Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral013. Retour sur la « République des...Biens précieux et actions épistol...

3. Retour sur la « République des Lettres »

Biens précieux et actions épistolaires. L’économie du savoir dans la République des Lettres au XVIIe siècle

Laurent-Henri Vignaud

Résumés

En octobre 1626, l’érudit toulousain et juriste Guillaume Catel meurt avant d’avoir pu achever son Histoire du Languedoc et laisse à ses héritiers une vaste bibliothèque à se partager. Aussitôt que Peiresc, l’un de ses correspondants et fameux érudit méridional comme lui, apprend la mort de Catel, il entreprend des démarches auprès de ces héritiers pour obtenir un précieux manuscrit de Pline réputé avoir été annoté par l’humaniste Guillaume Pellicier. Si les annotations étaient bien de Pellicier, il fallait que la République des Lettres puisse en profiter ; mais les héritiers traînèrent des pieds autant que possible pour ne pas laisser échapper leur trésor. À partir de cette simple anecdote d’héritage compliqué, l’article examine les stratégies en usage dans la République des Lettres qui règlent les échanges de « biens précieux » (manuscrits rares, livres annotés, objets curieux, etc.). Il entend montrer notamment que ces échanges ne sont pas aussi gratuits et désintéressés qu’on a pu le dire. Il montre également les difficultés pour les familles de robins en pleine ascension sociale à s’accommoder de la vocation savante de certains de leurs rejetons. La transmission des biens intellectuels s'y révèle comme plus périlleuse encore que celle des biens « classiques » (terres, maisons, charges, etc.). Dans un univers social où la « carrière » des lettres n’est pas encore synonyme de statut, des négociations serrées, avec soi-même comme avec les autres, sont menées via l’acte épistolaire qui n’en est pas seulement la trace mais l’instrument civil par excellence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 25r, lettre de N. Rigault à Peiresc du 16 novembre 1633. C’e (...)
  • 2 Parmi une abondante bibliographie sur ce thème, voir notamment Robert Descimon, « L’invention de la (...)

1« Je vous remercie très humblement du courage que vous me donnez approuvant la résolution à laquelle m’a poussé l’erreur commune de ce siècle où l’on ne faict estat des hommes s’ils ne sont officiers. »1 Cette remarque, tracée à l’encre amère par Nicolas Rigault dans une lettre de 1633 à son ami Peiresc, dresse un constat désabusé de l’importance et du prestige acquis par la noblesse de robe dans la société française durant la première moitié du xviie siècle2. Rigault s’exprime ainsi l’année même où il dut abandonner à contre cœur sa fonction de garde de la Bibliothèque du roi pour accepter une charge de conseiller au tout nouveau parlement de Metz, charge que Pierre Dupuy venait de refuser : stylet ou trébuchet, le choix était cruel.

  • 3 Ibid., p. 278. La thématique du « perfectus doctor » est empruntée à Donald R. Kelley, « Jurisconsu (...)

2Nombreux sont pourtant les « érudits » qui exercent les charges de judicature : une bonne aptitude scolaire y prédispose, une situation nobiliaire avantageuse s’y attache, le temps laissé libre n’y est pas négligeable… Pour ces professionnels de la justice et de l’expertise juridique, véritables homines novi en quête de reconnaissance sociale et princière, la renommée savante est aussi une bonne stratégie. La figure du perfectus doctor participe de l’opération autopoïétique d’un milieu professionnel où le savoir confère la noblesse et où l’homme de science s’identifie à l’homme noble, devises d’une nouvelle classe d’individus qui construit sa singularité depuis la Renaissance et qui ne se limite pas à la connaissance du droit (juris scientia)3. Mais ces avantages, patents à l’échelle de l’individu, franchissent difficilement l’étape de la première génération, tant il est vrai que le talent et l’intelligence du père ne préjugent pas de ceux des fils ou des neveux. S’il est encore relativement facile de transmettre une compétence professionnelle (c’est d’ailleurs l’excuse toute trouvée des robins pour justifier la vénalité et la transmissibilité des charges, à l’instar de la cooptation chez les médecins), il est plus compliqué de garantir la noblesse de l’esprit par l’hérédité.

  • 4 Peu d’études ont été consacrées à cette question jusqu’à présent. On dispose cependant de deux arti (...)
  • 5 Sur le statut des gens de lettres et la constitution de familles de lettrés, voir Christian Jouhaud(...)
  • 6  Ces questions de transmission des patrimoines matériels et immatériels dans les familles de notabl (...)

3Bien qu’il en existe quelques exemples, la constitution de véritables dynasties savantes reste rare. Suivre sa vocation de plume nécessite des sacrifices et des prises de risque qui ne sont guère compatibles avec la lente élaboration d’une gentilhommerie séculaire4. Ces difficultés viennent en grande partie du fait que si les robins ont acquis au cours du xvie siècle une position sociale incontestée (au point de réclamer la constitution d’un « quatrième ordre »), il en va tout autrement du milieu des lettres, beaucoup plus informel et mal identifié à un statut5. Au moment où Rigault choisit le trébuchet plutôt que le stylet, il est permis et valorisé de faire souche dans la magistrature, il est plus compliqué de parvenir dans les lettres sans déployer une habileté mondaine hors norme et sans aucune assurance de pouvoir transmettre cette position. Ainsi, apparaissent des conflits en héritage chez ceux qui tentent de garder les deux fers au feu : les successions sont douloureuses, les testaments complexes et le patrimoine intellectuel aisément perdu dans les sables de la parentèle. Quel encombrement pour les héritiers qu’une énorme bibliothèque après la disparition de celui qui en était maître ! Que faire de tant de papiers ? Comment peut-on prévoir avec certitude qu’au moins un des rejetons sera intellectuellement et financièrement capable de maintenir pour la postérité la flamme du génie ? Ces questions, non résolues, deviennent brûlantes à l’occasion de la mort d’un savant : il est alors possible à l’historien de mettre au jour les précautions prises pour assurer la transmission de biens culturels et surtout d’examiner les conflits et les échecs inévitablement associés à ces tentatives désespérées6.

4L’article qui suit prend pour point de départ un cas de succession douloureuse de ce genre. Au cours des années 1620, le conseiller au parlement d’Aix Peiresc s’acharna à obtenir de son confrère Guillaume Catel, conseiller au parlement de Toulouse, un manuscrit contenant des annotations sur Pline du fameux philologue et évêque de Montpellier Guillaume Pellicier. La mort de Catel en octobre 1626 sembla lui offrir quelques perspectives nouvelles mais c’était sans compter les difficultés de l’héritage Catel, lequel n’eut que des filles, et la réticence de ceux qui s’en trouvaient légataires. Deux logiques, entremêlées, s’affrontèrent alors : celle qui voulait que les manuscrits revinssent à ceux qui étaient en mesure de les exploiter et celle qui tenait pour trésor familial les biens d’un aïeul célèbre. Les petits calculs mesquins et les drames de quatre sous n’étaient pas cependant l’unique privilège des familles de robe cherchant à préserver leur patrimoine, la République des Lettres n’en était pas exempte, bien au contraire, et la concurrence des talents en son sein contribuait elle aussi à brouiller les échanges comme à interrompre la circulation des savoirs.

  • 7 La notion de « bien précieux » est empruntée au vocabulaire de l’anthropologie, inspiré des travaux (...)

5Or, ce qui complexifie encore la nature de ces échanges est qu’ils portent généralement sur des objets (livres imprimés, manuscrits rares, curiosités, antiquités, etc.) que l’on peut définir comme des « biens précieux », c’est-à-dire comme des biens dont la valeur n’est pas (simplement) mesurable par un prix et dont on peut même dire qu’ils sont en quelque sorte « hors de prix », du fait de leur singularité qui les rend insubstituables7. Que vaut un bout de papier griffonné ? Rien en soi, sauf si l’auteur du gribouillis est célèbre et/ou réputé savant. Et comment comparer ce bout de papier à un autre pour lui donner de la valeur ? Un fragment de Platon vaut-il deux Aristote ? Au moment où les malles des érudits défunts s’ouvrent, toutes ces problématiques de la valeur éclatent au grand jour et ce sont alors des trésors de diplomatie et de ruse qu’il faut déployer pour s’emparer du magot.

La succession Catel

  • 8 Lettres de Peiresc, éd. Ph. Tamizey de Larroque, 7 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1888-1898, (d (...)
  • 9 Voir Lettres de Peiresc, t. vii, lettres de Peiresc à G. Catel, p. 842-855.
  • 10 On identifie d’ordinaire ce fameux commentaire au Ms 6808 du fonds latin de la Bibliothèque nationa (...)
  • 11 François de Joyeuse (1562-1615), on verra plus bas le lien entre ce prélat, Catel et le commentaire (...)
  • 12 Dans des Instructions laissées en 1628 à Denis Guillemin, prieur de Roumoules, pour son voyage dans (...)
  • 13 Ce correspondant est Guillaume d’Abbatia dont il vient d’être question à la n. précédente, voir Les (...)
  • 14 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 190, lettre de P. de Puymisson à Peiresc du 20 f (...)

6C’est Pierre Dupuy qui annonce en janvier 1627 à Peiresc la mort de l’historien Guillaume Catel survenue le 5 octobre 1626 : « L’on m’a dit une nouvelle qui me fasche de la mort de Mr Catel de Toulouse qui faisoit l’histoire du Languedoc. Le public a fait perte en luy. Ainsy, les bons s’en vont et les mechans demeurent pour la punition de ceux qui restent »8. Peiresc connaissait fort bien Catel puisqu’il avait échangé, au moins depuis 1614, quelques lettres avec lui et qu’il était grandement intéressé par ses recherches historiques languedociennes9. Malgré cette amitié, il n’avait jamais réussi à obtenir de lui la communication du précieux commentaire de Pellicier dont les savants de l’époque avaient perdu la trace et que tous les philologues continuent à chercher de nos jours10. La description matérielle du manuscrit n’est pas très précise : Peiresc croit savoir qu’il s’agit d’« observations et corrections » de Pellicier sur huit livres de l’Histoire naturelle dont la bibliothèque des Jésuites garderait un autre exemplaire provenant du cardinal de Joyeuse11 mais il évoque également « un grand volume du Pline imprimé avec des petites diverses leçons et nottes marginales »12. L’un de ses correspondants à Toulouse qui a pu visiter l’héritier mentionne quant à lui « dix mains de papier »13 et l’héritier lui-même, dans une lettre adressée à Peiresc, décrit un « commentaire presque entier sur quatre livres de cet Autheur [i.e. Pline] qui remplit huit mains de papier »14. Pour ajouter la déception à la confusion, disons d’emblée que Peiresc n’obtiendra jamais le fameux manuscrit ; mais ce sont précisément les raisons qui expliquent cet échec ainsi que les compensations qu’il réussit à obtenir en échange qui nous intéressent ici.

  • 15 Il n’existe pas à ce jour de biographie satisfaisante de G. Catel. À défaut, il faut se reporter à (...)
  • 16 La remarque se trouve dans l’Éloge de Catel inséré au début des Mémoires de l’histoire du Languedoc (...)
  • 17 Sur la « révolution » historiographique de la fin du siècle, voir notamment Donald R. Kelley (dir.) (...)
  • 18 André Navelle, Familles nobles et notables du Midi toulousain aux xve et xvie siècles : généalogie (...)
  • 19 Pour tous les noms qui précèdent, voir notamment les notices biographiques dans Patrick Arabeyre, J (...)
  • 20 Sur Guillaume Maran et ses enfants dont il sera question plus bas, voir la référence précédente et (...)

7Guillaume Catel naquit vers 1560 d’une illustre famille toulousaine anoblie par le capitoulat qui donna plusieurs conseillers au parlement et dont la légende voulait qu’elle fût issue d’un chevalier écossais nommé Caldell ayant servi sous Charles VII15. Il était fils de Jean Catel, conseiller depuis 1553, auquel Guillaume succéda en 1588, et de Jacquette de Lamamye, fille de conseiller, encore vivante en 1626. Employant admirablement le « loisir qui luy restoit des occupations du Palais »16, Guillaume Catel se fit une réputation parmi les érudits en publiant une fameuse Histoire des comtes de Tolose (Toulouse, 1623)17. Dès la fin de 1625, il avait commencé à rassembler les éléments d’une plus vaste histoire du Languedoc qui parut après sa mort en 1633 sous la forme de Mémoires réunis et édités par son neveu, lequel occupait la charge de conseiller au parlement transmise par son oncle. La famille de Guillaume Catel s’était alliée à plusieurs noms illustres de la magistrature toulousaine18 : l’une de ses sœurs avait épousé un Prohenques, l’autre un Maran, une troisième un du Laur ; lui-même eut pour première femme une Séguier, cousine du chancelier, puis en secondes noces Bourguine de Chaumeil qui était veuve d’un Maynard et dont la fille épousa un Cambolas ; les deux filles de Catel issues du premier lit épousèrent pour l’une un Puymisson, pour l’autre un Bertier ; son neveu Charles qui édita ses Mémoires du Languedoc fut marié à une Lacoste. Plusieurs de ces noms évoquent la fine fleur de la judicature occitane : le Bertier qui épousa Jacquette, la fille aînée, était fils de Philippe, président à mortier ; le Puymisson qui épousa Marguerite, la fille cadette, était fils du jurisconsulte Jacques ; le Cambolas qui épousa sa belle-fille Anne de Maynard, elle-même petite-fille de l’arrêtiste Géraud de Maynard, était fils de Jean, président des Enquêtes et conseiller d’État19 ; le Maran qui épousa sa sœur Madeleine était Guillaume qualifié par certains de « plus grand jurisconsulte de France après Cujas »20.

  • 21 Il s’agit d’une copie extraite d’archives privées, l’original ayant été perdu, éditée par Célestin (...)
  • 22 Mémoires de l’histoire du Languedoc, op. cit., Éloge de M. Catel (non paginé).

8On conserve une très précieuse copie du testament de Catel rédigé le 4 février 1626 et ouvert au lendemain de sa mort le 6 octobre21. Ce document rend témoignage des choix épineux que Catel dut faire pour tenter d’assurer sa postérité comme conseiller et comme historien. Catel, on l’a déjà signalé, n’eut pour enfants survivants que deux filles, Jacquette et Marguerite. Cependant, nous dit le rédacteur de son Éloge, « le déplaisir qui luy pouvoit venir de ne voir point d’enfans masles dans sa famille, selon le désir naturel aux pères, se treuvoit grandement adoucy par la présence de cinq frères et d’un nepveu fils de son aisné, tous personnages de mérites et élevez en dignité »22. Le partage prévu dans le testament cherche à répondre à ce « déplaisir », guère inhabituel, par quelques dispositions particulières. Tout d’abord, Catel doit penser à sa vieille mère âgée de 87 ans à laquelle il alloue une pension de 600 livres avec l’usufruit de ses biens situés à Labège. Puis, après les dons pieux d’usage, Catel attribue quelques biens à ses frères et sœurs, neveux et nièces entrés dans les ordres. Il réserve un sort particulier à sa belle-fille Anne de Maynard qu’il dit aimer « à l’esgal de [s]es filles » et à laquelle il remet trois livres « d’imaiges de talhe douce » ayant appartenu à Bourguine de Chaumeil sa mère, divers objets précieux, dont un diamant valant 100 écus ainsi qu’une somme d’argent importante issue de l’héritage maternel. Catel déclare qu’il aurait pu favoriser encore davantage Anne de Maynard mais que la fortune de « Monsieur de Camboulas, son mary, [...] est sy bonne et ses moyens si grands que elle n’a pas besoing des miens ». À Jacquette, sa fille aînée, épouse de Bertrand de Bertier, Catel lègue la plupart de ses biens de prestige, dont la maison de Toulouse, la vaisselle d’or et d’argent, le carrosse et ses chevaux, ses métairies, le tout pour 30 000 livres, mais rien pour ses petits-enfants. Marguerite, la cadette, épouse de Pierre Pol de Puymisson, reçoit les meubles de sa chambre et divers autres biens pour un montant équivalent de 30 000 livres.

  • 23 Gervais de Maran († 1664), conseiller au parlement et maîtres des requêtes, et son frère Raymond de (...)
  • 24 Mais l’argument ne vaut pas pour une autre sœur, Marie, qui épousa Géraud du Laur, conseiller au pr (...)
  • 25 Sur Vanini à Toulouse, voir Émile Namer, La Vie et l’œuvre de J.-C. Vanini : prince des libertins m (...)

9Avant d’en venir au petit-fils Guillaume de Puymisson et au neveu Charles qui devront se partager les livres de la bibliothèque et tous les papiers d’érudit, il faut s’arrêter un instant sur quelques absents du testament. Les neveux Maran issus du mariage de sa sœur Madeleine et de Guillaume de Maran, personnages aussi « élevez en dignité » que Charles, ne reçoivent rien, bien que deux d’entre eux soient présents à l’ouverture du testament23. Les raisons en peuvent être multiples. Rien n’oblige tout d’abord un oncle à gratifier tous ses neveux et nièces, d’autant que la famille Maran, comme les Combolas, était à même d’assurer fortune et carrière à ses rejetons sans l’aide de Catel. En outre, Madeleine, contrairement à Pierre, le frère aîné, père du neveu Charles, ne pouvait transmettre le nom24. Enfin, une inimitié ou une jalousie de Catel à l’égard de ses neveux est toujours possible. En ce qui concerne les petits-enfants Bertier, l’oubli est plus surprenant puisqu’il s’agit là de descendance directe. Puymisson, l’autre petit-fils issu de Marguerite, est favorisé. L’explication est peut-être à trouver dans la fâcherie qui était née entre Catel et son gendre Bertier à l’occasion du procès Vanini (1618). Catel, proche du milieu dévot, formé spirituellement par Gilbert Genebrard, un ligueur acharné, fut peut-être celui qui emporta au sein de la cour la décision de mort contre le philosophe. Or, le comte de Caraman et le conseiller Bertier avaient été les deux protecteurs de Vanini à Toulouse. Il semble que les deux hommes ne se soient jamais pardonné leurs rôles respectifs dans cette affaire25.

10Au moment de transmettre ses biens intellectuels, Catel choisit de les partager, comme s’il craignait qu’aucun de ses héritiers ne fût en mesure d’assumer seul le double héritage du juge et de l’érudit. Comme il avait toute confiance dans la probité de son gendre Puymisson, il lui confia le soin de ses livres savants :

« Je lègue et donne à Monsieur de Puymisson, mon gendre, que je ayme à l’esgal de mes filhes à cause de son méritte et affection qu’il me apporte, tous mes livres tant imprimés que escripts en la main quy se trouveront dans mon grand estude, quy est au plus hault de la maison, avec touts les memoires et titres anciens ou extraicts d’iceux que je reculhy avec ung grand soing. »

  • 26 La précision peut à nouveau être interprétée comme un barrage fait aux petits-enfants Bertier, dont (...)

11Puymisson devenait ainsi l’héritier spirituel de Catel avec une fonction d’exécuteur testamentaire : « Je prie aussy led. sr de Puymisson, où je viendrois à déceder avant que mes Mémoires de Languedoc, quy sont sur la presse, fussent achevé d’imprimer, de en voulloir avoir le soing ». Du reste, tous les espoirs de Catel reposaient sur le goût pour les études manifesté par son petit-fils, Guillaume de Puymisson, auquel son père devait remettre in fine les papiers érudits : « Suppliant [M. de Puymisson] de les vouloir recepvoir pour l’amour de moy, et quelque jour, quand il luy plairra, le rendre à mon filleul Guilleaume de Puymisson, son fils, qui promet tant et donne sy bonne esperance de luy, tant à moy qu’à ceulx quy le cognoissent ». Mais il fallait aussi préserver et transmettre la charge de conseiller au parlement et c’est le neveu Charles Catel qui fut choisi pour cela. En plus de la somme de 6 000 livres, Charles, fils aîné de Pierre, président aux requêtes, reçut donc la partie juridique de la bibliothèque : « Je donne et lègue à mon nepveu [...] ma bibliothèque en droit civil et canon, laquelle est dans mon petit estude, quy est au bout de ma grande gallerie ». Sa carrière fut ainsi préparée : « Je prie aussy mes heritieres de le vouloir preferer à ung aultre en la resignation de mon office26, en payant l’office comme il vaudra, et en pourront trouver d’un aultre ». Voilà donc deux héritiers bien distincts : l’un pour l’érudition, l’autre pour la carrière. Faut-il y voir la volonté de ne pas avantager outrageusement l’un plus que l’autre, ou plutôt celle de ne pas attacher son souvenir à une seule souche qui, en périssant, ferait disparaître l’héritage tout entier ? Quoi qu’il en soit, Catel prit bien des précautions pour sauver sa précieuse bibliothèque et tenter de pallier les coups du sort. En vain.

12Les aléas démographiques sont tels au sein des familles de l’époque moderne que toute stratégie, qu’elle soit professionnelle ou patrimoniale, a peu de chance d’aboutir. En l’occurrence, c’est celle qui visait à préserver l’héritage intellectuel de Catel qui échoua, en partie. Pierre Pol de Puymisson, qui était chargé d’assurer la transmission du patrimoine de l’érudit à son fils Guillaume, ne put s’acquitter d’une telle mission comme il le devait pour au moins deux raisons. La première en est sans doute la lourdeur de la tâche elle-même, subitement confiée par la volonté d’un mort à un héritier plus ou moins prêt à s’en acquitter. En février 1628, plus d’un an après la disparition de Guillaume Catel, Puymisson écrit à Peiresc qu’il ne peut satisfaire à sa demande de rechercher le Pline ni lui communiquer les notes sur l’histoire du Languedoc car il n’en a pas le temps :

  • 27 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 189, lettre de P. de Puymisson à Peiresc du 20 f (...)

« Je voudrois m[onsieu]r pouvoir satisfaire présentement à votre désir mais je vous diray que Mr Catel m’ayant commandé par son testament de procurer l’impression de son Histoire et de la conduire à sa fin, j’ay esté empêché jusques à présent de pouvoir mettre en œuvre le dessein que j’ay tousjours eu d’accomplir cette volonté, soit à cause des affaires qui suivent d’ordinaire la mort des Peres dans les familles ou des occupations que j’ay dans ma charge, ou des estudes particulières que j’avoys, dont je n’ay peu me detacher si promptement pour vacquer à cela ; mais ayant rangé tout ce qu’il a laissé de cette Histoire, j’en poursuis l’impression et espère voir bientost cet ouvrage achevé. »27

  • 28 Son aînesse se trouve confirmée par le testament de Marguerite Catel en date du 10 avril 1642, AD, (...)
  • 29 Son testament, AD, Haute-Garonne, 1E 269, pièce n° 53, daté du 26 octobre 1676, ne fait aucune ment (...)

13Dans ces excuses, il ne faut pas exclure une grande part de mauvaise foi (comme cela apparaîtra clairement à propos du Pline) mais on peut néanmoins considérer comme honnête la plainte concernant la difficulté à s’occuper de la publication post mortem de manuscrits savants. La deuxième raison, fatale celle-là, qui empêcha Puymisson d’accomplir sa tâche jusqu’au bout fut qu’il mourut précocement en octobre 1628. Guillaume de Puymisson, qui était le fils aîné et certainement le plus avancé en études28, ne pouvait donc plus être l’hypothétique héritier d’un historien aussi fameux que mort mais devait de toute urgence maintenir haut le nom de la famille Puymisson dans la magistrature : il s’orienta donc vers une carrière de conseiller, entra en charge en décembre 1633, et on n’entendit plus jamais parler de lui en tant que serviteur des belles lettres29.

  • 30 Mémoires de l’histoire du Languedoc curieusement et fidèlement recueillis de divers auteurs, Toulou (...)

14La menace la plus grave pour la postérité intellectuelle de Catel était que son travail sur l’histoire du Languedoc, en partie déjà sous presse au moment de son décès, ne parût jamais. Puymisson père ayant disparu et son fils n’étant plus en mesure de satisfaire aux espoirs que l’érudit avait fondés sur lui, le risque était considérable de voir ce grand œuvre se perdre pour toujours, au grand préjudice de la République des Lettres. Finalement, les Mémoires parurent en 1633 par les bons soins du neveu Charles. Dans sa dédicace au chancelier Séguier dont il se plaît à rappeler qu’il est parent, Charles livre quelques informations sur le destin chahuté des papiers Catel : « Ses escrits estant depuis tombez en mes mains, j’ay creu qu’ayant l’honneur d’estre son nepveu et d’avoir succédé à sa charge, j’estois en obligation de nature et de gratitude d’employer tous mes efforts à procurer la perfection de son ouvrage... » Ainsi donc, les précieuses feuilles sur l’histoire du Languedoc avaient fini par être récupérées par Charles Catel qui se sentait moralement obligé – pour « avoir succédé à sa charge » – d’éditer cet ouvrage important de son oncle. Le sort est décidément bien facétieux avec la volonté des défunts ! Car, si Guillaume Catel avait choisi, par sécurité, de dissocier l’héritage érudit de l’héritage juridique, c’est celui qui avait repris son office qui se fit un devoir d’assurer sa postérité d’historien, par esprit de reconnaissance : « Agréez donc, je vous supplie, Monseigneur, que je rende cette piété à la mémoire de celuy à qui le nom de nostre famille doit quelque nouvelle estenduë de reputation, et de qui ma fortune particulière a receu quelque accroissement... »30 La phrase sonne comme l’aveu que le renom d’un aïeul fort savant n’est pas sans intérêt pour le lustre d’une carrière de robe. La séparation des délices de la science et des nécessaires accommodements de la vie sociale paraît dès lors bien artificielle, tant les unes et les autres se nourrissent mutuellement et s’entretiennent. De ce point de vue, la stratégie testamentaire adoptée par Catel s’est révélée fort peu efficace et même, peut-être, erronée dans son principe : il eût fallu donner tout à un seul pour espérer pouvoir sauver l’essentiel.

  • 31 BnF (Paris), Fonds français 9543, fol. 87r, lettre de Fr. Maran à Peiresc du 23 mars 1633. Dans une (...)

15Cependant, tous les livres et papiers d’abord confiés à Puymisson ne furent pas, après la mort de celui-ci, transmis au neveu Charles. Il y a fort à parier que Charles ne s’intéressa qu’au manuscrit de l’histoire du Languedoc, lequel lui permettait de faire un « coup » éditorial qui accroissait sa propre réputation. Quant aux autres papiers et livres, peut-être plus obscurs ou moins lucratifs, ils furent probablement laissés aux Puymisson. En ce qui concerne, par exemple, un autre manuscrit, celui des poètes provençaux, nous savons par la correspondance de Peiresc et François Maran qu’il était toujours en possession d’une Puymisson en 1633 : « J’ay demandé à Mademoiselle de Puimisson ma cousine le Roman manuscrit quele a des poètes provenceaux, ele m’a promis de me [le] prester pour vous l’envoier... »31 Ainsi, malgré les précautions prises par Catel, son héritage intellectuel fut dispersé et aucun de ses descendants ne fut en mesure de relever le flambeau.

Le Pline apostillé

  • 32 On sait de façon certaine que ce commentaire manuscrit existait à la mort de Pellicier († 1568) pui (...)
  • 33 Lettres de Peiresc, t. i, p. 667, lettre de Peiresc à P. Dupuy du 13 juillet 1628.

16Guillaume Catel possédait un commentaire de Pline que de nombreux philologues auraient voulu copier : celui de l’évêque de Montpellier, l’humaniste Guillaume Pellicier († 1568). La façon dont ce commentaire aboutit dans les mains de Catel mérite qu’on s’y attarde. On n’en connaît l’existence que par les lettres de Peiresc qui pourtant ne l’a jamais vu et ignore, en définitive, s’il s’agit véritablement d’un manuscrit32 ou d’un volume imprimé chargé de notes marginales : « Bien suis-je asseuré que feu Mr Catel me monstra un fort gros volume in fol° des commentaires du dict sieur Pellicier sur plusieurs libvres de Pline, mais comme ce fut fort à la haste, et en concurrance de plusieurs aultres libvres curieux, je n’observay pas précisement ce qu’il en avoit. »33

  • 34 Mémoires de l’histoire du Languedoc, op. cit., Éloge de M. Catel (non paginé).
  • 35 Sa présence à Rome est attestée par des lettres écrites à Jacques-Auguste de Thou et aux frères Dup (...)

17Il est quasi certain en revanche que le commentaire, quelle qu’ait été sa forme, avait été transmis à Catel par son frère, Paul. Ce frère, doyen de Varens en 1607, après avoir été « précepteur de Monsieur le frère du Roy [...], fut donné pour conseil et dataire à Monsieur le Cardinal de Joyeuse, lors qu’il fut faict légat a latere pour baptiser le Roy à présent regnant [Louis XIII], et pour terminer le differant qui fut entre le Pape Paul V et la République de Venise »34. Paul Catel partit donc pour l’Italie, où semble-t-il il mourut, dans l’entourage du cardinal de Joyeuse au moment de la crise de l’Interdit35. Or, c’est de ce même François de Joyeuse que les pères jésuites de Paris sont censés, selon Peiresc, détenir une autre copie du commentaire :

  • 36 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118v.

« L’affaire est qu’on va mettre soubs la presse une nouvelle édition de Pline à Paris soubs la direction de Nicolaus Rigaltius Bibliothecaire du Roy, à qui les RR. PP. Jesuittes ont communiqué pour cet effect tout ce qui souloit estre dans la Bibliotheque de feu Cardinal de Joyeuse, des observations et corrections de feu sr Pelissier... »36

  • 37 Joseph Pitton de Tournefort, Institutiones rei herbariae... Editio tertia, Paris, e typographia reg (...)
  • 38 Sur cette question, voir les articles d’Hermann Walter cités n. 10 et Anna Clara Cataldi-Palau, « L (...)
  • 39 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118v.

18Par un moyen ou par un autre, Joyeuse a donc acquis des manuscrits ou des livres annotés de la main de Pellicier dont Paul Catel a pu disposer et dont il a fait don par la suite à son frère Guillaume, le grand érudit de la famille. Bien que Tournefort affirme encore, selon le témoignage du chanoine Gariel, que Peiresc possédait à la fin de sa vie le fameux commentaire37, le destin des livres et des papiers de Pellicier est si obscur qu’il faut, au moins provisoirement, accepter de s’en tenir là38 et se contenter des dires du même Peiresc qui croit savoir, en ce qui concerne un éventuel commentaire manuscrit, que « feu Mr le conseiller Catel avoit une coppie de la plus part de ce qu’on a à Paris, plus nette »39 et, de façon plus certaine, penser que Catel possédait au moins une édition de Pline annotée par le grand humaniste montpelliérain.

  • 40 Lettres de Peiresc, t. i, p. 155, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 24 février 1627.

19Quelle édition ? C’est encore un autre problème. Si Peiresc ne reçut jamais le commentaire manuscrit ni même le « fort gros volume in fol° » qu’il avait en mémoire, on peut suivre semaine après semaine et mois après mois les difficultés qu’il surmonta pour obtenir finalement la communication d’un petit in-octavo avec des notes marginales. Tout commence donc avec l’annonce de la mort de Guillaume Catel au début de l’année 1627 : « Je regrette infiniment la mort de Mr Catel, sur qui j’eusse possible eu plus de crédit que sur son heritier, mais je suis pourtant resolu de tenter ce qui se pourra esperer du Pline de feu Mr Pellissier »40. En juillet suivant, Peiresc annonce qu’il compte passer par l’intermédiaire des neveux Maran :

  • 41 Ibid., p. 288, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 12 juillet 1627.

« J’ay escript pour le Pline et ay fort opportunement donné creance pour celà à un conseiller du parlement neveu de feu Mr Catel, qui est fort de mes amys, et qui a esté icy quelques jours, lequel m’en donne plus d’esperance que je n’en osois concevoir d'abbord. Il a de grandes affaires qui ne nuiront possible pas à ce dessein. Si le bonhomme vivoit, avec l’intercession de celui-cy nous l’eussions arraché indubitablement. Il faudra voir quelle operation cela fera et puis faire la guerre à l’œuil. »41

  • 42 Ibid., p. 325, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 11 août 1627 ; ibid., p. 369, lettre de Peiresc à J. (...)

20En août, le projet se confirme : « Je n’ay poinct oublié le Pline. Je pense vous avoir escript ce que j’y avois negocié de vive voix avec Mr le Conseiller Maran, neveu de feu Mr Catel, lequel doibt revenir au commancement d’octobre et m’en apporter toute resolution... »42 Mais, à l’automne, la médiation du conseiller Maran n’a toujours rien donné.

  • 43 Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 673, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 13 février 1628.
  • 44 Sur l’humaniste Danès, voir notamment Jean-François Maillard, Judit Kecskeméti, Catherine Magnien e (...)

21Au début de l’année 1628, Peiresc reçoit une lettre de Puymisson, dont un extrait a déjà été cité à propos de l’édition des Mémoires, qui donne plusieurs détails sur la difficulté des tractations. Entre temps, Peiresc a été informé par l’avocat d’Abbatia que la médiation Maran était une impasse : « J’ay jugé qu’il faloit pour [n’]échapper tout ce qui regarde Mr Catel voir plustost Mr de Puymisson, son beau-fils et son héritier, que Mrs de Maran, lesquels, outre qu’ils ne vous aiment pas, ne peuvent rien. »43 Abbatia semble mieux renseigné que Peiresc en ce qui concerne les ayants droit de Guillaume Catel – on a vu que les neveux Maran étaient exclus du testament – et il nous apprend en sus que les frères Maran ne considèrent pas Peiresc avec la meilleure opinion, ce que nous savons faux pour le chanoine François, qui correspondait avec lui, mais peut-être exact pour ses frères le conseiller Gervais et le régent Raymond. Averti par les Maran et par Abbatia que le grand érudit aixois cherchait à obtenir un manuscrit dont il venait d’hériter, Puymisson choisit donc de s’adresser directement à Peiresc. Sa lettre n’est que désillusions. Il ne parle pas d’un commentaire manuscrit de Pline rédigé par Pellicier mais de celui d’un autre fameux humaniste, l’évêque de Lavaur Pierre Danès (†1577)44, il refuse de communiquer les notes sur l’histoire du Languedoc pour les raisons qui ont déjà été expliquées et, enfin, il se montre très réticent à envoyer les annotations du Pline, faisant preuve d’une mauvaise volonté évidente :

  • 45 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 190, lettre de P. de Puymisson à Peiresc du 20 f (...)

« Pour ce qui est du Pline, ce ne sont point des simples notes, c’est un commentaire presque entier sur quatres [sic] livres de cet Autheur qui remplit huit mains de papier et que je n’oserois vous envoyer que je ne l’aye plutost veu exacte[ment] pour sçavoir si c’est chose digne de vous et de ce grand homme qu’on en rend l’Autheur. »45

22On connaît la suite de ces bonnes intentions. D’ailleurs, Abbatia livre une tout autre version à la suite d’une conversation qu’il a eue avec Puymisson sur le sujet du Pline :

  • 46 Les correspondants de Peiresc, t. i, p. 673, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 13 février 1628.

« Il me répondit au Pline que c’estoient dix mains de papier desquelles il faisoit plus d’estat que de ses enfans, et qu’il vouloit faire imprimer exprès avec le Pline et marquer la memoire de Mr Catel très expressement pour ce regard ; si bien qu’il estoit jaloux au dernier point qu’autre en eut l’honneur que luy. »46

23Comme Charles le fera plus tard avec les Mémoires de l’histoire du Languedoc, Puymisson entendait donc bien faire fructifier son héritage et ne pas lâcher si vite ses trésors, ce que Peiresc a parfaitement compris quand il écrit ensuite aux Dupuy :

  • 47 Lettres de Peiresc, t. i, p. 553, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 mars 1628.

« J’ay advis de Thoulouse, que le texte de Pline, avec les notes marginales et diverses leçons cottées par le feu sieur Pellicier, est en trez bon estat, l’homme qui en est le maistre se faict un peu prier, parce qu’il vouldroit l’honneur de le mettre en lumiere. Mais il y a du remede à cela, en luy en conservant tout ce peu qu’il en peult pretendre, dont je me feray fort. »47

  • 48 Ibid. Ces annotations de Cujas sont toujours conservées à la Bibl. Iguimbertine (Carpentras), Ms 18 (...)

24Peiresc se promet dès lors d’appâter Puymisson en lui faisant parvenir « quelques notes tirées d’un Pline où Cujas avoit notté de bons mots de sa main en quelques endroicts »48. Le stratagème semble avoir fonctionné :

  • 49 Ibid., p. 559, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 10 mars 1628. Et six jours plus tard, ibid., p. 569, (...)

« Au reste, j’ay eu une fort honneste lettre de celuy qui a le Pline de feu Mr Catel, on me faict esperer qu’il est pour faire icy bientost un voyage luy mesme, et qu’il me l’apportera jusques icy, n’ayant pas encores voulu donner parolles de le lascher plus avant que jusques à moy. »49

  • 50 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118v et 119r. Le « President de Cambolas » en quest (...)

25Pour parvenir à ses fins, Peiresc avait du reste envisagé d’user de toutes les influences qu’il savait efficaces dans le milieu des parlementaires toulousains. Dans ses Instructions de 1628 au prieur de Roumoules, un autre de ses amis sur place, il indique qu’il « faudra en toucher un mot de [sa] part au sr President de Cambolas » et que « s’il ne tenoit qu’à faire agir de puissantes intercessions, on y fairoit intervenir les plus fortes de la Cour de Leurs Majestez pour y proceder avec le plus d’honneur et de reputation que faire se pourra »50.

26Enfin, les efforts de Peiresc finirent par payer. Le 13 juillet 1628, il annonce à Pierre Dupuy avoir reçu le volume de Pline annoté par Pellicier :

  • 51 Lettres de Peiresc, t. i, p. 666, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 13 juillet 1628.

« Cependant, je vous envoye l’un des tomes du Pline de feu Mr Pelicier, lequel j’ay inespérement receu depuis hier de la part de l’héritier de feu Mr Catel de Thoulouse, sans toutes foys avoir encores eu ses lettres, qui sont demeurées en arriere dans les hardes de celuy qui s’en estoit chargé ; mais celuy qui a solicité cette affaire sur les lieux m’escript qu’en luy r’envoyant ce volume qui contient les XVI premiers libvres, il me fera envoyer le second qui contient les restants. »51

  • 52 Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 677-678, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 20 juin 1628 : (...)

27Ce « solliciteur » dont il est question n’est autre qu’Abbatia qui lui a fait parvenir le premier tome apostillé par Pellicier avec un courrier du 20 juin52. Lorsque, le 30 juillet, Peiresc accuse réception à Abbatia de son colis, il donne une indication très précieuse sur l’ouvrage concerné :

  • 53 Lettres de Peiresc, t. vii, p. 6, lettre de Peiresc à Abbatia du 30 juillet 1628.

« J’ay receu vostre lettre du 20e [juin] du passé ensemble le livre ou plustost volume du Pline de Cologne de l’an 1524, In-8, apostillé aux marges qu’il vous a pleu me renvoier de la part de Mr De Puymisson dont je seray à jamais redevable à vous et à luy comme de la plus insigne faveur que je me peusse promettre des meilleurs et plus anciens amis que j’eusse au monde... »53

  • 54 C. Plinii Secundi Naturalis historiae opus, ab innumeris mendis a D. Johanne Caesario Juliacen... v (...)
  • 55 On sait par une lettre du 11 août 1628 que le premier volume venait d’être renvoyé par les Dupuy à (...)

28Il s’agit donc de l’édition Cæsarius donnée à Cologne en 152454. Seul le premier volume avait été envoyé, le second connut plusieurs vicissitudes avant de parvenir à son destinataire55.

29Qu’y avait-il de si précieux dans ce Pline annoté ? Une chose était de trouver dans ces scholies des remarques inédites, une autre de pouvoir prouver avec certitude qu’elles étaient bien de Pellicier. Pour cela, Peiresc fit appel à ses amis parisiens, les Dupuy et Rigault. Dès la lettre du 13 juillet 1628 qui annonce la réception du Pline, Peiresc donne le résultat de son premier examen :

  • 56 Lettres de Peiresc, t. i, p. 666-667, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 13 juillet 1628. L’édition de (...)

« Je voulus voir aprez l’édition de Daleschamp et trouvay qu’il avoit luy mesmes veu quelque chose de semblable, et que pour les corrections pareilles, il alleguoit le Pline de Chiffletius, qui me fit juger de deux choses l’une, ou que Mr Pelicier et Mr Chifflet avoient veu le mesme manuscrit sur lequel s’estoient prinses les dictes corrections, ou bien que le dict Chifflet avoit mis la main sur les observations dudict Pelicier comme il y a de l’apparance. »56

  • 57 Ibid., p. 669, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 14 juillet 1628.

30À première vue, Peiresc est déçu mais à y regarder de plus près le constat est moins tranché : « J’ay depuis rejetté la veue sur quelques-unes des dictes notes selon que les trouvois plumettées, et en ay rencontré d’assez bonnes, non comprinses dans celles de Daleschamp... »57 Il fallait ensuite s’assurer qu’il s’agissait bien de corrections de la main de Pellicier :

  • 58 Ibid., p. 687, lettre de Peiresc à P. Dupuy du 4 août 1628.

« Je ne pense pas que ces appostilles soient les dernieres pensées du dict feu Pellicier, mais je crois pourtant que ce soit de sa propre escritture, pour le moings me l’a on ainsin faict entendre, et si vous me faictes la faveur de m’envoyer monstrer quelque chose de ce que vous avez de son escritture, je seray bien aise d’en pouvoir faire la comparaison moy mesmes estant certain qu’il y a des gents qui alterent grandement leur caractere selon la diversité des aages, aussy bien que la couleur de leur cheveleure. »58

  • 59 Ibid., p. 689, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 11 août 1628.

31En fait, les Dupuy ont devancé Peiresc et livré le résultat de leur expertise dans une lettre qui croise la sienne : « J’ay receu la vostre du 1er aoust avec le volume du Pline et aultres pieces fort bien conservées Dieu mercy, et vous asseure que j’ay esté bien aise de voir que vous soyez demeuré d’accord avec Mr Rigault de la verité de l’escritture des apostilles pour estre de la main de Pellicier... »59 Expertise de l’écriture, comparaison avec les éditions imprimées, tradition manuscrite, copie des annotations, le Pline apostillé par Catel ne fut pas mal exploité.

  • 60 Voir supra, note 31.

32En octobre 1631, apprenant tardivement la mort de Puymisson père et songeant déjà au manuscrit des poètes provençaux60, Peiresc se désespère à nouveau de pouvoir l’obtenir en raison des difficultés de la succession :

  • 61 Lettres de Peiresc, t. vii, p. 10, lettre de Peiresc à G. d’Abbatia d’octobre 1631.

« À ceste heure que Dieu nous a osté Mr De Puymisson, je ne pense pas qu’il faille plus songer à se prevaloir de ceste piece-là ne d’atendre du secours au moins de mon temps, m’imaginant qu’il faudra avoir à faire à des pupilles ou mineurs ou à des tuteurs, ou autres administrateurs qui ne pourront et ne voudront pas se dispenser de cella... »61

  • 62 Le post-scriptum de la lettre précédente indique que Peiresc s’est « resolu de fere une lettre aux (...)

33Puymisson, au départ si réticent, avait fini par céder aux offres de service de Peiresc, réalisant sans doute le crédit qu’il pouvait gagner à assister un érudit si réputé, mais à peine convaincu, il mourut, ce qui ramenait le problème à son point de départ62. Après la mort de Guillaume Catel et grâce à son influence dans le milieu judiciaire toulousain, Peiresc pouvait espérer qu’on le laisse accéder librement à la bibliothèque de l’historien mais deux successions à la suite, c’était une de trop.

Rigault tergiverse

  • 63 Lettres de Peiresc, t. i, p. 156, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 24 février 1627.

34Une information importante a été jusqu’à présent laissée dans l’ombre pour simplifier le récit déjà complexe des faits. Peiresc ne paraît pas directement intéressé par les apostilles de Pellicier mais il se présente comme agissant pour le compte de Nicolas Rigault qui, dit-on, prépare une nouvelle édition de Pline. Dans ses lettres du 24 février et du 1er avril 1627, Peiresc suggère aux Dupuy qu’il obtiendra d’autant plus facilement ledit commentaire si Rigault intervient personnellement dans ces démarches, d’une part en écrivant de son côté un courrier qui pourrait « servir d’honneste pretexte et fondement pour presser ces Messieurs »63, et d’autre part en laissant penser aux héritiers Catel qu’il est sur le point de mettre la dernière main à son édition de Pline :

  • 64 Ibid., p. 191, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 1er avril 1627.

« L’humeur de ceux à qui nous avons à faire est si jalouse et si desfiante qu’il y fault aller avec plus de reserve que le commun, et encores que possible Mr Rigault ne soit pas si prest de commancer son edition, si est ce que pour ne laisser eschapper la chasse, il n’y auroit pas grand danger quand il en parleroit comme de chose à laquelle il fust absolument resolu et un petit plus preste à mettre au jour, quand mesmes ce que nous demandons luy manqueroit, afin que cez gents là soient bien aises de proffiter l’occasion de faire publier ce qu’ils en ont, de crainte que le prix n’en soit diminüé par le travail que d’autres y feront par prevention ; car s’ils croyoient que cela ne se deubt bien tost imprimer, je ne pense pas qu’ils le voulussent lascher... »64

  • 65 Voir supra.

35Peiresc a très bien pressenti que l’insistance avec laquelle il va réclamer le Pline apostillé risque d’éveiller les soupçons des héritiers et leur faire comprendre qu’ils détiennent un bien précieux, ce qui fera sans aucun doute monter les enchères comme la première lettre de Puymisson de février 1628 le confirme exactement65. L’idée est donc de faire croire que Rigault s’apprête à publier son commentaire et qu’il ne faudrait pour rien au monde manquer une occasion de rendre le nom de Catel plus célèbre en s’associant à cette publication plutôt que d’attendre un éventuel autre acquéreur. Mais ce que Peiresc n’avait pas prévu, c’est qu’il devrait tenir la main non seulement aux héritiers Catel mais aussi à Rigault qui rechigna à s’investir dans cette affaire qui devrait pourtant le concerner au premier chef.

  • 66 Lettres de Peiresc, t. i, p. 831, lettre de P. Dupuy à Peiresc du 15 mars 1627.
  • 67 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 211 (1029), p. 303, lettre de N. Rigault à Peiresc du 9 août 16 (...)
  • 68 Lettres de Peiresc, t. i, p. 893, lettre de P. Dupuy à Peiresc du 27 décembre 1627. Il semble que R (...)
  • 69 Ibid., p. 553, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 mars 1628.

36Malgré les propos rassurants de Pierre Dupuy dès mars 1627 (« Mr Rigault vous escript suyvant vostre intention. Il a de si beaux commencements sur Pline que c’est obliger le public de l’ayder »66), et les semblants d’encouragements que Rigault lui-même prodigue à Peiresc (« Je vous supplie de continuer l’instance pour le Pline », écrit-il en août67), le savant bibliothécaire tarde à mettre au jour le fruit de son travail. À la fin de l’année, le ton est plus désabusé : « ... Inter nos vous ne debvez pas espérer de Mr Rigault le livre de Pline de insectis. Je l’en avois pressé dès le commencement non pas de tout le livre, mais seulement où il est parlé des mouches ; je n’en ay peu rien tirer » écrit P. Dupuy à Peiresc68. Ainsi, Rigault abandonne peu à peu son projet plinien et cela sans tenir compte du fait que l’érudit aixois engage son honneur et sa réputation pour arracher aux héritiers Catel le volume tant désiré. Dans un premier temps, Peiresc, qui ne veut pas rater cette occasion de rendre le gardien de la Bibliothèque du roi son obligé, tente de ramener Rigault vers de meilleures dispositions : il annonce avoir demandé en priorité « les notes et diverses leçons des chappitres concernants les animaulx insectes, pour embarquer Mr Rigault à en achever les espreuves »69. Lorsque le Pline apostillé arrive inopinément le 12 juillet 1628, Peiresc est pris au dépourvu :

  • 70 Ibid., p. 666, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 13 juillet 1628.

« J’eusse bien desiré d’avoir coppie des diverses leçons ou annotations faictes sur le XIe livre des insectes. Car je voulois fournir cet esguillon à Mr Rigault pour luy faire achever la correction de ce livre entier, s’il estoit possible. Et à ce que je puis comprendre ces Messieurs ont mieux aymé envoyer le volume où il estoit, que d’en faire transcrire les annotations... »70

37La soudaine décision de Puymisson d’envoyer le livre a contrarié la stratégie peiresquienne visant à forcer Rigault à retourner à son travail sur Pline. Mais, dans un second temps, c’est une noire colère qui gagne Peiresc lorsqu’il s’aperçoit que Rigault ne lui est en rien reconnaissant des efforts accomplis pour lui. Il s’en confie aussitôt à Jacques Dupuy en lui remettant une lettre amère destinée à Rigault sur laquelle Dupuy aura entière liberté :

  • 71 Ibid., p. 657-658, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 août 1628.

« Au reste, j’ay receu de Mr Rigault une lettre qui m’a scandalizé, et luy ay faict une responce, que le ressentiment de son proceder a extorqué de moy sur la chaude. C’est pourquoy je la vous envoye et laisse à vostre disposition de la jetter au feu, si ne trouvez à propos de la rendre, car je n’entends nullement de perdre son amitié [...] mais au moins cela vous fera cognoistre mes sentiments, et possible trouverez vous bon de luy en jetter quelque mot, pour esviter à l’advenir une petite action de mespris. »71

38La lettre de Rigault qui avait provoqué un tel courroux est malheureusement perdue mais on conserve celle que Peiresc lui avait écrite « sur la chaude ». L’érudit aixois estime avoir affaire à un ingrat :

  • 72 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1875, fol. 528r, lettre de Peiresc à N. Rigault du 4 août 1628

« Vous me permettrez bien de vous dire en qualité de fidelle amy que vous m’avez mal traitté à ce coup là soubz l’occasion puis mesme que je vous avois faict cognoistre que je desirois ce compliment pour me descharger envers ces Mess.rs de la presse que je leur avois faite et faict faire aux fins qu’il ne semblast pas que je ne les en eusse recherchés pour moy ou pour autre personnage de moindre merite que vous, Mons.r, dont le nom est si recomandable parmy les gens de bien. »72

39La lettre du même jour à Jacques Dupuy précise encore ces griefs :

« On n’eust pas extorqué de si rares pieces qu’on a arrachées de divers lieux pour l’amour des gents de lettres, si on eust esté si avare de tels petits compliments. Il faut bien essuyer d’aultres difficultez pour y parvenir, et souvent des rebuts tous formels qui se domtent que par la patiance, et perseverantes instances, et tesmoignages de sçavoir bon gré de toutes choses, soit precieuses ou non, quand il fault considerer l’honnesteté de celuy qui s’en prive pour l’amour de ses amys auquel on doibt, sinon la revanche, au moins les remerciments proportionnez plus tost à son estimation ou à son opinion qu’à la juste valleur des choses qu’on tire de luy. »

  • 73  La lettre de l’Inguimbertine, fol. 527v, confirme le peu d’intérêt manifesté par Rigault à la lect (...)

40On croit comprendre que Rigault a tout simplement négligé de remercier Peiresc et ses intermédiaires, peut-être même les héritiers Catel, pour l’obtention d’un ouvrage qu’il considère finalement comme de peu de prix73. Du coup, Peiresc, vexé, se désengage de la négociation :

  • 74 Avec la citation précédente, Lettres de Peiresc, t. i, p. 657-658, lettre de Peiresc à J. Dupuy du (...)

« Je seray bien contant que les choses qui restoient à faire se fassent sans moy, et en seray daultant deschargé, qui ne me sera pas peu d’advantage, car les gents de Thoulouse ne font rien pour rien, je vous prie de le croire [...] car ils sçavent bien tirer le soul de fin de toutes choses, et se prevaloir du temps, n’ayants rien en leur pouvoir qu’ils n’estiment au centuple de sa valleur. »74

  • 75 Ibid., p. 703, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 25 août 1628 : « Au reste, vous m’avez obligé infini (...)

41Ce que rappelle ici Peiresc avec véhémence à Rigault est que la République des Lettres fonctionne comme une économie où les échanges de biens (culturels) et de services (intellectuels) se monnayent au prix fort. Les politesses et manières civiles en sont en quelque sorte les écus sonnants et trébuchants. Celui qui s’en dispense agit non seulement comme un malotru mais aussi comme un larron. Heureusement pour Rigault et peut-être pour Peiresc, Jacques Dupuy ne transmit pas la lettre et l’affaire s’arrangea75.

42Reste à savoir pourquoi Rigault a renoncé à faire avancer son projet sur Pline. On ne peut faire là que des suppositions, mais qui rejoignent ce que l’on sait par ailleurs du personnage. La première raison peut être son caractère velléitaire maintes fois évoqué par ses amis comme par lui-même, mais l’explication n’est pas suffisante. Au cours des années 1627 et 1628, Rigault a en tête deux projets d’édition : l’un concerne Pline et l’autre Tertullien. Il s’ouvre sur le second à l’évêque d’Orléans, Gabriel de L’Aubespine, en janvier 1627 :

  • 76 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 211 (1029), p. 301, lettre de Rigault à G. de L’Aubespine du 15 (...)

« Pour ce qui est du Tertulien, il est très difficile de satisfaire à ce que vous desirés, car il y a grand nombre de notes et corrections et pour les recueillir et rendre raison des plus importantes, il faut bien du temps et du loisir. Si nos imprimeurs ne veulent bientost faire une nouvelle edition de cet Autheur, je me resoudray de ramasser tout ce qui me semble bon et le donneray au public en forme d'observations ; mais je l’entreprendray bien plus volontiers en vostre presence et ayant la faveur de conferer avec vous sur les occurrences. »76

  • 77 Q. Sept. Florentis Tertulliani Opera, ad vetustissimorum exemplarium fidem locis quamplurimis emend (...)

43Gabriel de L’Aubespine qui se piquait aussi d’érudition s’intéressait particulièrement aux anciens rites de l’Église primitive, c’est donc en réponse à une question sur Tertullien qu’il avait posée à Rigault que celui-ci dévoile son intention d’éditer le théologien. La correspondance de Peiresc et des frères Dupuy durant les années suivantes fait état de l’avancée de ses travaux sur Tertullien qui aboutissent à la publication, dans un premier temps, d’Observationes ad Tertulliani libros IX (Paris, 1628), puis des Œuvres complètes (Paris, 1634) de ce père de l’Église77. Mener de front deux éditions d’importance était difficile, il semble donc que Rigault ait eu à faire un choix et que celui-ci se soit porté sur Tertullien au détriment de Pline. Il informe d’ailleurs Peiresc de cette priorité dès le début de l’année 1628 :

  • 78 BnF (Paris), Dupuy 688, fol. 95r-95v, lettre de N. Rigault à Peiresc du 4 février 1628.

« Le Tertullian s’advance fort, et j’en laisserai aller plus que je ne m’estoi proposé au commencement. Ceste occupation m’empesche de penser autre chose qui faict que je vous supplie d’excuser si je ne satisfais plus punctuellement à ce que vous avez désiré... »78

44Ne voulant peut-être pas sacrifier totalement son travail sur Pline, il laissa Peiresc s’occuper du commentaire de Pellicier et prendre tous les risques, avec les suites que l’on sait.

45Une dernière raison de ses atermoiements, moins avouable, était la concurrence avec Saumaise. Dans la même lettre où Rigault confie à L’Aubespine son projet d’éditer Tertullien, il évoque les malheurs récents du philologue bourguignon :

  • 79 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 211 (1029), p. 301, lettre de Rigault à G. de L’Aubespine du 15 (...)

« Mr Saumaise est affligé du décès de Mr Desbordes Mercier son beau-père depuis un mois, cela retardera l’impression de son ouvrage sur Pline, et luy mesme a esté fort indisposé et longtemps ; c’est le fruit des estudes qui se font avec violence, et contention immodérée : on luy fait la cour pour l’attirer en Angleterre avec des conditions qu’il ne peut esperer icy comme nostre monde est fait... »79

  • 80 Cl. Salmasii Plinianae exercitationes in Caii Julii Solini Polyhistora. Item Caii Julii Solini Poly (...)
  • 81 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1875, fol. 521r, lettre de Peiresc à N. Rigault du 24 mars 162 (...)

46En effet, Saumaise préparait son édition de Solin qui se présentait, de fait, comme une vaste « émendation plinienne » de son plagiaire du iiie siècle. L’ouvrage parut en mars 162980. On ne peut s’empêcher de penser que Rigault scrutait avec attention les malheurs de Saumaise pour savoir si la voie se dégageait de ce côté-ci. Du reste, une lettre de Peiresc à Rigault datant de mars 1627 évoque explicitement la rivalité autour de Pline engageant les deux hommes qui avaient pourtant collaboré, avec Hautin, à la rédaction du fameux catalogue de la Bibliothèque du roi de 162281. En réalité, Rigault, peut-être en raison de son caractère velléitaire dont il a été fait mention plus haut, semble avoir abandonné la partie dès 1624, comme nous l’apprend une lettre écrite par lui à Charles de Montchal :

  • 82 BnF (Paris), Fonds français 2812, fol. 210v, lettre de N. Rigault à Ch. de Montchal du 31 octobre 1 (...)

« J’espère qu'à la fin nous engagerons Monsieur Saumaise à faire une édition du Pline, et par la délégation de ce debiteur très solvable je prétend estre valablement deschargé de l’opinion que l’on a eu que j’avoi entrepris cet ouvrage. Ce que j’en ai faict n’a esté que pour une estude particuliere. Vous scavés que je sui trop paresseus et trop foible pour un si pesant labeur. »82

47Mais, par de petites remarques glissées ici et là, on constate que Rigault se renseigne encore au-delà de cette date pour connaître l’état d’avancement du travail de Saumaise. Par exemple, lorsque le cardinal Barberini communique à Peiresc le relevé d’une inscription épigraphique concernant les courses de chevaux antiques, Rigault s’enthousiasme :

« Ceste quantité de noms de la grande inscription sont noms de chevaux et de leur païs et le nombre de leurs victoires et cela nous faict entendre un lieu de Pline viii. 42. qui auparavant estoit mal entendu. Je vous le remarqueroi plus particulierement n’estoit que je le vien de trouver expliqué fort aulong dans quelques caiers que j’ai du Solin de Mr Saumaise, mais il eust esté encore mieux s’il eust veu ces deux pieces anciennes excellentes à ce subject. Je les lui communiquerai et je ne doubte point qu’il ne les adjouste inter addenda. Et comme il scaurra qu’elles viennent de la part de Monseigneur le Card. Barberin, il sera obligé d’en faire mention. »

  • 83 Avec la citation précédente, BnF (Paris), Dupuy 688, fol. 95r, lettre de N. Rigault à Peiresc du 4 (...)

48Peut-être Rigault a-t-il été déçu, pensant pouvoir expliquer un passage obscur de Pline par cette découverte nouvelle puis s’apercevant que Saumaise l’avait devancé. Son seul secours est donc d’encourager Saumaise à mentionner cette inscription dans son ouvrage mais il ajoute, perfide et inquiet tout à la fois : « Je ne scai pourtant s’il n’y auroit point quelque petit desgoust en l’espece dudit Sigr. Card. s’il recognoisse que nous soions si libres à faire part de ce qu’il nous envoie à ceux qui n’ont point de part en nostre communion. Je vous supplie m’en escrire votre sentiment »83. Peiresc, qui a certainement compris ces subtiles allusions, se confie aux Dupuy pour savoir si Saumaise, de son côté, ne se froisse pas des informations communiquées par Rigault, ce sur quoi Jacques Dupuy le rassure aussitôt :

« Mr de Saulmaise est encore ici qui nous est venu veoir. Je l’ai sondé plus particulierement sur le faict de l’inscription, et comme il m’en a parlé, je ne croi pas qu’il soit en rien picqué de la lettre qu’avez escrite à Mr Rigault, et croi que si la piece fut venue en son temps, qu’il l’eut insérée dans son livre. »

49Saumaise se montre bon seigneur car il sait que sa réputation de philologue n’est plus à faire, ce dont Jacques Dupuy prend acte dans la même lettre :

  • 84 Avec la citation précédente, BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 77r, lettre de J. Dupuy à Peire (...)

« C’est une chose prodigieuse que de son sçavoir, l’estude de Pline l’a fait feuilleter et examiner tous les médecins anciens et quelques modernes principalement ceux qui ont traitté de la botanique. Il en sçait plus lui seul sur cette matière que toute la faculté de médecine. »84

50De l’avis de tous, le grand spécialiste plinien de ce temps, c’est Saumaise. Rigault a dû s’y résoudre.

  • 85 Q. Sept. Florentis Tertulliani Liber de Pallio. Claudius Salmasius recensuit, explicavit, notis ill (...)

51En résumé, durant toutes ces années, Rigault maintient habilement deux fers au feu : il laisse agir Peiresc dans la négociation du Pline apostillé auprès des héritiers Catel tandis qu’il travaille à son Tertullien avec acharnement. Dans ces deux projets, il rencontre la redoutable concurrence de Saumaise : celui-ci s’était en effet rendu célèbre quelques années auparavant par son édition du De Pallio (1622) du même père de l’Église85 et il prépare une non moins considérable édition de Solin (1629) qui est en fait un commentaire de Pline à peine dissimulé. Rigault poursuit le Tertullien, abandonne Pline à Saumaise, et Peiresc à son triste sort. Le choix est tactique : il est plus facile d’évaluer un travail déjà produit (le De Pallio publié) que de parier sur la qualité d’un à venir (le Solin en préparation). S’il n’y avait la désinvolture avec laquelle Rigault paye les efforts de Peiresc, l’affaire serait presque banale. Ce dernier a sans doute ressenti la frustration de l’érudit provincial qui ne put s’appuyer autant qu’il l’aurait voulu sur l’autorité du garde de la Bibliothèque du roi pour obtenir un manuscrit que lui-même, féru d’histoire naturelle, convoitait très certainement aussi. Il a cru pouvoir emprunter le nom de Rigault pour obtenir le précieux trésor mais sa manœuvre a échoué.

Les Verrès de la République des Lettres

52On a vu à quel point les relations entre les citoyens de la République des Lettres, tout amis qu’ils aient été, pouvaient être âpres. Loin d’être un royaume de générosité et d’altruisme, ce réseau engendre autant d’actes de domination, de dépendance et de forfaitures que d’autres. Cependant, il se trouve être organisé sur un échange de produits et de services que l’on peut qualifier de « biens précieux », ce qui fait sa spécificité. Les objets de ce négoce intellectuel n’ont pas toujours de prix, précisément parce qu’ils sont hors de prix. De ce fait, bien qu’ils puissent apparaître parfois comme autant de dons gratuits, ces échanges relèvent plutôt d’une certaine forme de prédation, au sein d’un milieu relativement étroit où la collaboration et l’entraide sont tout aussi fréquentes que la convoitise du bien d’autrui est commune.

  • 86 Voir Karel A. de Meyer, Paul en Alexandre Petau en de Geschiedenis van hun handschriften, Leyde, E. (...)
  • 87 On peut associer à ce besoin pressant de « bibliothèque publique » le fameux Advis pour dresser une (...)
  • 88 Voir Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 1, Paris, Imprimer (...)

53La mise en vente d’une bibliothèque, pour succession ou autre, est le moment où cette économie de prédation devient apparente. Les livres et les papiers tant convoités sont alors plus facilement accessibles. On sait que plusieurs parlementaires pillèrent sans vergogne la première bibliothèque de Mazarin pendant la Fronde. Paul Petau est même soupçonné d’avoir caché sous son manteau certains volumes du cardinal  les plus précieux pour qu’ils ne soient pas offerts à la vente avec les autres et obtenir ainsi un plus vil prix de l’ensemble86. Les circonstances permettant le pillage ne sont pas cependant toujours aussi favorables, ni l’ancien propriétaire aussi honni. La plupart du temps, il faut composer avec les héritiers et alléguer la bonne foi de ses démarches. Deux arguments peuvent alors être avancés pour essayer de faire fléchir les ayants droit : soit justifier d’un projet éditorial (d’où l’importance, dans l’affaire Catel, du travail de Rigault sur Pline), soit prétexter que la mise en commun de ces biens rares serait un bienfait pour la science comme pour la réputation de la famille du mort. Il faut en effet peut-être relier l’idée émergente d’une bibliothèque « publique » française, dès le début du xviie siècle, à l’arrivée massive sur le marché de livres issus de la vente de bibliothèques privées constituées par la robe dans le dernier tiers du xvie siècle87. Parce que les érudits voient presque chaque jour des trésors leur passer sous le nez, ils en viennent à souhaiter que l’État les préempte. Un cas au moins est célèbre, celui de la bibliothèque de l’évêque de Chartres, Philippe Hurault de Cheverny, mort le 27 mai 1620. Aussitôt son trépas annoncé, divers particuliers cherchèrent à s’emparer de ses précieux livres mais, par arrêt du conseil d’État du 8 mars 1622, la collection fut finalement achetée par le Roi après estimation faite par Pierre Dupuy et Nicolas Rigault. On donna 12 000 francs aux héritiers88. Pierre Gassendi, le biographe de Peiresc, indique que celui-ci en avait tiré une maxime quasi philanthropique :

  • 89 Pierre Gassendi, Peiresc, 1580-1637. Vie de l'illustre Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, conseiller (...)

« Il souhaitait que les manuscrits rares et de bon aloi, à défaut d’être édités le plus vite possible, fussent du moins conservés de préférence dans des bibliothèques publiques, plutôt que privées ; car de cette manière-là, ils étaient beaucoup moins exposés aux injures du sort. »89

  • 90 Lettres de Peiresc, t. i, p. 408, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 11 novembre 1627.
  • 91 Ibid., p. 895-896, lettre de J. Dupuy à Peiresc du 28 décembre 1627.
  • 92 Ismaël Boulliau, Astronomia philolaica, Paris, sumpt. S. Piget, 1645, p. 21 : « Opus ipse conscrips (...)

54Ces « injures du sort » évoquées par Gassendi, à l’examen des cas qu’il cite en exemple – le mathématicien Aleaume détenteur de manuscrits de Viète et Fontenay-Lieuville qui possédait un autographe d’Alciat – ne peuvent être que le résultat d’un pillage post mortem. On craint tout à la fois l’incompétence des héritiers en matière d’érudition et leur désintérêt pour certains objets chers aux savants. Ainsi, les « livres et instruments » de Jacques Aleaume (1562-1627) n’étaient pas tombés, au grand regret de Peiresc, « en main de persones qui en peussent avoir le soing qu’ils méritoirent » : « Il falloit que le Roy acheptast tout cela pour en mettre à la Bibliotheque ce qu’il y avoit de plus rare et pour le moings les ouvrages de feu Mr Viette... »90. La crainte de Peiresc se trouve, hélas, peu de temps après justifiée par une lettre de Jacques Dupuy : « Les livres de Mr Aleaumes ont esté achetez par des particuliers qui les font vendre par les libraires, ensemble ses instruments de mathématiques. Mr le président de [nom illisible] en a acheté plusieurs »91. Antoine de Loménie, sollicité par les Dupuy, se démena pourtant afin d’obtenir un brouillon de l’Harmonicon cœleste de Viète tiré de la collection Aleaume mais Boulliau nous apprend, dans les prolégomènes de son Astronomia philolaica (1645), que ce manuscrit fut ensuite prêté par Mersenne à un particulier indélicat qui refusa de le rendre92.

55Peiresc ne cache pas non plus, comme cela semble le cas avec Catel, que la disparition d’un savant puisse être aussi une chance, surtout quand un érudit vieillissant commence à faire des difficultés à prêter ses merveilles :

« Au reste, je plains bien le pauvre Mr de Fontenay Lieuville que j’avois aultres foys cogneu et gouverné bien familiairement. Ce sera grand dommage si cez singularitez qu’il avoit r’amassées ne tombent en main de gents qui s’y cognoissent et qui les communiquent au public plus librement qu’il ne faisoit depuis quelques années, car auparavant il n’en souloit pas estre si jaloux, au moins envers moy. »

56Voilà donc une bibliothèque prête à devenir publique contre le vœu même de son ancien propriétaire. Il n’y a guère que la concurrence d’un prince, au plus gros appétit, qui soit en mesure de faire reculer ces érudits prédateurs loin de la carcasse tant convoitée :

  • 93 Avec la citation précédente, Lettres de Peiresc, t. i, p. 697, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 18 a (...)

« Si je me fusse trouvé à Paris à cet inventaire, je n’eusse pas eu moyen de me contenir de surdire [i. e. surenchérir] à quelque chose, hors de la concurrance de Monsieur, auquel cas ce seroit un trop grand crime d’y penser. Et si elles tombent toutes ensemble entre les mains de Monsieur, encores y auroit-il de quoy se consoler, car pour le moings s’en pourroit-il esperer quelque communication, tost ou tard. »93

57L’avantage cependant avec les princes, c’est qu’ils sont pour la plupart prodigues de leurs trésors et que les savants peuvent venir les solliciter pour en obtenir le prêt, chacun ayant à y gagner, les uns comme patrons, les autres comme experts.

58Une telle générosité n’est pas  malgré les protestations du contraire que l’on trouve en abondance dans les correspondances  la règle entre particuliers. L’histoire du manuscrit Pellicier va nous en convaincre une nouvelle fois. Car la quête du précieux manuscrit n’a pas débuté avec la mort de Catel mais huit ans auparavant, aussitôt que Rigault a fait connaître son intention aux Dupuy et à Peiresc de travailler sur Pline. Philippe-Jacques de Maussac, un autre érudit, fils d’un conseiller au parlement de Toulouse, qui devait quelques services à Rigault parce que celui-ci lui avait transmis des manuscrits de la bibliothèque royale, se proposa comme intermédiaire :

  • 94 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 151r, lettre de Ph.-J. de Maussac à Peiresc du 22 janvier 16 (...)

« J’escript à Mr Dupuy, faitez moy l’honeur de luy faire randre ma lettre, et si vous voyez Mr Rigault dites luy de ma part que j’ay moyen de l’ayder à son Pline car Mr Catel qui est icy present en ce parlement a prou de choses sur cest aucteur tant de feu Mr Pelissier evesque de Montpelier que d’autres personages scavans que son frere qui estoit à feu Mr le cardinal de Joyeuse avoit recuilly avant mourir ; s’il juge que je luy puisse estre utile je suis disposé à le servir. Il n’a qu’à me commander. »94

  • 95 Ibid., fol. 11r, lettre de N. Rigault à Peiresc, février 1619 : « J’escris à Monsieur de Maussac af (...)

59Rigault ne tarda pas à accepter cette aide, avec l’idée que l’édition d’un commentaire aussi rare ne manquerait pas d’accroître sa réputation95. Mais la suite de la correspondance entre Maussac et Peiresc nous apprend à quel mauvais caractère ils avaient affaire en la personne de Catel. En mars 1619, Maussac signale les premières difficultés :

  • 96 Ibid., fol. 153r, lettre de Ph.-J. de Maussac à Peiresc du 15 mars 1619.

« Il m’avoit desja offert de me bailler [le Pline] à la charge qu’il ne sortit de ma bibliotheque, mais j’espere que d’une façon ou d’aultre je doneray contantemant à Mr Rigault et satisfairay à vos commandemans puisque vous le desirer ainsin. C’est un personnage de prou difficile convention et qui tient quelques fois plus rare ce qu’il a touchant les lettres qu’il ne devroit pas pour le bien public... »96

60En février 1620, n’ayant toujours rien obtenu, Maussac s’agace de tant de mauvaise volonté :

  • 97 Ibid., fol. 167v, lettre de Ph.-J. de Maussac à Peiresc du 2 février 1620. « Chamer » ou « se chame (...)

« Si Mr Catel estoit aussy desireux du bien public que ceux qui n’ont aultre chose devant les yeux comme vous, Mr Rigault ne chaumeroit après son Pline, mais je vous assure que je n’en sui peu venir à bout, ny Mr de la Coste ny aultre ses parans, tant je truve le naturel de cest home changeant et divers et peu porté à l’honeur des lettres. Les livres ne doivent jamais estre enviés principalemant lors qu’on n’en faict rien comme celuy-là qu’il ne voit jamais, le laissant deperir et aimant mieux le truver à la poussiere que le prester à un galand home pour en tirer ce qu’il y peut avoir de bon. Je continueray encores d’employer le vert et le sec et doneray advis audit sieur Rigault s’il doibt rien esperer de ce costé là. Je ne crois pas que ce soit si grand chose pour l’attandre avec tant de zèle et de respect. Si j’estois comme luy, je ne laisseray pas pour cela de metre la main à l’œuvre. »97

61Combien d’érudits, comme Catel, préféraient voir dépérir de vieux manuscrits dans leur bibliothèque plutôt que de permettre à un tiers d’en tirer gloire ? La statistique est bien entendu impossible à établir mais il est certain qu’une telle attitude ne devait pas faire exception. On comprend mieux dès lors l’extraordinaire espoir que pouvait susciter la disparition de Catel en 1627, pour autant que Peiresc réussît à en imposer aux héritiers afin d’obtenir ce que l’historien toulousain avait toujours refusé à d’autres de son vivant. Peut-être est-ce aussi la raison pour laquelle Rigault finit par se lasser de cette quête interminable : voyant en 1627 se renouveler les difficultés qu’il avait connues quelques années auparavant, le bibliothécaire du roi finit par jeter l’éponge.

  • 98 Aristotelis Historia de animalibus Julio Caesare Scaligero interprete, cum ejusdem commentariis. Ph (...)
  • 99 On conserve plusieurs copies latines et françaises de ce document. Voir Henk Jan De Jonge, « The La (...)
  • 100 Aristotelis Historia de animalibus Julio Caesare Scaligero interprete, op. cit., p. **4v : « Postqu (...)

62On ne s’explique pas bien le comportement de Catel lors de cette négociation qui n’aboutit jamais, d’autant qu’il entretenait avec Peiresc une correspondance plutôt aimable. Il est alors tentant de supposer que c’est la personnalité de Maussac qui, par une jalousie entre savants de la même ville, ou bien encore par quelque rivalité entre robins, posait problème. Et, de fait, il se trouve que Maussac fut impliqué dans une sinistre affaire de vol de manuscrit au cours de ces mêmes années 1620. L’homme était un excellent helléniste, qui édita notamment en 1619 l’Histoire des animaux d’Aristote assortie d’un commentaire du grand Jules-César Scaliger98. Son père avait, à prix d’or, fait l’acquisition de ce manuscrit et Maussac s’était résolu à le publier bien qu’il sût qu’il en existât d’autres versions aux mains des Hollandais qui avaient hérité des papiers de Joseph-Juste Scaliger, le fils, mort en 1609. Dans le testament de celui-ci, les commentaires d’Aristote de Scaliger père sont mentionnés comme laissés à la discrétion de l’un des élèves chéris de Joseph-Juste, le philologue Daniel Heinsius, à charge pour celui-ci de les mettre en lumière ou de les verser à la bibliothèque de l’université de Leyde99. Dans les prolégomènes à son édition de 1619, Maussac prévenait son lecteur qu’il avait tenté de convaincre les Hollandais de satisfaire aux volontés testamentaires de Joseph-Juste mais voyant, peut-être parce qu’ils étaient trop occupés à d’autres ouvrages ou pour quelques sombres raisons de querelles religieuses, qu’ils ne s’y résoudraient pas, lui-même avait pris la décision de se charger d’un tel fardeau100.

  • 101 La première plainte apparaît dans la lettre d’Heinsius à P. Dupuy en date du 4 octobre 1619, BnF (P (...)
  • 102 Plutarchi Libellus de fluviorum et montium nominibus... Philip. Jacob. Maussacus recensuit, latine (...)

63Ces indications scandalisèrent Heinsius qui écrivit aussitôt aux Dupuy pour se plaindre d’une telle mauvaise foi. Il n’avait, en effet, disait-il, jamais reçu aucune lettre de Maussac, ni pour demander si les commentaires étaient sur le point d’être édités, ni pour obtenir les manuscrits hollandais afin qu’ils puissent être collationnés avec celui que le père de Maussac avait acheté101. Heinsius était d’autant plus courroucé qu’il avait déjà pris en mauvaise part une allusion similaire inscrite au détour d’une page de l’édition du petit traité des fleuves de Plutarque que Maussac avait donnée en 1615102. Heinsius avait alors choisi de ne pas répondre mais l’attaque de 1619, appuyée par la réédition du Plutarque en 1620, le fit sortir de ses gonds. Non seulement Heinsius dénonce les contre-vérités répandues par Maussac mais il en fait encore une question de principe en tant qu’héritier intellectuel de Scaliger fils. Il ne lui semble pas correct d’éditer des ouvrages auxquels leur auteur n’aurait pas été en mesure d’apporter la dernière main, surtout quand ils s’y sont expressément opposés par testament :

  • 103 BnF (Paris), Dupuy 19, fol. 61v, lettre d’Heinsius à P. Dupuy du 4 octobre 1619 : « Id cur hactenus (...)

« Pourquoi nous n’avons pas produit [cette édition] jusqu’à présent, nos raisons en sont sérieuses. Et premièrement parce que j’estime qu’il est indigne d’éditer quelque chose après la mort de si grands hommes qui ne soit pas dans un état d’avancement suffisant et auquel la dernière main n’ait été donnée. Ainsi, les Genevois ont promis dans le catalogue les notes de Joseph Scaliger sur le Nouveau Testament contre ses dernières volontés par lesquelles il a interdit à quiconque d’éditer ses [papiers] après sa mort. »103

  • 104 Voir Henk Jan De Jonge, « The Latin Testament of Joseph Scaliger, 1607 », art. cit., p. 258 : « Sch (...)

64À la décharge de Maussac, il faut préciser que ce que ne dit pas Heinsius, c’est que le testament de Scaliger fils demande en effet qu’aucun manuscrit inachevé ne soit publié, à l’exception notable du commentaire de l’Histoire des animaux, donnant la priorité pour cela au disciple mais précisant bien qu’au cas où celui-ci ne pourrait en venir à bout, il faudrait attendre que « se présente un homme capable (idoneus) de se charger dignement de cette édition »104. Ces qualités, qu’Heinsius reconnaît d’ailleurs bien volontiers à Maussac, conviennent parfaitement à l’érudit toulousain. Quoi qu’il en soit, c’est à une nouvelle querelle d’héritiers que nous avons affaire : Maussac honore la mémoire de son père en éditant le manuscrit précieux que celui-ci avait acheté, Heinsius défend la réputation de son maître en s’irritant des libertés prises par un érudit prédateur.

  • 105 BnF (Paris), Dupuy 19, fol. 104r, lettre d’Heinsius à P. Dupuy du 16 janvier 1623 : « Video praefra (...)
  • 106 Voir Lettres de Peiresc, t. i, p. 10-11, 23, 37, 40, 48, 181-182 et 224.

65Bon prince, Heinsius décide pourtant de communiquer à Maussac une copie du fameux commentaire écrite de la main de Dousa, un autre disciple de Scaliger fils, sans doute pour ôter au Toulousain toute nouvelle raison de se plaindre. Il envoie ladite copie aux Dupuy accompagnée d’une lettre destinée à Maussac le 30 mars 1620. Il y joint même un manuscrit des Lois attiques, le 28 juillet suivant. Commence alors une longue angoisse pour Heinsius qui ne reçoit jamais le moindre accusé de réception de Maussac et qui finit par croire ses biens perdus. Il faudra sept longues années pour que l’érudit hollandais puisse les recouvrer. Entre mars 1620 et avril 1627, date de la restitution, Heinsius ne cesse d’écrire aux Dupuy et finit par regretter amèrement sa générosité envers un homme « dur et opiniâtre » qui aurait pu continuer longtemps à l’égratigner à « coups de plume »105. Peiresc est chargé par les Dupuy d’intercéder auprès de Maussac mais il n’obtient pas davantage de résultats106. Finalement, il semble que ce soit l’intervention de Valavez, le frère de Peiresc, parfois chargé par celui-ci de l’exécution des basses œuvres, qui par une lettre remplie d’acrimonie envoyée à Maussac le 1er janvier 1625 ait résolu le conflit. Cette lettre mérite un long extrait :

  • 107 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 144r, lettre de Valavez à Ph.-J. Maussac du 1er janvier 1625

« Monsieur, je me trouvay ces jours passez chez Mr Dupuy lors qu’on luy apporta une lettre de Mr Heinsius qui se plaignoit fort de ce qu’il disferoit tant de luy renvoyer les deux manuscriptz de feu Mr Scaliger De legibus Atticis et de Jul. Scalig. in lib. Arist. de animal. qu’il luy avoit prestez, et Mons. Dupuy me l’ayant faict veoir me dict que c’estoient des livres que vous aviez eu que Monsieur de Peiresc mon frere vous avoit faict bailler, et que cela luy faisoit grand tort, pource qu’il luy faisoit perdre credit, cest homme de qui il ne peut maintenant plus rien retirer qu’il ne luy rende ses livres et que depuis peu de jours il avoit esté pressé par des personnes de fort grande qualité d’envoyer querir un petit traité m[anu]s[crit] qui est dans ceste bibliotheque mais qu’il ne l’avoit osé entreprendre sans sçavoir premierement de voz nouvelles et en quel temps on pourroit esperer de r’avoir lez livres. »107

  • 108 L’expression se trouve dans une lettre de Peiresc à J. Dupuy du 31 mars 1627, Lettres de Peiresc, t (...)

66Les mauvaises manières de Maussac, comme celles de Rigault, ne sont pas, on le voit, sans conséquence pour l’économie de la République des Lettres. Elles entraînent une perte de crédit de Peiresc, des Dupuy qui n’osent plus demander de manuscrits aux Hollandais, et presque de la « nation entière » au regard des étrangers108. C’est aussi toute l’importance des intermédiaires en service commandé qui apparaît ici : le prêteur et le preneur de livres précieux doivent faire appel à toutes sortes de négociateurs dont la foi et l’argent sont engagés dans ce trafic particulier. Valavez insiste ainsi sur le rôle joué par Guillaume d’Abbatia, que nous avons déjà rencontré dans la négociation du Pline et à qui il remet sa lettre pour Toulouse :

  • 109 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 145r-145v, lettre de Valavez à Ph.-J. Maussac du 1er janvier (...)

« [M. Dupuy] me pria d’en escripre à mon frere, ce que j’ay faict, et vous en ay voulu donner advis afin qu’il vous plaise me faire scavoir par la voye de Mr d’Abbatia qui vous rendra la presente ce que vous trouverez bon que je die à Mr Dupuy, car d’attendre ce que vous en pourriez escripre à mon frere cela seroit bien long à cause du peu de commoditez que l’on a pour pouvoir escripre, et j’attendray là-dessus de voz nouvelles avec impatience, mais la meilleure seroit d’envoyer les livres car cez Mrs Dupuy sont grandement pressez pour ce subject et particulierement pour le livre de legibus Atticis que l’on redemande avec tant de presse et d’instance qu’on ne peut plus avoir d’excuse si on ne le renvoye. Ce livre se peut facilement envoyer par l’ordinaire qui s’en chargera apres avoir traicté du port avec luy car il ne seroit pas raisonnable de le payer au prix des lettres, et le bien empacqueter avec du carton ou avec des petits aiz affin qu’il ne se gaste en courant, s’il vous plaist de le donner à Mr d’Abbatia il me fera la faveur de me l’envoyer et le payera fort volontiers ce qui aura esté promis, et si vous voyez les termes dont on use envers Mr Dupuy vous en seriez honteux et quand ne l’auriez pas veu vous le renvoieriez tout à l’heure. Je vous supplie d’avoir agreable la liberté de laquelle j’use et me faire l’honneur de me croire, etc. »109

67Les conditions matérielles du transport de livres et de manuscrits imposent que l’on fasse appel à ces intermédiaires de confiance qui sont redevables sur leurs deniers. Ce sont souvent des relations professionnelles du donneur et du preneur ou bien encore des gens du livre, des imprimeurs ou des libraires.

  • 110 Bien que Maussac ait beaucoup à se reprocher, l’attitude d’Heinsius n’est pas non plus très nette d (...)
  • 111 Une telle « dénégation de l’économie » est typique du « commerce des choses dont il n’y a pas comme (...)

68Dans ces fâcheries, Peiresc, Rigault, Catel, Maussac et même Heinsius110, apparaissent donc sous un jour nouveau qui ne leur est pas toujours favorable. Mais, au-delà du tempérament des uns et des autres, ce que ces mauvaises manières manifestent, c’est surtout l’extrême difficulté qu’il y a à réguler un système d’échanges entre personnes non économiquement dépendantes, ou qui ne paraissent pas l’être. Tous les caprices sont alors permis. Néanmoins, les acteurs de cette économie érudite si spécifique ont tout intérêt à la recherche de stabilité, c’est pourquoi il est si souvent fait appel à la morale du « bien public », utile à masquer la prédation tout en servant également à rappeler à l’ordre ceux que leur avaricieuse susceptibilité égare. Le paradoxe des échanges scientifiques, c’est qu’ils doivent avoir un prix  comme tous les autres échanges  mais qu’il faut qu’ils aient l’air bénévoles et fondés sur l’estime intellectuelle pour être jugés recevables111.

Noblesse oblige

  • 112 Ce qui permet, par exemple, à Hans Bots et Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Beli (...)

69L’économie de la République des Lettres possède donc une caractéristique qui rend délicate sa monétarisation : les biens précieux échangés ne sont en rien comparables, ils ne s’équivalent jamais parfaitement, d’une part parce qu’il est fort difficile d’attribuer à chacun d’entre eux une valeur relative, d’autre part parce que ce qui peut être précieux pour un savant ne l’est pas forcément pour l’autre, malgré les goûts éclectiques que la plupart des érudits manifestent. C’est cette difficulté à donner un prix à l’objet qui a pu laisser croire que ces échanges étaient gratuits ou simplement fondés sur une économie morale faite de réputation et de reconnaissance, presque comme d’amour et d’eau fraîche112. Il ne faut pas seulement considérer les échanges de services en termes de mécénat, de patronage ou d’entraide entre savants réputés « égaux » mais tenter d’apercevoir parmi eux ceux qui correspondent à des secours, notamment professionnels, plus directs et faciles à apprécier. Dans le milieu robin, pour peu que l’on examine en détails les correspondances, ces échanges monétisés apparaissent au grand jour assez aisément. On peut même faire la supposition que, si les érudits sont si nombreux à mener des carrières de juristes, c’est non seulement comme il a été dit plus haut parce que ces professions offraient une certaine disponibilité d’esprit mais également parce que les charges de judicature et les procès engageaient en permanence des enjeux économiques et financiers qui donnaient un prix aux services rendus.

  • 113 Lettres de Peiresc, t. i, p. 288, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 12 juillet 1627. La négociation d (...)

70Dans les négociations autour du Pline apostillé, ces enjeux sont particulièrement visibles. C’est d’abord Catel, entouré d’officiers et de juristes prêts à se disputer son héritage, qui en octobre 1618 écrit à Peiresc pour lui demander d’intercéder auprès du garde des sceaux Du Vair au sujet d’un jeune conseiller sur le point de faire « sceller ses provisions » mais dont la mère craint de le « hasarder à faire le voyage » en cour. Peiresc doit, le supplie Catel, obtenir de Du Vair la dispense de ce voyage. C’est ce même Peiresc qui est très heureux d’apprendre que le neveu Maran, qu’il croit encore pouvoir faire intervenir auprès de Puymisson, doit venir à Aix en octobre 1627, un an après la mort de Catel, à l’occasion d’un procès. Les ressorts de parlements voisins font se multiplier ce type de recours et Peiresc sait qu’il possède là un puissant levier non seulement pour négocier de « vive voix » avec les ayants droit mais peut-être aussi pour leur forcer un peu la main : « Il a [à Aix] de grandes affaires qui ne nuiront possible pas à ce dessein. Si le bonhomme [Catel] vivoit, avec l’intercession de celui-cy nous eussions arraché [le Pline] indubitablement »113. À Rigault, il précise :

  • 114 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1875, fol. 522r, lettre de Peiresc à N. Rigault du 28 juillet (...)

« J’ay faitz l’offre de bouche le plus instament qu’il m’a esté possible, parlant à la personne du conseiller de Thoulouse neveu de feu Mr Catel qui monstre d’avoir grande envie de m’obliger en cela, lequel doibt revenir icy à ce mois d’octobre prochain. Nous verrons ce que cela pourra avoir opéré pour renouveller par aprez si besoin est nos instances, et y faire intervenir de plus puissantz ressortz selon la disposition que vous avons trouvé en celuy qui s’en trouve saisy. »114

  • 115 Voir note 50.

71On sait par les Instructions données au prieur de Roumoules en 1628 que l’un de ces « puissantz ressortz » a pour nom Cambolas, président aux Enquêtes et conseiller d’État, et que les autres peuvent être des personnes ayant l’oreille du roi115.

  • 116 BnF (Paris), Fonds Français 9544, fol. 147r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 11 novembre 1618 (...)
  • 117 Ibid., fol. 153v, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 15 mars 1619.
  • 118 Ibid., fol. 162-163, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 17 février 1620.

72C’est encore Maussac qui demande sans cesse des services de ce type à Peiresc et nous révèle tout un quotidien fait de tracasseries d’offices. Une fois, c’est à nouveau l’exemption du voyage en cour que Maussac cherche à obtenir pour un dénommé Saint-Jean, fils d’un président, « pour faire changer le nom des provisions d’un office de conseiller au parlemant qu’il a achepté de la vesve de feu Mr de Troten ». Maussac sait que Peiresc est un proche ami du garde des sceaux qui sans doute « faira quelque difficulté pour les 40 jours », mais il compte bien sur cette amitié pour passer outre, d’autant que « le filz de Mr de Gramond, conseiller de nostre parlemant, vient d’estre exempté de ceste visite » et que « celuy-cy n’est pas moins considerable que l’aultre, son pere ayant tenu un des premiers rangs dans la compagnie et estant isseu de famille veritablement noble »116. Parfois, les affaires sont sensibles et ce n’est qu’à mots couverts qu’on les évoque : ainsi, en mars 1619, Maussac recommande-t-il le porteur de sa lettre qui est de « [ses] amis » et parent du côté de sa femme, suppliant Peiresc « de le vouloir voir de bon œuil et de ne luy nuire pas en l’affaire qu’il a au Conseil », précisant qu’il ne peut parler « des fins de l’affaire car elles sont odieuses ». Si Peiresc se contente d’être « neutre », Maussac lui en sera infiniment obligé117. Une autre fois, c’est une intrigue pour obtenir la charge de président et juge mage du présidial de Béziers qui préoccupe Maussac. À la mort du précédent détenteur, le frère de celui-ci monte en cour pour faire mettre l’office à son nom mais Maussac et plusieurs magistrats de la ville expriment leur défiance envers un homme « qui porte les armes depuis dix ou quinze ans et n’a aucune expérience du faict de judicature ». Le but de la manœuvre est de convaincre Du Vair de remettre l’office aux Parties casuelles et, si le prix n'excède 30 à 35 000 livres, Maussac demande à Peiresc de s’en porter acquéreur pour lui, lui promettant un remboursement immédiat de la somme, plus « toutes les courses et aultres depanses necessaires ». Dans la même lettre, Maussac mentionne le cas de son futur beau-frère qui cherche à permuter son office de conseiller clerc au parlement de Toulouse en conseiller lay, et c’est à nouveau sur l’aide de Peiresc qu’il compte pour faciliter la démarche118. Exemptions du voyage en cour, scellements des lettres de provisions, achats d’une charge, permutations, les occasions de se rendre des services entre robins ne manquent pas.

  • 119 BnF (Paris), Fonds français 9542, fol. 114-117. La Bibliothèque Inguimbertine (Carpentras), Ms 1876 (...)
  • 120 BnF (Paris), Fonds français 9543, fol. 86-89.
  • 121 Heinsius envoie le manuscrit de Scaliger à Maussac en mars 1620. Une lettre du 27 juin 1624 de Peir (...)

73La plupart des autres protagonistes de ce dossier font appel à Peiresc pour de semblables services. Le président de Cambolas et son fils sollicitent en 1618 et 1625 l’érudit aixois au sujet de divers procès dont, pour l’un d’entre eux, Peiresc est rapporteur auprès du parlement de Provence119. François de Maran fait de même en 1633, avec l’ambassade d’un fils de conseiller toulousain qui a une affaire à Aix120. Ce sont les mêmes lettres où il est question d’échange de manuscrits précieux et de livres rares. On ne peut s’empêcher de noter la coïncidence. Il est évident que les liens tissés dans un domaine contribuent à renforcer ceux tissés dans l’autre, les échanges pécuniaires et professionnels entre juristes ayant par ailleurs ce grand avantage d’avoir un résultat concret et mesurable. Durant toute la période où Maussac retient les manuscrits prêtés par Heinsius, il est en négociation pour l’office de premier président de la Cour des Aides de Montpellier. Ce n’est que lorsqu’il est sur le point d’accéder à cette charge qu’il se décide à rendre les manuscrits121. L’hypothèse la plus probable est que l’urgence de sa carrière aura retardé le moment d’assumer ses obligations envers la République des Lettres mais on ne peut exclure qu’il ait exercé là une forme de chantage, attendant de voir son avenir s’éclaircir avant de restituer le trésor. D’autant qu’à une autre occasion, dans la perspective d’achat d’un manuscrit des Basiliques, l’extorsion s’énonce sans détours :

  • 122 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 160r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 1er janvier 1620

« Pour les Basiliques, il est temps de parler clair. Si vous me donés quelque asseurance de bone volonté du costé de Mr le garde seaux et aultres du Conseil, je les achapteray de mon argent ensemble trois ou 4 aultres pieces fort rares comme l’entière Anna Comnena, le Demetrius Chartophylax et quelques aultres pour les remettre dans la bibliothèque du Roy et y travailler. »122

74Les recherches humanistes nécessitent du temps et de l’argent, Maussac rappelle ici qu’elles se payent, d’une manière ou d’une autre.

75Cependant, si les intrigues entre robins interfèrent dans le trafic des biens intellectuels et permettent quelque fois de le fluidifier, les nécessités du métier peuvent aussi être un redoutable obstacle aux études. Et c’est là tout le paradoxe pour ces érudits juristes. Maussac, dont il vient d’être question, cherche dans la même période à se marier, ce qui lui cause bien des soucis et le rend indisponible auprès de ses amis. La négociation a débuté au début de l’année 1623 et le mariage fut conclu en novembre suivant, ce qui permit au couple de s’installer :

  • 123 Ibid., fol. 173r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 27 octobre 1624.

« Je suis enfin venu à bout de mes desseins et ay espousé ma chère maistresse qui desire fort m’arrester icy à Monspelier, mais je ne le puis sans un honeste employ et digne d’un home qui a exercé la charge de conseiller en nostre companie dix ans entiers, c’est-à-dire que Mr de Maussac [Père] ne veult pas que je m’attarde icy, si ce n’est que j’aye la charge de premier président de la cour des aydes. »123

  • 124 Ibid., fol. 174r-174v, lettres de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 22 septembre 1625. L’ouvrage en quest (...)

76Remerciant un an plus tard Peiresc de l’envoi d’un Tertullien illustré par Godefroy, Maussac confesse : « J’ay prins de ceste dernière occasion de me remettre un peu sur les livres mais je me suis truvé fort endurcy d’avoir demuré si long temps en disgrace avec les muses. Je ne scay si le mariage m’auroit osté l’ancienne vigueur... »124. La suite devait donner raison à cette funeste prédiction : Maussac acquit sa charge de président et dès lors, comme Puymisson fils, on n’entendit plus parler de lui dans la République des Lettres. L’incompatibilité entre la carrière juridique et l’ambition littéraire et scientifique éclate ici au grand jour. Guillaume Catel mentionne le cas d’un sien ami à qui le parlement de Toulouse demanda de choisir entre sa charge de conseiller et celle de professeur de droit :

  • 125 BnF (Paris), Fonds français 9542, fol. 125r, lettre de G. Catel à Peiresc du 11 octobre 1618.

« Monsieur de la Coste ne pouvant tenir ensemble l’office de conseiller en la court [sic] avec celuy de professeur est cause d’un arrest qui a esté donné qui déclaire les dictes charges incompatibles. Il a opté plutost l’office de lecteur que de raporteur et a préféré ses livres aux sacs de procès. »125

77Le choix est difficile, et les courageux savants comme La Coste sans doute guère nombreux.

  • 126 Sur les conditions de cette mutation, voir Jérôme Delatour, « Pierre et Jacques Dupuy. Gardes de la (...)
  • 127 BnF (Paris), Dupuy 781, fol. 12v, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 25 août 1633.
  • 128 Ibid., fol. 15v, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 21 septembre 1633.

78Celui qui exprime le mieux les dilemmes auxquels les érudits juristes étaient confrontés est encore Rigault, obligé comme on l’a dit d’abandonner en 1633 sa fonction de garde de la Bibliothèque du roi pour devenir conseiller au récent parlement de Metz126. Les premiers mois passés dans la ville lorraine furent très difficiles. Sa correspondance avec les Dupuy en témoigne. En août, il écrit : « Je vous remercie du soin qu'il vous plaist avoir de la Bibliothèque. Cela me met en grand repos, car je l’estime beaucoup plus que d’estre conseiller à Metz »127. En septembre, il avoue « penser plus de dix fois le jour au Cabinet et à la Bibliothèque »128. En avril 1634, le bilan vire à l’amertume :

  • 129 Ibid., fol. 36r, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 20 avril 1634.

« Je voi maintenant par experience que ceux qui sont dans une compagnie de judicature où il y a quelque emploi ne sont pas gens qui puissent vaquer à d’autres estudes. Bien que nous soions ici dans l’enfance d’un nouveau Parlement et que ne soi pas de ceux qui briguent les affaires, neantmoins me trouvant entre les premiers de la compagnie il m’en eschet assez et me reste donc peu de temps pour penser à d’autres choses. »129

  • 130 Ibid., fol. 17r, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 12 octobre 1633.
  • 131 Ibid., fol. 28r, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 4 mars 1634.

79Finalement, il faut bien que Rigault se fasse à sa nouvelle vie : il vend donc officiellement en 1644 sa charge de garde de la Bibliothèque à Pierre Dupuy. Le milieu robin dans lequel il évolue désormais ne lui plaît guère et tranche singulièrement avec celui de ses amis parisiens. Attendant la livraison des volumes de son Tertullien, il déclare ne point vouloir les montrer à quiconque à Metz « car il n’y a personne ici qui sache à quoi servent tels ouvrages »130. Intrigué par une étymologie obscure, il se lamente encore de la pauvreté des bibliothèques de ses collègues qui ne lui sont d’aucun secours : « Je cherche en ceste ville le Glossaire pour le revoir mais je doubte qu’il s’y puisse trouver. Ces gens-ci ont quantité de fatras et de livres ineptes et fort peu de bons »131. C’est assez dire que tous les juges de France ne sont pas des Catel, des Peiresc, des Du Vair ou des Dupuy.

80Pourquoi alors Rigault a-t-il abandonné ses chères études pour occuper un emploi qui le désespère tant ? Il en donne la raison dans une lettre à Peiresc :

  • 132 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 25r, lettre de N. Rigault à Peiresc du 16 novembre 1633. Sou (...)

« Monsieur, à mon retour de Metz j’ai receu la vostre du 7e du present, vous estant desja redevable non seulement de response à une precedente mais de tres humbles remerciemens de tant de signalez tesmoignages de votre bienveillance en mon endroit, degnant jetter les ieus sur ce petit changement advenu en ma condition, auquel je me sui trouvé engagé contre mon humeur et contre mon dessein mais y estant porté par le desir naturel et ordinaire des peres pour leurs enfans. J’ai donc accepté une gratification assez notable pour le temps où nous vivons, sur le pris d’un office de conseiller que je pourrai resigner à mon fils l’aiant exercé quelques semestres en la ville de Mets où il a plu au Roi establir un Parlement le ressort duquel n’est peu pas de moindre estendue que celui de Dijon. »132

81C’est donc par nécessité familiale, tout comme Maussac, que Rigault a consenti « contre [son] humeur » à devenir magistrat. Ce fut la même chose pour le jeune Puymisson qui avait dû interrompre ses études à la mort prématurée de son père. Noblesse de robe oblige.

  • 133 Lettres de Peiresc, t. i, p. 34, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 21 mai 1624.
  • 134 L’anecdote est rapportée par Gilles Ménage, d’après des ouï-dire, dans les Menagiana, Paris, 1729, (...)
  • 135 Cité par François Cadilhon, Jean-Baptiste de Secondat de Montesquieu : au nom du père, Pessac, PUB, (...)

82Dans les cas les plus extrêmes, cette logique patrimoniale peut entrer en conflit direct avec le « bien commun » érudit. On l’a vu avec Puymisson père qui, héritant des papiers de Guillaume Catel, tarde à les communiquer. Si Maussac n’acheta jamais le manuscrit des Basiliques, c’est parce qu’il tomba lui aussi sur des ayants droit récalcitrants, comme le rapporte Peiresc : « Mr de Maussac me dict qu’il ne songeoit plus aux Basiliques parce qu’il avoit envoyé mille escus à Thoulouse que la vesve vouloit accepter pour le prix qui en avoit esté convenu, mais que les enfants n’y voulurent jamais consentir »133. L’anecdote est assez connue, concernant ce même Peiresc, d’une de ses nièces qui ayant hérité de la masse de ses manuscrits s’en servit pour allumer le feu de sa cheminée...134 Dans ces circonstances, l’intérêt patrimonial que peuvent tirer les robins d’une notoriété érudite est complétement ignoré. Nous devons en conclure que l’aventure « littéraire », aussi valorisante soit-elle, représente un danger social considérable à l’échelle de la famille, comme en témoigne encore, plus d’un siècle après, le cri du désespoir de Montesquieu apprenant le goût immodéré de son fils pour les sciences : « C’en est fait, il ne sera jamais qu’un homme de lettres, un original comme moi, et nous n’en ferons pas autre chose ! »135

*

83Résumons en cinq points ce que nous apprend ce dossier Catel : 1) les robins érudits ayant accumulé un capital intellectuel au cours de leur vie se trouvent bien embarrassés quand il s’agit de le transmettre à des descendants qui peuvent être moins intéressés ou moins doués qu’eux en la matière. La rédaction du testament est un moment critique, au cours duquel diverses stratégies sont élaborées pour parer aux coups du sort. Ces stratégies sont nécessairement un pari sur l’avenir qui échoue dans de nombreux cas, notamment lorsqu’il n’y a pas d’héritier direct éduqué dans cette perspective. 2) Mais la mort d’un savant est aussi l’occasion pour ses anciens « amis » de se disputer ses trésors et de chercher à rendre public, quand ce n’est pas tout simplement à s’approprier ce qui auparavant relevait du capital intellectuel privé (papiers et bibliothèque). Commence alors le ballet de vautours autour de la dépouille pour obtenir des héritiers, par la persuasion ou l’argent, les pièces les plus précieuses. 3) Ces biens précieux (en particulier, les manuscrits rares) sont d’autant plus convoités qu’ils sont difficilement monnayables, n’ayant de valeur intrinsèque qu’en vertu de leur intérêt scientifique et sont quasiment impossible à estimer sur le marché ordinaire des valeurs. Le mode d’échange qui s’instaure alors est le plus souvent fondé sur le prêt ou le troc, plutôt que sur la vente. Ce n’est pas pour autant qu’il faut les considérer comme « gratuits ». 4) En effet, une fois acquis ou empruntés, les biens précieux du mort servent à leurs nouveaux possesseurs à construire une carrière et une réputation savante, habituellement sous la forme d’une publication érudite. On aurait tort de minimiser cette version archaïque du publish or perish à laquelle sont soumis la plupart des humanistes, d’ailleurs en concurrence les uns avec les autres. 5) Pour que l’économie du savoir ne s’effondre pas, il faut cependant que les acteurs de ces réseaux d’échanges veillent à respecter une éthique, remercient et rendent hommage à ceux, vivants ou morts, qui leur ont permis d’obtenir les biens précieux en question. Ceux qui voudraient s’abstenir de cette forme élémentaire de politesse fragilisent le système : la communication des biens précieux est nécessaire à la vie savante. Dans ce cadre, les étroites relations professionnelles entre robins sont comme les bosons de Higgs de la physique quantique : elles donnent un prix à ce qui n’en a pas, comme ces particules donnent une masse à la matière. Le marché des biens précieux intellectuels est un marché parallèle du marché des offices. Mais les deux ne se confondent pas : des intérêts professionnels (la nécessité de construire une carrière de juriste) peuvent entrer en contradiction avec les intérêts savants (la réputation érudite) et le conflit qui s’en suit nous ramène au point (1).

  • 136 Voir notamment Natalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du xvie siècle, Paris, Seuil, 2 (...)
  • 137 Op. cit., p. 72.
  • 138 Certains argumentent en faveur de cette prétendue exception culturelle des sciences, voir notamment (...)

84La dialectique du don/contre-don, associée aux relations de patronage, a connu au cours de ces trente à quarante dernières années un formidable succès historiographique, jusqu’à l’épuisement136. L’apport des historiens fut sans doute de montrer combien dans nos sociétés anciennes, en particulier préindustrielles, sont unies les relations marchandes et non marchandes : « Plutôt que d’imaginer un jeu de somme zéro entre dons et marchés commerciaux, ou même une lutte à la corde, nous ferions mieux de concevoir les interactions constantes entre systèmes du don et système du marché », prévient Natalie Zemon Davis137. Les réajustements historiques, parallèles aux débats entre économistes, anthropologues et sociologues, ont donc été constants. Sauf dans le domaine de l’histoire des savoirs : la vieille formule scolastique Scientia donum Dei est, unde vendi non potest paraît encore y faire loi. Comme si l’idéal de la République des Lettres et sa réalité ne faisaient qu’un138. L’examen des faits permet cependant de dresser un tableau moins idyllique.

  • 139 Sur cette conception de l’écriture comme un « faire », voir Alain Cantillon, Laurence Giavarini, Di (...)
  • 140 Les lettres de provision sont ou non scellées, le procès est perdu ou gagné. Cette asymétrie entre (...)

85Ainsi, les relations professionnelles entre robins, l’intense marché des charges et offices, consolident la position des érudits juristes. Car, au-delà des relations savantes, ceux-ci entretiennent d’autres liens qui peuvent freiner ou faciliter l’échange d’objets culturels. Le chantage aux « postes » n’est jamais explicitement exprimé mais c’est dans les mêmes lettres que les érudits s’entre-aident sur le plan intellectuel et professionnel. Si l’on vient à considérer le fait d’écriture, et singulièrement l’écriture épistolaire, pour ce qu’il est, c’est-à-dire pour une action qui s’inscrit dans un vaste ensemble d’autres actions et interactions sociales, le rapprochement (y compris spatial au sein même de la lettre) entre enjeu de savoir et enjeu de carrière devient une évidence139. Parce que les services rendus pour obtenir une charge ou soutenir une affaire en justice sont plus aisément « monnayables » et leur résultat plus immédiatement profitables140, je soutiens que ces tractations jouent un rôle majeur bien que souterrain dans l’intensité des échanges entre savants. C’est ce qui explique, sans doute mieux encore que l’éducation humaniste, la relative homogénéité professionnelle constatée dans la République des Lettres. D’autres professions massivement présentes parmi les doctes, comme les médecins ou les clercs, mettent en œuvre des mécanismes certainement équivalents dans leur domaine d’activité.

  • 141 La distinction entre bénéficiaires du trafic et simples intermédiaires est soulignée par Alain Test (...)

86En second lieu, il faut certes considérer la République des Lettres comme un réseau constitués d’« amis » (au sens cicéronien de l’amicitia) mais il convient aussi de montrer en quoi la circulation des biens engendre des relations de dépendances à l’intérieur de ce réseau en actes, c’est-à-dire lorsqu’il fonctionne de manière dynamique, puisque cette « amitié » ne signifie en rien égalité de condition. Si la civilité est la règle dans l’attente de services à rendre, les choses se compliquent singulièrement lorsque des biens précieux passent de main en main. Il est frappant de constater que les dettes acquises à cette occasion demeurent bel et bien individuelles alors que l’idéal républicain des doctes appelle à la propriété collective. Autrement dit, il y a à un bout de la chaîne celui qui prête ou donne un précieux manuscrit et à l’autre bout celui qui le reçoit. La dette, au moins morale, est contractée entre ces deux protagonistes et uniquement entre eux, non envers les intermédiaires qui ont pu accompagner le transfert. Ceux-ci font jouer le principe de solidarité pour faciliter le marchandage mais ils n’ont aucun droit sur le bien qui transite pourtant par eux141. C’est ce qui explique que ledit transfert puisse être bloqué bien que le donneur ou le preneur soit dans les meilleurs termes avec plusieurs intermédiaires : la question essentielle est de savoir qui, à l’issu du transfert, bénéficiera du prêt, du don ou du contre-don, et si comme le dit joliment Rigault à propos de Saumaise il s’agit là d’un « débiteur très solvable ». Un érudit peut donc avoir des raisons toutes personnelles de ne pas prêter ou restituer un manuscrit à untel, et contre cela l’idéal de la « communauté du savoir » prôné par tous ne peut rien, ou presque.

  • 142 De là l’aveuglement produit dans l’historiographie lorsque les deux thématiques du patronage et du (...)
  • 143 Dimitri Karadimas souligne le lien qui existe dans certaines économies du don/contre-don entre le d (...)

87Une dernière remarque sert d’extrapolation quantitative à la précédente. Elle naît d’une surprise, à l’examen des pièces de ce dossier, produite par la fréquence des conflits et graves entorses aux règles de la civilité humaniste telle que nous l’imaginons d’ordinaire. De fait, le réseau républicain des Lettres dysfonctionne de manière quasi permanente ! Les brouilles, chicaneries, dissimulations, tromperies sont quotidiennes. La mauvaise volonté paraît plutôt la norme que l’exception : il est vrai que cette République est moins composée d’égaux qui se respectent que d’ego qui se jalousent. Il suffit néanmoins d’en apprécier l’enjeu pour mieux comprendre cette âpreté des rapports au sein de la communauté des doctes : à la clé, se trouve une œuvre susceptible de rendre célèbre son auteur qui recevra alors toutes les titres de gloire et ceux qui auront aidé à l’opus n’auront que la reconnaissance morale, c’est bien mais c’est peu. Chaque érudit qui se dessaisit d’un manuscrit ou d’un livre précieux en a conscience. Aucun ne pouvant prétendre travailler seul sur tout, cette cession est encore assez fréquente, bon gré mal gré et puisque le hasard donne à chacun l’occasion d’entrer en possession de manuscrits et d’ouvrages les plus divers. Mais toutes les raisons, surtout les mauvaises, sont bonnes pour regimber. Lorsque l’échange se produit entre un patron et un client, avec une nette distance hiérarchique entre les deux acteurs, la relation est plus aisée et les mœurs civiles de mise142. Lorsqu’il intervient entre « égaux » supposés, il est presque toujours semé d’embûches. C’est que les « amis » de la République des Lettres sont la plupart du temps placés en concurrence. La particularité de ce groupe est précisément qu’il est constitué de concurrents qui ont besoin les uns des autres pour triompher chacun dans leur domaine143. D’où la demande récurrente, main sur le cœur, à ce que les biens légués soient versés par les héritiers dans une bibliothèque « publique », afin que leur carcasse de papier puisse être dépouillée en toute tranquillité par les anciens « amis » du défunt. Ce faisant, les érudits retrouvent les vertus de la solidarité, puisqu’il s’agit alors d’empêcher la fuite du capital savant en des portefeuilles étrangers à la République.

  • 144 C’est le modèle d’échanges que j’appelle « modèle du jeu de billes » si familier aux écoliers. Si l (...)

88Il faudrait dès lors s’habituer, à mon sens, à parler d’un « modèle économique » propre à la République des Lettres. Ce modèle, fondé sur des biens précieux, associe plusieurs types d’échanges ou de relations dont le don gratuit n’est qu’une modalité qui bien souvent nous égare. Non seulement plusieurs sortes d’échanges se juxtaposent en un minutieux jeu d’équilibre des forces qui finit par rendre la collaboration savante possible (ou impossible) mais encore ils se succèdent dans le temps en une chaîne d’actions ramifiées tout aussi complexe144. En définitive, c’est le caractère imbriqué des échanges qui assure la cohésion du groupe et détermine la position de chacun. En un sens, on peut dire que la communauté des doctes est le produit de ces relations économiques plus qu’elle n’en est le cadre.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 25r, lettre de N. Rigault à Peiresc du 16 novembre 1633. C’est nous qui soulignons.

2 Parmi une abondante bibliographie sur ce thème, voir notamment Robert Descimon, « L’invention de la noblesse de robe. La jurisprudence du parlement de Paris aux xvie et xviie siècles », dans Jacques Poumarède et Jack Thomas (dir.), Les Parlements de province : pouvoirs, justice et société du xve au xviiie siècle, Toulouse, Framespa, 1996, p. 677-690 ; ainsi que Robert Descimon et Élie Haddad (dir.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010.

3 Ibid., p. 278. La thématique du « perfectus doctor » est empruntée à Donald R. Kelley, « Jurisconsultus Perfectus : The Lawyer as Renaissance Man », Journal of the Warburg and Courtauld Institute, 51, 1988, p. 84-102.

4 Peu d’études ont été consacrées à cette question jusqu’à présent. On dispose cependant de deux articles d’un grand intérêt sur un même personnage et sa famille, Jacques-Auguste de Thou : Philippe Hamon, « La chute de la maison de Thou : la fin d’une dynastie robine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 46-1 (janvier-mars 1999), p. 53-85, et Jérôme Delatour, « Jacques-Auguste II de Thou, ou l’impossible héritage », dans Frank Lestringant (dir.), Jacques-Auguste de Thou. Écriture et condition robine, coll. « Cahiers V. L. Saulnier », n° 24, Paris, PUPS, 2007, p. 175-209, où l’on voit que l’invention d’une tradition savante au sein d’une famille pourtant par ailleurs bien dotée et disposée n’est pas un long fleuve tranquille.

5 Sur le statut des gens de lettres et la constitution de familles de lettrés, voir Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, NRF-Gallimard, 2000, ainsi que Neil Kenny, Born to Write: Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2020. Sur le rapport des juristes à la « science », Laurence Giavarini (dir.), L’Écriture des juristes, xvie-xviiie siècle, Paris, Classiques Garnier, 2010.

6  Ces questions de transmission des patrimoines matériels et immatériels dans les familles de notables font l’objet de l’intérêt des chercheurs depuis une dizaine d’années. Voir, par exemple, Anne Bellavitis et Isabelle Chabot (dir.), La Justice des familles : autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs. Europe, Nouveau Monde, xiie-xixe siècles, Rome, 2011, notamment les articles de R. Descimon, Cl. Chatelain et F.-J. Ruggiu. Articles auxquels il faut ajouter un article plus ancien de Robert Descimon, « Conflits familiaux dans la robe parisienne aux xvie et xviie siècles : les paradoxes de la transmission du statut », Cahiers d’histoire, 45/4, 2000, p. 677-697 ; et un autre du même auteur sur Du Vair : « Guillaume Du Vair (7 mars 1556-3 août 1621) : les enseignements d’une biographie sociale. La construction symbolique d’un grand homme et l’échec d’un lignage », dans Bruno Petey-Girard et Alexandre Tarrête (dir.), Guillaume Du Vair. Parlementaire et écrivain (1556-1621), Genève, Droz, 2005, p. 17-77.

7 La notion de « bien précieux » est empruntée au vocabulaire de l’anthropologie, inspiré des travaux de Marcel Mauss sur le don, et des analyses du marché de l’art. Le numéro 30 de la revue Gradhiva paru en 2019 fait le point sur l’historiographie du thème : https://doi.org/10.4000/gradhiva.4237. Les articles de Marc Abélès et Franck Beuvier (p. 11-31) et de Nathalie Heinich (p. 92-107) ont directement inspiré notre définition des biens précieux. Certains biens précieux sont inappréciables et inéchangeables (par exemple, La Joconde), d’autres peuvent l’être malgré leur nature intrinsèquement insubstituable. L’historien Patrick J. Geary a étudié le cas des reliques comme objets de don, de vol et de commerce au Moyen Âge : « Sacred Commodities : The Circulation of Medieval Relics », dans id., Living with the Dead in the Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 1994, p. 194-218. Les biens précieux humanistes dont il sera question dans le présent article peuvent être considérés comme des reliques « laïques ».

8 Lettres de Peiresc, éd. Ph. Tamizey de Larroque, 7 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1888-1898, (désormais abrégé en Lettres de Peiresc, suivi du n° de volume), ici t. i, Lettres de Peiresc aux frères Dupuy (décembre 1617-décembre 1628), 1888, p. 806, lettre de P. Dupuy à Peiresc du 8 janvier 1627.

9 Voir Lettres de Peiresc, t. vii, lettres de Peiresc à G. Catel, p. 842-855.

10 On identifie d’ordinaire ce fameux commentaire au Ms 6808 du fonds latin de la Bibliothèque nationale de France, mais Hermann Walter affirme que ce manuscrit n’est pas de la main de Pellicier (« Il commentario pliniano di Guillaume Pellicier, vescovo di Montpellier, e il codice parigino latino 6808 », Studi Umanistici Piceni, 17 (1997), p. 179-194). Voir également id., « Il commentario Pliniano di Guillaume Pellicier, vescovo di Montpellier, e l’incunabulo N 614 della Biblioteca Palatina di Parma », Studi Umanistici Piceni, 18 (1998), p. 187-196.

11 François de Joyeuse (1562-1615), on verra plus bas le lien entre ce prélat, Catel et le commentaire de Pellicier.

12 Dans des Instructions laissées en 1628 à Denis Guillemin, prieur de Roumoules, pour son voyage dans le Sud-Ouest, Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118r-119r, ici 118v. Ce texte a été édité par Ph. Tamizey de Larroque à la suite des lettres de Guillaume d’Abbatia, Lettres inédites écrites à Peiresc de 1619 à 1633, Paris, 1885, p. 29-31. Cité d’après Les Correspondants de Peiresc, éd. Ph. Tamizey de Larroque, t. i, Genève, Slatkine Reprints, 1972, p. 693-695.

13 Ce correspondant est Guillaume d’Abbatia dont il vient d’être question à la n. précédente, voir Les Correspondants de Peiresc, op. cit., t. i, p. 673, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 13 février 1628. Tout ce que l’on sait sur Guillaume d’Abbatia, à partir de l’enquête menée par Tamizey de Larroque, c’est qu’il était avocat au parlement de Toulouse et devint capitoul.

14 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 190, lettre de P. de Puymisson à Peiresc du 20 février 1628.

15 Il n’existe pas à ce jour de biographie satisfaisante de G. Catel. À défaut, il faut se reporter à Hélène Mancini, Recherches sur Guillaume de Catel, 1560-1626, conseiller au parlement de Toulouse et sur ses Mémoires sur l’histoire du Languedoc, thèse de doctorat sous la direction de Michel Zink, soutenue à Toulouse en 1984.

16 La remarque se trouve dans l’Éloge de Catel inséré au début des Mémoires de l’histoire du Languedoc curieusement et fidèlement recueillis de divers auteurs publiés en 1633 post-mortem à Toulouse, chez A. Colomiez.

17 Sur la « révolution » historiographique de la fin du siècle, voir notamment Donald R. Kelley (dir.), History and the Disciplines : The Reclassification of Knowledge in Early Modern Europe, Rochester (NY), 1997 ; Marie Viallon-Schoneveld (dir.), L’Histoire et les historiens au xvie siècle : actes du VIIIe colloque du Puy-en-Velay, 13-14 septembre 2000, Saint-Etienne, 2001 ; L’Histoire en marge de l’histoire à la Renaissance : actes du colloque, 20 octobre 2000, organisé par le Centre V. L. Saulnier, Paris, 2002.

18 André Navelle, Familles nobles et notables du Midi toulousain aux xve et xvie siècles : généalogie de 700 familles présentes dans la région de Toulouse avant 1550, Fenouillet, Recherches historiques du Midi, 1991, t. 3, donne de précieux tableaux généalogiques de la famille et de ses alliances.

19 Pour tous les noms qui précèdent, voir notamment les notices biographiques dans Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halperin et Jacques Krynen (dir.), Dictionnaire historique des juristes français (xiie-xxe siècle), Paris, PUF, 2007.

20 Sur Guillaume Maran et ses enfants dont il sera question plus bas, voir la référence précédente et Henri Gilles, Université de Toulouse et enseignement du droit, xiiie-xvie siècles, Toulouse, Seduss, 1992, p. 295-298.

21 Il s’agit d’une copie extraite d’archives privées, l’original ayant été perdu, éditée par Célestin Douais, « Testament de Guillaume de Catel », Revue des Pyrénées, IX (1897), p. 497-507.

22 Mémoires de l’histoire du Languedoc, op. cit., Éloge de M. Catel (non paginé).

23 Gervais de Maran († 1664), conseiller au parlement et maîtres des requêtes, et son frère Raymond devenu régent de l’Université en 1621 à la suite de son père, le jurisconsulte, mort la même année. Il y avait un troisième frère, François († 1643) qui fut chanoine et correspondant de Peiresc.

24 Mais l’argument ne vaut pas pour une autre sœur, Marie, qui épousa Géraud du Laur, conseiller au présidial, et dont la fille, il est vrai, religieuse au monastère de Saint Sernin, reçut la somme de 15 livres « pour achepter des livres de devotions ».

25 Sur Vanini à Toulouse, voir Émile Namer, La Vie et l’œuvre de J.-C. Vanini : prince des libertins mort à Toulouse sur le bûcher en 1619, Paris, Vrin, 1980, notamment p. 165-174, et surtout Didier Foucault, Giulio Cesare Vanini (1585-1619) : un philosophe libertin dans l'Europe baroque, Paris, H. Champion, 2003. On a beaucoup commenté un passage des Histoires mémorables et tragiques (1619) de François de Rosset qui est notre seule source concernant l’accueil de Vanini à Toulouse par des parlementaires : Rosset, en effet, affirme d’une part que « si tost que [Vanini] fut arrivé à Tholose, un jeune conseiller le logea chez luy, par l’entremise d’un docteur régent qu’il estoit allé voir » et, d’autre part, que « le premier président mesme, dont le sçavoir et la piété ont acquis un renom qui ne mourra jamais, le voyoit de fort bon œil » (cf. D. Foucault, op. cit., p. 453). Ce magistrat serait Gilles Le Mazuyer qui fut premier président de 1615 à 1631 mais qui ne rentra à Toulouse de l’Assemblée des notables, ouverte à Rouen en décembre 1617, qu’à la date du 6 août 1618, soit quatre jours après l’arrestation de Vanini. Plus haut, le même Rosset évoque une « maison extrêmement délicieuse environnée de ruisseaux et de petites fontaines » en laquelle on a cru reconnaître le château de Pinsaguel, résidence champêtre des Bertier où le philosophe aurait séjourné avant d’entrer dans la ville. Toutes ces identifications sont douteuses et D. Foucault, toujours prudent, conclut à l’impossibilité de trancher sur l’identité de ses protecteurs (ibid., p. 461). Cependant, comme Bertrand de Bertier, marié à Jacquette Catel, pouvait fort bien connaître l’oncle de celle-ci, Guillaume de Maran, qui précisément était « docteur régent de l’Université », il y a moyen de supposer que le texte de Rosset désigne bel et bien les Bertier impliqués, peut-être par l’entremise des Maran, dans la venue de Vanini à Toulouse, ce qui n’aura pas manqué de les fâcher mortellement avec le très dévot Catel. Pour un complément sur le débat documentaire, voir Marcella Leopizzi, Les Sources documentaires du courant libertin français, Giulio Cesare Vanini, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004.

26 La précision peut à nouveau être interprétée comme un barrage fait aux petits-enfants Bertier, dont aucun en effet ne devint conseiller. Quoi qu’il en soit les deux sœurs héritières sont en pouvoir de résigner l’office, auquel cas elles profiteront du produit de la vente.

27 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 189, lettre de P. de Puymisson à Peiresc du 20 février 1628.

28 Son aînesse se trouve confirmée par le testament de Marguerite Catel en date du 10 avril 1642, AD, Haute-Garonne, 1E 269, pièce n° 50 : « J’institue mon her[itier] universel et général Guill[aume] de Puimisson mon fils ayné... ». André Navelle situe la mort de Puymisson père en octobre 1628, à Narbonne (Familles nobles et notables du Midi toulousain, op. cit., t. 8, 1993, p. 324). Un intéressant document, AD, Haute-Garonne, 3E 983, 1er registre du notaire A. Bessier pour 1629, fol. 63v-64r, produit à l’occasion d’un conflit entre Guillaume et sa mère nous permet de confirmer la mort de Pierre Pol de Puymisson à cette date : en mai 1629, Guillaume de Puymisson, présenté comme « clerc tonsuré au diocèse de Toulouse » et « mineur de vingt-cinq ans », obtient en effet une annulation d’acte de concorde daté du 17 décembre 1628 au motif que la signature d’une procuration permettant cet accord lui aurait été extorquée, à la fin du mois d’octobre 1628, par sa mère Marguerite alors qu’il se trouvait encore « dans l’extreme dolleur de la perte qu’il sortoit de faire de la personne de [...] son père » et ne voulut pas même sur le moment en « entendre la lecteure », accablé par le chagrin. Apprenant plus tard que ladite concorde portait sur « certaine permutation de droicts », Guillaume de Puymisson s’empresse au printemps de la faire révoquer. Toutes les difficultés financières et les angoisses de l’héritage consécutives à la mort d’un proche parent sont ici fort bien mises à jour.

29 Son testament, AD, Haute-Garonne, 1E 269, pièce n° 53, daté du 26 octobre 1676, ne fait aucune mention de livres ou de manuscrits érudits. Guillaume de Puymisson mourut le 11 octobre 1677. Notons que Pierre Borel mentionne un « Mr Me N. de Puimisson, conseiller, curieux de médailles et tableaux » (Les Antiquitez, raretez, plantes, minéraux et autres choses considérables de la ville et comté de Castres. Avec le roole des principaux cabinets et autres raretez de l'Europe, Castres, A. Colomiez, 1649, p. 131). Il est difficile de savoir s’il s’agit de Guillaume ou d’un de ses parents : l’initiale N. ne correspond à aucun des Puymisson connus par Navelle ni aux enfants de Marguerite présents dans le testament indiqué ci-dessus. Stéphane Capot (Justice et religion en Languedoc : la chambre de l’Édit de Castres (1579-1679), Paris, École nationale des chartes, 1998, p. 305) mentionne cependant un Guillaume de Puymisson, conseiller au parlement, qui fréquenta l’Académie de Castres (active de 1648 à 1670) et qui semble être le nôtre.

30 Mémoires de l’histoire du Languedoc curieusement et fidèlement recueillis de divers auteurs, Toulouse, A. Colomiez, 1633. Bien que la dédicace soit simplement signée « Catel », il n’y a aucun doute sur l’identité de son auteur du fait de la mention du rachat de la charge de conseiller. Charles Catel (1595-1644) devint conseiller au parlement en 1627, peu de temps après la mort de son oncle.

31 BnF (Paris), Fonds français 9543, fol. 87r, lettre de Fr. Maran à Peiresc du 23 mars 1633. Dans une lettre datée du 19 avril suivant, ibid., fol. 88r, Maran donne des nouvelles du manuscrit : « Mademoiselle de Puimisson m’a promis le manuscrit de feu Monsieur Catel mon oncle, je vous l’aurois envoié par ceste commodité qui est asseurée mais ele l’a donné à Monsieur de Caseneuve qui c’est [sic] chargé de faire imprimer quelque besogne de feu mon oncle ; ledit sieur de Caseneuve est aux champs despuis deux mois, dès qu’il sera de retour je retireray le livre et vous l’envoieray... ». La cousine Puymisson dont il est ici question peut être une sœur ou la mère (née Marguerite Catel) de Guillaume. Une lettre de G. d’Abbatia, non datée, donne d’autres informations : « Mr de Puimisson [...] m’a dit comme M. Maran lui a demandé de vostre part les poetes provençaux ; il m’a assuré qu’il vous les envoierés... » (Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 687). Ph. Tamizey de Larroque donne sur la même page, note 3, d’utiles indications sur le manuscrit toulousain des poètes provençaux ainsi que son exploitation par Caseneuve et Dadine d’Auteserre. En revanche, il ne faut pas tenir compte de la remarque qu’il fait à la page suivante, note 2, concernant la datation de la lettre en fonction de la mort de Puymisson. La lettre est très probablement de peu postérieure et non antérieure à celle du 30 mars 1633 éditée juste avant, p. 684-687, où il est également question d’un « Mr de Puymisson », bel et bien vivant puisqu’il s’agit sans aucun doute du fils, Guillaume. La lettre de Peiresc à Abbatia d’octobre 1631, Lettres de Peiresc, vii, p. 9-13, où Peiresc semble apprendre la mort récente de Puymisson père ne doit pas davantage nous troubler puisqu’il évoque lui-même l’extrême lenteur du courrier en raison de la peste qui sévissait dans la région d’Aix depuis plusieurs années et mentionne même une lettre qui lui est « tombé en main que deux ans après ».

32 On sait de façon certaine que ce commentaire manuscrit existait à la mort de Pellicier († 1568) puisqu’il est mentionné dans le catalogue de sa bibliothèque, voir Henri Omont, « Inventaire de la bibliothèque de Guillaume Pellicier évêque de Montpellier (1529-1568) », Revue des Bibliothèques, 1 (1891), p. 161-172, n° 66. Dès l’époque des Historiae sui temporis de De Thou, il était considéré comme perdu (fin du livre 38).

33 Lettres de Peiresc, t. i, p. 667, lettre de Peiresc à P. Dupuy du 13 juillet 1628.

34 Mémoires de l’histoire du Languedoc, op. cit., Éloge de M. Catel (non paginé).

35 Sa présence à Rome est attestée par des lettres écrites à Jacques-Auguste de Thou et aux frères Dupuy en 1605 et 1611, voir BnF (Paris), Dupuy 675, fol. 220, et Dupuy 819, fol. 204-210.

36 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118v.

37 Joseph Pitton de Tournefort, Institutiones rei herbariae... Editio tertia, Paris, e typographia regia, 1719, t. i, p. 30 : « Vidi ipse Aquis-sextiis in Bibliotheca avunculi mei Joannis Scholastici Pitton, medici eruditissimi, opera Plinii cum amplissimis notis manu exaratis a Guilielmo Pellicerio, in quibus certe nihil legebatur iis simile quae Rondeletius commentatus est. Illae autem notae manuscriptae diu latuerant in Bibliotheca Peireschii nobilissimi senatoris Aquisextiensis, ut Gariel recte indicaverat ». Voir aussi Pierre Gariel, Series praesulum Magalonensium et Monspeliensium, variis Guillelmorum, Monspelii dominorum, Toulouse, J. Boude, 1665, p. 192 : « Ejus in Plinium commentariorum pars magna, quod cuivis in promptu videre fuit, in Bibliotheca D. de Perez, in Aquensi quondam Curia Senatoris, extabat ».

38 Sur cette question, voir les articles d’Hermann Walter cités n. 10 et Anna Clara Cataldi-Palau, « Les vicissitudes de la collection des manuscrits grecs de Guillaume Pellicier », Scriptorium, 40 (1986), p. 32-53. On sait par Jean Hardouin, Caii Plinii secundi Naturalis historiae libri xxxvii, Paris, F. Muguet, 1685, préface, fol. ô iii, que deux manuscrits (gemina lucubratio) ainsi que des éditions annotés échurent dans la bibliothèque des jésuites du collège de Clermont. Le Père Hardouin mentionne également une édition annotée in decem priores libros consultée par Nicolas Rigault, ce que confirment objectivement les lettres de Peiresc aux Dupuy que nous avons mentionnées. Par ailleurs, Hermann Walter soutient, sans dire d’où il tient son information, qu’Hardouin put consulter la même édition utilisée par Rigault qui se trouvait alors entre les mains de l’érudit rouennais Émeric Bigot (« Il commentario Pliniano di Guillaume Pelicier » (1998), op. cit., p. 190). Cette indication est concordante avec les données nouvelles qui viennent d’être mises à jour à propos des Catel et du cardinal de Joyeuse. En effet, nous savons par Antoine Aubery, L’Histoire du cardinal duc de Joyeuse, Paris, R. Denain, 1654, p. 136 et 142, que ce prélat, qui fut en outre archevêque de Rouen, transmit sa bibliothèque aux pères jésuites de Pontoise, lesquels furent déplacés vers Rouen par volonté testamentaire. Cependant, le lien entre Joyeuse et Pellicier reste toujours obscur, sachant par ailleurs que François de Joyeuse († 1615), en tant que dernier héritier mâle d’une grande fratrie, hérita des livres de ses frères.

39 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118v.

40 Lettres de Peiresc, t. i, p. 155, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 24 février 1627.

41 Ibid., p. 288, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 12 juillet 1627.

42 Ibid., p. 325, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 11 août 1627 ; ibid., p. 369, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 19 septembre 1627 : « Je n’oublie poinct le Pline, mais je suis obligé d’attendre ces Messieurs qui s’en sont chargez, lesquels mandent qu’ils veullent estre icy dans la my octrobre, et je ne sçay s’ils ne l’apporteront poinct quant et eux, comme ils esperoient, si les chemins sont libres, car s’il y a du danger, ce seroit daumage de hazarder une telle piece à la furie et à la rage des soldats affamez. »

43 Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 673, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 13 février 1628.

44 Sur l’humaniste Danès, voir notamment Jean-François Maillard, Judit Kecskeméti, Catherine Magnien et alii (dir.), La France des humanistes. I, Hellénistes, Turnhout, Brepols, 1999, p. 97-120. Il est difficile d’expliquer pourquoi Puymisson est le seul à parler d’un commentaire de Danès au lieu de Pellicier. Cette information n’est reprise ni par Peiresc ni par aucun autre des intervenants de cette affaire. On peut supposer que Puymisson aura, par ignorance, confondu les deux érudits mais alors il est assez curieux qu’il puisse dire exactement « feu Mr Danès, évêque de Lavaur », ce qui suggère qu’il a lu directement cette signature sur le manuscrit ou qu’il a su par un quelconque autre moyen que le commentaire de Pline était de Danès et non de Pellicier. Quoi qu’il en soit, Peiresc ne tient aucun compte de cette indication et persiste à poursuivre le Pellicier.

45 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 190, lettre de P. de Puymisson à Peiresc du 20 février 1628.

46 Les correspondants de Peiresc, t. i, p. 673, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 13 février 1628.

47 Lettres de Peiresc, t. i, p. 553, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 mars 1628.

48 Ibid. Ces annotations de Cujas sont toujours conservées à la Bibl. Iguimbertine (Carpentras), Ms 1831, fol. 383-385 : Cujacii notulae quaedam in Plinium ex mss. seu ex ingenio, margini Pliniani sui codicis adscriptae. Ex Plinio Cujacii. Car. Hannibal Fabrottus exscripsit. Il existe une copie à la BnF (Paris), Dupuy 663, fol. 21r-22r : Ex Plinio J. Cujacii ex MS seu ex ingenio. Il n’est pas utile de rappeler que Cujas était aussi un Toulousain, bien qu’il ne fît pas carrière dans sa ville natale.

49 Ibid., p. 559, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 10 mars 1628. Et six jours plus tard, ibid., p. 569, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 16 mars 1628 : « J’ay escript depuis peu à celuy qui a le Pline de Mr Pellicier, et luy ay donné une si forte estoccade, que je sçay s’il s’en pourra parer à ce coup. Il fauldra en attendre la responce. »

50 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1820, fol. 118v et 119r. Le « President de Cambolas » en question est le jurisconsulte Jean de Cambolas († 1633), président aux Enquêtes et conseiller d’État.

51 Lettres de Peiresc, t. i, p. 666, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 13 juillet 1628.

52 Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 677-678, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 20 juin 1628 : « Monsieur de Puimisson m’a balié ce tome de Pline que j’estime un trésor tant je suis satisfez et ravi de ses marques dont une seule lettre n’est pas perdue. Je vous l’envoie par le Gascon ; s’il vous plet me le renvoier après vous en estre servi ; vous aurez l’autre tout aussi tost, ou c’est tout ce que j’en ay peu avoir et espérer. » La dernière remarque peut être une allusion à l’impossibilité d’obtenir le commentaire manuscrit.

53 Lettres de Peiresc, t. vii, p. 6, lettre de Peiresc à Abbatia du 30 juillet 1628.

54 C. Plinii Secundi Naturalis historiae opus, ab innumeris mendis a D. Johanne Caesario Juliacen... vindicatum... et breviusculis simul in margine scholiis, ab eodem illustratum, Cologne, in aedibus E. Cervicorni, 1524, 4 vol. in-8°. L’exemplaire consulté par Peiresc devait avoir ses volumes reliés deux par deux, la fin du tome 2 correspondant bel et bien à la fin du livre xvi. En outre, le catalogue de la bibliothèque de Pellicier mentionne justement un Pline « in-8°, cum annotationibus », cf. Henri Omont, « Inventaire... », op. cit., n° 166.

55 On sait par une lettre du 11 août 1628 que le premier volume venait d’être renvoyé par les Dupuy à Peiresc (Lettres de Peiresc, t. i, p. 689). Or, comme le dit à plusieurs reprises Peiresc aux Dupuy, le second tome ne pouvait pas être envoyé avant le retour du premier. Guillaume d’Abbatia annonce l’envoi du « second volume de Pline » dans une lettre datée de septembre 1628 (Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 680-681), mais en juin 1630 il avoue n’en avoir rien fait et se promet de réparer cette faute : « Il y a deux ans ou environ que le feu sr de Puymisson m’ayant accordé le second tome de Pline, tout ce que je fis c’est de l’empaqueter comme vous voyés [...] Recevés donc, s’il vous plaît, ce volume de Pline pour en retirer tout ce que vous désirés... » (Les Correspondants de Peiresc, t. i, p. 681-682, lettre de G. d’Abbatia à Peiresc du 14 juin 1630). En octobre 1631, Peiresc renvoie les deux tomes pour être « restitu[és] aux héritiers de feu Mons. Puymisson », Lettres de Peiresc, t. vii, p. 12.

56 Lettres de Peiresc, t. i, p. 666-667, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 13 juillet 1628. L’édition de Pline par Dalechamps est la suivante : C. Plinii Secundi Historiae mundi libri xxxvii... Accessere... castigationes et adnotationes eruditissimae... Una cum indice totius operis... Omnia... observationibus conquisita et solerti judicio pensitata Jacobi Dalecampii, Lyon, apud B. Honoratum, 1587. Peiresc possédait dans sa bibliothèque la troisième édition de ce commentaire donnée à Genève, sumpt. Caldorianae societatis, 1606, cf. La bibliothèque de Peiresc. Philosophie, Paris, CNRS, 1990, p. 38, n° 239.

57 Ibid., p. 669, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 14 juillet 1628.

58 Ibid., p. 687, lettre de Peiresc à P. Dupuy du 4 août 1628.

59 Ibid., p. 689, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 11 août 1628.

60 Voir supra, note 31.

61 Lettres de Peiresc, t. vii, p. 10, lettre de Peiresc à G. d’Abbatia d’octobre 1631.

62 Le post-scriptum de la lettre précédente indique que Peiresc s’est « resolu de fere une lettre aux hoirs de feu Mons. de Puymisson ». Une copie de cette dernière est conservée à la Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 210 (1028), p. 197 : «  Messieurs, je me tiens trop redevable à la courtoisie de feu Mr de Puymisson pour renvoyer des livres très rare qu’il avoit daigné me prester, et envoyer si loin en temps périlleux sans les accompagner de mes très humbles remerciements que je vous en rends de tout mon coeur et sans vous offrir comme je faits de mon très humble et très fidelle service et la disposition de tout ce qui peut estre en mon pouvoir. Vous suppliant très humblement d’en faire estat et m’honnorer de vos commandements en tout ce que me pourrés juger propre à vostre service soit pour vous ou pour vos amis, vous asseurant que je tiendray au plus grand heur qui me sceut arriver de rencontrer des moyens de tesmoigner la veneration que je porte à la mémoire de feu Mr de Catel et de Puymisson et de m’acquiter en la personne de leurs successeurs du service que je leur avois voüé. Il ne tiendra qu’à vous d’en faire essay, je vous en conjure et de me recevoir au nombre de vos plus fidelles et devoüés serviteurs et enfin de me traister comme Mess. vostre, etc. De Peiresc, à Boisgency ce [octo]bre 1631 ».

63 Lettres de Peiresc, t. i, p. 156, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 24 février 1627.

64 Ibid., p. 191, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 1er avril 1627.

65 Voir supra.

66 Lettres de Peiresc, t. i, p. 831, lettre de P. Dupuy à Peiresc du 15 mars 1627.

67 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 211 (1029), p. 303, lettre de N. Rigault à Peiresc du 9 août 1627.

68 Lettres de Peiresc, t. i, p. 893, lettre de P. Dupuy à Peiresc du 27 décembre 1627. Il semble que Rigault n’ait jamais songé à une édition complète de Pline mais à une « estude particulière » sur les insectes, comme il le laisse entendre à Charles de Montchal dans une lettre citée plus bas, note 82.

69 Ibid., p. 553, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 mars 1628.

70 Ibid., p. 666, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 13 juillet 1628.

71 Ibid., p. 657-658, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 août 1628.

72 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1875, fol. 528r, lettre de Peiresc à N. Rigault du 4 août 1628.

73  La lettre de l’Inguimbertine, fol. 527v, confirme le peu d’intérêt manifesté par Rigault à la lecture des apostilles de Pellicier : « Je suis marry que vous n’y ayez rien trouvé [dans le Pline apostillé] qui fut digne de votre recherche, mais encore falloit-il scavoir bon gré à ces Messieurs qui nous ont possible pensé envoyer quelque chose de plus precieux que ce ne peut estre. »

74 Avec la citation précédente, Lettres de Peiresc, t. i, p. 657-658, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 4 août 1628. C’est nous qui soulignons. L’expression « tirer le sou de fin » semble appartenir à Peiresc, on en perçoit cependant clairement le sens, très pécuniaire.

75 Ibid., p. 703, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 25 août 1628 : « Au reste, vous m’avez obligé infiniment de supprimer ma lettre selon mes derniers vœux [...] Je suis trop satisfait de ce tesmoignage de gratitude envers ses Mess.rs qu’il luy a pleu enfin leur despartir en celle qu’il m’a escripte sur ce subjetct ». Rigault a donc fini par payer sa dette, même pour un livre annoté qui ne l’intéressait plus.

76 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 211 (1029), p. 301, lettre de Rigault à G. de L’Aubespine du 15 janvier 1627. On sait comment cette lettre aboutit entre les mains de Peiresc, voir Les correspondants de Peiresc, t. i, p. 503, lettre de G. de L’Aubespine à Peiresc du 4 février 1627 : « Je vous envoye une lettre de M. Rigault de la Bibliothèque du Roy par laquelle il me mande des nouvelles de Saumaise et de Tertullien. Je ne sçay si le connoissez, mais il mérite d’avoir vostre amitié pour sa douceur et sa capacité ». Les relations entre Rigault et L’Aubespine, qui se révéla un terrible polémiste, ne tardèrent pas à se dégrader.

77 Q. Sept. Florentis Tertulliani Opera, ad vetustissimorum exemplarium fidem locis quamplurimis emendata, Nicolai Rigaltii,... observationibus et notis illustrata, cum indice glossario stili Africani, Paris, sumpt. M. Du Puis, 1634. Jean Jehasse a donné un bel article sur Rigault et son Tertullien qui reste cependant trop dépendant de R. Pintard : « Religion et politique : le Tertullien de Nicolas Rigault (1628-1648) », dans Emmanuel Bury et Bernard Meunier (dir.), Les Pères de l’Église au xviie siècle, IRHT/ Éd. du Cerf, 1993, p. 227-235. Il ne mentionne pas, en particulier, cette importante lettre adressée à Peiresc le 20 juillet 1630 dans laquelle Rigault explique pourquoi il a choisi d’adopter un profil bas et de se soumettre dans la querelle qui l’oppose à L’Aubespine sur l’interprétation de certains passages de Tertullien : « J’ai eu beaucoup plus de soin d’éviter les occasions de trouble et de division que de prendre mon advantage, et je scay que quelques-uns me blasmeront d’avoir un peu gauchi au lieu de me tenir courageusement dans la droite explication de ce passage lequel, hors ce qui concerne la digamie, ne contient pas une proposition ou assertion de quelque dogme mais une simple relation de l’usage ancien, du moins de l’Église africaine [...] mais aiant jugé que cela pouvoit estre pris de quelques-uns en mauvaise part et faire lever les oreilles à nos huguenots, j’ai mieux aimé relascher au milieu de la course... », BnF (Paris), Fonds Français 9544, fol. 17r-17v. D’évidence, Rigault se montra, dans cette affaire, courageux mais pas téméraire. Il redoutait par-dessus tout que le cardinal Barberini, à qui il avait envoyé son ouvrage, puisse prendre ombrage de sa fâcherie avec l’évêque d’Orléans parce qu’elle touchait à certains points de l’orthodoxie. En fin de compte, c’est la Biographie Universelle de Michaud, t. 36, p. 26-27, qui paraît dresser un portrait assez juste du caractère de Rigault.

78 BnF (Paris), Dupuy 688, fol. 95r-95v, lettre de N. Rigault à Peiresc du 4 février 1628.

79 Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence), Ms 211 (1029), p. 301, lettre de Rigault à G. de L’Aubespine du 15 janvier 1627.

80 Cl. Salmasii Plinianae exercitationes in Caii Julii Solini Polyhistora. Item Caii Julii Solini Polyhistor ex veteribus libris emendatus, Paris, H. Drouart, 1629. Sur cet ouvrage et les autres éditions de Solin aux xvie et xviie siècles, voir Laurent-Henri Vignaud, Les Merveilles de la nature. Histoire naturelle et érudition à l’âge baroque (vers 1550 - vers 1660), sous la direction de Chantal Grell, thèse soutenue à Saint-Quentin-en-Yvelines en 2005, t. i, p. 140-146.

81 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1875, fol. 521r, lettre de Peiresc à N. Rigault du 24 mars 1627 : « Vous ne m’aviez pas dict ce que Mr d’Orléans m’assura en passant que Mr Saulmaise avoit entrepris le Pline à votre refus, ce que je n’improuverois pas tant scachant les divertissements que vous avez de l’estude et croyant bien qu’il y a bonne place pour deux à exercer vos beaux espritz tant l’un que l’autre, et ne trouvant rien d’incompatible qui puisse empescher que vous ne soigniés tous deux vos belles et doctes notes sur cet autheur, vous me ferez grande faveur de m’en esclaircir ».

82 BnF (Paris), Fonds français 2812, fol. 210v, lettre de N. Rigault à Ch. de Montchal du 31 octobre 1624.

83 Avec la citation précédente, BnF (Paris), Dupuy 688, fol. 95r, lettre de N. Rigault à Peiresc du 4 février 1628. Claude Saumaise était protestant mais cette confession ne l’a jamais éloigné de la confiance des érudits parisiens ni de celle de Peiresc. Rigault ne voulait surtout pas se brouiller avec le cardinal-neveu à qui il prévoyait de dédier son Tertullien mais il préféra finalement le dédicacer à un autre cardinal, dont l’influence était politiquement plus profitable, le cardinal de Richelieu. Notons encore le fait que Rigault parle d’addenda, comme s’il croyait la publication du Solin très prochaine tandis qu’il faudra encore un an à Saumaise pour l’achever.

84 Avec la citation précédente, BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 77r, lettre de J. Dupuy à Peiresc du 6 mars 1628. La lettre de Jacques Dupuy confirme que la publication du Solin paraît prochaine : Saumaise aurait-il fait croire à ses amis que l’ouvrage était sous presse pour décourager Rigault de poursuivre son projet sur Pline ?

85 Q. Sept. Florentis Tertulliani Liber de Pallio. Claudius Salmasius recensuit, explicavit, notis illustravit, Paris, sumpt. H. Drouart, 1622. Ironie du sort, lorsque Le Prieur remit sous presse en 1664 l’édition Rigault des Œuvres complètes du père de l’Église, il y adjoignit le De pallio commenté par Saumaise. Saumaise († 1653) et Rigault († 1654) avaient disparu depuis dix ans mais la postérité, reconnaissante, les unissait par-delà la mort.

86 Voir Karel A. de Meyer, Paul en Alexandre Petau en de Geschiedenis van hun handschriften, Leyde, E. J. Brill, 1947, p. 133. Cité par Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle. 1598-1701, Genève, Droz, 1969, p. 485.

87 On peut associer à ce besoin pressant de « bibliothèque publique » le fameux Advis pour dresser une bibliothèque (1627) de Gabriel Naudé, mais la demande de mise « hors marché » des livres-trésors existe dès l’origine de l’humanisme, on la trouve déjà exprimée par Salutati, Pétrarque et Érasme. Voir Isabelle Diu, « Du modèle idéal de la bibliothèque humaniste à sa réalisation effective : Érasme et Beatus Rhenanus », Littératures classiques, 66/2, 2008, p. 39-52.

88 Voir Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 1, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 213-214.

89 Pierre Gassendi, Peiresc, 1580-1637. Vie de l'illustre Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, conseiller au Parlement d'Aix, trad. R. Lassalle et A. Besson, Paris, Belin, 1992, p. 185.

90 Lettres de Peiresc, t. i, p. 408, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 11 novembre 1627.

91 Ibid., p. 895-896, lettre de J. Dupuy à Peiresc du 28 décembre 1627.

92 Ismaël Boulliau, Astronomia philolaica, Paris, sumpt. S. Piget, 1645, p. 21 : « Opus ipse conscripserat [Vieta] cujus titulus fuit Harmonicon coeleste, quod Vir illustriss. Petrus Puteanus utendum olim dederat P. Marino Mersenno religioso ordinis Minimorum, ut ipsius cupiditati, qua res novas et non vulgares appetit, morem generet. Hic vir optimus ac facilis a quodam viro non bonae fidei illo libro emunctus est ; ita ut nec ipsum Puteano reddere potuerit, nec Respub. literaria fructum aliquem ex eo capere. » Signalé par Guillaume Bigourdan, « Sur un ouvrage de F. Viète supposé perdu : l’Harmonicon cœleste », Comptes rendus de l’Académie des sciences, t. 162, n° 7, 1er semestre 1916, p. 237-240.

93 Avec la citation précédente, Lettres de Peiresc, t. i, p. 697, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 18 août 1628.

94 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 151r, lettre de Ph.-J. de Maussac à Peiresc du 22 janvier 1619.

95 Ibid., fol. 11r, lettre de N. Rigault à Peiresc, février 1619 : « J’escris à Monsieur de Maussac afin qu’il me face voir le Pline de Mons. Catel. Je vous supplie m’assister de votre credit et autorité envers l’un et l’autre. J’aurai bientost recognu si ces livres sont notes et escrits de la main de Pelicier et si cela est, ce me sera un grand avantage de marcher par où aura passé ce pionnier tres laborieux et tres expert, et il sera souvent question d’assieger diverses places, et à la Romaine car autrement elles sont imprenables, et vous scavés que les plus courageux soldats et genereus capitaines de ceste nation ne dedegnoient pas de porter avec leurs armes le pic et la hotte. Je prie, etc. ».

96 Ibid., fol. 153r, lettre de Ph.-J. de Maussac à Peiresc du 15 mars 1619.

97 Ibid., fol. 167v, lettre de Ph.-J. de Maussac à Peiresc du 2 février 1620. « Chamer » ou « se chamer » signifie crier après, se plaindre, se tourmenter au sujet de quelque chose.

98 Aristotelis Historia de animalibus Julio Caesare Scaligero interprete, cum ejusdem commentariis. Philippus Jacobus Maussacus... opus a multis abhinc annis expetitum primus vulgavit... additis prolegomenis et animadversionibus, Toulouse, typis R. Colomerii, 1619. L’ouvrage est d’importance car c’est la première fois qu’on éditait un commentaire complet de ce traité d’Aristote.

99 On conserve plusieurs copies latines et françaises de ce document. Voir Henk Jan De Jonge, « The Latin Testament of Joseph Scaliger, 1607 », Lias, II/2, 1975, p. 249-263, où toutes références, avec une édition d’une des copies latines.

100 Aristotelis Historia de animalibus Julio Caesare Scaligero interprete, op. cit., p. **4v : « Postquam igitur exemplari redempto plene frui nobis datum fuit, coepimus serio de ejus editione cogitare, ne tenebris videremur tantum opus velle premere perennibus, et soli lautis hisce epulis excipi. Conati sumus, itaque ab anno 1615 statim Batavos, quos altero exemplari manu Douziaca descripto sciebamus gaudere, a veterno excitare, eos ex pollicitatione convenire, rogare ut opus ederent, quod eorum fidei a Josepho Justo Scaligero commissum fuerat, ne moras amplius necterent. Quando vero nihil potuimus ab eis impetrare, vel quia propriis curis et laboribus addiciti essent, vel ob nescio quas de religione contentiones, quae haud dubie nos ab eo tempore orbarunt infinitis operibus eximiis (vix enim mihi persuadeam tot excelsas animas tot tersa et egregia ingenia, debitis musarum pensis, annuisque literarum tributis et vectigalibus rempublicam literariam voluissse fraudare) onus immensum in nos suscepimus, licet onere, et regio et onerosissimo fungeremur, quod a nobis cotidianam sollicitudinem ac vigilantiam exegit ».

101 La première plainte apparaît dans la lettre d’Heinsius à P. Dupuy en date du 4 octobre 1619, BnF (Paris), Dupuy 19, fol. 61v, alors qu’Heinsius n’a encore vu que le catalogue de vente des livres de Francfort. Ses griefs se précisent dans la lettre au même du 22 mars 1620, ibid., fol. 66r : « ... Mox cum eos [commentarios] ederet, de ignavia nostrorum hominum conqueritur et incivilitate quod nec ipsi eos publice ederemus nec poscenti toties transmittere dignati essemus. Cum nec unquam hac de re ad nos scripsisset : et jam publice mendacii nos arguisset, quia verum dixeramus ».

102 Plutarchi Libellus de fluviorum et montium nominibus... Philip. Jacob. Maussacus recensuit, latine vertit et notis illustravit, Toulouse, apud D. Bosc, 1615, p. 191-192 : « Talis est historia de animalibus Aristotelis, in cujus decem libros servamus in musaeo nostro eruditissimos, et nunquam laudatos satis Julii Caesaris Scaligeri commentarios ἀυτογράφους, liberalitate parentis nostri magna vi pecuniarum redemptos, numquam antehac impressos, et a bonis eruditisque omnibus hactenus vehementer expetitos ac desideratos, quos procul dubio hac solum de causa sumus brevi edituri in lucem ne respublica literaria tanto bono diutius fraudetur, et Batavi glorientur imposterum, quod non filii tantum, cujus extincti corpus habent, superstites omnes animi foetus, libros inquam apud se detineant, sed et Patris, cujus tam est falsum eos opus istud habere, quam verum nos filii etiam miscellanea multa possidere, quae non denegabimus, modo adsit nobis qui omnibus adest Deus nec patiemur Batavorum instar, vel minimum litteratorum nobiscum haec κειμήλια expostulare ».

103 BnF (Paris), Dupuy 19, fol. 61v, lettre d’Heinsius à P. Dupuy du 4 octobre 1619 : « Id cur hactenus a nobis non sit factum, causas habeo gravissimas. Et inprimis quod existimem indignum e[ss]e edi aliquid post obitum tantorum hominum quod nondum plane profligatum sit, aut cui summa manus non accessit. Ita Genevenses in Catalogo Jospehi Scaligeri in Novum testamentum notas contra ejus tabulas, quibus vetuit quicquam suum se defuncto edi, promittunt ».

104 Voir Henk Jan De Jonge, « The Latin Testament of Joseph Scaliger, 1607 », art. cit., p. 258 : « Schedia patris mei in doliolo condidi, una cum commentariis ejus in libros Aristotelis de historia animalium, quos maximi fecerim a Daniele Heinsio accurate recenseri, et prolegomenis praemuniri, ita ut in publicum emittantur, quod ut faciat eum etiam atque etiam rogo. Quod si quid obstiterit quominus Heinsius illam editionem praestare possit, tunc illi commentarii intra Publicam Bibliothecam contineantur, donec idoneus reperiatur, qui editionem illam digne curare possit. Reliqua schedia tam patris quam mea, quia inchoata et incondita sunt, praesertim Thesaurum meum lingaue Arabicae publicari, aut ab ullo contrectari, aut extra Bibliothecam Publicam efferi omnino veto ».

105 BnF (Paris), Dupuy 19, fol. 104r, lettre d’Heinsius à P. Dupuy du 16 janvier 1623 : « Video praefractum ac ferocem esse hominum, quam autem atra sit ingenio, quis melius quam ego sum expertus, quem si potuisset, mendaciis ac stylo pridem confecisset ». Les autres lettres du même recueil sont du 30 mars 1620 (fol. 68r), 1er avril 1620 (fol. 85r), 20 mai 1620 (fol. 72r), 20 juillet 1620 (fol. 75r), 28 juillet 1620 (fol. 77r), 11 août 1620 (fol. 79r), 10 octobre 1620 (fol. 80r), 6 juin 1626 (fol. 113v) et 5 juin 1627 (fol. 115r). La lettre destinée à Maussac annoncée dans la lettre du 30 mars 1620 à P. Dupuy est sans doute celle qui figure au début du recueil, en date du 20 mars 1620, fol. 42r-45r.

106 Voir Lettres de Peiresc, t. i, p. 10-11, 23, 37, 40, 48, 181-182 et 224.

107 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 144r, lettre de Valavez à Ph.-J. Maussac du 1er janvier 1625.

108 L’expression se trouve dans une lettre de Peiresc à J. Dupuy du 31 mars 1627, Lettres de Peiresc, t. i, p. 182.

109 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 145r-145v, lettre de Valavez à Ph.-J. Maussac du 1er janvier 1625.

110 Bien que Maussac ait beaucoup à se reprocher, l’attitude d’Heinsius n’est pas non plus très nette dans cette suite de conflits. L’érudit toulousain s’en ouvre à Peiresc au début de l’affaire concernant son édition d’Aristote, BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 171v-172r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 24 décembre 1619 : « Je vous assure que je n’attendrois pas cela de Heinsius que vous m’avez tousjours ouy louer par dessus ses collègues. S’il estoit nommé en quelque endroit où que je m’en feusse prins à luy ou à quelque aultre de leur académie en particulier, ou si je n’avois pas en mesme temps que j’ay parlé d’eux dans mes prolegomenes tesmoigné publiquement l’estime que je fais de leur esprits et erudition, il y pourroit eschoir quelque occasion de plainte mais de n’avoir qu’en passant parlé d’eux et les avoir loués et estimés, s’offancer de cela et faire du vacarme, c’est tesmoigner que le ressantimant qu’on ha vient d’ailleurs ». C’est bien de jalousie et de compétition scientifique dont il est ici question. En outre, une dimension confessionnelle à cette chamaillerie n’est pas entièrement à exclure, ce qui écorne encore un peu plus l’image irénique d’une République des Lettres où les conflits religieux n’auraient pas droit de cité.

111 Une telle « dénégation de l’économie » est typique du « commerce des choses dont il n’y a pas commerce » selon Pierre Bourdieu, « La production de la croyance. Contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, 13 (février 1977), p. 3-43. De façon plus générale, « l’intérêt au désintéressement » est un thème qui traverse toute l’œuvre de P. Bourdieu, comme le souligne Ilana Friedrich Silber, « L’intérêt de Bourdieu pour le désintéressement : Un exemple de double vérité ? », dans Michel de Fornel et Albert Ogien (dir.), Bourdieu : Théoricien de la pratique, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011, p. 223-250, ainsi qu’un colloque organisé rue d’Ulm en septembre 2021 par le Centre Norbert Elias sur ce même sujet.

112 Ce qui permet, par exemple, à Hans Bots et Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Belin, 1997, de consacrer un chapitre entier au « système d’échanges », p. 126-141, sans faire la moindre allusion à la nature marchande ou non de ces échanges. L’étude d’Anne-Marie Cheny, Une bibliothèque byzantine. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc et la fabrique du savoir, Paris, Champ Vallon, 2015, à travers ce qu’elle appelle le « système Peiresc » (présenté comme un véritable « parrain » du monde lettré), nous offre un tout autre tableau du commerce littéraire et savant. Ce qui est ici démontré pour Peiresc vaut sans doute pour quantité d’autres érudits de son temps.

113 Lettres de Peiresc, t. i, p. 288, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 12 juillet 1627. La négociation de « vive voix » avec le conseiller Maran est évoquée dans une lettre à P. Dupuy du 11 août suivant, ibid., p. 325.

114 Bibl. Inguimbertine (Carpentras), Ms 1875, fol. 522r, lettre de Peiresc à N. Rigault du 28 juillet 1627.

115 Voir note 50.

116 BnF (Paris), Fonds Français 9544, fol. 147r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 11 novembre 1618. Dans la lettre du 22 janvier suivant, ibid., fol. 151r, Maussac remercie Peiresc de son intervention qui semble avoir épargné au conseiller Saint-Jean son voyage en cour.

117 Ibid., fol. 153v, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 15 mars 1619.

118 Ibid., fol. 162-163, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 17 février 1620.

119 BnF (Paris), Fonds français 9542, fol. 114-117. La Bibliothèque Inguimbertine (Carpentras), Ms 1876, fol. 733 et 754v-755r, conserve deux lettres de recommandation adressées par Peiresc au président de Cambolas, une sommité de la magistrature toulousaine. Les échanges de services fonctionnent bien évidemment dans les deux sens mais l’érudit aixois est plus fréquemment sollicité tant que son ami Du Vair est garde des sceaux et pour les affaires jugées au parlement de Provence dont il est conseiller.

120 BnF (Paris), Fonds français 9543, fol. 86-89.

121 Heinsius envoie le manuscrit de Scaliger à Maussac en mars 1620. Une lettre du 27 juin 1624 de Peiresc à J. Dupuy, Lettres de Peiresc, t. i, p. 37, annonce que Maussac est « sur le point de clore le marché de la charge de premier presidant des aydes ». La suite de la correspondance, ibid., p. 835 et 224, nous apprend que l’affaire n’est pas encore faite au printemps 1627. Finalement, la charge est obtenue en 1628. Le manuscrit De legibus atticis est à nouveau dans les mains des Dupuy en juin 1626, prêt à être restitué à Heinsius, mais le commentaire d’Aristote ne leur parvient qu’en avril 1627.

122 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 160r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 1er janvier 1620.

123 Ibid., fol. 173r, lettre de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 27 octobre 1624.

124 Ibid., fol. 174r-174v, lettres de Ph.-J. Maussac à Peiresc du 22 septembre 1625. L’ouvrage en question est le Q. Sept. Florentis Tertulliani Ad nationes libri duo, Genève, 1625.

125 BnF (Paris), Fonds français 9542, fol. 125r, lettre de G. Catel à Peiresc du 11 octobre 1618.

126 Sur les conditions de cette mutation, voir Jérôme Delatour, « Pierre et Jacques Dupuy. Gardes de la Bibliothèque de 1645 à 1656 », Revue de la BNF, 2009/1, 31, p. 66-73.

127 BnF (Paris), Dupuy 781, fol. 12v, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 25 août 1633.

128 Ibid., fol. 15v, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 21 septembre 1633.

129 Ibid., fol. 36r, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 20 avril 1634.

130 Ibid., fol. 17r, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 12 octobre 1633.

131 Ibid., fol. 28r, lettre de N. Rigault à P. Dupuy du 4 mars 1634.

132 BnF (Paris), Fonds français 9544, fol. 25r, lettre de N. Rigault à Peiresc du 16 novembre 1633. Souligné par nous.

133 Lettres de Peiresc, t. i, p. 34, lettre de Peiresc à J. Dupuy du 21 mai 1624.

134 L’anecdote est rapportée par Gilles Ménage, d’après des ouï-dire, dans les Menagiana, Paris, 1729, p. 2-3 : « On me disoit dernierement que la sotise d’une nièce de M. de Peiresc nous avoit fait perdre un très grand nombre de ces lettres. Elle en avoit un cabinet plein, et les brûloit pour allumer son feu ».

135 Cité par François Cadilhon, Jean-Baptiste de Secondat de Montesquieu : au nom du père, Pessac, PUB, 2008, p. 61. Un épisode célèbre similaire est rapporté par Cardan dans sa Vita propria quand il indique que son père fondit en larmes lorsqu’il s’aperçut que Cardan préférait étudier la philosophie que la jurisprudence : Jérôme Cardan, Le Livre de ma vie. De vita propria, éd. J.-Y. Boriaud, Paris, Les Belles Lettres, 2020, p. 60.

136 Voir notamment Natalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du xvie siècle, Paris, Seuil, 2003 ; Eliana Magnani (dir.), Don et sciences sociales : théories et pratiques croisées, Dijon, EUD, 2007 ; Lucien Faggion et Laure Verdon (dir.), Le Don et le contre-don. Usages et ambiguïtés d’un paradigme anthropologique aux époques médiévale et moderne, Aix-en-Provence, PUP, 2010, notamment les articles de L. Verdon et L. Faggion qui dressent un bilan historiographique.

137 Op. cit., p. 72.

138 Certains argumentent en faveur de cette prétendue exception culturelle des sciences, voir notamment Jacques Godbout, « Le don, l’art et la science », La Revue du MAUSS, 24, 2004, p. 224-241.

139 Sur cette conception de l’écriture comme un « faire », voir Alain Cantillon, Laurence Giavarini, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Écriture et action. xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, EHESS, 2016, « Introduction ».

140 Les lettres de provision sont ou non scellées, le procès est perdu ou gagné. Cette asymétrie entre le commerce de réputation et le commerce de fonction est joliment décrite par Montaigne dans un passage fameux de ses Essais, iii, 9 : « Je fuis à me submettre à toute sorte d’obligation, mais sur tout à celle qui m’attache par devoir d’honneur. Je ne trouve rien si cher que ce qui m’est donné et ce pourquoy ma volonté demeure hypothequée par tiltre de gratitude, et reçois plus volontiers les offices qui sont à vendre. Je croy bien : pour ceux-cy, je ne donne que de l’argent ; pour les autres, je me donne moy-mesme. Le nœud qui me tient par la loy d’honnesteté me semblent plus pressant et plus poisant que n’est celuy de la contrainte civile. On me garrote plus doucement par un notaire que par moy ».

141 La distinction entre bénéficiaires du trafic et simples intermédiaires est soulignée par Alain Testart, Critique du don. Études sur la circulation non marchande, Paris, Syllepse, 2007, dans sa reconsidération de la pratique du kula en Nouvelle-Guinée, p. 171-190. D’après cette interprétation, les intermédiaires qui sont dans l’impossibilité de payer leur dette sur leurs propres deniers sont obligés de transmettre le bien jusqu’à ce que celui-ci puisse être échangé en contrepartie d’un bien équivalent. Dans notre cas cependant, c’est bien souvent l’insolvabilité des intermédiaires qui limite au contraire le trafic au sein de la République des Lettres. Un érudit peut refuser de remettre son bien à ceux qui ont mission de le faire transiter jusqu’à son véritable destinataire, tout simplement parce qu’il a une confiance relative en ces émissaires. La différence tient au fait que lorsqu’un manuscrit est en main il peut être copié et utilisé par celui qui n’est, théoriquement, qu’un relais, cela à son propre profit.

142 De là l’aveuglement produit dans l’historiographie lorsque les deux thématiques du patronage et du don ne sont pas suffisamment distingués. Au sujet de Peiresc, « prince de la République des Lettres », voir Lisa T. Sarasohn, « Nicolas-Claude Fabri de Peiresc and the Patronage of the New Science in the Seventeenth Century », ISIS, 84, 1993, p. 70-90 ; Peter N. Miller, Peiresc’s Europe. Learning and Virtue in the Seventeenth Century, New Haven, 2000, dont l’analyse reste trop dépendante de la réécriture idéalisée de la vie du savant provençal par son ami Gassendi.

143 Dimitri Karadimas souligne le lien qui existe dans certaines économies du don/contre-don entre le don et la compétition ou la prédation entre acteurs (Le Don ou le droit à la prédation. Le rituel des esprits des animaux chez les Miraña (Amazonie colombienne), dans Eliana Magnani (dir.), Don et sciences sociales, op. cit., p. 105-122) : le don devient l’excuse acceptable pour légitimer la prédation, particulièrement si le donneur choisit un bénéficiaire qu’il sait incapable de fournir un contre-don équivalent, ce qui justifie par la suite l’appropriation de ses biens sans autre forme de procès.

144 C’est le modèle d’échanges que j’appelle « modèle du jeu de billes » si familier aux écoliers. Si les billes sont, dans un premier temps, achetées chez le buraliste par les partenaires de jeu, certaines pièces rares font la réputation de leur propriétaire bien qu’elles soient distribuées de manière aléatoire (doublons). S’instaure alors un système de troc et de revente qui n’exclut ni la rapinerie ni le don gratuit, en fonction des amitiés et des relations hiérarchiques entre les joueurs. Celui qui a la plus belle collection est envié de tous les autres et les « princes prodigues » s’attachent des fidélités auprès des joueurs moins bien dotés en profitant de leur situation dominante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent-Henri Vignaud, « Biens précieux et actions épistolaires. L’économie du savoir dans la République des Lettres au XVIIe siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 01 | 2022, mis en ligne le 25 juillet 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8753

Haut de page

Auteur

Laurent-Henri Vignaud

Laurent-Henri Vignaud est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Bourgogne, membre du LIR3S (Sociétés, Sensibilités, Soin) - UMR 7366. Historien des sciences, spécialisé dans l’histoire de l’imprimé savant et de l’érudition naturaliste, il a soutenu en 2005 une thèse sur les « merveilles de la nature » dans la littérature naturaliste de l’âge baroque (c1560-c1660). Ses travaux portent également sur Pasteur et les controverses autour de la pratique vaccinale. Parmi ses publications récentes, on peut citer :
2016. « Les prodiges dans les violences des guerres de religion sous le regard protestant », en collaboration avec D. El Kenz, dans L. Vissière et M. Trévisi (dir.), Le Feu et la folie. L’irrationnel et la guerre (fin du Moyen Âge - 1920), Rennes, PUR, p. 51-65.
2015. « Sprechen Sie Deutsch ? Un savoir en construction : les cahiers de traduction de Louis Pasteur à Arbois », en collaboration avec F. Salvadori, dans N. Barbe et D. Raichvarg (dir.), Les Vies de la pasteurisation. Récits, savoirs, actions (1865-2015), Dijon, EUD, p. 95-111.
2015. « Un héritage bien encombrant : la relecture des livres de merveilles par les savants de la Renaissance », dans D. Boutet et J. Ducos (dir.), Savoirs et fiction au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, PUPS, p. 73-95.
2012. « La culture scientifique d’un parlementaire dijonnais au xviie siècle : les livres de sciences dans la bibliothèque de Jean III Bouhier », dans D. Le Page, J. Loiseau et A. Rauwel (dir.), Urbanités. Vivre, survivre, se divertir dans les villes (xve-xxe siècles). Études en l’honneur de Christine Lamarre, Dijon, EUD, p. 339-356.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search