Navigation – Plan du site

AccueilDossiers ouverts - Texte intégralLes dossiers de Laurence GiavariniEcritures du groupe. Ecriture en ...Écrire en groupe, écrire le groupe

Ecritures du groupe. Ecriture en groupe

Écrire en groupe, écrire le groupe

Laurence Giavarini

Texte intégral

  • 1 Gustave Lanson, « L’histoire littéraire et la sociologie », conférence de l’EHESS, le 29 janvier 19 (...)

1C’est probablement dans l’article célèbre tiré de sa conférence du 29 janvier 1904 devant les sociologues de l’École des Hautes Études Sociales que Gustave Lanson trouve ses plus remarquables formulations sur la littérature comme « acte social de l’individu ». Insistant sur le « fait social » qu’est le « phénomène littéraire », il va jusqu’à désigner dans « le livre [un] phénomène social qui évolue » et dans l’écrivain « un produit social et une expression sociale »1 : autant de formules destinées à un public spécifique mais qui peuvent continuer de guider la réflexion sur le littéraire engagée par la sociologie de la littérature, voire servir de programme à une histoire sociale du littéraire.

2Le début de la conférence explicitait ce avec quoi la méthode sociologique appliquée à la littérature allait devoir travailler : « la description exacte de l’individualité littéraire » (p. 63), alors même que les sociologues « suppriment les individualités littéraires, ou s’en détournent ». Et Lanson de lancer à son auditoire : « quand ils touchent aux phénomènes littéraires, vous les [les sociologues] voyez fuir les grandes époques de puissantes individualités » (p. 63). Loin de renoncer, même partiellement, à la visée de l’histoire littéraire, la perspective sociologique pourrait donc être un moyen d’« expliquer les œuvres » (c’est lui qui souligne), pour peu qu’elle situe « œuvres et hommes dans les séries sociales ». L’individu ne serait pas abandonné par une telle méthode, mais appréhendé « dans ses relations à divers groupes et êtres collectifs, [dans] sa participation à des états collectifs de conscience, de goût, de mœurs ». Selon cette perspective, l’originalité, le génie même, seraient donc des faits sociaux.

  • 2 Gisèle Sapiro, La Sociologie de la littérature, Paris, la Découverte, « Repères », 2014, p. 16.
  • 3 Marcel Bénabou et Jacques Roubaud, « Qu’est-ce que l’Oulipo ? », 2017, https://www.oulipo.net/fr/ou (...)
  • 4 Guillaume Bridet et Laurence Giavarini (dir.), Une fonction groupe dans l’histoire littéraire, numé (...)
  • 5 Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la littérature, Paris, La Découverte, « Repère », (...)

3La méthode sociologique appliquée à l’histoire littéraire fondée par Lanson faisait donc apparaître des « groupes » et des « états collectifs ». Et si l’on peut s’accorder avec Gisèle Sapiro sur le fait que le programme « précurseur de la sociologie de la littérature » ainsi dessiné par Lanson n’a pas « porté ses fruits »2, on peut aussi observer que l’attention portée aux groupes n’a pourtant cessé de grandir dans l’histoire littéraire depuis plus d’un siècle. Encore faut-il préciser de quels groupes l’on parle et de quoi exactement il est question quand est mobilisée la notion de groupe. Brutalisant quelque peu la diachronie, on ne saurait mettre sur le même plan « les Grands Rhétoriqueurs » et le « groupe de Coppet », l’hôtel de Rambouillet et l’Oulipo, les « libertins érudits » et « la Pléiade » – autant de désignations « groupales » relavant, qui du groupement d’auteurs, qui d’un lieu où s’observent des pratiques lettrées, qui d’un réseau identifié bien après son existence ou d’un atelier où fabriquer « de la littérature en quantité illimitée, potentiellement productible jusqu’à la fin des temps, en quantités énormes, infinies pour toutes fins pratiques »3… Si s’observe bien dans l’histoire littéraire une pratique du groupement, voire un besoin de reconnaître des groupes et des modèles de groupe – ce que j’ai proposé d’appeler une « fonction groupe » à l’œuvre dans l’histoire littéraire et qu’interrogent les articles d’un numéro à paraître de la revue ConTEXTES, conçu et introduit avec Guillaume Bridet4 – une partie du travail appelé de ses vœux par Lanson devrait alors consister à penser l’articulation de cette « fonction » à une compréhension approfondie du fait social de la littérature5. Or, les groupes que l’écriture de l’histoire littéraire mobilise entretiennent une relation tantôt très serrée, tantôt très floue à la sociologie des auteurs et à leur appréhension même comme êtres sociaux, tant la littérature semble parfois devoir résumer leur condition. C’est pourquoi il peut être intéressant de travailler sur des groupes qui ne sont pas littéraires mais entretiennent un rapport avec les écrits, voire les écrits littérarisés, pour penser le rôle de l’écriture dans la production des groupes – que l’on parle des modes d’écriture « en groupe » ou d’une production par un écrit individuel du groupe –, pour penser le fait social de la littérature.

4Comment l’écriture produit-elle du groupe, et quels groupes ? comment des groupes ont-ils recours à l’écriture, collective ou non, pour exister, pour se publier ? Comment des processus de littérarisation de l’écrit contribuent-ils à de telles opérations ? Comment par ailleurs l’appartenance à des groupes bien identifiés, comme les académies par exemple, travaille-t-elle par l’écriture avec d’autres appartenances ?

  • 6 Maurice Agulhon, « introduction », dans Etienne François (dir.), Sociabilité et société bourgeoise (...)
  • 7 Jean-Pierre Dedieu et Zacarias Moutoukias, introduction à Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedie (...)
  • 8 De fait, la sociologie des réseaux se distingue nettement de la sociologie des groupes. Un exemple (...)
  • 9 Il faudrait à ce titre revenir sur la façon dont on passe du « libertinage érudit » (René Pintard, (...)
  • 10 Pour des éléments de discussion sur ce point, je me permets de renvoyer à : « Que voit-on dans le m (...)
  • 11 Voir Fanny Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, Éco (...)

5Si le dossier que l’on ouvre ici reviendra sur certains groupements propres à l’histoire littéraire et la façon dont ils travaillent avec des désignations de « groupes » (les guillemets soulignant que c’est la nature même du groupe qui sera alors interrogée), il voudrait envisager des liens plus larges entre écriture et groupe et poser ainsi, à partir des pratiques scripturaires et des écrits, la question de ce qu’est un groupe. Conçu comme un jalon entre une perspective d’histoire littéraire (le numéro à venir de ConTEXTES) et une vaste enquête en cours sur « la littérature des familles aux xviie et xviiie siècles », il entend réinterroger en particulier certaines des notions qui servent à dire le collectif dans les travaux sur la littérature : ainsi de la notion de « sociabilité » dont Maurice Agulhon a interrogé la possible historicité6 et qui résume parfois toute la pratique sociale des hommes de lettres, ou de la notion de « réseau », qui permet d’insérer les auteurs de l’Ancien Régime dans le monde social, non sans figer parfois « un ensemble stable de pratiques et d’attentes réciproques »7. Une compréhension métaphorique et statique du réseau contribue souvent à identifier un « réseau » à un « groupe »8. Le cas des « libertins érudits »9 est ainsi significatif des conséquences de l’opération qui consiste à faire exister comme groupe un ensemble de personnes dont les liens ont été reconstituées à partir des écrits – écrits qui, pour certains, mettent en scène ces relations10. Revenir sur l’utilisation de la notion de réseau et sur celle de sociabilité, mais aussi essayer de penser les appartenances qui englobent la vie et les actions de ceux qui ont recours à l’écrit semble ainsi particulièrement important pour envisager le fait littéraire dans une société, celle de l’Ancien Régime, qui ne connaît pas l’identification propre aux époques libérales de la personne à « l’individu » ; qui a son propre langage du social et ne pense pas le monde social avec les outils de la sociologie moderne11.

6Ce dossier rassemble les premiers articles préparatoires d’un futur numéro des Dossiers du Grihl. Pour toute demande d’information ou proposition de contribution : laurence.giavarini@u-bourgogne.fr

Haut de page

Notes

1 Gustave Lanson, « L’histoire littéraire et la sociologie », conférence de l’EHESS, le 29 janvier 1904, parue dans la Revue de Métaphysique et de Morale, 1904, repris dans Essais de méthode, de critique et d’histoire littéraire, rassemblés et présentés par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, p. 61-80 (les citations se trouvent aux p. 66, p. 68, p. 70).

2 Gisèle Sapiro, La Sociologie de la littérature, Paris, la Découverte, « Repères », 2014, p. 16.

3 Marcel Bénabou et Jacques Roubaud, « Qu’est-ce que l’Oulipo ? », 2017, https://www.oulipo.net/fr/oulipiens/o

4 Guillaume Bridet et Laurence Giavarini (dir.), Une fonction groupe dans l’histoire littéraire, numéro 31 de ConTEXTES, à paraître au printemps 2021. Pour l’appel à communication du colloque qui a initié cette publication, ainsi que les communications enregistrées les 6 et 7 décembre 2018 : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/18_19/18_12_06-07[2].html

5 Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la littérature, Paris, La Découverte, « Repère », 2010.

6 Maurice Agulhon, « introduction », dans Etienne François (dir.), Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse (1750-1850), Travaux et mémoires de la Mission Historique Française en Allemagne, Paris, Recherche sur les Civilisations, 1986. La notion a été beaucoup utilisée pour les pratiques lettrées par les historiens : Daniel Roche (Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), Paris, La Haye, Mouton, 1978) et plus récemment, avec distance, par Nicolas Schapira (Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, « Histoires », 2003) et Antoine Lilti (Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris, au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005).

7 Jean-Pierre Dedieu et Zacarias Moutoukias, introduction à Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1998.

8 De fait, la sociologie des réseaux se distingue nettement de la sociologie des groupes. Un exemple de technicité de la première chez Maurizio Gribaudi, « Les discontinuités du social. Un modèle configurationnel », dans Bernard Lepetit (dir.), Les Formes de l’expérience, Paris, Albin Michel, 1995, p. 187-226. Voir aussi M. Gribaudi (dir.), Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

9 Il faudrait à ce titre revenir sur la façon dont on passe du « libertinage érudit » (René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, Genève, Slatkine, 2000 [1943]) aux « libertins érudits » (Françoise Charles-Daubert, Les Libertins érudits en France au xviie siècle, Paris, puf, 1998). Sur les « sous-groupes cohésifs » à l’ensemble du monde social que les réseaux permettent de repérer, voir notamment les travaux de Linton C. Freeman et ceux de Stanley Wasserman et Katherine Faust.

10 Pour des éléments de discussion sur ce point, je me permets de renvoyer à : « Que voit-on dans le manuscrit Patin ? Modèle oral de la communication, ordre des écrits », La Lettre clandestine, n°22, « Guy Patin et ses interlocuteurs : le “Manuscrit de Vienne” », 2014, p. 173-184.

11 Voir Fanny Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, École Pratique des Hautes Études en Sciences Sociales, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Giavarini, « Écrire en groupe, écrire le groupe », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Laurence Giavarini, Ecritures du groupe. Ecriture en groupe, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8103

Haut de page

Auteur

Laurence Giavarini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search