Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral02La médecine entre académie et uni...

La médecine entre académie et université en Sicile au XVIIe siècle

Delphine Montoliu

Résumés

La plupart des institutions siciliennes à l’époque moderne, si elles ne s’intéressèrent pas toutes aux nouvelles connaissances scientifiques promues par les académies des Lincei à Rome, du Cimento à Florence et des Investiganti à Naples, firent cependant de la médecine l’une de leurs priorités, en raison des nombreuses épidémies dans l’île : si le Sénat de Messine reconnaissait l’utilité des sciences et encourageait les érudits dans leurs travaux, à Palerme en revanche, les académiciens étaient davantage muselés par le pouvoir espagnol en place. C’est donc Catane, qui n’avait que des académies littéraires, qui rivalisa scientifiquement avec Messine grâce à son université ouverte en 1434. La naissance d’une université à Messine en 1596, en plus de ses académies dont la Fucina pluridisciplinaire, plaça alors la ville en porte-à-faux à la fois vis-à-vis de Catane qui souhaitait conserver son monopole et de Palerme qui ne réussissait pas à obtenir l’accord des autorités pour créer la sienne. La médecine fut un exemple concret de cette dichotomie entre académie et université, et donc de ce problème structurel du savoir car elle mit en lumière la coexistence d’un système culturel parallèle, alternatif à celui des universités d’État

Haut de page

Texte intégral

1Pour qui scrute le développement du mouvement académique sicilien à l’époque moderne, la question de la co-présence d’académies et d’universités dans l’île et celle des effets de cette coexistence est une question centrale. Elle est tout particulièrement évidente dans le domaine de la médecine, qui apparaît comme un exemple paradigmatique.

  • 1 Michele Maylender, Storia delle accademie d’Italia, 5 vol., Bologne, Arnaldo Forni, 1926-1930.
  • 2 Sur le développement des académies en Sicile, je me permets de renvoyer à ma thèse : Delphine Monto (...)

2Le mouvement académique sicilien sous le gouvernement des Habsbourg de Madrid (1559-1701) – dont les prémices remontent à la fin du xve siècle et dont l’institutionnalisation a commencé en 1566 avec la fondation de l’Académie des Cavalieri de Palerme par les autorités civiles – connaît son apogée au milieu du xviie siècle avec des académies telles que les Riaccesi à Palerme et la Fucina à Messine. Bien que Michele Maylender ait dénombré soixante-quatorze académies durant cette période espagnole1, les recherches que j’ai conduites dans le cadre de ma thèse ont permis de porter ce nombre à quatre-vingt-dix-sept. Dans le même temps, le nombre d’académiciens siciliens pendant cette période, autrefois estimé à trois cents, peut maintenant être réévalué à quelque mille cent cinquante-quatre2. Ces nouvelles données ont bien évidemment conduit à de analyses renouvelées concernant les caractéristiques structurelles des réunions d’érudits dans l’île, en rapport ou non avec le pouvoir en place.

Le contexte politico-culturel sicilien moderne

  • 3 Les Habsbourg dominèrent la péninsule italienne moderne puisqu’ils gouvernèrent, en plus de la Sici (...)

3Pour comprendre la spécificité du contexte académique et universitaire sicilien, il faut rappeler brièvement que la Sicile moderne était dans sa situation politique, différente de celles des autres États italiens alors sous domination espagnole3. Contrairement au vice-royaume de Naples et au duché de Milan, qui avaient été conquis par les armes et avaient dû adopter de nouveaux statuts dictés par les Espagnols, la Sicile avait en effet conservé ses institutions séculaires. Cette situation créa des difficultés pour les vice-rois de Sicile qui se servirent, entre autres, de la corruption sociale et de la répression pour tenir sous leur joug l’aristocratie. Ne pouvant avoir un contrôle politique absolu sur la Sicile, les Habsbourg firent en effet tout pour que les Siciliens ne soient pas animés d’idéaux d’indépendance, et s’appliquèrent donc à entretenir la stratégie politique précédemment mise en place par la dynastie aragonaise, laquelle visait à favoriser une certaine rivalité entre les grandes villes de l’île. À chacune d’elles avait ainsi été attribué un monopole différent. Palerme et Messine se partageaient le siège de la vice-royauté, bien que Messine ait très souvent été ignorée par les vice-rois, tout en étant simultanément le siège de la zecca, c’est-à-dire l’Hôtel des monnaies. Catane avait, en revanche, le monopole de l’université.

  • 4 Corrado Pecorella, « Note per la classificazione delle accademie italiane dei secoli xvi-xviii », S (...)
  • 5 Giovanni Alfonso Borelli fut, au cours de sa vie, un membre des académies de la Fucina de Messine, (...)
  • 6 Sur l’université de Catane, voir Remigio Sabbadini, Storia documentata della R. Università di Catan (...)
  • 7 Cf. Giacomo Nigido-Dionisi, L’Accademia della Fucina di Messina ne’ suoi rapporti con la storia del (...)
  • 8 Les mots d’« académie » et d’« université » se recoupaient depuis le Moyen Âge : « tenne pure quest (...)

4Cette politique qui ne permettait à aucune ville de s’affirmer en tant que capitale du vice-royaume trouva un écho dans la création d’institutions de savoir. Palerme et Messine fondèrent en effet des académies de référence où les érudits convergeaient, tandis que Catane, où l’université avait fleuri depuis 1434, proposa seulement des académies de moindre importance, essentiellement dédiées à la pratique du théâtre, que l’on peut appeler académies « para-scolaires »4. Il faut donc aussi comprendre dans un premier temps le mouvement académique sicilien comme un mouvement polycentrique. Messine perturba toutefois cet équilibre car, en plus de ses privilèges institutionnels politiques et économiques et de sa position géographique stratégique, elle continua de développer un centre culturel de haut niveau. L’émergence de ce foyer érudit est intéressante car elle fut produite par la mise en avant parallèle d’une université et d’académies, mise en avant qui participa d’ailleurs de la renommée scientifique de Messine au-delà des confins insulaires et des frontières « espagnoles » de la péninsule italienne. Giovanni Alfonso Borelli, qui excellait dans les domaines de la médecine, de la géologie, des mathématiques, de la physique et l’astronomie, en est l’exemple le plus célèbre5. Une seconde université fut en effet créée dans l’île, à Messine en 1596, tout comme de nombreuses académies au cours du xviie siècle, dont celle de la Fucina (1642-1678), qui devint l’académie la plus progressiste de l’île dans le domaine des sciences. La coexistence de cette université et de la Fucina à Messine, ainsi que la collaboration de leurs membres soulèvent de nombreuses questions. De nombreux travaux ont approfondi l’histoire des universités de Catane et de Messine6 ainsi que celle de l’académie de la Fucina7, mais aucun d’eux n’explique ni ne théorise cette co-présence institutionnelle relevée à Messine, alors que les protagonistes du Sénat, de l’université et des académies étaient bien souvent les mêmes : l’élite aristocratique de Messine se retrouve ainsi au cœur de la question culturelle et scientifique de la ville, qui accueillit le premier collège jésuite dans l’île en 1548. C’est pourquoi il est intéressant d’analyser en quoi la dichotomie « académie/université »8 participa de l’émancipation des savoirs en Sicile, mais aussi en quoi inversement, la science moderne, et plus particulièrement la médecine, légitimèrent la coexistence de ces institutions. Présenter les premières institutions qui accueillirent les sciences en Sicile s’avère ainsi dans un premier temps nécessaire pour comprendre la mise en place singulière des diverses structures scientifiques à Messine au xviie siècle. Grâce à cette politique culturelle, la seconde capitale du vice-royaume développa en effet une idéologie scientifique moderne qui donna une vision nouvelle du savoir, redéfinit les frontières entre académie et université, et bouleversa l’équilibre politico-culturel insulaire maintenu par les Espagnols.

Les structures scientifiques siciliennes au XVIe siècle

  • 9 Si cette matière plaça la plupart des érudits siciliens au cœur de débats insulaires, les autres ma (...)
  • 10 Rappelons que sous l’empereur Frédéric II (1220-1250), la médecine était obligatoirement pratiquée (...)
  • 11 Cf. Matteo Angelo Coniglione, La Provincia domenicana di Sicilia. Notizie storiche documentate, Cat (...)
  • 12 Gian Filippo Ingrassia y donnait trois cours de théorie et trois cours de pratique dans son program (...)

5La médecine fut étudiée dans la plupart des institutions siciliennes modernes, en raison sans doute des nombreuses épidémies en Sicile durant le règne des Habsbourg9. L’université de Catane continuait, elle, la pratique d’un enseignement qui était présent dans l’île depuis le Moyen Âge10. À Palerme existait au xvie siècle un Studio pubblico, qui était le seul vrai organisme de diffusion du savoir scientifique de la ville. Celui-ci avait son siège dans le couvent de l’église San Domenico11, et l’archiatre Giovan Filippo Ingrassia y enseigna12. En 1575, quand la peste toucha la ville de Palerme, l’homme fut assisté par des érudits pluridisciplinaires, à la fois médecins, poètes et jurisconsultes, philosophes et théologiens. Cependant, comme de nombreux charlatans s’attiraient les faveurs du peuple en matière de médecine, Ingrassia, en tant qu’archiatre, décréta que seuls des diplômés de Catane ou de Palerme pouvaient exercer la médecine et la chirurgie.

  • 13 Les médecins siciliens étaient semi-arabisants et semi-galénistes, bien loin des sentiers battus de (...)
  • 14 L’Académie Messinese fut l’une des premières académies siciliennes au xvie siècle. Elle prospéra de (...)
  • 15 Francesco Maurolico est considéré comme le premier mathématicien de la Renaissance sicilienne : il (...)

6En 1621, l’ouverture de l’Académie de Notomia, soit d’anatomie, à Palerme constitua une première tentative pour développer ce domaine de recherche en lui donnant une structure administrative, et donc officielle13. Le déclin rapide de cette école, à la mort de son fondateur Baldassare Grasso en 1623, mit au jour le problème du mécénat et celui du rapport des autorités aux activités scientifiques. Au xvie siècle déjà, le célèbre mathématicien et académicien Messinese14, Francesco Maurolico, même s’il était protégé par Giovanni II Ventimiglia, n’avait pas réussi à imposer ses travaux15. La condition de ces hommes de science illustrait ainsi un rapport très limité du pouvoir en place avec les érudits. Gian Filippo Ingrassia comprit, lui, les limites de l’impréparation des autorités lorsque la peste arriva en 1575, ainsi que la politique aristocratique mise en place par les vice-rois :

  • 16 Corrado Dollo, Modelli scientifici e filosofici nella Sicilia spagnola, Napoli, Guida, 1984, p. 59  (...)

Ingrassia est bien conscient du but social de la remise en question de la médecine (la santé des sujets) et de l’idée de service requise par l’aristocratie dans un programme de compétences et de devoirs qui ne concède de dérogations à aucun niveau de la pyramide sociale.16

7Bien qu’Ingrassia ait réussi à obtenir une aide financière de la classe dirigeante pour mieux contenir l’épidémie, les aristocrates ne se sentaient pas concernés par le caractère public des sciences, qui constituait un savoir qui n’était accessible qu’à peu d’érudits ; c’est pourquoi les autorités civiles comme religieuses ne pallièrent pas le vide laissé par le décès de Baldassare Grasso, fondateur de l’Académie de Notomia, contrairement à ce qui se fit pour sa contrepartie littéraire, l’Académie des Riaccesi (1622-1701), aidée et hébergée par les Pères Théatins dès 1624 lors de la peste. Les érudits palermitains intéressés par le progrès de la médecine ou même par d’autres matières scientifiques, comme les mathématiques ou l’astronomie, furent ainsi privés d’une structure pouvant les accueillir.

La situation à Messine

  • 17 Notons que les autres ordres religieux, très présents dans l’île avec des séminaires par exemple, n (...)
  • 18 Au début du xviie siècle, de nouveaux contacts entre les Jésuites et l’élite politique de Messine s (...)
  • 19 Le décret royal de 1591 qui reconnaissait Messine comme la seconde capitale de l’île lui octroyait (...)

8La coexistence des académies et de l’université à Messine donna à voir le rapport complexe de la classe dirigeante, composée en grande partie d’érudits engagés dans les deux institutions, avec les Jésuites17. Il est vrai qu’au xvie siècle, les aristocrates de la ville s’étaient servis du prestige et des ressources du collège jésuite ouvert en 1548 pour obtenir l’ouverture de l’université et qu’après que la requête fut acceptée en 1596, les instances de la ville firent approuver, dès l’année suivante, des chapitres qui décrétaient l’exclusion des Jésuites des enseignements scientifiques notamment et, en 1641, les évincèrent complètement de toute direction des structures universitaires18. Au-delà de ce long litige, étudié en profondeur par les chercheurs contemporains, les aristocrates et les Jésuites voyaient dans la structure universitaire un centre de formation prestigieux et nécessaire à la défense des privilèges de la ville conférés par le roi en 1591, mais toujours contestés par les vice-rois présents dans l’île, qui étaient las de la relative autonomie civile de la cité19.

9En 1596, l’ouverture d’une seconde université dans l’île alors que Catane en avait le monopole constitua une nouvelle victoire pour Messine, tant sur le politique que sur le plan structurel. En effet, dans les statuts de 1597, on peut constater l’étude de nombreuses matières littéraires comme scientifiques :

  • 20 Daniela Novarese et Andrea Romano, I capitoli dello studio della nobile città di Messina, Messine, (...)

Statuts de mars 1597
C. XXXXII. Enseignement des autres sciences
En ce qui concerne les autres sciences, on devra proposer les enseignements ci-dessous jusqu’à ce qu’il soit possible de proposer d’autres enseignements extraordinaires sur ces sciences et sur d’autres sciences, sous la forme suivante : // théologie, philosophie ordinaire, philosophie extraordinaire, métaphysique, logique, médecine théorique, médecine pratique, chirurgie et anatomie, médecine des simples, humanités.20

10Cela n’empêcha pourtant pas les aristocrates, maîtres de l’université dès 1641, de fonder la célèbre académie pluridisciplinaire et progressiste de la Fucina en 1642. De même, la pérennité du collège jésuite, et les tensions au sein de l’université n’empêchèrent pas, voire même favorisèrent, la création de l’académie jésuite des Argonauti à Messine en 1644. Cette concomitance est très intéressante car elle sous-entend que l’université ne suffit plus, et surtout que l’académie devint une structure nécessaire, même si les motivations des aristocrates et des Jésuites étaient différentes.

  • 21 L’Académie de la Fucina fut officiellement fondée le 3 juin 1642. Les érudits de la ville se retrou (...)

11De ses débuts officieux en 163921 jusqu’à sa fermeture en 1678, la Fucina fut très prospère : elle compta cent soixante-six académiciens qui, pour la plupart, firent corps avec leur ville, dépassant le caractère intellectuel du rôle d’académicien :

  • 22 Giuseppe Lipari, « Per una storia della cultura letteraria a Messina dagli Svevi alla rivolta antis (...)

L’académie devient, de plus, le principal instrument à travers lequel la classe dirigeante citadine obtient sa propre gratification intellectuelle et produit l’élaboration la plus cohérente de son projet idéologique, tourné vers la défense de ses prérogatives politiques et économiques, vers l’affirmation d’un leadership politico-culturel dans l’île et vers la création d’une dimension culturelle de plus grande ampleur.22

12Le propos de l’essayiste Giuseppe Lipari est également double : il évoque en effet à juste titre à la fois une certaine liberté culturelle et une ambition politico-culturelle due à la présence du binôme « académie-université ».

L’idéologie culturelle de la ville de Messine

  • 23 Amedeo Quondam, « La scienza e l’Accademia », in Laetitia Boehm et Ezio Raimondi (dir.), Università (...)

13L’Académie de la Fucina se distinguait de ses homologues italiennes par la singularité de son nom, mais participait de la même « affirmation progressive de la “nouvelle science” expérimentale »23 que l’académie des Lincei, des Investiganti, ou du Cimento, dont les noms se réclamaient d’une nouvelle méthode de recherche.

  • 24 Cf. Delphine Montoliu, « Accademie siciliane 1400-1701 ». IT Bio-bibliographical Database. L’adress (...)

14Son impresa24 était composée de la représentation d’un four à réverbère, et de la devise d’inspiration virgilienne Formas vertit in omnes : elle fut explicitée tout d’abord en 1642 par l’académicien et secrétaire Luca Fani dans un discours qui fait partie du premier recueil de l’académie dont il s’occupa :

  • 25 Luca Fani, « Allegoria dell’impresa », Le Muse Festeggianti nell’aprirsi l’Accademia della Fucina n (...)

Grâce au contact des flammes dans un four ‒ appelé ainsi par les plus aguerris dans le travail des métaux ‒ même les bronzes les plus durs et les moins façonnables, leur grossièreté naturelle et leur rugosité abhorrée cédant, fondent, honteux et en pleurs de feu qui, jaillissant d’une étroite cavité, se figent ensuite en des formes de glace plus précieuses, et s’adaptent, de façon variée, aux usages les plus estimés en temps de guerre comme en temps de paix ; il en était de même dans les foyers des érudits... une fois réunis les nobles efforts de nombreux grands esprits, les efforts issus de méthodes particulières, non usitées dans les écoles, proposées et utilisées entre eux, ceux-ci forment une flamme, grossie de maintes parts, animée afin d’assouplir n’importe quel esprit grossier, novice en matière de science.25

15L’expression « non usitées dans les écoles » dans cette description confirme la nécessité de la structure académique. La cohérence du nom de l’institution avec sa propre impresa sous-entendait également une démarche réfléchie qui aboutit à la publication de quarante-sept ouvrages collectifs pluridisciplinaires. Ces académiciens ne se contentaient pas de proposer des poèmes ou de discuter de poésie, mais ils travaillaient aussi sur la philosophie, l’histoire, l’astronomie, la médecine, la physique et la théologie. En effet, même si Messine fut considérée comme le siège sicilien de la lutte pour la laïcisation du savoir, l’éloignement des Jésuites était en réalité seulement d’ordre politique et structurel : les académiciens ne rejetaient pas les doctrines religieuses et philosophiques dont l’étude était nécessaire pour le progrès des sciences. Ils mettaient au contraire sur le même plan foi et travail intellectuel :

  • 26 « Avvertimento a chi legge », dans Le Stravaganze Liriche De Gli Academici della Fucina, Parte I, B (...)

Compatis cependant, homme courtois : et crois bien que les mots Fatum, Destin, Sort, Divin, Idole, Paradis, Enfer, adorer, déifier et d’autres mots similaires, sont seulement l’ornement de nos œuvres, et non les sentiments des auteurs – lesquels écrivent en poètes, mais sont des catholiques croyants.26

  • 27 Poesie in lode del M. R. P. Antonio Casaletti Palermitano della Compagnia di Gesù per lo suo Corso (...)
  • 28 Francesco Morabito, Catania liberata. Poema, Catane, Bonaventura la Rocca, 1669, « Lo Stampatore a (...)

16Dans cet « Avertissement à qui lit » (« Avvertimento a chi legge ») du premier recueil des Fucinanti de 1642, l’institution souhaita distinguer l’érudition de la religion, afin de laïciser ses approches scientifiques, pour une plus grande objectivité : elle se détachait en cela des Riaccesi palermitains qui « se glorifi[ai]ent plus d’être catholiques que poètes »27, mais également des académiciens de Catane, représentés par Francesco Morabito, qui reprenaient les mêmes termes que la Fucina pour distinguer le savoir de la foi28.

  • 29 « Avvertimento a chi legge », Le Stravaganze Liriche De Gli Academici della Fucina, Parte I, Bologn (...)

17La modernité scientifique de l’Académie de la Fucina de Messine se fondait sur une redécouverte et une critique des modèles : cette « attitude » fut ainsi à l’origine de nombreuses études portant non seulement sur tous les domaines scientifiques, mais aussi sur la philosophie et sur l’histoire de la religion, nécessairement convoquées en raison de la modernité des idées scientifiques. Et comme l’académie pluridisciplinaire qu’était la Fucina avait pour principe « de ne pas admettre la censure et de ne pas refuser la lecture d’une composition, quelle qu’en fût »29, les remises en question des préceptes religieux et philosophiques animèrent les diverses polémiques scientifiques de cette époque, qu’illustrèrent plusieurs figures messinaises de renom tels que Giovanni Alfonso Borelli, personnalité scientifique emblématique de la Sicile du xviie siècle, citée plus haut.

La vision utilitariste du savoir et la complémentarité « académie-université »

  • 30 Cesare Vasoli, « Le Accademie fra Cinquecento e Seicento e il loro ruolo nella storia della tradizi (...)
  • 31 Gino Benzoni, « Per non smarrire l’identità : l’accademia », Gli affanni della cultura. Intellettua (...)
  • 32 L’analyse pragmatique des causes de la malaria qui envahit l’île en 1647 et 1648 permit d’enrayer l (...)

18L’essor d’une académie majeure telle que la Fucina (1642) dans la seconde capitale de l’île permit aux érudits d’ouvrir leur horizon à des disciplines raisonnables ; c’est d’ailleurs peu après que Palerme eut aussi son académie scientifique des Iatrofisici (1645). Les thèses scientifiques révolutionnaires de Copernic, ou de Galilée, pour ne citer que celles-là, arrivèrent en Sicile et, à défaut de pouvoir museler les académiciens Fucinanti, les autorités politiques et religieuses palermitaines essayèrent de canaliser ceux qui étaient présents dans la capitale, et censés montrer l’exemple30, à savoir ne pas défier l’horizon culturel concédé par les autorités civiles et religieuses. Mais avec les matières scientifiques, le rapport entre l’érudit et le savoir changea, dépassant les frontières institutionnelles, et proposant une nouvelle typologie d’académies dont celles des Lincei à Rome, du Cimento à Florence et des Investiganti à Naples furent les modèles31. La collusion entre Sénat (l’administration municipale) et érudits à Messine, au-delà du mécénat, favorisa le dynamisme ‒ si ce n’est la modernité scientifique des érudits ‒ dont les compétences dans la pratique de la médecine étaient reconnues et utilisées par le Sénat, qui y faisait appel en temps de crise sanitaire : pendant l’épidémie de malaria de 1647-48, le Sénat chargea en effet les académiciens de trouver les origines de la maladie et de proposer des moyens de la combattre32.

19Les académies scientifiques s’affranchissaient donc en effet concrètement de l’hédonisme de leurs homologues littéraires, et cela par la profession de leurs membres :

  • 33 Amedeo Quondam, « La scienza e l’Accademia », in Laetitia Boehm et Ezio Raimondi (dir.), Università (...)

Ces académiciens « scientifiques » ne semblent pas chercher une occasion « festive », une société fictive, mais bien exactement le contraire : ils semblent prolonger ‒ dans les réunions académiques ‒ leur temps et leur domaine de travail, y reverser ‒ en les socialisant ‒ des problèmes et des résultats, des questions et des réponses. Une académie « ouvrée », où ce qui compte c’est précisément l’identité professionnelle de chacun, le propre de son travail, de ses recherches, de son savoir spécifique. C’est pour ces raisons sans doute que les académies scientifiques s’avèrent uniquement peuplées d’« hommes de science », et dans des secteurs aussi très spécifiques [...]. La présence d’un public « mondain » se fait toujours plus rare.33

20Les statuts de l’université de Messine insistèrent d’autant plus dès 1597 sur les compétences des professeurs :

  • 34 Daniela Novarese et Andrea Romano, I capitoli dello studio della nobile città di Messina, Messine, (...)

C.XXXXV. Mode d’élection des lecteurs
[...] Les membres du Sénat [...] nommeront chacun une personne // qu’ils jugeront en leur âme et conscience être apte et qualifiée, et d’une qualité telle qu’elle puisse être utile aux étudiants et donner une bonne réputation aux Facultés ; c’est pourquoi ils se renseigneront, avec la diligence nécessaire, auprès de personnes dignes de foi et expertes dans ces sciences, qu’ils connaîtront bien mais sans parti pris.
[…]34

  • 35 Ugo Baldini et Luigi Besana, « Organizzazione e funzione delle accademie » dans Gianni Micheli (dir (...)

21Le processus de la recherche scientifique requérait en effet une approche structurelle et fonctionnelle différente des académies littéraires35, et pouvait mettre les érudits en porte-à-faux avec les universités :

  • 36 Corrado Pecorella, « Note per la classificazione delle accademie italiane dei secoli xvi-xviii », S (...)

La multiplication de corps qui assumèrent les devoirs auxquels l’université ne pourvoyait pas [...] est un phénomène italien ; ils les assumèrent ou parce qu’il n’était pas possible d’ouvrir une université (ceci explique la présence d’académies dans des bourgs même modestes), ou parce qu’il n’était pas possible, peut-être ni même désirable, d’introduire dans les maquettes universitaires de nouvelles disciplines, de nouvelles méthodes d’enseignement, une nouvelle atmosphère.36

22L’essayiste Corrado Pecorella conclut ici son discours sur la coexistence d’un système culturel parallèle, alternatif à celui des universités d’État, comme synonyme de l’exigence d’une liberté de la culture. Si cela est vrai en ce qui concerne Catane, cela l’est moins en ce qui concerne Messine car il faut plutôt parler d’une complémentarité entre académie et université dans l’étude des sciences, d’où le verbe « prolonger » et l’expression « non usitées dans les écoles » qui apparaissent dans les citations précédentes. La vision utilitariste des savoirs permit en effet à la classe dirigeante de Messine d’avoir une approche structurelle de la culture aussi innovante que structurée où l’on peut voir les prémices d’une part de la formation universitaire d’aujourd’hui, et celles de la recherche en laboratoire (ou « équipe de recherche ») qu’aurait été à l’époque la Fucina, qui portait très bien son nom (« l’Officine »).

La coprésence ‘académie-université’ de Messine dans le macrocontexte insulaire

  • 37 Au xviie siècle, l’ouverture d’une université à Palerme par les Jésuites, comme annexion au collège (...)
  • 38 Parmi les hommes de science et professeurs célèbres de Catane aux xvie et xviie siècles, citons le (...)

23Dans le macrocontexte insulaire, la fondation de l’université à Messine, qui advenait après la fondation de l’Académie de la Stella (1595) et le décret royal de 1591 qui concédait des privilèges administratifs à la ville, plaça Messine en porte-à-faux à la fois vis-à-vis de Palerme ‒ qui ne réussissait pas à obtenir l’accord des autorités pour créer sa propre université37 ‒ et de Catane qui souhaitait conserver son monopole38.

24Messine et Catane étaient, de plus, radicalement opposées dans leur politique structurelle strictement scientifique :

  • 39 Corrado Dollo, « Problemi delle istituzioni di cultura nella Sicilia spagnola », Nuovi quaderni di (...)

Malheureusement Catane ne fit pas preuve de clairvoyance pour défendre son institution : repliée sur le privilège de la concession de monopole, elle introduisit des règles de recrutement d’enseignants qui empêchèrent la constitution d’un centre créatif ou ne serait-ce que modérément ouvert à la nouveauté ; le savoir qui y était enseigné était obstinément répétitif, dépourvu d’élan dans la recherche, et le Sénat de la ville se montra égoïste, soupçonneux, désuet, quand il introduisit une norme qu’il considéra comme funeste pour son renouvellement et qui réduisit l’Université à un jardin protégé et asphyxique.39

Messine représenta un modèle de développement alternatif à celui de Catane, car le principe de recrutement des enseignants universitaires était foncièrement différent puisque n’étaient admis à l’université de Messine que des candidats ayant d’abord brillamment fait leurs preuves dans une université étrangère.

25Messine produisit toutefois de grands médecins tels que Sebastiano Pietrafitta, Annibale Bufalo, Bartolomeo Castelli et Gerardo Colombo, et promut ses propres enseignants, soufflant la primauté purement scientifique dans ce domaine à Catane.

  • 40 Corrado Dollo, Modelli scientifici e filosofici nella Sicilia spagnola, Naples, Guida, 1984, p. 69  (...)
  • 41 Cf. Domenico Bertoloni Meli, « The Neoterics and political power in Spanish Italy: Giovanni Alfonso (...)

26Un débat théorique opposa aussi les deux villes. La limite de la médecine des xvie et xviie siècles, voire du siècle suivant, était en effet illustrée par l’écart entre des descriptions pathologiques très fines et l’incapacité de soigner les maladies si bien décrites : la méconnaissance du système sanguin et de la microbiologie était en réalité la principale cause de la stagnation de la médecine. Deux courants de pensées se distinguaient dans l’avancement de ces recherches scientifiques : les hommes de science de Catane, Mario Cutelli et Ottavio Branciforte, protégèrent le modèle conservateur appelé « vétéronobiliaire »40, alors que Giovanni Alfonso Borelli, Giacomo Ruffo (futur académicien de l’Académie de la Clizia de Messine (1701- ?) et le bolonais Marcello Malpighi, qui enseignaient à l’université de Messine, soutenaient le projet progressiste dit « néotérique »41. En d’autres termes, la pénétration des nouvelles idées scientifiques péninsulaires, relayées par des académiciens Fucinanti tels que Giovanni Alfonso Borelli, se heurta au conservatisme des hommes de science de Catane souhaitant protéger leur propre système universitaire, accentuant cependant davantage son archaïsme.

  • 42 Sur la révolution de Messine de 1674-78 contre les Espagnols, voir entre autres Giacomo Galatti, La (...)
  • 43 Rappelons qu’après les révoltes de 1647-49, l’Académie des Riaccesi de Palerme ne put officiellemen (...)

27La révolution de Messine de 1674-7842 constitua un changement brutal dans la vie politique et culturel de l’île, comme l’avaient été à Palerme les révoltes de 1647-4943. La politique des Habsbourg en Sicile fut des plus répressives : toutes les institutions (université et académie) furent fermées à Messine et l’affirmation de l’hégémonie espagnole redevint une priorité, tout comme le contrôle de l’aristocratie. Le bouleversement de l’équilibre des monopoles siciliens toucha donc y compris le domaine de la culture, mais ne fut pas préjudiciable au développement et à l’enseignement des connaissances, même scientifiques : les stratégies politiques mises en place ne pouvaient annihiler la vision plus utilitariste des savoirs développée par l’Académie de la Fucina. Cette vision s’était en effet répandue dans l’île et engageait les académies de la fin du xviie siècle dans de nouveaux programmes culturels.

  • 44 Cf. Salvatore Bottari, Post res perditas : Messina 1678-1713, Messine, A. Sfameni, 2005, p. 17 : «  (...)
  • 45 Cf. Delphine Montoliu, « L’eredità dell’ateneo messinese nel Settecento : la scuola di medicina di (...)
  • 46 Le calabrais Domenico Cadalopoli lut un discours scientifique en 1680 à l’Académie des Svegliati de (...)

28Cette période particulière (1678-1701), qui signa le déclin de Messine ‒ laquelle perdit tout son prestige et tous ses privilèges44 ‒ vit naître de nouveaux centres académiques qui s’inscrivaient dans la continuité de la politique d’ouverture culturelle de Messine : la ville de Modica, située au sud-est de l’île, permit à la Sicile d’exploiter l’héritage laissé par la capitale du détroit45, que l’Académie des Svegliati de Messine ne sut ou ne put reprendre46. Modica, grâce à des érudits tel que Tommaso Campailla, eut ainsi son académie des Affumicati (dès 1670) qui avait une orientation tout d’abord littéraire et qui changea de nom en 1688 et devint l’académie des Infuocati pour marquer son ouverture à l’étude des sciences avec une visée sociale. En activité jusqu’en 1740, elle fut même secondée par une école de médecine ouverte par l’un de ses académiciens, Diego Matarazzo.

  • 47 Cf. Giovanni Criscione, « Tommaso Campailla e l’ambiente culturale a Modica fra ’600 e ’700 », Arch (...)

29Modica se distingua toutefois de Messine par son rapport avec les autorités civiles et religieuses47. Les érudits de Modica, même si le comté était dirigé par des Espagnols, n’avaient en effet pas participé à la révolution de Messine. De plus, l’absence d’ambiguïté concernant la présence du collège jésuite à Modica, et son adéquation avec l’académie et l’école de médecine, s’opposaient clairement au dessein original de la classe dirigeante de Messine, qui avait été de faire de son collège jésuite un tremplin pour l’obtention d’une université, monopole de Catane jusque-là.

Conclusion

30La médecine eut toujours une place importante dans la vie sicilienne, en raison des nombreuses épidémies. Si Catane eut un rôle singulier dans le milieu universitaire, Messine se distingua en profitant de son Sénat pour développer ses activités culturelles, à la fois universitaires, académiques et éditoriales. C’est donc dans l’analyse du rapport entre politique et science que l’on peut différencier les deux projets universitaires de Messine et Catane. Il ne suffit pas en effet d’analyser le fonctionnement et les contenus de l’un ou de l’autre pour les comparer. Il est au contraire indispensable de prendre en compte la situation politique de chacune de ces villes : contrairement à Catane, Messine était dirigée par une élite présente dans toutes les structures, ce qui permettait d’envisager le projet culturel local comme faisant partie d’un programme municipal de plus grande ampleur.

  • 48 Citons seulement les académies des Zelanti d’Acireale (1671-2015), la Mentitrice de Caltagirone (16 (...)

31La présence vice-royale des Habsbourg à Palerme, en revanche, freina toujours les initiatives érudites, par peur d’un désir d’autonomie et donc de possibles soulèvements. L’académie palermitaine des Riaccesi fut une institution mondaine et non à visée pédagogique, comme cela pouvait l’être ailleurs dans l’île avec la présence d’hommes d’Église48 ou comme le fut la brève académie de Notomia de Palerme qui ne trouva aucun mécène officiel. Ce type d’académie était clairement voulu à Palerme par les vice-rois, pour qui la structure académique était une manière de canaliser l’aristocratie plus qu’une façon de l’instruire, ce qui aurait pu être préjudiciable aux Habsbourg, comme ce fut effectivement le cas à Messine. Les limites du mécénat des autorités palermitaines, quelles qu’elles fussent, s’opposèrent ainsi à la modernité académique de Messine, dans tous les sens du terme, et paradoxalement le polycentrisme politico-culturel entretenu par les Habsbourg participa de l’émancipation des savoirs et de ses structures, créant à Messine, plus qu’une co-présence, une complémentarité nécessaire entre académie et université.

Haut de page

Notes

1 Michele Maylender, Storia delle accademie d’Italia, 5 vol., Bologne, Arnaldo Forni, 1926-1930.

2 Sur le développement des académies en Sicile, je me permets de renvoyer à ma thèse : Delphine Montoliu, Les Académies siciliennes sous le règne des Habsbourg (1559-1701), 3 vol., 1 cd-rom, Thèse de Doctorat, Université Toulouse II/Scuola Normale Superiore di Pisa, 2012. Pour un dénombrement des académies siciliennes de l’époque moderne, voir Delphine Montoliu, ‘Accademie siciliane 1400-1701’. IT Bio-bibliographical Database, en ligne depuis avril 2014 sur le site de la revue d’études italiennes de Toulouse II line@editoriale (https://fms.db.huma-num.fr/fmi/webd/Academies_Siciliennes, login : « Consultation » et password : « accademie »)

3 Les Habsbourg dominèrent la péninsule italienne moderne puisqu’ils gouvernèrent, en plus de la Sicile, le duché de Milan, les vice-royaumes de Naples et de Sardaigne, et les États des Présides. Les États « italiens » qui n’étaient pas sous domination espagnole en subirent l’influence, à des degrés différents (le royaume de Savoie, le duché de Toscane, la république de Gênes, les villes de Lucques, Parme, Plaisance, Mantoue, Ferrare et Urbino), sauf le Piémont de la maison de Savoie. La république de Gênes, si elle prospéra grâce à son port et son implication dans les trafics outre-Atlantique, en voulant se prémunir des ambitions expansionnistes du Piémont, fut contrainte de collaborer avec l’Espagne et d’en financer la politique. Venise et les États de l’Église étaient en revanche indépendants : ces derniers étaient toutefois les alliés de l’Espagne dans la lutte contre les Turcs et les hérétiques.

4 Corrado Pecorella, « Note per la classificazione delle accademie italiane dei secoli xvi-xviii », Studi sassaresi, 1967-68, serie III, p. 226.

5 Giovanni Alfonso Borelli fut, au cours de sa vie, un membre des académies de la Fucina de Messine, des Investiganti de Naples, des Simposiaci e Fisici-matematici de Rome, co-fonda l’Académie du Cimento de Florence en 1657 et créa en 1673 à Palmi, en Calabre, sa propre académie scientifique, l’Académie Borelliana.

6 Sur l’université de Catane, voir Remigio Sabbadini, Storia documentata della R. Università di Catania. Parte I. L’Università di Catania nel secolo xv, Catane, Crescenzio Galàtola, 1898 ; Mario Mandalari, Notizie storiche dell’Ateneo e del Palazzo Universitario di Catania 1444-1885, Catane, F. Galati, 1900 ; Michele Catalano Tirrito, « L’Università di Catania nel Rinascimento (1430-1600) », in Storia dell’Università di Catania, dalle origini ai nostri giorni, Catane, Tip. Zuccarello & Izzi, 1934 ; Mario Bellomo et Francesco Giunta, Siciliæ Studium generale: studi e documenti per la storia dell’Università di Catania, Catane, Maimone, 1990 ; Giuseppina Nicolosi Grassi et Adolfo Longhitano, Catania e la sua Università nei secoli xv-xvii. Il codice ‘Studiorum constitutiones ac privilegia’ del Capitolo cattedrale, Rome, Il Cigno, 1995. Sur l’université de Messine, voir la note 20 ci-dessous.

7 Cf. Giacomo Nigido-Dionisi, L’Accademia della Fucina di Messina ne’ suoi rapporti con la storia della cultura in Sicilia (1639-1678), Catane, Giannotta, 1903.

8 Les mots d’« académie » et d’« université » se recoupaient depuis le Moyen Âge : « tenne pure questo nome la scuola nel medio evo, e fino a’ dì nostri lo serbò nelle università germaniche in cui lo studente porta il titolo di civis academicus. Le Accademie giovano ora per lo avanzamento delle scienze ; le università hanno per ufficio di insegnare e di promuovere anche i nuovi progressi della scienza » (Luigi Sampolo, La Reale accademia degli studi di Palermo, Palerme, Tipografia dello Statuto, 1888, p. 51).

9 Si cette matière plaça la plupart des érudits siciliens au cœur de débats insulaires, les autres matières scientifiques ne concernèrent dans un premier temps que les académiciens de la Fucina de Messine. Rappelons que la classification actuelle des disciplines scientifiques diffèrent de la perception qu’en avaient les érudits des xvie et xviie siècles : « Maurolico è convinto che la classificazione possa cambiare posizioni interne a seconda dei punti di riferimento (in base alla natura del contenuto, o secondo le potenze del soggetto nella tendenza al bene e al vero, o secondo la divisione in genere e specie), ma quel che sostanzialmente gli interessa nelle scienze non è tanto la diversità delle ‘posizioni’, quanto il reciproco legame [...] e la comune derivazione [...] ». Maurolico plaçait la géométrie avant l’astronomie qui précédait elle-même la physique (Corrado Dollo, Modelli scientifici e filosofici nella Sicilia spagnola, Naples, Guida, 1984, p. 14). Amedeo Quondam, en se basant sur le système de Bacon, distingua les sciences de la raison et de la nature (arithmétique, géométrie, mécanique, astronomie, anatomie, médecine, botanique, minéralogie, chimie, etc.) des connaissances mémorielles (histoire), imaginaires (littérature) et des sciences de Dieu et de l’Homme (philosophie) : « L’impiego del sistema baconiano può risultare non del tutto arbitrario, se solo si consideri la sua piena pertinenza all’ambito delle teorie e delle pratiche scientifiche dell’età delle accademie, e soprattutto la sua durata sino all’Encyclopédie, che lo adotta come punto di riferimento obbligato per la strutturazione del suo ‘albero enciclopedico’ delle conoscenze » (Amedeo Quondam, « La scienza e l’Accademia », dans Laetitia Boehm et Ezio Raimondi (dir.), Bologne, Università, Accademie e società scientifiche in Italia e Germania dal Cinquecento al Settecento. Atti della settimana di studio, 15 - 20 settembre 1980, Bologne, Il Mulino, 1981, p. 29).

10 Rappelons que sous l’empereur Frédéric II (1220-1250), la médecine était obligatoirement pratiquée avec une licence du gouvernement ou un diplôme universitaire.

11 Cf. Matteo Angelo Coniglione, La Provincia domenicana di Sicilia. Notizie storiche documentate, Catane, Strano, 1937.

12 Gian Filippo Ingrassia y donnait trois cours de théorie et trois cours de pratique dans son programme triennal, où il abordait, entre autres, les thèses de Galien, d’Hippocrate, d’Avicenne et d’Almansor (Razis). Notons qu’Ingrassia fut le premier médecin à identifier la scarlatine, en la distinguant notamment de la rougeole, de la rubéole et de la petite vérole, maladies contagieuses importées par les Sarrasins en Europe au Moyen Âge. Sur Gian Filippo Ingrassia, voir, entre autres, Antonino Giuseppe Marchese, Giovanni Filippo Ingrassia, Palerme, Flaccovio, 2010.

13 Les médecins siciliens étaient semi-arabisants et semi-galénistes, bien loin des sentiers battus de Galilée : « la medicina era appoggiata su false ipotesi e vane congetture fra le mani di empirici professori » (Giovanni Renda, Biografie di modicani illustri, Modica, La Porta, 1869, p. 65).

14 L’Académie Messinese fut l’une des premières académies siciliennes au xvie siècle. Elle prospéra de 1540 à 1560 entre Messine et Castelbuono, fief de son mécène Giovanni II Ventimiglia marquis de Geraci, et compta une dizaine d’académiciens, à notre connaissance.

15 Francesco Maurolico est considéré comme le premier mathématicien de la Renaissance sicilienne : il ne fut cependant pas reconnu par ses contemporains, notamment par l’absence d’intérêt de l’enseignement des mathématiques à un niveau élevé, alors que les théories de géométrie et d’astronomie peinaient à affirmer leur nécessité : il ne réussit donc pas à créer de structures institutionnelles capables d’accueillir le développement de ce savoir, et ni à inverser la tendance qui avait fait de lui un autodidacte, même avec l’aide de ses mécènes de Castelbuono, les Ventimiglia, entre autres. Sur la pénétration de la révolution scientifique en Sicile, voir Corrado Dollo, Modelli scientifici e filosofici nella Sicilia spagnola, Naples, Guida, 1984. Sur le mécénat des Ventimiglia, voir Rosario Moscheo, Mecenatismo e scienza nella Sicilia del ’500 : i Ventimiglia di Geraci ed il matematico Francesco Maurolico, Messine, Società messinese di storia patria, 1990 ; Giuseppe Antista (dir.), Alla corte dei Ventimiglia : storia e committenza artistica, atti del Convegno di studi (Geraci Siculo, Gangi, 27-28 giugno 2009), [Geraci Siculo], Arianna, 2009.

16 Corrado Dollo, Modelli scientifici e filosofici nella Sicilia spagnola, Napoli, Guida, 1984, p. 59 : « Ingrassia ha ben chiaro il fine sociale del rinnovamento della medicina (la salute dei sudditi) e lo spirito di servizio richiesto dalla nobiltà in un programma di competenze e doveri che non ammette deroghe a nessun livello della piramida sociale ». Des traductions des citations en langue étrangère ont été systématiquement proposées dans le corps du texte de cet article. Ces traductions sont toutes miennes.

17 Notons que les autres ordres religieux, très présents dans l’île avec des séminaires par exemple, ne proposaient toutefois pas d’enseignement scientifique capable de rivaliser avec les académies, les universités et les collèges jésuites qui s’en disputaient déjà le monopole.

18 Au début du xviie siècle, de nouveaux contacts entre les Jésuites et l’élite politique de Messine se lièrent, au point qu’en 1628 furent confiés à sept jésuites les cours de philosophie, théologie et mathématiques : Salvatore Bottari (Post res perditas : Messina 1678-1713, Messine, A. Sfameni, 2005, p. 45) voit dans ce rapprochement une « ricerca, da parte del gruppo egemone dell’oligarchia cittadina, dell’appoggio gesuitico presso la corte spagnola per perorare la divisione del Regno di Sicilia, proprio prendendo come modello la divisione della provincia gesuitica ». En 1636-37 cependant, après de longues luttes de la part du Sénat, les Jésuites furent écartés de la gestion et des enseignements scientifiques, philosophiques et de droit de l’université, ne conservant que ceux de lettres, d’art et de théologie : une nouvelle ère commença, où seul le Sénat dirigea l’université qui fut scindée en deux, dont l’une était caractérisée par l’autonomie et la diffusion de savoirs, empreints pour certains de philosophie galiléenne. Peu de temps après commencèrent les premières réunions académiques de la Fucina (1639). En 1641, le Consiglio civico réclamait au Sénat la fonction de Gran Cancelliere dell’almo Studio et de Regio Consiliaro qu’il conserva jusqu’à la révolution de 1674-1678. Sur les rapports entre les Jésuites et l’aristocratie érudite de Messine, voir Giovanni Cesca, L’Università di Messina e la Compagnia di Gesù, Messine, A. Trimarchi, 1900 ; Giacomo Tropea, Sommario storico documentato del collegio ed Università di Messina di un anonimo jesuita, Messine, A. Trimarchi, 1900 ; Giuseppe Arenaprimo di Montechiaro, I lettori dello Studio messinese dal 1636 al 1674. Notizie e documenti, Messine, D’Amico, 1900 ; Daniela Novarese, Istituzioni politiche e studi di diritto fra Cinque e Seicento : il Messanense studium generale tra politica gesuitica e istanze egemoniche cittadine, Milan, Giuffrè, 1994 ; Gian Paolo Brizzi et Roberto Greci (dir.), Gesuiti e università in Europa (secoli xvi-xviii). Atti del Convegno di studi, Parme, 13-15 dicembre 2001, Bologne, CLUEB, 2003.

19 Le décret royal de 1591 qui reconnaissait Messine comme la seconde capitale de l’île lui octroyait plusieurs privilèges, énonçant notamment l’obligation de résidence des vice-rois dans cette seconde capitale ; cela constituait également une nouvelle étape de la stratégie de l’Espagne qui souhaitait, par la concurrence entre les villes siciliennes, ôter toute idée d’indépendance à une île, dont Palerme aurait normalement été le centre administratif et érudit.

20 Daniela Novarese et Andrea Romano, I capitoli dello studio della nobile città di Messina, Messine, Università degli studi, 1990, non paginé : « Statuti del marzo 1597 / C. XXXXII. Lectura delle altre sciencie / Delle altre sciencie si doveranno leggere le infrascritte lectioni finché vi sarà magior commodità di poterne farne legere altre extraordinarie dell’istesse et altre sciencie sotto la forma che appresso si dirà : // theologia, filosofia de mane, filosofia de sero, methafisica, logica, theorica di medicina, prattica di medicina, chirurgia et anatomia, de simplici, humanità ».

21 L’Académie de la Fucina fut officiellement fondée le 3 juin 1642. Les érudits de la ville se retrouvaient cependant depuis le 23 octobre 1639 pour une « Conversazione » littéraire chez Carlo Di Gregorio, marquis de Poggio Gregorio, plusieurs fois sénateur et ambassadeur de la ville à la cour de Madrid. C’est l’enthousiasme grandissant pour ces rassemblements qui amena à leur institutionnalisation en 1642.

22 Giuseppe Lipari, « Per una storia della cultura letteraria a Messina dagli Svevi alla rivolta antispagnola del 1674-78 », Archivio Storico Messinese, 1982, XXXIII, p. 167 : « L’Accademia diventa inoltre lo strumento principale attraverso cui il ceto egemone cittadino realizza la propria gratificazione intellettuale e produce la più coerente elaborazione del proprio progetto ideologico volto alla difesa delle proprie prerogative politiche ed economiche, alla affermazione di una leadership politico-culturale nell’isola e alla creazione di una dimensione culturale di più ampio respiro ».

23 Amedeo Quondam, « La scienza e l’Accademia », in Laetitia Boehm et Ezio Raimondi (dir.), Università, Accademie e società scientifiche in Italia e Germania dal Cinquecento al Settecento. Atti della settimana di studio, 15 - 20 settembre 1980, Bologne, Il Mulino, 1981, p. 43 : « progressivo affermarsi della “nuova scienza” sperimentale ».

24 Cf. Delphine Montoliu, « Accademie siciliane 1400-1701 ». IT Bio-bibliographical Database. L’adresse de ce site est indiquée en note 2.

25 Luca Fani, « Allegoria dell’impresa », Le Muse Festeggianti nell’aprirsi l’Accademia della Fucina nella città di Messina, Bologne, Gio. Battista Ferroni, 1642, non paginé : « Come in un fornello così chiamato dai più periti nell’opere de metalli, per la ripercussione delle fiamme fino i più rigidi ed intrattabili bronzi, cedendo l’innata rozeza e detestata la loro ruvidità, vergognosi dileguansi in focoso pianto, che d’angusto forame sgorgando, si congela poi in più preziose forme, e si rende adatto, variamente, o agli usi di guerra o di pace più riguardevoli ; così nelli ridotti de’ virtuosi... adunate le nobili fatiche di molti elevati ingegni, e quelle con maniere particolari, non usate nelle scuole, proposte e partecipate tra loro, vengono a sembrare una fiamma, da molte parti accresciuta, ed in guisa tale rinvigorita, che sia per ammolire qual si sia rozeza d’ingegno, inesperto di scienza ». D’autres académiciens écrivirent également des discours sur cette impresa : Fra Fulgenzio Arminio Monforte, « In lode dell’impresa dell’Accademia della Fucina », Prose degli Accademici della Fucina, Libro primo, nel quale si contengono vari Discorsi, raccolti dall’Immoto, Monteleone, Domenico Antonio Ferro, 1667, p. 59-75 ; Agostino Zerbone, « In lode dell’Accademia della Fucina, e della sua impresa. Del Padre D. Agostino Zerbone nell’Accad. della Fucina detto l’Addormentato », Prose degli Accademici della Fucina, Libro primo, nel quale si contengono vari Discorsi, raccolti dall’Immoto, Monteleone, Domenico Antonio Ferro, 1667, p. 76-91.

26 « Avvertimento a chi legge », dans Le Stravaganze Liriche De Gli Academici della Fucina, Parte I, Bologne, Gio. Battista Ferroni, 1642, non paginé : « Compatisci però tu, cortese e credi, che le voci Fato, Destino, Sorte, Divino, Idolo, Paradiso, Inferno, adorare, deificare e somiglianti, sono solo ornamenti dell’opere, non sentimenti degli Autori, li quali scrivono da Poeti, ma credono da Catolici ».

27 Poesie in lode del M. R. P. Antonio Casaletti Palermitano della Compagnia di Gesù per lo suo Corso Quaresimale fatto nella Chiesa Metropolitana della medesima Città l’anno 1674, Venise, Eredi del Babba, 1674, p. 12 : « si gloria[va]no più d’esser Cattolici, che Poeti ».

28 Francesco Morabito, Catania liberata. Poema, Catane, Bonaventura la Rocca, 1669, « Lo Stampatore a chi legge », non paginé : « l’Autore dopò che ha scritto conforme all’uso, ma crede conforme all’obligo protesta, che le parole Destino, Fato, Deità, Sorte, Fortuna, Paradiso, Dea, e simiglianti ; l’hà poste per ornamento del metro, poiche se per conservare intatta la purità della Fede, spenderebbe il sangue, così mai per contaminarla havrebbe sparso l’inchiostro : e vivi in gratia di Dio, se brami di campar felice ».

29 « Avvertimento a chi legge », Le Stravaganze Liriche De Gli Academici della Fucina, Parte I, Bologne, Gio. Battista Ferroni, 1642, non paginé : « di non ammettere la censura e di non negare il registro a qualunque compositione si leggesse ».

30 Cesare Vasoli, « Le Accademie fra Cinquecento e Seicento e il loro ruolo nella storia della tradizione enciclopedica », dans Laetitia Boehm e Ezio Raimondi (dir.), Università, Accademie e società scientifiche in Italia e Germania dal Cinquecento al Settecento. Atti della settimana di studio, 15-20 settembre 1980, Bologne, Il Mulino, 1981, p. 83 : « non meraviglia che intorno alle Accademie corresse spesso la fama di segrete cospirazioni, il sospetto di operazioni non chiare, al limite dell’illecito, di pratiche magiche o propensioni ereticali, coperte dal pretesto dell’esercizio letterario ed erudito ; e che, pertanto, i poteri politici e religiosi si affrettassero a controlarle o sopprimerle, quando non mirarono, addirittura, a trasformarli in propri strumenti convenientemente epurati, ‘riformati’ e istituzionalizzati ».

31 Gino Benzoni, « Per non smarrire l’identità : l’accademia », Gli affanni della cultura. Intellettuali e potere nell’Italia della Controriforma e barocca, Milan, Feltrinelli, 1978, p. 170 : « Pur profondamente diverse tra loro [...], queste tre accademie costituiscono il vertice dell’impegno scientifico in Italia. Avvertibili in esse il travaglio dell’approdo eliocentrico, lo sgretolarsi della configurazione antropomorfica dell’universo, la concezione del mondo come macchina, il radicale rinnovarsi del paesaggio mentale ».

32 L’analyse pragmatique des causes de la malaria qui envahit l’île en 1647 et 1648 permit d’enrayer la maladie et de récuser de nouveau les approches empiristes et astrologiques du problème : Giovanni Alfonso Borelli publia en effet un traité intitulé Delle cagioni delle febbri maligne della Sicilia negli anni 1647 e 1648. Discorso di Gio. Alfonso Borrelli, Accademico della Fucina, Filosofo e Professore delle Scienze Matematiche nello Studio della nobile città di Messina. Diviso in tre parti, con una appendice della natura della febbre in comune. Et in fine si tratta della digestione de’ cibi con nuovo metodo, Cosenza, Gio. Battista Rosso, 1649.

33 Amedeo Quondam, « La scienza e l’Accademia », in Laetitia Boehm et Ezio Raimondi (dir.), Università, Accademie e società scientifiche in Italia e Germania dal Cinquecento al Settecento. Atti della settimana di studio, 15-20 settembre 1980, Bologne, Il Mulino, 1981, p. 41 : « Questi accademici ‘scienziati’ non sembrano cercare un’occasione ‘festiva’, una società fittizia, bensì esattamente il contrario : sembrano prolungare ‒ nelle riunioni accademiche ‒ il tempo e il campo del loro lavoro, riversarvi ‒ socializzandoli ‒ problemi e risultati, domande e risposte. Una Accademia ‘feriale’, dove quello che conta è esattamente l’identità professionale di ciascuno, il proprio del suo lavoro, della sua ricerca, del suo sapere specifico. Per queste ragioni, probabilmente, le accademie scientifiche risultano popolate soltanto da ‘scienziati’, e in termini anche settoriali molto accentuati [...]. Sempre più rara si fa la presenza di un pubblico ‘mondano’ ».

34 Daniela Novarese et Andrea Romano, I capitoli dello studio della nobile città di Messina, Messine, Università degli studi, 1990, non paginé : « C.XXXXV. Modo dell’electione delli lectori / [...] Li signori giurati [...] nomineranno ogn’uno di loro una persona // la quale giudic(her)anno nelle consciencie loro essere habile e sufficiente e di qualità tale che possi essere giovamento alli studenti e decoro alli Studii e per questo se n’infor(me)ranno con ogni requisita diligenza da persone degne di fede e prattiche in quelle scienze et che canosceranno senza passione alcuna. / [...] ».

35 Ugo Baldini et Luigi Besana, « Organizzazione e funzione delle accademie » dans Gianni Micheli (dir.), Storia d’Italia. Annali 3. Scienza e tecnica nella cultura e nella società dal Rinascimento a oggi, Turin, Giulio Einaudi, 1980, p. 1311 : « della ricerca in forma moderna, ma non l’affermazione esplicita e completa dello sperimentalismo ; sul piano dell’assetto funzionale ciò corrisponde al fatto che l’attività si svolse nei moduli espositivi delle accademie tradizionali, comprendenti di norma la presentazione di testi (la ‘lezione’) con eventuale discussione. Questa non va però vista troppo modernamente come ‘verifica’, prassi complessa e strutturata che si afferma al termine del processo qui descritto : nelle accademie il momento dell’indagine era di solito esterno alla seduta, e quindi privato, anche se il dibattito poteva suscitare spunti e facilitare la circolazione di risultati ».

36 Corrado Pecorella, « Note per la classificazione delle accademie italiane dei secoli xvi-xviii », Studi sassaresi, 1967-68, serie III, p. 212 : « È fenomeno italiano [...] il moltiplicarsi di enti che si assunsero quei compiti cui l’università non provvedeva, e se li assunsero o perché non era possibile costituire una università (questo è il significato della presenza di accademie in località pur modeste) o perché non appariva possibile, forse neppur desiderabile, introdurre negli schemi universitari discipline nuove, nuovi metodi di insegnamento, una nuova atmosfera ». Sur la coexistence des universités et des académies scientifiques, voir Hans Bots, « De la transmission du savoir à la communication entre les hommes de lettres : universités et académies en Europe du xvie au xviiie siècle », dans Hans Bots et Françoise Waquet (dir.), Commercium litterarium : la communication dans la République des Lettres, 1600-1750. Conférences des colloques tenus à Paris en 1992 et à Nimègue en 1993, Amsterdam, Maarsen, APA-Holland University Press, 1994, p. 101-117 ; Gino Benzoni, « Alla ricerca dell’identità : tra università e accademie », Studi veneziani, 1997, XXXIII, p. 83-93.

37 Au xviie siècle, l’ouverture d’une université à Palerme par les Jésuites, comme annexion au collège, fut demandée en 1632, validée en 1637 par le Supremo Consiglio d’Italia mais, après quelques obstacles au sein des autorités palermitaines, les Jésuites se retirèrent du projet. La tentative de 1680, après la fermeture de celle de Messine à la fin de la révolution de 1674-1678, fut un échec : il fallut en effet attendre le xixe siècle pour que le projet devienne réalité. Daniela Novarese affirme très justement que ces refus répétitifs faisaient partie de la politique culturelle polycentriste de Madrid : « ritengo che il policentrismo possa essere assunto, nelle vicende che impedivano la realizzazione di uno Studium a Palermo, come chiave di lettura di un preciso progetto culturale, a forte valenza politica, posto in essere con successo dai sovrani spagnoli in Sicilia allo scopo di mantenere in vita equilibri assai delicati. Un disegno volto a bloccare l’emergere di un centro decisionale (economico, politico e culturale) intorno al quale potessero coagularsi forze ed interessi capaci di opporsi alla corona » (Daniela Novarese, « Policentrismo e politica culturale nella Sicilia spagnola », dans Gian Paolo Brizzi et Jacques Verger (dir.), Le Università minori in Europa (secoli xv-xix). Convegno Internazionale di Studi. Alghero, 30 ottobre-2 novembre 1996, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1998, p. 319).

38 Parmi les hommes de science et professeurs célèbres de Catane aux xvie et xviie siècles, citons le biologiste Lorenzo Bolano, les médecins Andrea Veglia, Giovan Battista Motta, Antonio Catania et Niccolò Pezapane, le chirurgien Antonio Cammari et le géologue Scipione Portio, qui furent les maîtres de Mario Cutelli, entre autres.

39 Corrado Dollo, « Problemi delle istituzioni di cultura nella Sicilia spagnola », Nuovi quaderni di geografia umana per la Sicilia e la Calabria, 1988, I, p. 20 : « Purtroppo Catania non fu lungimirante nel difendere la sua istituzione : arroccata sul privilegio della concessione in monopolio, introdusse regole di reclutamento dei docenti che impedirono la costituzione di un centro creativo o anche moderatamente aperto al nuovo ; il sapere professatovi era puntigliosamente ripetitivo, privo di slancio nella ricerca, e il Senato della città si mostrò egoista, sospettoso, attardato, quando introdusse una norma che considero esiziale per il rinnovamento e che ridusse l’Università a un orto protetto e asfittico ».

40 Corrado Dollo, Modelli scientifici e filosofici nella Sicilia spagnola, Naples, Guida, 1984, p. 69 : « L’istituzione sembra, in campo scientifico, immersa (e sommersa) nella trattazione pedissequa delle auctoritates : Aristotele, in primo luogo (anche se quello fisico), e poi Ippocrate e Galeno attraverso Avicenna e, sembra, Razi ».

41 Cf. Domenico Bertoloni Meli, « The Neoterics and political power in Spanish Italy: Giovanni Alfonso Borelli and his circle », History of science, 1996, 34, p. 57-89.

42 Sur la révolution de Messine de 1674-78 contre les Espagnols, voir entre autres Giacomo Galatti, La Rivoluzione e l’assedio di Messina (1674-78) : studio storico critico da fonti sincrone in gran parte inedite, Messine, Nicotra, 1899 ; Socrate Chiaramonte, « La rivoluzione e la guerra messinese », Archivio Storico Siciliano, 1899, N.S., vol. XXIV ; Francesco Guardione, La Rivoluzione di Messina contro la Spagna (1671-1680). Documenti, Palerme, Boccone Del Povero, 1906 ; Francesco Guardione, Storia della rivoluzione di Messina contro la Spagna, Palerme, Alberto Reber, 1907 ; Émile Laloy, La Révolte de Messine. L’expédition de Sicile et la politique française en Italie (1674-1678), avec des chapitres sur les origines de la révolte (1648-1674) et sur le sort des exilés (1678-1702), Paris, Klincksieck, 1929-1931, 3 tomes ; Saverio Di Bella (dir.), La Rivolta di Messina (1674-78) e il mondo mediterraneo nella seconda metà del Seicento. Convegno storico Internazionale del 10-12 ottobre 1975 a Messina, Cosenza, Pellegrini, 1979 ; Luis Antonio Ribot García, La Revuelta antiespañola de Messina. Causas y antecedentes (1591-1674), Valladolid, [s.n.], 1982 (traduit et publié en italien à Soveria Mannelli, Rubbettino, 2011) ; Luis Antonio Ribot García, La Monarquía de España y la guerra de Messina (1674-1678), Madrid, Actas Editorial, 2002 ; Saverio Di Bella, Caino Barocco : Messina e la Spagna, 1672-1678 : con documenti inediti e rari, Cosenza, Pellegrini, 2005 ; Antonella De Capua, I Rami della rivoluzione : aspetti della rivolta antispagnola nella Messina del Seicento, 1674-1678, Benevento, Il chiostro, 2009.

43 Rappelons qu’après les révoltes de 1647-49, l’Académie des Riaccesi de Palerme ne put officiellement se réunir qu’avec de nouveaux statuts établis en 1653.

44 Cf. Salvatore Bottari, Post res perditas : Messina 1678-1713, Messine, A. Sfameni, 2005, p. 17 : « È una fase di transizione molto delicata per Messina : un passaggio cronologico in cui lentamente si avvia il ripensamento del proprio ruolo all’interno di uno scenario mediterraneo ed internazionale che muta velocemente ».

45 Cf. Delphine Montoliu, « L’eredità dell’ateneo messinese nel Settecento : la scuola di medicina di Modica », dans Andrea Romano (dir.), Dalla lectura all’e-learning, Bologne, CLUEB, 2015, p. 209-216.

46 Le calabrais Domenico Cadalopoli lut un discours scientifique en 1680 à l’Académie des Svegliati de Messine, non répertoriée par Maylender : Domenico Cadalopoli, Sentimento su la cometa del 1680. In occasione della quale si ragiona della natura, generazione, effetti e ro rietà di tutte l’altre Comete, Venise, Niccolò Pezzana, 1687. Cf. Camillo Minieri-Riccio, Catalogo di libri rari della biblioteca del Sig. Camillo Minieri Riccio, Naples, Vincenzo Priggiobba, 1864, vol. I, p. 115 ; Luigi Accattatis, Le Biografie degli uomini illustri delle Calabrie, Cosenza, Tipografia municipale, 1870, vol. II. Secoli xvi e xvii, p. 269.

47 Cf. Giovanni Criscione, « Tommaso Campailla e l’ambiente culturale a Modica fra ’600 e ’700 », Archivum Historicum Mothycense, 1999, n. 5, p. 69-104.

48 Citons seulement les académies des Zelanti d’Acireale (1671-2015), la Mentitrice de Caltagirone (1675-1763) et celle des Canonisti de Palerme (1687-1702).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Montoliu, « La médecine entre académie et université en Sicile au XVIIe siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 02 | 2021, mis en ligne le 18 mai 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8744

Haut de page

Auteur

Delphine Montoliu

Delphine Montoliu-Di Stefano est docteur en études italiennes (Toulouse II / SNS Pise, 2012) et spécialiste des élites siciliennes de l’époque moderne. Elle a d’ailleurs publié une base de données en ligne en 2014 sur le sujet de sa thèse, Les Académies siciliennes sous le règne des Habsbourg (1559-1701), dont une monographie en italien sera publiée en 2022. Post-doctorante au CNRS pendant trois ans, puis pendant un an à l’université de Lille, elle travaille aujourd’hui au sein de l’Équipe de Recherche "Il Laboratorio" de l’Université Toulouse Jean Jaurès. Ses travaux et publications sont axés sur les réseaux érudits méditerranéens et européens de l’époque moderne, les humanités numériques et l’édition de manuscrits et textes rares en langues romanes.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search