Guerre du goût, Paris, Gallimard, 1996 ; la préface est datée de « Venise, juin 1994 » ; le livre est réédité dès 1996, en collection Folio.

p. 318*. En étant partie prenante, je me dois, circonspect, de me borner aux indications factuelles indispensables.

p. 320*. La tradition de récits voués aux froufrous libidineux de l’Histoire, qu’on a vu dans les chapitres précédents se perpétuait encore, notamment dans les douze volumes de l’Histoire de la galanterie des éditions Famot — Paris, Genève ; un des actionnaires en est J.-M. Le Pen — qui reprennent l’antienne croustillante de l’histoire de la prostitution. Mais on peut les considérer comme des survivances de vieilles pratiques. De même, pour les usages de « galant » dans les polars, v. Annexe A.

p. 320**. Les pages qui suivent sont largement issues d’un exposé donné dans le cadre du séminaire du GRIHL (Ehess-Sorbonne Nouvelle) consacré au thème « Voir le passé ». Je remercie les membres du Grihl de leurs discussions et suggestions.

p. 321*. Je me suis bien gardé d’interviewer Pierre Michon — que je salue ici — pour ne pas m’exposer au risque de parler de son texte selon des intentions qu’il m’aurait confiées plutôt que selon la forme même de ce texte, la façon dont il est fait, la manière dont il est ce qu’il est. Ce qui suit n’engage donc que moi. Qui ne sais donc pas pourquoi Michon a construit cette vision-là de ce Watteau-là, même si je sais bien que son texte est encadré dans ce recueil par deux autres consacrés à deux autres peintres.

p. 322*. Comme par hasard, par la mention d’une collègue italienne qui est la seule dont on ait une trace de correspondance à lui adressée et où elle l’appelle « Signor Vato ».

p. 322**. La fiction situe le premier séjour de Watteau à Nogent avant son séjour à Londres, donc avant 1719, et dit qu’il peignit alors le Gilles appelé aussi Pierrot ; les experts datent celui-ci de 1718 mais le texte dit que « c’était avant la mort du grand roi » (p. 53), donc avant 1715.

p. 323*. Si on préfère, en termes sémiotiques : la dynamique spécifique à ce texte dans la gestion de l’isotopie de la spectralité.

p. 324*. Vieille légende des Vies de peintres, comme aussi celle de la réaction du mourant devant le crucifix : elles sont chez Vasari.

p. 325*. En termes sémiotiques, il est le connecteur isotopique de l’ensemble du texte.

p. 325**. Comme Michon fait dire à Carreau « qu’on m’entende bien », et puisqu’il laisse, lui, au lecteur la charge d’entendre, « j »’entends ainsi.

p. 328*. Un titre, on le sait et Genette (Seuils) l’a magistralement rappelé, c’est le seuil du texte par excellence. J’irai jusqu’à dire même que plus que le seuil du texte, c’est une part du texte, au moins un péritexte et pas seulement un ‘para-texte’.

Notes du chapitre 18

p. 332*. Sébastien Roché, La Société incivile, Paris, Le Seuil, 1996. S. Roché est directeur de recherche au CNRS et expert auprès des gouvernements pour les questions de police et de sécurité. Je rappelle aussi les principaux ouvrages sur le sujet avec notamment du côté de la philosophie : M. Lacroix, De la politesse, Paris, Julliard, 1991. C. Pernot, La Politesse et sa philosophie, Paris, PUF, 1996. Voir ch. 13, et idem pour les ouvr. ci-dessous), et du côté de l’histoire et des essais d’analyse : A. Montandon, Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 1995. Du même auteur : Politesse et savoir-vivre, Paris, Anthropos, 1996, et L’Europe des politesses et les caractères des nations, Paris, Anthropos, 1997 (déjà cités au ch. 13). Ces travaux ont été engagés dès les années 1980. F. Rouvillois, Dictionnaire nostalgique de la politesse, Paris, Flammarion, 2016. Du même auteur : Histoire de la politesse, de la Révolution à nos jours, Paris, Flammarion, 2006 (idem). M. Lacroix, Paroles toxiques, paroles bienfaisantes : pour une éthique du langage, Paris, Laffont, 2016, p. 15 (il fait aussi l’éloge de l’art de la discussion au xviiie siècle). R. Dhocquois (dir.), La Politesse, vertu des apparences, Paris, Autrement, 1991.

p. 333*. Le volume inclut aussi bien des articles de philosophes (dont un extrait de Bergson à côté d’un essai de Comte-Sponville), des interviews, des apologues, et donc inscrit dans sa structure même les données d’un débat.

p. 333**. Avec une référence à Georges Simmel dont la Philosophie de l’amour (1907) venait d’être rééditée (Paris, Payot-Rivages, 1991) : il y théorise en particulier « l’éros de la réciprocité ».

p. 334*. Aujourd’hui, à l’exception du livre de Nadine de Rothschild, la tendance éditoriale dominante de ce genre est, à l’inverse des manuels de la Belle époque, à de petits formats, portables et bon marché, du type Le savoir-vivre pour les nuls.

p. 335*. www.labelleecole.com/

p. 335**. Voir entre autres le site www.convenances.com, élaboré au Liban (j’y relève une recommandation du Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem qui prouve combien l’effet du titre de Raoul est réussi en ce cas, puisque le livre, comme on sait, est en fait un manifeste politique situationniste)…

p. 335***. A. Toscano, Critique amoureuse des Français, Paris, Hachette-Fayard, 2009.Tocano est un journaliste italien de longue date correspondant en France,

p. 335****. http://www.hku.hk/​french/​dcmScreen/​lang2043/​etiquette (Hong Kong University, 2016). Examen à l’appui, où il faut cocher la bonne réponse dans des Q.C.M qui induisent que « La galanterie est une convention de politesse entre un homme et une femme » puis : « Ouvrir la porte devant une femme est un geste galant / L’homme précède toujours la femme dans l’escalier / Il est galant de partager l’addition au restaurant, etc. ».

p. 335*****. Florindo Di Monaco, Sono galante et me ne vanto, Gugliano di Campania (Napoli), V. Pironti, 1998. F. Di Monaco est professeur de bonnes manières. Ses conseils sont souvent désuets, parfois machistes (p. 105 : faciliter les manœuvres de stationnement aux femmes, malhabiles à la conduite automobile), parfois naïfs (choisir des chemises blanches, ou bleues, ou pastel mais sans abuser du rose ; p. 12). Le livre n’a pas été traduit de l’italien au français.

p. 337*. Lefred-Thouron, Le Canard enchaîné, 17/01/2018 ( dessin humoristique).

p. 337**. Pour la définition de la structure de « querelle », voir les travaux du Programme AGON déjà cité. Le terme n’est pas endogène ici, mais il correspond à la configuration.

p. 338*. Les Lieux de Mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992 (les termes qui suivent proviennent du prospectus éditorial).

p. 338**. Noémie Hepp, La Galanterie, in Les Lieux de mémoire, (ss. la dir. de P. Nora), III, Les France. Traditions, Paris, Gallimard, 1992. N. Hepp était une historienne de la littérature, spécialiste du xviie siècle ; elle avait eu l’occasion de travailler sur Pellisson, donc un membre du premier cercle galant.

p. 339*. Ainsi, par exemple, l'auteur de l’article Galanterie du Dictionnaire de la politesse d’A. Montandon (ouvr. cit.) reprend pour l’essentiel les mêmes données que le texte de Hepp (en insistant davantage, pour le xviie siècle, sur le rejet de l’érudition par l’instance féminine).

p. 339**. V. notamment G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes, Paris, Plon, Le xxe siècle (ss la dir. de Françoise Thébaud), 1994 ; Claire Lambier, The Condition of Women…, éd. cit. ; Claire Duchen, Women’s Rights and women lives in France, 1946-1968, et Feminism in Frace from 1968 to the Present, London-New York, Routledge, 1994 et 1986.

p. 340*. V. Cl. Duchen, Women’s Rigths…, éd. cit. p. 195 sqq ; G. Halimi, ouvr. cit., p. 160-161 ; Janine Mossuz-Lavau, « Les femmes et la sexualité », in G. Duby et M. Perrot (dir.) Femmes et histoire, Paris, Plon, 1993, p. 87-89.

p. 340**. M. Ozouf, Les Mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Julliard, 1995 [rééd. Gallimard, 1999]. Dix portait de femmes, de Mme du Deffand à S. de Beauvoir, à travers leurs écrits intimes, plus une longue conclusion sur les perspectives des études féministes, avec une défiance envers les approches radicales du Gender.

p. 340***. Bref rappel au cas où : cet homme politique français, puissant personnage politique international (directeur du Fonds Monétaire International) a été inculpé pour agression sexuelle sur une femme de chambre d’un hôtel de New-York.

p. 341*. Avec notamment un dossier dans la revue Sociologie (III, 3, 2012 ; p. 299-316) où il est proposé de passer de « féminisme à la française » à « genre à la française ».

p. 341**. Ainsi Didier Eribon, puis Eric Fassin s’en sont pris à Ozouf, Théry, Habib et Thierry Raynaud, en les accusant de néo-conservatisme et de poncifs antiféministes et homophobes. V. notamment Eribon, « Féminisme à la française ou néo-conservateur ? », Libération, 22/06/2011. E. Fassin, « L’après DSK, pour une séduction féminine », Libération, 29/06/2011.

p. 341***. Et c’est un sens encore plus large qu’adopte l’Histoire de la galanterie en Europe de Verena von der Heyden-Rynsc (Paris, Gallimard, 2005) dont le surtitre est La Passion de séduire. L’ouvrage parcourt, sous les modalités supposées de la relation amoureuse distinguée, du Moyen Âge courtois à Casanova l’art de séduire comme une spécialité française étendue à toute l’Europe ; et hélas perdue…

p. 343*. Il se compare à « Stendhal [qui], mort en 1842, pensait être lu en 1934 » ; lui, il « attend toujours d’être lu. Il le sera » (p. 12).

p. 343**. C’est peut-être là une face de la « crise » que proclame la même préface. Peut-être aussi un basculement de l’auteur, qui passe chez un nouvel éditeur, en l’occurrence Gallimard encore, et de la revue Tel Quel à une nouvelle revue, L’infini. Peut-être une modification de ses vues politiques. Je ne sais, et ne veux supputer de motifs personnels, et puis c’est un autre sujet.

p. 343***. Il y aurait peut-être un intertexte intéressant à construire entre les ouvrages de Ph. Sollers et ceux de J. Kristeva. On ne saurait oublier que celle-ci avait publié dès 1974 Des Chinoises (on l’a vu), qu’elle a publié après l’entretien cité plus haut Le Génie féminin (1999), qu’elle préside la Fondation Simone de Beauvoir et qu’elle a publié aussi avec Philippe Sollers, son époux, à l’occasion de leurs noces d’or, un ouvrage où ils célèbrent leur art de la conjugalité. Leurs pensées et leurs écritures sont d’évidence indépendantes, mais forcément informées l’une de l’autre. Or Le Rituel galant, prend place entre Femmes et La Guerre du goût.

p. 343****. François Mitterrand, Président de la République en exercice (empêché, il avait envoyé une allocution), Yvette Roudy, alors Ministre des Droits de la Femme, Lionel Jospin, Premier Secrétaire du Parti Socialiste, des ambassadeurs. Gisèle Halimi était alors députée apparentée socialiste. L’organisation invitante était le mouvement Choisir. Né en 1971, sous l’impulsion de Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir, très actif en 1972 lors du procès de Bobigny, et ensuite, pour la législation de l’IVG, la pénalisation du viol, et l’égalité.

p. 344*. G. Halimi (dir.), Fini le féminisme ? Actes du colloque international organisé par le mouvement « Choisir », Paris, Gallimard, Idées, 1984 (achevé d’imprimer du 13-02-1984 : délai d’édition remarquablement bref d’autant que le volume compte 510 p.). La préface de G. Halimi s’intitule « Perdre plus que nos chaînes »,

p. 344**. P. Bourdieu, « La domination masculine », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 84, 1990, p. 2-31. Repris dans un livre du même titre, Paris, éditions du Seuil, 1998. Cet article a soulevé nombre de critiques de la part des féministes, notamment en ce qu’il estime que seule l’objectivation scientifique peut proposer des analyses efficientes.

p. 347*. Née d’abord, dit-elle, d’une rébellion contre le phallocratisme masqué, dans la lignée Beauvoir et Halimi ; à laquelle elle-même a pris part, explique-t-elle aussi, mais qu’elle met à distance pour « réhabiliter la galanterie » (p. 423 ditto).

p. 347**. Qu’elle a co-dirigé avec Ph. Raynaud : Malaise dans la civilité ?, Paris, Perrin, 2012. Les contributions recueillies là donnent des vues sur l’évolution de la civilité du xviiie siècle à nos jours, l’éclairant au moyen de comparaison avec la Chine et les USA, en s’inquiétant d’un déclin de l’autocontrainte, l’autocontrôle des pulsions.

p. 348*. L’histoire et la sociologie montrent assez que les usages des codes sociaux sont corrélés aux positions et trajectoires sociales. Des populations en escompte de promotions peuvent chercher des modèles qui contribuent à celle-ci ; mais adopter de tels modèles hors d’une dynamique de trajectoire sociale positive est illusoire, et n’enclenche pas à soi seul une telle trajectoire. Les français de diverses origines sont logiquement susceptibles de diversité dans leurs modèles de sociabilité et l’intégration des modèles se fait à proportion de l’intégration économique et sociale.

p. 348**. Comme en diverses autres occasions : pour une synthèse (et une comparaison avec les vues de Roederer) v. S. Gonzalez, « Alain Finkielkraut et la galanterie », Blog, Médiapart, 26 mai 2014.

p. 348***. Joan W. Scott, « La séduction, une théorie française », p. 158-189 in De l'utilité du genre, trad. de l’anglais (USA) par Claude Servan-Schreiber, Paris, Fayard, 2012. Ainsi la question galante ouvre sur les façons d’envisager un autre sujet importantissime, la question du genre. Les polémiques sur le (dite) « théorie du genre » demanderaient une étude spécifique.

p. 349*. Ainsi l’emploi du terme « aristocratique » est-il à corréler avec l’idée d’élites républicaines comme aristocratie de l’esprit : ce serait l’objet d’une étude à ajouter à celle de Bourdieu sur La Noblesse d’état (Paris, Minuit, 1989). Elle pourrait faire le point sur les appartenances sociales des intellectuels issus de la petite bourgeoisie et entrés dans les cadres de la « noblesse d’état intellectuelle », et leurs liens avec les structures du monde de l’édition. La crainte de la perte d’influence de l’état dont ils tirent leurs positions pourrait éclairer leurs prises de positions nostalgiques.

p. 349**. Dont je n’ai proposé qu’un aperçu qui demanderait bien des développements encore. J’ai écrit plusieurs fois qu’il « faudrait tout un livre » sur des questions ici abordées ; ils viendront j’espère.

Notes du chapitre 19

p. 351*. D’où, v. Annexe A, l’abondance de sources à traiter comme telles : non pas comme des formes de « survie » — ou alors il faut l’entendre comme afterlife en prenant le mot au pied de sa lettre — ou seulement de réception, mais comme des données contemporaines.

p. 352*. J.-Ch. Tachella, Les Dames galantes, production Fraco-Italienne CFC-Gaumont, 1990. Je rappelle — je le rappelle aussi car c’est un cas où le mort a mal saisi le vif — que Charles de Bourdeilles, seigneur de Brantôme, homme de Cour et militaire au temps des guerres de religions avait été blessé dans une chute de cheval en 1584, s’était retiré sur ses terres et avait rédigé des chroniques, selon une distribution claire et usuelle en ce temps : Vies des hommes illustres, vies de dames illustres, anecdotes sur d’autres dames. Il les a laissées en manuscrits que son testament chargeait ses héritiers de publier. En dépit de quoi, ceux-ci ne se sont pas hâtés, jusqu’à ce qu’en 1665, quand la mode galante a battu son plein, ils s’associassent avec un libraire avisé qui a a greffé sur les dernières l’adjectif en vogue et en a fait des Dames galantes. Le scénario du film redouble donc ce jeu réinterprétatif. Je rappelle également que Tacchella était un scénariste et réalisateur connu, de même que les acteurs : Richard Borhinger en Brantôme, Robin Renucci en Henri III, Marie-Christine Barrault, Isabelle Rossellini….

p. 352**. M. Peyramaure, Les Fêtes galantes, Paris, R. Laffont, 2005. Ce roman est le second volet d’une trilogie qui va des Bals de Versailles (2004), centrés sur Mme de Maintenon, au Parc aux cerfs, sur Mme de Pompadour (2006). Il envisage la Régence à travers le regard d’un compagnon d’enfance de l’abbé Dubois, lequel est en fait le personnage central. Il case son ami d’enfance Maillard — le narrateur — d’abord chez le Grand Prieur du Temple, Commandeur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, descendant d’un bâtard ‘Henri IV, lettré et libertin — le temple avait statut d’apanage, donc échappait à la justice ordinaire, ce qui protégeait le libertinage. Maillard passe ensuite à la Cour, dans des fonctions de secrétaire. Occasion de voir que l’incrédule Dubois travaillait en fait, avec ses moyens, à redresser le pays après les années noires de guerres, famines et épidémies de la fin du règne de Louis XIV. à noter que Dubois était natif de Brive (comme Peyramaure, une des figures de « l’école de Brive »).

p. 353*. Gérard Pesson, Pastorale, Paris, Théâtre du Châtelet, juin 2009. (la musique avait donné lieu à une première version en 2006).

p. 353**. La téléréalité veut que les liaisons sentimentales qu’elle filme se bouclent dans le temps d’une série tandis que L’Astrée s’inscrit dans une logique de l’épreuve d’amour où les étapes multiplient les instants cruciaux au fil d’une durée longue. L’entage ne pouvait donc faire illusion qu’au prix d’une vision de la galanterie envisagée là comme celle de la séduction et non selon la vision « ultra-loyale » que suppose le Céladon d’Urfé.

p. 353***. C. Rihoit, Retour à Cythère, Paris, Gallimard, 1988 (Je cite selon l’éd. Folio, 1991). étudiante en province, Colombine a accepté sans grand enthousiasme l’amour d’un étudiant allemand, qu’elle a fini par épouser, et la séduction d’un prof’ qui la « poussait » pour l’agrégation. Il était marié, et pas question de divorce. Ils ont fait des escapades à Paris. Il y a eu séparation, dépression….

p. 353****. P. Lévy, La Galante, Plombières, Ed. Ex-aequo, 2010. On ne sait à peu près rien des personnages ; il semble qu’elle enseigne dans un lycée des pays de Loire.

p. 354*. P. Lévy (ex-Voisin) et Armand Lévy, Les Voyageurs de Terra Galanta, Nogent-sur-Marne, éditions Volez !, 2010. Elle écrit, lui dessine et fait des photographies aériennes, ils réalisent ensemble un livre de textes (elle, un récit) et dessins (lui, des avions), Les Voyageurs… Tout donne à penser qu’il s’agit du couple formé dans la rencontre relatée dans La Galante. Ils s’envolent vers Les Saintes, leur paradis est proche de Marie-Galante. On ne peut manquer de noter que le personnage masculin est pilote de tourisme (voir aussi la maison d’édition), et de songer à Baudelaire, « Dis-moi, ton cœur s’envole-t-il parfois Agathe ? » (Moesta et errabunda, déjà cité).

p. 355*. http://www.chateau.rambouillet.fr/​. Les deux pièces directrices étaient une tapisserie des Gobelins réalisée en 1751 sur un carton de Boucher consacré au thème de Psyché et d’un dossier de fauteuil orné d’une scène d’escarpolette. Le dossier pédagogique inclut l’analyse de deux Lais de Marie de France et de L’Escarpolette et Le Verrou de Fragonard ; ce qui fait au sens propre, sortir du château en renvoyant vers des œuvres conservées ailleurs.

p. 355**. Outre l’embarras que crée le fait de combiner de la sorte « l’Art Rococo » et « plus largement, l’Amour galant » sans qu’il soit clair s’il y va d’un reflet (l’art rococo reflétant un phénomène plus large, l’amour galant) ou d’une participation active ( cet art aurait contribué à définir ce que serait cet amour ; la seconde partie du dossier, dans sa recherche d’une définition de l’amour galant, suggèrerait d’envisager la chose ainsi).

p. 356*. Musée du Louvre, 26/04- 09/07 2007, « La collection La Caze », ss. la dir. de G. Farnoult. Catalogue : La Collection La Caze, Paris, Musée du Louvre-Hazan, 2007 (1 vol. + 1 CDRom)..

p. 356**. Cette opération venait dans le fil du réaménagement de la salle Watteau (salle 36) du musée et contribuait ainsi à la publicité de la collection permanente.

p. 356***. Elle bénéficie aussi du fait que le style musical a eu au XVIIIe siècle la plus grande extension européenne, plus que le littéraire, le théâtral et même le pictural (ce qui se manifeste bien par exemple dans les récents enregistrements Galanterie : The Twilight of the Lute, par John Schneiderman, BGS Records, 2007-2015, 3 vol.) et qu’il a été très actif au tournant des xixe et xxe siècles.

p. 357*. Voir : www.philarmoniedeparis.fr/ , www.rameau2014.fr ( par le Centre de Musique Baroque de Versailles) et www.music.oc.ac.uk/oxford-international-rameau-conference. On notera que Couperin avait fait l’objet de même complétudes des enregistrements : v. J.-F. Couperin, Les quatre livres de pièces de clavecin, p. Ch. Rousset, Harmonia Mundi, 1993-95.

p. 357**. Les Indes galantes, p. Laura Scozzi (m.e.s.) et Ch. Rousset (dir.), Toulouse, Théâtre du Capitole, 2012. On notera qu’à la différence de la Pastorale évoquée plus haut, en ce cas il s’agit bien d’interpréter Rameau et non pas de se servir de son œuvre comme un interprétant des imageries amoureuses d’aujourd’hui. On note aussi la vitalité de L’Europe galante : dernière reprise en date mai 2016 à Versailles par les étudiants du Département de Musique anciennes du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris. On voit le rôle des conservatoires et des centres spécialisés dans le Baroque.

p. 357***. www.Fetesgalantes.com/ . La compagnie a été fondée en 1998 par Brigitte Massin. Elle inclut depuis 2003 un Atelier de Recherche et de Formation destiné non seulement à des reprises d’œuvres d’époque mais aussi à des créations nouvelles. Pour attester de cette visée qui veut combiner reprises patrimoniales et conceptions neuves, l’appellation a été élargie en « Atelier Baroque » et le projet désigné comme « post-baroque » : à entendre comme « au-delà du temps de la redécouverte et reconstitution du baroque ». Le but est de « quitter les plateaux et les salles feutrées des opéras pour rejoindre les grands plateaux de la modernité culturelle frontalisée », donc de s’adapter aux salles du réseau issu de la Décentralisation (Centres Dramatiques Nationaux et Régionaux, MJC….).

p. 357****. On notera qu’en musique et en danse, la catégorie du Baroque (qu’on retrouvera un peu plus loin) offre un cadre plus commode qu’en littérature. Pour cette dernière, lorsqu’elle a été importée, voici plus de 60 ans, il s’agissait de contester l’hégémonie académique du Classicisme, mais elle a été vite cantonnée à une période « pré-classique ». Tandis qu’en musique et en danse, comme il existe de longue date une opposition entre le « classique » et le « moderne », le baroque est entré en jeu avec une acception historique étendue : le classique y renvoie à une manière générale, dont le baroque chapeaute, en gros, tout ce qui correspond à l’Ancien Régime français (ainsi le Centre de Musique Baroque de Versailles calquait, à l’origine, sa référence historique sur l’histoire du château avant la Révolution). Le style galant apparaît ainsi comme une partie nécessaire du baroque : un Te Deum composé pour célébrer les victoires de Louis XIV est baroque, mais pas galant ; un opéra de Lully l’est.

p. 357*****. Les jeux d’appellation tracent des catégories, des définitions et hiérarchisations de domaines d’activités, et induisent en retour des hiérarchies entre ceux qui les pratiquent à titre professionnel (curateurs, interprètes…) ou qui les goûtent à titre de spectateurs. De ce fait, l’échelle des hiérarchies fonde son efficacité sur la reconnaissance par le plus grand nombre des mêmes catégories : la distinction s’opère à partir de cette grille commune. En France, l’enseignement littéraire joue un rôle prépondérant dan la constitution de cette grille dans l’espace scolaire. On doit ici souligner le paradoxe qui consiste, chez certains de ceux qui proclament que la France se distingue par sa galanterie et qui souhaitent que celle-ci innerve à nouveau les pratiques de civilité, à continuer d’entretenir des catégories inventées contre, comme le Classicisme.

p. 357******. Cet ordre des termes s’impose et mériterait force commentaire ; mais pour peu qu’on y songe il est assez clair ainsi.

p. 357*******. On pourrait ajouter Le Bourgeois gentilhomme (en 2000) et (en 2007) trois autres comédies-ballets de Molière (Pourceaugnac, L’amour médecin, Le malade imaginaire) ; mais aucune de ces œuvres n’a été alors qualifiée explicitement comme « galante »

p. 358*. Le lien avec la mise au programme des concours de recrutement des professeurs importe. Celle-ci produit en effet une patrimonialisation efficace : par le surcroît de légitimité que le prestige de ces concours confère aux œuvres concernées, et par les effets effectifs qu’induit le réinvestissement ces acquis dans les enseignements que les professeurs ainsi recrutés proposent ensuite à leurs élèves.

p. 358**. Molière, Œuvres complètes, éd. ss. La dir. de G. Forestier, Paris, Gallimard, Pléiade, 2010. Melle de Scudéry, Clélie, éd. p. D. Denis, Paris, Gallimard, Folio, 2001. Nouvelles galantes du xviie siècle, éd. p. M. Escola, Paris, Flammarion-GF, 2004. Ce volume met à disposition d’un large lectorat, outre La Princesse de Montpensier et La Comtesse de Tende de Mme de Lafayette, des textes qui lui étaient jusque là inaccessibles (Dom Carlos de Saint-Réal, Inès de Cordoue de Catherine Bernard, La Duchesse d’Estrémadure de Du Plaisir).

p. 358***. On ne peut que noter au passage comment C. Habib (Galanterie française, p. 147, note 1) critique le « choix résolument élégant » opéré dans le recueil de Nouvelles galantes. Selon elle, il ne rend pas compte du caractère de fourre-tout du genre de la nouvelle galante à l’époque ; mais elle n’interroge pas ce fourre-tout, puisqu’elle rebute, je le rappelle, les textes « qui n’ont rien de galant au sens où nous l’entendons » (c’est moi qui souligne). Cas typique où le dogmatisme (on pose un sens et puis on sélectionne les objets selon qu’ils s’y prêtent ou non !...) obère la relation au patrimoine chez ceux même qui s’en font les hérauts.

p. 358****. La critique s’est longtemps attachée à en faire seulement le premier roman d’analyse : v M. Laugaa, Lectures de La Princesse de Clèves, Paris, A. Colin, 1971, et « Mme de Lafayette », Littératures classiques, N° 15, 1991, p. 195-226.

p. 358*****. Voir cette querelle et sa bibliographie dans « Querelle de La Princesse de Clèves », bas de données AGON, www.base-agon-paris-sorbonne.fr. Voir en même temps Ce que de toute évidence ignorait le Président Nicolas Sarkozy lorsqu’en 2006 il crut drôle d’accuser l’institution d’imposer La Princesse de Clèves comme une lecture vaine (peut-être avait-il eu des professeurs tenants du « classicisme » ?) : les objets culturels mal identifiés peuvent ainsi être propices à toutes les manipulations.

p. 358******. Il suffit de constater que les choix de caractères et l’ajout de commentaires transforment le texte dans sa présence effective. Je renvoie ici aux travaux, notamment, de R. Chartier. Je souligne aussi que la tradition philologique a longtemps considéré comme la « bonne » version la dernière parue du vivant de l’auteur, mais qu’il y a du gain à ressaisir la première, en particulier pour sa valeur d’indice de la génétique du texte.

p. 359*. Molière, Le Bourgeois gentilhomme, m.e.s. p. B. Lazar, dir. artistique V. Dumestre, chrorégraphie C. Rousset.V. www.poemeharmonique.fr/spectacle/le-bourgeois-gentilhomme. Outre la lignée des mises en scène « archéologiques » d’André Antoine, la « diction baroque » a été promue par Eugène Green.

p. 360*. www.chateauversailles-spectacles.fr/spectacles/tags/fetes-galantes.

p. 360**. Annuaire de la noblesse de France, vol. 83, 93e année, Paris, Le Nobiliaire éditeur, 1936, p. 234. Cette fête s’est tenue au Pavillon Buttard, à La Celle Saint-Cloud en mai 1936. Ce Pavillon, gîte de chasse qu’avait fait construire Louis XV, est encore (quoique, à la date où j’écris, les Domaine essayent de le vendre) un monument d’état. On aura bien sûr noté les libertés avec la chronologie – faire danser par Camargo et devant la Pompadour une composition écrite par le Comte d’Artois pour Marie-Antoinette, etc.

p. 361*. Il était assuré par l’Académie de Bartabas. En 2003, à l’initiative de l’artiste-écuyer Bartabas, a été créée aux Grandes écuries de Versailles une Académie équestre. Elle allie la formation à l’équitation et une formation, au chant, à la danse, à l’escrime et à l’art japonais. Elle constitue une branche de Zingaro, le théâtre équestre fondé par Bartabas en 1984. Les spectacles de 2005 évoquaient les carrousels de cour, et les mêlait avec des effets de Sons et Lumières (les jardins illuminés par des torches, les jets d’eau mis en action) et des procédés de théâtre de rue (défilé de gigantesques éléphants de paille portant des dais sous lesquels étaient assis des musiciens).

p. 361**. Acquis au début du xviie siècle par le duc de Sully (le « bon Sully », ministre du « bon roi Henri » IV), puis agrandi au xviiie. On connaît l’image d’Epinal facile du bon Sully empressé, au sortir des guerres de religion, de rétablir la prospérité selon l’adage que « labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ». Le château se situe dans le Val-de-Loire, à l’extrémité de la guirlande des châteaux Renaissance, plus prestigieux que lui : aussi un des soucis de ses gestionnaires actuels est d’attirer les touristes. Et comme le nom de Sully ne suffit pas pour rivaliser avec Chambord ou Chenonceau, il fallait chercher d’autres animations : on trouva le galant : un « lit à la duchesse » acquis en 2008, une fois restauré donna le motif de l’exposition ; il est présenté dans un chambre décorée sur le thème de Psyché, qui justifie le titre. En même temps que ce lit ont été acquis trois autres petits meubles), par restauration (« 1300 heures de travail d’art » pour remettre le lit en son état initial.

p. 362*. La hiérarchie va des « Marquis et Marquise » aux « Duc et Duchesse » et aux « Roi et Reine ». La différence du prix d’entrée se justifie selon les boissons incluses (champagne à volonté ou une seule coupe), l’accès ou non aux parties réservées des Appartements, et les « activités (danse et chant) et les saynètes auxquelles on peut être initié ou seulement regarder.

p. 363*. Parfois ils relèvent d’une homogénéité d’ordre confessionnel : certains rallyes sont organisés par des associations « Loi de 1901 » où l’on discerne de telles références.

p. 363**. Des entreprises d’ « événementiel » (par ex. ABC Salles) offrent leurs services pour trouver et de tels lieux, ainsi qu’éventuellement des formules d’organisation, de 130 à 400 Personnes.

p. 366*. La gêne éprouvée par une part des spectateurs et des critiques manifeste que cette reprise inattendue de ce patrimoine a induit un malaise français.

p. 367*. Voir : http://gelinterrupted.com/​wp-content/​upload/​2015/​10/​milan-fashion-week-2016-spring-sulmmer-news-day-one-best-moments-gucci.

p. 367**. se17.bowdoin.edu/news/michelle-obama-wears-carte-tendre

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Viala, « Notes éditoriales (Dossier C) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2019 - 01 | 2019, mis en ligne le 20 mars 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7361 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.7361

Haut de page

Auteur

Alain Viala

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals