Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Au royaume des ombres : les souve...Douglas for ever

Au royaume des ombres : les souvenirs de films

Douglas for ever

Épiphanie de Douglas Fairbanks
Myriam Juan
p. 69-88

Résumés

Découvert par les spectateurs français au cœur de la Grande Guerre, Douglas Fairbanks a joui auprès d’eux d’une immense popularité qui n’eut guère d’équivalent, à l’époque du muet, que celle de Charlie Chaplin. Retiré des écrans à la suite de la généralisation du parlant, il décède prématurément en 1939, soulevant dans la presse une vive émotion. À travers un ensemble de textes parus immédiatement ou quelques années après sa mort, cet article propose de se pencher sur le souvenir laissé par Fairbanks en France afin de cerner les significations qu’il revêt alors au regard de l’essor du cinéma, de l’aventure cinéphile et de la Grande Histoire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

L’hommage à un grand artiste
Bilan d’une carrière
« Plus qu’un acteur »
La nostalgie des premiers émerveillements cinéphiles
Un héros de jeunesse
Retrouver et transmettre une émotion
La gravité derrière le rire
D’une guerre à l’autre
La fin de l’innocence

Aperçu du texte

Douglas Fairbanks fut, au premier âge de la cinéphilie, l’objet d’une passion française. Comme les courts-métrages de Charlie Chaplin, dont les titres français mentionnent presque systématiquement « Charlot » alors que les titres originaux n’y font pas référence, la plupart des films sortis en France avec la star bondissante à la fin des années 1910 l’ont été sous des intitulés signalant la présence de « Douglas ». Le fait est d’autant plus remarquable que les personnages interprétés à l’écran par l’acteur ne portent pas son nom. Ce mode de diffusion signale l’immense popularité de celui-ci, de même que le diminutif affectueux – Doug – par lequel il est souvent désigné dans les journaux. Un faisceau de signes indique en effet que, de la fin de la Grande Guerre aux derniers feux du cinéma muet, Douglas Fairbanks fut assurément, avec Charlie Chaplin, la star masculine étrangère préférée des Français (unes des magazines, concours de vedettes préférées, couverture médiatique). De plus e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Juan, « Douglas for ever »Double jeu, 16 | 2019, 69-88.

Référence électronique

Myriam Juan, « Douglas for ever »Double jeu [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/2516 ; DOI : https://doi.org/10.4000/doublejeu.2516

Haut de page

Auteur

Myriam Juan

Université de Caen Normandie

Elle est maîtresse de conférences à l’université de Caen Normandie et membre du LASLAR. Ses recherches portent sur l’histoire culturelle du cinéma, la célébrité et les imaginaires sociaux dans la première moitié du XXe siècle. Auteure de plusieurs articles sur le vedettariat, les acteurs et les publics de cinéma, elle a également codirigé, entre autres, le numéro 14 de Double Jeu : Violences et passions : retour sur Henry Bernstein (avec Chantal Meyer-Plantureux, 2017). Elle est membre du conseil d’administration de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search