Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Au royaume des ombres : les souve...L’expression et les formes du sou...

Au royaume des ombres : les souvenirs de films

L’expression et les formes du souvenir dans les lettres d’admirateurs et admiratrices reçues par l’acteur René Navarre au début du XXe siècle

Solène Monnier
p. 33-50

Résumés

Entre 1912 et 1939, l’acteur René Navarre, célèbre pour ses rôles dans Fantômas (1913-1914), La Nouvelle Aurore (1919) ou encore Vidocq (1923), reçut un abondant courrier d’admirateurs et d’admiratrices. Cet article entreprend d’analyser certaines de ces lettres en explorant la notion de souvenir comme résurgence volontaire, manifestation d’un moment, d’un ressenti, d’un fait en lien avec la vedette, l’un de ses personnages ou l’un de ses films. Véritable « mise en scène de soi par soi » (pour reprendre une expression de Geneviève Haroche-Bouzinac), la mise par écrit du souvenir apparaît ainsi comme le moyen de prouver son attachement à la star mais aussi sa légitimité en tant qu’admirateur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

D’un présent évocateur au récit nostalgique : la construction d’un récit
La lettre comme espace de souvenirs et de projections
La photographie dédicacée ou le souvenir incarné

Aperçu du texte

Si l’on s’interroge sur les souvenirs qui peuvent être, comme l’écrit Pierre Nora, « flous, télescopants, globaux ou flottants, particuliers ou symboliques », il faut rappeler rapidement les enjeux qui les lient à la mémoire individuelle et à la mémoire collective qui sont toutes deux en étroite relation avec l’histoire. Depuis une quarantaine d’années, nombre de débats ont vu le jour autour de la gestion du passé et de ses représentations. Des chercheurs et théoriciens tels que Pierre Nora, Paul Ricœur, Jacques Le Goff ou encore Michel de Certeau, se sont penchés sur la question des rapports complexes entre histoire et mémoire.

Alors que l’histoire prétend à une certaine objectivité à la faveur de l’analyse de documents permettant une « reconstruction toujours problématique et incomplète de ce qui n’est plus », la mémoire serait, quant à elle, subjective, sélective et évocatrice. D’abord individuelle, elle conserve les traces, les souvenirs et forge l’identité du sujet. Collective, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solène Monnier, « L’expression et les formes du souvenir dans les lettres d’admirateurs et admiratrices reçues par l’acteur René Navarre au début du XXe siècle »Double jeu, 16 | 2019, 33-50.

Référence électronique

Solène Monnier, « L’expression et les formes du souvenir dans les lettres d’admirateurs et admiratrices reçues par l’acteur René Navarre au début du XXe siècle »Double jeu [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/2498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/doublejeu.2498

Haut de page

Auteur

Solène Monnier

Université Paris I – Panthéon Sorbonne

Elle est doctorante en histoire contemporaine depuis septembre 2018. Après un travail sur les lettres d’admirateurs reçues par l’acteur René Navarre au début du XXe siècle et sur le début du vedettariat cinématographique français lors de son master à l’université de Tours, elle poursuit ses recherches sur l’histoire par le cinéma, l’histoire du vedettariat, l’histoire des femmes et l’histoire culturelle, et s’intéresse aux sound studies et visual studies dans le cadre d’une thèse portant sur L’accent et la voix : les vedettes féminines dans le cinéma français des années 1920-1930, sous la direction de Myriam Tsikounas à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search