Navigation – Plan du site

Attitudes de lecteurs de Marcel Proust et effets de la lecture d’A la recherche du temps perdu dans la ville d’Illiers-Combray

Egoa Dufourc

Résumés

Cet article aborde les sites géographiques dont la modification ou la sauvegarde a été provoquée par les lecteurs d’une œuvre littéraire. Il s’intéresse au cas particulier des sites géographiques de la ville d’Illiers-Combray, dont la sauvegarde ou la modification a été entraînée par l’attitude des lecteurs de Marcel Proust. Jardins, bâtiments, rues, il s’agit d’étudier quels sites géographiques, dans la commune, portent la trace de l’action des lecteurs d’À la recherche du temps perdu. L’article s’attarde également sur le rôle des lecteurs de Proust dans le changement de nom de la commune en 1971, qui, d’Illiers, devient Illiers-Combray. On y aborde donc, dans un premier temps, l’intervention des lecteurs dans les décisions municipales, muséales, patrimoniales. Il s’agit ainsi de voir comment l’œuvre littéraire peut mener à la publication de textes d’autres natures : arrêtés ou guides touristiques, par exemple. Dans un second temps, l’article s’attache à répondre à la question suivante : peut-on établir un lien entre ce que le lecteur a lu et ce qu’il fait de ce qu’il a lu ? Y’a-t-il corrélation entre contenu de l’œuvre et action des lecteurs ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Attitudes de lecteurs » et « effets de la lecture » seront au cœur de cette réflexion. Il faut préciser ici que par l’étude des « effets de la lecture », je n’entends pas aborder la lecture éthique d’une œuvre : il ne s’agira pas d’étudier l’éducation ou la transformation des lecteurs par une œuvre. On ne s’attardera donc pas simplement sur les réflexions suscitées par l’œuvre chez les lecteurs, mais aussi et surtout sur les actions des lecteurs en fonction de leur lecture, et ceci, une fois que cette lecture est terminée. La focale sera donc déplacée de pendant la lecture à après la lecture. Pour s’intéresser aux effets de la lecture, on étudiera donc les faits de lecture : l’attitude des lecteurs après la lecture. Autrement dit, on se demandera : Que font les lecteurs de ce qu’ils ont lu ?

2Pour explorer et illustrer cette réflexion plus générale sur les effets de la lecture, j’ai choisi le cas particulier des effets de la lecture dans une ville. J’estime que l’observation d’une ville peut permettre d’étudier ce que le lecteur décide – ou a décidé – de faire de sa lecture. Dans la ville, les effets de la lecture peuvent être vus, touchés ; l’étude d’une ville permet donc d’observer l’attitude des lecteurs et de comprendre dans quelle mesure celle-ci peut mener à la modification d’un lieu en fonction d’une œuvre. J’ai choisi d’étudier les effets de lectures observables. J’ai ainsi sélectionné une ville qui a été modifiée par l’attitude de lecteurs. Mon attention s’est arrêtée sur Illiers-Combray, près de Chartres, en Eure-et-Loir, car j’estime que, de tous les lieux modifiés ou touchés par la littérature, elle constitue le cas le plus frappant, le changement de son nom en 1971 ayant été demandé et obtenu par les lecteurs de Marcel Proust.

Effets de lecture et sites géographiques

3Je m’intéresserai donc ici à l’attitude des lecteurs de Marcel Proust dans la ville d’Illiers-Combray, et j’essaierai de voir dans quelle mesure elle a modifié la commune. Je place le début de mon étude vers le milieu des années quarante, puisque c’est à partir de celles-ci que les premiers changements de la ville en lien avec l’œuvre de Marcel Proust sont observables. Pour reconstituer une chronologie de la modification de la ville, je me suis à la fois appuyée sur le Bulletin Marcel Proust, publié par l’association de lecteurs fondée à Illiers-Combray – j’aborderai celle-ci dans quelques lignes – sur les registres des délibérations du Conseil Municipal de la commune, consultés auprès du service des archives de la ville ; et sur la visite du musée Marcel Proust à Illiers-Combray.

  • 1 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Rapport moral du secrétaire général », 1958, p.  (...)

4Illiers-Combray – qui garde le nom d’« Illiers » jusqu’à 1971 – ville natale du père de Marcel Proust, est considérée par les lecteurs de La Recherche comme le modèle de la ville de Combray qui figure dans Du côté de chez Swann (1913). Ceux-ci parlent d’un « Illiers trop longtemps caché sous le nom de Combray »1 (Larcher ; 1958). Marcel Proust y passe quelques vacances de Pâques enfant entre 1877 et 1880, chez Jules et Elizabeth Amiot, son oncle et sa tante paternels, avant d’être contraint d’arrêter ses visites à cause de son asthme. En 1971, le nom de la ville change : « Combray », nom issu de La Recherche est ajouté au nom d’origine « Illiers », devenant ainsi « Illiers-Combray ». Ici, il s’agit donc de s’intéresser à l’effet de la lecture dans la ville d’Illiers-Combray à partir des années quarante, à partir desquelles on commence à observer des attitudes de lecteurs de Proust.

Quels sont les premières attitudes de lecteurs en réaction à A la recherche du temps perdu que l’on peut constater à Illiers-Combray ?

5C’est d’abord là qu’est fondée la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray (que j’appellerai ici « la Société) en 1947 par Philibert-Louis Larcher, inspecteur de l’enseignement technique natif de la commune et fervent lecteur de Proust. En 1950, la Société lance son Bulletin Marcel Proust annuel qui paraît encore aujourd’hui. Celui-ci propose chaque année à ses adhérents « des articles et des comptes rendus d’ouvrages ainsi qu’une bibliographie »2. C’est grâce à son « Rapport moral du secrétaire général » publié dans chaque numéro que j’ai pu constituer une chronologie du développement de l’association et des projets de modification de certains lieux de la ville par les lecteurs de Proust. La Société compte aujourd’hui environ 400 adhérents, parmi lesquels quelques habitants d’Illiers-Combray – moins d’une dizaine, cependant. Elle propose chaque année un « colloque d’Illiers-Combray », en septembre, autour d’un certain aspect de l’œuvre : « Proust et la recherche de la vérité » en 1972, par exemple ou « Le thème des fleurs dans La Recherche » en 1974. Une « Journée des Aubépines » reproduit également, chaque mois de mai, le chemin parcouru par le Narrateur de La Recherche depuis la maison de sa tante jusqu’aux aubépines en fleurs du Pré Catelan – le parc de Tansonville du Côté de chez Swann dont je parlerai page suivante. Le siège administratif de la Société se trouve encore aujourd’hui à Illiers-Combray, dans le musée Marcel Proust-Maison de Tante Léonie que j’aborderai sous peu.

À la recherche du temps perdu à Illiers-Combray

6Outre la création de l’association, dans quelle mesure l’attitude des lecteurs de Proust a-t-elle remodelé Illiers-Combray ? Quels lieux y ont été modifiés ? Il s’agira ici de dresser une sorte d’inventaire des lieux altérés par les lecteurs de La Recherche. J’épaissirai la réflexion autour des effets de la lecture au gré de la présentation des lieux.

Le jardin du Pré Catelan

  • 3 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Rapport moral du secrétaire général », 1958, p.  (...)
  • 4 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1947, p. 383.

7Le Pré Catelan est le premier lieu que l’attitude des lecteurs de Marcel Proust affecte. Jardin public dessiné par Jules Amiot, « l’oncle horticulteur » de Proust, il est, pour les lecteurs de l’écrivain, le modèle du parc de Tansonville, propriété de Charles Swann dans Du côté de chez Swann (1913). Aujourd’hui, le panneau à son entrée porte l’inscription « Pré Catelan – Jardin de Marcel Proust ». Philibert-Louis Larcher, le fondateur de la Société, publie en 1945 le livre Le Parfum de Combray aux éditions Mercure de France. L’ouvrage, sous-titré Pèlerinage proustien à Illiers, se veut une visite d’Illiers sur les traces de Proust, et sur celles du narrateur de La Recherche. Dans le chapitre « Vers le Pré Catelan », Larcher constate à propos du parc : « Ce jardin, qui aujourd’hui est devenu propriété privée, risque malheureusement d’être transformé et de perdre l’aspect d’autrefois, et pourtant s’il est des paysages littéraires qui méritent d’être conservés c’est bien celui-là, car on peut bien affirmer que ce jardin qui fut le lieu de prédilection de Marcel Proust fait partie intégrante de son œuvre. » (p. 60). Larcher affirme qu’en 1946, après avoir lu son ouvrage, « la Direction de l’Architecture au Ministère de l’Education Nationale, que le petit livre Le Parfum de Combray avait ému […] [a] décidé de classer ce jardin comme site littéraire »3. Le Pré Catelan est en effet inscrit sur la liste des Sites et monuments naturels classés en décembre 1946 par un arrêté. Après le classement du jardin, une surveillance par un garde-champêtre est mise en place « pour éviter les déprédations »4 indique le registre des délibérations de 1947 consultable à la mairie d’Illiers-Combray. Le jardin fait par la suite l’objet d’autres classements : il est inscrit sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1997 puis obtient le label « Jardin remarquable » en 2004. Il est encore ouvert et entretenu aujourd’hui. Il est intéressant d’indiquer qu’on y trouve, sur un support en verre, l’extrait de La Recherche concernant la haie d’aubépines du parc de Tansonville – dont le modèle est le Pré Catelan, donc – à travers laquelle le narrateur aperçoit son premier amour.

8Ici, on peut supposer que la « sauvegarde du Pré Catelan » – comme aime à l’appeler Philibert-Louis Larcher – semble bien due à l’attitude de lecteur de celui-ci. On peut imaginer que c’est la lecture de La Recherche qui mènerait Larcher à rédiger ce guide d’Illiers et que ce serait ensuite la lecture du Parfum de Combray par la Direction de l’Architecture – si l’on en croit Larcher – qui la pousserait à classer le jardin site littéraire – j’emploie le conditionnel, car je formule ici des suppositions qui ne sont pas vérifiables. Cette sauvegarde du Pré Catelan constituerait donc un effet indirect de la lecture de La Recherche. Ce serait bien l’attitude de lecteur de Larcher qui initierait cette opération, et qui aurait ensuite un effet sur d’autres acteurs, ou plutôt d’autres lecteurs.

9Larcher, en effet, provoquerait aussi des effets de la lecture. Si, chez lui, c’est La Recherche qui aurait un effet ; chez la Direction de l’Architecture, c’est Le Parfum de Combray qui la mènerait à classer le Pré Catelan site littéraire : c’est donc Larcher qui serait à l’origine de l’effet. Il y aurait donc aussi une attitude de lecteurs chez les membres de la Direction de l’Architecture.

10On pourrait compter un troisième effet de la lecture dans la sauvegarde du Pré Catelan. L’arrêté qui classe le parc site littéraire – c’est-à-dire l’écrit que produit la Direction de l’Architecture – a bien un effet, puisque c’est par sa lecture que le Conseil Municipal d’Illiers-Combray décide de mettre en place la surveillance par un garde-champêtre, et c’est après celui-ci qu’un entretien du jardin est mis en place. Il y a aussi là un effet de la lecture de l’arrêté. On s’aperçoit donc qu’il n’y a pas besoin qu’un écrit soit de nature littéraire pour qu’il ait un effet. Si La Recherche est une œuvre littéraire – d’ailleurs renommée – Le Parfum de Combray relève d’une nature plus hybride, entre guide touristique et commentaire du texte proustien. L’arrêté, lui, est d’une nature purement administrative. Nul besoin, donc, que l’écrit soit de nature littéraire pour que sa lecture ait un effet.

Ici, on peut tirer deux conclusions :

  • 5 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1970, p. 23-24.

11D’abord, l’effet de la lecture d’une œuvre sur un lieu ne semble pas direct, il nécessite plutôt plusieurs étapes. Ici, la lecture de La Recherche pousse à la rédaction du Parfum de Combray, puis la lecture du Parfum de Combray mène – selon Larcher – à la rédaction d’un arrêté par la Direction de l’Architecture - on remarque d’ailleurs que tous les lecteurs deviennent, dans ce cas de figure, rédacteurs. La lecture de l’arrêté pousse au classement du Pré Catelan en tant que Monument historique et Jardin Remarquable, mais surtout, elle mène le Conseil Municipal d’Illiers à mettre en place une surveillance et un entretien du parc. Entre la lecture de La Recherche et la mise en place de l’entretien du parc, on compte ainsi trois étapes, lors de lesquelles interviennent plusieurs lecteurs et rédacteurs. Cette observation mène à notre deuxième conclusion : les effets de la lecture d’une œuvre littéraire impliquent des lecteurs, des lectures, des écrits et des rédacteurs qui n’appartiennent pas aux « milieux littéraires » – la formule est employée par le Conseil Municipal d’Illiers en 19705. La Direction de l’Architecture et le Conseil Municipal d’Illiers ne sont pas forcément impliqués dans ces « milieux » -là et peuvent ne pas être des lecteurs de Proust. Les écrits qu’ils produisent ne sont pas du tout de nature littéraire : l’arrêté qui classe le Pré Catelan site littéraire est par exemple un document administratif ; à l’instar des décisions du Conseil Municipal qui mettent en place la surveillance et l’entretien du jardin. L’effet de la lecture ne constitue pas donc une simple intertextualité entre œuvre littéraire renommée et publications de ses lecteurs. Il touche aussi des publications et des acteurs qui n’appartiennent pas aux « milieux littéraires », et qui, peut-être, n’ont pas lu l’œuvre. Ce que je veux souligner ici, c’est que l’effet de la lecture d’une œuvre littéraire atteint d’autres cercles. De même, il dépasse l’effet de l’œuvre sur le lecteur pout atteindre le sensible, le palpable, de la ville. Ainsi, dans Illiers-Combray, l’individu qui évolue dans les rues de la ville n’a pas besoin d’avoir lu l’œuvre de Proust pour être touché par les effets qui modifient la ville. Le Pré Catelan, ou, comme on va le voir, le nom de sa rue, de sa commune ou encore la maison des Amiot ont été bien modifiés, sans que celui qui se promène dans la ville ait forcément lu Proust. Ainsi, le visiteur qui se promène dans le Pré Catelan peut tout à fait lire le panneau qui comporte un extrait de La Recherche sans avoir jamais lu l’œuvre elle-même. On peut faire lire La Recherche à ceux qui ne sont pas lecteurs de Proust, on peut fait lire Proust dans la ville. L’effet de la lecture atteint bien des acteurs, des écrits, des lieux, qui n’ont de prime abord pas de lien avec l’œuvre littéraire.

12On peut récapituler les effets de la lecture impliqués dans la sauvegarde du Pré Catelan par la liste suivante :

1) La lecture de La Recherche mène Larcher à rédiger Le Parfum de Combray.

2) La lecture du Parfum de Combray mène la Direction de l’Architecture à classer le Pré Catelan site littéraire.

3) La lecture de l’arrêté qui classe le Pré Catelan mène le Conseil Municipal à mettre en place une surveillance et un entretien du jardin.

13Les étapes de l’effet de la lecture de La Recherche sur le Pré Catelan impliquent chacune un lecteur, un rédacteur et un écrit différents de l’étape précédente.

14Quelle première conclusion tire-t-on de ce cas concernant l’attitude de lecteurs ? L’effet de la lecture d’une œuvre nécessite plusieurs étapes ; et il s’étend au-delà des écrits, acteurs ou lieux exclusivement « littéraires ».

Le musée Marcel Proust- Maison de tante Léonie

15Si l’on veut continuer à explorer les lieux d’Illiers-Combray modifiés par l’attitude des lecteurs de Proust, on doit également s’attarder sur le musée Marcel Proust-Maison de tante Léonie. Situé place Lemoine à Illiers-Combray, il est certainement le lieu de la commune le plus gorgé de souvenirs proustiens. Il s’agit de l’espace dédié à l’écrivain ouvert par la Société en 1972 dans la maison où Proust passait ses vacances enfant, chez Jules et Elizabeth Amiot, oncle et tante paternels. Il est scindé en deux parties : la première, muséographique, « rassemble tous les souvenirs liés à l’écrivain : photographies, correspondances, manuscrits et documents familiaux »6. La deuxième est consacrée à la maison de Tante Léonie proprement dite, c’est-à-dire que l’on pénètre depuis le musée dans la maison où l’écrivain séjournait pendant son enfance et qui propose une « reconstitution »7 (Larcher, 1958) de la maison : on peut par exemple y visiter les chambres « de Marcel » et de « la tante Léonie ». Il héberge aussi les services administratifs de la Société.

  • 8 Delphine Guzowski-Saurier, Médiations et co-construction du patrimoine littéraire de Marcel Proust  (...)
  • 9 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Assemblée générale du 27 juin 1963 », 1964, p. 1 (...)

16Pour faire un historique rapide de la maison, il faut indiquer que celle-ci est rachetée en 1954 par Germaine Amiot – membre de la Société et petite-fille d’Elizabeth Amiot – sur les conseils de Philibert-Louis Larcher. La Société en achève la rénovation en 1956, au cours de laquelle elle a aménagé la maison avec du mobilier à la fois constitué de meubles d’époque donnés ou vendus par des particuliers à la Société, mais aussi de meubles ayant appartenu à la famille Proust. Dans « la chambre de Marcel », on peut par exemple observer une lampe à pétrole. Si la lampe elle-même a été acquise pour rappeler le kaléidoscope de La Recherche, les plaques en verre qu’on y insère ont appartenu à la famille. Il faut souligner ici que la maison présente une « ambiguïté muséographique » (Guzowski-Saurier ; 2003)8. La Société a reconstitué la maison des Amiot, mais, pour ce faire, elle s’est inspirée de la maison décrite dans La Recherche : ce faisant, elle reconstitue à la fois les lieux fréquentés par la famille Proust et ceux dans lesquels évolue le Narrateur de La Recherche. En visitant la maison, on peut donc à la fois pénétrer dans la « chambre de Tante Léonie » – issue, donc, de La Recherche – mais aussi dans le salon oriental de Jules Amiot, oncle de Marcel Proust. Il s’agit pour la Société de créer une « évocation permanente » de l’œuvre (Larcher ; 1964).9

17La maison est classée monument historique par un arrêté en 1961, et le musée est inauguré le 29 juin 1972. En août 1976, Germaine Amiot lègue la maison à la Société. La maison voisine – la « maison du six » – est aussi mise à disposition de la Société en 1998 pour y loger ses services administratifs. Enfin, la Société signe en 2014 un bail emphytéotique avec le Conseil Départemental d’Eure-et-Loir en vue d’une rénovation de la maison. Celle-ci rouvrira en 2021 après quelques travaux.

18À l’instar de la sauvegarde du Pré Catelan, on peut estimer que cette conservation de la maison s’est faite grâce à la lecture de La Recherche. C’est bien parce que La Recherche a été lue par les membres de la Société qu’ils décident de conserver la maison. Celle-ci n’aurait-elle pas été décrite dans l’œuvre de Proust, ses lecteurs n’auraient pas trouvé d’intérêt à la sauvegarder : c’est bien parce qu’elle figure dans une œuvre – et surtout parce qu’on a lu l’œuvre – que la maison de Jules et Elizabeth Amiot acquiert un intérêt. En outre, comme dans le cas du Pré Catelan, plusieurs étapes sont nécessaires à l’effet de La Recherche sur la maison : la lecture de l’œuvre entraîne une attitude de lecteurs, c’est-à-dire la volonté de conserver la maison. Cette volonté entraîne la restauration de la maison en 1956 ; et celle-ci mène au classement de la maison en tant que monument historique.

19Ici, il est également permis de se demander si la conservation de la maison ne présente pas un effet de la lecture plus complexe et avancé que celui de la sauvegarde du Pré Catelan. Revenons sur « l’ambiguïté muséographique » de la maison soulignée par Delphine Guzowski-Saurier. On rappelle que les lieux reconstituent à la fois la maison fréquentée par le Narrateur dans La Recherche et celle qu’a fréquentée Marcel Proust pendant son enfance. Delphine Guzowski-Saurier affirme : « c’est un espace historique, dans le sens où il a été fréquenté par Marcel Proust, et c’est un lieu de l’imaginaire, puisque la Maison a fait l’objet d’une recréation muséographique à partir de l’œuvre de Marcel Proust. » (2003 ; 56).

Ici, on peut supposer deux choses :

20D’abord, on pourrait imaginer que la Société recrée délibérément une version de la maison ambiguë, car elle estime que les visiteurs cherchent autant à expérimenter les lieux présents dans La Recherche, que ceux fréquentés pas l’auteur. On peut d’ailleurs, en complexifiant la réflexion, envisager que l’ambiguïté muséographique de la maison recrée l’ambiguïté biographique qui existe entre Proust et le Narrateur.

21Cependant, on peut aussi supposer que la reconstitution de la maison d’après l’œuvre ne relève pas vraiment d’un choix, si on imagine que la description de la maison de Tante Léonie dans La Recherche constitue la seule ou plus complète source à laquelle ait accès la Société quant à la disposition de la maison. Ce deuxième cas de figure est intéressant pour notre étude de l’effet de la lecture, car cela signifierait que c’est la lecture de La Recherche qui rend possible la reconstitution de la maison. Katia Gianfermi indique, dans son descriptif de la maison : « Cette maison a été remise dans un état semblable à celui dans lequel elle était quand Proust y venait, l’intérieur a été reconstitué d’après les descriptions d’ « A la recherche du temps perdu » »10. Sans lecture de La Recherche, il n’y aurait donc pas de possibilité de reconstituer la maison, et c’est là que l’effet de la lecture deviendrait plus important, puisque la seule lecture d’une œuvre rendrait possible l’aménagement intégral d’un bâtiment. La lecture ne mènerait pas seulement les lecteurs à sauvegarder la maison, mais elle serait aussi la condition de sa reconstitution.

22Ici, il est certes impossible de décider si la lecture de La Recherche a seulement éclairé pour les lecteurs l’importance de la Maison de Tante Léonie, ou si, s’immisçant jusque dans le choix des meubles, elle a véritablement permis l’existence d’un espace reconstitué dans la maison originale. Que nous apporte, cependant, cette étude de la maison de tante Léonie dans notre réflexion sur l’attitude de lecteurs ? Le texte et sa lecture peuvent s’avérer être plus qu’un moteur quant à la décision de conservation d’un lieu – comme le fut La Recherche chez Larcher pour le Pré Catelan – ; ils peuvent aussi être utilisés comme guide ou « mode d’emploi » pour déchiffrer un espace que l’attitude des lecteurs a décidé de réhabiliter.

Les plaques de noms de rues à Illiers-Combray

23Continuons avec un effet moins complexe que celui de la maison de Tante Léonie, mais qui relève bien d’un effet de l’attitude des lecteurs de Proust sur des lieux d’Illiers-Combray.

  • 11 Adrien André-Brunet, Bulletin Marcel Proust, « La chronique du centenaire », 1972, p. 1483.

24En 1971, la Société remet à la municipalité les plaques des noms de certaines rues de la ville « restituant à certaines voies leur ancien nom cité dans La Recherche »11, la rue du Cheval-Blanc, de l’Oiseau et du Saint-Esprit. On rend aux rues, dont le nom a changé entre-temps, leur nom tel qu’il figure dans La Recherche – qui était d’ailleurs celui des noms d’Illiers à l’époque où Marcel Proust y passait ses vacances de Pâques. Aujourd’hui, on trouve par exemple deux plaques différentes dans la rue du Docteur Proust : d’un côté de la rue, « Rue du Docteur Proust », son nom actuel, sous-titré « anciennement rue du Saint-Esprit » ; de l’autre, « Rue du Saint Esprit ».

25Si, en France, il n’est pas rare de rencontrer des rues nommées d’après un auteur, ou parfois d’après une œuvre – on trouve quelques rues du Petit Prince ou des Rougon-Macquart en France – il me semble moins commun qu’on leur attribue, comme ici, le nom d’une rue dans une œuvre. Même si, par cette opération, on rend également leur ancien nom à ces rues – c’est donc à la fois un nom qui figure dans une œuvre, mais qui a aussi existé dans l’histoire de la ville – on tente surtout de rendre Illiers pareil à Combray, d’amener Combray à Illiers. Il s’agit de reconstituer, dans une certaine mesure, les rues arpentées par le protagoniste de La Recherche dans l’Illiers de 1971. On cherche véritablement à faire évoluer le lecteur dans l’œuvre. Il s’agit là d’une attitude de lecteurs légèrement différente de celles évoquées jusqu’ici à Illiers-Combray. On peut néanmoins la rapprocher de l’ambiguïté muséographique de la maison de tante Léonie, qui reconstitue les lieux fréquentés par le Narrateur. Ici, il s’agit de la même opération : comme on faisait surgir « la chambre de Tante Léonie » dans la maison fréquentée par la famille Proust, on fait surgir les rues de La Recherche dans celles d’Illiers-Combray. Il faut indiquer, cependant, qu’on ne supprime pas totalement le nouveau nom des rues pour leur rendre leur ancien - dans la maison de Tante Léonie, on n’efface pas non plus toute trace des Amiot pour les remplacer par tante Léonie. On laisse transparaître Illiers sous Combray, on laisse donc les plaques « Rue du Dr Proust » et « Rue du Saint Esprit » cohabiter dans une même rue. Illiers-Combray relève donc à la fois de La Recherche et de l’Illiers pré-Proust.

26Illiers-Combray est donc parsemé de lieux transformés par l’attitude des lecteurs de Proust. Il s’agit généralement des lieux qui l’ont inspiré dans sa rédaction de La Recherche. D’autres lieux qui figurent dans l’œuvre ne portent cependant pas la trace de l’attitude des lecteurs. L’église Saint-Jacques – que Proust nomme « église Saint-Hilaire » dans La Recherche – garde ainsi son nom d’origine, et, à l’exception d’une plaque à son entrée qui mentionne son apparition dans l’œuvre de l’écrivain, l’église reste intouchée par ses lecteurs. Cela soulève la question de la rencontre entre ce que l’on pourrait appeler le « patrimoine » d’un auteur et celui de la ville dans laquelle on décide de le célébrer : en effet, il reste moins ardu de toucher à une église que de transformer un parc ou un bâtiment restés à l’abandon.

27On peut mentionner quelques autres lieux nommés en clin d’œil à Proust, égrainés ça-et-là dans la ville : un buste de l’écrivain avenue Georges Clémenceau, un collège Marcel Proust, des extraits de l’œuvre dans la ville, un hôtel « Les Aubépines », un jardin Marcel Proust, ou encore un restaurant « La Madeleine d’Illiers »...

Lieux « proustiens » à Illiers-Combray. Source : Plan d'Illiers-Combray. Office de tourisme d'Illiers-Combray. 2014

Lieux « proustiens » à Illiers-Combray. Source : Plan d'Illiers-Combray. Office de tourisme d'Illiers-Combray. 2014

28Le changement de nom de la commune comme cristallisation de l’attitude des lecteurs à Illiers-Combray

29L’attitude de lecteurs la moins commune dans le cas d’Illiers-Combray est la demande – et l’obtention – de changement de nom de la ville.

  • 12 Jacques de Lacretelle, Bulletin Marcel Proust, « Hommage à P.-L. Larcher » (1881-1972) ; 1973, p. 1 (...)
  • 13 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1947, p. 383.
  • 14 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1970, p. 23-24.

30Jacques de Lacretelle, auteur des Hauts Ponts (1932-1935) ; qui fut le second secrétaire général de l’association, indique : « c’est encore [Philibert-Louis Larcher] qui a obtenu que le nom imaginaire fût lié à l’appellation géographique » (1973)12 ; c’est-à-dire que Combray soit adjoint à Illiers. C’est en effet lui qui demande au Conseil municipal d’Illiers d’y ajouter le nom « Combray » en 1948. Le Conseil Municipal n’accepte pas tout de suite « considérant qu’il est grave de modifier ainsi le nom d’une commune sans un motif absolument urgent et d’une utilité incontestable »13. Il faut attendre 1970 et une nouvelle demande de Larcher pour que la municipalité reconnaisse « qu’Illiers grâce à l’œuvre du romancier Marcel Proust est très connu sous le nom de Combray dans les milieux littéraires »14 et accepte la proposition de Larcher. Le changement de nom est ensuite confirmé par le ministère de l’Intérieur par un décret et Illiers devient Illiers-Combray en 1971.

31Illiers-Combray est l’une des seules communes à avoir changé de nom grâce ou à cause d’une œuvre littéraire. Il semble rare, sinon inexistant, que les lecteurs demandent un changement d’appellation d’une commune.

32Encore une fois, les lecteurs cherchent à intégrer Combray à l’Illiers palpable et visible, et littéralement ici, puisqu’ils demandent l’ajout du nom Combray au nom Illiers. Cette attitude rejoint celle de la reconstitution de la maison de Tante Léonie et celle de la remise des plaques de noms de rues : la Société veut incorporer Combray à Illiers, lier « l’imaginaire » au « géographique », comme l’indique Jacques de Lacretelle, ou ici, à l’administratif. La problématique du changement de nom cristallise tout à fait l’attitude des lecteurs de Proust à Illiers-Combray. Le nom composé « d’Illiers-Combray » reflète bien les paysages et les lieux qui ont connu une sorte d’« ajout proustien » : le Musée Marcel Proust-Maison de Tante Léonie est, tiraillé entre ancienne maison des Amiot et maison de Tante Léonie, à mi-chemin entre Illiers et Combray. Les plaques de rue sont bien ancrées dans l’Illiers de 1971 mais sont issues du Combray de Proust.

  • 15 Philibert-Louis Larcher, « Illiers-Combray » in Europe n°23, 1947, p. 70-77.

33À l’instar de ses descriptions qui ont permis de remeubler la maison de Tante Léonie, La Recherche apparaît comme un genre de guide d’aménagement, de reconstitution de Combray qui permet de rendre Illiers pareille à la ville décrite par Proust. Elle indique où se trouvent les plaques de noms de rues, comment aménager la maison, et même comment se rendre au Pré Catelan. La démarche reste très ironique, puisque on a d’abord vu le phénomène inverse se produire : Proust décrire Combray de façon à ce qu’elle ressemble à « cet Illiers qui transparaît sous ce nuage d’imagination qui le transfigure » (Larcher, 1947)15.

Quid, donc, de l’attitude de lecteurs de Marcel Proust à Illiers-Combray ?

  • 16 Voir « La visite de la maison d’écrivain : une expérience sensible de la littérature » dans Aurore (...)

34L’attitude des lecteurs à Illiers-Combray semble suivre différentes lignes de conduite. On a d’abord une démarche assez pragmatique : il s’agit pour la Société de conserver les lieux qui ont inspiré Proust : la maison de tante Léonie, le Pré Catelan ; le chemin de l’un à l’autre. Ce faisant, elle parsème la commune de lieux classés modifiés en fonction de l’œuvre de Proust. Il est aussi question, avec la création de la Société et de ses célébrations annuelles, de donner aux lecteurs l’occasion d’appartenir à un groupe qui se réunit ponctuellement autour de l’œuvre de Proust. L’ouverture du Musée Marcel Proust-Maison de Tante Léonie permet de créer un lieu d’information sur Proust. Il s’agit ainsi de mettre véritablement en place des structures pour répondre, peut-être, à un besoin d’échanger autour de l’œuvre de Proust, donner en quelque sorte suite à la lecture. C’est donc dans cette mesure là que le lecteur ferait véritablement quelque chose de sa lecture une fois celle-ci terminée. Il s’agirait justement, par cette mise en place de structures, de donner à la lecture un caractère plus dynamique et de ne pas simplement considérer celle-ci comme terminée parce que l’on a reposé l’ouvrage. Après la lecture, on cherche aussi à expérimenter celle-ci d’une manière nouvelle, à s’en faire une expérience plus sensible, par exemple16.

  • 17 Philibert-Louis Larcher, « Illiers-Combray », Europe n°23, 1947, p. 70-77.

35Cependant, il est également question d’une démarche plus poétique. On constate aussi que la Société, dans son attitude de lecteurs, semble vouloir incorporer l’œuvre à la ville, la mêler au palpable de la commune. La remise en place des anciennes plaques de noms de rues en est un exemple ; tout comme la reconstitution de la maison évoquée dans La Recherche. Elle s’efforce de faire correspondre Illiers à Combray, de modifier les données de la ville pour qu’elle ressemble à Combray, tout en conservant Illiers. Larcher parle d’une « réunion des « deux côtés » : Illiers, le monde sensible existant et Combray, le monde ultra-sensible n’existant que dans la pensée de Marcel Proust. »17 

Le contenu de la lecture prévoit-il les effets de la lecture ? De la réflexion sur les noms dans À la Recherche du temps perdu

Nom de pays : le nom

36Dans Du Côté de chez Swann (1913), Proust propose en troisième partie « Nom de pays : le nom », à travers les rêveries de son narrateur, une réflexion autour des noms de ville. Parme, Florence, Venise et Balbec sont évoquées, et avec elles, ce que leurs noms suscitent à l’imagination du narrateur.

« Le nom de Parme, une des villes où je désirais le plus aller depuis que j’avais lu la Chartreuse, m’apparaissant compact, lisse, mauve et doux […] Et quand je pensais à Florence, c’était comme à une ville miraculeusement embaumée et semblable à une corolle […] Quant à Balbec c’était un de ces noms où […] on voit se peindre encore la représentation de quelque usage aboli […] » (Du côté de chez Swann, 1919, éd. NRF, p. 351).

37En regard des rêveries du narrateur, on trouve aussi chez les lecteurs de Proust, des réflexions autour du nom. D’abord, la réflexion de Larcher autour des noms « Illiers » et « Combray », qui le mène, par deux fois, à demander l’ajout du second au premier. Ensuite, les rues auxquelles on rend leur nom cité dans La Recherche. Mais il faut surtout ici évoquer une autre publication de Larcher datant de 1971. Publié par la mairie d’Illiers-Combray, Le temps retrouvé d’Illiers - dont le titre fait encore une fois allusion à La Recherche - tente de constituer une histoire de la commune. Parmi les chapitres « Les origines », « L’église », « Le Château », on en trouve un intitulé « Le nom » (p.89-94) - on note au passage le titre encore emprunté au Côté de chez Swann. Larcher, dans ce chapitre, tente de remonter aux origines de l’appellation « Illiers » et conclut qu’il est sans doute impossible de trouver la véritable origine du nom de la commune. Sa réflexion, dans cet ouvrage se place véritablement en miroir de celle du narrateur de Proust dans Du Côté de chez Swann. Plus qu’une intertextualité entre l’ouvrage de Proust et celui de Larcher, il y a là une sorte de « copie » de la démarche du narrateur. Larcher, dans une certaine mesure, se charge de poursuivre la réflexion entamée autour des noms, en l’appliquant à Illiers plutôt qu’à Balbec ou Parme. On trouve, là encore, ce côté « mode d’emploi » qu’on a décelé plus tôt dans la mobilisation de La Recherche par ses lecteurs, lorsque ceux-ci s’appuient sur les descriptions faites par l’œuvre pour réaménager la maison de Tante Léonie. Encore une fois, les lecteurs - ici, le lecteur Larcher - mobilisent l’œuvre comme un outil : comment aménager la maison, comment aménager Illiers, et ici, comment rédiger un ouvrage. Comme si l’œuvre de Proust montrait ici à ses lecteurs comment et à propos de quoi écrire…

38Il faut s’attarder sur le phénomène qui fait que les lecteurs de Proust, après avoir lu une œuvre où les noms de villes occupent une place prégnante – jusque dans le titre de la troisième partie ! – mettent en place des actions dont la plupart sont liées à la thématique du nom : le changement de nom de la ville, la réhabilitation des plaques de noms de rues, la réflexion sur le nom dans Le Temps retrouvé d’Illiers. Ici, c’est comme si La Recherche donnait aussi le thème de la réflexion à ses lecteurs. Comme si elle disait « C’est à partir des noms que vous devrez travailler ». À l’instar du travail des lecteurs dans la maison de Tante Léonie, La Recherche ne pousse pas seulement les lecteurs à mettre en place des aménagements en lien avec elle, elle leur pourvoie aussi la thématique à traiter. Si La Recherche ne proposait pas une réflexion sur les noms, en effet, les lecteurs auraient-ils agi autour de ceux-ci ?

39Il est dès lors permis de se demander : l’effet de la lecture varie-t-il selon le contenu de l’œuvre lue ? Autrement dit : Ce que l’on fait de sa lecture dépend-il de ce que l’on lit ?

40Pour donner un début de réponse à cette question, comparons Illiers-Combray à une autre commune qui a modifié son nom d’après une œuvre.

Le Robinson Suisse au Plessis-Robinson

41La commune du Plessis-Robinson, située dans les Hauts-de-Seine et anciennement appelée « le Plessis-Piquet », a été rebaptisée de son nom actuel en 1909 d’après Le Robinson Suisse (1812) de Johann David Wyss. L’appellation « Robinson » vient d’une guinguette ouverte dans la ville en 1848 par le restaurateur Joseph Guesquin. La guinguette qu’il ouvre, « Au Grand Robinson », s’inspire en effet du Robinson Suisse et de la cabane perchée dans les feuillages où les protagonistes du roman trouvent refuge. À leur instar, Guesquin propose, dans sa guinguette, de dîner dans des cabanes aménagées. La ville indique bien : « « C’est cette cabane perchée dans les feuillages qui inspire Joseph Guesquin pour créer sa guinguette Le Grand Robinson au Plessis-Piquet en 1848. Le succès commercial des guinguettes sera tel que le hameau, puis la ville, prendront le nom de Robinson. »18 ainsi que : « À l’aube du xxe siècle, Le Plessis-Piquet est encore un village de 549 habitants (recensement 1901), mais dans lequel le quartier de Robinson, qui abrite désormais plus d’une trentaine d’établissements, guinguettes, restaurants, loueurs d’ânes, prend une renommée et une importance croissante. C’est pour cette raison que le maire élu en 1908, Paul Jaudé (1868-1924) demande au Gouvernement le changement du nom de la commune qui est rebaptisée Le Plessis-Robinson le 12 novembre 1909 »19.

42D’abord, peut-on parler d’un effet de la lecture du Robinson Suisse au Plessis-Robinson ?

43Ici, encore, on peut émettre deux hypothèses :

44Soit c’est bien la lecture du Robinson Suisse qui donne à Guesquin l’idée de construire son restaurant en hauteur, dans les arbres, à l’instar du « château aérien » (Wyss) des protagonistes – il fallait tout de même que le lieu se prête déjà à un tel aménagement. La décision vient donc avant la construction. Soit c’est après la construction de la guinguette que Guesquin rapproche celle-ci de l’habitation des personnages du Robinson Suisse, et c’est la similarité de construction, et peut-être, une certaine affection pour l’œuvre, qui le mène à sélectionner son nom pour le donner au restaurant. Dans tous les cas, on peut estimer que Guesquin a bien lu l’œuvre, et, que celle-ci soit l’élément qui motive la manière de construire le restaurant, ou qu’il sélectionne seulement son nom après l’aménagement, c’est bien en tout cas son appellation qui est donnée au restaurant. On peut tout de même parler d’un effet de la lecture du Robinson Suisse au Plessis-Robinson puisque Guesquin fait quelque chose de sa lecture. Même si c’est dans une moindre mesure, il fait quelque chose de sa lecture en donnant – partiellement– le nom de l’œuvre à son restaurant.

45Là où le cas du Plessis-Robinson diffère de celui d’Illiers-Combray et de l’attitude des lecteurs de Proust, c’est dans le changement de nom de la commune. Si, chez les lecteurs de Proust, la demande de modification de l’appellation relève encore de faire quelque chose de sa lecture, on peut affirmer que ce n’est pas le cas au Plessis-Robinson.

46Ici, ce qui pousse la municipalité à changer le nom de la ville est davantage la renommée du quartier des guinguettes qu’un rapport à l’œuvre – « Le succès commercial des guinguettes sera tel que le hameau, puis la ville, prendront le nom de Robinson. » – et on s’aperçoit d’ailleurs que la succession d’étapes qui mène au changement de nom oublie un peu l’origine première du nom en chemin. Même si c’est l’ouvrage qui donne son nom à la première guinguette, qui rebaptisera plus tard le quartier, ce n’est plus à partir de l’œuvre – mais à partir du « succès commercial » – qu’on agit au moment du changement de nom de la ville, là où c’était encore La Recherche à partir de laquelle on agissait dans le cas d’Illiers-Combray. Ce n’est d’ailleurs pas, contrairement encore au cas d’Illiers-Combray, celui qui a lu Le Robinson Suisse, c’est-à-dire Guesquin, qui demande à ce que la ville change de nom. Même s’il n’est pas impossible que le maire Paul Jaudé ait été un lecteur de Wyss, ou que ce soit un lecteur de Wyss qui lui ait soufflé l’idée de la modification du nom, il ne semble pas que ce soit, a priori, un lecteur du Robinson Suisse qui demande le changement d’appellation. Or, si ce n’est pas un lecteur qui fait la demande, peut-on encore parler de faire quelque chose de sa lecture ?

Prévoir les actions des lecteurs par le contenu de la lecture chez Wyss et Proust

47Ainsi, peut-on considérer que ce qui est lu prévoit ce qui est fait de la lecture, et ici, que ce que fait Guesquin dépend ce qu’il a lu ?

48Il est ici permis d’affirmer que ce n’est pas le cas. D’une part, ce qui est fait de la lecture est très léger, et s’inspire d’ailleurs davantage du titre que du contenu du roman, même si l’attitude des protagonistes qui construisent une cabane et celle du restaurateur qui fait de même peuvent être mises en regard et « légitiment » l’emprunt du titre.

  • 20 Jean-Paul Engelibert, « L'empreinte de l'homme. Robinson et le désir de l'île déserte », Écologie (...)

49D’autre part, si l’on étudie le contenu de l’œuvre, on s’aperçoit qu’il n’a pas grand-chose à voir avec ce qui est fait de l’œuvre. Si l’on retrouve le côté « mode d’emploi » – que l’on a déjà noté dans l’attitude des lecteurs de Proust - puisque Guesquin construit une habitation dans les arbres à l’instar des protagonistes – la cohérence entre le contenu de l’œuvre et l’attitude de son lecteur s’arrête là. On peut s’attarder sur le sous-titre de l’œuvre, qui annonce son « programme » : Un livre didactique pour les enfants et les enfants des amis à la ville et la campagne. Il s’agit donc d’un ouvrage dédié à l’éducation des enfants, qui devient vite un récit pédagogique plutôt qu’un récit d’aventures20. Or, on peut affirmer que nulle action de Guesquin n’est entreprise dans cette optique-là.

50Ce qui est « prévu » par l’œuvre n’a pas ainsi grand-chose à voir avec les actions du lecteur Guesquin, qui se contente ici d’emprunter le titre.

51Là où chez les lecteurs de Proust, on trouve une certaine cohérence vis-à-vis de l’œuvre dans les actions des lecteurs, on peut affirmer que ce qui est fait de l’œuvre au Plessis-Robinson – donner son nom à un restaurant – n’a pas de rapport avec ce qui est prôné dans l’œuvre.

52Chez Proust d’ailleurs, le contenu dans La Recherche prévoit-il l’attitude des lecteurs après leur lecture ? Dans une certaine mesure, on peut affirmer que la réflexion de théorie littéraire proposée par Proust prévoyait la rédaction d’ouvrages chez Larcher qui continuent la réflexion entamée dans La Recherche. Et, puisque celle-ci reste un texte très détaillé – d’ailleurs réputé difficile – on peut supposer que c’est ce détail de descriptions qui donne envie au lecteur de se rendre à son tour sur les lieux évoqués. D’ailleurs, on peut aussi mettre en corrélation le caractère minutieux des descriptions de l’œuvre et l’attitude de lecteurs qui mobilisent le texte en tant que mode d’emploi et guide de la ville. C’est l’afflux de détails qui permet une telle utilisation. On a déjà vu ça chez Paul de Kock, qui décrit par exemple avec minutie le passage des panoramas à Paris dans La Pucelle de Belleville (1864), ou évoque avec détails le menu de certains restaurants parisiens et propose même à son lecteur des itinéraires dans la ville.

53Mais la foule de détails utilisée par Proust dans La Recherche, ou la réflexion théorique littéraire qu’il propose, prévoyait-elle aussi le changement de nom de la commune, la réhabilitation des plaques de nom de rue ? C’est moins certain. Il existe donc une différence entre ce qui pourrait être anticipé en se trouvant face au contenu de l’œuvre, et ce que font les lecteurs de l’œuvre. Dans une certaine mesure, on pourrait dire qu’il y a un programme peut-être laissé à dessein par l’auteur, mais aussi une réaction des lecteurs laissée plus flottante. Puisque, lorsque le lecteur fait quelque chose de sa lecture, cette dernière reste dynamique, il y a toujours un élément imprévisible.

Actions de lecteurs et personnalités de lecteurs

54J’estime ainsi qu’il faut aussi coupler, au contenu de l’œuvre, le type de lecteur que l’on est, pour véritablement pouvoir répondre à l’interrogation. Larcher et la Société appartiennent au type de lecteur que l’on pourrait qualifier de plus « fervent ». Larcher est le lecteur le plus investi : celui qui fonde une société autour de l’œuvre et l’auteur, permet l’ouverture d’un musée-maison d’écrivain, rédige deux ouvrages et de nombreux articles sur l’auteur, l’œuvre et la ville. Il va même jusqu’à accompagner, chaque mois de mai, le « pèlerinage » – comme il l’appelle – de la Journée des Aubépines jusqu’à peu de temps avant sa mort. Il faut aussi rappeler que c’est un lecteur lui-même natif d’Illiers, la lecture de La Recherche ne résonne donc pas de la même façon chez lui que chez un autre lecteur de Proust.

55Ce que l’on fait de sa lecture dépend donc aussi de notre lien à l’œuvre, et de nos données personnelles. Si l’on n’est pas un lecteur fervent ou si nous n’avons pas de lien particulier aux lieux, on peut ne pas du tout être intéressé par les lieux évoqués, ou alors ne pas du tout remobiliser notre lecture de façon dynamique une fois l’ouvrage reposé. Ce que l’on fait de sa lecture dépend donc aussi de ce que l’on est.

Conclusion

  • 21 Jacques Delacretelle, Bulletin Marcel Proust, « Hommage à P.-L. Larcher » (1881-1972) ; 1973, p. 15 (...)

56Reprenons ici notre premier questionnement « Que font les lecteurs de ce qu’ils ont lu ? » et couplons-le au second – « Le contenu de l’œuvre prévoit-il les effets de la lecture ? ». Il est permis d’affirmer que la seconde interrogation vient épaissir la réflexion menée autour de la première. On a conclu le second temps de cet article par l’idée suivante : ce que l’on fait de sa lecture dépend de ce que l’on est. Ce postulat rejoint la réflexion autour des lecteurs de Marcel Proust et de leurs actions sur les sites géographiques : il a fallu qu’un lecteur impliqué, natif de la ville, face irruption dans la vie de la commune pour que celle-ci se trouve modifiée par les lecteurs de Proust. Sans Philibert-Louis Larcher et sans la Société des Amis de Marcel Proust, il est permis de se demander si Illiers-Combray aurait connu un tel changement. D’autres lecteurs n’auraient peut-être pas voulu que soit liés « imaginaire » et « géographique »21. Chaque lecteur réagit et agit différemment à l’égard d’une œuvre : le contenu de celle-ci doit ainsi être questionné en relation avec la personnalité du lecteur.

57Pour donner suite à notre réflexion sur rapport entre contenu de l’œuvre et effets de lecture, il serait intéressant de voir si l’on peut affirmer qu’il existe au sein de chaque œuvre une sorte de « programme » destiné au lecteur. Il faudrait bien sûr garder à l’esprit qu’il existe une différence entre ce programme supposé et l’objectif que donnerait un auteur à son texte – convaincre, alerter, informer – ainsi que l’effet de la lecture que peut susciter son œuvre chez le lecteur, qui, comme on l’a vu, dépend aussi de la personnalité du lecteur lui-même. Cela serait aussi l’occasion de se demander : Peut-on faire quelque chose de toute lecture ?

Haut de page

Notes

1 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Rapport moral du secrétaire général », 1958, p. 533.

2 Site Internet de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray : https://www.amisdeproust.fr/fr/le-bulletin

3 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Rapport moral du secrétaire général », 1958, p. 533.

4 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1947, p. 383.

5 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1970, p. 23-24.

6 « Musée Marcel Proust - Maison de Tante Léonie » sur : http://musees.regioncentre.fr/les-musees/musee-marcel-proust-maison-de-tante-leonie?onglet=1

7 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Rapport moral du secrétaire général », 1958, p. 533.

8 Delphine Guzowski-Saurier, Médiations et co-construction du patrimoine littéraire de Marcel Proust : la Maison de Tante Léonie et ses visiteurs. Héritage culturel et muséologie. Université d’Avignon, 2003, p. 59.

9 Philibert-Louis Larcher, Bulletin Marcel Proust, « Assemblée générale du 27 juin 1963 », 1964, p. 183.

10 Voir « Descriptif de la visite des pièces principales » : https://www.amisdeproust.fr/images/DocsPdf/DescriptifMaisonTanteLeonie.pdf

11 Adrien André-Brunet, Bulletin Marcel Proust, « La chronique du centenaire », 1972, p. 1483.

12 Jacques de Lacretelle, Bulletin Marcel Proust, « Hommage à P.-L. Larcher » (1881-1972) ; 1973, p. 1567-68.

13 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1947, p. 383.

14 Archives municipales de la ville d’Illiers-Combray, Registre des délibérations, 1970, p. 23-24.

15 Philibert-Louis Larcher, « Illiers-Combray » in Europe n°23, 1947, p. 70-77.

16 Voir « La visite de la maison d’écrivain : une expérience sensible de la littérature » dans Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires : Une entrée par le tourisme littéraire : Maisons d’écrivain, routes et sentiers littéraires, Géographie. Université Blaise Pascal. Clermont-Ferrand II, 2016.

17 Philibert-Louis Larcher, « Illiers-Combray », Europe n°23, 1947, p. 70-77.

18 Site Internet de la mairie du Plessis-Robinson : http://www.plessis-robinson.com/decouvrir-la-ville/histoire-du-plessis-robinson/le-plessis-robinson-au-fil-des-siecles/les-guinguettes-de-robinson.html

19 (ibid.) http://www.plessis-robinson.com/decouvrir-la-ville/histoire-du-plessis-robinson/le-plessis-robinson-au-fil-des-siecles/le-xxe-siecle-au-plessis-robinson.html

20 Jean-Paul Engelibert, « L'empreinte de l'homme. Robinson et le désir de l'île déserte », Écologie & politique, vol. 37, n° 3, 2008, p. 181-194.

21 Jacques Delacretelle, Bulletin Marcel Proust, « Hommage à P.-L. Larcher » (1881-1972) ; 1973, p. 1567-68.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lieux « proustiens » à Illiers-Combray. Source : Plan d'Illiers-Combray. Office de tourisme d'Illiers-Combray. 2014
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/7941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Egoa Dufourc, « Attitudes de lecteurs de Marcel Proust et effets de la lecture d’A la recherche du temps perdu dans la ville d’Illiers-Combray », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2019-02 | 2019, mis en ligne le 14 mai 2020, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/7941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.7941

Haut de page

Auteur

Egoa Dufourc

Diplômée du master de sciences humaines et sociales mention Théories et Pratiques du Langage et des Arts de l’EHESS en 2019, Egoa Dufourc s’intéresse aux interactions entre œuvres -qu’elles soient littéraires, cinématographiques ou théâtrales -et lieux. Ses recherches portent en particulier sur l’œuvre comme moyen de (re)façonner la ville, les paysages et les bâtiments. Elle a réalisé son mémoire de recherche intitulé « Etude de l’action de la littérature sur un lieu. L’action d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust sur la ville d’Illiers-Combray (Eure-et-Loir) de 1945 à 2019 » sous la direction de Dinah Ribard (EHESS-CRH-Grihl). En 2019, elle a participé à l’organisation de la journée d’études interdisciplinaire « Questions d’espaces » réunissant étudiants de doctorat et master autour de la notion d’espace.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals