Navigation – Plan du site
Voir le passé

Historiographies humanistes : en regardant le passé, construire le présent

Albert Schirrmeister

Résumé

J’ai pris Alain Bouchart et sa Chronique comme point de départ en guise d’exemple d’une action de faire « voir le passé » comme partie du présent. Bouchart et l’édition d’Éginhard étaient des modèles pour des actions qui ne se sont pas contentées de la force imaginaire des textes pour établir une vision du passé, tandis que le texte de Paolo Giovio a profité des visions d’un passé de l’antiquité pour modeler sa vision du 16e siècle. Giovio, Cuspinian et Loisel livraient des exemples pour l’interaction des différents sens – voir, écouter, toucher (archéologie, ruines …) – dans l’écriture et la lecture. Voir le passé comme accès au passé favorise une expérience sensuelle assez précise qui demande certaines conditions pour pouvoir l’éprouver, donc des actions écrites qui visent cette expérience plutôt qu’une expérience « lectorale ». Bien sûr, les visions se distinguent les unes des autres : Une vision n’est pas forcément une expérience moins intellectuelle, tout au contraire, il est bien possible de lui assigner une perception ordonnée.1 En plus, les actions de produire des visions de passé obéissent à des règles et à des conventions culturelles (épistémologiques, esthétiques, …) qui demandent une réflexion de la vision.2 Pour le 16e siècle, il s’agit d’une production d’évidence par les images qui suggèrent être la seule vérité du passé.
L’ensemble des exemples a montré comment les différents éléments d’un livre – la typographie, la mise en page – étaient utilisés conjointement pour renforcer une vision du passé. Toutes ces actions de faire voir du passé n’ont pas seulement laissé reconnaître les manipulations de la vision du passé, mais surtout des visions manipulées ou manipulatrices (au moins transformatrices) du présent. Le choix des extraits et des versions qu’on fait voir est aussi au 16e siècle une question de pouvoir, parce que, par eux, se décide la définition de ce qui fait partie du passé (comme dans le cas de la maison de Goethe).
Du côté des lecteurs, ces exemples ont permis de réaliser le rapport entre expérience et vision : Comprendre ce qu’on regarde permet de voir ; ne pas comprendre ce qu’on regarde ou qu’on regarde quelque chose rend aveugle. Il y a des expériences indispensables pour comprendre quelque chose comme passé, pour découvrir une vision comme telle – et pour la bien juger.

Haut de page

Texte intégral

1Deux préambules au thème « voir le passé » à l’aide de deux textes du 20e siècle avant de parler des humanistes du xvie siècle :

  • 3 Walter Dirks, « Mut zum Abschied. Zur Wiederherstellung des Frankfurter Goethehauses [août 1947] », (...)
  • 4 Ibid., p. 190 : « Wenn aber an der Stelle, wo dieses Haus stand, seine Maske steht, so erschlägt di (...)
  • 5 Ibid, p. 192sq. : « Das Haus am Hirschgraben ist nicht durch einen Bügeleisenbrand oder einen Blitz (...)

21. En 1947, le journaliste et essayiste Walter Dirks argumente vivement contre la reconstruction de la maison paternelle de Goethe à Francfort, car l’intention revenait à une révocation de l’histoire « comme si rien ne s'était passé. Mais il s’est passé quelque chose et ces événements sont irrévocables3. » Pour lui, reconstruire la maison du « Hirschgraben » serait une falsification honteuse. Le modèle trompeur revendiquait à tort le caractère numineux de l’authenticité : « Goethe n’a pas vécu ici4 ». W. Dirks ajoute que ce serait une tentative illégitime d’effacer une partie de l’histoire en faveur d’une autre : « La destruction de cette maison fait partie de l’histoire intellectuelle allemande et européenne, de la même façon que sa construction dans le style d’une maison bourgeoise gothique, comme sa restructuration dans l’esprit des temps modernes, et comme la consécration par leurs habitants il y a deux siècles et il y a un siècle et demi et enfin aussi comme l’apothéose douteuse dans le siècle bourgeois. Nous ne devrions pas essayer d’effacer ce dernier chapitre d’une longue histoire : l’effondrement ; ce chapitre est important et éloquent ; c’est la pointe et nous pourrions en voir disparaître la signification. Une seule chose est convenable et grande : Accepter le jugement de l’histoire, il est définitif. 5 »

3Bien sûr, la maison paternelle de Goethe fut reconstruite en 1949 à l’occasion du deux centième anniversaire de la naissance de l’écrivain, tout comme le château de Berlin sera bientôt reconstruit : l’appel de Dirks à agir contre le ‘caractère restauratif de l’époque’ après le nazisme, se perdait. Malgré tout, son article expliquait clairement que chaque vision du passé change ce passé et le présent en même temps. Le choix des extraits et des versions que l’on fait voir est une question de pouvoir ; par ce choix se décide la définition de ce qui fait partie du passé.

  • 6 John Berger, « Drawn to that Moment (1976) », Sense of sight, p. 146-151 : « When my father died re (...)

42. En 1976, l’écrivain et peintre John Berger revenait sur la façon dont il avait dessiné son père mourant. Il décrivait cette expérience comme chargée d'une intensité incomparable qui aurait abouti à un effort pour atteindre une objectivité absolue, puisque, de tout ce qu’il voyait, il ne resterait que son dessin. La tâche qu'il avait choisi d'accomplir pesait sur lui et provoquait des émotions profondes mais aussi le sentiment que toute la vie, tout le caractère et le destin de son père se manifestaient dans les lignes de son portrait. Berger est convaincu que personne ne pourrait confondre le dessin de son père mourant avec le dessin d’un homme qui dort – à cause de l’objectivité définitive qui reste à la fin. Et il mit un terme à ses réflexions sur l’instant dessiné par cette phrase : « Chaque jour, quelque chose de plus de la vie de mon père revient dans le dessin devant mes yeux. »6

5Dans son texte, John Berger insiste surtout sur deux traits des actions liées à « voir le passé » : Premièrement la réciprocité entre subjectivité et objectivité : Là où, pour lui, le dessin choisi pour son bureau se remplit de plus en plus des aspects de la vie de son père, les visiteurs ne reconnaissent qu’un masque de mort. Deuxièmement, cette évolution montre bien la dynamique inhérente à une vision : un dessin une fois fini n’impose pas une vue définitive et singulière.

  • 7 Une partie des réflexions qui suivent a été formulé en une version allemande : Albert Schirrmeister(...)

6À partir de ces observations prises comme point de départ et comme arrière-plan, je vais utiliser quelques exemples de l’historiographie du xvie siècle, plutôt humaniste, pour développer ces hypothèses7. J’ai choisi des exemples qui, je l'espère, permettront de montrer comment et pourquoi quelque chose est donné à voir et comment ces passés visibles se distinguent d’un passé raconté. Par ailleurs, j’ai choisi des textes qui diffèrent sur de nombreux points : une édition de la biographie de Charlemagne par Éginhard, un extrait d’une histoire contemporaine de Paolo Giovio et un extrait des Remonstrances d’Antoine Loisel de la fin du xvie siècle. Pour commencer, je vais aborder quelques éléments des Grandes chroniques de Bretagne d’Alain Bouchart.

Alain Bouchart : Voir le passé présent

  • 8 Alain Bouchart Grandes croniques de Bretaigne. Éd. Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Paris, É (...)

7Il s’agit ici d’une chronique assez conventionnelle qui est imprégnée des traditions historiographiques du Moyen Âge. Elle offre une belle possibilité pour discuter des relations entre des images (en l'occurrence des vues) d’un passé et la question de distance ou de rapprochement du passé vers un temps présent8.

8Alain Bouchart (1478-1530) a écrit cette chronique, commande de la duchesse Anne de Bretagne, après à la fin de l’indépendance de la Bretagne : En 1490, après la mort de son père, le duc François II, Anne avait été mariée par procuration avec le futur empereur Maximilien Ier, un mariage auquel elle dut renoncer en faveur du roi de France, Charles VIII qui tentait ainsi d’empêcher l'arrivée d'un duc habsbourgeois à l’Ouest de son royaume. Devenue reine de France, Anne se voit interdire de porter le titre de duchesse de Bretagne. Mais après la mort de Charles VIII en 1498, elle reprend la tête de l’administration du duché et par son mariage avec Louis XII la même année, elle retrouve tous ses droits sur la Bretagne en tant que seule héritière.

  • 9 Feuillet cccl - [cccli]. On peut saisir l’importance de cette liste, en se rendant compte qu‘elle a (...)
  • 10 Laurence Moal, « Les peuples étrangers dans les chroniques bretonnes à la fin du Moyen Âge », Revue (...)

9Pour consolider cette situation assez favorable, Anne entreprend différentes démarches, entre autres elle commande à Alain Bouchart d’écrire une histoire de la Bretagne susceptible de célébrer sa grandeur. Les « grandes chroniques » – le titre renvoie bien sûr aux « grandes chroniques » du royaume – affichent d'emblée leur dimension conventionnelle. Elles commencent par un premier livre qui assure l’intégration de l’histoire de la Bretagne dans l’histoire du Salut ; ce livre commence donc à l'origine du monde et relate l’histoire universelle jusqu’à la nativité du Christ. Avec le deuxième livre commence la narration de l’histoire de la Bretagne. à la fin du livre imprimé, se trouve cette liste http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k52235p/​f4.item.r=Alain %20Bouchart,%20Les%20Grandes%20Croniques qui donne à voir – et en un coup d’œil – la longue durée de l’histoire de Bretagne9. Dans ce cas précis, on peut parler d’un voir, d’une vision qui n’est pas forcément une lecture, même quand il s’agit d’écrits : Il n’est pas nécessaire d’apercevoir tous les items, de lire la liste pour la comprendre comme témoin de la longue durée de la Bretagne. Donne-t-elle à voir un passé ? Certainement pas, par contre elle donne à voir la succession des temps (series temporum) et surtout l’identité de la Bretagne au fil du temps. Certaines césures sont bien visibles : Les noms des rois bretons de la Grande Bretagne, avec Lucius comme premier roi chrétien, jusqu’au premier roi anglais Adelscanus. Puis, s’ensuivent les noms des rois bretons de Bretagne armorique et les noms des ducs de Bretagne  mais cela n’empêche pas de voir l’identité de l’ensemble. évidemment, il serait outrancier de dire qu’il n’existe pas de passé dans cette chronique, que tout est présence ; mais cette formule exagérée est bien utile pour faire comprendre l’interprétation du passé comme élément du présent qui domine cette chronique10.

  • 11 Feuillet 118v (Bouchart 1986, t. 1, S. 405 ff)

10Deux exemples vont souligner cette thèse : tout d’abord l’image qui accompagne la narration « Comment le duc Alain quatriesme crea premierement les sieges de la justice et du parlement de Bretaigne11 » :

11On voit une scène concrète de l’histoire de la Bretagne dont la narration est tout aussi concrète : on voit donc le passé, et on peut se demander si seule l’importance de l’événement a justifié l'ajout de l’image ou si Bouchart a cherché à renforcer la crédibilité de sa narration. En tout cas, l’exactitude rigoureuse et de la narration et de l’image et leur correspondance sont assez frappantes :

  • 12 Feuillet 119r.

« Premierement fut assis le Duc estant en habit Royal Et a sa dextre estoient assis ung peu plus bas Le conte de Nantes frere du duc Henry seigneur de Contestin frere du Roy Dangleterre qui estoit cousin du duc Geffroy conte de Pentheure et le conte Estienne son frere aux piez du duc estoit assis son chancelier et du coste luy estoit assis le seigneur de Guemene qui pour raison de son heritaige tenoit entre ses mains ung coessin de drapdor et sur iceluy portoit une couronne dor a haulz florons dune haulteur richement garnie de precieuses pierres. De lautre coste du chancelier estoit assis le seigneur de Blossac grant escuier qui portoit et tenoit lespee Apres sasiete des seigneurs du sang qui estoient a la dextre furent assis de celuy mesme coste les neuf evesques de Bretaigne en tel ordre Larcevesque de Dol nomme Baldricus qui vivait lors. »12

Feuillet 119v s’ensuivent des listes des dignitaires :

« Les evesques de Bretaigne […)], les abbez de Bretaigne […]
A la senestre furent assis les neuf barons de bretaigne en lordre qui en suit […]

Et les banneretz de Bretaigne furent assis chacun en son ordre. Semblablement furent assis les presidents et conseillers diceluy parlement et en leur renc les senechaulx de rennes et de nantes ung president et quatre maistres des comptes. »

  • 13 Feuillet 237v ; Bouchart 1986, t. 2, p. 270.
  • 14 Le titre du chapitre se trouve à la page précédente, le chapitre lui-même à la page suivante ; Bouc (...)
  • 15 Bouchart 1986, t. 2, p. 362.
  • 16 Bouchart 1986, t. 2, p. 380.

12Cette description en forme de tableau donne l’impression de voir vraiment un passé concret et unique, de voir un événement. Mais cette impression se révèle trompeuse. La même image est utilisée pour plusieurs scènes différentes : à la fin du troisième livre avec la signature : « L’arrest de Parlement donné contre ceulx de Painthievre13 » ; sur le feuillet 286r pour illustrer ce texte : « du duc de Bretaigne François premier de ce nom; comment il espousa Madame Ysabel d’Escoce, fille dur Roy d’escoce, et de son entree comme duc à Rennes »14 ; Sur le feuillet 301v pour illustrer « comment le duc Pierre de Bretaigne tint son parlement general en la ville de Rennes »15 ; sur le feuillet 309r pour garnir « Comment François de Bretaigne, nepveu du Duc Artur dernier trespassé, fist à Rennes son entree comme duc de Bretaigne ».16

13Ce que l’on voit là, sur cette gravure sur bois, n’est donc pas une unique scène au sein du parlement, ce n’est pas un passé, c’est le passé qui continue, c’est le passé qui n’est pas passé.

  • 17 Les autres utilisations à part celle mentionnée en bas : Au début, sans pagination [Fol. Aai]r (Bou (...)
  • 18 Feuillet 135r ; Bouchart 1986, t. 1, p. 454.

14Ce constat vaut aussi pour les images des armes des ducs de Bretagne. La version des armes est toujours la même17, bien que Bouchart indique que les armes ont été enrichies entretemps. Même à ce moment-là de la narration, l’image accompagnant le texte est celle des armes actuelles des ducs de Bretagne et non celles du passé. La note marginale du chapitre consacré à la proclamation de Pierre de Dreux comme duc (1213) indique l’importance de ce moment : « Les armes de Bretaigne changees18 ;

15L’exemplaire colorié utilise une autre gravure sur bois, les armes de Claude de France, tenues par un ange et une salamandre :

  • 19 Feuillet 351v ; Bouchart 1986, t. 2, p. 505.

16À la fin du livre, on note une variante importante par rapport aux autres cas qui utilisent les armes en hermine de Jean III : ici, ce sont les armes de la commanditaire, Anne de Bretagne19.

  • 20 Pour cette raison, il est incompréhensible que l’édition d’Auger et Jeanneau de la chronique renonc (...)

17Les illustrations des « grandes chroniques » de Bouchart rétrécissent donc la perspective du texte : alors que le texte évoque les changements historiques (par exemple, des armes), les images construisent au contraire le passé comme élément du présent. On pourrait aussi parler d’une dissimulation du passé en forme de trompe l’œil. La chronique qui se veut une confirmation de la grandeur de la Bretagne nie l’écart entre passé et présent et s’approprie le passé par une perspective qui réactualise le passé comme une partie du présent. La vision du passé se pose au-dessus de la narration historique ; sans les images, le sens de la chronique n’est pas compréhensible dans toute son ampleur.20

Éginhard et le « Carolus maximus »

  • 21 Einhard, Vita et Gesta Karoli Magni. Éd. Hermann von Neuenahr. Cologne 1521. Digitalisat : http://n (...)

18C’est sept ans plus tard, dans un tout autre contexte, que Hermann von Neuenahr, un chanoine, prévôt humaniste à Cologne et ami d’érasme, publie la première édition imprimée de la biographie de Charlemagne par Éginhard – un texte bien connu tout au long du Moyen Âge en Allemagne et en France21. À part le caractère et les actes de Charlemagne, ce texte décrit aussi son physique et ses habits :

« Charles était gros, robuste et d’une taille élevée, mais bien proportionnée, et qui n’excédait pas en hauteur sept fois la langueur de son pied. Il avait le sommet de la tête rond, les yeux grands et vifs, le nez un peu long, les cheveux beaux, la physionomie ouverte et gaie ; qu’il fût assis ou debout, toute sa personne commandait le respect et respirait la dignité ; bien qu’il eût le cou gros et court et le ventre proéminent, la juste proportion du reste de ses membres cachait ces défauts ; il marchait d’un pas ferme ; tous les mouvements de son corps présentaient quelque chose de mâle, sa voix, quoique perçante, paraissait trop grêle pour son corps. […]

  • 22 Einhardi Vita Karoli Magni. Éd. Oswald Holder-Egger. Hannover 6. éd. 1911 (MGH SS rer. Germ. Band 2 (...)

Le costume ordinaire du roi était celui de ses pères, l’habit des Francs, il avait sur la peau une chemise et des haut-de-chausses de toile de lin ; par-dessus étaient une tunique serrée avec une ceinture de soie et des chaussettes ; des bandelettes entouraient ses jambes, des sandales renfermaient ses pieds, et l’hiver un justaucorps de peau de loutre lui garantissait la poitrine et les épaules contre le froid. »22

19Jusqu’à la publication de cette première édition imprimée, cette description n’a produit aucun effet sur les images de l’Empereur. Mais cette édition a été publiée à l’occasion de l’avènement et du couronnement de l’empereur Charles Quint en Allemagne. L’occasion est alors saisie de rapprocher sur la page de titre http://daten.digitale-sammlungen.de/​bsb00004353/​image_3 l’ancien et l’Actuel « Carolus ». Ce n’est qu’ici qu’on peut observer une nouvelle vision du passé qui prend en considération les descriptions d’Éginhard et les transcrit littéralement en image.

20L’intérêt de l’image est de soutenir une distance historique et civilisatrice qui ne nie pas les louanges données par Éginhard à Charlemagne et ses efforts en faveur de la culture littéraire, mais qui tend à établir Charles Quint comme « Carolus Maximus » après « Carolus Magnus ».

  • 23 C’est l’intérprétation mentionné par Tischler (p. 1667 f.).
  • 24 Susanna Burghartz, « Alt, neu oder jung? Zur Neuheit der "Neuen Welt" », Die Wahrnehmung des Neuen (...)
  • 25 Je remercie Christian Jouhaud pour cette remarque pendant la discussion.

21Charlemagne ne porte pas – comme c'est habituellement le cas sur les illustrations médiévales des empereurs (parfois même de César) – la couronne impériale avec son arceau caractéristique, mais des parures de tête qui pourraient représenter une couronne de rayons semblable à ce que l'on peut voir sur les monnaies romaines, ou semblables à des parures de plumes utilisées vers la fin du xvie siècle pour dessiner des autochtones américains. Le personnage de Charlemagne ne porte donc pas seulement une barbe mais il est vraiment représenté comme un barbare – et ce d'autant plus qu'on le voit à côté du jeune Charles Quint habillé à la mode et qui peut être reconnu à la fois par sa physionomie habsbourgienne et par ses insignes. D’un autre côté, et a contrario, l’image contient des éléments indiquant que les deux Caroli font partie d’une seule série : les armes communes dans les coins inférieurs, les noms et la numérotation23. Charlemagne devient une figure fondatrice que Charles Quint devrait surpasser pour devenir vraiment Carolus maximus. La représentation des deux personnages est composée par des éléments typologiques (les insignes, les armes) et des éléments mimétiques modelés d’après les buts historiographiques et idéologiques. À la place d’une affirmation d’identité des temps passés et du présent, la gravure pose une affirmation de distance qui construit la grandeur de Charles Quint comme progrès civilisationnel extraordinaire. La distance temporelle par rapport au grand empereur Charles I acquiert une position comparable à celle décrite par Susanna Burghartz lorsqu'elle met en parallèle des Pictes et des autochtones américains dans les imprimés de De Bry24. Un détail aide à décoder un autre énoncé : les deux empereurs débordent du cadre de l’image25 ; ils touchent avec leurs pieds les armes impériales et s’appuient donc sur le Saint Empire comme garant perpétuel de l’histoire et établissent ainsi le lien entre passé et présent. Mais pour imposer cette vision contre tout usage, la cohérence et l’accord entre texte et image sont indispensables. L’image explicite les descriptions et les met en contexte. Il s’agit donc ici d’une vision du passé élaborée pour des contemporains et pour façonner leur vision du temps présent. L’illustration acquiert ainsi une position d’objectivité pour produire une évidence de la perspective qui fixe définitivement la distance entre passé et présent.

Voir et toucher le passé : inscriptions et monnaies

  • 26 Johannes Cuspinian, De Caesaribus atque imperatoribus romanis opus insigne, s.l. 1540 ; Voir pour l (...)

22À l’occasion des recherches sur le passé antique, d’autres supports de représentations du passé ont été utilisés pour établir une vue nouvelle sur l’histoire : Johannes Cuspinian, humaniste et diplomate au service de l’empereur Maximilien Ier n’a certes pas été le premier à combiner biographies d'empereurs romains et images prises sur des pièces de monnaie, mais à partir de sa propre collection, il a publié la série la plus complète de biographies d’empereurs. La seule image acceptable pour représenter un empereur de l’antiquité était celle qualifiée d'authentique : en l'absence d'une telle image, il était préférable que la biographie d’un empereur restât non illustrée :26

  • 27 Voir à ce sujet Martin Ott, « Gelehrte Topographie im Geist des Altertums: Antike Inschriften und d (...)
  • 28 Voir pour les images de monnaie : Johannes Helmrath, « Die Aura der Kaisermünze. Bild-Text-Studien (...)

23Comme pour les personnages, la perception visuelle d’un passé matériel change au cours du xvie siècle. Au début, il était surtout important de respecter l’ordre spatial des inscriptions pour leur disposition à l'intérieur des collections imprimées des inscriptions romaines, mais, peu à peu, il devint d'usage de respecter surtout les formes originales de chaque inscription pour leur reproduction. C’est ainsi que les inscriptions d’Augsbourg ont été utilisées comme témoignage d’une participation de cette ville à la culture romaine.27 Les collections de pièces de monnaie constituent l’exemple paradigmatique d'une reproduction matériellement exacte. Outre la vision d’un passé, les collections d’inscriptions et de pièces de monnaie permettent de saisir l’importance des autres sens pour la perception du passé. 28 La visibilité des vestiges du passé remplace, dans les livres, la possibilité de toucher ce passé.

Voir et écouter le passé par les citations

24La technique littéraire des humanistes qui consistait à écrire des histoires de leur temps en citant des historiens romains mobilise de même une combinaison de différents sens pour établir une perception du passé. Pour illustrer cette manière de faire, je me réfère à Paolo Giovio et en particulier à un passage des 45 livres des Historiae sui temporis, une narration des événements survenus en Italie depuis l’invasion des Français en 1494 jusqu’à 1547, associée à une discussion de ses effets sur les situations politiques en Europe. Paolo Giovio, qui a vécu de 1483 à 1552, a mis 30 ans à écrire cette somme historiographique qui est louée par quelques-uns de ses contemporains pour son élégance – il en a récité des passages devant le pape Léon X.

  • 29 Elle est surtout déjà soumise à une analyse philologique détaillée d’Elisabeth Stein à qui j’emprun (...)
  • 30 Tous les exemples qui suivent d’après l’étude d’Elisabeth Stein. Voir p.e. Giovio, Historiae sui te (...)
  • 31 Par exemple : oculis contemplari, inspicere (11, 206), despectus, visere (11, 207). Il faut ajouter (...)

25La narration de la bataille de Flodden Field montre très bien la nature du travail littéraire effectué par Giovio.29 Cette bataille du 9 septembre 1513 a eu lieu au nord de l’Angleterre entre l’armée écossaise, commandée par le roi Jacques IV, et une armée anglaise, commandée par Thomas Howard, comte de Surrey. Ces luttes entre les Ecossais et les Anglais font partie des guerres de la ligue de Cambrai. Jacques IV profite de l’absence du roi anglais Henri VIII pour tenter une invasion en Angleterre. La bataille se termine par une défaite des Écossais et la mort du roi Jacques. Avant que Giovio ne décrive la bataille, il donne une description géographique, culturelle, ethnographique et historique de la Grande Bretagne et dessine le caractère de Jacques et ses motifs pour l’attaque. Elisabeth Stein a déjà mis en valeur la force suggestive du texte de Giovio. Pour nous, il est surtout important de reconnaître qu’il a réussi à dynamiser son récit par les ruptures de scènes, le changement du temps de récit qui passe de l’imparfait au présent30 et par l’accumulation de verbes de perception visuelle (verba videndi)31. Ce sont des procédés que les historiens romains utilisent beaucoup et que Lucien de Samosate conseille aux historiens.

  • 32 Ainsi Giovio, Historiae sui temporis 11, 209 (187v).
  • 33 Et ainsi Giovio, Historiae sui temporis 11, 206 (184r): intererat tantum flumen Tylius inter bina c (...)

26Giovio atteint un effet d’immédiateté par un glissement du mode diégétique au mode mimétique, avec une deixis temporelle (iam et nunc) qui conduit le lecteur ou l’auditeur de vers une proximité locale et temporelle des actions. Le texte se présente donc vraiment comme une tentative pour faire voir un passé. Mais il faut se demander : quel passé voit-on vraiment ? Si on regarde avec les yeux bien éduqués d’un philologue, on peut se rendre compte que ce n’est pas le roi Jacques qui meurt, mais Catilina chez Salluste : (Tum vero Iacobus ... in confertissimos hostes procurrit; ibique pugnans confoditur. Sall. Cat. 60,7: Catilina ... in confertissumos hostes incurrit ibique pugnans confoditur)32. Avant cette scène tirée de Salluste, on n’était pas avec le roi Jacques en train de regarder les alentours de Flodden Field, mais on était avec César du côté d’Alésia : Historiae sui temporis 11, 207 (185v): erat ex eo monte despectus in subiectos campos – César, Bellum Gallicum 7,79,3: Erat ex oppido Alesia despectus in campum. La peur que les Anglais ne deviennent trop puissants éprouvée par le roi Jacques (nimio plus crescere rem Anglicanam) était d’abord la peur de Turnus vis-à-vis de la puissance croissante des Romains, telle qu’elle est énoncée par Tite-Live.33

  • 34 Voir Salluste, Bellum Jugurthinum113,3 : voltu et oculis pariter atque animo varius.

27Je vous épargne d’autres citations (celle, par exemple, de la versatilité de Jacques  (multum animo varians) qui est en fait celle du Maure qui trahit Jugurtha chez Salluste34), mais on pourrait, avec l’aide d’Elisabeth Stein, continuer plus longtemps à suivre les descriptions des combats, qui viennent presque dans leur totalité de Tite-Live et de la biographie d’Agricola par Tacite, des descriptions topographiques qui viennent de César, soit du Bellum Gallicum, soit du Bellum Civile.

28Comment faudrait-il interpréter cette façon de « faire voir le passé » ? Premièrement, cela montre bien que le passé qu’on croit voir n’est pas du tout le même pour tous les lecteurs. Il me semble que les effets produits par la reconnaissance de l’origine des formulations sont tout à fait différents pour un philologue du xxie siècle et pour un humaniste du xvie siècle. Pour le premier, cette technique prouve d’abord la virtuosité professionnelle (rhétorique, stylistique) de l’auteur tandis que, pour l’humaniste, les mots de César et de Tite-Live enrichissent davantage la dignité de l’événement et soulignent son importance dans le domaine politique : une bataille doit se dérouler comme Tite-Live la décrit, un chef d’armée meurt comme le décrit Salluste. Ce n’est qu’en transformant le passé du xvie siècle en un passé romain qu’il devient visible en tant qu’événement historique, ce n’est qu’ainsi que l’image atteint la force d’une évidence convaincante dissimulant toute interprétation.

29Ce texte et sa vision exhibent qu’il n’est pas évident pour un lecteur de s’apercevoir qu’il regarde quelque chose ou quelqu’un – il n’est d’ailleurs pas évident qu’il comprenne ce qu’il regarde. Dans le cas contraire, il devient un voyant aveugle. Ce texte introduit (comme d’autres textes humanistes qui opèrent de la même façon) une perception auditive du passé qui suggère d’une manière plutôt subliminale l’identité du passé romain avec le passé anglais décrit dans cette démarche historiographique.

Antoine Loisel et la production d’une vision du passé pour le futur

  • 35 M. A. L’Oisel [Loisel], Homonoee ou de l'accord et union des subiects du Roy sous son obeissance. P (...)

30Si j’ai autant insisté sur les tentatives de production des vues d’un passé matériel, c’est parce qu’il me semble qu’elles jouent un rôle prééminent dans les discussions politiques pour donner sens au passé et qu’elles ont été utilisées consciemment pour poursuivre des buts politiques. Le dernier exemple procède aussi en ce sens : deux remontrances prononcées par Antoine Loisel (1536-1617) lors de ses tentatives de pacification au temps des guerres de religion en 1584 alors qu’il était procureur général à Périgueux35.

31Le caractère adressé des textes produit des effets sur la qualité suggestive de la vision du passé. Il combine différentes façons de faire voir le passé : d’abord l’expérience des temps de guerre, par comparaison avec les temps de paix. Ensuite, il met en relation les inscriptions antiques, les découvertes archéologiques, avec le temps présent et la valeur des événements contemporains et ses efforts pacificateurs.

  • 36 Loisel, La Guyenne, p. 144 : « Et si ne sera ia besoing vous representer infinies pertes & ruines d (...)
  • 37 Loisel, La Guyenne, p. 146, Virgile, éclogue 1, vers 70sq. et Virgile, Éclogue 9 : « Et cependant a (...)

32Dans le premier texte, Loisel donne d’emblée sa vision aux habitants de Périgueux. Il leur présente deux tableaux de Périgueux en guise de comparaison. La signification de ces deux tableaux est soulignée par un cadre formé par une mise en contexte avec des exemples de l’histoire universelle36 et des citations de Virgile37 par lesquelles Loisel introduit la perspective de sa vision : les effets désastreux des « maux de la discorde ». Il désigne d’abord une image détaillée des qualités de Périgueux dans un passé paisible :

« … [ceste ville de Perigueux] Car s’est il veu ville en France, de la qualité quelle est, plus superbe ne plus délicieuse qu’elle estoit ? ny en laquelle le clergé se fust rendu plus pompeux & venerable, la Iustice ait esté plus reveree & respectee, les Bourgeois, & Marchans plus estimés, les Eglises plus magnifiquement basties, mieux ornees ny plus frequentees, les maisons construictes avec plus d’artifice & de meilleure estoffe, mieux meublees & accommodees, les faillies de la ville & Cité, les fauxbourgs, les iardinages & prairies bordees & voisines quasi de toutes parts de ceste belle & douce riviuere de Lisle, plus plaisants & delicieux ? »

33Les éléments de ce tableau annoncent les différents aspects et domaines de la vie communale : les institutions juridiques et religieuses, les acteurs civils, les bâtiments et leurs équipements, l’aménagement des alentours. Cet ensemble qui est combiné avec beaucoup de soin produit l’image d’une ville parfaite. Mais c’est la vision d’un passé :

« Et toutesfois vous avez veu par le venin de division, que la discorde de ce Royaume & de ces provinces a ietté sur vous, pendant ces dernieres annees, que tout en un coup vos amitiez, parentez, & alliances ont esté rompues & desunies, vos Eglises & une grande partie des plus beaux edifices tant publics que privez ruinez de fonds en comble, vos rues remplies d’ordures & de demolitions vos meubles ravis & emportez, le Clergé deschassé & exilé, la iustice vagabonde & contraincte aller loger ailleurs, les bons Bourgeois & marchans pour la pluspart pillez & rançonnez. En somme toute vostre ville tellement desolee & deserte, & que pour le dire en un mot quiconque vouloit voir la ville de Perigueux, il la falloit aller chercher hors de Perigueux. »

34Ce deuxième tableau reprend les mêmes éléments de la vie civile et les tourne en son contraire. Le lieu du passé n’est pas le même dans le présent, une vision du (bon) passé n’est possible qu’en d’autres lieux : il faut chercher Périgueux en dehors de Périgueux. Le changement de temps se manifeste dans un changement de lieu. Ce que Loisel laisse apparaître ici, d’une manière concentrée et avec des intérêts actuels, c’est la spatialité du passé – rien qu’en peignant un tableau, il est possible d’établir une vision du passé.

35L’insertion dans le contexte discursif de l’érudition des humanistes n’est rien d’autre que le cadre de cette remontrance. Dans la deuxième remontrance, leur style de pensée occupe le centre de l’argumentation :

  • 38 Antoine Loisel, Perigueux II. Ou Continuation de l’Homonoee, accord et union des subiects du Roy so (...)
  • 39 Loisel, La Guyenne, p. 182-189.

« Perigueux II. Ou Continuation de l’Homonoee, accord et union des subiects du Roy soubs son obeissance. [Remostrance faicte en la ville de Perigueux, à l’ouverture de la Chambre de Iustice, le Mardy 10. Ianvier 1584]38
(…)
3. Du bien que la Ville de Perigueux et tout le Perigord en ont receu, à comparaison de leurs autres honneurs anciens et modernes : avec quelques antiquitez de nouvel descouvertes entre lesquelles l’ancien non de Vesunnee rendu à la cité de Perigueux.
[3.] Les nations et pays des Perigoudins sont renommés & celebrés par les autheurs, non seulement dés les premiers fondemens de la Religion chrestienne par vos Pesages, Paternes, Cybars ou Eparche le Reclus tant estimés par Sulpice Severe, Gregoire de Tours & autres : mais aussi dés la premiere memoire & remarque des Gaules en Iules Caesar, Strabon & autres : orné & enrichy de plusieurs villes ; & singulierement de ceste Metropolitaine de Perigueux tresbien bastie en murailles, forteresses & maisons : & d’une cité tres-ancienne, & d’ouvrage vrayment Romain, selon ce qu’il appert non seulement par vostre PORTA ROMANA, qui en retient encores & le nom & la structure : Mais aussi par la ceinture de ses murailles ; & de ces pourpris, temples & Basiliques qui se lisent encores es restes de ceste inscription. CONSAEPTVM OMNE CIRCA TEMPLVM ET BASILICAS DVAS CVM CAETERIS ORNAMENTIS AC MVNIMENTIS & c. Le tout envoisiné de cest Amphiteatre, que l’aage ny les rages & ravages des Goths, Sarrazins, Normans, & Anglois : ny tous les troubles des annees passees n’ont sceu tellement destruire, que les marques n’en demeurent encores tres-apparentes : ny empescher que d’une partie de ce que dessus nous n’ayons preuves trescertaines par les demeurans de voz inscriptions anciennes. Entre lesquelles cest eschantillon vous doibt estre en singuliere recommandation qui vous n’agueres & depuis l’arrivee de ceste Chambre esté si heureusement descouvert & monstré, qu’il merite d’estre icy publié & en chassé TVTELAE AVG : VESVNNAE SECVNDVS SOTTI. L.D.S.D. […] Toutes ces remarques, dy-ie, monstrent clairement & la noblesse & l’antiquité de Perigueux. […] Mais les ruines & morceaux de pierres que vous voyez de presen en leurs places, monstrent evidemment que c’estoient choses terriennes, caducques & mortelles. Vous avez encores en ce païs les tiltres & dignitez d’Eveschez, Contez, & Seneschaulcees ; quatre Baronnies & plusieurs grandes Seigneuries particulieres vous avez eu l’honneur des seances des Grands iours du Parlement de Bordeaux, & de la court des Aydes des pais de Guyenne, Poictou, & Auvergne. Mais tout cela ne peut, soubz correction, estre comparé a celuy qu’avez receu par la troisieme seance de la Cour de iustice. Car outre ce quelle est extraicte du milieu de ce grand Parlement de France, vray & sacrosainct temple de la iustice : le choix qui en a esté faict à esté tel, qu’encores que la compagnie soit petite, si n’a elle en rien cedé en sçavoir & doctrine, en integrité & droicture, en prudence & experience aux plus grandes & anciennes compagnies qui se soient veües par le passé. [...] Et outre, que tout ainsi que les Bithiniens eurent tousiours en singuliere reverence la memoire de Iules Severe, qui leur fut envoyé par l’Empereur Adrian pour les gouverner & leur rendre la iustice apres les troubles de leur pays : ainsi vous tiendrez ceste seance pour le plus grand honneur que vous ayez iamais receu : l’escrirez & ferez escrire en vos registres, & panchartes : engraver bien avant en vos plus dures pierres et rochers ; ou plutost en vos coeurs & entendemens : le racomptans cy apres a vos enfans, & aux enfans de vos enfans ; remarquans & vous resouvenans a tout jamais QV’EN LAN M.D. LXXXIII. DIEV VOVS A FAICT LA GRACE ET HENRY III. ROY DE FRANCE ET DE POLOGNE CET HONNEVR DENVOYER EN VOSTRE VILLE LA CHAMBRE DE IVSTICE. L’un des plus grands souhaits que fissent iadis les Sages, estoit de veoir à œil ouvert la Sapience, ou la vertu : disans que si cela se pouvait faire, on en deviendroit infiniment amoureux, pour la grande beauté qui est en elles. […]39 »

36Loisel redouble d’efforts pour faire comprendre à ses auditeurs ce qu’ils voient quand ils regardent les antiquités de leur ville. Les collections des antiquaires qui ont dû garantir l’adhésion à un espace culturel ont établi en même temps une distance temporelle, depuis qu’ils ont fait attention à l’apparition réelle des inscriptions. Antoine Loisel se réfère à ces collections pour attirer l’attention sur les antiquités de Périgueux. Dans l’imprimé, il les représente en imitant la forme de présence des monuments dans la ville et il en tire une conclusion : l’importance d’un événement présent n’est garantie que par des témoignages qui le prolongent dans le futur : Il faut refaire ce que les Romains ont fait, il faut produire des visions du présent pour qu’elles puissent devenir dans un futur des visions du passé.

Haut de page

Notes

1 Lorraine Daston / Peter Galison, Objektivität, Francfort, Suhrkamp, 2007, p. 113.

2 Antoine Loisel, De l’œil des Rois, et de la Iustice. In La Guyenne, p. 1-30.

3 Walter Dirks, « Mut zum Abschied. Zur Wiederherstellung des Frankfurter Goethehauses [août 1947] », in Walter Dirks, Sozialismus oder Restauration. Politische Publizistik 1945-1950 (Gesammelte Schriften, t. 4), éd Fritz Boll, Ulrich Bröckling, Karl Prümm, Zurich, Ammann Verlag, 1987, p. 182-196), p. 184 : « als wenn nichts geschehen wäre. Aber es ist etwas geschehen, und dieses Geschehen ist unwiderruflich. » (toutes les traductions de l’allemand par l’auteur).

4 Ibid., p. 190 : « Wenn aber an der Stelle, wo dieses Haus stand, seine Maske steht, so erschlägt die Täuschung die Wirklichkeit … Man wird durch das Haus gehen in dem Gefühl … gehen: hier hat Goethe nicht gelebt. »

5 Ibid, p. 192sq. : « Das Haus am Hirschgraben ist nicht durch einen Bügeleisenbrand oder einen Blitzschlag oder durch Brandstiftung zerstört worden; es ist nicht ‚zufällig‘ zerstört worden, genauer gesagt: in einer Kausalkette, die keine Beziehung zu dem eigentümlichen Wesen dieses Hauses hätte und also ihm gegenüberäußerlich wäre. (…) Mit anderen Worten: es hatte seine bittere Logik, daß das Goethehaus in Trümmer sank. Es war kein Versehen, das man zu berichtigen hätte, keine Panne, die der Geschichte unterlaufen wäre: es hat seine Richtigkeit mit diesem Untergang. Deshalb sollte man ihn anerkennen. Die Zerstörung dieses Hauses gehört so gut zur deutschen und europäischen Geistesgeschichte wie seine Errichtung im Stil eines gotischen Bürgerhauses, wie sein Umbau im Geist neuer Zeiten, wie die Weihe, die es durch seine Bewohner vor zwei und anderthalb Jahrhunderten erhalten hat, und wie die etwas bedenkliche Apotheose, die es im bürgerlichen Jahrhundert erfuhr. Wir sollten diese letzte Kapitel einer langen Geschichte, den Zusammenbruch, nicht wegwischen wollen, es ist außerordentlich beredt und wichtig, es ist die Pointe: wir könnten sonst die Nutzanwendung verfehlen. Nur eines ist hier angemessen und groß: den Spruch der Geschichte anzunehmen, er ist endgültig. » Le début de la citation qui n’est pas repris dans le texte : « La maison du ‘Hirschgraben’ n’est pas détruite par le feu d’un fer à repasser, par la foudre ou par un incendie volontaire ; elle n’est pas détruite ‘par hasard’, ou pour le dire plus exactement, dans une chaîne causale qui est en dehors de toute relation avec le caractère spécifique de cette maison. (…) Avec autres mots : C’était suite à une logique amère que la maison Goethe a été détruite. Ce n’était pas une erreur ou une panne historique ; cette perte était bien justifiée. On devait la reconnaître. »

6 John Berger, « Drawn to that Moment (1976) », Sense of sight, p. 146-151 : « When my father died recently, I did several drawings of him in his coffin … Beside my father’s coffin I summoned such skill as I have as a draughtsman to apply it directly to the task in hand Here I was using my small skill to save a likeness, as a lifesaver uses his much greater skill as a swimmer to save a life. People talk of freshness of vision, of the intensity of seeing for the first time, but the intensity of seeing for the last time is, I believe, greater. Of all that I could see only the drawing would remain. I wept whilst I strove to draw with complete objectivity. As I drew his mouth, his brows, his eyelids, as their specific forms emerged with lines from the whiteness of the paper, I felt the history and the experience which had made them as they were. His life was now as finite as the rectangle of paper on which I was drawing, but within it, in a way infinitely more mysterious than any drawing, his character and destiny had emerged. I was making a record and his face was already only a record of his life. Each drawing then was nothing but the site of a departure. They remained. I looked at them and found that they resembled my father. Or, more strictly, that they resembled him as he was when dead. Nobody could ever mistake these drawings as ones of an old man sleeping. Why not? I ask myself. And the answer, I think, is in the way they are drawn. Nobody could draw a sleeping man with such objectivity. About this quality there is finality. Objectivity is what is left when something is finished. I chose one drawing to frame and hang on the wall in front of the table at which I work. Gradually and consistently the relationship of my father to his drawing changed – or changed for me. (…) the drawing, instead of being simply an object of perception, with one face, had moved forward to become double-faced, and worked like a filter : from behind, it drew out my memories of the past whilst, forwards, it projected an image which, unchanging, was becoming increasingly familiar. My father came back to give the image of his death mask a kind of life. If i look at the drawing now I scarcely see the face of a dead man; instead I see aspects of my father’s lige. Yet if somebody from the village came in, he would see only a drawing of a death mask. It is still unmistakably that. The change which has taken place is subjective. (…) Every day more of my father’s life returns to the drawing in front of me. »

7 Une partie des réflexions qui suivent a été formulé en une version allemande : Albert Schirrmeister, « Gegenwärtige Vergangenheiten. Historiographisches Publizieren im 16. Jahrhundert », in: Geschichtsentwürfe und Identitätsbildung im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit. t. 1 Paradigmen personaler Identität, éd. Frank Rexroth et alii, Berlin 2016, p. 78-113.

8 Alain Bouchart Grandes croniques de Bretaigne. Éd. Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Paris, Éd. du CNRS, 3 vol., 1986-1989 (Sources d’histoire médiévale, 18), Prologue, t. 1, p. 78 : « se prend de cronon qui est nom grec, qui vault autant à dire comme temps ou livre contenant les faiz et gestes de divers temps, composé par celuy qui a ce faire a este commis [...] Histoire selon son vray entendement est la recollection par escript des faitz presens à l’escripvant. » Voir Dominique Philippe, « L’élaboration d’une méthode historique : la chronique bretonne aux xive et xve siècles », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 104, 1997, p. 47-58, ici p. 51 : « Définition riche d’enseignements, qui éclaire sa méthodologie. Ici chroniques et histoires s’affirment nettement comme des genres différents ; aux premières se rattachent les événements passés, aux secondes les faits contemporains. Pour l’auteur, l’historien est donc le témoin du présent, l’observateur de son époque, le chroniqueur apparaissant davantage comme le gardien de mémoire, l’investigateur du passé. » L’édition critique d’Auger et Jeanneau porte son nom avec tout droit, en ce qui concerne le texte : Cette édition recense chaque petite variante et même les différences les plus petites entre les exemplaires de la première édition de 1514 (Alain Bouchart, Le<s> gra[n]des croniques de Bretaigne, Paris : Du pre/La roche, 1514). Par contre elle néglige complètement les qualités médiales de l‘édition, entre autres les nombreuses gravures de bois. L’édition n’a pas tenu compte des deux exemplaires de la bibliothèque Herzog-August à Wolfenbüttel ; l’un des deux est imprimé sur parchemin et colorié à main (Signature : A : 276.5 Hist. 2°; non-colorié, papier: A : 3 Hist.). Je me réfère à ces deux exemplaires et à l’édition critique. Voir pour l’exemplaire coloriée avec des représentations des gravures de bois les plus importantes : Mary Beth Winn, « Alain Bouchart’s Grandes Croniques de Bretaigne and Claude de France », Wolfenbütteler Notizen zur Buchgeschichte, 35, 2010, p. 99-109, passim ; l’exemplaire de Wolfenbüttel a été certainement colorié pour Claude de France.

9 Feuillet cccl - [cccli]. On peut saisir l’importance de cette liste, en se rendant compte qu‘elle a changé de place dans la nouvelle édition de 1531 qu’on trouve sur gallica (Alain Bouchard, Les Croniques Annales des Pays dangleterre et Bretaigne, Paris 1531) : au lieu de la fin, on l’a mis au début, à la page verso du titre, avant la table des matières et avec une nouvelle rubrique : les rois Charles VIII et ses successeurs Louis XII et François Ier comme ducs de Bretagne.

10 Laurence Moal, « Les peuples étrangers dans les chroniques bretonnes à la fin du Moyen Âge », Revue Historique, 131, 2009, p. 499-528, ici p. 500 : « La quête identitaire ne va pourtant pas de soi et se fonde en partie sur la conscience de l’altérité. Si leur mission première consiste à glorifier le duché et les Bretons, les chroniqueurs s’efforcent aussi d’établir une distinction avec les autres nations mais l’entreprise n’est pas aisée. » ; p. 511 : « Le désir de continuité ethnique revendique jusque-là entre les Bretons armoricains et insulaires n’est plus possible, un même nom ne pouvant pas être porté dans deux territoires. » ; p. 527 : « Les Bretons doivent en fait apparaitre comme les premiers arrivés en Gaule, les premiers convertis et les premiers detenteurs d’une autorité royale. »

11 Feuillet 118v (Bouchart 1986, t. 1, S. 405 ff)

12 Feuillet 119r.

13 Feuillet 237v ; Bouchart 1986, t. 2, p. 270.

14 Le titre du chapitre se trouve à la page précédente, le chapitre lui-même à la page suivante ; Bouchart 1986, t. 2, p. 322.

15 Bouchart 1986, t. 2, p. 362.

16 Bouchart 1986, t. 2, p. 380.

17 Les autres utilisations à part celle mentionnée en bas : Au début, sans pagination [Fol. Aai]r (Bouchart 1986, t. 1, p. 24) : couronné et tenus par des anges ; au début du troisième livre : feuillet 96v (Bouchart 1986, t. 1, p. 347) : 1. Chapitre : De Alain le Grant, premier duc de Bretaigne ; feuillet 144r (Bouchart 1986, Bd. 2, S. 7f.) entre les chapitres Des couronnemens de Philippe le Bel Roy de France et de sa femme, Dame Jehanne Roine de Navarre et Du Duc Jehan deuxiesme de ce nom, de Beatrix, fille du Roy d’Angleterre, sa femme, et de leur filz Artur qui depuis fut duc de Bretaigne ; L’exemplaire colorié de la HAB utilise ici la gravure de bois qui se réfère au dernier chapitre mentionné : un couple assis avec une figure plus petite au premier plan ; feuillet 228 r (Bouchart 1986, t. 2, p. 243) – l’exemplaire colorié avec une gravure qui se réfère au texte suivant : comment le Duc Jehan de Bretaigne cinquiesme de ce nom feist son entree à Rennes. Cet exemplaire montre aussi une scène de couronnement sur le feuillet 299v (Bouchart 1986, t. 2, p. 358) pour accompagner comment le Duc Pierre fist son entree à Rennes.

18 Feuillet 135r ; Bouchart 1986, t. 1, p. 454.

19 Feuillet 351v ; Bouchart 1986, t. 2, p. 505.

20 Pour cette raison, il est incompréhensible que l’édition d’Auger et Jeanneau de la chronique renonce à insérer les images et qu’elle ne les évoque même pas.

21 Einhard, Vita et Gesta Karoli Magni. Éd. Hermann von Neuenahr. Cologne 1521. Digitalisat : http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb00004353-2 (13.03.2015). Pour les traditions manuscrites et imprimées (en France et en Allemagne) voir : Matthias M. Tischler, Einharts Vita Karoli. Hannover 2001 (Schriften der MGH. Band 48). Pour cette édition p. 1666-1673.

22 Einhardi Vita Karoli Magni. Éd. Oswald Holder-Egger. Hannover 6. éd. 1911 (MGH SS rer. Germ. Band 25). (ND 1965), cap. 22f., p. 26-28 : « Corpore fuit amplo atque robusto, statura eminenti, quae tamen iustam non excederet – nam septem suorum pedum proceritatem eius constat habuisse mensuram –, apice capitis rotundo, oculis praegrandibus ac vegetis, naso paululum mediocritatem excedenti, canitie pulchra, facie laeta et hilari. Unde formae auctoritas ac dignitas tam stanti quam sedenti plurima adquirebatur; quamquam cervix obesa et brevior venterque proiectior videretur, tamen haec ceterorum membrorum celabat aequalitas. Incessu firmo totaque corporis habitudine virili; voce clara quidem, sed quae minus corporis formae conveniret. [...] Vestitu patrio, id est Francico, utebatur. Ad corpus camisam lineam, et feminalibus lineis induebatur, deinde tunicam, quae limbo serico ambiebatur, et tibialia; tum fasciolis crura et pedes calciamentis constringebat. » La traduction française d’après : Éginhard, Annales d'Eginhard. Vie de Charlemagne. Des faits et gestes de Charlemagne, traduit par François Guizot (Collection de mémoires relatifs à l'histoire de France, 3) Paris, 1824, p. 117-162, ici p. 146.

23 C’est l’intérprétation mentionné par Tischler (p. 1667 f.).

24 Susanna Burghartz, « Alt, neu oder jung? Zur Neuheit der "Neuen Welt" », Die Wahrnehmung des Neuen in Antike und Renaissance, éd. Achatz von Müller, Jürgen von Ungern-Sternberg (Colloquia Augusta Raurica 8). Munich, Saur, 2004, p. 182-200, ici p. 198 : « Indem das ‚damals‘ der Picten und damit der ‚Alten Welt‘ zum ,jetzt‘ der ‚Neuen Welt‘ wird, werden zeitliche und räumliche Distanz zum Äquivalent, Entwicklung wird zum verbindenden Dritten zwischen Vergangenheit und Fremde. »; voir là-dessus aussi p. 196 : « Der erste von Theodor de Bry edierte Band enthielt einen kolonialen Werbetext zur aktuellen Lage der neu gegründeten englischen Kolonie Virginia von Thomas Harriot und zweiundzwanzig Kupferstiche zum ‚neugefundenen‘ Land und seinen Einwohnern. Diesen Darstellungen fügte de Bry fünf weitere Kupferstiche nach Vorlagen von White und Le Moine bei und erklärte in einer kleinen Vorrede, es handle sich hier um ‚Contrafeyt der Volcker, genannt Picten‘, die vor Zeiten in England gelebt hätten. Die Parallelisierung zwischen den Bewohnern der ,Neuen Welt‘ und den ursprünglichen Einwohnern der ,Alten‘ - den eigenen Vorfahren und Urahnen fand nicht nur auf der Ebene der Bilder statt, sondern wurde schon einleitend im Text explizit gemacht, wo de Bry erklärte, es gehe ihm darum zu beweisen, daß die Engländer vor Jahren eben so wild gewesen seien ‚als die Virginischen‘. »

25 Je remercie Christian Jouhaud pour cette remarque pendant la discussion.

26 Johannes Cuspinian, De Caesaribus atque imperatoribus romanis opus insigne, s.l. 1540 ; Voir pour le manuscrits de Suétone : Elisabeth Schröter, « Eine unveröffentlichte Sueton-Handschrift in Göttingen aus dem Atelier des Bartolomeo Sanvito. Zur Sueton-Illustration des 15. Jahrhunderts in Padua und Rom », Jahrbuch der Berliner Museen t. 29/30, 1987/1988, p. 71-121.

27 Voir à ce sujet Martin Ott, « Gelehrte Topographie im Geist des Altertums: Antike Inschriften und die Erfassung des Raumes in der Zeit der Renaissance », Medien und Sprachen humanistischer Geschichtsschreibung, Éd. Johannes Helmrath et alii (= Transformationen der Antike, 11), Berlin, de Gruyter, 2009, p. 139-166.

28 Voir pour les images de monnaie : Johannes Helmrath, « Die Aura der Kaisermünze. Bild-Text-Studien zur Historiographie der Renaissance und zur Entstehung der Numismatik als Wissenschaft », Medien und Sprachen humanistischer Geschichtsschreibung. Éd. Johannes Helmrath et alii, Berlin, de Gruyter, 2009 (Transformationen der Antike. Band 11), p. 99-138 ; dans le même volume : Elisabeth Klecker : « Extant adhuc in Pannonia monumenta Severi. Historia Augusta-Rezeption und humanistisches Selbstverständnis in Cuspinians Caesares », p. 77-98, ici p. 78f ; Johannes Helmrath. « Bildfunktionen der antiken Kaisermünze in der Renaissance oder: Die Entstehung der Numismatik aus der Faszination der Serie », Zentren und Wirkungsräume der Antikerezeption. Zur Bedeutung von Raum und Kommunikation für die neuzeitliche Transformation der griechisch-römischen Antike. Éd. Kathrin Schade et alii, Münster, Scriptorium, 2007, p. 77-88 avec. Ill. 1-11, ici p. 88 et ill. 23, 5, 6.

29 Elle est surtout déjà soumise à une analyse philologique détaillée d’Elisabeth Stein à qui j’emprunte les exemples qui suivent : « Humanistische Schlachtenszenen? Zur Transzendierung antiker Modelle in der Zeitgeschichtsschreibung des Paolo Giovio », Historiographie des Humanismus. Literarische Verfahren, soziale Praxis, geschichtliche Räume, eds. Johannes Helmrath/Albert Schirrmeister/Stefan Schlelein, Berlin, de Gruyter, 2013 (= Transformationen der Antike, 12), p. 151-168.

30 Tous les exemples qui suivent d’après l’étude d’Elisabeth Stein. Voir p.e. Giovio, Historiae sui temporis 11, 209 (187v): Contra Surreius [...] magna vi contendere, [...] multum ipse pugnare; ou (ibid): Tum vero Iacobus, quum [...] vidisset, [...]in confertissimos hostes procurrit.

31 Par exemple : oculis contemplari, inspicere (11, 206), despectus, visere (11, 207). Il faut ajouter des mots de couleur et d’éclat comme : fulgor (armorum) ou sanguis.

32 Ainsi Giovio, Historiae sui temporis 11, 209 (187v).

33 Et ainsi Giovio, Historiae sui temporis 11, 206 (184r): intererat tantum flumen Tylius inter bina castra regis atque Surreii – César, Bellum civile 3,19,1 : Inter bina castra Pompei atque regis unum tantum flumen intererat Apsius ; Livius 1,2,3 : nimio plus [...] rem Romanam crescere ratus; Giovio utilise cette citation plusieurs fois dans les Historiae.

34 Voir Salluste, Bellum Jugurthinum113,3 : voltu et oculis pariter atque animo varius.

35 M. A. L’Oisel [Loisel], Homonoee ou de l'accord et union des subiects du Roy sous son obeissance. Perigueux I., in Sept Remonstrances publiques. VI sur le subject des Edicts de Pacification. La Vii. sur la Reduction de la ville & Restablissement du Parlement de Paris. Avec l’extraict d’un Playdoyé de l’Université. Paris: Abel L’Angelier, 1596. ; Les Remonstrances sont reprises dans : Antoine Loisel, La Guyenne qui sont huict Remonstrances faictes en la Chambre de Iustice de Guyenne sur le subject des Edicts de Pacification, Paris, Abel L’Angelier, 1605 ; la Homonoee p. 135-168.

36 Loisel, La Guyenne, p. 144 : « Et si ne sera ia besoing vous representer infinies pertes & ruines de villes par les maux de la discorde qu’on pourroit rapporter des exemples des Hebreux, des Perses, des Grecs, des Carthaginois & des Romains ; »

37 Loisel, La Guyenne, p. 146, Virgile, éclogue 1, vers 70sq. et Virgile, Éclogue 9 : « Et cependant avez eu tout loisir d’apprendre à chanter ceste piteuse pastourelle,
Impius haec tam culta novalia miles habebit ?
Barbarus has segetes ? En quo discordia cives
Produxit miseros : en quos conevimus agros ?
Et encores l’autre plus lamentable,
O Lycida vivi pervenimus, advena nostri,
Quod nunquam veriti sumus, ut possessor agelli
Diceret, Haec mea sunt, veteres migrate coloni.
 »

38 Antoine Loisel, Perigueux II. Ou Continuation de l’Homonoee, accord et union des subiects du Roy soubs son obeissance. [Remostrance faicte en la ville de Perigueux, à l’ouverture de la Chambre de Iustice, le Mardy 10. Ianvier 1584], in: M. A. L’Oisel [Loisel] : Sept Remonstrances publiques. VI sur le subject des Edicts de Pacification. La Vii. sur la Reduction de la ville & Restablissement du Parlement de Paris. Avec l’extraict d’un Playdoyé de l’Université. Paris, Abel L’Angelier, 1596, Loisel, La Guyenne, p. 175-210.

39 Loisel, La Guyenne, p. 182-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albert Schirrmeister, « Historiographies humanistes : en regardant le passé, construire le présent », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Sophie Houdard, Voir le passé, mis en ligne le 20 mars 2018, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7475

Haut de page

Auteur

Albert Schirrmeister

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals