Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Xavier Vert, “La ricotta” : Pier Paolo Pasolini

Vincent Amiel
p. 146-147
Référence(s) :

Xavier Vert, “La ricotta” : Pier Paolo Pasolini, Lyon, Aléas cinéma (Le vif du sujet ; 3), 2011.

Texte intégral

1La ricotta est un film de Pasolini de 35 minutes, qui prit place en 1962 dans une œuvre collective intitulée La vita è bella. Pasolini y met en scène un cinéaste tournant la Passion du Christ en s’inspirant de tableaux maniéristes du début du XVIe siècle, en particulier de deux Descentes de Croix de Volterra et de Pontormo. Le cinéaste est interprété par Orson Welles et annonce à quelques mois près celui qu’incarne Fritz Lang dans Le mépris. On pense évidemment aussi à Passion, que Godard tournera vingt ans plus tard, dont le point de départ pictural est comparable. Ces allusions à Godard sont importantes : elles montrent à quel point La ricotta est, d’une certaine manière, un point de bascule dans ce que l’on a appelé la « modernité européenne », dans le rapport explicite qu’il instaure aux images, picturales et cinématographiques.

2En historien de l’art, Xavier Vert débrouille les références explicites ou implicites, retrouve les postures ou les motifs, les emprunts plus ou moins aboutis. Et le principe de cette collection, sur lequel nous reviendrons, permet d’en profiter pleinement, puisque plus de soixante photogrammes ou reproductions accompagnent le texte. Mais le but n’est pas de repérer et d’identifier les sources ; ce n’est qu’une étape, dont la précision permet de réfléchir très finement aux innombrables types de relations qu’entretiennent les images migrantes. Comme le précise l’auteur,

ce ne sont pas seulement des rapports terme à terme entre peinture et cinéma qu’il importe de révéler, mais des logiques de circulation et de transformation, des effets de déplacement et de condensation, en bref un travail et un savoir en acte qu’il s’agit de faire apparaître.

3Vert parle ainsi de « contamination visuelle », voyant dans les reprises et les modifications plus ou moins explicites de Pasolini, essentiellement, « une recontextualisation politique des formes poétiques ».

  • 10 Xavier Vert, “La ricotta” : Pier Paolo Pasolini, p. 37. C’est l’auteur qui souligne.

4Il ne s’agit pas seulement, au demeurant, de tableaux vivants, ou d’allusions picturales ; le film traite de l’actualisation d’une scène, d’un passé à la fois figuré, cristallisé, et vivant. Comment et pourquoi filmer aujourd’hui la crucifixion ? Et que se passe-t-il dans les marges de cette représentation – que sont les marges au cinéma ? « La question se reporte, écrit l’auteur, sur les conditions, les modalités et la dynamique de cette intégration figurale du passé quand elle est intégration du passé figural »10.

5Frottant ses analyses aux meilleures sources italiennes et françaises des spécialistes de Pasolini, utilisant avec beaucoup de subtilité son érudition esthétique, Xavier Vert permet de voir autrement ce film court, et de le hisser à une place qu’il n’a jamais eue dans la cinéphilie française. Mais au-delà de la cinéphilie, c’est aussi à une anthropologie des images en acte que convie ce livre, ce qui est en définitive le principe de cette collection, et qui correspond idéalement au sujet du présent numéro de Double Jeu.

  • 11 Jacques Aumont, « Notre-Dame des Turcs » (Carmelo Bene), Lyon, Aléas cinéma (Le vif du sujet  (...)

6Trois ouvrages sont parus dans cette collection jusqu’à présent11, petit format, texte court, avec une place centrale occupée par l’image, aussi bien dans le propos, évidemment, que dans la maquette des livres. Du titre de la collection, « Le vif du sujet », on pourrait dire que c’est la matière vivante des films, et le regard vivant que l’on peut y porter. C’est une façon radicale de considérer le cinéma, « à la croisée d’une culture visuelle et d’une civilisation de l’image », écrivent les directeurs de collection. Au cœur de notre intérêt.

Haut de page

Notes

10 Xavier Vert, “La ricotta” : Pier Paolo Pasolini, p. 37. C’est l’auteur qui souligne.

11 Jacques Aumont, « Notre-Dame des Turcs » (Carmelo Bene), Lyon, Aléas cinéma (Le vif du sujet ; 1), 2010 et Pierre Sorlin, « L’avventura » (Michelangelo Antonioni), Lyon, Aléas cinéma (Le vif du sujet ; 2), 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Amiel, « Xavier Vert, “La ricotta” : Pier Paolo Pasolini », Double jeu, 8 | 2011, 146-147.

Référence électronique

Vincent Amiel, « Xavier Vert, “La ricotta” : Pier Paolo Pasolini », Double jeu [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 21 juillet 2018, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/1137

Haut de page

Auteur

Vincent Amiel

Université de Caen Basse-Normandie

Il anime la revue Double Jeu depuis sa création. Outre sa collaboration régulière à Positif et à Esprit, il a publié plusieurs ouvrages sur le cinéma, dont Esthétique du montage (Paris, Nathan, 2001 et Paris, Armand Colin, 2005), traduit en plusieurs langues, et plus récemment Jospeh L. Mankiewicz et son double (Paris, PUF, 2010). Il est professeur en études cinématographiques à l’université de Caen Basse-Normandie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals