Navigation – Plan du site

Avant-propos

Vincent Amiel
p. 7-10

Texte intégral

Sacha Guitry, autoportrait

Sacha Guitry, autoportrait
  • 1 Noël Simsolo, Sacha Guitry, Paris, Cahiers du cinéma, 1988 ; Sacha Guitry, cinéaste, Philippe Arnau (...)

1Quoi, écrire aujourd’hui sur Guitry, lui consacrer un numéro entier de revue, qui plus est dans un cadre universitaire ? Certains contributeurs de ce présent volume ont eux-mêmes dans un premier temps été décontenancés par le projet. À vrai dire, dès que l’on quitte le milieu des cinéphiles ou des spécialistes en études cinématographiques, chez qui la modernité de Guitry, son incomparable liberté d’écriture filmique sont choses reconnues depuis longtemps, l’image de l’homme de théâtre, du comédien, de l’écrivain souffre de clichés aussi péjoratifs qu’indiscutés. Or, l’auteur du Roman d’un tricheur ou du Comédien, le cinéaste qui influença Orson Welles, Godard et Truffaut, l’acteur qui, sur scène et à l’écran, affronta des monuments comme Raimu, Michel Simon, Arletty ou Yvonne Printemps, mérite à l’évidence mieux que cette image mondaine, nombriliste et poussiéreuse. Ce n’est d’ailleurs pas à une « réhabilitation » que nous voudrions nous livrer ; les ouvrages de Noël Simsolo ou de Philippe Arnaud1 ont permis à leurs lecteurs, depuis vingt ans, de dépasser ce stade. Nous voudrions simplement mesurer la liberté et l’inventivité de Guitry dans un champ différent de celui de la mise en scène, et qui le recoupe évidemment, celui du travail de l’acteur. Peu de créateurs ont été à la croisée de tant de perspectives concernant le comédien : ses relations conjugales, filiales, amicales, professionnelles, ses sentiments et ses admirations sont tout entiers tournés vers l’univers des acteurs. Sacha jouant des rôles écrits par lui-même pour lui-même, Sacha reprenant des rôles écrits pour son père, Sacha se mesurant à ce dernier, mais aussi à la constellation des comédiens qui l’entouraient, de Sarah Bernhardt dont il fut si proche aux sociétaires de la Comédie-Française avec qui il entretint des relations de rivalité complice. Sacha qui rêve d’un musée consacré aux acteurs, et où figureraient les accessoires emblématiques des uns et des autres, Sacha qui semble payer éternellement son tribut à Lucien…

  • 2 Antoine Vitez et Émile Copfermann, De Chaillot à Chaillot, Paris, Hachette, 1981 ; (...)

2Mais Sacha Guitry inventant aussi, presque contre son gré, un type d’acteur qui devient accessoirement personnage, et dont le cinéma enregistre la trace. Mieux : dont le cinéma décale la présence ; un type d’acteur qui affronte le réalisme obligé de l’écran avec ses postures de scène. Un comédien déplacé, en somme, et qui, en toute innocence (à moitié feinte) oblige le spectateur à le considérer d’abord en tant que tel, dans son métier de comédien. Qu’il soit Talleyrand, Pasteur, bourgeois cocu, journaliste séducteur, il est d’abord acteur - et toujours Sacha. On pourrait lui appliquer cette notion d’« estrangement » développée par Vitez dans un texte sur Brecht, et sur laquelle Carlo Ginzburg a écrit quelques variations brillantes2. L’« estrangement » : le déplacement, le changement de perspective, la distance. Non certes encore la distanciation, mais quelque chose qui n’y est pas étranger. Voir autrement l’acteur dans ses œuvres, comme un individu au travail, individu socialement déterminé, personnalité identifiée, en charge d’un rôle juste le temps d’une intrigue. Guitry jouant n’est jamais son personnage : c’est Guitry jouant ; mais Pauline Carton, c’est aussi Pauline Carton : « vous ressemblez à une caricature de vous-même ! ». Et Michel Simon salué au début de La Poison : c’est Frédérick Lemaître, c’est Lucien Guitry, c’est un type d’acteur avant que d’être un type de personnage.

* * *

3Si Sacha Guitry a développé une forme de dramaturgie qui consiste à tourner autour de l’intrigue au lieu de la nourrir, en la préparant, la commentant, en décrivant ses effets (cf. en particulier Bonne Chance, Je t’aime, Mon père avait raison), anticipant ainsi tout un pan de la représentation moderne, il en est de même de son travail avec les personnages. Il ne s’agit pas en effet de leur donner « de l’épaisseur », de les rendre crédibles à force de romanesque, mais de les présenter dans leur création, au moment où l’on tente de les incarner. C’est dans le geste de cette révélation qu’ils apparaissent aux spectateurs (et parfois à leurs interlocuteurs), comme sortis du marbre, du burin, encore dans la matière et déjà dans la forme.

4Nous n’avons pas fait de distinction ici entre films et pièces, et nous avons travaillé autant sur les images, les gestes, que sur les textes. C’est le principe de Double Jeu que d’essayer de retrouver un élan commun, une proximité de repères entre le théâtre et le cinéma. Sacha Guitry s’y prête à merveille.

* * *

5Que Noëlle Guibert et Noëlle Giret, qui ont la charge de l’inépuisable fonds Lucien et Sacha Guitry (au Département des arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France), soient remerciées de l’accueil qu’elles nous ont offert (et de l’autorisation de reproduction des photos et dessins qui figurent dans ce numéro). Merci aussi à Nicolas Guérin pour ses travaux photographiques.

Haut de page

Notes

1 Noël Simsolo, Sacha Guitry, Paris, Cahiers du cinéma, 1988 ; Sacha Guitry, cinéaste, Philippe Arnaud (dir.), Locarno, Éditions du Festival international du film - Yellow Now, 1993.

2 Antoine Vitez et Émile Copfermann, De Chaillot à Chaillot, Paris, Hachette, 1981 ; Carlo Ginzburg, À distance : neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sacha Guitry, autoportrait
URL http://journals.openedition.org/doublejeu/docannexe/image/1813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Amiel, « Avant-propos », Double jeu, 3 | 2006, 7-10.

Référence électronique

Vincent Amiel, « Avant-propos », Double jeu [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/1813

Haut de page

Auteur

Vincent Amiel

Professeur d’Études cinématographiques à l’université de Caen Basse-Normandie, directeur du CReDAS, il a publié notamment Le Corps au cinéma (Paris, Puf, 1998).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals