Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Adrien Gombeaud, Une blonde à Manhattan et L’homme de la place Tiananmen : histoire d’une image

Vincent Amiel
p. 147-148
Référence(s) :

Adrien Gombeaud, Une blonde à Manhattan, Paris, Le Serpent à plumes, 2011.

Adrien Gombeaud, L’homme de la place Tiananmen : histoire d’une image, Paris, Seuil (Médiathèque), 2009.

Texte intégral

1Ces deux livres d’Adrien Gombeaud ont des motifs bien différents (les révoltes chinoises du printemps 1989 et le séjour new-yorkais de Marilyn Monroe en 1955), mais ils traitent du même sujet en fin de compte, qui est le destin de quelques photographies. Que ce soit à propos de la fameuse image de l’homme devant un tank sur la place Tiananmen, ou à propos de la série de portraits live de Marilyn redécouverts à la fin des années quatre-vingt, l’intérêt est de suivre les conditions de réalisation des clichés, et leur parcours dans le temps.

2Gombeaud démêle les conditions historiques de l’évènement de Tiananmen, à propos duquel il trie les idées reçues et les faits réels, et surtout distingue les différentes images qui en ont été prises (alors que la mémoire collective n’en a gardé qu’une) et analyse leur utilisation ultérieure, par les médias occidentaux aussi bien que par le régime chinois. Au cœur de son enquête, il y a aussi le destin de l’homme qui est au centre du cadre, mais ce n’est pas en définitive le plus important, d’abord parce que les informations qui le concernent sont quasiment inexistantes, et parce qu’il n’a pas donné lieu, contrairement à ses images, aux déplacements de regard qui nous occupent ici. Au travers de cette histoire, c’est aussi celle des reporters-photographes internationaux qui est racontée, leur façon de travailler et de vendre leurs clichés qui est passionnante (leurs commentaires sur les photos sont très instructifs à cet égard). Bref, c’est un mythe visuel contemporain qui est analysé, au moment même où il est en train de se forger.

3Il s’agit évidemment d’autre chose en ce qui concerne Marilyn. Les photos dont Gombeaud se préoccupe sont celles du reportage d’Ed Feingersh pour le magazine Redbook, photos d’une Marilyn « prise sur le vif » dans sa vie new-yorkaise, alors qu’elle est en délicatesse avec les studios hollywoodiens. Une période pendant laquelle, précisément, elle décide de s’inventer une autre image, moins légère, et peut-être moins artificielle. C’est là que se situe l’intérêt des commentaires de l’auteur, cherchant à identifier le type d’artifice qui ressort de cette série de clichés. Il ne suffit pas de distinguer les poses de Marilyn Monroe de celles de Norma Jean, encore faut-il y repérer les types d’images qui s’y construisent, et leur rapport à la star. Davantage que dans l’ouvrage précédent – parce que le sujet s’y prête évidemment – les commentaires d’Adrien Gombeaud s’immiscent dans les prises de vues, traquent les intentions du photographe, et surtout mettent en perspective telle pose, tel choix de cadrage, tel « motif » du corps de Marilyn. C’est tout le jeu d’images de la star qui se met en place, avec les calculs et les hasards qui s’y rapportent. Et il reste l’éblouissement des photos reproduites, cet éclat du visage quelle que soit la lumière, cette blancheur recherchée au-delà du glamour. Les clichés d’Ed Feingersh sont nets, vifs, et c’est parce qu’ils apportent quelque chose de différent à l’histoire de Marilyn qu’ils ont légitimité à avoir eux-mêmes leur histoire.

4Ce n’est sans doute pas rendre justice à chacun de ces livres que de les lier ainsi ; au-delà de leurs sujets, ni leur ambition ni leur ton ne sont les mêmes. Mais, chacun dans leur approche et dans ces territoires différents qu’ils explorent, ils montrent à quel point la migration photographique est complexe, et passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Amiel, « Adrien Gombeaud, Une blonde à Manhattan et L’homme de la place Tiananmen : histoire d’une image », Double jeu, 8 | 2011, 147-148.

Référence électronique

Vincent Amiel, « Adrien Gombeaud, Une blonde à Manhattan et L’homme de la place Tiananmen : histoire d’une image », Double jeu [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 21 juillet 2018, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/1146

Haut de page

Auteur

Vincent Amiel

Université de Caen Basse-Normandie

Il anime la revue Double Jeu depuis sa création. Outre sa collaboration régulière à Positif et à Esprit, il a publié plusieurs ouvrages sur le cinéma, dont Esthétique du montage (Paris, Nathan, 2001 et Paris, Armand Colin, 2005), traduit en plusieurs langues, et plus récemment Jospeh L. Mankiewicz et son double (Paris, PUF, 2010). Il est professeur en études cinématographiques à l’université de Caen Basse-Normandie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals