Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral01Les Travaux d’Hercule

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article constitue l’un des 6 chapitres de l’ouvrage de Christophe Blanquie, Bussy-Rabutin en sa tour dorée, en accès libre sur la plateforme des Dossiers du Grihl à l’URL : https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8594
Les illustrations de cet ouvrage sont en accès libre. Elles proviennent de la Base Regards du Centre des monuments nationaux, de la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque municipale de Lyon, du Rijksmuseum, du Metropolitan Museum et du site du Harvard Art Museums

Texte intégral

1Dans le décor inférieur de la Tour dorée, des représentations des Travaux d’Hercule s’intercalent entre les scènes tirées des Métamorphoses. L’association est justifiée : Hercule apparaît dans le cycle ovidien de sorte que, même si celui-ci ne rapporte pas les douze Travaux, l’on reste dans le même royaume de la fable. Elle est également significative parce qu’elle corrige sensiblement le message des deux registres supérieurs. Hercule est en effet ce héros qui triomphe des épreuves grâce à son intelligence. S’il aime, il ne cesse de courtiser la gloire jusqu’à l’apothéose finale, qui le voit rejoindre les dieux.

  • 1 Pour une synthèse du succès de ce thème, voir Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Pari (...)
  • 2 Poussin avait avant la mort de Louis XIII travaillé à un cycle consacré à Hercule pour la grande ga (...)
  • 3 Pour le cardinal de Richelieu, voir Paola Bassani Pacht, « Le triomphe d’Hercule », Architecture et (...)

2La légende d’Hercule jouit d’une popularité aussi forte que l’œuvre d’Ovide à laquelle elle est liée, et elle a été utilisée dans les iconographies princières1, car non seulement elle possède une puissante charge morale, mais encore le héros doit ses victoires à son esprit et à sa maîtrise de lui-même. Si la valeur morale du héros se prête à la glorification des souverains2 ou de leurs principaux ministres3, elle autorise d’autres lectures pour de moindres seigneurs, voire pour des nobles récents, la galerie d’Hercule de l’hôtel Lambert sur l’Île-Saint-Louis à Paris en étant l’exemple le plus célèbre. L’on remarque en particulier ce commentaire dans la traduction du cycle ovidien par l’académicien Du Ryer, parue en 1660 :

  • 4 Pierre du Ryer, Les Métamorphoses d’Ovide, Paris, Antoine de Sommaville, 1660, p. 389. Si Bussy n’a (...)

… après que vous avez passé à la Cour la plus grande partie de vostre vie, et que vous avez rendu de longs et de fidelles services, lorsque vous pensez en recevoir la récompense, l’on vous commande des choses comme au mal’heureux Lychas, qui sont cause de votre perte.4

  • 5 Lionel Bargetto et Jean-Yves Bourgain, « les décors du château de Fléchères », Monumental, 2008/2, (...)
  • 6 Ce cabinet, dont la décoration pourrait avoir été achevée en 1662, est désigné comme le « Cabinet d (...)
  • 7 Les décors de la galerie Tanlay sont peints en grisaille.

3Une telle réflexion ne pouvait que toucher le courtisan déjà en butte à une sourde disgrâce. Aussi les représentations des travaux sont-elles fréquentes. L’une des plus spectaculaires a été retrouvée au château de Fléchères (Ain)5, mais l’on rencontre aussi le héros dans le cabinet de Jean-Louis de Courbon, au château de La Roche-Courbon (Charente-Maritime)6 ou dans la galerie du château bourguignon de Tanlay7.

  • 8 L’explication de Bussy témoigne de la transformation du château : « … le roi, qui nous entendoit un (...)

4Il convient encore de remarquer que le choix de Bussy pouvait avoir une raison familiale. Henri II avait fait peindre en 1548 à Fontainebleau un exploit de Sébastien de Rabutin, tuant un loup cervier. Le Primatice en avait préparé le dessin… ainsi que ceux d’une Histoire d’Hercule. Il en subsiste un dans la salle de bal, peint par Nicolo dell’Abbate : Hercule et le sanglier d’Érymanthe. Or cette fresque voisine avec celle de l’exploit du Rabutin, que Bussy a expliquée à Louis XIV8 et fait reproduire en son château (actuellement dans la Galerie des rois, la toile reproduit en l’inversant la fresque de Fontainebleau).

5Les Travaux sont directement peints sur des panneaux de bois, comme les devises contre Mme de Montglas. Deux sont représentés sur les portes de la cheminée, au-dessous du portrait de Bussy ; deux autres sur les portes d’un placard ; un cinquième, est placé dans le registre supérieur, au-dessus de la fenêtre à gauche du portrait de Bussy, juste sous les allégories du plafond ; les deux dernières se trouvent dans le soubassement de la fenêtre. Ainsi, la Tour dorée ne raconte qu’une partie de l’histoire d’Hercule, mais celle-ci est intimement liée au programme décoratif, au point qu’il faut au visiteur faire effort pour l’isoler de l’harmonie voulue par le maître des lieux. Moins spectaculaires que les portraits des belles amies, privés des riches couleurs des Métamorphoses, les camaïeux ne sont pourtant pas l’élément le moins étonnant de la décoration.

6Contrairement aux toiles, les camaïeux n’ont pas tous droit à leur souscription. Ceux de la cheminée sont simplement désignés par leur nom : Acheloüs et Cacon ; ceux du placard, Centaure et le lion de Némée bénéficient d’une légende ; celui au-dessus de la fenêtre est juste titré : « Travaux d’Herculle » (sic), comme pour annoncer la série ; l’avant-dernier est sobrement intitulé : « Atlas et Les colonnes d’Hercule ». Cette diversité peut être l’indice d’une transformation de la salle, au moins du déplacement de certains panneaux ; elle appelle en tout cas à la prudence dans l’analyse.

Les camaïeux

7Considérons d’abord successivement chaque camaïeu, et rappelons-en le thème en nous aidant des sources auxquelles ces légendes sont puisées. Partons des portes de la cheminée en allant vers la droite.

Acheloüs

Ill. 1. Hercule luttant contre Acheloüs, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

  • 9 Elle est reproduite dans l’ouvrage de Edward H. Wook, Frans Floris (1519/20-70). Imagining a Northe (...)

8Le premier camaïeu représente Hercule étranglant le taureau Acheloüs. La légende est surtout connue grâce à Ovide : Achéloüs et Hercule se disputent la main de la belle Déjanire ; afin de vaincre Hercule, Acheloüs se transforme en taureau, mais le héros bloque sa charge, fiche ses cornes dans le sol et le terrasse (Métamorphoses, l. IX, v. 81-84). Notre panneau démarque une peinture originale de Frans Floris de 1563 inspirée du Libellus de imaginibus deorum d’Albéric de Londres (†1220). Des tapisseries sont tissées pour Albert V de Bavière d’après des gravures de Cornélis Cort, et installées dans son palais de Dachau en 1566. Le graveur Charles David reprit la série dans les années 1620. Les originaux ont disparu après 1768, à l’exception d’une peinture, conservée à Bruxelles dans une collection privée, Hercule triomphant d’Antée9.

Cacus ?

Ill. 2. Hercule donnant Dyomède en pâture à ses juments, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

9Le camaïeu du second vantail annonce le combat du héros contre Cacus. L’histoire a été mise en vers par Ovide (Fastes, 1,543-586) et Virgile (Énéide, c. VIII, v. 259-264). Ce géant lui ayant volé quatre paires de bœufs, Hercule poursuit Cacus dans son antre et l’étrangle.

10Cependant, est-ce bien la scène qui est représentée ? En effet, au premier plan de la gravure, sur la gauche, au lieu de bœufs, nous voyons des chevaux penchés sur le corps gisant devant Hercule (ill. 2).

Ill. 3. Cacus, détail de Hercule donnant Dyomède en pâture à ses juments, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

11Sur la gravure de Cort d’après Floris, l’on reconnaît comme à Bussy, Hercule, appuyé sur sa massue et penché sur le corps d’un homme barbu, mais c’est en arrière-plan de la gravure, sur la droite, que l’on voit le héros prêt à abattre sa massue sur un Cacus tirant un bœuf par la queue pour le faire rentrer à reculons dans la grotte dans la pensée de tromper ses poursuivants (ill. 3).

12Or la fable est formelle, le personnage que le héros donne en pâture à ses juments est le cruel Diomède : énumérant ses Travaux, Hercule se flatte d’avoir terrassé le Thrace et ses chevaux (Métamorphoses, l. IX, v. 194-196). Diomède avait en effet l’usage de jeter le corps des étrangers dans les mangeoires de ses chevaux.

13C’est donc, en dépit du titre, cette scène qui est donnée à méditer. Le panneau de la Tour dorée devrait annoncer : Diomède ou Les juments de Diomède.

Deux Travaux d’Hercule

14Au-dessus de la plus large des fenêtres, une inscription au-dessus d’un camaïeu annonce : Travaux d’Herculle (sic). L’on y voit à gauche Hercule capturant le sanglier de Calydon, et à droite Hercule étouffant Antée.

15Diane avait envoyé un sanglier ravager les campagnes de Calydon pour se venger de l’abandon de son temple. Pour chasser la bête furieuse qui va vendre chèrement sa peau, Méléagre rassemble la plupart des héros de la Grèce – mais Ovide ne cite pas Hercule (Métamorphoses, VIII, 310-319).

16Fils de Gaïa (la Terre) et de Poséidon, Antée profitait de sa force pour défier tous ceux qui traversaient la Libye ; il couvrait ensuite de leur dépouille le toit du temple dédié à son père. Hercule l’affronte sur son chemin vers le jardin des Hespérides, et triomphe parce qu’il le prive en le soulevant de l’invincibilité que lui procure le contact avec la terre.

17L’association est étonnante, parce que si Floris a représenté simultanément plusieurs travaux, dont la capture du sanglier Calydon, il n’a pas couplé celle-ci au combat contre Antée, lequel, nous le savons maintenant, formait l’arrière-plan des juments de Diomède. Notre copie en est d’ailleurs incomplète ou plus exactement, adaptée, Floris ayant placé au premier plan le combat contre Géryon. De dos, la massue en arrière, Hercule s’apprête à frapper Géryon ; couché entre les deux personnages, l’on identifie Orthros, le chien à deux têtes du berger de Géryon qu’Hercule vient d’assommer. La capture du sanglier de Calydon est figurée en deuxième plan – il ne saurait s’agir de la capture du sanglier d’Érymanthe, qu’Hercule a poursuivi dans une montagne neigeuse.

Ill. 4. Hercule tuant Géryon et Hercule capturant le sanglier de Calydon, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

18Notre camaïeu reprend ce second-plan en l’inversant, puisqu’Hercule se tient ici à l’extérieur et le sanglier à sa droite. Le peintre de Bussy a également accordé au héros une plus grande place dans la composition. Il semble que l’on distingue sur la droite un arbre, dont les feuillages s’étendent au-dessus d’Hercule. Cet arbre provient d’une autre gravure.

19De nouveau, la comparaison révèle quelques adaptations par rapport à l’œuvre démarquée. Sur la droite, le héros a été rapproché de l’arbre, d’ailleurs moins penché et dont les feuillages occupent tout le haut de la gravure. C’est que, pour affaiblir Antée, Hercule prend désormais appui sur ses racines.

Ill. 5. Hercule victorieux d’Antée (Cort d’après Floris, Rijksmuseum)

20Ce double camaïeu pose évidemment une question délicate : ont-ils été réunis d’emblée, ou bien a-t-on affaire à un centon, à un assemblage de deux camaïeux ? Plusieurs éléments plaident en ce sens. Tout d’abord, l’on comprend mal pourquoi avoir réuni ces deux scènes au risque de rompre la cohérence du programme décoratif. En effet, ce camaïeu est plus long que les autres. Or, si le choix de la fenêtre la plus large est significatif, puisqu’il faut se tenir face à elle pour déchiffrer l’allégorie du plafond, pourquoi y avoir placé quatre travaux au risque de ne pas poursuivre la série dans le reste du cabinet ? L’on s’interroge ensuite sur le panneau auquel le double camaïeu est intégré : ne manque-t-il pas d’unité ? En particulier, le bandeau inférieur, déployant les trophées, n’a-t-il pas été rapporté postérieurement ? Les opérations de démontage et de remontage autour de la Révolution ont pu affecter cette partie du décor autant que les portraits.

21Quelque fortes qu’apparaissent ces raisons, l’on ne peut faire abstraction des modifications apportées aux gravures de Floris. Celles-ci traduisent au moins une volonté d’unification, une harmonisation par le décor ; dans les deux scènes, les arbres occupent l’arrière-plan ; les deux représentations d’Hercule ont également été homogénéisées. Cependant, si l’on regarde de plus près le double camaïeu, l’on constate qu’il est formé de trois planches. Le héros figure sur les deux planches extérieures, le sanglier sur celle du centre. Or, si l’on aperçoit le bord gauche d’un tronc, les racines sur lesquelles Hercule prend appui sont absentes, de même que les branches de l’arbre de droite. En outre, le panneau central semble plus clair ; c’est certainement un effet de l’absence de feuillages : ceux de l’arbre de gauche s’arrêtent à la limite du panneau, dégageant ainsi un arrière-plan comme dans la gravure. Toutes ces observations convergent ; il convient d’en conclure que nous contemplons très probablement un assemblage habile.

Ill. 6. Structure du panneau de la Tour dorée

Deux Travaux presqu’oubliés

22Dans l’ébrasement de cette fenêtre, l’on pouvait voir deux des Travaux : Atlas à gauche et Les colonnes d’Hercule à droite. La parenté thématique entre les deux exploits est évidente.

  • 10 Lionel Bargetto et Jean-Yves Bourgain, op. cit., avec reproduction p. 38.
  • 11 Claude Paradin, Devises héroïques, s.l., 1557, p. 29.

23Selon une tradition remontant à Strabon, lequel démarquait Pindare, ces colonnes désignent les monts qui bordent le détroit de Gibraltar, parce que même Hercule, à la recherche des bœufs de Géryon ne serait pas allé plus loin ; elles signalent ainsi les limites du monde connu, la frontière au-delà de laquelle nul se saurait aller. C’est une exception dans notre série, Floris n’a pas représenté la scène. Nous la trouvons en revanche dans la chambre d’Hercule au château de Fléchères par Pietro Ricchi10. Peut-être convient-il ici de rappeler que Paradin a représenté dans ses Devises héroïques les colonnes sous la devise Plus outre, avec cette explication : « Charles V. de ce nom, Empereur de l’Empire romein, auiourd’huy fait sa devise des deux Colonnes, que l’Antiquité ha nommé les deus Colonnes d’Hercule…. »11. Or les deux devises qui entourent la grisaille placée dans le registre supérieur sont également tirées de l’ouvrage de Paradin (Vivit ad extremum, p. 175 ; Vis est ardentior intus, p. 138) ; mieux, l’on y retrouve également deux des devises figurant au plafond : In utrumque paratus (p. 115) ; Concussus surgo (p. 237).

24Quant au dernier travail, Zeus avait condamné le Titan Atlas à porter la voute céleste sur ses épaules, mais Hercule lui proposa de se substituer à lui, s’il affrontait à sa place Ladon, le dragon aux cent têtes qui gardait le jardin des Hespérides. Après avoir cueilli les fruits que désirait Hercule, Atlas refusa de reprendre sa place et n’y fut contraint que par une ruse d’Hercule. Si ce panneau n’est plus lisible, nous pouvons restituer la gravure de Floris :

Ill. 7. Hercule portant le monde à la place d’Atlas, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

25Ces deux camaïeux, que le comte de Sarcus et Maurice Dumolin ont vus, sont aujourd’hui effacés (l’on croit encore distinguer quelques traits sur le panneau de gauche). En revanche, les suscriptions sont bien visibles. Or elles ne s’appliquent ni à ces Travaux, ni à Hercule pour une raison toute simple : elles restent dans le parti pris des embrasures : d’un côté le texte latin, de l’autre sa transposition en français, de sorte que les deux suscriptions portent la même morale !

Tableau n° 1. Légendes d’Atlas

Atlas

Les colonnes d’Hercule

Et Phoebo fueris si pulchior, omine fausto.

Ni genitus, Veneris captabis præmia nunquam.

Fussiez-vous beau comme l’astre du jour,

Assurez-vous, si l’étoile vous manque,

Que vous serez malheureux en amour.

Hercule et les Centaures

Ill. 8. Hercule empêchant les Centaures d’enlever Hyppomène, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

26Le dernier groupe figure sur les portes d’un placard ; de l’autre côté de la fenêtre, il fait pendant à celui de la cheminée.

27Un camaïeu figure Hercule et les Centaures. Convié au mariage d’Hippodamie et de Pirithoüs, le Centaure Eurythus tombe amoureux de la mariée et l’enlève ; son exemple étant suivi par d’autres, Thésée les défait avec l’aide d’Hercule, dont Nestor tait le nom dans son récit (Ovide, Métamorphoses, l. XII, 225-326).

28Ce panneau est accompagné d’une légende, dont le premier vers latin est emprunté à Pétrone (Satyricon, 82) et le dernier vers latin est emprunté au Virgile de l’Énéide (X, 284) :

Tableau n° 2. Légendes des Centaures

Latin

Français

Suam habet fortuna rationem.

Audaces fortuna juvat.

La fortune a sa raison.

La fortune aide les audacieux.

Le lion de Némée

29Le dernier des panneaux est le lion de Némée, le premier des travaux d’Hercule chez Ovide. Le lion est invulnérable, les flèches ne servent de rien contre lui. Cependant, pour échapper à la massue du héros, le lion se réfugie dans un antre à double issue que le héros enfume, pour l’obliger à sortir.

Ill. 9. Hercule et le lion de Némée, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)

30Démarqué de Floris et Cort, il est également accompagné d’une double inscription. Le premier vers est une citation de Pétrone (Satyricon, propos littéraires, LV, 3), l’autre figure dans les Emblèmes héroïques de Paradin (1557, p. 81) :

Tableau n° 3 Légendes du lion de Némée

Latin

Français


Super nos fortuna negotium curat

Invitum fortuna fovet.


La fortune nous domine.

La fortune nous favorise malgré nous.

Travaux et infortunes

31L’analyse des panneaux met en évidence des discontinuités qui pourraient résulter soit de l’inachèvement de la Tour dorée à la mort de Bussy, soit de transformations postérieures.

Une série partielle et irrégulière

  • 12 Bibl mun. Dijon, Ms 1086 PF (fonds Baudot 145), f° 70. Faut-il comprendre que ces panneaux ornaient (...)

32Il est pour le moins étonnant que tous les éléments du cycle ne fassent pas l’objet d’un traitement similaire. Il est donc possible que les panneaux aient été démontés puis replacés. En 1780, l’érudit dijonnais Baudot décrivait ainsi la cheminée du salon du rez-de-chaussée : « la cheminée est ornée de deux petits tableaux, dont l’un en camayeux représente un des travaux d’Hercule, et l’autre des grouppes d’enfants et d’animaux »12. Le « tableau » provient manifestement de la Tour dorée. Si des panneaux ont été démontés, présentés comme des tableaux autonomes, certains peuvent apparaître désormais à un emplacement différent de celui pour lequel ils avaient été prévus. Cette hypothèse apparaît d’autant plus raisonnable que le panneau placé au-dessus de la fenêtre résulte vraisemblablement de l’assemblage de deux Travaux. D’ailleurs, n’aurait-on pas réuni deux panneaux pour porter le « tableau » signalé par Baudot aux dimensions d’une hotte de cheminée ?

33Comment alors le cycle était-il présenté au xviie siècle ? L’ébrasement de la grande fenêtre porte le nom de deux Travaux ; s’il en était ainsi pour toutes les fenêtres, il y aurait eu douze Travaux, quatre sur les petites portes des placards, deux dans les embrasures de chacune des quatre fenêtres.

  • 13 Ibid., f° 17.
  • 14 Aubin-Louis Millin, Voyage dans les départemens du midi de la France, Paris, Tourneisen, 2 vol., 18 (...)
  • 15 « Le château de Bussy-Rabutin », Revue rétrospective, 1886, p. 53-55, p. 54. Cf. Christophe Blanqui (...)

34L’on sait néanmoins que le nombre des Travaux varie selon les auteurs et que Bussy a puisé à plusieurs sources. Certes, Baudot, quand il décrit la pièce, relève que « la partie inférieure est ornée de morceaux de fantaisie avec des devises »13, ce qui semble exclure nos Travaux. Pourtant dès 1804, Millin les associe explicitement aux scènes tirées des Métamorphoses. « Tous les panneaux inférieurs sont remplis par des sujets de la mythologie : Orphée, Vénus et Adonis, Céphale et Procris, la Chute de Phaëton, les Centaures, le Lion de Némée, l’Enlèvement d’Europe. Au bas sont encore des inscriptions en vers »14. Bien que les panneaux soient énumérés dans le désordre, Millin voit bien les camaïeux d’Hercule ; le rapport administratif dont le livre est issu le confirme : « tous les panneaux inférieurs offrent des sujets de la fable et de l’histoire héroïque »15.

35Si l’on ne peut limiter l’analyse aux camaïeux conservés, ceux qui demeurent célèbrent autant l’intelligence que la force du héros. Ces exploits, qui construisent la légende d’Hercule jusqu’à ce qu’il rejoigne l’Olympe, et qu’il prenne rang parmi les dieux, montrent comment un homme s’impose à la Fortune. Ils sont parfaitement en harmonie avec les thèmes présentés au plafond, où les Rabutin de Bussy figurent en soldats romains et leurs épouses en saisons : la gloire militaire se renouvelle et grandit d’âge en âge. La série est également cohérente avec le portrait à la romaine de Bussy lui-même. L’accent ainsi mis non sur la ruse, mais sur les ressources à trouver en soi est confirmé par la double suscription subsistante : La Fortune sourit aux audacieux.

36Un tel message offre un contrepoint indispensable aux lambris d’appui, où sont décrites des amours (presque) impossibles (Céphale et Procris, Pygmalion), des ambitions déçues (Phaëton), bref les épreuves que la Fortune impose aux hommes comme aux dieux (Vénus et Adonis). Car ce cycle emprunte aux mêmes sources. Par conséquent, l’étage des belles amies doit être considéré comme second, il vient développer un autre thème, d’ailleurs fortement moralisé, parfois aux dépens des modèles. Il convient néanmoins de relativiser l’audace de l’association car les devises révèlent d’étonnantes parentés. En 1608, dans ses Amorum emblemata, Otto Van Veen a détourné plusieurs devises héroïques. Tel est le cas pour les colonnes d’Hercule ou pour la devise Vivit ad extremum, celle-ci également reprise dans les Amoris divini emblemata du même auteur en 1618. Tel est encore le cas pour Atlas.

Ill. 10. Otto Van Veen, Atlante major (Amorum emblemata 19, Emblem Project Utrecht)

Jeu des titres, jeu dans les titres

37La certitude d’une modification de la présentation du cycle des Travaux d’Hercule attire enfin l’attention sur les titres des panneaux subsistant.

Tableau n° 4. Variété des titres

Cheminée

Achelous

Cacon

Dessus de fenêtre

Travaux d’herculle

Embrasure fenêtre

Atlas

Les Colonnes DHercules

Portes placard

Les Centores

Les Lions de Nemee

38Ce relevé met en évidence une double hétérogénéité. Non seulement le titre collectif (« Travaux d’herculle ») tranche sur les autres, mais encore il est le seul à priver de majuscule le nom du demi-dieu. L’on peut admettre que ces légendes aient été confiées à des aides, l’on a du mal à admettre la diversité des graphies (tantôt Herculle et tantôt Hercules ou hercule). De même, si le titre du premier vantail du placard (« Les Centaures » et non « Pirithoos ») manque de précision, celui du second manque d’exactitude : pourquoi des lions et pourquoi pas de majuscule à Némée ? Quid enfin de la fausse identification « Cacus » sur la cheminée ?

39Tous les titres sont peints en noir, en revanche leur disposition est moins régulière : ceux de la cheminée comme ceux du placard sont placés juste au-dessus de la baguette du cadre doré, dans la bande blanche sous la guirlande bleue ; ceux de l’embrasure des fenêtres sont peints dans des cartouches grattés sur le fond vert de l’embrasure et celui du dessus de fenêtre occupe un espace plus large, l’inscription étant encadrée d’un motif décoratif. Il serait tentant d’en déduire que les panneaux des portes de la cheminée et du placard constituent le modèle initial, si les premiers ne péchaient par une mauvaise identification du sujet et les autres par la curieuse approximation des titres du second (« Les Lions de nemée » !).

40Ne serait-on pas plutôt confronté à une perte de sens d’une partie de la décoration, perte que l’on aurait voulu limiter en identifiant les Travaux ? Cette tentative aurait pu intervenir à l’occasion du remontage d’une partie des panneaux. La vraie question est alors celle des embrasures de fenêtre : comment des panneaux similaires à ceux que nous voyons sur les vantaux de la cheminée et du placard se seraient-ils insérés dans le décor alors que les amours des embrasures des fenêtres sont peints à fresque et non sur des panneaux de bois ? Faut-il imaginer que les panneaux encadrés d’une baguette dorée venaient s’encastrer sur le fond de faux marbre, à la manière des vers placés sous les panneaux tirés des Métamorphoses ? L’unité du décor en aurait été renforcée, ainsi que la continuité entre les deux séries mythologiques. Irait dans ce sens le fait que les panneaux du placard ont droit à des vers en français et en latin. On mesure alors combien les modifications apportées au décor, quoique limitées, ont affecté sa lisibilité. Elles justifient une vigilance accrue dans son interprétation : à l’évidence, il convient d’être attentif au message de Bussy plus qu’à l’image que nous avons de lui. Cette conclusion s’applique-t-elle aux portraits du registre médian ? Avant de nous en assurer, considérons les Métamorphoses de la Tour dorée.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse du succès de ce thème, voir Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999, p. 215-221.

2 Poussin avait avant la mort de Louis XIII travaillé à un cycle consacré à Hercule pour la grande galerie du Louvre.

3 Pour le cardinal de Richelieu, voir Paola Bassani Pacht, « Le triomphe d’Hercule », Architecture et décors d’un château disparu, Isabelle Klinka et Philippe Le Leyzour édit., Silvana Editoriale, Milan, 2011, p. 220-221.

4 Pierre du Ryer, Les Métamorphoses d’Ovide, Paris, Antoine de Sommaville, 1660, p. 389. Si Bussy n’a pas représenté la jalousie de Déjanire, l’épouse de Lychas, il a traité le thème de la jalousie injuste avec le tableau de Céphale et Procris.

5 Lionel Bargetto et Jean-Yves Bourgain, « les décors du château de Fléchères », Monumental, 2008/2, p. 38-41.

6 Ce cabinet, dont la décoration pourrait avoir été achevée en 1662, est désigné comme le « Cabinet de peintures ».

7 Les décors de la galerie Tanlay sont peints en grisaille.

8 L’explication de Bussy témoigne de la transformation du château : « … le roi, qui nous entendoit un peu, me demanda ce que c’était ; je lui contai cette aventure, et j’ajoutai qu’Henri II l’avait fait peindre dans la salle des Suisses de Fontainebleau, sur la porte qui va à la petite chapelle » (Bussy-Rabutin, Correspondance, Ludovic Lalanne édit., Paris, Charpentier, 1858-1859, 6 vol., t. VI, p. 509, Bussy à la comtesse de Dalet, Fontainebleau le 16 octobre 1691). Il est significatif que ce récit soit adressé à l’une de ses filles.

9 Elle est reproduite dans l’ouvrage de Edward H. Wook, Frans Floris (1519/20-70). Imagining a Northern Renaissance, Leyde-Boston, Brill, 2018, p. 336. Cet exemple illustre le rôle de passeur joué par Cornelis Cort (cf. Julie Luong, « Devenir artiste à la Renaissance. Le rôle du Liégeois Dominique Lampson », Culture, http://culture.ulg.ac.be/ - 05/05/2019).

10 Lionel Bargetto et Jean-Yves Bourgain, op. cit., avec reproduction p. 38.

11 Claude Paradin, Devises héroïques, s.l., 1557, p. 29.

12 Bibl mun. Dijon, Ms 1086 PF (fonds Baudot 145), f° 70. Faut-il comprendre que ces panneaux ornaient les portes de la cheminée ou que, celle-ci ayant été transformée, ils en ornaient le manteau ?

13 Ibid., f° 17.

14 Aubin-Louis Millin, Voyage dans les départemens du midi de la France, Paris, Tourneisen, 2 vol., 1807-1811, t. I, p. 209.

15 « Le château de Bussy-Rabutin », Revue rétrospective, 1886, p. 53-55, p. 54. Cf. Christophe Blanquie, « Le château de Bussy en 1804 », Rabutinages, n° 22, 2012, p. 3-6.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Hercule luttant contre Acheloüs, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Ill. 2. Hercule donnant Dyomède en pâture à ses juments, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Ill. 3. Cacus, détail de Hercule donnant Dyomède en pâture à ses juments, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 885k
Légende Ill. 4. Hercule tuant Géryon et Hercule capturant le sanglier de Calydon, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Ill. 5. Hercule victorieux d’Antée (Cort d’après Floris, Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Ill. 6. Structure du panneau de la Tour dorée
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Ill. 7. Hercule portant le monde à la place d’Atlas, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Légende Ill. 8. Hercule empêchant les Centaures d’enlever Hyppomène, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Légende Ill. 9. Hercule et le lion de Némée, Cort d’après Floris (Rijksmuseum)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Ill. 10. Otto Van Veen, Atlante major (Amorum emblemata 19, Emblem Project Utrecht)
URL http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/docannexe/image/8599/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Blanquie, « Les Travaux d’Hercule », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 01 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8599 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8599

Haut de page

Auteur

Christophe Blanquie

Christophe Blanquie est chercheur associé au Centre de Recherches historiques, et membre du Grihl depuis sa fondation. Spécialiste de l’histoire des institutions, s’est parallèlement consacré aux mémorialistes et à leur correspondance. De Bussy-Rabutin, il a édité Le bon usage des prospérités et les Lettres au roi (2000), ainsi que les Épigrammes (2016), les Maximes d’amour (2018) et la correspondance avec Mme de Scudéry (2019). Président de la Société des amis de Bussy-Rabutin, il a donné en 2016 La faute à Hippocrate ! Autoportrait de Bussy-Rabutin en malade, et en 2019, Bussy-Rabutin ou le désœuvrement de l’épistolier. Coauteur en 2018 de l’ouvrage Le château de Bussy-Rabutin. Histoires, portraits légendes, il a dirigé en 2020 Trésors partagés. Les décors peints de Goulaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search