Navigation – Plan du site
Les acteurs

Sacha guitry et Le Triomphe d’Antoine ou la célébration de l’acteur

Noëlle Guibert
p. 109-120

Texte intégral

  • 1 Programme du gala Le Triomphe d’Antoine, 1941. Matinée organisée au bénéfice d’A. A (...)

Il a banni l’emphase et la sensiblerie
Il a goûté la farce, haï le vaudeville
Aimé la poésie, respecté la grandeur,
Adoré Molière – et pendant soixante ans
Servi la vérité !

Sacha Guitry1

Analyse de la manifestation dans son contexte

1Dans la mémoire du théâtre, Sacha Guitry occupe d’abord la place d’un auteur dramatique et d’un auteur de théâtre filmé. De son point de vue, Sacha est tout autant acteur, de son théâtre certes, mais il est surtout un acteur fils d’acteur. Il veut s’inscrire dans la tradition des comédiens-dramaturges qui ont tissé le répertoire théâtral français comme le firent Molière, Montfleury, Baron, Dancourt, Monvel ou, au XXe siècle, René Fauchois, Jean Sarment, Marcel Achard, André Roussin, voire Jean-Claude Grumberg, Yasmina Reza, Denise Bonal, Valère Novarina et d’autres.

2Dans le continuum de l’histoire du théâtre, la trace de l’œuvre écrite prévaut sur celle de l’acteur. Considère-t-on assez, en abordant le théâtre de Shakespeare, qu’il s’agit d’abord de la démarche d’un comédien qui alimente le répertoire de sa troupe ?

  • 2 Dossiers de presse Sacha Guitry. Coll. Auguste Rondel (BnF, Asp).

3Acteur au théâtre et à la ville, Sacha apparaît en perpétuelle représentation2 : on le lui reproche en caricaturant ses travers, en le montrant dans son bel hôtel particulier – avenue Élisée Reclus – construit par son père, où il s’entoure de collections d’œuvres d’art dont il n’hésite pas à faire des accessoires de scène. Guitry a un besoin physique de ces objets, un peu par fétichisme pour certains, mais surtout pour garder ce lien avec sa vie quotidienne – celle du théâtre – et avec ces bribes d’autobiographie que livrent ses pièces. Il apporte sur scène ses collections, comme Antoine apportait sur la scène de son Théâtre-Libre la modeste salle à manger de sa mère, dans un contexte social bien différent, mais peut-être dans un état d’esprit moins éloigné qu’il n’y paraît.

  • 3 Dossiers de presse André Antoine. Coll. Auguste Rondel (BnF, Asp).

4En tout cas, André Antoine appartient au panthéon de Sacha Guitry. Fondateur du Théâtre-Libre en 1887, associé au renouveau du théâtre, à l’identification d’une fonction – celle du metteur en scène –, Antoine appartient au panthéon du théâtre contemporain3. Au fil des années, il n’a pu surmonter une situation dans laquelle il se débat depuis ses faillites à répétition de directeur de théâtre. Le temps des subventions n’est pas encore venu. Il est dans un état proche de la misère.

5Sollicité comme il l’est souvent, Sacha Guitry organise, en 1941, un gala de charité en faveur de ce vieux géant du théâtre ; il veut en faire une manifestation grandiose et commence par lui donner un titre à la mesure du personnage : « Le Triomphe d’Antoine ».

  • 4 Ce rappel fera l’objet de l’article de Maurice Donnay, « D’un gala à l’autre » paru dans (...)

6Très officiel, le gala est placé sous la présidence des autorités d’occupation, l’ambassadeur du gouvernement français dans les territoires occupés, Fernand de Brinon, effectivement présent, et du secrétaire d’état à l’Éducation nationale, l’historien Jérôme Carcopino, qui se fera représenter. Antoine a déjà connu ce genre d’aide dans le passé : une « apothéose d’Antoine » a même eu lieu à l’Opéra à la fin de son second mandat de directeur de l’Odéon, le 20 juin 19144.

7Sacha s’est fait une spécialité d’organiser ces séances de bienfaisance aux allures consécratoires. Elles lui apparaissent d’autant plus importantes, dans l’épreuve de l’Occupation, que c’est une manière de relever la tête. Ce geste large, comme le jeu dramatique de Sacha, est aussi un geste d’acteur généreux, attentif aux malheurs des siens dans la période douloureuse de la France battue.

Le dossier

  • 5 Fonds André Antoine. Correspondance (BnF, Asp).
  • 6 L’École des veufs de Georges Ancey, créée le 27 novembre 1889 au Théâtre-Libre, une œuvre (...)

8Les archives du fonds Lucien et Sacha Guitry renseignent tout du long sur la manifestation, depuis la genèse jusqu’à la réalisation et le résultat du bénéfice financier. Quarante dossiers suivent le comité d’organisation, les correspondances avec les personnalités sollicitées, l’état des participants, le programme du spectacle, y compris « le chemin de fer » et la maquette de la brochure jusqu’à sa réalisation. Le suivi du spectacle figure intégralement dans les notes. Dans un premier projet, connu par une lettre à Antoine datée du 18 mars 19415, Sacha indique une partie du programme qui ne variera pas, avec Poil de carotte – il envisage de jouer Lepic aux côtés de Jany Holt, ce sera finalement Harry Baur – et l’École des veufs d’Ancey6. Il se propose de donner à voir

l’envers du décor placé face au public. Il me semble intéressant de lui faire connaître l’atmosphère dans laquelle nous vivons, nous, acteurs. Les entrées, les sorties, le trac, les bruits de coulisse, cette fébrilité silencieuse, cette camaraderie, ces haines suspendues pendant le travail, ce respect du métier…

  • 7 Rebaptisé en 1951 : rue André Antoine.

Sacha ne laisse aucun doute sur son camp, celui des acteurs, et non pas celui du directeur-metteur en scène-auteur dramatique qu’il est aussi. D’ailleurs le dossier fait la démonstration de ses responsabilités pleinement exercées dans cette entreprise. On le devine en train de joindre les participants, de peaufiner le scénario de la soirée et de consigner la régie du déroulé, d’établir les comptes… La brochure-programme est luxueuse, sa couverture – dessinée par le peintre-décorateur Dignimont – représente une spectatrice, un peu élégante pour le Théâtre-Libre (situé par le feuillet posé sur le bord de sa baignoire) tandis qu’en citation discrète est esquissé au lointain de la scène le décor de Jacques Damour, pièce-manifeste d’ouverture du Théâtre-Libre adaptée par Léon Hennique d’une nouvelle d’Émile Zola, et créée le 30 mars 1887 dans la petite salle du passage de l’Élysée des beaux-arts7. En frontispice de la plaquette est reproduit un burin de Georges Lepape représentant Antoine dirigeant une répétition depuis une avant-scène, selon son habitude. L’illustration, reprise des anciens programmes du Théâtre-Libre dont Antoine était si fier, est somptueuse : des compositions d’Ibels pour les Fossiles de Curel ou Boubouroche de Courteline en 1892 et en quatrième page de couverture, le dessin de Signac pour le cercle chromatique de Charles Henry, repris du programme de première de La Mort du duc d’Enghien de Léon Hennique au Théâtre-Libre en 1888, des compositions originales de Paul Colin, inspiré lui aussi par la fameuse salle à manger naturaliste de Jacques Damour, ou de Guy Arnoux esquissant la façade du théâtre Antoine.

  • 8 René Benjamin est un proche de Sacha Guitry. Il a été son témoin lors de son mariage avec (...)
  • 9 René Benjamin, Antoine déchaîné. Choses vues, in  Œuvres libres, Paris, Fayard, (...)
  • 10 Fonds Lucien et Sacha Guitry, dossier André Antoine (BnF, Asp).

9C’est Le Petit Parisien qui a pris l’initiative de l’événement. En particulier René Benjamin, personnalité littéraire, membre de l’académie Goncourt comme Guitry8, joué jadis chez Antoine, auteur en 1921 d’un Antoine déchaîné9. Journaliste à ce quotidien avec Alain Laubreau, critique dramatique connu pour son virulent antisémitisme, il est allé demander à Sacha Guitry d’organiser un gala à bénéfice pour venir en aide à Antoine retiré au Pouliguen. Guitry est au courant de la situation ; les lettres de remerciement qu’Antoine adresse à « l’ami infatigable » pour un prêt d’argent, des envois divers, en témoignent déjà dans les années 194010.

10Les différents textes édités dans le programme sont signés de grandes plumes de l’époque, Sacha Guitry : Le Triomphe d’Antoine, Maurice Donnay : D’un Gala à l’autre, André Salmon : Antoine est dans la salle, Abel Hermant : Antoine sous la coupole, Léon-Paul Fargue : Le fondateur du Théâtre-Libre fut toujours un homme libre. Reproduite en fac-similé, une lettre de remerciement d’Antoine clôt le dossier. Le mot « libre » est utilisé à l’envi par les uns et les autres. L’article de Sacha Guitry, paru quelques semaines plus tôt dans Le Petit Parisien du 14 mars 1941 pour annoncer l’événement, introduit les propos du programme, texte codé mais aisé à décrypter. Sacha s’interroge sur la légitimité d’une telle démarche ; aider Antoine, certes, mais attirer sur lui un regard apitoyé le dérange un peu !

  • 11 Fonds Lucien et Sacha Guitry (BnF, Asp).

Lorsque tout un pays chavire et qu’il tente un suprême effort pour établir son équilibre, la détresse isolée d’un grand artiste, pour navrante qu’elle soit, ne doit être que signalée discrètement […]. Mais tout change s’il agit d’Antoine […]. C’est honorer la France que d’honorer Antoine11.

Raisonnement forcé qui n’a qu’un but, qu’une raison, parler de la situation du moment, dire que toutes les occasions sont bonnes pour relever la tête, même timidement. Les accents sont presque gaulliens, pour un propos dérisoire par rapport au contexte politique. « Théâtre libre et libéré »… allusion à l’affranchissement déjà ancien de traditions, de fatras en trompe l’œil dans un pays qui vit tant bien que mal en trompe l’œil : la prouesse métaphorique est habile et s’impose.

11La représentation se compose de fragments éclectiques, comme toujours dans ce genre de spectacle, avec des scènes de pièces d’auteurs montés chez Antoine ou découverts par lui. Poil de carotte avec la grande Suzanne Desprès, créatrice du rôle-titre, que l’on retrouve ici dans le rôle de Mme Lepic et le 1er acte de l’École des veufs avec la participation de Jeanne Fusier, Julien Carette, Pierre Larquay, André Luguet, Jean Debucourt, Jean Martinelli, André Lefaur, Constant Remy, Pierre Magnier, Noël-Noël, Guillaume de Sax, Duvalleix, André Brunot, Jean Rigaux, Denis D’Inès, Elvire Popesco, Huguette Duflos, Jean Tissier, Marguerite Deval, Gisèle Casadesus, Jean Marais, Georges Grès, Roger Duchesne, Jean Davy, Charpini et Victor Boucher… Une pléiade d’acteurs célèbres, pour un pêle-mêle caractéristique des soirées d’hommages où l’on vient voir de grands acteurs dans des rôles qui ne sont pas les leurs, où des monstres sacrés honorent l’un d’entre eux.

  • 12 Pièce intitulée initialement Le Soir d’Austerlitz, titre provocateur pour l’occ (...)

12En intermède et selon l’usage parce que d’un bon profit, sous le titre « cessions amiables », est organisée une loterie animée par Sacha Guitry, assisté de Lise Delamare et de Renée Saint-Cyr (et non E. Feuillère et D. Darrieux, annoncées dans le programme), où sont proposés une toile d’Utrillo, une réduction de l’un des personnages du célèbre groupe Les Bourgeois de Calais de Rodin, un chèque de 1 000 F de Gustave Charpentier barré avec les premières mesures de Louise, le manuscrit de René Benjamin d’Antoine déchaîné et quelques autres lots mis aux enchères. Ensuite est proposé en création le 2e acte de la comédie de Sacha Guitry, Vive l’Empereur12, interprété par Guitry, Yvette Lebon, Marguerite Pierry et la nouvelle femme de Guitry, Geneviève de Séréville, nommée Geneviève Guitry dans la distribution.

13Quatre sociétaires : Berthe Bovy, Marie Ventura, Mary Marquet et Jean Hervé lisent les quatrains écrits par Paul Valéry, Jean Cocteau, Paul Fort, René Fauchois… en hommage à Antoine ; on donne le 2e acte du Médecin malgré lui avec Balpétré, Pierre Bertin, Fernand Ledoux, le célèbre fantaisiste Georgius, partenaire inattendu d’Andrée de Chauveron et de Renée Faure.

14Dans les distributions de ces fragments choisis pour Le Triomphe d’Antoine, on relève trois catégories d’acteurs qui se recomposent d’une troupe à l’autre : les acteurs d’Antoine, ceux de Sacha Guitry, ceux de la Comédie-Française, hôtesse de la manifestation. Denis D’Inès, Jean Hervé, Berthe Bovy, Huguette Duflos sont ou ont été sociétaires de la Comédie-Française, ont joué chez Antoine ou dans ses films : Mademoiselle de la Seiglière pour Huguette Duflos en 1920, La Terre pour Hervé et Bovy en 1921.

15Les acteurs de Sacha Guitry sont nombreux, certains connus par ses films : Jeanne Fusier, Pierre Larquey, André Luguet, Jean Debucourt, André Lefaur, Pierre Magnier, Duvalleix, Guillaume de Sax, Jean Tissier, Marguerite Deval, Roger Duchesne, Marguerite Pierry.

  • 13 Albin-François de Possesse, André Antoine, buste en plâtre conservé dans les collections (...)

16Les Comédiens-Français sont représentés par les plus éminents d’entre eux, le doyen André Brunot, Berthe Bovy, Fernand Ledoux, Jean Debucourt, Jean Martinelli, la jeune Gisèle Casadesus… Les annonces des journaux soulignent ces trois catégories de participants : « avec le concours de Mmes et MM. les sociétaires et pensionnaires de la Comédie-Française, tous les acteurs de Paris et les vétérans du théâtre Antoine et du Théâtre-Libre » qui, dans l’apothéose du dernier tableau, Le Triomphe d’Antoine, entourent un buste d’Antoine exécuté par le sculpteur A.-F. de Possesse13, car la Comédie-Française ne connaît pas de cérémonial sans ce type de symbole.

17Mais au-delà d’un palmarès un peu hyperbolique d’artistes souvent prestigieux, ce qui importe à Guitry, c’est ce que certains de ces comédiens représentent à ses yeux, la note de préparation du spectacle le montre bien :

Après le salut à Antoine par toute la Comédie-Française, puis par tous les artistes de Paris, puis par la fille de Mounet-Sully, la petite fille de Réjane, le fils de Coquelin et le fils de Lucien Guitry, après le salut du Théâtre-Libre par Janvier…

  • 14 Comme l’atteste le double d’une lettre adressée le 5 mai 1941 à Louis Gauthier, un ancien (...)
  • 15 Film tourné en 1953, en salle en 1954.

Jeanne Sully, Jacqueline Porel, Jean Coquelin, Guitry, ne sont pas tous de grands noms du théâtre, ils sont leurs héritiers, émanations de ces trésors vivants : voilà ce qui compte pour Sacha14 ! C’est un peu en préfiguration le discours de Si Versailles m’était conté15quand l’histoire de France, au final, défile sous la figure de ces mythiques personnages, Molière, d’Artagnan, Louis XIV, Beaumarchais, Napoléon… incarnés par les stars du théâtre français des années 1950.

* * *

  • 16 Le dossier de correspondance de Lucien et Sacha Guitry dans le fonds Antoine pour être mi (...)

18La connivence émue entre acteurs, gens de théâtre de toujours, transparaissait déjà dans un courrier non daté de Lucien Guitry adressé à Antoine à propos d’une conférence-spectacle de ce dernier à l’Odéon. « Nous approchons de l’heure qui va nous mettre sur la même affiche vous et moi, entre nous deux il y aura Molière… »16.

  • 17 Fonds Henri Etievant (BnF, Asp).
  • 18 Cf. le fonds qu’il a constitué lui-même pour le remettre à Auguste Rondel, son ami.

19Le dossier du Triomphe d’Antoine réunit encore diverses correspondances curieuses, anecdotiques, candidatures spontanées assez émouvantes de participation à la soirée, un ancien « pensionnaire de l’Odéon » nommé Mathillon, une société de folklore limousine dont Antoine était pays, une comédienne qui a joué « sous les yeux du maître » Mme Lepic – Odoine Boboli – ou une ancienne costumière de l’Odéon, Mme Clavandier qui propose ses services, beaucoup d’anciens comme Henri Étiévant17, vétéran du Théâtre-Libre et qui a participé – il l’indique lui-même – aux distributions des Tisserands, de La Faillite, du Missionnaire, de La Journée parlementaire et a été connu plus tard comme réalisateur de film ; plus fantaisiste, la proposition d’un fabriquant de « bloc-cinématographique » qui veut faire défiler le visage animé d’Antoine à raison de quatre-vingts images à partir d’un fragment de film, des admirateurs qui envoient leur obole ou des mandats pour les places de spectacle à 50 F l’une (aux troisièmes galeries), beaucoup de gens de condition moyenne qui ont constitué le public d’Antoine, très présent dans sa propre correspondance18, des demandes, des prières, des protestations de petites gens déçues de n’avoir pu obtenir de places quand elles étaient trop chères pour leur bourse.

20Beaucoup de ferveur, de témoignages touchants d’anciens acteurs et surtout du public d’Antoine, y compris un ancien collègue du gaz qui envoie à Guitry des souvenirs du Théâtre-Libre pour la tombola de l’entracte…

21La presse est nombreuse. Elle relate abondamment l’événement en y mêlant – hélas et artificiellement – des jugement abominables sur les juifs dont la violence surprend toujours malgré ce que l’on sait, sous la plume de Laubreau dans Je suis partout : il vilipende ce théâtre de boulevard trop mercantile dont Antoine s’est écarté et dont les auteurs se nomment Romain Coolus (né René Weill), Henry Bernstein, Pierre Wolff, Francis de Croisset (né Wiener)…

22Le spectacle est patronné, on l’a vu, par Le Petit Parisien qui a fait une avance de fonds à Antoine et qui publie en avant-première tous les textes destinés au programme : après le texte de Guitry, celui de Léon-Paul Fargue (8 avril 1941) ou de René Benjamin du 4 mars 1941 sur « la solitude d’Antoine », une solitude qui confine au dénuement. Au fil des numéros, on constate à quel point Le Petit Parisien rentabilise la manifestation avec tous les papiers qu’il publie en amont de l’événement, dont une promotion propagandiste mitraille les lecteurs.

  • 19 C’est aussi le titre d’un article signé G. L. publié dans un no de la Rampe de  (...)

23Bien sûr, on peut se demander jusqu’à quel point Sacha Guitry se laisse prendre au piège de ces hommes de lettres de la collaboration, qui défendent une « exception française » aussi systématique. Le papier de Sacha Guitry, paru dans Le Petit Parisien puis dans le programme, laisse planer un doute. Guitry est-il vraiment dupe d’un montage ? Il s’en défend, en faisant un plaidoyer à cette gloire de la France dans le droit fil de son film, Ceux de chez nous19.

Continuité d’une tradition

  • 20 Sa candidature envisagée au fauteuil d’administrateur de la Comédie-Française dans les an (...)

24Précédé d’une séance moins solennelle au bar du Petit Parisien, rue d’Enghien, le gala a lieu le 10 mai 1941 à 14 heures à la Comédie-Française, un lieu prestigieux, mais où Antoine n’a pas d’attache particulière20, même s’il retrouve au Français, parmi les grands sociétaires comme Jean Hervé, ou Denis D’Inès, des anciens de l’Odéon et du théâtre Antoine.

25Au Français, la tradition des galas à bénéfice au profit des comédiens au moment de leur départ est bien installée. La formule du bénéfice est pratiquée aussi dans d’autres théâtres, pour aider les acteurs à constituer un pécule de retraite à une époque qui ne connaît pas encore la sécurité sociale.

* * *

26L’organisation d’entraide est ancienne au théâtre, et particulièrement à la Comédie-Française où un système de pensions constitué par des réserves et par un financement endogène des actifs pour les anciens a été une action pionnière.

  • 21 Sacha Guitry, Quatre ans d’occupation, Paris, Éditions de l’Élan, 1947.

27Sacha Guitry, quant à lui, s’est souvent employé à soulager des misères dans le monde du spectacle et en particulier pendant la guerre ; il s’en explique dans son livre Quatre ans d’occupation21, plaidoirie pour sa défense au moment des procès et de l’épuration. Il fait notamment état des interventions auprès des autorités d’occupation pour aider des personnalités diverses, dont beaucoup d’acteurs, à obtenir des laissez-passer pour la zone libre. Dans ce livre de témoignage, sa personnalité hautaine vole en éclats au profit d’un homme attentif aux autres, et particulièrement au sort des acteurs.

  • 22 Le Comédien, Théâtre Édouard VII, 21 janvier 1921

28Au travers de la gente des comédiens paraît en surimpression Lucien Guitry, son père, Le Comédien22, comme il intitule l’une de ses pièces écrite à sa gloire et qui a été l’un des acteurs d’Antoine.

29La complétude du dossier confronte le lecteur indiscret à la réalité de ce contexte : le dénuement d’un Antoine bougon qui préfère recueillir la totalité des bénéfices – près de 190 000 F – et il l’écrit nettement, en se fâchant presque, plutôt que la rente que Sacha Guitry, redoutant son incapacité à gérer le précieux pécule, a essayé de lui constituer. Mais avec l’âge – il a 83 ans –, Antoine craint de ne pouvoir en bénéficier longtemps.

Antoine-prétexte ?

301943 : à la demande de la nouvelle directrice du théâtre Antoine, Simone Berriau, Sacha réédite une série de galas au bénéfice de l’Union des arts, intitulés la « Gloire d’Antoine ». La première soirée a lieu le vendredi 15 octobre 1943. « Ces galas ne seront pas donnés à votre bénéfice, mais en votre honneur », écrit Guitry qui propose à Antoine 50 000 F pour sa présence dans l’avant-scène du théâtre pendant quinze représentations. Au programme on retrouve Zola, Renard, Hennique, Courteline auxquels on adjoint Banville et Guitry. Parmi les interprètes, on relève les noms d’acteurs très connus à l’époque : Michèle Alfa, Jacques Baumer, Léon Belières, Paul Bernard, Carlettina, Betty Daussmond, René Fauchois, Geneviève Guitry, Janvier, Roger Karl, Roger Legris, Marthe Mellot, Paul Oettly, Jean Parèdes, Suzy Prim, Yvonne De Bray – comme on le voit, beaucoup d’acteurs qui jouent ou tournent avec Guitry : Baumer, Daussmond, Karl et Jean Janvier, le plus ancien acteur d’Antoine…

  • 23 Fonds Lucien et Sacha Guitry. Dossier André Antoine (BnF, Asp).

31Sacha introduit le spectacle de 1943 au théâtre Antoine par un joli hommage qui commence par les mots « le 15 octobre 1897, André Antoine entra par cette porte, le cœur étreint d’une indicible émotion. Il venait, en effet, d’acquérir ce théâtre… » et qui se termine par « Antoine, grand homme de théâtre, glorieux et sans fortune, je vous admire, je vous respecte et je vous aime. »23

* * *

32Affaibli, Antoine ne pourra assister à ces représentations ; il s’éteint le 21 octobre 1943 avant la fin de la série. Ces galas, qui l’ont certainement aidé – encore, objectera-t-on, n’était-il pas le seul dans la difficulté à l’heure de l’Occupation – ont eu, contrariant la préoccupation de Sacha Guitry, des effets plutôt négatifs sur la portée de son héritage, au moins dans un premier temps. À l’heure des règlements de compte en tout genre, cette célébration, sans être remise en cause, fut opposée au tribut de ceux de la collaboration. On n’échappe pas à son destin quand un sort contraire s’acharne, ce fut le lot du fondateur du Théâtre-Libre…

33Au moins de telles manifestations en faveur des arts – et Sacha Guitry en dénombre vingt-huit organisées par ses soins de novembre 1940 à juillet 1944 dans son livre-plaidoyer –, ont-elles eu la volonté de porter haut le statut de l’artiste même si, par un effet-miroir auquel il n’était pas indifférent, sa vanité s’en trouvait flattée, et malgré l’ambiguïté du moment.

Haut de page

Notes

1 Programme du gala Le Triomphe d’Antoine, 1941. Matinée organisée au bénéfice d’A. Antoine à la Comédie-Française le 10 mai 1941. Fonds André Antoine. Dossier le Gala Antoine (BnF, Asp).

2 Dossiers de presse Sacha Guitry. Coll. Auguste Rondel (BnF, Asp).

3 Dossiers de presse André Antoine. Coll. Auguste Rondel (BnF, Asp).

4 Ce rappel fera l’objet de l’article de Maurice Donnay, « D’un gala à l’autre » paru dans Le Petit Parisien du 22 mars 1941, avant de figurer dans le programme du gala Le Triomphe d’Antoine, 1941.

5 Fonds André Antoine. Correspondance (BnF, Asp).

6 L’École des veufs de Georges Ancey, créée le 27 novembre 1889 au Théâtre-Libre, une œuvre audacieuse pour l’époque que l’on croyait vouée à un grand retentissement.

7 Rebaptisé en 1951 : rue André Antoine.

8 René Benjamin est un proche de Sacha Guitry. Il a été son témoin lors de son mariage avec Geneviève de Séréville en 1939.

9 René Benjamin, Antoine déchaîné. Choses vues, in  Œuvres libres, Paris, Fayard, 1921, p. 313-398. Ce texte fut suivi d’un Antoine enchaîné, Paris, Éditions des Cahiers libres, 1928. René Benjamin est également l’auteur de plusieurs textes sur Sacha Guitry : « Sacha Guitry. Le Théâtre dans la vie », Revue universelle , 1er  au 15 novembre 1933, p. 257-274, 400-419 ; Sacha Guitry, roi du théâtre, Paris, Plon, 1933.

10 Fonds Lucien et Sacha Guitry, dossier André Antoine (BnF, Asp).

11 Fonds Lucien et Sacha Guitry (BnF, Asp).

12 Pièce intitulée initialement Le Soir d’Austerlitz, titre provocateur pour l’occupant et débaptisée sur ordre.

13 Albin-François de Possesse, André Antoine, buste en plâtre conservé dans les collections de la Comédie-Française.

14 Comme l’atteste le double d’une lettre adressée le 5 mai 1941 à Louis Gauthier, un ancien de chez Antoine, sur l’organisation du spectacle. Fonds Lucien et Sacha Guitry.

15 Film tourné en 1953, en salle en 1954.

16 Le dossier de correspondance de Lucien et Sacha Guitry dans le fonds Antoine pour être mince fait état de liens anciens entre Lucien Guitry et André Antoine : une lettre de Lucien datée de 1895 évoque un projet de pièce qu’ils doivent jouer ensemble, un brouillon de lettre de Lucien (s.d.) – curieusement conservé dans le fonds Antoine – témoigne de la gratitude du comédien envers Antoine, qui a apprécié son interprétation – grave et controversée – de Tartuffe ; Sacha, quant à lui, remercie Antoine des critiques amicales concernant ses pièces, notamment à propos de Pasteur, créée en janvier 1919 (lettre non datée) et de Mon Père avait raison (lettre du 20 juin 1936), pièce créée en 1919 à la Porte St-Martin. La critique d’Antoine concernant les pièces de Sacha est en général bienveillante – en témoignent ses feuilletons dramatiques dans L’Information (janvier 1919-octobre 1920) sur Le Veilleur de nuit, Mon père avait raison ou Le Mari, la femme et l’amant, même si la minceur de l’intrigue de cette dernière pièce est admise.

17 Fonds Henri Etievant (BnF, Asp).

18 Cf. le fonds qu’il a constitué lui-même pour le remettre à Auguste Rondel, son ami.

19 C’est aussi le titre d’un article signé G. L. publié dans un no de la Rampe de 1916 – à propos d’Antoine, déjà obligé de jouer dans un music-hall, le Concert Mayol, pour gagner sa vie – qui vient en écho au titre du film de Sacha Guitry tourné pendant la guerre en 1915-1916 en hommage aux gloires artistiques de la France, parmi lesquelles Sarah Bernhardt et Antoine.

20 Sa candidature envisagée au fauteuil d’administrateur de la Comédie-Française dans les années 1924-1929 a été repoussée par le ministre Léon Bérard.

21 Sacha Guitry, Quatre ans d’occupation, Paris, Éditions de l’Élan, 1947.

22 Le Comédien, Théâtre Édouard VII, 21 janvier 1921

23 Fonds Lucien et Sacha Guitry. Dossier André Antoine (BnF, Asp).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Antoine
URL http://journals.openedition.org/doublejeu/docannexe/image/1910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noëlle Guibert, « Sacha guitry et Le Triomphe d’Antoine ou la célébration de l’acteur », Double jeu, 3 | 2006, 109-120.

Référence électronique

Noëlle Guibert, « Sacha guitry et Le Triomphe d’Antoine ou la célébration de l’acteur », Double jeu [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/1910 ; DOI : 10.4000/doublejeu.1910

Haut de page

Auteur

Noëlle Guibert

Directrice du Département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals