Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Corps sanglants, souffrants et macabres. XVIe-XVIIe, Charlotte Bouteille-Meister et Kjerstin Aukrust (éd.)

Fabien Cavaillé
p. 143-144
Référence(s) :

Corps sanglants, souffrants et macabres. XVIe-XVIIe, Charlotte Bouteille-Meister et Kjerstin Aukrust (éd.), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2010.

Texte intégral

  • 1 Charlotte Bouteille-Meister, « Introduction », in Corps sanglants…, p. 7.

1Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque organisé par l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’université Paris III et l’université d’Oslo en juin 2008, propose une enquête sur les représentations du corps sanglant, souffrant et macabre dans les arts des XVIe et XVIIe siècles : elles y sont fréquentes « au point de devenir, à tort ou à raison, un élément constitutif du “baroque” »1. Tous les discours et les images du corps violenté sont représentés ici, de la médecine à la dévotion, en passant par le pamphlet politique, la poésie amoureuse, le théâtre et la peinture. Loin de définir systématiquement un style « baroque », les vingt-deux études de ce très beau volume mettent en évidence l’ancrage historique, les usages, les parentés comme les différences entre corps martyrisés et anatomies, assassinat politique et acte de justice, pénitence sanglante et poésie des douleurs amoureuses.

  • 2 Ibid., p. 9.

2En somme, les études reconstruisent l’histoire de ces images violentes ; comme le souligne Charlotte Bouteille-Meister en introduction, elles tentent « de cerner le sens de ces représentations dans une société donnée, travaillée par des préoccupations d’ordre religieux, médical et politique »2. Au cœur de la réflexion, ce sont moins les sources, les évolutions et les circulations de ces représentations qu’envisagent les auteurs, que l’historicité de ces images, leur inscription dans un temps particulier. Organisé en quatre parties, l’ouvrage propose quatre thèmes d’étude : les problèmes moraux posés par la figuration de l’horrible à l’époque moderne, les relations entre corps et âme dans l’expérience de la souffrance, les limites discutées du supportable et de l’excès, enfin l’utilisation de l’émotion suscitée par ces images violentes pour construire un sens, voire une idéologie.

  • 3 Marie-Madeleine Fragonard, « Une forêt de croix : Biver ou l’archéologie entre épouvante et c (...)
  • 4 Pierre Martin, « Portrait du Dr Ruysch en boucher subtil », in Corps sanglants…, p. 49-67.
  • 5 Pascal Bastien, « Le droit d’être cruel : l’exercice de la cruauté dans l’ancien droit frança (...)
  • 6 Christian Biet, « La souffrance scénique du martyr au début du XVIIe siècle », in Corps sangl (...)
  • 7 Charlotte Bouteille-Meister, « Les cadavres fantasmés des Guise : les corps sanglants d (...)

3Il est difficile de résumer l’ensemble des articles dont la variété et la richesse des objets d’étude font l’originalité de ce volume. Citons quelques images frappantes qui donneront un aperçu de ces corps souffrants de l’époque moderne : l’iconographie à la fois violente et irénique des martyrologes jésuites (Marie-Madeleine Fragonard3) ; les compositions d’ossements que réalisa le Dr Ruysch pour méditer sur la vanité et sur la belle mécanique du corps humain (Pierre Martin4) ; les codes, rites et discours de la peine capitale par lesquels la violence de la justice royale conjure sa cruauté et peut se donner en spectacle (Pascal Bastien5) ; la dramaturgie par tableaux des tragédies de martyrs où la représentation de la souffrance s’offre à la jouissance du public (Christian Biet6) ; l’iconographie des cadavres d’Henri et François de Guise, assassinés par Henri III en 1588 ou comment les images se substituent à des corps disparus dans le feu et déjouent l’infamie qui frappe les deux princes (Charlotte Bouteille-Meister7).

4On le voit, les objets sont divers, tout comme les disciplines des contributeurs (histoire de l’art, littérature, histoire, études théâtrales, etc.). Malgré tout, un fil court à travers l’ouvrage : la conviction que ces représentations frappantes, voire sidérantes, obéissent à des logiques culturelles, sociales et politiques, qu’elles interrogent les normes et les représentations collectives et qu’elles ne se prêtent jamais à un discours sur l’impensable ou l’ineffable de la violence. Ce discours sur le négatif est celui de notre époque, désarmée face aux malheurs du temps et obsédée par leurs représentations. Tout en s’occupant de siècles lointains, ces Corps sanglants, souffrants et macabres nous aident à faire l’histoire des images frappantes qui ont envahi nos scènes et nos écrans.

Haut de page

Notes

1 Charlotte Bouteille-Meister, « Introduction », in Corps sanglants…, p. 7.

2 Ibid., p. 9.

3 Marie-Madeleine Fragonard, « Une forêt de croix : Biver ou l’archéologie entre épouvante et compassion », in Corps sanglants…, p. 68-85.

4 Pierre Martin, « Portrait du Dr Ruysch en boucher subtil », in Corps sanglants…, p. 49-67.

5 Pascal Bastien, « Le droit d’être cruel : l’exercice de la cruauté dans l’ancien droit français (l’exemple de Paris au XVIIe siècle) », in Corps sanglants…, p. 177-187.

6 Christian Biet, « La souffrance scénique du martyr au début du XVIIe siècle », in Corps sanglants…, p. 243-256.

7 Charlotte Bouteille-Meister, « Les cadavres fantasmés des Guise : les corps sanglants du Balafré et de son frère dans les stratégies de représentation des assassinats de Blois », in Corps sanglants…, p. 295-302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Cavaillé, « Corps sanglants, souffrants et macabres. XVIe-XVIIe, Charlotte Bouteille-Meister et Kjerstin Aukrust (éd.) », Double jeu, 8 | 2011, 143-144.

Référence électronique

Fabien Cavaillé, « Corps sanglants, souffrants et macabres. XVIe-XVIIe, Charlotte Bouteille-Meister et Kjerstin Aukrust (éd.) », Double jeu [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 21 juillet 2018, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/1105

Haut de page

Auteur

Fabien Cavaillé

Université de Caen Basse-Normandie

Maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Il travaille sur le théâtre de la fin de la Renaissance et du XVIIe siècle. Parmi ses publications : « Applaudissements universels et ricanements inopportuns », in Concordia Discors (Tübingen, Narr [Biblio 17], 2011) et Alexandre Hardy et le rêve perdu de la Renaissance. Spectacles violents, émotions et concorde civile au début du XVIIe siècle (Paris, Classique Garnier, à paraître en 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals