Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral02L’Académie des Inscriptions et Be...

L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et l’Université dans la première moitié du XVIIIe siècle

Fabrice Charton

Résumés

Les relations entre l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres et les universités au tournant des xviie et xviiie siècles apparaissent en creux dans diverses sources dont les procès-verbaux de l’institution royale, son histoire papier et ses productions métalliques (en particulier les jetons). Si les trajectoires universitaires de certains académiciens sont mentionnées dans leurs éloges funèbres c’est davantage pour souligner la suprématie de l’Académie que pour valoriser leurs compétences scientifiques. On sent néanmoins qu’Académie et Universités se réforment au xviiie siècle en s’observant et en s’alimentant mutuellement de leurs réflexions intellectuelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son ét (...)

1La Petite Académie fondée en 1663 par Louis XIV sous l’impulsion de Colbert a reçu pour mission de réfléchir à la rédaction d’une histoire contemporaine du règne. Les quelques académiciens des origines arrêtent l’idée de la rédaction d’une histoire par les médailles, moins subversive à leurs yeux qu’une histoire littéraire, et n’empiétant pas sur les prérogatives littéraires de l’Académie française. Au tournant des xviie et xviiie siècles, la Petite Académie devient Académie royale des Inscriptions et Médailles gagnant ainsi ses titres de noblesse et pérennisant son existence par son activité au service du pouvoir. Elle est dotée d’un règlement rédigé en grande partie par l’abbé Jean-Paul Bignon, qui s’inspire de son expérience au sein du salon du duc d’Aumont et d’une longue lettre bilan de Renaudot datant de 1701. Dans cette dernière source apparaît clairement la mention de l’Université dans le champ académique, et même si l’occurrence est brève, Renaudot compare lAcadémie à l’Université mettant en regard les travaux et les effectifs de l’une et de l’autre. Dans la première moitié du xviiie siècle, grâce à l’énergie déployée par son secrétaire perpétuel Claude Gros de Boze, l’Académie devient elle-même un objet historique dans, et grâce à l’Histoire de l’Académie, ouvrage composé de trois volumes subdivisés en une quarantaine de pages retraçant les grands événements qui ont marqué l’institution depuis 1663 (dans le tome I) puis, et c’est la majeure partie de l’ouvrage, d’une série d’éloges funèbres des académiciens comme une sorte de tombeau littéraire de l’institution1. Dans ces pages, précieuses tant dans le fond que la forme, les auteurs des éloges (principalement Paul Tallemant et Claude Gros de Boze) ne manquent jamais de souligner les attaches universitaires des académiciens. Ainsi, une douzaine d’entre eux, entre 1700 et 1743, sont identifiés comme étant professeurs royaux et/ou membres des universités, occupant des chaires variées (langues anciennes, langues orientales, médecine, droit). Il semblerait, mais une analyse plus fine permettrait de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse, que l’appartenance universitaire est davantage soulignée quand l’académicien est un membre honoraire étranger (on voit alors apparaître les universités allemandes, anglaises, etc). L’idée récurrente, dans un style très convenu, est que tout ce que l’universitaire a apporté à son université d’origine peut, et même doit, servir les travaux de l’Académie.

2Si l’histoire de l’Académie des Inscriptions, et celle du monde universitaire ont été l’objet de nombreux travaux, en revanche les relations entre l’Académie des Inscriptions et les Universités ont été peu abordées. Ces quelques réflexions se proposent d’effleurer le sujet sous trois angles : l’appartenance des académiciens à l’université et la manière dont cette appartenance est utilisée par l’institution ; l’iconographie produite par l’Académie sur l’Université et/ou la rivalité ou la complémentarité des travaux académiques et universitaires au travers de quelques cas édifiants.

Des académiciens mais aussi des universitaires

3Sans tomber dans le travers d’un catalogage complet, qui serait aussi inutile que lassant, il semble néanmoins bon de retenir quelques cas édifiants d’académiciens dont les charges universitaires sont relevées voire soulignées, ce qui est plus que rare. En effet, les fonctions universitaires sont souvent évoquées de manière succincte, quand elles le sont. Sur la trentaine d’éloges funèbres publiés dans l’Histoire de l’Académie, un tiers environ font références aux fonctions universitaires et/ou professorales des académiciens car plus qu’à l’Université, les académiciens professent au Collège royal. En voici quelques exemples se basant sur une lecture chronologique de l’Histoire de l’Académie des Inscriptions :

*Pierre-Jean Burette, médecin de la Faculté de Paris, professeur royal en médecine. Il a d’abord versé dans la musique dans sa jeunesse (il jouait de l’épinette et avait les faveurs de Louis XIV) puis il fait des études de latin-grec. Docteur en médecine en 1690, il occupe plusieurs chaires de médecine dont celle du collège royal entre 1710 et 1747, c’est durant cette période qu’il est élu à l’Académie des Inscriptions, et qu’il devient censeur royal en 1715. Il est par ailleurs particulièrement érudit en matière d’Antiquité (comme de nombreux médecins du temps, par exemple Guy Patin).

*Etienne Fourmont l’aîné, célèbre pour ses travaux sur les langues orientales, devient professeur royal en langue arabe au Collège de France en 1715, l’année de son entrée aux Inscriptions et Belles-Lettres.

*Claude Sallier intègre l’Académie des Inscriptions en 1715, il devient professeur royal en langue hébraïque en 1719 puis garde des livres imprimés de la Bibliothèque du Roi en 1726, et membre de l’Académie française en 1729.

*Michel Fourmont le jeune, professeur royal en langue syriaque en 1720, est associé aux Inscriptions et Belles-Lettres en 1724.

*Jean-Baptiste Souchay, membre de l’Académie des Inscriptions en 1726, devient professeur royal en éloquence en 1732.

*Julien Pouchard, associé aux Inscriptions en 1701, devient professeur royal en langue grecque en 1704. Paul Tallemant évoque sa charge en ces termes :

  • 2 Ibid., t. 1, p. 39-40.

« Quand il plut au Roy d’augmenter cette Compagnie, M. Pouchard y fut d’abord appellé comme Associé. Nous l’avons vû ici très-assidu, & toujours instruit sur toutes les matiéres dont les questions se présentoient. Il a signalé son sçavoir & sa plume dans le Journal des Sçavans, dont il avoit la principale direction. Sa grande capacité lui fit donner la Chaire de Professeur Royal en Langue Grecque. M. Pouchard peut avoir quelquefois trop suivi son penchant à la critique, mais il n’a pas cru que ses décisions fussent des arrêts, & nous devons croire qu’il les a faites avec simplicité & suivant ses lumieres ; peut-être croyant seulement par-là égayer son style, & se faire davantage rechercher par les Lecteurs qui aiment mieux les satyres que les louanges »2

*Antoine Galland, employé à la Bibliothèque du Roi, professeur royal en langue arabe en 1709, célèbre traducteur des Milles et Une nuits :

  • 3 Ibid., t. 2, p. 36-37 et 45.

« Cette tentative lui réussit au-delà de ses espérances ; on le produisit au Sous-Principal du Collége du Plessis, qui lui fit continuer ses études, & le donna ensuite à M. Petitpied, Docteur de Sorbonne. Là il se fortifia dans la connaissance de l’Hébreu & des autres Langues Orientales, par la liberté qu’il avoit d’en aller prendre des leçons au Collége Royal, & par l’envie qu’il eut de faire le catalogue des Manuscrits Orientaux de la Bibliothéque de Sorbonne. De chez M. Petitpied il passa au Collége Mazarin, qui n’étoit pas encore de plein exercice ; mais un Professeur nommé M. Godouin y avoit rassemblé un certain nombre d’enfans de trois ou quatre ans seulement (...) & il se proposoit de leur faire apprendre le Latin fort aisément & fort vîte, en mettant auprès d’eux des gens qui ne leur parleroient jamais d’autre Langue. M. Galland associé à ce travail n’eut pas le tems de voir quel en seroit le succès ; M. de Nointel, nommé à l’Ambassade de Constantinople l’amena avec lui (...) Il revint enfin à Paris en 1706 & depuis ce tems là jusqu’à sa mort, il a toujours été d’une assiduité exemplaire à nos Assemblées ; il y a lû un très grand nombre de Dissertations, les unes tirées de son Dictionnaire Numismatique, ou de l’explication qu’il avoit faite de la plûpart des Médailles choisies du Cabinet de M. Foucault (...) d’autres enfin sur des Monuments Orientaux, au sujet desquels on le consultoit souvent sur-tout depuis l’année 1709 qu’il avoit été nommé Professeur en Langue Arabe au Collége Royal »3

*René Vatry, associé à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1727, chanoine de saint Estienne des Grès, devient professeur royal en langue grecque en 1732 à la suite de Jean Boivin, inspecteur en 1741, pensionnaire de l’Académie en 1754.

*Antoine Lancelot fut membre de l’Académie de 1719 à 1728, ancien secrétaire du roi, et inspecteur du Collège Royal.

*Charles Rollin, recteur de l’université de Paris en 1694, devient associé aux Inscriptions et Belles-Lettres lors du renouvellement de 1701. Paul Tallemant souligne que devenu académicien, Rollin n’en néglige pas pour autant ses missions universitaires :

  • 4 Ibid., t. 2, p. 13.

« L’Université, qui sentit le vuide qu’y laissoit la retraite de M. Rollin, ne fut pas lontems sans le rappeller. Elle le nomma Recteur à la fin de 1694 & le continua deux ans, ce qui étoit alors une grande distinction. En cette qualité il fit deux fois aux Ecoles de Sorbonne, le Panégyrique du Roi que la ville venoit de fonder. On n’y vit jamais un auditoire plus nombreux & plus choisi. Ces deux discours furent regardés comme autant de chefs-d’œuvre ; le dernier surtout, qui avoit pour objet l’établissement des Invalides. Et cependant, comme cet objet n’avoit pas rempli toute la fécondité du génie de M. Rollin, il fit distribuer le même jour dans l’assemblée une Ode sur les autres embellissemens de Paris. La description de ses portes en Arcs de triomphe, formoit seule dans cette Ode un nouveau panégyrique encore plus digne du Héros (...) L’Université, à qui il étoit ainsi toujours cher & toujours utile, le chargea en 1719 d’une harangue solennelle en forme d’actions de graces, pour l’instruction gratuite que le Roi venoit d’y établir. Le sujet étoit grand : il l’égala par la noblesse & la magnificence des expressions : il parla en maître consommé, de l’ordre, du choix, & du goût des études ; & ce qu’il en dit fit naître le plus ardent desir d’avoir quelque jour sur cette matiére un traité plus complet de sa façon. L’Université jugeant aussi que ses anciens Statuts avoient besoin de quelques changemens à cet égard, & que personne n’étoit plus capable de les bien rédiger que M. Rollin, elle le nomma encore Recteur en 1720. Mais des circonstances particuliéres abrégérent tellement ce second Rectorat, qu’il ne fut plus question des Statuts, & qu’il eut tout le tems de composer son Traité de la Maniére d’étudier & d’enseigner les Belles-Lettres. Il le divisa en 4 volumes, dont il publia les deux premiers en 1726, & les deux derniers en 1728 »4

  • 5 Blandine Barret-Kriegel, Les Académies de l’Histoire, Paris, PUF, 1988. Claude Nicolet, « Des Belle (...)

4Charles Rollin devient associé de l’Académie en 1701, au moment crucial du renouvellement, lorsque celle-ci est dotée d’un règlement qui la fait passer d’un cercle érudit (déjà plus ou moins institutionnalisé) à une véritable institution au service du pouvoir, il entre alors dans le cénacle avec des personnalités fameuses telles que le père La Chaise, dom Mabillon, Bernard Fontenelle, Jean-Foy Vaillant, Marc-Antoine Oudinet. Cette période correspond également au moment où l’Académie diversifie ses activités passant de la rédaction de l’histoire métallique du règne à l’Histoire, et elle recrute à cette occasion des spécialistes répondant à sa diversification épistémologique5. Alfred Maury, premier historien à s’intéresser à l’Académie des Inscriptions au xixe siècle, évoque l’événement : 

  • 6 Alfred Maury, L'Ancienne Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Didier et Cie, 1864 (2(...)

« A côté de Fontenelle siégeait Rollin, recteur de l’université, le type le plus pur et le représentant le plus complet de notre vieil enseignement classique. Il était encore dans la force de l’âge, quand il fut admis dans la Compagnie (né à Paris en 1661, il avait 40 ans) ; mais ses fonctions l’empêchaient de prendre aux travaux de l’Académie une part bien active, il se hâta de solliciter la vétérance ; elle lui fut sans peine accordée. "Il n’en aima pas moins, nos exercices écrit De Boze ; il se rendait fréquemment aux séances et se montrait surtout aux assemblées publiques." Lorsque Rollin entreprit son Histoire ancienne, il en soumit le plan à ses confrères, leur demandant la permission d’emprunter à leurs mémoires imprimés tout ce qui pourrait être utile à son œuvre ; et c’est à cela que s’est réduite la part qu’il prit aux travaux de l’Académie. Ses livres auraient certainement gagné en exactitude et en solidité, s’il se fût mêlé à des recherches dont il adopta sans beaucoup de critique ça et là les résultats. Rollin poussa la modestie jusqu’à prier la Compagnie de choisir dans son sein une personne qui revît ses ouvrages, et pût lui en signaler les imperfections et les lacunes. On lui donna un de ses anciens élèves, qui lui rendit en bons avis tout ce qu’il en avait jadis reçu. »6

5Il poursuit plus loin :

  • 7 Ibid., p. 144.

« Le déclin qui, au milieu du dix-huitième siècle commençait à frapper la culture du grec, contribuait encore à affaiblir les études sur l’histoire ancienne. L’Université de Paris, qui avait été en France le berceau de l’enseignement de cette langue, abandonnait ses bonnes méthodes pour ne plus s’attacher qu’à mettre les élèves en état de comprendre les auteurs dont ils ne pouvaient plus imiter le style. On voit par ce que nous dit Rollin dans son Traité des études combien l’enseignement du grec avait faibli (il approuve l’Université d’avoir aboli l’usage de la composition des thèmes grecs) ; il obtenait peu faveur, et ceux qui s’efforçaient de le répandre se contentaient à peu de frais. L’Académie des Inscriptions cherchait sans doute à ranimer le goût de cette langue savante, en adoptant généralement pour les concours des questions ayant trait à l’histoire et aux antiquités de la Grèce ; mais on ne répondait guère à son appel que par des essais d’une grande médiocrité. En 1739, Culoteau, avocat au présidial de Châlon-sur-Marne arrachait une couronne à l’Académie pour son mémoire sur les lois de l’île de Crète, après un concours que la faiblesse des premiers envois avait fait proroger. »7

*Marc-Antoine Oudinet, avocat au Parlement de Paris, professeur de droit à l’Université de Reims, Garde des Médailles du Cabinet du Roi, associé aux Inscriptions en 1701 :

  • 8 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie…, op. cit., t. 1, p. 212-213.

« M. Oudinet, dont heureusement la petite fortune étoit assurée d’ailleurs, ne manqua pas de trouver dans cette délicatesse un azyle contre les embarras de sa profession. Il eut tout le tems de bien apprendre les Loix qu’il s’étoit jusques-là contenté de citer, & en cessant presque de parler publiquement en Jurisconsulte, il commençoit, disoit-il, à le devenir en effet. Ce ne fut pas pour lui une étude infructueuse, elle lui valût la premiére Chaire vacante de Professeur en Droit dans l’Université de Reims ; & il la remplissoit actuellement, quand M. Raissant commis à la garde des Médailles du Cabinet du Roi, l’engagea à venir partager ce soin avec lui. M. Rainssant & M. Oudinet étoient parents, & la vocation pour les Médailles leur étoit venuë en même tems & par le même hazard »8

*Michel Pinart, sous-maître en hébreu au Collège Mazarin, théologal de Sens.

*Le jésuite Michel Le Tellier, professeur au Collège de Clermont à Paris, réviseur, recteur puis provincial, confesseur du roi.

*Nicolas Henrion, élève en 1701 à l’Académie des Inscriptions, avocat, professeur royal en langue syriaque en 1705, associé aux Inscriptions et Belles-Lettres en 1710, et agrégé de la faculté de droit :

  • 9 Ibid., t. 2, p. 175 et 183-186.

« Dans le cours ce commerce (les médailles, pierres gravées, etc.) assez ordinaire aux curieux d’un certain ordre, M. Henrion acquit tellement de réputation, & sans doute le mérite de Connoisseur, qu’il fut proposé pour une place d’Eléve dans cette Académie, lors du renouvellement de 1701. Là il trouva Messieurs Vaillant, Galland & quelques autres Antiquaires, avec qui il eut souvent le plaisir de mesurer ses forces, car il aimoit une dispute utile. Des Dissertations de deux & trois heures de lecture, ne lui coûtoient que l’intervalle d’une séance à l’autre, & ces Dissertations étoient fréquentes : mais sa facilité ne l’éblouissoit nullement sur le point de perfection qu’il auroit souhaité à ses Ouvrages. Car ne pouvant d’ailleurs se résoudre à retoucher long-tems ce qui étoit une fois sorti de ses mains, il aimoit mieux ne pas le livrer aux Registres de l’Académie ; & de là vient qu’il n’y a rien sous son nom dans les Mémoires, & très peu de chose dans l’Histoire que nous devons imprimer (…) (Il travaille par exemple sur la taille des personnages bibliques p. 181-182). La modestie de M. Henrion avoit long-tems caché, même à ses Confréres, la source de ces découvertes étonnantes : c’étoit la connoissance des Langues Orientales, ausquelles il s’étoit appliqué dés sa plus tendre jeunesse, & dont la moindre teinture donne si souvent un grand air d’érudition. Aussi ceux qui s’en prévaloient le plus, surpris de le voir nommé en 1705 à une Chaire de Professeur Royal en Langue Syriaque, firent mettre dans des nouvelles Littéraires, qu’il avoit été choisi pour apprendre le Syriaque au Collége Royal, abusant malignement du terme apprendre, qui dans notre Langue est quelquefois synonyme avec celui d’enseigner : mais la maniére dont il s’en acquitta, leva bien-tôt tout équivoque de cette expression. Il auroit de même été fort naturel de penser que les Exercices de l’Académie, ceux du Collége Royal, & les soins domestiques, avoient fait abandonner à M. Henrion l’étude foncière du Droit, à laquelle il s’étoit d’abord destiné ; cependant on le vit plusieurs fois sur les rangs pour une place d’Agrégé à la Faculté, qu’il obtint enfin en 1710 par la voie de la dispute, & par le suffrage unanime des premiers Magistrats. Alors l’Académie n’hésita pas à sacrifier ses avantages particuliers à l’intérêt public. M. Henrion, qui jusques-là étoit tranquillement resté dans la Classe des Eléves, fut Associé, & Associé Vétéran, c’est-à-dire, sans aucune obligation de contribuer aux travaux communs ; mais il n’usa de cette honorable dispense que par rapport à une assiduité dont il n’étoit plus le maître. »9

  • 10 Nicolas Lyon-Caen, La Boîte à Perrette, le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Miche (...)

6On constate à la lecture de cet inventaire que les références claires à l’université sont peu nombreuses en dehors de trois cas : Rollin, Oudinet, Henrion. Et même pour ceux-ci, les mentions restent économes ; on sait par exemple que Charles Rollin fut une grande figure universitaire et pourtant la mention de l’université n’apparaît que trois fois dans son éloge funèbre académique, long d’une dizaine de pages. Autre constat, les carrières et compétences professorales semblent justifier l’entrée à l’académie des Inscriptions. Néanmoins, de l’Académie ou du professorat, on ne voit pas nettement ce qui sert de tremplin aux carrières de nos professeurs-académiciens ; à moins que plus qu’un tremplin, il s’agisse d’une sorte de complément dans un parcours intellectuel. On peut tout de même essayer de définir une sorte de cursus honorum type : le professorat dans un premier temps, qui conduit à l’académie des Inscriptions et/ou autres charges royales, puis la consécration avec l’obtention d’un siège à l’Académie française. Non seulement, les références à l’Université sont rares, mais quand il y a une mention, elle est loin d’être favorable à cette dernière : les figures d’académiciens-universitaires semblent délaisser l’institution académique au profit de l’université (c’est le cas de Rollin), mais au-delà d’une rivalité université-académie, il y a aussi dans les éloges des critiques parfois plus « personnelles » contre les académiciens. Ainsi dans l’éloge de Rollin, on notera une attaque à peine masquée contre le janséniste qu’il fut et une critique « des circonstances particulières <qui> abrégèrent tellement ce second rectorat », selon Gros de Boze, lequel fait ici allusion à la lettre de cachet dont Rollin fit les frais dans le cadre de la résistance de l’Université de Paris contre la bulle Unigenitus.10

7En dehors des académiciens français qui occupent surtout des postes d’associés aux Inscriptions et Belles-Lettres (comme si leurs fonctions professorales les occupaient trop pour qu’ils puissent être pleinement assidus aux assemblées académiques), les éloges funèbres font également la part belle aux honoraires étrangers. Même si les références à l’Université sont aussi brèves que dans les éloges de leurs confrères français, force est de constater que l’évocation de celle-ci est tout de même plus récurrente. Sous la plume de Claude Gros de Boze, la construction des trajectoires des savants étrangers est néanmoins similaire à celle leurs homologues français. La plupart sont nés dans des milieux propices au développement des Lettres et évoluent dans des cercles de savoirs, entre autres universitaires. L’exemple de Jacques Iselin est parlant :

  • 11 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie…, op. cit., p. 551.

« La Famille Iselin, originaire du Duché de Wirtemberg, s’établit en Suisse vers le commencemens de la Révolution, & la Chronique d’Urstisius remarque qu’elle donna à la République naissante d’excellents Sujets pour les Emplois militaires & pour les fonctions de la Magistrature, pour l’augmentation du Commerce, & le progrès des Lettres. Comme cette dernière partie est celle qui fixe le plus nos regards, nous observons que l’ayeul & le bisayeul de M. Iselin avoient été disciples, l’un du fameux Alciat, l’autre du célébre Cujas, & que chargez à leur retour à Basle, d’y enseigner le Droit Public suivant les principes & la méthode de leurs Maîtres, ils jettérent les premiers fondemens de la réputation de cette Université. »11

Si l’image de l’Université via les éloges académiques n’est pas forcément positive, qu’en est-il de la production iconographique officielle ?

L’Académie produit une image de l’Université

  • 12 Nicolas Milovanovic, Du Louvre à Versailles. Lecture des grands décors monarchiques, Paris, Les Bel (...)
  • 13 Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, Paris, Imprimerie Royale, 1702.
  • 14 Josèphe Jacquiot, Médailles et jetons de Louis XIV d’après le manuscrit de Londres, Paris, Klincksi (...)
  • 15 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : xvie-xviie siècle, Paris, 1 (...)
  • 16 Thierry Sarmant et François Ploton-Nicollet, Jetons des institutions centrales de l’Ancien Régime, (...)

8La mission pour laquelle la Petite Académie a été fondée en 1663 est celle de rédiger une histoire contemporaine du règne de Louis XIV. Dans les premières décennies de son existence, elle regroupe peu de membres (même s’il s’agit de personnalités illustres : Perrault, Cassaigne, Boileau, Racine, etc.) qui travaillent de loin en loin sur le projet, avec des implications plus ou moins marquantes dans l’iconographie royale comme par exemple la réalisation des thèmes et des inscriptions de la galerie des Glaces12. Vers 1690, l’Académie est stimulée par le Chancelier Pontchartrain et son neveu l’abbé Jean-Paul Bignon qui relancent les travaux académiques afin de pérenniser l’existence de l’institution. En parallèle, ils préparent un règlement qui va être validé et donné par le roi en 1701. La relance des activités académiques est basée sur une réflexion intense autour de la réalisation de médailles, ce durant près de dix ans, lors des deux séances hebdomadaires. L’Académie est en mesure de présenter un premier travail au roi en 1702 sous la forme d’un livre de médailles (un in-folio donnant à voir sur chaque page la gravure d’une médaille, et l’explication du thème et de l’inscription de celle-ci) puis une seconde édition est publiée en 1723 augmentée de nouvelles médailles13. Les académiciens ont confectionné 318 médailles dites uniformes (c’est-à-dire de 41mm de diamètre)14. Ces médailles en or, argent, et bronze étaient destinées à des collectionneurs (dont le roi lui-même), mais aussi à faire office de cadeaux diplomatiques ou à être offertes en récompense à des serviteurs méritants15. Ces médailles fonctionnent également comme des réalisations monumentales mais modestes au regard des grands projets royaux prévus (arcs de triomphe, statues équestres, etc), à une époque où les finances du royaume étaient au plus mal. Sur cette série de 318 médailles, la plupart sont consacrées à des thèmes militaires (sièges et prises de ville, constructions de place forte, carrousel, manœuvres militaires, etc). Les autres reviennent sur divers moments du règne tels que les naissances ou les décès dans la famille royale, les ambassades, les monuments, les libéralités du roi (par exemple lors de la famine de l’avènement), les fondations académiques, les gratifications accordées aux gens de lettres et à tous ceux qui excellent dans les arts. Dans cette longue série de médailles aucune n’est directement consacrée à l’Université. En revanche, elle apparait bien dans la numismatique royale, mais dans un ouvrage plus modeste : le jeton (frappé dans les mêmes métaux que la médaille, le jeton est d’un diamètre plus petit, souvent de 26 mm)16. Les jetons étaient distribués dans les administrations royales généralement au début de l’année civile comme étrennes pour les serviteurs les plus assidus. C’était le cas par exemple dans les académies, où certains académiciens particulièrement friands de ces petits objets métalliques étaient qualifiés de « jetoniers ». Ces jetons étaient ensuite collectionnés ou bien joués aux cartes ou encore fondus pour en récupérer le poids en métal précieux.

9Dans les universités aussi des jetons étaient distribués, et en théorie ceux-ci auraient dû être composés par l’Académie des Inscriptions. Mais les jetons universitaires sont produits par les universités elles-mêmes. Il est vrai qu’après la mort de Louis XIV, l’Académie se détourne de l’iconographie royale (mais continue cependant à produire annuellement les jetons pour les institutions), et c’est encore davantage le cas au milieu du xviiie siècle, alors même que le roi Louis XV aurait justement eu besoin d’un surplus iconographique (ou en tout cas d’une réflexion plus fine sur les images à diffuser) pour contrecarrer son impopularité grandissante. Les jetons universitaires apparaissent précisément en ce cœur du xviiie siècle comme une imitation de ceux produits dans et par les institutions royales. Les représentations sont diverses et variées ; par exemple le jeton de la Sorbonne, datant du règne de Louis XV, est un jeton en argent de 32 mm de diamètre et de forme hexagonal, représentant sur l’avers le portrait en buste de Robert de Sorbon avec l’inscription « Robert de Sorbona Fundavit An 1253 », au revers la façade principale de l’Université avec son dôme et l’inscription « CARD DUX RICHELIEU INSTAURAVIT AN 1642 ». L’université parisienne dispose d’un autre jeton, à l’avers duquel on retrouve une représentation de Charlemagne debout, portant les regalia, avec l’inscription « SANCTUS CAROLUS MAGNUS » à l’exergue MDCCXLVII, et au revers un blason aux armes des grands maitres de l’université, avec une main tenant une lettre sortant des nuées ; le jeton proclame « HAEC NUNCIA VERI » (Elles annoncent la Vérité) à l’exergue « MAGNI NUNCII JUR. UNIVERS. PARISI ». La Faculté de Médecine, l’une des quatre composantes de l’Université de Paris, possède également son jeton : à l’avers un buste de profil de Guy Patin avec l’inscription « M. GUY PATIN DOYEN 1652 » et à l’exergue « FELIX QUI POTVIT » ; au revers les armes de la faculté soit trois cigognes portant un brin d’olivier dans le bec surmontées d’un soleil chassant les nuages avec pour inscription « URBI ET ORBI SALVS » (La Santé pour la ville et pour le monde) et à l’exergue « FACUL MEDIC PARIS 1648 » ; le jeton est en argent et mesure 27,5 mm de diamètre. La thématique change peu sinon le buste du doyen à l’avers. Néanmoins, on trouve parfois des jetons aux armes du doyen ou encore avec la santé sous les traits d’une femme voilée portant un serpent, et procédant à une libation sur un autel enflammé ; parfois encore, mais très rarement, c’est le portrait de Louis XVI qui est gravé à l’avers.

  • 17 Louis Marin, Le portrait du roi, Paris, Minuit, 1981. Plus récemment, un catalogage des jetons roya (...)

10L’une des caractéristiques de ces jetons, et elle est loin d’être anecdotique, est justement l’absence du portrait royal. Contrairement aux autres jetons de l’époque, qui portent tous le portrait du souverain à l’avers (car c’est le portrait du roi qui donne sa valeur intrinsèque à l’objet comme l’a montré Louis Marin17), les productions métalliques universitaires représentent le portrait du fondateur : Robert de Sorbon, Charlemagne, etc. ou encore celui du doyen. Cependant au revers les armes universitaires reprennent souvent le blason des rois de France, que ce soient le jeton de la Sorbonne ou encore celui de l’Université de Reims, et reprennent une thématique similaire, celle de la main qui sort des nuées,comme pour figurer l’immanence du savoir. Cette absence du portrait royal explique peut-être pourquoi l’Académie n’est pas chargée de réaliser ces jetons, elle qui est la grande ordonnatrice et conservatrice de l’iconographie royale. Ou bien, et plus probablement, c’est parce que ces jetons sont produits par une autre institution que l’Académie qu’ils ne portent pas le portrait royal. Il semble y avoir là une forme d’autonomie, d’indépendance, de l’université à l’égard du pouvoir royal ou du moins de sa manufacture iconographique qu’est l’Académie des Inscriptions.

11Bref si l’université semble délaissée dans les éloges funèbres des académiciens, y compris et en particulier de ceux qui y font carrière, elle l’est également dans travaux métalliques de l’Académie. Pour poursuivre la réflexion, il serait intéressant d’analyser plus avant comment l’université produit ses jetons, si elle s’inspire de ceux des Inscriptions (ce qui paraît inévitable) et s’il y a une véritable réflexion théorique pour s’en démarquer (notamment en faisant disparaître le portrait du roi).

Travaux académiques/travaux universitaires : rivaux ou complémentaires ?

12Il n’est pas rare d’observer quelques charges des académiciens contre l’université, car si certains complètent leurs cursus en siégeant ou en officiant dans l’une ou dans l’autre, certains ne se ressentent que d’un cercle et défendent alors ses prérogatives. Deux événements montrent une Académie qui se présente sinon comme seul cercle de savoir, en tout cas comme cénacle de celui-ci : une affaire nationale, et pour ainsi dire interne à l’Académie, celle du renouvellement académique de 1701 vu par Eusèbe Renaudot, et une affaire internationale, celle des inscriptions tibétaines envoyées aux Inscriptions et Belles-Lettres par Pierre le Grand. Sans développer longuement chacun de ces deux cas, il s’agit de faire ressortir l’intérêt dans chacun d’eux, qui réside dans la tentative de comparaison de l’Académie avec l’Université.

13Lors du renouvellement de 1701, Eusèbe Renaudot est à Rome. A la première lecture de sa lettre, celle-ci semble écrite avant l’obtention du règlement, comme une sorte d’outil aidant le pouvoir à trouver le juste ton pour rédiger les articles de celui-ci. Eusèbe Renaudot fait partie de ceux que l’on peut appeler les « petits académiciens ». Petit-fils de Théophraste, né en juillet 1646, il suit la trajectoire classique de cette seconde moitié du xviie siècle qui le conduit de l’Académie française, où il est entré en 1689, à l’Académie des Inscriptions où il occupe le fauteuil laissé vacant par la mort de Quinault en 1691. Eusèbe Renaudot fait donc partie de ces académiciens qui ont siégé dans les rangs de l’institution dans décennies suivant sa fondation. C’est pour cette raison que Pontchartrain et Jean-Paul Bignon veulent connaître son sentiment sur l’activité académique en ce début du xviiie siècle, suite au renouvellement académique, car la lettre est bien écrite après comme nous allons le voir. A la fin des années 1690, Renaudot est à Rome, et la lecture de son éloge funèbre apprend qu’il découvre les changements survenus à l’Académie et s’y adapte au tournant du siècle, lors de son retour en 1701. Le voyage italien de l’abbé est confirmé par un procès-verbal consigné dans le Registre journal de l’Académie, le vendredi 29 juillet 1701. La lettre que Renaudot adresse à Bignon est donc postérieure au renouvellement de 1701. L’abbé Bignon s’inquiète alors de la faible quantité de travaux produits, et surtout publiés par l’institution. Ce corpus pour trop léger qu’il est, ne témoigne pas forcément du manque d’activité de l’Académie, mais pourrait néanmoins nuire à son image et à celles de ses créateurs (le roi, le chancelier Pontchartrain et l’abbé Bignon). Souhaitant connaître les causes précises de cette absence de publication, Renaudot lui répond en ces termes :

  • 18 BnF, ms. Fr. n.a. 7483, fol. 82 « Mémoire sur le travail de l’Académie des Inscriptions », Papiers (...)

« Je crois que la principale cause de ce peu de livres viens de ce qu’on a embrassé trop de matieres. On prétend que l’Académie pour s’occuper généralement de tout ce qui a rapport aux lettres, a donné à cette occasion l’interprétation la plus vaste qui pouvoit le donner au règlement. Aussi a t’on entendu lire des Dissertations sur la Chronologie, sur l’Origine des lettres, sur l’Histoire de France, sur la Bible, des vers latins et François en un mot des choses si différentes et si éloignées que non seulement une Académie composée d’un petit nombre de personnes, mais une université n’en a jamais tant embrassé. »18

14D’après l’académicien, c’est donc la trop grande diversité des sujets abordés qui est à l’origine du faible nombre de publications de l’institution. La comparaison avec l’université est ici particulièrement intéressante. Renaudot ne cherche pas à confronter les deux institutions, il suggère simplement que les effectifs de l’université et la diversité des compétences sont plus larges qu’à l’Académie. Plutôt que de traiter exhaustivement une matière, l’Académie s’éparpille dans divers domaines. Renaudot semble regretter ce triomphe de l’éclectisme sur l’exhaustivité. à la manière de certains érudits de la Renaissance, il considère qu’on ne peut être vraiment efficace qu’en se concentrant sur un domaine d’étude particulier. Condamnant la diversité des travaux académiques, il critique aussi en creux celle de l’université ; par ailleurs, il apporte des renseignements sur ce qu’est précisément le travail à l’Académie des Inscriptions. La dissertation sur la chronologie évoquée par l’académicien est probablement celle qui fut lue par Pouchard lors de la visite ministérielle de février 1702. En tout cas, l’inventaire proposé par Renaudot, permet de constater que l’Académie s’intéresse principalement à l’étude de l’Histoire en diversifiant ses sources : de la chronologie à la Bible, en passant par les inscriptions. Dans les premières années du xviiie siècle, il y a donc bien un glissement de l’activité académique de la production d’histoires métalliques, purement centrée sur la monarchie française et les personnes qui gravitent autour du souverain, vers l’élaboration d’études historiques plus scientifiques et littéraires. Les académiciens renouvellent leur manière de faire de l’Histoire, et se détachent peu à peu du simple panégyrique de la monarchie pour diversifier leurs terrains d’étude à la manière de l’université et surtout se spécialiser dans la rédaction de l’Histoire. L’Académie va vraiment devenir la référence dans la rédaction de l’histoire ancienne, tandis que l’université est progressivement considérée comme un refuge de pédants peu efficaces. Le conseil de Renaudot portant sur l’exhaustivité dans l’érudition semble avoir porté ses fruits.

  • 19 Voir à ce sujet Bnf. ms. Fr. 22 225, fol. 48-53 lettre concernant les inscriptions tibétaines trouv (...)

15Un autre exemple des relations entre l’Académie des Inscriptions et les Universités est offert par une commande du tsar Pierre le Grand19. Durant son tour d’Europe, réalisé en 1717, ce dernier passe trois mois en France, durant lesquels il visite les académies royales, et notamment celle des Inscriptions (où les académiciens ont d’ailleurs composé une médaille pour commémorer l’événement). Durant son séjour, le tsar rencontre l’abbé Bignon, président de l’Académie, et l’une des figures les plus emblématiques de la République des Lettres. De retour en Russie, Pierre le Grand continue à correspondre avec l’abbé, et lui commande entre autres la traduction de lettres tibétaines. Cette tâche est transmise par Bignon à l’Académie des Inscriptions, où les deux orientalistes les plus réputés, Fourmont et Fréret, se lancent dans l’exercice. L’Histoire de l’Académie revient sur cette commande spéciale :

  • 20 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie…, op. cit.

« Pendant les guerres d’entre la Perse et la Moscovie, l’armée de Sa Majesté Tzarienne Pierre le Grand étant campée vers Astracan au nord-est de la mer Caspienne, quelques soldats s’avancèrent dans les terres vers le pays des Kalmouks, et dans les débris d’un vieux château, trouvèrent une espèce de Bibliothèque. Les livres leur parurent d’une figure bizarre. La plupart étaient imprimés sur des papiers plus longs que larges, d’une écriture blanche sur un fond noir et de plus d’un caractère absolument inconnu. Les habitants de ces lieux, ou ne voulurent ou ne purent leur donner la dessus qu’un éclaircissement. Ils en prirent donc et en dépiécèrent plusieurs feuilles, que l’on porta à Moscou par rareté. Sa Majesté Tzarienne, le Prince le plus curieux qui fut jamais consulta d’abord sur cette écriture les savants de Moscou et de Petersbourg mais inutilement aucun n’en avait vu de semblable. Ensuite elle dut devoir en faire part aux différentes universités du Nord. Mais quoiqu’elles soient remplies de personnes illustres pour la connaissance des langues, il ne s’y en trouva non plus aucune qui connut ce caractère. Enfin, une de ces feuilles fut adressée par le Tzar lui même à Mr l’abbé Bignon. Tout le monde sait qu’étant venu en France et à Paris quelques années auparavant, un de ses premiers soins avait été de visiter la Bibliothèque du Roy, de se faire instruire du nouvel établissement qui venait d’y être fait, d’interpréter dans les différentes langues tant anciennes que vulgaires et surtout d’y converser avec Mr l’abbé Bignon lui même dont il avait vu la réputation si répandue dans les diverses parties de l’Europe où il avait voyagé autrefois, l’instructeur alors et presque toujours le président des deux académies des Belles Lettres et des Sciences. Il jugea donc que s’était là ou nulle part qu’il trouverait des savants qui le satisferaient au moins sur le caractère et la langue de ces feuilles si on ne lui en donnait pas la traduction. »20

16L’épisode est donc une nouvelle fois l’occasion pour Gros de Boze de faire la promotion de l’Académie face à l’université, le passage soulignant l’incapacité des universités (ici russes) à résoudre l’énigme linguistique qui pique la curiosité impériale.

  • 21 C’est ce que révèle par exemple une querelle entre deux scientifiques de Perpignan, l’un issu de l’ (...)
  • 22 Claudine Poulouin, Le Temps des origines. L’Eden, le Déluge et « les temps reculés ». De Pascal à l (...)

17Si les références faites au monde universitaire sont rares et brèves au sein de l’Académie des Inscriptions, elles sont néanmoins porteuses de sens. La comparaison peut être critique à l’égard de l’université : elle est moins compétente que lAcadémie (affaire des inscriptions tibétaines) ou du moins elle est aussi incompétente (d’après Renaudot au début du xviiie siècle). Dans tous les cas de figure, dans les sources académiques, et même au-delà dans des cas concrets, l’institution royale académique l’emporte toujours21. Dans les sources convoquées ici (principalement des productions académiques) ce qu’on constate c’est plutôt une absence, la mention en creux de l’université : que ce soit dans les éloges où l’on présente tout au plus la carrière universitaire de l’académicien comme une récompense de son implication académique ou comme un élément pouvant servir ses réflexions et travaux dans le cénacle académique ; ou encore dans la production métallique où l’université n’apparaît pas, et où les jetons, grand ordinaire de l’œuvre académique, ne sont pas produits pour celle-ci par celle-là; ou bien encore dans les procès-verbaux du Registre journal, source majeure de l’institution, où l’on ne voit pour ainsi dire jamais académie et université se consulter, se confronter. Il y a sans doute bien une concurrence entre les deux institutions, et sans doute une forme de mépris aussi, mais certainement pas d’indifférence, contrairement à ce que pourrait laisser imaginer cette économie de références. Académie et université, coincées entre Grand siècle et Siècle des Lumières, sont toutes deux confrontées à un défi, celui de renouveler leurs compétences et leurs fonctionnements. En tentant de faire face à cette nécessité, l’aspect technique et complexe des travaux académiques éloignent l’institution à la fois de ce qui se fait alors dans les universités françaises, et de l’intérêt sinon du grand public, en tout cas d’un public qui dépasse les seuls rangs de lAcadémie22.

Haut de page

Notes

1 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son établissement, avec les éloges des académiciens morts depuis son renouvellement, Paris, Hippolyte-Louis Guerin, 1740, 3 tomes.

2 Ibid., t. 1, p. 39-40.

3 Ibid., t. 2, p. 36-37 et 45.

4 Ibid., t. 2, p. 13.

5 Blandine Barret-Kriegel, Les Académies de l’Histoire, Paris, PUF, 1988. Claude Nicolet, « Des Belles-Lettres à l’érudition : l’Antiquité gréco-romaine à l’Académie au xviiie siècle », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions (CRAI), nov-déc.2001, fasc. 4.

6 Alfred Maury, L'Ancienne Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Didier et Cie, 1864 (2de éd.), p. 31.

7 Ibid., p. 144.

8 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie…, op. cit., t. 1, p. 212-213.

9 Ibid., t. 2, p. 175 et 183-186.

10 Nicolas Lyon-Caen, La Boîte à Perrette, le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2010. Sur Charles Rollin, voir Jean Château (dir.), Les grands pédagogues, Paris, PUF, 1956, p. 145-167.

11 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie…, op. cit., p. 551.

12 Nicolas Milovanovic, Du Louvre à Versailles. Lecture des grands décors monarchiques, Paris, Les Belles Lettres, 2005. Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999. Du même, « Sous les plafonds de Versailles. Archéologie et anthropologie de la consommation des signes du roi pendant la monarchie absolue », dans Allan Ellenius (dir.), Iconographie, propagande et légitimation, Paris, PUF, 2001. Hall Bjornstad, « Plus d’éclaircissement touchant la grande galerie de Versailles : du nouveau sur les inscriptions latines », xviie siècle, Paris, PUF, 2009, n°243, p. 321-343.

13 Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, Paris, Imprimerie Royale, 1702.

14 Josèphe Jacquiot, Médailles et jetons de Louis XIV d’après le manuscrit de Londres, Paris, Klincksieck, 1968, 4 vol. Mark Jones, Medals of the Sun King, London, British Museum, 1979. Voir également Yvan Loskoutoff (dir.), Les médailles de Louis XIV et leur livre, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, Rouen, 2016.

15 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : xvie-xviie siècle, Paris, 1987. Thierry Sarmant, La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières, Paris, H. Champion, 2003. Antoine Schnapper, Curieux du Grand Siècle. Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, Paris, Champ-Flammarion, 2005.

16 Thierry Sarmant et François Ploton-Nicollet, Jetons des institutions centrales de l’Ancien Régime, Paris, BnF, 2010, t. I, p. 191.

17 Louis Marin, Le portrait du roi, Paris, Minuit, 1981. Plus récemment, un catalogage des jetons royaux a été proposé et il repose sur un classement par portrait : Olivier Gueant et Michel Prieur, Bustes des rois et des reines de France sur les jetons de l’Ancien Régime, Paris, Les Chevau-légers, 2007.

18 BnF, ms. Fr. n.a. 7483, fol. 82 « Mémoire sur le travail de l’Académie des Inscriptions », Papiers d’Eusèbe Renaudot.

19 Voir à ce sujet Bnf. ms. Fr. 22 225, fol. 48-53 lettre concernant les inscriptions tibétaines trouvées en Russie et envoyée à Bignon puis étudiées par l’Académie des Inscriptions et Belles- Lettres.

20 Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie…, op. cit.

21 C’est ce que révèle par exemple une querelle entre deux scientifiques de Perpignan, l’un issu de l’université, l’autre de l’Académie des Sciences. Fabrice Charton, « Botanique et pouvoirs en Roussillon au siècle des Lumières », Gilbert Larguier (dir.), Les Lumières en Roussillon au xviiie siècle. Hommes, idées, lieux, Canet, Trabucaire, 2008, p. 31-48.

22 Claudine Poulouin, Le Temps des origines. L’Eden, le Déluge et « les temps reculés ». De Pascal à l’Encyclopédie, Paris, H. Champion, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Charton, « L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et l’Université dans la première moitié du XVIIIe siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 02 | 2021, mis en ligne le 12 avril 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8707

Haut de page

Auteur

Fabrice Charton

Professeur d’Histoire-Géographie depuis 2001, après avoir enseigné académie d’Amiens (2002-2009) et à l’étranger en Tunisie (AEFE) (2009-2015) et avoir été enseignant-formateur en Algérie et au Magreb-Est (AEFE) (2015-2020), Fabrice Charton occupe à présent un poste de Principal adjoint académie de Montpellier (2020-). Il a soutenu sa thèse en 2011 sur l’histoire de l’Académie des Inscriptions sous la direction de Christian Jouhaud et a participé depuis à plusieurs colloques ayant donnés lieu à publication (voir sa fiche sur le site du GRIHL), en particulier des journées d’études sur Antoine Galland (université de Liège) et à plusieurs reprises des colloques sur les médailles royales (notamment à Versailles en 2018).
chartonfabrice@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search