Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral02L’Académie Royale de Richelieu, e...

L’Académie Royale de Richelieu, entre collège, académie(s) et université ?

Bernard Gaborit

Texte intégral

Avant-propos

1La ville de Richelieu, située aux confins de la Touraine et du Poitou, « dans le lieu le plus obscur de France » écrivait Tallemant des Réaux, est une ville singulière, surgie de rien d’autre que du bon vouloir du cardinal de Richelieu. Bâtie sur un plan géométrique, elle fut construite de 1631 à 1640 conjointement et simultanément au magnifique château que Richelieu faisait édifier sur les terres de sa famille. Voulue comme un modèle de cité idéale, elle réunissait toutes les principales fonctions d’une ville : administratives, commerciales et religieuses.

2C’est, en 1640, au moment où le cardinal-ministre est au faîte de sa puissance, qu’il décide d’installer dans sa ville une institution éducative destinée uniquement à la noblesse. Conçue et présentée comme une véritable nouveauté institutionnelle, l’Académie royale de Richelieu fait irruption dans un paysage éducatif déjà fortement constitué, et sous-tendu par de vives concurrences interconfessionnelles et intra-confessionnelles.

3En 1641, son directeur concluait son discours d’inauguration en ces termes :

  • 1 L’Academie Royale à son Eminence, 1642, Bibliothèque municipale de La Rochelle, cote 18315 C. Haran (...)

Representons-nous qu’une & des plus honorables, & des plus importantes occupations de l’Estat, est l’education de la jeunesse. Quel plus grand honneur pouvions nous espérer, sa Majesté se repose sur nous, & elle nous donne la direction de sa langue, qui est l’un des premiers droicts de sa Couronne elle nous commet à l’institution de la Noblesse qui est le fondement, & l’esperance de son Estat, & son EMINENCE, pour autoriser nostre entreprise, & nous donner courage, nous reçoit en sa Ville, & elle nous prend en sa protection1.

Sachant que pour tout aristocrate bien né, l’académie ne pouvait être qu’équestre, cet établissement d’éducation nobiliaire, à nul autre pareil, et aussi exceptionnel qu’aussi vite oublié, posera à sa création, un problème de nomination : l’Académie royale de Richelieu était-elle un collège, une ou des académies(s) ou encore une université ?

Introduction

Les mots « académie » et « college » au xviie siècle

4Au milieu du xviie siècle, le mot « académie » désigne soit une société amicale qui rassemble savants et lettrés en des réunions réglées à vocation encyclopédique ou spécialisée, soit un lieu d’apprentissage de l’équitation réservé aux gentilshommes, avec quelques disciplines connexes : escrime, pique, danse, musique, dessin, et quelques rudiments de mathématiques pour l’art des fortifications – la première ayant été fondée, en 1599, par Antoine de Pluvinel – et le mot « collège » désigne un lieu où l’on enseigne les Lettres divines et humaines.

Le corpus de textes existant :

5Il ne reste aujourd’hui, dans la ville de Richelieu, aucune trace de cette institution, aucun bâtiment qui témoignerait de son existence passée. Seuls subsistent, sur les dix-huit rues de la ville, deux noms de rue : la rue du Collège et la rue de l’Académie qui délimitaient précisément le périmètre où elle était installée. Mais fort heureusement, il nous reste quelques brouillons manuscrits et des imprimés, ayant pour seul but, au plus fort de l’action, et au moyen d’une très puissante argumentation, d’annoncer, d’expliquer et de légitimer la création de cette toute nouvelle académie. Il s’agissait de créer et d’installer dans la ville du cardinal-ministre une institution-modèle au service à la fois de la réforme de la langue et de l’éducation de la jeune noblesse.

6Le corpus subsistant est composé chronologiquement de trois textes :

- Un petit livre, in 8°, de 120 pages intitulé L’ACADEMIE ROYALE DE RICHELIEV. A SON EMINENCE, daté de 1640,

- Une brochure, in 4°, de 21 pages. Déclaration du Roy portant établissement d’une Academie et College Royal en la Ville de Richelieu & les Privilèges attribuez à icelle ensemble Les statuts et reglemens de ladite Academie, datée de 1641,

- Un Recueil de pièces imprimées de 188 pages, in 4°, L’ACADEMIE ROYALE DE RICHELIEV A SON EMINENCE, daté de 1642, qui réunit des pièces qui ont en commun de traiter du même sujet, mais dont la nature et le statut diffèrent. Ce sont des pièces qui sont manifestement réunies dans l’intention de présenter un dossier complet sur cette Académie nouvellement installée. Le recueil est composé dans l’ordre :

- d’une longue « adresse » au Cardinal de 124 pages, rédigée en 1640, avec des remaniements significatifs apportés à l’édition de 1640, et comportant 29 pages de plus,

- d’une « Harangue faite à l’installation & ouverture de l’Academie ou College Royal de Riche-lieu, Par le Sieur Intendant d’icelle », publiée en 1641, de 40 pages,

- d’une « Response d’un tres fameux et celebre docteur, A Monsieur le Comte de Nogent s’il est expedient d’enseigner les Sciences en François », datée du 1er mai 1640, de 2 pages,

- d’une « Declaration dv Roy. Portant Establissement d’vne Academie ou College Royal en la Ville de Richelieu, & les Privileges attrivuez à icelle. » datée du 20 mai 1640, de 3 pages.

- d’une « Declaration dv Roy, Contenant l’establissement de l’Academie, ou College Royal en la Ville de Richelieu, & Privileges attribuez a icelle.» datée du 24 septembre 1640, de 6 pages,

- des « Statuts et Reglemens de l’Academie ou College Royal estably par ordre du Roy en la Ville de Riche-lieu, sous la protection de l’Eminentissime Cardinal Duc de Richelieu, & de ses successeurs Ducs de Richelieu », datés du 24 septembre 1640, de 8 pages,

- d’un « Extraict des Registres du Grand Conseil du Roy », d’une page,

- de « Lettres d’attribution au Grand Conseil, des Procez & affaires qui interviendront en execution de l’establissement de l’Academie ou College Royal de Richelieu, par lesquelles, le dit Grand Conseil est declaré Conservateur de ses Privileges. » de 3 pages, datée du 24 septembre 1640 ,

- d’une page d’errata.

7Ce recueil de 1642 ne porte ni nom d’auteur, ni lieu d’impression, ni nom d’imprimeur, ni frontispice, ni privilège, ni ornementation remarquable. Il n’y a ni péritexte, ni préface, ni dédicace, ni d’avis au lecteur, une absence totale de rubrication ou de repères en marge. Seule apparaît une page de couverture avec le titre « L’ACADEMIE ROYALE DE RICHELIEV A SON EMINENCE », les armes du roi et de la ville de Paris et la date. Le lecteur se trouve en quelque sorte face à la matérialité sévère d’un « rapport » dans lequel on entre directement sans préalable d’aucune sorte.

L’indifférence de l’historiographie

8Étrangement, on constate une quasi-indifférence de l’historiographie concernant la création de cette académie singulière : quelques mots, une ou deux pages, une citation, une allusion, parfois une reproduction de ses statuts. À premier inventaire, elle reste un objet historique très peu mobilisé.

La mainmise du pouvoir royal

Les visées éducatives de Richelieu

9Rappelons que pour Richelieu, l’enseignement est une affaire qui incombe hautement à l’Etat. Dès la deuxième année de son ministériat, en 1625, il propose un Règlement pour toutes les affaires du royaume dans lequel il y manifeste très catégoriquement ses intentions en matière d’enseignement. À l’article Collèges il tisse la trame d’un programme de profondes réformes : l’établissement d’une nouvelle « carte scolaire », un accès à l’enseignement plutôt limité, une réflexion sur les missions respectives de l’État et de l’Église en matière d’instruction. Pour le cardinal-ministre, il faut :

- réduire le nombre de collèges et les répartir entre séculiers et jésuites :

  • 2 Les Papiers de Richelieu, Tome 1 (1624-1626) par Pierre Grillon, Pedone, 1975, p. 267.

Considérant [que] la grande quantité de collèges qui sont en nostre royaume fait que les plus pauvres faisant estudier leurs enfans, il se trouve peu de gens qui se mettent au traffic et à la guerre, qui est ce qui entretient les Estats, comme aussy que, parmi tant de gens qui enseignent, il est impossible qu’il n’y en ait de médiocres, qui par conséquent ne peuvent donner la vraye teinture des lettres à ceux qu’ils instruisent. Pour remédier à ces inconvénients, nous voulons qu’il y ait plus de collèges si ce n’est és ville cy-après nommées [12 villes : Paris, Rouen, Amiens, Troyes, Dijon, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Poitiers, Rennes, La Flesche, Pau] qui sont en telle assiette en nostre royaume, que tous ceux qu’on cognoistra particulièrement estre nez aux lettres y pourront estre commodément envoiez. Nous voulons qu’en chacune d’icelles il y ait deux collèges, l’un de séculiers et l’autre de PP. Jésuites, et à cause du grand nombre de jeunesse qui se trouve dans Paris, nous voulons qu’il y en ait quatre, trois de séculiers et un de Jésuites2.

- maintenir l’Université en l’état :

  • 3 Ibid., p. 268.

Nous n’entendons en ce présent article [sur les Collèges] préjudicier en aucune façons aux universités de droit, de médecine et de théologie, lesquelles demeureront dans les termes de leur establissement et de l’usage qu’elles ont observé jusqu’à présent3.

- Maintenir les petites écoles sous condition restrictive :

  • 4 Ibid., p. 268.

Aussy peu voulons-nous par ces présentes retrancher les petites escholes qui peuvent estre en diverses paroisses des villes ou de la campagne pour la première instruction de la jeunesse, jusques à leurs premiers rudimens, en sorte toutefois qu’en chacune d’icelles il ne puisse y avoir qu’une classe et qu’un précepteur4.

10Richelieu souhaite ainsi stabiliser la population des collèges et limiter le nombre des élèves des petites écoles. Il n’était d’ailleurs pas le seul, à cette époque, à y penser. Cette position était largement partagée par les élites administratives et politiques du royaume à l’exception de quelques-uns. Le trop d’instruction n’était pas souhaité car jugé dangereux pour le pouvoir et source de bouleversements de l’ordre social. Les enfants sont mieux aux champs de Pâques à la Toussaint !

11Richelieu veut que la responsabilité de l’enseignement soit partagée, à la fois pour encourager l’émulation mais surtout éviter une situation de pouvoir excessif difficilement contrôlable. L’université ne doit pas être seule, les jésuites non plus. Richelieu refuse tout monopole incompatible avec la souveraineté de l’État. Concurrentiel, élitiste et utilitaire, telle est en matière d’éducation la vision de Richelieu, au moment où, dans les années 1640, le royaume s’est recouvert, depuis le début du siècle, d’un très grand nombre de collèges majoritairement jésuites. Ainsi peut-on dénombrer, dans les années 1640, quelques 150 collèges : 90 gérés par les jésuites, 30 par les protestants, 30 par les oratoriens.

12Mais le cardinal ministre constate, que dans ce contexte de renouveau scolaire – tant en raison d’une demande sociale des élites urbaines qu’en raison du prosélytisme confessionnel de la Réforme et de la Contre-réforme – la noblesse est quasi absente et se laisse distancer par ces élites urbaines, d’où le vif intérêt qu’il porte à son éducation. Il en témoigne lui-même en apportant un soin tout particulier à l’instruction de ses pages : leur formation fonctionnait d’ailleurs comme une petite académie, avec un professeur d’escrime, de danse et de mathématiques, et même avec un professeur de lettres. Mais avant tout, il souhaitait pour la jeune noblesse du royaume un établissement qui lui soit exclusivement dévolu.

La proposition ancienne et convaincante d’un certain Nicolas Legras :

13Pour penser, conduire et mettre en œuvre ce projet aux enjeux idéologiques et politiques majeurs, Richelieu fait appel à un homme du nom de Nicolas Legras (1599-1667 ?), qu’il nommera intendant à vie de l’Académie et qui finira sa vie condamné par le tribunal de l’Inquisition de Lima au Pérou. La relation de son procès d’inquisition, qui se trouve aux Archives nationales de Madrid, donne à voir un parcours époustouflant de prêtre et de médecin, d’aventurier érudit et libertin, aux tribulations nombreuses et aux fidélités et identités multiples. Animé d’une inextinguible soif de savoirs, Legras est polyglotte et polygraphe. Il raconte dans son procès avoir perdu trente livres de lui, en forme manuscrite, sur les secrets, lois, coutumes et médecines des pays qu’il avait vus. Génial touche-à-tout, Nicolas Legras réunit, avec flamboyance, tout un ensemble d’appétits de savoir, de pouvoir et de lucre. Il est l’auteur de l’intégralité des textes constituant le corpus de textes concernant notre académie.

14Legras proposa d’abord cette idée d’Académie à Gaston d’Orléans. On peut lire dans son procès le récit suivant :

  • 5 Archives Historiques Nationales Madrid, Section Inquisition. Tribunal de Lima. Livre 1032 Nicolas L (...)

Il servit le Duc six ans […] et il lui parla du dessein qu’il avait de fonder une Académie française pour enseigner en langue vulgaire de France la Philosophie, les Mathématiques, les Arts libéraux, ainsi que les exercices nécessaires pour les gentilshommes, l’escrime, l’équitation, le maniement des armes, tout le métier militaire pour le bien des nobles français et étrangers qui viennent dans ce royaume5.

15Cette idée attira si bien l’attention de Monsieur qu’il en proposa la création au Conseil d’Etat sans pour autant en obtenir une décision favorable :

  • 6 Idem.

Et bien que cela plût au Duc et au Conseil d’Etat où il s’en fut la proposer, cela ne fut pas suivi d’effets pour fonder des chaires et des écoles6.

Mais la proposition fut finalement retenue par Richelieu en 1640.

16Lors de son discours inaugural, Legras fait très précisément référence à l’ancienneté de sa proposition :

  • 7 L’Academie Royale à son Eminence, 1642, Bibliothèque municipale de La Rochelle, cote 18315 C. Haran (...)

Mais puis que je me trouve maintenant obligé par la charge qui m’est commise de vous rendre compte des raisons & des motifs, qui m’ont porté il y a fort long-temps à faire la proposition à sa Majesté, d’ériger une Academie pour enseigner Les Sciences en François, conjointement avec les Langues & les Exercices, je vous supplie tres-humblement , MESSIEVRS, d’aggreer que je vous les deduise, & que je vous remonstre les avantages, & les utilitez de cet établissement7.

17On peut cependant s’interroger un instant sur le choix de ce Nicolas Legras, homme de passage, aux amitiés sulfureuses, familier des cours européennes de l’Europe du Nord, mais si peu de celle de France avant de devenir le chapelain du duc d’Orléans en 1634, et avant de l’être beaucoup plus tard des cours vice-royales du Nouveau Monde. Son ouverture au monde, sa force de conviction, la richesse de ses expériences, la variété de ses voyages, sa liberté d’esprit, ne devaient pas déplaire au cardinal-ministre qui, de longue date, avait pris l’habitude d’appeler à son service de plume toutes sortes de personnes qu’il choisissait sur un large spectre qui allait du dévot au libertin. Mais il ne fut pas le seul pressenti pour prendre la direction de cette académie. Avant lui, Richelieu avait songé à d’autres prétendants et non des moindres, puisqu’il en avait proposé la direction à Coménius, ce grand pédagogue reconnu de toute l’Europe savante, qui refusa, et à Tanneguy Le Fèvre, grand helléniste et passionné de pédagogie.

La nécessité d’agir

Quelle noblesse ?

18Pour Richelieu, la noblesse est sans conteste prédestinée au service de l’Etat. Mais quelle noblesse s’agit-il d’instruire ? ll y a dans la noblesse du temps de Richelieu de fortes différences de pouvoir, de richesse et de statut. Malgré des similitudes dans ses valeurs ancestrales, son mode de vie et son prestige, le second ordre du royaume n’est pas un tout indifférencié. La noblesse qui est précisément concernée par notre académie est sans nul doute la noblesse d’épée des provinces, la petite et moyenne gentilhommerie, de loin la plus nombreuse et chère au pouvoir royal, et également chère à Richelieu, qui en est lui-même issu.

Une noblesse en crise

19Mais cette noblesse a à faire face depuis quelques décennies à des problèmes récurrents qu’un mémoire qu’elle remit au roi à l’occasion de l’Assemblée des notables de 1627 explicitait clairement : l’arrivée de non-nobles dans ses rangs, les difficultés économiques de certains d’entre eux, les évolutions techniques dans l’art militaire, les réformes administratives qui favorisent l’accès des offices à la bourgeoisie. La noblesse n’occupe aucune fonction civile ou presque, et c’est justement là que le bât blesse. Elle connait une profonde et durable crise d’identité. Les charges et les offices royaux nécessitent une formation dans les collèges et à l’université et les nouvelles techniques de la guerre – fortifications et artillerie – nécessitent pour le moins la maîtrise du calcul et de la géométrie.

Une noblesse rétive

20Or, la noblesse d’épée de province est profondément rétive à l’enseignement. Beaucoup de jeunes nobles ne fréquentent pas les collèges ou y passent hâtivement ou s’y rendent par période. Le préceptorat et le paginat, réservés aux plus riches, ne concernent que très peu d’entre eux. Et pourtant, les avertissements de quelques esprits savants et sagaces se sont multipliés depuis plus d’un demi-siècle sous la forme d’une complainte continue devant cette ignorance assumée, assortie de propositions d’institutions, mais en vain. Il y aurait ainsi incompatibilité de nature voire d’humeur entre la plume et l’épée. Pour Richelieu, il y a maintenant urgence à les unir.

Un contexte d’émulation et de concurrence éducatives sans la noblesse

21Facteur aggravant, le peu d’appétence de cette noblesse pour les études n’est ni diminué ni même entamé, dans le contexte porteur en matière d’éducation que connaît le premier xviie siècle. Elle s’obstine à négliger d’envoyer ses enfants au collège. La question de savoir comment former la jeune noblesse de France n’a pas encore été résolue. L’Académie royale de Richelieu se veut une réponse appropriée à cette question, en proposant une institution spécifique à la noblesse qui se démarque de toutes les autres institutions scolaires par des audaces de toutes natures. Il s’agit bel et bien de créer une toute nouvelle institution chargée de fournir un réel moyen d’action pour préparer aux affaires du royaume une noblesse qui se laisse distancer par d’autres et qui n’avait pas encore d’institution d’enseignement qui lui soit spécifiquement dévolue.

22La proposition de l’Académie royale de Richelieu semble ainsi arriver à point nommé pour mettre enfin les élites nobilaires au service du royaume, pour rattraper son retard en matière d’instruction, pour faire barrage à la montée des nouvelles élites bourgeoises, concurrencer les académies protestantes dont la renommée est grandissante et dont l’une, Saumur, est aux portes de la ville de Richelieu. Legras raconte dans son procès que Richelieu en aurait pleuré de joie quand il lui fit la proposition de cette académie !

Les idées novatrices d’une institution d’exception au service de l’État

Quelques précédents mais rien de comparable 

23L’idée d’une institution d’enseignement propre à la noblesse est une idée qui chemine depuis la fin du xvie siècle. Nous pouvons dénombrer une quinzaine de projets d’institution pour l’éducation des gentilshommes, plus ou moins élaborés, et écrits pour la plupart par des nobles d’épée, mais pas seulement. Deux projets font figure de précurseurs de notre académie : celui de Jacques Bourgoing, en 1598, L’Academie du Roy, pour l’instruction de la jeunesse, ouverte à la noblesse d’épée et de robe, dans laquelle les cours seraient donnés en français et le programme des études aurait une portée encyclopédique ; celui de David de Flurance Rivault, en 1612, Le dessein d’une Academie, et l’introduction d’icelle à la Cour, qui prévoyait une formation après le collège où l’on viendrait s’entretenir avec des doctes sur toutes les sciences, exceptée la théologie, et où on s’exercerait aux fonctions de l’État par des travaux pratiques, telle la simulation de réception d’un ambassadeur. Tous ces projets resteront lettre-morte jusqu’à l’exception notable de l’Académie royale de Richelieu, qui avait été elle-même précédée, quatre ans plus tôt, en 1636, d’un projet, lui aussi sans suite, d’une institution située en la Vieille rue du Temple à Paris et destinée à des élèves français et catholiques, avec une entrée à l’âge de quatorze ou quinze ans, et une instruction en langue française. Le cardinal-ministre prévoyait dans le cadre de cette institution de verser une bourse à vingt élèves, durant deux ans, avec obligation pour ces derniers de servir le roi durant deux ans.

24On constate que dans tous ces projets d’institution destinés à la jeune noblesse l’appellation « Académie » est toujours retenue. Ainsi trouvons-nous : « Que nous nommons Academie » ; « C’est l’Academie & particulière Université » ; « de ceste Academie, & langue françoise » ; « Academie ou Escole comme Platonique & excellente à nostre desir, pour enseignement & tradition des sciences en la Langue Royalle, nostre, belle, recherchée des autres nations » ; « ceste Academie & Escole Royale d’insitution, Platonique d’excellence » ; « escoles publicques qu’on a depuis eslevé du nom tres propre academie » ; « servie par l’Academie, pour l’instruction entiere & accomplie de la jeunesse, aux armes & toutes sciences & langues ».

25Ainsi, peut-on observer que, dès le moment où l’on a commencé à penser une institution d’éducation propre aux gentilshommes, l’appellation d’académie a toujours été retenue. Aux gens de robe, les universités, aux gens d’épée, les académies. Toute institution nobiliaire devait garantir aux jeunes nobles un cursus d’études complet et adapté à leur état. Tous ces projets concernant l’instruction du jeune noble insistent sur l’absolue nécessité du savoir. Le recours à la langue française et le binôme arts et lettres en sont le fil conducteur. L’objectif martelé était toujours le même : les relever de l’ignorance, les élever à la vertu, et les encourager à bien étudier.

26Ainsi, durant toute la première moitié du xviie siècle, et avant que l’Académie royale de Richelieu ne voit le jour, en 1640, l’académie équestre, lieu de sociabilité et d’acquisition de bienséance mondaine, et considérée comme propédeutique à l’art de gouverner, restera la seule institution de formation destinée aux gentilhommes.

Les nouveautés caractéristiques de l’Académie royale de Richelieu : ce qui la distingue des autres

27L’Académie royale de Richelieu est avant tout une institution d’État au service de l’État. Avec l’Académie royale de Richelieu, la monarchie tient école. Le projet d’une éducation générale pour la noblesse devient une réalité.

28Le projet est original, compliqué et singulier. Il est original en ce qu’il propose une articulation entre une politique de la langue (régler et étendre la langue) et un projet pédagogique de réformation de l’éducation de la noblesse par la prépondérance donnée à la langue française dans l’enseignement des sciences et la priorité donnée aux exercices de l’esprit sur ceux du corps. Il est compliqué dans le rapport qu’il institue entre la toute jeune Académie française et l’organisation d’un enseignement pratique dans un lieu isolé, qui plus est, éloigné de Paris. Enfin, il est singulier par ses innovations majeures qui le distinguent de l’institution collégiale et de toute autre institution d’enseignement.

29Un double objectif s’y dessine clairement : confirmer une « politique de la langue française » inaugurée et engagée par la création de l’Académie française, et ériger pour la noblesse un modèle d’éducation au service de l’État. La langue française et l’éducation de la noblesse ont partie liée pour la gloire et le service du royaume. La langue est un instrument de pouvoir au service de l’unité, de l’identité et de l’attractivité du royaume. La langue et l’instruction des jeunes nobles passent ainsi sous la tutelle de l’État

L’articulation d’une politique de la langue et d’un projet pédagogique

30Une responsabilité de diffusion du bon usage de la langue française est confiée aux jeunes gentilshommes. Rappelons ce que Nicolas Faret écrivait dans son « Projet de l’Académie : pour servir de préface à ses statuts » :

  • 8 Nicolas Faret, Projet de l’Académie : pour servir de préface à ses status, éd. Jean Rousselet, Univ (...)

Que ce projet soit utile à tout le monde, il n’en faut point d’autre preuve que le désir extréme de bien parler, qui s’est toujours remarqué en tous ceux qui sont nays pour le bien public, & pour la gloire de leur Pays8.

31C’est une institution pour la noblesse, et tournée vers la diffusion de la langue par la noblesse. Pour Legras, cette institution est créée :

  • 9 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, 1642 ; op. cit., p. 103-104.

[...] afin d’introduire la réforme du langage dans toutes les provinces les plus éloignées […] les Peres peuvent envoyer de bonne heure les Enfans en la Ville de Riche-lieu, au temps qu’il sera facile de leur oster le mauvais accent de leur païs, & de les accoûtumer insensiblement à la meilleure prononciation, au choix, & à la pureté des termes en sorte que, par apres s’en retournans au pays de leur naissance, bien que le langage y soit extremement corrompu, ils parleront toute leur vie bon François, leurs sujets, & leurs égaux, se conformeront aisement à leur exemple, estant veritable que tous les hommes se portent naturellement aux nouveautez, mais particulierement quand elles sont raisonnables, & judicieusement inventées.
C’est ainsi que nous donnerons cours dans tout le Royaume aux Maximes de Messieurs de l’Académie, & que V.E. aura la gloire d’estre le restaurateur de la langue, comme de la Patrie9.

32En quelque sorte, le bon usage de la langue française s’irradiera par ondes concentriques. Il s’agit pour Nicolas Legras d’une chaîne vertueuse : l’Académie française, les jeunes nobles de l’Académie royale de Richelieu, les pères de ces derniers, la ville et enfin le peuple.

Le lien explicite avec l’Académie française

33Le lien de l’Académie royale de Richelieu avec l’Académie française est on ne peut plus explicite. La première est le prolongement de la seconde. Pour Marcel Bataillon, elle est « une école d’application pour les décisions de Messieurs de l’Académie concernant le bon usage de la langue française. » Il y a une filiation directe exposée très clairement par Legras :

  • 10 Harangue faite à l’installation et ouverture de l’Academie ou College Royal de Riche-Lieu par le Si (...)

On remarque dans nos Annales que les princes de Valois, quoique tres-vaillans & genereux, ont pourtant plus cheri les Lettres que les Armes ; Comme au contraire les princes de Bourbon, se sont plus adonnez aux Armes qu’aux Sciences, aujourd’huy sa Majesté prend également soin de tous les deux, ce qu’elle témoigne clairement par le choix de son Eminence en la conduite de ses affaires ; par la fondation de son Académie Françoise, pour accomplir & pour illustrer nostre langue, & ensuite par la creation de nostre Compagnie […]10

34Dans La Déclaration du roi du 24 septembre 1640, il est stipulé que la même protection, les même statuts et privilèges sont accordés aux membres des deux institutions :

  • 11 Déclaration du roy pour establissement d’une Academie ou college Royal en la ville de Richelieu & l (...)

Voulons, & nous plaist, que lesdits Professeurs Royaux, Aumonier, Maistres, Creats, Prevosts & Officiers de ladite Academie ou College Royal, jouissent des mesmes honneurs, auctoritez, franchises, libertez, préeminences, droict de Committimus en corps & en membres, aux Requestes de nostre Palais à Paris, à leur choix & option, tout ainsi que sont nos Domestiques & Commensaux, & de pareils privileges que ceux que nous avons accordez à nostre Academie Françoise11.

35Legras va même jusqu’à fixer à ces Messieurs de l’Académie un « programme de travail » qui tient en trois objectifs : la police de la langue, la traduction, l’invention de mots nouveaux. Legras se félicite de leur travail de fixation de la langue qui produit les meilleurs effets : les auteurs écrivent plus correctement, la cour parle mieux et les provinces se purgent de leurs dialectes. Il les encourage à poursuivre l’effort de traduction des meilleures livres de l’Antiquité d’autant plus qu’il estime que cela leur sera un divertissement :

  • 12 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, op. cit., p. 22.

Et ce moyen appartient principalement à Messieurs de l’Académie Françoise, parce que c’est un travail honneste, qui se peut faire dans le cabinet aux heures commodes, & comme ils entendent aussi parfaitement les Langues Estrangeres, qu’ils sçavent prudemment regler, & enrichir la nostre, Nous esperons de cette sçavante, & honorable Compagnie de fideles traductions des meilleurs livres de l’antiquité, ce qu’ils pourront faire par sorte de relâche, & de divertissement, & pour se delasser l’esprit après s’étre trop serieusement employés à produire, & à inventer d’eux mesmes12.

36Il augure, en s’en réjouissant, que dans trente ans plus rien ne restera à traduire si on continue de travailler avec la même « ardeur », comme on le laisse voir depuis la création de l’Académie française. Il leur fait confiance ainsi qu’à d’autres personnes savantes pour trouver de nouveaux mots qui suppléent aux carences de la langue française dans le domaine des sciences.

37À l’article des statuts l’Académie française, qui stipulent qu’elle ne doit délibérer d’aucune manière de ce qui concerne la religion, correspond celui des statuts de l’Académie de Richelieu, qui spécifie que ses professeurs ne disputeront point de religion.

La langue française comme seule langue d’enseignement

38Tout au long de « l’Adresse » à Richelieu et de sa Harangue à l’ouverture de l’académie, Legras voue aux gémonies le latin comme langue savante et d’enseignement. Il rêve de l’extirper du royaume pour donner la prééminence à la langue française. Dans ces textes, il conduit un virulent réquisitoire contre les langues mortes et le latin en particulier. Le ton est résolument polémique. Pour preuve, ce florilège des termes utilisés pour vilipender le latin :

Ramas de preceptes ; injuste, & insupportable servitude ; une perte irreparable [du temps] le plus precieux de la vie ; travaux & des peines incroyables ; langues ensevelies dans les Bibliothèques comme dans leurs sepulchres ; tant de tenebres ; curiosité inutile à la Patrie ; à conserver comme des reliques.

