Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral02Académies siennoises et monde uni...

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. à ce propos les propos de Riccardo Bruscagli, Nel salotto degli Intronati, Introduzione a Girol (...)
  • 2 La bibliographie sur le théâtre à Sienne est très riche. Voir au moins Daniele Seragnoli, Il Teatro (...)
  • 3 Voir les travaux de Mario Ascheri, Siena nel Rinascimento : istituzioni e sistema politico, Sienne, (...)

1L’historiographie des rapports entre Université et Académie à Sienne, à l’époque moderne, se caractérise par une forme de déséquilibre, dans la mesure où les études se sont concentrées principalement sur la production théâtrale de l’académie des Intronati, parfois en opposant l’académie à d’autres lieux de culture1. Ainsi, les spécialistes posent-ils depuis longtemps un regard figé sur la culture urbaine de Sienne, que l’on a abordée par l’académie, plus que par le Studio. Dans ce cadre, le théâtre des Intronati et des Rozzi a concentré l’attention des commentateurs, au détriment d’autres formes d’expression et d’autres cercles académiques2. Enfin, la période qui couvre la première moitié du xvie siècle a été négligée au profit du Trecento, du Quattrocento et de l’analyse des tensions politico-militaires qui se conclurent avec la chute de la république3.

  • 4 Marzia Pieri, Introduzione à Marzia Pieri (dir.), Gl’Ingannati, Sienne, Accademia degli Intronati, (...)

2L’étude qui suit se focalise au contraire sur la première partie du xvie siècle, avec pour but de montrer comment l’analyse des rapports entre académies et université permet de mieux rendre compte de la complexité du réseau culturel siennois. Cette perspective comparatiste vise à libérer nos deux objets d’étude des grilles de lecture traditionnellement appliquées. S’il est indiscutable que Sienne est « l’un des centres de formation du théâtre européen »4, le propos est ici de contextualiser cette floraison théâtrale à l’intérieur d’un paysage culturel plus large, dont les acteurs principaux sont les académies, l’université et les pouvoirs locaux – tant politiques que religieux. L’intrication de ces différentes instances donne en effet naissance à un programme culturel fortement soutenu par ces pouvoirs et animé par des personnalités actives tant dans les académies que dans l’université.

La culture de la mise en scène entre Académie et Université

  • 5 Riccardo Terziani, Il Governo di Siena dal Medioevo all’Età Moderna. La continuità repubblicana al (...)

3Lorsque l’académie des Intronati voit le jour en 1525, Sienne se trouve à un tournant de son histoire. Cette date marque aussi la fin d’une expérience politique commencée en 1487 et dominée par la famille Petrucci. La pratique de gouvernement de cette dynastie n’avait rien d’original ou de spécifiquement siennois dans la mesure où elle reconnaissait les magistratures existantes, tout en les manœuvrant habilement. Les nominations des enseignants au Studio participaient également de cette politique faite de personnes, plus que de nouvelles institutions. En ce sens, la rupture de 1525 doit se comprendre dans le bouleversement du jeu d’équilibre des différents acteurs de la vie politique, alors que l’assise républicaine du gouvernement citadin, jamais brisée malgré la conduite seigneuriale du clan Petrucci, est revivifiée par un élargissement du régime d’assemblée5.

  • 6 Voir Léo Kosuta, « L’Académie siennoise : une académie oubliée du xvie siècle », Bullettino Senese (...)
  • 7 La population de Sienne et du proche contado compte 19.300 habitants pour la période 1501-1510, déj (...)

4Au demeurant, l’expérience académique n’était pas inédite pour la ville qui, en 1525, allait chercher à placer sa liberté sous la protection de Charles Quint. L’existence d’une académie dite « La Grande » est documentée par plusieurs sources, que les études de Leo Kosuta ont éclairées d’un nouveau jour6. Dotée d’une devise (« Sapiens dominabitur astris ») et d’une enseigne propre (un globe entouré de deux serpents entrelacés), cette académie eut une vie propre, distincte de celle des Intronati. Son existence est établie dès la deuxième décennie du xvie siècle, à un moment de grande effervescence culturelle et sociale. Entre 1487 et 1525, Sienne connaît en effet une progression démographique, atteignant le nombre de 23.500 habitants dans les années 1511-15207. Des ateliers d’imprimerie s’installent dans la ville, des représentations théâtrales voient le jour.

  • 8 Voir Giulia Ceriani Sebregondi, Architettura e committenza a Siena nel Cinquecento. L’attività di B (...)

5La suprématie des Petrucci change le visage de la ville, non seulement par la surimposition du masque républicain sur des pratiques seigneuriales, mais aussi par le travail concret de transformation et construction qui modifie une grande partie du tissu urbain. Decorum et magnificentia sont les maîtres mots d’une politique architecturale vouée à l’exaltation des Petrucci et des familles fidèles.8 Reste, pour le peuple, l’éphémère étincelle des fêtes de Carnaval : le visage masqué, dans un tourbillon de jeux savamment orchestrés par Antonio da Venafro, le conseiller de Petrucci que Machiavel admirait, les Siennois – tant riches que pauvres – y couraient en masse, avec des étudiants venus de toute Europe :

  • 9 « Correva il Carnevale, e per publico e privato divertimento si facevano vedere mascherati i cittad (...)

C’était le Carnaval et, pour le divertissement public et privé, les habitants de la ville, sans distinction de sexe et de condition, en grand nombre, se promenaient déguisés ; l’on mettait en scène allègrement les veilles et les festins, les scènes théâtrales et les comédies ; les jeunes gens s’amusaient par le jeu de la balle et de la pugna, selon la coutume ancienne des Siennois ; et les étudiants, qui étaient à Sienne à l’époque très nombreux, avaient préparé pour les spectateurs le divertissement d’une superbe chasse aux taureaux […]. Borghese Petrucci était le promoteur de la fête […]. A l’origine de telles célébrations il y avait non seulement le jeune âge de Borghese, et sa nature même, mais aussi et peut-être surtout la stratégie politique avisée de Venafro, dont le but était de maintenir le peuple siennois dans le divertissement, l’empêchant ainsi de songer aux moyens de destituer Borghese du gouvernement de la république.9

  • 10 En 1533, on dénombre 242 inscrits : ce nombre, exceptionnel pour l’époque, doit être apprécié en te (...)
  • 11 Sur cette Accademia Grande voir supra, note 6. Sur Claudio Tolomei, voir la monographie de Luigi Sb (...)

6L’université siennoise bénéficie également de cette période de prospérité. Plusieurs pages des Mémoires de Giovanni Antonio Pecci (1693-1768) relatives à ces années mentionnent la « numerosissima scolaresca » résidant à Sienne. Bien que nous ne disposions pas de chiffres exacts, l’hypothèse que le nombre des étudiants suivait la courbe démographique de la population citadine permet de subodorer que la ville comptait au tournant du xvie siècle environ 200 étudiants, principalement étrangers10. C’est dans ce contexte qu’il faut placer le magistère universitaire de certains académiciens de l’académie dite «  La Grande » comme Lancillotto Politi (enseignant de 1505 à 1513), son frère Giovanni Battista (enseignant de 1519 à 1542) ou encore, et surtout, Claudio Tolomei, l’un des protagonistes du débat linguistique du Cinquecento11. Celui-ci fut nommé, en 1516, lecteur « extraordinaire », puis, en 1517, lecteur « in iure civili », avant de quitter Sienne en 1518.

  • 12 Vasari, en particulier, a laissé un éloge de Pollastra : cf. Giorgio Vasari, Le Vite de’ più eccell (...)
  • 13 Leo Kosuta, L’Académie siennoise, p. 134-135 ; Louise George Clubb, Pollastra, p. 19-20.

7Les étudiants de l’université étaient, quant à eux, très impliqués dans la création de ces spectacles, comme cette chasse aux taureaux du carnaval de 1516 décrite dans le passage cité des Mémoires de Pecci. L’année suivante, les scholares préparèrent une comédie, représentée dans la salle du Consistoire du Palais Public. Le titre de cette pièce est Parthenio, œuvre de l’humaniste Giovanni Lappoli, dit le Pollastra (1465-1540). Exilé pour des raisons politiques de sa ville natale d’Arezzo, Pollastra s’était réfugié à Sienne et était devenu l’instituteur des enfants d’Anton Maria Cinughi, l’un des plus proches collaborateurs de Pandolfo Petrucci. À Arezzo, Pollastra était professeur de grammaire de l’école publique et eut parmi ses élèves l’Arétin et Giorgio Vasari12. L’Arétin séjourna également à Sienne et fut inscrit à l’académie désignée comme la Grande : l’amitié entre les deux compatriotes est avérée et il est probable que Pollastra fût également invité à participer aux réunions de cette académie13.

  • 14 Commedia elegantissima del facundissimo homo Messer Giovanni Pollastra aretino recitata già per l’U (...)
  • 15 Commedia elegantissima in prosa nuovamente composta per messer Bernardo da Bibbiena. Intitulata ‘Ca (...)

8Parthenio, « comedia elegantissima », fut imprimée à Sienne en 1520, dans l’atelier de Michelangelo di Bartolomeo Fiorentino «  à la demande de Giovanni di Alexandro libraire »14. Le promoteur de cette édition était Giovanni Landi, « libraio et bidello alla Sapienza ». Pendant les années où le gouvernement de la ville fut dominé par le clan Petrucci, plusieurs ateliers d’imprimeurs firent de Sienne un centre de diffusion majeure et le tandem formé par Landi et Michelangelo Fiorentino fut sans doute le moteur principal de cette dynamique. Le titre de bidello (« concierge », au sens de gestionnaire des locaux) qui était celui de Giovanni Landi n’était pas sans importance et les Landi le portèrent de père en fils pendant des générations. L’implication parallèle d’un homme détenant cette charge au sein de la Sapienza dans des activités de librairie témoigne de l’imbrication des milieux de l’Université et de ceux de l’édition à Sienne durant cette période. En 1521, par exemple, Giovanni Landi commande à Michelangelo di Bartolomeo la première édition de la Calandria, la célèbre pièce du cardinal Bernardo Dovizi da Bibbiena. Saluée pour sa modernité dès la première représentation à Urbino en 1513, Calandria avait été produite à Rome l’année suivante, sur les ordres de Léon X, à l’occasion de la visite d’Isabella d’Este15.

  • 16 Rosmunda di Misser Giovanni Rucellai patritio fiorentino, et della rocca di Adriano difensore fidel (...)
  • 17 « another of Landi’s coups printed in Siena in these years », Louise George Clubb, Pollastra, p. 16

9En 1525, Giovanni Landi publia la première édition de la tragédie Rosmunda de Giovanni Rucellai (14725-1525), dans le mois qui suivit la mort de son auteur16. Louise George Clubb suppose également que l’editio princeps de la Mandragola de Machiavel, publiée sans lieu ni date, est « un autre coup de Landi, imprimé à Sienne pendant ces années »17. En effet, les caractères et le type de frontispice de cette impression sont les mêmes employés pour d’autres éditions de Landi, dont le Parthenio.

10Si l’évolution de ce public de spectateurs en public de lecteurs fut rendue possible par l’essor de l’imprimerie à Sienne, il n’est pas invraisemblable d’imaginer, parmi ces lecteurs, les futurs acteurs et fondateurs des Intronati.

La naissance des Intronati

  • 18 Sur la naissance des Intronati, voir notre article, « Accademie senesi : tramonto e alba di una res (...)

11Cependant, le développement des Intronati se situe dans un contexte différent18. L’émergence de cette académie est en effet inséparable du commencement d’une nouvelle saison politique pour la république : l’année 1525 marque en effet aussi bien la naissance des Intronati que la fin de l’époque dominée par le clan Petrucci. Après la défaite française de Pavie (24 février 1525), Sienne, qui avait jusqu’alors maintenu une alliance stratégique avec le pape Clément VII, passe dans le camp impérial, comme l’y incitait sa longue tradition gibeline. Le vieux groupe dirigeant est balayé par un sanglant coup d’État et des jeunes, nés au tout début du siècle, majoritairement inscrits au Monte dei Popolari, occupent des places de premier plan dans le nouvel appareil politique. Nombre d’entre eux appartiennent à l’académie des Intronati et sont issus de la puissante famille des Piccolomini, comme Mario Bandini Piccolomini, chef de file des Popolari, et son frère Francesco, archevêque de Sienne.

  • 19 Voir sur ce point Judith Hook, Siena : a City and its History, London, Hamilton, 1979 ; Juan Carlos (...)

12Commence alors ce que l’on pourrait définir comme une lune de miel au sein des relations tumultueuses de la cité avec Charles Quint. La cité toscane attendait de l’empereur la protection de sa liberté, notamment par rapport aux ambitions florentines, mais en espérait aussi une impulsion en ce qui concernait la réforme de l’Église. Même le sac de Rome n’arriva pas à ternir, à Sienne, l’image de Charles Quint. Cependant, entre 1529 et 1530, l’empereur opta pour un changement de stratégie qui rendit la situation de Sienne extrêmement délicate. D’un côté, Charles Quint s’engagea auprès du pape Clément VII à faire retourner les Médicis à Florence, et envoya les troupes impériales soutenir les forces médicéennes pendant le siège de cette ville ; de l’autre, la cité gibeline ne pouvait plus s’opposer au pape Médicis, dès lors qu’en raison de son alliance avec Charles Quint, elle se trouvait sollicitée d’envoyer en renfort ses propres compagnies militaires19.

  • 20 « Haec urbs (mihi crede) nullos habet viros, ex quibus possit haurire quod velit avidum illud ingen (...)
  • 21 G. Minnucci et L. Kosuta, Lo Studio di Siena, p. 318.

13Les premiers pas de l’académie des Intronati se situent dans ce contexte très tendu et ses premières productions théâtrales se distinguent par une exceptionnelle neutralité politique, qui reflète la recherche d’un équilibre et d’un compromis entre les factions qui se partageaient Sienne (les Monti), et les partisans de l’Empereur et du Pape. Les tensions internes à la ville provoquent, à partir des années 1530, une série d’interdictions de réunions, de fêtes, de célébrations, qui affecte les académies. Ces moments d’inactivité rendent la culture urbaine de ces années-là plus opaque pour nous. Aonio Paleario, membre de l’Accademia Grande et personnalité importante pour comprendre la pénétration de l’hétérodoxie religieuse à Sienne, s’exprimait ainsi dans une lettre à un ami datant de 1543 : « Dans cette ville, crois moi, il n’y a personne qui puisse étancher la soif d’apprendre de quelqu’un comme toi »20. Faut-il en conclure que Sienne vivait là une époque de décadence inéluctable ? Ou ne faudrait-il pas, au contraire, redimensionner les propos de Paleario, qui écrivait après avoir reçu une réponse négative à sa candidature à la chaire de rhétorique à l’université21 ?

  • 22 « guazzabuglio e confusione di repubbliche », Benedetto Varchi, Storie fiorentine, Colonia, 1721, t (...)
  • 23 Curzio Mazzi, La Congrega de’ Rozzi di Siena nel secolo xvi, Firenze, Le Monnier, 1882 ; Giuliano C (...)
  • 24 Pascale Dubus, Politiques de la représentation de la mort : la république, le peintre, l’empereur. (...)
  • 25 Giovanni Minnucci et Leo Kosuta, Lo Studio di Siena, p. 38.

14Bien que Sienne ait pu apparaître, selon l’expression de Benedetto Varchi comme une « république de désordre et de confusion »22 établir un lien de causalité entre la crise politique et économique et le sommeil des académies relève d’une perspective téléologique qui présuppose que la perte de la liberté républicaine et la défaite face à Florence étaient le seul dénouement possible aux problèmes de la ville. Or, dans la cité, où des cercles culturels ne cessaient de se former malgré les interdits – par exemple la Congrega dei Rozzi, en 153123 – et où Domenico Beccafumi exerçait activement son métier de peintre24, la vie culturelle était aussi animée par une université qui continuait d’attirer des étudiants de l’Europe entière. La fermeture de l’université de Pise en 1528 et une certaine tolérance à l’égard des idées réformées contribuaient à rendre l’université siennoise particulièrement attractive, comme en témoignent les 242 étudiants inscrits pour l’année 1533 et les 500 qui furent matriculés pendant l’année 154225.

  • 26 Voir Valerio Marchetti, Gruppi ereticali, p. 47.

15Quant aux interdictions de réunions, elles étaient ponctuellement suspendues et notamment au profit des Intronati, à qui la Balia de Sienne confia la préparation d’une comédie à l’occasion de la visite de Charles Quint, initialement prévue pour 1530, puis renvoyée à 1536. On peut s’interroger sur les raisons qui poussaient le gouvernement siennois à s’appuyer sur l’académie des Intronati. Une réponse possible est portée par le projet de synthèse qui animait l’activité de cette académie et qui faisait de contrepoint à la politique d’équilibre prônée par le gouvernement. Dans leur recherche d’un point d’équilibre entre des partis opposés, les « Intronati » comptaient parmi leurs membres des sympathisants de la Réforme et ce fut justement l’archevêque de Sienne, Francesco Bandini Piccolomini, académicien Intronato sous le pseudonyme du Scaltrito, qui fit preuve de clémence à l’égard d’Aonio Paleario, lorsqu’il fut accusé d’hérésie26. Par ailleurs, les mêmes Intronati eurent le souci d’ouvrir leurs portes aux représentants espagnols, en accueillant parmi eux les ministres envoyés par Charles Quint. Le plurilinguisme, qui est l’un des traits distinctifs de leur théâtre, est aussi la marque cette ouverture : car c’est pour permettre la compréhension de la trame à un public composé des principaux acteurs de la vie civile de l’époque, que les acteurs de la scène académique s’exprimaient en plusieurs langues (surtout en toscan et en espagnol).

  • 27 La bibliographie sur la « question de la langue » en Italie est très riche : voir, entre autres, Ma (...)

16L’analyse de ce qu’on appelle en Italie la « question de la langue » permet de préciser davantage la nature des relations entre académies et universités. Par cette formule, on pointe un ensemble de débats qui font suite à la crise du monopole du latin dans l’Europe savante et ouvrent sur une réflexion intensive sur la langue vulgaire. La « question de la langue » commence dès le Quattrocento, mais ces débats sont particulièrement intenses pendant la période 1525-1530. La « question » touchait la manière de penser les rapports entre la langue de l’art, le latin cicéronien des humanistes, et la ou les langues vivantes, dont l’usage couvrait désormais non seulement la parole oralisée, mais aussi la parole écrite. De là, un grand questionnement sur les modèles sur lesquels régler cette langue et sur le nom à lui donner : toscane ? florentine ? italienne ? courtisane ?27

  • 28 Leo Kosuta, « Siena nella vita e nell’opera di Marino Darsa », Ricerche slavistiche, 9, 1961, p. 67 (...)
  • 29 « […] nel tradurre d’una lingua in altra: perché, oltre che si pone in opera la forza della sua lin (...)
  • 30 La figure et les œuvres de Bartolomeo Carli Piccolomini sont au cœur de notre thèse de doctorat, Le (...)

17Or les étudiants étrangers qui s’inscrivaient à l’université de Sienne y suivaient des cours en latin, et notamment des cours de droit. Cet intérêt pour la discipline reine de la culture laïque de l’époque tenait à l’origine et aux besoins-mêmes des étudiants : ceux-ci appartenaient en majorité à des familles de la robe, et ils se destinaient à une carrière administrative ou parlementaire. Cette situation permet d’envisager d’une autre manière l’investissement dans le théâtre académique de certains de ces étudiants étrangers, comme le croate Marino Darsa. Les études de L. Kosuta ont bien dégagé la valeur de ce personnage, présent à Sienne pendant les années 1530-1540. Sa trajectoire est exemplaire de la manière dont ces étudiants étrangers s’appropriaient la langue vivante de la cité universitaire toscane28. Tout se passe en effet comme si la part proprement italienne de leur séjour à Sienne avait lieu sur scène, où ils pouvaient réciter en toscan, mesurer la « force de <la> langue […] et en tirer le suc pour revigorer leur propre langue », selon l’expression de Bartolomeo Carli Piccolomini29. La trajectoire de ce dernier personnage illustre au demeurant de façon exemplaire l’imbrication entre les académies, l’université et les principaux lieux de pouvoir à Sienne, sur fonds de « question de la langue »30.

Académies et université dans la « question de la langue » : le cas de Bartolomeo Carli Piccolomini (1503-1538)

  • 31 Rita Belladonna, « Cenni biografici », p. 509. 
  • 32 Léo Kosuta affirme que Carli Piccolomini fut membre de la seule académie Grande : « il ne figure su (...)

18Né en 1503 et mort en 1538, issu d’une branche de la vaste famille des Piccolomini, Bartolomeo Carli fut un homme politique de premier plan : plusieurs fois élu au gouvernement de sa ville, il fut chancelier de la république en 152931. Les lieux d’activité de Carli Piccolomini ne furent néanmoins pas seulement le Palais, mais encore les académies et l’université. Son appartenance aux deux académies de son temps, l’Accademia Grande et celle des Intronati, est en effet bien documentée32.

  • 33 Archivio di Stato di Siena, Studio, n. 20 : « In humanità : Messer Iacomo Eterno, Messer Leonardo N (...)

19En parallèle avec ces fréquentations académiques, Carli fut parmi les candidats au poste de professeur « in iure civili » à l’université, en 1535, alors qu’il était déjà en poste pour assurer le cours « in humanità »33. Le titre de « Messere » qui accompagne systématiquement son nom dans les actes officiels, laisse penser qu’il a dû obtenir un titre universitaire au cours de sa formation, même si la documentation à ce sujet manque, tout au moins dans les registres du Studio siennois.

  • 34 L’œuvre a fait l’objet d’une édition : Bartolommeo di Pietro Carli Piccolomini, Commento sopra la c (...)

20Parmi ses écrits, le Commento sur la chanson « Hotti donato il cor di buona voglia », sans doute écrit en 1525, est intéressante à plus d’un titre pour l’analyse de rapports entre académies et universités à Sienne au xvie siècle.34 D’une part, ce texte peut être considéré comme un travail académique, dans la mesure où au moins l’un de ses deux dédicataires, Alessandro Guglielmi, appartenait aux Intronati. D’autre part, le Commento illustre bien la prise de position de Carli par rapport à la dialectique entre latin et langue vulgaire, en mettant en évidence sa volonté de privilégier la seconde. En dernier lieu, cette prise de position est d’autant plus intéressante qu’elle est assumée par un homme qui fréquentait en même temps deux mondes et usait journellement de deux langues : le latin à l’Université, le toscan dans les académies.

  • 35 « secondo il costume degli accademici, poteva copiosamente dire in un subbito sopra qualunche cosa (...)

21L’occasion à l’origine du Commento est la réunion d’un groupe jeunes gens appartenant à la noblesse siennoise : un nombre non précisé de jeunes filles, auxquelles se joignent Carli Piccolomini et deux autres jeunes hommes, Alessandro Guglielmi et Benassai Finetti. Si la référence à Boccace est évidente, la matière des échanges est différente car, au lieu de se délecter de contes, les devisants siennois s’adonnent à la poésie et plus précisément à la lecture et à l’illustration de quelques morceaux choisis. Sur l’invitation de l’une des jeunes filles, Carli doit en effet composer une leçon sur cette chanson, précédemment mentionnée, « Hotti donato il cor di buona voglia ». Cet exercice relève des pratiques académiques. Comme le dit Alessandro Guglielmi dans l’oraison prononcée à l’occasion de la mort de Carli Piccolomini, l’ami défunt « pouvait, selon l’habitude des académiciens, s’exprimer immédiatement et avec faconde sur n’importe quel sujet »35.

  • 36 « E con ciò sia che assai opportuna occasione mi è concessa di far quello che ho molte volte deside (...)
  • 37 La diffusion des théories néo-platoniciennes dans le cercle florentin de Marsile Ficin avait permis (...)
  • 38 « A voi, o giovene amanti, non potrei giammai dir di quante utilità vi sia cagione la materna eloqu (...)
  • 39 « havuto rispetto a quelle, molto non posson né attendere, né intendere », Commento, p. 24.

22L’œuvre se présente comme un jeu : un commentaire érudit sur une chanson d’amour, anonyme, ancienne et populaire, dont la médiocre valeur littéraire est comme ultérieurement dépréciée par le fait d’avoir été longtemps sur la bouche de tous. Cependant, l’enjeu est très sérieux, la défense du vulgaire (soit ici du toscan) est l’objectif clairement affiché : « voilà une bonne occasion de faire ce que j’ai maintes fois désiré : c’est-à-dire, montrer que ceux qui osent réprimander la langue toscane ont tort »36. La manière préconisée pour atteindre cet objectif mérite l’attention : pour Carli, en effet, la force et la beauté du toscan sont d’autant plus considérables que cette langue est capable, par la prose, d’ennoblir une poésie anonyme et populaire, mais qui est apte à se racheter justement parce qu’elle est écrite en toscan. Au-delà des implications plus techniques que cette prise de position entraîne à l’intérieur du débat sur la langue, notamment par rapport aux théories de Pietro Bembo, il importe ici de souligner la manière de procéder par paradoxes et par catégories apparemment opposées, mais qui, chez Carli, deviennent les ingrédients d’un « accomodamento » (accommodement), pour reprendre l’un des termes qu’il emploie le plus fréquemment. Par exemple, tout en défendant le toscan, Carli préconise la maîtrise du latin et du grec. Par ailleurs, par le choix de commenter une chanson ancienne sur une thématique amoureuse, la langue devient également un objet d’étude historique et sociale. Concernant le premier point, le toscan est décrit comme une langue « moderne », qui a néanmoins une origine et un passé illustre, représenté par les « Trois Couronnes » (Dante, Pétrarque et Boccace), avec lequel elle doit composer. Quant à la dimension « sociale » de la langue, le point décisif est que, selon Carli, tous les sujets peuvent être traités en toscan. À ce propos, le Commento offre une réflexion philosophique sur l’amour, à partir d’une chanson populaire, expliquée selon « i platonici philosophanti » (les philosophes platoniciens)37. Or si tous les sujets peuvent être traités, tous les publics peuvent être touchés : dans les Commento, les femmes sont ce public privilégié. En regrettant que les jeunes femmes n’aient pas accès aux « lettere », c’est-à-dire au latin et au grec, Carli élargit sa réflexion au domaine de la formation des jeunes38. Il y a là une question implicite : quels sont les lieux de formation et pour quelle formation ? L’Université, où l’on parle latin et l’on écrit en latin ? L’Académie, où l’on parle le toscan autant, si ce n’est plus, qu’on ne l’écrit ? Pour les jeunes filles, le seul espace de formation possible est certainement cette même « lieta e piacevole brigata » (« plaisante et agréable assemblée »). Il n’est pas invraisemblable que Carli ait imaginé un « accomodamento » également dans ce domaine, peut-être sous la forme d’une « académie universitaire », ouverte au vulgaire et aux femmes. Mais, concernant ces dernières, il convient dans son esprit d’agir avec modération. Car même s’il est facile de se proclamer platonicien en matière d’amour, un vieux fonds aristotélicien paraît persister chez Carli, le portant à conclure à propos des femmes que « sauf le respect qu’on a pour elles, elles ne peuvent ni faire, ni entendre beaucoup » !39

Conclusion

23Le paradoxe, l’oxymore comme socle d’une culture urbaine – voilà ce qui se dessine pendant ces années 1525-1545, où le Studio et l’académie des Intronati se développent sur fonds d’une situation politique rendue de plus en plus difficile par la détérioration des rapports avec l’Empire. Le plus emblématique de ces oxymores apparaît encore une fois dans une histoire d’amour : la « libera fedeltà » (« libre fidélité ») dont il est question dans l’Amor costante (I, 13), la pièce écrite par Alessandro Piccolomini et préparée par les Intronati à l’occasion de la visite de Charles Quint à Sienne, en 1536. Car l’histoire entre Sienne et l’empereur fut tout autre chose qu’une histoire d’amour constant – et, en fin de compte, la haine l’emporta.

  • 40 Diomede Borghesi, Orazioni accademiche, Carlo Caruso (dir.), Sienne, Edizioni ETS, 2009.
  • 41 « Ay mucho mal en Siena – écrivait Emanuele Sà, ambassadeur espagnol en 1559 – pùblicamente se sabe (...)

24Et les relations entre les académies et l’université ? S’agit-il d’un autre oxymore ? En réalité, l’imbrication entre les deux mondes se réalisa, sous le signe de la langue, comme le suggérait justement le Commento de Carli : en 1588, Ferdinand Ier des Médicis ouvre à l’université de Sienne l’enseignement de la « tosca favella » (« la langue toscane »). Il s’agit de la première chaire universitaire consacrée à l’étude d’une langue « moderne » en Europe40. Par ailleurs, les académies siennoises restèrent toujours très ouvertes au public féminin. Pour le reste, l’histoire des assemblées académiques est ponctuée, à Sienne, comme ailleurs, de silences dus à la disparition subite de groupuscules éphémères, ou aux interdictions dictées par des précautions d’ordre politique ou religieux : « Il y a beaucoup de mal à Sienne – écrivait Emanuele Sà, ambassadeur espagnol en 1559 –, tout le monde sait qu’il y a beaucoup d’hérétiques et certains ont pensé de dénoncer l’académie »41.

25Imposée par Côme Ier, la fermeture des académies siennoises en 1568, condamne ces institutions à une longue période d’inactivité, jusqu’en 1603. Il faut y voir une confirmation de la nouvelle condition de Sienne depuis 1555, soit d’une ville qui a perdu sa liberté. Cependant, tout en gravitant autour de l’orbite médicéenne, Sienne continua de vivre dans son propre monde. Sans doute, au fil des années, les Intronati s’identifièrent de plus en plus à leur devise, qui invitait à « De mundo non curare » (« Du monde, n’avoir cure »), comme le suggère le désengagement politique qui caractérise leur production théâtrale ultérieure, après l’Amor Costante. Les échanges entre les académies et l’Université ne cessèrent pas pour autant, d’autant que pendant longtemps les Intronati eurent leur siège à l’intérieur même de l’Université. Aujourd’hui encore, ces locaux constituent pour les Siennois le lieu de mémoire de l’académie, puisqu’ils abritent actuellement la Bibliothèque municipale, également connue sous le nom de « Biblioteca Comunale degli Intronati ». Rares sont en revanche ceux qui savent que ces locaux accueillaient autrefois l’université dont seul le nom de la rue où se trouve cette bibliothèque – via della Sapienza – a gardé la mémoire.

Haut de page

Notes

1 Cf. à ce propos les propos de Riccardo Bruscagli, Nel salotto degli Intronati, Introduzione a Girolamo Bargagli, Dialogo de’ giuochi, Sienne, Accademia degli Intronati, 1982, p. 22 : « Ce n’est pas l’espace de l’école ou celui du Studio, ni l’espace de la Cour dont relève la culture académique siennoise, mais bien celui de la ‘veille’, ou, si l’on veut, celui du ‘salon’ » [« Non lo spazio della scuola o dello Studio, né quello della corte, compete alla cultura accademica senese : bensì quello della ‘veglia’ appunto, o se vogliamo ‘del salotto’ »].

2 La bibliographie sur le théâtre à Sienne est très riche. Voir au moins Daniele Seragnoli, Il Teatro a Siena nel Cinquecento. "Progetto" e "modello" drammaturgico nell’Accademia degli Intronati, Rome, Bulzoni, 1980 ; Laura Riccò, Giuoco e teatro nelle veglie a Siena, Rome, Bulzoni, 1993 ; du même, La Miniera accademica. Pedagogia, editoria, palcoscenico nella Siena del Cinquecento, Rome, Bulzoni, 2002 ; Richard Andrews, « Il contributo senese al teatro europeo », Bullettino Senese di Storia Patria, 117, 2010, p. 494-523 ; Marzia Pieri, « Fra vita e scena. Appunti sulla commedia senese cinquecentesca », Bullettino Senese di Storia Patria, p. 118-119, 2012, p. 370-96. En revanche, les travaux sur l’université siennoise sont moins nombreux : Lodovico Zdekauer, Lo Studio di Siena nel Rinascimento, Milan, Hoepli, 1894 ; Giovanni Minnucci et Leo Kosuta, Lo Studio di Siena nei secoli xiv-xvi. Documenti e notizie biografiche, Milan, 1989.

3 Voir les travaux de Mario Ascheri, Siena nel Rinascimento : istituzioni e sistema politico, Sienne, Il Leccio, 1985 ; « Siena nel primo Quattrocento. Un sistema politico tra storia e storiografia », dans Mario Ascheri et Donatella Ciampoli (dir.), Siena e il suo territorio nel Rinascimento, Sienne, 1986, t. I, p. 1-53 ; L’ultimo statuto della Repubblica (1545), Sienne, Accademia degli Intronati, 1993 ; « Assemblee, democrazia comunale e cultura politica : del caso della repubblica di Siena (secc. xiv-xv) », dans Luigi Borgia, Francesco de Luca, Paolo Viti, Raffaella Maria Zaccaria (dir.), Studi in onore di Arnaldo D’Addario, Lecce, Conte, 1995, t. IV, p. 1140-1155. Sur la guerre de Sienne, voir Roberto Cantagalli, La Guerra di Siena (1552-1559), Sienne, Accademia Senese degli Intronati, 1962.

4 Marzia Pieri, Introduzione à Marzia Pieri (dir.), Gl’Ingannati, Sienne, Accademia degli Intronati, 2009, p. 11.

5 Riccardo Terziani, Il Governo di Siena dal Medioevo all’Età Moderna. La continuità repubblicana al tempo dei Petrucci (1487-1525), Sienne, Betti, 2002.

6 Voir Léo Kosuta, « L’Académie siennoise : une académie oubliée du xvie siècle », Bullettino Senese di Storia Patria, 87, 1980, p. 123-156.

7 La population de Sienne et du proche contado compte 19.300 habitants pour la période 1501-1510, déjà en augmentation par rapport au siècle précédent ; entre 1521 et 1530 on dénombre 23.300 habitants. La population diminue considérablement pendant les années suivantes : après la chute de la république, la ville ne compte plus que 13.700 habitants. Cf. Giuseppe Pardi, « La popolazione di Siena e del territorio senese attraverso i secoli », Bullettino Senese di Storia Patria, 30, 1923, p. 85-132 et 32, 1925, p. 3-62.

8 Voir Giulia Ceriani Sebregondi, Architettura e committenza a Siena nel Cinquecento. L’attività di Baldassarre Peruzzi e la storia di palazzo Francesconi, Siena, Accademia Senese degli Intronati, 2011.

9 « Correva il Carnevale, e per publico e privato divertimento si facevano vedere mascherati i cittadini d’ogni sesso e condizione in gran novero, si rappresentavano con somma allegria le veglie e i festini, le teatrali comparse, e le commedie ; si divertivano i giovani nel giuoco del pallone e della pugna, antico costume tra ’ Sanesi : e la scolaresca, che numerosissima d’ogni nazione in Siena si ritruovava, diede agli spettatori il divertimento d’una superba caccia di tori […]. Borghese <Petrucci> era il promotore del brio […] Di tali procedure n’era cagione non solo la di lui giovenile età, e la naturale inclinazione, ma forse la più accorta politica suggeritagli dal Venafro, per tenere il popolo sanese divertito, e toglierli il pensiero di tramare, contro d’esso, alcun tentativo che potesse dal governo della repubblica rimuoverlo » (G. A. Pecci, Memorie storico-critiche della città di Siena, Sienne, Pazzini-Carli, 1755, vol. II, p. 17).

10 En 1533, on dénombre 242 inscrits : ce nombre, exceptionnel pour l’époque, doit être apprécié en tenant compte de la fermeture de l’université de Pise en 1528. La seule information relative à la population estudiantine avant cette date remonte à 1423, lorsque 115 étudiants se réunirent « in sala magni palatii » (cf. Giuliano Catoni, « Genesi e ordinamento della Sapienza di Siena », Studi senesi, 85, 1973, p. 174, n. 85 ; voir également Leo Kosuta, Introduzione, dans Giovanni Minnucci et Leo Kosuta, Lo Studio di Siena, p. 319).

11 Sur cette Accademia Grande voir supra, note 6. Sur Claudio Tolomei, voir la monographie de Luigi Sbaragli, Claudio Tolomei, umanista senese del Cinquecento: la vita e le opere, Sienne, 1939 ; pour son œuvre, voir au moins C. Tolomei, Il Cesano de la lingua toscana, édition critique revue et compétée par Ornella Castellani Pollidori, Florence, Accademia della Crusca, 1996.

12 Vasari, en particulier, a laissé un éloge de Pollastra : cf. Giorgio Vasari, Le Vite de’ più eccellenti pittori scultori ed architettori, Florence, Sansoni, 1881, t. VII, p. 7. Pour la fortune de Pollastra, voir Julian Kliemann, « Vasari, Pollastra e l’allegoria della ‘Concezione’ », dans Giorgio Vasari. Principi letterati e artisti nelle carte di Giorgio Vasari. Lo storiografo dell’arte nella Toscana dei Medici, Florence, 1981, p. 103-104 ; Robert Black, Humanism and Education in Renaissance Arezzo, « I Tatti Studies », 2, 1987, p. 171-237 ; Louise George Clubb, Pollastra and the origins of Twelfth Night. ‘Parthenio, commedia’ (1516) with an English Transalation, Ashgate, Farnham, 2010.

13 Leo Kosuta, L’Académie siennoise, p. 134-135 ; Louise George Clubb, Pollastra, p. 19-20.

14 Commedia elegantissima del facundissimo homo Messer Giovanni Pollastra aretino recitata già per l’Université dello Studio Senese nella sala dei Magnifici Signori nell’Anno 1516. Intitolata ‘Parthenio’, Siena, Michelangelo di bart. F. Ad Instantia di Giovanni di Alexandro Librario. A dì 14 di Septembre 1520.

15 Commedia elegantissima in prosa nuovamente composta per messer Bernardo da Bibbiena. Intitulata ‘Calandria’, Siena, per Michelangelo de’ Libri ad instantia di Giovanni Landi, 1521.

16 Rosmunda di Misser Giovanni Rucellai patritio fiorentino, et della rocca di Adriano difensore fidelissimo, Siena, per Michelangelo di Bartholomeo F., ad instantia di Giovanni di Alixandro libraro, a dì 27 aprile 1525.

17 « another of Landi’s coups printed in Siena in these years », Louise George Clubb, Pollastra, p. 16.

18 Sur la naissance des Intronati, voir notre article, « Accademie senesi : tramonto e alba di una respublica litteraria », dans The Italian Academies 1525-1700: Networks of Culture, Innovation and Dissent, Routledge (Legenda :“Italian perspectives” series), sous la direction de Jane Everson, Lisa Sampson et Denis Reidy, 2016, p. 53-61.

19 Voir sur ce point Judith Hook, Siena : a City and its History, London, Hamilton, 1979 ; Juan Carlos d’Amico, « Nemici e libertà a Siena : Carlo V e gli Spagnoli », dans Mario Ascheri et Fabrizio Nevola (dir.), L’ultimo secolo della repubblica di Siena. Politica e istituzioni, economia e società, Sienne, Accademia Senese degli Intronati, 2007, p. 107-139 ; Christine SHAW, « The return of Sienese exiles », Laboratoire Italien, 14, 2014, p. 13-30.

20 « Haec urbs (mihi crede) nullos habet viros, ex quibus possit haurire quod velit avidum illud ingenium tuum » (A. Palearii Verulani, Opera, Amsterdam, 1696, Ep. III, 16). Sur A. Paleario, voir G. Morpurgo, Un umanista martire. Aonio Paleario e la Riforma teorica italiana nel sec. xvi, Città di Castello, Lapi, 1912 ; Sergio Caponetto, Aonio Paleario (1503-1570) e la Riforma protestante in Toscana, Turin, Claudiana, 1979 ; Valerio Marchetti, Gruppi ereticali senesi, Florence, La Nuova Italia, 1975 ; Leo Kosuta, « Aonio Paleario et son groupe humaniste et réformateur à Sienne, 1530-1546 », Lias , 7, 1980, p. 3-59.

21 G. Minnucci et L. Kosuta, Lo Studio di Siena, p. 318.

22 « guazzabuglio e confusione di repubbliche », Benedetto Varchi, Storie fiorentine, Colonia, 1721, t. VI, p. 158.

23 Curzio Mazzi, La Congrega de’ Rozzi di Siena nel secolo xvi, Firenze, Le Monnier, 1882 ; Giuliano Catoni et Mario De Gregorio, I Rozzi di Siena 1531-2001, Sienne, Il Leccio, 2001.

24 Pascale Dubus, Politiques de la représentation de la mort : la république, le peintre, l’empereur. Les fresques de Domenico Beccafumi au Palais public de Sienne (1529-1535), in Mélanges de l’école française de Rome : Moyen Age, Temps modernes, t. 99, n°2 (1987), p. 1127-41 ; Antonio Pinelli, La bellezza impura. Arte e politica nell’Italia del Rinascimento, Bari, Laterza, 2004 ; Karin FUCHS, Ein Kunstwerk im Dienst der Republik. Die Fresken der Sala del Concistoro des Domenico Beccafumi (1529-1535) im sienesischen Stadtpalast, Bern, Peter Lang, 2005.

25 Giovanni Minnucci et Leo Kosuta, Lo Studio di Siena, p. 38.

26 Voir Valerio Marchetti, Gruppi ereticali, p. 47.

27 La bibliographie sur la « question de la langue » en Italie est très riche : voir, entre autres, Mario Pozzi, Trattatisti del Cinquecento, Milan-Naples, Ricciardi, 1978 ; Claudio Marazzini, Storia e coscienza della lingua in Italia dall’Umanesimo al Romanticismo, Turin, Rosenberg & Sellier, 1989 ; Carlo Giovanardi, La Teoria cortigiana e il dibattito linguistico nel primo Cinquecento, Rome, Bulzoni, 1998 ; Jean-Louis Fournel, « Questione della lingua e lingue degli stati lingua dell’impero, lingua dello stato e lingua imperiale », dans Jean-Louis Fournel, Rosanna Gorris-Camos et Enrico Mattioda (dir.), Ai confini della letteratura. Giornata di studio in onore di Mario Pozzi, Turin, Nino Aragno editore, 2014, p. 3-18.

28 Leo Kosuta, « Siena nella vita e nell’opera di Marino Darsa », Ricerche slavistiche, 9, 1961, p. 67-121.

29 « […] nel tradurre d’una lingua in altra: perché, oltre che si pone in opera la forza della sua lingua […] e trarre un succhio atto ad incorporarsi in quest’altra lingua », Bartolomeo Carli Piccolomini, Trattato del Perfetto Cancelliere, Archivio di Stato di Siena, Fondo Piccolomini Clementini 760, fol. 20r.

30 La figure et les œuvres de Bartolomeo Carli Piccolomini sont au cœur de notre thèse de doctorat, Le « moment machiavélien » à Sienne. Bartolomeo Carli Piccolomini, lecteur immédiat du « Prince » et des « Discours », sous la direction de J.-L. Fournel (thèse soutenue en 2016 à l’Université de Paris 8). Dans le cadre de cette recherche, une édition des œuvres est à paraître prochainement chez l’éditeur italien Guido Liguori. La bibliographie actuellement disponible sur ce personnage consiste principalement des articles suivants de Rita BELLADONNA : « Bartolomeo Carli, nobile senese imitatore di Juan de Valdès », Critica Storica, 10, 1973, p. 514-528 ; « Cenni biografici su Bartolomeo Carli Piccolomini », Critica Storica, 11, 1974, p. 507-516 ; « Pontanus, Machiavelli and a case of religious dissimulation in early Sixteenth century Siena (Carli’s Trattati nove della Prudenza) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 37, n. 3, 1975, p. 377-85 ; « La svalutazione della cultura in Bartolomeo Carli Piccolomini », Bullettino Senese di Storia Patria, 84-85, 1977-1978, p. 113-133 ; « Aristotle, Machiavelli and religious dissimulation : Bartolomeo Carli Piccolomini’s ‘Trattati Nove della Prudenza’ », in J. McLelland (éd.) Peter Martyr Vermigli and Italian Reform, Wilfried Laurier University Press, 1980, p. 29-41 ; « The Waning of the Republican Ideal in Bartolomeo Carli Piccolomini's Trattato del Perfetto Cancelliere (1529) », Bullettino Senese di Storia Patria, 92, 1985, p. 154-197. D’autres informations précieuses dans les articles de Leo Kosuta, « L’Académie siennoise », p. 151-153 ; « Aonio Paleario et son groupe humaniste » p. 27-29. Les dernières contributions sur Carli : G. Pallini, Le Moment machiavélien à Sienne : Bartolomeo Carli Piccolomini, lecteur immédiat du ‘Prince’ et des ‘Discours’, Actes du colloque « La Fabrique du Présent dans l’Italie des xve-xviie siècles », Universités de Paris 3-Paris 8, 8-9 février 2013, à paraître ; Id., « Orthodoxie et hétérodoxie dans le traitement des sources anciennes chez Bartolomeo Carli Piccolomini », Transalpina, 17, 2014, Presses Universitaires de Caen, p. 85-98 ; S. Lore, « Bartolomeo Carli Piccolomini testimone e interprete della crisi senese (1525-1531) », Transalpina, 17, 2014, Presses Universitaires de Caen, p. 65-84.

31 Rita Belladonna, « Cenni biografici », p. 509. 

32 Léo Kosuta affirme que Carli Piccolomini fut membre de la seule académie Grande : « il ne figure sur aucune liste de l’académie <des Intronati> » (« Une Académie siennoise » p. 152). Pourtant, le nom de Bartolomeo Carli Piccolomini apparaît dans plusieurs listes des Intronati conservées manuscrites à la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne : voir, entre autres : ms. Y.I.3, Zucchino degli Intronati ossia guarda memorie della antichissima Accademia Intronata (1696), c. 164v ; ms. C.V.3, fol. 89r ; C.V.24, fol. 35v-36r.

33 Archivio di Stato di Siena, Studio, n. 20 : « In humanità : Messer Iacomo Eterno, Messer Leonardo Nunzio, Messer Marcantonio Zondadari, Messer Lattanzio Tolomei, Messer Bartolomeo Carli ».

34 L’œuvre a fait l’objet d’une édition : Bartolommeo di Pietro Carli Piccolomini, Commento sopra la canzone ‘Hotti donato il cor di buona voglia’ (da un ms. del sec. xvi), pubblicato per la prima volta da Pietro Piccolomini Clementini, Sienne, Tipografia e Litografia Sordomuti, ditta L. Lazzeri, 1909. Le manuscrit n’est pas daté, mais il est datable à 1525 sur la base de la confrontation de la graphie de Carli avec d’autres écrits datés de la même période, ainsi que grâce à des probables allusions aux Prose de la volgar lingua de Pietro Bembo, qui avaient été imprimées en 1525.

35 « secondo il costume degli accademici, poteva copiosamente dire in un subbito sopra qualunche cosa gli fusse proposta di ragionare », A. Guglielmi, Orazione per morte di Messer Bartolomeo de’ Carli Piccolomini, Sienne, Biblioteca Comunale degli Intronati (dorénavant BCI), ms. H.IX.18, fol. 5r. Voir aussi la transcription partielle et diplomatique de Rita Belladonna, « Cenni biografici », p. 511-516.

36 « E con ciò sia che assai opportuna occasione mi è concessa di far quello che ho molte volte desiderato : cioè dare a vedere quanto s’ingannino tutti quelli ch’hanno ardire di riprendere la toscana lingua », Commento, p. 4.

37 La diffusion des théories néo-platoniciennes dans le cercle florentin de Marsile Ficin avait permis d’apprécier positivement la tradition poétique en langue vulgaire, dont le sujet principal était justement l’amour. Cette nouvelle interprétation est lourde de conséquences pour la génération d’auteurs qui s’exprime au début du xvie siècle et pour qui la question de l’amour et la question de la langue forment un nœud impossible à défaire (Bembo avec les Asolani, Mario Equicola avec le Libro de natura de Amore) : voir sur ce point Mario Pozzi, Lingua, cultura, società. Saggi sulla letteratura italiana del Cinquecento, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1989).

38 « A voi, o giovene amanti, non potrei giammai dir di quante utilità vi sia cagione la materna eloquenza, poiché, mercé della pessima usanza, alle giovene non è concesso lo studio delle lettere » : Commento, p. 18.

39 « havuto rispetto a quelle, molto non posson né attendere, né intendere », Commento, p. 24.

40 Diomede Borghesi, Orazioni accademiche, Carlo Caruso (dir.), Sienne, Edizioni ETS, 2009.

41 « Ay mucho mal en Siena – écrivait Emanuele Sà, ambassadeur espagnol en 1559 – pùblicamente se sabe de muchos que son heréticos […] y algunos han pensado de denunciar contra la academia », cité par Valerio Marchetti, Gruppi ereticali, p. 174-175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Germano Pallini, « Académies siennoises et monde universitaire (1500-1550) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 02 | 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8723

Haut de page

Auteur

Germano Pallini

Université de Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search