Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral02Académies et universités en Franc...

Académies et universités en France et en Italie (1500-1800) : coprésence, concurrence(s) et/ou complémentarité ?

Déborah Blocker

Dédicace

En mémoire d’Alain Viala (1947-2021)

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier : Dominique Julia, Jacques Revel et Roger Chartier (dir.), Les Universités euro (...)
  • 2 Je pense notamment aux travaux suivants : Michele Maylender, Storia delle Accademie d’Italia, L. Ca (...)
  • 3 Ainsi David Chambers et François Quiviger (dir.), Italian Academies of the Sixteenth Century, Londr (...)
  • 4 Voir Eric Cochrane, Tradition and Enlightenment in the Tuscan Academies (1690-1800), Rome, Edizioni (...)
  • 5 Parmi ces monographies, on peut citer : Severina Parodi, Quattro secoli di Crusca, 1583-1983, Flore (...)
  • 6 Voir L. Boehm et E. Raimondi (dir.), Università, accademie e società scientifiche in Italia e in Ge (...)
  • 7 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (t. I,p. 52) : « Acad (...)

1Au cours des dernières décennies, notre connaissance des universités de la première modernité s’est considérablement approfondie et affinée1. Parallèlement, l’historiographie des académies françaises et italiennes s’est développée et précisée. En particulier, les études générales sur la culture académique et ses institutions, dont certaines se basaient sur des études sérielles2, ont laissé place à des investigations plus spécifiques, centrées sur la compréhension des idéaux et pratiques académiques3, l’analyse de l’insertion des académies dans les cultures urbaines4, ou encore sur l’étude d’une institution académique particulière5. Mais, dans cette historiographie abondante, la question des rapports entre les institutions universitaires et les académies n’a été que peu envisagée, si l’on excepte deux volumes collectifs, tous deux exclusivement consacrés à l’histoire des savoirs et institutions scientifiques6. Trop souvent académies et universités restent opposées de manière rigide dans l’historiographie, sur le modèle des dichotomies schématiques qui parsèment les sources existantes. Celles-ci caractérisent en effet fréquemment les universités comme les lieux d’un savoir rigide et dispensé en latin, au sein d’institutions très hiérarchisées, où enseignants et enseignés sont nettement distingués (même si parfois raisonne aussi la complainte que l’université ne dispense pas d’enseignements assez structurés). Et elles dépeignent inversement les académies comme des espaces où les savoirs se perfectionneraient sans contrainte, parmi ce que l’article « Académie » de l’Encyclopédie – qui fournit un exemple paradigmatique de ce type de caractérisations contrastées – présente, beaucoup plus favorablement, comme des « personnes d’une capacité distinguée […] » qui « se communiquent leurs lumières & se font part de leurs découvertes pour leur avantage mutuel », dans une forme de parité7.

  • 8 Le 20 décembre 1572, un privilège est accordé par les Alterati de Florence à cinq d’entre eux – Ant (...)
  • 9 Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province, t. 1, p. 205.
  • 10 Charles B. Paul, Science and Immortality : the “Eloges” of the Paris Academy of Sciences (1699-1791 (...)

2Pourtant, les interactions entre académies et universités ont été constantes à l’époque moderne, et furent très loin d’avoir été partout conflictuelles, non seulement dans les villes universitaires, mais aussi dans la plupart des cités qui, où, comme à Florence et à Venise, le pouvoir politique avait pris soin d’installer l’université hors des murs de la ville. L’étroite imbrication de ces deux types d’institution se marqua notamment par la circulation fréquente, et fréquemment quotidienne, de leurs personnels d’un lieu de savoir à l’autre. En 1572, au sein de l’académie florentine des Alterati (1569 - ca. 1630 ?), certains des jeunes membres, alors en âge de suivre des cours à l’université de Pise en patriciens (c’est-à-dire sans prendre leurs grades), avaient ainsi obtenu de leurs collègues académiciens restés à Florence le droit de fonder temporairement à Pise une succursale de leur institution académique, où ils se réunirent pendant plusieurs années, en parallèle à l’enseignement universitaire pisan – par eux suivi de manière plus ou moins régulière – pour conférer en italien de poésie, de poétique ou de philosophie morale8. De semblables recoupements sont aussi visibles du côté du personnel enseignant. Dans Le Siècle des Lumières en province (1978), Daniel Roche souligne ainsi que la « société académique » française du xviiie siècle comprenait, dans son ensemble, pas moins de 15% d’enseignants des universités et collèges locaux9. Et les académies parisiennes n’étaient en vérité pas en reste, tout particulièrement l’Académie des sciences : Charles B. Paul a ainsi montré, dans Science and Immortality: the « Eloges » of the Paris Academy of Sciences (1699-1791) (1980), que nombre des botanistes, géomètres, chimistes et physiciens de cette académie étaient des docteurs en médecine10. À l’Académie des sciences, les nouvelles disciplines de la science moderne s’élaborèrent en réalité à partir de la médecine, science et profession savante, dont l’enseignement était pourtant l’apanage des universités.

  • 11 En Allemagne, il en alla le plus souvent différemment : les universités y firent en effet fréquemme (...)
  • 12 Pour la France, voir notamment Paul Pellisson, Relation contenant l’histoire de l’Académie françois (...)
  • 13 Les Alterati de Florence y consacrèrent beaucoup de leurs travaux académiques, voir en particulier (...)

3Mais ces réalités, pour massives qu’elles soient, restent souvent inaperçues. Le problème découle en large partie des sources existantes, qui exhibent d’importants déséquilibres : les discours produits dans et sur les académies, et, bien souvent, faisant l’éloge de leurs membres, sont en effet surabondants à l’époque moderne, tandis que les universités – qui sont souvent en perte de prestige comme d’autonomie à cette période – ont très fréquemment peiné, en France comme en Italie, à faire raconter leur histoire, à mettre en scène leurs découvertes et à faire célébrer par des publications la mémoire de leurs professeurs11. C’est ainsi que les institutions académiques fortement institutionnalisées – c’est-à-dire, pour l’essentiel, celles qui sont fermement adossées à un pouvoir politique – font généralement paraître une histoire de leur institution, largement fondée sur la mise en valeur des écrits et activités de leurs membres12. Les universités françaises et italiennes ne produisent pas de mises en histoire de ce type à l’époque moderne, et moins encore d’éloges de leurs enseignants, ne léguant souvent aux chercheurs contemporains que des registres d’étudiants matriculés, des listes de professeurs appointés, et des dénombrements des matières enseignées, sans mise en discours, même sommaire. Car l’écriture de l’histoire, comme celles des vies, est un savoir-faire qui a fleurit en milieu académique13, alors qu'il n’exista pas, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, de processus de disciplinarisation de l’écriture historiographique au sein des universités. En conséquence, les écrits des académies et de leurs académiciens, et les perspectives qui y sont développées, dominent dans l’historiographie des savoirs et de la sociabilité savante à l’époque moderne. Or les points de vue exprimés dans ces textes sont volontiers critiques vis-à-vis des universités, en face desquelles les académies – institutions en règle générale beaucoup moins anciennes – ont souvent cherché par tous les moyens à établir leur légitimité institutionnelle, scientifique et sociale, en se présentant comme au service de la vie civile et du bien commun.

  • 14 Voir le livre de Luciano Boschiero, Experiment and Natural Philosophy in Seventeenth-Century Tuscan (...)
  • 15 Voir par exemple l’histoire récemment produite de l’université de Pise (Commissione rettorale per l (...)

4Ces différences importantes dans la nature et la quantité des sources disponibles ont donné naissance à des historiographies parfois difficiles à concilier, tant pour ce qui est de leurs visées que pour ce qui est de leurs méthodes. L’historiographie des académies, tant « littéraires » que savantes, a ainsi privilégié ces dernières années les études des cas, permettant de faire apparaître aussi bien les pratiques des académiciens que les représentations qui les animent14. En revanche, les historiens des universités mobilisent principalement les sources que les archives existantes mettent à leur disposition dans le cadre d’analyses sérielles, fondées sur des dénombrements : dans ce champ, l’approche quantitative prend souvent le pas, par force, sur les études de cas contextualisées avec précision15. Ces réalités ont favorisé le développement d’historiographies disjointes, où l’histoire des savoirs se construit à partir d’institutions de savoir conçues comme fortement polarisées, sans toujours prendre en considération que ceux qui font exister ces savoirs (tout autant que les discours qu’ils produisent pour leur donner légitimité et influence), circulèrent en réalité constamment d’un lieu de savoir à un autre – entre collèges, cercles mondains, cours, académies et universités – avec fluidité et même savoir-faire.

5Issu des contributions présentées lors d’une journée d’études interdisciplinaires organisée à l’EHESS à Paris le 16 mai 2014, à l’initiative de Dinah Ribard et de moi-même, ce numéro des Dossiers du GRIHL envisage au contraire la coprésence des académies et universités à l’époque moderne comme un fait culturel important et significatif, en mettant l’accent sur les formes de symbiose ayant existé localement entre ces deux types d’institutions, et en cherchant à mieux comprendre les effets que leur imbrication a pu avoir, tant sur les carrières des hommes de lettres et des savants, que sur la redéfinition des disciplines savantes, le renouvellement des contenus de savoir et la transformation tant des structures pédagogiques que des principes d’enseignement.

6La France et l’Italie ont été choisies comme terrains d’investigation parce que ces deux pays possédaient sur leur sol, à l’époque moderne, plusieurs des institutions universitaires les plus anciennes d’Europe, bien que les universités françaises aient souvent maintenu avec plus de succès les formes institutionnelles de leur autonomie médiévale, alors que les universités italiennes des xvie et xviie siècles se sont souvent trouvées plus nettement sous la coupe des pouvoirs locaux. L’Italie et la France sont aussi deux des pays européens où les académies sont apparues les plus précocement, et où leur développement, entre le xvie et le xviiie siècles a été le plus spectaculaire, en termes de densité des réseaux académiques créées, tout autant que du point de vue du degré d’institutionnalisation des sodalités ainsi établies. Certes, d’importantes différences structurelles existaient aussi entre les deux pays, notamment pour ce qui est de l’enseignement des humanités : en France, les collèges de plein exercice proposaient en effet une formation préparatoire à l’université qui, en Italie, était le plus souvent incluse dans les cours dispensés dans ces mêmes universités, sous la forme d’un cursus en « humanités ». Il en résulta, en Italie, le développement de nombreux postes universitaires pour les humanistes qui enseignaient ces cours d’humanités, alors que ce type de chaires n’exista pratiquement pas en France. Ces différences structurelles eurent indéniablement des conséquences pour le développement des académies. Mais elles ne rendent pas les situations française et italienne moins comparables.

7La perspective comparatiste adoptée vise à faire apparaître des lignes de force nationales ou même transnationales, à travers une investigation contrastée de configurations locales spécifiques. Envisageant les académies comme des lieux de formation à part entière, les études présentées dans ce numéro considèrent ensemble tant le cas des hommes de sciences et des disciplines qu’ils développent, que celui des lettrés et de leur pratique des arts et des studia humanitatis, bien que l’historiographie – pour des raisons qui tiennent cette fois à la structuration des disciplines universitaires modernes – ait souvent eu tendance à les distinguer. Enfin, les enquêtes réunies ici scrutent le rapport des institutions académiques et des universités aux pouvoirs, tant politiques que religieux, dans les contextes régionaux qui furent les leurs. Elles s’efforcent en particulier de saisir comment ces pouvoirs ont joué de la coprésence de ces deux types d’institutions, et en quoi ces formes de coprésence institutionnelle ont pu, à l’occasion, favoriser l’émergence de pratiques contestataires ou l’expression de perspectives hétérodoxes sur le plan religieux.

*
* *

  • 16 C’est la salle où les membres des Intronati se réunissaient à l’époque moderne qui a été choisie po (...)

8L’essai de Germano Pallini explore l’imbrication des académies et de l’université à Sienne au début du Cinquecento, à une période où la documentation est souvent lacunaire. Son investigation met en évidence que plusieurs membres de l’ancienne Accademia Grande enseignaient à l’université de Sienne, tandis que les activités théâtrales des académies siennoises, en particulier celles des Intronati, impliquaient régulièrement des étudiants de la Sapienza. Les pièces ainsi montées trouvaient même fréquemment imprimées par un libraire (libraio) qui n’était autre que le concierge (bidello) de l’université. Pallini rappelle par ailleurs que l’académie et l’université partagèrent longtemps les mêmes locaux, les Intronati tenant leurs réunions dans les lieux mêmes où la Sapienza réunissait journellement ses étudiants16. Mais surtout, son étude met en lumière, à travers l’examen du cas de Bartolomeo Carli Piccolomini ‒ qui enseigna les humanités et peut-être ultérieurement le droit à la Sapienza ‒ que l’opposition entre sociabilité académique et enseignement universitaire contribua de manière importante à la structuration de la réflexion sur les usages de la langue vulgaire. Carli, promoteur du toscan, imaginait en effet travailler au développement de la langue toscane dans une « académie universitaire », ouverte à la pratique du vulgaire comme à la présence des femmes, qui étaient régulièrement accueillies dans les réunions des Intronati. Or, le développement de pareilles considérations au sein de l’académie des Intronati contribua probablement à modifier localement le statut de langue vulgaire : c’est en effet à Sienne que la « tosca favella » entra pour la première fois dans le cadre des enseignements universitaires, en vertu d’un décret de Ferdinand Ier de Médicis (1588). L’exemple siennois suggère ainsi en filigrane comment le voisinage des académies peut contribuer, par les superpositions de pratiques et de discours qu’il occasionne, à la transformation de l’enseignement universitaire.

  • 17 Sur l’histoire de l’académie de Saumur, on consuletra avec profit les travaux de Jean-Paul Pittion (...)

9Le cas étudié par Bernard Gaborit ‒ celui d’une Académie royale imaginée dans l’entourage de Richelieu entre 1640 et 1642 ‒ est lui aussi riche d’enseignements sur la manière dont académies, collèges et universités pouvaient être associés, en tant que représentations, dans un projet éducatif qui visait à donner au Roi une noblesse formée pour les nécessités de son service. Initialement prévue pour n’employer pas moins de 29 personnes, cette Académie royale n’exista sans doute que sur le papier, la mort de Richelieu ayant mis un terme à son développement. Mais elle n’en représente pas moins un cas-limite d’un extrême intérêt pour les questions qui sont au cœur de ce numéro, parce que son principal concepteur, Nicolas Legras, superposa, pour tenter de lui donner forme, plusieurs compréhensions du terme d’« académie », en les associant avec des conceptions du « collège » comme de l’« université ». Le premier modèle d’académie mobilisé était celui des académies équestres, alors réservées aux gentilshommes. Elles formaient la noblesse au maniement des chevaux dans la plupart des villes françaises. Le second sens du terme d’« académie » sur lequel s’appuyait Legras était celui qui renvoyait aux académies de lettrés ‒ en particulier à l’Académie française, fondée à l’instigation de Richelieu, avec pour mission de travailler au perfectionnement de la langue vernaculaire. L’Académie royale devait s’articuler à celle-ci, étant elle-même destinée à enseigner en français, pour apprendre aux nobles à s’exprimer avec aisance dans leur langue, tant à la cour que dans le cadre des missions que le roi pourrait leur confier. Mais le terme d’« académie » faisait peut-être aussi référence aux académies protestantes, dès lors que celle de Saumur ‒ l’une des plus renommées ‒ se trouvait dans la proximité immédiate de la ville de Richelieu, où l’Académie Royale devait être établie. Les collèges protestants, appelés académies, incluaient en effet un enseignement équestre17. Enfin, l’institution par envisagée Legras s’inspirait sans doute aussi de la petite académie informelle que Richelieu avait précédemment organisée à la cour pour ses pages. En cela, l’« académie » projetée était aussi une forme de « collège » — Legras employait d’ailleurs volontiers un terme pour un autre en la définissant  —, mais un collège où les savoirs s’enseigneraient en vernaculaire, et où les sciences occuperaient une place privilégiée. Ce « collège » pouvait dès lors aussi s’envisager, dans l’esprit de Legras, comme une sorte d’« université », en raison de la diversité des savoirs auxquels il donnerait accès, même si cette « université » aurait préparé ses étudiants aux campagnes militaires et aux interactions curiales, plutôt qu’à la pratique (ou à l’enseignement) de la médicine, du droit et de la théologie. La vision de Legras, telle que Gaborit la reconstitue, permet ainsi de toucher du doigt aussi bien les écarts que les points de recoupements entre ces différentes institutions aux yeux des contemporains. Elle suggère fortement que ‒ au moins dans les imaginaires ‒ les éléments de continuité primaient souvent les ruptures, permettant d’envisager des circulations fluides non seulement entre les formes effectivement existantes de ces différentes institutions, mais encore d’un modèle de formation à un autre.

10Delphine Montoliu envisage la coprésence des académies et des universités en Sicile, au xviie siècle au prisme de l’enseignement de la médicine. En raison de son insularité, ce territoire lui permet d’observer les interactions entre ces deux types d’institutions à l’échelle des principales villes de l’île, tout en les replaçant dans le contexte des rivalités qui existaient entre ces cités. Montoliu centre son investigation sur le cas de Messine, où avait fleurit, en 1548, le premier collège de jésuites de l’île. Une université y fut créée en 1596, et de nombreuses académies y fleurirent au xviie siècle, parmi lesquelles celle de la Fucina (1642-1678), qui devint vite un lieu de diffusion de la science nouvelle, notamment pour ce qui est de la médecine. Montoliu suggère que l’université de Messine fut en réalité instituée par les élites urbaines locales pour concurrencer l’enseignement des Jésuites, expliquant que, peu après la fondation de cette nouvelle institution, cet ordre se trouva écarté des enseignements scientifiques proposés à l’université, et évincé de ses instances dirigeantes. La création de la Fucina paraît également avoir répondu à la volonté de participer au développement de la science nouvelle. Ce modernisme scientifique s’articula enfin en son sein à une réflexion critique sur l’histoire religieuse, qui visait notamment à faire une place à la modernité scientifique. Dans cette configuration, les relations entre enseignements universitaires et pratiques académiques ne furent pas envisagées comme une concurrence, mais plutôt dans les termes d’une complémentarité, l’académie s’efforçant de donner accès aux savoirs qui n’étaient pas enseignés à l’université, et à en proposer l’acquisition dans un format différent. Delphine Montoliu souligne également que l’offre d’enseignement doit s’analyser à l’échelle de l’île entière : l’université de Messine, qui ne recrutait que des enseignants qui avaient d’abord fait leurs preuves dans une université étrangère, s’opposait en effet à celle de Catane, où les enseignants appointés avaient rarement été exposés aux savoirs neufs. Néanmoins, après la révolution de 1674-1678, l’université de Messine fut fermée par les Habsbourg, aussi bien que ses académies. Un coup d’arrêt fut ainsi mis à la primauté de la ville en matière de science moderne, contribuant par ricochet à faire naître de nouveaux centres académiques, notamment à Modica, où se développa, à la fin du xviie siècle, une académie scientifique tournée vers les théories nouvelles, celle des Infuocati, dont certains membres travaillèrent ensuite à l’établissement d’une école de médecine. L’analyse de Delphine Montoliu met ainsi en lumière trois dynamiques majeures des relations entre universités et académies à l’époque moderne : celles des positionnements institutionnels différenciés à l’échelle d’une ville, celle des concurrences interurbaines au niveau régional, et celles des nécessités politiques au niveau national, et même international, qui incitent les pouvoirs à favoriser (ou à freiner) différents types d’équilibres entre collèges, universités et académies.

11L’enquête de Fabrice Charton sur les relations entre l’académie des Inscriptions et Belles-Lettres et les universités au xviiie siècle se place à une autre échelle, celle des individus et de leurs pluri-appartenances institutionnelles. Le paysage qu’il reconstruit est élaboré à partir de sources académiques, qui lui permettent de reconstituer le regard que l’Académie portait sur les membres de l’université et les professeurs au Collège royal. Il se fonde en particulier sur l’histoire de l’académie rédigée en son sein, sur sa production de médailles et de jetons, et sur ses archives restées manuscrites, où sont relatés nombre des débats ayant agité l’institution. Dans les vies des académiciens rédigés par Claude Gros de Boze pour l’histoire de l’institution, l’appartenance de ceux-ci au professorat est rarement soulignée, mais lorsqu’elle est, elle apparaît comme ayant favorisé l’entrée dans l’Académie des Inscriptions. Le cursus honorum peut ensuite conduire à l’obtention d’un siège à l’Académie française. Il arrive néanmoins que les figures d’académiciens-universitaires soient dépeintes comme négligeant l’académie. L’examen des jetons produits dans l’Académie des Inscriptions permet de prendre la mesure de l’oblicité du regard que cette institution porte sur la Sorbonne et sur la Faculté de médecine. Elle permet aussi de toucher du doigt l’autonomie que l’Académie reconnaît implicitement à ces institutions. Les jetons produits pour les étrennes traditionnellement distribuées dans les deux institutions furent en effet créés par les universités elles-mêmes, alors que l’Académie aurait dû en avoir la charge, en vertu de ses privilèges. Or, tout en glorifiant ces universités sur l’avers au travers des figures de leurs fondateurs, ces jetons ne comportaient pas, au revers, le traditionnel portait du roi. Ainsi était indirectement publiée une forme d’indépendance des universités vis-à-vis du pouvoir royal. Dans les procès-verbaux manuscrits du Registre journal de l’institution, l’opposition entre celle-ci et l’université, telle que les membres de l’Académie des Inscriptions la comprenaient, est plus nettement exprimée encore, tout en restant allusive. Dans ces documents, c’est en effet toujours sur les compétences spécifiques de l’Académie des Inscriptions que l’accent est mis, quand des comparaisons sont faites avec les universités. L’étendue et l’utilité de ses savoir-faire en histoire ancienne et dans les langues orientales sont tout particulièrement soulignées, alors que les savoirs enseignés à l’université sont pointés comme pédantesques et sans débouchés. Ainsi l’Académie des Inscriptions affirmait-elle sa valeur, qu’elle faisait alors résider de plus en plus nettement dans sa capacité à développer des savoirs philologiques et linguistiques étroitement spécialisés. L’investigation de Fabrice Charton fait ainsi apparaître une concurrence qui ne dit pas toujours clairement son nom, ayant donné lieu, entre ces deux types d’institution, à un processus de différentiation subtil mais néanmoins net. Ses analyses mettent par ailleurs bien en évidence le problème du déséquilibre des sources, où le point de vue de l’université constitue toujours l’angle mort : la perspective de ceux qui y évoluaient reste difficile à reconstituer, à moins, précisément, qu’ils n’aient évolué en parallèle dans une académie comme celle des Inscriptions.

12La contribution de Maria-Teresa Guerrini s’interroge sur le rapport d’osmose qui s’est installé entre l’Université et les académies à Bologne à l’époque moderne. L’imbrication de ces deux types d’institutions n’a jusqu’ici pas été suffisamment soulignée dans l’historiographie des institutions savantes bolognaises, parce que, à Bologne comme ailleurs, celle-ci demeure le plus souvent scindée : les historiens de l’Université ne s’aventurent pas beaucoup sur le terrain des académies, dont l’étude se trouve elle-même divisée entre historiens des sciences (qui prennent en charge l’étude de l’Institut des Sciences) et historiens de la littérature (qui se sont attachés aux académies lettrées). Maria-Teresa Guerrini s’efforce au contraire de faire apparaître les liens organiques entre ces différentes institutions, d’abord en s’intéressant à l’univers des juristes puis en considérant le cas des médecins et de philosophes, au sein de l’Institut. Sa contribution souligne en premier lieu que les diplômés en droits bolognais se sont beaucoup investis, entre le xvie et le xviiie siècle, dans les académies lettrées, aussi bien à Bologne que dans d’autres villes italiennes. Au sein de celles-ci, ils avaient accès à des formes de socialisation par la culture auxquelles leurs activités de juristes ne leur donnaient généralement pas accès. Ils pouvaient aussi se créer des réseaux dans d’autres grandes villes de la péninsule, en particulier à Rome. Mais les juristes bolognais ont aussi fréquenté les académies scientifiques, où ils côtoyaient les gradués en médecine et en philosophie. Enfin, en 1711 fut créé, à l’extérieur de l’Université bolognaise, un Institut qui comprenait une académie scientifique et une Académie des Beaux-Arts, toutes deux issues d’institutions académiques qui avaient préexisté à Bologne à la création de l’Institut. Bologne faisant alors partie des États pontificaux, cet Institut reçut un soutien appuyé du pape Clément XI. L’ambition des créateurs de cette nouvelle institution était de rénover l’enseignement universitaire de l’extérieur, en offrant des cours qui complétaient ceux du Studium. Les exercices proposés à l’intérieur de l’Institut, dans ses « cabinets » ou « chambres » (gabinetti), étaient ainsi toujours programmés en dehors des cours du Studium. La symbiose était d’autant plus marquée que les corps enseignants de ces différentes institutions se recoupaient étroitement : au xviiie siècle, plus des deux tiers des enseignants de l’Institut enseignaient au Studium en parallèle. Cependant, l’Institut proposait une approche plus expérimentale des sciences, tandis que l’Université dispensait un enseignement plus traditionnel. Les archives subsistantes ne documentent pas la présence d’élèves au sein de l’Institut, peut-être parce que la présence de ceux-ci n’y fut pas décomptée de manière rigoureuse, ses enseignements étant de nature plus informelle. Le paysage esquissé par Maria-Teresa Guerrini laisse ainsi apercevoir une configuration complexe. Dans le réseau des institutions savantes bolognaises, une institution d’un genre nouveau – où se trouvaient proposés des compléments à l’enseignement universitaire, dans un format qui se rapprochait cependant davantage des échanges qui avaient cours dans les académies savantes – permit le développement d’une imbrication institutionnelle savamment construite, où enseignants, étudiants et professionnels gradués de l’université de circulaient de manière fluide entre différents types d’institutions de savoir. Enfin, comme en Sicile, le modèle académique semble ainsi avoir été envisagé comme un instrument de modernisation des structures universitaires, et des savoirs qu’ils dispensaient.

*
* *

13Ces cinq études de cas ne fournissent bien évidemment que des éclairages parcellaires sur la cohabitation des académies et des universités à l’époque moderne. Il semble néanmoins possible d’en tirer quelques conclusions préliminaires, qui pourraient être mises à profit pour la formulation d’hypothèses de travail dans le cadre de travaux ultérieurs.

14Tout d’abord, ces études confirment toutes que, si la coprésence entre institutions académiques universitaires exista bien dans la plupart des villes françaises et italiennes de l’époque moderne, s’accentuant même nettement aux xviie et xviiie siècles, avec la multiplication du nombre des académies, les formes de cette cohabitation furent partout différentes, car toujours tributaires de configurations locales spécifiques. En cela, ces travaux plaident en faveur d’une approche prioritairement locale de ces phénomènes de coexistence : parce qu’elles forment des réseaux, au sein desquels, bien souvent, les membres d’un groupe d’individus circulaient abondamment, et pendant des décennies, les institutions savantes d’un lieu demandent à être étudiées sur un territoire précis, et dans une durée longue.

  • 18 Le registre des activités des Alterati en donne plusieurs exemples, ainsi BMLF Ashburnham 558.1, fo (...)

15Plusieurs des communications rassemblées, en particulier celles de Bernard Gaborit et celle de Delphine Montoliu, suggèrent aussi que considérer académies et universités dans une face à face solitaire est en réalité insuffisant. Car, même si les collèges et leurs enseignants restent souvent méprisés par les membres des académies et les professeurs des universités, ces lieux d’enseignement, qui préparent aux études universitaires, font en réalité pleinement partie de ces configurations locales, tant réelles qu’imaginées. Il y a même plus : une cour ‒ ce lieu parfois compris comme l’antithèse d’un espace de savoir ‒ pouvait abriter de petites communautés d’enseignants et d’apprenants, à la manière de l’académie des Lucidi, fondée en 1560 à Florence par le précepteur Frosino Lapini, pour entourer le jeune François de Médicis d’un groupe de jeunes nobles désireux de s’exercer aux humanités. Pareille structure visait au premier chef à préparer non seulement le prince mais aussi les autres participants à l’exercice d’éventuelles fonctions curiales, et ces visées sont ensuite repérables au sein d’autres académies fréquentées par d’anciens membre de Lucidi, dont celle des Alterati. En cela, ces structures curiales, par les modèles qu’elles diffusaient, ont sans doute contribué, elles aussi, à l’invention d’autres structures de formation : ce fut en particulier le cas pour l’Académie royale de Richelieu, dont Bernard Gaborit souligne qu’elle s’inspirait notamment des groupes de pages que le cardinal faisait éduquer dans sa maison. Au sien de l’Académie royale, il était ainsi prévu que les étudiants s’exercent aux fonctions curiales par des travaux pratiques, par exemple en simulant la réception d’un ambassadeur, ce qui est un type d’activités qui eut également cours, occasionnellement, chez les Alterati18. Les collèges et les structures curiales demandent donc à être inclus dans les configurations à observer, comme des lieux de savoir effectifs, tout autant que comme des modèles (ou des repoussoirs) institutionnels. Car c’est bien l’ensemble de l’offre de formation d’un lieu qu’il convient de prendre en compte, pour mieux saisir les enjeux spécifiques d’une conjoncture donnée, et les stratégies individuelles ou collectives qui s’y déploient.

  • 19 Voir Raphaële Mouren, « Un professeur de grec et ses élèves : Piero Vettori (1499-1585) », Lettere (...)

16De ce point de vue, le préceptorat n’a sans doute pas assez retenu l’attention. On sait néanmoins que, dans nombre des grandes villes italiennes où l’université avait été développée en dehors de la capitale régionale, il existait également des Studi, où les fils du patriciat local pouvaient se former aux humanités au cœur de la cité, avant de suivre, éventuellement, un enseignement universitaire hors de la ville, loin de leurs familles. Le Studio dispensait un enseignement similaire à ceux des collèges et était souvent organisé comme une forme de préceptorat de groupe. Ce fut notamment le cas à Florence, autour de Pier Vettori, qui enseigna la langue et la philosophie grecque au Studio fiorentino pendant plus de quarante ans19. Ces formes de préceptorat urbain, surtout quand elles furent collectives, ont existé en France aussi, mais de manière plus informelle, sans financement municipal : des précepteurs rassemblant de petits groupes d’élèves officiaient privément hors les collèges, dans les villes universitaires. Il y avait aussi des répétiteurs dans certains collèges. Or les formes d’interaction qui se développèrent au sein de ces petits groupes ont parfois également servi de modèle, ultérieurement, pour la création d’académies. C’est ainsi qu’une grande partie des premiers membres de l’académie florentine des Alterati avaient été des élèves de Pier Vettori au Studio fiorentino pendant leur adolescence. Plus tard, ils élirent même celui-ci au sein de leur académie, mais il ne participa à leurs débats. En revanche, on retrouve dans les contenus des discussions des Alterati nombre des sujets de prédilection de leur ancien maître, à commencer par la poétique aristotélicienne. Enfin, les pratiques de traduction et de commentaire qui ont eu cours parmi les Alterati devaient vraisemblablement beaucoup à l’enseignement de Vettori. La circulation de ces structures préceptorales vers les académies fut peut-être moins fréquente en France, mais elle exista, comme le montre le cas de Jean Chapelain, qui fut éduqué dans les collèges mais surtout parmi le préceptorat parisien (il suivit l’enseignement de pas moins de trois précepteurs), et figura parmi les fondateurs de l’Académie Française. Le préceptorat réunissait des étudiants autour d’un professeur, avec la présence d’une relation hiérarchique, comme sur les bancs des universités, mais il favorisait aussi un apprentissage collectif, entre étudiants, à l’image des modèles d’acculturation paritaires développés dans les académies. À ce titre, il constitue sans nul doute une structure importante pour comprendre comment les acteurs sociaux apprenaient à naviguer entre ces deux types d’institutions.

17Les études rassemblées dans ce numéro suggèrent également de manière répétée qu’il faut se garder d’envisager les institutions éducatives ou de formation évoquées ici sous la forme d’un continuum, soit sur le modèle d’une linéarité. Certes, les individus avançaient souvent d’une institution à l’autre au fur à mesure de leur progression dans leur éducation ‒ et de leur avancée en âge ‒ depuis le collège jusqu’à l’académie et/ou à l’université. Mais, les appartenances croisées, et les participations multiples, sont en réalité le fait saillant, comme le marque le nombre d’institutions de nature différentes fréquentées simultanément par les mêmes individus : c’est le cas pour plusieurs membres de l’Académie des Inscriptions, c’est le cas aussi pour les membres de la Fucina de Messine et c’est le cas encore pour les enseignants et étudiants de l’Institut de Bologne. Cette juxtaposition est même souvent littérale : les Intronati de Sienne se réunissaient dans les locaux de la Sapienza, et, avant d’être logée dans une grande salle du complexe de Santa Maria Novella à Florence, l’Accademia Fiorentina accueillait ses membres dans une salle du Studio fiorentino. Par ailleurs, d’une institution à l’autre, une mémoire institutionnelle de structures antérieurement fréquentées pouvait animer les acteurs sociaux. À l’image de ces locaux partagés, les paysages observés dans les études rassemblées dans ce numéro sont donc souvent faits d’emboîtements, tant symboliques que réels. Ils se présentent comme des systèmes d’interactions concentriques, ou décentrées, avec des mécanismes d’exclusion, d’inclusion et de superposition, le tout à géométrie variable. Au sein de ces configurations institutionnelles, les acteurs sociaux s’orientent avec plus ou moins de savoir-faire, et leurs actions contribuent à modifier sans cesse les relations entre les diverses institutions en présence, reconfigurant ainsi constamment la géographie des lieux de savoir parmi lesquels eux-mêmes circulent.

18Enfin, les études réunies dans ce numéro dessinent deux lignes de fuite, sous la forme de questions que leurs analyses font surgir avec insistance, sans que des réponses assurées puissent toujours être apportées. La première de ces lignes de fuite concerne la manière dont les autorités politiques ont pu jouer des configurations dont les contributions qui suivent retracent les formes.

  • 20 Par un décret du 23 février 1542, l’Accademia Fiorentina s’était en effet vu conférer la gouvernanc (...)
  • 21 Sur cette prise de pouvoir, voir Claudia Filippo Barreggi, « In nota alla politica culturale di Cos (...)

19En France, ce pouvoir est principalement l’appareil monarchique, et secondairement celui des élites urbaines, tandis qu’en Italie, les autorités politiques furent d’abord des autorités locales, celles des cités-Etats ou celles des principautés, mais aussi supranationales, pour ce qui est, par exemple, de la domination des Habsbourg sur la Sicile. Ces différences ont pesé de manière importante sur les formes que prirent les interventions de ces différentes autorités politiques dans les constellations examinées. En France, les académies parisiennes furent très largement des créations du pouvoir monarchique, alors que celui-ci avait sans doute moins d’emprise sur les structures universitaires. On peut dès lors faire l’hypothèse qu’en France l’investissement de la monarchie dans le développement d’académies placées au service des politiques royales a pu constituer une manière de capter un personnel savant qui, sinon, n’aurait eu pour seuls débouchés professionnels que le préceptorat, les collèges, et les universités. Les académies provinciales étudiées par Daniel Roche, répondaient généralement à d’autres logiques de pouvoir ‒ au premier chef, celles des élites locales ‒ mais leur création peut parfois aussi s’envisager, localement, comme des tentatives pour limiter l’autorité et l’influence des universités. Enfin, là où les potentats locaux italiens ont suscité le développement d’académies au service du gouvernement d’un prince, ces logiques de contrôle furent parfois plus accentuées encore qu’en France. C’est ainsi qu’à Florence Cosme 1er de Médicis plaça le Studio fiorentino sous l’autorité directe de l’Académie Florentine20, ce qui constituait sans doute une tentative pour mieux contrôler des enseignements du Studio par le moyen d’une institution originellement privée, qu’il venait de réorganiser pour la faire entrer à son service21. En revanche, dans la péninsule, le positionnement politique des académies qui n’étaient pas placées sous la domination d’un prince varia considérablement d’une configuration locale à une autre, et même, dans un lieu donné, d’une académie à une autre ‒ et la manière dont ces institutions ont interagi avec les autorités politiques locales reste souvent mal documentée.

  • 22 BCTMn Ms. 995, fol. 19v.
  • 23 Pour le texte du privilège de 1564, voir Stefano Davari, Notizie storiche intorno allo Studio pubbl (...)

20L’autre ligne de fuite des contributions qui suivent est la question de la manière dont les questions religieuses ont pu influer sur la structuration des échanges entre académies et universités à l’époque moderne. Sur ce plan, les enquêtes réunies ici sont pleines de détails qui donnent envie de mieux comprendre comment les autorités religieuses ont pu chercher à tirer profit de ces formes de coprésence institutionnelle. Elles font naître aussi nombre d’interrogations sur la place qu’occupèrent les conflits interconfessionnels, et les hétérodoxies religieuses, dans les dynamiques sociales et institutionnelles mises au jour. Il est certain qu’en Italie, la papauté s’immisça parfois dans les interactions entre académies et universités. L’article de Maria-Teresa Guerrini fournit des exemples de ce type d’interventions, tout d’abord dans le soutien initialement apporté par Clément XI à la fondation de l’Institut des Sciences (auquel il donna non seulement son approbation publique mais encore un important soutien financier), puis, une nouvelle fois, lorsque le bolognais Prospero Lambertini devient le pape Benoît XIV, et qu’il apporta son soutien à l’Institut des Sciences en fondant une chaire de chirurgie, puis en contribuant avec munificence à l’agrandissement de ses locaux et à l’équipement de ses salles dédiées à l’enseignement de la médecine. L’auteure ne précise pas dans quels buts ces papes successifs ont tant appuyé et financé l’Institut de Bologne, mais il ne fait pas de doute que, par de telles actions, ils soutenaient le développement d’un enseignement modernisé, notamment en médecine. La ville de Bologne faisant partie de leurs États, ils se comportaient en réalité en souverains. Mais, par ces interventions en faveur d’une structure para-universitaire, ils donnaient aussi à l’Église le moyen d’intervenir dans le développement et la diffusion des savoirs, qui est un champ où les universités ne lui accordaient souvent que peu de marges de manœuvre. Dans certains cas, des interventions de ce type ont aussi permis à la papauté de soutenir des académies dont les membres adhéraient de manière appuyée à la Contre-Réforme. C’est le cas notamment pour les Invaghiti de Mantoue, dont le fondateur, Cesare 1er de Gonzague, comte de Guastalla, sollicita du pape pour l’académie « le droit de légitimer les bâtards, de créer des notaires, de délivrer des doctorats en droit, en médecine, en philosophie, et en toutes les sciences, et de couronner les poètes et les chevaliers »22. Or Pie V concéda à l’institution la plupart de ces privilèges exceptionnels dès 1564, et ceux-ci furent renforcés en 1639 lorsque l’académie obtint le droit de délivrer des doctorats de théologie23. Là encore, les raisons de ce soutien sont mal connues, mais on devine qu’avec les Invaghiti, la papauté saisit plusieurs fois au vol la possibilité d’exercer son influence dans une ville où il n’existait pas d’université et où il lui était donc loisible d’espérer susciter des institutions de savoir qui pourraient délivrer des doctorats.

  • 24 Voir BMLF Ashburnham 558.2, fol. 93r , à la date du 11 juillet 1590, où les académiciens Alterzti d (...)

21Mais les académies furent aussi des lieux de controverse religieuse, et même d’hétérodoxie, au moins autant que le furent les universités elles-mêmes. Germano Pallini rappelle ainsi que les Intronati de Sienne comptaient parmi leurs membres plusieurs sympathisants de la Réforme et que l’archevêque de Sienne, Francesco Bandini Piccolomini, membre de cette académie, se montra clément à l’égard d’Aonio Paleario lorsque celui-ci, enseignant à l’université de Lucques puis de Milan et proche des penseurs réformés, fut accusé d’hérésie. Delphine Montoliu signale également la présence de formulations plus discrètement hétérodoxes au sein de la Fucina de Messine, où les nécessités de la médicine nouvelle imposaient parfois de distinguer entre science et foi. Il arrivait aussi que penseurs hétérodoxes et partisans de la Contre-Réforme se côtoyoient sans tension particulière au sein d’une institution académique, comme ce fut le cas au sein des Alterati. Ceux-ci comptèrent parmi eux des protestants déclarés, tel qu’Antonio degli Albizzi, mais aussi des hommes adhérant pleinement à la Réforme catholique, tels Giovan Battista Strozzi. On n’y parlait en général pas directement de théologie, mais il arrivait qu’on y discute des thèses de Machiavel sur les usages sociaux et politiques de la religion24. Certaines académies italiennes ont donc bien fonctionné comme des lieux de diffusion de thèses réformatrices ou hétérodoxes. Il est peu probable en revanche que les académies françaises, surtout celles qui œuvraient, à Paris ou en province, sous le patronage royal, aient fréquemment offert de telles possibilités. Mais la ligne de fuite devient ici plus franche, et surtout plus fuyante, car, pour les institutions françaises, les sources conservées sont souvent beaucoup moins abondantes qu’en Italie, et celles qui existent n’ont pas toujours reçu toute l’attention nécessaire.

Bibliographie

Barzman, K-e., The Florentine Academy and the Early Modern State: the Discipline of Disegno, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2000.

Benzoni, Gino,« Alla ricerca dell’identità : tra università e accademie », Studi veneziani, 1997, XXXIII, p. 83-93.

Blocker, Déborah, Le Principe de plaisir : esthétique, savoirs et politiques dans le Florence des Médicis (xvie-XVIIe siècles), à paraître aux Belles Lettres en 2022.

Boehm, L. et Raimondi, E. (e Università, accademie e società scientifiche in Italia e in Germania dal Cinquecento al Settecento, Bologne, Il Mulino, 1981.

Boschiero, Luciano, Experiment and Natural Philosophy in Seventeenth-Century Tuscany: the history of the Accademia del Cimento, Dordrecht, Springer Verlag, 2007.

Bourdieu, Pierre, « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, 59, septembre 1985. Stratégies de reproduction-2, p. 73.

Boutier, Jean, Brigitte Marin et Antonella Romano (dir.), Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (xviie-xviiie siècles), Rome, École française de Rome, 2005.

Boutier, Jean et Maria Pia Paoli, « Letterati cittadini e principi filosofi. I milieux intellettuali fiorentini tra Cinque e Settecento » dans Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (xviie-xviiie siècles), sous la dir. de Jean Boutier, Brigitte Marin et Antonella Romano, Rome, École française de Rome, 2005, p. 331-403.

Brizzi, Gian Paolo, Studenti e universita degli studenti dal xii al xix secolo, Bologne, Istituto per la storia dell’Universita, 1988.

Brizzi, Gian Paolo, Piero Del Negro et Andrea Romano (dir.), Storia delle Università in Italia, Messine, Sicania, 2007, 3 vol.

Brockliss, Laurence W. B., French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries: a Cultural History, Oxford, Clarendon Press, 1986.

Chambers, David et François Quiviger, Italian Academies of the Sixteenth Century, Londres, Warburg Institute, 1995.

Cochrane, Eric, Tradition and Enlightenment in the Tuscan Academies (1690-1800), Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1961.

Collacciani, Domenico et Frigo, Alberto (dir.), « Les académies avant l’Académie. L’essor des sociétés savantes en France avant la fondation de l’Académie des sciences », numéro spécial, Dix-septième siècle, 2021/3 (n° 292).

Davies, Jonathan, Culture and Power: Tuscany and its Universities 1537-1609, Leiden, Brill, 2009.

Deramaix, M., Galand-Hallyn, P., Vagenheim, G., et Vignes, J. (dir.), Les Académies dans l’Europe humaniste, préface de Marx Fumaroli, Genève, Droz, 2008.

Dixhoorn, A. van et S. Speakman Sutch (dir.), The Reach of the Republic of Letters: Literary and Learned Societies in Late Medieval and Early Modern Europe, Londres et Boston, Brill, 2008, 2 vol.

Dixon, Susan M., Between the Real and the Ideal: the Accademia degli Arcadi and its Garden in Eighteenth-Century Rome, Newark, University of Delaware Press, 2006.

Donato, Maria Pia, Accademie romane. Una storia sociale, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 2000.

Feingold, Mordechai et Navarro-Brotons, Victor (dir.), Universities and Science in the Early Modern Period, Dordrecht, Springer, 2006.

Ferté, Patrick, « L’autonomie des universités françaises sous l’Ancien Régime : un bilan peu édifiant », dans Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 121, n° 268, 2009, p. 545-568

Field, Arthur M., The Origins of the Platonic Academy of Florence, Princeton, Princeton University Press, 1988.

Grendler, Paul, The Universities of the Italian Renaissance, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2002.

———, The University of Mantua, the Gonzaga and the Jesuits, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2009.

Guerrini, Maria Teresa, Cattedra, tribunale e altare. Le Carriere dei giuristi bolognesi in età moderna, Bologne, Clueb, 2008.

———, Collegi dottorali in conflitto. I togati bolognesi e la Costituzione di Benedetto XIV (1744), Bologne, Clueb, 2012.

Heinich, Nathalie « Arts et sciences à l’âge classique : professions et institutions culturelles », Actes de la recherche en sciences sociales, 66-67, mars 1987, p. 47-78.

— — —, « Académisation et provincialisation des carrières de peintres en Provence au xviie siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 45e année, 6, 1990, p. 1301-1315.

Julia, Dominique, Jacques Revel et Roger Chartier (dir.), Les Universités européennes du xvie au xviiie siècle : histoire sociale de populations étudiantes, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 1986-1989, 2 vol.

Knowles Middleton, W. E., The Experimenters: a Study of the Accademia del Cimento, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1971.

Lattarico, Jean-François, Venise incognita : essai sur l’académie libertine au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2012.

Noguès, Boris, Une archéologie du corps enseignant : les professeurs des collèges parisiens aux xviie et xviiie siècles, 1598-1793, Paris, Belin, 2006.

Maylender, Michele, Storia delle Accademie d’Italia, L. Cappelli, Bologne, 1926-1930 et A. Forni, Bologne, 1976, 5 vol.

Paoli, Maria Pia, « I luoghi dell’istruzione », dans Storia della civiltà toscana, IV, L’età dei lumi, sous la direction de Furio Diaz, Le Monnier, Florence, 1999, p. 221-244.

Parodi, Severina, Quattro secoli di Crusca, 1583-1983, Florence, Accademia della Crusca, 1983.

— — —, Catalogo degli accademici <della Crusca> della fondazione, Florence, Accademia della Crusca, 1983.

Pepe, Luigi, « Universities, academies and siences in Italy in the Modern Age », dans Mordechai Feingold et Victor Navarro-Brotons (dir.), Universities and Science in the Early Modern Period, Dordrecht, Springer, 2006, p. 141-151.

Ribard, Dinah, « Dessous et dehors de l’Académie des Sciences. Les pratiques de l’institution », dans Barbara Marx et Christoph Oliver Mayer (dir.), Akademie und/oder Autonomie. Akademische Diskurse vom 16. bis 18. Jahrhundert, Frankfurt am Main, Peter Lang, p. 261-279.

— — — « La création des chaires de droit français (1679). Stratégies, événement et histoire sociale » dans D. Ribard et N. Schapira (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales, Paris, PUF, 2013, p. 71-92.

Roche, Daniel, Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, Mouton, 1978, 2 vol.

— — —, Les Républicains des Lettres : gens de culture et Lumières aux xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988.

Romano, Antonella (dir.), Rome et la science moderne : entre Renaissance et Lumières, Rome, Ecole française de Rome, 2008.

Rundle, David, « Beyond the classroom : international interest in the studia humanitatis in the university towns of Quattrocento Italy », Renaissance Studies, 27/4, 2013, p. 533-548.

Schapira, Nicolas, « Les trois naissances de l’Académie française au xviie siècle », dans Barbara Marx et Christoph Oliver Mayer (dir.), Akademie und/oder Autonomie. Akademische Diskurse vom 16. bis 18. Jahrhundert, Frankfurt am Main, Peter Lang, p. 101-115.

Yates, Frances A., The French Academies of the Sixteenth Century, Londres, Institut Warburg, 1947 et New York, Routledge, 1988.

Viala, Alain, « Les modèles académiques », La France et l’Italie au temps de Mazarin, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1986, p. 305-310.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier : Dominique Julia, Jacques Revel et Roger Chartier (dir.), Les Universités européennes du xvie au xviiie siècle : histoire sociale de populations étudiantes, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 1986-1989, 2 vol. ; Gian Paolo Brizzi, Studenti e universita degli studenti dal xii al xix secolo, Bologne, Istituto per la storia dell’Universita, 1988 ; Gian Paolo Brizzi, Piero Del Negro et Andrea Romano (éds.), Storia delle Università in Italia, Messine, Sicania, 2007, 3 vol. ; Laurence W. B. Brockliss, French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries : A Cultural History, Oxford, Clarendon Press, 1986 et Boris Noguès, Une archéologie du corps enseignant : les professeurs des collèges parisiens aux xviie et xviiie siècles, 1598-1793, Paris, Belin, 2006.

2 Je pense notamment aux travaux suivants : Michele Maylender, Storia delle Accademie d’Italia, L. Cappelli, Bologne, 1926-1930 et A. Forni, Bologne, 1976, 5 vol. ; Frances A. Yates, The French Academies of the Sixteenth Century, Londres, Institut Warburg, 1947 et New York, Routledge, 1988 ; Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, Mouton, 1978, 2 vol.

3 Ainsi David Chambers et François Quiviger (dir.), Italian Academies of the Sixteenth Century, Londres, Institut Warburg, 1995 ; Marc Deramaix et al. (dir.), Les Académies dans l’Europe humaniste : idéaux et pratiques, actes du colloque international de Paris, 10-13 juin 2003, préface de Marc Fumaroli, Genève, Droz, 2008 ; Arjan van Dixhoorn et Susie Speakman Sutch (dir.), The Reach of the Republic of Letters : Literary and Learned Societies in Late Medieval and Early Modern Europe, Londres et Boston, Brill, 2008, 2 vol.

4 Voir Eric Cochrane, Tradition and Enlightenment in the Tuscan Academies (1690-1800), Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1961; Arthur Field, The Origins of the Platonic Academy of Florence, Princeton, Princeton University Press, 1988; Maria Pia Donato, Accademie romane. Una storia sociale, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 2000 ; Jean Boutier, Brigitte Marin et Antonella Romano (dir.), Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (xviie-xviiie siècles), Rome, École française de Rome, 2005.

5 Parmi ces monographies, on peut citer : Severina Parodi, Quattro secoli di Crusca, 1583-1983, Florence, Accademia della Crusca, 1983 et Catalogo degli accademici <della Crusca> della fondazione, Florence, Accademia della Crusca, 1983 ; Karen-edis Barzman, The Florentine Academy and the Early Modern State: the Discipline of Disegno, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 2000 ; Luciano Boschiero, Experiment and Natural Philosophy in Seventeenth-Century Tuscany: the History of the Accademia del Cimento, Dordrecht, Springer Verlag, 2007 ; Susan M. Dixon, Between the Real and the Ideal : the Accademia degli Arcadi and its Garden in Eighteenth-Century Rome, Newark, University of Delaware Press, 2006 et Jean-François Lattarico, Venise incognita : essai sur l’académie libertine au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2012.

6 Voir L. Boehm et E. Raimondi (dir.), Università, accademie e società scientifiche in Italia e in Germania dal Cinquecento al Settecento, Bologne, Il Mulino, 1981 et Mordechai Feingold et Victor Navarro-Brotons (dir.), Universities and Science in the Early Modern Period, Dordrecht, Springer, 2006, en particulier l’article de Luigi Pepe, « Universities, academies and siences in Italy in the Modern Age », p. 141-151.

7 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (t. I,p. 52) : « Académie, (Hist. Litt.) : parmi les Modernes, se prend ordinairement pour une Société ou Compagnie de Gens de Lettres, établie pour la culture & l’avancement des Arts ou des Sciences. Quelques Auteurs confondent Académie avec Université : mais quoique ce soit la même chose en Latin, c’en sont deux bien différentes en François. Une Université est proprement un Corps composé de Gens Gradués en plusieurs Facultés ; de Professeurs qui enseignent dans les écoles publiques, de Précepteurs ou Maîtres particuliers, & d’Etudians qui prennent leurs leçons & aspirent à parvenir aux mêmes degrés. Au lieu qu’une Académie n’est point destinée à enseigner ou professer aucun Art, quel qu’il soit, mais à en procurer la perfection. Elle n’est point composée d’Ecoliers que de plus habiles qu’eux instruisent, mais de personnes d’une capacité distinguée, qui se communiquent leurs lumieres & se font part de leurs découvertes pour leur avantage mutuel. Voyez Université. »

8 Le 20 décembre 1572, un privilège est accordé par les Alterati de Florence à cinq d’entre eux – Antonio degli Albizzi (il Vario), Giovan Battista Strozzi (il Tenero), Giuliano Gianfigliazzi (l’Assodato), Francesco Bonciani (l’Aspro) et Giovanni Venturi (il Ruvido) – qui se trouvent alors à Pise pour y étudier. Le Vario est nommé régent de cette nouvelle section académique dont l’initiateur est l’Aspro. Une copie du privilège figure en BMLF Ashburnham 558.1, fols 105v-106r et la demande signée par les cinq exilés est préservée aux fols 104v-105r. Cette succursale de l’académie est néanmoins vite contestée à Florence. À la date du jeudi 27 janvier 1574, BMLF Ashburnham 558.1, fol. 60v, rapporte en effet des tensions. Une lettre des académiciens de Pise est discutée le 5 mai 1575, en BMLF Ashburnham 558.1, fol. 62v.

9 Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province, t. 1, p. 205.

10 Charles B. Paul, Science and Immortality : the “Eloges” of the Paris Academy of Sciences (1699-1791), Berkeley, University of California Press, 1981, p. 68-85.

11 En Allemagne, il en alla le plus souvent différemment : les universités y firent en effet fréquemment publier des éloges biographiques de leurs membres.

12 Pour la France, voir notamment Paul Pellisson, Relation contenant l’histoire de l’Académie françoise depuis son établissement jusqu’à 1652, Paris, A. Courbe, 1653, réédité en 1730 par Coignard fils, avec l’addition d’un second vol. couvrant la période 1652 à 1700, par l’abbé d’Olivet ; Claude Gros de Boze, Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son établissement, avec les éloges des académiciens morts depuis son renouvellement, Paris, H.-L. Guérin, 1740, 3 vol. et Bernard de Fontenelle, Histoire du renouvellement de l’Académie royale des sciences en 1699], et les Éloges historiques de tous les académiciens morts depuis ce renouvellement ; avec un Discours préliminaire sur l’utilité des mathématiques et de la physique, Paris, M. Brunet, 1719-1722, 3 vol. Pour l’Italie voir Salvino Salvini, Fasti consolari dell’Accademia Fiorentina di Salvino Salvini consolo della medesima e rettore generale dello Studio di Firenze, Florence, Giovanni Gaetano Tartini et Franchi Santi, 1717, qui glorifie l’Accademia Fiorentina tout en donnant un panorama orienté de l’ensemble de la culture académique florentine des xvie et xviie siècles. Dans certains cas, cette historiographie ne s’est écrite que récemment, à partir de sources manuscrites soigneusement conservées dans les institutions académiques depuis des siècles : voir pour les Lincei, deux volumes récents (Storia dell’Accademia dei Lincei. Fonti, Rome, Accademia nazionale dei Lincei, 1996 et Storia dell’Accademia dei Lincei. Studi, Rome, Accademia nazionale dei Lincei, 1989) et pour la Crusca, les travaux de Severina Parodi : Quattro secoli di Crusca, 1583-1983, Florence, Accademia della Crusca, 1983 et Catalogo degli accademici <della Crusca> della fondazione, Florence, Accademia della Crusca, 1983 .

13 Les Alterati de Florence y consacrèrent beaucoup de leurs travaux académiques, voir en particulier le discours du Tardo sur l’écriture biographique, dont une transcription a été éditéé : Torquato Malaspina, Dello scrivere le vite, texte édité et introduit par Vanni Bramanti, Bergame, Moretti & Vitalli, 1991.

14 Voir le livre de Luciano Boschiero, Experiment and Natural Philosophy in Seventeenth-Century Tuscany, 2007. Je me permets aussi de renvoyer à mon propre travail basée sur une étude des archives des Alterati de Florence : Déborah Blocker, Le Principe de plaisir : esthétique, savoirs et politiques dans le Florence des Médicis (xvie-xviie siècles), à paraître aux Belles Lettres en 2022.

15 Voir par exemple l’histoire récemment produite de l’université de Pise (Commissione rettorale per la storia dell’Università di Pisa (dir.), Storia dell’Università di Pisa, 1343-1861, Ospedaletto, Pacini Editore et Pise, Edizioni Plus, 1993-2000, 2 parties en 5 vol.), les travaux de Jonathan Davies sur les universités toscanes (Culture and Power: Tuscany and its Universities, 1537-1609, Leiden, Brill, 2009), ou encore ceux de Laurence W. B. Brockliss sur l’enseignement supérieur en France sous l’Ancien Régime (French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries: a Cultural History, Oxford, Clarendon Press, 1986).

16 C’est la salle où les membres des Intronati se réunissaient à l’époque moderne qui a été choisie pour figurer en couverture de ce volume collectif ‒ en tant que matérialisation de cette co-existence. La photo figure parmi celles réunies sur cette page web par les Intronati, qui sont toujours actifs: https://www.accademiaintronati.it/storia-della-sede/.

17 Sur l’histoire de l’académie de Saumur, on consuletra avec profit les travaux de Jean-Paul Pittion et en particulier son livre, que les Archives de la ville de Saumur ont mis en ligne : http://archives.ville-saumur.fr/a/752/consulter-l-histoire-de-l-academie-par-jean-paul-pittion/, en association avec les archives numérisées de ladite académie : http://archives.ville-saumur.fr/f/acaprotestante/mosaique/.

18 Le registre des activités des Alterati en donne plusieurs exemples, ainsi BMLF Ashburnham 558.1, fol. 84: « Di poi il reggente ordinò che parlasse all’improviso et fece ragionare il Tenero fingendo fusse alla presenza del re di Spagna et gli dissuadasse l’impresa contro il regno di Portogallo. In contrario a sui parlò il Desioso. » Des exercices semblables sont également décrits en BMLF Ashburnham 558.2, fol. 40r-v.

19 Voir Raphaële Mouren, « Un professeur de grec et ses élèves : Piero Vettori (1499-1585) », Lettere italiane, 59, 4, 2007, p. 473-506 et Biographie et éloges funèbres de Piero Vettori : entre rhétorique et histoire, Paris, Garnier, 2014.

20 Par un décret du 23 février 1542, l’Accademia Fiorentina s’était en effet vu conférer la gouvernance du Studio fiorentino, où se tenaient par ailleurs ses leçons privées comme ses réunions administratives. Ce même décret la chargeait aussi du contrôle des imprimeurs et libraires et l’élevait même au rang de magistrat public. Le texte de la disposition est cité dans Lorenzo Cantini, Legislazione toscana, Florence, Piero Fantosini e figlio, 1800-1808, 32 vol., t. 1, p. 195-196.

21 Sur cette prise de pouvoir, voir Claudia Filippo Barreggi, « In nota alla politica culturale di Cosimo I : l’Accademia Fiorentina », Quaderni storici, VII, 1973, p. 527-574 et Michel Plaisance, L’Académie et le prince : culture et politique à Florence au temps de Cosme I et de François de Médicis, Manziana (Rome), Vecchiarelli, 2004, p. 29-280.

22 BCTMn Ms. 995, fol. 19v.

23 Pour le texte du privilège de 1564, voir Stefano Davari, Notizie storiche intorno allo Studio pubblico ed ai maestri del secolo xv e xvi che tennero scuola in Mantova tratte dall’ Archivio storico di Mantova, Mantoue, Segna, 1876, p. 21 et Ireno Affò, Vita del cavaliere Bernardino Marliani mantovano, Parme, Filippo Carmignani, 1780, p. 53-61. Le document original, ainsi qu’une copie de celui-ci, sont conservés en ASMn Archivio Gonzaga  3368 (Q. II 1-8), insert 1 (Accademia Invaghiti 1564-1795). Cet insert contient aussi le privilège de 1639 et une série de documents se rapportant à l’enseignement de la théologie au sien de l’académie au xviie siècle (étudiants inscrits, sujets de dispute, etc.), ainsi qu’à ses rapports avec la cour du duc de Mantoue.

24 Voir BMLF Ashburnham 558.2, fol. 93r , à la date du 11 juillet 1590, où les académiciens Alterzti discutent des opinions de Machiavel sur les rapports entre la religion et l’État chez les romains : « Lesse il Transformato il discorso Che i Romani non si servirono della religione per tenere il popolo in freno, e pe adattarla alla materia di stato. Contradisse il Torbido attenendosi all’opinione del Machiavello. Il regente sentenzio che benche i Romani come gli altri popoli havessero la religione e la stimassero assai, non dimeno non si poteva negare, che d’alcune parte di essa si servissero per fini del governo. » On voit que le régent concède que la religion est parfois utilisée à des fins politiques ‒ et pas seulement chez les romains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Blocker, « Académies et universités en France et en Italie (1500-1800) : coprésence, concurrence(s) et/ou complémentarité ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 02 | 2021, mis en ligne le 05 octobre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/9024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.9024

Haut de page

Auteur

Déborah Blocker

Déborah Blocker est professeure à l’Université de Californie, Berkeley (USA), où elle enseigne la littérature, l’histoire culturelle de l’époque moderne (xvie-xviie siècle) et l’histoire de livre et de la culture manuscrite. Depuis plus de vingt ans, elle mène des recherches sur le statut des arts et le développement des discours esthétiques dans la France et l’Italie de la première modernité. Elle a consacré un livre à l’institution d'un art du théâtre dans la France de Richelieu (Instituer un « art » : politiques du théâtre dans la France du premier xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2009). Un second livre, analysant les pratiques et discours esthétiques de l’académie florentine des Alterati (1569-ca.1630), paraitra, sous le titre du Principe de plaisir : esthétique, savoirs et politique dans la Florence des Médicis (xvie-xviie siècle), aux Belles Lettres en janvier 2022. Déborah Blocker conduit actuellement une enquête comparatiste sur les usages et conceptualisations des arts au sein de deux lignages aristocratiques de la Méditerranée, les Montmorency de France et les Strozzi de Florence, Rome et Venise (1550-1700). Elle travaille également, en collaboration avec Ulrike Schneider et Veronica Vestri, à une édition digitale de deux manuscrits dans lesquels les membres de l’académie des Alterati de Florence corrigent et évaluent collectivement leurs propres poèmes.
Elle est membre correspondante de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts d’Angers (Maine et Loire)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search