39Cet acte de rébellion radicale contre l’omnipotence du latin ouvrait manifestement la voie à la sécularisation des savoirs en érigeant le français comme seule langue du savoir. La langue maternelle doit devenir la seule porte d’accès aux sciences à condition qu’elle soit cultivée, et la langue française a toutes les qualités pour l’être. Des origines à nos jours, elle a montré ses capacités, et c’est faute de les avoir cultivées que s’impose aujourd’hui la nécessité de la mieux régler. Legras avait-il lu l’adage de Comenius : « Apprendre le latin avant la langue maternelle, c’est vouloir monter à cheval avant que de savoir marcher. ».

40Sa thèse de combat, la langue maternelle comme seule porte du savoir, nargue ouvertement le latin « classique » enseigné dans les collèges de la Compagnie, ébranle l’omnipotence intellectuelle de la langue des clercs et des savants et renvoie la transalpine à ses origines. La langue française est faite pour le bien-penser et le bien dire. Pour Legras, c’est une porte d’accès à l’intelligence du monde.

La réunion inédite d’un collège et d’une académie équestre

41Cette institution régalienne est organisée sur un grand pied : huit professeurs royaux (dont le directeur, l’Écuyer et le maître d’armes), six maîtres d’agrément (Pique, danse, instruments, crayon, voltige et écriture), deux créats (sous-écuyers), six prévôts de salle (chargés de seconder le maître d’armes) et de six officiers de service (au service du collège), un aumônier ou chapelain, soit un total de 29 personnes. Trois postes de plus en 1642 que dans le texte de 1640.

42L’Académie royale de Richelieu veut en quelque sorte sceller le mariage de la plume et de l’épée et donner clairement à cette occasion la primauté de la plume sur l’épée. La réunion d’une académie équestre et d’un collège dans un même lieu est une très grande nouveauté, même si on observe que sur les huit académies protestantes de cette époque, deux d’entre elles avaient une académie équestre, celle-ci était résolument placée à l’extérieur et éloignée du collège.

Un plan d’études sans précédent : l’apprentissage ensemble des sciences, des langues et des exercices

43D’une rare audace, le plan d’études de l’Académie bouleverse l’enseignement classique et le distingue de celui du collège par l’importance accordée aux sciences et la proscription de la dictée des cours. Chaque élève devait avoir un livre imprimé.

44Dès leur entrée en classe de 6ème, on commence par le réapprentissage de la langue maternelle, purifiée et fixée avec des règles, et une étude approfondie de la langue française. Durant les six années de scolarité, on y enseigne le matin toutes les sciences : en sus des sept arts libéraux, et entremêlés à eux, la carte en plan, la chronologie, la généalogie, l’histoire, la mythologie, la poétique, la morale, la physique générale et particulière avec la physiologie, la diète et la pathologie, la métaphysique, la mécanique, l’optique, la géographie et la gnomonique. Legras songea même à l’introduction de la jurisprudence. Bien penser, bien dire et bien monter – telle pourrait être la devise de l’Académie. À la noblesse le français et l’académie, aux élites officières le latin et le collège !

Une institution réservée à la noblesse et ouverte aux étrangers

45C’est une académie strictement nobiliaire. La clientèle visée est uniquement celle des gentilshommes du royaume mais aussi celle des gentilhommes étrangers, en particulier ceux de l’Europe du Nord. Cette ouverture aux étrangers, qui fait rêver Legras d’une « affluence de Noblesse de tout le septentrion », est présentée dans la perspective de l’expansion de la langue et du rayonnement français, mais aussi dans celle de faciliter l’instruction des gentilhommes français sans qu’ils aient à voyager.

Une finalité séculière et professionnelle

  • 13 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, 1642, « statuts et réglemens » ; p. 60.
  • 14 Ibid., p. 56-57.

46Dans l’académie royale de Richelieu, il est postulé aucun zèle apostolique comme celui que l’on trouve dans les collèges Jésuites, les collèges oratoriens et les académies protestantes, même si il est précisé dans les satuts et règlements, que « les enfans seront élevez en la crainte de Dieu, en la fidélité, & en l’obéissance qu’ils doivent au Roy » et qu’ « ils entendront la sainte Messe, qui sera ditte tous les jours par l’Aumosnier Chappelain de l’Académie13 ». Mais si « Les Professeurs, Maistres & Officiers, seront Catholiques Romains. » ils « ne disputeront point de Religion, & ils n’enseigneront en François que les Sciences naturelles & Morales dans lesquelles nous deffendons tres-expressemment de mesler les mystères apostoliques.14 » On enseigne uniquement des savoirs profanes. Seule prime l’acquisition des savoirs.

47L’académie royale de Richelieu a une vocation exclusivement « professionnelle » : c’est une académie nobiliaire pour les besoins de la monarchie en « officiers royaux », une institution préparatoire aux fonctions du service du roi. Elle ne vise en aucun cas à rivaliser avec l’université car elle n’en est pas le vestibule.

Un lieu géographiquement isolé

48La localisation de l’institution à Richelieu pose un problème épineux. Tous les collèges se trouvent à cette époque à Paris ou dans les grandes villes du royaume. La ville de Richelieu, « capitale » d’un duché-pairie, a toutefois la dignité requise pour pouvoir prétendre à un établissement royal. Mais c’est bien plus son isolement géographique que sa dignité ducale qui pose problème. Richelieu est une ville à l’écart, ce qui ne la dispose guère à la prospérité. Pour combattre les propos malveillants qui circulent jusqu’à la cour, comme quoi le pays serait contagieux et inhabitable, Legras est obligé de procéder à une contre-offensive argumentée de huit pages supplémentaires dans l’édition de 1642. En conclusion de sa longue plaidoirie, Legras présente la ville de Richelieu comme un lieu particulièrement stratégique pour le développement de la langue et fort bien adapté à l’installation d’une académie royale pour de nombreuses raisons : c’est un lieu de repos et retiré tout exprès, un lieu où l’on parle le mieux le français, situé au milieu de la France, et voisin de la Loire tant prisée par les étrangers :

  • 15 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, 1642, op. cit., p. 119-120.

On peut dire avec vérité que Riche-lieu est extremement propre pour cette institution Premierement, Parce que le peuple y parle aussi bon François qu’en aucun lieu du Royaume, ce qui est un merveilleux avantage, d’autant que difficilement ce dessein pourroit reüssir dans les Villes ou l’on parle un mauvais langage. En second lieu, les Provinces d’alentour abondent en toutes sorte de biens, elle est située a une juste distance de la Riviere de Loire, & de Vienne, qui sont les meilleures nourrices de la France, & aussi des Havres de Bretagne, & de Poitou, pour en tirer les commoditez necessires à la vie, & pourtant dans un lieu de repos, & comme retirée tout expres pour n’entendre point le bruit, & le tracas du negoce, & pour vaquer à son aise, & avec loisir aux Disciplines et aux Exercices. En troisième lieu, elle est Presque assise au milieu de la France, proche des Provinces où l’on parle le plus mal François, Basse Bretagne, bas Poitou, Perigord, Limousin, Auvergne, Gascogne, & d’autres païs d’alentour, d’où l’on y pourra commodement envoyer la jeunesse pour corriger ses defauts, & pour prendre l’air & la grâce de nostre langue. En quatrième lieu, Elle est voisine de Loyre, sur les bords de laquelle les Estrangers se plaisent de tout temps, car ils habitent particulièrement Orleans, Bloys, Tours, Saumur, Angers, Nantes, en un mot toutes les villes que ce beau fleuve arrose. En fin, outre les avantages de son assiette, V.E. luy peut encore attribuër telles immunitez & telles franchises, qu’il luy plaira, a l’exemple de tous les Princes qui ont basti des villes, & des Universitez15.

Les difficultés de nomination ou de la bonne propriété des termes

49Les difficultés de nomination, nées des définitions d’académie et de collège déjà bien établies et du caractère novateur de la nouvelle institution, sont visibles dans tous les textes par l’emploi entre Académie et Collège, soit du « ou », soit du « et », soit du et/ou, emploi dû, sans nul doute, à la difficulté de bien pouvoir spécifier en quoi cette institution n’est pas un collège comme un autre ni une académie comme une autre. Nomination délicate que pourrait expliquer le choix d’accoler ainsi les termes d’académie et de collège. Ainsi trouve-t-on « Académie ou Collège royal » dans les deux déclarations du roi, du 20 mai 1640 et du 11 septembre 1640, « Académie et Collège Royal » dans la Gazette datée du 6 octobre 1640, « l’Académie Royale de Richelieu à son Eminence » sur la couverture du recueil de 1642, et « Académie » dans le corps des textes. Cette même année 1642, paraîtra chez Pierre Rocolet avec privilège un fascicule ayant pour titre Declaration du Roy portant establissement d’une Academie & College Royal. Même si on peut penser que le « ou » peut équivaloir le « et », les titres des actes royaux et des statuts et règlements présentent toujours la nouvelle institution comme une académie et un collège. Le nom seul d’Académie n’apparaît que dans le titre du recueil et dans le corps des textes de l’« Adresse » et de la Harangue. Cette nomination d’académie et collège pourrait, somme toute, refléter la simple réalité : la réunion, dans un même lieu et dans une même institution, d’une académie équestre et d’un collège. La question était d’importance dans le paysage éducatif de l’époque et pour le manifeste politique radical que cette nouvelle institution voulait représenter. On se souvient des difficultés rencontrées pour nommer ce qui deviendra l’Académie française. Dans le cas de l’Académie royale de Richelieu, Legras ambitionne à la fois d’établir des liens avec l’Académie française, de s’éloigner sans la renier de l’académie équestre et de se distinguer des collèges de plein exercice par l’ampleur donnée aux sciences dans l’enseignement. Cette académie est pour lui « à proprement parler une vraye Université des Sciences » et, dans un texte ajouté dans le recueil de 1642, il souhaite mettre un terme à la difficulté de nomination en s’en expliquant pour se faire bien comprendre et faire taire les incompréhensions,

  • 16 Ibid., p. 120-122.

« Mais dautant que ce mot d’Academie, qui se prend aujourd’huy assez improprement pour la Gymnastique, & pour l’Art de Monter à Cheval, par les personnes peu versées dans la vraye connaissance de la naive propriété des termes, pourroit deprimer, & amoindrir la beauté de cet établissement, & faire croire à plusieurs que l’Academie de Riche-lieu semblable aux autres, n’est destinée qu’à perfectionner le Corps, & à former la jeunesse à la grace, il est à propos de dire en ce lieu, que le Manege ne fait qu’un membre, & une portion de cette Academie, qui estant erigée sous le titre de College Royal, est à proprement parler une vraye Université des Sciences, auxquelles V.E. a trouvé bon d’adjouter par forme d’accessoire, & de dependance, tant ledit Manege, que les autres Exercices du Corps, pour laisser à la posterité dans le lieu de sa naissance un modele accompli de l’education de la Noblesse, & pour reformer les desordres qui se sont glissez tant dedans les colleges que dans les Academies du Royaume, où l’on enseigne separément ces deux sortes de perfection, contre les Maximes des plus grands Politiques du temps passé, qui sont tous d’accord qu’on doit cultiver en même temps le Corps, & l’Esprit, comme les deux parties essentielles de nostre estre, assurans que tout ainsi que l’exercice du Corps sans celui de l’Ame engendre la cruauté, & l’insolence ; de même que l’exercice de l’Ame sans celuy du Corps fait naistre la delicatesse, & la stupidité : c’est pourquoy, V.E . sçachant mieux que personne combien il importe à l’Estat de perfectionner la Noblesse dans ces belles qualitez du Corps et de l’Esprit, qu’elle possède avec tant d’eminence, à prudemment ordonné qu’entre les huict Professeurs Royaux qui composent principalement cette Academie, les six premiers seroyent pour les Sciences, & les deux autres pour les Exercices. A quoy on peut aussi adjoûter que les Universitez tant anciennes que modernes, portoyent autrefois et portent encore aujourd’huy le nom d’Academie, témoin celle d’Alexandrie, d’Athenes, de Paris, d’Alcala, de Leyden, & plusieurs autres.16

50Aux yeux de Legras, même si cette institution est érigée sous le titre de Collège, elle est bien autre chose qu’un collège ordinaire par son programme d’études et l’adjonction des exercices habituels de l’académie équestre. On peut également émettre l’hypothèse que ce titre d’Académie apporte une distinction utile et justifiée pour l’éducation dispensée au second ordre du royaume. Il semble ainsi réserver le titre d’académie à la noblesse pour la distinguer des collèges et des universités. L’Académie royale de Richelieu désigne un lieu d’apprentissage où l’on dispense des savoirs et des pratiques inhérents à l’accomplissement des devoirs d’état du second ordre du royaume. Le titre d’Académie royale peut parfaitement convenir à cette future « Ecole d’administration du royaume », qui est un lieu d’excellence au service de l’Etat pour l’instruction générale des gentilshommes.

51Pour Legras, l’Académie royale de Richelieu réunit ainsi académie, collège et université en une institution unique que François de Grenaille, en 1642, dans son sixième chapitre de L’Honneste garçon, De l’ordre qu’il faut observer pour rendre savant l’honnete garçon décrivait en ces termes :

  • 17 François de Grenaille, L’Honneste garçon ou l’Art de bien élevé à la vertu, aux sciences et à tous (...)

Et puis il ne faut plus parler à Paris de la façon d’apprendre les sciences, depuis que Monseigneur le Cardinal duc en fait école toute Royale à Richelieu. C’est là que notre noblesse pourra entendre en sa langue naturelle tous les mystères des Etrangers, tant des Anciens que des Modernes. […] Enfin, on ne saurait désapprouver un Etablisement que toute l’Europe doit révérer. C’est un champ de Mars, un Lycée, un Portique, et une Académie tout ensemble17.

52Cette nouvelle institution veut résolument prendre une place singulière à côté de l’institution collégiale et des cours princières. Le cardinal-ministre y manifeste sa volonté de mettre sa noblesse en ordre et aux ordres.

53Dans ses intentions comme dans sa réalisation éphémère (deux ans), l’Académie Royale de Richelieu apporte la vive démonstration de significatifs ébranlements dans le principe aristocratique de l’épée comme seule source du commandement et dans celui de la prééminence de la langue latine comme seule langue du savoir et plus généralement dans l’ordre du « penser l’éducation » pour la noblesse du royaume. Elle préfigure à elle seule bien d’autres écoles à venir et l’émergence d’une nouvelle image d’une noblesse mieux à même de remplir les fonctions qu’exige le renforcement de l’appareil d’État.

Bibliographie

54Sources manuscrites

BnF, Manuscrits français, 17310, f. 113r-124v.

BnF, Manuscrits français, 18828, 679-692.

BnF, Manuscrits français, 23067, f.189, 195r-206v.

Archives Affaires étrangères France :

845, f. 161, 162 : Lettre de M. Le Rivaux à Richelieu.

845, f. 169, 170 : Lettre de M. Le Goux de la Berchère à M. Legras.

Archives Historiques Nationales Madrid :

Section Inquisition. Tribunal de Lima. Livre 1032

Nicolas Legras (79 r-106a)

55Sources imprimées

L’Academie Royale de Richelieu à son Eminence, 1640 (?), BnF, Réserve, 8-Lk 7-8276

Declaration du Roy, portant establissement d’une Academie & College Royal en la ville de Richelieu, & les Privileges attribuez à icelle. Ensemble mes statuts et les reglemens de ladite Academie, Paris, chez Pierre Rocolet, 1641, Archives Nationales, AD VII 2-dossier 2B, pièce 8 ; Bibliothèque Mazarine, 13732, f .78 r et suiv ; BnF, Manuscrits français, 18828, 435r-446v.

L’Academie Royale à son Eminence, 1642, Bibliothèque municipale de La Rochelle, cote 18315 C ; Bibliothèque Sainte –Geneviève, 4 Q 1019 INV 553 RES ; Bibliothèque de l’Arsenal, 4-H-8289.

Haut de page

Notes

1 L’Academie Royale à son Eminence, 1642, Bibliothèque municipale de La Rochelle, cote 18315 C. Harangue faite à l’installation et ouverture de l’Academie ou College Royal de Riche-Lieu par le Sieur Intendant d’icelle, p. 41-42.

2 Les Papiers de Richelieu, Tome 1 (1624-1626) par Pierre Grillon, Pedone, 1975, p. 267.

3 Ibid., p. 268.

4 Ibid., p. 268.

5 Archives Historiques Nationales Madrid, Section Inquisition. Tribunal de Lima. Livre 1032 Nicolas Legras, 89r . Texte en espagnol. Nous traduisons.

6 Idem.

7 L’Academie Royale à son Eminence, 1642, Bibliothèque municipale de La Rochelle, cote 18315 C. Harangue faite à l’installation et ouverture de l’Academie ou College Royal de Riche-Lieu par le Sieur Intendant d’icelle, op. cit., p. 4.

8 Nicolas Faret, Projet de l’Académie : pour servir de préface à ses status, éd. Jean Rousselet, Université de Saint-Etienne, 1983 (contient la reprod. en fac-sim. de l’éd. de Paris, Camusat, 1634, p. 18.

9 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, 1642 ; op. cit., p. 103-104.

10 Harangue faite à l’installation et ouverture de l’Academie ou College Royal de Riche-Lieu par le Sieur Intendant d’icelle, op. cit., p. 29-30.

11 Déclaration du roy pour establissement d’une Academie ou college Royal en la ville de Richelieu & les Privilèges attribués à icelle, p. 51.

12 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, op. cit., p. 22.

13 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, 1642, « statuts et réglemens » ; p. 60.

14 Ibid., p. 56-57.

15 L’Académie Royale de Richelieu à son Eminence, 1642, op. cit., p. 119-120.

16 Ibid., p. 120-122.

17 François de Grenaille, L’Honneste garçon ou l’Art de bien élevé à la vertu, aux sciences et à tous les exercices convenables à sa condition..., Paris, T. Quinet, 1642, Livre II, chapitre 6, p. 165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gaborit, « L’Académie Royale de Richelieu, entre collège, académie(s) et université ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 02 | 2021, mis en ligne le 12 avril 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8717 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8717

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search