Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral011.2. Le travail du fait littérair...Le Recueil Lauvergne (1680) de Cl...

1.2. Le travail du fait littéraire : trompe-l'oeil

Le Recueil Lauvergne (1680) de Claude Barbin. Écriture en groupe ou coup d’éditeur ?

Stephanie Bung

Résumés

Publié en 1680, le Recueil de poésies par Madame de Lauvergne, dédié à Madame la Marquise de Neuville, dit Recueil Lauvergne est un ouvrage composite dont la facture nous renseigne sur les enjeux sociaux qui informent beaucoup de procédés éditoriaux de l’époque. Ces enjeux peuvent prendre la forme de l’écriture en groupe, dans le domaine de la poésie galante notamment. L’éditeur de la compilation, Claude Barbin, en est bien conscient puisqu’il équipe son livre d’une dédicace qui semble nous renvoyer à un milieu privilégié, voire à une relation de patronage précise. Cet article vise à interroger cette scénographie du collectif littéraire sans pourtant la dénoncer comme pure fiction. Car si « effet de groupe » il y a, c’est que l’exclusivité de tels groupes n’est pas inventée, mais qu’elle est dessinée à contre-jour dans le Recueil Lauvergne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Miriam Speyer, Briller par la diversité : les recueils collectifs de poésie au xviie siècle (1 (...)
  • 2 Pour l’écriture galante voir les ouvrages de références d’Alain Viala (La France galante, Paris, PU (...)
  • 3 Recueil de Poésies par Madame de Lauvergne, dédié à Madame la Marquise de Neuville. A Paris, chez C (...)

1Ayant atteint son apogée au milieu du xviie siècle, la vague des recueils collectifs de poésies est déjà en déclin1 quand, en 1680, Claude Barbin publie une anthologie de pièces galantes, intitulée Recueil de poésies par Madame de Lauvergne, dédié à Madame la Marquise de Neuville. L’ouvrage contient 85 pièces dont la majorité relève de petites formes en vers – madrigaux, chansons, quatrains – pratiquées avec assiduité dans les cercles mondains de l’époque. Parmi ces poèmes courts, on distingue un nombre assez important d’élégies, donc de pièces plus longues, et quelques textes (lettres, portraits) en vers et en prose. Si l’on prend en compte que presque toutes ces pièces parlent d’amour, on constate sans difficulté qu’un livre comme les Recueils Sercy et les Recueils La Suze-Pellisson dans les années 1650 à 1670, représente un échantillon de cette écriture galante qui ravive la sociabilité des « ruelles »2. Or, le titre de l’ouvrage offre un appât supplémentaire aux lectrices et lecteurs férus de nouveautés dans la République des lettres : à l’exemple des Œuvres d’autres dames de lettres, ce recueil invite à lire les textes d’une poétesse dont le talent se serait épanoui sous la protection d’une maison de noblesse. C’est du moins ce que l’on peut déduire de l’épître dédicatoire au début du recueil où une certaine madame ou mademoiselle Le Roux écrit à une marquise de Neuville : « Vous eûtes autrefois tant de bonté pour celle qui a composé ces petits ouvrages, que je n’ay pas crû vous déplaire en vous les présentant, & les faisant paroître au jour avec vôtre Nom3 ». L’auteure n’étant plus, celle qui signe ici avec « vôtre tres-humble & tres-obéissante Servante, Le Roux » se serait donc chargée de publier les œuvres posthumes de la feue madame Lauvergne. Dans ce qui suit, nous reviendrons sur cette constellation féminine tout en dégageant pourquoi une étude approfondie du Recueil Lauvergne nous renvoie aux enjeux formulés par Laurence Giavarini dans ce dossier du Grihl.

« Madame de Lauvergne », le nom et l’auteur(e)

  • 4 Alphonse Séché, Les Muses françaises. Anthologie des femmes-poètes, Paris, Louis-Michaud, 1908, p.  (...)
  • 5 Le Dictionnaire des précieuses par le sieur de Somaize. Nouvelle édition augmentée de divers opuscu (...)
  • 6 Séché, Les Muses françaises, op. cit., p. 111 (c’est moi qui souligne).
  • 7 Livet écrit au sujet de ce nom : « Il ne peut d’ailleurs être ici question de Mlle de La Vergne, Mm (...)
  • 8 Voir l’ouvrage de référence de Myriam Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en Fr (...)

2Selon Alphonse Séché qui, dans son anthologie intitulée Les Muses françaises de l’année 1908, cite trois poèmes du Recueil de poésies par Madame de Lauvergne, « un mystère » entoure l’auteure4. En effet, non seulement nous disposons de très peu d’informations sur sa personne, mais même celles qui sont fournies par Séché lui-même dans sa petite introduction posent problème. C’est qu’il retrace le nom à partir de la question épineuse de la préciosité, voire des « précieuses » dont l’existence en chair et en os, il est vrai, préoccupe l’histoire littéraire au début du vingtième siècle. Comme on le sait, le regard porté sur les noms figurant dans le Grand Dictionnaire des Précieuses d’Antoine Baudeau, sieur de Somaize, est un regard façonné au cours du dix-neuvième siècle par Charles-Louis Livet qui en avait publié (et annoté) la clé5. S’il est donc incontestable qu’une certaine « Lénodaride » est mentionnée dans l’œuvre de Somaize, l’allégation introduite dans l’anthologie de Séché l’est beaucoup moins : « […] Somaize, dans son ‘Dictionnaire des Précieuses’, dit en parlant de Mme de Lauvergne : Lénodaride est une veuve prétentieuse [sic !] âgée de quarante ans »6. Abstraction faite de la confusion lexicale – qui en dit long sur l’estime que l’auteur avait pour les femmes taxées de précieuses –, il aurait été plus correct d’écrire : dans son édition critique du Dictionnaire de Somaize, Livet associe le nom de madame de Lauvergne à celui de Lénodaride. Encore faut-il préciser qu’il s’agit là d’une simple hypothèse, le nom attribué à la précieuse étant « Lavergne »7. Or, comme notre propos n’est pas de discuter ici la valeur des clés ni celle de la préciosité8, il ne reste qu’à souligner qu’en dehors du frontispice publié en 1680 par Claude Barbin pour vendre son Recueil de poésies, il n’est pas possible d’identifier de nom d’auteur correspondant à celui de madame de Lauvergne.

3En dépit de cette impasse, force est de constater un certain investissement de l’éditeur pour promouvoir ce nom. La page de titre ainsi que la dédicace du recueil visent clairement à doter madame de Lauvergne d’une biographie. La manière dont la signataire de l’épître dédicatoire s’adresse à la marquise de Neuville en dit long :

  • 9 Recueil de Poésies par Madame de Lauvergne, op. cit., s.p. 

Madame,
Vous eûtes autrefois tant de bonté pour celle qui a composé ces petits ouvrages, que je n’ay pas crû vous déplaire en vous les presentant, & les faisant paroître au jour avec vôtre Nom. Si j’ay trop entrepris, Madame, j’ay des raisons tres fortes qui doivent m’excuser auprés de vous, & parler en ma faveur. La part que vous y avez semble m’autoriser en quelque maniere, et je croirois même, ne m’acquiter pas de mon devoir, si j’étois plus long-tems à vous offrir les œuvres d’une Muse qui n’a presque paßé sa vie qu’à parler de vôtre merite, de vos rares qualitez, & de celles de Madame vôtre Mere. Je puis vous asseurer encore, Madame, que je ne fais ici que seconder ses desseins ; je sçay que si elle vivoit, ses premiers soins seroient de vous les presenter, & je ne doute point que l’amitié dont vous l’avez toûjours honorée ne vous les fit recevoir agreablement. Faites la descendre jusques à moy, Madame, & faites-moy la grace de croire qu’elle ne pouvoit vous les offrir avec des sentimens plus remplis de zele & de respect que sont ceux, Madame, De vôtre tres-humble & tres-obéissante Servante, Le Roux.9

  • 10 Voir la note signée Ap. B[riquet] dans le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire. Revue mensu (...)
  • 11 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits 1954-1988, Tome I, 1954-1975, (...)
  • 12 Voir Miriam Speyer, « De l’art du collage. La Troisiesme Partie des Œuvres meslées (1674) de Madame (...)

4Pendant sa vie, madame de Lauvergne aurait donc été très liée à une certaine demoiselle Le Roux d’un côté, avec une marquise de Neuville et sa fille de l’autre. Comme l’a montré A. Briquet dans une note du Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, il est possible – à l’aide de maintes conjectures néanmoins – de retrouver les traces d’une famille Le Roux, située en Normandie et liée par alliance au marquisat de Neuville qui exista de 1672 à 169010. Mais quel est le rapport exact de ces familles à celle qui est censée avoir écrit les poèmes publiés dans le recueil de 1680 ? Comme la lettre dédicatoire ne fait que suggérer un tel rapport – le nom « Lauvergne » n’y figure pas –, il incombe au lecteur de faire le lien entre le geste auctorial invoquée sur la page de titre et les acteurs féminins nommés dans ce qui suit. Or, cette opération confiée au lecteur actif du recueil laisse songeur : il se pourrait que la « fonction auteur » définie par Foucault comme « le résultat d’une opération complexe qui construit un certain être de raison »11 ne nous renvoie pas ici à madame de Lauvergne, mais à l’éditeur Claude Barbin dont les stratégies pour lancer ses produits éditoriaux sont notoires12.

Claude Barbin et les dames de lettres

  • 13 Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Dro (...)
  • 14 Nathalie Grande, « Claude Barbin, un libraire pour dames ? », Revue de la BNF, n° 39, 2011/3, p. 22 (...)
  • 15 Voir Claudine Nédelec, « Approches de la poétique du recueil chez Mme de Villedieu », dans Nathalie (...)
  • 16 Ap.B[riquet], art. cit., p. 1220.
  • 17 Voir Frédéric Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700, Pa (...)

5Installé au Palais depuis 1659, Claude Barbin fait partie du groupe des libraires spécialisés dans les nouveautés littéraires13. Ayant la conscience aiguë de ce qui plaît à un public mondain, il publie des pièces galantes bien avant 1680. Cependant, comme l’a si bien montré Nathalie Grande, son catalogue « présente une autre constance remarquable : l’édition d’un grand nombre d’auteurs féminins, et cela de ses débuts à la fin de sa carrière »14. D’un point de vue moderne, on pourrait affirmer que Barbin a eu le flair de publier, en 1678, le célèbre roman de madame de Lafayette. Même si cet effet de longue durée ne s’est pas reproduit avec l’inconnue madame de Lauvergne, la publication de son Recueil de poésies ne serait donc ni un hasard ni forcément un coup éditorial exceptionnel. De plus, beaucoup d’ouvrages féminins publiés par Barbin témoignent d’une véritable « poétique du recueil »15. Pourquoi le cas « Lauvergne » serait-il donc différent des poésies de mademoiselle Desjardins (1662, 1664, 1669) par exemple ? Il y a plusieurs raisons à cette différence, mais, dans un premier temps, on notera avec A. Briquet que les poèmes réunis dans le Recueil Lauvergne ne peuvent pas être attribués à une seule main16. Frédéric Lachèvre, dans sa bibliographie importante des recueils collectifs de poésies, identifie cinq auteurs différents dans le recueil en question17. En outre, celui-ci exhibe une polyphonie prononcée : en observant l’ensemble des pièces de plus près, on est frappé par l’alternance plus ou moins régulière des voix féminines et masculines qui chantent l’amour pour « Iris » ainsi que celui d’Iris pour son berger « Tirsis ». Il ne s’agit donc pas seulement d’un problème d’attribution qui nous engagerait à creuser la question de l’auctorialité. La disposition assez particulière des poèmes ainsi que la scénographie topique du recueil suggèrent l’orchestration soignée d’une multitude de voix par une main au singulier. Mais serait-ce forcément celle de madame de Lauvergne ? Face au mystère dont ce nom d’auteur est entouré, une autre hypothèse s’impose : sous le titre de Recueil de poésies par Madame de Lauvergne, dédié à Madame la Marquise de Neuville, Claude Barbin publie un recueil polygraphe qu’il présente, certes, comme l’ouvrage d’une femme-poète, mais surtout comme le mirage d’une société galante.

Claude Barbin, Gabriel Quinet et la fabrication d’un recueil galant

  • 18 Selon Lachèvre, parmi les 28 pièces de l’édition en 1664, 23 peuvent être attribués, dont une à la (...)
  • 19 Voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés, op.cit., p. 41-51.
  • 20 Pour une analyse détaillée de l’histoire éditoriale extrêmement complexe du Recueil La Suze-Pelliss (...)
  • 21 Nouveau recueil de pièces choisies de Madame de la Comtesse de la Suze et de Monsieur Pellisson. Se (...)
  • 22 Pour le rapport complexe de l’édition de 1674 à celles de 1666 et 1668 voir M. Speyer, « Le Recueil (...)

6Publier un recueil polygraphe sous le nom d’un auteur individuel n’est pourtant pas un acte inouï. En 1664, l’imprimeur-libraire Gabriel Quinet a réussi un véritable coup avec l’ouvrage intitulé Recueil de pièces galantes en prose et en vers de Madame la Comtesse de la Suze et de Monsieur Pellisson. La majorité de ces pièces n’est ni de la main de la comtesse de la Suze, ni de celle de Paul Pellisson18, mais apparemment, personne n’est offusqué de cette supercherie. Bien au contraire, la fiction auctoriale permet à Quinet de liquider un produit éditorial qu’il avait déjà mis en vente en 1663, mais sous un autre titre et sans succès19. Entre 1664 et 1680 sont commercialisées plusieurs éditions augmentées de son Recueil La Suze-Pellisson qui, à partir de 1674, comprend quatre volumes20. Il s’agit donc d’une entreprise particulièrement performante dont le succès durable pourrait avoir inspiré Claude Barbin au moment où il s’apprête à publier le Recueil Lauvergne. Ce qui est sûr, c’est que Barbin a été impliqué dans les premiers temps de la série La Suze-Pellisson. Dès 1664, Quinet l’avait associé à la publication, comme l’atteste le privilège du Roi : « Et ledit G. Quinet a fait part du present Privilège à Claude Barbin aussi Marchand Libraire, pour en ioüir suivant l’Accord fait d’entr’eux21 ». Il est vrai que dans les éditions suivantes, à savoir celles des années 1666, 1668 et 1674, les extraits du privilège ne font plus mention d’un tel accord. Néanmoins les dites éditions du Recueil La Suze-Pellisson22 ressemblent étrangement au Recueil Lauvergne. Sans vouloir insinuer qu’il s’agit là d’une contrefaçon à proprement parler ni présumer une collaboration continue des deux libraires, il nous paraît important de spécifier ces ressemblances.

  • 23 Voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies, op. cit., p. 388-391.
  • 24 Cette version, dont le titre est identique à celui du premier tome de l’édition de 1668, peut être (...)
  • 25 Les séries en question, dans ce Recueil La Suze-Pellisson de 1668, couvrent les pages 8 à 19 d’un c (...)
  • 26 Puisque cette version sera reprise dans le premier tome du Recueil La Suze-Pellisson de 1674, Barbi (...)

7L’observation en soi n’est pas nouvelle puisque Lachèvre avait déjà constaté qu’un certain nombre de poèmes attribués à madame de Lauvergne figurait dans des recueils antérieurs23. Comme pour plusieurs d’autres ouvrages, il en avait dressé la liste de concordances dans sa bibliographie des recueils collectifs de poésies. À première vue, cette liste n’a rien de surprenant, tant il est vrai qu’une certaine interférence peut sembler normale, vu que les textes sont censés avoir circulé à l’état manuscrit bien avant d’avoir été livrés à la presse. En regardant de plus près, on est pourtant frappé par l’identité intégrale de séries de pièces dans les recueils respectifs de Quinet et de Barbin. De toute évidence, cette conformité est le résultat d’une action réfléchie, Barbin ayant à l’évidence consulté, voire épluché, des exemplaires concrets du Recueil La Suze-Pellisson. Les traces les plus flagrantes de ce procédé se trouvent au début du Recueil Lauvergne. L’exemplaire épluché du Recueil La Suze-Pellisson est une version composite de l’année 166824, version dont Barbin reproduit fidèlement deux séquences entières25. Depuis le deuxième poème « Douce et paisible nuit, de qui le voile sombre » jusqu’au sonnet « Que de puissans attraits vous rendent adorable », le Recueil Lauvergne y suit l’agencement de vingt-trois poèmes en tout26. Cette congruence certes partielle, est néanmoins bien claire. Pour constituer son nouveau recueil galant, Barbin choisit donc un certain nombre de pièces extraites les unes après les autres d’un recueil galant antérieur, auquel il a probablement lui-même travaillé, et ce choix n’a rien de fortuit. Mais avant de revenir sur les particularités de son choix, il convient de réfléchir à une pratique éditoriale dont Barbin, avec son Recueil Lauvergne, ne nous fournit qu’un exemple parmi d’autres.

  • 27 Voir Alain Génetiot, Poétique du loisir mondain, de Voiture à La Fontaine, Paris, Champion 1997, p. (...)
  • 28 Voir notamment M.-G. Lallemand et M. Speyer, Usages du copier-coller aux xvie et xviie siècles, op. (...)
  • 29 E. Keller-Rahbé et M. Speyer, « Les privilèges de librairie des recueils polygraphiques en vers du (...)
  • 30 Ibid., p. 41.
  • 31 Ibid.
  • 32 Comme l’étude de Miriam Speyer l’a montré, il s’agit d’une pratique assez particulière de l’augment (...)
  • 33 En dehors des séries déjà mentionnées, le Recueil Lauvergne reproduit aussi cinq pièces du tome II (...)
  • 34 E. Keller-Rahbé et Miriam Speyer, « Les privilèges de librairie des recueils polygraphiques », art. (...)

8S’il est vrai que la circulation des pièces caractérise la structure intégrale du champ littéraire de l’époque27, les imprimeurs-libraires, pour lancer un nouveau produit éditorial, ne puisent pourtant pas seulement dans les sources manuscrites. Comme l’ont révélé de récents travaux de recherche28, les recueils collectifs représentent souvent de véritables recyclages d’imprimés antérieurs. Dans leur étude sur les privilèges d’impression accordés à de tels ouvrages polygraphiques29, Edwige Keller-Rahbé et Miriam Speyer en dégagent notamment deux modes principaux de production : soit on augmente un ouvrage déjà imprimé en le farcissant de nouvelles pièces ; ce qui permet « d’obtenir une continuation de privilège prolongeant le monopole commercial »30, soit on procède par extraction de pièces déjà publiées pour générer une nouvelle compilation31. Si c’est donc la pratique de l’extraction qui nous intéresse davantage dans le cas du Recueil Lauvergne, il est néanmoins intéressant de noter que les différentes éditions du Recueil La Suze-Pellisson témoignent surtout de la pratique de l’augmentation32. Celle-ci représente évidemment un bénéfice pour Quinet qui obtient plus facilement la continuation du privilège de 1663, et elle explique peut-être aussi pourquoi Barbin, ayant part au privilège de l’édition de 1664, s’inspire si généreusement des éditions de 166833. Or, avec le Recueil Lauvergne, ce ne sera pourtant pas la dernière fois qu’il aura recours à cette pratique extensive de l’extraction. L’imprimeur-libraire récidive dans son fameux Recueil des plus belles pièces des poètes françois, surnommé Recueil Barbin, publié en 1692 et souvent considéré comme la première anthologie de la poésie française. Quant à la façon de « faire du neuf avec de l’ancien »34, les parallèles entre le Recueil Lauvergne et le Recueil Barbin sont particulièrement instructifs et c’est ce que nous allons développer dans la dernière partie de nos observations.

Le Recueil Lauvergne et l’écriture en groupe

  • 35 Laurence Giavarini, « Quelques catégories à l’épreuve de l’anthologie. Histoire, poésie, société da (...)
  • 36 Ibid., p. 275.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 283.

9Comme l’a montré Laurence Giavarini, la particularité du Recueil des plus belles pièces des poètes françois réside moins dans son auto-proclamation comme anthologie que dans « la désignation du geste anthologique comme geste historiographique »35. Si l’éditeur fait ici quelque chose d’inouï, c’est surtout « en enregistrant des gestes de collection et de disposition antérieures à celui de son propre recueil »36. Cet enregistrement minutieux va bien au-delà d’une simple extraction. Tout comme dans le cas du Recueil Lauvergne, il s’agit d’une « pratique de feuilletage et de sélection »37 qui nous permet de confronter le recueil alors en train de naître à une publication antérieure tout en tournant page après page des deux ouvrages à la fois. Selon Giavarini, ce modus operandi contribue à faire de l’ensemble « une histoire de la poésie comme pratique sociale, historicisée notamment en ce qu’elle s’écrit et se publie par l’imprimé dans un temps long »38. Or, qu’en est-il du Recueil Lauvergne ? Peut-on le lire d’une façon analogue ? Revenons donc sur le choix opéré par Barbin au moment où son nouveau recueil galant se construit.

  • 39 Voir Recueil de pièces galantes, en prose et en vers, de Madame la Comtesse de La Suze, d’une autre (...)
  • 40 Ibid., p. 36 ; la dernière pièce retenue par Barbin est le sonnet « Que de puissans attraits » (ibi (...)
  • 41 Depuis 1663, maintes pièces de circonstance, publiées elles aussi dans des recueils galants, faisai (...)

10Au cours de sa relecture minutieuse du Recueil La Suze-Pellisson, Barbin retient quelques passages et en escamote d’autres. Quelles sont les séquences qu’il n’a pas reproduites ? La première section du Recueil La Suze-Pellisson qui n’est pas reprise dans le Recueil Lauvergne (du madrigal « Iris, pour guérir les douleurs » jusqu’à l’élégie « Remplissez l’air de cris et vos grottes profondes »39) contenait d’abord une série de « questions & réponses » ainsi que plusieurs pièces isolées portant sur la question de l’amour tendre. Ensuite, on pouvait remarquer deux textes dont l’origine remontait explicitement à un cercle bien précis, à savoir celui du surintendant Foucquet avant sa chute spectaculaire en 1661, et de son secrétaire Paul Pellisson. Dans le Recueil Lauvergne, Barbin semble donc éviter les textes qui seraient facilement attribuables puisque l’on sait que les hommes et les femmes de l’entourage de Pellisson et de Madeleine de Scudéry avaient tendance à discourir (à l’écrit) de l’amour et surtout de l’amitié tendre. La pièce intitulée « Les Fleurs de Fontainebleau. À Sapho, le jour de sa Feste » (Sapho alias Scudéry) ainsi que l’élégie dédiée au surintendant sous le nom d’Oronte renforcent l’impression que la série a été mise à l’écart par Barbin parce qu’elle relevait d’un groupe déterminé et surtout bien connu en 1680. Cette hypothèse est corroborée par une deuxième série du Recueil La Suze-Pellisson écartée par Barbin dans le Recueil Lauvergne40. Il s’agit de la constellation de poèmes qui, depuis sa première publication en 1663, servait de noyau au Recueil La Suze-Pellisson. Elle témoignait d’une forte cohésion renvoyant, une fois de plus, au groupe formé autour de Madeleine de Scudéry et de Paul Pellisson dans les années cinquante du xviie siècle. Cette série contenait des textes très connus à l’époque tels que les vers sur l’oranger dans le jardin de Sapho et surtout les conversations entre la fauvette (alias Scudéry) et Acante (alias Pellisson)41. En faisant l’impasse sur ces pièces facilement identifiables et qui renvoient à un groupe déjà connu, l’auteur du Recueil Lauvergne est à même d’insinuer l’existence d’un autre collectif, moins connu peut-être, mais apparemment très performant au moment où la galanterie bat son plein.

  • 42 Ap.B[riquet], art. cit., p. 1220.
  • 43 Cette expression fait allusion à la première phrase de l’avis au lecteur que l’on peut lire dans un (...)
  • 44 Apparemment, du moins selon Lachèvre, le recueil n’avait pas été réédité (voir Lachèvre, Bibliograp (...)
  • 45 Cette question se profile à l’horizon d’une recherche sur internet dont l’un des premiers résultats (...)
  • 46 Pour une histoire longue de l’imaginaire saphique dans la littérature voir Joan DeJean, Fictions of (...)

11C’est donc dans les interstices des ensembles textuels exhibant une sociabilité célèbre que Barbin puise les pièces de son Recueil Lauvergne. Or, en privilégiant les élégies et les madrigaux adressés à « Iris » ou à « Tirsis », il vise, lui aussi, une cohérence textuelle, sans que s’y profile pourtant un collectif bien déterminé. Y a-t-il jamais eu un « groupe Lauvergne » dont le recueil en question aurait enregistré les traces ? Il y a certes les textes adressés à une certaine mademoiselle Godefroy qui, selon A. Briquet42, serait la jeune marquise de Neuville de la dédicace de l’ouvrage. Mais le nom Godefroy, tout comme celui de Neuville par ailleurs, est trop courant à l’époque pour être identifié avec certitude. En revanche, ce qui est certain, c’est que cette constellation textuelle évoque l’idée d’un groupe, identifiable ou non, qui se dessine à contre-jour et en ombre portée du Recueil La Suze-Pellisson. Les pièces publiées dans le Recueil Lauvergne renvoient les lecteurs au mirage d’une sociabilité galante dont l’activité littéraire aurait laissé des traces dans le « portefeuille vidé43 » par une certaine demoiselle Le Roux, signataire de la dédicace. Cette épître dédicatoire plaît d’abord à cause de son ingénuité. Mais ce qui est censé charmer davantage, c’est l’insinuation qu’à travers la lecture de ce recueil, on aurait accès à des cercles privilégiés et leurs jeux littéraires. L’appât, c’est que le lecteur puisse s’introduire dans l’espace d’écriture de quelques initiés, d’un groupe réuni autour de quatre femmes en l’occurrence. Car ce n’est pas un hasard si Barbin fait surgir la poétesse au centre d’une sociabilité féminine : la marquise de Neuville, mademoiselle Le Roux, mademoiselle de Godefroy. S’il laisse flotter le mystère autour de l’identité de ces femmes, c’est qu’il s’attend à en profiter ; et même si le succès de son ouvrage ne fut guère que médiocre44, ce mystère n’a pas cessé d’agir sur la curiosité des lecteurs et lectrices du Recueil Lauvergne. Encore aujourd’hui on se demande qui était cette poétesse obscure du xviie siècle dont les poèmes adressés à mademoiselle de Godefroy semblent témoigner d’un amour lesbien45. Comme nous avons pu le voir, il est tout à fait possible qu’elle ait été le produit d’un procédé éditorial dont les contours se profilent autour d’une scénographie très particulière. S’appuyant fortement sur l’idée du collectif littéraire, cette scénographie réunit au moins deux versants de la galanterie : celui de l’amour bucolique dont les protagonistes s’appellent Iris et Tircis et celui de l’amitié tendre voire « saphique » de Madeleine de Scudéry46.

  • 47 Voir l’enregistrement du colloque : Une fonction « groupe » dans les histoires littéraires (Moyen  (...)
  • 48 Voir Miriam Speyer, Briller par la diversité, op. cit., p. 52.
  • 49 Christophe Schuwey, « Éditer et vendre des poètes démodés à la fin du xviie siècle : l’exemple du r (...)
  • 50 L. Giavarini, « Quelques catégories à l’épreuve de l’anthologie », art. cit., p. 282.

12L’écriture en groupe constitue donc bel et bien l’enjeu du Recueil Lauvergne. Même si le groupe en question relève très probablement d’un effet éditorial, l’imprimeur peut compter sur un savoir-faire galant largement répandu dans les couches sociales dont sont issus les lecteurs qu’il cherche à atteindre avec son ouvrage. Cette démarche, on pourrait la qualifier de « fonction groupe » en empruntant ce terme à Laurence Giavarini et Guillaume Bridet qui l’ont façonné en miroir de la « fonction auteur » définie par Foucault47. Ce que le cas du Recueil Lauvergne permet de voir, c’est la façon dont cette « fonction groupe » mise en œuvre dans le temps même de la fabrication de l’ouvrage vise à commercialiser une compilation dont la majorité de pièces, en 1680, peut sembler quelque peu « hors saison ». En effet, c’est dans les années cinquante et soixante que l’on avait pu assister à un grand essor des recueils galants48. Tout comme le Recueil Barbin, vendu en 1692 et truffé de récits biographiques pour présenter les auteurs, le Recueil Lauvergne est fabriqué de manière à « pallier la décontextualisation de sa poésie »49. C’est comme si le cas « Lauvergne » était censé anticiper le grand projet anthologique de 1692 qui montre comment « la poésie […] s’inscrit dans des rapports de service, d’hommages, d’amitiés, de jeux et d’échanges entre gens de lettres, nobles ou non, en tous les cas dans une vie sociale […] »50. Tandis que le Recueil Barbin est considéré encore aujourd’hui comme la première anthologie de la poésie française, l’histoire littéraire ne s’intéresse au Recueil Lauvergne que dans la mesure où ses poèmes semblent provenir d’une main féminine. Dans les deux cas, c’est donc uniquement la « fonction auteur » qui est mise en valeur. En revanche, l’examen des deux ouvrages au prisme de la « fonction groupe » qu’ils mettent en œuvre permet de concevoir la longévité de la scénographie collective du littéraire. Profondément ancrée dans le social, cette scénographie nous invite à penser et à repenser les rapports complexes entre les objets littéraires, les multiples gestes d’écritures qui les façonnent et les actions des professionnels des lettres qui fabriquent la littérature.

Haut de page

Notes

1 Voir Miriam Speyer, Briller par la diversité : les recueils collectifs de poésie au xviie siècle (1597-1671), thèse de doctorat soutenue en novembre 2019 à l’Université de Caen, à paraître en 2021 chez Classiques Garnier. Je remercie Miriam Speyer de me l’avoir communiquée.

2 Pour l’écriture galante voir les ouvrages de références d’Alain Viala (La France galante, Paris, PUF, 2008 ; Le dossier galant dans : Les Dossiers du Grihl 2019-1, 2019 https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.7355) et de Delphine Denis (Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au xviie siècle, Paris, Champion, « Lumière classique », 2001).

3 Recueil de Poésies par Madame de Lauvergne, dédié à Madame la Marquise de Neuville. A Paris, chez Claude Barbin, au Palais, sur le second Perron de la Sainte- Chapelle. M. DC. LXXX (1680). Avec privilège du Roy. In-12. [Le recueil est disponible sur Gallica].

4 Alphonse Séché, Les Muses françaises. Anthologie des femmes-poètes, Paris, Louis-Michaud, 1908, p. 111.

5 Le Dictionnaire des précieuses par le sieur de Somaize. Nouvelle édition augmentée de divers opuscules du même auteur relatifs aux Précieuses et d’un Clef historique et anecdotique par M. Ch.-L. Livet, Paris, 1856, 2 vol. [nous citons l’édition Klaus Reprint, Nendeln/Liechtenstein 1970 ; disponible sur Gallica].

6 Séché, Les Muses françaises, op. cit., p. 111 (c’est moi qui souligne).

7 Livet écrit au sujet de ce nom : « Il ne peut d’ailleurs être ici question de Mlle de La Vergne, Mme de Lafayette, puisque son mariage eut lieu le 15 février 1655. » (Le Dictionnaire des précieuses par le sieur de Somaize, op. cit., p. 268).

8 Voir l’ouvrage de référence de Myriam Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle. Paris, Champion, « Lumière classique », 1999, ainsi que le collectif dirigé par Mathilde Bombart et Marc Escola, Lectures à clés, Littératures classiques n°54, printemps 2005.

9 Recueil de Poésies par Madame de Lauvergne, op. cit., s.p. 

10 Voir la note signée Ap. B[riquet] dans le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire. Revue mensuelle de l’Association des amis de la Bibliothèque nationale de France, 1860, p. 1219-1222.

11 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits 1954-1988, Tome I, 1954-1975, Paris, Gallimard, 2001, p. 827.

12 Voir Miriam Speyer, « De l’art du collage. La Troisiesme Partie des Œuvres meslées (1674) de Madame de Villedieu », à consulter sur : https://madamedevilledieu.univ-lyon2.fr/miriam-speyer-2016-de-l-art-du-collage-la-troisiesme-partie-des-oeuvres-meslees-1674-de-madame-de-villedieu-713128.kjsp. Voir aussi Edwige Keller-Rahbé, « Mme de Villedieu, “la poule aux œufs d’or” de Claude Barbin ? », dans  E. Keller-Rahbé (dir.), Les Arrières-Boutiques de la littérature, auteurs et imprimeurs-libraires aux xvie et xviie siècles, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010, p. 87-111.

13 Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1984, t. II, p. 709-711.

14 Nathalie Grande, « Claude Barbin, un libraire pour dames ? », Revue de la BNF, n° 39, 2011/3, p. 22-27, ici : p. 1.

15 Voir Claudine Nédelec, « Approches de la poétique du recueil chez Mme de Villedieu », dans Nathalie Grande et E. Keller-Rahbé (dir.), Madame de Villedieu ou les audaces du roman, Littératures classiques, n° 61, 2006/3, p. 173-189.

16 Ap.B[riquet], art. cit., p. 1220.

17 Voir Frédéric Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700, Paris, Henri Leclerc, 1901-1904, 4 vol., t. III, p. 15. Lachèvre attribue 2 pièces à Madame de La Suze, 66 pièces à Madame de Lauvergne, une pièce à un certain Le Pul, une pièce à Jean de Montigny, une pièce à P. qu’il suspecte être Charles Perrault.

18 Selon Lachèvre, parmi les 28 pièces de l’édition en 1664, 23 peuvent être attribués, dont une à la comtesse de La Suze et 6 à Paul Pellisson (voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies, op. cit., p. 43).

19 Voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés, op.cit., p. 41-51.

20 Pour une analyse détaillée de l’histoire éditoriale extrêmement complexe du Recueil La Suze-Pellisson voir l’excellent article de Miriam Speyer, « Le Recueil La Suze-Pellisson, première anthologie de poésie galante ? », dans Marie-Gabrielle Lallemand et M. Speyer (dir.), Usages du “copier-coller“ aux xvie et xviie siècles : extraire, réemployer, recomposer, Caen, Presses universitaires de Caen, 2021, p. 155-178.

21 Nouveau recueil de pièces choisies de Madame de la Comtesse de la Suze et de Monsieur Pellisson. Seconde Partie. A Paris, chez Gabriel Quinet […], M.DC.LXIV [Le recueil est disponible sur Gallica].

22 Pour le rapport complexe de l’édition de 1674 à celles de 1666 et 1668 voir M. Speyer, « Le Recueil La Suze-Pellisson », art cit. , p. 157.

23 Voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies, op. cit., p. 388-391.

24 Cette version, dont le titre est identique à celui du premier tome de l’édition de 1668, peut être consultée sur Gallica et sous le code YE-25627 à la BnF : Recueil de pièces galantes, en prose et en vers, de Madame la Comtesse de La Suze, d’une autre dame, et de Monsieur Pellisson. Augmenté de plusieurs Elegies. Tome premier. À Paris, chez Gabriel Quinet […] M.DC.LXVIII. Il s’agit d’une version augmentée du premier tome de l’édition de 1668, celui-ci à consulter sous l’adresse suivante : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372410749. Les deux versions seront reprises et augmentées de nouveau dans l’édition de 1674, à consulter sous le code YE-12418 à la BNF.

25 Les séries en question, dans ce Recueil La Suze-Pellisson de 1668, couvrent les pages 8 à 19 d’un côté, les pages 7 à 35 de l’autre, la double numération étant due au montage de l’édition de 1666 du Recueil La Suze-Pellisson à celle de 1668.

26 Puisque cette version sera reprise dans le premier tome du Recueil La Suze-Pellisson de 1674, Barbin aurait pu avoir choisi celui-ci bien-sûr. Or, il y manque un poème reproduit dans le Recueil Lauvergne (« Quand vous chantez, jeune merveille », p. 46), et c’est pourquoi nous optons pour la version composite de l’année 1668.

27 Voir Alain Génetiot, Poétique du loisir mondain, de Voiture à La Fontaine, Paris, Champion 1997, p. 425-429.

28 Voir notamment M.-G. Lallemand et M. Speyer, Usages du copier-coller aux xvie et xviie siècles, op.cit. ; voir aussi le collectif dirigé par Mathilde Bombart, Maxime Carton et Michèle Rosellini (« Une histoire de la poésie française par les ouvrages mêmes des poètes » ? Le Recueil Barbin (1692), Pratiques et Formes littéraires 16-18, Cahiers du GADGES, n° 16, 2019) ainsi que celui dirigé par Edwige Keller-Rahbé et Sylvain Cornic (« À qui lira ». Livre, littérature et librairie en France au xviie siècle, P.F.S.C.L. (Biblio 17), 2020).

29 E. Keller-Rahbé et M. Speyer, « Les privilèges de librairie des recueils polygraphiques en vers du xviie siècle : législation et pratiques éditoriales », « Une histoire de la poésie française par les ouvrages mêmes des poètes » ? Le Recueil Barbin (1692), op. cit., p. 21-60.

30 Ibid., p. 41.

31 Ibid.

32 Comme l’étude de Miriam Speyer l’a montré, il s’agit d’une pratique assez particulière de l’augmentation, puisqu’elle intègre – du moins à partir de 1674 – la pratique de l’extraction (M. Speyer, « Le recueil La Suze-Pellisson », art. cit., p. 157-159). Barbin, s’en serait-il inspiré ?

33 En dehors des séries déjà mentionnées, le Recueil Lauvergne reproduit aussi cinq pièces du tome II du Recueil La Suze-Pellisson de 1668 (voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies, op. cit., p. 389-390).

34 E. Keller-Rahbé et Miriam Speyer, « Les privilèges de librairie des recueils polygraphiques », art. cit., p. 40.

35 Laurence Giavarini, « Quelques catégories à l’épreuve de l’anthologie. Histoire, poésie, société dans le recueil Barbin », « Une histoire de la poésie française par les ouvrages mêmes des poètes » ? Le Recueil Barbin (1692), op. cit., p. 267-284 ; ici : 267.

36 Ibid., p. 275.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 283.

39 Voir Recueil de pièces galantes, en prose et en vers, de Madame la Comtesse de La Suze, d’une autre dame, et de Monsieur Pellisson, op. cit, p. 20-34 ; 1-6 [code YE-25627 à la BnF ; l’exemplaire peut être consulté sur Gallica].

40 Ibid., p. 36 ; la dernière pièce retenue par Barbin est le sonnet « Que de puissans attraits » (ibid., p. 35).

41 Depuis 1663, maintes pièces de circonstance, publiées elles aussi dans des recueils galants, faisaient référence à ces poèmes dont elles empruntaient souvent la scénographie ludique. En 1680, le groupe autour de Madeleine de Scudéry et Paul Pellisson représente donc par excellence la configuration galante en tant qu’elle se produit comme collectif (voir Stephanie Bung, Spiele und Ziele. Französische Salonkulturen des 17. Jahrhunderts zwischen Elitendistinktion und belles lettres, Tübingen, Narr Verlag, 2013, p. 146-148).

42 Ap.B[riquet], art. cit., p. 1220.

43 Cette expression fait allusion à la première phrase de l’avis au lecteur que l’on peut lire dans un recueil publié en 1694 et intitulé Le Portefeuille de Monsieur L.D.F.***. A Carpentras, chez Dominique Labarre […] MDCXCIV : « Je te vuide mon Portefeuille, Lecteur, sans m’en réserver rien que ce qui ne pourra pas entrer dans un fort petit Livre […]. » (voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies, op. cit., p. 123).

44 Apparemment, du moins selon Lachèvre, le recueil n’avait pas été réédité (voir Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies, op. cit., p. 14-15).

45 Cette question se profile à l’horizon d’une recherche sur internet dont l’un des premiers résultats est l’entrée dans Wikipédia. Le seul poème cité dans cet article est l’un des sonnets pour mademoiselle Godefroy (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_de_Lauvergne).

46 Pour une histoire longue de l’imaginaire saphique dans la littérature voir Joan DeJean, Fictions of Sappho, 1546-1937, Chicago, University of Chicago press, 1989.

47 Voir l’enregistrement du colloque : Une fonction « groupe » dans les histoires littéraires (Moyen Âge-xxie siècle) ? organisé par Guillaume Bridet et Laurence Giavarini en 2018 (http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/18_19/18_12_06-07%5b2%5d.html).

48 Voir Miriam Speyer, Briller par la diversité, op. cit., p. 52.

49 Christophe Schuwey, « Éditer et vendre des poètes démodés à la fin du xviie siècle : l’exemple du recueil Barbin », « Une histoire de la poésie française par les ouvrages mêmes des poètes » ? Le Recueil Barbin (1692), op. cit., p. 78-97 ; ici : 91.

50 L. Giavarini, « Quelques catégories à l’épreuve de l’anthologie », art. cit., p. 282.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephanie Bung, « Le Recueil Lauvergne (1680) de Claude Barbin. Écriture en groupe ou coup d’éditeur ?  », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 01 | 2022, mis en ligne le 29 juillet 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8768

Haut de page

Auteur

Stephanie Bung

Stephanie Bung est professeure de littérature française à l’université Duisburg-Essen. Elle est l’auteure d’un livre ainsi que de plusieurs articles sur les « salons » littéraires du dix-septième siècle. En collaboration avec Miriam Speyer, elle prépare un nouvel projet de recherche qui portera sur les produits éditoriaux recensés par Frédéric Lachèvre dans sa bibliographie des « recueils collectifs de poésies ». Choix bibliographique :
« Playful Institutions: Social and Textual Practices in Early Spanish Academies ». In: Poetics and Politics, edited by T. Bernhart et al., Berlin, Boston: De Gruyter, 2018, p. 169-184. https://doi.org/10.1515/9783110536690-009.
« De la ‚chambre bleue’ au ‚royaume de Tendre’: les salons français dans les manuscrits du XVIIe siècle ». In: Papers on French Seventeenth Century Literature, XLI, 81, 2014, S. 421-432.
Spiele und Ziele. Französische Salonkulturen des 17. Jahrhunderts zwischen Elitendistinktion und belles lettres, Tübingen, Narr Francke Attempto Verlag 2013.
« Une Guirlande pour Julie : le manuscrit prestigieux face au ‚salon’ de la Marquise de Rambouillet ». In: Papers on French Seventeenth Century Literature, XXXVIII, 75, 2011, S. 347-360.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search