Navigation – Plan du site

AccueilActes et débats - Texte intégral012. Faire corps par l’écritureUsages et désignation du groupe c...

2. Faire corps par l’écriture

Usages et désignation du groupe chez les nouvellistes du temps de Louis XIV

Maxime Martignon

Résumés

Fondé sur l’étude d'un groupe de « nouvellistes » de l’époque de Louis XIV, cet article vise à comprendre dans quelle situation certains acteurs historiques se sont définis comme groupe. Ces acteurs politiques secondaires se trouvaient, par leurs correspondances, à la tête de réseaux d’informateurs qui leur transmettaient des nouvelles politiques, littéraires ou militaires. Ils se définissaient comme groupe dans des situations bien précises : lorsque l'un d'eux avait des responsabilités diplomatiques, qu’un autre avait rompu la confiance et qu'il fallait exclure un membre. Tous participaient à la fabrique de l'actualité autour de la Gazette et des nouvelles-à-la-main.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Martin Mulsow, « Qu’est-ce qu’une constellation philosophique ? », Annales. Histoire, Sciences Soci (...)
  • 2 Nicolas Schapira, « Identités de papier, Les Républicains des lettres et la production des identité (...)

1Cet article entend proposer une réflexion sur les enjeux de la désignation d’un groupe, sous la plume d’acteurs politiques secondaires, alors que ce groupe ne peut être saisi aujourd’hui que par des pratiques d’écriture très discontinues. Il se fonde sur l’étude d’une configuration sociale très spécifique : celle que forment les nouvellistes de la place du Palais Royal pendant la deuxième moitié du règne de Louis XIV. Les individus qui composaient ce groupe n’ont en aucune manière fait école, ni élaboré un système de pensée. Ils ne constituent pas une constellation artistique ou intellectuelle1. Ils n’ont apparemment pas produit une identité revendiquée, à l’inverse d’autres collectifs de littérateurs du Grand Siècle comme les « Modernes » et, d’ailleurs, ils n’ont jamais été repérés comme groupe dans l’histoire littéraire ou des idées2.

  • 3 Peter Burke, Louis XIV : les stratégies de la gloire, trad. Paul Chemla, Paris, Seuil, 1995.
  • 4 Par exemple AN MC CXVIII, procuration de Renaudot à Bardou du 6 octobre 1700.
  • 5 Sébastien Schick, Des liaisons avantageuses : ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le (...)
  • 6 Nicolas Schapira, Maitres et secrétaires (xvie-xviiie siècles), l’exercice du pouvoir dans la Franc (...)

2Pourtant, c’est bien une pratique d’écriture caractéristique qui les a réunis : celle de l’écriture des nouvelles – politiques, diplomatiques, militaires ou littéraires. En correspondance particulière avec des ambassadeurs, des officiers de l’armée et de la Marine, se faisant le relais des clientèles princières et à distance des autres entreprises officielles d’écriture de l’histoire – celles de Pélisson, de Racine et de Boileau3 –, ce groupe a tenu la parution hebdomadaire de La Gazette pendant une trentaine d’années. Il a ainsi sélectionné les informations, souvent très sèches et synthétiques, qui devaient être mises sous la presse toutes les semaines, mais aussi rédigé les récits de bataille occasionnellement imprimés dans des Extraordinaires. Ce travail était en outre doublé par les quantités de nouvelles à la main, parfois signées, parfois non signées, que ces acteurs envoyaient aussi bien à des acteurs politiques de premier plan qu’à leurs informateurs. À la tête d’importants réseaux de correspondance, ils recevaient des lettres de toute l’Europe et parfois même au-delà. S’il est tentant de voir à la tête de ce groupe l’abbé Eusèbe II Renaudot, qui a hérité du privilège de La Gazette en 1679 et signait ses actes notariés du titre prestigieux d’« historiographe du roi »4, les statuts sociaux de ses membres sont en fait très inégaux sans pour autant que les liens de dépendance apparaissent au cœur de leurs échanges5. Certains sont des hommes de lettres, d’autres des commis dans l’administration. Plusieurs ont un rang de domestique ou de secrétaire6, mais d’autres sont en effet des rentiers ou des courtisans bien placés dans la hiérarchie curiale.

  • 7 BnF, Mss. NAF 7397, lettre de Bernou à Renaudot du 13 juillet 1683.
  • 8 Le terme « d’assemblée » renvoie chez Furetière, soit aux assemblées politiques et ecclésiastiques (...)
  • 9 ALMANACH de que dit on quelle nouuelle ou Les nouvellistes du Quay des Augustins, Paris, Habert, 16 (...)
  • 10 Sara Harvey, « « Qu’y a-t-il de nouveau aujourd’hui ? » : la présence des nouvellistes dans la prem (...)
  • 11 Grihl, Écriture et action : xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, (...)

3Le groupe n’a pas vraiment de nom, mais cela n’empêche pas ses participants d’être inventifs pour se désigner en tant que collectif. L’un de ses membres principaux, Claude Bernou, rédacteur de La Gazette et secrétaire de Renaudot, évoque ainsi la « société des bons-enfants »7, du nom de la rue qui faisait la liaison entre la place des Victoires et la place du Palais Royal, aujourd’hui réduite, où ils se retrouvaient avant la mort du fils de Colbert, Seignelay. Ailleurs, un autre des membres parle d’une « assemblée », terme qui insiste sur la formalisation des réunions8. Celles-ci n’avaient rien de clandestin et leurs participants étaient choisis avec soin. À la lecture des sources, il apparaît qu’il ne faut pas donner trop d’importance à ces désignations. En effet, inventer des sobriquets et des noms collectifs originaux est une habitude pour qui échange des informations par-delà les monts : c’est en effet un outil de brouillage de la provenance des nouvelles. En revanche, cette pratique d’écriture est fréquemment perçue comme un trait de nouvelliste. Loin des « nouvellistes » du quai des Augustins tournés en dérision dans un almanach de 16819, loin des agités qui passent leur temps à courir la ville à la recherche des bruits de toutes sortes comme les stigmatise La Bruyère – les nouvelles viennent à eux par les lettres10 – ils constituent un groupe de spécialistes de l’information aux contours lâches mais situables à l’intérieur du pouvoir administratif et diplomatique de l’État royal. Plusieurs de ses membres sont en effet attachés à l’entourage de Colbert et de Seignelay, puis, après les morts respectives de ceux-ci, repris en main par la famille Pontchartrain, tout en restant en correspondance avec Louvois et les secrétaires d’État aux Affaires Étrangères. L’informalité du groupe va ainsi de pair avec le caractère sensible des informations que reçoivent ses membres et qui intéressent les ministères. Ce groupe est donc à la fois un foyer d’écritures nouvellistes11 – c’est-à-dire un lieu de fabrication de l’actualité – et un lieu où l’on s’attache à désigner cette activité sociale et à décrire les sociabilités politiques qu’induit cette activité.

4Ma contribution entend se tenir à égale distance d’une démarche purement constructiviste – laquelle naturaliserait ces nouvellistes comme groupe par excellence de la fabrique de l’actualité officielle – et d’une vision individualiste qui consisterait à dire qu’il n’existait qu’un groupe de papier mobilisé opportunément par les acteurs dans tel ou tel type de situation. De fait, tenir à distance ces deux écueils implique de penser au préalable les situations dans lesquelles les acteurs signalent l’existence d’un groupe. Or, il apparaît que cette écriture du groupe, parfois sérieuse, parfois ironique, permet d’abord de jeter le trouble sur sa fonction politique. Aussi après avoir passé en revue les différentes mobilisations de l’idée de groupe par les acteurs du passé, on analysera la façon dont ils concevaient l’écriture de nouvelles. Cette pratique d’écriture est en effet pensée par eux à la fois comme une activité sociale exposée, nécessitant d’infinie précautions et comme devant faire l’objet d’un détachement vis-à-vis de sa pratique même. Il s’agit d’un jeu sérieux comme le montre les cas de deux nouvellistes qui se sont distingués par leurs pratiques d’indiscrétion, Nicolas Thoynard et François Janisson.

Question de méthode : dire qu’il y a un groupe

  • 12 Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (16 (...)
  • 13 Laurence Pope, « Vincenzo Coronelli et les hommes du roi-soleil », Les Globes de Louis XIV : étude (...)
  • 14 Je me permets de signaler, pour des études plus approfondies sur les échanges entre l’un des membre (...)
  • 15 François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandes (...)

5Le groupe qui se rassemblait pour échanger des nouvelles a été repéré aussi bien par les historiens de la presse d’Ancien Régime que par les historiens de la diplomatie. Pour Gilles Feyel, il s’agit d’un « réseau d’amis » qui fabrique semaine après semaine « un ouvrage collectif » – La Gazette12. Sa délimitation est complexe : G. Feyel propose une liste d’une dizaine de participants qu’il constitue à partir d’une analyse du réseau d’informateurs de La Gazette. En étudiant les hommes de Colbert, Laurence Pope a également repéré ce groupe. Il y intègre pour sa part tous les individus qui sont salués dans les nombreuses lettres que, depuis Rome, l’abbé Bernou, plume de La Gazette, a écrites à l’abbé Renaudot entre 1683 et 1686, étendant le groupe à une vingtaine de membres13. En explorant systématiquement, au cours de mes travaux de recherche doctorale, les archives de ces différents acteurs, j’ai pu remarquer que tous ne venaient pas chez Bernou prendre des nouvelles mais aussi rattacher de nouveaux membres14. Ainsi plusieurs individus identifiés par François Moureau grâce à leurs nouvelles à la main étaient aussi des participants à ces « assemblées ». F. Moureau ne systématise cependant pas l’activité du groupe de ceux qui, sous sa plume, sont, les uns des « amateurs nouvellistes », les autres des « professionnels de l’information »15. Tout en véhiculant par ces désignations, une représentation désintéressée de la réunion de ce groupe, F. Moureau, G. Feyel et L. Pope insistent en tout cas sur le caractère politique des informations qu’il traite malgré le faible degré d’institutionnalisation de son activité.

Tableau : Membres identifiés de l'assemblée de Bernou

Nom

Raison sociale

Identification préalable

Claude Bernou (1638-1716)

« Bachelier de théologie et diacre du diocèse de Lyon » (Testament AN MC LXXXIII 278, 22 juillet 1716)

Rédacteur de La Gazette, secrétaire du Cardinal d’Estrées à Rome (1683-1686), secrétaire d’Eusèbe Renaudot

G. Feyel

L. Pope

Nicolas Clairambault, l’aîné

(1643-1730)

Premier commis de Seignelay puis de Pontchartrain, secrétaire du roi.

L. Pope

Pierre Clairambault le jeune

(1651-1740)

Commis de Seignelay, puis premier commis de Pontchartrain ; Généalogiste des ordres du roi.

G. Feyel

L. Pope

Joachim Le Grand (1651-1733)

Prieur de Neuville les dame, de Prevesin et de la Chapelle Saint Laurent de Combs (Testament, Clairambault 1024, fol.123).

Secrétaire de l’abbé d’Estrées au Portugal et à Madrid

G. Feyel

Cabart de Villermont (1628-1707)

Rentier

F. Moureau

G. Feyel

L. Pope

Léonard de Sainte-Catherine (1636-1710)

Bibliothécaire du couvent des Augustin déchaussés

F. Moureau

Nicolas Thoynard (1629-1706)

Rentier, seigneur de Villamblain

G. Feyel

François Janisson (1634-1705)

Ancien avocat au parlement de Bordeaux

G. Feyel

Eusèbe Renaudot (1648-1720)

Prieur de Saint-Christophe de Châteaufort.

Propriétaire de La Gazette, historiographe du roi, académicien

G. Feyel

L. Pope

Louis de Courcillon, Abbé de Dangeau (1643-1723)

Abbé de l’abbaye Fontaine-Daniel, prieur de Crépy en Vallois.

Courtisan, académicien

F. Moureau

François de Callières

(1645-1717)

Ambassadeur, académicien

G. Feyel

L. Pope

Pierre-Joseph Argoud (†1730)

Commis au secrétariat de la Marine

G. Feyel

L. Pope

Massiac de Sainte-Colombe (†1682)

Ingénieur des fortifications

G. Feyel

6Pour G. Feyel et L. Pope, la saisie du groupe se fait par des extraits de correspondances présentes dans les différents fonds des individus. Les voyages de plusieurs membres dans différentes capitales européennes ont en effet entraîné l’ouverture de canaux d’information et donc des envois de lettres. L’échange de nouvelles et la mise en écriture du groupe se font alors dans les mêmes envois. Ainsi de l’abbé Bernou qui est resté à Rome trois années, ou de l’abbé Le Grand qui suivit l’abbé d’Estrées en ambassade à Madrid et à Lisbonne. Au cours de ces pérégrinations, ils continuaient de communiquer par lettres avec leurs correspondants à Paris et devenaient ainsi des informateurs. Il est difficile de caractériser les pratiques de ce groupe sans tenir compte de la situation de mobilité de ses membres. Elle conduit notamment Bernou, alors qu’il était à Rome, à employer une rhétorique de la connivence : il se moque de ses camarades qui ne font que noircir des pages de nouvelles banales, il confie ses ambitions en souhaitant qu’elles demeurent secrètes et finalement s’offusque ensuite de ces chers amis qui les ont éventées. Comment interpréter du point de vue d’une solidarité de groupe, des passages aussi offensifs que celui-ci ?

  • 16 BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 5 mars 1686.

Nous bumes hier ensemble à votre santé et à celle de Mrs Clairambault, d’Herbelot, de la Croix et Toinard qui écrit en ce pays et ne fait non plus de mention de moy que si je n’étois plus au monde ; patience il me le payera tot ou tard.16

7Paradoxalement, cette écriture qui tend à créer des relations d’intimité par des lettres conduit aussi à opposer la relation entre les deux correspondants, toujours présentée comme privilégiée, au reste des individus qui sont constitués ainsi dans chacune des lettres comme groupe. Bernou écrivait ainsi :

  • 17 BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 27 juillet 1683.

Nos amis ont grand tort de se plaindre de moy : j’ai écrit une lettre circulaire à la joyeuse assemblée dans laquelle je comprends le beau Mr Dalerville comme voisin, outre cela j’en ay escrit 23 autres en trois ordinaires et je continueray de même force jusqu’à ce que tout le monde soit content ; ils me devraient cependant faire un peu de quartier. […] Quant à votre gazette, il n’en vient presque plus ici à cause de la cherté nouvelle des ports de lettres. Je l’ay pourtant toujours vu par le moyen d’un de mes amis à qui on l’envoyait de Lyon, mais il est arrivé malheureusement qu’il ne l’a pas reçue cette semaine. J’en cherche de tous côtés si je la trouve je vous en escriray mon sentiment. Jusqu’à présent je n’y ay point trouvé de faute importante.17

  • 18 Alors que Bernou est à Rome en pleine affaire de La Régale, il n’en est paradoxalement presque pas (...)
  • 19 Le Mercure Galant précise qu’un Mr d’Alerville était logé à la place du Palais Royal, juillet 1704, (...)

8À distance, il n’est pas question pour Bernou de relâcher son implication dans le groupe. Il est attendu de lui qu’il continue à écrire au quotidien aux membres de « la joyeuse assemblée », donne son avis sur La Gazette et sa réception à Rome18. Cette réponse aux reproches d’irrégularité dans l’écriture montre d’abord que cette lettre destinée à passer de mains en mains se distinguait nettement des autres lettres adressées personnellement. Du reste, cette forme de publication peut toucher des individus qui ne sont pas évidemment du groupe, comme le « voisin », difficile à identifier, d’Alerville19. Elle permet ensuite de remarquer que tous les membres du groupe ne communiquent pas toutes leurs lettres aux autres. Autrement, les amis de Bernou auraient pu constater qu’en trois semaines, Bernou avait écrit en moyenne une lettre par jour. Les relations épistolaires individuelles peuvent ainsi être masquées aux membres du groupe. La tenue de la correspondance constitue un travail dont tous les membres ne bénéficient pas à égalité. C’est donc pour définir un collectif au sein duquel la publication est possible que Bernou recourt à la métaphore de l’assemblée.

9Ce terme est repris par d’autres individus qui viennent régulièrement écouter les nouvelles. Dans l’extrait suivant, c’est Cabart de Villermont qui propose une séance de rattrapage à l’abbé Dangeau lequel, arrivé en retard, avait manqué la lecture des dernières nouvelles de la Marine :

  • 20 Cabart de Villermont venait d’offrir des oignons d’Égypte pour planter dans le jardin de l’hôtel de (...)
  • 21 BnF, Mss. Fr.22819, lettre de Cabart de Villermont à l’abbé Dangeau du 8 mai 1701.

Quand il vous plaira monsieur j’iray voir quel aura esté le succes de vos semences exotiques20 et vous portant une grosse moisson de lettres navalles, dont j’en receues hier 4 qu’on avait déjà leues quand vous arrivates a lécole pour me servir du nom que mr le juge a donné à l’assemblée de Mr l’abbé Bernou.21

10Une personne extérieure – vraisemblablement Nicolas Le Juge, avocat au parlement de Paris – vient donc d’inventer un nouveau nom : l’école. Pour autant, la récolte de lettres navales n’est sans doute pas l’objet d’un apprentissage particulièrement développé. Peut-être cela signale-t-il plutôt une forme de sociabilité assez relâchée, renvoyant davantage au comportement des écoliers, tant l’insistance sur ce terme par Cabart laisse plutôt à penser qu’il s’agit là d’ironie. En tout cas, la désignation du groupe est ici encore arrimée à la pratique d’échanges de nouvelles. Dans le collectif, les « lettres navales » étaient lues mais peut-être pas copiées, raison pour laquelle Cabart proposait un rendez-vous à l’abbé Dangeau.

11La préoccupation pour la distribution des lettres autour de Bernou se retrouve aussi dans celles que le père Léonard reçoit de l’abbé Le Grand. Alors qu’il est à Lisbonne en 1694, il s’en ouvre à son correspondant, bibliothécaire des Augustin déchaussé et surtout voisin de Bernou :

  • 22 BnF, Mss. Clairambault 1023, fol. 91, lettre autographe de Le Grand à Léonard de Sainte-Catherine d (...)

Vous ne devez plus vous plaindre mon reverend père que je ne sois pas exact à vous écrire ou que je ne vous fasse pas part des nouvelles que j’envoye a Mr l’abbé Bernou. Je ne pense pas avoir laissé passer un seul ordinaire depuis Pasques. Je suis seulement en peine de scavoir si mes lettres vous sont rendues fidèlement.22

12Également secrétaire particulier d’ambassadeur, Le Grand utilise Bernou comme une boite aux lettres en lui envoyant ses nouvelles. Deux raisons peuvent expliquer son intermédiation, outre l’intérêt de l’économie des frais de port. D’une part, en tant que premier destinataire des lettres, cela permet à Bernou d’obtenir des nouvelles fraîches. D’autre part, en redistribuant les lettres à son entourage, Bernou peut à son tour partager des nouvelles. Ici, la lettre adressée au père Léonard, contient la nouvelle divertissante du bedeau de la cathédrale de Lisbonne qui a été punit pour avoir fait pousser du tabac sur les voûtes du bâtiment. Dans une lettre écrite quelques semaines plus tard à Bernou, Le Grand déplore que, pour les Portugais,

  • 23 Ibid. fol. 95, copie d’une lettre de Le Grand à Bernou du 31 août 1694 par le père Léonard.

tout est […] misère ou hyperbole […] On seroit bien 100 ans à Lisbonne sans y pouvoir apprendre 2 mots pour mettre des vostre gazette. […] Je suis bien assuré que vous n’informez pas le public que l’Inquisition fait tous les jours arrester des Moines pour un crieur qui a autrefois attiré le feu du ciel sur sodome et gomore. Depuis vendredy on en a enfermé plusieurs des plus considerables dans les prisons du St Office.23

13Il est difficile d’interpréter les raisons pour lesquelles Le Grand juge utile d’informer ses correspondants des frasques du clergé portugais. Ces nouvelles n’ont effectivement pas été publiées dans La Gazette. Mais elles ont bien circulé car cet « extrait d’une lettre à l’abbé Bernou » est une copie de la main du père Léonard. Ici, il s’agit bien de la trace du travail collectif du groupe de Bernou, évident à la fois pour ceux qui lui écrivent et pour ceux qui archivent comme le père Léonard. Prise sous la dictée des lecteurs ou copiées – la graphie du père Léonard témoigne d’une forme de précipitation – il y avait en tout cas une répartition du travail. Un autre membre sur lequel nous reviendrons, Janisson, évoque à ce propos une impolitesse qui a été faite à Cabart de Villermont :

  • 24 BnF, Mss. Fr. 22805, fol.219, lettre de Janisson à Cabart de Villermont du 5 juillet 1695.

Mr Dolu m’ayant aussi dit que vous étiez un peu en colère de ce qu’ayant envoyé quelques-unes de vos lettres chez Mr l’abbé Bernou pour en faire part à la compagnie qui s'y assemble, il ne s'y en étoit trouvé aucun qui voulut mettre la main à la plume pour vous faire sçavoir les principaux chefs de ce qui y avoit été dit d’ailleurs. Je suis bien aise Monsieur de vous dire que je ne m’y trouvai point ce jour là et que si je ne m’y étoit trouvé je n’auroi point manqué à vous satisfaire sur cela de mon mieux et autant qu'il eut été en mon pouvoir.24

14Si on partage des lettres ou des nouvelles, on veut en recevoir en retour et surtout connaître l’effet de ses propres envois. Le travail de secrétariat tel que le pratiquait le père Léonard était sans doute redondant et peu valorisé. Lors d’une réunion où personne ne l’a effectué, il permet à Janisson de désigner tout un collectif comme fautif. Ici, aucun participant n’est nommé, sinon Bernou, et la responsabilité reste donc collective. On ne sait pas au juste pour quelles raisons Cabart de Villermont s’est emporté auprès de Dolu, puisque l’unique trace de cette affaire vient de Janisson. Pour ce dernier, il s’agissait aussi de souligner son absence dans ce collectif, ce qui peut aussi bien être interprété comme une excuse, que comme un désir de faire partie entièrement de la « compagnie ».

15On le voit à ces quelques exemples : en désignant un groupe, les correspondants tendent à souligner sa désinvolture, son caractère peu professionnel, voire sa désorganisation. À l’inverse, ces quelques désignations contrastent avec l’expression des relations individuelles fondées sur la confiance, l’amitié et la fidélité – trois termes employés indistinctement par les acteurs, même s’ils peuvent faire l’objet d’ironie. Il y a donc un hiatus entre l’apparente motivation amicale, le degré incertain d’ouverture de ce groupe à des membres extérieurs et la sensibilité du contenu des écrits qui en émane.

La pratique nouvelliste et l’explicitation des formes de publication

16En effet, le caractère politiquement exposé de l’écriture de nouvelles se trouvait masqué soit par une ironie détonnant dans les correspondances polies des réseaux lettrés, soit par un brouillage excessif rendant incompréhensible au profane l’échange. La marque de fabrique de de ce groupe dans ses lettres était ainsi de sur-expliciter les formes attendues que devait prendre la publication d’une nouvelle.

  • 25 BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 15 janvier 1686.

17Les nouvellistes jouaient volontiers en envoyant des nouvelles, en précisant de façon exagérée le degré de publicité ou en embrouillant leur interlocuteur sur les effets qu’ils en attendaient. Le 15 janvier 1686, Bernou envoie à Renaudot deux nouvelles qui lui « semble[nt] matière à Gazette »25. La première raconte la censure de Molinos par le décret de l’Inquisition d’Aragon, poussant à son excommunication ; la seconde comment un capitaine Malouin et terre-neuvier tourna en ridicule les galères d’Espagne qui l’avaient pris pour un corsaire de Barbarie et se sauva facilement de leur interception en abordant à Civita Vecchia à la faveur de la nuit. Bernou précisait à propos de cette dernière :

  • 26 Ibid.

Le Général [espagnol] lui envoya un officier pour savoir la vérité du fait. Le Malouin la conta comme je viens de dire et fut prié de ne la pas publier. L’aventure arriva le mois passé ; je la sais de l’aumônier qui est ici logé chez les pères de St Maur. Combien est-ce à votre avis que Mr Robinet aurait payé pour avoir une pareille histoire à mettre dans sa Gazette burlesque ? C’est un plat pour celle de Hollande si elle en avait connaissance. Le même auteur dit que ces galères étaient en pitoyable état.26

  • 27 « De Rome le 29 décembre 1685 », La Gazette, 29 janvier 1686, p. 41.
  • 28 « Vous verrez que le St Office ne s’oublie pas, et ne s’en tient aux peines ecclesiastiques et qu’i (...)
  • 29 Voir à ce propos : Dinah Ribard, « Des journalistes à la cour », Bulletin du Centre de recherche du (...)

18Ces deux nouvelles ont en commun d’être potentiellement utiles dans le jeu géopolitique mais de ne pas pouvoir apparaître telles quelles dans La Gazette – et de fait, elles ne l’ont pas été. La première était en effet de conséquence diplomatique puisque dans le conflit de la Régale, les positionnements de la France en matière de doctrine étaient scrutés. La nouvelle fut publiée dans La Gazette quatorze jours avant que Bernou eut écrit sa lettre, dans un article daté du 29 décembre27. Bref, Bernou écrivait un peu en retard et il le savait. Aussi il prenait soin de préciser la façon dont cette nouvelle était reçue à Rome, ce que ne mentionnait pas La Gazette28. La seconde correspondait davantage aux anecdotes telles qu’elles pouvaient surgir parfois dans le périodique et était susceptible de faire rire aux dépends de l’adversaire ibérique. Bernou suggérait ainsi à Renaudot de la publier ou bien directement dans une gazette étrangère, ou bien de la faire réécrire par un littérateur comme Robinet désireux de se faire bien voir des autorités29. Le jeu, malgré l’écriture désinvolte et l’évocation du bon temps de la Gazette burlesque, est donc sérieux.

  • 30 Pierre-François Burger, « Eusèbe Renaudot », Dictionnaire des journalistes, 1999, en ligne : < http (...)

19Cette façon distanciée d’évoquer les nouvelles, les nouvellistes la pratiquent donc entre eux, mais aussi avec les personnages importants qui les soutiennent. L’abbé Eusèbe Renaudot qui, du fait de ses activités dans la presse, a la réputation d’être soumis à « l’esprit de Gazette » passe ainsi pour un individu tout dévoué aux ministres30, tachant même d’anticiper leurs volontés. Pourtant, quand il écrit à Jérôme Pontchartrain en 1699, alors secrétaire d’État à la Marine, il emploie un ton tout à fait insolent. Le ministre, loin de s’en laisser conter, répond dans la marge même de la lettre, à la façon des correspondances administratives et sur le même registre :

  • 31 BnF Mss. NAF7491, fol.393, lettre de Renaudot à Pontchartrain du 4 juin 1699.

Des nouvelles comment vous en apprendre ? Vous m’en pourriez donner d’avantage que je ne puis vous en offrir. Car des anecdotes, le temps en est fini. [Pontchartrain : Pourquoy ? Etes-vous moins malin ?] Vous avez les procez verbaux des assemblées Provinciales de première Main [Ponchartrain : Je n’ay que celles de Paris]. Vous avez peut estre des correspondants qui vous en font des chroniques semblables à celles de notre Académie des Inscriptions. [Pontchartrain : Non et je souhaiterois fort d’en avoir] Que vous pourrois-je apprendre sur tout cela que vous ne sachiez !31

  • 32 Plus loin dans la lettre, Renaudot s’en prend au père Ménestrier, alors secrétaire de l’Académie de (...)

20Au quotidien, la relation de Renaudot et Pontchartrain était celle d’un homme de lettres qui tâchait d’obtenir l’attention d’un individu puissant. Il était bien question de nouvelles qui n’étaient, pour secrétaire d’État, jamais assez précises, jamais assez bien tournées et jamais publiées de la même manière. Ici, alors que Renaudot prétendait n’avoir rien à raconter à individu bien informé, il déjouait ce qui était attendu de lui et s’ingéniait à inverser la relation informateur/informé. Il prétextait n’avoir pas de documentation liée à l’actualité politique, ni l’intention de dresser des éloges comme le faisaient les membres de la petite académie, à qui il adressait une pique au passage32. Pour autant, la suite de la lettre contenait bien des nouvelles susceptibles d’intéresser Pontchartrain. De la même manière que les nouvellistes entre eux donnaient l’impression de n’accorder d’importance aux nouvelles qu’en fonction de ce qu’elles leur permettaient de publier, ici Renaudot enjoignait Pontchartrain d’avoir un rapport détaché aux nouvelles sans pour autant le décevoir. Le jeu de posture était du reste déjoué par le ministre lui-même qui feignait de ne pas comprendre : « Etes vous moins malin ? ».

  • 33 Argoud a fait carrière dans l’administration centrale de la Marine. Son frère Argoud de Laval a bri (...)
  • 34 Sur la pratique du chiffre, voir Camille Desenclos, « Transposer pour mieux transporter », Matière (...)

21À l’inverse des rodomontades de Bernou ou Renaudot, à Londres, en 1686, Argoud, commis de Seignelay jouait, lui, sur la discrétion. Sa lettre était envoyée à son frère, Argoud de Laval, comme l’indique l’enveloppe de sa lettre33. Celle-ci contenait un billet chiffré adressé à Clairambault34. Il évoquait également une lettre précédente de Callières qui montrait à quel point rien n’était dit clairement :

  • 35 BnF, Mss. Clairambault 501, fol. 727, lettre d’Argoud à Argoud de Laval du 26 janvier 1686.

[sa proposition] n’a pas persuadé. Faites-le voir, s’il vous plait cet endroit de ma lettre. Il entendra bien ce que je veux dire35.

22Il demandait ensuite à son correspondant de saluer l’abbé Renaudot et Clairambault, à nouveau, tout en présentant ses excuses pour ne pas avoir de nouvelles à leur envoyer du fait de la situation inconfortable dans laquelle il se trouvait – on n’en saurait pas plus. Dans ce cas, nulle mention de groupe. Mais la précision avec laquelle Argoud donnait des indications à propos de ce que chacun devait lire dans la lettre, et qui semble ici le miroir inversé des nombreux envois de Bernou ou Legrand rendant leurs lettres circulaires, conduit à penser qu’Argoud était non seulement un informateur des nouvellistes du Palais Royal, mais aussi en mission particulièrement délicate. Il avait chiffré tous les noms propres et ceux-ci furent déchiffrés par Clairambault sur le manuscrit même de la lettre à Argoud de Laval. Il y a donc bien eu circulation de cette lettre, ce qui montre l’intrication entre les nouvellistes et une activité diplomatique discrète.

  • 36 Sur ce type de démarche voir : Maria Pia Donato, Anne Saada (dir.), Pratiques d’archives à l’époque (...)

23Au-delà des correspondances, les pratiques d’archivage des membres du groupe témoignent encore du même souci de garder le contrôle sur les nouvelles et les traces du travail qu’elles impliquaient36. Les abbés Bernou et Le Grand ont, tous deux, désignés Pierre Clairambault comme exécuteur testamentaire par « amitié » – terme qu’on retrouve dans les deux testaments. Sans qu’aucune mention explicite ne soit faite dans leurs testaments du devenir des papiers, ceux-ci ont été triés, conservés par Clairambault et sont encore rangés dans le fonds qui porte son nom à la Bibliothèque nationale. Dans le testament de Renaudot, il était précisé :

  • 37 « Testament d’Eusèbe Renaudot, 8 février 1720 », reproduit dans Intermédiaire des chercheurs et des (...)

Par les manuscrits que je laisse aux PP. Bénédictins, j’entends les latins, les grecs, les hébreux et autres orientaux dont il y a bien trois cent volumes. Les autres qui regardent les négociations et pareilles matières, françois ou italien, je les donne à Mgr le Chancellier de France.37

  • 38 BnF, Mss., Archives modernes 520, collection Renaudot, lettre du 23 Floréal an 6. C’est la famille (...)
  • 39 Charles Cuissart, « Nicolas Thoynard et son testament », Mémoires de la Société archéologique de l’ (...)
  • 40 Maxime Martignon, « Le courtisan nouvelliste et l’érudit à Versailles : les frères Dangeau et l’arc (...)

24S’il semble que le chancelier D’Aguesseau qui était alors en fonction se soit désintéressé de ces papiers qui ont été conservés par la famille jusqu’à la fin de l’Ancien Régime38, Renaudot distinguait cependant ce qui avait trait à l’érudition et ce qui avait trait à la politique grâce à la langue des documents. Parmi ces papiers se trouvaient notamment sa correspondance avec Bernou et diverses lettres échangées avec Pontchartrain lorsqu’il était en mission diplomatique. De son point de vue, ses documents ne devaient donc pas tomber entre toutes les mains. C’est le même D’Aguesseau, alors procureur général qui reçut la majeure partie des papiers de Thoynard à sa mort en 170639. Il les reversa à la bibliothèque royale après les avoir fait lire. Les lettres de Cabart de Villermont ont, elles, été récupérées à sa mort par l’abbé Dangeau. Pour ce dernier, c’était un matériau directement utilisable pour ses portefeuilles40. À son tour, il précisait dans son testament la destination de ses papiers :

  • 41 AN MC XCI 690, testament de l’abbé Dangeau 26 septembre 1720, joint à l’inventaire après décès du 1 (...)

Si je meurs avant que d’avoir fait d’autre testament que celui-ci, je donne au corps de l’académie française tous mes livres manuscrits et imprimés, mes planches de cuivre, mes médailles &c. et leur prie de s’en servir pour l’utilité publique et pour celle du roi en particulier.41

25Autrement dit, jusque dans leurs dernières volontés, les nouvellistes prenaient soin de penser la destination de leurs écrits. La présence d’autorités politiques dans les destinataires des legs ou la mention du service du roi montrent qu’à l’inverse du détachement qu’ils affichaient à longueur de lettres, ils étaient conscients de l’importance de contrôler ces papiers. Peut-être se méprenaient-ils cependant vu le peu de réaction des autorités à leurs morts respectives pour faire entrer ces documents dans les collections royales ou même princières.

Le groupe et les indiscrets

26Puisque certaines nouvelles échangées dans le groupe étaient jugées sensibles, le comportement des acteurs devrait à tout le moins impliquer un rapport de discrétion par rapport aux informations reçues d’autant plus dans le temps de l’action. Si certaines étaient publiées par La Gazette ou restaient manuscrites tout en circulant entre plusieurs mains, on pouvait en tout cas prendre prétexte d’une diffusion incontrôlée pour exclure un individu du groupe. La situation de deux membres de ce groupe, Nicolas Thoynard et François Janisson qui participaient occasionnellement aux réunions chez Bernou montre ainsi, dans un cas et dans l’autre, des pratiques analogues d’indiscrétion qui n’ont pas portées aux mêmes conséquences.

27Ils ont, par exemple, en commun d’avoir tous deux écrits à Michel Bégon, intendant de Marine à Rochefort et l’un des informateurs de Cabart de Villermont, en se recommandant de ce dernier, pour obtenir des services, des objets exotiques, mais aussi des nouvelles plus précises que celles que Cabart voulait bien leur partager. Janisson avait ainsi écrit à l’intendant le 23 janvier 1696 :

  • 42 Les quelques lettres de Pinson à Bégon qui ont été conservées évoquent principalement les échanges (...)
  • 43 Médiathèque de Rochefort, fonds Bégon, lettre de Janisson à Bégon du 23 janvier 1696.

Je sais Monsieur, que vous prenez plaisir aux nouvelles qui vous sont escrites de temps en temps par Mr de Villarmont et par Mr Pinson l’advocat42. Je ne prétens pas me comparer à eux en cela, non plus qu’en autre chose ; mais j’oze pourtant dire que j’en ai quelquefois et de littérature et d’autres, dont vous ne serez peut être pas faché d’avoir connaissance ; sans que je prétende en vous écrivant, vous obliger à m’envoyer des duplicatas de celles que vous avez la bonté de communiquer de temps en temps à ces deux messieurs.43

  • 44 Antony McKenna et Fabienne Vial-Bonnuci, Correspondance de Pierre Bayle, en ligne : http://bayle-co (...)

28Malgré ses protestations de désintérêt, Janisson souhaitait faire de Bégon un obligé de ses nouvelles. Avocat au parlement de Bordeaux, huguenot, il avait été poussé à résigner sa charge en 1683. Une partie de sa famille s’était exilée en Hollande peu avant l’édit de Fontainebleau (1685) mais lui était resté à Paris. Comme il était un régulier de l’assemblée de Bernou, les participants étaient parfaitement avertis de ses liens avec des réfugiés français en Hollande. Dans les années 1680, il était en relation avec Bayle, lui envoyait des nouveautés françaises, notamment pour que les parutions fussent annoncées dans son périodique, les Nouvelles de la République des Lettres44. Plus tard, Janisson se rendit utile en dévoilant les masques qu’empruntaient les auteurs qui imprimaient en Hollande. Ainsi en 1695, l’abbé Le Grand, alors présent au Portugal, demandait-il le service suivant au père Léonard :

  • 45 La querelle opposait Varillas et Le Grand.
  • 46 BnF, Mss. Clairambault 1023, fol. 50, lettre de l’abbé Le Grand au père Léonard du 19 juillet 1695.

Vous ne croirez peut estre pas que je n’ay lu qu’avant-hier ce que l’auteur de la république des lettres a dit de moy dans les mois d’aoust et de décembre 168845. Il est très partial et son extrait est fait avec beaucoup de mauvaise foy. Ce n’est pas bayle qui a écrit ces mois-là. Tachez de scavoir de Janisson qui est-ce qui l’a fait.46

29Cet extrait est révélateur du rôle de Janisson dans le groupe de Bernou : il fallait faire appel à lui pour avoir des informations sur les littérateurs et journalistes en Hollande. Ce canal vers le Refuge était donc ouvert, en pleine guerre de la Ligue d’Augsbourg, et cela était connu et énoncé par un acteur très éloigné de Paris. Ces relations auraient fini par entacher la réputation du groupe et il en fut exclu. C’est du moins ainsi que Cabart de Villermont présente l’histoire :

  • 47 BnF, Mss. NAF 28343 XC, lettre de Cabart de Villermont à Michel Bégon du 7 décembre 1696.

Mr labbé Bernou que vous connoissez & chez qui se tient tous les jours une petite assemblée dune douzaine de ses amys ou je vais assez souvent & ou se trouvoit aussi Mr Janisson son voisin, s’estant aperceu diverses fois quil nous revenoit dans la gazette dhollande des lettres entieres & toutes crues quil avoit pretées au seul Mr Janisson la fait prier prier [sic] de ne plus revenir a ses assemblées [où] il se parle de nouvelles aussi bien que de littérature. Jy ay regret par ce quil est homme desprit & de mes amys depuis longtems mais son commerce avec le gazettier hollandais aussi bien qu’avec plusieurs resfugiés de ses amys ayant paru de consequence dangereuse a la plus part de lassemblée, il en a esté exclus parce quon estoit gesné & obligé de se tenir sur ses gardes des quil y parroissoit.47

30Nulle part le groupe n’apparaissait plus formalisé que dans cette lettre, à cause de l’emploi à trois reprises du terme « assemblée », au moment précis où il fallait en exclure un individu. En cela, l’exclusion pouvait exalter le groupe à redoubler de prudence sur ses pratiques de publication d’information, mais aussi renforcer sa cohésion. Le défaut de discrétion et la transgression justifiait ici la mise à l’écart. Pourtant, Bernou lui-même avait recommandé à Renaudot de faire publier une nouvelle dans La Gazette de Hollande comme on l’a vu – certes dans un contexte différent et sans le dire explicitement, mais cela montre que les positions sociales des nouvellistes n’étaient pas structurellement liées au fait de publier en France ou en Hollande. Plus tard, Janisson fit un séjour à la Bastille à force d’envoyer des nouvelles qui étaient désormais devenues clandestines. Le marquis d’Argenson, alors lieutenant général de Police, qui, à l’automne 1702, demanda son emprisonnement notait qu’il faisait partie d’un groupe de trois suspects :

  • 48 François Ravaisson, Archives de La Bastille, documents inédits, Paris, Durand, 1866, p. 11, p. 438‑ (...)

nouvellistes de profession, protestants d’origine, d’une conversion évidemment fausse ou très douteuse, qui écrivent des nouvelles en pays étrangers, et qui apparemment subsistent de ce commerce.48

  • 49 N.B. Il s’agit encore du quartier autour de la place du Palais Royal.

31Les deux autres nouvellistes étaient de sa famille puisqu’il s’agissait de son fils, qui, d’après d’Argenson, voulait « qu’on le croie bien converti », et de son « parent » M. de la Boulonnière, « un protestant très hardi et très indocile ». D’après les informations policières, tous trois vivaient des revenus versés par une « vieille femme demeurant rue Saint-Honoré49 ». D’Argenson s’appuyait sur l’interrogatoire d’un ancien laquais de Janisson qui avait confessé le pot au rose sur son lit de mort : il révélait ainsi un réseau d’espionnage agissant au profit du duc de Brunswick, allié de Léopold 1er durant la guerre de Succession d’Espagne et donc ennemi du roi de France. « Ce qui n’a rien de commun avec la première accusation » ajoutait le lieutenant de Police. En effet, être en commerce avec des huguenots en exil n’était pas une charge du même ordre que d’être en intelligence avec des puissances étrangères.

  • 50 Voir les remarques de Charles Cuissart, « Nicolas Thoynard et son testament », Mémoires de la Socié (...)
  • 51 AN MAR B2 70, fol.451, lettre de Seignelay à Bégon du 4 décembre 1689.
  • 52 Christian de Valence, « Nicolas Thoynard (Orléans 1629-Paris 1706) un savant entre Orléans et Paris (...)
  • 53 John Locke, The Correspondence of John Locke, Oxford, Clarendon press, coll. « The Clarendon editio (...)
  • 54 Fabrice Preyat, Le Petit concile de Bossuet et la christianisation des mœurs et des pratiques litté (...)
  • 55 Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (16 (...)

32Si l’indiscrétion de Janisson a conduit à son exclusion du groupe de Bernou, il n’en va pas de même d’un autre acteur : Nicolas Thoynard qui jouait un rôle plus ambivalent. Il avait aussi des correspondants dans d’autres pays et parfois les mêmes que Janisson. Parmi eux, John Locke ou Pierre Bayle… Ils s’envoyaient très régulièrement des livres – surtout des nouveautés – ainsi que des nouvelles de littérature, cela au moins de 1678 jusqu’à la mort de Thoynard en 1706. Ce dernier conduisit également John Locke chez le prince de Conti par l’intermédiaire de Renaudot. Ils échangeaient sur des sujets sensibles : innovations en matière de balistique, d’ingénierie marine ou de cartographie50. Thoynard avait même demandé une recommandation à Michel Bégon pour proposer l’une de ses machines à Seignelay, sans succès51. Thoynard était issu d’une riche famille orléanaise de juges, mais il avait choisi de s’en émanciper pour devenir homme de lettres parisien52. Cela lui fut d’autant plus reproché qu’il était apparenté aux Pontchartrain et qu’il ne tenait ainsi pas son rang – c’était ainsi qu’il expliquait les raisons de ce qu’il estimait être une mise à l’écart53. En tout cas, il s’ingéniait à entrer dans les groupes lettrés : il était arrivé chez les frères Dupuy dès 1652, était actif auprès de Bossuet (au point qu’on a vu en lui une cheville ouvrière du « petit concile »54), fréquentait aussi bien le cabinet du protestant Henri Justel avant son exil à Londres que les bénédictins de Saint-Germain-des-Prés. Il développait aussi des liens avec les différents périodiques du temps : l’abbé Le Gallois et la Roque lui donnaient ses entrées au Journal des Sçavans où il publia plusieurs textes ; Renaudot lui aurait confié la coécriture de La Gazette avec Bernou en 170055.

33De ce point de vue, à l’instar de Janisson, Thoynard était une figure de médiateur entre des groupes socialement et géographiquement dispersés. Cependant, il était catholique et menait des travaux d’érudition ecclésiastique. Aussi, ses échanges sur les matières religieuses avec tous ces acteurs lui permettaient d’apparaître au centre d’un réseau de correspondances, ce qui était aussi une manière d’obtenir des informations. En effet, en mai 1694, le dijonnais Nicaise l’accusa auprès de Bayle d’avoir détourné des lettres de savants.

  • 56 Fabienne Vial-Bonnuci et Antony McKenna, Lettre 980 : Claude Nicaise à Pierre Bayle, en ligne : < h (...)

J’avois faict affranchir chez luy un pacquet pour Paris, où il y avoit des lettres pour vous Monsieur[,] pour Mr Cuper, pour Mr Grævius, pour Mr Le Clerc et pour Mr Basnage. Je me doute que c’estoient des réponses à ce pacquet : j’en suis extrêmement chagrin craignant qu’il n’y en eût des vostres, qui me sont cheres sur toutes autres et qui me servent d’un lénitife non pareil à mes douleurs. Voulez-vous, Monsr, que je vous dise entre nous mon sentiment avec liberté sur ce pacquet [?] Je croy que Mr Toinard l’a ouvert et a retenu des lettres. Je scay sa curiosité et son envie sur ce chapitre [:] ce n’est pas la 1ere fois qu’il en a ainsy usé et qu’il a violé le droit des gens à mon égard sans m’avoir voulu rendre les lettres. Je luy pardonnerois de bon cœur de les avoir ouvertes s’il me les avoit envoyées. Je vous prie de faire scavoir la perte de ce pacquet à Monsr Cuper et à Monsr Grævius, qui seront en peine de ne point recevoir de mes reponses, et de leur dire qu’ils ne m’adressent pas leurs lettres par Monsr Toinard : il n’y a qu’à me les envoyer en droiture à Dijon et les affranchir pour Paris, comme je fairai celles que je leurs écripts.56

  • 57 Marion Brétéché, Les Compagnons de Mercure : journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, U (...)

34Là encore, un savant, Nicaise, produit du groupe en égrenant tous les noms de ceux qui lui transmettaient ces lettres et formait un groupe d’épistoliers qui devait avoir des raisons de se défier de Thoynard. Parmi eux, Basnage et Jean Le Clerc publiaient des périodiques en Hollande et avaient leurs entrées dans le monde de la presse anti-française57. Ce passage montre qu’il était possible pour Thoynard de jouer avec les limites de la bienséance épistolaire. Il pouvait ouvrir les lettres, les lire, les copier en échange de frais de port plus avantageux pour les savants. En revanche, il ne pouvait pas les conserver, ni les égarer. Il demeure qu’apparemment, pour Nicaise, écrire à Thoynard était une forme de publication puisqu’il s’attendait à voir la teneur de sa correspondance éventée. Avec cette lettre à Bayle, Nicaise suggérait que cette pratique de publication n’était peut-être plus souhaitable puisque, de transmetteur honnête, Thoynard devenait plutôt un filtre.

  • 58 Fabienne Vial-Bonnuci et Antony McKenna, Lettre 980 : Claude Nicaise à Pierre Bayle, en ligne : < h (...)

35Du point de vue de la police, il n’y a pas loin de l’assemblée de Bernou à la Bastille pour un acteur comme Janisson. D’après Anthony McKenna, celui-ci a échappé à la prison grâce à Renaudot58, mais je n’ai pas trouvé les traces de ce dénouement, par ailleurs vraisemblable. Thoynard, lui, malgré ses amitiés dans le monde du Refuge n’a jamais été inquiété.

  • 59 Mercure Galant, août 1694, p.72-74.
  • 60 François Moureau, « JANIÇON », Dictionnaire des journalistes, 1999, en ligne : < https://dictionnai (...)
  • 61 Manuela Mattei, La Circulation d’écrits clandestins au temps du règne personnel de Louis XIV : deux (...)

36Ces parcours qui ne sont saisissables que de façon fragmentaire, montrent les stratégies de sélection des individus autorisés au sein de « l’assemblée » de Bernou. Tous les participants étaient conscients qu’avec Janisson, ils faisaient entrer quelqu’un susceptible de nourrir les gazettes hollandaises, de même que les auteurs qui envoyaient leurs lettres à Thoynard savaient qu’elles pouvaient être divulguées. Ce n’était apparemment un problème que dans certaines situations bien précises – à la fin de 1696, peut-être en 1702. En 1694, le propre fils de Janisson a vu son premier sonnet publié dans le Mercure Galant, pour célébrer « les progrès du Roy en Catalogne », preuve qu’il pouvait tout à fait participer à l’entreprise encomiastique royale59. En 1705, il était devenu rédacteur de La Gazette de Rotterdam60. En tout état de cause, les figures d’un Janisson et d’un Thoynard suggèrent que l’inscription sociale de ces nouvellistes qui les rapproche, tantôt des écrivains publics61, tantôt des autorités politiques amies, tantôt des intellectuels ennemis, pouvait être très floue.

***

  • 62 Marion Brétéché et Dinah Ribard, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix-s (...)

37Le petit groupe qui se réunissait quotidiennement chez Bernou n’est pas saisissable comme institution parce qu’il n’avait pas de raison de se formaliser comme lieu du journalisme au service du pouvoir. À l’inverse, par exemple, de Donneau de Visé qui présentait le Mercure Galant comme le lieu par excellence de la célébration monarchique62, envoyer des nouvelles avec des lettres était une pratique partagée bien au-delà des informateurs directs de La Gazette. La spécificité du groupe apparaît dans l’attention maniaque de ses participants aux formes de publication que devait prendre telle ou telle nouvelle. Craignant les effets que ces publications pouvaient avoir, ils conjuraient leur inquiétude en affichant un détachement ironique vis-à-vis de leur propre pratique et, partant, vis-à-vis de l’existence même de leur groupe.

38Tous les individus qui venaient chez Bernou appartenaient par ailleurs à d’autres groupes, formations ou institutions qui sont très repérables : ils étaient commis ou savants, académiciens ou secrétaires, courtisans redoutés ou intermédiaire avec les élites parisiennes. La coprésence de ces individus s’explique d’abord parce que toutes leurs tâches n’étaient pas également valorisées. Certains tenaient la plume quand d’autres entretenaient des réseaux de correspondances avec des informateurs. Peser chaque mot dans La Gazette ou faire sa cour à des jeunes secrétaires d’État était encore une autre activité, mais elle est ce qui a permis aux observateurs de situer ce groupe de nouvellistes au sein du pouvoir.

Haut de page

Notes

1 Martin Mulsow, « Qu’est-ce qu’une constellation philosophique ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 64e année, no 1, 1 mars 2009, p. 81‑109.

2 Nicolas Schapira, « Identités de papier, Les Républicains des lettres et la production des identités sociales », La grande chevauchée : faire de l’histoire avec Daniel Roche, Genève, Droz, coll. « Bibliothèque des lumières », 2011, p. 69‑85.

3 Peter Burke, Louis XIV : les stratégies de la gloire, trad. Paul Chemla, Paris, Seuil, 1995.

4 Par exemple AN MC CXVIII, procuration de Renaudot à Bardou du 6 octobre 1700.

5 Sébastien Schick, Des liaisons avantageuses : ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le Saint-Empire romain germanique (1720-1760), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire moderne », 2018.

6 Nicolas Schapira, Maitres et secrétaires (xvie-xviiie siècles), l’exercice du pouvoir dans la France d’Ancien Régime, Paris, Albin Michel, 2020.

7 BnF, Mss. NAF 7397, lettre de Bernou à Renaudot du 13 juillet 1683.

8 Le terme « d’assemblée » renvoie chez Furetière, soit aux assemblées politiques et ecclésiastiques institutionnellement reconnues par la Monarchie (l’assemblée du Clergé de France ou l’assemblée des États Généraux), soit aux assemblées « illicites » et « clandestines »

9 ALMANACH de que dit on quelle nouuelle ou Les nouvellistes du Quay des Augustins, Paris, Habert, 1681, en ligne : < https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6945471z >.

10 Sara Harvey, « « Qu’y a-t-il de nouveau aujourd’hui ? » : la présence des nouvellistes dans la première œuvre de Donneau de Visé », Litteratures classiques, n° 78, no 2, 2012, p. 49‑64 ; Christophe Schuwey, « Naissance d’une figure déviante : la genèse du “nouvelliste” », L’Errance au xviie siècle, Tübingen, Narr, 2017, p. 303‑319.

11 Grihl, Écriture et action : xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016.

12 Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire foundation, coll. « Histoire du livre », 2000, p. 446.

13 Laurence Pope, « Vincenzo Coronelli et les hommes du roi-soleil », Les Globes de Louis XIV : étude artistique, historique et matérielle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2012, p. 64‑75.

14 Je me permets de signaler, pour des études plus approfondies sur les échanges entre l’un des membres de ce groupe et ses informateurs : Maxime Martignon, « Reconnaître un expert », Parole d’experts. Une histoire sociale du politique (Europe, xvie-xviiie siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, p. 93‑112.

15 François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandestine xvie-xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

16 BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 5 mars 1686.

17 BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 27 juillet 1683.

18 Alors que Bernou est à Rome en pleine affaire de La Régale, il n’en est paradoxalement presque pas question dans les lettres. Peut-être les billets de nouvelles qui les accompagnaient étaient plus disertes.

19 Le Mercure Galant précise qu’un Mr d’Alerville était logé à la place du Palais Royal, juillet 1704, p. 173.

20 Cabart de Villermont venait d’offrir des oignons d’Égypte pour planter dans le jardin de l’hôtel de Dangeau.

21 BnF, Mss. Fr.22819, lettre de Cabart de Villermont à l’abbé Dangeau du 8 mai 1701.

22 BnF, Mss. Clairambault 1023, fol. 91, lettre autographe de Le Grand à Léonard de Sainte-Catherine du 20 juillet 1694.

23 Ibid. fol. 95, copie d’une lettre de Le Grand à Bernou du 31 août 1694 par le père Léonard.

24 BnF, Mss. Fr. 22805, fol.219, lettre de Janisson à Cabart de Villermont du 5 juillet 1695.

25 BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 15 janvier 1686.

26 Ibid.

27 « De Rome le 29 décembre 1685 », La Gazette, 29 janvier 1686, p. 41.

28 « Vous verrez que le St Office ne s’oublie pas, et ne s’en tient aux peines ecclesiastiques et qu’il fait bon marché des excommunications puisqu’il frappe d’excommunication majeure pour détacher de la muraille une copie du placart. » BnF, Mss. NAF 7497, lettre de Bernou à Renaudot du 15 janvier 1686.

29 Voir à ce propos : Dinah Ribard, « Des journalistes à la cour », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles. Sociétés de cour en Europe, xvie-xixe siècle, janvier 2019, en ligne : < https://journals.openedition.org/crcv/17391 >, consulté le 8 février 2022.

30 Pierre-François Burger, « Eusèbe Renaudot », Dictionnaire des journalistes, 1999, en ligne : < https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/676-eusebe-renaudot >, consulté le 8 février 2022.

31 BnF Mss. NAF7491, fol.393, lettre de Renaudot à Pontchartrain du 4 juin 1699.

32 Plus loin dans la lettre, Renaudot s’en prend au père Ménestrier, alors secrétaire de l’Académie des Inscriptions. Sur ses activités voir en dernier lieu : Fabrice Charton, « Vetat Mori » Une institution au service du Prince de la Petite Académie à l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres (1663-1742), École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2011.

33 Argoud a fait carrière dans l’administration centrale de la Marine. Son frère Argoud de Laval a brièvement été consul à Naples – voir leurs « dossiers de carrière » dans AN MAR C/7 8, dossiers 5 et 6. Ils sont tous les deux mentionnés dans la correspondance entre Bernou et Renaudot.

34 Sur la pratique du chiffre, voir Camille Desenclos, « Transposer pour mieux transporter », Matière à écrire, Presses universitaires de Vincennes, 2017, p. 125‑143.

35 BnF, Mss. Clairambault 501, fol. 727, lettre d’Argoud à Argoud de Laval du 26 janvier 1686.

36 Sur ce type de démarche voir : Maria Pia Donato, Anne Saada (dir.), Pratiques d’archives à l’époque moderne. Europe, mondes coloniaux., Paris, Classiques Garnier, 2019.

37 « Testament d’Eusèbe Renaudot, 8 février 1720 », reproduit dans Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1 janvier 1720, col. 29.

38 BnF, Mss., Archives modernes 520, collection Renaudot, lettre du 23 Floréal an 6. C’est la famille Verneuil-Menou qui a hérité de la collection Renaudot et l’a faite entrer à la Bibliothèque nationale.

39 Charles Cuissart, « Nicolas Thoynard et son testament », Mémoires de la Société archéologique de l’Orléanais, no 28, 1902, p. 33‑57.

40 Maxime Martignon, « Le courtisan nouvelliste et l’érudit à Versailles : les frères Dangeau et l’archivage de la cour », Archiver la cour, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles. Sociétés de cour en Europe, xvie-xixe siècle, janvier 2019.

41 AN MC XCI 690, testament de l’abbé Dangeau 26 septembre 1720, joint à l’inventaire après décès du 19 janvier 1723.

42 Les quelques lettres de Pinson à Bégon qui ont été conservées évoquent principalement les échanges d’estampes et les Illustres de Perrault. Médiathèque de Rochefort, fonds Bégon, quatre lettres de Pinson.

43 Médiathèque de Rochefort, fonds Bégon, lettre de Janisson à Bégon du 23 janvier 1696.

44 Antony McKenna et Fabienne Vial-Bonnuci, Correspondance de Pierre Bayle, en ligne : http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-642-Francois-Janicon-a, consulté le 8 février 2022, du 8 octobre 1686.

45 La querelle opposait Varillas et Le Grand.

46 BnF, Mss. Clairambault 1023, fol. 50, lettre de l’abbé Le Grand au père Léonard du 19 juillet 1695.

47 BnF, Mss. NAF 28343 XC, lettre de Cabart de Villermont à Michel Bégon du 7 décembre 1696.

48 François Ravaisson, Archives de La Bastille, documents inédits, Paris, Durand, 1866, p. 11, p. 438‑440.

49 N.B. Il s’agit encore du quartier autour de la place du Palais Royal.

50 Voir les remarques de Charles Cuissart, « Nicolas Thoynard et son testament », Mémoires de la Société archéologique de l’Orléanais, no 28, 1902, p. 33‑57.

51 AN MAR B2 70, fol.451, lettre de Seignelay à Bégon du 4 décembre 1689.

52 Christian de Valence, « Nicolas Thoynard (Orléans 1629-Paris 1706) un savant entre Orléans et Paris au cœur de la république des lettres », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, no 167, 2012, p. 25‑49.

53 John Locke, The Correspondence of John Locke, Oxford, Clarendon press, coll. « The Clarendon edition of the works of John Locke », 1989, vol. 8, p. 350‑351.

54 Fabrice Preyat, Le Petit concile de Bossuet et la christianisation des mœurs et des pratiques littéraires sous Louis XIV, Münster, LIT Verlag, 2007, p. 27.

55 Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire foundation, coll. « Histoire du livre », 2000, p. 450.

56 Fabienne Vial-Bonnuci et Antony McKenna, Lettre 980 : Claude Nicaise à Pierre Bayle, en ligne : < http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-980-Claude-Nicaise-a-Pierre >, consulté le 08 février 2022, du 9 mai 1694.

57 Marion Brétéché, Les Compagnons de Mercure : journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Université Paris-Sorbonne, Paris, 2012, p. 44‑45 et p. 217-ssq. Ici, il s’agit très vraisemblablement de Jacques Basnage, frère de Henri Basnage de Beauval.

58 Fabienne Vial-Bonnuci et Antony McKenna, Lettre 980 : Claude Nicaise à Pierre Bayle, en ligne : < http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-980-Claude-Nicaise-a-Pierre >, consulté le 08 février 2022, du 9 mai 1694.

59 Mercure Galant, août 1694, p.72-74.

60 François Moureau, « JANIÇON », Dictionnaire des journalistes, 1999, en ligne : < https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/410-francois-janicon >, consulté le 08 février 2022.

61 Manuela Mattei, La Circulation d’écrits clandestins au temps du règne personnel de Louis XIV : deux réseaux de nouvellistes à la main dans les années 1660-1670, mémoire de Master 2 sous la direction de Nicolas Schapira, Paris Nanterre, 2019 ; Métayer Christine, Au tombeau des secrets : les écrivains publics du Paris populaire, Cimetière des Saints-Innocents, xvie-xviiie siècle, Paris, A. Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel histoire », 2000.

62 Marion Brétéché et Dinah Ribard, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix-septième siècle, no 270, février 2016, p. 9‑22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Martignon, « Usages et désignation du groupe chez les nouvellistes du temps de Louis XIV », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 01 | 2022, mis en ligne le 08 février 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/9473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dossiersgrihl.9473

Haut de page

Auteur

Maxime Martignon

En 2020, Maxime Martignon a soutenu à l’université Gustave Eiffel une thèse d’histoire moderne intitulée Publier le lointain à l’époque de Louis XIV : réseaux savants, activité politique et pratiques d’écriture (France 1670-1720). Actuellement ATER à l’université d’Orléans, il est membre associé du MéMo (Paris-Nanterre ; Paris 8).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search