Navigation – Plan du site
Ecritures du groupe. Ecriture en groupe

Tallemant des Réaux et ses amis dans le Manuscrit 19142. Le groupe par la mise en recueil

Nicolas Schapira

Texte intégral

  • 1 Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, A. Michel, 1997, 2 vol., (...)
  • 2 Marc Fumaroli, Le Poète et le Roi. Jean de La Fontaine en son siècle, Paris, Éd. de Fallois, 1997, (...)
  • 3 Ibid., p. 153.

1Les « Paladins » sont de facture récente : à la suite d’Antoine Adam évoquant succinctement en 1951 une « petite académie » autour de Tallemant des Réaux et Maucroix1, Marc Fumaroli la nomme en 1997 « Académie de la Table ronde » et la présente au long d’une vingtaine de pages dans sa biographie de La Fontaine, lorsqu’il s’agit de thématiser la jeunesse de son héros. Les « Paladins » sont présentés dans ce livre comme un groupe de jeunes bourgeois « doués pour les lettres et aspirant donc à autre chose qu’une vie professionnelle banale2 ». Ils s’amusent et se forment en se frottant au meilleur monde de la capitale – des banquiers protestants éclairés, l’aristocratie lettrée du salon Rambouillet, les meilleurs auteurs de l’Académie française. Le récit procède par l’évocation successive des grandes figures du groupe, ce qui permet de donner de la consistance à cette « académie » en faisant servir à l’analyse de son activité toute la matière scripturaire liée à Tallemant des Réaux et Paul Pellisson en particulier. C’est donc avant tout un tissu de relations sociales qui se trouve mis en avant, un chapelet de noms propres indexés sur des valeurs : le refus d’une vie conventionnelle, la recherche du plaisir et surtout de la liberté. Le résultat est un récit très plein : on croit d’autant plus facilement voir ces jeunes gens que nous nous trouvons de plain‑pied avec eux : leur psychologie, leurs valeurs, leurs combats – pour la littérature, contre la tyrannie – sont immédiatement compréhensibles. La conclusion n’est guère surprenante : « l’Académie de la Table Ronde a bien été le principal milieu nutritif du génie de La Fontaine dans les “années profondes” de sa jeunesse, entre Paris et Château-Thierry3 ».

  • 4 Ibid., p. 136, p. 139 et p. 143.

2L’opération réalisée par M. Fumaroli l’est davantage. On est presque gêné de devoir dire que l’on ne trouve pas le terme « Paladins » dans les sources, mais celui de « Palatin » (deux occurrences) qui renvoie à l’univers du palais de justice – quand « Paladins » suggère un intérêt pour un Moyen-Age littéraire, et le comportement noble qu’il promeut. Au reste il n’est pas question d’ « académie » dans les manuscrits, encore moins d’« académie de la Table Ronde ». Surtout, la lecture de M. Fumaroli repose sur l’oblitération du geste d’écriture. Les sources convoquées, qu’il s’agisse du manuscrit 19142 (où l’essentiel des poèmes que se sont échangés les supposés « Paladins » se trouve rassemblé), d’autres poèmes, des lettres, des historiettes, sont utilisées comme des témoignages transparents sur une activité lettrée, des rapports humains, une pensée politique qui serait commune au groupe. Tallemant des Réaux se dépeint‑il comme quelqu’un de gai dans une historiette ? C’est qu’il était d’un naturel joyeux. Pellisson écrit‑il un poème qui commence par « Paris est un séjour charmant » ? C’est que ce provincial se laisse gagner par l’ivresse du plaisir de vivre à Paris. Un vers relate que la troupe savante « disputa si le Potentat / doit donner borne à son Etat » ? C’est donc que les « Paladins » sont attentifs à « préserver leur liberté d’esprit de la tyrannie politique »4. Et ainsi de suite. Aussi, curieusement, si la pratique de la littérature est la valeur suprême du récit, la littérarité des sources est‑elle rendue invisible. Tout est archive, indistinctement. De ce fait, les massifs scripturaires ne sont jamais abordés comme tels, et il n’y a pas la moindre analyse tant soit peu globale de celui qui nous occupe : des vers du manuscrit 19142 du fonds français de la BnF sont cités, mais ce qu’il en est de ce rassemblement de poèmes n’est pas questionné.

3Après le récit rempli à ras bords du Poète et le Roi, le retour aux sources est rude : la trentaine de poèmes – odes, épigrammes, madrigaux, stances, épîtres en vers, entre autres – qui composent la section du manuscrit 19142 opposent d’emblée leur opacité. En effet, s’il est bien question de relations sociales – chaque poème ou presque est adressé à un autre poète, ou à un personnage – de statuts, d’institutions, on est arrêté par la présence massive de la réalité poétique de ces objets. Le recueil donne très explicitement à voir du social écrit en vers. Qu’est‑ce qui s’est joué là ? Comment comprendre l’écriture, puis le rassemblement et l’annotation par Tallemant des Réaux de ces pièces de vers ?

  • 5 Voir, en dernier lieu, Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des cénacles : confraternités litt (...)
  • 6 Nicolas Schapira, Un Professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart, une histoire soci (...)

4L’histoire littéraire utilise beaucoup les groupes – académies, cercles, cénacles, salons, avant‑gardes – dans les récits qu’elle propose5. De ce fait, ce qui s’offre comme indice de l’existence d’un groupe tend à être vite utilisé pour documenter la vie du groupe, ce qui détourne l’attention de l’écriture elle‑même, quand elle a cette particularité de faire signe vers un collectif. L’histoire littéraire, dans sa quête des groupes, néglige la capacité propre de l’écrit à mettre en scène des collectifs6. À quoi correspond ici un tel geste ? Et surtout : qu’est‑ce qui est montré de ces poètes dans le recueil ? C’est là une question qu’il faut poser avant de se demander ce que ce manuscrit nous apprend sur eux.

  • 7 Vincenette Maigne, Tallemant des Réaux. Le manuscrit 1673, édition critique, Paris, Klincksieck, co (...)

5L’aspect matériel du manuscrit 19142, conforme en cela à la plupart des écrits de la main de Tallemant des Réaux, laisse penser qu’il n’était pas destiné à être offert, mais pouvait cependant être montré. Il comporte quelques ratures, et aucune ornementation, sinon des signes de séparation entre les pièces recopiées ; ce n’est pas un manuscrit d’apparat. Mais il est plutôt soigné, et l’auteur des Historiettes y a ajouté des notes qui explicitent des passages allusifs de certains poèmes. En ce sens, ce manuscrit n’est pas un simple témoignage de pratiques poétiques partagées ; il est par lui‑même un geste complexe, qui inclut rassemblement, choix et annotation. Geste qui a eu lieu dans le passé, il est offert à l’interprétation. Un geste ou plusieurs, étalés dans le temps ? Tallemant des Réaux accordait manifestement un grand prix à une pratique d’archivage qu’il a menée durant quarante ans au moins7 ; on ne peut exclure qu’il ait ajouté des notes longtemps après avoir archivé les poèmes. Cependant aucun indice dans les notes elles‑mêmes ne va dans ce sens, et on le verra, elles sont très congruentes avec ce que réalisent les poètes de ce recueil.

6En fait de collectif, force est de constater que cette section du manuscrit 19142 est nettement centrée sur la production de Maucroix. Ainsi les pièces XV à XXV sont‑elles des vers d’amour issus de sa plume ; la présence amicale et dialogique y est presque absente. Tallemant des Réaux a donc avant tout rassemblé des vers de Maucroix, plutôt qu’il n’a constitué l’archive d’un groupe ; le manuscrit 19142 montre la variété des talents du poète chanoine, qui trousse, selon l’usage de l’époque, aussi bien des odes que des stances, des épigrammes ou des madrigaux sur toutes sortes de sujets. Au reste on ne saurait exagérer la cohérence de cette section : en témoignent les deux madrigaux de Quincy que l’on peine à rattacher au reste des poèmes de Maucroix ou de ceux qui s’adressent à lui ou lui répondent. Aussi faut‑il avancer avec prudence dès lors que l’on s’engage dans une lecture globale de cette partie du manuscrit.

  • 8 Supra, Pellisson et Maucroix, pièces V et VI.
  • 9 Antoine Furetière, Le Voyage de Mercure et autres satires, éd. Jean Leclerc, Paris, Hermann, coll. (...)

7Une cohérence thématique se laisse deviner dans les pièces qui mettent en scène un dialogue entre Maucroix et d’autres hommes de lettres : elles traitent des univers sociaux ou socioprofessionnels dans lesquels les poètes sont amenés à s’inscrire. Les premières pièces portent ainsi sur le monde du Palais, dans lesquels étaient engagés, en tant qu’avocats, Pellisson, Maucroix avant qu’il ne devienne chanoine, ainsi que Furetière, qui fait son apparition plus loin dans le manuscrit. C’est dans ce contexte que viennent les deux occurrences de « Palatin » : Pellisson et Maucroix se qualifient réciproquement de « palatin non incommode » et de « Grand palatin »8. Ouvrant la section, la « Briefve instruction en forme de Dialogue / Pour ceux qui désirent s’avancer au Palais », due à Pellisson, raille les mœurs des gens de justice et leur science datée, tout en délivrant un savoir social assez précis sur cet univers – que deux notes de Tallemant des Réaux viennent encore préciser. Aussi bien le dialogue introduit‑il à ce monde social autant qu’il manifeste la distance de Pellisson et Tallemant des Réaux à son égard. La raillerie est modérée, si l’on compare par exemple avec « Le Jeu de boule des Procureurs » de Furetière, qui date des mêmes années9.

  • 10 Alain Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Paris, Nizet, coll. « Publicatio (...)

8Le second poème de Pellisson est adressé à Maucroix : il se présente comme une méditation sur les avantages et les inconvénients des deux destins que lui réserve la fortune – une méditation destinée à les accepter au mieux l’un comme l’autre : rester à Paris, ville admirable mais où il est obligé de fréquenter le Palais, ou regagner sa province, et vivre dans une honnête obscurité, avec l’inconvénient qu’il sera privé de ses incomparables amis lettrés dont on ne trouve pas d’exemples en Languedoc. Le Palais est ici construit explicitement comme l’antithèse des lettres, mais à nouveau Pellisson se montre précis sur l’univers social et intellectuel de la justice. Suivre une pente biographique inviterait à documenter avec ce poème la situation de Pellisson à la fin des années 1640 : originaire d’une famille d’officiers protestants du Languedoc, il est venu chercher une place à Paris, mais en 1648, il retourne à Castres, peut‑être dans le but d’acquérir un office de magistrat dans la chambre de l’Edit de cette ville – ce qui ne sera en fait pas possible et ramènera Pellisson à la capitale, où il acquiert finalement un office de secrétaire du roi en 165210. Mais il est plus efficace pour une bonne compréhension de son parcours de regarder ce poème comme une action de thématisation des choix et des incertitudes. Par ce poème, Pellisson justifie par avance ses choix, quels qu’ils soient – ce qui lui évite de pouvoir sembler perdre si la fortune lui ménage tel destin plutôt que tel autre. On voit par là le rôle social que joue la poésie mondaine de ces années‑là ; la littérature est bien devenue un instrument d’action dans un parcours.

9Le Palais est d’abord une présence lexicale : Pellisson, comme Maucroix et comme Tallemant des Réaux qui éclaire certains termes par des notes, maîtrise cette langue dont ils savent jouer – un fait éclatant dans la pièce VI, qui repose sur le maniement virtuose du vocabulaire technique des procédures judiciaires. Cette réponse de Pellisson à Maucroix commence ainsi :

  • 11 Supra : Pellisson, pièce VI.

Sans communiquer au Parquet
Je demeure d’accord beau Sire
De tout ce que vous voulez dire
Et de vostre advis je me rends
Craignant l’amende et les despens11

  • 12 Jean Nagle, « Furetière entre la magistrature et les bénéfices. Autour du livre second du Roman bou (...)

10Le recueil capture la langue du Palais dans la littérature. Ce mouvement n’indique pas un déclassement social de l’univers judiciaire stigmatisé comme temple du pédantisme : plutôt une appropriation qui manifeste une maîtrise en même temps qu’une distance. De fait les emplois et les charges judiciaires restent à l’horizon pour les auteurs en question. Tout indique que Pellisson serait bien devenu magistrat dans une cour souveraine – un type d’office très prestigieux – si cela avait été possible. Furetière, d’abord avocat, a acquis une charge de procureur fiscal de l’abbaye Saint‑Germain des Près12.

11Avec Maucroix, le monde des chanoines et du clergé rémois est aussi gagné à la littérature. Dans son « Epistre / A une Dame qui lui avoit écrit en vers », Maucroix évoque la vie de son chapitre – il vient de devenir chanoine de la cathédrale de Reims :

  • 13 Supra : Maucroix, pièce VII.

Vous sçaurés que depuis hier
Chapitre est en robbe d’hiver
Et de peaux de certaine beste
S’est très bien rembourré la teste
De crainte que le froid nouveau
Ne lui morfonde le cerveau,
Mais quoiqu’il soit garni d’hermines
Il commence à haïr matines
On a beau sonner, brinbaler,
Au diantre s’il veut y aller13.

  • 14 Renée Kohn, Lettres de Maucroix. Édition critique suivie de poésies inédites et de textes latins in (...)

12Ces vers et bien d’autres qui font allusion à la nouvelle condition de Maucroix à partir de 1647 sont une manière pour le poète d’endosser positivement l’habit de chanoine et la vie organisée à Reims autour de cette charge, dans une distance qu’il présente comme féconde avec le monde parisien – celui de ses amis littérateurs, celui des profits divers liés aux pratiques mondaines, et qu’il est menacé de perdre14. Être chanoine à Reims, pour Maucroix qui est originaire de la région, permet de cultiver les nombreuses relations, anciennes ou plus récentes, qu’il compte dans ce pays. N’est‑ce pas d’ailleurs une occasion de continuer le commerce de la littérature, comme sont là pour nous l’apprendre, dans le recueil, les vers adressés à des dames de la noblesse locale ? Résider à Reims offre aussi des opportunités d’informer la capitale : Maucroix évoque dans ses poèmes des événements rémois – l’adoration des reliques de saint Remi par exemple – et il signale surtout qu’il est bien placé pour donner des nouvelles de la situation militaire dans une Champagne aux avant‑postes de la guerre. Les vers mettaient tout cela en évidence pour le petit monde parisien auprès duquel il importait à Maucroix de maintenir sa réputation de poète habile, entre autres par le truchement de Tallemant des Réaux, archiviste de cette réputation.

13La forte présence dialogique dans cette partie du manuscrit 19142 centrée sur Maucroix produit proprement un effet de recueil : les opérations de Pellisson et de Maucroix, que ne contredisent pas les présences plus discrètes de Tallemant des Réaux, Cassandre, Furetière et La Fontaine, s’en trouvent plus frappantes. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de régler la distance – de trouver la bonne distance – aux lieux sociaux dans lesquels ils se trouvent respectivement engagés.

  • 15 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, coll. (...)

14Parmi ces lieux sociaux auxquels des hommes de lettres peuvent choisir de s’identifier, il y a désormais l’Académie française, quoiqu’elle n’ait pas encore acquis la puissance qu’elle aura dans la suite de son histoire15. Dans le recueil, le poème de Cassandre, l’unique poème sur lequel repose l’hypothèse d’une académie des « Paladins », met en scène la relève de la première génération d’académiciens par Maucroix et ses amis. La pièce se présente comme un compte rendu de trois séances qui auraient eu lieu « au logis de l’ami parfait » – probable désignation de Valentin Conrart – sous la houlette de Pellisson. On y lit successivement des pièces de Furetière, Maynard, Charpentier, Pellisson louangées par les participants. Il est précisé que si Maynard a été désigné président de la première assemblée, Pellisson devient son successeur dans la troisième. On ne saurait figurer plus nettement un passage de témoin entre l’ancienne génération, représentée par Conrart et Maynard, et la nouvelle. Ce poème ne témoigne pas sur l’existence d’une académie, il désigne un groupe de poètes comme héritiers de l’Académie française.

15Cette captation de l’institution académique ne va pas sans une légère prise de distance. On ne lit pas des discours savants mais des satires ou des épigrammes. En outre, le récit est très allègre : on passe rapidement de la présentation d’une pièce à une autre, si bien que l’applaudissement universel qu’elles reçoivent semble plus l’effet de la sociabilité amicale que du jugement des pairs. Cette académie joyeuse périme discrètement l’Académie française, en une légère parodie. Mais le mouvement du poème n’en reproduit pas moins une dimension essentielle de l’Académie : l’éviction du politique. À première vue, c’est pourtant une différence essentielle entre l’Académie française et le groupe de Maucroix, dont deux des trois réunions s’achèvent par des discussions sur des sujets de politique. Le compte rendu de la première se termine en effet ainsi :

Après quoi la troupe sçavante
D’une façon très éloquente
Disputa, si le potentat
Doit donner borne à son Estat.

Et la fin de la troisième séance est ainsi présentée :

Et puis en suitte fut traitée
La question tant agitée
Si le sçavoir absolument
Nuit au sage Gouvernement
Ou s’il veut peu de gens d’estude.

  • 16 Supra : Cassandre, pièce XII.

Or pour t’oster d’inquietude
Quels sentimens furent suivis
Châcun fut de son propre advis16.

  • 17 Supra : Cassandre, pièce XXXI.

16La politique du temps s’invite dans les échanges lettrés. Mais il faut regarder de près comment ces discussions sont présentées. Cassandre n’indique pas le moindre résultat de la première discussion, ce qui rend ironiques les qualificatifs élogieux qu’il lui donne – dispute éloquente de « la troupe sçavante ». La conclusion de la seconde est plus évidemment satirique encore : la discussion est improductive, « châcun fut de son propre advis ». Le poème ne convoque l’idée d’une académie où l’on parlerait de politique que pour la disqualifier immédiatement : les beaux esprits ne sont pas capables de discuter utilement de politique. Cassandre opère le même type de disqualification dans le récit de la journée des barricades qui clôt le recueil17. Le poème semble destiné à illustrer le rôle du maréchal de La Meilleraye pendant les événements du 26 août 1648 et à disqualifier à l’inverse le chancelier Séguier, dont l’enrichissement trop rapide et la fausse dévotion sont dénoncées, tandis qu’il est moqué pour sa couardise. Mais le récit dévitalise les enjeux de ce moment essentiel de la Fronde en ridiculisant aussi les bourgeois révoltés, figures du passé à l’image de leur accoutrement militaire archaïque et figures de l’inconstance – ils s’endorment comme des enfants la nuit venue, abandonnant leur garde. Il est donc difficile de voir en Maucroix et ses amis un groupe soudé par l’opposition à l’absolutisme.

  • 18 Mémoires de M. François Maucroix, chanoine et senechal de l’église de Reims, éd. par Louis Paris, R (...)
  • 19 Ibid., p. 4 et 5.

17Pour mesurer combien ces poèmes produisent une représentation d’individus par la mise en scène d’un collectif – et non un témoignage sur un groupe –, il n’est pas inutile de faire un détour par les Mémoires de Maucroix, un écrit qui nous est parvenu tronqué par celui qui n’en a procuré qu’une édition partielle au xixe siècle – l’original est perdu18. S’y trouvent relatés essentiellement les combats menés par le chapitre – contre l’archevêque, ou contre d’autres corps tels que le Présidial de Reims – au temps où Maucroix exerçait en son sein la charge élective de sénéchal, magistrat représentant le chapitre. On l’y voit extrêmement investi dans la vie de son institution, loin de la nonchalance qui est mise en scène dans les poèmes écrits au tournant des années 1640‑50. Second enseignement : dans son récit, Maucroix se révèle extrêmement attentif aux pratiques de l’écrit, notant les caractéristiques précises des textes manipulés dans le cadre des conflits auxquels le chapitre est mêlé. Alors que débute un long conflit entre le nouvel archevêque de Reims, le cardinal Barbarin, et le chapitre, Maucroix se vante par exemple d’avoir trouvé un défaut dans la procuration donnée en 1667 par Barbarin à celui qui vient prendre possession pour lui de son archevêché19. La compétence qu’il mobilise est bien celle d’un juriste attentif à la régularité des pièces produites, mais cette compétence n’est pas si différente de celle du poète attentif aux modes de publication de ses poésies. Compétence juridique et compétence littéraire se recoupent largement dans une réflexion commune sur les dispositifs qui règlent l’usage des écrits.

18Le troisième enseignement des Mémoires par rapport au recueil concerne la présentation différenciée des relations sociales. Maucroix raconte qu’en juin 1668, il a été député en cour pour louanger l’abbé Le Tellier lorsque celui‑ci est nommé coadjuteur de l’archevêque. Or, à cette occasion, il va saluer de vieilles connaissances :

  • 20 Ibid., p. 51.

 J’alloy faire la révérence à M. et madame de Montausier, et à madame de Crussol leur fille, depuis accouchée d’un fils qu’ils appellent le marquis de Rambouillet ; madame de Montausier me pria de diner avec elle, ce que je ne pus, d’autant que j’étois avec mes cousines qu’elle ne priat point.20 

19Dans cette vision de la rencontre très formelle, on est au plus loin de la liberté égalisatrice de la rencontre de salon dont Julie d’Angennes et Montauzier sont supposés être les parangons. L’invitation à diner par ces puissants personnages est notée dans les Mémoires : elle représente un honneur pour Maucroix, et une reconnaissance peut‑être de l’homme de lettres. Mais il ne peut honorer cette invitation du fait des relations sociales, en l’occurrence familiales, si prégnantes. Les Mémoires procurent ainsi fugacement des aperçus sur le fait que des hommes de lettres peuvent être pris dans des rapports sociaux bien différents de ceux qu’ils mettent en scène dans leurs poèmes.

  • 21  Archives Nationales, Minutier central, étude CIX, 193, 25 mai 1652 (constitution de rente à Cather (...)

20Au terme de cette brève exploration du manuscrit 19142, on peut bien parler si l’on veut d’un groupe formé autour de Maucroix. D’autres types de sources évoquent des solidarités, par exemple un acte notarié de 1652 où Maucroix au nom de son frère Louis, Furetière et La Fontaine constituent une rente à Catherine Talon21. Plus tard, Maucroix est réputé avoir aidé Furetière à acquérir sa charge de procureur fiscal de l’abbaye de Saint‑Germain. Mais de ces solidarités à la constitution d’une académie, il y a un pas considérable. À le franchir allégrement, on rate le geste d’écriture et d’archivage, c’est‑à‑dire le travail permanent des hommes de lettres sur leur position sociale au moyen d’écrits divers.

Haut de page

Notes

1 Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, A. Michel, 1997, 2 vol., t. II, p. 109‑110.

2 Marc Fumaroli, Le Poète et le Roi. Jean de La Fontaine en son siècle, Paris, Éd. de Fallois, 1997, p. 130.

3 Ibid., p. 153.

4 Ibid., p. 136, p. 139 et p. 143.

5 Voir, en dernier lieu, Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

6 Nicolas Schapira, Un Professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 59‑67.

7 Vincenette Maigne, Tallemant des Réaux. Le manuscrit 1673, édition critique, Paris, Klincksieck, coll. « Bibliothèque de l’âge classique », 1994, p. 36.

8 Supra, Pellisson et Maucroix, pièces V et VI.

9 Antoine Furetière, Le Voyage de Mercure et autres satires, éd. Jean Leclerc, Paris, Hermann, coll. « Bibliothèque des littératures classiques », 2014, p. 235‑247.

10 Alain Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Paris, Nizet, coll. « Publications de l’Université de Rouen », n° 36, 1976 ; N. Schapira, « Nom propre, nom d’auteur et identité sociale. Mises en scène de l’apparition du nom dans les livres du xviie siècle », Littératures classiques, n° 80 : « L’anonymat de l’œuvre (xvie ‑xviiie siècles) », sous la dir. de Bérengère Parmentier, 2013, p. 71‑86.

11 Supra : Pellisson, pièce VI.

12 Jean Nagle, « Furetière entre la magistrature et les bénéfices. Autour du livre second du Roman bourgeois », xviie siècle, 1980, n° 128, p. 293‑305 ; Mathilde Bombart et N. Schapira, « Introduction », dans Antoine Furetière, Nouvelle allégorique ou Histoire des derniers troubles arrivés au Royaume d’éloquence (1658), Toulouse, Société de Littératures Classiques, 2004, p. XXIIIXXV.

13 Supra : Maucroix, pièce VII.

14 Renée Kohn, Lettres de Maucroix. Édition critique suivie de poésies inédites et de textes latins inédits extraits du manuscrit de Reims, Paris, PUF, 1962, p. 15‑35.

15 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2000.

16 Supra : Cassandre, pièce XII.

17 Supra : Cassandre, pièce XXXI.

18 Mémoires de M. François Maucroix, chanoine et senechal de l’église de Reims, éd. par Louis Paris, Reims, Société des bibliophiles, 1842.

19 Ibid., p. 4 et 5.

20 Ibid., p. 51.

21  Archives Nationales, Minutier central, étude CIX, 193, 25 mai 1652 (constitution de rente à Catherine Talon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Schapira, « Tallemant des Réaux et ses amis dans le Manuscrit 19142. Le groupe par la mise en recueil », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Laurence Giavarini, Ecritures du groupe. Ecriture en groupe, mis en ligne le 05 mai 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7932

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals