Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral011.1. Le travail du fait littérair...Le « groupe des conteuses » de la...

1.1. Le travail du fait littéraire : groupements et collectifs

Le « groupe des conteuses » de la fin du XVIIe siècle : une construction ? Le cas de Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon

Elise Roussel

Résumés

Comment naît un « groupe » dans l’histoire littéraire ? En s’intéressant à l’apparition du « groupe des conteuses » à travers l’étude du cas de Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon, cet article se penche sur la question de la constitution du « groupe » comme construction de la critique littéraire postérieure au temps de l’écriture, ou comme pratique d’écriture de l’autrice. Processus d’invisibilisation ou stratégie d’écriture collective, le groupe se donne à voir de deux manières. Il s’étudie dans une version « inclusive » – L’Héritier étant insérée dans un ensemble, celui des conteuses par les critiques littéraires comme celui des femmes qu’elle lie autour d’elle – ou dans une version « exclusive », comme l’est le groupe familial des Perrault, dont elle est proche par ses liens maternels mais sans partager pour autant sa reconnaissance littéraire. Le groupe apparaît ainsi comme outil de rassemblement collectif et d’individualisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elise Roussel, « Mademoiselle L’Héritier de Villandon, une autrice ? Recherche de son auctorialité (...)

1Mademoiselle L’Héritier de Villandon est un exemple probant des questions qui surgissent lorsque l’on s’interroge sur l’auctorialité1 d’une autrice de la fin du xviie siècle. L’évolution de sa position dans l’histoire littéraire est intéressante. Elle a été reconnue par ses contemporains comme une femme de talent. Voici ce que dit l’éloge posthume du Mercure de France en 1734 :

MARIE-JEANNE L’HERITIER DE VILLANDON, reçuë à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse, en 1696, et à celle des Ricovrati de Padouë, en 1697, née à Paris, y mourut le 2 Février, âgée d’environ 70 ans, et elle fut inhumée dans l’Église de S. Nicolas des Champs, sa Paroisse.
Cette illustre fille a honoré son sexe par son bon caractere, par son sçavoir, par ses talens pour la Poësie et par quantité d’Ouvrages qu’elle a donnez au Public.
Elle étoit bienfaisante, l’humeur douce et complaisante, amie solide et genereuse ; sa conversation étoit aisée, agréable, modeste et retenuë sur ce qui pouvoit lui attirer des loüanges.
Tous les dimanches et les Mercredis de chaque semaine, il se formoit chez elle de petites assemblées de Gens d’esprit de merite, qui charmez de son caractere et de ses lumieres, se faisoient un plaisir de cultiver son amitié. Elle étoit honorable et quoiqu’assez mal partagée des biens de la fortune, elle ne laissoit pas de donner ces jours-là une petite Collation, dont la propreté, l’ordre et les manieres gracieuses faisoient toute la magnificience.
Mlle l’Héritier étoit amie particuliere de l’Illustre Mlle Scudery. Elle fit après sa mort son Apothéose : Ouvrage en Prose, mêlé de Vers, et imprimé en 1702 en un vol. in-12.

  • 2 « Eloge de Mlle L’Héritier de Villandon », Mercure de France dédié au Roy, parution de mars 1734, P (...)

[...] Mlle l’Héritier étoit fille de Nicolas l’Héritier, Parisien, Seigneur de Nouvellon et de Villandon, Historiographe du Roy, mort au mois d’Août 1680.2

2Écrite à sa mort, cette courte biographie revient sur différentes facettes de la vie littéraire de L’Héritier et souligne la sociabilité de celle qui a reçu chez elle « de petites assemblées de Gens d’esprit et de merite ». Cette sociabilité littéraire transparaît dans ses écrits. Comme l’indique l’éloge du Mercure, L’Héritier écrit pour ses amies : elle fait l’Apothéose de Scudéry à sa mort (publié en 1702), mais de nombreuses dédicaces à d’autres femmes figurent à l’intérieur de ses recueils.

3Pourtant, à partir du début du xixe siècle, les éloges de L’Héritier laissent place à des remises en question de son activité lettrée, et la sociabilité littéraire même de L’Héritier paraît réduire son statut d’autrice : elle n’apparaît plus jamais seule dans une notice. Les récits en prose qu’elle a publiés dans ses recueils d’Œuvres diverses (1696), ou La Tour Ténébreuse (1705), ou encore Les Caprices du destin (1718) sont nommés « contes » la rapprochant ainsi d’autres autrices de ce type d’écrits : dès le début du xixe siècle, elle apparaît dans un groupe créé par l’histoire littéraire, celui des « conteuses ». La préface d’Adolphe de Lescure aux Contes des fées, ou les Fées à la mode est édifiante sur ce point. L’auteur reprend ce qu’il estime être les « modes » du xviie siècle, avant d’arriver aux contes :

  • 3 Adolphe de Lescure, Les Contes des fées, ou les Fées à la mode : contes choisis publiés en deux vol (...)

[…] enfin [la mode] des ROMANS ou CONTES allégoriques et féériques, dont le seul titre évoque aussitôt dans l’esprit la figure gracieuse et galante des Mlle de Scudéry, des Mmes de La Fayette, déjà citées, de Mlle de La Force, de Mlle Lhéritier, de Mmes de Villedieu, de Fontaine, de Murat, d’Aulneuil et de la baronne d’Aulnoy.3

  • 4 Scudéry et La Fayette paraissent comme autrices des romans « galants » que sont respectivement Clél (...)

Lescure regroupe ici les femmes qu’il désigne comme « gracieuses et galantes », adjectifs qui servent souvent à caractériser leurs écrits4.

4Cette entreprise de classement ou de groupement d’auteurs est courante au xixe siècle. Elle joue un rôle cardinal dans l’histoire littéraire et contribue à construire la réception des auteurs et autrices du passé. De la même manière, la relation entre L’Héritier et Perrault prend de l’importance à cette époque et L’Héritier n’est plus que rarement mentionnée sans Perrault. La préface de Lescure est intéressante sur ce point aussi, puisque le nom de L’Héritier apparaît directement suivi de la mention de ses liens avec Perrault :

  • 5 A. Lescure, Les Contes des fées, ou les Fées à la mode, op. cit, préface. Mes italiques.

[…] le rayon des Contes de fées chez Barbin se remplit vite, et trop lentement au gré de l’engouement qu’il exploitait de son mieux, des publications fort inégales de M. de Preschac : LES CONTES MOINS CONTES QUE LES AUTRES, SANS PARANGON A LA REINE DES FEES ; LES CONTES DE FEES, par Mme de Murat, dédiés à la princesse de Conti ; le recueil de Mlle de La Force : LES FEES CONTES DES CONTES, et enfin LES CONTES NOUVEAUX OU LES FEES A LA MODE, de Mme d’Aulnoy, qui avait gardé l’incognito. Sans faire de tort au mérite et à l’agrément des Contes de Mme de Murat et de Mlle de La Force, non plus qu’aux BIGARRURES INGENIEUSES DE Mlle Lhéritier de Villandon, parente, amie et émule de Perrault publiées en 1696 et où l’on trouve L’ADROITE PRINCESSE OU LES AVENTURES DE FINETTE, ni même aux Nouveaux Contes proposés par Mme d’Aulneuil (1703) […], on peut et l’on doit, suivant en cela l’avis des contemporains, confirmé par la critique la plus autorisée, accorder la palme de ce genre d’ouvrages, après Perrault et Hamilton, à Mme d’Aulnoy.5

  • 6 Voir les propos de Charles Athanase Walckenaer, « Du recueil des Contes en prose de Perrault et de (...)

5On peut noter également qu’est opéré un classement, à travers l’expression « la palme de ce genre d’ouvrages », ce qui n’était pas le cas au xviie siècle. Les auteurs de contes que sont Perrault et Hamilton sont les premiers de ce palmarès6. On reviendra plus loin sur les critères et les raisons de ce podium.

6Ces remarques montrent qu’il est intéressant de se pencher sur le discours concernant L’Héritier dans l’histoire littéraire, au travers des nombreuses notices empruntées à des journaux, périodiques ou essais, destinés au milieu littéraire ou au grand public, offertes à la consultation et aujourd’hui référencées par Gallica. Au vu de l’important travail littéraire de L’Héritier, et de sa diversité, il semble clair que la regrouper – avec d’autres conteuses ou avec Perrault – réduit son statut d’autrice et constitue une invitation à questionner les modes d’écriture de l’histoire littéraire. Il faut en effet s’interroger sur la pratique de groupements et l’existence de groupes dans l’histoire littéraire, sur ces constructions postérieures à l’époque des auteurs et des autrices du xviie siècle, et sur les raisons d’inclusion et d’exclusion de ces derniers dans tel ou tel groupe : qu’est-ce qu’un groupe ? comment se construit-il dans ou par l’histoire littéraire ? Que vaut cette construction de « groupe » de l’histoire littéraire au regard des pratiques d’autrices, comme celle de L’Héritier, qui paraît elle-même avoir forgé son propre réseau de dédicataires et d’amies mis en scène dans ces textes ? Comment alors articuler le groupe construit par l’histoire littéraire et le groupe mis en évidence par une autrice dans ce qu’elle construit comme son « œuvre » ?

  • 7 Laurence Giavarini et Guillaume Bridet font ainsi l’hypothèse d’« une fonction groupe dans l’histoi (...)
  • 8 Elle n’apparaît pas par exemple dans la « famille Perrault » qu’étudie Oded Rabinovitch dans Les Pe (...)
  • 9 Dans l’Essai sur le xviie siècle, Les Perrault d’André Hallays, Perrin et Cie, 1926, L’Héritier fig (...)
  • 10 Jean Mainil, « "Mes amies les Fées", Apologie de la Femme savante et de la lectrice dans LES BIGARR (...)

7Il paraît évident que le groupe dans lequel a été insérée L’Héritier a agi sur la perception que l’on a d’elle en réduisant son statut d’autrice, en restreignant l’histoire qui est faite de ses écrits, qu’il a donc agi sur l’histoire littéraire et sur l’histoire de L’Héritier en même temps. Il semble alors nécessaire de revenir sur les groupements mobilisés à propos de L’Héritier et qui interviennent dans la représentation que l’histoire littéraire a donnée d’elle. On pourrait ainsi distinguer une fonction groupe « inclusive », opérante comme l’est le groupe des conteuses dans lequel L’Héritier a été insérée, et une fonction groupe « exclusive »7, comme semble avoir été la famille Perrault, dont L’Héritier est proche mais sans être considérée comme un membre à part entière8. Considérée comme sa cousine9, parfois comme sa nièce10, elle apparaît souvent à ses côtés dans les notices, mais toujours de manière secondaire, que ce soit sur le plan littéraire ou familial.

8Ce travail fait, il conviendra de se pencher sur les « groupes » eux-mêmes mis en exergue dans les textes de L’Héritier. Moins commentés, ils sont construits par L’Héritier elle-même, qui donne à voir des réseaux, des filiations, créant ainsi autour d’elle une communauté féminine et littéraire et de profonds liens avec l’événement politique et historique de la Fronde, vécu par certaines de ses amies « précieuses ».

L’histoire littéraire : différents types de « groupes »

9À partir du xixe siècle, le ton des notices dans lesquelles apparaît L’Héritier a donc changé. Le discours à son propos est moins élogieux et rend compte d’un certain point de vue de l’auteur. Par exemple, la notice de Joseph Bougerel, dans l’Idée géographique et historique de la France publié à la fin du xviie siècle, la présente dans les termes suivants :

  • 11 Joseph Bougerel, Idée géographique et historique de la France, pour l'instruction de la jeunesse, P (...)

Marie-Jeanne l’Heritier de Villandon, fille de Nicolas l’Heritier de Novellon & de Villandon, Trésorier du Régiment des Gardes Françoises, Historiographe de France. L’Histoire ancienne & moderne, & la Fable, furent les jeux de son enfance. Son pere la forma pour la Poésie Françoise elle s’appliqua à la Musique où elle excella. Elle fit imprimer une Idylle intitulée Le Printems glacé, & un Rondeau où elle excite les personnes de son sexe qui ont de la beauté à se servir de la raison, si elles veulent éviter les pièges de l’amour, Mademoiselle l’Heritier remporta quelques prix, entr’autres un à l’Académie des Lanternistes de Toulouse. Cette Académie l’admit dans son corps ; l’Académie de Ricovrati de Padouë lui fait le même honneur en 1697. On lui donna le nom de Telesille : elle donna le Triomphe de Mademoiselle des Houllieres, l’Apotheose de Mademoiselle de Scudery en Prose et en Vers en 1702. Erudition enjouée, 3 vol., Epithalame de S. A. R. Mademoiselle d’Orleans lors de son mariage avec le Duc de Lorraine, & plusieurs autres pieces qui contienne un in-douze. Marie d’Orleans Duchesse de Nemours lui laissa en mourant ses Mémoires. Mademoiselle l’Heritier les fit paroître, & mit à la tête un bel Eloge de cette Princesse : elle donna encore la Pompe Dauphine, & le tombeau de M. le Dauphin Duc de Bourgogne, en 1718 ; fit imprimer les Caprices du destin ; l’Avare puni, nouvelle en Vers ; enfin elle traduisit les Epitres Héroïdes d’Ovide, l’an 1732, in-douze ; il y en a seize en Vers & cinq en prose….11

  • 12 Dans le cadre de mon mémoire de Master 2, j’ai étudié un grand nombre de notices sur L’Héritier, qu (...)

10Plusieurs détails nous intéressent : la mention du père de L’Héritier, mis en avant comme « formateur » de L’Héritier, mais aussi la « liste » de ce qu’elle « a donné ». Ses ouvrages sont répertoriés de manière chronologique mais force est de constater que l’inventaire oublie certains recueils de L’Héritier, notamment son premier recueil, les Œuvres meslées, publié en 1695, et réédité en 1696, ainsi que le volume de La Tour ténébreuse, paru en 1705. Le journaliste renommé qu’est Joseph Bougerel semble donc avoir sélectionné les écrits de L’Héritier insérés dans sa notice. Il laisse de côté ses recueils de fiction. Cette liste composée à la fin du xviiie siècle est représentative des choix éditoriaux de certains critiques qui montrent seulement un aspect de l’œuvre de l’autrice, celui qui illustre le mieux leur propos, ou qui semble le plus adéquat à leur discours12. Car si Bougerel efface les contes de la bibliographie de L’Héritier, c’est en revanche ceux-là qui semblent importer aux critiques littéraires des générations suivantes.

L’Héritier invisibilisée par le groupe des « conteuses »

11Reprenons la notice d’Adolphe de Lescure. En 1882, l’historien cite un groupe de femmes, réunies parce que toutes identifiées comme autrices de contes : Mme de Murat, Mlle de La Force, Mme d’Aulnoy, Mlle Lhéritier de Villandon, Mme d’Aulneuil.

  • 13 A. Lescure, Les Contes des fées, ou les Fées à la mode, op. cit. Mes italiques.

[…] Mme de Murat et de Mlle de La Force, non plus qu’aux BIGARRURES INGENIEUSES DE Mlle Lhéritier de Villandon, parente, amie et émule de Perrault publiées en 1696 et où l’on trouve L’ADROITE PRINCESSE OU LES AVENTURES DE FINETTE, ni même aux Nouveaux Contes proposés par Mme d’Aulneuil (1703) […], on peut et l’on doit, suivant en cela l’avis des contemporains, confirmé par la critique la plus autorisée, accorder la palme de ce genre d’ouvrages, après Perrault et Hamilton, à Mme d’Aulnoy.13

  • 14 Nadine Jasmin, « Mots et Merveilles : Les Contes de fées de Madame d’Aulnoy (1690-1698) », thèse de (...)
  • 15 Ibid, p. 14. Les « mineures » sont ici les femmes qui l’entourent, toutes dans l’ombre de Perrault.
  • 16 Par ailleurs, elle est aussi au programme de l’agrégation de Lettres Modernes 2022. Dans la préface (...)

12D’après nos recherches il semble que cette notice soit la première à regrouper les autrices de cette manière : le « groupe de conteuses » est né. Dans sa thèse sur la Naissance du conte féminin14 », Nadine Jasmin revient sur le statut particulier de Madame d’Aulnoy, souvent décrite comme « majeure parmi les mineures15, parce que considérée comme créatrice de la vogue du conte de fées16. Mais ce statut paraît d’autant plus réducteur pour Nadine Jasmin :

  • 17 Nadine Jasmin, Naissance du conte féminin, op. cit., p. 15.

[D’Aulnoy] fait les frais d’une visée comparatiste qui ne jauge la qualité littéraire de son œuvre féérique qu’à l’aune du reste de la production du temps : en négatif, lorsque le point de référence est l’œuvre de Perrault, en positif, au regard de la médiocrité souvent relevée des contes de certaines de ses consœurs.17

  • 18 « L’Adroite princesse ou Les Avantures de Finette », dans les Œuvres meslées, Paris, J. Guignard, 1 (...)
  • 19 Henriette-Julie de Castelnau Murat : Contes de fées, dédiez à S. A. S. Madame la princesse douairiè (...)
  • 20 Pour Claude Dauphiné, ce retrait à l’abbaye de Gercy-en-Brie (1697-1713) pourrait être une conséque (...)
  • 21 Pensées chrétiennes faites par défunte Mademoiselle de La Force : écrit pendant l’exil à l’abbaye d (...)
  • 22 [Charlotte-Rose de Caumont de La Force], Les Contes des contes, par mademoiselle ***, Paris, Simon (...)
  • 23 La Tiranie des fées détruite, nouveaux contes dédiés à Madame la duchesse de Bourgogne par Madame l (...)

13Les « consoeurs » en question sont les autres conteuses, celles qui apparaissent aux côtés de Mme d’Aulnoy dans la notice d’Adolphe Lescure. La comtesse de Murat, à qui L’Héritier dédicace la nouvelle intitulée « Finette ou L’Adroite princesse18 » des Œuvres meslées, a aussi participé à la mode des contes de fées19. Mais à la différence de L’Héritier, elle a mené une vie licencieuse et sulfureuse, tout comme Mademoiselle de Caumont de la Force, que ses aventures rendues publiques auraient forcée à se retirer de la vie mondaine20. Après l’écriture de mémoires, Pensées chrétiennes de défunte Mlle de La Force et nombre d’histoires secrètes21, cette dernière s’est penchée sur le genre merveilleux, en publiant Les Contes des contes, par mademoiselle *** (169822). Madame d’Aulneuil est pour sa part l’autrice de La Tyrannie des Fées détruite23, ouvrage publié en 1702. Contrairement aux autres conteuses, ses écrits ne sont pas associés à l’émergence du conte, mais plutôt à son déclin.

14Ce groupe constitué de Mme de Murat, Mlle de La Force, Mmes d’Aulnoy et d’Aulneuil, ainsi que de L’Héritier, est repris à l’identique dans la notice d’Eugène Asse, en 1899. Le journaliste littéraire esquisse une tentative de classement chronologique pour mettre en évidence l’importance de Mademoiselle Bernard dans la mode des contes en prose :

  • 24 Eugène Asse, « Une nièce du grand Corneille : Mlle Bernard », Revue biblio-iconographique, P. Dauze (...)

Les récits en prose de Perrault existaient d’ailleurs certainement déjà en manuscrits quand Mlle Bernard publia les siens, et les contes en avaient paru dès 1695. Mais du moins, à lui seul doit-elle céder le pas, et il est juste de la faire passer sinon avant Mlle L’Héritier de Villandon (1696), du moins avant Mme d’Aulnoy, dont les Contes parurent en 1698, avant Mme de Murat, Mlle de La Force, Mme d’Aulneuil et Hamilton.24

  • 25 Laure Felix-Faure-Goyau, « L’évolution féminine, Comment raconter des histoires aux enfants », Le G (...)

15On retrouve encore ce groupe de cinq conteuses, en 1912, dans la notice du journal Le Gaulois de Lucie Félix Laure-Goyau. Il est fait mention d’un « essaim de brillantes conteuses », formé par « la comtesse d’Aulnoy, la comtesse de Murat, Mlle de La Force, Mme d’Aulneuil, Mlle Lhéritier de Villandon, à qui nous devons Finette ou l’adroite princesse25 ».

  • 26 J. Bertaut, « La mort des fées », Le Temps, dir. A. Hébrard, numéro du 17 mars 1921, Paris, 1921, p (...)

16C’est donc bien un groupe que l’histoire littéraire constitue avec cependant quelques changements : en 1923, deux membres disparaissent et sont remplacés par Perrault, qui était déjà présent dans les notices des deux auteurs de la fin du xixe siècle, Lescure et Asse. En effet, dans « La mort des fées », paru dans le journal Le Temps (1921), celui qui signe « J. B. » (Jules Bertaut ?) introduit les conteuses à l’occasion d’une remarque sur la photographie. S’insurgeant contre l’idée d’une photographie qui capturerait l’image d’une fée, il prend le parti de l’impossibilité de saisir ces êtres merveilleux, qui « à la plus petite alerte interrompent leurs danses pour se volatiliser dans le ciel bleu26 ». Le journaliste se fait alors porte-parole des auteurs des contes de fées pour montrer le scandale que la photographie suscite :

  • 27 J. Bertautop. cit.

Que Charles Perrault et Mme d’Aulnoy, Mlle de La Force et Mlle de Villandon ne sont-ils là pour s’opposer à un tel sacrilège : eux qui aimèrent les fées au point de se faire les Schéhérazades de ce monde étrange et de nous en laisser les plus beaux récits, défendraient qu’on y touchât.27

17Le groupe des femmes conteuses est réduit, Mmes de Murat et d’Aulneuil n’en font plus partie, mais Perrault ouvre avantageusement leurs rangs. Même type de procédé dans La Grande Encyclopédie de Larousse en 1973, où Perrault a sa place et semble même supérieur à celles qui l’accompagnent dans le texte :

  • 28 Larousse, « Le folklore et les écrivains », La Grande Encyclopédie, t..8, Paris, 1973, p. 4487-4488

La mode des contes de fées proprement dits a connu chez nous une période d’apogée au xviie s., avec plusieurs écrivains, dont Mme d’Aulnoy (Marie-Catherine Le Jumel de Barneville), Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon, la comtesse de Murat (Henriette Julie de Castelneau) et surtout Charles Perrault, qui publia les Contes de ma mère l’Oye en 1697, tandis que La Fontaine perpétue la tradition du conte littéraire et de la fable.28

18Ici, seules Mmes de Murat et d’Aulnoy, ainsi que L’Héritier sont présentes. La disparition de Mme de Murat comme conteuse dans l’article de 1923 et sa réapparition dans la notice du Larousse de 1973 témoignent de ce que le groupe des conteuses se construit au travers des auteurs d’articles de journaux comme Le Temps et de notices d’encyclopédies sur les contes comme genre ou mode littéraire. Le Larousse montre aussi et surtout l’importance de Perrault, devenu chef de file du groupe des conteuses, figure à part mais figure-clé de ce groupe.

  • 29 Charles Joseph de Mayer, Le Cabinet des fées ou Collection choisie des contes de fées et autres mer (...)
  • 30 « Contes des Fées de Perrault : Le Chaperon Rouge, Les Fées, La Barbe-Bleue, La Belle au bois dorma (...)
  • 31 « Le Parfait amour, Anguillette, Jeune & Belle, Le Palais de la vengeance, Le Prince des Feuilles, (...)
  • 32 Le 5ème volume regroupe les contes des Illustres Fées (1698), attribuées à Madame d’Aulnoy, ainsi q (...)
  • 33 Le 6ème volume du Cabinet des Fées regroupe les Fées, Contes des contes, de Mademoiselle de La Forc (...)
  • 34 Le 12ème volume du Cabinet des Fées reprend La Tour ténébreuse de L’Héritier, et c’est le seul de s (...)
  • 35 Voir par exemple la notice sur L’Héritier dans Pascal Mougin et Karen Haddad-Wotling (dir.), Dictio (...)

19Cette construction des conteurs comme « groupe » littéraire peut être due à l’édition en 1785-1789 du Cabinet des fées29, série de volumes qui regroupe plusieurs contes du siècle passé. Leur auteur, le chevalier Charles-Joseph de Mayer, a fait un travail de regroupement, de sélection, et de hiérarchisation des contes. Dans ses volumes, les écrits de Perrault sont placés en première position30, suivis par ceux de Madame d’Aulnoy31. Ceux de Madame d’Aulneuil32 ainsi que ceux de Mademoiselle de La Force33 et La Tour ténébreuse de L’Héritier les suivent34. Le texte de Madame de Murat, Florine ou La belle Italienne, n’apparaît que dans le 19ème volume, tandis que les écrits de Hamilton, Le Bélier, Fleur-d’Epine, Les quatre Facardins figurent dans le 20ème. L’auteur de ce recueil de contes est le premier à effectuer un tel regroupement, et semble instaurer ainsi le début d’une longue tradition dans laquelle l’image de L’Héritier de Villandon perd peu à peu en prestige35, pour n’apparaître plus que dans un groupe de conteuses, toutes détrônées par Perrault.

L’Héritier invisibilisée par Perrault

  • 36 C. J. de Mayer, Le Cabinet des fées, op. cit., t. 1, p. 4, à propos du conte « L’Adroite princesse (...)
  • 37 Histoires ou Contes du temps passé, avec des Moralitez, par Monsieur Perrault, augmentés d’une nouv (...)

20Arrêtons-nous donc maintenant sur la notice détaillée du Cabinet des Fées (1786) : « Finette ou l’Adroite Princesse » apparaît dans le volume consacré à Perrault sous le titre de « L’adroite princesse », et sans aucune mention du nom de L’Héritier. Le libraire précise juste qu’il doute « que ce dernier conte soit de Perrault, quoiqu’il soit d’une lecture agréable & facile36 ». Il semble alors évident que cette édition posthume porte préjudice à L’Héritier : elle n’est pas reconnue comme l’autrice de ce conte, qui se voit attribué, par sa qualité littéraire, à Perrault. Cette spoliation résulte de nombreuses opérations éditoriales. La plus ancienne date de l’édition en 1716 des Histoires ou Contes du temps passé, avec des Moralitez, par Monsieur Perrault, augmentés d’une nouvelle à la fin37. Cette « nouvelle » finale n’est autre en effet que « L’adroite princesse ou Les Aventures de Finette » de L’Héritier, mais il n’est fait aucune mention de son nom. Le volume est réédité en 1742, à La Haye, toujours avec la nouvelle de L’Héritier en position finale, toujours attribuée à Perrault par absence de mention de L’Héritier. Cet exemple est significatif de la façon dont certains textes de L’Héritier ont été édités puis réédités avec ceux de Perrault, comme s’ils avaient été écrits par lui.

  • 38 Jeanne Roche-Mazon, « ‘‘Les fées’’ de Perrault et la véritable ‘‘Mère L’Oye’’ », La Revue hebdomada (...)

21Dans un article de 1932, Jeanne Roche-Mazon a tenté d’expliciter les liens littéraires de Perrault et L’Héritier, revenant notamment sur les origines communes et orales de leurs contes. Issus d’une même source, les textes des deux auteurs seraient des reprises des contes populaires ayant bercé leur enfance, et notamment l’enfance pauvre de L’Héritier38. C’est le premier article qui propose un lien aussi important entre les deux auteurs. Pour Jeanne Roche-Mazon, L’Héritier est très proche de Perrault, elle n’aurait été connue que parce qu’elle était de la même famille que le célèbre académicien. Ses textes ne seraient pas des créations personnelles, mais des reprises de récits que les deux auteurs auraient entendus ensemble. Pour étayer son idée d’une source commune de leurs écrits, la critique s’appuie principalement sur le madrigal de L’Héritier que Perrault insère au début de Peau d’Âne :

  • 39 Selon J. Roche-Mazon, le madrigal se trouve dans la première édition de Peau d’Âne, c’est-à-dire da (...)

Le conte de Peau d’Ane est ici raconté
Avec tant de Naïveté
Qu’il ne m’a pas moins divertie
Que quand auprès du feu ma nourrice ou ma mie
Tenaient en le faisant mon esprit enchanté…39 

  • 40 J. Roche-Mazon, « ‘‘Les fées’’ de Perrault et la véritable ‘‘Mère L’Oye’’ », op. cit,, p. 350.

22Pour Roche-Mazon, il est clair que L’Héritier fait ici référence à sa nourrice, que Perrault connaît aussi et de laquelle il aurait entendu le conte. C’est la raison pour laquelle il aurait inséré ce madrigal qui loue la naïveté du conte et le compare à un récit de nourrice. L’ajout du madrigal serait une preuve de la connivence entre les auteurs et du partage de leurs sources. Perrault et L’Héritier se seraient donc chargés de mettre par écrit des récits oraux : Jeanne Roche-Mazon fait peu de cas des travaux savants de recherche et d’écriture que l’autrice annonce dans ses préfaces, la nommant même « pauvre fille dénuée d’imagination40 ». Bien que Perrault aussi reprenne les contes de leur nourrice, il reste selon elle le conteur reconnu qu’il est toujours.

23Une étude de Saba Bahar et Valérie Cossy souligne cette prééminence de Perrault, érigé en maître d’un art de conter que beaucoup d’auteurs du xviie siècle pratiquent. Selon elles, le conte a été réduit à Perrault :

  • 41 Saba Bahar et Valérie Cossy, « Le canon en question : l’objet littéraire dans le sillage des mouvem (...)

[…] alors que le nom de Charles Perrault rime avec contes de fées, genre que l’on associe avec la conteuse archétypique qu’est la Mère l’Oye, rares sont celles et ceux qui connaissent les contributions importantes de ses homologues féminines comme Marie Catherine D’Aulnoy et Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon, à qui l’on doit l’invention même du versant éminemment littéraire de ces récits d’origine orale[…]41

  • 42 A. Hallays, Essais sur le xviie siècle, Les Perrault, Paris, Perrin et Cie, 1926.
  • 43 Ibid., p. 292.
  • 44 Ibid., p. 293.

24Les « conteuses » sont restées subordonnées à Perrault, et L’Héritier, si elle est identifiée comme sa cousine dans de nombreuses notices, n’est pas plus reconnue que nombre d’entre elles. On aurait pu penser que le lien qu’elle a instauré avec Perrault dans certains de ses récits l’aiderait à passer à la postérité, mais même dans les rééditions des contes de Perrault, elle est peu présente. Dans Les Perrault42 d’André Hallays (1926), il n’est fait mention d’elle qu’à la fin de l’ouvrage, dans un « Appendice XIII », après le « Dessin d’un obélisque » ou de « Paris vu du Louvre » de Perrault. Sur les deux pages qui composent sa notice, n’apparaissent que les informations en lien avec l’académicien. Le récit de « Finette ou l’Adroite princesse » est présenté comme le « conte […] le plus connu ; il a souvent été réimprimé à la suite des Contes de Perrault43 ». On ne sait ce que le signe de ponctuation signifie : le conte a-t-il été réédité dans les recueils de Perrault parce qu’il était le plus connu ou est-il plus connu à cause de ces multiples rééditions ? Le Triomphe de Madame Des-houlières est en outre mentionné, comme illustration du goût de L’Héritier pour les modernistes, qui sont « les admirations de la famille44 ». André Hallays résume le récit de ce Triomphe, et cite même les propos de L’Héritier comme allant dans ce sens moderne :

  • 45 Ibid.

[…] une nymphe qui représentait la Satire, refusait la main à Régnier et à Despréaux, « à l’un parce qu’il avait des descriptions trop remplies de grossièretés et d’images choquantes, et à l’autre parce que, ne modérant point son sel trop caustique, il avait au grand scandale du beau sexe réduit à trois le nombre de femme d’honneur »45.

25De cette manière, A. Hallays insère L’Héritier dans la Querelle des Anciens et des Modernes comme un membre de la famille Perrault, du côté des Modernes et récusant les « Anciens », Boileau et Régnier. Les écrits de L’Héritier sont pour A. Hallays un moyen de mettre l’accent sur les goûts de la famille Perrault. De la même manière, la nouvelle de « Marmoisan » est surtout mentionnée pour la lettre à Mademoiselle Perrault, où L’Héritier flatte sa destinataire en faisant l’éloge de sa famille.

26À la lecture de ces quelques pages, il est clair que L’Héritier de Villandon n’est pas considérée comme un sujet à part entière du livre d’Hallays : elle n’y figure qu’en annexe, ne servant qu’à rehausser le prestige de Charles Perrault, voire des Perrault. Il semble que le fait de ne pas avoir le même patronyme l’empêche de faire clairement partie de ce « groupe ». L’Héritier est aux côtés de Perrault dans l’histoire littéraire, mais pas sous les mêmes projecteurs.

Le lignage : le père, Nicolas L’Héritier de Nouvelon & Villandon

  • 46 J. Bougerel, Idée géographique et historique de la France. Tome 1, en formes d’entretiens, pour l’i (...)

27Reprenons cette fois la notice de Joseph Bougerel46 : elle est au nom de Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon, mais les premières lignes présentent surtout son père, qui apparaît comme celui qui a façonné les savoirs de sa fille. Elle semble devoir à l’éducation paternelle ses capacités et ses talents littéraires :

Marie-Jeanne l’Heritier de Villandon, fille de Nicolas l’Heritier de Novellon & de Villandon, Trésorier du Régiment des Gardes Françoises, Historiographe de France. L’Histoire ancienne & moderne, & la Fable, furent les jeux de son enfance. Son pere la forma pour la Poésie Françoise, elle s’appliqua à la Musique où elle excella.

28Dès la fin du xviie siècle, L’Héritier apparaît souvent dans des notices qui suivent celles qui sont consacrées à son père, comme en annexe, ou en post-scriptum. Par exemple, dans la Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, de 1839-1841, trois lignes la présentent comme suit :

  • 47 Nouvelle histoire de Paris et de ses environs. Tome 4 / par M. J. de Gaulle... ; avec des notes et (...)

Sa fille Marie-Jeanne Lhéritier de Villandon, cultiva aussi la poésie, et s’acquit quelque célébrité parmi ses contemporains : mais ses vers médiocres sont depuis long-temps oubliés. Elle mourut le 24 février 1734, à Paris, où elle était née en 1664.47

29L’auteur ne fait mention ni de ses textes, ni des académies dont elle faisait partie : le seul groupe où elle apparaît est donc ici la famille, L’Héritier est reconnue par rapport à son père, qui semble figurer dans cette Nouvelle histoire parce qu’il a été nommé historiographe de France, et cela bien que Julien de Gaulle, l’auteur de la notice, ne semble pas lui reconnaître de talents d’écriture :

  • 48 Ibid.

Après avoir donné au théâtre deux tragédies qui ne méritaient point de succès et qui n’en eurent aucun, il s’adonné aux travaux historiques, et n’en fu pas plus heureux. Il rédigea un mauvais ouvrage intitulé : Principaux événements de la Monarchie française : il fut cependant nommé historiographe de France.48

  • 49 André Aimé, Dictionnaire biographique universel et pittoresque : contenant 3000 articles environ de (...)
  • 50 Nicolas L’Héritier de Nouvelon, Hercule furieux, tragédie, Paris, T. Quinet, 1639, dédié à « Monsie (...)
  • 51 N. L’Héritier de Nouvelon, Le grand Clovis premier roy chrestien. Tradi-comédie dediée à Monseigneu (...)
  • 52 N. L’Héritier de Nouvelon, Tableau historique, représentant l'état tant ancien que moderne de la Fr (...)
  • 53 Une hésitation apparaît entre « historiographe du roi » et historiographe de France » selon les not (...)

30Nicolas L’Héritier de Nouvelon figure dans de nombreuses notices comme financier et historiographe du roi à partir de 166449. Il a publié des ouvrages de littérature, dont les plus connues sont une tragédie, l’Hercule Furieux (1638-1639)50, une tragi-comédie, Le Grand Clovis, premier Roy Crestien (1655)51, et un Tableau historique représentant l’état tant ancien que moderne de la France, de l’Allemagne et de l’Espagne (1669)52. Alors même qu’il a une double charge53, Nicolas de Vilandon adresse des pièces de théâtre au conseiller du roi M. Bataur et au Cardinal Mazarin : peut-être peut-on y voir un indice du fait que, dès la seconde moitié du xviie siècle, le champ des productions littéraires est un espace à investir pour les « officiers » royaux.

  • 54 M. J. L’Héritier, « Lettre à Mademoiselle Rasilly en lui envoyant l’Avare puni » dans les Œuvres me (...)
  • 55 Voir le privilège des Œuvres meslées, éd. citée, s. p.
  • 56 M.J. L’Héritier, Les Épîtres Héroïques d’Ovide, traduites en vers françois par Mlle L’Héritier, éd. (...)

31Pour sa part, L’Héritier ne précise jamais son appartenance à la maison de Nouvellon, elle se présente davantage comme « Mademoiselle L’H54 », « L’H***55 » ou « Mlle L’héritier56 ». Elle semble donc choisir de n’apparaître que sous un seul des trois noms du patronyme paternel, « L’Héritier ». De cette manière, elle se distingue de l’historiographe et devient Mademoiselle L’Héritier. Dans certaines notices, ce lignage de L’Héritier constitue la seule appartenance qui lui vaille d’être mentionnée. Le lien onomastique est symbole de transmission culturelle, d’un capital familial qui s’inscrit dans les écrits de L’Héritier, même s’ils sont très différents de ceux de son père et si elle a véritablement eu une carrière de femme de lettres savante.

Pratiques d’écriture de Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon et écriture en groupe

  • 57 Le CCFR indique que l’on trouve cinq exemplaires de L’Apotheose de Mademoiselle de Scudéry à la BnF (...)
  • 58 L’Érudition enjouée, ou Nouvelles sçavantes, satyriques et galantes, écrite à une dame française qu (...)
  • 59 M. J. L’Héritier de Villandon, « La Bizarrerie du penchant », Les Caprices du destin, Paris, P. M H (...)
  • 60 Mercure Galant, J. Donneau de Vizé, T. Corneille et C. Du Fresny, (dir.), num. de mars et avril 169 (...)
  • 61 Marie-Catherine d’Aulnoy, Mémoires de la cour d’Espagne, Paris, Barbin, 1690.

32C’est en effectuant une recherche parmi tous les documents traitant de L’Héritier, réunissant ainsi notices littéraires, éloges, et travaux personnels de l’autrice, que l’on a pu effectuer une liste – non exhaustive – des textes qu’elle a publiés, et de leur disponibilité. Son premier recueil paraît en 1695, réédité à l’identique en 1696, sous le titre des Œuvres meslées, contenant L’innocente tromperie, L’avare puni, Les enchantemens de l’éloquence, Les avantures de Finette, nouvelles, et autres ouvrages, en vers et en prose, de Mlle L’H***. Le nom de L’Héritier figure dans le titre, sous la mention de « Mlle L’H*** », et on retrouve cette même désignation dans le privilège, qui autorise la publication pour dix ans, et qui est accordé au libraire. Ce premier recueil contient des nouvelles contées, mais aussi des lettres et des poèmes adressés à différents destinataires. En 1702 paraît L’Apotheose de mademoiselle de Scudery. Par mademoiselle L’H***, qui n’est pas numérisé sur Gallica, mais reste disponible à la consultation57. Ce texte est un éloge de Mademoiselle de Scudéry, écrit à la mort de cette dernière, la même année. L’Héritier y fait le récit d’un songe dans lequel Scudéry accède au mythique Parnasse. Le texte est dédié à Mademoiselle Des-Houlières. Les notices sur L’Héritier mentionnent en outre un autre travail littéraire, paru sous forme de périodique, L’Érudition enjouée, ou Nouvelles savantes, satiriques et galantes. À la lecture détaillée des différentes informations disponibles sur le Catalogue collectif français, on comprend que cet ouvrage est constitué de trois publications successives, parues au cours de l’année 1703. Seule la livraison de juin est disponible sur Gallica. Adressé à « une Dame Françoise, qui est à Madrid58 », ce texte dresse une scénographique épistolaire, où la narratrice dit relater l’histoire qui va suivre pour égayer la destinataire ainsi que ses amies espagnoles : il s’agit du récit que l’on retrouvera en 1718 dans Les Caprices du destin, sous le titre de « La Bizarrerie du penchant59 ». Il est intéressant d’envisager un aspect périodique du travail de L’Héritier, dont les premières publications60 sont des articles dans le Mercure Galant à propos de la publication des Mémoires de la cour d’Espagne de Mme d’Aulnoy61.

  • 62 M. J. L’Héritier de Villandon, La Tour ténébreuse, préface, éd. citée, sp. 
  • 63 Voir à ce sujet, J. Bougerel, Idée géographique et historique de la France. t. 1, op. cit., p. 111- (...)

33Quelques années après Les Caprices du destin qui forment un ensemble d’histoires contées, L’Héritier publie un nouveau recueil intitulé La Tour ténébreuse et les jours lumineux (1705) dans lequel elle reprend – en en modifiant la scénographie – les contes du roi Richard d’Angleterre, expliquant les avoir trouvés dans un manuscrit spécifique, la « Chronique & Fabliaux de la Composition de Richard Roy d’Angleterre, recueillis tot de nouvel, & conjoints ensemblement par le labour de Jehan de Sorels, l’an 1308 », qu’elle dit avoir croisé avec des sources historiques comme « d’Argentré, Catel, du Tillet, Sainte-Marthe, Mariana, Belleforest, Duchesne, Mezeray » et littéraires telles que « la Grande Chronique d’Angleterre, celle de Province », ainsi qu’un autre manuscrit « d’un Auteur Anonyme, qui se trouve très conforme dans les faits qu’il raporte du Roy Richard62 », qu’elle nomme ensuite Fauchet. Le recueil est dédicacé, sous la fausse plume du Roi Richard, à la duchesse de Nemours. Un lien particulier semble avoir uni les deux femmes puisque, selon certains critiques, c’est L’Héritier qui aurait publié les Mémoires de cette dernière en 171063.

34Cette action peut cependant être remise en cause puisque le nom de L’Héritier n’apparaît à aucun endroit de ces Mémoires. À moins qu’elle ne soit l’indice d’une singulière activité de L’Héritier : publier des textes d’autres autrices revient à constituer un groupe de textes qui seraient liés entre eux par L’Héritier. De cette manière, elle aurait eu une action de publicatrice, regroupant des textes autour d’elle-même. Cette pratique d’écriture en réseau peut être reliée à la pratique d’académicienne de L’Héritier, qui apparaît ici dans un « réseau » de femmes illustres. Enfin, on le verra, il semble que sa relation littéraire avec Perrault, pour la même raison qu’elle lui portera plus tard préjudice, ait d’abord été le moyen pour l’autrice d’établir un jeu, de construire et de montrer une connivence avec le célèbre académicien. L’Héritier se serait elle-même inscrite dans un collectif construit autour d’elle, ou qu’elle aurait volontiers rejoint.

Éditer et récrire

35C’est dans Le Parnasse des Dames (1773) qu’il est fait mention pour la première fois de l’investissement de Mademoiselle L’Héritier de Villandon dans la publication du poème Judith de Marie de Pech de Calages :

  • 64 Le Parnasse des dames, publié par L.-E. Billardon de Sauvigny, Paris, Ruault, 1773, t. 4, p. 2.

Le poëme de Judith ne fut imprimé qu’après la mort de Mademoiselle de Calages. Mademoiselle L’héritier en fut l’Editeur & le dédia à la Reine, mère de Louis XIV, alors Régente du Royaume.64

  • 65 « [Marie de Pech de Calages] cultiva la poésie avec succès et remporta plusieurs prix à l’académie (...)

36Mademoiselle L’Héritier de Villandon a publié le poème de Marie de Pech de Calages. Cette notice ne semble souffrir aucune contradiction, et c’est aussi le point de vue de De Feller qui, dans sa Biographie universelle (1781), reconnaît tout à fait l’implication de Mademoiselle L’Héritier de Villandon dans la parution du poème65. Dès 1660, celle-ci se serait illustrée dans le champ littéraire pour des activités de publicatrice. Mais son action de publication du poème est contestée par certains critiques comme Charles-Guillaume Étienne qui, dans le Journal de l’Empire (1814), affirme son impossibilité :

  • 66 Charles-Guillaume Étienne, Journal de l'Empire (1805-1814), parution du dimanche 6 mars 1814, Paris (...)

[L’auteur de l’article] prétend que ce poëme, composé dans la jeunesse de l’auteur, ne fut publié qu’après sa mort, et le fut par Mlle Lhéritier de Villandon, qui en 1660, le dédia à la reine d’Autriche, alors régente. Autant d’erreurs que de mots. Le poëme parut véritablement en 1660 ; mais Mlle de Calages vivoit encore à cette époque, et elle fut elle-même son éditeur.66

37L’activité de L’Héritier est remise en question, ses propos sont discutés. De même, Camille Chabaneau, professeur à la Faculté de Lettres de Montpellier en 1878, et créateur de la revue Langues romanes revient, dans ses Notes sur quelques manuscrits… (1886), sur les sources historiques que L’Héritier prétend avoir utilisé dans son recueil La Tour Ténébreuse en montrant que le manuscrit qu’elle cite, ainsi que son lien avec Richard Cœur de Lyon ne peuvent être authentiques :

  • 67 Camille Chabaneau, « Manuscrits de Mlle Lhéritier de Villandon », Notes sur quelques manuscrits pro (...)

On a attribué à Richard-Cœur-de-Lion, avec assez peu de vraisemblance, à mon avis, une pièce, ou du moins la moitié d’une pièce provençale, de laquelle on rapporte douze vers qui peuvent être ou un couplet d’une chanson, ou un fragment d’un « breu » [forme lyrique médiéval plutôt courte] à rimes plates. Je n’ai su trouver ces vers dans aucun des recueils de poésies provençales que nous possédons.67

  • 68 M. J. L’Héritier de Villandon, « Préface » de la La Tour ténébreuse, éd. citée, s. p. 

38Si Chabaneau ne remet pas en cause l’auctorialité de L’Héritier, ce sont ses affirmations, sa mise en scène qu’il met à mal. En effet, dans la préface de La Tour ténébreuse, L’Héritier présente son recueil comme une reprise des « Contes du Roy Richard, qu’[elle] donne aujourd’huy au Public sous le titre de Contes Anglois ». Ces contes seraient tirés d’un manuscrit, qu’elle annonce comme un « rare Ouvrage, qu’on ne trouve qu’avec beaucoup de difficulté » et qu’elle aurait obtenu parce qu’un « sçavant homme qui a une curiosité sans bornes pour tout ce qui regarde l’Antiquité Gauloise68 » aurait consenti à lui en faire part. Elle s’expose donc comme une femme lettrée, et cette mise en scène de son travail savant est contestée par Chabaneau.

39L’Héritier donne à voir une activité lettrée plurielle : elle écrit et présente ses textes dans des scénographies particulières qui donnent à voir son érudition, et en édite d’autres. De cette manière, elle rassemble autour d’elle diverses pratiques d’écriture. Cette activité diversifiée complexifie la perception du statut de L’Héritier, et explique peut-être pourquoi la critique ne rend pas compte de ce travail littéraire à plusieurs facettes.

Académies : des femmes parmi les hommes

  • 69 « Eloge de Mlle l’Héritier de Villandon », Mercure de France dédié au Roy, op. cit., p. 539-540.

40C’est par un autre biais que L’Héritier cotoie d’illustres autrices. Elle ne les rejoint pas en publiant leurs textes mais parce qu’elle partage avec elles une activité d’académicienne. L’éloge posthume de L’Héritier dans le Mercure de France69 (1734) relate son ascension académique, « à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse, en 1696, et à celle des Ricovrati de Padouë, en 1697 ». Les traces de ce prestige paraissent dans les lettres de réception qui lui ont été envoyées par l’Académie des Lanternistes de Toulouse pour qu’elle les rejoigne. Ces lettres sont publiées en 1698 par le Mercure Galant, pour faire connaître le mérite de L’Héritier, et présentées de la manière suivante :

  • 70 Mercure Galant, n. du 05/1698, J. Donneau de Vizé, T. Corneille et C. Du Fresny, (dir. de publi), P (...)

Je ne puis vous donner une preuve plus glorieuse pour elle de l’estime qu’ils luy ont fait acquerir par tout, qu’en vous disant que Mrs les Lanternistes de Toulouse luy ont donné une place dans leur Société.70

  • 71 Tibulle Desbarreaux-Bernard, Les Lanternistes : essai sur les réunions littéraires et scientifiques (...)
  • 72 « Réception de Mademoiselle l’Heritier A l’Academie des Lanternistes de Toulouse », dans le Mercure (...)

41L’Héritier est reconnue, puisqu’elle est conviée à faire partie de l’Académie très masculine des Lanternistes de Toulouse71. Cette académie est fondée en 1640, cinq ans après l’Académie Française, sous le nom des « Conférences Académiques ». En 1688, elle devient la Société des Belles Lettres et invite en son sein L’Héritier en 1696. Ce faisant, l’Académie des Lanternistes de Toulouse affiche sa modernité, estimant que « l’esprit & le merite est non seulement de tout Pays, de tout âge & de toute condition, mais encore de tout Sexe72 ». Dans les lettres publiées par le Mercure Galant l’année de l’arrivée de L’Héritier, celle-ci n’est pas mentionnée dans son rapport à Perrault ou pour sa filiation, mais bien pour la valeur et la qualité de ses écrits.

  • 73 Le Journal des sçavans, Académie des inscriptions et belles-lettres, numéro de juillet 1734, Paris, (...)
  • 74 Stéphanie Loubère et Delphine Reguig, « Hériter en soi aux xviie et xviiie siècles », Littératures (...)

42L’activité sociale et mondaine de L’Héritier transparaît aussi dans la notice du Journal des sçavants73, qui lui attribue le surnom de « Télésille, par les mêmes motifs qui avoient fait donner à Mademoiselle de Scudery celui de Sapho ». La mise en comparaison de L’Héritier et Scudéry souligne leur lien littéraire, mais aussi les jeux codés à travers lesquels les femmes de lettres de ce siècle s’inscrivent dans des filiations symboliques74. La fin de la notice du Journal des sçavants de 1734 mentionne un portrait de Des Rochers, sous lequel apparaissent des vers mettant en scène une sororité entre autrices :

  • 75 Le Journal des sçavans, Académie des inscriptions et belles-lettres, numéro de juillet 1734, Paris, (...)

C’est l’Histoire des neuf Sœurs,
Par sa prose & ses vers, elle charme les cœurs,
Et Minerve avec soin grave dans sa memoire
Tous les traits de la Fable, & tous ceux de l’Histoire.75

  • 76 François Desportes et Edouard Charton (dir), « Madame d’Aulnoy », dans Le Magasin pittoresque / pub (...)

43Les « neuf Sœurs » dont il est fait mention sont très probablement les muses antiques, qui calment les dieux. Mais la notice de François Desportes au xixe siècle nous apprend que ces femmes peuvent être aussi les membres de l’Académie des Ricovrati de Padoue, qui ont accueilli L’Héritier parmi elles et l’ont « surnommée l’Eloquente », mais aussi « Clio » car L’Héritier « y représentait la muse de l’histoire76 ». La première femme à être admise au sein de cette académie avant elle avait été Elena Cornaro Piscopia, philosophe et mathématicienne, en 1669. Dix ans plus tard, la philosophe française Anne Dacier devenait elle aussi membre de l’Académie des Ricovrati. C’est ensuite Mademoiselle de Scudéry et Antoinette Deshoulières qui les rejoignent, respectivement en 1685 et 1684. L’Héritier devient à son tour membre de cette académie en 1697. Elle est donc la neuvième femme membre de cette académie – la neuvième muse.

  • 77 Nathalie Grande, « Un Parnasse inaccessible. La non-participation des écrivaines aux académies (xvi (...)
  • 78 Maria Teresa Guerrini, Vincenzo Lagiona et Simona Negruzzo (dir.), Nel Solco di Teodora, pratiche, (...)
  • 79 N. Grande, « Un Parnasse inaccessible », art. cité.
  • 80 Léa Renucci, « Académies, lettres et sociabilités. Des pratiques aux travaux d’érudition (xviiie si (...)

44Pour une femme, devenir membre d’une académie était très prestigieux, étant donné que cet honneur était principalement réservé aux hommes sans pour autant être interdit aux femmes77. Généralement, les académies italiennes n’admettaient pas de beaucoup de membres féminins : certaines les excluaient même largement, comme les académies florentines78. Nathalie Grande a interrogé la présence de ces femmes à l’Académie des Ricovrati, en expliquant qu’elles y étaient nommées principalement à titre honnorifique, et qu’il ne s’agissait pas pour elles d’assister aux séances ou de participer aux publications de l’Académie79. De fait, l’académie italienne acceptait les femmes, contrairement à l’Académie Française, mais elles n’y étaient pas reconnues comme leurs homologues masculins. En reprenant l’hypothèse de Léa Renucci selon laquelle ces « lieux de savoirs » permettaient de « faire corps » en construisant des ensembles et des liens sociaux et de « faire lieux » parce qu’ils étaient inscrits dans l’espace urbain, on pourrait dire de L’Héritier et de ses consœurs qu’elles faisaient « corps » : elles nouaient des liens et partageaient des informations et des écrits dans des lieux de partage oral comme les salons. C’est ce qui faisait de ces femmes des érudites, et non des « femmes savantes »80. Les académies reconnaissaient ces femmes pour ce qu’elles apportaient au monde scientifique, même si elles n’éétaient pas présentes aux réunions. Dans son étude de l’Académie d’Arcadie, Léa Renucci analyse les différents statuts des membres :

  • 81 Léa Renucci, « Académies, lettres et sociabilités. Des pratiques aux travaux d’érudition (xviiie si (...)

Dans les réseaux scientifiques, il est bénéfique de multiplier les liens faibles, plutôt que d’avoir un nombre restreint de liens forts (Granovetter, 1973) : un grand nombre de correspondants rend plus faciles la diffusion d’idées nouvelles ou l’accès à une multitude d’informations (Lux et Cook, 1998). Un vaste réseau de liens faibles, c’est ce que met en place Giovan Mario Crescimbeni (1663-1728), fondateur et premier gardien de l’académie d’Arcadie (Rome, 1960), par la création d’implantations académiques (colonia) dans de nombreuses villes italiennes et connectées à Rome par des correspondances et des intermédiaires.81

45C’est donc comme des « liens faibles » que l’on pourrait comprendre les relations de L’Héritier et des autres femmes françaises à l’Académie des Ricovrati : elles en sont membres mais n’assistent pas aux réunions. De ce point de vue, les échanges épistolaires et la communication sont primordiaux, instaurant ainsi un réseau entre les membres qui partagent leurs travaux et leurs connaissances.

46On peut se demander par ailleurs si la reconnaissance académique n’a pas contribué à pérenniser le « groupe des conteuses » formé par L’Héritier, d’Aulnoy, Murat et La Force, toutes devenues membres de l’Académie des Ricovrati. En tous les cas, le fait que L’Héritier ait été accueillie dans des académies mixtes semble avoir renforcé son prestige à son époque : elle a été reconnue aussi par des hommes.

Un jeu littéraire avec Perrault ?

47Mais L’Héritier ne s’est pas limitée à ces réseaux institutionnels : elle a créé ses propres réseaux. Sa première nouvelle est particulièrement intéressante de ce point de vue. L’autrice explique dans sa préface à « Mademoiselle Perrault » les circonstances de la production du récit :

  • 82 « Marmoisan ou l’Innocente Tromperie », Œuvres meslées, op. cit, p. 1-6.

Je me trouvay, il y a quelques jours, Mademoiselle, dans une compagnie de personnes d’un merite distingué, où la conversation tomba sur les Poëmes, les Contes, & les Nouvelles. On s’arresta beaucoup à raisonner sur cette dernière sorte d’ouvrage : on en examina de divers caracteres, en vers & en Prose ; & l’on y donna une infinité d’éloges à la charmante nouvelle de Griselidis : […] Il fallut en dire un à mon tour. Je contay celuy de Marmoisan, avec quelque broderie qui me vint sur le champ dans l’esprit82.

48« Marmoisan ou l’Innocente Tromperie » aurait donc été raconté lors d’une conversation et d’un jeu sur les contes. Dressant de cette manière une scénographie du contage, L’Héritier continue en instaurant un jeu dans lequel elle suggère qu’elle adresse son récit à sa destinataire, Mademoiselle Perrault, pour que celle-ci le fasse parvenir à son jeune frère :

  • 83 Ibid.

Il fut nouveau pour la compagnie, qui le trouva si fort à son goût, & le jugea si peu connu, qu’elle me dit, qu’il falloit le communiquer à ce jeune Conteur, qui occupe si spirituellement les amusemens de son enfance. Je me fis un plaisir de suivre ce conseil : & comme je sçay, Mademoiselle, le goût & l’attention, que vous avez pour toutes les choses, où il entre quelque esprit de morale, je vais vous dire ce Conte tel à peu prés, que je le racontay. J’espere que vous en ferez part à vostre aimable Frere ; & vous jugerez ensemble, si cette Fable est digne d’estre placée dans son agreable recueil de Contes.83

  • 84 Jean-Michel Adam et Ute Heidmann, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Garnier Classiqu (...)
  • 85 Charles Perrault, Histoires ou contes du temps passé, avec des moralités, Les Contes de ma mère l’O (...)
  • 86 « Perrault est le véritable auteur des Contes de fées publiés sous le nom de son fils, ce que perso (...)

49Cette requête cache plusieurs sens. En premier lieu, l’existence de Mademoiselle Perrault n’est pas un fait avéré pour tous les critiques84. Il est possible que L’Héritier mette en scène une fausse dédicace, prétextant écrire à la sœur imaginaire du fils de l’académicien, peut-être pour attirer l’attention de ce dernier. En effet, c’est sous le nom de son fils, Pierre Perrault D’Armancour que celui-ci publie en 1697 Les Contes de ma mère l’Oye85. L’Héritier dit vouloir insérer sa nouvelle dans le volume que serait en train de réunir Pierre D’Armancour, répondant peut-être ainsi à la fiction de Perrault selon laquelle son fils écrit les contes86. D’autant qu’elle n’a nul besoin d’insérer sa nouvelle dans ce recueil de contes puisque celle-ci paraît déjà dans les Œuvres meslées, où elle figure comme une « nouvelle héroïque et satyrique ». On peut faire l’hypothèse que c’est surtout pour L’Héritier une manière de montrer qu’elle sait la vérité à propos du fils de Perrault et de sa participation – ou non – au fameux recueil. Elle reprend le jeu que Perrault a instauré en apposant le nom de son fils sur son recueil ; ici, en utilisant la fiction d’un autre enfant de Perrault, une fille – du même sexe qu’elle.

  • 87 J.-M. Adam et U. Heidmann, Textualité et intertextualité des contes, op. cit., p. 47.
  • 88 Ariane Bayle, Mathilde Bombart et Isabelle Garnier (dir), « L’âge de la connivence : pour lire les (...)

50Ute Heidmann et Jean-Michel Adam proposent une analyse de cette adresse à Mademoiselle Perrault, qui semble être beaucoup plus qu’un simple geste de connivence, mais reprend quelques « éléments du dispositif scénographique87 » du recueil de Perrault dans un but précis. Cette stratégie intertextuelle permet à L’Héritier, dès son premier récit, d’exhiber son lien avec son cousin, mais aussi de montrer qu’elle a lu ses textes et qu’elle compte suivre la voie – ou reprendre la voix – de Perrault selon ses objectifs personnels. On peut ainsi voir la dédicace à la « fille » de Perrault comme un moyen pour L’Héritier d’annoncer une présence féminine qui sera importante tout au long de son ouvrage – en tant que personnage, mais aussi en tant que source et destinataire du texte. Comme Jeanne Roche-Mazon, Adam et Heidmann voient par ailleurs une référence directe aux « Fées » de Perrault dans « Les enchantemens de l’éloquence ». Ils identifient ce qui se rapproche d’un dialogue entre les deux auteurs, puisqu’ils prennent les italiques présents dans le récit de L’Héritier comme une référence à la première écriture des « Fées » de Perrault, qui a circulé en manuscrit (1695), ce que ce dernier aurait vu et à quoi il auurait réagi par l’ajout d’une deuxième moralité dans le recueil de 1697 : « L’Honnesteté couste des soins, / Et on veut un peu de complaisance, / Mais tost ou tard elle a sa récompense, / Et souvent dans le temps qu’on y pense le moins ». Le proverbe que L’Héritier insère dans son propre conte serait aussi une référence à Perrault, « doux et courtois langage vaut mieux que riche apanage » étant très proche lexicalement et sonorement du proverbe « Quelque grand que soit l’avantage / De jouir d’un riche héritage / […] L’industrie et le savoir faire / Valent mieux que des biens acquis » l’on retrouve dans « Le Maître Chat ou le Chat botté ». L’Héritier montre ainsi à ses lecteurs une relation complice avec Perrault, qui passe par la construction d’un jeu d’échos entre leurs textes. Elle met ainsi en avant une connivence88 avec l’académicien qui fonctionne socialement et littérairement. Mais la pratique de l’écriture à plusieurs dans le champ littéraire va plus loin chez elle : au sein de ses écrits mêmes elle fait groupe.

Une scénographie de l’écriture dans un groupe

51La tentation pour la critique de créer un « groupe » de lecteurs et surtout de lectrices des textes de L’Héritier peut aussi être une conséquence de la collectivité et des liens représentés dans ces textes. En effet, le collectif est omniprésent dans ses écrits : collectivité des destinataires, source collective de la narration, scénographies représentant un cercle de personnes... À la manière des autrices de cette fin du xviie siècle, L’Héritier semble user d’une pratique consistant à inscrire sa voix dans un ensemble d’autres voix, souvent féminines. Dans l’enquête sur son auctorialité, il est donc intéressant d’étudier la façon dont elle met en scène des liens avec ses destinataires. Elle dédicace chacun de ses récits à des amies, avec des formules de négligence et de courtoisie qui rendent manifeste un ethos nobiliaire. Elle insère en outre dans son premier recueil des Œuvres meslées divers poèmes précédés de lettres qui les expliquent et les « excusent », donnant son travail comme la réponse à la demande particulière d’une amie ou d’un jeu littéraire. De ce fait, elle met en scène une attente de ses destinataires ou de ses ami(e)s. Ce procédé est renforcé par le dialogisme de la narration, car les contes alternent discours rapportés, narrateur neutre et insertion personnelle de l’autrice dans son écriture.

  • 89 « Lettre à Mademoiselle de B. C. », dans les Œuvres meslées, op. cit, p. 344
  • 90 « Lettre à Madame de M… », dans les Œuvres meslées, op. cit p. 376.
  • 91 « Lettre à Madame de M… » (deuxième), dans les Œuvres meslées, p. 383

52Cette communauté littéraire, rendue visible aux lecteurs par les dédicaces de ses récits, se renforce des lettres qui parcourent les Œuvres meslées. Ces textes reviennent sur certains jeux littéraires collectifs destinés à expliquer les créations littéraires de L’Héritier : sa punition pour s’être moquée d’une amie triste89, la loterie des bouts-rimez90, la compétition avec le Marquis de Fa91… Aucune des lettres ne comporte le nom complet de la destinatrice. Le brouillage des noms après l’initiale rend difficile aujourd’hui de savoir à qui s’adresse véritablement L’Héritier. On peut imaginer qu’il s’agit d’un brouillage volontaire, ce qui évoquerait un jeu sur l’appellation, dont la référentialité ne serait connue que d’un petit cercle de personnes. Il s’agirait ainsi d’une stratégie de connivence entre elle-même, ses destinataires et ses lectrices (celles qui parviendront à identifier les personnes derrière les initiales). Mais on peut aussi estimer que c’est une façon de désigner les personnages dans l’espace du récit, fictionnalisant ainsi ses destinataires, dans une scénographie particulière. Dans tous les cas, L’Héritier propose une mise en scène de ses liens, dans le groupe que constitue ces femmes.

53Les dédicataires des récits sont des femmes qui ont un certain prestige littéraire, toutes détentrices de talents justifiant ces adresses. La « Lettre à Mademoiselle de Rasilly, en luy envoiant l’Avare puny », que L’Héritier insère dans les Œuvres meslées, entre « Marmoisan et l’innocente tromperie » et « Artaut ou l’Avare Puny » rend compte de ces talents. Le texte dépeint Rasilly en lectrice assidue, qui serait capable de reconnaître dans les écrits de L’Héritier des changements de sujets et de tons. Cette dernière la prévient donc qu’elle risque de trouver sa « Muse […] bien badine » (p. 116). De ce fait, Rasilly semble être une lectrice active, apte à retrouver la « muse » de L’Héritier à l’intérieur de ce texte bien différent, mais traitant toujours indéniablement de la morale vertueuse.

  • 92 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ?, dans Dits et décrits I, Paris, Gallimard/ EHESS, 1991, (...)
  • 93 Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle, Pa (...)
  • 94 « Lettre à Mademoiselle de Rasilly », dans les Œuvres meslées, op. cit., p. 121.
  • 95 « L’Artaut puny », dans les Œuvres meslées, op. cit, p. 122-123.

54En effet, en montrant dans cette dédicace que Rasilly pourrait la reconnaître, même quand elle écrit différemment, L’Héritier joue avec sa propre position d’autrice : si Rasilly est capable d’attribuer ce texte à L’Héritier, et de le reconnaître comme tel, alors L’Héritier serait bien une autrice. C’est son nom d’autrice qui « exerce par rapport aux discours un certain rôle : il assure une fonction classificatoire92 », comme écrit Foucault : c’est lui qui donne à voir « L’Avare puny » comme un texte de L’Héritier, même si celui-ci est différent du conte du roi Richard par la situation d’énonciation que met en place L’Héritier. On voit ici une des fonctions des dédicaces soulignées par M. Dufour-Maître. Selon elle, ces textes spécifiques permettaient aux femmes écrivant d’« assurer la propriété de leurs œuvres, […], leurs protestations de faiblesse et d'infériorité [risquant] bien en effet d'être prises au pied de la lettre93 ». Il est possible que L’Héritier utilise la « Lettre à Mademoiselle de Rasilly » dans cette fonction, bien qu’il ne s’agisse pas exactement d’une dédicace. Elle est intercalée entre deux récits, et l’expression « en luy envoyant L’Avare puny » (p. 116) figure dans son titre : L’Héritier y présente le récit qui suit, adressé à une autre femme, Madame Le Camus, connue de Mademoiselle de Rasilly. Elle lui explique les raisons de ce choix, en revenant sur « l’heureux talent à bien raconter les Histoirettes & les Contes94 » de Madame Le Camus. Finalement, la dédicace à cette dernière aurait pour but de rendre compte d’un certain cadre oral de production du récit. Si Rasilly semble être une lectrice assidue, Le Camus serait une bonne conteuse, avec un talent certain d’oratrice. Le Camus figure presque un troubadour, puisqu’elle semble « divertir des rois95 ». L’Héritier rejoue ici le discours littéraire sur l’oralité, en louant l’heureux talent de Le Camus, seuls propos qu’elle tient à son égard. Tout de suite après ces vers élogieux, le récit commence sans aucune transition.

55L’Héritier louange le talent de la comtesse, et l’inscrit en même temps dans son récit. De cette manière, la communauté de L’Héritier prend l’allure d’un groupe de femmes aux multiples compétences littéraires. Cette importance du pluriel et du collectif se lit, toujours dans la « Lettre à Mademoiselle de Rasilly », quand L’Héritier explique devoir écrire le conte pour répondre à la demande de ses amies (p. 118). Celles-ci sont deux, alors que dans une affectation de modestie, une aurait suffi. La « Lettre à Mademoiselle de Rasilly » permet donc d’introduire le conte suivant, mais L’Héritier lui donne aussi la fonction d’avertir ses lecteurs de la dimension collective, féminine, de ses écrits. Mademoiselle de Rasilly étant une lectrice active, Madame Le Camus une conteuse hors pair, L’Héritier écrivant à la demande d’autres de ses amies non nommées : toutes faisant partie d’une communauté littéraire de femmes, leurs discours étant emboîtés et rendus possibles par les unes et les autres.

  • 96 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éd. de (...)

56La situation des femmes dans le champ social et littéraire de cette fin du xviie siècle se lit dans les paratextes, les mises en scènes des récits et les récits eux-mêmes : aucune femme ne semble écrire seule, à l’époque où écrit L’Héritier comme à l’époque des « précieuses ». Les écrits surviennent toujours dans des scénographies de groupes avec une demande d’écrit. Il s’agit certes de respecter l’ethos nobiliaire96, l’écriture dans un cadre de divertissement, mais aussi de mettre en scène une production collective entre ces femmes de lettres. Ce trait particulier se retrouve aussi bien chez les « précieuses » que chez les « conteuses » de la génération suivante, et il apparaît tout particulièrement chez L’Héritier, qui multiplie les dédicaces et les lettres explicatives. Ce qui est ainsi montré, c’est une production collective de la littérature : ces autrices dressent des scénographies dans lesquelles leurs discours paraissent être le fruit de requêtes de leurs amies, ou de discussions communes. Elles se mettent elles-mêmes en scène en tant que groupe, mais sans se revendiquer comme tel. Cette observation conduit à de nouvelles questions : est-ce que l’exhibition de liens suffit à faire groupe ? Le groupe se perçoit-il alors dans sa représentation littéraire, comme dans les scènes d’énonciation collective ou les dédicaces, ou faudrait-il le chercher ailleurs dans d’autres actions, d’autres écrits – des écrits plus intimes par exemple ? Les mises en scène autour des récits fictionnels de ses autrices sont-elles à prendre comme données biographiques ou résultent-elles d’une stratégie de l’ordre du fictionnel et de la construction d’une auctorialité proprement féminine dans le champ littéraire ?

57Il faut faire la part de l’étude dans cette participation au champ littéraire. Si se représenter en tant que groupe de femmes est une façon pour les écrivaines de s’approprier l’espace littéraire, il convient aujourd’hui de reconnaître cette stratégie comme une manœuvre émancipatrice et non pas de les invisibiliser au nom de la fiction, il faut dissocier les diverses stratégies « groupales » des autrices et celles de l’histoire littéraire.

58De manière ironique, on pourrait presque dire que L’Héritier a su percevoir les failles de la théorie littéraire encore naissante à son époque, pour proposer une autre histoire littéraire, dans laquelle elle et les autres autrices ne seraient pas oubliées, ou du moins auraient un statut propre et ne seraient pas dans l’ombre des hommes, comme Perrault.

Haut de page

Notes

1 Elise Roussel, « Mademoiselle L’Héritier de Villandon, une autrice ? Recherche de son auctorialité à travers les siècles », mémoire de deuxième année de Master Recherche en Lettres, dirigé par Laurence Giavarini, université de Bourgogne, 2020. Cet article développe les interrogations soulevées dans mon mémoire, et questionne la représentation des femmes autrices dans cette seconde moitié du xviie siècle, ainsi que leurs pratiques d’écriture et de publication. Dans un deuxième temps, je voudrais ouvrir également ces réflexions à la question de l’héritage politique de la Fronde et à celle de l’investissement des « précieuses » auxquels les autrices que je lis font référence dans certains textes.

2 « Eloge de Mlle L’Héritier de Villandon », Mercure de France dédié au Roy, parution de mars 1734, Paris, G. Cavelier, Veuve Pissot et J. De Nully, 1734, p. 539-540.

3 Adolphe de Lescure, Les Contes des fées, ou les Fées à la mode : contes choisis publiés en deux volumes, Paris, 1882, préface, p. II.

4 Scudéry et La Fayette paraissent comme autrices des romans « galants » que sont respectivement Clélie, histoire romaine (1654-1660) et La Princesse de Clèves (1678). Les femmes qui suivent, « La Force, L’Héritier, de Villedieu, de Fontaine, de Murat, d’Aulneuil et […] la baronne d’Aulnoy », ont toutes eu une activité littéraire. Les écrits de Madame de Fontaine sont difficiles à retrouver : s’agit-il de Louise Marie Madeleine Guillaume de Fontaine, devenue par son mariage Madame Dupin, et qui anime un salon littéraire à l’Hôtel Lambert en 1732 ? On ne peut que relever l’écart entre Madame Dupin et les autres femmes, qui sont autrices de plusieurs contes, mise à part Des Jardins qui a édité les Fables ou histoires allégoriques dédiées au Roi (1670), dans lequel des récits mettent en scène des humains et des animaux, à l’image des fables de La Fontaine La plus connue des conteuses demeure d’Aulnoy qui est perçue comme l’initiatrice du conte, avec L’Île de la félicité (1690), et a ensuite regroupé ses écrits dans Les Contes des Fées, recueil paru en 1698. En 1697, Mademoiselle de Murat publie Contes de fées, tandis que sa cousine, Mademoiselle de La Force fait imprimer l’année suivante ses Contes des Contes. C’est lorsque cet engouement pour ce type de récits décline que Madame D’Aulneuil fait paraître La Tyrannie des Fées détruite, en 1702. Ce regroupement d’autrices questionne : les écrits de ces femmes sont regroupés sous le terme de « romans ou contes allégoriques et féériques » qui laisse entendre qu’ils sont tous semblables. Pourtant cette liste de noms féminins ne laisse apparaître aucun critère de sélection, comme s’il était naturel que les noms de ces femmes s’imposent d’eux-mêmes, « aussitôt » que l’on parle de ce type de romans ; ce qui laisse beaucoup de place à la subjectivité du critique. Il est à noter enfin que la comtesse de Murat est aussi celle à qui L’Héritier sa nouvelle « Finette ou L’Adroite princesse » dans les Œuvres meslées, premier récit de ce recueil.

5 A. Lescure, Les Contes des fées, ou les Fées à la mode, op. cit, préface. Mes italiques.

6 Voir les propos de Charles Athanase Walckenaer, « Du recueil des Contes en prose de Perrault et de celui de mademoiselle Lhéritier », dans Mémoires, contes et autres oeuvres de Charles Perrault […], Paris, Charles Gosselin, 1842, p. 104-105 : « il est bien démontré, d’après ces passages, que le fond des contes composés par Mlle Lhéritier, à l’imitation de Perrault, n’était point de son invention, mais qu’elle n’avait fait que mettre par écrit et broder à sa manière des récits de grand’mères et gouvernantes, transmis, comme elle dit, d’âge en âge par une longue tradition ».

7 Laurence Giavarini et Guillaume Bridet font ainsi l’hypothèse d’« une fonction groupe dans l’histoire littéraire ? », en revenant sur « des manières de regrouper les auteurs et les textes [et] observent ce qu’elles occultent et ce qu’elles révèlent » : Une fonction groupe dans l’histoire littéraire ?, revue ConTEXTES, 31, automne 2021, « Introduction », DOI : 10.4000/contextes.10318.

8 Elle n’apparaît pas par exemple dans la « famille Perrault » qu’étudie Oded Rabinovitch dans Les Perraults. A Family of Letters in Early Modern France, Cornell University Press, 2018.

9 Dans l’Essai sur le xviie siècle, Les Perrault d’André Hallays, Perrin et Cie, 1926, L’Héritier figure comme « une cousine des Perrault » (p. 292).

10 Jean Mainil, « "Mes amies les Fées", Apologie de la Femme savante et de la lectrice dans LES BIGARRURES INGÉNIEUSES de Marie-Jeanne Lhéritier (1696) », Féeries. Études sur le conte merveilleux, xviie-xixe siècle, éd. Université Grenoble Alpes, fév. 2008, p. 30.

11 Joseph Bougerel, Idée géographique et historique de la France, pour l'instruction de la jeunesse, Paris, Nyon fils, 1747, p. 111-113.

12 Dans le cadre de mon mémoire de Master 2, j’ai étudié un grand nombre de notices sur L’Héritier, qui mettaient en avant un aspect particulier du travail de l’autrice, en lien avec le sujet d’étude des auteurs des notices.

13 A. Lescure, Les Contes des fées, ou les Fées à la mode, op. cit. Mes italiques.

14 Nadine Jasmin, « Mots et Merveilles : Les Contes de fées de Madame d’Aulnoy (1690-1698) », thèse de doctorat en littéraire française, sous la direction de Phillipe Sellier, Paris, Paris 4, 1999, rééditée en 2002, sous le titre Naissance du conte féminin. Mots et Merveilles : Les Contes de fées de Madame d’Aulnoy (1690-1698), Paris, Champion, 2002.

15 Ibid, p. 14. Les « mineures » sont ici les femmes qui l’entourent, toutes dans l’ombre de Perrault.

16 Par ailleurs, elle est aussi au programme de l’agrégation de Lettres Modernes 2022. Dans la préface de l’édition au programme, Constance Cagnat-Deboeuf présente l’année 1697 comme « l’avènement d’un jour nouveau », marqué notamment par la parution des Contes de fées de Madame d’Aulnoy, ainsi que par les Histoires ou Contes du temps passé de Charles Perrault : Madame d’Aulnoy, Contes de fées, éd. de C. Cagnat-Deboeuf, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 2008, p. 7.

17 Nadine Jasmin, Naissance du conte féminin, op. cit., p. 15.

18 « L’Adroite princesse ou Les Avantures de Finette », dans les Œuvres meslées, Paris, J. Guignard, 1695.

19 Henriette-Julie de Castelnau Murat : Contes de fées, dédiez à S. A. S. Madame la princesse douairière de Conty, par Mad. la comtesse de M****, Paris, C. Barbin, 1698 ; Les Nouveaux Contes des Fées. Par Madame de M**, Paris, C. Barbin, 1698 ; Histoires sublimes et allégoriques, par Mme la Ctesse D***, dédiées aux fées modernes, Paris, Florentin et P. Delaulne, 1699 ; Voyage de campagne. Par Madame la Comtesse de M***, Paris, Vve de C. Barbin.

20 Pour Claude Dauphiné, ce retrait à l’abbaye de Gercy-en-Brie (1697-1713) pourrait être une conséquence de la nouvelle foi catholique de l’ancienne huguenote, jugée peu convaincante par le roi : Charlotte-Rose de Caumont La Force : une romancière du xviie siècle, Périgueux, Pierre Fanlac, 1980, p. 25. Mais pour Raymonde Robert, la raison est toute autre : il se serait agi d’écarter Mademoiselle de La Force de la vie mondaine en raison de ses mauvaises mœurs (R. Robert, « Biographie de Mademoiselle de La Force », dans Contes, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 296).

21 Pensées chrétiennes faites par défunte Mademoiselle de La Force : écrit pendant l’exil à l’abbaye de Gercy-en-Brie, le manuscrit est toujours en possession de la famille de La Force, selon Sophie Raynard (La seconde préciosité : floraison des conteuses de 1690 à 1756, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2002, p. 67-68).

22 [Charlotte-Rose de Caumont de La Force], Les Contes des contes, par mademoiselle ***, Paris, Simon Bernard, 1698.

23 La Tiranie des fées détruite, nouveaux contes dédiés à Madame la duchesse de Bourgogne par Madame la comtesse D. L., Paris, Vve R. Chevillon, 1702.

24 Eugène Asse, « Une nièce du grand Corneille : Mlle Bernard », Revue biblio-iconographique, P. Dauze (dir), édition de janvier 1899, Paris, Delagrave,1899, p. 127-128.

25 Laure Felix-Faure-Goyau, « L’évolution féminine, Comment raconter des histoires aux enfants », Le Gaulois : littéraire et politique, A. Meyer (dir. de publi.), 13 juillet 1912, Paris, 1912, p. 3.

26 J. Bertaut, « La mort des fées », Le Temps, dir. A. Hébrard, numéro du 17 mars 1921, Paris, 1921, p. 1. Réédité dans Le grand écho du Nord de la France, La page de la famille, 29 juin 1923, Lille, 1923, p. 5.

27 J. Bertautop. cit.

28 Larousse, « Le folklore et les écrivains », La Grande Encyclopédie, t..8, Paris, 1973, p. 4487-4488.

29 Charles Joseph de Mayer, Le Cabinet des fées ou Collection choisie des contes de fées et autres merveilleux, J-P Bignon, Amsterdam et Paris, 1785-1789, repris sous le titre Nouveau Cabinet des Fées, Genève, Stalkine, 1978.

30 « Contes des Fées de Perrault : Le Chaperon Rouge, Les Fées, La Barbe-Bleue, La Belle au bois dormant, Le chat botté, Cendrillon, Riquet à la houpe, Le petit Poucet, L’adroite princesse, (sans aucune mention de L’Héritier), Grisélidis, Peau d’Ane, Les Souhaits ridicules », Cabinet des Fées, 1785-1789, op. cit., t. 1.

31 « Le Parfait amour, Anguillette, Jeune & Belle, Le Palais de la vengeance, Le Prince des Feuilles, Le Bonheur des Moineaux et L’Heureuse Peine » de Mme d’Aulnoy figurent dans le tome 1 du Cabinet des Fées, 1785-1789. Les 2ème, 3ème et 4ème volumes reprennent aussi des contes de Mme d’Aulnoy : « Fortunée », Suite de « Ponce de Léon », « Babiole », « Don Fernand de Tolede » (et ses suites), « Le Nain Jaune », « Serpentin Vert », « La Princesse Carpillon », « La Grenouille Bienfaisante », « La Biche au bois », « Le nouveau Gentilhomme Bourgeois », et « La Chatte blanche » paraissent dans le 2ème volume tandis que le 3ème regroupe « Gracieuse et Percinet », « La Belle aux cheveux d’or », « L’oiseau Bleu », « Le Prince Lutin », « La Princesse Printanière », « La Princesse Rozette », « Le Rameau d’Or », « L’Oranger & l’Abeille », « La Bonne Petite Souris », « Les Contes des Fées », « Gabriel Ponce de Léon », « Le Mouton » et « Finette Cendron ». Enfin dans le 4ème volume, sont réunis « Belle-Belle, ou le chevalier fortuné », les « Suites du Gentilhomme Bourgeois », « Le Pigeon & la Colombe », « La Princesse Belle-Etoile et le Prince Chéri », « Le Prince Marcassin », « Le Dauphine » et la « Conclusion du Gentilhomme Bourgeois ».

32 Le 5ème volume regroupe les contes des Illustres Fées (1698), attribuées à Madame d’Aulnoy, ainsi que les textes de Madame d’Aulneuil : « La Tyrannie des Fées détruites » « Histoire de Cléonice », « Histoire de la Princesse Mélicente », « Agatie », « Princesse des Scythes », « La Princesse Léonice », « Le Prince Curieux ».

33 Le 6ème volume du Cabinet des Fées regroupe les Fées, Contes des contes, de Mademoiselle de La Force.

34 Le 12ème volume du Cabinet des Fées reprend La Tour ténébreuse de L’Héritier, et c’est le seul de ses textes qui figure sous son nom, puisque le conte de Finette ou l’adroite princesse a paru dans le volume consacré à Perrault, sous le titre de « L’adroite princesse ».

35 Voir par exemple la notice sur L’Héritier dans Pascal Mougin et Karen Haddad-Wotling (dir.), Dictionnaire mondial des littératures, Paris, Larousse, 2002, p. 736 : « elle contribua à la mode littéraire du conte de fées (Œuvres mêlées 1696), avec un mélange d’emprunts autant au folklore qu’au romanesque, de faux-semblants (style mêlé de simplicité et de préciosité, et fausse naïveté) et de vraie mondanité, qui fit du conte de fées non un genre pour enfants, mais le vecteur de l’enseignement d’une culture mondaine très raffinée et quelque peu perverse ». Cette notice est le résultat d’une construction de L’Héritier conteuse par l’histoire littéraire qui ne peut qu’occulter ses autres travaux.

36 C. J. de Mayer, Le Cabinet des fées, op. cit., t. 1, p. 4, à propos du conte « L’Adroite princesse ou les aventures de Finette ».

37 Histoires ou Contes du temps passé, avec des Moralitez, par Monsieur Perrault, augmentés d’une nouvelle à la fin, Amsterdam, J. Desbordes, 1716.

38 Jeanne Roche-Mazon, « ‘‘Les fées’’ de Perrault et la véritable ‘‘Mère L’Oye’’ », La Revue hebdomadaire : romans, histoire, voyages, dir. R. Moulin, Paris, Pilon, 1932, parution du 17 décembre 1932, p. 345-360.

39 Selon J. Roche-Mazon, le madrigal se trouve dans la première édition de Peau d’Âne, c’est-à-dire dans le Recueil de pièces curieuses et nouvelles tant en prose qu’en vers, La Haye, A. Moëjens, 1694, dans laquelle Peau d’Âne paraît avec Les Souhaits ridicules (1693) et La Patience de Griselidis (1691).

40 J. Roche-Mazon, « ‘‘Les fées’’ de Perrault et la véritable ‘‘Mère L’Oye’’ », op. cit,, p. 350.

41 Saba Bahar et Valérie Cossy, « Le canon en question : l’objet littéraire dans le sillage des mouvements féministes », Nouvelles Questions Féministes, vol. 22, 2004/2, p. 4-12.

42 A. Hallays, Essais sur le xviie siècle, Les Perrault, Paris, Perrin et Cie, 1926.

43 Ibid., p. 292.

44 Ibid., p. 293.

45 Ibid.

46 J. Bougerel, Idée géographique et historique de la France. Tome 1, en formes d’entretiens, pour l’instruction de la jeunesse, Paris, Nyon fils, 1747, p. 111-112.

47 Nouvelle histoire de Paris et de ses environs. Tome 4 / par M. J. de Gaulle... ; avec des notes et une introduction par M. Ch. Nodier..., Paris, P. M. Pourrat frères, 1839-1841, p. 334. Voir aussi le Dictionnaire universel des littéraires de Gustave Vapereau (1876), ou même avant dans De l'éducation physique et morale des femmes (1779) la première ligne de présentation de L’Héritier comme « fille d’un père très-connu dans la République des Lettres, & niece de l’illustre Perrault de l’Académie Françoise » ou encore dans le 37ème volume du Cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées et autres contes merveilleux (1786).

48 Ibid.

49 André Aimé, Dictionnaire biographique universel et pittoresque : contenant 3000 articles environ de plus que la complète des biographies publiées jusqu’à ce jour, T. 3, Paris, Quai Malaquais,1834, p. 451.

50 Nicolas L’Héritier de Nouvelon, Hercule furieux, tragédie, Paris, T. Quinet, 1639, dédié à « Monsieur de Bautur, baron de Serrant, Conseiller ordinaire du Roy en ses Conseils d’Estat & Privé, & c. », réédité en 1642 et en 1647, sous le nom d’Amphytrion ou l’Hercule furieux.

51 N. L’Héritier de Nouvelon, Le grand Clovis premier roy chrestien. Tradi-comédie dediée à Monseigneur l'eminentissime Cardinal Mazarin, Paris, G. de Luynes, 1655.

52 N. L’Héritier de Nouvelon, Tableau historique, représentant l'état tant ancien que moderne de la France, de l'Allemagne et de l'Espagne, et les plus remarquables démêlés que ces trois nations ont eus ensemble, tant en paix qu'en guerre, depuis l'établissement du christianisme jusqu'à notre âge, Paris, T. Jolly, 1669. Il est aussi fait mention d’une Requeste à monseigneurs du Grand Conseil du Roy, Pièce en vers, mais sans date ni mention d’édition.

53 Une hésitation apparaît entre « historiographe du roi » et historiographe de France » selon les notices. L’historiographe est celui qui se voit octroyer une pension royale, mais aucune définition claire de ce travail ne peut être donnée : les historiographes du roi ou de la France ont des profils variés, et publient toutes sortes d’écrits : François Fossier, « À propos du titre d’historiographe sous l'Ancien Régime », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, juil-sept.1985/3, p. 361-417.

54 M. J. L’Héritier, « Lettre à Mademoiselle Rasilly en lui envoyant l’Avare puni » dans les Œuvres meslées, éd.citée, p. 116.

55 Voir le privilège des Œuvres meslées, éd. citée, s. p.

56 M.J. L’Héritier, Les Épîtres Héroïques d’Ovide, traduites en vers françois par Mlle L’Héritier, éd. citée.

57 Le CCFR indique que l’on trouve cinq exemplaires de L’Apotheose de Mademoiselle de Scudéry à la BnF (Bibliothèques de l’Arsenal et Tolbiac), un à la Bibliothèque Patrimoniale d’Auxerre (89), un dernier à Rouen (76).

58 L’Érudition enjouée, ou Nouvelles sçavantes, satyriques et galantes, écrite à une dame française qui est à Madrid, Paris, P. Ribou, juin 1703.

59 M. J. L’Héritier de Villandon, « La Bizarrerie du penchant », Les Caprices du destin, Paris, P. M Huart, 1718, p. 189-229.

60 Mercure Galant, J. Donneau de Vizé, T. Corneille et C. Du Fresny, (dir.), num. de mars et avril 1690, Paris, Brunet, 1690, et le numéro de mars 1692, Paris, Brunet, 1692, p. 131-143.

61 Marie-Catherine d’Aulnoy, Mémoires de la cour d’Espagne, Paris, Barbin, 1690.

62 M. J. L’Héritier de Villandon, La Tour ténébreuse, préface, éd. citée, sp. 

63 Voir à ce sujet, J. Bougerel, Idée géographique et historique de la France. t. 1, op. cit., p. 111-112. Les mots attribués à L’Héritier figurent à l’entrée de « Nemours » dans le Grand dictionnaire universel du xixe siècle … : « Voici ce que dit Mlle L’Héritier de Villandon, à propos des Mémoires de la duchesse de Nemours : La plupart de ceux qui ont écrit des mémoires y ont été portés ou par le dessein de faire leur apologie ou par l’envie d’apprendre à la postérité la part qu’ils ont eûë dans de grandes & importantes Affaires ». Si ces mots ne sont pas attribués à L’Héritier dans la version des Mémoires de M. L. D. D. N., contenant ce qui s’est passé de plus particulier en France pendant la Guerre de Paris, jusqu’à la prison du Cardinal de Retz, arrivée en 1652, paru à Lyon, en 1710, on note qu’ils y figurent dans l’avertissement au lecteur.

64 Le Parnasse des dames, publié par L.-E. Billardon de Sauvigny, Paris, Ruault, 1773, t. 4, p. 2.

65 « [Marie de Pech de Calages] cultiva la poésie avec succès et remporta plusieurs prix à l’académie des Jeux floraux. Son principal ouvrage est le poëme de Judith, qui ne parut qu’après sa mort, quoiqu’elle l’eût composé dans sa jeunesse. Mlle de Villandon, en le publiant, Toulouse, 1660, in-4, 5 à 6fr., le dédia à la reine, mère de Louis XIV, alors régente du royaume. Il fut réimprimé dans le Parnasse des dames avec des corrections de style, faites par Sauvigny », dit-il dans sa Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, depuis le commencement du monde jusqu’à nos jours [1781], Besançon, Outhenin-Chalandre, 1839, t. 2.

66 Charles-Guillaume Étienne, Journal de l'Empire (1805-1814), parution du dimanche 6 mars 1814, Paris, 1814, p. 1.

67 Camille Chabaneau, « Manuscrits de Mlle Lhéritier de Villandon », Notes sur quelques manuscrits provençaux perdus ou égarés, Paris, Maisonneuve frères, et C. Leclerc, 1886, p. 36-38 (p. 36).

68 M. J. L’Héritier de Villandon, « Préface » de la La Tour ténébreuse, éd. citée, s. p. 

69 « Eloge de Mlle l’Héritier de Villandon », Mercure de France dédié au Roy, op. cit., p. 539-540.

70 Mercure Galant, n. du 05/1698, J. Donneau de Vizé, T. Corneille et C. Du Fresny, (dir. de publi), Paris, Brunet, 1698, p. 198.

71 Tibulle Desbarreaux-Bernard, Les Lanternistes : essai sur les réunions littéraires et scientifiques qui ont précédé, à Toulouse de l’établissement de l’Académie des sciences, Paris, J. Téchener, 1858, p. 84. Il y est fait mention des lettres d’admission envoyées par les Lanternistes à L’Héritier, auxquelles elle répond, et les lettres de réponse sont publiées dans le Mercure Galant (1698).

72 « Réception de Mademoiselle l’Heritier A l’Academie des Lanternistes de Toulouse », dans le Mercure Galant, n. de juin 1698, J. Donneau de Vizé, T. Corneille et C. Du Fresny, (dir. de publication), Paris, Brunet, 1698, p. 200.

73 Le Journal des sçavans, Académie des inscriptions et belles-lettres, numéro de juillet 1734, Paris, Imprimerie Impériale, 1858, p. 834.

74 Stéphanie Loubère et Delphine Reguig, « Hériter en soi aux xviie et xviiie siècles », Littératures classiques, vol. 75, 2011/2, p. 5-26. Les autrices reviennent notamment sur la pratique des surnoms, qui permettent de « rendent compte de ce processus identificatoire qui repose sur la revendication d’une filiation et l’affirmation d’un renouveau ». Ainsi, Scudéry-Sapho et L’Héritier-Télésille se réclament de poétesses antiques.

75 Le Journal des sçavans, Académie des inscriptions et belles-lettres, numéro de juillet 1734, Paris, Imprimerie Impériale, 1858.

76 François Desportes et Edouard Charton (dir), « Madame d’Aulnoy », dans Le Magasin pittoresque / publié... sous la direction de M. Édouard Charton, Paris, 1870, p. 66-68.

77 Nathalie Grande, « Un Parnasse inaccessible. La non-participation des écrivaines aux académies (xviie-xxe siècles) », dans Littéraires-Tome 1 : Pour Alain Viala, éd. M. Roussillon, Arras, Artois Presses Université, 2018, p. 20.

78 Maria Teresa Guerrini, Vincenzo Lagiona et Simona Negruzzo (dir.), Nel Solco di Teodora, pratiche, modelli e rappresentazioni del potere femminile dall'antico al contemporaneo, Franco Angeli, 2020.

79 N. Grande, « Un Parnasse inaccessible », art. cité.

80 Léa Renucci, « Académies, lettres et sociabilités. Des pratiques aux travaux d’érudition (xviiie siècle) », Hermès, La Revue, num. de février 2020, p. 90-97 : « Notions complémentaires, l’érudition se distingue néanmoins du savoir par une connaissance spécifique des champs historiques et philologiques ainsi que par son rapport à l’écrit. L’érudition se constitue par l’étude des textes, sous leurs différentes formes (livres, manuscrits, archives, ect.) et peut se partager oralement par la discussion ou l’enseignement. ».

81 Léa Renucci, « Académies, lettres et sociabilités. Des pratiques aux travaux d’érudition (xviiie siècle) », op. cit.

82 « Marmoisan ou l’Innocente Tromperie », Œuvres meslées, op. cit, p. 1-6.

83 Ibid.

84 Jean-Michel Adam et Ute Heidmann, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Garnier Classiques, 2010 : les deux chercheurs fondent leur propos sur le jeu intertextuel entre L’Héritier et Perrault sur le fait que ce dernier n’a pas eu de fille : en dédicaçant la première nouvelle de ses Œuvres meslées à la fille de Perrault, L’Héritier attirerait son attention et instaurerait un jeu entre eux deux.

85 Charles Perrault, Histoires ou contes du temps passé, avec des moralités, Les Contes de ma mère l’Oye, Paris, C. Barbin, 1697.

86 « Perrault est le véritable auteur des Contes de fées publiés sous le nom de son fils, ce que personne n’ignorait : Perrault avait alors soixante-huit ans, et il eut quelque scrupule de faire paraître sous son nom une publication aussi frivole. On ne fut pas la dupe de ce stratagème, ou plutôt lui-même ne désirait pas qu’on s’y trompât, puisque son fils était, dit-on, tout au plus alors âgé de dix ans : Perrault empruntait le nom d’un enfant plutôt par decorum que par déguisement ou par ruse » écrit C. A. Walckenaer (« Du recueil des Contes en prose de Perrault et de celui de Mademoiselle Lhéritier », dans Mémoires, contes et autres œuvres de Charles Perrault. Paris, C. Gosselin, 1842, p. 106).

87 J.-M. Adam et U. Heidmann, Textualité et intertextualité des contes, op. cit., p. 47.

88 Ariane Bayle, Mathilde Bombart et Isabelle Garnier (dir), « L’âge de la connivence : pour lire les mots à l’époque moderne », Cahiers du GADGES, n. 16, Paris, Droz, 2015.

89 « Lettre à Mademoiselle de B. C. », dans les Œuvres meslées, op. cit, p. 344

90 « Lettre à Madame de M… », dans les Œuvres meslées, op. cit p. 376.

91 « Lettre à Madame de M… » (deuxième), dans les Œuvres meslées, p. 383

92 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ?, dans Dits et décrits I, Paris, Gallimard/ EHESS, 1991, t. 1.

93 Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle, Paris, Champion, 1999, coll. « Champion Classiques Essais », p. 398. Michèle Clément et Edwige Keller-Rhabé reviennent sur l’apparition du privilège d’auteur chez les femmes, qui se développe surtout dans la seconde moitié du xviie siècle. Peut-être pourrait-on voir la « Lettre à Mademoiselle de Rasilly » comme témoignage d’un ancien moyen de reconnaissance auctoriale (Privilèges d’auteurs et d’autrices en France (xvie-xviie siècles), Anthologie critique, éd. Michèle Clément et Edwige Keller-Rhabé, Paris, Classiques Garnier, 2017).

94 « Lettre à Mademoiselle de Rasilly », dans les Œuvres meslées, op. cit., p. 121.

95 « L’Artaut puny », dans les Œuvres meslées, op. cit, p. 122-123.

96 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éd. de Minuit, coll « le sens commun », 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Roussel, « Le « groupe des conteuses » de la fin du XVIIe siècle : une construction ? Le cas de Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 01 | 2022, mis en ligne le 29 juillet 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/8949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.8949

Haut de page

Auteur

Elise Roussel

Université de Bourgogne
Après un DUT Métiers du Livre et du Patrimoine à l'Université de Bourgogne, Elise Roussel a fait une licence de Lettres Modernes, puis un Master Recherche Lettres Modernes. Son premier mémoire portait sur « L'écriture de Mademoiselle de Montpensier de 1650 à 1660, une mesure contre l'exil », le second sur « L'auctorialité de Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon à travers les siècles ». Tous deux ont été dirigés par Laurence Giavarini. Elle prépare actuellement l'agrégation et le capes de lettres modernes.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search